Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Cinquième partie. (1940-1945)

Chapitre I. La politique scolaire de Vichy

Le bâton et la carotte

Texte intégral

La revanche

1La défaite, « divine surprise » d’après Charles Maurras, offre à ceux, que le Front Populaire a saisis de panique, l’occasion de la revanche. Ce qui a désarmé la France, ce ne sont pas les complaisances à l’égard de Hitler, les refus politiques et militaires d’organiser la défense du pays et la sécurité collective, mais les 40 heures et les congés payés. Et si le moral de la nation a été défaillant, la responsabilité en incombe pour la plus grande part aux instituteurs laïques, dont « l’enseignement corrompait le cœur et l’esprit des enfants », affirme « La Croix ». Le plus grand journal d’information, « PARIS-SOIR », fustige ces mauvais maîtres pour leur attitude pendant la débâcle. Eux, « qui auraient dû prêcher l’exemple, ont été au premier rang des paniquards. Ils n’en sont pas encore revenus. Au point que le gouvernement a dû, tout récemment, pondre une nouvelle circulaire. Pour rappeler ces gens à leur devoir (...). Le gouvernement savait que ces instituteurs et ces professeurs avaient fui ».

2Ceux d’entre ces lâches qui sont originaires du Rhône ont pourtant obtenu une centaine de citations à l’ordre de la Nation, de l’Armée ou de la Division. Sur 450 mobilisés, ce n’est pas une mince performance. Mais cette information est réservée au seul corps enseignant. La « vérité politique » du moment accable les instituteurs. Ils vont voir déferler sur eux toute une série de mesures coercitives.

3Le 17 juillet 1940, les recteurs reçoivent l’instruction de relever certains maîtres de leurs fonctions. Faut-il préciser quels sont les membres du personnel visés ? Le 16 août, le ministre attire l’attention des recteurs sur « l’influence pernicieuse des doctrines politiques d’un trop grand nombre de membres de l’enseignement ». Une grande partie des activités ministérielles sera, jusqu’à la fin de la guerre, consacrée aux sanctions. La loi du 13 août 1940 interdit les « associations secrètes » ; elle sera sans cesse rappelée. Les communistes sont les premiers touchés. Elle vise aussi les francs-maçons. Le 30 avril 1941, Darlan renouvelle l’ordre de faire signer à chaque fonctionnaire ou agent de l’Etat une déclaration de loyalisme. Mais les hauts fonctionnaires ne font pas preuve d’un zèle démesuré dans l’application de cette directive : le 28 mai 1941, le secrétaire d’Etat à l’Education Nationale et à la Jeunesse intime l’ordre aux Inspecteurs Généraux et Inspectrices Générales d’envoyer d’urgence leur propre déclaration de loyalisme. Le 31 mai, une nouvelle circulaire aux recteurs, signée Carcopino, rappelle que la franc-maçonnerie figure parmi les organisations interdites et il exige l’emploi des formules ronéotypées du Ministère pour faire les déclarations. Le 22 février 1943, toutes les déclarations attendues ne seront pas arrivées ; un rappel aura encore lieu un mois après. Les fonctionnaires ayant souscrit de fausses déclarations feront l’objet d’une enquête. Le 4 octobre 1941, un télégramme ministériel ordonne la démission d’office des enseignants dignitaires francs-maçons – décision confirmée par une circulaire portant la même date. Néanmoins, une mesure « de faveur » est prévue pour les prisonniers de guerre : ils ne seront déclarés démissionnaires d’office qu’à leur retour de captivité. Pendant toute l’année 1943, on se préoccupera au ministère de revoir certains dossiers de francs-maçons démissionnés d’office et, en mars 1944, Laval donnera l’ordre de surseoir à ces démissions lorsqu’il s’agit de prisonniers de guerre, jusqu’à conclusion d’une enquête qui sera entreprise à leur retour.

4Sous la IIIe République, le corps enseignant était représenté auprès de l’administration par des organismes consultatifs. Dès le 22 décembre 1940, le recours au Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire a été supprimé en matière de sanctions. Aussi le Rectorat et l’Inspection Académique règlent-ils désormais, sans en référer à qui que ce soit sauf au Ministère, non seulement les affaires disciplinaires, mais aussi l’organisation scolaire, l’avancement, les mutations.

5Quelques sanctions ont été prises dans les départements ; nous verrons plus loin ce qu’il en est dans le Rhône. Mais c’est insuffisant aux yeux du ministre qui semonce ses recteurs pour leur manque d’énergie. Il leur faut « prendre toutes dispositions utiles pour que les maîtres de l'Enseignement primaire qui auraient manqué à leurs devoirs professionnels ou civiques soient rappelés au respect de l’autorité et mis hors d’état de continuer une propagande funeste (...). Les Inspecteurs d’Académie devront préciser tous les faits dont ils auront connaissance. Il arrive journellement que des faits sont dénoncés au Ministre, qui ne lui ont pas été signalés par les Inspecteurs d’Académie ».

6Les mesures à prendre sont de trois ordres : déplacement dans le cadre du département, déplacement hors du département et relèvement de fonctions prononcés par le Ministre sur proposition du préfet, révocation par le préfet. Quelques mois après, le Directeur de l’Enseignement Primaire allonge la liste des sanctions. Il y ajoute « la rétrogradation de classe ou de fonctions, qui permettra notamment de ramener un directeur à des fonctions d’adjoint ; la suspension sans traitement dont la durée ne peut excéder une année ». L’avis du Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire ne sera demandé que dans les seuls cas comportant une interdiction absolue d’enseigner.

7La formule à employer pour notifier les sanctions aux personnels concernés est déterminée par le Ministère. Elles sont prises « dans leur intérêt et dans celui du service » – ou bien, s’il s’agit de fonctionnaires que l’examen de leur dossier a fait ranger dans la catégorie de ceux qui ont « consacré une partie de leur temps à une agitation politique contraire aux intérêts de la France ou qui se sont livrés à des manifestations publiques de désordre social », il y aura lieu de les prévenir qu’ils sont frappés d’une « sanction disciplinaire ».

8Sont sanctionnés aussi les fonctionnaires qui refuseraient le poste auquel ils ont été affectés. Il faut « que chacun se persuade que son devoir est avant tout de « servir » et que les convenances personnelles doivent céder le pas à l’intérêt général ». D’ailleurs, les nominations comme les promotions se font sans le concours du Comité Consultatif.

9Les menaces, les sanctions, l’aggravation de l’autoritarisme assurent-ils au moins quelque tranquillité aux ministres de Vichy ? Même pas. Dès 1941, le secrétaire d’Etat s’indigne : « ... depuis la réouverture de nos classes, il ne se passe pas de semaine sans qu’on me remette des tracts distribués aux élèves ou diffusés par eux (...) J’approuverais toutes les sanctions, même les plus sévères, prises à l’encontre des sujets coupables et des maîtres dont la docilité aux ordres supérieurs ou l’autorité sur leurs disciples se révéleraient insuffisantes ». Peine perdue... En 1943, Pierre Laval avertit les fonctionnaires qu’ils seront révoqués s’ils sont réfractaires au S.T.O. ou s’ils incitent les jeunes à s’y dérober – et celà sans préjudice des autres mesures répressives. L’année suivante, le chef de cabinet du ministre fait état de « désordres » dans les établissements secondaires et « les élèves-instituteurs y ont souvent une place prépondérante » Le grand objectif : mater le peuple, mater les enseignants, serait-il donc inaccessible ? Pourtant, dès le début de 1941 – pour bien montrer qui commande ? – la Délégation générale du Gouvernement français dans les Territoires occupés fait parvenir à tous les directeurs du ministère copie d’une lettre de Von Stulpnagel, commandant militaire allemand, demandant que cesse le transfert en zone non occupée des enseignants prisonniers de guerre « mis en congé de captivité à titre révocable ». Le procédé révèle la considération de l’occupant à l’égard du gouvernement Pétain.

