Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Quatrième partie. (1938-1940)

Chapitre I. Vers Munich et la guerre

Texte intégral

Face à l’Anschluss

1En 1938, les événements se précipitent en Europe. Après avoir concentré entre ses mains les pouvoirs militaires, Hitler, appuyé par les nazis locaux, envahit et annexe l’Autriche (13 mars 1938), tout en encourageant ses partisans sudètes à développer l’agitation en Tchécoslovaquie.

2L’Europe assiste impavide à l’Anschluss, présenté en Allemagne comme la réunion enthousiaste de deux rameaux séparés d’un même peuple. En France, l’inquiétude est grande. André Delmas y répond dans « L’ECOLE LIBERATRICE» : « La guerre pour demain ? Non ! » affirme-t-il. A son avis, « il n’y a pas d’analogie entre la situation de l’Autriche et celle de la Tchécoslovaquie ». Il préfère « une entente étroite » avec l’Angleterre à une « politique de pseudo-fermeté » qui laisserait à la réaction française « la possibilité de se réclamer d’une politique de compréhension internationale ».

3Dans le Rhône, Vidalenche exerce sa verve : « Hitler, « violant délibérément les traités librement ( ! ! ? ?) consentis », adjoint l’Autriche au Reich et forme l’Anschluss. Certes, c’est grave, très grave. Mais n’est-ce pas après tout une révision pacifique (mais oui !) des ignobles traités de 1919 ? ». Et, prévoyant, il ajoute :... « si la Tchécoslovaquie était menacée » faudrait-il que la France « honore ses engagements ? ». Il s’indigne que la C.G.T. n’ait pas répondu par un « NON implacable ! », car « il n’y aura pas Hitler, Goebbels et Cie à portée des fusils et des mitrailleuses, sous les bombes, dans les gaz asphyxiants, mais nos malheureux frères d’Allemagne ».

4Selon Vidalenche, Lavenir « s’est exprimé en des termes semblables dans un ordre du jour » dont on ne trouve pas trace au BULLETIN CORPORATIF. En mars et avril 1938, les débats du conseil syndical et de l’Assemblée Générale sont très critiques pour Delmas, trop tiède au congrès de la Fédération des Fonctionnaires. On y réaffirme « que la lutte des démocraties contre les fascismes aboutirait au massacre du Prolétariat mondial parmi lequel celui d’Allemagne » et on approuve un article de Lavenir sur la question tchécoslovaque.

5Ce long article (les 3/4 d’une colonne en petits caractères) est publié par « Le Nouvelliste » du 21 mars sous le titre : « Pour la paix en Europe » et avec le chapeau suivant : « Nous publions ci-dessous intégralement un communiqué du Syndicat de l’Enseignement laïc du Rhône affilié à la C.G.T.

6« Certes, nous n’approuvons pas tous les termes de ce document qui montre cependant que « Le Populaire », l’« Humanité » et la C.G.T. adoptent en matière de politique étrangère une attitude en contradiction avec celle de leurs adhérents, lesquels se rapprochent, au contraire, de la position que nous avons adoptée ici même : ne rien négliger pour sauver la paix, ne jamais désespérer de la maintenir ».

7Les thèmes développés par Lavenir sont maintenant habituels : Les traités de 1918 et 1919 sont abolis ; il ne faut pas risquer la guerre pour les rétablir alors qu’ils ne correspondent ni à la justice ni à l’état des forces en présence.

8Le communiqué rappelle que le S.N.I. du Rhône « a toujours préconisé la médiation en Espagne » et qu’il ne prend pas parti entre « la dictature de Schuschnigg, successeur du sanglant Dollfuss, et celle de Hitler ». Il met en garde contre les « provocations » sur les minorités tchécoslovaques. Il condamne la proposition Litvinoff de réunir « seulement les puissances contre l’Allemagne », ce qui est « l’amorce d’une coalition de guerre »... « La sécurité collective (...) constituerait une politique dangereuse au plus haut point pour la France »... « Nous considérons que la réalisation d’un grand empire allemand, groupant les peuples séparés par les absurdes traités de paix de 1919, n'est pas nécessairement une menace de guerre. Nous appelons l’attention de tous sur le danger que constituerait pour la France son adhésion à la politique russe qui tend essentiellement à affaiblir l’Allemagne par laquelle elle se croit menacée, et cela même au prix d’une guerre, dans laquelle la France, isolée si elle s’y laissait entraîner, serait la victime certaine ».

9Lavenir demande au gouvernement français de « s’associer à la prudente politique anglaise », qui vise « à recréer sans conflit un nouvel équilibre européen tenant compte du fait que constitue le retour de l’Allemagne au rang de grande puissance ».

10Comme Vidalenche, Emery n’est pas autrement affecté par l’annexion de l’Autriche : « Que s’est-il passé au juste ? (...) la réalisation sans guerre de ce que tout le monde déclarait inévitable et probablement catastrophique (...) L'Anschluss fut moins une conquête qu’un coup d’Etat préparé à la fois du dedans et du dehors, accepté par un peuple au désespoir et sans confiance en son régime, réalisé d’ailleurs avec une virtuosité remarquable et une rapidité toute césarienne (...) Aujourd’hui, que faire qu’accepter et se taire, sans gestes de théâtre et sans larmes électorales ? ». N’est-il pas normal que les nazis viennent compléter le travail des fascistes locaux ?

Les Sudètes : première crise

11Aussitôt l’Autriche avalée, la question des Sudètes s’envenime. Dès le 13 mars 1938, Goebbels assure à l’ambassadeur tchèque Mastny que le IIIe Reich se considère comme le protecteur de tous les Allemands vivant en dehors des frontières du Reich – donc, des Sudètes. Parmi ceux-ci, l’agitation nazie redouble, derrière leur Führer, Henlein. Le premier ministre britannique Chamberlain se montre aussitôt réticent à soutenir la Tchécoslovaquie. Π fait pression sur la France pour qu’elle adopte « une politique qui l’engagerait le moins possible ». Les entretiens franco-britanniques de Londres font apparaître, si l’on en croit Benès, une nouvelle exigence : « Lord Halifax n’insista pas pour que la France rompît son accord avec la Russie, mais il aurait demandé que cet accord (qui agaçait surtout l’Allemagne nazie) fût relégué à l’arrière-plan de la politique française ». Refusant de discuter d’un mémorandum présenté par le gouvernement tchécoslovaque, la Grande-Bretagne demande à la France « de ne pas mobiliser et de ne rien entreprendre sans une consultation préalable avec elle ». La France, en la matière, est bel et bien placée sous le leadership britannique.

12Simultanément, une campagne se développe à la Commission des Affaires Etrangères de la Chambre, (campagne animée par Pierre-Etienne Flandin) et dans une grande partie de la presse parisienne, sur le thème : l’alliance franco-tchécoslovaque est caduque ; le traité n’est plus valable, car il reposait sur le Pacte de Locarno et l’article 16 du Pacte de la Société des Nations – tous deux récusés par Hitler.

13Le 17 mars, Litvinov, ministre soviétique des Affaires Etrangères, propose la réunion d’une conférence internationale des pays démocratiques afin de décider la riposte à toute agression contre les « peuples européens et pas seulement européens ». La proposition est repoussée par la Grande-Bretagne. Aux Communes, après avoir – sans consulter la Tchécoslovaquie – négocié avec le IIIe Reich sur la question des Sudètes, Chamberlain déclare que ni l’Angleterre ni la France ne sont impliquées dans le conflit germano-tchécoslovaque ; il prend acte des assurances hitlériennes et des efforts déjà envisagés par la Tchécoslovaquie pour satisfaire les « souhaits raisonnables » de la minorité allemande. Tout cela ne fait que stimuler Hitler.

14En mai, celui-ci masse des troupes le long de la frontière tchèque. Sous la pression de Londres, Prague accepte de négocier avec Henlein. Mais devant la mobilisation partielle de la Tchécoslovaquie et la mauvaise humeur manifestée par l’Angleterre, le Führer recule temporairement. Le 22 mai, Henlein décommande, sur son ordre, les manifestations nazies qui devaient, comme en Autriche, donner le signal de l’intervention hitlérienne.

15C’est dans ce contexte qu’il nous faut situer l’intervention du S.N.I. dans le Rhône. Quelques jours après la proposition Litvinov, Lavenir, secrétaire général de la section, sollicite l’aval du Conseil Syndical pour son article du « Nouvelliste » (paru aussi dans le « Lyon Républicain »). Il s’agit d’une approbation a posteriori. « LA VOIX DU PEUPLE » a déjà répondu à Lavenir en dénonçant « la grande trahison du Syndicat des Instituteurs ». Lavenir s’explique devant le C.S : s’il a agi ainsi, c’est « parce qu’il estimait que les dangers de guerre s’étaient précisés d’une façon alarmante sur la question de la Tchécoslovaquie et du pacte proposé par Litvinov (il fallait agir vite). Enfin, il était à peu près certain de bien traduire la pensée de la majorité du Syndicat du Rhône ».

16Il ne s’est pas trompé. Chaudement félicité par Odin et Simond, désapprouvé par les seuls Matagrin, Ladevèze et Ballandras, il est mandaté pour faire imprimer à mille exemplaires cet article, sous forme d’un tract pouvant au besoin être affiché.

17L’insertion dans le « BULLETIN CORPORATIF » d’un article de Ladevèze, exactement opposé aux thèses de Lavenir, est repoussée par le Conseil Syndical, malgré le renfort apporté à son auteur, outre ses camarades de tendance, par Simond, Diot et Mme Matagrin, partisans de la liberté d’expression. Lavenir justifie tranquillement la censure par le fait que cet article « rompt la cohésion du syndicat dans sa lutte pour la Paix ». Un nouvel article, de Pilon cette fois, sera interdit en juin pour les mêmes raisons.

Le Rhône et le Congrès de Nantes

18Dans cette ambiance passionnée, on est surpris de constater que la préparation du Congrès de Nantes du S.N.I. ne donne pas heu dans le Rhône à des débats axés sur les préoccupations visiblement dominantes. Le rapport moral du bureau départemental est presque entièrement consacré à l’organisation des tendances dans le syndicat. « Je pense – dit Lavenir – que cela vaut mieux, bien que le syndicalisme n’ait rien à y gagner ». En fait, il s’agit de la lutte pour la direction de la section entre l’équipe Lavenir-Forest et les « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE ». La réponse faite par G. Simond, au nom de ceux-ci, ne contient qu’une seule phrase faisant allusion à la lutte contre la guerre, par le biais des débats au sein de la Fédération des Fonctionnaires. Il est vrai que sur ce terrain, Lavenir et ses compétiteurs sont sur la même longueur d’onde. Mais Lavenir appuie la politique pacifiste de Delmas, trouvé beaucoup trop tiède par les amis de l’« ECOLE EMANCIPEE » ; le secrétaire général de la section assure qu’au congrès de la Fédération des Fonctionnaires, Delmas a « arrêté net » une proposition en faveur de l’intervention en Espagne.

19Lavenir estime que dès maintenant « deux grandes Fédérations, Instituteurs et P.T.T., peuvent constituer l’armature de la lutte contre la guerre ». Idée partiellement reprise par la « REGIONALE ACADEMIQUE » de la Fédération Générale de l’Enseignement, selon laquelle « les Enseignants (...) sont particulièrement indiqués pour prendre la tête de ce mouvement ».

20La confiance en la direction confédérale de la C.G.T., déjà fortement ébranlée chez les instituteurs du Rhône, a dès lors complètement disparu. En août 1937, au Congrès du S.N.I., salle de la Mutualité à Paris, le secrétaire confédéral s’était fait quelque peu chahuter lorsqu’il avait abordé les problèmes de politique extérieure. Manifestation « spontanée » selon Vidalenche – en tout cas limitée, si l’on en croit « LE PEUPLE », « L’HUMANITE » et le « LYON REPUBLICAIN ».

21Au Congrès de Nantes, un an plus tard, l’incident est plus sérieux. Vidalenche rend compte avec délectation de la « réception de Léon Jouhaux » : « Depuis 1921, je n’avais assisté, ni participé à un tel chahut. Ce fut spontané »... Cette spontanéité ne va pas sans quelque organisation ; Vidalenche ajoute : « Il fallait réparer l’erreur du vote du Syndicat National au Congrès des Fonctionnaires. Il fallait créer un incident important pour que la presse française puisse indiquer clairement que les instituteurs sont contre l’attitude militariste et guerrière de la C.G.T. ». Obligation « pénible, même pour ceux qui l’emploient froidement, par tactique réfléchie... ». Mais « ce fut donc fait, et fort bien fait... ». Lavenir, sans faire allusion aux faits, se contente de souligner que « le syndicalisme gagne à la confrontation des idées dans un esprit de collaboration. Π ne peut que perdre au heurt continu des fractions organisées ».

22La condamnation de l’orientation confédérale par la section va de pair avec le souci, très visible chez Emery, d’organiser la pression sur l’opinion publique et de celle-ci sur le gouvernement. Pour appuyer la position britannique, « la seule qui, par une négociation effective, tente enfin une pacification de l’Europe », il réunit une série d’intellectuels et la section lyonnaise du Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes. Le rassemblement des intellectuels prestigieux s’opère selon deux lignes de force. A Aragon, Bernanos, Chamson, Colette, Lucien Descaves, Louis Gillet, Jean Guehenno, Malraux, Maritain, François Mauriac, Henri de Montherlant, Jules Romains et Jean Schlumberger, s’opposent Alain, André Breton, Félicien Challaye, Galtier-Boissière, Pierre Hamp, Giono, Joseph Jolinon, Henri Poulaille... Ce groupe proclame son « refus de penser en chœur » et « d’accréditer à la légère la rumeur d’un danger extérieur imminent ». Thèmes repris et développés très largement par la revue émeryste.

23Ainsi se précisent les contours des camps qui se constituent à la veille d’une crise majeure en Europe.

Munich

24Le 12 septembre 1938, au Congrès nazi de Nuremberg, Hitler déclare que les Sudètes sont prêts à trancher eux-mêmes la situation par les moyens appropriés, s’il le faut avec le concours de l’Allemagne. Daladier et la majorité du gouvernement français, passant outre aux obligations du traité franco-tchécoslovaque, se refusent à envisager la guerre « à cause des Allemands tchèques ». Daladier invite Chamberlain à rencontrer Hitler pour résoudre la crise sans déclencher un conflit mondial.

25La rencontre au sommet (anglo-allemande) a lieu à Berchtesgaden le 15 septembre. Hitler réclame sans équivoque le rattachement au Reich de la région des Sudètes. Dès son retour à Londres, Chamberlain fait préparer un « plan anglo-français de solution du différend tchéco-allemand », immédiatement soumis à Daladier et Bonnet (ministre français des Affaires Etrangères). Ce plan prévoit le transfert immédiat au IIIe Reich, sans plébiscite, des régions tchèques peuplées d’au moins 50 % d’Allemands. Si le gouvernement tchèque accepte ce sacrifice, « il sera en droit de demander une certaine garantie de sécurité future ». Mais il est sommé de donner sa réponse dans les trois jours, Neville Chamberlain devant « renouer des pourparlers avec M. Hitler ».

  • 1 Contrairement à une opinion aujourd’hui répandue, l’U.R.S.S. avait proposé « une aide immédiate et (...)

26Devant l’ultimatum, Prague, « contraint par les circonstances et sous la pression extrême des gouvernements français et anglais (...) accepte avec amertume. », mais il « constate avec douleur qu’il n’a même pas été préalablement consulté lors de l’établissement de ces propositions »1.

