Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Troisième partie. (1936-1938)

Chapitre II. Guerre et paix

Le débat de fond

Texte intégral

Le « complexe de culpabilité » des instituteurs

1Au Syndicat National, une stratégie de lutte pour la paix s’est peu à peu élaborée, par synthèse d’apports originellement divers. Au cours de l’immédiat après-guerre, nous avons pu mesurer les divergences existantes entre le Syndicat National et la Fédération unitaire, dans la lutte contre les manuels bellicistes, dans l’appréciation de la Défense Nationale, du service militaire, de la Préparation militaire supérieure à l’Ecole Normale, de la défense passive, etc. Mais sur ce terrain, les positions du Syndicat National se sont peu à peu rapprochées de celles de la Fédération – et dans le Rhône plus rapidement que dans certains départements, du fait du passage rapide à l’autonomie, puis au Syndicat National, d’une large fraction, très antimilitariste, du Syndicat Unitaire. L’autonomie relative des sections départementales du S.N.I. explique le maintien au niveau local de sensibilités différentes après la réunification de 1935. Mais cette diversité n’est pas une entrave au rassemblement, autour des initiatives nationales, de la plupart des dirigeants départementaux qui jouissent de la confiance, souvent passive, de la masse des syndiqués. Au plan local, le jeu des tendances et des prises de position politiques entraîne une variation considérable des formes de lutte.

2André Delmas est le moteur de la lutte pacifiste au plan national. Il se sert de sa responsabilité de secrétaire général du S.N.I. pour faire avancer dans la C.G.T. et dans l’opinion les idées du syndicat. Ses interventions vont de nombreux articles dans la presse syndicale : « L’ECOLE LIBERATRICE », « LE PEUPLE », « LA TRIBUNE DES FONCTIONNAIRES », « SYNDICATS », « LES CAHIERS DU MILITANT », etc., à l’appel direct à la population (avant la signature des accords de Munich) et, bien évidemment, à l’action menée au sein des organismes dirigeants du syndicat, de la Fédération de l’Enseignement, de la Fédération des Fonctionnaires et de la C.G.T.

3Ce que l’on peut appeler le « courant Delmas » ne constitue pas une coalition totalement homogène. Il s’enfle jusqu’à englober dans une approbation sur l’essentiel, assortie de réserves, une partie des « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE ». Mais au fil des événements, les éléments de cette tendance qui se placent sur les positions du pacifisme le plus extrême, s’opposent de plus en plus vivement au Secrétaire Général. Dans le Rhône – nous l’avons vu – ils finissent par entraîner même ses partisans qui – au mieux – présentent les « insuffisances » de sa politique pacifiste comme d’habiles manœuvres destinées à faire « avancer » par voie de compromis la C.G.T. tout entière.

4Michèle Cointet-Labrousse discerne trois périodes dans l’évolution du S.N.I. au plan national :

  1. de janvier 1937 au printemps 1938, « un confortable pacifisme sans risque et sans problème » ;

  2. d’avril 1938 à janvier 1939, « l’Union sacrée pacifiste et anticommuniste » ;

  3. de janvier 1939 à septembre 1939, « l’acceptation ambiguë de la guerre ».

5Elle souligne la difficulté éprouvée par les instituteurs à appréhender la question allemande. C’est en 1937 qu’ils commencent à prendre lentement conscience du « phénomène nazi ». Un article d’Edmond Vermeil et Gérome attire leur attention sur le profond ébranlement du peuple allemand, le plus important depuis la Réforme luthérienne ou le rétablissement de 1813. L’article signale « la persécution des juifs, les prescriptions, les sévices de toutes sortes, une répression féroce applaudie par les intellectuels nazis ».

  • 1 Participaient au colloque de 1935 : M. Morizet, président de l’Association des Professeurs d’histoi (...)

6Par ailleurs, les contacts établis entre historiens français et allemands, qui se poursuivent depuis 1935 malgré toutes les difficultés, font apparaître des divergences fondamentales d’appréciation, non seulement sur le passé, mais sur le rôle actuel et futur du IIIè Reich1. Le 3 octobre 1937, un texte est publié, constatant un accord relatif sur trente-neuf points d’histoire antérieurs à 1918. Mais à partir de là, les divergences sont les plus nombreuses. Et surtout, la fonction dévolue à l’enseignement historique par les historiens allemands choque profondément les enseignants français. Le président de l’association allemande des professeurs d’histoire, Reimann, et Hesse, professeur à l’Université de Leipzig, fixent ainsi leurs objectifs :

7... « si, à bon droit, nous concevons l’enseignement de l’histoire surtout comme une éducation à donner le sens de l’héroïsme, à former des caractères originaux et autochtones, à donner l’esprit de sacrifice et de dévouement au Führer, à l’Etat et au Peuple, si nous sommes fiers de la sublime grandeur et des actes magnifiques de nos ancêtres et si, dans un esprit purement national-socialiste, nous magnifions avec enthousiasme notre nouvelle ascension vers la puissance et l’honneur, si nous y voyons une nouvelle ère du monde, tout cela n’est nullement en contradiction avec une reconnaissance complète des vertus des autres peuples, avec l’équitable appréciation de leurs intentions et de leurs réalisations dans le domaine de la politique et de la civilisation ».

8Le Syndicat National publie des extraits d’une brochure éditée par « l’UNION DES INTELLECTUELS ALLEMANDS IMMIGRES », intitulée : « La nouvelle Allemagne dans son nouveau manuel scolaire ». La brochure y dénonce des traits racistes et bellicistes jusque dans les problèmes de mathématiques ; la revendication sous-jacente de l’Alsace et de la Lorraine ; l’affirmation que la race française, étrangère à la race nordique, se caractérise par la vanité, l’ambition de la gloire, l’esprit de vengeance attesté par le traité de Versailles, la cruauté manifestée lors de l’occupation de la Ruhr, etc. La nécessité imposée aux enseignants allemands de prouver leur filiation aryenne heurte fortement les sentiments des instituteurs français.

9Ces faits désormais patents incitent-ils ceux-ci à développer l’action antifasciste au plan international ? On ne peut répondre par l’affirmative. Selon Michèle Cointet-Labrousse, leur conduite « est compromise par un immense sentiment de culpabilité vis-à-vis de l’Allemagne ». Elle cite Hagnauer, secrétaire national de la commission d’action sociale du syndicat, qui exprime cette « souffrance » : « Hitler est un double châtiment. Châtiment sur le plan allemand, des démocrates et des socialistes qui n’ont pas su réaliser la démocratie. Châtiment sur le plan international, des démocrates qui n’ont pas su réaliser la paix ». Les responsabilités anciennes (paix injuste de Versailles, exigences économiques exorbitantes à l’égard du vaincu) et présentes (refus des « nations pourvues » de faire des sacrifices pour permettre à l’Allemagne de surmonter la crise), la honte d’avoir si longtemps toléré cette situation, constituent, estime Mme Cointet-Labrousse, « un complexe de sentiments qui traduit un refoulement profond et interdit la définition d’une stratégie d’action ».