10Est-ce pour se ménager les bonnes grâces du maître que le régime de Vichy entreprend presque aussitôt la mise à l’écart, puis la chasse aux Juifs ? Le 18 octobre 1940, le gouvernement leur fait interdiction d’occuper tous emplois conférant une influence ou une autorité quelconque. Au nom de quoi les israëlites sont rejetés de la Fonction Publique. Un peu plus tard, le Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale et à la Jeunesse précise : Même dans les cas où des dérogations ont été accordées (« pour services exceptionnels ») à des interdictions prononcées contre les Juifs, « en aucun cas (...) un Juif n’est dispensé du recensement prescrit par h loi du 2 juin 1941 ». Ni lui ni sa famille ne peut être soustrait globalement « à toutes les conséquences pouvant résulter de sa qualité juridique de Juif ». A la veille de la Libération, le ton se durcit encore : le Directeur de l’Enseignement Primaire ordonne, « pour (lui) permettre de répondre à une demande de M. le Commissaire Général aux Questions Juives », de lui transmettre la liste des instituteurs et institutrices juifs éliminés du personnel « en application des lois que la protection de la race (lois des 3 octobre 1940 et 2 juin 1941) ». Il est à l’honneur du corps enseignant et de la majorité de ses chefs de ne pas avoir obtempéré à de tels ordres – tout comme les instituteurs ont massivement ignoré celui, qu’ils avaient reçu de fournir la liste de leurs élèves Israélites, quand il en existait dans leurs classes.

Les « Valeurs spirituelles »

11Au moment de l’armistice, la très maigre organisation des instituteurs d’Action Française, « L’UNION CORPORATIVE DES INSTITUTEURS », croit arrivé le moment du triomphe. Le 1er juillet 1940, elle adresse « au vieux Père, Sauveur de la Patrie, l’hommage fervent de notre gratitude et de notre volonté du bien », ce dont la félicite l’éphémère ministre Albert Rivaud, qui ajoute : « L’Union Corporative aura un jour un rôle à jouer pour former les cadres dont nous aurons besoin ». Le 15 juillet, le ministre ayant changé, l’U.C.I. adresse à son successeur Emile Mireaux une lettre identique. Mais les offres de service de ce groupuscule sont vraiment trop peu crédibles pour être acceptées. Le 24 septembre, le secrétaire général de l’U.C.I., renouvelant au Secrétaire d’Etat à la Fonction Publique l’expression de sa confiance, l’incite à mettre à la tête de l’école « des hommes dignes au passé irréprochable ». Charles Maurras salue en l’U.C.I. des instituteurs nationaux ». Ils n’en sont pas moins déçus dans leurs espérances.

12Les perspectives vichystes, en la matière, sont tout autres : mettre de l’ordre, oui – mais en privilégiant les écoles chrétiennes. Le 8 septembre 1940, la loi du 7 juillet 1904 portant suppression des écoles congréganistes est abrogée. Pour l’attribution de bourses, de subventions, les Caisses des Ecoles, les établissements privés sont mis sur le même plan que les écoles publiques ; ils sont très souvent favorisés si l’on fait le rapport du nombre d’élèves aux subsides obtenus.

13Second objectif : transformer l’école publique en la pliant à la loi du nouveau régime. La suppression des Ecoles Normales d’instituteurs et d’institutrices, la dissolution des Délégations Cantonales visent à faire table rase du passé laïque.

14Les réformes de septembre 1940 ravissent « Le Nouvelliste » qui, dès le 26 août, exprime en tête de sa première page les exigences de la France du Maréchal. Il trace les perspectives pour « l’Ecole Française de demain » : « L'école française n’est pas neutre », affirme-t-il ; c’est toujours la lutte entre l’ordre et le désordre, entre la France et l’anti-France. Le 18 et 22 septembre, il titre sur la réforme de l’enseignement primaire et la suppression des Ecoles Normales, mettant l’accent sur « la formation morale et politique des Français de demain ».

15La loi du 6 janvier 1941 prévoit que l’enseignement religieux pourra être donné à l’école par les ministre du culte. Dès le mois de décembre 1940, les « devoirs envers Dieu » prennent place dans le programme de morale des écoles publiques. Mais la circulaire du ministre Chevalier, qui le décide, sera assouplie par la loi du 10 mars 1941 de son successeur Carcopino ; celui-ci remplacera les « devoirs envers Dieu » par « les valeurs spirituelles » et « la civilisation chrétienne ».

16La France a beau être sous le joug, les ministres fugaces craignent ses réactions. A la mi-juin 1940, déjà, Paul Baudoin, « Conseiller du Maréchal » s’entretenant avec le Cardinal Gerlier, estimait « dangereuse » une situation qui ne devait à aucun prix apparaître « comme une revanche, sinon de l’Eglise, du moins des gens d'Eglise ». Ainsi peuvent s’expliquer certaines variations. La décision, prise le 16 avril 1941, de retirer les emblèmes religieux des mairies et des écoles publiques là où ils ont été apposés, suscite une mise au point du 23 août, expliquant que la circulaire précédente ne doit pas être appliquée sans discernement ni trop strictement. Il convient de laisser ces emblèmes quand la mesure est « fondée sur la tradition locale » et a reçu « la pleine approbation de la population ».

17On ne se battra guère, généralement, sur ce point. Mieux vaut faire pénétrer le vichysme dans les écoles en purifiant celles-ci des ouvrages « malsains ». Aux grandes vacances 1940, une « LISTE A » de manuels scolaires a été mise à l’index. Un an après, une « LISTE A’ » s’y ajoute. Puis vient une liste complémentaire en novembre 1941 ; elle est accompagnée d’une « LISTE OTTO » « d’ouvrages littéraires français non désirables » établie par les autorités d’occupation.

18Il est temps de rééduquer les jeunes instituteurs, qui sont invités par Carcopino à profiter de leurs vacances pour suivre les écoles des Cadres de la Direction de la Formation des Jeunes. Que les maîtres lisent à leurs élèves « l’allocution aux enfants des écoles » de Pétain. Un véritable culte du « Maréchal » est orchestré par des concours de dessins d’enfants, de « la plus belle lettre au Maréchal », sauveur de la patrie, que les écoliers doivent honorer par le salut aux couleurs devenu obligatoire dans les établissements. Le vieux chef n’est-il pas le continuateur de Jeanne d’Arc, dont la commémoration, le jour de sa fête, est, elle aussi, obligatoire ?

19Les nouvelles générations seront fortes et pures. Elles arboreront fièrement à l’école les insignes autorisés : la Francisque et celui de la Légion Française des Combattants. En 1943, s’y ajoute celui de la Milice. Mais le psychodrame qui se joue à Vichy impressionnera-t-il les Français au point de leur faire chanter « La Marseillaise » sur l’air du « Deutschland über alles » ?

Dans le Rhône : sanctions, privilèges, difficultés quotidiennes

20Le Rhône se met à l’heure « nationale » lorsqu’au cours du premier trimestre 1940-1941, Pétain vient en visite à Lyon. Obligation est faite aux maîtres et aux élèves de constituer une haie d’honneur. « Le spectacle que notre jeunesse a donné au Maréchal est inoubliable », s’extasie le Bulletin Officiel. L’Inspecteur d’Académie félicite aussi les instituteurs pour leur participation à la « SEMAINE COLONIALE » qui a remporté un franc succès.

21Est-ce à dire que le corps enseignant du Rhône se rallie en bloc au vichysme ? Les responsables académiques en sont si peu convaincus qu’ils ont cru bon de publier dès la rentrée de 1940 deux circulaires relatives aux « associations secrètes » et aux « manquements politiques ». Quant à la législation raciste, son application doit être sans faiblesse. Le ministre Chevalier, répondant à l’Inspecteur d’Académie de Lyon, rejette les demandes de relèvement de déchéance présentées par celui-ci. En suite de quoi, « trois fonctionnaires Israélites de rang élevé dam le primaire et deux femmes seront exclus de l’Education Nationale à Lyon, et cinq dans le secondaire ».