27La suite est connue. Le 29 septembre, la conférence de Munich, réunissant Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier, cède les Sudètes au IIIe Reich. Le 30 septembre, Chamberlain signe avec le chancelier allemand un pacte de non-agression. La France attendra le 6 décembre pour établir avec l’Allemagne une déclaration commune par laquelle Hitler reconnaît le caractère « définitif » de la frontière entre les deux pays. Les deux partenaires du IIIe Reich sont persuadés d’avoir lâché le fauve vers l’est, et, par là, assuré leur propre tranquillité.

28En ces heures d’angoisse, la section du Rhône du S.N.I. a développé une action tous azimuts, allant jusqu’à intervenir au plan national. Le syndicat publie après coup, en quatre pages denses, le résumé de cette activité. En prologue, déclare-t-il, « il est indispensable, il est juste de rendre à celui qui en fut l’âme et l’organisateur, à notre camarade Emery et à Madame Emery, le témoignage renouvelé de l’affection de tous les pacifistes ».

29Le 10 septembre, Lavenir, « alerté par une lettre d’Emery » et « sans attendre la réunion de la commission du bulletin », adresse à Daladier un télégramme demandant la « poursuite des négociations quoiqu’il arrive », un « effort de conciliation jusqu’à la neutralisation de l’Etat tchécoslovaque » et l’arrêt des mesures de mobilisation partielle « pouvant être interprétées comme des menaces par l’opinion étrangère ».

30Des télégrammes sont également envoyés à la C.G.T. pour protester contre son attitude – et à la direction nationale du S.N.I. pour s’étonner de son silence. En réalité, Delmas n’est pas inactif. Bien des années après, il pourra se glorifier d’avoir, au cours de l’été, préparé la propagande du S.N.I. (mise en forme par Michel Alexandre, l’ami d’Emery, co-rédacteur de « FEUILLES LIBRES ») sur « la difficile coexistence au sein du même Etat tchécoslovaque de plusieurs nationalités différentes »... « Après la crise », un numéro spécial des « CAHIERS D’INFORMATION DU MILITANT » sera publié sur ce thème.

31Le lendemain, le syndicat saisit la presse d’un appel émanant du « CENTRE SYNDICAL D’ACTION CONTRE LA GUERRE » : « Pas de guerre pour la Tchécoslovaquie», car la guerre ne la sauverait pas et d’ailleurs « la vérité est quepour les gouvernements français et russe – l’Etat tchécoslovaque est une position stratégique et économique à conserver et à utiliser le cas échéant contre l’Allemagne ; pour Hitler, elle (sic) est une menace à détruire et une barrière à faire sauter »...

  • 2 Pour diffuser son matériel de propagande, Emery dispose de tout un réseau de correspondants dans l (...)

32Le 12 septembre, le Conseil Syndical, réuni en session extraordinaire, adopte un ordre du jour intitulé : « Nous refusons la guerre » ; le texte en est publié le 16, édité en affiche le même jour. Le 23 septembre, il est tiré en tracts à 75 000 exemplaires expédiés dans toute la France. Le 19 septembre, un numéro spécial de « FEUILLES LIBRES » est consacré à cette propagande2.

33Le même jour, André Delmas écrit pour « LE PEUPLE » (sous le titre : « Tous les peuples haïssent la guerre ») un article refusé par la direction confédérale de la C.G.T., mais qui sera publié dans « L’ECOLE LIBERATRICE » du 1er octobre. Pour Delmas, « la question des nationalités en Tchécoslovaquie est devenue un problème européen qui intéresse toutes les puissances. Il était dangereux de vouloir à toute force en faire un problème d’ordre intérieur à régler par les soins du cabinet de Prague... Un compromis véritable ne s’établira qu’à la suite de concessions mutuelles. Il ne nous appartient pas plus de dire quelles sont les revendications qui doivent immédiatement être satisfaites que d’énumérer les points sur lesquels il ne faut point transiger. Les termes de l’accord ont moins de prix pour l’Europe que le principe même de l’accord »...

34Pendant ce temps, à Lyon, on ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. « A l’annonce de l’accord Chamberlain-Hitler (du 15 septembre), rappelle le bulletin syndical, Blum écrit qu’il se sent partagé entre « un lâche soulagement et la honte ». Le misérable Blum apporte ainsi son appui au parti communiste qui travaille pour la guerre ». Gabriel Péri, Léon Jouhaux et Benoît Frachon reçoivent aussi leur paquet d’invectives.

35Le 22 septembre, on trouve dans « LE PROGRES » et les autres quotidiens lyonnais un communiqué du Bureau National du S.N.I., dans lequel il est précisé que « tout retard imposé à la guerre est une victoire pour la paix ». Le S.N.I. « adjure le gouvernement français de poursuivre jusqu'au bout les négociations en vue du règlement du conflit présent » et « salue comme une initiative encourageante les voyages du premier ministre britannique en Allemagne ».

36Enfin – passage admirable ! – « il pense qu’en se résignant à des sacrifices imposés par l’équité ou par une nécessité impérieuse, qu’en acceptant un règlement de nature à satisfaire l’indépendance du peuple tchèque, le gouvernement de Prague donnerait au monde affolé par la brutalité totalitaire et les vertiges belliqueux, un magnifique exemple de raison, de sang-froid et de générosité ».

37En parallèle, les journaux lyonnais publient un « Manifeste de la C.G.T. » protestant contre « les pressions exercées à l’endroit du gouvernement tchécoslovaque en vue de l’obliger à accepter un règlement établi sans sa consultation ». La Confédération dénonce « la pression exercée sur les gouvernements anglais et français par de puissants intérêts capitalistes internationaux (...) La C.G.T. s’élève avec vigueur contre les projets actuels de démembrement et d’isolement de la Tchécoslovaquie et contre le régime de la violence en Europe ». Elle conclut par un appel « à toutes les démocraties et spécialement à la République des Etats-Unis d’Amérique – facteur essentiel d’une action salvatrice – à se regrouper et raffermir leurs énergies pour déjouer les calculs de la violence et s’employer courageusement à construire la paix dans la justice ».

38La divergence est totale entre le S.N.I. et la C.G.T..

39Le 23 septembre, la Tchécoslovaquie décrète la mobilisation générale. Le 24, le télégramme suivant est envoyé à Daladier et G. Bonnet : « Syndicat Enseignement laïc du Rhône proteste contre provocation à la guerre constituée par la mobilisation tchécoslovaque, refuse absolument la guerre pour la Tchécoslovaquie, demande poursuivre négociations avec Hitler ».

40Second télégramme, adressé à la direction confédérale : « Syndicat Enseignement proteste contre attitude abominable C.G.T., demande action paix par négociation et refus absolu guerre pour les provocateurs tchécoslovaques ».

41Le même jour, à l’initiative du S.N.I., le Centre Syndical d’Action contre la guerre, la Fédération du Rhône de l’Enseignement, celle des Fonctionnaires (Rhône), le Cartel des Services Publics, l’Union locale C.G.T. de Belleville, la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme, le Comité de Vigilance, la Ligue des Femmes pour la Paix « déclarent nettement qu’elles (les organisations) se refusent à une guerre européenne pour maintenir dans sa forme actuelle l’Etat tchécoslovaque » et « approuvent les recommandations de M. Chamberlain recommandant aux Tchécoslovaques de retirer leurs troupes des régions sudêtes. (...) Un arrangement est préférable, quel qu’il soit, à la guerre ».

42Les dirigeants de la section commencent à visiter les députés du Rhône, à qui ils demandent « instamment de ne pas céder aux abominables excitations à la guerre du parti communiste, de la C.G. T. manœuvrée par le P.C. et de maintenir coûte que coûte la paix par la négociation (...) La Tchécoslovaquie mobilisant malgré l’appel au calme de Chamberlain a pris la lourde responsabilité de provocation à la guerre ». La délégation rencontre sept parlementaires – les deux députés communistes Brun et Lévy n’ayant pas été touchés « pour des raisons trop claires », et quatre, parmi lesquels Herriot, n’ayant pu être joints. Six sur sept déclarent approuver pleinement les positions de la section. Le septième, André Philip, qui considère d’ailleurs « comme folle la position de Grumbach-Zyromski » (partisans de la fermeté), « mais tout en se félicitant que la guerre ait été évitée », se range plutôt derrière Léon Blum et les « centristes ».

43En ce moment crucial, la direction départementale du parti socialiste se prononce pour la négociation jusqu’au bout et, finalement, pour l’accord de Munich. Le 10 septembre 1938, « L’Avenir Socialiste » titre : « Rien n’est perdu tant qu’un espoir demeure ». Suit un appel à « la sagesse qui n’exclut certes pas la fermeté », face à « la démence ». La semaine suivante, un titre barre la page : « La question sudète doit être réglée pacifiquement ». L’éditorial reprend une citation de Paul Faure. Pour lui, la « décision de M. Chamberlain de se rencontrer avec le führer » est « courageuse (...) Pourquoi faut-il que nous soyons dans l’obligation de constater que, seule de toute la presse française, « L’Humanité » trouve cette démarche « effarante !... ». Le 1er octobre, un ordre du jour de la Fédération S.F.I.O. du Rhône développe les thèmes suivants : la sécurité collective a fait faillite ; elle n’a pas arrêté Hitler ; l’entente franco-britannique doit être sauvegardée à tout prix ; le sort de l’Europe ne peut être lié au traité de Versailles ; l’Europe est à refaire, à reconstruire dans la paix.

44Alors que « LA TRIBUNE DES FONCTIONNAIRES » reproduit la déclaration nationale de la C.G.T., que la Ligue des Droits de l’Homme « demande à la France de mesurer l'abîme où la mène fatalement une politique d’abandon » ; que l’Union des Syndicats parisiens appelle à une manifestation « aux cris de : « VIVE LA TCHECOSLOVAQUIE ! Vive la Paix ! A BAS LES ACCORDS HITLER-CHAMBERLAIN-DALADIER ! Démission DaladierBonnet ! », les dirigeants des instituteurs rhodaniens envoient à la presse un appel intitulé : « CONTRE LA TRAHISON DE LA C.G.T. ! ». Ce texte reprend les arguments déjà utilisés. D précise que la section « envisage le retrait de la C.G. T. et l’autonomie de tous les éléments pacifistes du mouvement syndical ». Sur le fond, il estime que de mémorandum allemand est parfaitement valable », etc.

45Le 26 septembre, nouveau texte, immédiatement reproduit en affiche : « Nous refusons la guerre ! » Les signataires sont, en gros, les mêmes que pour l’appel du 23 septembre ; il s’y adjoint le « COMITE REGIONAL DROME-ARDECHE D’ACTION CONTRE LA GUERRE ». Tous stigmatisent « le silence complice ou la résignation des chefs », « les odieuses excitations des communistes et de leurs alliés »... « La guerre pour empêcher le plébiscite serait un crime ».

L’appel de Delmas – La position du Rhône

  • 3 L’appel, rédigé par une commission de quatre membres du Bureau national, a été « modifié de façon (...)

46C’est le moment où, au plan national, André Delmas, en accord avec la Fédération des P.T.T., lance son offensive, sous forme d’un appel (« Nous ne voulons pas la guerre »), dont voici le passage essentiel : « Alors qu’un accord était considéré comme possible il y a quelques jours seulement et que la question de principe (la cession des Sudètes) était tranchée, comment pourrait-on admettre que, pour des questions de procédure, d’amour-propre ou de prestige, des hommes d’Etat mettent fin à une négociation poursuivie depuis des semaines et plongent l’Europe entière dans la plus épouvantable des guerres ? Nous demandons au gouvernement français de persévérer dans la voie des négociations sans se laisser décourager par les difficultés renaissantes ». Ce manifeste est publié le 27 septembre par « L’ŒUVRE » et, dans le Rhône, par « LE PROGRES » et le « LYON REPUBLICAIN ». « LE NOUVELLISTE » en dorme une information réduite. « L’HUMANITE », « LE PEUPLE », « LE POPULAIRE » refusent la publication. Des milliers d’affiches double colombier, des dizaines de milliers de feuilles de pétition popularisent ce texte qui recueille en trois jours plus de 150 000 signatures, renforçant ainsi la position de Georges Bonnet et de De Monzie, ministres partisans de pousser les concessions à Hitler jusqu’au bout. La mobilisation des instituteurs pour la pétition a été importante ; l’appui d’une grande partie de la presse, l’inquiétude générale devant le danger qui semble imminent, ont sans doute été les facteurs essentiels de son succès3.

47Le Congrès Fédéral des Fonctionnaires C.G.T. (20 au 23 mars 1939) sera conduit à débattre d’un fait troublant. « L’UNION DES INTELLECTUELS FRANÇAIS » révèle que dans l’après-midi et la soirée du 27 septembre, le cabinet de Georges Bonnet a fait venir au Quai d’Orsay trois militants syndicaux : Delmas, Mathé (P.T.T.) et Robert Lacoste (Fédération des Fonctionnaires). Les intellectuels affirment que c’était pour obtenir d’eux qu’ils dressent dès le lendemain leurs organisations contre les mesures militaires que le gouvernement n’avait pas pu ne pas prendre. Bonnet, interpellé à ce sujet à la Chambre, a affirmé : « C’est faux ». En réalité, il a bien reçu ou fait recevoir les militants. Robert Lacoste, dans son compte-rendu de l’entretien à la Commission Exécutive de la Fédération (24 octobre 1938), déclare que le représentant du ministre « lui a sciemment menti » et « s’indigne qu'on ait agi de manière aussi folle et aussi coupable dans des heures tragiques ». Delmas dit avoir été reçu par Bonnet le 26 septembre vers 10 heures du soir. D aurait exprimé sa conviction, selon laquelle « ce serait une folie de faire la guerre » et son interlocuteur lui aurait répondu : « En ce qui concerne la mobilisation générale, c’est une question qui n’est pas encore sur le point d’être décidée. Et, en ce qui concerne mon attitude personnelle, croyez que j’ai le sentiment que le sort et la vie de millions d’hommes sont en ce moment dans les mains de quatre ou cinq gouvernements en Europe ». Le ministre – que Gabriel Péri disait « étranger aux affaires françaises » – et le secrétaire général du S.N.I. ne pouvaient que se comprendre. Des millions de Français se demandaient qui croire... Le ministre savait, lui, où il allait. Aux Munichois, Churchill prédisait : « Vous avez cru que vous aviez à choisir entre le déshonneur et la guerre ; vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ». A distance, il serait facile de les accabler. André Wurmser me semble avoir une vue plus exacte des choses lorsqu’il écrit des pacifistes intégraux :... « leur refus désespéré de revoir « ça » n’était pas, à l’origine, ignoble. Même si, comme il était logique, le refus de combattre l'ignominie conduisit à l’ignominie ».

48La crise passée, des réserves sont émises au bureau national du S.N.I. Georges Lapierre, qui approuve la pétition, ressent après Munich un malaise causé par la procédure suivie et par la pensée du sort réservé aux Tchèques et aux démocrates allemands du pays sudète. Giron craint que le discours de Delmas au Comité Confédéral de la C.G.T. « ne puisse apparaître comme une justification de la politique suivie par Hitler ». Mme Roulet « manque de documents exacts » pour juger ; elle n’exprime donc pas d’opinion. Hagnauer, Auriaux, Cornec, Senèze, Rollo, Vivès font bloc avec Delmas. Mais les troubles de conscience de quelques-uns n’empêchent pas le bureau d’adopter une motion qui « approuve unanimement les interventions de son Secrétaire général André Delmas » et de condamner, non moins unanimement, les positions de la Fédération des Fonctionnaires.

