Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Cinquième partie. (1940-1945)

Chapitre II. Des enseignants dans la Résistance

Texte intégral

  • * « Cheval Rouge », les Editeurs Français Réunis, p. 76, 77.

« Ceux qui se sont battus au cœur d’un même été ».
(Madeleine Riffaud*

1En zone sud – dans le Rhône en particulier – le redressement syndical clandestin s’opère tardivement. Mais de nombreux instituteurs, rebelles à Vichy, trouvent d’autres voies pour affirmer leur refus : camouflage des juifs, des réfractaires au S.T.O., de militants de la Résistance, avec fourniture de fausses cartes d’identité et d’alimentation par l’intermédiaire de secrétaires de mairie et de divers fonctionnaires ; liaisons clandestines ; participation aux réseaux, à la presse de la Résistance, aux maquis ; diffusion des mots d’ordre de boycott des réquisitions, des tracts, des journaux, sabotages de l’appareil de guerre et de propagande nazie, etc. – toutes tâches aussi dangereuses les unes que les autres, aussi utiles au combat commun, aussi peu hiérarchisables. Sans ces milliers d’anonymes, la Libération eût été plus difficile et plus sanglante, la France risquait d’être absente au moment où se décidaient son avenir et son indépendance.

2Il existe pour le Rhône des ouvrages traitant d’aspects partiels de la Résistance, mais aucune histoire générale pour le département. Il ne peut être question que de donner ici quelques repères : S’opposent à une vision d’ensemble l’extrême cloisonnement de la Résistance, indispensable à la sécurité et traduisant l’existence des diverses familles politiques ; la difficulté de trouver trace aujourd’hui de nombreux documents souvent détruits ; la disparition d’acteurs sans nombre de cette geste ; la modestie de la plupart des survivants qui ne tirent pas gloire d’attitudes pour eux naturelles...

  • 1 Militant communiste originaire du Biterrois ; en juin 1944, il organise la 1ère subdivision des Fr (...)

3Pourtant, des traces subsistent. La vallée de l’Azergues est un des premiers centres de résistance dans le département. En janvier 1941, Madeleine Forest-Phily est déplacée à Chamelet. Son mari, licencié de l’usine Berliet, devient en 1942 secrétaire de mairie à Dième, qui sera un bastion du maquis. Le couple aide les deux juifs réfugiés à Chamelet, les réfractaires au S.T.O., et plus tard les combattants armés. Les cartes d’alimentation distribuées atteignent le nombre de 400 pour une population d’environ 300 habitants. Le maquis de l’Azergues comptera jusqu’à 1 200 hommes et participera à la Libération de Lyon. Paul Coutier, de Chamelet, est instituteur et secrétaire de mairie. Efficacement secondé par sa femme Etiennette, il se livre aux mêmes activités, se faisant même dévaliser sans déplaisir par les maquisards qui le débarrassent des tickets d’alimentation de la commune après l’avoir proprement saucissonné. La Préfecture devra donner d’autres tickets pour la population. Monsieur et Madame Caillères sont instituteurs au Bois d’Oingt. Ils assurent la solidarité dans une zone débordant le canton pour atteindre Lamure-sur-Azergues. Ayant pu se procurer des livrets de famille et le tampon du commissariat Jean Macé à Lyon, ils sont en mesure de donner une (fausse) identité à des familles entières. A Messimy, autour de René et Simone Milliex, s’organise aussi l’aide aux réfractaires, puis au maquis. L’école sert de relais à des responsables de la Résistance, comme Joseph Maury, instituteur de l’Hérault1. Sa femme, enceinte, arrêtée et sauvagement battue par la Gestapo, puis promenée en taxi à Lyon pour épier ses réactions au cas où son mari passerait, et enfin relâchée, devait presque aussitôt mourir tuberculeuse. Suzanne Pierre, institutrice à Légny, Paul Martin de Létra, sont également actifs, en liaison avec la Résistance dans cette zone. Charles Berger, qui a passé l’été 1944 à Oingt et Louis Perret, instituteur à St-Just-d’Avray, font partie des maquisards de l’Azergues « descendus » libérer Lyon.

4Avant les combats de la Libération, des postes de secours sont installés dans plusieurs écoles, dont celle de Messimy qui recevra les blessés du combat de Francheville.

5Le corps enseignant a payé son tribut à cette lutte. Le jeune Robert Guidicelli, évadé des prisons de Vichy où il avait été condamné en tant que communiste à purger une peine de détention perpétuelle, trouve la mort au retour d’une mission, à l’entrée du pont de l’Ile-Barbe à Lyon. Il était colonel des Francs-Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F.). Nous avons déjà fait allusion à René Pellet, résistant de la première heure, interné à la prison Montluc, torturé et assassiné à St-Genis-Laval et à sa femme, directrice de l’Ecole des Aveugles, morte en déportation. Jean Comte, déporté du S.T.O., est abattu par les S.S. en Allemagne. Sandelion, instituteur à Grézieu-la-Varenne, était membre de l’Association Professionnelle de Vichy. Il n’en est pas moins tué dans les combats de la Libération. Parmi les instituteurs cités par « L’ECOLE LIBEREE » comme « tués à l’ennemi ou morts en captivité », on trouve les noms de Cottaz, Belin, Thivand, Boudot, Biardoux, Coullet, Robinet. Ce dernier, lieutenant prisonnier de guerre, a refusé de travailler pour les Nazis en se prévalant des dispositions de la Convention de Genève. Les S.S. lui interdisent l’usage des abris. D meurt sous un bombardement. Antoinette Cluzan, secrétaire du 5e Bureau de l’A.S. (« Armée Secrète » clandestine), est déportée avec tout son groupe. Son mari, non enseignant, meurt à la suite des tortures qui lui ont été infligées à la prison de Montluc. Parmi les enseignants rentrés vivants de la déportation, on peut citer Marie-Louise Rampin (future Mme Rivière), Maguy Badet, Lucienne Chaussinand, Robert Deloule, revenu avec le typhus. Des collègues sont cruellement atteints dans leurs affections : Mari d’une institutrice, M. Dechant meurt en déportation ; M. Liauthaud, de Givors, disparaît dans les mêmes conditions ; M. Maury est achevé par un S.S. sur une route d’Allemagne. Des fils de collègues sont parmi les martyrs : Cézard, fusillé par les Allemands, Dupré, Grisard, Barange, Peyrache, tués dans la Résistance...

  • 2 Décédé en 1980.

6Parmi ceux qui ont survécu, Emile Labrunie, du Lot-et-Garonne, militant très connu des Groupes de Jeunes de la Fédération Unitaire, puis du S.N.I. et qui sera membre après guerre du Bureau National du S.N.I.2, a pour base de son activité Lyon, d’où il rayonne principalement vers le Sud-Ouest.

7Il est donc hors de doute que dans le Rhône, comme ailleurs en France – et malgré des conditions défavorables au départ, les institutrices et les instituteurs furent avec le peuple au cours de ces années terribles.

Vers la reconstruction des syndicats

8Dès l’installation du gouvernement de Vichy, les dirigeants du S.N.I., qui vient d’être dissous, sont en plein désarroi. Nous avons évoqué le tour de valse vichyssois de Delmas. Le trésorier national Aurioux livre la caisse du syndicat. Hagnauer passe au « Secours National » de Pétain, Gisèle Bernadou glisse sur la pente de la collaboration. L’attitude pétainiste de Giron et Babau est critiquée en province par les militants antifascistes. Lapierre, qui ne trouve pas immédiatement la voie de la Résistance mais qui est partisan de l’unité syndicale, sera arrêté et déporté en 1943. Tout cela ne crée pas une base de départ favorable à la renaissance du syndicalisme enseignant.

9Différent est le comportement des dirigeants de la Fédération Générale des Fonctionnaires. Ils ne se sont pas ralliés. En octobre 1940, des dirigeants ex-confédéraux, parmi lesquels Neumeyer et Louis Saillant, décident de créer un « COMITE D’ETUDE ET D’ACTION SYNDICALE » qui publiera un bulletin périodique. Le 15 novembre 1940, un texte dit « Manifeste des Douze » réunit les signatures de trois militants de l’ex-C.F.T.C. et de neuf anciens confédérés, parmi lesquels Neumeyer et Lacoste (Fonctionnaires), mais pas un seul enseignant. Les communistes sont tenus à l’écart de ces réunions, qui maintiennent des liaisons, organisent une certaine solidarité, mais ne lancent aucun mot d’ordre d’action.

