Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Troisième partie. (1936-1938)

Chapitre I. Le S.N.I. du Rhône et la victoire de la gauche

Texte intégral

1Alors que Delmas et la direction nationale du S.N.I. participent pleinement à la naissance et aux progrès du Front Populaire, la section du Rhône transforme rapidement ses réticences en opposition à peine camouflée. La dimension anti-fasciste du Front Populaire est évidente. C’est sur ce terrain qu’Emery et ses amis entendent combattre, en mettant au pilori les partisans de la sécurité collective. Romain Rolland, Einstein, Langevin ont crié « Alerte ! ». Emery les apostrophe : « Vous qui nous avez appris qu’on ne pactise pas avec le mal absolu, que l’acceptation de la guerre est une démission de l’esprit (…), vous nous quittez maintenant, comme si décidément les meilleurs ne pouvaient être grands qu'une fois en leur vie » (…) « Il est juste, il est moral, qu’à vouloir vous raturer vous-mêmes, vous ne nous montriez plus que gaucherie, faiblesse et médiocrité ». C’est que ces trois « médiocres » ont eu le mauvais goût de rappeler « Mein Kampf ». Voyons : « Comme si l’Eglise triomphante avait, dans aucun cas, voulu réaliser sur terre les apocalypses dont rêvait l’Eglise militante ! Ce qui a été écrit dans une tempête de fureur et de haine en 1923, au moment de l’occupation de la Ruhr et de la ruine allemande, doit-il déterminer douze ans plus tard tous les gestes d’un chef d’Etat dont on n’a pas encore prouvé qu’il est monomane et qui sait bien pouvoir se démentir ou se contredire sans péril ? ».

2En avril 1936, alors que Hitler vient de faire voler en éclats les dernières contraintes du Traité de Versailles et qu’il amorce sa conquête de l’« espace vital », la section du Rhône ne voit aucune raison de modifier ses positions. Charles Forest interpelle les candidats aux élections législatives : En cas d’échec des négociations avec l’Allemagne, les candidats sont-ils partisans de « sanctions » contre le IIIe Reich ? A ceux qui répondront oui ou évasivement à cette question, il convient d’indiquer : « Donc vous êtes pour la guerre et je vous considère comme mon ennemi et dans la modeste mesure de mes moyens, je ferai tout pour vous battre ».

3Au Conseil Syndical du 12 mars 1936, cette orientation est définie par Lavenir, qui demande de « protester et essayer de combattre l’action diplomatique tendant à nous présenter Hitler comme ayant tort » (…) « Si Hitler a tort au point de vue jurisprudence, il a raison au point de vue justice » (…) « Nous demandons des négociations immédiates et sans condition ». Les protestations de Matagrin contre la tenue à Paris d’un meeting d'« Hommage à l’Allemagne » ne peuvent influer sur la détermination de la majorité. Le syndicat organise à Juliénas un meeting qui réunit, selon le bulletin, trois cents personnes. Les mots d’ordre tiennent compte des sentiments antifascistes de la population beaujolaise : « A bas le fascisme ! A bas la guerre ! A bas les deux ans ! Vive le désarmement universel ! ». Mais au nom du désarmement universel, on propose le désarmement unilatéral.

4Emery, qui a repris ses chroniques radiodiffusées à Lyon – La Doua, provoque chez ses auditeurs une indignation qui se traduit par de nombreuses protestations. La section syndicale demande à ses membres d’écrire au studio pour soutenir son porte-parole. Elle prend l’initiative de créer « RADIO-LAIQUE », association d’auditeurs dont Emery est nommé président d’honneur, Vivier-Merle (secrétaire général de l’Union Départementale CGT) et Pardon vice-présidents. Les trois secrétaires sont des enseignants : Laget, Pommateau et Dumairir. Léger est chargé de « l’organisation des Congrès ». On trouve encore au Conseil d’administration Lavenir et Jeanne Chenevard. Outre le soutien d’Emery, l’objectif de l’association est de faire pièce à « RADIO-LIBERTE », organisation plus large créée à l’initiative des communistes.

5En pleine campagne électorale, l’extraordinaire orchestration des thèmes du pacifisme à tout prix constitue un précieux encouragement à la droite admiratrice de Hitler et de Mussolini. On s’y trompe si peu à gauche que le « COMITE CENTRAL ANTIFASCISTE DE LYON », convoqué par son secrétaire Brun, ayant provoqué la création d’un « COMITE DE RASSEMBLEMENT POPULAIRE », celui-ci refuse l’adhésion de la Ligue des Droits de l’Homme et de « FRONT SOCIAL », pilotés à Lyon par Emery. Le Conseil Syndical du S.N.I. contre-attaque en réclamant la transformation du Comité Central Antifasciste en « COMITE DEPARTEMENTAL DE RASSEMBLEMENT POPUPOPULAIRE», où il espère que l’influence des ruraux (en grande partie instituteurs) pourrait retourner la tendance. Mais ces manœuvres vont visiblement à contrecourant. Elles ne semblent avoir aucun effet sur le développement immédiat du mouvement populaire.

6Certains, dans le syndicat, veulent aller plus loin. Les dirigeants locaux du S.N.I. ont-ils été absolument étrangers à la candidature de Dumairir, proche d’Emery, dans la circonscription d’Herriot ? Des bruits persistants donnent à penser qu’il est le candidat officieux du syndicat. Blain, Odin, Fossemagne soutiennent sa campagne. Au second tour, Herriot, en tête de la gauche, bénéficie du désistement communiste. C’est alors qu’Henri Bordes s’adresse à Lavenir « pour lui demander de lancer le Syndicat des Instituteurs dans la bataille contre Herriot et d’y entraîner le Cartel des Services Publics ». Lavenir répond prudemment : « Outre qu’il ne pouvait rien faire seul, il n’osait, en sa qualité de secrétaire, risquer la si jeune et si fragile unité syndicale contre M. Herriot, à cause d’une opposition probable des communistes.

7« A dire vrai, ajoute Bordes, ce danger m’était bien apparu, et je me suis incliné – et m’incline encore sans réserve aucune.

8« C’est aux communistes que j’en ai.

9« J’espère qu’ils nous rendront compte de leurs complaisances vis-à-vis de l’homme politique qui a, depuis la création de l’Ecole laïque, fait le plus de mal aux instituteurs ». Après coup, le syndicat dément avoir donné son investiture ; son conseil syndical adopte une résolution rédigée dans ce sens par André Lavenir.

10Quelle que soit l’appréciation portée sur la personnalité d’Edouard Herriot, la règle des désistements à gauche était seule susceptible de faire triompher les candidats du Front Populaire. La section du Rhône du S.N.I. n’a pas été très enthousiaste, en tout cas elle ne fut pas unanime à vraiment souhaiter cette victoire avec toutes ses conséquences.

Réactions rhodaniennes

11C’est au lendemain du 14 juillet 1935, marqué par de puissantes manifestations populaires, qu’est né le « COMITE NATIONAL DE RASSEMBLEMENT POPULAIRE ». Son programme est rendu public le 12 janvier 1936.

  • 1 Le 11 juillet 1940, seuls Jordery, André Philip, Elminger voteront contre les pleins pouvoirs à Pé (...)

12Le 26 avril et le 3 mai 1936, la « discipline républicaine » joue à plein. La gauche remporte 378 élus contre 220. Dans le Rhône sont élus ou réélus les communistes Georges Lévy et Félix Brun, les socialistes Marius Jordery, André Philip, André Février et Chouffet, les radicaux Edouard Herriot, Jules Julien, Paul Richard ; un républicain de gauche (Laurent Bonnevay), 2 « Fédération Républicaine » (Antoine Salles, Peissel), un « Union Républicaine et Démocratique » (Pierre Burgeot), un indépendant : Elminger1.

13Le premier mouvement de la section syndicale est de se réjouir du succès d’André Philip (aucune allusion aux autres députés de gauche) et des pertes de voix enregistrées par Herriot, réélu néanmoins sans difficulté. Bordes, lui, estime que « l’élection de MM. Herriot et Julien, sous le signe du Front Populaire, est un cuisant échec pour le syndicalisme en général et les instituteurs en particulier ».

14Mais la question qui se pose est maintenant la suivante : quelle attitude observer à l’égard du prochain gouvernement ? Faut-il exiger « tout, tout de suite » ? Vaut-il mieux se ranger en bon ordre derrière Blum et son gouvernement ? A l’unanimité, Lavenir fait adopter la position de Delmas : préjugé favorable, mais sans que le syndicat s’engage expressément Au passage, Ch. Forest décoche une flèche au parti communiste, dont la politique de « main tendue » aux catholiques, qui vient d’être affirmée, n’a pas fini de faire parler d’elle dans le syndicat.

15La section rappelle alors, sur un ton très mesuré, ses revendications générales : « mettre les banques à la raison », « combattre l’action de la grande presse », « épurer la haute administration » ; donner aux organisations syndicales « les réparations promises et attendues ». Tout cela est assez vague. Odin donne la clé de cette modération : « Nous sommes tous d’accord pour ne pas mettre le gouvernement devant un ultimatum immédiat ». Giroud souligne que « le Front Populaire soulève d’immenses espoirs ; nous ne devons pas le gêner ».

16Bien entendu, le syndicat demande l’abrogation des décrets-lois, mais aussi pour « le prochain exercice budgétaire », une certaine revalorisation des salaires, ainsi que la suppression des cumuls d’emploi et la prolongation de la scolarité. En matière de « réforme de l’enseignement », il réclame « l’école unique », la création d’un enseignement post-scolaire obligatoire, la démocratisation par la création de conseils communaux scolaires tripartites (Conseil Municipal, Administration, Délégués du personnel enseignant), l’extension des pouvoirs du Conseil des Maîtres, la gratuité effective des fournitures scolaires et du matériel d’enseignement. S’y ajoutent les questions de logement et d’indemnités de logement.

17Sur un point essentiel, la section se montre d’emblée décidée à ne pas reculer : celui de la « lutte pour la paix » : elle « confirme sa position antérieure : contre toutes les guerres ; contre la politique des alliances européennes – qui n’a même plus l’apparence d’une alliance des nations dites démocratiques puisque la Pologne fasciste déjà, l’Italie sans doute, s’intégreront dans le bloc franco-russe » ;etc.

La dynamique du succès

18C’est seulement un mois après les élections – le 4 mai – que Léon Blum présente au président Lebrun son ministère, fondé sur la participation des socialistes et des radicaux avec soutien communiste. Pendant ce mois, les grèves avec occupation d’usines s’étendent à l’ensemble du pays. Elles atteindront leur maximum après la signature des accords Matignon (du 7 au 14 juin).

19Avant même son installation, le cabinet Léon Blum se trouve ainsi confronté à une crise sérieuse. Le parti socialiste pense un moment qu’il serait plus facile de la résoudre en impliquant la C.G.T. dans les responsabilités gouvernementales. La Confédération décline cette offre et Jouhaux, contacté le 12 mai par Léon Blum et Paul Faure, reste hors du gouvernement.

20Les activités essentielles du pays risquant la paralysie, il faut d’urgence trouver une solution. Le 5 juin dans l’après-midi, Léon Blum reçoit les principaux responsables de la C.G.T. et les informe de la déclaration ministérielle qu’il va faire à la Chambre.

21« Malheureusement – dit Delmas – nous ne pouvions pas cacher à Léon Blum que les services publics commençaient à connaître une certaine agitation. Les premiers résultats enregistrés par les syndicats ouvriers montraient qu’il suffisait de déclencher une grève pour ébranler la rigueur patronale. Comment ne pas espérer obtenir des avantages substantiels si l’on s’adressait à un gouvernement engagé d'avance à améliorer la situation de ses agents ?

22« … Le phénomène de contagion était si accentué en ce début de juin que nul ne pouvait prévoir ce qui se produirait dans quelques jours. De toute façon, le gouvernement devrait jeter du lest, consentir aux fonctionnaires et aux agents des services publics bien plus que ce qu'il avait projeté de leur accorder dans un premier temps ». En effet, Léon Blum et Vincent Auriol, futur ministre des Finances, qu’une délégation de la Fédération des Fonctionnaires C.G.T. a rencontrés, ne songent pas à l’abrogation immédiate et complète des décrets-lois.

23Il est désormais évident que seule la solution extrêmement rapide des conflits dans le privé peut éviter leur extension au secteur public.

24Le 5 juin, la Chambre vote la confiance au cabinet Blum. Le soir même, à la demande du patronat, sont réunis les représentants du gouvernement, de la C.G.T. et du patronat. Après d’âpres discussions, les accords Matignon sont signés le 7 juin à une heure du matin. Déposés le 9 sur le bureau de la Chambre, les projets de loi qui les codifient sont pour la plupart votés à la quasi-unanimité. Même le Sénat – en majorité réactionnaire – n’ose pas refuser son vote. La peur des possédants a été intense.

25Les acquis du mouvement sont extrêmement importants : l’augmentation générale des salaires ; l’institution des conventions collectives et des délégués élus par le personnel dans les établissements industriels, la semaine de 40 heures et les congés payés. Ils sont si bien au cœur des travailleurs que même le régime de Vichy ne pourra anéantir toutes ces dispositions. Nul doute que la puissance et l’impétuosité de cette poussée aient facilité aussi l’adoption par le Parlement de points inscrits au programme du Front Populaire : les fabrications de guerre sont nationalisées, ainsi que les compagnies de chemins de fer qui, réunies, forment la S.N.C.F. Le statut de la Banque de France est modifié afin qu’elle échappe au contrôle du capital privé. Des mesures sont prises en faveur de la paysannerie (création de l’Office du Blé, soutien aux coopératives agricoles, etc, aux petites et moyennes entreprises (délais de paiement, etc).

26Les fonctionnaires ne sont pas entrés dans la grève. Le 6 juin, « LA TRIBUNE DES FONCTIONNAIRES » donnait le ton : « Malgré toutes les provocations savantes des grandes forces patronales et de leur presse, les agents des services publics ne se laisseront pas gagner par la contagion, ils seront du côté du gouvernement, en accord avec la C.G.T. ». Peut-on croire Delmas lorsqu’il présente le chef du gouvernement comme « surpris par ce climat de soulèvement populaire », « épouvanté » et prêt à démissionner si une grève des services publics se déclenchait à son tour ? Selon lui, « le nouveau gouvernement, paralysé par l’arrêt total du travail dans les administrations, aurait dû céder immédiatement devant les revendications les plus démagogiques. L’Etat-patron, hors d’état de résister à un ultimatum, il était logique de le contraindre à majorer les rémunérations de façon très sensible. L'opération était sans danger pour nos camarades et pour les organisations syndicales ». Pourtant, les fonctionnaires C.G.T. s’y refusent, par crainte des « désordres », de la perte d’autorité du gouvernement qui auraient pu s’ensuivre. « Nous n’avions pas le droit de poignarder le nouveau gouvernement dans le dos »… « Je l’ai soutenu de toutes mes forces », dit André Delmas.

Le Bureau National et les revendications

27L’organe national du syndicat reflète bien, en mai-juin, la position particulière des instituteurs (qui rejoint celle des autres syndicats de fonctionnaires). Le 16 mai, l’éditorial d’André Delmas expose les revendications générales de la C.G.T., qu’il fait suivre des considérations suivantes : « La question se posera d’une façon différente pour les organisations syndicales de fonctionnaires. Aucune inquiétude ne peut venir à l’esprit quant à l’atmosphère de confiance et de compréhension mutuelles dans laquelle se dérouleront les conversations entre les nouveaux gouvernants et les mandataires syndicaux ». Le 30 mai, il estime que « l’entrée en guerre d’une organisation syndicale contre un ministre du nouveau cabinet » réjouirait le patronat qui n’a pas capitulé.

28Le syndicat insiste sur l’urgence de la réforme de renseignement, en particulier la prolongation jusqu’à quatorze ans de la scolarité obligatoire. Cette mesure pourrait être appliquée dès la rentrée d’octobre, à la seule condition de créer 2 000 postes supplémentaires. Les seules questions encore soulevées immédiatement sont d’ordre administratif. Elles concernent la « collaboration ». Il s’agit de « donner une existence légale ou réglementaire » à « certains organismes précaires, tels que nos Comités Consultatifs », de préciser leur composition et leurs attributions ; de substituer un Comité technique à « l’archaïque Conseil Supérieur de l’Instruction Publique ». Dans ce cadre, « les représentants des organisations syndicales de l’enseignement s’attacheront à faire accepter certaines propositions à caractère très général ».

29C’est le 30 mai que le problème de l’abrogation des décrets-lois est abordé dans « L’Ecole Libératrice », par la publication en « Vie des Sections » d’une motion du Morbihan. Le secrétaire corporatif Jacquemard restreint la revendication à l’abrogation des textes qui concernent les minorations infligées aux traitements et indemnités des institutrices mariées à des fonctionnaires.

30Le 10 juin, en pleines grèves, le nouveau ministre de l’Education Nationale Jean Zay reçoit une délégation du Bureau National qui réclame (outre la « collaboration », la reconnaissance du droit syndical, la levée des sanctions qui frappent certains instituteurs, la réforme de l’enseignement et la transmission directe des rapports d’inspection), l’abrogation, « le plus rapidement possible » de tous les prélèvements sur les salaires et les indemnités accessoires ainsi que celle des décrets-lois instituant des retards d’avancement.

31Les semaines suivantes, les questions corporatives abordées sont presque uniquement consacrées aux jeunes. Deux mille postes vont être créés, mais pour que tous les intérimaires et stagiaires soient pourvus et la loi portant la scolarité à quatorze ans complètement appliquée, il en faudrait 7 000 à 8 000, estime le syndicat. Le Bureau National du 11 juin a essentiellement discuté du sort des jeunes.

32Finalement, les décisions gouvernementales sur le point le plus sensible (l’abrogation des décrets-lois concernant les traitements et pensions) sont les suivantes : les stagiaires et instituteurs de 6e classe ne subiront plus de retenue ; leurs traitements retrouveront le taux qu’ils avaient avant le mois d’avril 1934. Les autres classes conservent une retenue allant de 2 % pour les plus basses (au lieu de 8 %) à 4 % (au lieu de 10 %). « L’Ecole Libératrice » est satisfaite : « Il ne restera plus grand-chose des malheureux décrets-lois »…

33La situation des retraités ne sera vraiment posée avec une certaine fermeté qu’au début de juillet. Si l’on ne veut pas pénaliser les retraités en ramenant l’âge de la retraite à 55 ans, il est indispensable d’opérer en même temps un reclassement des instituteurs. Le syndicat fait de cette exigence la « condition sine qua non » de son acceptation du retour en catégorie B.

