Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude, une remarque de Claude Mazauric me revient en mémoire. Devant la dramatique de Stellio Lorenzi : « La Terreur et la Vertu », l’historien se demande : « Ces promesses, ces fureurs, ces élans seront-ils perçus pour ce qu’ils ont été ? Ou bien les entendra-t-on à travers les interrogations du présent ? ».

2Toute relation du passé, aussi sincère et proche des faits soit-elle, court le même risque. Chez les instituteurs, certaines joutes contemporaines ne sont pas sans évoquer les anciennes polémiques ; cela peut inciter à des assimilations hâtives et réductrices.

3Or, depuis 1914, la conjoncture s’est radicalement transformée. Deux guerres mondiales, une révolution socialiste, une crise économique planétaire, la montée en flèche des fascismes – et aussi la réunification syndicale, les succès et les échecs du Front Populaire, la défaite, l’occupation, le régime de Vichy : voilà trente années qui ont changé la face des choses. Depuis, la révolution scientifique et technique est allée de pair avec le bouleversement des structures sociales et des mœurs, avec la levée de nouveaux espoirs et de nouvelles menaces...

4Dans cette période relativement récente, instituteurs et institutrices formaient un corps social homogène. Leur souci du bien public, leur attachement passionné à des idées et à des mythes familiers, la place qu’ils occupaient dans la société, peuvent parfois nous surprendre. On a souvent une idée quelque peu « rétro » de ces anciens maîtres. Ni « pions » desséchés par la fonction, ni démiurges détenant dans leur cerveau les clefs de l’avenir, ils révèlent de riches personnalités, des qualités et des faiblesses tout à fait humaines.

5De nos jours, les hommes sont restés des hommes, mais ils exercent leur fonction, plus différenciée, et ils s’expriment dans d’autres conditions que ne le faisaient leurs anciens. L’expérience acquise doit-elle pour autant être négligée ?

6Cet ouvrage fait la part belle aux militants dans la mesure où, s’exprimant largement, ils recevaient une approbation massive de la « majorité silencieuse ». Il n’est pas sans intérêt de revenir sur quelques-uns d’entre eux.

7Claude Calzan et Paul Cuminal, militants socialistes, internationalistes et pacifistes avant et pendant la première guerre mondiale, organisateurs éclairés et courageux de la classe ouvrière rhodanienne, furent sans doute ceux, parmi les enseignants, dont le rayonnement déborda le plus largement leur propre milieu. Pendant les années vingt, leur action se développa essentiellement au plan politique, au sein du parti communiste, non sans quelques vicissitudes. L’influence d’un Félix Métra, militant internationaliste de l’immédiat après-guerre, celle d’un Jean Doron, qui fut l’objet d’un mouvement national de solidarité chez les instituteurs, s’exercèrent pour l’essentiel dans la classe ouvrière. Il n’était pas facile, il n’est toujours pas aisé pour un enseignant, d’être à la fois de plein-pied avec ses collègues et avec les travailleurs dont l’activité se développe dans la production.

8D’autres hommes, d’autres femmes, agirent puissamment sur le mouvement enseignant rhodanien : Louis Léger, très tôt acquis au syndicalisme, fondateur avec Cuminal et quelques autres, du premier syndicat d’instituteurs dans le Rhône ; Jean Fontaine et A.V. Jacquet, anarcho-syndicalistes rédacteurs à la « Révolution Prolétarienne » ; François Bernard, esprit cultivé et solitaire, critique jusque dans ses élans collectivistes ; Péron, Raffin, hommes de mesure restés quelque peu amicalistes dans le syndicat ; Marie-Louise Cavalier, militante discrète dans le département, très active nationalement ; des couples dont on ne dissociait guère l’action conjointe : les Moulin, si exclusifs et si ardents à bousculer les normes qu’ils s’attiraient de vives inimitiés, les Méty, pionniers du cinéma éducateur... Puis vint une autre génération, avec Robert Matagrin, épris de concorde et d’unité, hostile aux accords de Munich et à ses suites...

9Avec Maria Pacaud, avec les autres combattants volontaires de la Résistance et ceux qui reconstituèrent le syndicat clandestin sous l’occupation, ces pionniers donnent au corps enseignant rhodanien une expression, un mordant originaux, souvent saisissants.

10D’autres – et non des moindres – Léon Emery, André Lavenir, Louis Blain, Laplace, qui représentaient les instituteurs des années trente et qui se rallièrent au vichysme, nous posent un problème d’importance : ont-ils, comme beaucoup le pensent encore, opéré alors une volte-face, ou bien poussèrent-ils jusqu’aux plus paradoxales conséquences leur ligne anarcho-syndicaliste, leur pacifisme extrémiste et leur anticommunisme résolu ?