22A partir de janvier 1941, les sanctions pour raisons politiques se multiplient. On se souvient que Viviand, instituteur à Villié-Morgon, et Jean Fontaine, retraité, sont internés en Algérie jusqu’en novembre 1941. Camille Joly, instituteur communiste et maire révoqué de Villeurbanne, est déplacé en Haute-Savoie, où il est assigné à résidence. Parmi les dirigeants syndicaux, Lavenir est muté d’office dans les Hautes-Alpes ; Simond dans l’Ain ; Vidalenche dans la Creuse ; Blain dans la Loire ; Odin et son épouse dans la Creuse. Laplace doit aussi quitter le département.

23L’inspirateur et maître de la politique du S.N.I. dans le Rhône, Emery, se voit affecté à Bordeaux par une « épuration d’ailleurs peu féroce », dit-il. Il est vrai qu’en zone occupée, il peut facilement entrer en contacts avec ses amis de la « gauche » pacifiste qui ont choisi la collaboration parisienne, sous la houlette directe de l’occupant : en particulier Zoretti, ancien de l’éducation ouvrière de la C.G.T., Albertini, proche de Déat et bien d’autres.

24Sont déplacés à l’intérieur du département : Renée et Robert Matagrin (de Villeurbanne à Saint-Bel) ; Mme Forest-Phily (de Francheville à Chamelet), Mme Meynier – ces deux dernières ayant été grévistes le 30 novembre 1938 – ; Corvisier, Grange et sans doute d’autres collègues. La liste, établie essentiellement d’après les souvenirs de militants – en l’absence d’accès aux documents d’archives correspondants – n’est pas exhaustive.

25Un peu plus tard, quatre révocations interviennent pour appartenance à la franc-maçonnerie : celles de Jean Barange, directeur de l’Institut des SourdsMuets, rue Jean-Jaurès ; Chamard, directeur d’école à Villeurbanne ; Gabillat, instituteur à l’école d’application ; Florimond Gisclon, qui trouve un refuge professionnel dans la coopérative de construction « L’AVENIR » et la Banque des Coopératives.

26L’école publique tenue en lisière, les établissements confessionnels voient s’accroître leurs possibilités. En 1941, la délégation spéciale substituée par Vichy à la municipalité lyonnaise débloque, pour subventionner les écoles privées, un million de francs, pris en partie sur les Caisses des Ecoles, en partie sur le budget général. La loi du 2 novembre 1941 transférant la charge de ces subventions aux départements, le Cardinal Gerlier obtient du préfet un supplément de 400 000 francs. Cette manne est la bienvenue pour les bénéficiaires. Les « instituteurs libres » du diocèse de Lyon écrivent à Pétain pour s’engager à faire prier leurs élèves afin que ses efforts soient couronnés de succès. « Que Dieu vous soutienne et vous éclaire », ajoutent-ils. L’impact politique a été important. Bernard Aulas constate qu’à la différence des catholiques qui travaillent dans l’enseignement public, ceux de l’enseignement privé prirent à Lyon « relativement peu de part à la résistance spirituelle, à part quelques directeurs qui camouflèrent des Juifs ». C’est – estime-t-il – la conséquence des pesanteurs sociologiques, de la soumission à la hiérarchie et de l’attachement à un « ordre nouveau » qui subventionne largement « l’école libre ».

27Cependant, les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles. Le ravitaillement se fait précaire et toujours insuffisant, surtout dans l’agglomération lyonnaise. Au cours de la guerre, s’ajouteront aux misères éprouvées les bombardements qui n’épargneront pas Lyon. Au point que, pour ces raisons, l’Inspection Académique décide, fin 1943, d’alléger, puis de supprimer les devoirs à domicile.

28Le 3 octobre 1941, le service social des cantines scolaires lyonnaises est confié à la Légion Française des Combattants. Le 25 du même mois, un «COMITETE D’ENTRAIDE DE LA REGION LYONNAISE » est créé pour aider au ravitaillement des grandes collectivités, dont les écoles. Mais le comité précise qu’il « filtrera sévèrement les ayants droit, sans instaurer une sorte de collectivisme alimentaire dont l’application ne constituerait pour beaucoup de bénéficiaires qu'une solution de paresse préjudiciable à la cohésion familiale. Il n’est aucunement souhaitable que l’idée d’une aide généralisée se propage par la population ». Cela fixe les limites de « l’entraide » ainsi organisée...

29En conséquence, sont exclus des cantines les enfants dont les parents sont présents à leur domicile pour le repas de midi. Les enfants étrangers admis dans les cantines ne peuvent en aucun cas être exonérés. Ils devront payer 4 francs le repas. Les maîtres surveillent les cantines scolaires au pair, sans rétribution. Durant l’hiver 1942-1943, les rations seront réduites et les prix augmentés de 25 %. De plus, les enfants devront donner leurs tickets d’alimentation en contrepartie. Les gosses des couches populaires paient un lourd tribut de privations à l’occupant et à sa guerre.

Des instituteurs dans le sillage de Vichy

  • 1 En 1941, en exil dans la Haute-Loire, Lavenir se vante de ses relations avec un membre du cabinet d (...)

30Le Syndicat National une fois dissous, le gouvernement de Vichy ne peut pas compter uniquement sur des mesures d’autorité et de répression pour faire passer sa politique dans ce corps rebelle qu’est l’enseignement. Où trouver les médiateurs, sinon parmi ceux qui – justement dans le syndicat – ont acquis une grande audience en pratiquant objectivement et avant terme une certaine « collaboration » ? Cela conduit à réviser certaines des sanctions, prises dans l’enthousiasme du triomphe politique représenté par la défaite française et son corollaire, le régime de Vichy. Dans le Rhône, les premières révisions concernent sept anciens militants, en tête desquels viennent Emery, Blain et Lavenir1, qui deviennent des personnalités du nouveau régime. Reviennent aussi dans le département M. et Mme Odin, Simond et Mlle Fraisse – institutrice ardéchoise mise à la retraite d’office, puis réintégrée à Lyon. De son exil bordelais, Emery nous révèle l’étendue de ses relations. Son ami Alexandre, co-responsable de « FEUILLES LIBRES », est arrêté comme juif par les nazis. Emery court à Paris. En un temps record, il voit Déat, Scapini, De Brinon et il fait immédiatement libérer Alexandre, en compagnie duquel il peut encore excursionner au Mont-Saint-Michel, pourtant interdit d’accès aux non-résidents par l’armée allemande. Surprenante efficacité d’un professeur perdu à Bordeaux et qui – nous dit-il – faute d’autres occupations, entreprend alors d’écrire un « BALZAC ».

31Autre tour du destin : « Sur le plan de l’infinitésimal et en vertu de ces jeux de billard dont personne ne comprenait la cause, je fus brusquement et à ma vive surprise réintégré à Lyon » en 1942. Et là, « histoire « saugrenue », un jeune camarade (...) travaillant de bon cœur à la Légion lyonnaise » des Combattants lui demande « de faire une conférence sur le communisme dans une école de cadres de la Légion qui siégait à Allevard. Parfaitement ignorant de ce que cela voulait dire – assure le bon apôtre – je me laissai une fois de plus séduire par l’action ». Une série de « malentendus » et de coïncidences fait qu’il devient « inopinément un doctrinaire de la Légion ». Emery, ou l’innocence piégée !

32Fossemagne pourra tirer gloire du fait qu’au cours de l’année scolaire 1942-1943, trois cents instituteurs et institutrices du Rhône aient suivi les stages d’Allevard. Mais Emery, propagandiste du Maréchal, n’opère pas seulement à Allevard. Un instituteur ardéchois en témoigne : Convoqué par son Inspecteur d’Académie à un stage qui se tient à Clerlande, magnifique château attribué aux cadres des « CHANTIERS DE JEUNESSE », il y trouve le directeur du stage, le Lyonnais Laplace, qui indique le but poursuivi : former les dirigeants de l’association des « AMIS DU MARECHAL ». Mais laissons parler le témoin :... « quand je vis descendre de la voiture noire battant pavillon du Maréchal, Léon Emery en personne, j’en fus bouleversé (...) Nous eûmes droit, par la bouche du prophète, à la bonne parole : « Pétain, notre sauveur, Travail, Famille, Patrie. La République est un luxe que nous ne méritons pas, etc, etc ». L’idole descendait de son piédestal et mon pacifisme intégral était remis en question ».

