Version classiqueVersion mobile

Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636

 | 
Olivier Zeller

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 BIRABEN (J.N.) Inventaire des listes nominatives de recensement en France POPULATION 1963, pp. 305 (...)
  • 2 GARDEN (M.) Lyon et les Lyonnaisau XVIIIe siècle pp. 25 - 26. BLAVO (Y.), HENRY (L.), Données démo (...)

1Dans l’état actuel de la connaissance de nos fonds d’archives, le recensement ancien est une source rare 1. Son utilisation dans les travaux d’histoire urbaine n’est, dans la majorité des cas, que partielle. C’est que ce document est d’une mise en œuvre longue et peu assurée ; ses insuffisances et ses dangers ne sont d’ailleurs plus à souligner 2.

2Il est évident que les dénombrements de l’époque pré-statistique ne répondent nullement aux critères d’organisation, de compétence et de contrôle que nous avons appris à utiliser depuis lors, et sans doute s’éloignent-ils davantage encore de nos préoccupations d’aujourd’hui par l’esprit de leur réalisation : aussi convient-il de ne pas trop s’attacher aux chiffres antérieurs aux années 1660. Entachée d’erreurs et d’omissions de tous ordres, la valeur globale de tels recensements est très sujette à caution : il faut s’y résigner.

3Il en est autrement des données ponctuelles que l’on peut en extraire, quand les éléments de critique disponibles à leur égard sont assez nombreux et assurés. L’important n’est donc pas tant d’établir la fragilité des résultats, à priori admise, que de se mettre en état d’effectuer un choix parmi leurs leçons et d’apprécier entre quelles limites elles restent vraisemblables.

4Quand nous eûmes la fortune de découvrir deux recensements oubliés, il nous fallut ainsi inventorier les terrains d’investigation à parcourir. Ils se révélèrent nombreux.

  • 3 CROIX (A.) Nantes et le Pays Nantais au XVIe siècle.

5Les paroisses lyonnaises du XVIe et du début XVIIe ne sont ni Crulai, ni Tourouvre. La reconstitution des familles grâce aux registres paroissiaux s’y heurte à de nombreux obstacles, au premier rang desquels se placent la mobilité de la population et l’ampleur considérable de la besogne. Elle ne sont pas davantage des paroisses nantaises3, et une lecture cursive des actes soulève rapidement des doutes sur leurs possibilités d’exploitation. De plus, la fiche de famille ne permet pas de connaître la composition et la taille d’un feu à une date donnée : elle ne dit pas la destinée des enfants, ni l’heure de leur départ du foyer ; les pensionnaires, les parents de tout degré et les serviteurs sont totalement hors de son emprise. L’étude de la famille, comprise en termes de cohabitation, est ainsi le premier champ ouvert par les seuls recensements.

  • 4 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle pp. 435 - 450.

6La géographie sociale de la ville, déjà dessinée à grands traits4, trouve dans ces textes confirmation et complément. Si les Nommées du XVIe siècle avaient apporté, avec leurs enseignements, tous les inconvénients d’une source fiscale, le dénombrement de 1597 précise la diversité des quartiers, offrant une image plus large des métiers en montrant les modalités de leur répartition territoriale et le poids démographique de chacun d’entre eux.

7A travers les sources se révèlent également les courants d’immigration nourrissant Lyon en hommes. Il devient possible d’apprécier la part des Lyonnais de naissance et celle des nouveaux venus, et de dessiner les grands contours de l’aire d’influence de la ville.

8Il est aussi intéressant de mesurer, d’un quartier à l’autre, la population de chaque maison, les variations du nombre de foyers vivant sous chaque toit.

  • 5 CROIX (A.) op. cit. p. 224.

9Enfin devient-il possible de rapprocher un certain nombre de liens unissant les individus, liens de nature économique - association ou complémentarité - ou liens familiaux - parrainage, mariage - de la connaissance de l’habitat et, par là, d’aborder plusieurs aspects des rapports de voisinage. Déjà Alain Croix avait-il pu conclure : la voie de l’avenir nous semble être une démographie tournée vers l’étude sociale, vers celle des mentalités surtout, faute de pouvoir atteindre les structures démographiques5.

  • 6 ZELLER (O.) « Les tranformations de l’espace économique lyonnais. 1595-1661 » D.E.A. 1978. Rapp. d (...)