49Mais revenons à la fin Septembre. La pétition des instituteurs et des postiers, portée en délégation au siège confédéral, ne sera reproduite dans « LA TRIBUNE DES FONCTIONNAIRES » qu’après la publication des accords de Munich. Elle est accompagnée d’un texte signé par les principaux dirigeants fédéraux, sous le titre : « Pourquoi nous n’avons pas signé ».

50Appuyé par la masse des signatures recueillies, Delmas cherche vainement à rencontrer Daladier. Réussissant à obtenir une entrevue du ministre de l’Air Guy La Chambre, il « suggère (...) à M. Daladier de partir à son tour pour Berlin et de se prévaloir de sa qualité d’ancien combattant français allant trouver un ancien combattant allemand ». Le secrétaire général du S.N.I. est également reçu par De Monzie, ministre des Travaux Publics, qu’il trouve « sans pitié pour le parti de la guerre ».

51Dès lors, la section du Rhône ne se contente pas de relayer l’action nationale du syndicat. Le 27 septembre, elle publie à 10 000 exemplaires un tract s’élevant « contre la guerre absurde et criminelle ».

52Le lendemain, elle envoie une délégation chez le préfet et elle rassemble ses sympathisants dans une manifestation devant « LE PROGRES ». Reprenant les arguments du tract de la veille, elle édite une affiche, plus condensée, affirmant que « la guerre peut et doit être évitée (...) On dit que les demandes d’Hitler sont inacceptables, c’est faux ». Faire appliquer ses exigences par « une commission internationale » et « des forces internationales (...), cette méthode honnêtement appliquée peut encore tout sauver ». Le collectif d’organisations signataires (encore élargi de quelques formations pacifistes) conclut naturellement par un « Pas de guerre pour la Tchécoslovaquie ».

53Cette intense activité au sommet se prolonge et se ramifie en de nombreuses actions décentralisées, notamment dans le Beaujolais. Affiches, tracts, meetings à Villefranche, Quincieux, Villié-Morgon, etc., contribuent à placer la section « au cœur de ce combat pour la paix, contre le parti communiste, contre la C.G.T. ». Par l’intermédiaire d’Emery, le rayonnement de la section s’étend sur toute la région. Un ancien syndicaliste de l’Ardèche se souvient : le Maître allait souvent dans ce département. « Pour les jeunes pacifistes que nous étions, Emery faisait figure de prophète ». Tel autre a tenu des meetings avec Emery, qui, dit-il, « méprisait les hommes avec tendresse ». Il ne regrette aucune de ses positions d’alors. De plusieurs côtés, on atteste l’existence de contacts réguliers établis par Emery entre le Rhône, l’Ardèche et la Drôme. Dans l’Isère, un instituteur, qui avait contribué à organiser le séjour de Trotski à Domène, se trouvait au moment de Munich en relations avec Emery, Giono et les époux Mayoux. Un ancien dirigeant de la section S.N.I. de la Loire se rappelle aussi les tournées de conférences faites par Emery dans ce département. Toujours dans la Loire, une institutrice très anti-communiste a suivi Emery jusqu’à la guerre ; elle a approuvé « à fond » la non-intervention en Espagne et Munich. Mais elle abandonne ensuite cette voie, puisqu’elle sera résistante, membre de la Commission Exécutive du syndicat clandestin de la Loire.

54Le 29 septembre, une énorme explosion de joie submerge le pays. Cette défaite majeure est accueillie comme un triomphe. Daladier déclare qu’il rapporte la paix pour dix ans. Certains extrapolent : la paix pour une génération. A chaud, Georges Bidault écrit dans « L’AUBE » : « Il semble vraiment qu’après cette rencontre des quatre le recours à la guerre devienne une impossibilité ». Dans « LE POPULAIRE », Léon Blum, après avoir souligné que la guerre est écartée : « On peut reprendre son travail et retrouver son sommeil. On peut jouir de la beauté d’un soleil d’automne ». Dans « LE JOUR », Léon Bailby : « Ce n’est pas un triomphe, c'est la paix. Et la paix vaut bien quelque chose ». Naturellement, la presse pro-fasciste exulte. « JE SUIS PARTOUT » va droit à l’essentiel : « Qu’on ne me parle surtout pas d’humiliation de la France. Il n’y a eu à Munich qu’un seul vaincu : c’est Moscou ! ».

55Dans ce concert quasi-unanime, rares sont les voix discordantes. « L’HUMANITE» tient tête, avec Gabriel Péri : « Nous ne prendrons pas place dans la brigade des acclamations. Nous n’écrirons pas que Munich a sauvé la paix. Nous enregistrons que M. Daladier vient de signer le dépècement d’un peuple libre ». Dans « CE SOIR », le socialiste de gauche Jean Zyromski écrit :... « une résistance ferme et réfléchie est plus apte même à sauver la paix que des capitulations successives qui accroissent inévitablement le dynamisme de l’esprit de guerre ». Un des deux seuls journaux de droite à ne pas emboîter le pas aux laudateurs de Munich est « L’EPOQUE » du député nationaliste Henri De Kérillis : « Nous sommes brisés de honte (...) L’Allemagne nous inflige un Sedan diplomatique, un Sedan qui décide, non pas d’une province française, mais du sort de l’Europe».

56La Chambre des Députés ratifie l’accord de Munich par 535 voix contre 75 (les 73 communistes, le socialiste Jean Bouhey et De Kérillis).

57La Commission Administrative de la C.G.T. se réunit le 30 septembre et le 1er octobre 1938. Benoît Frachon et André Delmas s’y affrontent. Le premier dénonce « le diktat de Munich qui livre la Tchécoslovaquie à Hitler ». Il recueille 7 voix contre 18 et 4 abstentions. Le second exprime une « satisfaction de voir la paix européenne, si gravement compromise au cours des dernières journées, maintenue grâce à l’attitude de raison et de courage des gouvernements anglais et français ». Ce texte n’obtient que 2 voix contre 12 et 15 abstentions. La Confédération, qui dans sa grande majorité a lutté contre Munich, hésite à condamner le fait accompli.

58Un débat similaire s’instaure au Comité Confédéral National (10 au 12 octobre 1938). Belin et Delmas développent les mêmes thèmes et traitent de « partisans de la guerre » les adversaires de l’abandon. Robert Lacoste leur réplique vivement : « Je n'admets pas qu’on puisse prétendre qu’il y ait ici des partisans de la guerre. Je me refuse à hurler avec les loups. Et je déclare, moi qui ne suis pas communiste, que lorsque je vois la violente campagne anticommuniste menée dans le pays, je n’oublie pas que l’anti-communisme sert de voie de départ au fascisme ». Un texte de compromis entre les partisans de Jouhaux et ceux de Frachon recueille l’ensemble des voix, moins les 13 abstentions de la tendance de « SYNDICATS ».

59Le conflit reste latent. Il rebondira dans la préparation du Congrès National de la C.G.T. (Nantes, 14 novembre 1938). Delmas, Hagnauer, Lapierre, Giron, du S.N.I., Zoretti, de la Fédération de l’Enseignement, Babau, de la Fédération des Fonctionnaires, présentent une motion « contre la guerre et pour l’indépendance syndicale ». Antimunichois, les amis de Jouhaux ne mènent pas pour autant une lutte résolue contre le groupe de « SYNDICATS ». Les anciens unitaires ont le plus grand nombre de mandats. Depuis Munich, en très peu de temps, un « revirement », selon Delmas, s’est produit et ce que le secrétaire général du S.N.I. appelle « l’influence communiste (...) progresse de jour en jour ». Mais les ex-unitaires voudraient conserver intacte la force de la C.G.T. en n’excluant des positions adoptées que celles du groupe Delmas-Belin. Après un débat mouvementé, ils retirent leur motion et se rallient à la motion Vivier-Merle (représentant le courant Jouhaux), qui obtient 16 784 mandats contre 6 419 à la motion Delmas.

Réglements de comptes à Lyon

60La section rhodanienne du S.N.I. sort de la crise, persuadée d’avoir rempli une mission glorieuse et prête à juger souverainement les forces politiques et syndicales. Charles Forest entend tirer les enseignements des heures tragiques : il dénonce des oscillations, les hésitations et les hypocrisies de Blum (...), les pleurnicheries du lamentable Philip qui ne nous feront (pas) changer d’avis sur le parti socialiste ». Quant au parti communiste, nous sommes d’accord avec « LE TEMPS » pour réclamer sa mise hors-la-loi. Mais comme nous ne comptons guère là-dessus, il faut que nous employions toute notre énergie à le combattre. Si c’est nécessaire, nous irons, après le Congrès de Nantes, jusqu’à la scission syndicale ».

61Il salue « la force nouvelle en gestation (...), sortie de tous les milieux, sans limites de classes et aussi éloignée du marxisme que du vieux conservatisme social », née de « la grande peur de septembre 38 (...) Cette extraordinaire union sacrée contre la guerre (...) a conduit des francs-maçons chez le cardinal Gerlier, des socialistes chez M. Peissel, des radicaux chez des anarchistes ». La conclusion s’impose d’évidence : « Il faut détruire le parti communiste ! ».

  • 4 Racisme pas mort !

62La « force nouvelle en gestation » éloignée « du vieux conservatisme social », il faut à Forest un autre article pour en situer les contours. « Toute la presse de droite, à l’exception de « L’ORDRE » de Buré et de « L’EQUIPE » de De Kérillis a été infiniment pacifiste », ainsi que Pierre-Etienne Flandin.... « Il est clair que si nous n’avons pas eu la mobilisation, donc la guerre, nous le devons à MM. Georges Bonnet, De Monzie, Chautemps, que nous sommes heureux pour une fois d’acclamer ; tandis que le parti de la guerre était représenté par les simiesques Mandel et Paul Reynaud4 et le beau milliardaire Patenotre ». Mais la « grande leçon » à retenir est la suivante :

63« DURANT CES HEURES TRAGIQUES ET TOUJOURS, AUJOURD’HUI, LES ENNEMIS DE LA PAIX SONT A GAUCHE ».

64Cette extraordinaire profession de foi soulève dans la section quelques protestations, d’ailleurs non publiées dans le bulletin. Au point que son auteur juge bon, un mois plus tard, de présenter la phrase réclamant la mise hors-la-loi du parti communiste comme « une boutade » et de réprouver « la mauvaise foi des interprétateurs qui m’ont fait dire que nous pensions nous allier avec Flandin ou avec Peissel ».

  • 5 Pierre Brossolette et Gabriel Péri sont couverts de boue par le bulletin. Le dirigeant socialiste, (...)

65Lavenir n’en continue pas moins sur sa lancée à « renouveler (son) mépris à la C.G.T. », à déclarer que « le groupe socialiste s'est déshonoré », à porter sur le parti communiste un jugement sans appel : « ... Nous le considérons simplement comme un des plus dangereux des partis fascistes, parce qu’il a encore un masque révolutionnaire » – cela dans le numéro du bulletin qu’orne l’article admiratif sur « le justicier Hitler »5.

66Dans ce climat tendu, une intervention de l’Inspecteur d’Académie, M. Dontenville, est sévèrement appréciée par le syndicat. L’I.A., profitant d’une inspection de son subordonné, dit à Charles Forest, « d’homme à homme », que son attitude politique et la virulence de ses attaques ne lui semblent pas convenables. La réaction syndicale est vive. Articles, motions, délégations expriment le droit des syndicalistes à manifester librement leur opinion : « Le syndicat m’a défendu, et si aucun militant n’est plus, de votre part, victime d’un traitement semblable, nous aurons atteint notre but », écrit Forest.

67L’état d’esprit des dirigeants rhodaniens du S.N.I. se confirme au conseil syndical du 6 octobre. Le C.S. approuve l’action menée et celle envisagée – ceci à l’unanimité, moins la voix de Matagrin. Un tract préparé par Emery doit être présenté au plus grand nombre possible d’organisations afin de créer « une véritable psychose de paix ». L’ordre du jour adopté précise que « l’existence même de la C.G.T. est conditionnée par le pacifisme et l’indépendance », c’est-à-dire la rupture avec les communistes. Tandis que Pardon et Fossemagne pensent qu’on peut encore « redresser le mouvement syndical sur le terrain essentiellement pacifiste », Blain demande « qu’on dirige l’orientation des non-syndiqués vers une organisation pacifiste et qu’on se méfie de ceux qui s’introduisent dans le mouvement en faveur de la paix pour en vicier l’orientation ». « Il faut faire la chasse aux traîtres militants », ajoute Fontaine sur le même registre.

68Emery, profitant de son prestige renforcé, pense surtout à organiser et structurer le mouvement qu’il inspire. Il donne ses consignes à ceux qui espèrent « un renouveau et une épuration » de la C.G.T. : « Ne vous dispersez pas, n’égarez pas votre effort : préservez, constituez partout des noyaux d’hommes libres (...) Le reste viendra, ou reviendra, mais seulement si l’œuvre de reconstruction est commencée par la base ». Qui donc le Maître veut-il épurer ? Ceux que les « jours d’angoisse » lui « ont appris (...) à mépriser », c’est-à-dire « presque toutes les organisations ouvrières et démocratiques » pour « leur lâcheté et leur complicité avec le crime » et les « chefs syndicalistes d’union sacrée prêts à tout », dont « la forfaiture est complète ».

69Tout d’abord, on le pense bien, les communistes : « Il est nécessaire de dire tout de suite de la façon la plus ferme qu’entre la C.G.T. de MM. Racamond et Frachon et nous, il ne saurait plus y avoir rien de commun. Il faudra que le Congrès de Nantes choisisse entre la trahison cynique et la fidélité obstinée ».

70Mais au-delà, c’est la structure même de la C.G.T., syndicat de masse, qui est contestée : « Le sort de la C.G.T. est encore plus lamentable (que celui des partis de gauche) : devenue depuis l’afflux des syndiqués de 1936 un immense terrain de manœuvre pour les colonisateurs staliniens, vouée tour à tour aux grèves politiques et aux concessions démesurées, elle ne constitue plus aujourd'hui qu’un énorme navire désemparé qui ne sait plus sa route ». Parmi ceux que « nous vomissons et nous vomirons », figurent – à la C.G.T. – « les Jouhaux et les Racamond ».

71La Fédération rhodanienne de l’Enseignement (section du secondaire et du supérieur), dont les positions se sont alignées sur celles du S.N.I. départemental pendant la crise, propose comme délégués au Congrès de Nantes Emery et Serret (Ardèche), tous deux représentant la politique des concessions à tout prix. Elle repousse le rapport moral du Bureau Confédéral de la C.G.T. « en retenant surtout (sa) carence (...) dans la défense de la paix ». Le vote est acquis à l’unanimité moins cinq abstentions.

72A la Fédération rhodanienne des Fonctionnaires, dans la semaine précédant Munich, le télégramme du S.N.I. du Rhône a été approuvé – tandis que l’Union Départementale des Syndicats adoptait à l’unanimité moins une voix la motion sur la paix présentée par Vivier-Merle, dont « la belle intervention » a été appréciée. Il ne semble pas qu’à Lyon, Vivier-Merle soit frappé par le S.N.I. de la même réprobation que la direction confédérale dont il est pourtant un membre éminent. Les cibles privilégiées du « Bulletin Corporatif » sont – sur le plan syndical – Jouhaux et les « Staliniens » de la C.G.T., Neumeyer et la majorité de la Fédération des Fonctionnaires (Fédération des P.T.T. exceptée Les réunions des organismes dirigeants cégétistes à l’échelon départemental sont ignorées, sauf celles de la Fédération des Fonctionnaires du Rhône, que le S.N.I. a ralliée à ses vues en septembre 1938.