10Comment expliquer la persistance de l’exclusive anticommuniste, même sous la botte ? Christian Pineau, socialiste et fondateur du mouvement de Résistance « LIBERATION-NORD », donne une explication. Selon lui, fin 1940 « les communistes ont pris position contre Pétain, pas contre les Allemands ; ils affichent même une certaine sympathie à l’égard du « national-socialisme » qui lutte en commun avec l’Union Soviétique contre le capitalisme international ». L’un des militants présents sur le terrain à cette époque, Paul Delanoue, précise la nature des problèmes posés :

11« ... fin 1940, bien des choses n’étaient pas claires. Deux pays capitalistes étaient en guerre ; d’une part l’Allemagne hitlérienne ; d’autre part la Grande-Bretagne, pays de tradition démocratique mais dont la bourgeoisie avait trahi la sécurité collective depuis le début de la guerre d’Espagne jusqu'aux accords de Munich. Cette guerre était-elle une guerre impérialiste comme l’avait été la première guerre mondiale ? Pouvait-elle devenir une guerre de libération nationale ? Il n’était pas tellement facile de répondre à ces questions, fin 1940. Quelle devait être l’attitude du mouvement ouvrier à l’égard de Vichy, à l’égard du fascisme hitlérien ? Les publications universitaires clandestines de l’époque reflètent ces préoccupations ».

12Mais P. Delanoue peut faire remarquer que la nature de cette guerre (si sa détermination causait quelques difficultés pendant une courte période) n’a occulté à aucun moment l’opposition fondamentale des communistes au nazisme. Répondant au nom du P.C. au chef nazi Rosenberg venu en novembre 1940 à la Chambre des Députés donner une conférence intitulée « Sang et Or », ou « l’Or » (des capitalistes) « vaincu par le Sang » (des peuples), Georges Politzer démonte point par point, dans une brochure clandestine, l’idéologie nationale-socialiste, faussement présentée comme anticapitaliste.

13« Ce qui rattache le mouvement hitlérien au XXè siècle – écrit-il – c’est qu’il est la contrerévolution du XXè siècle ». Politzer dénonce le racisme, le reniement par les penseurs nazis des plus hautes traditions humanistes de l’Allemagne, l’impérialisme du IIIe Reich. Quelques mois plus tard, Gabriel Péri, l’ancien éditorialiste de politique étrangère de l'« HUMANITE », écrit tout aussi clandestinement : « Non, le nazisme n’est pas le socialisme ».

14Paul Delanoue, revenant sur les premières publications clandestines à l’adresse des intellectuels, « L’UNIVERSITE LIBRE » (fin 1940), puis « L’ECOLE LAÏQUE », note qu’à aucun moment elles ne séparent le vichysme de sa soumission au national-socialisme. Ce qui est vrai, c’est qu’en même temps, ces publications « estiment que le mouvement ouvrier et démocratique n’a rien à attendre des capitalistes de la City de Londres responsables de Munich ». Les actions qui se déroulent, dès la rentrée 1940 de l’Université, préparent la constitution, au printemps 1941, du « FRONT NATIONAL » rassemblant communistes et non-communistes.

15Dans la reconstitution des syndicats, le parti communiste va jouer un rôle de premier plan, malgré l’arrestation, le 5 octobre 1940, de 65 responsables de grands syndicats et de fédérations d’industries, tous communistes ou sympathisants. Parmi eux figurent la plupart de ceux qui seront fusillés à Chateaubriant. Ceux qui restent sont réduits à l’illégalité. Dans les usines, dans toutes les corporations, ils s’efforcent de créer des noyaux syndicaux non attentistes, aidant les revendications à s’exprimer, les luttes à se développer. Leur action est particulièrement sensible chez les mineurs du Pas-de-Calais, qui, dès le mois de mai 1941, développent une grève très dure, bravent la répression nazie et obtiennent une augmentation générale des salaires, après avoir porté un coup sensible à la production du charbon destiné à l’industrie de guerre allemande. Les syndicats qui continuent à exister sont utilisés, lorsque c’est possible, pour élargir les bases de l’action revendicative et patriotique et faire battre les dirigeants collaborationnistes – comme Kléber Legay dans le Nord. Mais ce n’est qu’après l’institution par Belin de la Charte du Travail décrétant le syndicat unique obligatoire, que les équivoques commencent à se dissiper et que l’attentisme marque un net recul, accentué en 1942 par la victoire soviétique à Stalingrad.

16Le 22 septembre 1942, le représentant de Benoit Frachon, Raymond Semat, rencontre à Cahors Léon Jouhaux et Louis Saillant. En décembre, Semat et Jouhaux sont arrêtés. En janvier 1943, nouvelle rencontre, avec de nouveaux participants : Henri Raynaud, Charles Nedelec et André Tollet d’une part, Louis Saillant, Albert Gazier, Robert Bothereau, Deniau et le Lyonnais Vivier-Merle d’autre part.

  • 3 Dans certaines administrations comme les P.T.T., un travail utile peut être fait dans les Associat (...)

17Le 14 avril 1943, la réunification syndicale de la C.G.T. est consacrée par les « ACCORDS DU PERREUX », sur la base des rapports d’influence existants avant 1939. (Au même moment se constitue à Alger le COMITE FRANCAIS DE LIBERATION NATIONALE. L’unification est à l’ordre du jour). Les dirigeants ex-unitaires sont tous clandestins, ce qui n’est pas le cas des ex-confédérés. Il est décidé que les deux formes d’activité, légale et illégale, se combineront et qu’il existera un seul bureau confédéral, composé de cinq ex-confédérés et trois ex-unitaires3.

La Résistance enseignante

18Compte-tenu des circonstances, c’est par d’autres canaux, plus politiques que syndicaux, que s’organise la Résistance enseignante. Et c’est à l’Université de Paris qu’elle s’exprime pour la première fois, le 11 novembre 1940. Dès la rentrée universitaire, professeurs et étudiants n’avaient cessé de protester contre l’arrestation du professeur Langevin par les Allemands. Le 11 novembre, une manifestation imposante est violemment réprimée. Les communistes en ont été les moteurs. Dans la région parisienne, leur direction clandestine est proche et les enseignants sont très concentrés. C’est de là que vont partir les initiatives d’organisation d’une Résistance universitaire et enseignante – et d’abord dans le supérieur et le secondaire, qui ont été nettement moins secoués par de violents déchirements que l’a été le primaire entre 1937 et 1939. Communistes et universitaires anti-munichois collaborent pour assurer la rédaction et la diffusion de « L’UNIVERSITE LIBRE », dont les maîtres d’œuvre sont Daniel Decourdemanche (Jacques Decour), Jacques Salomon et Georges Politzer. Tous trois seront assassinés par les Nazis. Le premier numéro de « L’UNIVERSITE LIBRE » sort peu après le 11 novembre 1940.

19Ce même mois, un groupe d’instituteurs communistes animé par Eugène Hénaff, dirigeant ex-unitaire de l’Union Départementale C.G.T. de la Seine, lance un appel aux « Instituteurs et Institutrices de France ». Ce texte, signé « Le Comité Central du P.C.F. » est publié à 15 000 exemplaires et diffusé en région parisienne. Le manifeste dénonce les mensonges de la « Révolution Nationale » et de la « Fédération Européenne » ; il se prononce sans équivoque contre Vichy et ses séides. Il lance une ardente invitation à « rester unis pour faire renaître, sur la base d’une lutte résolue, le Syndicat National des Instituteurs ». Il demande aux maîtres de s’appuyer sur les « Comités populaires formés par les parents d’élèves pour la défense de nos écoles » contre la répression et pour l’annulation des sanctions, pour « faire respecter en toutes circonstances les droits de l’Ecole Laïque et de ses maîtres », pour « l’union des instituteurs et de tous les intellectuels avec tous les travailleurs », pour « l’union de la nation française pour la liberté et l’indépendance de la France ». Des initiatives du même ordre se développent dans quelques départements de la zone nord.

  • 4 « Front National de lutte pour l’indépendance de la France ». Le P.C.F. a appelé à sa constitution (...)

20En juin 1941, sous la même impulsion, naît un nouveau journal clandestin, « L’ECOLE LAÏQUE », qui devient l’organe du Front National4 pour l’enseignement primaire. « L’UNIVERSITE LIBRE » évoque peu les problèmes syndicaux. « L’ECOLE LAÏQUE » s’en préoccupe en permanence. Dès le début, elle dénonce avec force l’ancienne direction du S.N.I., y compris d’ailleurs G. Lapierre et Bonissel qui seront d’authentiques résistants. Georges Lapierre fera partie de l’O.C.M. (Organisation Civile et Militaire), dont la tendance est de droite. Fin 1942, l’O.C.M. publie un cahier consacré à un projet de réforme de l’Education Nationale, « pour une nouvelle conscience morale ». Le droit syndical des enseignants n’y est pas reconnu. Le parti communiste clandestin fait allusion à ce projet, qu’il dépasse dans l’« Esquisse d’une politique française de l’enseignement », présentée en 1943 par Georges Cogniot aux groupements de Résistance.