10Choisir des recensements des XVIe et XVIIe siècles pour unique objet d’étude constituait une gageure, nous ne l’ignorions pas. C’était admettre le risque de succomber sous le poids des incertitudes irrésolubles, courir l’aventure de sources uniques. Mais, surtout, il fallut choisir résolument entre deux voies également séduisantes qui s’ouvraient devant nous. Soit nous limitions notre travail à l’un des aspects énumérés, en prolongeant la recherche aussi loin que possible ; c’était stériliser une longue tâche de dépouillement, d’identification et de critique portant sur toutes les minutes de recensement, quand nous n’en aurions utilisé que quelques-unes. Soit nous tentions d’exprimer des sources un maximum de substance en abordant l’ensemble des questions, en sachant par avance ne pouvoir rien approfondir. Nous avons opté pour cette dernière solution et ce, pour deux motifs principaux. L’un était le désir de rendre disponible l’ensemble des données brutes extraites des recensements. L’autre tenait aux contingences infligées par les conditions faites de nos jours au doctorant de troisième cycle. Après une année de recherches orientées dans une direction assez différente6, nous ne disposions plus que de deux ans pour mener à bien un travail cohérent : prendre le parti d’aborder un large éventail de problèmes nous parut plus assuré.

11Au delà de ces contraintes, il nous est apparu de bonne heure qu’en se confinant dans l’étude de ces deux seuls recensements nous nous étions condamné à rester le plus souvent sur le terrain du descriptif. Compte tenu des difficultés que suscite l’interprétation des données chiffrables que nous avons pu extraire, il ne faut pas trop attendre d’une approche systématiquement statistique qui serait d’ailleurs fortement entravée par l’irrégularité de la tenue de beaucoup de minutes. Toute corrélation n’a évidemment pas en soi valeur de preuve : notre démarche a donc été d’établir grâce aux sources l’existence de régularités, de convergences au sujet desquelles il faudra interroger d’autres documents, établir des comparaisons, tenter de nouvelles approches. Nous avons conçu notre travail comme un premier défrichement destiné à établir des résultats de base, réservant à un approfondissement ultérieur le soin d’une exploitation plus fine et d’un commentaire plus élargi de ce que, trop souvent, nous n’avons pu que constater, faute du temps nécessaire. C’est là une limite - voire un appauvrissement - qui nous a été imposée : nous ne pouvons qu’en déplorer les conséquences.

  • 7 GARDEN (M.) La Vie de quartier Bulletin du Centre d’Histoire Economique et Sociale de la Région Ly (...)

12Nous devons dire ici ce que notre travail doit à l’enquête lancée au Centre Pierre Léon en 1978 sur la notion de vie de quartier7. Pour échapper aux analyses socio-économiques des sous-ensembles urbains et aux descriptions purement institutionnelles des cadres de milice, nous avons cherché à mettre en relief tout ce qui traduisait une distinction significative entre les différents pennonages de la ville. Ainsi avons-nous été amené à ajouter, à la localisation des métiers et des fortunes, une étude différentielle prenant pour cibles la famille, l’habitat et l’immigration. S’il fallait résumer, pour conclure, le dessein proposé à travers notre travail, nous soulignerions le souci d’inventorier les différents aspects composant cas par cas la singularité de chacun des quartiers lyonnais à la fin du XVIe siècle.

13Il nous faut enfin avouer la dette de reconnaissance que nous avons contractée envers tous ceux qui nous ont apporté une aide déterminante : au premier chef, envers Monsieur Richard Gascon, sans qui nous n’aurions jamais connu les moments fébriles et exaltants de la découverte ; envers Monsieur Maurice Garden, qui accepta la direction de nos travaux ; envers Monsieur Jean-Pierre Gutton, qui répondit toujours avec patience à nos sollicitations ; envers Monsieur Henri Hours, dont on ne fait jamais en vain appel à l’érudition, et envers Monsieur Maurice Vanario, d’une amabilité devenue proverbiale. Nous remercions également Mademoiselle Jacqueline Roubert, dont l’aide nous a été précieuse, et Monsieur et Madame Michel De Saint-Romain qui, avec beaucoup de compétence et de dévouement, ont dirigé la présentation matérielle de la dactylographie initiale de notre thèse.

Notes

1 BIRABEN (J.N.) Inventaire des listes nominatives de recensement en France POPULATION 1963, pp. 305 - 328.

2 GARDEN (M.) Lyon et les Lyonnaisau XVIIIe siècle pp. 25 - 26. BLAVO (Y.), HENRY (L.), Données démographiques sur la Bretagne et l’Anjou de 1740 à 1829 Annales de démographie historique, 1967, pp. 91 - 171.

3 CROIX (A.) Nantes et le Pays Nantais au XVIe siècle.

4 GASCON (R.) Grand Commerce et Vie Urbaine au XVIe siècle pp. 435 - 450.

5 CROIX (A.) op. cit. p. 224.

6 ZELLER (O.) « Les tranformations de l’espace économique lyonnais. 1595-1661 » D.E.A. 1978. Rapp. dact.

7 GARDEN (M.) La Vie de quartier Bulletin du Centre d’Histoire Economique et Sociale de la Région Lyonnaise. 1977, No 3, pp. 17 - 28.

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search