S.N.I. (Rhône) = Des pacifismes à l’ultra-pacifisme
1 – AU CONSEIL SYNDICAL DU 3 MARS1938.
Approuvent les positions de Delmas : Lavenir, Brajon, Chaudy, Mlle Blanc, Mlle Chambon, Mme Camendrou, Mlle Champalle, Mlle Durand, Fossemagne.
Défendent les positions de l’ultra-pacifisme : Blain, Fontaine, Odin, Vidalenche, Diot, Mme Odin, Patay, Mme Blain. -Partisan de la fermeté anti-fasciste : Ladevèze.
Abstentions : Vermorel, Mlle Forest, Perret, Payre, Gaudillère, Valeyre, Mlle Genin.
(Bulletin Corporatif, 5/20 avril 1938)
-----------
2 – A L’ASSEMBLEE GENERALE DU 7 JUILLET 1938.
– 270 votants sur 2 080 syndiqués.
– Motion du Gers et approbation du rapport moral national : 113
– Ecole Emancipée (et vote contre le rapport moral national) : 127
– Pour la fermeté (abstention sur le rapport moral) : 30
(Bulletin Corporatif, 5/20 avril 1938)
-----------
3 - APRES MUNICH (CONSEIL SYNDICAL DU 6 OCTOBRE 1938).
Approbation de l’action et des textes « du Conseil Syndical et des camarades non conseillers qui se sont joints à eux » : unanimité moins une voix
Contre : Robert Matagrin
(Bulletin Corporatif, 5 novembre 1938)
-----------
4- AVANT LA GREVE DU 30 NOVEMBRE 1938.
(Conseil Syndical du 26 novembre 1938)
Pour l’entente franco-allemande : 24 voix
Contre Munich et ses conséquences : 2 voix (Matagrin, Ballandras)
Pour la grève du 30 novembre : 8 (Odin, Simond, Vidalenche, Patay, Mme Odin, Matagrin, Ballandras)
Contre : 19
Dans les deux votes, pas d’abstention.
(Bulletin Corporatif, 5/20 mars 1939)
-----------
5 - APRES L’INVASION TOTALE DE LA TCHECOSLOVAQUIE.
(Conseil Syndical du 27 avril 1939) :
Approbation totale de l’action du Bureau départemental et de la publication à 40 000 exemplaires du tract : « MATIERES PREMIERES ET COLONIES » : unanimité moins une voix
Contre : Pilon.
(Bulletin Corporatif, 5/20 mai 1939)

Les nouveaux décrets-lois. Le 30 novembre 1938

73L’extrême tension de cette période a fait passer les questions corporatives au second plan. Au lendemain de Munich, la C.G.T. tente de relancer l’action sur ce terrain. Elle convoque d’urgence le Cartel des Services Publics et demande au président du Conseil un relèvement immédiat des traitements pour atténuer les effets de l’inflation. Mais « M. Daladier est invisible ». Le Cartel lance à partir de la fin octobre une campagne de sensibilisation avec meetings dans un certain nombre de villes. Dans le Rhône, l’adhésion de principe du S.N.I. à une grève pour l’amélioration des traitements était déjà acquise dès la fin juin 1938. La discussion en Conseil Syndical avait permis de préciser qu’il devait s’agir d’« une grève totale, d’au moins une journée, sans garderie ». A la Fédération Générale de l’Enseignement, le Conseil Départemental du 6 juillet avait « été unanime pour regretter l’absence de toute action de la part du bureau fédéral entre le dernier Congrès (février) et ce Conseil National ». Il exigeait qu’on ne se satisfit pas d’une revendication mineure : « La réclamation d’un relèvement de 10 % était déjà faible en février, elle est entièrement insuffisante depuis la dernière dévaluation et le bond en avant de tous les prix. Mais le relèvement des traitements et l’échelle mobile ne seront possibles que le jour où l’on cessera de sacrifier à la préparation de la prochaine dernière guerre ». Condition qui atténue singulièrement l’aspect catégorique de la revendication.

74Cette agitation superficielle ne trouble guère le gouvernement. Le 2 novembre, Daladier lance un train de décrets-lois qui abolissent en fait la loi de quarante heures, diminuent le taux des heures supplémentaires, rétablissent dans les entreprises les salaires aux pièces et au rendement. La fiscalité est alourdie, une troisième dévaluation est décidée.

75Le Congrès confédéral de la C.G.T. se réunit le 14 novembre. L’annonce des décrets-lois vient perturber les plans établis par Delmas et ses amis pour préparer le congrès. Durant toute la période préparatoire, les plus anti-communistes et les plus favorables à l’ultra-pacifisme parmi les dirigeants cégétistes des diverses corporations ont été régulièrement réunis au siège national du S.N.I. pour élaborer une tactique commune. Il a été décidé que l’effort porterait sur « la lutte pour la paix » et « l’indépendance du syndicalisme ». Un manifeste a été adressé par cette fraction aux Fédérations et syndicats de la C.G.T. « Une fois de plus, note Delmas, le Syndicat National des Instituteurs prenait à sa charge les frais »...

76La brutale agression gouvernementale sur le niveau de vie risque de changer l’aspect du congrès. Si l’on en croit Delmas, « parmi mes amis, la réaction fut unanime : « Le gouvernement choisit bien son moment pour provoquer les milieux ouvriers ! C’est au moment où nous engageons un rude combat contre les communistes au sein de la C.G.T. que les pouvoirs publics, comme s’ils avaient le dessein d’aider nos adversaires à se tirer d’un pas difficile, leur fournissent l’occasion, par des mesures vraiment inopportunes, de prendre la figure de champions de la résistance syndicale ! ».

77Effectivement – toujours d’après Delmas – avant d’aborder toute autre question, « presque tous les orateurs (...) se crurent obligés, pour s’attirer la sympathie des congressistes, de se prononcer contre les décrets-lois Daladier – Paul Reynaud ». La pression était si forte que « ce fut Chambelland, de la Fédération du Livre, anticommuniste notoire, qui vint le premier proposer au congrès « l’organisation d’une grève générale de vingt-quatre heures, à titre d’avertissement ».

78Toutefois, Jouhaux, qui « ne paraissait guère d’humeur à se laisser imposer une motion de caractère impératif », fit voter un texte « donnant mandat au Bureau et à la C.A. de la C.G. T. d’organiser (...) la résistance (...), y compris la cessation collective du travail, dans le cas où celle-ci s’avèrerait être indispensable ». On pouvait difficilement être plus prudent dans la formulation.

79Après ce hors-d’œuvre, les questions de la paix et de l’indépendance syndicale (sinon l’élimination, du moins la réduction de l’influence communiste à la C.G.T.) peuvent être discutées. Sur ce dernier point, il est clair que Vivier-Merle et Neumeyer sont d’accord avec Delmas – celui-ci le reconnaît expressément. Mais la politique d’abandons en politique extérieure, dont le S.N.I. est le héraut, ne leur permet pas de le suivre. D’où les équivoques de ce congrès. Sur les deux points étroitement liés dans l’esprit des congressistes (paix et indépendance syndicale), les unitaires, qui représentent d’après Delmas 50 % des voix du Congrès, se rallient aux motions Vivier-Merle. La motion sur l’indépendance du syndicalisme, comme celle sur la paix, est adoptée par 70 % des mandats (16 582 contre 7221 à la motion Delmas et 121 à une motion Serret). Le regroupement anticommuniste des amis de Jouhaux et de la tendance « SYNDICATS » s’opère à la réunion (consécutive au congrès) du Comité Confédéral National, dont le mode de représentation minorise les grands syndicats dirigés par des communistes. Or c’est le C.C.N. qui élit les membres de la Commission Administrative. Les ex-unitaires, dont les prétentions sont modestes, voient néanmoins dix des leurs éliminés de la Commission Administrative. Les candidats de la tendance « SYNDICATS » sont tous élus. A la suite de vifs incidents une nouvelle réunion, extraordinaire, du C.C.N. est convoquée : elle réintégrera quelques-uns des battus.

80Ces opérations de « cuisine » syndicale ont une incidence inattendue : la question en suspens ayant été rapidement résolue (en fait elle l’était dans les coulisses avant la réunion extraordinaire), il ne pouvait être question d’omettre à ce niveau les questions revendicatives. Malgré les efforts de Jouhaux pour retarder toute prise de décision précise sur la lutte contre les décrets-lois, il apparaît qu’à la base l’aspiration à la grève se développe. La Commission Administrative de la C.G.T. réunie le 25 novembre, décide pour le 30 novembre une grève générale qui se déroulera « dans le calme, sans occupation d’usine, de chantier ou de bureau ». Ce mouvement, « uniquement destiné à protester contre les décrets-lois », ne doit pas pouvoir « être exploité comme un mouvement politique ou comme un mouvement de renversement de l’ordre social ». Ces précautions, imposées par les partisans de Jouhaux et de Delmas, visent à interdire toute allusion à Munich dans les appels à la grève.

81Des tentatives de négociation Jouhaux-Daladier ayant été repoussées par le Président du Conseil, rien ne peut désormais retarder l’échéance. La grève est confirmée. « Décision folle et funeste » écrit Emery.

82Une grande partie de la presse crie à la « grève politique ». D’après elle, les communistes voudraient, par C.G.T. interposée, prendre leur revanche sur Munich. Dès le 25 novembre, Daladier décide la réquisition des chemins de fer ; le 28, tous les autres fonctionnaires et agents des services publics sont réquisitionnée par décret. Le même jour, le chef du gouvernement s’adresse à tous les ministres pour leur rappeler que « la grève, lorsqu’elle résulte d’un refus de service concerté entre les fonctionnaires, est un acte illicite, alors même qu il ne pourrait être réprimé par application de la loi pénale ».

83La révocation « en pareil cas (...) des agents préposés au service public (...) n’est donc que la constatation du fait qu’ils se sont eux-mêmes exclus du service public » Il appartiendrait donc aux administrations « de provoquer immédiatement les sanctions disciplinaires appropriées sans recourir à la procédure fixée par la loi du 22 avril 1905 et par les statuts des différents personnels ». Cet acte d’intimidation, qui supprime toutes les garanties statutaires, institue pour les fonctionnaires un véritable état d’exception.

Le 30 novembre (suite) dans le Rhône, le S.N.I. contre la grève

84Les syndicats, qui maintiennent officiellement leurs consignes de grève, n’adoptent pas tous l’attitude offensive qui pourrait seule surmonter les extraordinaires pressions exercées sur les travailleurs. C’est le cas au S.N.I., où certes la direction nationale appelle le 29 novembre à appliquer le mot d’ordre syndical, mais où plusieurs sections départementales expriment avec force leurs réticences, voire le refus pur et simple de l’action préconisée par la C.G.T. Le Rhône en donne un exemple extrême.

85Le 17 novembre, la section « condamne particulièrement » les décrets-lois ; elle lie la revendication « au relèvement de la situation financière », c’est-à-dire à « la diminution des crédits de guerre », à la « révision des traités », au « désarmement », aux « nationalisations », aux « réformes de structure », etc. Bien que le Congrès de la C.G.T. ait décidé le 15 novembre d’organiser une « résistance » pouvant aller jusqu’à la grève, le Rhône est le seul département à s’y opposer ouvertement. Le 26 novembre, le Conseil Syndical justifie ainsi sa position :... « Tenant compte de l’attitude belliciste de M. Paul Reynaud jusqu’à son entrée dans le ministère Daladier, (le C.S.) estime que l’attitude provocatrice de M. Paul Reynaud contre la classe ouvrière peut très bien avoir pour mobile l’éloignement de MM. Daladier et Bonnet d'un futur ministère « de la fermeté » et ceci avec l’aide de la grève générale de la C. G. T. ;

86« Constate que le remplacement du gouvernement actuel se ferait par d’autres équipes, qui sans plus de succès au point de vue intérieur, défendraient une politique extérieure que nous estimons dangereuse pour la paix ;

87« Constate que la C.G.T. prend la suite et amplifie délibérément un mouvement dont on peut remarquer la coïncidence avec l’arrivée de Chamberlain et la signature du pacte franco-allemand ;

88« Proclame que si la grève générale de mercredi AVAIT EU COMME UNIQUE BUT LA LUTTE CONTRE LES DECRETS-LOIS, l’énorme majorité des Instituteurs et des Institutrices de ce département aurait été à la pointe du combat des salariés de toutes les corporations ;

89« REFUSE ENERGIQUEMENT DE PARTICIPER A UNE GREVE QUI SERA UNE ACTION CONTRE NOS POSITIONS PACIFISTES ; DEMANDE AU BUREAU CENTRAL DU SYNDICAT NATIONAL DES INSTITUTEURS DE NE PAS ENGAGER SES SECTIONS DANS LE MOUVEMENT ; DECIDE QUELLES QUE SOIENT LES DECISIONS DE CE BUREAU CENTRAL, DE DEMANDER A TOUT LE PERSONNEL ENSEIGNANT DU RHONE DE NE PAS SUIVRE LES ORDRES DE LA C.G.T. ET DE FAIRE CLASSE LE MERCREDI 30 NOVEMBRE ».

90La partie générale de la motion est adoptée à l’unanimité moins les deux voix de Matagrin et Ballandras. Sur le refus de la grève, les opposants sont rejoints par Vidalenche, Simond, Odin, Mme Odin et Patay, partisans de la discipline syndicale. Dix-neuf voix se sont prononcées contre la grève. Le point de vue de Vidalenche et de ses amis est approuvé, au nom des « syndicalistes sincères » et des syndicalistes-révolutionnaires, par A.V. Jacquet. Quatre grévistes, jusque-là d’accord avec les initiatives de la section, se rebiffent. Charles Robinet, Henri Meynier, Jean Bosland et Georges Martin dénoncent l’« anticommunisme maladif » de la section, qui amène ses dirigeants à déclarer une action « bonne ou mauvaise selon qu’elle est repoussée ou non par les communistes. Celà est dû en grande partie à l’influence d’Emery. La minorité n’est certes pas suspecte de tendresse envers les staliniens, comme elle reconnaît la valeur d’Emery (...) Mais nous nous refusons à condamner en bloc l’action d’un parti, nous nous refusons à suivre aveuglément un homme, fût-il Emery ». Il ne semble pas y avoir de semblables remous chez les enseignants lyonnais du secondaire et du supérieur syndiqués à la Fédération Générale de l’Enseignement. Es suivent la ligne définie par la section du S.N.I., Dupont ayant même exprimé « la crainte que la grève ne devienne « russe ».

91Que va faire la minorité, hétéroclite dans ses motivations, des partisans de la grève ? La première réaction est de passer outre à l’interdit de la section, en appelant à la discipline syndicale. Matagrin et Vidalenche lancent un appel dans ce sens. Mais le 28 novembre, jugeant que les conditions créées dans le Rhône risquent de permettre l’isolement des grévistes et d’attirer sur eux la répression, ils annulent leur appel par télégramme. C’est pour eux un véritable drame de conscience.

92La position du Rhône, largement répercutée au plan national par les voies habituelles, a un retentissement considérable. Est-ce à dire que sans cela les conditions du succès étaient réunies ? Trop de divisions profondes, trop d’arrière-pensées paralysaient les salariés, encore sous le choc de Munich et qui devaient faire face à une répression patronale et gouvernementale renforcée.

