Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Quatrième partie. (1938-1940)

Chapitre II. Le syndicat pendant l’été 1939, la « drôle de guerre » et devant l’effondrement

Texte intégral

1Au printemps 1939, la question décisive est de savoir si les nations qui vivent sous la menace d’une agression nazie sauront enfin s’unir pour y résister. Le handicap est lourd. L’Union Soviétique, mise hors-jeu par les Occidentaux à Munich, peut-elle entrer dans l’alliance ? Désire-t-on vraiment conclure avec elle un traité avec obligations réciproques ? Si oui, le front ainsi réalisé peut amener Hitler à renoncer à ses projets, car sa puissance est alors loin d’être invincible. Le 10 mars, Staline a averti que, faute d’un tel accord, l’U.R.S.S. ne tirerait pas des marrons du feu » pour les autres. Face à son opinion publique, Chamberlain doit – tout en refusant la tenue d’une conférence à cinq des pays menacés – engager des pourparlers avec Moscou.

2Mais la Grande-Bretagne se refuse à porter assistance à l’U.R.S.S. ou même aux pays baltes si l’Allemagne les attaque – et à sceller l’accord politique avec les Soviétiques par un accord militaire. Les négociateurs anglais envoyés à Moscou n’ont pas le pouvoir de traiter et le ministre des Affaires Etrangères Lord Halifax décline l’invitation à s’y rendre. Autre difficulté majeure : l’Angleterre et la France devraient, pour qu’un accord avec l’U.R.S.S. puisse se traduire dans les faits, obtenir de la Pologne et de la Roumanie qu’en cas de guerre les troupes soviétiques puissent traverser leur territoire et trouver ainsi le contact avec la Wehrmacht. France et Angleterre ont les moyens de pression nécessaires pour cela. Faute de quoi Hitler reste maître du jeu. Mais les deux diplomaties ne s’y emploient que du bout des lèvres.

3Fin juin, Jdanov lance un nouvel avertissement aux Franco-Britanniques. Hitler, sentant la faille, sonde à la fois la Grande-Bretagne et l’Union Soviétique. Le 12 août, Staline accepte le principe de conversations politiques. Du 14 au 18, de nouvelles tentatives soviétiques auprès de la Grande-Bretagne et de la France restent stériles. Le 19, une délégation allemande arrive à Moscou. Dans la nuit du 23 au 24 août, un traité de non-agression germano-soviétique est paraphé.

4En Angleterre et en France, se déclenche alors une très violente campagne anti-soviétique et anti-communiste. « L’HUMANITE » est saisie le 26 août. La veille, dans un communiqué, le groupe parlementaire communiste a insisté sur la volonté du parti de « défendre la sécurité du pays, la liberté et l’indépendance des peuples », « si Hitler, malgré tout, déclenche la guerre ». Mais le 17 septembre, prenant prétexte de l’entrée des troupes soviétiques en Pologne, le gouvernement dissout le parti, dont quarante parlementaires sont arrêtés le 4 octobre. A Lyon, « LA VOIX DU PEUPLE » est suspendue le 30 août.

5Le 1er septembre, après une série de négociations avec Chamberlain (dont la France a été exclue), Hitler attaque la Pologne. Jusqu’au bout, les dirigeants britanniques ont espéré détourner vers l’U.R.S.S. l’agressivité nazie. Les Soviétiques ne s’étant pas prêtés à ce jeu, la France et l’Angleterre vont se trouver en première ligne. Le 2 septembre, elles déclarent la guerre à l’Allemagne.

Ultimes sursauts à Paris...

6Malgré la gravité de la situation, « c’est sans inquiétude excessive » que Delmas est rentré à Paris après le 24 septembre. Selon lui, la question de Dantzig et du corridor polonais est désormais réglée par « la loi des plus forts » et, en toute hypothèse, la France n’est pas menacée. Il écrira plus tard : « Le gouvernement français aurait dû être parfaitement capable de constater que des conditions toutes nouvelles rendaient la protection de la Pologne absolument impossible ». Une entrevue avec Georges Bonnet, dont « la situation au sein du cabinet Daladier est devenue plus difficile », le détrompe et l’inquiète, Il va donc effectuer une double tentative, sur le plan syndical et sur le plan politique, en tant que socialiste minoritaire.

7Il convoque pour des réunions quotidiennes au siège du S.N.I. les dirigeants syndicalistes de l'ultra-pacifisme. Le groupe constate que « la majorité du bureau confédéral (C.G.T.) se réjouissait de la rupture que la conclusion du pacte germano-soviétique allait immanquablement provoquer dans le mouvement syndical et de ce « qu’on allait (...) procéder à une épuration du mouvement ». Mais « les amis de Jouhaux n’en devenaient pas pour autant des pacifistes résolus ». On ne peut donc compter sur eux, ni espérer que les autorités tolèreront l’impression de tracts, d’affiches ou le développement d’une campagne comparable à celle qui a précédé Munich. « Une activité pacifiste du genre de celle de septembre 1938 ne serait pas possible », conclut Delmas.

8Il faut donc tenter une autre voie. Après délibération avec Paul Faure qu’il est allé voir au siège de la S.F.I.O., il essaie d’obtenir du Parti Ouvrier Belge et – par son intermédiaire – du Parti Travailliste anglais, le lancement d’un « manifeste pacifiste international ». Il se rend à Bruxelles, accompagné de deux autres socialistes délégués par Paul Faure, pour soumettre ce projet à Henri De Man, président du Parti Ouvrier. Le dirigeant belge apporte quelques modifications au texte et s’y montre favorable – mais le bureau national de son parti refuse de le ratifier, par crainte de porter préjudice à la neutralité belge. C’est l’échec.

9Le « Manifeste », à nouveau modifié, s’adressera donc essentiellement aux travailleurs français. André Delmas en cite deux passages :

10 « Tant que le seuil n’est pas franchi, tant que la guerre n’a pas éclaté, la situation n’est pas désespérée. La guerre n'est pas fatale ». Et en conclusion : « Travailleurs d’Europe, aucun de vous ne peut concevoir la catastrophe sans apporter sa raison et son cœur à la cause de la paix ». Quelques milliers d’exemplaires seulement peuvent être imprimés en trompant la vigilance de la censure.

11Jusqu’au dernier moment, Delmas et les syndicalistes réunis autour de lui s’affairent dans les antichambres ministérielles. Ils cherchent à rencontrer Daladier, sont reçus par son chef de cabinet et par le ministre De Monzie qui partage leur optique. Ils veulent espérer qu’une proposition de « médiation » faite par Mussolini sera acceptée, ce qui permettra de renouveler le scénario de Munich. Mais cette ouverture se révèle illusoire.