33Chaque chose revient à sa place. La convocation à un stage par les autorités académiques ne témoigne pas des sentiments vichystes des participants. Fossemagne avait tort de se réjouir à l’automne 1943.

Emery collaborateur

34Fin 1943, la Légion coupe les vivres au centre d’Allevard : « Les maquis – dit Emery – se multipliaient autour de nous et sans doute parmi nous ». Voilà le Maître sur la paille – pas pour longtemps. Son ami Georges Albertini, instituteur d’origine et directeur général du cabinet de Marcel Déat, fait d’Emery un « chargé de mission » appointé du très fasciste « RASSEMBLEMENT NATIONAL POPULAIRE ».

35Il publie un ouvrage sur « LA TROISIEME REPUBLIQUE » à l’Agence Inter-France de Paris, « principauté journalistique » dont le responsable en titre, Dominique Sordet, a le soutien des Allemands et l’aval du gouvernement de Vichy qui le subventionne. La post-face de cet ouvrage tente de répondre aux reproches qui lui sont adressés d’avoir observé un « quasi-silence » sur le « rôle des Juifs et des francs-maçons dans la décomposition du régime et la marche à la guerre ». Emery trouve son excuse dans « l’ignorance » où il se trouvait « des faits et des textes qui auraient pu (le) conduire à autre chose qu’à des formules banales et vagues, trop proches de la propagande courante ».

36In extremis, il collabore à l’hebdomadaire « Germinal », lancé en mars 1944 par l’ex-socialiste Claude Jamet et financé par le trust allemand Hibbelin.

37Plus la défaite allemande se précise et plus le Maître brûle ses vaisseaux. Le 30 juin 1944, apprenant l’exécution par la Résistance de l’ex-militante Jeanne Chenevard devenue collaboratrice et membre de la délégation spéciale à la Mairie de Lyon, il écrit à Albertini :... « toute une partie de notre jeunesse n’est plus qu’une hideuse canaille pour laquelle un système bien compris de travaux forcés serait le seul traitement curatif convenable ». Il ne peut s’empêcher d’être inquiet : « Votre optimisme m’est très agréable et vient lutter contre mes humeurs noires, de telle sorte que je souhaiterais plus encore vous lire souvent. Non certes que mes positions puissent changer d’un iota ; au contraire je me sens de plus en plus germanophile et plus convaincu que jamais que seule la tutelle allemande peut sauver la France et l’Europe. Mais il y a des moments où l’énormité de la tâche m’effraie (...) « Si les VI ont un pouvoir suffisamment démonstratif » (pour « démontrer aux Américains que la poursuite de leur offensive sera terriblement coûteuse »), tant mieux. Je paierais cher aussi pour voir réapparaître une flotte sous-marine réadaptée »...

38Ce à quoi répond l’adjoint de Déat : « Je crois que la situation militaire de l’Allemagne est plus solide qu'on imagine généralement ». Après avoir évoqué « la révolution technique de l’armement » dans le IIIe Reich, ses « réserves inentamées», une possible contre-offensive allemande en Normandie, il livre son espoir secret : « Je crois qu’à l’Est, Hitler ne peut pas traiter dans la situation présente. Si le compromis s’était fait à Stalingrad, c’eût été une victoire complète. S’il avait été négocié sur le Dniepr, il aurait eu véritablement le sens d’un compromis. Mais conclu sur la Vistule, il ressemblerait davantage pour l’Allemagne à une défaite qu’à une victoire (...) Si bien que, malgré l’apparence, c’est bien à l’ouest qu’à mon sens se joueront les destins de l’Europe ».

39Emery figure parmi les idéologues de la collaboration cités par l’ambassade hitlérienne à Paris, avec Henri Béraud, Abel Bonnard, Robert Brasillach, Marcel Bucard, Louis-Ferdinand Céline, Marcel Déat, Alfred Fabre-Luce, etc. Passant en revue les publications collaboratrices parisiennes, un rapport adressé à la Wilhelmstrasse, sous la signature de Brethauer, se conclut par les précisions suivantes : (...) « L’hebdomadaire du protestant Alphonse de Chateaubriant, « LA GERBE », a un caractère particulier. Il parle d’un nouvel empire mondial de Charlemagne, dont le centre politique et religieux sera l’Allemagne.

40« L’hebdomadaire « REVOLUTION NATIONALE », dont le directeur est Lucien COMBELLE, et auquel collaborent Drieu-la-Rochelle, Marcel Déat, L. Emery, Robert Brasillach, travaille à une synthèse des thèses divergentes.

41« De la même façon, l’hebdomadaire de la Milice Française, « COMBATS », s’efforce de parvenir à un compromis entre le courant socialiste et le courant favorable à la Nouvelle Europe ».

La mission de Blain et de Lavenir

42Blain, l’auteur de l’article sur « le Justicier Hitler » et Lavenir, l’ancien secrétaire général lyonnais du S.N.I., vont trouver un habit taillé à leurs mesures grâce à l’entrée de Philippe Henriot et d’Abel Bonnard au cabinet Laval.

43Bien que certaines de ses lettres partent de Lyon (285 cours Lafayette), Blain s’établit à Paris, dans l’ancienne maison des syndicats de fonctionnaires et du S.N.I., confisquée pour devenir le siège du Ministère de l’Information que dirige Philippe Henriot. L’ancien militant rhodanien est particulièrement chargé de développer ses activités en zone sud, où il tente de corrompre les anciens syndiqués, s’adressant à la fois à eux et aux inspecteurs d’académie.

44A la recherche de correspondants départementaux, il bouscule les règles de la hiérarchie et passe par dessus la tête du ministère de l’Education Nationale. Certains Inspecteurs d’Académie protestent ; d’autres proposent des noms, mais font passer leur réponse par leur ministère. A plusieurs reprises, A. Bonnard écrit à Ph. Henriot – sans nommer Blain, mais celui-ci est au centre du conflit de compétences. Par exemple : « ... Je suis heureux de pouvoir ainsi vous aider à poursuivre votre œuvre. A titre de renseignements, je me permets de vous signaler qu’il y a intérêt pour gagner du temps et pour éviter des correspondances et des dépenses de papier, toutes les fois que vous vous adressez aux Inspecteurs d’Académie, à me saisir directement... ».

45Lavenir opère à Vichy, au ministère de l’Education Nationale. Son patron Abel Bonnard sympathise avec le nazisme depuis au moins 1936, époque où il exaltait « Tordre viril de Nuremberg ». Il est membre du COMITE FRANCE-ALLEMAGNE, de P « ALLIANCE RURALE » de Dorgères et des « OUVRIERS DU P.P.F. », parti de Doriot. En 1942, Laval lui confie le ministère de l’Education Nationale, qu’il va conserver jusqu’à la Libération. Aux cadres miliciens d’Uriage, cet esthète en littérature déclare : « L’opinion n’est qu’une énorme femelle ; je salue en vous l’élément mâle de la nation ». Son « ami Darnand », chef de la Milice, n’est pas, expose-t-il « un spécialiste de la pensée mais toutes les pensées justes qu’il faut pour éclairer une action forte, je vous garantis que Darnand les a » – ce qui n’est pas le cas de « tant de pauvres intellectuels (qui) s’égarent à force de raisonnements ». Le ministre, « réchauffé » par cette « chose saine, virile et tenace » qu’est le groupe de tueurs appelé Milice, salue à l’hitlérienne la « LEGION DES VOLONTAIRES FRANÇAIS CONTRE LE BOLCHEVISME », en 1944, au Vél’d’Hiv’.