93Selon une hypothèse de Delmas, il pourrait y avoir eu deux millions de grévistes le 30 novembre. Dès le lendemain de la grève, la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME – qui a tenté une médiation entre Daladier et la C.G.T. dans les journées précédant le 30 – cite le sous-sol, le livre, les dockers et les marins parmi les corporations ayant fait grève à 100 %, alors que le mouvement, diversement suivi, a néanmoins été important dans la métallurgie, le textile, les cuirs et peaux, les produits chimiques, le bâtiment. Y a-t-il eu échec ? La Ligue le conteste : « Puisque d’après Monsieur le Président du Conseil, la grève n’a pas eu lieu, pourquoi frapper et laisser frapper les ouvriers sans souci de ces nécessités impérieuses de la production dont on a tant parlé ? ».

94Dans le Rhône en tout cas, de nombreux ouvriers ont cessé le travail. Le 1er décembre, les quotidiens lyonnais titrent sur l’échec de la grève et consacrent leur première page aux informations parisiennes, mais leurs pages intérieures donnent un faisceau d’informations locales qui recoupent parfois celles de l’hebdomadaire « La Voix du Peuple ». Les premières émanent souvent des organisations patronales et des forces policières ; les secondes, des syndicalistes. On peut en tirer quelques conclusions :

95Si les services publics ont été peu touchés (on relève seulement quelques mouvements au central P.T.T. de Lyon, ainsi que chez les cheminots de Lyon-La Mouche et Grigny), non plus que les transports urbains et le commerce, en revanche les ouvriers métallurgistes de l’agglomération lyonnaise ont cessé le travail dans leur grande majorité, sinon (dans de nombreuses entreprises) en totalité. D en est de même dans la chimie à Lyon-Vaise, Pierre-Bénite, Saint-Fons (mais l’après-midi seulement chez Rhône-Poulenc et à la Spécia) ; dans le caoutchouc, la verrerie, le textile, le vêtement, les Cuirs et Peaux, la faïencerie. Dans le Bâtiment, plusieurs entrepreneurs ont lock-outé leur personnel en prévision de la grève. L’impact n’a donc pas été négligeable, malgré une très forte mobilisation policière et les menaces de révocation. « La Voix du Peuple » fait état de 50 000 manifestants à Lyon, 3 000 à Givors ; de charges de police répétées, de blessés au cours des incidents, de multiples arrestations de militants dans l’est et le sud lyonnais.

96Chez les instituteurs, on peut presque compter les grévistes sur les doigts de la main. Un membre du S.N.I., Roche, déplore dans « La Voix du Peuple » : « Sous prétexte d’anti-communisme, le Syndicat des Instituteurs du Rhône prend une route qui l’éloigne de sa tâche sociale ». « Le Progrès » fait une révélation : « Ce sont les élèves qui ont fait grève dans bien des cas, leurs parents ayant préféré ne pas les envoyer en classe ». Précaution prise dans un but de sécurité, adhésion morale au mouvement ?

97Dans l’ensemble du pays, le S.N.I. estime à 20 000 et le ministère à 5 500 – le nombre total d’instituteurs grévistes. Dans la Loire, ils sont 353 ; dans l’Isère on en compte une dizaine sur 600 classes visitées par les inspecteurs primaires ; dans la Haute-Loire, on dénombre 54 grévistes sur 1100 institutrices et instituteurs ; dans la Vienne, une gréviste et 26 maîtres ayant transformé leur classe en étude surveillée. La C.G.T. sort affaiblie de l’épreuve, au point que le C.C.N. d’avril 1939 décide majoritairement qu’il n’y aura pas grève le 1er mai. Jouhaux justifie cette position par la violence de la répression contre les directions syndicales.

98Dans l’organe national du S.N.I., Hagnauer explique les difficultés du mouvement par la pression populaire exercée sur la classe ouvrière : « La population parisienne de toutes les classes sociales semblait hors de l’action confédérale... En reniant son pacifisme traditionnel, la C.G.T. provoque le trouble dans la classe ouvrière et isole celle-ci du pays ». Delmas excuse les défections, dues au manque de conviction des syndiqués : « ... On peut dès à présent retenir qu’il est impossible de compter sur une discipline passive des adhérents. Cette forme de discipline conduit aux abandons collectifs et à la désagrégation du mouvement ». Et il soutient le maintien au bureau national de certains de ses membres qui n’ont pas fait grève. Il en est de même dans nombre de départements.

99Une autre question est posée : le Bureau National lui-même n’aurait-il pas manifesté peu d’enthousiasme dans la préparation de la grève – et même ne l’aurait-il pas sabotée dans les faits ? Les délégués de l’Hérault et de l’Ailier affirmeront au Conseil National du 26 décembre que le mot d’ordre de grève a été transmis tardivement et qu’il n’a même pas été lancé dans certaines sections. Ami de « L’Ecole Emancipée », Marcel Valière (Hérault) va plus loin. Il déclare qu’« une circulaire confidentielle parvenait aux secrétaires de section le lundi soir (deux jours avant la grève) et contenait de nouvelles directives qui modifiaient de fond en comble l’allure et la portée du mouvement. Il ne s’agissait plus de faire comme le 12 février, il fallait garder les élèves qui se présenteraient ». Cela expliquerait la synchronisation d’« Assemblées générales » improvisées et croupions qui, dans certains départements, décidèrent d’annuler purement et simplement l’ordre de grève. L’exemple de la Gironde, que l’auteur a vécu – et où la majorité suivait Delmas – semblerait le confirmer.

La section du Rhône au centre des critiques

100Quelle a été l’influence de la décision du Rhône aux plans national et régional ? Les dirigeants nationaux lui accordent une grande importance. Vivès considère qu’elle a causé un tort considérable au mouvement dans la région. Le Conseil National de Noël n’est pas plus tendre. Couic, du Finistère, regrette que « la section du Rhône, par ses déclarations intempestives, porte une lourde responsabilité dans l’échec partiel de la grève ». Bureau, de la Seine, «désapprouve formellement la position insoutenable de la section du Rhône ». De l’Ardèche, département de Serret, Mlle Fraisse « signale que sa section s’est trouvée extrêmement gênée pour l’exécution du mouvement de grève par l’attitude de la section du Rhône, d’autant plus qu’elle était en plein accord avec les camarades de cette section sur la question de la paix ». Elle aurait désiré que le Bureau national « invit(ât) directement les adhérents du Rhône à se conformer à l’ordre de grève, en passant par dessus la tête des dirigeants de la section ».

101Quant à Lavenir, il déclare avoir perdu confiance en les dirigeants de la C.G.T. en septembre 1938. Pour lui, « le Congrès de Nantes de la C.G.T., en raison du mode de représentation, n’était pas qualifié pour décider un mouvement de grève ». La section « ne songe pas à demander, à cette occasion, le bénéfice des circonstances atténuantes. Elle est convaincue qu’elle a bien fait d’agir comme elle l’a fait ».

102Ce à quoi rétorque Delmas : « L’attitude de la section du Rhône a eu des effets pernicieux dans toute la France, mais surtout dans la région lyonnaise. H estime qu’il est grave qu’une section syndicale ait ainsi fourni des armes au gouvernement, avant comme après la grève. Les camarades du Rhône croient avoir rendu par leur attitude un service à la classe ouvrière. A la vérité, ils l’ont douloureusement blessée et ils auront beaucoup de peine à reconquérir sa sympathie et sa confiance ».

103En conclusion du débat, l’action du bureau national est approuvée à l’unanimité moins 16 abstentions – dont celle du Rhône.

104On aurait tort de croire que le désaveu exprimé nationalement ait trouvé un écho massif dans le Rhône. Au contraire : après le 30 novembre, 104 adhésions au S.N.I. sont enregistrées dans le département. La protestation des quatre grévistes Robinet, Meynier, Bosland et G. Martin tombe à plat. Pourtant, selon eux, « une importante proportion des instituteurs était prête à l’action, la décision brusquée du Rhône a jeté le désarroi parmi eux » et, dans le Rhône, a «entraîné la décision de presque tous les syndicats de fonctionnaires (...) De sorte que, sans prétendre que la Section du Rhône ait, par son avis, renversé la situation, on peut admettre qu’elle l’a assez sensiblement modifiée. Lourde et triste responsabilité qu’elle a assumée là ». Sa décision « favorise les staliniens » en dévalorisant les pacifistes du S.N.I. dans la classe ouvrière : « Lavenir et ses amis ont perpétré (une) mauvaise action ».

105Jusqu’en février 1939, l’attitude de la section rhodanienne face à la grève du 30 novembre alimente le débat dans « La Révolution Prolétarienne ». Le 29 janvier, M. Chambelland pose ainsi la question : lorsqu’à quelques jours de la grève, les dirigeants de la C.G.T. ont compris que les services publics fonctionneraient, la C.G.T. ne devait-elle pas « reconsidérer son ordre de grève ?... « Cette retraite stratégique s’imposait (...) ; elle eût été comprise, (...) elle aurait sans doute permis d’éviter l’échec ». Certes, « il est plaisant de se réjouir in-petto que l’hypothèque communiste sur la C.G.T. soit maintenant purgée (peut-être pas pour longtemps), mais on frémit quand on constate que ce résultat a été payé du prix formidable de l’affaiblissement du mouvement syndical et de la perte consécutive des avantages acquis depuis 1936 ».

106Néanmoins, l’auteur ajoute en note que « La Révolution Prolétarienne » a « désapprouvé » la position prise par le Rhône, position « anti-syndicale au premier chef ».

107Le 10 février, A.V. Jacquet rétorque : il « n’a pas approuvé le syndicat du Rhône » et il était prêt à faire grève, mais en précisant qu’il n’obéissait pas, ce faisant, à une « C.G.T. pourrie ». En septembre 1938,1a « coutume ouvrière », qui « condamnait la politique belliciste de la C.G.T. (...), ordonnait la désobéissance à tous ses ordres, quand bien même ils auraient été pris à 999 pour 1000. En novembre, elle commandait de faire grève parce qu’abattre les décrets-lois, c’était combattre le surarmement national. Le syndicat du Rhône a manqué à la coutume ouvrière. C’est une erreur, mais excusable quand on songe que la C.G.T. est une maison à l’envers où tout est dirigé contre le syndicalisme ».

108Dans le même numéro, J. Fontaine, se référant au père fondateur Griffuelhes, prône « le syndiqué libre dans son syndicat, le syndicat libre dans sa Fédération, la Fédération libre dans sa C.G.T. » – Sans doute a-t-il oublié les exclusions prononcées par la section du Rhône du S.N.I. en 1931 pour cause de manquement à « l’abstention » de participation aux jurys d’examen – action décidée par le syndicat.

109Chambelland réplique à Jacquet : « Quels que soient les griefs que nous portons contre les dirigeants de la C.G.T., nous n’avons pas le droit d’oublier que c’est de notre C.G.T. qu’il s’agit ». A Fontaine, il fait observer que la grève n’a pas été imposée au S.N.I. ; c’est lui « qui a décidé, librement, dans sa totale souveraineté, d’appliquer la décision de la C.G.T. ». Dès lors, la section du Rhône a « manqué à la discipline du syndicat, de la corporation » – et l’auteur voit dans la lettre de Fontaine une « invitation à la scission » qu’il ne peut approuver. Le responsable de « La Révolution Prolétarienne » ne manque pas de clore la discussion en mettant l’accent sur l’identité fondamentale : l’oppposition commune des débatteurs à toute guerre quelle qu’elle soit.

110Après le 30 novembre, la répression est extrêmement dure. Quelques semaines plus tard, le ministère du Travail évalue à 773 000 le nombre de travailleurs renvoyés de leur entreprise à titre temporaire ou définitif, dans le seul secteur privé. Le gouvernement décide que les fonctionnaires grévistes seront frappés de huit jours de suspension avec suppression de traitement. Le syndicat négocie avec Jean Zay, ministre de l’Instruction Publique, et finit par obtenir qu’il n’y aura pas de suspension (sanction inscrite au dossier), mais « simplement » la retenue de traitement.

111La souscription lancée par le syndicat pour indemniser les collègues sanctionnés donne lieu dans le Rhône à une curieuse discussion. Blain, appuyé par Gaudillère, estime que les grévistes doivent être indemnisés, mais que « personnellement il ne versera pas un sou, l’argent pouvant être pris dans les caisses de la C.G. T., de la Fédération des Fonctionnaires, du Syndicat National ». Seul Chaudy affirme : « Nous sommes moralement obligés de payer » et Fossemagne propose « d’attendre les résultats des premiers versements » – décision finalement adoptée. Fin mars 1939, la somme de 6 250 francs a été collectée dans la section.

Drang nach Osten!

112Il devient très vite évident que l’abandon de la Tchécoslovaquie n’a pas assuré la paix. Au début de 1939, Mussolini revendique la Corse, Nice et la Savoie. Charles Forest, qui vient d’être élu secrétaire départemental du S.N.I. ne tarde pas à réagir : « Ça recommence », reconnaît-il. Certes, les revendications italiennes sont injustifiées, mais des arrangements restent possibles sur Djibouti et la Tunisie. « Comme en septembre, nous disons : négocions, négocions toujours. Quant à accepter l’idée de la guerre, quelle qu’elle soit, nous disons encore aujourd’hui, nous dirons encore demain : NON, JAMAIS ! ». Pour Jean Fontaine non plus, pas de problème : « Crève la nation ! Vive l’Europe ! Vive l’Humanité ! ».

113Cependant, les prétentions toujours croissantes du IIIe Reich inquiètent les députés. De plus en plus critiqué, Georges Bonnet doit promettre à la Chambre de maintenir et d’améliorer si possible les relations de la France avec l’Europe centrale et orientale. Mais auparavant il reçoit l’ambassadeur d’Allemagne afin de le rassurer. Geste de politique intérieure, la promesse qu’il va faire ne l’engage pas. Il n’est pas question de « porter atteinte à la prépondérance du Reich allemand à l’Est et au Sud-Est ; prépondérance dont il jouit grâce à sa position géopolitique ; l’Allemagne prétendra sans doute aux mêmes droits légitimes en Espagne dès que la paix et l’ordre y auront été rétablis ».

114L’interprétation allemande du protocole franco-allemand, selon laquelle il laisse à l’Allemagne les mains fibres à l’Est, est admise par Bonnet qui écrit à ses ambassadeurs : « Ribbentrop a laissé envisager une collaboration avec le couple France-Angleterre, le but essentiel étant la lutte contre le bolchevisme ». La conséquence d’une telle orientation est la renonciation de la France à son système d’alliances avec la Pologne et surtout l’Union Soviétique.

115Ni le gouvernement français, ni celui de Grande-Bretagne n’ont protesté contre l’occupation de Teschen par les troupes polonaises (2 octobre 1938), ni contre la main-mise hongroise sur une partie de la Slovaquie méridionale après un « arbitrage » de Ribbentrop et Ciano. Hitler refuse à la Tchécoslovaquie mutilée la garantie promise à Munich et prépare ouvertement le dépècement final de la « Tchéquie ». Les Occidentaux continuent à s’incliner. La suite ne peut faire aucun doute...

La stratégie d’Emery

116Les vues de Georges Bonnet (ses espoirs ?) ne sont pas étrangères à Emery. Dès la fin de 1938, celui-ci propose un « Pacte à Quatre » Angleterre – France – Allemagne – Italie. D’ailleurs, « ce pacte se trouve pratiquement conclu : un accord anglo-allemand, un accord anglo-italien et un accord franco-allemand, qu’est-ce, sinon les trois-quarts d’une construction diplomatique dont le destin est nettement tracé ? ». Certes, « Mussolini cherche, avant de s’engager définitivement, à se faire payer sa signature, non en Tunisie, cela va de soi, ni en Corse, mais vers la Mer Rouge ou en Espagne ».