12Pourtant, le 14 septembre encore, des « parlementaires opposés à la guerre » se réunissent au Palais-Bourbon. Cet échange de vues est présidé par Frossard. André Delmas, qui a été invité avec « trois ou quatre syndicalistes », note la présence de Bergery, d’un Adrien Marquet véhément, de « quelques instituteurs élus en 1936 » sous l’étiquette socialiste. Il est impensable pour eux qu’après le déclenchement des hostilités par l’Allemagne, la France respecte ses engagements. Suprême espoir : si la Pologne, à l’exemple de la Tchécoslovaquie, n’opposait aucune résistance, les Occidentaux n’auraient plus aucune raison d’intervenir. La mobilisation générale enterre ces supputations.

... et dans le Rhône

13Le S.N.I. et le « bloc pacifiste » rhodaniens se manifestent pendant l’été 1939. Les rapports de police signalent une activité importante durant ces semaines de tension. Le 26 août, J. Fontaine convoque à Villié-Morgon, une réunion privée du « COMITE D’ACTION CONTRE LA GUERRE ». Toujours à Villié, le 31 août, Armand Viviand, intituteur, est arrêté sur plainte du maire. Il « incitait les cultivateurs à refuser de conduire leurs chevaux à la réquisition », ce qui avait donné heu à une vive altercation avec le magistrat municipal. Cette affaire lui vaut d’abord d’être emprisonné pendant deux mois ; puis, de janvier 1941 au 10 novembre 1941, d’être interné à Djefa, près de Sidi-Bel-Abbès. Jean Fontaine, retraité à Villié-Morgon, mais toujours actif dans le syndicat et dans la lutte antimilitariste, est son compagnon de camp. Rayé des cadres de l’enseignement, A. Viviand ne sera réintégré qu’à la Libération.

14Le 27 août, le syndicat des enseignants du Rhône (section du S.N.I.) envoie une lettre et un tract aux parlementaires, en débordant le département, puisqu’un exemplaire de ces documents est transmis à M. Bollaert, préfet du Rhône, par Victor Bataille, député de Saône-et-Loire.

15« Si la guerre éclatait – demande le syndicat – à qui la devrions-nous ? ». Bien sûr, à Hitler, qui « a derrière lui la totalité du peuple allemand. C’est donc aux travailleurs allemands que nous devrions nous opposer dans la bataille et nous unir dans la mort ». Mais nous la devrions aussi « à la Pologne militariste de Pilsudski et des colonels (...), à certains éléments impérialistes anglais (...), enfin à Staline qui, avec une monumentale duplicité, négociait depuis des mois avec Hitler tout en nous poussant à l’intransigeance ».

16Seconde question : « que faire ? » – « D’abord oser de vraies négociations de paix ». Mais si Hitler les repousse, « faudra-t-il dire alors qu’il ne reste qu’à se battre, donc à se suicider ? ».

17« D’avance, nous répondons : NON ! ». Il ne resterait « qu’à se dégager par un abandon qui, dans l’immédiat, éviterait le pire ». Quant à l’avenir, ne pas croire « les Gribouille » prédisant qu’« Hitler va se retourner aussitôt contre l’Occident ». (...) « Pourquoi l’immense Europe Orientale n’offrirait-elle pas assez d'espace et aussi assez de difficultés et de revers ? ».

18(...) « Que la question soit posée au peuple et on verra quelle écrasante majorité se prononce pour la paix et la vie ! ».

19En sens opposé, de nombreux tracts sont distribués dans le département par l’A.R.A.C., les Volontaires des Brigades Internationales, les Amis de l’U.R. S.S., après la signature du Pacte. Ils réclament l’alliance de la France avec l’Union Soviétique. Les patrons dénoncent fréquemment de telles distributions de tracts dans leurs entreprises. Le préfet ne reste pas inactif : les saisies de ce matériel sont nombreuses. Les réunions du parti communiste sont interdites, y compris celles du docteur Georges Lévy, député. Le siège du P.C. est perquisitionné à plusieurs reprises. Même chose dans les locaux syndicaux, notamment au syndicat du textile. Un dépliant du Parti Socialiste Ouvrier de Marceau Pivert est saisi ; il met face à face deux photos : celle d’une fiche de mobilisation – et celle d’une étiquette de wagon (de 40 tonnes) chargé de minerai de fer lorrain et expédié le 1er juin 1939 à Schlaverie (Sarre). Commentaire : « Le jeune travailleur quitte sa famille, s’impose des privations et perd sa liberté dans les casemates de la ligne Maginot.

20« Le riche capitaliste envoie son minerai à Hitler, perçoit ses dividendes et subventionne la presse patriote ».

21En ces derniers jours d’avant-guerre, on tolère en haut Heu le pacifisme intégral. Mais attention ! Il est interdit de toucher au Capital. Quant aux communistes, l’occasion est trop belle de prendre enfin sur eux, sur le Front Populaire et mai-juin 1936 la revanche tant souhaitée ! Le désarroi de tous ceux aux trousses desquels se déchaîne la propagande officielle et se renforce la vigilance policière tant dans le civil qu’aux armées, la mise hors-la-loi de leur parti, la suppression de toute source d’information qui ne leur soit pas hostile, et surtout le traité – au premier abord contre nature – conclu entre le chef de file du fascisme européen et la « patrie du socialisme », en accable et désoriente une partie. Les autres se préparent à poursuivre clandestinement leurs activités politiques.

22Le trouble n’est pas moins grand chez les pacifistes qui se sont dévoués jusqu’au bout à une cause dont la vanité apparaît écrasante. Plus de trente-cinq ans après, Denis Marly, ancien dirigeant de la section, fait, avec un rare scrupule, un douloureux retour en arrière. Sous l’influence de Giono et surtout d’Emery, « jusqu’à mai 1939, j’aidit-ilpensé que la catastrophe ne se déclencherait jamais. J’étais bien naïf (…). J’espérais un miracle qui arrêterait cette marche vers le conflit. Je pensais que l’U.R.S.S., par son poids considérable, retiendrait l’Axe ». Absolument anéanti par l’annonce de la signature du pacte germano-soviétique, il reçoit un camarade « ex-unitaire pacifiste », qui passe à la permanence le 31 août. A sa question : « Que faisons-nous ? », j’avoue avoir répondu : « Rien, il est trop tard, nous sommes tous cuits ».