10Il n’en est pas ainsi dans le Rhône, où une action est assez rapidement proposée pour résoudre l’intervention hitlérienne et fasciste en Espagne : obtenir la « neutralisation » de ce pays en ouvrant à l’Allemagne l’accès aux colonies et aux sources de matières premières – idée complétée ultérieurement par celle de la « médiation ». Ce type de solution sera ressorti à l’occasion de chaque crise internationale. On peut estimer que dans ce département, la contradiction a été résolue – et les traits hideux du nazisme systématiquement gommés au profit d’une stratégie dont le théoricien est Léon Emery. Ici, le malaise des instituteurs devant l’Allemagne a joué non comme un anesthésique, mais comme l’inspirateur d’une sorte de rachat par l’abandon. Ce vocabulaire moral n’est pas paradoxal dans le milieu. Ainsi Pierre Brossolette explique après l’Anschluss : « La reddition de l’Autriche aux volontés allemandes est le fruit et le legs d’une série de fautes, dont, après Barthou, M. Laval et M. Flandin sont comptables pour leur part ».

11Encore faut-il définir les limites de ce « complexe de culpabilité » vis-à-vis de l’Allemagne. Mme Cointet-Labrousse l’étend à la nation tout entière, qui se trouve en septembre 1938 sur la même longueur d’onde que le S.N.I. Il me semble plutôt, à travers souvenirs et témoignages, que ce qui domina alors fut la grande peur de la guerre, suivie d’un soulagement quelque peu honteux après la signature des accords de Munich. Il y avait quelque temps déjà que l’Allemagne n’apparaissait plus aux yeux des Français comme une victime, mais comme une nation de proie ; et le mouvement antifasciste avait puissamment contribué au triomphe du Front Populaire.

12Complémentairement, une autre explication est avancée pour cerner le pacifisme munichois du S.N.I. : « C’est l’anticommunisme qui a mené le S.N.I. au pacifisme de Munich ». Il est certes frappant de constater que dans les discussions – notamment au Congrès de Nantes du S.N.I., la question de la paix et celle de d’indépendance syndicale » – c’est-à-dire la libération des positions fermes considérées comme inspirées par le P.C. – sont étroitement liées. Du pacifisme et de l’anticommunisme, lequel est premier, lequel motive l’autre ? Dans les années vingt, beaucoup d’instituteurs devinrent pacifistes et antimilitaristes. Le parti communiste l’était aussi jusqu’à l’antimilitarisme. Si nombre d’enseignants renâclaient devant la révolution et même l’entrée au syndicat, leur option pacifiste était totalement indépendante de celle du P.C. : « confortable », « sans risque et sans problème ». Le conflit parti-syndicat apparaît surtout comme un conflit de compétence et de stratégie hérité de l’anarcho-syndicalisme traditionnel d’un côté du bolchevisme originel de l’autre. Le danger de guerre, s’aggravant rapidement vers la fin des années trente, devient la hantise du syndicat. Ses contradictions avec le P.C. prennent alors un tour passionnel. On peut bien dire aussi que le pacifisme du S.N.I. nourrit son anti-communisme, dans le Rhône en tout cas.

13Le S.N.I. n’est pas un bloc monolithique. La majorité Delmas, bien que largement dominante et d’ailleurs nuancée, n’est pas tout le S.N.I.

14Certes, il est difficile de mesurer l’importance des autres courants, que recense Jacques Girault :

  • celui qui, très répandu dans les départements de l’Est, accepte plus ou moins tôt l’idée d’une défense nationale ;

  • celui qui se prononce pour le soutien de la République espagnole (autour de la section du Loir-et-Cher au Congrès de 1938) et contre Munich (autour de la section de la Manche en 1939) ; il peut difficilement s’exprimer dans nombre de sections départementales. S’y regroupent essentiellement les communistes, d’ailleurs peu nombreux, et certains socialistes influencés par Blum, mais surtout par Zyromski.

15Le Rhône et l’Ardèche forment, avec les amis de Marceau Pivert, le noyau du groupe ultra-pacifiste. Mais il serait erroné de penser que dans la tête des instituteurs « de base » et même des militants, les choix sont définitivement faits. Bien des hésitations, bien des contradictions subsistent jusqu’en 1939... et au-delà. L’un des acteurs de ces événements dit en substance : ceux que nous admirions le plus, les Romain Rolland, Emery..., étaient en total désaccord sur ces questions. Cela nous troublait profondément, nous désorientait. Nous nous sentions si petits, nous, pour trancher... De là découlent des conduites individuelles souvent fluctuantes.

16Ainsi un instituteur, favorable aux thèses de « SYNDICATS » et qui se déclare « proche d’Emery jusqu'à ce qu’il aille très loin dans la collaboration », fait néanmoins la grève du 30 novembre 1938 que la section du Rhône et Emery ont condamnée.

17Antoinette Girard, en contact avec Emery et les « COMBATTANTS DE LA PAIX », pensait alors que « le S.N.I. faiblissait dans sa lutte contre la guerre et que la lutte contre le fascisme pouvait et devait éviter cette catastrophe ». Elle voulait le respect des accords de fournitures d’armes à l’Espagne républicaine. « Soulagée » par l’accord de Munich, elle a vite compris qu’il renforçait la puissance agressive d’Hitler.

18Robert Matagrin, sympathisant du parti communiste dont les rapports avec la C.G.T.U. l’avaient quelque peu éloigné en 1930, suit, « sans adhérer », Emery et le FRONT SOCIAL de Bergery. Il fait confiance en matière de paix aux dirigeants du syndicat, tout en soutenant l’Espagne républicaine – et celà jusqu’à Munich, qui détermine la rupture et son opposition ouverte.

19Henri-Jean Meynier, qui dit avoir été « influencé par Matagrin », est membre du « FRONT SOCIAL », puis de la « SOLIDARITE ANTIFASCISTE INTERNATIONALE » et d’« AMSTERDAM-PLEYEL ». Comme Antoinette Girard, il désapprouvait la non-intervention en Espagne mais il fut « soulagé » par Munich.

20A lire la presse syndicale de l’époque, on n’a pas idée de ces incertitudes, de cette recherche émouvante et dramatique de la meilleure voie, à l’intérieur de chaque courant.

Au Congrès de Lille (août 1936), un débat spécifique

21A Lille s’opposaient déjà trois grandes orientations :

  • La majorité préconisait la confiance en les gouvernements qui tentaient de faire prévaloir une politique de désarmement simultané et de paix.

  • Une minorité allait jusqu’à réclamer le désarmement unilatéral. Elle voulait que soit immédiatement préparée une grève générale en cas d’échec de cette politique et en cas de mobilisation.

  • Un certain nombre de congressistes étaient sensibles à l’idée qu’une politique de défense et de sécurité collective n’exclut pas la lutte pour la paix et peut même en constituer une forme efficace, cette position ne fermant nullement la porte à des négociations en vue d’un désarmement simultané et contrôlé.

22La motion adoptée reprenait essentiellement les thèses majoritaires, non sans quelque équivoque. Le rapporteur Vivès faisait ressortir que le syndicat « n’écarte aucun moyen d’éviter la guerre et de consolider la paix », qu’il est « pour la paix par tous les moyens ». Outre les voix des amis de Delmas, le texte recueillait celles des communistes, influents dans le Loir-et-Cher et le Lot-et-Garonne, des amis de « LA REVOLUTION PROLETARIENNE » (Seine, Oise), ainsi que celles de presque tous les délégués des départements frontaliers. Les positions ultra-pacifistes défendues par Serret et Larrère, pouvaient se prévaloir de l’unanimité obtenue dans les sections départementales des Basses-Alpes, de la Charente-Inférieure, la Corse, la Dordogne, la Mayenne (ces trois dernières n’ayant pourtant pas connu une forte implantation unitaire) et de bons résultats en Ardèche, dans la Drôme, la Gironde, l’Indre, l’Oise, le Rhône et la Haute-Savoie. Dans le Sud-Est en particulier, il y a une nette aspiration à la paix à n’importe quel prix.