117... « On nous dirait bien sûr que cette fausse paix servirait à préparer une nouvelle guerre puisqu’elle permettrait à Hitler d’organiser son offensive contre l’Ukraine. Mais c'est aller bien vite en besogne... ».

118Pour régler le problème des revendications italiennes à l’égard de la France, le stratège propose « l’arbitrage » de l’Angleterre.

119Les précisions viennent rapidement. Début janvier 1939, Hitler envisage la conquête de la Pologne par l’Allemagne, « selon la tactique employée jusqu’à présent avec un succès presque miraculeux, (qui) consiste à conquérir sans guerre ». Emery développe ses vues. La Pologne, partiellement investie, ne peut résister. « Le plan d’Hitler n’est pas de l’attaquer par les armes, mais de la mettre dans une situation telle qu’elle doive accepter sans combattre, et c’est dans ce sens qu’il pourrait y avoir réédition de l’affaire tchécoslovaque ». Triomphe assuré, car « l’Angleterre, encore plus froide à l’égard de Varsovie qu’à l’égard de Prague », n’interviendra pas et le gouvernement polonais ne se résignera pas à une alliance avec les Soviétiques. La Pologne se rattachera donc nettement à l’Axe et « alors, mais alors seulement, la question de l’Ukraine sera vraiment posée ».

120Cette marche est inévitable. « Que l’Europe du Sud-Est soit complémentaire de l’Allemagne, nul ne peut rien contre ce fait », déclare Emery avec son assurance habituelle.

121« Rien ne peut faire que Hitler ne dispose en Europe centrale d’atouts écrasants. Π n’est pas certain que sa progression doive continuer à la même allure record qu’en 1939, mais on ne peut douter qu’elle doive continuer ». Il faut donc que « Londres et Paris se résignent à l’abandon de l’Europe centrale, laissent s’y faire les regroupements prévisibles » – condition nécessaire à ce que l’Allemagne conserve à leur égard « une attitude mesurée ». Sinon « Hitler pousserait plus violemment l’action diplomatique, tendant à paralyser l’Angleterre et la France, donnerait aux revendications italiennes plus d’ampleur et de sérieux, brandirait à nouveau la question coloniale ». On ne peut nier que ce « Drang nach Osten représente pour la France une aggravation des périls. C’est facile à voir, mais qu’y faire ? ». La montée des Etats fascistes est « fatale », comme « le recul des vieux pays nantis ». Il ne reste qu’à « s’accoutumer à l’idée d’un nouveau partage du monde » et « se prêter à cette évolution », pour qu’elle s’accomplisse « humainement et même s’accompagne de quelques progrès ».

122La démocratie y gagnera, car « une dictature à qui on sait ménager des accommodements équitables et une vie économique suffisante se détend et se dissout peu à peu ». Telle est la méthode Emery : Le Penseur du syndicat est fertile en formules bien ciselées, aussi catégoriques que successivement contradictoires dans le détail, présentées avec un aplomb olympien comme autant d’axiomes irréfutables.

Mars 1939 : inflexion d’optique au Bureau National

123Les 15 et 16 mars 1939, les troupes allemandes occupent le reste de la Tchécoslovaquie. Le IIIe Reich crée un « PROTECTORAT DE BOHEME ET MORAVIE » ; la Slovaquie devient une « République » satellite et l’Ukraine Subcarpathique est occupée par la Hongrie. Le 23 mars, Hitler occupe Memel, arraché à la Lituanie. Londres et Paris se bornent à de timides protestations.

124Face à ces nouvelles agressions, les positions syndicales s’infléchissent. Delmas condamne la théorie de l’espace vital, la loi de la jungle appliquée aux rapports internationaux. « L’acte de violence à l’égard de la nation tchèque ne peut être justifié par rien ».

125Le pacifisme qui a prévalu au moment de Munich doit donc évoluer : Au Conseil National du 4 avril, Delmas « veut noter que si la guerre a été évitée en septembre, ce n’est pas uniquement en raison de l’attitude prise par le Syndicat National et les éléments restés fidèles au pacifisme. Or, à l’heure actuelle, il est impossible, sous peine d’être condamnés par l’opinion qui nous a soutenus en septembre, d’adopter la même attitude (...) Il est donc indispensable que le Conseil National laisse au Bureau National une certaine latitude au point de vue attitude à prendre ». Le Conseil National vote, dans la même session, une adresse émue aux « camarades espagnols et tchécoslovaques ».

126La nécessité d’une réadaptation est encore affirmée pendant plusieurs mois : « Ce qui importe, n’est-ce pas de chercher sans cesse, passionnément, inlassablement, la tactique la mieux adaptée aux circonstances, dans l’intérêt suprême de la paix, même si cette recherche conduit aux conclusions qui ne sont pas celles qu’on estimait excellentes hier et avant-hier ? ». Le 23 mai, « SYNDICATS » admet que le fascisme est l’ennemi no 1 de la classe ouvrière.

127Dès le mois de février, on avait pu remarquer des attitudes nouvelles. Le 4 février, le gouvernement décide d’introduire à l’école l’enseignement de la défense passive. La protestation de Delmas est faible. Elle met surtout en avant les troubles que de tels exercices peuvent causer à l’équilibre physique et mental des enfants. Le S.N.I. demande que l’on donne à l’organisation de la sécurité publique « un caractère administratif et technique », ce qui peut être considéré comme une acceptation à contre-cœur. Les accusations à l’égard du Bureau National que cet épisode inspire aux ultra-pacifistes semblent, de leur point de vue, plus justifiées que – selon l’optique inverse – celles portées par « LE TEMPS », qui condamne toute réserve en la matière. Toutefois, au sein du Bureau National, Hagnauer se prononce plus carrément contre la défense passive à l’école. Mais cela ne l’empêche pas de défendre le point de vue majoritaire du S.N.I. sur la situation internationale devant le Congrès National de la Fédération des Fonctionnaires (du 20 au 22 mars 1939). D approuve les accords de Munich et s’élève contre le développement de ce qu’il appelle la « germanophobie ». Les représentants des autres syndicats interviennent en général dans le sens de la fermeté. Une commission ad hoc établit une motion de synthèse – dite « motion Lacoste », prévoyant la concertation « des nations qui veulent conserver leur indépendance (...) afin de déterminer une ligne de défense commune ». Delmas oppose à ce texte celui d’une motion appelant à la réunion d’une conférence internationale sous l’égide de la Fédération Syndicale Internationale – ce qui rejette toute tentative de riposte concertée entre les pays menacés. La motion Lacoste est adoptée par 554 voix contre 223 à celle de Delmas.

128La correction opérée par le S.N.I. ne va pas jusqu’à modifier les orientations fondamentales. Elle apparaît plus tactique que stratégique. Ainsi, « la disparition de la Tchécoslovaquie », condamnée dans son principe, est paradoxalement utilisée par Delmas pour justifier l’accord de Munich : « Personne ne réclame une mobilisation générale (...) Londres et Paris se taisent, et Moscou aussi. Tout cela s’explique : chacun songe à sa protection particulière et évalue ses propres possibilités de résistance. Les temps que nous vivons ne permettent à aucun pays de jouer au paladin. Au fond, nous voilà tous « Munichois » à présent ». Cela pour le passé. Pour l’avenir, le secrétaire général est clair : « ... nous n’acceptons pas de nous laisser conduire à la guerre par l’automatisme des actes diplomatiques. Si une ligne de résistance doit être établie, ce n’est pas nécessairement celle du statu-quo ». L’expression « ligne de résistance » – concession aux partisans de la fermeté – couvre ici la persistance de la politique de recul et d’abandon.

Le Rhône imperturbable

129Si l’on observe une certaine évolution et un souci de diplomatie syndicale au Bureau National du S.N.I., le Rhône reste fidèle à lui-même, quoi qu’il puisse arriver. Le 2 février 1939, le Conseil Syndical « s’élève contre les campagnes d’excitation chauvine qui se développent dans toute la presse française, et en particulier dans les organes syndicaux comme MESSIDOR », « LA TRIBUNE DES FONCTIONNAIRES » et « LE PEUPLE » ;

130... « Enregistre avec satisfaction les discours modérés et pacificateurs d’Hitler et de Chamberlain les 30 et 31 janvier ;

131« Regrette les exagérations de la presse italienne, mais fait observer qu’une grande partie de la presse française, depuis plusieurs années, imprime des injures quotidiennes à Mussolini et à son gouvernement »...

132Le texte adopté à l’unanimité moins trois voix (dont celle, contre, de Pilon – et les deux abstentions de Vidalenche et Simond) se termine par l’appel traditionnel aux « négociations directes avec Hitler pour la remise à l’Allemagne de ses anciennes colonies et avec Mussolini pour assurer à l'industrie et au commerce italiens des débouchés comparables à ceux des autres grandes nations ». D passe en éditorial dans le Bulletin Corporatif, qui publie dans le même numéro l’étude en quatre pages rédigée par Emery signée « Le Syndicat de l’Enseignement laïc du Rhône » et titrée ;

133« Français, voulez-vous mourir pour le Togo, pour le Cameroun et Djibouti ?

134COLONIES... ET MATIERES PREMIERES »

135On y affirme le droit de l’Italie et de l’Allemagne à récupérer les colonies dont elles ont été injustement frustrées, le besoin absolu qu’elles en ont sur le plan économique. L’Allemagne notamment doit – « Hitler l’a dit (...) EXPORTER OU MOURIR », au terme d’« un effort industriel colossal qui a (...) redonné du travail à sept millions de chômeurs » et qui « exécute des programmes de grands travaux dix fois supérieurs aux nôtres ». D’où la nécessité d’exclure toute sanction à son encontre, de renoncer à la sécurité collective, de céder aux revendications des Etats fascistes, avec comme contre-partie « L’ARRET IMMEDIAT DE LA COURSE AUX ARMEMENTS ET L’AMORCE D’UN DESARMEMENT SIMUL TANE ».

136... « C’est le seul moyen de faire que la pénétration économique de l’Allemagne en Europe orientale – pénétration naturelle, inévitable et, à certains égards, bienfaisante – puisse s'accomplir sans violence et sans guerre, ce qui est la chose essentielle... ».

137Sur proposition de Forest, ce copieux mémoire est tiré à 40 000 exemplaires. Lavenir en assure la répartition générale. Il est également encarté dans « FEUILLES LIBRES » qui, selon Lavenir, « touchent un peu l’élite mondiale ».

138Dans le numéro de mars du Bulletin Corporatif, 18 pages sur 36 au total sont consacrées au pacifisme spécifique de la section et à la grève du 30 novembre. On y trouve notamment – outre les articles analysés plus haut, des écrits de Blain (« Le mensonge de 1914 ») justifiant les abandons de 1938 ; de Grange et de Fontaine contre le « bellicisme » de la C.G.T. ; d’Odin proclamant son accord avec Fontaine (« Oui, crève la nation ! ») ; de Vidalenche (« Pacifisme ») ; de Pialla (« Constuire la Paix ») ; une présentation enthousiaste par Charles Forest de deux brochures de Jean Giono (« Lettre aux paysans sur la paix et la pauvreté » et « Précisions »), mises en contradiction par le commentateur avec des suintantes et filandreuses productions des académiciens à la noix et des politiciens à la Blum ou de Kérillis, des écrivains-vipères à la Aragon... » – et, quand même, une protestation signée Domas contre les louanges adressées à Hitler pour son « action pacifiste ». Bien qu’il ne désapprouve pas Munich et qu’il espère, avec « tous les Français raisonnables »,... « un arrangement sur la question des anciennes colonies allemandes », il ne peut s’empêcher de prévoir la suite :... « une fois cette affaire réglée, ça recommence, pour autre chose, et il faudra bien se résoudre à résister ou à accepter un démembrement progressif de la France ».

139En avril, les mêmes sujets occupent 28 pages de texte dans le Bulletin Corporatif.

140Cet intense pilonnage idéologique impose la conception d’un regroupement urgent des forces munichoises. Sur proposition d’Emery, un « rassemblement » est décidé pour coordonner autour de « LA FLECHE » (c’est-à-dire de lui) l’action du Comité de Vigilance des Intellectuels, celles du Centre Syndical d’Action contre la Guerre, du parti frontiste, des Ligues pacifistes « et de quelques puissants syndicats comme ceux des Instituteurs et des Agents des P.T.T. ». Le Conseil Syndical décide d’œuvrer sur cette base à la création de « Comités locaux d’opposition à la guerre ». Un article de « mise au point » paraîtra, sur cette question, dans chaque numéro du bulletin. Des tracts seront publiés régulièrement pour atteindre la population citadine et rurale. Ils seront envoyés gratuitement et sur simple demande. La question du financement n’est jamais posée dans les publications syndicales.

141Sur la proposition d’Odin, le même Conseil Syndical somme la Fédération Générale de l’Enseignement de « se retirer dans les plus brefs délais possibles de la Fédération des Fonctionnaires, en gardant, sur le modèle de la Fédération Postale, le contact avec les autres fonctionnaires, par le canal d'un Cartel des Services Publics réorganisé ». La question de la modification des statuts sera, en conséquence, abordée au prochain congrès du Rhône du syndicat. Le jeune Gaston Grange se réjouit de cette perspective :... « l’insurrection nécessaire a éclaté. Le Syndicat du Rhône a montré le chemin ». Il espère « que 1939 – si l’année se passe en paix – nous débarrassera de la F.G.E. et permettra la refonte des statuts du S.N.I. Ce sera un beau début ».

  • 6 C’est la reprise textuelle des arguments nazis : deux « pays », une « demande de protection » éman (...)

142La disparition de la Tchécoslovaquie inspire à Emery, à Blain et à Lavenir des réflexions différenciées dans la forme mais analogues sur le fond. Le premier se console facilement : « Quelle que soit la part de l’intrigue politique, spécialement nazie, il est clair que l’Etat fondé par Mazaryck et Bénès était resté une construction factice (...) Rien n’est fondamentalement changé d’ailleurs, l’hégémonie allemande en Europe Centrale étant inévitable ». Blain fait dans l’humour macabre : « De profundis », s’exclame-t-il. « La Bohême et la Moravie, ayant demandé la protection de Berlin par la bouche même d’un prélat catholique soumis à un pape antifasciste, le gouvernement de Berlin a fait occuper militairement les deux pays. Nos va-t-en guerre en pantoufles hurlent comme des enragés (...) Nous rigolons doucement en pensant qu'une couronne supplémentaire vient d’être déposée sur la tombe du traité de Versailles »6.

143A son tour, Lavenir manie l’ironie : « On a encore perdu une démocratie... » Mais c’est l’occasion pour lui de poser très sérieusement de vrai problème de la paix européenne : l’accord franco-allemand, avec l’approbation anglaise. La solution n’est pas impossible. Par un renversement des positions à l’égard de la paix, les bellicistes français sont à gauche. Mais heureusement, la gauche ne gouverne pas. Si elle reprenait le pouvoir, elle serait d’ailleurs contrainte à renier son programme, par la force des choses, par la vassalité nécessaire à l’égard de l’Angleterre qui nous a préservés des aventures dangereuses, et qui continuera à diriger prudemment notre politique extérieure.

144« Il n’est cependant pas indifférent que cette politique soit faite avec bonne ou mauvaise volonté, car cela peut influer sur les résultats. A voir avec quel acharnement le parti stalinien attaque M. Georges Bonnet, on prend conscience qu’il y a une utilité certaine à le maintenir aux Affaires Etrangères ».