23Pourtant, une action sera encore tentée. Emery a-t-il remonté le courant et regonflé les énergies ? Toujours est-il que dans les premiers jours de septembre, « un groupe d’instituteurs pacifistes » adresse aux maires du Rhône un tract dont l’existence donne heu à enquête. La police, qui en possède un exemplaire polycopié sur une machine à pâte, en confie l’expertise graphologique au docteur Locard.

24Ce document constitue une démonstration de la persistance des illusions. On y lit : « Après la chute – que nous croyons imminente – de la Pologne, nous avons, vous comme nous, la quasi-certitude d’une ouverture de pourparlers de paix, d’une tentative de médiation ». Il est demandé aux conseils municipaux de se réunir en séance privée pour voter un vœu en ce sens.

25Qui est à l’origine du tract ? Une pièce étonnante conduit à se poser des questions sur l’attitude d’Emery. Le 15 septembre, le commissaire divisionnaire de police spéciale informe le préfet : « M. le professeur Emery, dans une conversation qu’il a eue avec une personne digne de foi, a dit que les instituteurs syndiqués avaient envoyé hier soir une lettre ayant un caractère pacifiste ou défaitiste à tous les maires du département.

26« M. Emery a exprimé la crainte que l’inspiration de cette lettre ne lui soit attribuée, alors qu’il y serait tout à fait étranger (ceci sous réserve)... ».

27On ne peut manquer de se demander pourquoi le Maître tenait de tels propos s’il ignorait qu’il parlait à un indicateur de police. Et s’il le savait, pourquoi lui avoir révélé l’existence du tract dès le lendemain de son expédition ? On notera aussi – selon ce rapport – qu’il n’est pas question d’« un groupe d’instituteurs pacifistes ». « Les instituteurs syndiqués » : cela met en cause la section du S.N.I. La démarche est pour le moins troublante, même si tous les termes d’un rapport de police ne peuvent être pris au pied de la lettre.

28Les premiers rédacteurs possibles soupçonnés par les enquêteurs sont Lavenir, Forest et Bordes (cette dernière piste ayant – selon toute vraisemblance – été rapidement abandonnée). Mais Lavenir « semble avoir cessé toute activité politique au début des hostilités, ayant été incorporé dès les premiers jours ». La suite montre qu’il n’en a rien été. Forest, « ayant évidemment rempli dans l’élaboration des tracts un rôle essentiel », est aussi mobilisé depuis le début de septembre. L’enquête est au point mort.

29La section ne baisse pourtant pas les bras. Le reliquat des tracts « Non, il n’y a pas de guerre du droit », datant du printemps 1939, est en partie diffusé par Jean-Marie Fontaine qui le distribue aux conseillers municipaux de Villié-Morgon en leur disant que « c’était le fils de leur collègue Forest qui l’avait composé ». Un conseiller le communique à l’un de ses amis, qui envoie sept francs à l’adresse indiquée et qui reçoit, trois jours après, de Lavenir, un paquet de cent tracts semblables.

  • 1 Tract national rédigé par Louis Lecoin et signé par Alain, Giono, Victor Margueritte, Emery, Hagna (...)

30Emery, soupçonné d’avoir rédigé un tract « Paix immédiate »1, voit son appartement perquisitionné. La police y découvre 250 à 300 tracts : « Non, il n’y a pas de guerre du droit » – mais aucune charge n’est retenue contre lui concernant l’adresse aux Maires.

31Pourtant, il y a pour le moins parallélisme entre la démarche émeryste et celle des « instituteurs pacifistes ». Le 10 septembre 1939, Emery écrit encore : « ... Tout n’est pas vraiment décidé. Si la guerre s'engageait vraiment à fond et pour une durée indéfinie, nul doute qu’elle soit alors pleinement ce que nous avons toujours dit. Mais nous n’en sommes pas encore là. Peut-être subsiste-t-il des chances de limiter le fléau dans le temps et dans la durée ». A mots couverts, nous trouvons là l’indication de ce que sera la stratégie française de septembre 1939 à mai 1940. Prescience ( ?) doublée d’un espoir : commence alors dans sa publication une grande enquête de Suzanne Labin sur « le culte du chef » en U.R.S.S. La direction est clairement indiquée.

Drôle de guerre

32Durant toute la campagne de Pologne, dans laquelle Hitler a jeté la presque totalité de ses forces, tous ses chars et toute son aviation – ne laissant à l’Ouest que vingt-cinq divisions —, les cent vingt cinq divisions françaises et anglaises ne bougent pas, à la grande surprise du général nazi Jodl et du maréchal Keitel. Mais la France ne reste pas inactive : elle fournit à la Finlande, en guerre avec l’Union Soviétique, des avions, de l’artillerie lourde, des armements et équipements militaires divers. En février 1940, la France et l’Angleterre décident d’envoyer en Finlande un corps expéditionnaire de 100 000 hommes – nombre relevé ensuite à 150 000, dont 50 000 pour la France. En janvier 1940, le général Gamelin et l’amiral Darlan sont chargés d’établir un plan en vue de bombarder les installations pétrolières de Bakou et de Batoum. Le moins qu’on puisse dire est que l’ennemi principal n’est pas l’Allemagne nazie.

33A l’intérieur, l’armée s’installe dans ses quartiers d’hiver et le gouvernement s’affaire à maintenir « l’ordre ». Les laudateurs de Hitler ne sont guère inquiétés, le grand souci étant de pourchasser les communistes, appelés « hitléro-staliniens » jusque dans des documents officiels.

34A Lyon, le commissaire divisionnaire de la Sûreté transmet, au général commandant la région, une liste de 154 communistes militants qui se trouvent sous les drapeaux. Le préfet fait tenir à ses chefs de service copie d’une circulaire ministérielle leur enjoignant de faire radier des affectations spéciales les agents des services publics ayant appartenu au P.C. et de procéder aux mesures d’épuration que l’intérêt de l’ordre public ou que la bonne marche des services vous paraîtrait commander ». Il faut agir de même avec les « magistrats municipaux ». Le ministre de l’intérieur exige un rapport d’exécution sur l’application de ces mesures. Une note secrète accompagne la circulaire et donne le mode d’emploi :... « La nécessité s’impose d’être armé non seulement contre le fait délictueux ou criminel, mais aussi contre la volonté notoire de le commettre. Dans les circonstances présentes, l’organisation de la sécurité ne doit pas attendre d’être devant le fait accompli, selon les définitions du droit pénal Elle doit le pressentir et l’empêcher de se produire ». C’est l’institution d’un régime d’exception, la suppression des garanties juridiques et constitutionnelles, le délit d’opinion et d’intention supposée, établi en règle générale.