34Cette attitude nouvelle n’est-elle pas le signe d’une certaine impatience dans les sections départementales, à la veille du congrès national ? Un article de Jacquemard le donne à penser. Les sous-titres parlent d’eux-mêmes : « Les aspirations des jeunes » – « Plaintes des aînés » – « Plaintes des retraités ».

35Les décrets-lois seront abrogés par étapes, jusqu’en janvier 1938 ; la scolarité est portée de 13 à 14 ans. Les crédits pour les constructions scolaires sont augmentés et de nouveaux postes créés. Le ministère pose les bases du Centre National de la Recherche Scientifique.

36Pour l’ensemble des travailleurs, dans les quelques mois qui suivent la vague des grèves victorieuses, il semble qu’on assiste à une nouvelle naissance, à une libération. Les premiers congés payés sont une véritable fête. Dans la lancée, le sport populaire, les Auberges de Jeunesse connaissent un essor sans précédent : Les syndicats se préoccupent des loisirs, de la culture. Es patronnent la Fédération Musicale Populaire, avec des créateurs comme Jacques Ibert, Darius Milhaud, Arthur Honegger, Georges Auric. Les syndicats de la Seine fondent une Académie de Peinture et de Sculpture. La C.G.T. participe à la réalisation du film de Jean Renoir : « LA MARSEILLAISE ».

Solidarité aux grévistes, revendications féminines

37A Lyon, la section du S.N.I. est dans la ligne nationale : pas de grève mais solidarité aux grévistes : « Notre appui entier doit aller à nos camarades de l’industrie privée qui engagent des grèves pour la défense et l’amélioration des salaires. Les victoires ouvrières seront aussi nos victoires, parce qu’elles mettront un terme à la politique de déflation et marqueront le point de départ d’une lutte pour l’amélioration des conditions de vie de toute la classe ouvrière ».

38Outre la solidarité matérielle, un point retient particulièrement l’attention du syndicat : la défense du travail féminin. Sur le plan pratique, la section réclame l’abrogation immédiate des décrets-lois frappant les institutrices mariées à des fonctionnaires. Antoinette Durand pense que « si pour les 10 % (de retenue sur les traitements), il nous est possible de patienter, il n’en est pas de même pour les mesures infligées aux seules femmes mariées et pour le retard à l’avancement ». Elle pose le principe de la « réversibilité de la pension de la femme fonctionnaire sur le mari survivant », tout en reconnaisant que, « pour l’instant du moins », elle ne la croit pas pratiquement réalisable. Ces revendications sont accompagnées d’une étude sur « la défense du travail féminin sur le plan social » : égalité des rémunérations, salaire familial et son opportunité, situation particulière de la femme fonctionnaire, droit de la femme au travail. C’est, dit-elle, le propre des régimes fascistes de vouloir limiter l’activité de la femme au cercle familial ». Certes, la maternité doit être reconnue comme « fonction sociale » et favorisée par « de longs congés de maternité payés », ainsi que par un réseau dense d’œuvres sociales. Mais cela ne suffit pas : ni les crèches, ni les jardins d’enfants n’apportent « une organisation nouvelle du travail ». Revendication qui va loin… A. Durand argumente pour combattre l’idée répandue, selon laquelle le travail féminin serait une des causes du chômage masculin – et elle conclut par un appel à la syndicalisation d’un plus grand nombre d’institutrices, trop de ménages de « pédagos » se contentant d’une seule carte syndicale.

39Le 16 juin, la section du Rhône de la Fédération Générale des Fonctionnaires salue « les centaines de milliers de travailleurs en lutte » ; elle approuve les accords Matignon, ainsi que ceux conclus à Lyon le 11 juin, entre les syndicats ouvriers et l’Union Syndicale patronale du Rhône.

40Dans le département comme partout, une extraordinaire flambée de joie et de confiance s’élève. Evoquant le rassemblement du 14 juillet 1936 à Lyon, Charles Forest, qui ne déborde pas de complaisance à l’égard des partis de gauche, estime à plus de cent mille le nombre de manifestants. Malgré ses réticences épidermiques, après avoir chanté « L’Internationale » et « La Marseillaise », il est profondément remué par le « serment du 14 juillet » – celui de veiller à ce que les promesses soient tenues – prononcé ce jour-là dans la France entière.

41Robert Matagrin fait un reportage vivant sur les grèves à Villeurbanne, ville de 80 000 habitants qui compte 4 000 chômeurs. Les ouvriers du textile s’engagent les premiers dans la lutte, puis ce sont les métallurgistes suivis de toutes les autres corporations. Matagrin dit l’enthousiasme dans les usines occupées, l’entretien méticuleux du matériel, le soutien municipal (120 000 repas servis dans un seul centre de distribution) ; les activités culturelles des grévistes, l’organisation de la sécurité, les « cortèges heureux, burlesques ou imposants » – avec cette image : « quatre cents garçons laitiers (…) en tabliers bleus, leur bicyclette à la main », défilant pour célébrer la victoire.

42Mais ce son de cloche est isolé dans le bulletin syndical. De la puissante poussée des masses populaires qu’ils ont vu se développer, les dirigeants de la section retiendront comme « réalisations syndicales » les acquis des luttes menées par les autres catégories de travailleurs et leurs retombées sur l’enseignement Bientôt viendront d’âpres critiques…

43La fièvre qui pousse à la création de multiples associations populaires n’épargne pourtant pas le S.N.I. A son initiative, naissent « LE SOUTIEN MUMUTUEL» et « L’ŒUVRE ANTITUBERCULEUSE », mutuelles destinées à pallier les insuffisances des Assurances Sociales et à aider les collègues contraints de séjourner à la « CLINIQUE MUTUALISTE » ou en sanatorium. (La tuberculose fait alors des ravages). La « MUTUALITE-ACCIDENTS-ELEVES » dont Marly est l’initiateur rhodanien, ne réussit à fonctionner qu’en octobre 1938, après avoir réuni les autorisations nécessaires. Le syndicat s’intéresse beaucoup à la « RADIO SCOLAIRE », émission régulière pour laquelle il demande un statut réglementant son fonctionnement. Robert Matagrin fonde « CINE-LIBERTE » qui donne une dizaine de séances dans l’hiver 1936-1937 (au cinéma Gloria, cours Gambetta à Lyon).

Progrès des syndicats, contre-offensive patronale

44Dans la lutte et la griserie du succès, les syndicats connaissent une prodigieuse croissance de leurs effectifs. Le maximum est atteint en 1937, avec environ cinq millions d’adhérents, soit plus de cinq fois le total des syndiqués C.G.T. et C.G.T.U. de 1932. On est passé d’un coup du syndicalisme minoritaire en milieu ouvrier au syndicalisme de masse. Chez les fonctionnaires, déjà fortement syndicalisés, la progression est évidemment moindre que dans le secteur privé. D’où un déplacement vers ce dernier du centre de gravité du syndicalisme. Delmas regrette que cette extraordinaire croissance se traduise par des progrès sensibles de l’influence communiste à la C.G.T.

45Mouvement sans précédent, ces grèves, qui causèrent une telle frayeur au patronat, étaient-elles révolutionnaires ? Certains le pensaient, avec Marceau Pivert et l’extrême-gauche trotskysante du parti socialiste. La classe ouvrière a-t-elle été – selon leurs vues – « trahie » par ses dirigeants syndicaux et politiques ? L’ensemble des organisations politiques et syndicales répondent par la négative : ni les objectifs poursuivis, ni le rapport des forces nationales et internationales ne créent une situation révolutionnaire. La création de « milices ouvrières», préconisée par les plus extrémistes, est tout à fait irréaliste.

46La grande bourgeoisie a durement ressenti le succès du Front Populaire et les accords Matignon. Une de ses premières réactions consiste à modifier sa structure syndicale : La CONFEDERATION GENERALE DE LA PRODUCTION FRANÇAISE ne change pas de sigle ; elle devient la CONFEDERATION GENERALE DU PATRONAT FRANÇAIS, montrant ainsi sa volonté de s’élargir aux moyennes entreprises. Le nouveau responsable, Claude-Joseph Gignoux, s’adresse en ces termes à ses mandants : « Patrons, soyez des patrons ! ». Le métier de patron est « un métier de chef ». Il crée un « COMITE DE PREVOYANCE ET D’ACTION SOCIALE » qui, d’après un historien, ne cachait pas son admiration pour les régimes autoritaires et apparemment corporatifs de l’étranger. Il faisait l’éloge des mouvements de jeunesse nazis et fascistes qui, selon lui, auraient dû être imités en France ». Une importante campagne contre les quarante heures s’engage (elles doivent s’appliquer à partir du 1er janvier 1937), cependant que les résistances locales aux accords Matignon se multiplient et que, partout où c’est possible, des militants ouvriers sont licenciés.

47Dans le Rhône, naissent des milices patronales destinées à « combattre par la force, si besoin est, les occupations d’usines et d’ateliers ». Selon la police, les dirigeants « se feraient forts d’amener quatre mille commerçants armés à un endroit désigné, en moins d’une heure ». Les entreprises sont-elles seules dans le collimateur ? La chose paraît assez sérieuse pour que le préfet donne l’ordre de « surveiller spécialement tous les édifices et locaux affectés à des services publics et susceptibles d’être occupés dans les conditions sus-indiquées (mairies, perceptions, bureaux d’enregistrement, contributions directes et indirectes, etc) ».

48Le gouvernement de Front Populaire a dissous les ligues factieuses ; mais elles se reconstituent immédiatement par le truchement de partis politiques : Parti Social Français (P.S.F.) de De La Rocque, Parti Populaire Français (P.P.F.) de Doriot, etc., ou de sociétés secrètes comme le Comité Secret d’Action Révolutionnaire (C.S.A.R.), plus connu sous le nom de « Cagoule » et qui sera l’auteur d’attentats provocateurs. Le P.S.F. forme des « syndicats » qui se manifestent à Clermont-Ferrand par l’occupation de bâtiments publics. A Lyon-Vaise, à l’occasion d’une grève, ils provoquent de graves désordres.

49Dans un long article publié en deux parties courant novembre, la section rhodanienne du S.N.I. constate que « le fascisme a été vaincu électoralement le 3 mai… » Le Bulletin explique ce succès antifasciste par la situation « dans les villages, où les opinions sont connues et les Croix-de-Feu vite repérés » : ils rassemblent « la réaction avérée. Ce regroupement de la droite créait par contrecoup un recrutement républicain ». Rien sur la classe ouvrière et les luttes de février 1934, rien sur les masses urbaines. Vision caractéristique d’une catégorie sociale encore très largement rurale…

50Après cela, le fascisme est-il vraiment dangereux ? Un placard de couverture appelle à la vigilance : « Il est hors de doute que le misérable La Rocque et ses acolytes préparent de plus en plus activement leur mauvais coup. Il ne faut cependant pas s'effrayer outre-mesure : IL SUFFIT DE RESTER VIGILANT ! Restez en liaison avec vos organisations antifascistes. Sans vous endormir dans une quiétude illusoire, sans vous laisser non plus gagner par la panique, RESTEZ UNIS ET LE FASCISME NE PASSERA PAS ».

51Le péril, expose Ph. Blanchet, peut venir de ce que le fascisme a tout loisir d’axer sa propagande sur la crise, l’antiparlementarisme, l’ordre, le nationalisme, l'antimarxisme et un apparent anticapitalisme. Pour lui faire obstacle, le Front Populaire doit résoudre la crise, faire « cesser le désordre en abattant les trusts » et en donnant satisfaction aux ouvriers ; « il lui faut pratiquer une vraie politique de paix » dont il est précisé « qu’elle sera opposée à celle de la France « libre, forte et heureuse » que veulent les communistes ». Il est nécessaire de « maintenir l’unité du Front Populaire et son esprit en jugulant les communistes », définis comme chauvins et militaristes. Pour ce faire, « il faut que la C.G. T. s'organise, se révèle, s’affirme, qu’elle pousse et soutienne le gouvernement ». Les partis n’ont pas bonne presse dans la section. Les radicaux incarnent le « parlementarisme décadent » ; le parti socialiste se signale par « son indolence, son indécision, sa lenteur d’adaptation, son manque d’imagination en propapropagande». Le P.C. « fait de l’internationalité aiguë… contre l’Allemagne », car « Staline a besoin de l’armée française ». Il « donne une arme terrible à la droite : le Parti communiste, c’est la guerre ; un pas de plus, et le Front Populaire, c’est la guerre ! ». Dans ces conditions, que fera, que sera la C.G.T. ? « Colosse aux pieds d’argile ou suprême recours ? ».

52La renaissance des Ligues n’inquiète donc pas outre mesure les syndicalistes enseignants du département. C’est surtout à être « vigilants aussi POUR LA PAIX » qu’ils convient les instituteurs. Ceux-ci doivent « prendre position, être partout (…) : l’enjeu et le moment sont si graves qu’ils ne peuvent hésiter ». Même les communiqués du Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes publiés par le bulletin syndical sont exclusivement consacrés au pacifisme intégral.

53Une forme plus globale de la contre-offensive est ce que Jean Bouvier appelle : « le plébiscite des capitaux ». Leur mouvement d’évasion, qui existait avant mai-juin 1936, s’accélère dès lors très nettement. Comme le contrôle des changes n’a pas été décidé, la spéculation se déclenche. L’augmentation des prix va être encore stimulée par la dévaluation décidée par Léon Blum le 26 septembre 1936. Elle va diminuer sensiblement les avantages acquis par les luttes. Les historiens qui étudient cette période soulignent les contradictions qui assaillent alors Léon Blum : se plaçant dans le cadre du régime capitaliste, avec une politique sociale dirigiste et une politique financière et monétaire libérale, il se trouve acculé à perdre son pari. De plus, les pressions extérieures sont puissantes : Pierre Mendès-France reconnaît que « la considération anglaise passait en premier lieu » lorsque fut décidée la dévaluation. Le programme du Rassemblement Populaire excluait cette mesure, que Vincent Auriol et Belin jugeaient inévitable et que les communistes repoussaient ; ç’avait failli être un point de rupture lors de la discussion du programme. Bien qu’imprécis sur les réformes de structure, celui-ci prévoyait au moins « la réglementation de la profession de banquier, du bilan des banques et des sociétés anonymes, des pouvoirs des administrateurs de sociétés anonymes ». Ces dispositions n’ont pas été prises. Lorsque la situation financière s’aggrave, il ne reste plus au gouvernement qu’à proclamer la « pause » sociale pour que les travailleurs voient s’évanouir une partie de leurs espoirs. Les fonctionnaires sont particulièrement visés par ce « moratoire » social. C’est à eux que le Président du Conseil s’adresse, le 13 février 1937 : « Un temps de pause est nécessaire… L’économie privée se trouve dans un état de convalescence encore fragile, parce que la coïncidence de grandes réformes sociales introduites en peu de mois avec l’alignement monétaire l’a placée dans des conditions toutes nouvelles, dont l’équilibre n’est pas encore consolidé ». Pour Georges Depeux, « il semble bien que le chef du gouvernement ait conçu l’idée et nourri l’espoir d’un rapprochement avec le patronat, ou du moins avec la fraction compréhensive et intelligente du patronat ». Le proche avenir montera la vanité de ces espérances.

De la sympathie fraternelle à la critique incisive

54Au plan national, André Delmas et son bureau restent de fidèles soutiens du gouvernement Blum. Dans le Rhône, la section syndicale fait preuve de moins de complaisance, bien qu’elle approuve la non-intervention en Espagne. Mais la question primordiale pour elle, celle de la guerre et de la paix, de la révision des traités et du désarmement – unilatéral s’il le faut – ne la porte guère à l’indulgence à l’égard d’un gouvernement qui veut augmenter les crédits de la Défense Nationale pour faire face aux périls extérieurs.

55Et puis, il y a quand même les revendications… La section « proteste énergiquement » contre l'« attitude du Parlement et du Gouvernement à l’égard des retraités »… « qui continuent à subir intégralement les prélèvements établis par les décrets-lois ». Elle « rappelle que la crise ne peut être atténuée que par un accroissement de la consommation de tous les travailleurs et que, par conséquent, le syndicalisme ne saurait admettre que ses victoires de juin soient compromises par une augmentation du coût de la vie ». Elle réclame des organisations syndicales une lutte résolue pour « l’échelle mobile » des salaires, car « le patronat, un moment désemparé, a retrouvé sa combativité ». Enfin, elle insiste auprès de la C.G.T. pour qu’elle obtienne l’application de son « plan de travail » – qui prévoit notamment la nationalisation des trusts – « seule mesure » susceptible de restaurer l’économie et la confiance des producteurs ouvriers et paysans.

56Certes, le bureau syndical peut faire état de quelques succès partiels : satisfaction des revendications relatives aux indemnités de « complément de résidence », promesse de retrait des sanctions infligées à Lavenir, Blain et aux époux Moulin ; circulaire préfectorale aux maires leur recommandant de majorer les sommes allouées aux fournitures scolaires et aux bibliothèques… Ces succès ponctuels ne peuvent endiguer la montée des impatiences.

57Charles Forest tente pourtant de les calmer :… « La majorité du ministère, groupée autour de l’homme admirable qu’est Léon Blum, est composée d’hommes nouveaux décidés à ne pas trahir. Il ne faut pas combattre le gouvernement. Le rôle de nos syndicats est de lui indiquer, fraternellement, la voie que nous voudrions lui voir suivre ». D faut croire que c’est insuffisant, car le mois suivant, J. Odin ajoute : « Il est temps que les syndicats fassent le bilan et essaient d’y voir clair pour montrer la route au gouvernement ».

