Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Deuxième partie. 1928-1935

Chapitre III. Antifascisme et pacifisme, du 6 février 1934 à la réunification syndicale

Texte intégral

Hitler au pouvoir : l’écroulement d’un rêve

1Le 30 janvier 1933, Hitler devient Chancelier du Reich. C’est peu dire que l’événement stupéfie un grand nombre de Français.

2Dès la signature du traité de Versailles, le parti communiste l’a dénoncé pour ses injustices et pour les dangers d’une seconde guerre mondiale qu’il portait en germe. Il a développé une importante activité pacifiste et antimilitariste, prônant l’entente des peuples français et allemand, l’égalité des droits et le désarmement.

3Dans les années trente, d’autres voix se font entendre. Depuis la période de tension extrême marquée par la crise de la Ruhr en 1923, l’opinion publique a évolué en France et en Allemagne. L’exécution intégrale des traités apparaît à un large public comme coûteuse parce qu’impliquant l’entretien d’une armée forte et la perception de lourds impôts. Certains y voient la cause essentielle de la crise financière et monétaire que Poincaré s’est engagé à conjurer. Pour ce faire, la France a besoin de l’aide des Anglo-Américains qui poussent au rapprochement franco-allemand.

4D’où la nécessité de concessions qui conduisent à mettre en avant l’entente afin de « sauvegarder la paix ». On se trouve à un point de convergence entre les intentions ainsi affirmées par les gouvernements successifs et les aspirations populaires, ce qui donne la clef de l’extrême popularité acquise par Aristide Briand, « apôtre de la paix ».

5Dès 1921, Briand était partisan du rapprochement franco-allemand. Ministre des Affaires Etrangères sans discontinuer (sauf pendant dix jours), de 1925 à 1932, il trouve en face de lui, jusqu’en 1929, le ministre allemand Stresemann, ultra-nationaliste intelligent qui se donne lui aussi l’auréole pacifiste. L’évacuation de la Ruhr, le traité de Locarno, l’entrée de l’Allemagne à la Société des Nations, l’évacuation de la Rhénanie marquent les étapes de la détente.

6Parallèlement, un travail historique est entrepris pour mettre au clair les origines et les responsabilités de la guerre. Un COMITE D’HISTOIRE DE LA GUERRE MONDIALE est créé. Il publie de 1923 à 1940, une REVUE D’HISTOIRE DE LA GUERRE MONDIALE dont le rédacteur en chef est M. Renouvin. Celui-ci se voit confier une chaire nouvellement créée en Sorbonne pour l’enseignement de l’histoire de la grande guerre. Il l’occupera de 1922 à 1931 et sera le centre d’un « énorme travail » de recherche marqué par de très nombreuses publications.

Pacifisme et désarmement

7Pour les instituteurs, la réconciliation franco-allemande est le pilier essentiel d’une paix définitive. Briand a, un temps, porté leurs espérances. L’organe du Syndicat National a donné une large place à l’enquête effectuée par Max Hébert, Directeur de l’Ecole Normale de Saint-Brieuc, sur l’idée que se font les écoliers de la guerre et de la paix. Trente instituteurs allemands, accueillis par le Syndicat National, ont exposé à Paris et à Rennes, Nantes, Orléans, les bases de l’école dans la république de Weimar, sous le signe de la solidarité « pour faire haïr la guerre ». Controversant avec R. Louzon, de la « Révolution Prolétarienne », qui a écrit : « Les Etats-Unis d’Europe naîtront de la victoire de la Révolution Prolétarienne ou ne seront pas », Péron en appelle au « pacifisme éclairé » dont le courant « déborde largement les milieux révolutionnaires » et à une coopération internationale « juridique, financière, intellectuelle », à la « généralisation des œuvres de solidarité sociale » qui sont « des pas dans le mouvement de l’histoire» et « qui peuvent, en s’affermissant, écraser les nationalismes ».