35Le 9 novembre, Daladier, Président du Conseil, adresse une circulaire « très secrète » aux généraux commandants de région pour établir, en liaison avec les préfets, les radiations d’affectations spéciales. Entre le 14 décembre 1939 et le 20 janvier 1940, 98 radiations sont décidées dans le département.

36Dans l’enseignement, la fin de 1939 se déroule sans autres perturbations que celles, énormes, dues à la mobilisation de nombreux maîtres et à la nécessité de les remplacer provisoirement dans leurs classes, à l’évacuation des fonctionnaires de la « zone des opérations », etc. Pourtant, le renforcement de la discipline et des sanctions encourues est à l’ordre du jour. L’article 65 de la loi du 25 avril 1905 sur la communication du dossier professionnel est suspendu. Le 9 novembre, Fossemagne annonce cette nouvelle au Conseil Syndical qui l’enregistre sans protester. Pas de réaction non plus devant la décision gouvernementale d’opérer un prélèvement « de guerre » de 15 % sur les traitements. C’est seulement en février 1940 qu’un article signé J.F. informe le personnel sur les décrets du 18 novembre 1939, permettant aux autorités militaires d’éloigner de leur domicile, avec la simple approbation du préfet, les « individus dangereux pour la Défense Nationale ». Les instituteurs peuvent être déplacés de cette façon. La désapprobation de J.F. n’apparaît qu’en filigrane... il est vrai que la censure veille.

37Les sanctions administratives sont, pour l’instant, peu nombreuses. Π n’y a guère de départements qui aient des élus au Conseil Départemental membres du Parti Communiste. En Indre-et-Loire, Marianne Delanoue est exclue du Conseil. Dans les Alpes-Maritimes, Virgile Barel, un des fondateurs du syndicat, député, est emprisonné, ainsi que le militant syndical Laurent Spinelli. Madeleine Faraut, ancienne militante des Groupes de Jeunes, est révoquée. Dans le Rhône, la question ne se pose pas.

38Simple remarque : Bien qu’officiellement on déclare pratiquer la chasse aux « Hitléro-Staliniens », les sanctions visent essentiellement des militants communistes qui, mis en demeure de se renier, ne l’ont pas fait. A l’autre pôle, ceux qui ont ouvertement misé sur le pacifisme intégral, voire sur une entente étroite avec l’Allemagne nazie pour une nouvelle répartition territoriale et économique du monde, sont certes tenus à une plus grande discrétion. Mais, souligne Pascal Ory, « l’autonomie d’action des ultra-pacifistes reste encore assez large ».

39Faut-il mettre cette clémence en liaison avec les hésitations de certains milieux à s’engager totalement dans la guerre ? C’est un fait établi que les « offres de paix » de Hitler après l’écrasement de la Pologne et la suggestion de Goering, transmise par l’intermédiaire des Etats-Unis, de réunir « en territoire neutre des représentants allemands, britanniques et français pour étudier les conditions de paix », ne reçut pas de réponse alliée – du moins pas de réponse enregistrée dans les documents disponibles à ce jour. Mais ce sont d’autres faits qu’en novembre 1939 Emile Roche, proche collaborateur de Joseph Caillaux et de Daladier, rencontre Spaak, ministre belge des Affaires Etrangères, pour un entretien dont il a pu être dit qu’il portait sur la possibilité d’une médiation (ce que conteste Emile Roche) ; que le Secrétaire d’Etat américain Summer Welles, reçu à Berlin en février 1940, sonde les possibilités d’une médiation américaine – initiative stoppée net par l’accueil glacial qui lui est réservé.

40Si l’on note que la proposition de Goering tendait explicitement à « conclure un arrangement pacifique afin de permettre aux Français, aux Anglais et aux Allemands de s’unir pour expulser les bolcheviks de l’Europe de l’Est », on peut penser que durant l’automne et l’hiver 1939-1940, les dés étaient loin d’être jetés.

Le temps des exclusions

41Au sein de la C.G.T., la chasse aux communistes est ouverte. Elle ne sera pas conduite partout avec la même vigueur. L’hebdomadaire « SYNDICATS » mène campagne pour l’exclusion des communistes et de tous ceux qui refusent de désavouer le pacte germano-soviétique. Le 18 septembre 1939, la majorité du bureau confédéral déclare avec Jouhaux et Belin : « Il n’y a plus de collaboration possible avec ceux qui n’ont pas voulu ou pas pu condamner une telle attitude, brimant les principes de solidarité humaine qui sont l’honneur de notre mouvement ouvrier ». Le 25 septembre, cette décision est confirmée par la Commission Administrative de la C.G.T., par 24 voix (dont 3 « avec réserves ») contre 5 et 2 abstentions. Delmas et d’autres membres de la C.A., mobilisés, sont excusés.

42A tous les degrés de la structure syndicale, le même scénario se déroule. Là où les communistes et leurs amis sont majoritaires, la minorité reconstitue de nouveaux syndicats. Le gouvernement dissoudra bientôt les anciens.

43Chez les fonctionnaires, Charles Laurent, Neumeyer et Lacoste, tout en désapprouvant le pacte, sont très réservés sur la décision de la C.G.T. Neumeyer juge qu’elle est l’œuvre du « clan des défaitistes » dont Jouhaux serait « prisonnier ». La Fédération de l’Enseignement, qui désire l’exclusion automatique, propose à la F.G.F. un texte faisant « confiance aux syndicats pour agir dans le sens des décisions confédérales ». Au nom de la direction fédérale, Neumeyer se déclare prêt à l’accepter s’il est ainsi complété : « et en tenant compte de la liberté d’opinion des syndiqués ». La motion votée va dans ce sens. S’y oppose seulement Vivès, tandis que Georges Lapierre s’abstient. Dans la lutte anticommuniste, le S.N.I. n’accepte pas le compromis.

44Au Secrétariat Général du syndicat, Lapierre assure la suppléance de Delmas. Au Bureau, Vivès se fait le porte-parole de la tendance anti-communiste « dure ». Lapierre, qui a eu des contacts avec le groupe de « SYNDICATS », a reçu « d’un camarade du bureau mobilisé » (Delmas ?) un projet d’ordre du jour marquant la rupture avec « les camarades de la fraction communiste ». Le 19 septembre – lendemain de la prise de position du Bureau Confédéral et donc avant celle de la C.A. – le Bureau adopte à l’unanimité un ordre du jour présenté par Rollo et qui déclare notamment :... « Il est clair que ces communistes ne s’appartiennent plus intellectuellement et moralement, qu’ils dépendent étroitement d’un gouvernement étranger (...) Notre mouvement syndical, qui ne saurait se concevoir hors de l’indépendance absolue de toute organisation politique, ne peut s ‘accommoder de telles pratiques.