23Dans le Rhône, les choses étaient d’une obscure clarté. A l’Assemblée générale de juillet 1936, Louis Blain, se fondant sur l’exemple allemand de l’immédiat après-guerre, refuse le désarmement unilatéral. Mais l’Assemblée repousse la référence proposée par Matagrin à l’assistance mutuelle et au respect des traités. Un texte, adopté à l’unanimité moins une abstention, commence par condamner vigoureusement une déclaration faite par Walter Citrine, secrétaire des Trade-Unions et président international des Syndicats réformistes d’enseignants. Il a estimé « dangereusement vague » la détermination affichée par certains de s’opposer à la guerre en toutes circonstances : « Des circonstances peuvent survenir où nous pourrions nous trouver appelés à faire la guerre pour défendre la paix et pour sauvegarder le droit des gens » – ce qui implique pour « nos gouvernements » l’obligation d’être « loyaux envers la S.D.N » et de « développer en conséquence les ressources militaires ».

24– Ces paroles sont « inadmissibles de la part d’un militant syndical, si haut placé soit-il », s’indigne la section du Rhône qui « rappelle son opposition irréductible à toutes les guerres quelles qu’elles soient » et qui préconise « l’action directe », c’est-à-dire « la grève générale avec occupation des usines » en cas de guerre. Pour commencer, elle réclame le retour à un an du service militaire. Elle appelle « toutes les organisations syndicales » à dénoncer les dirigeants syndicaux qui s’engageraient dans la voie de l’« union sacrée ».

25La proclamation semble sans équivoque. Mais la motion adoptée à l’unanimité par l’assemblée est celle présentée par Vivès au nom du Bureau national. Au Congrès de Lille, Forest et Marly répartissent les mandats de la section à égalité entre les motions Vivès et Serret. Marly, se remémorant cette péripétie, reconnaît :... Ce faisant, « nous ne suivions pas scrupuleusement la décision de l’assemblée générale »... Mais, ajoute-t-il, « j’estimais assez naïvement – lecteur assidu de « LA PATRIE HUMAINE » – que le Syndicat National ne s’opposait pas assez vigoureusement à l’idée de guerre ». Finalement, les seize mandats du Rhône s’étaient répartis, non sur des textes indiquant le net décallage entre les positions nationale et départementale, mais à l’amiable, par accord entre les tendances.

26La grande presse s’émut des déclarations pacifistes faites au Congrès national. Ce à quoi Delmas répondit en réaffirmant l’attachement du syndicat à la paix et en précisant que le congrès avait seulement écarté le désarmement unilatéral et la grève générale insurrectionnelle.

27Dans « L’ECOLE EMANCIPEE », Bernard Cazaubon mettait l’accent sur l’infléchissement des thèses majoritaires vers celles des minoritaires et les conjonctions qu’il permettait : sur la dénonciation du traité de Versailles, la condamnation de l'« union sacrée » et des responsabilités encourues par la bourgeoisie française, l’acceptation de la « grève générale » – le seul point en litige restant la question de la « grève générale insurrectionnelle ». Jacques Girault souligne l’importance de la remarque suggérée par Cazaubon : « Devant l’opinion, l’existence d’une motion « minoritaire » avait permis à Jean Zay et à Delmas d’affaiblir les termes de la motion majoritaire ». Ce qui lui inspire une hypothèse :... « les militants les plus responsables du Syndicat National auraient été peu perméables à ces analyses « minoritaires » ; les autres militants, souvent lecteurs de « L’ECOLE EMANCIPEE », en contact avec des militants minoritaires cités par diverses organisations pacifistes, auraient été plus sensibles à de telles approches et auraient peut-être souvent été enclins à aller au delà des analyses de Delmas en ce domaine ».

28C’est le cas dans le Rhône, pour Lavenir et ses amis qui, même lorsqu’ils n’interviennent pas dans le débat, votent les motions les plus extrêmes en matière de pacifisme.

29Au plan national, la question de la lutte contre la guerre ne donnera plus heu jusqu’à la guerre à un débat spécifique au sein du S.N.I. Mais dans le Rhône, le débat est permanent.

Emery théorise

  • 2 Rassemblement international des partisans d’un front des démocraties contre le fascisme et la guerr (...)

30La place d’Emery dans cette bataille idéologique est centrale. Sa revue « FEUILLES LIBRES », dont Lavenir supervise la diffusion, développe une « Esquisse d’un pacifisme cohérent pour définir l’attitude pacifiste en face du Rassemblement Universel pour la Paix »2. Ce long document se recommande expressément de la « LIGUE INTERNATIONALE DES COMBATTANTS DE LA PAIX » (pacifiste intégrale). Emery en est le président départemental.

31La question essentielle est posée d’emblée : « Faut-il accepter de défendre la Nation par une guerre ? » la réponse est « Non ». De toute façon, « la prochaine guerre aurait, comme la dernière, un caractère impérialiste ». Dans cette éventualité, les travailleurs trouveraient en face d’eux « des travailleurs allemands, italiens, etc., fascistes ou non ». L’« esquisse » dénonce la volonté des impérialismes pourvus de conserver « un statu-quo injuste et dangereux pour la paix ».

32La « sécurité collective » ? Le document exprime une « adhésion enthousiaste au principe » ; mais « elle ne peut fonctionner parfaitement dans un monde où subsistent des rivalités impérialistes ». Concrètement, l’« adhésion enthousiaste» se traduit par un refus total. D faut en conséquence, éviter de revenir au « système des alliances d’avant-guerre » Une alliance « ne saurait être dirigée contre un adversaire désigné à l’avance ».

33En fait, insinue-t-on, la guerre que nous pourrions être amenés à faire serait « une guerre pour la défense de l’U.R.S.S. ». Contre cela « nous choisissons le mot d’ordre : Révolution ». Ce point est longuement argumenté. L’U.R.S.S., force de paix « par essence », a le droit d’assurer sa propre défense. Mais cela ne doit pas entraîner le prolétariat français à « soutenir son impérialisme allié de l’U.R.S.S. ». Langage de gauche – et même « révolutionnaire » – pour justifier l’abandon de l’alliance franco-soviétique, un des objectifs de la diplomatie hitlérienne.

34L’expression « sécurité collective » a un impact certain sur les masses. Aussi la feuille émeryste l’emploie-t-elle fil faut lier la sécurité collective au désarmement et à la révision des traités en garantissant à l’Allemagne l’accès aux matières premières et aux colonies.

35« Nous ne prétendons pas, nous, abattre le fascisme de l’extérieur, mais vivre en paix avec lui (...) Nous voulons tendre la main au peuple allemand » en l’appelant « à se libérer et à faire sa révolution ».

36L’adhésion au « RASSEMBLEMENT UNIVERSEL POUR LA PAIX » ne serait possible que s’il admettait « la représentation équitable de toutes les forces pacifiques », un vaste forum au sein duquel, précise Emery dans un article de présentation, il s’agirait de « ramener une partie des pacifistes aux thèses « intégrales », au refus absolu de toute guerre, à l’action purement révolutionnaire contre toute organisations militaire nationale ».

37Le ton révolutionnaire mesuré de l’« esquisse » contraste avec l’article d’Emery, absolument provocateur. Ainsi chacun peut y trouver son compte. Les principes généreux, les formules équilibrées, les références à la Révolution voisinent avec des attaques sans nuance contre les hétérodoxes, évidemment bellicistes. Ces arguments seront largement repris jusqu’en 1939 dans le S.N.I. du Rhône.