58Mais très vite, à la sympathie « fraternelle », à la réserve et aux recommandations pressantes, se substitue la condamnation sans nuance. Il appartient à Jean Fontaine de la formuler :

« Le Rassemblement populaire a déjà fait faillite ».
« Nous sommes de ceux qui, sans croire à la vertu du Front Populaire, ont participé à sa fondation et aidé sur le plan politique au triomphe de ses candidats aux élections législatives du 3 mai 1936.
« Nous l’avons fait parce qu’il était impossible de faire autrement. Il y a des courants qu’on ne remonte pas. Il fallait que soit faite, peut-être pour la dernière fois, l'expérience qui démontrera d’une manière irréfutable que la crise que nous vivons ne peut se dénouer et ne se dénouera pas par des méthodes parlementaires et surtout sous la direction des politiciens et des militants de tous ordres qui leur font confiance ».

59Après la « pause » décidée par Léon Blum, Lavenir passe à l’attaque : « les fonctionnaires n'auront plus bientôt qu’à considérer le gouvernement du Front Populaire que comme un patron, comme un mauvais patron ».

60Ce « mauvais patron » connaît des difficultés avec le Sénat. Passée la période chaude de l’immédiat après-grève, sa majorité réactionnaire relève la tête. Elle s’oppose ainsi à l’application aux retraités d’une « indemnité de cherté de vie » obtenue par les fonctionnaires en activité. Cette indemnité est d’ailleurs loin de constituer la « revalorisation des traitements et retraites », réclamée par les syndicats de la Fonction Publique. Le Cartel des Services Publics constate que si l’on situe à 500 l’indice de l’échelle des traitements, l’indice du coût de la vie est monté à 567.

61Le Bureau National du S.N.I. se trouve dans une situation embarrassante : Faut-il approuver, au nom du « moindre mal », l’action du gouvernement qui s’incline devant l’obstruction du Sénat – ou la désavouer, au risque, pense Delmas, d’affaiblir le Front Populaire ? Léon Blum, recevant une délégation du Cartel des Services Publics, a exposé « la situation critique de son ministère », « l’état de la trésorerie » et il a menacé de « se démettre si une grève des fonctionnaires éclatait ». Devant ces arguments, le Conseil National de Pâques donne quitus au Bureau du S.N.I. et au Cartel qui ont négocié sous cette contrainte. Lavenir, délégué du Rhône au Conseil National, a approuvé leur position. Dès son retour, il est assailli de critiques. Jean Geoffray dit exprimer « le point de vue des retraités de 1934 » (mis à la retraite d’office), victimes « d’une si grossière et si inhumaine brutalité ». Il conclut : « Front Populaire = Bloc National = Zéro et même un peu moins ». Au Conseil Syndical du 8 avril, Blain demande une rectification dans « L’ECOLE LIBERATRICE », « indiquant nettement que le Rhône vote au contraire contre l’approbation ». Néanmoins, Blain « fait observer que cette attitude est étroitement limitée à la question des traitements et retraites (…) et qu’en toute autre matière, le Bureau du Syndicat National est assuré de l’approbation unanime de la section, qui se rend compte des difficultés de la lutte et du labeur écrasant des militants responsables ».

62C’est un autre ordre du jour, proposé par Loiseau, qui est finalement voté : il « considère avec intérêt (…) les explications du camarade Delmas »,… « considère comme valables les motifs qui les ont inspirées et passe à l’ordre du jour ».

63L’affaire n’est pas close pour autant. Dans la discussion qui précède le congrès national, Blain et Simond appellent à voter contre le rapport moral. Blain constate que les fonctionnaires sont MOINS BIEN PAYES QUE SOUS LE MINISTERE LAVAL » (en capitales dans le texte). D estime « à plus de 20 à 25 % » la retenue opérée sur les traitements par le biais de la dévaluation et de la hausse du coût de la vie. Sa critique de l’attentisme syndical des fonctionnaires est sévère. Il lui oppose « la tactique » des autres travailleurs, pour qui « il valait mieux tenir que courir » et qui ont pensé : « on n’est jamais si bien servi que par soi-même ». Au lieu de cela, « nos camarades responsables prirent en pitié le gouvernement et se mirent en quatre pour nous empêcher de proclamer avec force nos revendications. Résultat : « LES FONCTIONNAIRES FRANÇAIS VERSENT ANNUELLEMENT UNE SOMME DE TROIS MILLIARDS A UN GOUVERNEMENT QUI DEPENSE CHAQUE JOUR CENT MILLIONS POUR LA PREPARATION DE LA GUERRE EUROPEENNE ». Il préconise l’adoption d’« une orientation syndicaliste plus réaliste et plus indépendante des contingences politiques ». On le voit, les désaccords avec la direction nationale ne portent pas seulement sur la question des rémunérations…

Pour une réforme de l’enseignement

64Une réforme de l’enseignement est-elle au moins envisageable ? La Régionale Académique de la Fédération Générale de l’Enseignement le croit, qui établit un plan prévoyant l’amélioration des rémunérations et une modification des structures de l’enseignement.

65Elle enregistre la décision de prolonger la scolarité jusqu’à 14 ans ; mais pour elle, cela doit entraîner une réorganisation immédiate de l’enseignement public, avec comme mesures d’urgence :

  • la limitation à 30 élèves de toutes les classes des premier et second degrés ; le dédoublement obligatoire lorsque les effectifs dépassent 35 élèves ; pour le second degré, des groupes de travaux pratiques de 25 élèves au maximum avec dédoublement automatique au dessus de 24 ;
  • l’amélioration des conditions matérielles d’enseignement : locaux, outillage (avec introduction des perfectionnements utilisés dans l’industrie et le commerce), la création de bibliothèques, etc ;
  • la collaboration avec l’administration : une demi-journée par mois accordée aux délégués syndicaux pour le relevé, l’étude et le contrôle des documents administratifs ; la participation des délégués à toutes les commissions administratives, notamment celles réunies pour examiner la construction, l’aménagement ou la réparation des locaux scolaires2 ;
  • l’administration de chaque établissement par un Conseil d’école qui comprendrait tous les enseignants de l’établissement et un délégué de l’administration. Ce conseil « nommerait un directeur temporaire responsable devant l’administration et dont le mandat serait renouvelable chaque année » – ce qui impliquerait « la suppression des directeurs déchargés, directeurs d'E.P.S., principaux, proviseurs » ; la représentation paritaire dans toutes les commissions traitant de l’école ; la suppression des inspections par les directeurs ; – la négociation et la signature d’un « contrat collectif départemental » entre l’administration, l’association des maires et le personnel, pour le règlement et l’indemnisation de « tous les services annexes : études, organisation des loisirs, cours post-scolaires » ;
  • la refonte des statuts disciplinaires, sur le modèle des Conseils de Prud’hommes, avec représentation paritaire et pouvoir de décision.

66Le 9 juillet, « Lavenir s’étonne qu’après la victoire du Front Populaire, le Syndicat National n’ait pas mis immédiatement à l’étude un projet de réorganisation de l’enseignement ». Il soumet l’étude de la Fédération Générale de l’Enseignement au Conseil Syndical du S.N.I., qui l’approuve.

  • 3 Cette question se pose en relation avec l’institution des « 40 heures » pour les salariés. Le Rhôn (...)

67Cependant, la C.G.T. prépare, avec le concours au plan national de la Fédération de l’Enseignement, un plan de réforme dont l’objectif est de créer « l’école unique », de la maternelle à l’Université. Les programmes sont répartis sur 24 heures par semaine, la journée du jeudi et l’après-midi du samedi étant libres3.

68A tous les niveaux, une large place est faite à l’éducation physique. Dans le cycle élémentaire (de 6 à 11 ans), l’histoire, la géographie, les sciences sont entièrement supprimées – la rubrique « Observations » permettant l’initiation à quelques traits de géographie locale et à « la compréhension de quelques phénomènes naturels ». Mais « il faut donner la meilleure place aux matières nécessitant un entraînement mécanique : lecture, écriture, calcul limité à l’étude intuitive de la numération et des relations directes des nombres (quatre opérations), ainsi qu’à l’enseignement de la langue maternelle ».

69C’est au « cycle complémentaire » (de 11 à 15 ans, avec comme première période les « classes-vestibules » – de 11 à 13 ans) qu’on « vise à une culture », qu’on entreprend un enseignement général et une initiation professionnelle. Ces classes sont la réplique des classes primaires existant dans les lycées. L’étude de l’espéranto y est introduite. Le second degré a droit à une langue vivante.

70De 13 à 18 ans, les 2è et3è cycles du premier degré (le 3è cycle, de 14/15 ans à 18 ans, étant post-scolaire) et la seconde période du second degré se différencient nettement. Alors que dans les lycées et collèges on organise quatre sections : classique (avec latin et grec), littéraire et artistique, scientifique (sciences et langues vivantes), technique (enseignement professionnel), le programme du 1er degré est, pour les élèves de 13 à 14/15 ans, « le même programme que de 11 à 13 ans, avec répartition très souple permettant d’insister sur les matières donnant une initiation professionnelle (matières variant suivant les milieux) » – avec, en plus, l’éducation civique et – peut-être – la sociologie. De 14/15 ans à 18 ans, le programme, non précisé, est encore « très souple », variant selon les milieux ».

71On est encore loin de « l’école unique », et les ségrégations sociales peuvent se perpétuer…

72Le S.N.I. du Rhône se passionne pour la réforme de l’orthographe, « selon les conclusions de l’illustre grammairien M. Brunot ». Il y voit le moyen de rendre efficace l’enseignement de la langue française, contrarié « par les trop nombreuses heures que nous devons consacrer à l’orthographe ».

73Le ministre Jean Zay ne repousse pas le plan de la C.G.T. Il fait préparer un projet de loi (projet Monod), qui devrait être applicable seulement à la rentrée scolaire 1938. L’équivalence des sanctions au terme des études du second degré est acquise, ce qui supprime en théorie le déclassement de l’enseignement technique. Le Certificat d’Etudes est maintenu. Les « classes-vestibules » sont créées dans le premier degré. Les écoles pratiques sont intégrées au projet, mais non les Ecoles Normales.

74En fait, peu de choses sont changées – et le 16 février 1937, les professeurs rhodaniens membres de la F.G.E. demandent instamment à leur organisation nationale d’intervenir afin que « toutes les carrières soient ouvertes aux plus méritants et non réservées à la minorité qui fait du latin ». Es condamnent le projet élaboré par la commission pédagogique de la F.G.E., « faisant de la section littéraire un dépotoir où seront versés en cours d’études les élèves ne réussissant ni en latin, ni en sciences ». Es demandent la création dans le second degré de deux sections littéraires, l’une classique, l’autre moderne, aux côtés d’une section scientifique sans latin. Dans le même esprit, Es se prononcent le 27 avril contre la création de « sections classiques-scientifiques (…) pour des élèves exceptionnellement doués », ce qui aurait pour conséquence – prévoient-ils – « d’obliger tous les bons élèves à faire du latin ». Es s’insurgent contre le « retour offensif des farouches partisans du latin », appartenant généralement au syndicat concurrent des Lycées. La F.G.E. réclame le maintien des Cours Complémentaires dans le premier degré prolongé. Mais la commission « Cours Complémentaires » de la section S.N.I. pense que ceux d’entre eux qui donnent un enseignement complet analogue à celui des Ecoles Primaires Supérieures doivent être intégrés au second degré – les droits acquis par le personnel étant maintenus.

75Dans l’enseignement primaire, on s’intéresse d’abord à la classe qui doit recevoir les élèves dont la scolarité vient d’être prolongée. Ce doit être – dit A.V. Jacquet – « un vrai cours supérieur ». Il s’avère indispensable dans les écoles rurales isolées. Il faut obtenir des crédits pour constituer dans chaque école, à l’intention de ces élèves, une bibliothèque de vulgarisation agricole. On doit aussi les préparer « à des concours auxquels tiennent les parents, à la condition que cette préparation n’ait rien de forcé ». Au maximum, on peut aller jusqu’à présenter certains d’entre eux aux concours d’entrée à l’Ecole Normale. Par ce biais, Jacquet étend l’aire de l’enseignement de ces cours supérieurs jusqu’à celle couverte par les Cours Complémentaires. E prévoit quelques « conflits de compétence » dans les petites villes, mais il pense qu’on pourra les régler à la commission pédagogique du syndicat. L’Inspection Académique n’a rien à voir en de telles affaires : « Cessez donc, conseille-t-il, de croire aux chefs que vous donne l’Etat bourgeois ; ignorez de plus en plus le chemin de l’Inspection Académique et ne vous adressez qu’à vos représentants ».

76Dans les grandes agglomérations, le problème est différent, reconnaît Jacquet. Le rôle du maître est d’enseigner, mais aussi d’orienter, lorsque c’est possible, vers l’Ecole Primaire Supérieure ou l’Ecole de Commerce et d’industrie. Pas question du lycée : la méfiance des maîtres du primaire est extrême à son égard. Il serait néanmoins intéressant de savoir quelle proportion de leurs propres enfants suivent cette voie.

77C’est seulement au printemps 1937 qu’un projet de programme est établi par la section pour la durée de la scolarité prolongée. Le Rhône propose trois heures trois quarts d’éducation physique par semaine au cours élémentaire, cinq heures dans les autres classes. L’introduction de l’espéranto à l’école fait l’objet d’un « plan de propagande et d’action » établi par Marguerite Poulier. En vue du congrès national, la section unanime demande que soit proposé son enseignement comme matière obligatoire à partir de onze ans. Un article isolé, signé A.D., est consacré à l’éducation sexuelle à l’école.

78A la fin de 1937, peu d’illusions subsistent sur les possiblités d’obtenir une réforme générale et cohérente de l’enseignement. Au printemps 1938, la F.G.E. du Rhône exprime sa déception : la « réforme en cours » se réduit, constate-t-elle, à un très petit nombre d’essais de classes d’orientation (aucune dans le Rhône, deux dans l’Académie). L’incertitude la plus grande règne sur les programmes, l’orientation et le plan d’ensemble, alors que des décisions ponctuelles sont prises, dont on ignore la finalité.

Une légère avancée

79La Section du Rhône a plus de chance dans ce qu’elle appelle les « services annexes » rétribués par les communes. Dès le 30 juillet 1936,1e préfet acquiesce aux demandes formulées par une délégation du S.N.I. Il promet d’envoyer sans tarder aux municipalités une circulaire les invitant à prendre le meilleur soin de l’école publique, à veiller à la fréquentation scolaire, à la tenue des cantines scolaires, à l’hygiène et au chauffage des locaux, à l’existence de matériel d’enseignement et de bibliothèques, au déblocage de crédits pour fournitures gratuites. Et il tient parole. Le représentant du gouvernement accepte le principe d’un « contrat collectif départemental » pour l’indemnisation des « services annexes » et il propose de réunir une commission tripartite : administration – association départementale des Maires – syndicat, pour établir un barême départemental.

80Les contacts plus faciles avec l’administration en ce début de Front Populaire sont mis à profit pour faire annuler les sanctions infligées à la suite d’articles ou de la grève du 12 février 1934. Mlle Blain, Malfroy et Lavenir voient leurs blâmes retirés. Il faudra néanmoins attendre la rentrée d’octobre 1938 pour que Moulin obtienne le rétablissement de son ancienneté et son avancement normal, minorés par sa révocation. Quant à Isabelle Moulin, exclue sans raisons autres que politiques de son poste en classe d’application à l’Ecole Normale, elle ne pourra pas le retrouver, malgré les interventions syndicales.

81Un autre problème est heureusement résolu. A la suite d’un accident survenu à la Fête Lyonnaise de la Jeunesse, un procès très désagréable est intenté contre l’institutrice qui accompagnait le groupe d’élèves. C’est la question de la responsabilité civile des maîtres dans l’école et hors de l’école mais pour le service scolaire, qui est encore une fois posé. Après une série d’interventions départementales et nationales, la Chambre adopte – dans la nuit du 25 au 26 mars 1937 – une loi spécifiant qu’il n’y aura plus, en cas d’accident de ce type, présomption de faute pour les enseignants et que la responsabilité de l’Etat sera automatiquement substituée à celle des instituteurs. Ceux-ci ne seront plus traduits devant les tribunaux. Ils restent néanmoins susceptibles d’encourir une sanction administrative si leur surveillance a été insuffisante. C’est ainsi que deux institutrices de service dans la cour de récréation sont frappées d’un blâme à la suite d’un accident – mais le blâme est levé sur intervention syndicale.

82La plan cégétiste de réforme de l’enseignement prévoyait l’institution d’une nouvelle organisation et de nouveaux rapports dans les établissements. Les tensions entre directeurs et adjoints risquent de renaître. Vidalenche réactive une revendication ancienne : la transmission directe des rapports d’inspection aux maîtres concernés sans passer par les chefs d’établissement. La Fédération Nationale des Directeurs (naguère traitée de « fasciste » par les syndicalistes du Rhône) réclame exactement le contraire, ce qui indigne Simond et met en branle le Conseil Syndical. La transmission directe est obtenue à la rentrée d’octobre 1937.

83Marguerite Poulier reprend un thème familier en renouvelant son opposition aux décharges et demi-décharges de classe accordées aux directeurs et directrices des écoles les plus importantes.

84Devant la reprise de cette petite guerre, qui n’est pas sans effets sur les relations entre collègues dans les écoles et au syndicat, Lavenir juge utile d’intervenir : il justifie l’existence des chefs d’établissement par leur rôle de coordination et de liaison avec l’administration. Le responsable syndical affirme qu’être directeur ou directrice ne constitue ni une « trahison », ni une « déchéance ». Il faut aller vers « l’organisation syndicaliste de l’école publique », mais « on ne saurait faire grief à des syndiqués d’être directeurs ou d’être adjoints ». Il semble que cette mise au point calme les esprits.

Après Blum

85Une Assemblée Générale du syndicat se réunit après la démission du cabinet Léon Blum. Depuis un an, une série de fissures se sont fait jour dans le Front Populaire. Les désaccords portent sur la politique sociale, économique et financière du gouvernement ; sur l’initiative qu’il a prise de la « non-intervention » en Espagne ; sur la réception officielle à Paris de l’envoyé de Hitler, le Dr Schacht, directeur de la Reichsbank ; sur le redoublement des provocations fascistes impunies. Le parti communiste exprime son désaccord sur ces diverses orientations. Le 4 décembre 1936, ses députés s’abstiennent dans un vote de confiance, acquis néanmoins par 350 voix contre 171.