45« En conséquence, le Bureau du S.N. des Instituteurs estime que les communistes qui appartiennent au Bureau ou à la C.A. de la C.G.T., ainsi que ceux qui sont membres des organismes dirigeants de ses propres sections départementales, doivent en être impitoyablement écartés ».

46Les éditoriaux de Lapierre ne revêtent pas cet aspect tranchant. Ils traitent essentiellement des affaires courantes (situation administrative des mobilisés, des Alsaciens évacués, exode des enfants des départements frontaliers, etc). La censure exerce amplement ses talents sur « L’ECOLE LIBERATRICE ». C’est le cas le 21 octobre et surtout le 28 octobre, au détriment d’un article intitulé « Possibilités de paix ». Par contre, deux textes émanant du parti socialiste et dénonçant la « trahison » du P.C. sont intégralement respectés. Le 4 novembre, l’éditorial est largement caviardé. Mais « L’ECOLE LIBERATRICE » peut intégralement publier un texte de Jouhaux précisant que, si les dirigeants syndicaux communistes ont été démis de leurs fonctions, ce n’est pas en tant que tels, ni « parce que ce parti était déjà frappé », mais parce qu’ils avaient violé les « bases fondamentales de l’action ouvrière (...) : liberté, dignité, loyauté, solidarité ». Lorsque Georges Lapierre traite des conditions de la paix à venir (« A la recherche d’un ordre nouveau »), il évite les ciseaux d’Anastasie en faisant appel à des citations, très générales, du « POPULAIRE », du « TEMPS », du « TIMES », de Lord Halifax, etc.

47Le 2 novembre, Vivès se lance à l’attaque de Neumeyer, accusé d’avoir « foncé tête baissée » pendant la guerre d’Espagne en appuyant « Moscou (qui) cherchait un sujet de guerre, de guerre pour les autres ». A Munich, « la guerre cherchée, voulue par Moscou, était une fois de plus évitée ». Le procès intenté aux dirigeants de la F.G.F. concerne l’ensemble de son orientation depuis 1936...

48De nombreux autres éditoriaux ou articles seront soit entièrement supprimés, soit rendus illisibles par la censure, y compris le compte-rendu du Comité National de la C.G.T. et un article de Rollo sur l’action laïque.

La position du Rhône

49La Section du Rhône est moins concernée que d’autres par le « problème communiste » : « Chez nous où le péril communiste n’existait pas – et où nous avions su garder notre liberté d’expression, nous ne danserons pas la danse du scalp ». La rentrée scolaire s’est effectuée le 12 octobre. Le Conseil Syndical se réunit le 9 novembre. Le procès-verbal de cette réunion ne fait pas allusion aux décisions de la C.G.T. Mais le bulletin de novembre, lui aussi largement censuré, s’ouvre par un éditorial de Fossemagne exposant « la position (du) Conseil Syndical » sous le titre « Le syndicat et les Staliniens » : « Nous n’avons pas cru devoir, dans notre premier bulletin, publier cette condamnation.

50« Aujourd’hui, quoique notre avis concernant le parti stalinien soit bien connu de tous nos adhérents, il nous faut aborder cette question, car il nous a été donné d’apprendre que, en dehors de notre organisation, notre silence était mal interprété ».

51Après avoir rappelé que la section a depuis longtemps « condamné de la façon la plus formelle l’influence stalinienne au sein de la C.G.T. », il constate que « la C.G.T., profitant de la réprobation d’ordre nationaliste qui a accueilli le pacte Hitler-Staline, a donc réalisé ce que nous réclamions depuis longtemps ». Mais la C.G.T. n’est pas blanchie pour autant de son appui à « une politique de guerre ». Elle devrait « faire son examen de conscience » et se libérer des « mauvais guide(s) ».

52Fossemagne ne croit pas que « certains de nos Staliniens (...) soient prêts à abjurer (...) N’oublions pas que le parti Stalinien reste le seul parti vraiment organisé en France ; qu’un jour peut-être, à la faveur des mécontentements et avec l’aide de nouveaux slogans, nous le retrouverons encore essayant de dominer le mouvement syndical ».

53Même argumentation chez Louis Blain qui dit : « Mieux vaut tard que jajamais» à propos de la « mesure de salubrité » prise au plan national et qui se réjouit de l’interdiction de « feue « LA VOIX DU PEUPLE ». Mais il ajoute :... « nous n’insisterons pas davantage car il nous déplaît de piétiner les vaincus ».

54La condamnation est totale et sans appel ; mais, pour les dirigeants rhodaniens du S.N.I., on peut faire l’économie des exclusions, qui frapperaient au maximum trois membres (d’ailleurs mobilisés) du Conseil Syndical (fort de 36 membres). La vigilance est néanmoins recommandée. Il n’en va pas de même partout. Un cas typique est cité par un militant trotskyste et pacifiste de l’Isère. Un instituteur communiste qui n’approuve pas le pacte germano-soviétique, Desblache, est néanmoins exclu du conseil syndical. Selon le narrateur, qui était absent lorsque fut prise cette décision avec laquelle il était en désaccord, cette mise à l’index fut fatale à Desblache : elle « le fit mettre sur la liste noire de la milice » ; le malheureux fut déporté et mourut dans un camp.

Cache – cache avec la censure

  • 2 Le bureau départemental provisoire, avec Fossemagne comme secrétaire général, comprend Blain – qui (...)

55La censure, qui coupe allègrement dans les articles du Bulletin Corporatif, ne permet pas aux dirigeants lyonnais restant en fonctions2 d’exprimer clairement leur opinion sur la guerre. Le Bureau en est réduit à jouer à cache-cache avec les interdits. A partir de décembre 1939 le bulletin paraît avec, en exergue, une citation de Paul Faure : « Notre politique de guerre : penser constamment à la jeunesse française mobilisée aux armées, qui représente pour la nation, la vie, l’espérance, l’avenir, et agir en conséquence ». Le premier salut de Fossemagne « à nos camarades mobilisés » rappelle les déceptions éprouvées, mais il laisse un soupçon d’ouverture à l’espérance « Etait-il utile de vous parler du déchirement ressenti lorsque l’inefficacité de notre action passée se révéla ? (...) Faut-il encore vous dire notre tenace espoir, irraisonné peut-être, de voir se terminer ce cauchemar ? ». L’analyse de la situation, tentée dans ce bulletin, ne laisse pas apparaître les raisons de cet optimisme relatif : une page sur deux est censurée et seul reste intact le parallèle établi par le secrétaire départemental entre Hitler et Staline.