« On ne tue pas ceux qui ne se défendent pas »

38Le « BULLETIN CORPORATIF » ferraille contre Romain Rolland. Son crime a été de souhaiter que « les efforts conjugués des trois puissantes nations qui, pour des motifs divers, ont un besoin impérieux, une nécessité vitale d’une longue paix : la France, l’Empire britannique et la Russie » édifient un « mur compact (...) capable d’empêcher que la guerre ne soit ». D. et D. Marly (avec réserve) et Charles Forest, avec véhémence, reprennent à leur compte la réponse de Félicien Challaye : refus de « toute guerre, même celle que l’on appellerait guerre pour le droit ». Forest rappelle une phrase de Challaye, prononcée à Blacé (Rhône) en 1935 :... « Sur ce plan-là (la guerre de nation à nation), on ne tue pas ceux qui ne se défendent pas ». Il a affirmé que « Hitler a solennellement réclamé, non le réarmement de l’Allemagne, mais le désarmement de tous ». Et au pire, « l’occupation étrangère, même par les troupes d’un Hitler, causerait moins de morts, moins de ruines, moins d’humaines douleurs, que la guerre ayant pour but de l’éviter ». Une voix isolée, celle de Pierre Hentgès, lui répond : « Et si l’on s’efforçait d’éviter à la fois l’invasion et la guerre ? ».

39Les affirmations fracassantes des ultras du pacifisme ne vont pas sans susciter des réactions à l’extérieur du syndicat : « L’ECHO DE PARIS » s’indigne des paroles prononcées par J. Fontaine sur la tombe de Marie Guillot : « Les mots de nation, patrie, défense nationale n’ont pas de sens » et des articles de Gilbert Serret dans « L’ECOLE EMANCIPEE ». « A aucun prix et sous aucun prétexte, écrit le militant ardéchois, nous ne voulons marcher dans la guerre qui risque de surgir ». « LA NATION » fustige le même Serret et Marceau Pivert. « L’EDUCATION NATIONALE », organe d’extrême-droite, condamne la motion contre la guerre votée par la section du Rhône du S.N.I.

40Ces attaques exaltent au plus haut point l’ardeur pacifiste des dirigeants de la section. Vidalenche clame : « Oui, à bas la guerre ! ». Charles Forest reprendrait, s’il lui « fallait choisir, (...) la formule : « Plutôt la servitude que la guerre », mais il est persuadé que la « grève générale » constitue le remède absolu. Pourtant il est inquiet :... « la folie collective s’étend... le vrai pacifisme, le seul, celui qui veut la paix à tout prix, se meurt. (...) Une frénésie de sang s’empare du peuple, comme si le bruit du canon, de l’autre côté des Pyrénées, lui donnait l’irrésistible envie de se battre ». Et de déplorer « la pérennité incroyable de la bêtise humaine », et de comprendre les « militants qui éprouvent l’immense désir de s’en foutre et, comme Candide, de cultiver leur jardin ».

41La campagne ne s’arrêtera pas dans le « BULLETIN CORPORATIF », qui donnera une grande publicité à une adresse « au monde » de Jean Giono : « s’il éclate une autre guerre, je refuse d’obéir à mon ordre de mobilisation, je ne partirai pas ! Que tous ceux qui veulent faire comme moi se comptent, qu’ils se regroupent. Nous formerons peut-être un bloc invincible ». Ce qu’en bon pédagogue Forest traduit ainsi : « Il ne faut pas crier « A bas la guerre » en nettoyant son fusil. Il vaut mieux ne rien crier du tout et balancer le fusil dans la rivière ».

42J. Fontaine développe ce thème au cours d’un meeting à Juliénas, où il apporte la contradiction à des orateurs communistes et radicaux. Au reproche qui lui est adressé par M. Pinton de lancer une telle directive alors que lui-même est trop âgé pour être astreint à un ordre de mobilisation et qu’il est parti en 1914, Fontaine répond : « J’avoue, sans honte aucune, avoir été un lâche en 1914 et ma conscience n’admet pas même la fragile excuse de penser que des millions d’imbéciles, appelés héros, ont fait comme moi ».

43Au plan national, au même moment, « L’ECOLE LIBERATRICE », plus ouverte à l’expression d’opinions diversifiées, publie l’article d’E. Vermeil et P. Gérome inquiets de voir le peuple allemand devenu avec Hitler un « réservoir de violence (...) explosif, dangereux pour ses dirigeants en même temps que pour ses voisins ».

44Le Rhône nie longtemps ce danger. Très pratiquement, très obstinément, il mène campagne contre les deux ans et la Préparation Militaire Obligatoire.

Comprendre Hitler

45Reste qu’il faut sortir des idées générales pour aborder les faits – et celui-ci, majeur : l’existence d’Etats fascistes expansionnistes. Le syndicat n’hésite pas. Pour Jean Odin, « il existe des nations à l’impérialisme positif qui revendiquent un meilleur partage du monde et des nations à impérialisme négatif qui défendent leur situation privilégiée à la surface du globe ». Ces dernières sont les Etats-Unis, la France et l’Angleterre. Ce constat conduit son auteur à s’opposer à « l’union sacrée » et au « pacifisme diplomatique ». La négociation tant réclamée avec les Etats fascistes doit donc passer par une autre voie que la voie normale.

46Emery est plus direct : « Il est inouï qu’on doive encore démontrer la légitimité de certains arguments fascistes. Dire que l’Allemagne, l’Italie, le Japon sont trop peuplés sur un territoire trop étroit, c’est, paraît-il, capituler devant l’hitlérisme. Eh bien, il est temps de traiter par le mépris les inepties démagogiques et de dire nettement qu’un fait est un fait, malgré Staline et Gabriel Péri ».

47Si la théorie de l’espace vital est valable, il faut en tirer les conclusions. Cela ne tarde pas. Charles Forest reprend la proposition de M. Chouffet, député-maire de Villefranche, visant à restituer ses anciennes colonies à l’Allemagne : « Ne vaut-il pas mieux le faire aimablement que par la force (...) tout de suite, (pour) provoquer une détente ? »M. Valeyre, qui déplore au passage « le formidable réarmement de la France » (début 1937 !), préfère à la formule mise en avant par Forest une « redistribution des matières premières nécessaires à la vie économique », sans préciser de quels territoires, de quels peuples il s’agit. Louis Blain étouffe ses scrupules : « Nous qui, par doctrine, sommes contre le colonialisme, pensons qu’il serait opportun d’égaliser les possessions extra-métropolitaines des nations ».

48Thèse largement développée par Emery :... « tant que le système colonial est en vigueur, c’est en redoubler l’iniquité que d’en assurer le monopole à quelques-uns (...) Il est incontestable que la revendication coloniale allemande est pleinement fondée en droit et en fait, il faut donc lui donner satisfaction » – en liant toutefois cette opération « à un progrès dans l’organisation des colonies dont puissent bénéficier à la fois les indigènes et la vie internationale ». On peut compter sur Hitler pour cela !

49Quelques mois plus tard, un article d’Emery paraît sous le titre : « Français, voulez-vous mourir pour le Togo, pour le Cameroun et pour Djibouti ?

50COLONIES ET MATIERES PREMIERES »

51Le texte est tiré à part et diffusé par la section du S.N.I. à des dizaines de milliers d’exemplaires.

52Le printemps 1939 voit la fin de la République espagnole. Le syndicat de l’Enseignement laïc du Rhône signe en quelque sorte le faire-part. Faisant état des « innombrables souffrances d'un peuple qui aujourd’hui accueille Franco, parce que Franco c’est au moins la fin de la guerre », il conclut par la condamnation de la « sécurité collective » et de la « coalition des démocraties »... « La paix ne s’impose pas par la violence, ce qui est absurde et contradictoire. Elle se négocie, elle se construit, en tenant compte de ce qui est juste et des besoins réels des peuples ».