46Le motif avancé par Lavenir pour servir un tel maître est qu’il y a toujours quelque chose à sauver, quelque personne à aider. Au ministère, il s’occupe de la révision des sanctions encourues par ceux qu’il estime pouvoir peut-être récupérer. Il prépare les circulaires, dont certaines ont trait aux rémunérations. Cela lui permet de s’adresser aux anciens secrétaires départementaux du S.N.I. et à quelques militants en des termes inattendus à cette époque. Ainsi, une circulaire de quatre pages débute par la formule « Mon cher camarade ». Comparant la situation des instituteurs à celle des commis, qui servait de base de référence sous la IIIe République, il montre que par divers décrets, Vichy a favorisé les premiers par rapport aux seconds : « Ainsi les déclarations du Maréchal, chef de l’Etat, n’ont pas été de vaines paroles mais des promesses tenues. Dites à vos collègues que notre passivité n’a pas facilité la tâche de ceux qui défendent leurs intérêts. Qu’ils songent un peu au proverbe : « Aide-toi, le ciel t’aidera ».

47L’objectif est de « créer un mouvement corporatif solide par les Associations professionnelles » avec le label de Vichy.

48Un programme est proposé : création d’un cadre supérieur de quatre classes, révision des indemnités de direction, réorganisation du statut corporatif avec création d’un conseil professionnel, réorganisation pédagogique, etc. A l’occasion, Lavenir donne des conseils concernant la répression. Apprenant qu’un journal « communiste » circule clandestinement parmi les instituteurs grenoblois pour les inciter à reconstituer le S.N.I., il conseille de vérifier les matrices des linotypes dans toute la région afin d’en déterminer l’origine.

L’Association Professionnelle

49L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES INSTITUTEURS » est bien la courroie de transmission indispensable à Vichy, sinon pour populariser le régime dans le corps enseignant, du moins pour lui assurer une base, fût-elle étroite. Cette organisation ne devait, à l’origine, comprendre aucun ancien dirigeant du S.N.I. Elle était et restera soumise à un strict contrôle et à une autorisation préalable. C’est seulement le 6 mars 1941 que le ministre Carcopino peut écrire : « Rien n’empêchera désormais les promoteurs de groupements professionnels, qui ont déjà reçu une autorisation conditionnelle, de constituer de façon définitive l'association de leur catégorie ».

50Au début de 1943, selon Lavenir, il n’existe dans les départements que vingt-cinq associations professionnelles, « dont une quinzaine seulement ont une activité véritable ». Le Rhône est du nombre ; mais on est très loin des effectifs de l’ex-S.N.I. Selon un rapport confidentiel non daté, mais qui semble établi début 1943, le département le plus actif est le Lot, avec 623 adhérents. L’échec, reconnu par le ministre Abel Bonnard, justifie les retraits de sanctions et la nouvelle tactique préconisée à l’égard des anciens syndicalistes.

« IL Y A TOUJOURS QUELQU’UN A AIDER... ».
Cabinet du Ministre Secrétaire d’Etat
à l’Education Nationale.
Vichy, 21 juin 1944
Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
Je viens de prendre connaissance de votre rapport concernant les journaux clandestins distribués le 10 juin à Grenoble
Vous avez bien fait de saisir Monsieur le Préfet afin que de sérieuses recherches soient faites pour retrouver l’imprimeur et les auteurs du tract.
Comme je me trouve mis en cause dans le texte de « L’Ecole Libérée », comme je connais fort bien les milieux syndicalistes, je me permets de vous transmettre quelques suggestions à propos de ce tract.
D’abord il me paraît facile, si la police le veut, de retrouver l’imprimeur où a été composé le texte. A vue d’œil, il apparaît que le texte a été composé à la linotype. Le nombre de linotypes existant dans la région est assez limité pour qu’il soit possible de comparer leurs matrices avec le texte publié. J’y note après un examen rapide :
Un point d’interrogation d’un corps supérieur à celui employé
Un i maigre très caractéristique
Un i avec l’obit gauche tordu (*)
Un spécialiste trouverait certainement d’autres déformations caractéristiques permettant d’identifier la linotype, puisque étant donné la rapidité de l’impression, il s’agit d’un travail fait dans la région grenobloise.
Pour découvrir les auteurs du tract, il convient évidemment de n’écarter aucune hypothèse, mais d’après tout ce que je connais du milieu des instituteurs syndicalistes, il me semble infiniment peu probable que les auteurs se trouvent parmi les anciens militants syndicalistes de l’Isère.
Des tracts analogues d’autres régions montrent qu’il s’agit d’une manœuvre communiste pour entraîner les instituteurs dans l’action de la Résistance, en s’abritant derrière les sections du syndicat national.
Il y aurait donc le plus grand intérêt à trouver les auteurs de ce tract afin de démasquer cette propagande dangereuse.
Veuillez agréer, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, mes sentiments dévoués.
A. Lavenir – Attaché au Cabinet
* Le mot : obit ne semble pas exister en typographie. Peut-être s’agit-il de l’œil du caractère.

51Pour le ministre, (...)« il ne s’agit en aucune façon d’écarter par une exclusion de principe les anciens membres du S.N.I parce qu’ils en ont fait partie, alors qu’au contraire, c’est mon intention et ma volonté de les appeler à contribuer à l’œuvre commune ». Il ne s’agit rien moins que « de faire renaître la France selon son propre génie et de la placer par le même effort dans une Europe à laquelle elle sera accordée ».

52C’est sur ce terrain que travaillent en coordination Blain et Lavenir. Ceux qui ne veulent pas « accorder » la France à l’Europe nazie n’ont pas à attendre la clémence de Bonnard. Joly et Vidalenche sont de ceux-là.

  • 2 L’Union Nationale des Instituteurs.

53Dès le premier trimestre de l’année scolaire 1940-1941, un noyau de maîtres lyonnais s’active à réunir les éléments constitutifs d’une Association professionnelle. Le 12 décembre 1940, Jean Perret, instituteur à Cercié, reçoit de Charles Vuillermoz, instituteur avenue Berthelot à Lyon, une lettre de sollicitation. Les termes en sont dignes d’être rapportés : « ... Nous mettons sur pied la future association professionnelle des Instituteurs. Le S.N. est dissous. L’U.N.2 s’est effacée pour que se constitue ce nouveau groupement qui doit réunir le personnel.

  • 3 Dates d’entrée et de sortie à (de) l’Ecole Normale d’Instituteurs de Lyon.

54Actuellement, les éléments d’initiative sont : Tournier (1918-1921)3Ecole d’application, Rivet (Bac, licencié ès lettres, préparant sa licence de droit, Cours Complémentaire de Combe-Blanche) et moi.

55L’Inspecteur d’Académie nous a reçus ce matin. Nous partons sous d’heureux auspices. Mais il faut constituer maintenant un bureau de 12 à 15 membres. Or nous voulons des hommes intègres, d’une conscience professionnelle remarquable et d’une vie privée ou politique impeccable. J’ai pensé à toi et je suis chargé de te pressentir. Tu ne peux guère nous refuser ton concours. L’Ecole, la France doivent réunir toutes les bonnes volontés... ».

56Jean Perret décline pourtant cette offre flatteuse, qui faisait aussi référence à une « amitié d’études » et à la nécessité d’insuffler une « nouvelle flamme » à « nombre de collègues (...) désemparés ».

57Ailleurs, le succès n’a pas dû non plus être très grand, car il faut attendre les conférences pédagogiques d’octobre 1942 pour que, « grâce à l’autorisation spéciale de M. l’Inspecteur d’Académie », soit diffusé un appel imprimé, qui a été rédigé par un « Bureau provisoire » de l’Association professionnelle. Celle-ci y est présentée comme « n’ayant que des préoccupations corporatives ». Fossemagne en est le président, assisté de Mlle Blanc et Lavenir (vice-présidents), Charcosset (trésorier). Le changement de dirigeants est total ; il sanctionne l’échec de la première tentative et l’essai de reprise en mains par d’anciens syndicalistes. Seules, trois conférences pédagogiques (St-Laurent-de-Chamousset, Ste-Foy-l’Argentière et l’une des conférences du 7e arrondissement de Lyon) n’ont pu être touchées par les envoyés de l’Association professionnelle. Fin décembre 1943, une circulaire imprimée et signée Fossemagne est envoyée dans toutes les écoles. Elle appelle à l’adhésion.