56Sans doute se fait-on entendre par d’autres canaux. Le 28 décembre 1939, la police intercepte un tract pacifiste signé par « TERRE LIBRE » (avec l’adresse d’une boîte postale à Oullins), « L’ESPAGNE NOUVELLE », « LA PATRIE HUMAINE », « LE COMBAT SYNDICALISTE ». Le tract approuve l’action pacifiste du S.N.I., qu’il oppose à celle du parti communiste.

57En février 1940, pour exalter « un noble rêve : les Etats-Unis d’Europe », le Bulletin doit se contenter de citer Victor Hugo... et Paul Reynaud. Fossemagne adresse aux censeurs un vœu pieux qui ressemble à un pied de nez : « Ensemble, chers camarades, demandons à la censure qu’elle nous permette de conserver à notre bulletin « le sens de l’humain » traditionnel ». Et, comme il ne compte guère, sans doute, sur cette éventualité, il se place dans le sillage de Jean Giraudoux, « chef de l’information », « qui ne peut être censuré » et qui a fait état de « l’amour incoercible de notre pays pour la paix », rendant hommage aux « 25 000 instituteurs (qui) ont dû prendre la mitrailleuse, la grenade et tous ces instruments de destruction qu’ils abhorrent ».

58La requête de Fossemagne ne trouble guère les gardiens sourcilleux qui veillent sur la presse. Mais ils ne peuvent « blanchir » un extrait du discours prononcé par le député rhodanien Laurent Bonnevay, déplorant la montée de l’autoritarisme. Les commentaires syndicaux qui l’accompagnent sont, eux, entièrement supprimés. Par « faveur » particulière, l’Inspecteur d’Académie du Rhône abroge la transmission directe aux instituteurs de leur rapport d’inspection. L’administration – précise par ailleurs le bulletin – « va charger le directeur (d’école) d’assister à l’inspection de ses adjoints ». C’est un net retour en arrière sur un point de tous temps névralgique ; mais la censure se charge d’occulter la protestation. Non seulement le procès-verbal du Conseil Syndical est entièrement censuré sur cette question, mais encore il est interdit de faire parvenir aux autorités l’ordre du jour voté. Un entrefilet commentant l’interdiction de la revue « L’ECOLE EMANCIPEE » fait place à un espace blanc.

59Il est néanmoins permis de faire connaître la disparition de Chaptial, premier instituteur du Rhône mort dans cette guerre, et d’annoncer le refus opposé par l’Académie à la poursuite de la « collaboration » avec les élus du personnel. La section en appelle au bureau national du syndicat pour intervention au plus haut niveau. Reste aussi l’annonce de la création par le syndicat d’une « œuvre d’entr’aide aux instituteurs mobilisés et à leurs familles » et l’appel du Groupement Départemental de l’Enseignement Laïc, en faveur du « colis aux soldats ». Le bulletin donne la vedette, en mars/avril, à un vœu exprimé dans « L’ŒUVRE » par l’écrivain André Billy, que les instituteurs mobilisés dans le service auxiliaire soient renvoyés dans leurs écoles...

60La vie syndicale s’anémie : aucune assemblée générale n’a eu heu, du 9 novembre à la débâcle de mai 1940. Le bulletin rapporte une décision de la délégation spéciale nommée par le préfet à Villeurbanne en remplacement de la municipalité Joly, d’accorder l’indemnité de logement aux retraités ayant repris du service et aux remplaçants des mobilisés. Fossemagne proteste contre un article de la « REVUE DES DEUX MONDES » demandant l’ouverture de l’école publique « aux représentants des principaux cultes ». On en reparlera sous Pétain...

61L’activité est réduite : plus d’autres réunions que celles du Conseil Syndical et du Bureau Départemental ; plus de relations avec les autorités académiques – et l’hémorragie, pour la section, de ses 450 mobilisés... Pourtant, malgré désillusions et difficultés, le S.N.I. regroupe 1 500 cotisants dans le Rhône. La section n’a nullement été désavouée par la base. Les extraits de lettres de mobilisés publiés par le bulletin en témoignent. Parmi les remerciements pour les colis reçus du syndicat, on trouve quelques phrases significatives. D’« un jeune » : Nous pouvons être fiers, malgré tout, d’avoir su rester clairvoyants, d’avoir fait notre possible pour éviter la catastrophe ». D’« un sympathique grand gaillard » :... « et, chaque fois, je ne puis m'empêcher de penser combien la section avait raison... ».

Loyalisme

62Quels que soient leurs sentiments profonds, les instituteurs du Rhône devront comprendre qu’une époque est révolue. Le bulletin de mars/avril 1940 publie sans commentaire le texte de la déclaration que l’Inspecteur d’Académie « a demandé à un certain nombre de nos collègues de signer » :

63« Il est souhaitable, dans les circonstances présentes, que vous soyez en mesure de m’affirmer par écrit :

  1. que vous n’avez aucune activité contraire à l’effort militaire de la nation ;
  2. que vous réprouvez la politique de conquête de l’Allemagne et de la Russie conjuguées ;
  3. que vous désirez la victoire des armées françaises et y contribuez selon vos moyens ».

64Cette déclaration de loyalisme, l’administration ne l’exige pas seulement de certains maîtres pris individuellement. Elle veut une prise de position semblable de la section syndicale, ès qualités. Au Conseil Syndical, une discussion s’engage sur cette question, entre Fossemagne, Fontaine, Blain, Mme Odin et Pardon ; son contenu reste secret. A l’unanimité, le conseil adopte une motion qu’une délégation porte à l’inspection académique.

65Le texte condamne d’abord « les insinuations tendancieuses ou gratuites », par exemple celle qui veut « lui imputer l’envoi d’une lettre aux Maires du Beaujolais ».

66Le syndicat « rappelle qu’ardent partisan d’une large union populaire pour l’émancipation sociale, il n’a cependant pas hésité à se dresser contre le parti de Staline dès l’instant qu’il a vu en lui le fourrier de la guerre ».