86Mais la situation financière empire. En juin, le gouvernement demande les pleins pouvoirs financiers que la Chambre lui accorde – mais le Sénat s’y refuse, repoussant même tout texte transactionnel. Les ministres radicaux « qui jugent leur heure venue » (souligne Georges Lefranc), demandent alors au gouvernement de retirer son texte. Léon Blum et ses ministres démissionnent le 22 juin 1937. Le nouveau cabinet est présidé par le radical Camille Chautemps, avec Georges Bonnet aux Finances. La participation des communistes, que ceux-ci ont proposée, est rejetée.

87La démission du premier gouvernement de Front Populaire est ressentie comme une « grave défaite » par le S.N.I. Dans le Rhône, l’Assemblée Générale du 8 juillet rassemble trois cent cinquante présents, sensiblement plus que d’ordinaire. Pourtant la discussion du « rapport moral national », qui fait le point sur la situation, ne vient qu’au sixième rang. Passent d’abord les différentes questions retenues pour le Congrès : l’éducation physique à l’école, l’organisation des jeunes dans le syndicat ; la situation du personnel auxiliaire ; la place du jour de congé dans la semaine scolaire, l’étude des modifications à apporter aux statuts. Ce point donne lieu à une discussion passionnée, car il s’agit de la représentation proportionnelle des tendances au Bureau National, refusée par Marie-Louise Cavalier et la direction nationale mais retenue par le Rhône en Assemblée Générale (163 voix contre 139). Cette position est extrêmement minoritaire au plan national…

88On parle enfin du rapport moral. Mme Moulin, Jacquet, Simond votent contre, car l’action a été insuffisante. Blain est formel : « s’ils avaient senti une action constante comme en juin (1936), jamais les sénateurs n’auraient osé renverser Blum. La tactique de Delmas nous a fait prendre fausse route : il est temps de prendre une nouvelle tactique ». Lavenir exalte le rôle du secrétaire général dans la formation du Rassemblement populaire. Π consent seulement à le taxer de « maladresse » et il met en évidence le rôle du syndicat dans « la question de la guerre », dans celle de la non-intervention en Espagne. Le rapport moral est finalement adopté par 196 voix contre 166. Ce qui donnera au congrès 12 mandats favorables au rapport moral, 7 défavorables.

89La quasi-unanimité (moins 9 voix) va se refaire sur la réaffirmation des principes. Le rapport « d’orientation générale » du syndicat est ainsi adopté presque sans discussion, après élimination d’un texte présenté par Mme Moulin. La motion Odin qui vient d’être retenue préconise des « Etats Généraux du Travail » définissant « une stratégie de lutte contre le capitalisme, axée sur la socialisation des trusts et l’organisation internationale de l’Europe par la révision des traités ». En effet, « la faillite de la trésorerie est la conséquence de la guerre de 1914, puis de la politique financière demandant à l’emprunt ce qui aurait dû être demandé à l’impôt de guerre, et enfin de la politique internationale consacrant la plus grande partie des ressources budgétaires à la préparation d’une nouvelle guerre ». Sur ce terrain, dans le département, les frères divisés se retrouvent. Les questions de la guerre et de la paix pèsent lourdement sur leurs motivations. Le vote sur l’orientation se traduira au Congrès national par une approbation unanime du Bureau National.

90La « grogne » n’en cesse pas moins de grandir. Les articles de Charles Forest menaçant le gouvernement de « révolte » et de « grève totale » ; ceux de Blain accusant Blum d’avoir « disqualifié pour longtemps le socialisme aux yeux des gens peu avertis » et mettant en cause « les chefs avertis de la C.G.T. qui ont laissé passer l’occasion unique de juin 1936 », traduisent un état d’esprit qui n’est certainement pas confiné au département du Rhône. Au Congrès National de Paris, André Delmas regrette que les banques n’aient pas été mises à la raison, la presse soustraite à l’influence des puissances d’argent, l’armée et la police épurées.

91Mais l’évolution de la situation internationale pose d’autres problèmes au Front Populaire et au syndicat.

La tragédie espagnole

92Porté au pouvoir par les élections du 16 février 1936, le gouvernement du « Front Populaire » espagnol doit affronter à partir du 18 juillet un coup d’Etat militaire. Il appelle aussitôt à son aide le gouvernement Léon Blum afin qu’il lui livre des avions militaires, ce qui serait conforme aux accords conclus entre les deux pays. Le premier mouvement de Blum est d’acquiescer. Un plan de fourniture de matériel est élaboré avec le radical Pierre Cot, ministre de l’Air (dont le chef de cabinet est Jean Moulin).

  • 4 Le Figaro, 25 juillet 1936. Deux ans plus tard, l’écrivain protestera contre les massacres commis (...)

93Mais l’hostilité du gouvernement conservateur britannique, allié de la France, se conjugue avec la violente offensive déchaînée en France dans la presse de droite. Pierre Cot y est traité d’« assassin », de « provocateur à la guerre ». Le pape déclare que les Républicains espagnols sont animés par « la haine véritablement satanique de Dieu ». François Mauriac lui-même met en garde Léon Blum contre la soumission à « l’Internationale de la Haine »… « Faites attention, nous ne vous pardonnerions jamais ce crime ! »4.

94Les socialistes s’inclinent. Selon M. Georges Monnet, « l’élément déterminant » de leur attitude fut une démarche de l’ambassadeur britannique, « beaucoup plus que le danger de rupture de la majorité à cause des réticences d'un certain nombre de radicaux ». Quoi qu’il en soit, un communiqué officiel déclare le 25 juillet : « Le gouvernement français, après en avoir délibéré en Conseil des Ministres, a été unanime à décider de n’intervenir en aucune manière dans le conflit intérieur d’Espagne ».

95Deux jours après, l’exportation de matériel de guerre vers l’Espagne est interdite. La « non-intervention », matérialisée par un Comité de grandes puissances, s’avère immédiatement être une fiction. L’Italie fasciste et l’Allemagne nazie interviennent militairement, massivement dans le conflit. Si l’U.R.S.S. et le Mexique envoient des armes aux combattants, si Pierre Cot tolère une contrebande limitée aux frontières pyrénéennes, si des antifascistes de nombreux pays s’engagent en Espagne dans les « Brigades Internationales », la partie n’en reste pas moins par trop inégale. La terrible épreuve va durer près de trois ans.

96Le parti communiste est le seul parti français à condamner en bloc la non-intervention. E réclame « des canons, des avions pour l’Espagne ». E est rejoint dans cette exigence par des socialistes comme Jean Zyromski, des radicaux comme Gabriel Cudenet, qui fait à Lyon une conférence très remarquée en faveur des républicains espagnols. A la C.G.T., Jouhaux, Frachon et la majorité de la direction ont la même position ; Delmas et le S.N.I. sont en divergence. La LIGUE DES DROITS DE L’HOMME (avec Victor Basch et Emile Kahn) se prononce également au plan national contre le blocus infligé à la République espagnole. La Fédération du Rhône de la ligue des Droits de l’Homme – sous l’impulsion d’Emery, s’oppose nettement à cette orientation. Elle lance à toutes les sections départementales un appel contresigné essentiellement par des pacifistes intégraux – parmi lesquels Félicien Challaye, Georges Pioch, Barthélémy, Magdeleine Paz, Michel Alexandre. André Philip s’y est joint pour le Rhône aux côtés d’Emery. Afin d’imprimer un autre cours à la Ligue, Emery propose une série de textes entièrement rédigés, qu’il suffit d’identifier par le nom de la section concernée et la signature (« Pour le désarmement », « Contre la mobilisation des consciences », « Sur l’ordre du jour du prochain Congrès ». Cette dernière proposition est ainsi rédigée : « La Paix entre les Démocraties et les Etats fascistes par la collaboration économique et le désarmement »).

Le Rhône et l’Espagne

97A partir de l’été 1936, la guerre d’Espagne est toujours présente dans la presse lyonnaise. « Le Nouvelliste » couvre de boue les Républicains ; « Le Progrès » soutient la politique gouvernementale. Le « Lyon Républicain » présente des points de vue différenciés, mais penche vers la non-intervention. André Février, devenu président du groupe parlementaire socialiste, y proclame : « La Paix d’abord ». « L’Avenir Socialiste » accuse de « criminels mensonges » ceux qui dénoncent les ingérences fascistes dans la péninsule ; puis la question espagnole passe au second plan dans ses colonnes.

98A toutes ses occupations, Léon Emery joint celle d’éditorialiste de la « Tribune Economique et Sociale » au « Lyon Républicain ». B y propose immédiatement l’interdiction du commerce des armes avec ce pays et l’internationalisation de la question espagnole, afin de sauvegarder « la paix de l’Europe ». Selon lui, le mot d’ordre « Des canons, des avions pour l’Espagne » n’est pas valable. B faut assurer « le blocus du Portugal » pour couper la route au ravitaillement fasciste. Mais qui assurera le contrôle ? En tout cas, réaliser le bloc des démocraties contre le fascisme équivaudrait à « un retour à la politique d’équilibre d’avant-guerre ». Le 29 décembre 1936, il s’affirme partisan d’une « médiation en Espagne », pour sauver « l’Europe et la liberté de l’Espagne ».

99L’originalité d’Emery par rapport aux autres supporters rhodaniens de la non-intervention est qu’il prétend sortir du cadre peureux de la sauvegarde de la paix pour notre seul pays en présentant une perspective – illusoire certes mais qui a trompé beaucoup de gens – de réglement générale des problèmes par la négociation. En fait, la grande question pour lui est celle des relations franco-allemandes. Il l’affirme sans fard le 7 septembre 1936, dans son éditorial intitulé « La paix par la clarté » : « On ne peut pas faire l'Europe sans l’Allemagne, ni contre l’Allemagne (…) Si c’est là de la théorie et de la doctrine, il y en a aussi dans le fait que deux et deux font quatre et qu’il fait jour en plein midi ».

100Le front des partisans de la non-intervention est étendu et actif dans le Rhône. Face à lui, ceux qui désirent aider la République espagnole pour l’empêcher de succomber ont une tâche ingrate. Le P.C. développe sa campagne : « Des canons, des avions pour l'Espagne ». Il enverra nombre de ses meilleurs militants combattre dans les Brigades Internationales. La C.G.T. et Vivier-Merle multiplient les appels à la solidarité. Mais lorsque l’Union Départementale met en présence, sur la même tribune, Emery et le communiste Chaintreuil, il est impossible de concilier les lignes divergentes. Néanmoins, de nombreux syndicats ouvriers, parmi les plus importants, apportent une contribution importante à la campagne de solidarité de la C.G.T. Es participent activement au « Comité Lyon-Valence d’aide à l’Espagne ». Jusqu’à la fin, les meetings et rassemblements organisés par ce comité réuniront des orateurs se réclamant des diverses composantes du Front Populaire. Mais aux côtés des communistes lyonnais Félix Brun, Georges Lévy et Camille Joly, de Vivier-Merle pour la C.G.T., le parti socialiste et le parti radical sont représentés par des parlementaires extérieurs au département, comme Roux, député socialiste des Pyrénées-Orientales et le radical Gabriel Cudenet.

Majorité au S.N.I. pour la non-intervention

101Les combattants républicains d’Espagne ont la sympathie et l’admiration des instituteurs français, qui condamnent le franquisme sans réticence. Mais l’idée qu’ils se font de la paix tempère fortement l’affirmation de cette solidarité.

102Au congrès national de Lille, en août 1936, André Delmas rend un vibrant hommage à « l’héroïsme admirable » de « nos camarades » espagnols. Le congrès leur exprime sa « solidarité morale ». Il note « que ces sacrifices n’auraient pas été nécessaires si les gouvernements avaient su prendre à temps toutes les sécurités nécessaires ». Et, reportant son analyse à la situation française : « Nous n’entendons pas que ce qui se passe en Espagne puisse se passer en France ». Par le biais de la situation espagnole, le secrétaire général du S.N.I. attire ainsi l’attention sur les mesures à prendre contre les factieux et surtout pour le contrôle par la République de son armée et de sa police. Larrère (des Landes) se place dans un autre cas de figure : « Contre le fascisme intérieur, oui, les armes à la main, j’en suis comme les Espagnols ».

103Ce jeu de similitudes, les instituteurs ne sont pas seuls à le faire. M. René Rémond l’explique ainsi : l’analogie des situations politiques de part et d’autre des Pyrénées, l’homonymie même des coalitions de gauche font que les Français ont l’impression d’être spectateurs de leur propre drame qui se joue de l’autre côté de la frontière par pays interposé ».

104Toujours au Congrès de Lille, Vivès souligne le caractère de la lutte entre des démocraties, le monde du travail et le monde du fascisme, dont le mouvement devient nettement international et prétend s’internationaliser et s’établir partout ». Il en tire des conclusions contre la division de la gauche en France. Mais son affirmation : (les événements d’Espagne) « nous apprennent qu’il est difficile de lutter contre le fascisme sans se battre », montre que cela lui suffit pour comprendre « l’attitude réticente du gouvernement français ».

105Personne au congrès ne met en cause le principe de l’aide à l’Espagne – mais quelle aide ? Le Congrès décide d’ouvrir une souscription, qui sera lancée par « L’ECOLE LIBERATRICE » le 10 octobre 1936.

106Dès la rentrée d’octobre, Vivès justifie la politique de non-intervention. Selon lui, il est « conforme à la raison » de ne rien faire qui puisse favoriser la guerre. Cette attitude est critiquée dans « L’ECOLE EMANCIPEE » par Edouard Rothen : « C’est une erreur profonde, une erreur mortelle de croire que la neutralité dans les événements d’Espagne (…) empêchera la guerre ». Mais dans le même organe, François Bernard émet une tout autre opinion : « Nous ne pouvons pas abandonner le prolétariat espagnol ; nous devons l'aider par tous les moyens en notre pouvoir, lui faire parvenir, par des voies même illicites, vivres et munitions, mais nous ne pouvons pas exiger que notre gouvernement sorte de la neutralité proclamée, nous n’avons pas le droit de commettre les imprudences qui risquent de déchaîner sur le monde une catastrophe aussi épouvantable qu'inutile ».

  • 5 « Parti Ouvrier d’Unification Marxiste », groupe dominant – avec les anarchistes – en Catalogne. E (...)

107Très divisés sur l’attitude à prendre, les « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE » mettront fin progressivement à ce débat pour militer en faveur du P.O.U.M. espagnol.5

108Le Bureau National et la grande majorité des sections départementales ne dévieront pas de la voie choisie : soutenir la politique de non-intervention en laquelle ils voient une contribution à la paix.

  • 6 Magazine national de la Ligue des Droits de l’Homme.

109Dans le « BULLETIN CORPORATIF » du Rhône, il n’est absolument pas question de l’Espagne jusqu’au 20 février 1937. Ni l’Assemblée générale du 23 juillet 1936, ni celle du 17 décembre n’expriment leur solidarité avec les républicains espagnols. Par contre, Léon Emery donne son avis dès le 8 septembre 1936, dans « FEUILLES LIBRES » – revue dont Léger est l’administrateur et que diffuse la section syndicale. A son avis, « le rôle de Berlin en cette affaire est une intrigue parmi d’autres ; rien ne nous autorise à le mettre au premier plan. Il faut donc considérer la guerre qui se déroule en Castille (sic) comme une crise espagnole, rien qu’espagnole. Evidemment cela ne doit en rien diminuer les efforts de solidarité agissante qui nous sont permis et qui resteront toujours trop faibles, mais cela exclut toute autre politique officielle que celle de la neutralité ». Emery qualifie « d’excellente » la proposition Blum de non-intervention qui, « au moment où une vague d’émotion poussait aux gestes imprudents, où « l’Humanité », « l’Œuvre », « la Lumière »6 prodiguaient les excitations guerrières, où chaque jour étaient mises en circulation de stupides et criminelles histoires de démonstrations navales allemandes contre Barcelone, a peut-être évité à l’Europe le saut dans l’abîme. Il n’est pas de plus grand éloge ».

110Pour le grand maître de « FEUILLES LIBRES », tout est subordonné à la « recherche entre les Etats, fascistes ou non, d’un modus vivendi acceptable ». Il stigmatise ceux qui ont « follement combattu » la non-intervention. « Le plus affligeant est que « Le Peuple », de la C.G.T., a déliré presque autant que l’immonde « Humanité » ».

111Ne craignant pas de se déjuger, il admet un mois et demi plus tard : « Tout le monde sait que l’accord a été violé par l’Allemagne et l’Italie ». Mais sa position reste inchangée car, dit-il, « le dossier espagnol est loin d’être probant (…) Fût-il dix fois plus copieux et plus rigoureux, il ne supprimerait pas un autre dossier, relatif celui-là aux violations de l’accord par la France et la Russie ». Supprimer le blocus « serait en tout cas la fin de toute politique d’organisation de la paix ». L’esprit inventif d’Emery fournit une solution : « l'attitude la plus habile pourrait bientôt se trouver être la suivante : en cas de chute de Madrid et de formation d’un gouvernement socialiste à Barcelone, reconnaître simplement celui de Burgos et celui de Barcelone, pour créer ainsi les conditions juridiques d’une médiation qui peut-être sauverait la Catalogne ». C’est seulement neuf mois plus tard qu’il préconisera la médiation dans les colonnes de «L’ECOLE LIBERATRICE ».

112Le 10 septembre 1936, l’Union Départementale C.G.T. organise à la Bourse du Travail de Lyon un « meeting de solidarité avec l’Espagne républicaine » dont le principal orateur est Emery, retour d’Espagne. Devant deux mille personnes, il s’y déclare : « partisan de la multiplication des collectes », mais, précise-t-il, « l’attitude de l’Angleterre ne permet pas une intervention qui tournerait au désastre (…) La politique de prestige peut être avantageusement remplacée par l’exemple et l’on ébranlera bien mieux la cause fasciste en France par les réalisations sociales que par un choc violent dans la rue ». Ce sera le seul exposé politique du meeting. Vivier-Merle « demande de l’argent et encore de l’argent ». Des interrupteurs lui crient : « Des canons, des avions, c’est mieux ».