58Une troisième circulaire, postérieure au 18 mars 1943, relate une audience accordée ce jour-là par l’Inspecteur d’Académie. Il « a déclaré être tout disposé à étudier avec bienveillance et compréhension les propositions présentées par l’Association Professionnelle ». Charcosset, qui signe le texte, se dit « heureux de pouvoir constater une heureuse collaboration » entre l’Inspecteur d’Académie et son groupement.

59Dans l’intervalle, s’était réunie, le 11 février 1943, l’assemblée générale de l’Association. Le nombre d’adhérents à cette date et celui des présents ne nous sont pas connus. Ils ne doivent pas être très importants, car Léger, le vieux syndicaliste respecté, qui s’est embarqué dans cette galère, sort de sa retraite pour rassurer les hésitants : « Ne vous inquiétez donc pas de la modestie de ses commencements (de l’Association). Avant de devenir des syndicats révolutionnaires, les associations ouvrières furent d’inoffensives sociétés de secours mutuels ». Le procès-verbal de séance fait état d’un vote par correspondance intervenu pour élire le Conseil d’administration et de la désignation du bureau par ce dernier, le 4 mars 1943. Compte-tenu de la tutelle préfectorale et académique, on peut se demander dans quelles conditions s’opèrent ces élections.

60L’assemblée générale adopte, au nom des instituteurs rhodaniens, un ordre du jour exprimant « à M. le Maréchal Pétain, chef de l’Etat, à M. le Président Laval, à M. Abel Bonnard, Ministre de l’Education Nationale, leur volonté de servir l’école publique avec le dévouement qu’ils ont toujours apporté à leur tâche professionnelle et de travailler à la renaissance de la France dans une Europe unie et pacifiée ».

61Elle remercie le ministre des « améliorations apportées à la situation morale et matérielle du corps enseignant », notamment « des mesures d’apaisement prises en faveur des militants syndicalistes injustement sanctionnés », des mesures « de réparation » dont bénéficient les institutrices mises à la retraite d’office en octobre 1940, et des modifications intervenues dans l’attribution de l’indemnité de fonction. Suivent une série de « suggestions » relatives à l’adaptation des programmes, des horaires, des examens et concours ; l’organisation de l’enseignement agricole et ménager ; les cantines scolaires, les jardins d’enfants, les écoles spéciales, le contrôle médical, l’entretien des locaux, etc.

62Enfin, les présents émettent le vœu de rester « sous la seule autorité de leurs chefs professionnels et de ne pas dépendre de divers organismes administratifs, ce qui est une cause de désordre et de conflits préjudiciables à l’école ».

63L’association est présidée par Fossemagne, revenu à Lyon, entouré de Lavenir, Mme Mathilde Blanc, André Charcosset et Marc Dufaud. Parmi les autres responsables issus du S.N.I., on retrouve Odin, secrétaire pédagogique de l’association. Le conseil d’administration comprend vingt-deux membres.

64En cadeau, le nouvel organisme reçoit le « Bulletin Corporatif » de la section syndicale dissoute. Il en utilise jusqu’à la vignette de couverture. Le premier éditorial, rédigé par Fossemagne, assure que « l’Association (...) a pu librement exercer son action dans tous les lieux où la défense du personnel exigeait sa présence ».

65« Aujourd’hui, un bulletin mensuel vient enfin de lui être accordé ».

66A quelles conditions ? Le vétéran Léger trouve les formules qui valent l’aman des autorités aux syndicalistes ralliés : « ... Sans doute, avons-nous bissé parfois une place exagérée à telle ou telle revendication En défendant les intérêts matériels de b corporation, nous tentions surtout de regrouper la masse des collègues (...). Cette masse était lourde, il faut bien l’avouer. Elle nous échappait quelquefois. A cause d’elle, nous n’avons pas toujours pu conserver la maîtrise de notre action ».

67« Reconnaissons que nos assemblées, de plus en plus nombreuses (sic), eurent parfois l’aspect de meetings ou de petites assemblées parlementaires.

68« Il importe de signaler ces faiblesses pour en éviter le retour. Faisons aussi notre profit de certaines idées récentes, sur lesquelles nous n’avions pas mis un accent suffisamment prononcé : sens communautaire, esprit d’équipe, formation des élites ».

69Léger fait dire à son interlocuteur : « Tu sais bien que nous voulons ce que vous avez voulu ».

70Cette prétention de la fraction vichyste à représenter la continuité de l’esprit et de l’action syndicalistes choque beaucoup d’enseignants rhodaniens. Ils sont surpris et attristés de voir Lavenir accueillir Abel Bonnard, lors d’une réception organisée salle Rameau à Lyon. Bien entendu, la présence est obligatoire. Robert Matagrin raconte « d’empressement et le désarroi d’anciens camarades, comme Bordes et Fossemagne, qui exhortaient les instituteurs à se presser pour être en place à l’arrivée du ministre. En place... Les places étaient attribuées nominativement afin que chacun se trouvât éloigné de ses collègues et ne pût se livrer à aucune manifestation que ce fût. Il y en eut une cependant, toute de dignité : lorsque le ministre incita l’assistance à chanter avec lui l’hymne national (et bien sûr le couplet du Maréchal), la foule se leva d’un bloc et se tint entièrement silencieuse et froide jusqu’à sa dispersion ». Le « silence de la mer », à l’échelle de la corporation tout entière...

71L’activité pétainiste parmi les instituteurs rhodaniens ne suscite pourtant pas qu’une résistance passive. A peine le premier « Bulletin Corporatif » nouvelle formule est-il paru qu’un tract circule dans le Beaujolais. Il n’est certes pas imprimé, mais tiré sur une pâte à polycopier comme il en existe dans de nombreuses écoles. Les termes en sont nets ; la condamnation du vichysme et de la collaboration, sans appel :

« Aux membres du Personnel Enseignant »
« Vous venez de recevoir le 1er Bulletin Corporatif édité par la nouvelle Association des Instituteurs du Rhône.
« L’ordre du jour voté par l’assemblée générale du 11 février ne bisse aucun doute sur la mentalité de ceux qui prétendent représenter le corps enseignant. Avec indignation vous avez retrouvé dans la liste de ceux qui ont accepté de défendre l’Ordre Nouveau, les noms d’anciens militants qui, autrefois, semblaient défendre un idéal qu’ils ont trahi depuis avec désinvolture.
« Accepter de faire partie de cette association, c’est participer à la politique de la collaboration, de la trahison. Pour un fonctionnaire français, aucune compromission avec l’Ordre Nouveau Nazi ne peut être tolérée.
« Nous avons la conviction qu’une Association Professionnelle libre ne pourra être fondée que lorsque notre malheureux pays aura lui-même retrouvé sa liberté. En attendant, restez réfractaire à toute sollicitation venant de la part de ceux qui trahissent à la fois leur idéal humain et patriotique. Ces éducateurs, indignes de former la jeunesse française, n’échapperont pas à leur juste châtiment.
« Le mot d’ordre pour ces heures de lutte est : Résistance à outrance ; ne restez pas isolés ; mettez-vous en contact avec des collègues dignes de confiance pour jeter les bases d’une Association vraiment libre et en harmonie avec nos idéaux et qui trouvera son plein épanouissement le jour de la libération.
« Transmettre à tout le personnel s.v.p. ».