67(...) « Il rappelle encore qu’il a dénoncé rudement les complaisances dangereuses que les Staliniens trouvaient auprès des dirigeants de la C.G. T. et de nombre de personnalités politiques, aveugles jusqu’au 23 août dernier, et qui taxaient sa clairvoyance d’exagération fanatique. Il est allé jusqu’à désavouer publiquement la grève du 30 novembre 1938... ».

68Répondant enfin à la première question posée, le syndicat « sait et dit inconcevable une capitulation pure et simple, une soumission passive à la tyrannie hitlérienne.

69« Radicalement hostile au régime hitlérien, à son racisme, à sa mystique guerrière, à sa politique perfide et brutale, il n’en a pas moins considéré qu’il fallait, contre le sentiment et même au moment où la guerre d’Espagne lui posait le plus tragique des cas de conscience, chercher avec lui les conditions d’une paix juste et stable ».

70La section exprime enfin l’espoir que les instituteurs allemands répudieront le racisme et reviendront à la Fédération Internationale de l’Enseignement.

71Autant l’anti-communisme et l’anti-cégétisme sont nettement réaffirmés – avec la revendication orgueilleuse d’une certaine priorité en la matière –, autant la politique de compromis avec le nazisme est revendiquée par le syndicat du Rhône, autant sa conclusion concernant la défense du sol national est prudente. Il « exprime son affection inquiète » aux mobilisés « officiers, sous-officiers et soldats » qui, « malgré la chute brutale de leur idéal de paix, conservent dans leur nouvelle tâche l'espoir de l’établissement d’une paix juste et définitive dont une des conditions serait le désarmement général et contrôlé ».

L’effondrement

72Mais la situation militaire se modifie rapidement à l’ouest. Le 10 mai 1940, à l’aube, la Belgique et la Hollande sont bombardées et envahies. La campagne de Belgique, puis celle de France, conduiront les troupes allemandes à Paris le 14 juin, à Lyon et Saint-Nazaire le 22. Le gouvernement Pétain, qui a remplacé le ministère Paul Reynaud le 16 juin, accepte l’armistice qui est signé le 22 juin par le maréchal Keitel et le général Huntziger. Les hostilités ont partout cessé le 30 juin.

73Après l’invasion de la Belgique, Lapierre titre sur « les misères de la guerre » et appelle à la solidarité dans l’accueil aux réfugiés. Le 30 mai, « L’ECOLE LIBERATRICE » porte en exergue une citation de Paul Reynaud : « La Patrie est en danger ». Les membres du Bureau National présents à Paris (L. Boulanger, Marie-Louise Cavalier, Lapierre et Vivès) publient une déclaration dans laquelle ils affirment que « l’école française n’a plus désormais qu’un but : servir le pays, donner à tous les enfants dont elle a la charge le sentiment aigu de la communauté du péril et de la communauté du devoir ».

74Le 6 juin 1939, G. Lapierre estime que la France et l’Angleterre se trouvent « devant la guerre totale ». Il souhaite que dans cette conjoncture les institutions républicaines soient sauvegardées.

  • 3 L’idée d’« internation » avait été débattue fin 1938 et au début de 1939 dans « La Révolution Prol (...)

75Dans le Rhône, alors que la défaite n’est pas encore consommée, un plan d’« Intemation » franco-anglaise, présenté par le « DAILY-MAIL », est repris par « LE PROGRES » et publié par le BULLETIN CORPORATIF DES INSTITUTEURS3. Ce plan, établi par un « comité d’experts (...) pourrait être soumis au Conseil Suprême de Guerre » et aux « Comités des Ministres » alliés. Il serait valable « non seulement pendant la guerre, mais après ». Les mots : « fusion », « disparition de ces mêmes nations » (même si la constitution de cette « internation » prévoit leur autonomie administrative) » ; « fondation anticipée des Etats-Unis d’Europe », donnent tout son sens à la démarche. L’extension ultérieure de « l’internation » à la Suisse, à la Belgique, aux pays Scandinaves, à la « République espagnole », est envisagée. La censure blanchit le dernier tiers de l’article, que le bureau de la section titre : « La notion de nation est-elle périmée ? ».

76L’écroulement de juin mettra fin à ces spéculations.

Peut-on composer avec l’Etat-Pétain ?

77Dans le chaos et le désarroi où se trouve le pays, le gouvernement Pétain conserve en réalité peu de pouvoirs – sinon celui, que lui concède généreusement le vainqueur, de mater à l’intérieur tout ce qui pourrait bouger. Le 10 juillet 1940, le président Herriot convoque en Assemblée Nationale les députés et les sénateurs, à l’exclusion des communistes qui ont été déchus et emprisonnés. Cette Assemblée accorde à Pétain les pleins pouvoirs par 569 voix contre 80, dont 36 socialistes. La motion opposée, présentée par le radical Vincent Badie, s’élevait contre un « projet qui aboutirait inévitablement à la disparition du régime républicain », tout en estimant « qu'il est indispensable d’accorder au Maréchal Pétain qui, en ces heures graves, incarne si bien les vertus traditionnelles françaises, tous les pouvoirs pour mener à bien son œuvre de paix et de salut public ».

78Pétain a les mains libres. Il s’empresse de dissoudre le Parlement, qu’il remplace par un « CONSEIL NATIONAL » composé de personnalités désignées par le gouvernement. Les lois constitutionnelles de 1875 sont abrogées. La « REPUBLIQUE FRANÇAISE » cède à « L’ETAT FRANÇAIS ».

79Dans cette situation, ni les forces politiques légales de gauche, ni la C.G.T. n’ont su définir une stratégie, sinon celle de courber le dos pour tenter de sauver ce qui peut l’être, du moins leur semblait-il.

  • 4 L’expression est de Delmas.

80Le 20 juillet 1940, Léon Jouhaux réunit à Toulouse « des éléments du C.C.N. » et leur fait adopter « une stupéfiante transformation de la C.G.T. »4. Il ne s’agit plus désormais de « mener la lutte pour la disparition du salariat et du patronat », mais de « défendre les droits sacrés du TRAVAIL, d’accroître le niveau de vie des travailleurs, de protéger la FAMILLE de ces derniers et de collaborer à la prospérité NATIONALE » – ce que Delmas appelle une «astucieuse et irrégulière révision de ses objectifs sur la devise du nouvel Etat français : « TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE ». Ce Comité Confédéral National – croupion bannit la grève comme moyen de lutte de la classe ouvrière. Il préconise le recours aux seules méthodes de conciliation et d’arbitrage. Il approuve un document préparé par le Bureau Confédéral, proposant la constitution d’une « Communauté Française du Travail », dans laquelle entreraient « toutes les forces associées de la production et du travail, dont tous les syndicats et toutes les associations qui concourent à la vie économique ». Delmas peut faire remarquer que ces propositions, « d’un opportunisme acrobatique », risquaient « d’ouvrir la voie à un corporatisme visiblement inspiré par les réalisations sociales du dictateur Salazar ».