21Les séquelles des divisions sont longues à se résorber. Jean Roulon rapporte les efforts infructueux déployés, au nom du Front National des Intellectuels, par Jeanne Ethève en 1941, par Marcel Merville en 1942, pour aboutir à des résultats concrets au cours de contacts avec des syndicalistes ex-confédérés hostiles à Vichy. Après Stalingrad, la voie semblera s’ouvrir quelque peu.

22Cependant, la volonté de lutte se manifeste chez les jeunes. Un groupe de jeunes de la Seine, déjà dans la lutte, trouve le contact avec le Front National des Instituteurs en 1942. Ils réussissent à tirer à deux reprises des tracts donnant des conseils aux jeunes instituteurs pour qu’ils se dérobent au S.T.O. Leur dirigeant, Marcel Merville, fait partie du « triangle de direction » responsable des groupes de jeunes pour le Front National. En 1943, toutes les branches parisiennes du Front National Universitaire groupent seulement trois cents adhérents, mais leur activité est multiforme. L’institutrice parisienne Madeleine Marzin, condamnée à mort par le tribunal spécial de Vichy, s’évadera. Cinq normaliens de Dijon, qui se sont livrés à des attentats contre les troupes d’occupation et quatre lycéens parisiens sont fusillés par les Allemands. Dans le Rhône aussi – et même lorsqu’elle ne trouve pas à s’exprimer par les armes – l’opposition de la jeunesse aux Nazis est sensible. Ainsi à Givors, fin avril 1943, l’irruption de deux officiers allemands dans la cour du cours complémentaire déclenche le tumulte parmi une quarantaine d’élèves âgés de 13 à 15 ans, qui entonnent spontanément « La Marseillaise », malgré les objurgations du directeur affolé. Il n’y a d’ailleurs pas de sanction.

23En zone sud, c’est à l’initiative du COMITE NATIONAL DES INTELLECTUELS, créé à la rentrée 1941-1942 sous la direction de Louis Aragon, que naît le COMITE NATIONAL DES INSTITUTEURS. Il commence à se développer à Marseille, grâce à Robert Enard ; il est bientôt connu dans de nombreuses écoles des Bouches-du-Rhône. Le professeur Emile Bottigelli étend les activités du Comité National des Intellectuels à la Provence, puis à Lyon où il se rend en février 1944 et en août 1944.

24Les choses vont lentement. Au début de 1942, Paul Delanoue, chargé de créer des bases pour la renaissance du S.N.I. en province, trouvait en zone nord des contacts relativement faciles et encourageants, mais en zone sud l’atmosphère était « très déprimante ». En 1943, la France étant entièrement occupée, la combativité renaissait en zone sud. Cependant, malgré les accords du Perreux, les directives du Bureau Confédéral de la C.G.T. n’étaient pas suivies d’effet. Il fallait débloquer la situation, ce qui était le vœu de tous les militants qui participaient à l’action. Ainsi fut lancée une déclaration « aux Instituteurs et Institutrices de France », par un comité « né de l’initiative de militants de sections départementales appartenant ou ayant appartenu à différents courants du mouvement syndical ». Ce collectif « se déclare prêt à toutes les discussions pour réaliser l’union la plus large possible, à l'exclusion de tous ceux qui, à un moment quelconque, ont collaboré ». Il « affirme son accord complet avec les décisions du Comité Confédéral » et déclare que « son rôle sera limité à la période de l’illégalité ».

25Bientôt, P. Delanoue et J. Roulon rencontrent à Paris Bonissel et Lavergne, ex-confédérés et « légaux ». La rencontre ne fait pas avancer l’unité, Lavergne ne masquant pas son hostilité et Bonissel voulant consulter les membres de l’ancien bureau national du S.N.I. avant de donner une réponse. Des pourparlers engagés parallèlement par le Front National des Instituteurs trament aussi en longueur. La méfiance persiste ; d’un côté, on craint l’influence des communistes, qui est grande dans la Résistance ; de l’autre, on trouve que « l’attentisme » se prolonge vraiment beaucoup.

26Un second texte des « sections reconstituées du Syndicat National », intitulé « Instituteurs, Institutrices de France », est publié à la rentrée d’octobre 1943. D appelle à la lutte immédiate : « Au moment où la classe ouvrière se regroupe dans la C.G.T. reconstituée illégalement, où les groupements de patriotes organisent la lutte contre l’ennemi, allons-nous nous contenter d’une résistance passive et de protestations isolées ? ».

27Répondant négativement, les « sections reconstituées » affirment qu’elles « reprennent en mains la défense de l’Ecole Laïque et de ses maîtres, avec le peuple de France, avec le Comité Français de Libération Nationale ».

28Après avoir examiné la situation de l’école et des enseignants, elle donne des directives d’action : organiser des collectes en faveur des victimes de la répression et de leurs familles ; fleurir les tombes des tués et imposer une minute de silence à leur mémoire pendant les conférences pédagogiques ; défendre avec les parents d’élèves les conditions de vie et de travail des élèves ; aider les jeunes à s’opposer au S.T.O. Suivent les consignes d’organisation illégale : un bureau de trois membres dans chaque département – et, dans chaque canton, recrutement par un responsable des collègues dont on est absolument sûr ; participation, partout où c’est possible, aux « organisations de résistance ou de combat luttant sous l’égide du Comité de Libération Nationale, qui est aux yeux de tous les Français le seul gouvernement légal ».

29Cet appel, auquel firent écho radios de Londres et d’Alger, eut « un réel retentissement ». Malgré la tendance encore forte à attendre la formation d’un second front et le jour J, ses consignes furent souvent respectées dans les conférences pédagogiques. Le mouvement des instituteurs put se renforcer et se structurer considérablement en quelques mois. Au même moment, les autres syndicats d’enseignants (secondaire, technique, E.P.S.) retrouvaient, plus rapidement que les instituteurs, la route de l’unité.

30Dès lors se pose un problème de coordination entre eux. Neumeyer, responsable incontesté de la Fédération Générale des Fonctionnaires (clandestine), désigne Lavergne à la direction de la F.G.E. Celui-ci tente de constituer un bureau de cet organisme en excluant le courant des « sections reconstituées ». Mais la plupart des autres directions syndicales ne l’acceptent pas. A ce niveau, la question de l’unité syndicale ne sera résolue que peu avant la Libération de Paris.

31En zone sud, le COMITE NATIONAL DES INSTITUTEURS est amené à prendre le relais des sections syndicales défaillantes. Emile Labrunie dans le Sud-Ouest, Maria Pacaud à Lyon, Buard et Chapuis dans la Loire développent une activité infatigable. Compte-tenu de leur exclusivité de fait à ce niveau de la lutte, ils travaillent directement en liaison avec la C.G.T. clandestine.

  • 5 Jean Marcenac y représente le Comité National des Intellectuels et Jean Roulon, de Paris, les ense (...)

32C’est dans ces conditions que se réunit, le 13 mai 1944 à Saint-Genis-Laval, dans un hangar situé au milieu des jardins (mais entre la gendarmerie et le siège de la Feldgendarmerie) ce que Delanoue appelle « une sorte de congrès » rassemblant une vingtaine de camarades5. Il est décidé d’intensifier les efforts pour syndicaliser les instituteurs, d’adhérer au Front National, de publier un organe, « L’ECOLE DE BARA », dont le premier numéro, paru en juillet 1944, rend compte du Congrès de Saint-Genis-Laval. Sous le titre : « Les instituteurs ne sont pas à vendre », Emile Labrunie y fustige Lavenir.

33Sans cesse en mouvement, Emile Labrunie se déplace constamment, à partir de Lyon, Saint-Fons, Oullins, où il stimule l’ensemble des activités du Comité National des Intellectuels. Il est ainsi conduit à rencontrer Aragon (pour un article dans « L’ECOLE DE BARA »), Georges Sadoul, Maître Vienney.

34Cependant, les sections clandestines publient jusqu’à la fin de 1943 un bulletin intitulé « ECOLE ET LIBERTE ». Au début de janvier 1944, l’unité n’ayant pas progressé chez les instituteurs au plan nationa, les sections départementales décident, avec l’accord du Bureau Confédéral de la C.G.T., de reprendre le titre : « L’ECOLE LIBERATRICE ». Tirée d’abord à 7 500 exemplaires, puis à 10 000 exemplaires, la revue est diffusée à Paris et en province. En même temps, les sections proposent à Bonissel de réunir les deux courants afin de déterminer ensemble les modalités de la lutte. Bonissel vient de publier un document clandestin intitulé : « Lettre ouverte à Abel Bonnard », portant en surtitre la mention : « L’ENSEIGNEMENT PUBLIC ». Cette lettre répond catégoriquement « Non » aux entreprises de séduction ministérielles ; elle ne va pas plus loin : « La masse des instituteurs sait combien, à certaines heures, toute révolte est vaine ». Elle oppose un « refus de l’esprit » à la « Révolution Nationale », mais ne porte aucune condamnation de ceux qui ont trahi ou déserté le combat.