72Ce texte ne fait aucune allusion à l’existence d’une C.G.T. clandestine (les accords du Perreux datent de plus de six mois – mais qui en est informé parmi les instituteurs ?), ni à la renaissance possible du S.N.I. Il se situe uniquement sur le terrain patriotique, bien que la référence à « nos idéaux » lui donne une certaine coloration politique. S’il n’appelle pas à l’action au delà des « contacts » nécessaires, du moins témoigne-t-il d’un refus caractérisé de Vichy et de la collaboration. Il est susceptible de décourager ceux qui pourraient se laisser entraîner par l’Association Professionnelle, sous couleur de pratiquer une politique de présence. De leur côté, les pétainistes de l’Association font ce qu’ils peuvent pour galvaniser et convaincre. Henri Monod, directeur à Quincieux, consacre un article dithyrambique aux stages d’instituteurs qui ont lieu au Mayet de Montagne. On y découvre « la vague révolutionnaire (qui) submerge le monde (...) Toutes les évolutions nouvelles constatées depuis trente ans sont portées par la même vague ». Cet impétueux révolutionnaire est sur le champ nommé inspecteur primaire à Die.

  • 4 Commandant Urvoy, officier d’artillerie coloniale, fondateur et directeur de l’école de cadres de l (...)

73J. Bonnard consacre plus de quatre pages à un compte-rendu de stage à Allevard, dont deux pages absolument enthousiastes : Emery y parlait des « Révolutions du XXè siècle ». L’auteur conclut : « Nous devons remercier les organisateurs du centre d’Allevard qui nous ont permis d’entendre des hommes qui, comme Emery ou Urvoy4, se font de la Révolution Nationale une conception que nous pouvons accepter entièrement ».

74L’avis de Bordes est plus nuancé. Il s’oppose, sans le nommer, aux thèses d’Emery – et il défend la « raison » contre « l’instinct ». Il proteste prudemment contre les condamnations dont « on » accable les conceptions de l’enseignement qui s’exprimaient sous la IIIe République. Défendant particulièrement l’enseignement de l’histoire, il s’exclame : « S’il nous fallait une preuve de la valeur intrinsèque (nous ne voulons pas parler de la valeur efficace) de notre enseignement historique, nous n’aurions qu’à montrer l’insignifiance des changements que la Révolution Nationale y a introduits ». Intervenant à Allevard sur ce thème, il a provoqué des protestations. Un mois plus tard, Henri Bordes récidive en abordant des problèmes plus généraux. Il apostrophe des médecins » auxquels on fait appel « quand la France, l’Europe, le Monde sont malades » : « Vous persistez à rechercher dans le peuple la responsabilité des malheurs de la Patrie. Tremblez que ce peuple ne la voie dans l’élite que vous êtes. Ne sentez-vous pas le sol frémir sous cette société qui vous a comblés ? ».

75Il affirme que « le maître-mot qui mettra fin à un tel déluge de malheurs » n’a rien à voir avec l’emploi de l’expression « Je pars pour Paris » ou « Je passe par Paris » (allusion au passage d’Emery au R.N.P. ?), mais par « l’expropriation des classes possédantes au profit de la communauté ». La résonance de cette proposition – fin 1943 – est plus proche des formules parisiennes que du vichysme.

76Bien qu’il donne l’illusion d’une liberté d’expression dans le bulletin, cet éclat de non-conformisme doit sembler assez grave pour qu’on trouve dans le même numéro un article d’Emery extrait de « Révolution Nationale ». Titre : « Des idées aux hommes ». Le thème en est les difficultés qu’éprouvent à s’implanter les idées de la Révolution Nationale, du fait qu’elle est imposée par les circonstances extérieures – charmant euphémisme – et qu’en règle générale les idées sont toujours en retard sur les événements. Le Penseur place Pétain dans la filiation des « précurseurs » qui, en 1932-1934 déjà, prévoyaient la mort de la démocratie parlementaire et affirmaient « une authentique pensée révolutionnaire» : Déat, Bergery, Drieu La Rochelle, Bertrand de Jouvenel, sans oublier « la si représentative figure d’Henri De Man ». La « Révolution Nationale doit être évidemment accordée à la réalité française », mais aussi solidaire du Monde et surtout de l’Europe. « Il faut refaire la communauté des grands peuples d’Occident contre la barbarie primitive et technique de la Russie asiatisée et de l’Amérique Yankee. La condition première d’une telle entreprise, c’est, au sens propre, la collaboration franco-allemande ». Donc, pas de querelles d’école ! Expérimentons les Corporations, le « SECOURS NATIONAL », le ravitaillement dirigé, etc., plutôt que de vouloir bâtir une architecture parfaite.

Des résistances au S.T.O.... à la Résistance

  • 5 L’économie française, saignée à blanc par l’Allemagne nazie, est alors placée sous la direction des (...)

77Entre 1941 et 1944, quatre-vingts instituteurs rhodaniens ont été requis pour travailler en Allemagne. En avril-mai 1944, le gouvernement décide que ces réquisitions peuvent s’appliquer à tous, des célibataires aux pères de deux enfants. Tous ceux qui peuvent se dérober à cette déportation le font. A. Charcosset s’adresse-t-il à eux ou à la jeunesse en général lorsqu’il dit vouloir « absolument que les jeunes soient enfin placés devant la vie telle qu’elle est, et non telle que la représentent certains parents trop tendres » ? Car, « enfantée dans le sang, les douleurs, les ruines, la nouvelle civilisation, la civilisation du travail et non celle du capital5, fera appel à des êtres virils qui devront connaître la nécessité de l’effort, le bienfait du travail, la valeur du sacrifice pour la communauté, mais aussi la joie du service ». Ils « devront s’astreindre à la rude école de la discipline, de la peine, de la souffrance, de l’héroïsme » etc.

78Même en matière pédagogique, la jeunesse ne suit plus, déplore Mme La Phuong, directrice à Vaulx-en-Velin, dans un article intitulé « L’erreur des Jeunes ». Il est difficile de faire assimiler aux enfants beaucoup de notions ; celles qu’il faut leur apprendre « tiendraient toutes dans le creux de la main ». Aux jeunes maîtres de se modérer, de prendre sur ce point modèle sur leurs anciens.

79La vie corporative de l’association professionnelle consiste en diverses audiences accordées par l’Inspection Académique pour régler des cas personnels et des questions telles que la situation administrative des prisonniers, des requis au S.T.O., des évacués, les cantines, les retraites, les indemnités d’études, l’éducation physique. Sa vie interne se résume en réunions du bureau et une seconde assemblée générale tenue le 3 février 1944. Fossemagne est remplacé par Marcel Bouillot à la présidence, sans que le motif en soit donné. La venir, trop occupé par ailleurs, n’est plus au bureau, mais il est chaudement félicité : « malgré toutes les calomnies, (il) poursuit sa tâche inlassablement » auprès d’Abel Bonnard. Lui-même établit le bilan : il a obtenu le rétablissement de la confiance de l’administration en ses maîtres et l’amélioration de leur situation matérielle. En réalité, celle-ci s’est sensiblement dégradée. Mais, « rappelant la législation en vigueur, (il) montre la difficulté d’une action efficace ». Fossemagne est plus que jamais « toujours partisan d’une politique de présence ».

80L’association envoie des livres aux prisonniers de guerre – parmi lesquels Charles Forest et Loiseau – et aux requis par le Service du Travail Obligatoire. Mais Charcosset, à qui incombe cette tâche, n’a collecté que deux cents volumes en février 1944.

81Les affaires sérieuses sont traitées dans trois vœux adoptés par l’assemblée générale :

82Le premier a trait aux attentats qui se multiplient, et dont celui contre Valeyre, abattu dans des circonstances obscures, retient l’attention de l’A.G. Les présents condamnent « les crimes politiques quels qu’ils soient, (...) qu’ils soient l’œuvre de n’importe quel parti ou organisation ». Ils « laissent aux « Comités de Résistance » et aux « Comités antiterroristes » la responsabilité des crimes que leurs menaces préparent ». Enfin, ils « méprisent les calomnies répandues dans le personnel enseignant sur certains militants de l’Association » auxquels ils expriment « leur entière confiance ».

  • 6 Selon l’estimation de Bernard Aulas, recoupée par les sources d’information existantes, la Résistan (...)