  • 3 Pendant la première guerre mondiale : Pauvre Couillon du Front (expression populaire).

53Cette déclaration est moins tissée de contradictions qu’il peut sembler à la première lecture. Car la clef du décryptage est là : « Ce qui est juste », Hitler, lui, le sait. Quel homme est donc le maître du IIIe Reich ? Louis Blain nous l’apprend : « Un pauvre PCDF.3, comme nous, qui pataugeait en 1918 dans les tranchées allemandes de Lorraine. C’était un ouvrier du bâtiment qui avait des idées et une force de caractère peu commune (…) IL était impossible qu’une nation comme la nation allemande qui a le génie de l’organisation et qui sait travailler avec persévérance ne se relevât pas. Elle s’est relevée. Ce fut l’œuvre d’Hitler (...) Au milieu d’un désespoir total, il fut le sauveur, le divin messie capable de tous les miracles !

54« Il est devenu le justicier !

55« Sa manière ; elle n’est pas toute de douceur ; elle se ressent du milieu tragique où elle s’est formée. Les tonnes de paperasses hypocrites de Genève, à grands coups de bottes Hitler les a envoyées au diable, au grand scandale des petits vieux radotant autour du tapis vert. Nous, nous avons éclaté de rire à chaque fois, à cause des petits vieux. L’homme du peuple Hitler, réaliste et actif, trouve blanc ce qui est blanc et noir ce qui est noir. Il ne coupe pas les cheveux en quatre. Il proclame ce qui est injuste (et jusqu’à présent il ne s’est pas trompé) et fixe un délai déterminé pour obtenir réparation ». Les négociations, « il aime qu’elles soient rapides et franches ». D’ailleurs « l’honnête homme qu’est M. Chamberlain l’a dit : « M. Hitler pense ce qu’il dit ».

56(...) « Hitler devant le monde apparaît comme le défenseur énergique des causes justes. Il sait être patient, il sait agir par étapes. Il sent à quel moment il peut bousculer sans trop de risques l’édifice vermoulu des vieux traités ». Après l’occupation des Sudètes, de justicier ayant réglé leur compte à tous les mauvais architectes d’hier, il sera peut-être possible de construire avec les équipes de demain une nouvelle Europe sous le signe des immenses forces d'avenir qui bouillonnent dans le cœur des jeunes générations humaines... quand elles sont vivantes ! ».

57Un tel homme, un tel régime peuvent-ils effrayer ? Ce n’est pas l’avis d’Emery : « L’Etat National-Socialiste n’est nullement au service du profit capitaliste, c’est une forme de socialisme : suppression du chômage, salaires presque doublés, assurances sociales (...) la sécurité matérielle du peuple allemand s’est nettement affirmée ». Devant ce pays d’arme de la Raison (...) n’est pas l’anathème mais l’analyse, elle est puissance de compréhension réciproque, non d’opposition systématique ». Il s’agit de rechercher « quelles solutions pacifiques peuvent intervenir pour recréer ou préparer un ordre nouveau européen ».

58Après l’espace vital, voici l’ordre nouveau. Emery avance un à un les pions de la propagande hitlérienne. Cinq mois plus tard, il envisage le « stade transitoire des grands empires économiques coexistant dans la paix », dans le cadre d’« un ordre international ».

59Tout en inspirant les activités de la section qui lui affirme sa reconnaissance, Emery semble chercher dans sa revue jusqu’où il pourrait aller trop loin. Fin décembre 1938, un de ses disciples, prétendant, parler au nom des « Allemands qui ont échappé à l’entreprise fasciste », appelle à la modération : « le meilleur service que nous puissions leur rendre est de ne pas aggraver leurs souffrances (Ils souffrent donc ?) par une sollicitude maladroite et compromettante ».

60Mais le bout de l’oreille se montre vite :... « D’autres nationaux-socialistes, rencontrés par la suite à Berlin, à Fribourg et au cours de nombreuses randonnées dans le sud de l’Allemagne, ont exprimé devant moi le même désir : « Puissiez-vous avoir un Führer ! comme il serait facile de s’entendre avec vous ! » Et je sentais à l’accent de leur voix, à une sorte de communion qui s’établissait immédiatement entre nous (sic), que ces hommes étaient sincères : pour eux, le National-Socialisme qui avait sauvé l’Allemagne devait être aussi un jour le salut d’une France agonisante, pour laquelle, loin de souhaiter l’issue fatale, ils désiraient de bonne foi un redressement ».

61... « Je vais plus loin : le gouvernement hitlérien veut la paix avec la France (...) Mein Kampf est dépassé », etc.

62Tout argument émis par Emery se retrouve dans le bulletin syndical, plus ou moins rapidement : Lavenir est impressionné par l’économie nazie. Il présente un tableau de « l’état de la lutte entre l’économie capitaliste fondée sur la prédominance bancaire, représentée par la puissance anglaise, et l’économie naturelle, fondée sur l’échange direct de services et de marchandises, représentée par l’Allemagne, qui tend à la destruction de la spéculation monétaire et de la domination de l’argent capitaliste. Les peuples seront-ils jetés au massacre pour trancher ce conflit ? ». Evidemment non : qui voudrait mourir pour le capitalisme, contre « l’économie naturelle » ? On peut remarquer qu’à cette époque, Hitler avait fini d’occuper la Tchécoslovaquie, après avoir avalé l’Autriche et annexé Memel – et qu’il haussait le ton en direction de la Pologne.

63Les thèmes du pacifisme à tous crins s’entrecroisent, s’opposent parfois sans devenir conflictuels. On peut très bien admettre que l’Allemagne nazie étouffe dans un territoire trop exigu, que l’acquisition d’un espace vital est indispensable à sa survie économique, qu’elle est menacée par une ligne Maginot formidablement offensive – et contradictoirement, que sa puissance ne permet plus de lui résister, qu’il vaut mieux lui céder « aimablement » pour ne pas être obligé de le faire par la force. Emery ne néglige pas d’exploiter ce dernier argument. Dès 1936, après l’échec des sanctions contre l’Italie qui avait agressé l’Abyssinie, le Maître tranche : La France n’a que peu d’alliés ou des alliés peu sûrs : « il suffit de regarder sans illusion pour voir que d’ores et déjà NOUS NE POUVONS PLUS FAIRE PEUR A HITLER ».

64En tout cas, une alliance au moins est récusée : celle de l’Union Soviétique. Lavenir la juge en ces termes : « Dans la lutte pour la défense éventuelle de la Russie contre Hitler, la France pourrait jouer un rôle utile - à la Russie tout au moins. Attendons-nous donc à ce que Staline nous utilise comme instrument de la politique russe ».

65« Comme la défense de l’U.R.S.S. n'est tout de même pas encore la préoccupation dominante des Français, il est bon pour nous de créer l’illusion d’un danger propre à notre pays et d’une aide russe nécessaire contre l’ennemi communique que serait l’Allemagne ». Que les Russes se débrouillent – la France ne risque rien... Dans cette optique, il est logique que Valeyre se dresse « face aux communistes qui demandent que « Mein Kampf' » soit expliqué dans toutes les écoles françaises ». Ce serait contrevenir à la « politique à la fois généreuse et forte » qu’il préconise à l’égard du IIIe Reich.