35La reparution de « L’ECOLE LIBERATRICE » stimule le courant réformiste. Pour la première fois, le 15 février 1944, son organe national intercorporatif « RESISTANCE OUVRIERE », qui en est à son sixième numéro, publie un article s’adressant aux instituteurs et signé : « Le Bureau National des Instituteurs ». On peut y lire : « Depuis plus de trois ans, la voix de notre organisation syndicale s’est tue. Ce silence ne vous a certes pas empêchés de définir votre devoir, mais vous avez souvent regretté que les militants que vous aviez honorés de votre confiance, n’aient rien eu à dire dans l’âpre conflit qui divise les nations, qu’ils soient restés silencieux devant les mesures insensées ou iniques qui déchirent pièce à pièce l’enseignement public, qu’ils n’aient pas élevé la moindre protestation contre les arrestations et les persécutions dont leurs mandants ont été les victimes et qu’ils n’aient pas organisé en leur faveur l’effort de solidarité attendu ».

36Mais, ajoute le bulletin, tous n’ont pas failli. Rendant hommage aux victimes qui « nous ont montré la voie » et à ceux qui « sont restés fidèles à la tradition du Syndicat National », le « Bureau » promet d’éloigner de la direction les « quelques militants » compromis. Il faut que les instituteurs « se maintiennent à la pointe du combat » comme l’ont fait ceux qui, « dès les premiers jours, ont pris une place de choix dans la Résistance ».

37Delanoue prend contact avec Bonissel, qui a signé ce texte et qui tente de lui ménager un rendez-vous avec Rollo, membre du Bureau National du S.N.I. jusqu’en 1940. Celui-ci, arrêté avec toute la branche de résistance LIBERATION-NORD, est remplacé par Senèze, partisan de l’unité, mais qui doit soumettre un projet d’accord à ses mandants. Les points retenus sont les suivants :

  • un Bureau National provisoire (trois réformistes, deux ex-unitaires) est formé sur la base des décisions prises par le Bureau confédéral de la C.G.T. et le Conseil National de la Résistance ;
  • les dirigeants ne devront avoir aucune relation avec les membres de l’ancienne équipe Delmas, ni avec Delmas lui-même ;
  • ils ne doivent avoir appartenu ou prêté leur concours à aucun moment aux organismes de la collaboration.

38Les amis de Senèze sont réticents. Après que le Bureau Confédéral ait vainement tenté de réunir les représentants des deux tendances, l’accord peut enfin se faire au moment où les lignes allemande craquent en Normandie. Il ne peut porter que sur l’après-Libération.

39Sur ces réformistes qu’il a bien connus, Paul Delanoue porte un jugement dénué de passion : « Le courage individuel ou la bonne volonté de ces hommes n'était pas en cause. Il avait fallu en effet un réel courage pour quitter BelinDelmas, pour rompre avec d’anciennes amitiés et avoir des contacts qui, dans l’ensemble, restèrent amicaux avec les militants communistes et ex-unitaires.

40« Au plus profond d’eux-mêmes, nos camarades réformistes étaient tout autant que nous contre Vichy et contre l’occupation. Ils prenaient de très sérieux risques etmoins bien organisés que nous – étaient peut-être plus vulnérables.

41« Mais leur formation ne les avait pas préparés à une telle situation. Munich les avait séparés de la classe ouvrière en tête de l’action. Quand l’hitlérisme marqua des signes de faiblesse, leurs préoccupations s’orientaient plus vers les lendemains de la Libération que vers l’action immédiate. Ils ne croyaient pas qu’il y aurait eu une telle capacité de combat parmi les travailleurs de France.

42« Enfin, ce qui était notre force était à la source de leurs appréhensions (...) L’importance d’une organisation politique centralisée, préparée aussi bien à l’action légale qu’à la clandestinité n’apparaissait évidemment pas à nos camarades réformistes ».

Lyon, 1943...

43A la reprise scolaire d’octobre 1943, l’administration tente de donner un nouvel élan à l’Association Professionnelle. C’est ainsi qu’à la conférence pédagogique du Bois d’Oingt, deux envoyés de Fossemagne sont présentés par l’inspecteur primaire qui leur donne la parole. Dans ce canton où la résistance est active, un mot d’ordre circule immédiatement – et la salle se vide d’un coup, à deux ou trois unités près. L’essai de l’inspecteur n’a pas été transformé...

44Dans le dernier trimestre 1943, le FRONT NATIONAL UNIVERSITAIRE commence à s’implanter en zone sud. L’institutrice Maria Pacaud (Georgette dans la clandestinité) constitue un noyau d’instituteurs actifs. Comment se passaient les choses, concrètement, dans cette période très dure ? Georges Genre raconte :

45« J’étais instituteur au groupe Jean Jaurès, 48, rue Robert (Lyon 6è) depuis le 1er octobre 1942. Dans ce groupe, il y avait Fossemagne, dont la présence imposait beaucoup de prudence aux instituteurs du groupe scolaire, en particulier à ceux qui avaient l’antinazisme pour dénominateur commun. Fossemagne semblait assez isolé (...)

46« Dans notre camp, il y avait Chaleyssin, vieux maître qui ne mâchait pas ses mots, le père Collier, officier de réserve en 1914-1918, Ducros, jeune gaulliste, le directeur Saunier que je pensais être radical-socialiste et Mme Lacellaz, institutrice déjà âgée, femme discrète et pondérée.

47« L’activité de notre groupe s’articula sur deux axes :

48a) POLITIQUEMENTC’est Collier qui fut contacté par Georgette pour le Front National Il contacta Ducros et moi-même pour diffuser le matériel « FRONT NATIONAL ». Georgette, « bien que communiste probablement » – c’était exact – lui avait fait grosse impression Je crois me souvenir d’un numéro de petit format d’un journal (titre : « FRONT NATIONAL », me semble-t-il) et de tracts divers.

49« Je me suis chargé aussi de prendre livraison d’un lot de tracts dans la classe de Depré, instituteur rue de l’Ordre, tracts que je ramenai chez moi, rue Bugeaud, en passant devant la caserne de la Part-Dieu.

50« C’est en livrant une centaine de ces tracts à Matagrin que je fus interpellé cours Lafayette par deux policiers (français) de la police allemande. Contrôle d’identité... interrompu par l’approche d’une jeune femme vers laquelle les flics se précipitèrent comme si c’était elle qu’ils guettaient. Ce devait être en juin 1944. J’en fus quitte pour la peur.

51b) SYNDICALEMENT – Stimulé par la présence quotidienne de Fossemagne, je m’ouvris de mon idée de reconstitution d’un syndicat résistant à Saunier qui m’approuva ». Un noyau syndical se crée donc avec Georges Genre, Saunier, Victor Boisson, instituteur grande rue de la Guillotière (qui avait été déplacé d’office, pour non-conformisme, du cours complémentaire du parc Chabrière d’Oullins) et Laliche, directeur d’école aux Brotteaux.

52En même temps, un autre collectif naît autour de Maria Pacaud, avec Henri Bard (qui sera secrétaire du syndicat à la Libération) et Robert Matagrin. Les deux groupes, qui ont le même objectif, fusionnent au cours d’une réunion tenue dans la classe de Boisson ; l’école offre une commodité appréciable en ces temps de clandestinité : elle a trois issues dans des mes différentes. Se rejoignent donc, par petits paquets, Georgette, Henri Bard, Matagrin, Boisson, Georges Genre, Saunier et Laliche. Ce sera le seul organisme syndical de l’enseignement actif dans le Rhône jusqu’à la Libération. Y participent aussi Jean Fayard, instituteur à Lyon, Bosland, Boissy, Julien Carrié de Propières (en liaison avec Boisson), Achard, directeur de l’E.P.S. rue Chaponnay, (en liaison avec Georgette).

53La décentralisation s’opère par l’intermédiaire d’hommes et de femmes « sûrs ». La consigne est de ne rien écrire, tout doit se passer de bouche à oreille, uniquement avec les collègues en qui on a pleinement confiance. Ainsi pratique Jean Perret, qui a été chargé par Bard et Fayard de l’implantation du syndicat dans le canton de Belleville.