11Le chercheur se pose d’autres questions : Les dirigeants qui occupent le devant de la scène ne masquent-ils pas les sentiments, les idées, la vie même des enseignants pris dans leur masse ? Les fondateurs du syndicalisme enseignant avaient le souci de créer « l’élite » chargée de diriger le mouvement. Cette démarche rejoignait la tradition établie dans l’Union Pédagogique du Rhône, d’accorder délégation générale aux militants élus et de s’en rapporter pleinement à eux pour traiter avec l’administration. Il est frappant de retrouver sans cesse les mêmes noms aux postes de responsabilité ; de constater la participation réduite aux « assemblées générales », pourtant rares, et aux votes par correspondance. Ce phénomène contraste avec le taux élevé de syndicalisation, qui manifeste l’adhésion globale aux objectifs généraux du syndicat. Le syndicalisme par délégation, est-ce la démocratie syndicale ? Est-il un gage d’efficacité ? Les résultats obtenus par les enseignants du premier degré entre les deux guerres mondiales ne le démontrent pas.

12Pour beaucoup d’instituteurs, le syndicat est une association au sein de laquelle l’isolement est rompu et se lient des amitiés. C’est aussi le canal par lequel pénètrent et s’échangent les grandes idées du monde contemporain. Dans le syndicat sont débattues les questions politiques : organisation de la société, guerre et paix, antifascisme ou pacifisme intégral. Dans le département, vers la fin des années trente, l’action revendicative s’efface presque complètement pour donner au syndicat l’allure d’un parti politique. Au nom d’une nécessité proclamée : celle de conserver en place le gouvernement Daladier - Bonnet afin de poursuivre la politique munichoise, la grève du 30 novembre 1938 est combattue et annulée dans le Rhône.

13« L’indépendance du syndicalisme », solennellement proclamée alors, n’est pas ce qu’un vain peuple pense. Pour le plus grand nombre des instituteurs, elle signifie simplement : rejet du communisme et de la « main-mise communiste » sur les syndicats. Il se trouve simplement que dans la période étudiée, l’influence du P.C. est minoritaire, non seulement dans les syndicats de fonctionnaires, mais aussi dans les syndicats ouvriers. Au temps même de la C.G.T.U., la résistance des travailleurs français avait fait en sorte que le mouvement syndical ne soit pas organiquement lié à un parti politique, contrairement à l’état de choses existant dans les pays Scandinaves, en Allemagne, en Grande-Bretagne. La réunification syndicale de 1935 avait précisé ce point. Il y a toujours matière à réflexion sur le thème : syndicat et parti...

14Aujourd’hui, dans le mouvement syndical, les grandes options idéologiques se traduisent par l’existence de syndicats concurrents dans les mêmes corporations, de tendances antagonistes au sein du même syndicat. Il n’y avait pas de tendances dans les Amicales d’instituteurs, bien que les syndicalistes y agissent en se concertant au préalable. Dans le Syndicat National des années vingt et jusqu’à la réunification, on ne trouve pas non plus de blocs structurés sur la base d’orientations divergentes. Il n’en allait pas de même à la Fédération unitaire de l’Enseignement, où se déroulèrent, jusqu’à la fusion avec le S.N.I., d’âpres batailles de fractions. Le mouvement syndical n’a pas encore résolu le problème : comment faire vivre, dans chaque corps de métier et nationalement, une organisation syndicale unifiée représentative de tous les salariés, respectueuse de tous les courants de pensée, démocratique dans son fonctionnement, sans recourir au fractionnement interne ? Comment lui donner l’efficacité maximale ? Et en attendant que soit réalisé cet objectif périodiquement réaffirmé, sur quelles bases – sinon celles assignées par les luttes quotidiennes – assurer les cohésions indispensables entre les syndicats des diverses Fédérations et Confédérations ?

15Jusqu’en 1939, remarquable est le flou des frontières idéologiques chez les instituteurs, même dans le Rhône où elles sembleraient plus accusées à première vue. Dans la réalité quotidienne, la profession de foi de gauche, voire révolutionnaire, est réconfortante. La pratique, facilitée par les routines du métier et l’isolement, s’éloigne fréquemment des proclamations claironnantes. Un exemple parmi d’autres : en 1934, la diffusion massive de « Front Commun Antifasciste », le journal lancé par la section rhodanienne du S.N.I. à l’intention des larges masses, est fâcheusement interrompue par les grandes vacances scolaires. Le journal ne s’en remet pas. Dans le « Bulletin Corporatif » règne la phrase enflammée, souvent substitut d’une action pugnace. Elle peut se lire à plusieurs niveaux et transmettre un message saisi différemment selon le lecteur. Ainsi coexistent pacifiquement des idées apparemment contradictoires, qu’un canal invisible relie pourtant étroitement.