66La « compréhension » des motivations hitlériennes va dans « FEUILLES LIBRES », jusqu’à reproduire « exceptionnellement » un article du journal nazi « Völkischer Beobachter » sur « la reconnaissance par l’Allemagne du gouvernement Franco (avant la fin de 1936) : « elle a tiré les conséquences de la situation en Espagne et reconnu le groupe qui, seul, dispose de l’autorité véritable ». D’ailleurs, le Reich a dû se poser la question de savoir si la « scission » dans la péninsule « n’a pas été imposée à l’Europe par des forces destructrices dont l’efficacité se montre particulièrement en Espagne ». Toujours selon le V.B., les grands journaux anglais « ont affirmé que le véritable maître à Madrid et à Valence n’est pas Caballero ou Azana, mais l’ambassadeur russe Moïse Rosenberg ».

Des voix discordantes

67Cette campagne soutenue suscite apparemment peu d’opposition dans les milieux enseignants du Rhône. Un collègue ex-pacifiste intégral publie dans « LE BEAUJOLAIS REPUBLICAIN » un article favorable au front commun des démocraties. « Pour la défense des Droits de l’Homme et des conquêtes du prolétariat, il ne peut y avoir de pacifisme intégral », explique-t-il. « Entre la mort et le camp de concentration, mon choix est fait ». Charles Forest, qui veille au grain, rétorque sur le champ : Ce sont là « propos de fin de banquet... Mais je sais bien que tu n’es pas devenu fou pour appeler ainsi la seule chose qui soit irrémédiable : la mort ».

68Devant l’apologie du IIIe Reich dans le syndicat, M. Jacquier se rebiffe : Quelle Allemagne défendons-nous ? demande-t-il. « Il est suggestif de voir aussi subtilement défendre l’Allemagne hitlérienne quand la Russie des Soviets est aussi systématiquement attaquée sur le bulletin syndical.

69« Il faut le dire bien haut, l’Allemagne que l’on essaye de défendre ainsi n’est pas la véritable Allemagne, celle que nous aimons, celle de Wagner, de Goethe, de Henri Heine, de Karl Marx et de tant d’autres, musiciens, poètes, penseurs.

70« Dans la période troublée que nous vivons, où se trouve la vraie Allemagne, du côté du peuple allemand ou du côté de ses bourreaux ? (...) Elle est dans les geôles hitlériennes, elle est en exil, elle est ce peuple allemand tout entier que l’on prive de beurre mais non de canons.

71(...) « Le gouvernement hitlérien, lui, n’est que la caricature de l’Allemagne ».

72La conclusion s’adresse aux responsables de la section, en forme d’exhortation :

73« Assez de cette besogne systématique de désagrégation des forces populaires !

74« Je la considère comme une trahison vis-à-vis du prolétariat, dont nous sommes ».

75Vidalenche répond d’une phrase :... « c’est bien cette Allemagne-là, celle que nous aimons, la « véritable Allemagne » comme vous dites, qui sera massacrée par les démocraties luttant contre le fascisme pour la défense de la Tchécoslovaquie, ou de l’U.R.S.S., de l’Alsace ou de la Lorraine ».

76Force reste à l’idéologie dominante dans la section. Mais il n’en est pas de même à l’intérieur de la C.G.T. Les relations du S.N.I. rhodanien avec la Fédération des Fonctionnaires et l’Union Départementale C.G.T s’altèrent.

77Fin 1936, la section du S.N.I. recommandait « une agitation de la C.G.T. contre les deux ans et contre les 4 milliards de crédits nouveaux pour la défense nationale ». Cela n’ayant pas été fait, cette « carence » est sévèrement condamnée par les dirigeants départementaux du S.N.I. L’Union Départementale prend place dans le « RASSEMBLEMENT UNIVERSEL POUR LA PAIX », « belliciste » selon le S.N.I. du Rhône. Henri Bordes s’insurge, dans une lettre adressée à Léon Jouhaux, à Vivier-Merle et à Louis Dupic (secrétaire de l’Union locale C.G.T. de Vénissieux) : « Nous, instituteurs, avons devant tant de reniements, la hautaine conscience d’avoir sauvé l’honneur en désavouant la C.G.T. qui, de 1914 à 1918, lança le prolétariat dans la guerre de ses maîtres. Elle recommence aujourd’hui à prendre parti, sous prétexte d’antifascisme, pour l’impérialisme anglo-français contre l’impérialisme allemand. Que nos dirigeants sachent bien que nous ne marchons pas et que nous ne marcherons jamais ».

78A la Fédération des Fonctionnaires, la tendance est aussi à la fermeté. Au début de 1938, le secrétaire fédéral Neumeyer expose l’attitude de la Fédération : « Qu’on le veuille ou non, nous en sommes maintenant à rechercher un équilibre des forces d’armement pour éviter d’être à la merci – par la force et par la guerredes gouvernements qui ont conçu et pratiqué la politique de surarmement en vue de faire valoir ce qu’ils considèrent comme leurs droits. Et il faut même souhaiter que cet équilibre soit atteint le plus rapidement possible par les forces de démocratie et de paix dans le monde (...) Il faudrait même que cet équilibre fût dépassé au plus vite en leur faveur et elles le peuvent si elles savent s’unir et s’entendre, pour qu’elles tendent à nouveau à reprendre l’initiative des opérations en vue d’organiser enfin la paix ». A. Ladevèze approuve cette position et arrive à la faire insérer dans le BULLETIN CORPORATIF, sous le titre : « Toutes les forces de paix doivent s’unir contre la guerre ».

79Le Congrès fédéral des Fonctionnaires adopte unanimement une motion sur la situation internationale et la paix. Ce texte de compromis a dû inclure, pour obtenir l’unanimité, un appel aux Etats (exigé par Delmas) à « des négociations qui pourraient permettre un nouvel essai de l’organisation de la paix ». L’accord sur un tel compromis est purement tactique : Delmas ne veut à aucun prix se laisser isoler dans la Fédération. Il ne s’exprime pas aussi rudement que Vivès, mais c’est bien dans « L’ECOLE LIBERATRICE » que ce dernier peut écrire, presque au même moment : « Non ! (...) Non à l’Union Sacrée !(...) Non au vote des crédits militaires ! (...) Non à l’attitude de la C.G. T. vis-à-vis de la guerre ! ».

80Cette affirmation de Vivès ne calme pas la section du Rhône, qu’indigne le rôle joué par Delmas au Congrès des Fonctionnaires. Un tel compromis est inadmissible, disent en substance Vidalenche, Blain, Gaudillère, Odin et Fontaine. Lavenir a bien du mal à défendre le secrétaire général, en faisant valoir qu’il a réussi à introduire dans la motion « une garantie de paix ». Lavenir ne peut faire adopter par le Conseil Syndical un ordre du jour de confiance à Delmas, assorti d’un blâme sévère à Neumeyer. Il ne recueille que 9 voix contre 9 (dont celle de Ladevèze, d’accord avec la position de Neumeyer) et 7 abstentions. Blain présente un texte de défiance à l’égard de Delmas et de Neumeyer (texte également repoussé par 10 voix contre 9 et 6 abstentions). Les ultra-pacifistes sont alors, dans le département, presque à égalité avec les partisans – pas tous très convaincus – du Bureau National.

81S’il y a division sur ce plan, la quasi-unanimité se dresse contre la Fédération des Fonctionnaires. Le BULLETIN CORPORATIF reproduit sur sa couverture une phrase (d’ailleurs tronquée) de Neumeyer : « J’espère que nous saurions combattre et vendre chèrement notre peau », et il apostrophe violemment son auteur : « Non, Neumeyer, nous nous foutons éperdument des conseils belliqueux et de l’ardeur guerrière que nous prodigue ta vieille carcasse ! ».