54Le collectif édite et répartit un matériel ronéotypé. Georges Genre se souvient d’avoir, en juin 1944, écrit à la main un stencil qui fut tiré sur la ronéo de l’école primaire de la rue Robert, le directeur Saunier montant la garde dans le couloir. Ce tract était destiné aux instituteurs désignés pour contrôler les battages de blé dans les villages afin de faciliter les réquisitions. Contrairement à ceux qui préconisaient l’abstention des instituteurs, le groupe pensait « que cette tâche pouvait être effectuée de façon patriotique », en aidant les paysans à camoufler leur blé.

55Le premier numéro de « L’ECOLE DE BARA », imprimé, paraît en juillet 1944. Le collectif cherche à collecter des fonds pour aider les proches des instituteurs et institutrices tués et déportés. Tous ont à l’esprit le sort de M. et Mme Cluzan, de l’école de la rue Pierre Corneille à la Guillotière... Mais le groupe n’eut pas le temps de recueillir beaucoup d’argent : des événements allèrent vite, plus vite que les mouvements de papier-monnaie ».

56Une question se pose naturellement : les deux groupes lyonnais ainsi constitués, en liaison plus ou moins étroite avec le Front National, puis fusionnés, font-ils la somme des initiatives prises dans le Rhône pour reconstituer le syndicat ? Que devenaient les partisans de l’ancienne direction du S.N.I., ceux du moins qui, refusant de suivre Fossemagne, Lavenir et Blain dans leur allégeance à Vichy, ne voulaient pas se reconnaître dans l’organisation des enseignants issue du Front National et du Comité National des Intellectuels ?

57En 1944, René Bonissel vient plusieurs fois de Paris à Lyon pour y rencontrer Florimond Gisclon dans un immeuble de la rue Barrier. C’est MarieLouise Cavalier qui a suggéré la rencontre au responsable national. De ces visites, ne sort guère qu’un tour d’horizon aux couleurs pessimistes. « Plus d’une fois, raconte Gisclon, nous nous sommes lamentés ensemble sur le sort de notre corporation où les abandons nous apparaissaient trop nombreux ». Il est probable que Gisclon réunissait à cette occasion quelques collègues appartenant à son courant de pensée. Mais ce groupe n’engage aucune action en direction des autres instituteurs et institutrices. Que dit-on, que fait-on au cours de ces réunions ? Si les luttes présentes ne sont pas à l’ordre du jour, il ne peut être question que de l’avenir, après la Libération que chacun espère proche.

58Cette hypothèse seule justifie la nomination de Gisclon par Bonissel à la fonction de secrétaire départemental de l’enseignement, sans même avoir consulté les enseignants rhodaniens qui se battent effectivement. Une telle consultation est possible : au plan national, Bonissel a le contact avec Delanoue qui pourrait lui ménager les liaisons nécessaires. Ce n’est pas fait. Gisclon reçoit de Bonissel les mille premiers numéros « légaux » de l’ECOLE LIBERALIBERATRICE» parue après la Libération. Cette tentative de prise en mains est facilitée par le fait qu’en zone sud – à la différence de la zone nord – le Front National a donné au Comité National des Instituteurs un développement très important, mais que le travail syndical a été quasi inexistant chez les enseignants jusqu’aux premiers mois de 1944. Cependant que les communistes privilégiaient le travail au sein du C.N.I., les réformistes créaient leurs propres organisations, « qui souvent n’exist(aient) que sur le papier » et devenaient « une entrave au regroupement des instituteurs ».

59Mais il est alors impossible de monopoliser le syndicat. Une « huitaine » de camarades – selon Gisclon – se réunit, parmi lesquels il cite Maria Pacaud, Mlle Bonne, Vieillefond, Vian, Fayard et lui-même. Ce noyau syndical décide de convoquer une assemblée générale des maîtres et maîtresses du premier degré pour reconstituer le S.N.I. Victor Boisson, Henri Bard et Georges Genre sont les premiers collecteurs d’adhésions désignés par le collectif. « Seules seront acceptées (celles de) collègues qui, depuis 1940, n’ont pas démérité de la République, en se compromettant avec Vichy – après avis du Conseil Syndical et application des statuts ». Le Conseil Syndical provisoire est constitué par Mesdames Pacaut, Doyat, Chabert, Charmettant, Pierre, Méty, Miolane, David-Cavaz ; Messieurs Boisson, Bard, Genre, Fayard, Carrié, Matagrin, Romanet, Lapp, Dumas, Achard, Saunier, Bordel, Antoine Ballandras, Crumière, Reynaud, Laliche, Navette, Depré, Bosland, Anselme, Villon. « L’ECOLE LIBEREE » succède à « L’ECOLE DE BARA ».Genre en assure la rédaction. Le titre, qui a été proposé par Genre et Boisson, célèbre la libération de l’école « des plus effroyables tyrannies qu’on ait jamais connues, celle de Vichy qui se superposait à celle de Berlin et ajoutait la honte à la terreur ». Mais, « en ce qui concerne l’Ecole » et ses maîtres, « il y a bien des libérations à obtenir » – expose J.R. Vieillefond, professeur à la Faculté des Lettres, qui s’exprime au nom des syndicats du secondaire et du supérieur. Il ne peut évidemment être question de reprendre le titre du « BULLETIN CORPORATIF », dont le dernier avatar vichyssois cause la mort définitive.

60Les premiers bureaux provisoires entrent en fonctions :

  • Pour la FEDERATION GENERALE DE L’ENSEIGNEMENT : Secrétaire Général : Vian (secondaire) ; secrétaires adjoints : Vieillefond (supérieur) et Boisson (primaire).
  • Pour la section du S.N.I. : Secrétaire Général : Bard ; secrétaires adjoints : René Milliex et Maria Pacaud ; trésorier général : X... ; trésorier adjoint : G. Genre ; rédacteur de « L’Ecole Libérée » : Carrié.

61Ce sont bien les résistants actifs et non les attentistes qui se retrouvent à la tête de la section départementale. A l’exception des maîtres qui ont pactisé avec l’Association Professionnelle, la direction rassemble des institutrices et des instituteurs de toutes les tendances. C’est une nouvelle alliance, comparable à celle qui prévaut au plan politique et dans toutes les directions de la C.G.T.

62Cette alliance ne survivra pas à la scission de 1947. Une fois de plus, les événements internationaux et les convulsions politiques intérieures seront répercutés dans le syndicat ; une fois de plus fleurira l’anticommunisme virulent.

1944 = L’épuration

63A la rentrée de 1944, une grande partie de la France est libérée ; mais la guerre continue. A Lyon comme ailleurs, explose l’exigence de l’épuration. Yves Farge, résistant nommé Commissaire de la République en remplacement du préfet, fait appliquer les textes parus en septembre au Journal Officiel. Le recteur de l’Académie de Lyon André Gain, l’Inspecteur d’Académie Edmond Delbos et Charles Constans, proviseur du lycée Ampère, sont suspendus de leurs fonctions. Le premier est traduit en Cour de Justice. Appliquant rigoureusement le décret vichyste du 15 juillet 1943 (loi du 31 mai 1943), il excluait de l’Université tous les étudiants réfractaires au S.T.O. Dans une lettre à Abel Bonnard, il se félicitait de l’esprit de collaboration largement répandu, selon lui, à l’Université de Lyon. Il est vrai que les Résistants, souvent marxistes ou démocrates-chrétiens, ne se sont pas fait enregistrer comme tels et que beaucoup sont partis au maquis. Il se hâtait de suspendre avec privation de traitement et de signaler les maîtres passés dans l’illégalité, parmi lesquels Georges Bidault, alors professeur au Lycée du Parc, Eugène Petit, professeur au Lycée Ampère, Mme Samuel et Mlle Vialtel (fille d’instituteurs, professeur au Lycée de Jeunes Filles de Lyon). Il envisageait de sanctionner l’Inspectrice départementale des écoles maternelles, Mlle Dufresne, jugée trop tiède à l’égard de Vichy. Il signale au ministre qu’elle « joint à des défaillances physiques sans doute réelles le culte de l’attentisme ».

64Le nom de l’Inspecteur d’Académie Delbos figurait au Ministère dans un tableau donnant une appréciation globale sur chaque Inspecteur d’Académie. Les noms des « meilleurs » sont soulignés en rouge, les « moins bons » en bleu, les « moyens » non soulignés. E. Delbos était classé parmi les « meilleurs ». « Connu de M. le Ministre », il respectait la proportion de désignations au S.T.O. qui lui était indiquée ; il établissait en commun avec le préfet la liste des révocations.

65Les fonctionnaires destituées sont remplacés par d’authentiques résistants : André Allix, professeur à la Faculté de Lettres de Lyon, devient délégué provisoire aux fonctions de recteur ; Jean Lonjarret, professeur au lycée Ampère, à l’inspection académique ; Jean Waldner, professeur au lycée Ampère, prend le poste du proviseur. Antoine Achard, directeur d’école à Lyon, remplit dans les mêmes conditons les fonctions d’inspecteur d’académie adjoint.