145Cela ne suffisant sans doute pas à éclairer les positions de la section du Rhône, Lavenir ajoute : « Du point de vue de nos relations avec l’Allemagne, on constate que l’échec de la grève du 30 novembre a été utile ». Le 23 mars, l’Assemblée générale adopte un ordre du jour renouvelant son approbation de Munich et refusant « l’alliance des « démocraties » contre les Etats totalitaires », qui, « ne peut établir une vraie paix », mais « conduit au contraire à un conflit armé ». Elle recommande une « négociation obstinée » et « proteste contre le rappel de certains réservistes qui contribue à propager l’idée de guerre inévitable, alors qu'aucun danger ne menace le pays et qui rend plus difficile l’apaisement international nécessaire ».

146Sans rappeler expressément que l’Allemagne nazie vient de violer les engagements pris en septembre, l’ordre du jour reprend l’idée chère à Emery : « Il n’est aucun peuple qui ait toujours été juste, qui n’ait jamais manqué à sa parole, ni violé de traités solennellement signés. Si dangereuse que soit cette déloyauté constante entre les nations, on n’en saurait faire état contre l’une d’elles pour refuser tout essai de discussion, pour repousser tout accord en vue de la paix ».

147Ici, les naïfs viennent au secours des roués. L’espérantiste A. Pialla vogue sur les ailes du rêve : Après leur entrée à Prague, où ils ont pu constater la consternation des Tchèques, « les racistes sincères, qui sont nombreux, vont réfléchir, à la suite de ce coup de force, car il n’est pas conforme à l’idéal qu’on leur a inculqué (sic).

148« Peu à peu, la soif de liberté reviendra, éveillée par ces faits, par les réflexions venant de l’étranger et par le travail de l’opposition tchèque. Ainsi, le régime disparaîtra, car le tyran a un règne très court ». Dans la même ligne, le Bulletin Corporatif reproduit un compte-rendu de voyage en Allemagne d’un lycéen nantais qui se porte garant du pacifisme des jeunes Allemands, « camarades charmants » qui « ne manifestent aucune hostilité vis-à-vis des Français... ».

149La campagne s’intensifie au moment (mai-juin 1939) où Otto Abetz vient à Lyon, quelques jours avant d’être expulsé de notre pays. « La Voix du Peuple » affirme qu’une section nazie a été constituée à Lyon et qu’Emery aurait été « invité » à ses réunions. Des perquisitions sont opérées dans les milieux d’extrême-droite. A Paris, elles aboutissent à l’arrestation et à l’inculpation d’espionnage, du chef des services de publicité du « Figaro » et du chef des informations du « Temps ».

Faut-il rester à la C.G.T ?

150Au Conseil National de Pâques du S.N.I., les divergences du Rhône avec le Bureau National se confirment. Charles Forest se dit « atterré » par les déclarations de Delmas, selon qui « il faut prendre, du point de vue pacifiste, une position de repli ». Le secrétaire général entend garder son influence sur la minorité de 30 % qui s’est manifestée au Congrès de la C.G.T. Il affirme « la nécessité, vitale pour le syndicalisme ébranlé, de prendre des positions qui heurtent moins l’opinion moyenne ». Forest déplore de voir « ces déclarations approuvées, c’était très visible, par la grande majorité des délégués ». Il appelle « nos camarades » à « se serrer encore davantage autour de la position inébranlable de la section du Rhône ».

151Au plan national, le S.N.I. déçoit ; la C.G.T. est vilipendée. Faut-il donc quitter la Confédération ? Malgré les menaces récemment proférées, personne ne le demande plus expressément. Au contraire, des voix se font entendre – et pas seulement celles, marginalisées, des partisans de la ligne confédérale – pour soutenir le contraire.

152Ainsi A.V. Jacquet commence un article par une forte déclaration anticommuniste : « Ce sont les staliniens qui tuent la C.G.T. ». Mais il ajoute : « Ce n’est pas aux syndicalistes de renoncer au syndicalisme parce que leur centrale n’est qu’un monstre leur inspirant une insupportable horreur ».

153F. Vian va plus loin : « Malgré ses erreurs, le P.C. reste un parti ouvrier. C’est aux travailleurs de faire leur expérience et de comprendre la faillite du stalinisme. Mais réclamer, comme on le fait, la dissolution du P.C. au gouvernement Daladier qui ne demandera pas mieux, c’est là faire le jeu de la bourgeoisie (...)... gardez-vous, camarades pacifistes, à votre tour de confondre Doriot et Thorez et de servir le fascisme tout court par haine d'un prétendu fascisme rouge ». De ces « pacifistes », Vian écrit : « Après avoir fait échouer la grève du 30 novembre, ils ont voulu jeter la pagaïe au syndicat et le liquider. Il ne s’agit plus de dissoudre le P.C. ; maintenant, c’est à la C.G.T. que l’on s’attaque. Nous n’avons plus qu’à aller aux amicales et aux syndicats professionnels, et à chanter les louanges d’Hitler, le justicier. Certains l’ont déjà fait ; d’autres s’apprêtent à le faire.

  • 7 Secrétaire général de la C.G.T. de 1902 à 1909, un des « pères » du syndicalisme français et de la(...)

154« Nous disons : c’est assez (...) Nous devons reprendre la tradition de Griffuelhes7 et nous ressouvenir des enseignements de la C.G.T.U. ». Titre de l’article : « Antislalinisme : OUIAnticommunisme : JAMAIS ».

155Position assez voisine, somme toute, de celle exprimée par la majorité des syndicats de fonctionnaires, Neumeyer et Lacoste en tête, qui, pour être fondamentalement opposés aux communistes, n’en sont pas moins, avec eux, partisans du front antifasciste et du renforcement de la C.G.T.

Nouvelles menaces

156Quelques jours seulement après l’occupation totale de la Tchécoslovaquie, Hitler met en place son dispositif d’attaque (prévue pour l’automne) contre la Pologne – et il dénonce le pacte de non-agression signé avec elle en 1934. La propagande nazie se déchaîne, sur les malheurs de la population allemande de Dantzig, comme elle l’a fait pour les Sudètes.

157L’Union Soviétique propose une conférence à cinq (U.R.S.S., France, Grande-Bretagne, Roumanie, Pologne) pour décider des mesures propres à éviter une nouvelle agression. Chamberlain s’y refuse et préfère engager des négociations directes avec le IIIe Reich.

158Emery l’en félicite chaudement (le Premier britannique a ainsi écarté « l’U.R.S.S. du champ du débat »), mais il regrette le « gauchissement » des positions anglaises. En effet, le 31 mars 1939, le gouvernement de Londres a garanti l’indépendance de la Pologne. Arme dans la négociation avec Hitler ? On peut le supposer vu le peu d’empressement mis par la suite à honorer cet engagement. L’esprit inventif d’Emery lui suggère une solution pour résoudre le conflit : faire appel à la « médiation » de l’Italie – qu’il présentait, trois mois auparavant, comme manipulée par l’Allemagne. La question polonaise lui semble si peu préoccupante que « FEUILLES LIBRES » met l’accent sur « la marche d’approche vers l’Ukraine » entreprise par Hitler : L’Ukraine deviendra « une espèce de colonie où le Reich trouvera à bon compte les subsistances qui lui manquaient ».

159Un message du Président Roosevelt (dont la doctrine est le non-engagement hors du continent américain), message adressé à Hitler et à Mussolini, suscite un espoir chez les syndicalistes. L’Union Départementale C.G.T. du Rhône organise une manifestation pour appuyer ce qu’elle considère comme un appel à la raison. Le S.N.I. du Rhône s’associe à la démonstration, tout en rendant publiques des réserves importantes. Il conteste la crédibilité du message, « affaiblie par les positions prises antérieurement par le président des Etats-Unis contre les Etats totalitaires ». La section réclame l’abandon du « statu-quo » européen, politique et économique, et la tenue d’une conférence France-Angleterre-Allemagne-Italie pour régler les problèmes européens. En tout état de cause, nous devons prendre l’engagement de ne pas aller vers un conflit. Ces arguments sont repris dans un texte adopté par les organisations rassemblées sous l’aile d’Emery. Nous sommes évidemment très loin du message Roosevelt...

160Ulcéré par cette attitude, le parti communiste profite du « RASSEMBLEMENT POUR LA PAIX » pour distribuer un tract intitulé :

« SILENCE AUX AGENTS DU FASCISME !

« SILENCE AUX ENNEMIS DE LA PAIX !

« SILENCE AUX ALLIES DE HITLER ET DE MUSSOLINI ! »

161L’attaque est directe : La « défense » des dictateurs « est ici, à Lyon, l’œuvre des dirigeants du syndicat des instituteurs du Rhône, inspirés par le pro-hitlérien Emery ». Le tract invite les travailleurs à « LUTTER CONTRE L’ESPRIT DE MUNICH » et il lance cette invitation :

... « Chassez les Munichois de vos rangs !

162« DEMASQUEZ LES ENNEMIS DE LA PAIX QUE SONT LES EMER Y, LA VENIR et autres contre-révolutionnaires qui se cachent encore derrière le drapeau de la C.G. T.

163« ASSEZ DE CONCESSIONS ! »

164Et il appelle à « IMPOSER LA PAIX PAR L'UNION DES PEUPLES DANS LA LIBERTE ».

165La riposte, signée « LE SYNDICAT », se contente, sans argumenter, de présenter ce texte comme « un échantillon de la bonne foi communiste ».

Mourir pour Dantzig ?

166Cependant, une autre prise de position agite l’opinion. Le 4 mai, Marcel Déat lance une véritable bombe. Sous le titre : « MOURIR POUR DANTZIG ? » il affirme dans « L’ŒUVRE » : « Flanquer la guerre à l’Europe à cause de Dantzig, c’est y aller un peu fort, et les paysans français n’ont aucune envie de « mourir pour des Poldèves ».

167Les réactions sont immédiates et violentes, surtout au P.C. Elles surprennent Delmas qui affirme dans son éditorial de « L’ECOLE LIBERATRICE » : « Nous avons fait le serment de mourir pour la liberté » – mais c’est pour protester contre le « tumulte » provoqué par l’article de Déat. De l’homme, il dit : « Je tiens Déat pour un homme intelligent, probe et courageux ».

168Sur l’attitude à observer devant les revendications nazies, quelle est donc la position du Secrétaire Général ? « L’ECOLE LIBERATRICE » nous l’indique clairement : « En 1919, dans l’ivresse de la victoire des alliés, il n’a pas été jugé utile d’attribuer Dantzig à la Pologne. Vingt ans plus tard, ce serait pure folie que d’instituer un protectorat polonais sur cette ville (...) C’est une solution de conciliation qu’il faut élaborer et appliquer (...) Ce qui importe pour nous, c’est le maintien de la paix ».

169Peut-on, dès lors, suivre Michèle Cointet-Labrousse, lorsqu’elle assure que Delmas penche vers une relative politique de fermeté incarnée, à ses yeux, par Daladier, alors qu’Hagnauer représente l’aile « pacifiste » du S.N.I. ? Il est vrai qu’elle ajoute en substance : le Secrétaire général dirige-t-il ou canalise-t-il cette opposition ? et qu’elle semble conclure, plus qu’à « une division au sein du bureau », à « une heureuse répartition des tâches ». La fermeté de Delmas est relative, puisqu’il reprend sa position déjà rendue publique :... « nous n’acceptons pas de nous laisser conduire à la guerre par l’automatisme des actes diplomatiques ». Emery explicite l’idée : Il demande aux Français de ne pas céder à l’exigence soviétique d’« une alliance automatique absolue », car l’U.R.S.S. ne réclame rien moins que l’abandon du dogme de la souveraineté nationale » et d’intervention de la France si elle se trouvait en guerre avec l’Allemagne ».

170Pour Michèle Cointet-Labrousse, «  le S.N.I. n’a jamais cru à une guerre pour Dantzig », estimant le problème plus facile à régler que celui des Sudètes. Son antipathie est certaine à l’égard de la Pologne des colonels, catholique, réactionnaire, fasciste, antisémite. Il est partisan de pressions exercées par le gouvernement français sur le colonel Beck afin qu’il ne compromette pas la négociation par son « arrogance et ses exigences, ses procédés de chantage et de surenchère ».

171Hagnauer se démarque, non en parlant de la Pologne, mais en reprenant les thèmes pacifistes classiques : opposition à la défense passive, condamnation de la C.G.T. qui a supprimé la journée de grève du 1er mai 1939 pour ne pas gêner l’effort d’armement.

172Le Bulletin Corporatif du Rhône reprend en placard sur sa couverture la phrase explosive de Déat – que le secrétaire départemental Forest félicite « au nom de plusieurs camarades ». L’intéressé répond « en se réjouissant de voir les instituteurs du Rhône rester fidèles à leur position pacifiste ».

173Le syndicat publie dans le Bulletin un cahier de quatre pages (repris en tract tiré à plusieurs milliers d’exemplaires) qui fait le procès des démocraties dont il dénonce l’impérialisme. Conclusion : « il n’y a pas de guerre du droit (...), d’un côté des justes, de l’autre des bandits ». Il faut donc se refuser à diviser la terre en deux coalitions antagonistes... et, au contraire, poursuivre dans la voie de Munich :

174« Pour un nouveau Munich » – c’est le titre de l’éditorial de ce même numéro-avec les mêmes participants, « l’honneur, le droit, la liberté » l’exigent.

175Lavenir situe la position de la section par rapport à celle du mouvement syndical dans son ensemble. Il condamne les textes adoptés le 29 mars par la Fédération Syndicale Internationale, le 2 avril par la Fédération C.G.T. des Métaux, le 6 avril par le Comité Confédéral National de la C.G.T., tous ordres du jour qui reprennent – déplore l’auteur – « le leit-motiv des organisations « fermes » ; et la fermeté s’étend, hélas ! à toute la C.G. T. ».

176Le Comité Confédéral National réclame « la réalisation immédiate de l’initiative prise par le gouvernement de la Grande-Bretagne, avec le concours de la France, de la Pologne et de la Russie, pour la formation d’un front pacifique ouvert à tous les pays sans exception, ayant pour objet la défense de la liberté et de l’indépendance des peuples ». Il invite les quatre nations citées « à se concerter pour prendre immédiatement des mesures de garantie mutuelle et de soutien complet pour l'éventualité de nouvelles agressions de la part de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste ».

177Ce que Lavenir traduit par : « Mourir pour le statu-quo, ou la guerre pour la liberté et l’indépendance des peuples ». Il enregistre les votes du C.C.N. sur ce texte, « qui matérialise la deuxième trahison de la C.G.T. » : seules trois Fédérations (dont une importante, celle des P.T.T.) et quatre Unions départementales ont voté contre. La Fédération de l’Enseignement s’est abstenue, avec sept autres Fédérations.

178Dans son intervention sur ce vote, Delmas semble sur la défensive. Il n’en rejoint pas pour autant les positions majoritaires : « Personne n’a pensé que le bloc des démocraties devait aller de concession en concession. Les divergences s’élevaient sur l’endroit où l’on doit placer la ligne de commune résistance. La ligne de plus forte résistance sera celle de l’équité et de la justice. Il faut, avec ceux que nous considérons comme nos adversaires, avoir la force de faire des concessions d’équité. Il faut que nous affirmions que nous sommes prêts à examiner les problèmes en considération des raisons humaines et non des raisons de force, que nous sommes disposés à entreprendre des négociations ».

179Une fois de plus, le recours au vocabulaire moral tend à justifier l’injustifiable...