82Dans le même numéro, Lavenir reproduit l’intervention de Delmas au Congrès Fédéral et la présente comme un succès, puisqu’elle a réussi à introduire dans la motion votée l’idée de négociations préalables à toute action de sécurité. Tout autre est le ton adopté pour dénoncer « Messidor », hebdomadaire de la C.G.T., qui a présenté des extraits de « Mein Kamph » sous forme d’une interview imaginaire de Hitler. C’est « une canaillerie de la C.G. T. » titre Lavenir, qui ajoute « Messidor » n’est qu’un organe de bourrage de crânes ».

83Certains militants de « L’ECOLE EMANCIPEE » vont plus loin que l’invective. Ils prônent le retrait de la C.G.T. et l’adhésion à la minuscule C.G.T. Syndicaliste-Révolutionnaire (C.G.T.S.R.). La question est posée par Proust, dans la revue de la tendance, au début de 1937 : « Un certain nombre d’instituteurs ont envoyé leur adhésion individuelle à la C.G.T.S.R. Pourquoi ne pas nous grouper dans cette organisation qui répond à l’idée que nous nous faisons du véritable syndicalisme ? ».

84J. Cacouault est du même avis : « Qu’on me dise si j’ai tort de désirer que tous les copains de l’E.E. rompent solennellement avec la C.G.T., adhèrent à la C.G.T.S.R. en donnant le maximum de publicité aux motifs de leur décision ».

85Et la Lyonnaise Jeanne Balanche, qui a refusé l’unité en 1935, se laisse aller à rêver : « Aller à la C.G.T.S.R. comme le conseille Proust ? Le titre est plein de promesses... ».

86Robert Matagrin réagit vivement. Sous le titre : « Tout pour la C.G.T. ! Tout par la C.G.T. ! », il crie « alerte à tous les camarades qui ont lutté pour obtenir l’unité syndicale et qui sont encore capables de lutter pour la conserver (...) Les conquêtes ouvrières de 1936, la petite amélioration de nos traitements, le maintien de la paix ont été réalisés grâce à l’unité syndicale, par la C.G. T. et le Front Populaire.

87« Restez sourds, conclut-il, à l’appel des diviseurs, à l’individualisme petit-bourgeois (...) Tout par la C. G. T. et le Front Populaire ! ».

88A partir de 1938, l’idée d’un regroupement des syndicalistes opposés à la politique « belliciste » de la C.G.T. fait son chemin. Fin mars 1938, la section adhère, sur proposition de Pardon, à un « CENTRE SYNDICAL D’ACTION CONTRE LA GUERRE » constitué nationalement ; elle accepte de former une section de cet organisme dans le département.

89Les syndicats ouvriers du Rhône se trouvent dès lors en conflit ouvert avec le S.N.I. Le Congrès de l’Union Départementale C.G.T. (7, 8 mai 1938) l’atteste. « A propos de la question de la paix, rapporte Lavenir, des attaques violentes ont été dirigées contre nous. Les réponses de Petit et de Lavenir ont provoqué une obstruction si violente que Lavenir a quitté la tribune. Le calme revenu, il a ensuite pu terminer son intervention ». Le secrétaire départemental déplore à cette occasion « les ravages que fait la propagande néo-nationaliste » dans le mouvement ouvrier. Mais il fait aussi état de « nombreuses marques d’approbation » qui lui sont parvenues et qui lui font espérer le succès du «CENTRETRE SYNDICAL D’ACTION CONTRE LA GUERRE », Un « Comité provisoire d’organisation » de ce Centre – qui se transformera vite en « Comité national » – publie un premier communiqué en avril 1938, sans préciser qui a pris l’initiative de sa constitution. Il se fixe comme but de lutter « contre les excitations chauvines des uns, la passivité et les abandons des autres » et « d’engager sans délai une campagne antibelliciste sur les idées suivantes : la guerre ne résoudrait rien. La paix n’a pas été construite depuis 1918 ; c’est elle qu’il faut construire sur tous les terrains ». Son action pendant la crise de Munich lui vaut les chaleureuses félicitations d’Emery.

90Le « manifeste » du Centre paraît intégralement dans le Bulletin syndical du 5 juillet 1938. Il reprend les thèmes généraux du pacifisme, familiers aux Rhodaniens, et se garde de faire allusion aux événements précis qui marquent la vie internationale : guerre d’Espagne, Anschluss, revendications hitlériennes sur les Sudètes. Le texte n’est suivi d’aucune signature.

91Ce groupement extra-syndical de militants permet d’exercer une action dans les diverses organisations affiliées à la C.G.T. Dès lors, est-il utile et rentable de quitter celle-ci ? Autour de « L’ECOLE EMANCIPEE », va s’opérer un rassemblement de tendance ouvert à toutes les corporations, pour « tirer la C.G. T. de l’ornière dans laquelle elle s’embourbe ». Le 5 juin, à Paris, le courant syndicaliste-révolutionnaire décide le lancement du journal « LE REVEIL SYNDICALISTE », qui paraît désormais concurremment avec « LA VIE OUVRIERE » et « SYNDICATS ». Le 12 juin, à Lyon (signale Vidalenche), « une cinquantaine de camarades, minoritaires à la C.G. T. et appartenant à sept ou huit corporations différentes, réunis par le groupe du Rhône des « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE » ont établi un plan de travail ».

Scissions et polémiques

  • 4 Pseudonyme de François Walter, haut fonctionnaire à la Cour des Comptes.

92Divorces et clivages aussi, au sein de diverses organisations dans lesquelles Emery, ses amis au plan national et la section du Rhône du S.N.I. exercent une influence. Les instituteurs y sont généralement nombreux et y occupent souvent des postes de responsabilité, au moins aux échelons intermédiaires. Une semaine après le déclenchement de la guerre d’Espagne, l’incompatibilité s’avère totale, au bureau du « COMITE DE VIGILANCE DES INTELLECTUELS ANTIFASCISTES », entre Paul Langevin, partisan de l’aide au gouvernement républicain espagnol et Pierre Gerome4, secrétaire général du C.V.I.A. Sur proposition de Delmas, Lapierre se charge alors du secrétariat. Mais la question espagnole ne peut être contournée et il est difficile de concilier l’inconciliable. Paul Rivet quitte le bureau. Paul Langevin, mis en minorité, le suit, bientôt suivi par Lapierre. Restent en place ceux qui désirent « continuer l’action sur les principes de la révision des traités et de la recherche des moyens de paix » – selon Emery qui rapporte sur cette question devant l’assemblée générale du S.N.I. à Lyon. Il reçoit de Marie-Louise Cavalier, membre du Bureau National, « l’assurance que l’attitude de Lapierre, de Delmas et de Mérat n’est faite ni d’hostilité ni de méfiance à l’égard du présent bureau (du C.V.I.A.) (...) Notre plus cher désir est de rétablir au sein de Vigilance une cohésion et une union nécessaires actuellement ».

93A la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME, dont Emery est le président départemental, il en va autrement. La direction nationale milite en faveur de da ronde des démocraties pour sauver la paix ». La Ligue est vivement critiquée dans « FEUILLES LIBRES » du 10 juin 1937 pour avoir abandonné sa dénonciation du régime soviétique. Au Congrès de Tours de cette organisation, Emery et les pacifistes intégraux se retirent de son Comité Central. La Fédération du Rhône soutient son président. « Je ne puis, écrit celui-ci, être avec ceux qui, en parlant d’antifascisme, préparent pour demain la servitude et, en exhortant le peuple à défendre la paix, le mobilisent moralement pour une nouvelle guerre du droit ». Un collaborateur d’Emery voit en la ligue des Droits de l’Homme « la grande muette de la démocratie ». En s’attaquant à Félicien Challaye, « elle a perdu tout sens du ridicule et même toute probité d’esprit ».