66Quatre professeurs, honoraires ou en activité, et un assistant des Facultés de Lyon sont également suspendus. Le censeur du lycée Ampère, Raulic, est arrêté.

67Enfin, toujours en application des textes officiels, – un « TRIBUNAL D’HONNEUR » est créé chez les instituteurs pour entendre sous serment les maîtres soupçonnés de collaboration. Cet organisme provisoire n’est pas habilité à prendre des sanctions. Les coupables doivent être jugés en Cour de Justice.

68Cette juridiction condamne André Lavenir à cinq ans d’indignité nationale. Avec Louis Blain et Fossemagne, il est révoqué sans pension. Laplace est suspendu pendant quelques mois. Cet ancien des « AIGLES ROUGES », passé du stage du Mayet-en-Montagne qu’il dirigeait au Bureau Interministériel de presse, puis au mouvement des « JEUNES DU MARECHAL » qu’il contribue à lancer, sera définitivement relevé de la sanction qui le frappe, le 28 avril 1948, par un « arrêté de mise hors de cause » pris par le ministre de l’Education Nationale. Large, membre du Service d’Ordre Légionnaire mais qui n’est pas allé jusqu’à la Milice, est suspendu pour une durée d’un an. Francisque Giraud a diffusé « LA VOIX OUVRIERE » favorable à l’Allemagne. Il est révoqué le 29 août 1945 après enquête nationale et départementale. Mais la Chambre civique de la Cour de Justice de Lyon le relève de l’indignité nationale et il est alors réintégré. Odin est déplacé d’office et censuré pour avoir fait la propagande de Vichy en conférence pédagogique. Les révoqués retrouveront tous leur droit à pension.

69Le cas d’Emery se dissocie dès lors nettement de celui de ses fidèles. Nous le verrons bientôt.

  • 6 Selon un document du ministère, il y aurait eu en France 91 instituteurs et institutrices membres (...)

70De son côté, le syndicat exclut les vichystes les plus compromis. Vendroux, qui a été détaché sous Vichy à l’Inspection à la Jeunesse, se hasarde en octobre 1946 à demander son adhésion au S.N.I. ; ce qui lui est refusé. Diverses autres demandes sont ajournées. Au total, le nombre d’indésirables au syndicat ne dépasse pas celui des doigts des deux mains6.

Rupture ou continuité ?

71Ces sanctions, au demeurant bénignes en comparaison des multiples arrestations, tortures et mises à mort subies par les Résistants, ne semblent pas, aussitôt après la Libération, faire problème. Elles donnent au corps enseignant lyonnais l’impression que les mauvais éléments, ceux qui ont trahi, sont éliminés.

72Le terme : « trahison » est équivoque. Si les sanctionnés l’ont mérité pour avoir trahi les devoirs de tout patriote, de tout démocrate en se faisant les hommes-liges de l’occupant nazi et de ses vassaux, s'ils ont trahi l’image d’hommes « de gauche », voire de « révolutionnaires », que se faisaient d’eux les enseignants rhodaniens, ne sont-ils pas restés dans la ligne qui était la leur, fidèles à une certaine conception du peuple, des rapports entre la masse et l’élite, fût-elle ouvrière, conception venue du fond des âges du mouvement ouvrier ? Certes, il y a eu déviation d’une certaine tradition syndicaliste : les vieux anarcho-syndicalistes ne confondaient pas les « élites » ouvrières avec les chefs militaires et politiques aux ordres d’un impérialisme étranger, ni avec le patronat de droit divin. Certains pourtant, plus sensibles à la magie des mots qu’à la réalité des choses et livrés à une aveugle passion politique, pouvaient estimer être restés dans la légitimité.

73S’est-on interrogé dans le Rhône sur cette question de la « trahison » ? On n’en trouve pas trace dans les publications, autrement que pour la reconnaître, la dénoncer, en exiger le châtiment. La presse communiste insiste sur les responsabilités des trusts qui ont porté Hitler au pouvoir, sur les mesures économiques et de structure à prendre pour rétablir la démocratie (tout le monde, en 1944-1945, se proclame pour les nationalisations inscrites dans le programme du C.N.R.) ; elle montre la nocivité de l’anticommunisme dans la marche au fascisme. Mais l’attention de l’opinion se polarise plus sur quelques individus que sur la terrible logique qui avait conduit certains à la collaboration. Quelques personnalités une fois mises à l’index, il semble que la situation soit assainie. On se trouve ainsi dispensé d’une analyse plus fine.

74On rencontre encore fréquemment dans le Rhône des enseignants qui ont vécu cette époque et qui ne comprennent pas comment leurs dirigeants ont pu sombrer dans les organismes de Vichy, chez Abel Bonnard qu’un résistant appelle « le plus pro-nazi de tous les ministres de Pétain », chez Philippe Henriot, unanimement détesté et méprisé.

75La réflexion eût-elle été plus poussée si un certain nombre de maîtres antifascistes et résistants n’avaient répondu à l’appel d’Yves Farges et fondé à Megève un havre pour enfants lyonnais particulièrement éprouvés par les privations et la guerre ? Ce noyau, composé de Pierre Blanchet, Jean Fayard, M. et Mme Méta, André Romanet, réunit vingt et un maîtres et maîtresses au premier trimestre 1945 et bientôt une quarantaine. Ce fut l’origine de « l’ŒUVRE DES VILLAGES D’ENFANTS », aux conceptions pédagogiques et sociales hardies, dont les établissements sont actuellement répartis dans le Sud-Est de la France. Il est évident que le milieu enseignant rhodanien a dû subir le contrecoup de ces départs au moment où s’opérait une difficile transition.

76Les bulletins syndicaux de 1944-1945 reflètent d’abord le souci de remettre en marche la machine, d’instaurer une république sociale, de rétablir la laïcité, d’améliorer les conditions de vie des enseignants, ainsi que le besoin d’une réforme profonde de l’enseignement. La cohésion qu’ils semblent traduire est pourtant illusoire. On s’en aperçoit rapidement.

77L’année 1944 n’est pas terminée que Florimond Gisclon émet des réserves : « La défaillance collective des pétinistes (sic)..., par prudence, intérêt ou conviction, est pour beaucoup, selon moi, dans l’attitude des Lavenir et consorts qui ont pu, par eux, se croire approuvés. Si nos syndicalistes de la Libération avaient été des militants chevronnés, ils n’auraient pas accepté que soient maintenues la plupart des nominations et promotions faites par Vichy ; ils n’auraient pas voulu faire comparaître devant le Tribunal d’Honneur des camarades révoqués en 1941, qui avaient commis le simple crime d’accepter la réintégration dans un métier qu’ils aimaient ». Ces « révoqués de 1941 » traduits devant le Tribunal d’Honneur, ce sont justement les « Lavenir et consorts »... On voit poindre, déjà, une tentative de culpabilisation générale et de réhabilitation des dirigeants faillis.

78Mais il faudra attendre la scission syndicale de 1947 et le passage du S.N.I. à l’autonomie pour que s’engage le processus. Fayard ayant qualifié la Résistance de « combat révolutionnaire », Vidalenche et Simond engagent le fer au Conseil Syndical du 12 février 1948. La Résistance, disent-ils, « a été une forme d’union sacrée, réalisant pleinement la collaboration des masses ouvrières avec le capitalisme, violant délibérément la démarcation des classes » ; ce qui a abouti à créer deux blocs : « d’un côté, le formidable capitalisme yankee et ses séides », de l’autre, de bloc des nations serrées autour de l’U.R.S.S. ou étreintes par elle (...) Le prolétariat n’a rien à faire avec ces querelles (...), querelles de brigands » qui « détournent les travailleurs de leur propre lutte... » Ces arguments sont repris dans un article du journal syndical.

79Cette campagne indigne les anciens résistants qui se réunissent le 3 juillet à la Bourse du Travail de Lyon. La protestation qu’ils adoptent est rédigée en termes très vifs. Constatant que, « ils sont parfois divisés sur des questions de politique pure, ils restent profondément unis par de solides liens d'amitié », ils affirment que de désintéressement le plus total a guidé leur conduite » et ils précisent ainsi le sens de leur combat :

80« Ils ont lutté simplement parce qu’ils avaient leur liberté individuelle, celle de leurs parents, celle de leurs amis, à défendre.

81« Ils ont lutté parce qu’ils n’avaient plus le droit d’être neutres dans leur enseignement.

82« Ils ont lutté parce qu’on voulait les obliger à assister à des réunions officielles où l’on mêlait le sabre et le goupillon, et où l’on insultait l’Ecole publique.

83« Ils ont lutté parce qu’on révoquait leurs camarades Juifs ou Francs-maçons.