113A la même époque, Emery écrit à « LA REVOLUTION PROLETARIENNE », exprimant son désaccord avec les positions de la revue sur la guerre d’Espagne. Malgré les réticences et les désaccords de certains d’entre eux, les syndicalistes-révolutionnaires prennent de plus en plus nettement position pour que la France aide les républicains espagnols. R. Louzon et Adrienne Montegudet développent le thème : « Il faut des armes au prolétariat espagnol » tout en se défendant de rejoindre les communistes qui mènent campagne sur le slogan : « des avions, des canons pour l’Espagne ».

114Emery s’insurge : les rebelles disposant de la quasi-totalité de l’armée régulière espagnole, leur supériorité est écrasante. Il serait donc « illusoire » d’aider Madrid. La seule mesure efficace serait le blocus du Portugal. Poussé dans ses retranchements par Louzon qui lui démontre l’irréalité de cette proposition, Emery répond : « J’ai employé le terme de blocus à la manière dont on parle du blocus de l’Espagne, c’est-à-dire très inexactement, mais pour aller vite. Π s’agirait tout simplement d’obtenir que la vente des armes et des munitions au Portugal soit interdite comme elle l’est pour l’Espagne ».

115Ce à quoi rétorque Louzon : « … faire le blocus de l’Espagne dépend de tous les puissances (donc aussi des puissances fascistes, d’où l’échec) ; au contraire, donner des armes aux républicains espagnols ne dépend que de « nous », que de la France et de son gouvernement de « Front Populaire ». Et il conclut : « les démocraties périssent par leur lâcheté ».

116Les instituteurs rhodaniens sont-ils unanimes derrière Emery ? Certainement pas. Ainsi à Villefranche-sur-Saône Antonin Ballandras (ex-unitaire) préside au nom de la C.G.T. une réunion de solidarité. On y parle d’aide effective à l’Espagne. Mais le député-maire socialiste, M. Chouffet, « combattit (…) la thèse communiste qu’il considère comme devant conduire à une nouvelle guerre ».

117Plus tard, dans la même ville, Jean Fontaine prendra la parole au nom de l’« UNION FEDERATIVE DES COMITES ANARCHO-SYNDICALISTES », aux côtés des responsables de la C.N.T. espagnole, de la C.G.T. syndicaliste-révolutionnaire et de la Fédération Anarchiste de France.

118De 1936 à 1939, de nombreux meetings de soutien à l’Espagne se déroulent dans le Rhône. D’importantes collectes sont effectuées presque en permanence, principalement sous l’égide du « COMITE-LYON-VALENCE d’aide à l’Espagne Républicaine » et du « SECOURS POPULAIRE DE FRANCE ». Ce dernier organise le passage à Lyon de dix-neuf camions de vivres et de vêtements en 1937, de quinze camions en 1938. Les rapports de police et les comptes-rendus de presse font état de la participation à ces actions du parti communiste, de militants socialistes et de la C.G.T. Le S.N.I. n’est mentionné nulle part dans les documents que nous avons dépouillés. Mais la LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT et l’U.F.O.L.E P., sont présentes.

L’Espagne dans la stratégie d’« organisation de la paix »

119La guerre d’Espagne est rapidement évoquée dans le Bulletin Corporatif du Rhône, pour la première fois le 20 février 1937, dans un débat au titre significatif : « A bas la guerre ! ». A. Berthelon se place parmi « tous les antifascistes sincères qui assistent impuissants, pleins d'indignation et d’horreur, au massacre de l’héroïque peuple espagnol ».

120« Nous saluons et reconnaissons dans le Frente Popular le vieil idéal qui animait nos pères en 1789, 1830, 1848, sans oublier les communards de 1871 ».

121Cette chaude et vibrante sympathie ne se manifeste pour autant par aucune proposition d’aide concrète. Elle incite simplement à considérer la situation en France : « Si cela était réellement inévitable, en parodiant la stoïque devise des miliciens espagnols : « Nous nous résignerions, oh ! sans joie, sans fanfaronnade, à mourir debout et libres, plutôt que de vivre à genoux », tout en souhaitant que ce malheur irréparable n’arrive jamais » – et encore à la condition « que ce geste désespéré (ne) s’accomplisse (pas) sous le signe de l’union sacrée, car notre sacrifice serait vain et inutile. Ce serait se jeter dans la gueule du fascisme intérieur pour échapper au fascisme extérieur ».

122Jean Aulas n’envisage pas l’éventualité sous un autre angle : « la liberté ne peut être défendue que par ceux qui veulent cette liberté, par des miliciens volontaires (…) C’est pourquoi on ne peut tirer du drame espagnol aucun argument valable pour la défense nationale ». L’Espagne est ainsi conçue comme un objet d’étude tactique et politique, non en elle-même ; et cela avec la volonté délibérée de faire la part de l’incendie fasciste, dans l’espoir qu’il s’éteindra de lui-même.

123La première liste de souscription « pour accueillir les enfants espagnols » lancée par le Comité d’accueil de la C.G.T., est publiée dans le bulletin enseignant le 15 avril 1937. Fin juin, la Fédération de l’Enseignement a collecté 1196, 85 francs dans le département. La modicité de la somme ne signifie pas que les enseignants du Rhône manquent de cœur. C’est en 1937 que Jean Fayard et sa compagne donnent un nouveau foyer à une petite Espagnole qu’ils garderont jusqu’à la fin de la guerre. Il est hors de doute que de nombreux instituteurs du Rhône ont participé – à titre personnel – aux comités de soutien et d’accueil.

  • 7 Comparaison éloquente : la collecte traditionnelle du 1er mai a rapporté 16 730 F dans la section (...)

124A la même époque, apparaît dans le bulletin une nouvelle collecte : celle décidée par le Congrès de Lille, près d’un an auparavant. « L’ECOLE LIBERATRICE » l’avait lancée le 10 octobre 1936, mais en modifiant son objet : elle était transformée en souscription « contre le fascisme », pour le soutien de la lutte antifasciste en Espagne et, en France, du journal lancé par le syndicat : « LA TERRE LIBRE ». Pas un article dans le bulletin pour la soutenir, pas une intervention dans une assemblée. Dans le Rhône, la souscription rapporte 6509, 70 francs7.

125Ce même numéro du « BULLETIN CORPORATIF » consacre l’essentiel de ses pages à une polémique avec l’organe communiste « LA VOIX DU PEUPEUPLE» (articles signés : André Lavenir – Charles Forest – Jean Odin et Marcel Vernet) ; à la dénonciation de la « dictature militaire et partisane » de l’U.R.S.S. ainsi qu’à celle du « syndicalisme d’Etat » incarné par « les Jouhaux et les Delmas » (Charles Forest) ; à la « faillite du Front Populaire ». Sous-titre : « Farceurs ou criminels » (Jean Fontaine).

126La réserve apparente du S.N.I. à l’égard de la République espagnole contraste avec la vive émotion qui le saisit (après l’échec du soulèvement du P.O.U.M contre le gouvernement de Valence, les 3, 4 et 5 mai 1937) à l’annonce des « mesures de répression dirigées contre le Parti Ouvrier d’Unification Marxiste ».

127Le Conseil Syndical demande au gouvernement espagnol « de ne pas sacrifier à des considérations de politique extérieure un parti révolutionnaire dont les militants ont participé à la lutte pour la défense de la Révolution Espagnole ». Il réclame pour les accusés « les garanties normales de toute justice ». La motion, adoptée à l’unanimité moins deux abstentions (A. Ballandras et R. Matagrin), est envoyée au bureau national du S.N.I. et au président de la République espagnole. La solidarité de la section est sélective. Ni Alméria, ni Guemica, ne soulèvent sa réprobation officielle…

128Le bombarbement des populations civiles d’Alméria par les forces navales allemandes suscite une réaction inattendue de Léon Emery. Il en impute la responsabilité au gouvernement de Valence et aux aviateurs républicains qui ont attaqué le croiseur « Deutschland » dans les eaux espagnoles. Les responsables sont les Républicains qui, en attaquant « un assez petit navire (…) aujourd’hui à peu près abandonné (…) en sont arrivés à vouloir provoquer une guerre générale et immédiate ». Dans « L’ECOLE LIBERATRICE », il est moins net : les origines de l’incident sont « suspectes » et « troublantes ». Mais c’est pour lui, encore une fois, l’occasion de préconiser la « conclusion diplomatique » de la guerre par la « médiation ». Cependant, le Syndicat National, après cette affaire, marque sur ce point ses distances avec la Confédération. Delmas critique le « PEUPLE » qui, dans sa chronique de politique étrangère, « se place à l’extrême pointe des publications qui s’attachent plus à développer l’antinazisme qu’à défendre ou faire renaître l’esprit de paix ».

129Quelques mois plus tard, Emery s’élèvera contre « les communistes, la C.G.T., la Ligue des Droits de l’Homme », qui ne proposent « que ce mot d’ordre misérable : la levée de l’embargo sur les armes à destination de l’Espagne » – ce qui marquerait « la fin d’un essai de concert européen, si débile et si hypocrite qu’il ait été, et une aggravation de la tension internationale ».

130Pendant la première période du Front Populaire, la participation d’Emery au Bulletin Corporatif du Rhône subit une éclipse. On peut en chercher les raisons dans ses multiples occupations (il n’hésite pas à écrire dans « L’ECOLE LIBERATRICE ») ou dans un calcul tactique. Il rentrera en scène début octobre 1937, pour vanter « les décisions si fermes et si sages » du Congrès de Paris du S.N.I. D félicite en particulier le syndicat d’avoir réagi « contre la psychose de guerre qui gagne les milieux ouvriers », celà « avec un courage qui devient exceptionnel ».

131L’Assemblée Générale du Rhône, préparatoire au Congrès, s’était trouvée sur la même longueur d’onde. Elle abordait la question espagnole par le biais de la discussion sur « le syndicalisme et la paix ». Lavenir y avait fait adopter à la quasi-unanimité (6 voix contre, 10 abstentions) un texte félicitant le gouvernement de Front Populaire « d’avoir su sauvegarder la paix » et réclamant « la médiation en Espagne, tant pour éteindre le danger permanent de guerre européenne que crée le conflit espagnol, que pour sauvegarder la révolution catalane par une organisation fédérative de l’Espagne ».

132La motion de la section de l’Ardèche (dont le secrétaire est Gilbert Serret), débarrassée d’un paragraphe critiquant le bureau national, est également adoptée, dans les mêmes conditions. A part, la section du Rhône déplore (à la majorité des voix) « l’insuffisance de l’action du Bureau National pour appliquer la motion de Lille sur la Paix » – c’est la partie enlevée à la motion Serret. Il ne s’agit pas de votes contradictoires ; on veut créer les conditions pour une fusion éventuelle des motions Vivès et Serret au Congrès National.

133Par contre, une proposition de René Milliex visant à mettre fin à la non-intervention ne recueille que 15 voix.

134Cela ne va pas sans nuance. Ainsi Lager (qui dit s’exprimer en accord avec les positions d’Emery, Bergery et Félicien Challaye), s’oppose à Forest qui a déclaré : « Qu’Hitler ou d’autres aient des positions en Méditerranée, nous nous en foutons ! » Se prononçant contre la levée pure et simple du blocus de l’Espagne républicaine, il propose de menacer les pays fascistes d’un blocus économique, mais de leur offrir en même temps des négociations en vue d'« une répartition équitable des matières premières ». Alors, « le dictateur (…) trouverait une issue aux légitimes revendications de son peuple ; il n’oserait pas, il cédecéderait». C’est donc directement avec Hitler, en lui offrant d’autres territoires, qu’il faut régler le sort de l’Espagne. Louis Blain réitère plus simplement l’appel à la médiation, car « la guerre civile est devenue peu à peu une querelle de préséances entre deux bureaucraties bourgeoises : FRANCO contre NEGRIN ! » – Loin de s’annuler, les diverses argumentations confortent le corps enseignant dans la recherche de solutions par une négociation – si possible générale – avec les Etats fascistes.

  • 8 La première est conduite par Pardon, la seconde par Fontaine ; la troisième incomplète, est formée (...)

135Les élections au Conseil Syndical sont pleines de sens à cet égard. Trois listes sont en présence. La liste de soutien à Delmas comme celle de « L’ECOLE EMANCIPEE » ne font aucune allusion à l’Espagne. Seule, la troisième liste présente un « programme d’action corporative, de lutte contre la guerre et le fascisme ». Elle demande « qu’on aide selon les lois internationales reconnues par toutes les démocraties, l’Espagne et le peuple chinois »8.

  • 9 Pierre-Etienne Flandin envoie à Hitler un télégramme de félicitations au moment de Munich. Chef de (...)

136En avril 1938, Charles Forest attaque de front « la C.G.T. qui se montre beaucoup plus encore que le parti communiste, désireuse d’intervention ». Il vitupère Neumeyer le « belliciste », secrétaire national de la Fédération des Fonctionnaires, et livre le fond de sa pensée : « La VOIX DU PEUPLE » nous traitera encore d’hitlériens :(…) c’est un devoir de dire que Flandin travaille mieux pour la paix en demandant des négociations avec les pays fascistes que Zyromski ou Duclos en réclamant l’intervention en Espagne et la promesse de guerre pour la Tchécoslovaquie ». Forest félicite Delmas pour un article intitulé : « L’union sacrée, suicide des forces populaires » et surtout Vivès qui écrit : « Je dis non à l’union sacrée qui ne peut rien faire si ce n’est la guerre. Je dis non au vote des crédits militaires. Je dis non à l’attitude de la C.G.T. va-t-en guerre. Je dis non à tous ceux, joueurs de poker tragique, qui crient ou qui disent sans le croire QU’UNE POLITIQUE D’INTIMIDATION EST POSSIBLE, NECESSAIRE MEME »9.

Les limites de la solidarité

137Le 7 avril 1938, la section rhodanienne adopte, en Assemblée générale, la première partie d’un ordre du jour présenté par Ladevèze, et constatant « qu’en ESPAGNE et en CHINE, le fascisme fait la guerre, la guerre la plus atroce, celle qui tue les populations civiles, les femmes et les enfants ». Les 65 instituteurs présents « envoient leur salut fraternel aux combattants qui s’opposent à l’installation du fascisme dans leur pays, et les assurent de leur solidarité la plus entière ». Mais la seconde partie, qui tire la conclusion pratique de la solidarité ainsi proclamée, est tout simplement repoussée.

138Auparavant, le Conseil Syndical s’était abstenu dans son immense majorité (25 voix) sur une motion présentée par Matagrin, qui « saluait avec joie l’accord réalisé en Espagne entre la C.N.T et l’U.G.T. », les deux grandes confédérations syndicales. Cette proposition n’avait recueilli que les voix de Matagrin, Ladevèze et Antonin Ballandras.

139Au Congrès National de la Fédération des Fonctionnaires, la section du Rhône est mise en cause pour cette attitude par Bouthonnier que Lavenir traite de « Wichynski de service ». Mais il se réjouit, car « une proposition en faveur de l’intervention en Espagne fut arrêtée net par Delmas. Et si l’on prend la motion adoptée, on constate qu’elle comporte la nécessaire négociation préalable à la politique d’armements ».

140Quand vient « la fin du drame », elle inspire à Emery, décidément sans complexe, des réflexions originales : Si les Italo-Allemands sont intervenus massivement en Espagne, c’est la faute aux Russes. L’argumentation est simple : En juillet 1936, « L’Allemagne et l’Italie comptaient (…) sur la rapide victoire de Franco. Pourquoi auraient-elles fait un onéreux effort d’intervention qu’elles estimaient superflu ? » Mais « l’échec du plan (franquiste) tendant à enlever de force la capitale » – échec « dû aux brigades internationales et au matériel russe » constitua « l’imprévu » qui nécessita le débarquement de divisions italiennes en Janvier 1937. De même la défaite italienne de Guadalajara « était due surtout à l’action de l’aviation russe (…) Dès lors, selon la loi de l’engrenage, un nouvel effort s’avérait indispensable ». Pauvres pays fascistes, obligés par les Russes de massacrer le peuple espagnol !

141Pour la solidarité matérielle, la section du Rhône commence à se réveiller à partir de 1938. Le 28 janvier, l’Union Départementale C.G.T. décide le versement par chaque syndiqué de 0, 50 francs en faveur des réfugiés espagnols. De son côté, la section verse 850 francs. L’appel est repris le mois suivant, mais en même temps, le Bulletin Corporatif publie un autre appel, pour un « COMITE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE ANTIFASCISTE » de Barcelone, berceau de l’anarchisme espagnol. Ce texte est signé par Jouhaux, Vivier-Merle, Sébastien Faure, René Belin, Dumoulin, Hagnauer, Victor Marguerite, Marceau Pivert, etc. En deux mois, le syndicat recueillera 825 francs à cette fin.

142Début 1939, la direction nationale du S.N.I. crée « L’ŒUVRE DU TROUSSEAU DES ENFANTS REFUGIES ESPAGNOLS » ; une souscription est ouverte. L’ordre du jour adopté le 2 février par le Conseil Syndical « demande que l’impossible soit fait pour sauver la vie des Espagnols gouvernementaux » et réclame « l’ouverture de la frontière française à tous les réfugiés sans exception », ainsi qu’« une intervention auprès de Franco pour éviter les représailles ». Il est désormais possible de soulager sa conscience, en aidant les réfugiés qui se pressent en grand nombre à la frontière. La solidarité prend alors de l’ampleur : « D'un côté, l’action du syndicat a dépassé en résultats toutes les espérances et plusieurs camions de marchandises sont parties dans divers camps de réfugiés ». Il faut dire que ces camions groupent le fruit des collectes opérées par l’ensemble des syndicats adhérant à l’Union Départementale. La section apporte une aide particulière au centre d’accueil du château des Halles ; elle porte secours à des enseignants espagnols en difficulté. D y a alors 1200 instituteurs espagnols réfugiés en France. Le Conseil Syndical, à l’instigation de Vidalenche, proteste contre les conditions de vie « lamentables » faites aux réfugiés espagnols dans les camps où ils sont concentrés – et s’oppose à toute représaille politique du gouvernement français à leur encontre pour étouffer leurs activités politiques.