180La position de Delmas a été combattue par Frachon et par Jouhaux, pour qui c’est la politique de reculs et de concessions sans limites, d’acceptation des faits accomplis successifs, qui conduit à la guerre. Il n’est que temps de faire « barrage » au fascisme international.

181Lavenir s’insurge contre ces « boniments » et pose le dilemme suivant :... « choisir entre sa mort ou sa vie ;

182«  – avec l’Angleterre et sous sa domination, si elle veut faire l’Europe par l’entente avec l’impérialisme allemand,

183«  – contre l’Angleterre et pour une entente directe et immédiate avec l’Allemagne si le capitalisme anglais est assez imprudent pour engager un conflit armé avec l’Allemagne ».

184L’argumentation de celui qui fut jusqu’à un passé récent le fidèle soutien de Delmas à Lyon diffère sensiblement de celle du Secrétaire général du S.N.I. L’un s’accroche à la C.G.T., l’autre la condamne ; l’un évoque une possible « ligne de résistance », l’autre va jusqu’à envisager de placer la France directement dans l’orbite allemande. De toute façon il n’est plus question d’indépendance nationale. Ce sensationnel renversement des alliances considéré par Lavenir comme souhaitable dans certaines circonstances, montre qu’à cette date, dans le Rhône, le clan des ultras englobe désormais la totalité de la direction syndicale.

185Combien isolée apparaît dès lors la voix de F. Pilon qui lance un avertissement prémonitoire. Rappelant que les dirigeants de la section ont crié : « Nous ne voulons pas mourir pour Djibouti ! Donnez quelque chose à Mussolini, faites-lui des concessions, sinon c’est la guerre », il constate :

« On n’a rien donné à Mussolini.
« Et nous ne sommes pas morts pour Djibouti.
« Pas plus que nous ne mourrons pour Dantzig.
« Pas plus que nous ne serions morts pour les Sudètes si on avait suivi en septembre la même politique qu’aujourd’hui envers Mussolini.
« Au contraire, en donnant Dantzig, on livre la Pologne, comme en donnant les Sudètes, on livre la Tchécoslovaquie.
« On renforce formidablement la puissance de Hitler.
« On rapproche le moment où il se croira assez fort pour vaincre.
« Et quand il croira cela (il est à souhaiter qu’il ne puisse jamais le croire), ce sera la guerre ».

Le Rhône en tête des minoritaires

186Le divorce de la section du Rhône d’avec le Bureau National est consommé. Le 14 mai 1939, elle envoie directement à toutes les sections départementales du S.N.I. une circulaire reprochant sa « carence » à l’exécutif central : « Au moment où la guerre apparaît à beaucoup comme fatale et certaine, le S.N. se tait ». De plus, « au Conseil National, au congrès de la Fédération des Fonctionnaires, au Comité Confédéral National de la C.G.T., Delmas et Hagnauer, se rapprochant de la position des majoritaires, ont renoncé au pacifisme intransigeant qui était, à notre avis, le plus beau titre de gloire de notre Syndicat National ». Ils ont accepté l’idée d’une « ligne de résistance ».

187C’est pourquoi le Rhône, dont en septembre 1938, l’« action a non seulement secoué la ville de Lyon et le département du Rhône, mais la région du Sud-Est tout entière », appelle les sections et les militants pacifistes isolés à se mettre en rapport avec lui pour organiser « une action semblable à celle que nous menons localement » et pour appuyer une motion sur la paix qui sera présentée au Congrès National du S.N.I.

188La motion reprend l’engagement exprès de renouveler « dans les périodes de grave tension internationale et QUELLES QUE SOIENT LES CAUSES APPARENTES DE CETTE TENSION », la campagne de septembre 1938 ». Au Congrès de Montrouge, elle obtient 194 mandats, ce qui indique une légère progression de ce courant, contre 767 à celle du bureau national (défendant – selon Delmas – un « pacifisme raisonnable ») et 148 aux partisans de la fermeté, dont l’influence a augmenté. « La thèse de la fermeté gagnait du terrain dans nos rangs », dira plus tard André Delmas.

189Ce travail de fraction a l’intérieur du syndicat ne conduit pas la section à reprendre l’idée naguère émise de quitter la C.G.T. Le jugement porté sur elle n’a pas changé ; Forest peut écrire... « on est bien fondé à ne pas déplorer outre mesure le fait que la C. G. T. n’est pas au pouvoir » ; mais il ajoute : « cependant, cela n’empêche pas d’espérer quand même ; les hommes passent, le syndicalisme reste » comme « une bouée de sauvetage (...) Gardons la flamme, toute petite et vacillante qu’elle soit ; des jours meilleurs lui permettront peut-être de se ranimer, de montrer, d’éclairer à nouveau le dur chemin de la libération ».

190Passant à la situation interne du S.N.I., Forest s’inquiète. Son impression est qu’« en cas de grave crise internationale, pour Dantzig par exemple, le S.N. ne renouvellerait pas son geste de septembre ». Il constate d’ailleurs que « les réactions de la masse syndicale sont (...) faibles, sinon nulles » et que la minorité de l’ECOLE EMANCIPEE « mène contre le bureau une lutte qui serait plus utile si elle était plus constructive », si, avec le poids de son organisation nationale, elle répandait à foison affiches et tracts pacifistes.

191Heureusement, l’autonomie des sections syndicales permet au Rhône (bien qu’il soit obligé « de se replier un peu sur lui-même, de laisser quelque peu et momentanément de côté les grandes organisations prises dans la tourmente ») de développer ses campagnes énergiques et de demeurer une section syndicale « vivante et forte ».

192Chez les « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE », l’évolution de la situation cause quelques troubles après Munich : « LE REVEIL SYNDICALISTE », organe des « CERCLES SYNDICALISTES », s’émeut des louanges adressées par les Munichois du Rhône, les pacifistes intégraux et « LA REVOLUTION PROLETARIENNE » à Bonnet, Flandin, Daladier, Chamberlain, etc.

193Jean Fontaine, qui a encouragé la création des « CERCLES » et du REVEIL », réagit violemment, qualifiant ainsi l’attitude des « bellicistes » : « les flots d’écume, de mensonges, d’injures qu’ils déversent sur le mouvement pacifiste, la haine rageuse et sadique qu’ils manifestent à l’égard d’Hitler et de Mussolini et du fascisme ETRANGER, nous dispensent d’établir et de justifier la qualité de notre pacifisme ».

194Il ironise sur les « purs » qui, « braquant leurs lunettes dans le ciel européen, un moment éclairci, (...) ont découvert que Flandin, Bonnet, Daladier, Chamberlain, etc, étaient de faux pacifistes, que Munich n’était pas la paix du tout » – et que les Odin, Jamot et leurs compagnes, les Forest, Viviand, Quay-Bizet etc., qui ont parcouru les campagnes en collant les affiches pro-munichoises de toutes provenances, « oubli(aient) la lutte de classes et ét(aient) des naïfs, ou des pantins ».

195La profession de foi de Fontaine est nette : « Qu’est-ce que ça peut bien f... à un syndicaliste-révolutionnaire que la France ait capitulé honteusement devant Hitler à Munich ? Auriez-vous la tripe française ou un bonnet à poils quelque part ? ».

196Le style de Fontaine est toujours aussi dru. En tout cas, dans la section du Rhône, pas de divergence de fond, de Lavenir à Fontaine, en passant par Odin et leurs amis... Un Vian, un Pilon ne pèsent guère face aux disciples d’Emery, du moins dans les colonnes du Bulletin. Le compte-rendu de l’Assemblée Générale du 23 mars ne fait état ni du nombre de présents ni du nombre de suffrages obtenus par la motion Pilon sur la paix ; mais à l’A.G. du 7 juillet, on dénombre trente partisans de cette position – sur 270 présents et 2080 syndiqués.

Syndicats affaiblis, nouveaux tours de vis

197Depuis septembre 1938, l’action pacifiste d’orientation munichoise occupe presque tout le champ d’activité de la section. La pression revendicative se relâche d’autant plus que l’échec de la grève du 30 novembre a marqué le désarroi de la classe ouvrière. A plus forte raison, les enseignants, peu convaincus de la nécessité de la grève, se sentent-ils faiblement mobilisés pour la continuation de la lutte.

198Le gouvernement, lui, développe son offensive. Malgré les interventions de la Fédération des Fonctionnaires, Paul Reynaud, ministre des Finances, refuse les augmentations de crédits nécessaires à la titularisation des auxiliaires et le relèvement des traitements mis à mal par l’inflation. Il confie le dossier des titularisations à une commission de réorganisation administrative, significativement nommée « Comité de la Hache ».

199La proposition de revalorisation mise au point par la Fédération des Fonctionnaires et la Fédération Postale reçoit les signatures de 400 députés. Déposée sur le bureau de la Chambre en mai 1939, elle ne sera jamais discutée. Un opportun décret de clôture anticipée met fin à la session parlementaire. Par contre, en avril 1939, un décret institue une « COMMISSION DE RECLASSEMENT » chargée de préparer la résorption du personnel en surnombre. En mai, le Comité de la Hache a mis au point un projet de recul des limites d’âge.

200Le 11 janvier 1939, est entré en application un décret-loi instituant une retenue de 2 % sur les traitements. La section du Rhône proteste, non contre le décret-loi, mais contre son application, injuste à son avis. Il est en effet appliqué à certains instituteurs sur les indemnités qui leur sont allouées – indemnité de logement, de garderie, etc. – alors que le décret-loi prévoit que les avantages en nature ne seront pas touchés. Par ailleurs, il semble que dans le Rhône, des discriminations soient opérées sur une base imprécise, certains subissant la retenue et d’autres non, à situation similaire.

201Sans doute pour signifier que la période du Front Populaire est bien achevée, l’autoritarisme administratif pointe à nouveau. Deux maîtres de son école étant absents simultanément et aucun suppléant n’ayant été désigné pour les remplacer, Vidalenche, après avoir accepté pendant une semaine les élèves venus des autres classes, les refuse en avertissant les parents. Huit jours plus tard, il est gratifié d’un blâme avec inscription au dossier. Une protestation du bureau syndical, avec délégation à l’Inspection Académique, se heurte à une fin de non-recevoir.

202Mais déjà, les nuages annonciateurs de la guerre s’amoncellent. A nouveau, une mobilisation partielle a lieu. La section intervient auprès de l’administration académique afin que soient sauvegardés les droits des mobilisés. Beaucoup de ceux-ci se demandent si les négociations anglo-franco-soviétiques, ouvertes en avril, vont aboutir. L’été 1939 sera lourd...

203A chaque étape de cette marche rapide vers la guerre, les instituteurs rhodaniens ont justifié les entreprises nazies. La section S.N.I. du Rhône, dont la position de pointe qu’elle occupa en septembre 1938 lui donnait une idée démesurée de ses possibilités réelles, crut même, un moment, pouvoir porter un coup décisif aux structures confédérales de la C.G.T. et aux partis de gauche.

204Parmi les instituteurs et les institutrices, rares furent ceux qui exprimèrent leur désaccord ; ils se trouvèrent aussitôt isolés et censurés. La direction départementale ne connut pas sur la politique extérieure les inflexions, les problèmes de conscience qui se manifestèrent parfois au Bureau National. Autour de Lavenir, les soutiens habituels de Delmas se démarquèrent d’une direction nationale jugée trop timorée et joignirent leur voix à celle des pacifistes les plus extrémistes, au point qu’on ne voyait plus très bien ce qui séparait les deux tendances dans le département.

205La trépidante activité politique du syndicat pendant ces mois de fièvre ressemblait assez à celle d’un parti mobilisant ses forces et déployant une offensive tous azimuths ! Elle ne laissait guère le loisir de s’occuper des questions purement syndicales. Celles-ci ne pouvaient d’ailleurs être posées et résolues – comme le fut la grève du 30 novembre 1938 – que par référence au contexte international et à la doctrine pacifiste intégrale.

Bibliographie

SOURCES

– L’Ecole Libératrice, La Tribune des Fonctionnaires, Bulletin Corporatif (Rhône) ; Le Travailleur de l’Enseignement, Le Réveil Syndicaliste, la Révolution Prolétarienne ; Feuilles Libres ; L’Avenir Socialiste ; La Voix du Peuple, Le Progrès, Lyon Républicain ; Le Nouvelliste ; assortiment de la presse parisienne (1938 – 1939) ; Cahiers des Droits de l’Homme, janvier 1939 ;

– Archives Nationales (Versailles), affiches politiques – Rhône 1938 ; Archives Départementales de la Loire MS 17, de l’Isère 166M 25 ; Archives personnelles de Jacques Girault ; souvenirs de Paul Delanoue ;

– « Archives de la Wilhelmstrasse » publiées par une commission internationale d’historiens, vol. IV, éd. 81 ; Gilbert Badia : « Histoire de l’Allemagne contemporaine » (Ed. Sociales) ; Edouard Bénès : « Munich » (Stock) ; Georges Bonnet : « Le Quai d’Orsay sous trois républiques » (Arthème Fayard) ; René Bidouze : « Les Fonctionnaires ».. op. cit. ; Allan Bullock : « Hitler ou les mécanismes de la tyrannie » (Marabout-Université) ; André Delmas, « Mémoires... », op. cit. – et « Combats pour la Paix » (Ed. Sudel, 1939) ; Documents et matériaux se rapportant à la veille de la seconde guerre mondiale (Ed. en langues étrangères, Moscou, 1948) ; Jacques de Launay « Histoire de la diplomatie secrète » (Marabout, Université) ; « Livre Jaune » français »publié par le Ministère des Affaires Etrangères.

Notes

1 Contrairement à une opinion aujourd’hui répandue, l’U.R.S.S. avait proposé « une aide immédiate et effective » à Bénès si la France respectait ses traités, ou même si le président tchécoslovaque faisait une demande en ce sens à la S.D.N.

2 Pour diffuser son matériel de propagande, Emery dispose de tout un réseau de correspondants dans la région Rhône-Alpes et, à Paris, d’un « Centre de Liaison » regroupant les organisations, syndicales ou autres, animées du même esprit. Dans le Rhône, le S.N.I. est un puissant appareil qui colle des affiches, distribue des tracts (4 000 en un soir devant l’immeuble du « Progrès »), organise des réunions publiques.

3 L’appel, rédigé par une commission de quatre membres du Bureau national, a été « modifié de façon à ce que personne ne pût voir dans cette manifestation un appui apporté aux entreprises du régime hitlérien ». Dans le S.N.I., les sections départementales du Loir-et-Cher, des Deux-Sèvres et de la Manche condamnent l’appel. Cette dernière section (dirigée par le socialiste Leclerc et le communiste Rouxel) polarise l’opposition à Munich dans les organismes du S.N.I.

4 Racisme pas mort !

5 Pierre Brossolette et Gabriel Péri sont couverts de boue par le bulletin. Le dirigeant socialiste, résistant, un des fondateurs du Conseil National de la Résistance, périt sous l’occupation – il se jeta par une fenêtre pour ne pas parler sous les tortures de la Gestapo. Le journaliste communiste fut fusillé en décembre 1941, au Mont-Valérien, par les Allemands. Le 30 septembre 1938, Flandin envoyait un télégramme de félicitations à Hitler.

6 C’est la reprise textuelle des arguments nazis : deux « pays », une « demande de protection » émanant de Mgr Tiszo, chef des séparatistes slovaques, dont l’appel avait été rédigé à Berlin, avec le secrétaire d’Etat allemand Kepler. Le « pape antifasciste » était Pie XI.

7 Secrétaire général de la C.G.T. de 1902 à 1909, un des « pères » du syndicalisme français et de la « Charte d’Amiens ».

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search