84« Ils ont lutté parce que même dans leurs écoles ils étouffaient, surveillés, épiés, par des « collègues ».

85« Ils ont lutté parce qu’ils ont vu de pauvres vieux, des femmes, abattus chez eux par des miliciens et jetés sur des tas de fumier.

86« Ils ont lutté parce qu'ils ont appris de leurs parents qu’il vaut mieux souffrir que courber l’échine.

87« Ils ont lutté parce qu’ils ont voulu reconstituer un vrai syndicalisme ».

88Puis ils « constatent que la propagande pour le Maréchal Pétain, organisée par le fameux Comité, coïncide avec les attaques lancées par Vidalenche. Ils en prennent bonne note ».

89Et ils terminent par l’affirmation de leur détermination, suivie d’un cri passionné :

90« Si demain le même combat recommence, ils reprendront le même chemin.

91« OUVRE TES PRISONS, POUR VOYEUR ».

92Les signataires de ce texte brûlant de colère sont Antoinette Cluzan, veuve de Fabrice (directeur de « La Marseillaise » clandestine), elle-même déportée à Ravensbrück, P. Deloule, déporté à Mauthausen (Gusen II) et divers responsables du Syndicat National : H. Bard, Maria Pacaud, J. Fayard, G. Genre, V.A. Boisson, J. Saunier.

93De son côté, P. Gacon, proche d’Yves Farge et chef du service académique de la Jeunesse et des Sports, ancien président de la Commission d’enquête de l’Université de Lyon, adresse aux instituteurs une lettre ouverte ronéotypée.

94De la déclaration de Vidalenche, il dit : « Elle me paraît (...) tout à fait naturelle, à une époque où les Collaborateurs de toute espèce sont plus ou moins grâciés, où l’on fonde un Comité d’Honneur pour la Libération de Pétain et où les Résistants sont poursuivis, emprisonnés, voire même condamnés pour des actes de résistance ». Après avoir argumenté sur le sens de la Résistance (nationale et non révolutionnaire), qu’il était impossible de fausser à la Libération, il répond à l’accusation d’avoir participé à la répression administrative. Il estime qu’« il ne s’agissait pas de sanctionner des fautes contre le Syndicalisme en excluant des « Camarades » du Syndicat, ou en les blâmant. Il s’agissait de juger des gens qui n’étaient plus des camarades, parce qu'ils avaient manqué à leur dignité d’homme. Collaborer avec Vichy et avec l’Allemagne, c’était implicitement approuver – sinon aider – les crimes de la Milice et de la Gestapo, les déportations en Allemagne des ouvriers de tous les pays occupés, les exterminations des camps de la Mort. Auschwitz, Dachau, Ravensbruck, quelles belles réalisations d’un internationalisme prolétarien effectif auxquelles ont participé, au moins en esprit, ceux qui ont été les partisans de Vichy et de l’Allemagne ». De ces « crimes contre l’esprit », P. Gacon juge qu’« ils sont pires encore que les autres ».

95Mais trois ans après la fin de la guerre, l’époque est venue où les arguments des Résistants ne sont plus acceptés par la majorité de ceux qui, parmi les enseignants, les accueillaient d’enthousiasme en 1944-45 ou qui les subissaient en silence. Le poids des vieilles amitiés et des anciennes connivences pèse encore lourd. Pour les plus jeunes, il faut ajouter les déceptions consécutives à la non-application du programme du Conseil National de la Résistance, le partage du monde en deux blocs, désormais acquis, la partition politique et la division syndicale à l’intérieur...

96A l’Assemblée Générale du 8 juillet 1948, Antoinette Cluzan exalte la Résistance dont l’objectif premier était d’écraser le fascisme nazi et de restaurer la démocratie. Elle rappelle le serment fait par les déportés, dont elle fut, de continuer ce combat s’ils pouvaient rentrer en France. Son ordre du jour est repoussé et celui de Simond adopté par 100 voix contre 60. Dans le numéro suisant du bulletin, Mme Lebrat attaque violemment l’ancienne déportée, coupable de « mise en scène sacrilège ». Sont traités de « nécrophages » ceux qui osent rappeler non seulement les sacrifices, mais l’esprit qui animait les déportés. La réponse d’A. Cluzan est toute de dignité.

97Le terrain est prêt pour le second stade de l’offensive. Le 12 mai 1949, le Conseil Syndical décide à la majorité la « reconsidération de l’épuration ». « L’ECOLE LIBEREE » annonce la création d’une « COMMISSION DE REVISION DES SANCTIONS PRISES A LA LIBERATION », appelant les « camarades frappés qui désirent voir réviser leurs sanctions » à envoyer leur dossier au syndicat.

98Ulcérés, les anciens résistants refusent de siéger à cette commission, dont Jean Mathon rapportera les conclusions, adoptées le 17 novembre 1949 au Conseil Syndical, par 17 voix contre 12.

99Blain a préféré se faire oublier. Mais Lavenir reçoit l’hommage du Conseil Syndical, pour son « action inlassable et désintéressée » qui « a abouti à sauver de nombreux camarades ». Il a donc été « condamné injustement », alors qu’il avait accepté « un poste d’attaché de Bonnard sur la demande d’anciens syndicalistes pour essayer de lutter contre les sanctions prises, ceci en application de la théorie (discutable et que n’ont pas approuvée la plupart des membres de la Commission) de la politique de présence qu’il a toujours préconisée ». Il « n’a donc pas démérité de la fonction d’instituteur responsable devant ses pairs ». Le syndicat demande sa réintégration dans l’enseignement. Le 20 avril 1950, Chamarie propose la publication d’un bulletin syndical spécial sur le cas Lavenir. Le secrétaire Diot, faisant remarquer le coût élevé d’un tel tirage, s’y oppose ; mais il poursuivra les démarches pour la réhabilitation totale de Lavenir. Il est approuvé par 19 voix contre 11 à une motion de refus total présentée par Matagrin et 1 voix à la proposition Chamarie. La mesure d’indignité nationale qui frappait l’ancien attaché d’Abel Bonnard est levée en février 1949 ; en octobre 1950, il est rétabli dans ses droits à la retraite ; il « remercie à cette occasion les camarades du bureau, de la commission et du syndicat qui l’ont soutenu ».

100La majorité estime également qu’Odin a été « frappé injustement », alors qu’il ne faisait « que manifester généreusement son libre droit d’opinion et de parole. Dans l’impossibilité de demander réparation tant morale que matérielle pour une peine déjà subie », le Conseil « adresse à Odin son témoignage de sympathie, de confiance et d’amitié et demande que la notification de censure soit retirée de son dossier ».

101Le 17 novembre 1949, le même organisme syndical demande l’annulation de la révocation frappant Giraud et la réparation des dommages subis.

102L’adhésion de Laplace au S.N.I. ayant été repoussée par 15 voix contre 6 et deux abstentions, Chamarie reprend la plume pour le défendre, Il pose à nouveau la question devant l’assemblée générale du 30 avril 1950. Sa proposition recueille 23 voix contre 62 et 21 abstentions. Une autre adhésion contestée, celle de Lemonde, est repoussée par 44 voix contre 8 et 55 abstentions. C’est le dernier sursaut... Le climat de guerre froide générateur de scissions a recréé, non sans trouble, le bloc anticommuniste. Le renversement des alliances ne s’opère pas seulement sur le plan international.

Emery, suite et fin

103Au syndicat, personne ne se réclame plus d’Emery, idéologue dévalué. Sur ses démêlés avec la Justice après la Libération, les archives ne nous ont pas été ouvertes ; elles ne le sont que pour de rares privilégiés. Nous en sommes réduits à ses mémoires, qui présentent d’étranges lacunes, et aux témoignages de ceux qui l’ont connu.

104A la Libération, après avoir conçu un projet de fuite à La Louvesc où son ami Alexandre lui avait ménagé un refuge, le Maître est arrêté : « les communistes lyonnais, maintenant au pouvoir ou à peu près, avaient – dit-il – nourri l’accusation d’inventions ridicules, proportionnées à la crédulité d’une foule en délire ». Où passent ces accusations ? Par un miracle qu’il semble attribuer à sa parfaite virginité en matière de collaboration, il apprend bientôt du juge d’instruction que son dossier contient « en tout une feuille blanche ». Le voilà donc libéré – et séparé du même coup de son voisin de cellule Charles Maurras, accompagné de « son fidèle Pujo », ainsi que de l’ex-préfet de Pétain à Lyon, Angeli, qu’il prétend avoir aidé à préparer sa défense. Il se replie prudemment à Paris, où règne une atmosphère qu’il compare à celle de la Terreur de 1793.