143Ce réveil officiel est bien loin de résumer toutes les initiatives individuelles. Apparaissent dans les textes consultés les noms de Mme Emery, Matagrin, Fayard, Vidalenche.

144En janvier 1939, Barcelone tombe aux mains des Franquistes ; en mars, c’est le tour de Madrid. Le gouvernement français se hâte de reconnaître le gouvernement des vainqueurs. Cette fin n’était pas inévitable. Nombreux sont les témoins – notamment Winston Churchill (pourtant hostile en 1936 au « Frente Popular ») ou Pierre Cot, qui ont conclu à la possibilité qu’avait ce peuple admirable de sauver la République – victoire dont l’importance eût été grande, car elle aurait marqué le premier échec infligé aux entreprises fascistes.

145Dans le Rhône comme ailleurs en France, le S.N.I. joua dans ces années dramatiques un rôle politique dont il ne peut se glorifier. Il était nettement en retrait sur la classe ouvrière et sur la plus grande partie des antifascistes.

Les traitements en panne

146En cet avant-guerre où chacun sent effectivement s’approcher le souffle destructeur du Moloch, les revendications corporatives ne sont plus au premier plan dans le Rhône, même si le syndicat, dont c’est la vocation, les émet encore – comme sur sa lancée. Un sondage opéré sur le BULLETIN CORPORATIF (collection presque complète d’Octobre 1936 à juillet 1939) semble le prouver.

SONDAGE OPERE SUR 46 NUMEROS DU « BULLETIN CORPORATIF » (1936 – 1939)

SONDAGE OPERE SUR 46 NUMEROS DU « BULLETIN CORPORATIF » (1936 – 1939)

THEMES REGROUPES (pacifisme, politique intérieure, autres questions)

THEMES REGROUPES (pacifisme, politique intérieure, autres questions)

147Pourtant, bien des problèmes posés de longue date par le syndicat sont loin d’être résolus. Ainsi du projet de loi sur le droit syndical des fonctionnaires (projet Chabrun), déposé le 30 avril 1937 après que les représentants de la Fédération Générale des Fonctionnaires aient été entendus. Les lenteurs de l’étude en commission reportent l’examen du projet par l’Assemblée au début de 1938. A ce moment, la précipitation des événements internationaux justifie son report… sine die.

148L’été 1937 est mis à profit par le gouvernement Chautemps pour augmenter les tarifs publics. La ponction sur le pouvoir d’achat s’en trouve aggravée. La section syndicale du Rhône évalue à 46 % la hausse du coût de la vie depuis juin 1935. Elle réclame en compensation une majoration de traitements de 400 francs au minimum, ainsi qu’une modification de l’indice de base servant au calcul des rémunérations et l’institution de l’échelle mobile. Moins exigeante, la Fédération Générale des Fonctionnaires demande nationalement une indemnité de 150 francs par mois. Les instituteurs du Rhône n’appuient cette revendication que « par discipline » et réclament un ordre de grève générale « lorsque l’aveugle entêtement du gouvernement et des forces capitalistes rendra ce geste nécessaire ». Au Congrès National du S.N.I. (août 1937), le Rhône manifeste une certaine « grogne » en n’accordant que douze mandats au rapport moral, sept mandats se prononçant contre.

149Le gouvernement accorde une indemnité mensuelle de 66 francs à la grande masse des fonctionnaires, indemnité portée à 100 francs dans les villes de plus de 100 000 habitants et réduite à 50 francs pour les retraités.

150L’Assemblée Générale de la section proteste vivement. Elle souligne dans trois motions adoptées à l’unanimité l’injustice commise à l’égard des retraités qui subissent encore les retenues décidées par Laval, et leur volonté d’obtenir satisfaction sur les points déjà définis au Conseil Syndical.

151Le mécontentement ne s’exprime pas seulement par le vote de motions. Dans « L’ECOLE EMANCIPEE », la rhodanienne Jeanne Balanche, avec M. Proust et J. Cacouault ont appelé les instituteurs à abandonner la C.G.T. pour adhérer à la C.G.T. syndicaliste-révolutionnaire (C.G.T.S.R.). Robert Matagrin réagit vivement par un article intitulé : « TOUT par la C.G.T. ! TOUT pour la C.G. T. ! ».

152Les enseignants, les fonctionnaires, ne sont pas seuls touchés. Le grignotage des acquis de juin 1936 se fait sentir dans tous les secteurs de la vie économique. La colère monte dans les syndicats ouvriers. D’anciennes directions de Fédérations d’industrie à direction réformiste se donnent un exécutif à majorité communiste. Charles Forest lance un cri d’alarme : « le syndicalisme (est) en danger ! » Les communistes menacent gravement « l’indépendance du syndicalisme, l’unité syndicale et avec elles la vie même du mouvement syndical français ». Emery félicite le congrès du S.N.I. d’avoir, en discutant de « l'indépendance syndicale », pris « vigoureusement position contre la « colonisation » de la C.G.T. par les groupements politiques, c’est-à-dire, comme tout le monde le sait, contre le parti communiste d'abord ». Il en profite pour se faire le champion du parti « frontiste » de Bergery.

153Henri Bordes n’est pas de cet avis : pour lui « c’est une erreur et une faute de dénoncer une soi-disant colonisation des syndicats français par les Staliniens ». Il le regrette, car il n’aime pas les communistes, mais « les élections partielles nous montrent que partout ils ont la confiance massive des ouvriers ». « … C’est très régulièrement que le parti communiste est arrivé à diriger la C.G.T. », par suite des « immenses trahisons de Jouhaux ». Il faut quand même préciser que Jouhaux est toujours secrétaire général de la C.G.T. et que les communistes sont minoritaires à la Commission Administrative nationale.

154René Belin et André Delmas, qu’inquiète la montée de l’influence communiste, se sont donné à partir du 16 octobre 1936, un hebdomadaire : « SYNDICATS », dont le but proclamé est de « barrer la route à l’influence croissante des communistes ». Sur la non-intervention en Espagne et la politique internationale, particulièrement au moment de Munich, « SYNDICATS » défend les thèses de la capitulation et fustige les partisans de la fermeté. Son pilonnage est permanent.

155Dans la section, le vent n’est pas à l’optimisme. Pour la majorité de ses dirigeants, le Front Populaire est bien mort. Le Conseil Syndical exige le retrait de la C.G.T. du Comité National de Rassemblement Populaire. Robert Matagrin est le seul à s’y opposer. La section demande la convocation des « Etats Généraux du Travail pour placer la C.G.T. à la tête du mouvement d’émancipation populaire qui a débuté en 1936 ». Cette seconde proposition est la reprise d’un amendement à la motion d’orientation, présentée en août au congrès national du S.N.I. et adoptée à mains levées malgré l’opposition de Vivès.

156Fin 1937, voici reparaître une vieille question : celle de la parité des traitements entre les divers corps des fonctionnaires. En effet, depuis 1927, il y a eu rupture, du fait de l’attribution aux Commis du Trésor d’une « classe exceptionnelle » de traitements. En 1937, les postiers vont y accéder à leur tour. Le décret est prêt à la signature, lorsque l’opposition de Delmas le fait remettre en instance, le temps de régler le problème pour les enseignants du premier degré. Le ministre se montre favorable au principe.

157Le Conseil National du S.N.I., informé de ces tractations, les approuve. « Il a fallu, dit Lavenir, se décider très vite : pour ou contre la classe exceptionnelle de 22 500 francs ». Les délégués de l’Ardèche et du Jura y ont été hostiles, mais les autres représentants des sections départementales, parmi lesquels Lavenir, ont voté la « confiance au Bureau », c’est-à-dire qu’ils approuvent la classe exceptionnelle.

158Le fait bouscule bien des traditions dans le Rhône. Une majoration pour les mieux payés, ceux qui arrivent en fin de carrière, et rien pour les autres, pour les débutants, c’est un accroc caractérisé au principe, maintes fois réaffirmé, de la réduction du nombre de classes de traitement. D’autant que, « pour commencer », la classe exceptionnelle sera attribuée seulement à 10 % des maîtres arrivés en première classe. Au Conseil Syndical, les protestations semblent devoir submerger Lavenir. Seuls Pardon et Fossemagne le soutiennent.

159Mais le secrétaire général fait ressortir que la mesure prise est « l’amorce d’une opération ultérieure » visant à faire de la classe exceptionnelle l’aboutissement normal de la carrière pour tous les maîtres. Π exige un vote individuel sur sa position au Conseil National. Vingt trois l’approuvent, un la condamne (Simond) et il y a dix abstentions (essentiellement les « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE»), Fort de ce succès, Lavenir pourra écrire : « La parité est, non pas maintenue, puisque nous l’avions perdue, mais RECONQUISE », tandis que l’article hebdomadaire de Delmas dans « L’ECOLE LIBERATRICE » s’intitule : « une belle victoire du syndicat national : la classe exceptionnelle à 22 500 ».

160Dans « L’ECOLE EMANCIPEE », Maurin s’indigne et cherche à qualifier l’attitude du Conseil National : « Cynisme ? Inconscience ? ou Trahison ? ». G. Simond, dans le bulletin corporatif, exprime son scepticisme sur « cette soidisant victoire qu’on recueille dans les couloirs après des entrevues cordiales avec Georges Bonnet, torpilleur des 150 francs et homme des banques ». Il craint « qu’il en soit de celle-ci comme de l’autre, vous savez ! la victoire de mai 36, celle du Front Populaire ! ». Il propose la discussion immédiate d’un plan revendicatif portant sur l’accès ouvert à tous, par l'ancienneté, à la classe exceptionnelle ; la suppression de la 6e et dernière classe, l’accélération de l’avancement – le tout complété par une nouvelle grille de traitements (en hausse pour les plus faibles). Mathilde Méty, qui reconnaît les imperfections de la mesure, propose de mener la lutte contre l’avancement au choix, « pourvoyeur de favoritisme », pour l’augmentation des crédits afin d’obtenir la parité complète avec les fonctionnaires des régies financières et la péréquation pour les retraités. Mais la conjoncture ne se prête guère à de nouvelles négociations sur ce problème…

161En février 1938, la Fédération Générale des Fonctionnaires dénonce dans son congrès national les atteintes portées aux « moyens d’existence » et pose à nouveau la double revendication du reclassement et de la revalorisation. Il réclame, comme « solution d’attente », une revalorisation de 10 % des traitements et des compléments de rémunération « à caractère vital ». La revendication est, somme toute, modérée, compte-tenu de la montée du coût de la vie.

162De son côté, le Comité Confédéral de la C.G.T., réuni les 14 et 15 février 1938, « confirme son attachement au Rassemblement Populaire, mais demande des réformes des mécanismes de l’économie et des finances »… « Pour défendre les réformes sociales et le pouvoir d’achat des salariés », il réclame tout particulièrement « l’échelle mobile ».

163Durant cette période, la Fédération Générale des Fonctionnaires mène campagne pour « un gouvernement de salut public » alliant le redressement économique et financier à une politique extérieure de fermeté.

Vers la liquidation du Rassemblement Populaire

164Le 13 mars 1938, Léon Blum forme un nouveau ministère qui tiendra seulement un mois. Pour contrôler et redresser la situation financière, il se propose d’instituer un « impôt sur le capital » et il envisage, d’une façon ambiguë, un « contrôle des changes ». La majorité de la Chambre adopte des mesures que le Sénat repousse. Léon Blum démissionne une seconde fois.

165Il va de soi que Léon Blum n’a pas eu le loisir de s’intéresser au plan de la C.G.T., à supposer qu’il en ait eu le dessein. Daladier lui succède à la tête d’un cabinet radical et « modéré » dont les socialistes ne font plus partie. Le ministre des Finances Marchandeau reçoit, le 26 avril 1938, une délégation de la Fédération Générale des Fonctionnaires venue lui exposer plusieurs problèmes : titularisation des auxiliaires, revalorisation des traitements. Quelques jours après, le Président du Conseil annonce une nouvelle dévaluation du franc et conclut sa déclaration par ces mots sans équivoque : « pas de dépenses ou de charges nouvelles ». Malgré une série d’entrevues avec le premier ministre et une campagne de meetings déclenchée par le Cartel des Services Publics, la réponse du gouvernement aux fonctionnaires est négative. La clôture de la session parlementaire, puis les vacances d’été lui permettent de passer le cap.

166Mais déjà les événements internationaux tracent de nouveaux clivages politiques et syndicaux. La lutte revendicative en est rendue plus difficile. Début 1938, le Japon, allié à l’Allemagne dans le « PACTE ANTIKOMINTERN », attaque la Chine. En septembre, ce sera la crise germano-tchécoslovaque et Munich. Néanmoins, devant la montée des prix et l’offensive patronale, les conflits sociaux se multiplient dans le secteur privé. A Lyon, en juin, débute une grève des ouvriers du bâtiment, motivée par une diminution des salaires. La répression est dure. Cent ouvriers sont embastillés à Saint-Paul. Un de leurs dirigeants est condamné à dix ans de réclusion ; après maintes manifestations ouvrières, il sera libéré.

167Mais Daladier ne veut pas s’arrêter là. Le 21 août, malgré l’opposition manifestée à son projet par la C.G.T., il décide d’« assouplir » les quarante heures. D veut « mettre la France au travail ». Les ministres membres de « L’UNION SOCIALISTE et REPUBLICAINE » (Frossard et Ramadier) qui, en l’absence de socialistes, donnent une aile « gauche » à son cabinet, démissionnent. B est désormais clair que l’on s’oriente vers une politique sociale résolument opposée aux principes définis par le Rassemblement Populaire et aux conquêtes de 1936.

Les orientations des instituteurs rhodaniens

168Dans le Rhône, en 1937, l’existence, déjà évoquée, de trois listes aux élections du Conseil Syndical reflète les incertitudes, les oppositions, les points de rapprochement potentiel existant entre les amis de Delmas, ceux de l’ECOLE EMANCIPEE » et les partisans de la fermeté en politique extérieure. Si la liste Pardon-Vermorel condamne « l’abdication du Front Populaire devant les banques et les trusts » et préconise, pour obtenir « la revalorisation de nos traitements et retraites » les « moyens d’action les plus énergiques jusqu’à la grève exclusivement », celle animée par Fontaine réclame « la rupture avec la formation » dite « rassemblement populaire », qui est devenue un mouvement militariste, et au nom duquel on couvre une politique de régression sociale et économique, qui sacrifie les intérêts des travailleurs et les nôtres en particulier ». Elle renouvelle les propositions que « l’ECOLE EMANCIPEE » a déjà faites pour le reclassement de la fonction et elle ajoute « qu’il est temps de reprendre les méthodes d’action directe employées avec succès par nos camarades ouvriers en juin 1936 ».

169La liste Ladevèze se déclare d’accord avec Pardon et Vermorel sur le programme revendicatif, à la condition « que cette action ne reste pas sur le papier ». Par contre, elle s’oppose résolument au retrait syndical du Rassemblement Populaire, qu’elle estime « illogique et dangereux ». Tout en condamnant « formellement » la pause, elle pense que c’est à l’intérieur du Rassemblement Populaire qu’il faut intensifier l’action afin de le ramener à une meilleure ligne.

170Il pourrait sembler que la première et la troisième listes sont les plus rapprochées quant à leurs objectifs. En fait, la grande rupture passe entre les deux premières et celle qui se réclame de l’antifascisme. Certes, Pardon, Vermorel et leurs collègues s’élèvent, au nom de « l’indépendance du syndicalisme », contre le fractionnisme de « l’ECOLE EMANCIPEE » ; mais c’est aussitôt pour stigmatiser le « groupe communiste des amis de la « Vie Ouvrière ». De son côté, la liste Fontaine se défend d’être l’émanation d’une « tendance organisée », ce qui est nier l’évidence, et elle affirme elle aussi la nécessité de « défendre plus que jamais l’indépendance du syndicalisme ». Elle dénonce « avec précision le seul parti qui, à notre sens, fait courir un très grave danger à la C.G.T. : le parti communiste »… Il ne lui semble pas inutile d’affirmer : « Il n’y a aucun membre ni aucun partisan du parti communiste dans notre liste ».

171Sur la grande question – l’attitude à observer face à la montée des fascismes extérieurs – les points de vue de Fontaine et de Lavenir sont extrêmement proches. Leur aversion commune des communistes est d’autant plus ardente que ceux-ci leur apparaissent comme des fauteurs de guerre – et en même temps, des ennemis de la laïcité.

172Cette opinion est clairement exprimée par Charles Forest qui, répondant aux « sirènes aux voix éraillées » (les communistes) avance des arguments massue :

173« Le parti communiste au pouvoir, c’est la guerre »…

174« Le parti communiste français, qui subordonne toute sa politique à des considérations d’ordre extérieur, EST PRET A SACRIFIER L’ECOLE LAÏQUE POUR ARRIVER A SES FINS »… sur l’ordre de Staline, précise Forest qui, sans doute conscient de franchir le trait, prévoit la réplique :

175« On va me dire que je fais de la politique ou que je transforme le syndicat en parti anti-communiste. C’est que le parti communiste n’est pas un parti comme les autres.

176« Il est une vaste entreprise visant à la fois le syndicalisme, la politique, le cinéma, la littérature, la T.S.F…

177« Et, en tout cas, le parti communiste a violé l’indépendance du syndicalisme. Nous avons le droit de nous défendre contre lui ! ».

178Dans le même numéro du Bulletin Corporatif, Vicat assure que « la main tendue » (par Maurice Thorez) aux camarades catholiques (…) pose de graves problèmes pour l’enseignement laïc ». De ce fait, l’école laïque est en péril.

  • 10 Le Bureau National du S.N.I. comprend des socialistes comme Delmas, des partisans de la « Révoluti (...)

179L’ennemi principal est bien défini. Dans ces conditions, la lutte entre majoritaires et « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE » (au-delà de réelles divergences, surtout relatives à la politique sociale) relève surtout de la concurrence entre deux tendances dont chacune représente dans le département une fraction importante des syndiqués. Cette compétition a pris un tour aigu au début de 1938, quand il a été avéré que le Bureau National resterait fermé à toute tendance ne gravitant pas dans l’orbite de Delmas10.