16Il est bien évident que « l’action directe » peut séduire. Mais elle n’a pas le même sens pour le travailleur anarcho-syndicaliste du bâtiment et pour l’enseignant de même sensibilité qui répugne à la grève. Chez les instituteurs réformistes, jusqu’aux abords de 1930, on est plus imprégné d’amicalisme que d’esprit syndicaliste. A la fin de la décennie, alors qu’ils radicalisent leurs positions, celles-ci ne trouvent qu’un écho réduit chez les autres fonctionnaires et dans les fédérations ouvrières. Quant aux instituteurs communistes, ils sont, jusqu’à la grave crise de 1929, plus proches du syndicalisme-révolutionnaire que des orientations de leur parti, qu’il s’agisse des analyses générales ou de l’action syndicale. Ceux d’entre eux qui sont attirés par le trotskysme entre 1930 et 1935 ne pourront en général pas se plier aux nécessités de l’organisation et de la stratégie préconisées par l’exilé de Moscou.

17Il convient donc de se défier des étiquettes qui cachent la diversité, sans pour autant traiter à la légère les idées et les théories développées : elles ont leur signification.

18Par l’entremise syndicale, peu à peu le mouvement chemine, progresse, se structure dans l’enseignement. Moins vite, il est vrai, que dans la classe ouvrière, de nouveaux concepts, de nouvelles pratiques s’imposent. Pourquoi ce décalage ? L’expérience sociale historiquement constituée, les contacts permanents avec les autres travailleurs, font défaut au corps enseignant. La formation de ceux que l’on a habitués à se considérer comme les chevaliers de la République et du Progrès, les porteurs des Lumières, ne les dispose pas à accepter d’autres modes de pensée et d’action, qui sont habituels aux ouvriers organisés. Cette remarque – faut-il le rappeler – concerne l’entre-deux guerres.

19Nombre d’autres points importants n’ont pu qu’être effleurés. Bornons-nous à en citer deux :

  • A toutes les étapes, une distorsion apparaît entre le nombre de femmes (majoritaires dans la profession) et leur poids réel aux postes de responsabilité, leur participation à la vie syndicale et politique, aux débats et polémiques dont témoignages et documents font foi. A part quelques exceptions remarquables – ici s’imposent les grandes figures de Marie Guillot, chère aux Lyonnais, et de Maria Pacaud, organisatrice de la Résistance – les institutrices militantes se voient généralement confier des rôles seconds, même dans les directions collectives auxquelles elles accèdent d’ailleurs rarement. Elles apparaissent souvent comme les fidèles auxiliaires de leur mari. Par ailleurs, l’importante participation des institutrices au mouvement féministe semble indiquer qu’elles subissent cet état de fait plus qu’elles ne le revendiquent. On ne peut dire que cette contradiction soit aujourd’hui résolue – quels que soient les progrès réalisés. Sur cette question, un champ de recherches historiques et sociologiques est ouvert, dont l’avancement nous enrichirait tous...
  • Dans les années vingt, la pédagogie donna lieu à des discussions allant jusqu’à la véhémence. Passion compréhensible chez des enseignants amoureux de leur métier et conscients d’avoir une mission à remplir. Les débats engagés à la Fédération unitaire posaient des problèmes de fond : quel enseignement donner aux enfants du peuple, pour quelles fins, selon quelles méthodes ? Les expériences d’éducation nouvelle, les techniques modernes d’acquisition du savoir (comme le cinéma éducateur, l’imprimerie à l’école) trouvaient dans ce courant leurs plus fidèles adeptes. C’est seulement dans la troisième décennie du siècle que le Syndicat National s’intéresse à ces perspectives et que « L’Ecole Libératrice » rend compte de nombreuses réalisations étrangères dans ce domaine. Jean Piaget peut y développer ses conceptions sur la pensée de l’enfant. La section rhodanienne est plus rétive à l’innovation. Nettement hostile pendant une longue période à ce qui est « révolutionnaire » en pédagogie, elle se borne le plus souvent à commenter les sujets des Conférences pédagogiques. La question pédagogique inscrite chaque année à l’ordre du jour du congrès national ne donne pas lieu à d’importants débats. Le « Bulletin Corporatif » ne fait écho ni à Piaget ni à Wallon, ni à quelque expérience pédagogique que ce soit. En 1936, les projets de réforme de l’enseignement mis au point par la C.G.T. ne réveillent que pour peu de temps les pédagogues du Rhône.

20Aujourd’hui, chacun a le sentiment que notre système d’enseignement est à un carrefour. Pouvons-nous nous satisfaire de son état actuel, nous contenter de remettre nos pas dans ceux de nos aînés ? Pour répondre aux besoins des hommes et à ceux de la société, l’école publique doit être placée au niveau exigé par les progrès scientifiques et techniques, au niveau de ses responsabilités. Mais ce sujet requiert d’autres études, d’autres réflexions, d’autres ouvertures...

21Vraiment, qui chercherait ici les meilleures formules à appliquer, les solutions-miracles apportées par l’idéologie souveraine, serait déçu. L’auteur, lui, se verrait comblé si une meilleure connaissance d’un passé dont nous sommes les héritiers nous incitait à nous poser sous des formes nouvelles les anciennes questions et celles que l’actualité nous impose.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search