81Il serait intéressant de connaître la part prise à cette initiative par René Belin, secrétaire-général adjoint de la C.G.T., promu ministre du Travail et de la Production Industrielle par Pétain et futur inspirateur de la « CHARTE DU TRA VAIL ».

82La capitulation de la centrale syndicale – ou du moins de son C.C.N. raccourci – est mise en évidence par « Le Nouvelliste » qui titre en première page : « La C.G.T. renonce à la lutte de classes » et qui reproduit l’article II des statuts confédéraux modifiés. Mais cela ne suffit pas au vieil adversaire des forces progressives : « C’est (...) au passé qu’appartiennent les anciens directeurs de la C.G.T. La France nouvelle saura se reconstruire sans eux ».

83Cet acte de soumission ne sauvera pas la C.G.T., dissoute par décret le 9 novembre 1940. Quant à Jouhaux, mis en résidence surveillée par le gouvernement de Vichy, il sera, de 1943 à 1945, déporté en Allemagne avec d’autres personnalités.

84Delmas, qui brocarde Jouhaux, était-il à l’abri de semblables illusions ? Il raconte avec complaisance comment, à la mi-juillet 1940, « reprenant dès (sa) démobilisation la charge de secrétaire général du syndicat et sans avoir la possibilité de réunir les camarades du bureau dispersés par la tourmente », il décide de se rendre à Vichy « pour avoir une idée aussi précise que possible de la situation ». Il y rencontre « l’ami Courrière, de la Fédération Postale », devenu chef de cabinet de Belin, puis Piétri, ministre des Communications, Ludovic O. Frossard, Déat et d’autres personnages de ce qu’il appelle « le marécage vichyssois ». Après quoi, il réintègre le siège du S.N.I. à Paris.

85Il est convoqué à Vichy début septembre. Il y arrive le 13 et il apprend que le nouveau ministre de l’Instruction Publique Ripert veut dissoudre le syndicat. Laval refuse d’intervenir, mais Delmas, chaperonné par Belin, finit par voir Pétain qui, à l’opposé de son ministre, se prononce contre les sanctions infligées pour une activité politique passée. Il autorise même Delmas à en « informer ses camarades ». Le secrétaire général croit avoir gagné la partie... Mais une réunion des secrétaires de sections départementales de la zone sud, prévue à Clermont-Ferrand, est interdite, ainsi qu’une réunion semblable pour la zone nord, qui aurait dû avoir heu à Paris le 22 septembre. Pétain lui-même confirme la première interdiction. L’appel ministériel aux instituteurs et institutrices de France, daté du 19 septembre, précise les orientations de Vichy. Elles sont nettes : « Ceux qui n’appartiennent pas à la hiérarchie régulière et légale n’ont aucune qualité pour donner des ordres à leurs collègues, pour les convoquer ou pour leur transmettre des consignes. De tels agissements ne sauraient être tolérés.

86« A cette occasion, je rappelle aux instituteurs et aux institutrices qu’ils ont toujours le moyen de se faire entendre de leurs chefs, mais que toutes leurs réclamations ou demandes doivent suivre la voie normale ».

  • 5 Après la capitulation allemande, il est, avec son ami Paul Faure, un des fondateurs du Parti Socia (...)

87Le syndicat n’a donc plus de raison d’être. André Delmas est affecté au cours complémentaire de Saint-Cloud, où il traverse sans dommage les années d’occupation5.

Bibliographie

SOURCES

– L’Ecole Libératrice, Bulletin Corporatif (Rhône), La Tribune des Fonctionnaires (1939-1940) ; Le Peuple, 3 novembre 1939, L’Action douanière, 10/15 novembre 1939 ; Feuilles Libres, Le Progrès, Lyon Républicain, Le Nouvelliste (1939-1940) ;

– Archives Départementales du Rhône, 4M 244, 4M 26 ; Archives privées ; entretiens avec des témoins ; réponses au questionnaire Jacques Girault op. cit. ;

– Archives de la Wilhelmstrasse, op. cit. ; Gilbert Badia, op. cit. ; R. Bidouze, op. cit. ; G. Bonnet, op. cit. ; A. Bullock, op. cit. ; Winston Churchill, « Mémoires », T. 1 ; Henry Coston : « Dictionnaire de la politique française » (Ed. « Librairie Française ») ; Paul Delanoue : « Les enseignants – Les instituteurs pendant la seconde guerre mondiale » (Ed. Sociales) ; André Delmas : « Mémoires »..., op. cit. ; Harold Nicholson : « Journal des années tragiques (1936-(1936-1942», Grasset ; Pascal Ory : « Les Collaborateurs » ; Recherches Internationales no 23/24 : « 1938-1941 : le monde prend feu » ; W.L. Shirer : « Le IIIe Reich », Ed. Stock.

Notes

1 Tract national rédigé par Louis Lecoin et signé par Alain, Giono, Victor Margueritte, Emery, Hagnauer, Déat, etc. La plupart des signataires, Déat en tête, affirmeront n’avoir pas voulu signer un texte destiné à la diffusion. (Il le fut à cent mille exemplaires). Les plus compromis, Lecoin, Félicien Challaye, Henry Poulaille, seront incarcérés.

2 Le bureau départemental provisoire, avec Fossemagne comme secrétaire général, comprend Blain – qui sera mobilisé en 1940 – Mlle Blanc, Mme Marly, Mme Camendrou, Brayet, Mlle Chambon, Mlle Durand.

3 L’idée d’« internation » avait été débattue fin 1938 et au début de 1939 dans « La Révolution Prolétarienne ». Jean Fontaine craignait de voir constituer par ce biais « le fameux blocs des pays démocratiques contre les pays fascistes », alors qu’il était nécessaire de « réviser la carte économique et géographique du monde, à l’avantage des puissances fascistes ».

4 L’expression est de Delmas.

5 Après la capitulation allemande, il est, avec son ami Paul Faure, un des fondateurs du Parti Socialiste Démocratique. Responsable au Mouvement Fédéraliste Européen, il en devient secrétaire général de 1959 à 1962 et président de la région parisienne jusqu’en 1971. Décédé en 1979.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search