180De nombreux articles demandent la représentation proportionnelle des tendances à tous les échelons de la vie syndicale. Au nom des amis de « L’ECOLE EMANCIPEE », Vidalenche pose la question au conseil syndical du 4 février 1937. Lavenir complète cette proposition qui va être directement soumise par le Rhône à toutes les sections départementales avant le congrès national. Au 8 juillet, 33 sections départementales ont demandé la modification des statuts dans le sens de la représentation proportionnelle. Ce qui dépasse très largement l’influence de « L’ECOLE EMANCIPEE ». Quelques passes d’armes encore entre Lavenir et Vidalenche. Celui-ci comprend la proportionnelle comme un vote d’orientation, sur la base duquel chaque tendance choisit ses élus. En même temps, les attaques de « L’Ecole Emancipée » contre le Bureau National se font de plus en plus vives. Au Conseil Syndical, Blain et Simond votent contre le rapport moral national, le premier parce que les instituteurs « sont moins bien payés que sous le ministère Laval » et que l’argent est dépensé « pour la préparation de la guerre européenne » ; le second y ajoutant la condamnation de la censure dans l’« ECOLE LIBERATRICE ». Il est vrai que l’insertion de plusieurs articles y a été refusée : « A bas la guerre ! » de Jean Aulas ; une lettre de Félicien Challaye contre la « militarisation » du pays par le ministère Blum (elle paraît dans « LA PATRIE HUMAINE » et elle est reprise par le «BULLETINTIN CORPORATIF » du Rhône) ; la présentation par Gabrielle Bouët d’une traduction de François Bernard : « La Joie d’écrire » ; une étude sur la structure du syndicalisme par Pouilloux. La section, qui revendique la libre expression au plan national, n’en censure pas moins René Milliex, instituteur syndiqué, sous le prétexte que son article a été écrit en tant que responsable du groupe des « AMIS DE LA VIE OUVRIERE » : « Nous n’avons pas de comptes à rendre à un groupe extérieur au syndicat » décide l’Assemblée générale du 8 juillet, à l’unanimité moins 14 voix.

  • 11 En 1937, M.L. Cavalier quitte le Rhône pour les Bouches-du-Rhône.

181Cette Assemblée générale est marquée par la présence de Marie-Louise Cavalier qui, avec Fossemagne et Mathilde Méty, est hostile à toute forme de représentation proportionnelle et à la fossilisation des tendances dans le syndicat. La stature nationale de M.L. Cavalier ne sauve pourtant pas le statu-quo, qui obtient 139 voix contre 163 à la représentation proportionnelle (défendue par Odin). Au plan national, le maintien du statu-quo ne posera pas de problème11.

182La discussion sur le rapport moral national est significative : pas une voix ne s’élève pour justifier entièrement le Bureau National. Jacquet, Simond, Blain lui reprochent son « inactivité » qui n’a pas empêché le ministère Blum de tomber. Isabelle Moulin porte la même critique, mais elle pense que le Bureau national a été paralysé par les violentes critiques portées dans le syndicat contre le Front Populaire et la C.G.T. Lavenir lui-même parle des « maladresses » de Delmas sur la question de la guerre. Le rapport moral est adopté par les majoritaires et les partisans de la direction confédérale, contre les « AMIS DE L’ECOLE EMANCIPEE » (166 voix contre 96). Pourtant, majoritaires et « AMIS DE L’E.E. ». font leur la motion d’orientation du Bureau, qui rencontre seulement 9 opposants. Une motion d’orientation présentée par Mme Moulin est repoussée « à une très large majorité ». Ce qui est en cause, à ce moment, c’est la position du S.N.I. dans les affaires internationales.

183Au Congrès national, Delmas est très largement majoritaire. Le rapport moral du Bureau est approuvé par 84 % des mandats. Sa motion d’orientation recueille 83 % et celle de « l’ECOLE EMANCIPEE », 12 %. Par rapport au congrès précédent, on note même une augmentation de 3 % pour l’orientation majoritaire, appuyée par les amis du P.C. et une régression de 2 % de l’influence « Ecole Emancipée ». Mais il est vrai que les relations se tendent entre les deux courants principaux du S.N.I., ce qui se traduit par une perte de 8 % pour le rapport moral national.

184Dans le Rhône, la valse-hésitation continue entre les deux partenaires. Au Conseil Syndical du 28 octobre 1937, le rapport moral et la motion d’orientation départementale sont adoptés à l’unanimité moins une abstention, celle de Matagrin La motion exige le « retrait de la C. G. T. du Comité National du Rassemblement Populaire », coupable de se déclarer pour la sécurité collective. Mais l’Assemblée générale qui suit n’adopte le même rapport moral que par 139 voix contre 72 et 42 abstentions. Il est vrai que cette réunion clôt une campagne conduite vivement pour le renouvellement du tiers sortant du Conseil Syndical. Le vote a eu lieu par correspondance. Il a placé en tête les amis de Delmas et de Lavenir, avec des scores de 646 à 694 voix – ce qui leur donne 8 élus – contre 273 à 333 voix à « L’ECOLE EMANCIPEE » (3 élus) et de 48 à 53 voix à la liste incomplète de partisans de l’union avec le Rassemblement populaire, qui obtient seulement un élu.

  • 12 Environ 50 % des syndiqués votent pour élire la direction départementale. Lorsqu’il s’agit de l’or (...)

185Par correspondance également, a lieu le vote du rapport moral national pour la préparation du Congrès de Nantes 1938. Sur 2080 syndiqués, 270 seulement se sont exprimés – à peine plus du quart du nombre de ceux qui ont voté pour le renouvellement du Conseil Syndical. Ce qui donne du poids à la remarque de Jacques Girault – pas seulement appliquée au Rhône – sur la passivité de la masse des syndiqués au S.N.I. « L’ECOLE EMANCIPEE », qui repousse le rapport moral, l’emporte par 127 voix contre 113 et les 30 abstentions des antifascistes. Enthousiasmé, « LE REVEIL SYNDICALISTE » titre : Bravo le Rhône ! » ; mais Lavenir déplore l’apathie de la base12.

186Au plan national, les majoritaires perdent à Nantes 10 % de leur influence, alors que « L’ECOLE EMANCIPEE » progresse de 7 % et que les « communisants » s’affirment faiblement comme tendance indépendante, pour la première fois dans le S.N.I., avec 7 %.

187Mais les événements de l’été et de l’automne 1938, la bataille menée en commun dans le département, sur une base ultra par rapport à celle de Delmas, pour la renonciation à toute défense de la Tchécoslovaquie, a soudé l’équipe dirigeante du Rhône – au moins le semble-t-il dans un premier temps. En effet, candidats majoritaires et « ECOLE EMANCIPEE » se retrouvent en commun sur une même liste pour le renouvellement du Conseil Syndical. Villon et Vicat, « AMIS DE L’E.E. » et candidats, n’en publient pas moins une déclaration désapprouvant l’attitude de la majorité dans la grève du 30 novembre. Cette coalition remporte tous les sièges, sauf un qui revient à Pilon, de la liste (complète cette fois) des antimunichois (liste composée par ceux qu’on qualifie communément de « communisants »).

188On pourrait s’imaginer que les responsabilités vont être partagées au bureau de la section. Mais Simond et Vidalenche refusent d’y participer et, « en toute logique », disent-ils, ils votent contre les propositions que leur défection conduit la majorité à faire. Forest est élu secrétaire général par 24 voix contre 3 (Pilon ayant manifesté une opposition de principe) et 5 abstentions – celles des élus « ECOLE EMANCIPEE ». La « logique » des tendances, absente lors de l’élaboration de la liste commune, reparaît à cette étape. Nécessité tactique oblige : comment se différencier tout en formant à Lyon un bloc uni sur l’essentiel – d’une façon beaucoup plus monolithique qu’au plan national où il s’agit de conserver l’influence propre de « L’ECOLE EMANCIPEE » ? Les tendances sont exaltées. A.V. Jacquet voit dans « le syndicat » la réalisation d’une « anarchie positive » : « Un système de liberté fonctionne au syndicat (…), l’anarchie règne. Elle assure le bonheur de l'individu. Seulement aucune pensée commune n’arrive à se former au sein de ce chaos ». Pour en sortir, il est indispensable qu’existent les tendances, créées selon les affinités individuelles, et qui fonctionnent « sur des bases de liberté analogues à celles du syndicat ». Le chaos multiplié à l’infini, est-ce un idéal syndical ? Odin veut retrouver « la vraie tradition syndicale », avec « ses créations spontanées (…), ses élans généreux, cette vie qui déconcerte parfois mais qui est toujours digne d’être vécue ». Le sentiment de liberté qu’éprouvent les responsables du Rhône semble profond. On n’en observe pas moins un nivellement des positions tout à fait extraordinaire dans une section syndicale si marquée par les fortes personnalités qui l’ont animée.

LES TENDANCES AU S.N.I. de 1936 à 1939 d’après les votes aux congrès Nationaux.

LES TENDANCES AU S.N.I. de 1936 à 1939 d’après les votes aux congrès Nationaux.

Remarques :
– Sont pris en compte dans ce tableau : les votes sur le rapport moral et les motions d’orientation. (Pour 1936, le rapport des forces entre les tendances est donné par les motions sur la paix et non la motion d’orientation, votée quasi unanimement par le congrès).
– Avant 1938, les communistes et les partisans de la sécurité collective ne présentaient pas de motion d’orientation.
– La progression du nombre des mandats, sensible dans le fait que les courbes ne reflètent pas les variations en pourcentage, traduit l’augmentation sensible du nombre des syndiqués.

Dans le Rhône : UNE ORIENTATION, DES NUANCES et leur traduction en chiffres (Répartition des mandats aux congrès nationaux)

Dans le Rhône : UNE ORIENTATION, DES NUANCES et leur traduction en chiffres (Répartition des mandats aux congrès nationaux)

Remarques :
– La motion sur la paix sert de référence pour l’orientation en 1936. Les chiffres retenus pour les autres années sont ceux relatifs aux motions d’orientation en présence.
– Les votes de la section départementale n’ont pas été publiés en 1939.
– Dans le Rhône comme dans les autres départements, l’augmentation du nombre des mandats atteste le nombre croissant de syndiqués.
– Les variations observées dans la répartition des mandats au cours des congrès nationaux traduisent les difficultés éprouvées à se situer parmi les tendances au sein d’une section où l’orientation est plus extrémiste qu’au plan national et où, dans les faits, les familles de pensée se réclamant de la majorité et de l’« Ecole Emancipée » sont sur la même ligne malgré quelques nuances.

Les jeunes au syndicat

189En 1937, la question des Jeunes est mise à l’ordre du jour du Congrès National du S.N.I. Le syndicat unifié n’a pas attendu cette date pour se préoccuper de leurs revendications. Les résultats obtenus dans les premiers mois du Front Populaire ont été enregistrés avec satisfaction : titularisation des normaliens sortants en 1935 (avec effet rétroactif) ; classement des intérimaires, dont 3 500 doivent être titularisés au 1er janvier 1937 ; indemnité de vacances aux suppléants, auxquels est aussi accordée une indemnité mensuelle fixe ; augmentation du nombre de candidats admis dans les Ecoles Normales (de 2000 à 3300) ; placement sur leur demande des normaliens dans leur département d’origine. Il s’agit pour l’essentiel d’effacer les conséquences des mesures qui avaient été prises en application de la politique de « déflation ».

190Il reste toutefois des problèmes non résolus, qui émeuvent la commission départementale des jeunes fonctionnant auprès du Bureau Départemental et sous son contrôle. Gaudillère, qui la dirige, s’intéresse aux auxiliaires non encore titularisés. Selon lui, un tableau de classement de ces personnels sera facilement obtenu dans le Rhône. Mais avec la réforme de l’enseignement qu’espèrent et que désirent les syndicats, comment va se faire leur formation ? Que deviendront les auxiliaires non occupés ? La commission revendique aussi le paiement intégral aux suppléants de leurs frais de déplacement et de logement.

191La question des suppléances ne fait pas l’unanimité. Loiseau pense qu’il faut faire appel pour cette tâche à des normaliens sortants, qui sont des « maîtres expérimentés ».

192L’Assemblée Générale de juillet 1937 adopte un plan établi par la commission « Jeunes » de la section pour régler cet épineux problème :

  • titulariser tous les suppléants en exercice ;
  • confier les suppléances, à titre permanent, à des titulaires volontaires ; à titre temporaire, à des normaliens sortants qui doivent également être volontaires – et si la situation l’exige, (mais ce serait alors d’une façon transitoire), à des « possesseurs du Brevet Supérieur ayant fait un stage d’apprentissage dans une école publique judicieusement choisie ».
  • défrayer tous les suppléants, indemnités journalières de fonction, prise en compte intégrale du temps consacré à remplir cet office dans le déroulement de la carrière et pour la retraite ;
  • le classement des intérimaires et le recrutement des suppléants seraient du ressort du Comité consultatif, dont le syndicat fait partie ès qualités.

193La création d’un corps de titulaires-remplaçants est décidée à la rentrée d’octobre 1937.

194Passé le Congrès National, le ton monte chez les jeunes rhodaniens. Gaudillère signale le bas niveau de vie des auxiliaires et des stagiaires, qui nécessite une majoration immédiate des traitements. Mais que fait pour l’obtenir la direction nationale ? L’article est très critique pour « l’Etat-Major du S.N.I. » et sa majorité, « troupeau de moutons » qui le suivent. Jacquier propose des remèdes pour éviter la mise en chômage de jeunes instituteurs : interdiction d’exercer après l’âge de la retraite, remplacement automatique des maîtres malades, créations de postes, etc.

195Les questions revendicatives concernant les jeunes ne seront plus abordées qu’au printemps 1938.

196Mais un autre aspect de la question « Jeunes » est discuté dans le syndicat : celui de leur insertion dans le S.N.I., de l’organisation spécifique de ces jeunes, si turbulents – on se souvient des « GROUPES DE JEUNES » d’avant la réunification syndicale. Dans le Rhône, persistent sur ce point des conceptions héritées de la Fédération unitaire. Au nom de la commission, Gaudillère réclame la création de sous-commissions « Jeunes » réparties géographiquement dans le département. D s’étonne que n’existe pas encore de commission chargée des problèmes des jeunes instituteurs auprès du Bureau National. Malgré l’opposition de Fossemagne, l’assemblée générale de juillet 1937 adopte les propositions de la commission. Une commission « Jeunes », créée auprès de toutes les instances syndicales, étudie les problèmes de la catégorie, propose des solutions au syndicat qui décide. Contrairement à ce qui existait dans la Fédération unitaire, ces commissions comprendront uniquement des jeunes syndiqués au S.N.I., ce que contestent Simone Perrin et René Milliex. Pour ce dernier, « le S.N. n’a pas à craindre l’autonomie des groupes de jeunes ». Malgré ce désaccord, le rapport Gaudillère fait l’unanimité des votants, tout comme celui, consacré au même sujet, d’Hagnauer, secrétaire national du S.N.I.

197Mais dès la rentrée scolaire, les hésitations nationales conduisent les Lyonnais à s’interroger sur l’efficacité de la forme d’organisation qui les concerne : « Faut-il, demande Gaudillère, pour arriver à un résultat, faire vivre un Comité Central des Groupes de Jeunes qui est depuis longtemps sous la coupe du parti communiste », ou bien militer activement au S.N.I. pour « imposer à ses dirigeants les mesures énergiques qui s’imposent ? ». Gaudillère choisit la seconde voie.

198La commission nationale des Jeunes ne voit le jour qu’au printemps 1938. Tous ses membres sont choisis par le Bureau National. Adrienne Odin croit y voir le dessein de « faire rentrer dans le rang tous les groupes de jeunes qui apparaissent très menaçants ». « La stalinisation–souligne-t-ellerisquait de gagner l’enseignement par les jeunes ».

199La première circulaire de la commission nationale concerne « l’organisation sportive au sein des sections départementales ». A. Odin propose à la section du Rhône un programme plus détaillé : loisirs, propagande, sport – liés en un premier chapitre ; mais aussi éducation syndicale ; pédagogie ; questions corporatives.

200Immédiatement, la commission départementale s’active : elle organise des sorties, prévoit un camp de vacances, prépare des articles pour la page hebdomadaire « Jeunes » du « LYON REPUBLICAIN ». Elle organise des réunions de normaliens et de normaliennes, auprès de qui elle diffusera des publications syndicales. J. Odin fait des exposés sur « la bataille des traitements » et sur « des étapes du syndicalisme ». La commission revendique une augmentation de 10 % des salaires et l’institution de l’échelle mobile. Elle demande au Bureau national de créer une sous-commission de la Commission Nationale des Jeunes pour les affaires corporatives.

201Cette flambée retombe assez vite. La politique étrangère sollicite l’attention. Les réunions de la Commission départementale des Jeunes y consacrent l’essentiel de leurs discussions dès la rentrée de 1938. Elles envisagent, sans donner des précisions, une action contre la défense passive.

202Les appels d’Emery, de Giono rencontrent une audience chez les jeunes. L’auteur du « CHANT DU MONDE » s’adresse spécialement aux ajistes par l’entremise du bulletin syndical : « Pour avoir la liberté, ni richesse capitaliste, ni richesse d’Etat collectif ne vous est nécessaire. Il vous suffit d'avoir un métier que vous aimez et que vous sachiez faire tout entier du commencement jusqu’à la fin. Ce travail-là est un loisir.

203(…) « Repoussez tout ce qui coagule. Unissez-vous pour un seul but : la Paix ».

204Commentaire du Bulletin corporatif : si les communistes veulent aller se battre en Espagne, qu’ils y aillent. « Quant à nous, nous tendons la main à toutes les bonnes volontés qui veulent sincèrement la paix, qu’elles soient allemandes, italiennes ou de tout autre pays ».

205L’alignement sur les positions de la section est total.

Action et inaction laïques

206La laïcité, pilier idéologique du syndicalisme enseignant, a, dès l’origine inspiré ses activités. Longtemps, l’accent a été mis sur l’anticléricalisme. Dans les années trente, Delmas a essayé de faire sortir le syndicat de deux « ornières » : le corporatisme et la laïcité rigide. Dans cette période, les rapports laïques aux congrès nationaux du S.N.I. font ressortir l’alliance Eglise-capitalisme-fascisme, ce qui implique moins la lutte contre la religion que celle pour la sauvegarde et le développement de l’école laïque, instrument nécessaire à l’émancipation des travailleurs.