94Sur les mêmes bases, une opération de scission s’opère à la « LIGUE DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA LIBERTE », fondée en 1915 et dont la figure de proue est Madeleine Duchêne. Outre quelques individualités parisiennes et rochelaises, trois groupes départementaux rejoignent dans la défection les Lyonnaises impulsées par Mme Emery.

95Isolées au plan national, les organisations dissidentes se rassembleront autour du S.N.I. lyonnais au moment de Munich. Leur activité sera grande aux plans départemental et régional.

96Mais la polémique majeure est celle qui vise le parti communiste. Elle est quasi constante et s’exprime sous des formes diverses, y compris dans les « Coups de bec » ironiques publiés dans chaque bulletin. Robert Matagrin proteste lorsqu’un de ces billets s’attaque à Félix Brun, grand mutilé de guerre et fondateur de l’ASSOCIATION REPUBLICAINE DES ANCIENS COMBATTANTS à Lyon, de premier militant qui ait à Lyon organisé la lutte contre la guerre ».

97Dès la fin de 1936, toutes les initiatives du P.C. sont attribuées à sa soumisssion à l’Union Soviétique. Pour Philippe Blanchet, le parti communiste possède « un art admirable de la propagande » et « un manque absolu de probité » (...) Staline a besoin de l’armée française. Il lui faut s’assurer que la France marchera, que le peuple marchera. Et le parti communiste souffle dans le clairon, lance le Front Français, défie Hitler jusqu’à la provocation, glorifie la Patrie... »

98Contre les « Staliniens, les plus insidieux et les plus dangereux que la liberté et le pacifisme aient, depuis longtemps, rencontré sur leur chemin en France », Henri Bordes demande qu’on argumente intelligemment et qu’on ne parle pas à toute occasion de « colonisation stalinienne ».

99Par contre, il dénonce « LA VOIX DU PEUPLE » – hebdomadaire communiste du Rhône, qui, sous le titre : « M. Emery et sa secte anti-communiste au service de Berlin » a écrit : « Nous ne savons pas de quoi demain sera fait, mais nous pouvons prévoir à l’entourage de M. Emery les pires catastrophes si son cher maître persiste à produire d’aussi grandes pensées ».

100« Voilà, dit Bordes, qui nous en promet de belles si les malheurs du temps et les fantaisies de l’histoire voulaient que ces lascars-là dispensent en France la haute et basse justice ». Sur son élan, il demande de « mettre une sourdine » aux attaques contre « L’ECOLE EMANCIPEE » et la C.G.T.S.R. qui « pourraient bien devenir avant peu, pour un syndicaliste tout court, les dernières tranchées de la liberté ».

101Une nouvelle fois, un article de « LA VOIX DU PEUPLE » agite la section. Intitulé : « Une voix qui ne fait pas honneur au syndicat de l’enseignement du Rhône », il met nommément en cause Charles Forest et Emery :... « Nous disons à tous les deux et à ceux qui les suivent : « Vous vous dites révolutionnaires et antifascistes, mais, en réalité, vos arguments sont les mêmes que ceux des fascistes... Il ne faut donc pas vous étonner si les travailleurs, en vous voyant si bien aider les efforts du fascisme international, ont en face de vous les mêmes réactions qu’en face des pires échantillons de celui-ci ».

102André Lavenir et Charles Forest jugent que « répondre à de pareilles phrases est vain. Il est inutile de parler arguments à des communistes. Ils ne connaissent qu’une seule intelligence : celle de l’obéissance passive aux mots d’ordre de leurs chefs, aussi stupides ou aussi criminels qu’ils soient. D’ailleurs, en face du procès de Moscou, les voix de consciences libres s’élèvent pour flétrir la monstrueuse comédie ». Titre de l’article : « Pour nos amis, hommes libres – Réponse à des domestiques ».

103A l’unanimité moins une voix (celle de Ladevèze), le Conseil Syndical adopte une motion protestant « énergiquement » contre un nouvel article de « LA VOIX DU PEUPLE » dénonçant Emery. Le Conseil Syndical « remercie Emery de son dévouement à toutes les œuvres syndicales et notamment de sa participation aux « Collèges du Travail » – et l’assure de toute la sympathie du personnel enseignant ».

104Ainsi, au début de 1938, la section du Rhône du S.N.I., groupée autour d’Emery, s’est donnée un corps de doctrine qui n’a pas d’équivalent dans le syndicat au plan national. Aux thèmes du pacifisme intégral, s’ajoutent la justification des entreprises fascistes et même, nous l’avons vu, l’éloge de l’organisation sociale nazie, des nationaux-socialistes « sincères » – le tout accompagné d’un anti-communisme violent.

105Pour les contemporains, tout n’est pas aussi net. L’ambiguïté provient du fait que cette théorie se présente sous l’enseigne « humanitaire et révolutionnaire » ; qu’elle semble se placer dans le droit fil des idées défendues après 1918 (mais pas immédiatement par le Syndicat National). Le refus de la guerre et de ses horreurs, les injustices du traité de Versailles, la fraternité entre les peuples, particulièrement avec le peuple allemand – tout ce qui mobilisait fort peu d’instituteurs quand les troupes françaises occupaient le Ruhr – tout cela parvient à maturité au cours des années trente, alors que la situation est radicalement changée par l’intrusion sur le devant de la scène du fascisme hitlérien avec ses appétits proclamés. Ceux qui, dans le passé, faisaient figure de pionniers et qui révisent leurs positions face au danger en prônant la sécurité collective, sont maintenant qualifiés de traîtres à la cause de la paix et de l’internationalisme.

106Désormais, Emery et la section du Rhône ont les moyens idéologiques d’intervenir à leur façon dans les événements rapides et décisifs qui vont conduire à la seconde guerre mondiale.

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin Corporatif ; L’Ecole Libératrice ; L’Ecole Emancipée ; Feuilles Libres, La Tribune des Fonctionnaires ; Le Peuple (1936 à 1938) ; Lyon Républicain ; Le Progrès ; le Nouvelliste, La Voix du Peuple ; L’Avenir socialiste (même période) ; Le Beaujolais républicain, 3 avril 1937 ;

– Enquête Jacques Girault sur les instituteurs dans la France de Daladier ;

– Charles Bettelheim : « L’Economie allemande du nazisme », Maspéro ; René Bidouze, op. cit. ; Michèle Cointet-Labrousse : « Le Syndicat National des Instituteurs, le Pacifisme et l’Allemagne », colloque international du C.N.R.S. sur « les relations franco-allemandes – 1933-1939 » (Ed. du C.N.R.S. 1976) ; Jacques Girault, op. cit. ; André Wurmser : « Fidèlement vôtre » (Grasset 1979).

Notes

1 Participaient au colloque de 1935 : M. Morizet, président de l’Association des Professeurs d’histoire ; les professeurs Isaac, Mantoux, Weil-Raynel et, pour le S.N.I., Georges Lapierre.

2 Rassemblement international des partisans d’un front des démocraties contre le fascisme et la guerre.

3 Pendant la première guerre mondiale : Pauvre Couillon du Front (expression populaire).

4 Pseudonyme de François Walter, haut fonctionnaire à la Cour des Comptes.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search