83Ces idées avaient déjà été émises par Mme La Phuong : « Des Français assassinent des Français parce que les uns s’intitulent gaullistes et les autres collaborateurs ou miliciens, comme au temps des guerres de religion (...) Pourquoi appeler Patriotes ceux qui tuent, sabotent, détruisent, affaiblissent ainsi leur propre Patrie ? ». La symétrie des condamnations n’est en réalité qu’apparente. L’Association n’a pas protesté contre l’assassinat par la Milice de l’instituteur Pellet, l’arrestation suivie de la déportation de sa femme ; elle ne s’est pas indignée de l’arrestation par la Gestapo et la pendaison du professeur Florent, de la Faculté de Médecine de Lyon ; ni de l’assassinat par la Milice de Victor Basch et de sa femme, ni des arrestations, des tortures pratiquées par la Gestapo et la Milice, des déportations, des fusillades massives opérées par l’occupant nazi6.

84Le second vœu, émis le 3 février 1944 par l’assemblée générale des instituteurs vichystes, se félicite du « sérieux reclassement de leur profession » dont elle est redevable à Pétain et Bonnard. Ils « ont obtenu que les conditions de notre vie soient assez assurées pour nous permettre de les oublier en nous dévouant à notre tâche ». Ils témoignent à leurs chefs, leur « gratitude respectueuse ».

85En fait de « conditions de vie assurées » voici ce qu’écrit en 1942 un jeune instituteur stagiaire :

86« Aujourd’hui 31 mai 1942 et bien qu'instituteur, c’est parce que je n’ai plus d’argent que je ne peux calmer ma faim. Demain seulement je toucherai mon traitement hier soir, j’ai dépensé mon dernier sou et je n’ai fait qu’un repas au pain sec.

87« 2197,50 F.

88« Chambre : 450 F par mois ; 50 F par jour pour la nourriture, soit 1 500 F pour 30 jours.

89« 70 F de transport, 50 F de blanchissage, 130 F de frais divers, en tout 2 200 F, plafond crevé ! En vivant comme un moine, à vingt ans, sans amis et sans distractions. Le moindre écart à cette règle rigide et c'est non plus un mais deux jours de jeûne à la fin du mois.

90« Et je n’ai plus de chaussures, plus de chemises, plus de complet ».

91Le dernier vœu adopté par l’Assemblée Générale des Instituteurs vichystes « se permet de soumettre » au ministre « une organisation pédagogique adaptée » aux écoles rurales à une ou deux classes. Il rappelle les requêtes antérieures sur l’enseignement agricole et ménager, l’action sociale et l’hygiène dans les écoles. Il souhaite « l’organisation méthodique de stages dans des instituts » et de « voyages d’études pédagogiques » ainsi que l’entrée dans les faits de l’éducation physique à l’école. Il préconise l’institution d’un cadre supérieur des instituteurs accessible après examen, la révision des retraites et indemnités, ainsi que le rétablissement de « l’égalité de l’indemnité de résidence aux institutrices mariées à des fonctionnaires ».

92Au comble de la hardiesse, l’Association suggère que la nomination des instituteurs relève des seules autorités académiques ; que les Conseils départementaux de l’Enseignement primaire, le Comité consultatif et la Commission de Réforme soient remplacés par un « CONSEIL PROFESSIONNEL » dont ils se gardent d’indiquer le mode de désignation. Ils veulent enfin que soient mis à l’étude la réorganisation et le regroupement des œuvres de solidarité corporative, dont ils ne disent pas qu’elles ont été mises en place par le S.N.I.

93Ces cogitations sont-elles prises au sérieux par le personnel ? Il ne semble pas que l’Association se développe en cette fin de règne. Certes, Bouillot déclare enregistrer « de nombreuses adhésions nouvelles ». Mais Ernst répond que « si les adhésions ne sont pas plus nombreuses, cela tient à l’idée préconçue de certains de nos collègues qui veulent voir dans l’Association une société poursuivant des buts politiques ». Compte-tenu de l’état des recettes et du montant de la cotisation, le nombre d’adhérents doit se situer autour de 250 dans le département. Fossemagne en revendique 413, ce qui constitue selon lui « un succès relatif qui place le Rhône dans un bon rang parmi l’ensemble des départements ». Relatif en effet, si l’on considère qu’il y avait dans le Rhône, en 1939, plus de 1500 institutrices et instituteurs syndiqués au S.N.I.

Bibliographie

SOURCES

– « L’Ecole laïque » (clandestine) no 13, 11 juin 1942 ; Bulletin Corporatif de l’Association Professionnelle des Instituteurs du Rhône (1943-1944) ; « Le Progrès », « Le Nouvelliste »(1940) ; Bulletin de l’Instruction Publique du Rhône, 1940 ; « La Croix », 29 juillet 1940 ; « La Croix du Rhône », 4 octobre 1942 ; etc. ;

– Archives Nationales F17/14 276 à 15056 ; Institut Français d’Histoire Sociale 29 AS 1 ; Archives d’Etat de la République Démocratique Allemande à Potsdam (microfilms) ; Archives Départementales du Rhône, cabinet du Préfet 1940-1944 ; Archives Municipales de Lyon (enseignement, 1940) ; Archives du S.N.I. – P.E.G.C. du Rhône (Fonds Perret) ; Archives privées ; réponses au questionnaire J. Girault et enquêtes personnelles ;

– Bernard Aulas : « Vie et mort des Lyonnais en guerre », Ed. Norwath, Roanne ; P. Baudoin : « 9 mois au gouvernement » ; Paul Delanoue, op. cit. ; Léon Emery : « La IIIè République » – et « Etapes... », op. cit. ; Léon Liebman : « Contre le mythe et la légende : l’anticapitalisme de Vichy », in « Revue Française de Sociologie », 1964 ; Robert Matagrin, op. cit. ; J.L. Mérigot : « Essai sur les Comités d’Organisation » (Paris, 1943) ; Pascal Ory : « La France allemande », coll. Archives Julliard – et : « Les Collaborateurs, op. cit. ; Robert O. Paxton : « La France de Vichy », op. cit.

Notes

1 En 1941, en exil dans la Haute-Loire, Lavenir se vante de ses relations avec un membre du cabinet du ministre de l’Intérieur Pucheu (doriotiste convaincu). Le 27 avril 1943, il est mis à la disposition du cabinet d’Abel Bonnard, ministre de l’Education Nationale. Le directeur de ce cabinet ministériel écrit alors au préfet : « La révision du dossier de M. Lavenir et le loyalisme dont il a fait preuve à l’égard du gouvernement du Maréchal me permettent d’envisager une mesure de bienveillance en sa faveur ».

2 L’Union Nationale des Instituteurs.

3 Dates d’entrée et de sortie à (de) l’Ecole Normale d’Instituteurs de Lyon.

4 Commandant Urvoy, officier d’artillerie coloniale, fondateur et directeur de l’école de cadres de la Légion à Allevard. Exécuté par les maquisards en 1944.

5 L’économie française, saignée à blanc par l’Allemagne nazie, est alors placée sous la direction des « Comités d’Organisation », eux-mêmes contrôlés par les grandes firmes industrielles et bancaires.

6 Selon l’estimation de Bernard Aulas, recoupée par les sources d’information existantes, la Résistance a perdu 4 342 tués dans le Rhône (dont 39 au cours d’interrogatoires). Il y a eu 14 311 arrestations dans la région lyonnaise (dont 3 500 dans le Rhône et environ 3 000 à Lyon). Le nombre de déportés est de 7 591 pour la région, 1817 pour le Rhône, 1 200 pour Lyon. Si l’on ajoute à ces chiffres le nombre de morts en déportation, en stalags, en oflags, de tués au maquis ou à la Libération, on peut compter environ 8 000 Lyonnais ou habitants de la proche banlieue, victimes des nazis. Le nombre de collaborateurs exécutés avant ou après la Libération (après jugement) se situe autour de 300.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search