105Mais en mars 1945, la Fédération de l’Enseignement du Rhône, le S.N.E.S. de l’Académie et le Conseil Syndical du S.N.I., réclament à l’unanimité « le châtiment mérité » de cet homme « qui avait jadis séduit tant de nobles cœurs » et « qui a sans vergogne renié le pacifisme qu’il professait jadis pour se ranger aux côtés du plus inhumain des impérialismes ». Ce qu’Emery traduit par : « Les communistes lyonnais exigèrent rapide procès et prompte mort ».

106Il est à nouveau incarcéré à Lyon et « livré au Fouquier-Tinville local ». La « terreur » régnante ne l’empêche pas de donner des conférences à l’intérieur de la prison. Un de ses fidèles auditeurs est l’industriel Berliet. A mots couverts, Emery laisse entrevoir l’appui que lui apporte le Parquet dans son procès en Cour de Justice :

107« Pour ce qui me concernait, le problème immédiat était de faire spécifier un chef d’accusation relativement modéré ; on y parvint, le Procureur aidant et non sans déjouer par miracle une manœuvre perfide qui aurait pu être fort dangereuse ».

108L’accusation ne fait citer aucun témoin à charge ; mais les témoins de la défense ne sont pas oubliés. Mgr. Gerlier intervient secrètement en sa faveur et vient le visiter, le soir de Noël 1945. Si l’on en croit Emery, un prêtre de l’escorte adresse au prisonnier « ses plus vives félicitations ». Dans le même temps, André Philip obtient du général De Gaulle la promesse d’une grâce présidentielle dès qu’une condamnation sera prononcée. Condamné à cinq ans de prison, 12 000 francs d’amende et à l’indignité nationale à vie, Emery est libéré au début de mars 1946, après avoir fait neuf mois de prison. En 1947, il est rétabli dans ses droits à la retraite.

109Il se fixe alors à Nîmes où sa femme obtient un poste de professeur. Il donne des cours au Grand Séminaire de la ville. Il remplit le même office à La Sauque, près de Bordeaux, dans un lycée confessionnel. Il se réclame de la « culture chrétienne » et les enseignants laïques lui « inspirent désormais une sorte de dégoût ». D dénonce « les vices féodaux de (la) corporation des enseignants : une terrible suffisance, un orgueil de caste illimité, un fanatisme implacable» ; tel est « le fond de leur nature (...), brusquement épanoui au grand soleil de la Résistance et du nouveau Pouvoir »

  • 7 Zoretti, syndicaliste partisan – avant-guerre – du désarmement unilatéral. Sous l’occupation, il c (...)

110Il reprend ses conférences – privées – dans des cercles restreints, à Lyon d’abord, où le rejoignent « quelques militants d’avant-guerre dont deux ou trois prolétaires hauts en couleur » ; à Avignon, il doit se limiter à des exposés philosophiques et littéraires. Il rêve de réaliser la synthèse de la raison et de l’instinct. Comme il ne reste pas sans influence, il se vante de « faire libérer quelques malheureux », mais il échoue pour « le pauvre Zoretti»7.

111Léon Emery est décédé à Carpentras, âgé de 84 ans et tout à fait aveugle, le 1er novembre 1981. L’avis nécrologique publié par la presse lyonnaise est d’origine rigoureusement anonyme.

Du passé au présent

112Une quarantaine d’années ont passé depuis la guerre, la faillite syndicale et la lente reconstitution du S.N.I. dans les dures conditions de la clandestinité. Le voile de l’oubli a couvert la plupart des noms si souvent apparus au fil de cette chronique. Pourtant, les sillons divergents qu’ils ont laissés derrière eux sont-ils complètement effacés ?

  • 8 Fossemagne est décédé le 1er février 1982.

113Fossemagne a occupé, jusqu’à une date récente, des fonctions très en vue à la direction départementale de la Mutuelle Générale de l’Education Nationale, puis à l’Amicale des Enseignants retraités du Rhône. Faut-il voir dans les élections qui l’ont porté à ces postes la volonté manifestée de passer outre à toute considération politique, ou la persistance d’affinités d’un autre ordre, renaissantes au vent froid des tensions internationales et intérieures ? La coalition qui a blanchi Lavenir et quelques-uns de ses amis conserve la direction de la section rhodanienne du S.N.I. jusqu’en juillet 1963, date à laquelle la tendance « UNITE » supplante celle des « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE » – jusque-là fortement dominante8.

114Ce n’est pas l’effet d’un rigoureux déterminisme si les avant-gardistes de Munich (dont beaucoup, mais pas tous, s’étaient ensuite retrouvés à l’Association professionnelle de Vichy) se prononcent, entre 1947 et 1950, contre la Résistance et affirment leur solidarité avec les plus compromis parmi leurs anciens dirigeants ; et si, dans cette attitude, ils sont approuvés par « l’actif » des instituteurs rhodaniens. A l’opposé, si Matagrin l’antimunichois de 1939, artisan parmi d’autres de la reconstitution syndicale, et les résistants les plus déterminés, sont plongés dans l’opposition seize ans durant après la Libération, comme si la scission syndicale avait été le révélateur des anciennes solidarités.

115Rien n’était joué... mais rien non plus ne peut faire que les traces idéologiques du passé ne continuent pendant longtemps à peser sur l’évolution des groupes sociaux. Cela mériterait une autre étude...

Bibliographie

SOURCES

– « L’Ecole Laïque », nos 14 et 15 (25 juin et 9 juillet 1942) ; « L’Ecole de Bara », no 2, septembre 1944 ; « L’Ecole Libérée », 10 septembre 1944 à 1950 ; Journal Officiel, septembre 1944 ; « Le Résistant du Rhône » (bulletin de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance), juillet 1980 ;

– Archives du S.N.I. – P.E.G.C. (Rhône), Fonds Perret ; Archives privées ; témoignages recueillis par l’auteur ; correspondances diverses ;

– René Bidouze, op. cit. ; Cahiers du Bolchevisme, 2e et 3e trimestres 1941 ; Francis Cohen : « La Nouvelle Critique », septembre 1968 ; Paul Delanoue, op. cit. ; Léon Emery : « Etapes... », op. cit. ; Georges Gilonne : « Lyon de guerre sous les bombes pendant la Libération » (Lyon, Badiou, 1945) : Henri Michel : « Histoire de la Résistance en France » (P.U.F., « Que sais-je » ?) ; Marcel Paul : « L’action syndicaliste dans la Résistance » in : « Des victoires de Hitler au triomphe de la démocratie et du socialisme ». (Ed. Sociales) ; Georges Politzer : « Révolution et contre-Révolution au XXe siècle », réédité en 1947 (Ed. Sociales) ; Pascal Ory, op. cit. ; Fernand Rude : « La Libération de Lyon et de sa région (Hachette littéraire, 1974) ; André Tollet : « La classe ouvrière dans la Résistance » (Ed. Sociales) ; Alban Vistel : « L’Université et la Résistance » (Mélanges Latreille, Audin, 1972).

Notes

1 Militant communiste originaire du Biterrois ; en juin 1944, il organise la 1ère subdivision des Francs-Tireurs et Partisans Français (rive gauche du Rhône), puis commande l’inter-région Rhône – Ain – Jura des F.T.P.F. A dater du 20 août 1944, il participe aux combats libératoires de Lyon et de la région. Il est le dernier à avoir parlé à Robert Guidicelli (cf. infra, 2 paragraphes).

2 Décédé en 1980.

3 Dans certaines administrations comme les P.T.T., un travail utile peut être fait dans les Associations Professionnelles. Ce n’est pas le cas chez les enseignants, où la collaboration règne dans les Associations professionnelles, dont la masse du personnel se tient massivement à l’écart.

4 « Front National de lutte pour l’indépendance de la France ». Le P.C.F. a appelé à sa constitution le 15 mai 1941, ce qui a eu de profondes répercussions chez les intellectuels, d’Aragon à François Mauriac.

5 Jean Marcenac y représente le Comité National des Intellectuels et Jean Roulon, de Paris, les enseignants de la zone nord.

6 Selon un document du ministère, il y aurait eu en France 91 instituteurs et institutrices membres du groupe « Collaboration » ; dans le Rhône, deux institutrices et un instituteur en faisaient partie. On ne trouve trace d’aucune sanction les concernant.

7 Zoretti, syndicaliste partisan – avant-guerre – du désarmement unilatéral. Sous l’occupation, il choisit la collaboration parisienne, dirige le journal « l’Atelier » qui « fournit l’armature idéologique du syndicalisme autorisé pour toute la zone nord » (Pascal Ory). Il accepte de diriger une « Université du Travail » à tendances profascistes.

8 Fossemagne est décédé le 1er février 1982.

Notes de fin

* « Cheval Rouge », les Editeurs Français Réunis, p. 76, 77.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search