207Dans le Rhône, cette modification n’est guère sensible. Il est vrai que la politique de la section, depuis l’arrivée d’Hitler au pouvoir, récuse la dénonciation du fascisme, alors que l’Eglise est toujours combattue sur les mêmes bases et avec la même virulence. Lorsqu’en octobre 1936, Charles Forest dénonce les exhortations du pape en faveur des rebelles espagnols, c’est pour combattre la « main tendue » par les communistes aux travailleurs catholiques. Il s’appuie pour ce faire sur des articles de « l’ACTION FRANÇAISE » et de « LA VIE NOUVELLE », publication protestante. Il polémique avec « LE NOUVEAU JOURNAL » de Lyon sur la religion, les persécutions du Saint-Office. L’organe de droite dénonce l’anticléricalisme des instituteurs, ce qui donne lieu à un feu d’artifice d’expressions homériques : « perfidie sans mesure », « exploiteur cynique », « malheureux barbouilleurs », « crétinisme le plus absolu allié au machiavélisme le plus terrifiant… ».

208Déçu par le Front Populaire au pouvoir, le Bureau National du syndicat, qui avait été d’abord polarisé sur le soutien au gouvernement Blum, réactive, dans un second temps, l’action laïque. Le congrès d’août 1937 « manifeste sa vive indignation devant l’inertie quasi absolue du Parlement et du Gouvernement en présence des attaques grandissantes de l’Eglise contre l’école laïque ». Rollo, du Morbihan, devient secrétaire de la commission laïque nationale. Il anime une chronique régulière de défense laïque dans l’organe central du syndicat.

209Quel sens donner à cette relance ? J. Girault propose une hypothèse : « Dans la mesure où certaines prises de position politiques de Delmas et de la direction furent critiquées, nous pouvons nous demander si cette inflexion ne peut pas être mise en relation avec les débats internes du syndicat et apparaître comme une compensation accordée à certains courants. La défense laïque servirait alors de prétexte pour retrouver une position de repli, moins engagée dans les luttes politiques et adaptée au dogme de l’indépendance du syndicalisme replacé au premier plan. Ce « retour aux sources » correspond aussi à un relâchement des positions laïques dans la période précédente ».

210Le lieu choisi pour le Congrès National de 1938 répond à un choix laïque délibéré : Nantes est le centre géographique d’une région allant du pays chouan à la Vendée, où la laïcité est particulièrement malmenée. La solidarité à l’égard des écoles de l’Ouest est d’ailleurs une tradition au S.N.I. La circulaire de Rollo préparatoire au congrès pose d’emblée le problème sur le plan politique : « On flatte l’Eglise dans les milieux officiels et on l’honore. On cherche son alliance pour la défense de la paix et de la liberté. On la croit susceptible de collaborer avec le Front Populaire. On lui tend une main fraternelle.

211(…) « L’Eglise ne cesse pourtant de poursuivre son rêve d’hégémonie. (…) L’Action Catholique (…) étend son emprise » et « la laïcité est en recul ». Comment la défendre ? Il faut dénoncer avec force « le rôle conservateur, réactionnaire, de l’Eglise, (…) secouer la torpeur des organisations du Front Populaire » et faire vivre les organisations laïques. Il convient d’exiger la nationalisation de l’enseignement et l’adoption de mesures restrictives à l’égard de l’Ecole Libre, qui doit être contrôlée plus strictement et dont les élèves ne doivent pas bénéficier des bourses d’Etat. Il est aussi indispensable de veiller à l’esprit laïque des maîtres de l’école publique. L’attention de la C.G.T. doit être attirée sur l’importance de ces problèmes.

212Le Bulletin Corporatif du Rhône reproduit cette circulaire sans autre commentaire qu’un appel aux suggestions. Après quoi, c’est le silence. La question laïque (question de congrès) ne sera pas abordée au cours de l’Assemblée générale de la section, préparatoire aux assises nationales.

213Il faut attendre la fin de 1938 pour que Gaston Diot jette un cri d’alarme : la laïcité est en danger. « On s’est endormi pendant trente ans : elle paraît mourir d’inanition ». Diot déplore « l’entrée dans le personnel de nombreux éléments cléricaux (…) Au moins trois normaliennes sur cinq qui sortent actuellement de l’Ε.Ν. ont des attaches cléricales ». Elles ont souvent été « embrigadées dès avant leur entrée à l’E.Ν., à l’E.P.S. (Ecole Primaire Supérieure) où elles forment sections et groupes militants organisés, parfois à l’insu des familles ». A l’Ecole Normale, relies déteignent sur les éléments sainement laïques (…) Le fruit pourri dans le panier gâte les bons, tandis que le bon fruit ne ramène jamais les fruits pourris ». Les écoles libres revivent partout. L’administration, les partis et organisations laïques, le S.N.I. ne font « RIEN » pour modifier cette situation. Il faut « mettre Rollo au pied du mur laïque, non pour qu’il s’y cache à l’ombre, mais pour qu'il y monte au faîte et que de là il assomme ministres et fonctionnaires jusqu’à ce qu’on fasse quelque chose ». Visiblement, Diot considère que l’appel lancé par Rollo dans l’« ECOLE LIBERATRICE » du 19 novembre est insuffisant. Il n’y fait d’ailleurs aucune illusion. Il ne sera pas du tout question dans la section d’un nouvel appel du secrétaire national pour les affaires laïques, paru dans « L’ECOLE LIBERATRICE » du 28 janvier 1939.

214Peu nombreuses sont les sections départementales qui répondent aux invites de Rollo. Le Rhône ne se distingue pas par un zèle particulier. En mars 1939, à l’initiative du S.N.I., se reconstitue au Parlement un groupe de défense laïque. La section n’en rend aucun compte. Il faut attendre le 23 mars pour que l’Assemblée générale soit saisie des questions laïques. Bordel, qui rapporte, intervient longuement et solidement. Π fustige « la carence » de « la C.G.T. qui n’a pas voulu comprendre » la mission culturelle de l’école publique, « si bien que nul ne peut nier le retard culturel, énorme dans nos campagnes, capital pour l’avenir dans nos villes ». La relation de cause à effet est ici explicite. La C.G.T. est plus fortement attaquée sur ce point que « les partis politiques » et le gouvernement. Cela peut surprendre. On est tenté de mettre cette virulence en rapport avec les attaques émises au même moment par la section contre l’attitude confédérale de fermeté en politique extérieure. Au lendemain du dépècement de la Tchécoslovaquie, le Rhône se trouve quelque peu en porte-à-faux…

215Mais restons-en pour l’instant au rapport Bordel, qui demande aux enseignants de développer « un apostolat » comportant « en dehors des heures officielles des heures de dévouement à la laïcité, de dévouement à ce peuple dont nous venons ». Il appelle à développer le réseau des œuvres laïques, à élargir en milieu rural « les œuvres de bienfaisance en œuvres d’éducation » ; en ville, à participer aux travaux des amicales d’anciens élèves. « L’indépendance » de ces œuvres « est totale et entière ». Il faut donc se faire aider dans ces tâches par « des gens indépendants » que l’on peut « guider ». Forest et Diot appuient le rapport. Diot se préoccupe particulièrement de la propagande laïque chez les ouvriers et les paysans, sans d’ailleurs formuler de propositions concrètes.

216Au Congrès du Groupement Départemental de l’Enseignement Laïque qui se tient à Belleville en 1939, Forest apporte le salut des instituteurs. Il invite les congressistes à maintenir « les liens d’étroite solidarité qui unissent les sociétés laïques et le personnel enseignant ». Mais l’essentiel de son allocution est un appel à poursuivre avec le S.N.I. la propagande et l’action pacifistes.

217Après le Congrès de Belleville, « LE NOUVELLISTE » du 23 avril menace les congressistes de poursuites pour « excitation à la haine entre les citoyens ». Il dénonce les « diffamateurs et excitateurs » qui « partent en guerre contre la religion ». Mais l’affaire en reste là.

218Si l’on veut résumer l’action laïque de la section de 1936 à 1939, on trouve surtout un grand silence entrecoupé de quelques coups de clairon. Le S.N.I. du Rhône a d’autres soucis en tête. Si les abandons constatés sur le terrain de la laïcité sont portés au débit de la C.G.T., si la référence laïque permet d’asséner des coups au parti communiste coupable de « main tendue », cette référence ne peut être d’aucune utilité pour la réalisation du grand objectif : le développement du pacifisme à la lyonnaise.

219Ainsi, à partir de la chute du cabinet Léon Blum, se précise une tendance déjà observable au sein du S.N.I. rhodanien, dont l’adhésion de ses cadres au Front Populaire a toujours été très réticente : au moment où la section proclame la faillite du politique et la nécessité de revenir au syndicalisme – révolutionnaire originel, une sourdine est mise aux activités les plus spécifiquement syndicales : lutte corporative, défense de l’école publique, prise en mains des revendications des jeunes, des femmes enseignantes (il n’est plus question de celles-ci entre 1936 et 1939), recherche pédagogique… La section donne l’impression de se transformer rapidement en un parti politique à audience régionale, ayant son chef quasi charismatique, ses organismes satellites, ses moyens d’expression s’adressant à l’ensemble de la population – le parti du pacifisme intégral.

« L’Union Nationale des Instituteurs »

220On peut dire que le S.N.I. représente dans cette période la grande masse des instituteurs. Non l'unanimité. Tous les élus aux Conseils Départementaux en sont membres. Mais la droite n’est pas absolument absente de la compétition. Le 3 mai 1938, une liste d’« UNION NATIONALE » est opposée aux candidats du S.N.I. pour le renouvellement du Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire du Rhône. Cette formation est-elle en relation avec la très réactionnaire « UNION CORPORATIVE DES INSTITUTEURS » constituée à Paris le 18 novembre 1936 ? On ne saurait l’affirmer. Une liste (non datée) des abonnés à l’organe national de l’U.C.I., « L’ECOLE FRANÇAISE », contient une seule adresse lyonnaise, sans rapport avec les candidats et candidates rhodaniens de l’« UNION NATIONALE ».

  • 13 Le président de l’U.C.I. Serge Jeanneret, collaborera sous l’occupation au « Cri du Peuple » de Do (...)

221« L’UNION CORPORATIVE DES INSTITUTEURS » se définit comme chrétienne, anti-communiste, anti-S.N.I. Elle prône « la collaboration des écoles et des métiers », « la collaboration de l’école et des familles », « le droit des primaires aux Humanités », « l’organisation corporative de l’Université » avec à sa tête « un chef (…) qualifié par son expérience » et « assuré de durer ». En 1938, l’Union tient à Lyon son Congrès National, mais les traces de ses débats ne nous sont pas parvenues13.

222Au plan national, elle revendique 7 000 voix « d’opposants » au S.N.I. contre 91 000 à celui-ci.

223A Lyon, la liste « UNION NATIONALE » obtient 51 et 59 voix sur 570 votants chez les instituteurs ; 157 et 159 suffrages sur 1192 dans le collège féminin.

224Qu’il y ait ou non lien entre les deux organisations, on peut faire une constatation : l’influence de la droite chez les instituteurs du Rhône, globalement stationnaire par rapport à 1935, est très minoritaire, bien que dans le collège féminin elle atteigne 13, 4 %. Elle dépasse néanmoins, et d’assez loin, celle des antifascistes groupés autour du parti communiste.

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin Corporatif, 1936 à 1938 ; L’Ecole Libératrice, L’Ecole Emancipée, 1936 à 1938 ; Feuilles Libres, Vigilance, La Révolution Prolétarienne, 1936 à 1938 ; Le Progrès, Le Nouvelliste, Le Lyon Républicain, L’Avenir Socialiste ; La Voix du Peuple, 1936 à 1938 ; Syndicats (no 1, octobre 1936) ;

– Archives Nationales, 25 AS 1 ; Archives Départementales du Rhône, 4 M 244,4 M 269 PP ;

– Entretien d’André Delmas avec Jacques Girault (mai 1975) sur le S.N.I. et la laïcité ; souvenirs d’Albert Fau, ancien dirigeant syndicaliste du mouvement ouvrier dans le Rhône ; Colloque « Léon Blum, chef de gouvernement » (Fondation Nationale des Sciences Politiques) et débat en marge de ce colloque (rapporté in « Le Mouvement Social », janvier (mars 1966) ; « Les cinq points de l’Union Corporative des Instituteurs », brochure publiée par l’U.C.I. ;

– René Bidouze : « Les fonctionnaires, sujets ou citoyens ? » (Ed. Sociales) ; Michel Bilis : « Socialistes et pacifistes (1933-1939, ou l’impossible dilemme des socialistes » (Ed. Syros, 1979) ; Giulio Ceretti : « A l’ombre des deux T » (Julliard) ; Jacques Chambaz, Jean Bruhat : « Le Front Populaire », ouvrage collectif (Ed. Sociales) ; André Delmas : « A gauche de la barricade » (Ed. de l’Hexagone, 1950) ; Henri Dubief, op. cit. ; Henry W. Ehrmann : « La politique du patronat français », Paris, 1959 ; Bernard Georges : « La C.G.T. et le gouvernement Léon Blum », in « Le Mouvement Social », (janvier mars 1966) ; Jacques Girault, op. cit. ; Daniel Guérin : « Le Front Populaire, révolution manquée » (Julliard, 1963) ; Georges Lefranc : « Le Syndicalisme en France » et « Le Front Populaire » (P.U.F., coll. « Que sais-je ? ») ; Pikes : « Les Français et la guerre d’Espagne » ; René Rémond : « Les catholiques, les communistes et les crises 1929-1939 » (Coll. Kiosque, 1960) ; « Révolutionnaires du Front Populaire » (Coll. 10/18).

Notes

1 Le 11 juillet 1940, seuls Jordery, André Philip, Elminger voteront contre les pleins pouvoirs à Pétain. ; Herriot et Jules Julien s’abstiendront Les députés communistes ont été déchus de leur mandat dès le début de la guerre.

2 Revendication satisfaite par décret du 20 décembre 1936. Une Commission départementale des constructions scolaires est nommée dans le Rhône.

3 Cette question se pose en relation avec l’institution des « 40 heures » pour les salariés. Le Rhône propose au congrès national que le mercredi soit jour de repos et que la classe du samedi, facultative, soit consacrée à des travaux libres.

4 Le Figaro, 25 juillet 1936. Deux ans plus tard, l’écrivain protestera contre les massacres commis en Espagne par les Franquistes et les Nazis. Il explique alors : « Aux premières nouvelles du soulèvement militaire et des massacres de Barcelone, j’ai d’abord réagi en homme de droite ». (Ibid., 20 juin 1938).

5 « Parti Ouvrier d’Unification Marxiste », groupe dominant – avec les anarchistes – en Catalogne. En mai 1937, ils s’opposent par les armes aux socialistes et aux communistes.

6 Magazine national de la Ligue des Droits de l’Homme.

7 Comparaison éloquente : la collecte traditionnelle du 1er mai a rapporté 16 730 F dans la section du Rhône. Nationalement, Vivès reconnaît l’échec de cette souscription.

8 La première est conduite par Pardon, la seconde par Fontaine ; la troisième incomplète, est formée par Ladevèze, Pilon, Vuarin, Mme Forest-Philip ; Mme Milliex (aujourd’hui : Ponchon). Elle recueille 5 % des voix.

9 Pierre-Etienne Flandin envoie à Hitler un télégramme de félicitations au moment de Munich. Chef de gouvernement à Vichy (juillet 1940-février 1941).

10 Le Bureau National du S.N.I. comprend des socialistes comme Delmas, des partisans de la « Révolution Prolétarienne » (Hagnauer, Comec, Rollo), des francs-maçons. Mais en sont exclus les communistes et les « amis de l’Ecole Emancipée ».

11 En 1937, M.L. Cavalier quitte le Rhône pour les Bouches-du-Rhône.

12 Environ 50 % des syndiqués votent pour élire la direction départementale. Lorsqu’il s’agit de l’orientation nationale, le pourcentage peut tomber à 13, 5 %.

13 Le président de l’U.C.I. Serge Jeanneret, collaborera sous l’occupation au « Cri du Peuple » de Doriot et à « Combats », l’organe de la Milice. Après la guerre, il dirigera le « Comité d’Etudes » du mouvement poujadiste et sera rédacteur en chef de son journal : « Fraternité Française ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre SONDAGE OPERE SUR 46 NUMEROS DU « BULLETIN CORPORATIF » (1936 – 1939)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre THEMES REGROUPES (pacifisme, politique intérieure, autres questions)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre LES TENDANCES AU S.N.I. de 1936 à 1939 d’après les votes aux congrès Nationaux.
Légende Remarques :– Sont pris en compte dans ce tableau : les votes sur le rapport moral et les motions d’orientation. (Pour 1936, le rapport des forces entre les tendances est donné par les motions sur la paix et non la motion d’orientation, votée quasi unanimement par le congrès).– Avant 1938, les communistes et les partisans de la sécurité collective ne présentaient pas de motion d’orientation.– La progression du nombre des mandats, sensible dans le fait que les courbes ne reflètent pas les variations en pourcentage, traduit l’augmentation sensible du nombre des syndiqués.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Dans le Rhône : UNE ORIENTATION, DES NUANCES et leur traduction en chiffres (Répartition des mandats aux congrès nationaux)
Légende Remarques :– La motion sur la paix sert de référence pour l’orientation en 1936. Les chiffres retenus pour les autres années sont ceux relatifs aux motions d’orientation en présence.– Les votes de la section départementale n’ont pas été publiés en 1939.– Dans le Rhône comme dans les autres départements, l’augmentation du nombre des mandats atteste le nombre croissant de syndiqués.– Les variations observées dans la répartition des mandats au cours des congrès nationaux traduisent les difficultés éprouvées à se situer parmi les tendances au sein d’une section où l’orientation est plus extrémiste qu’au plan national et où, dans les faits, les familles de pensée se réclamant de la majorité et de l’« Ecole Emancipée » sont sur la même ligne malgré quelques nuances.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search