8Très vite, « l’Ecole Libératrice » se prononce « contre le bellicisme renaissant ». Le Syndicat National participe avec la C.G.T., la S.F.I.O., le parti radical-socialiste, la Ligue des Droits de l’Homme et aux côtés de délégués sociaux – démocrates allemands, anglais, belges, à des « meetings pour la paix » dont le plus important est celui du Trocadéro à Paris (en 1931).

9Le syndicat ne récuse pas pour autant l’idée de la défense nationale. Sous le titre : « L’idée de patrie et la paix », « l’Ecole Libératrice » reproduit une « bonne page » de l’ouvrage de Jean Jaurès : « l’Armée nouvelle ». Les thèses de Léon Blum sur « le socialisme et la paix » sont exposées de la même façon.

10Examinant les « moyens d’action du socialisme sur la guerre » le leader socialiste ne se réfère nullement à l’antimilitarisme. Il insiste sur la forme démocratique des gouvernements républicains ou monarchistes constitutionnels qui, selon lui, même imparfaits, auraient rendu la guerre non « concevable » en 1914 si de tels gouvernements avaient été généralisés en Europe. Il préconise l’organisation internationale de la production et une active propagande socialiste contre les « préjugés » nationalistes.

11A Lyon, Emery, qui donne le ton, exprime des idées beaucoup plus radicales : « La plus importante (distinction à faire) est celle qui rejette définitivement hors du patriotisme l’idée de la suprématie de la nation Entendons par là, non seulement la grossière sottise consistant à réclamer pour un pays l’hégémonie matérielle sur tous les autres, mais même le principe de la souveraineté nationale (...) Les divisions en nations ne correspondent plus aux réalités d’une économie internationale ».

12Etablissant un signe d’égalité entre nation et nationalisme, il conclut sur la nécessité de les asservir « à une justice qui les dépasse ». Dans ces conditions, plus de défense nationale : « le temps des soldats de l’An II est définitivement révolu ». Dans le débat sur l’armée, l’école « doit au moins garder sa neutralité, ne pas perpétuer des conceptions vieillies, ne pas contrarier par son influence qui reste considérable les nécessaires réadaptations internationales ». Pour le théoricien du syndicat, la solution de ces problèmes repose sur l’évolution « de la psychologie des foules ». Si on veut s’engager dans la voie d’une réduction parallèle des armements, la situation sera « inextricable ». « Tout dépend, en dernier ressort, d’une nouvelle attitude intellectuelle » qui conduit à « jouer l’avenir de l’humanité sur une nouvelle carte, celle de la paix à tout prix et du désarmement immédiat ».

13Dès lors, la propagande pacifiste se développe largement dans le Bulletin Corporatif. Se fondant sur l’injustice des traités de 1919, Emery expose sa vision de la paix, dont la première condition est la révision de ces traités. Il distingue le groupe des « nations arrivées » : « la France et ses satellites de la Petite Entente, plus surtout la Pologne qui reprend à merveille les traditions de la Russie tsariste » et le groupe des « nations frustrées de leurs espoirs », « gravement lésées dans leurs intérêts ou leurs ambitions, condamnées à une vie précaire et pauvre et rejetant la responsabilité de leurs misères sur un régime qualifié d’intolérable » : l’Allemagne, l’Italie, la Hongrie et l’URSS.

14L’auteur est conscient des dangers du « révisionnisme » en matière de traités, car il risque de déclencher une « agitation d’autant plus dangereuse qu’elle déchaîne des forces psychologiques qu’on arrive vite à ne plus pouvoir contrôler ». Mais « la volonté de maintenir des textes cohérents » risque d’« aggraver jusqu’au désastre » le déséquilibre européen. Il faut donc « s’entendre non sur les sujets de révision – c’est impossible –, mais sur une procédure de révision pacifique, acceptée par tous » et appuyée par « un système permanent d’enquête et d’arbitrage » sous les auspices de la Société des Nations.

15Le même numéro du Bulletin fait ressortir le poids de la guerre sur le budget national. Π reproduit aussi « la belle poésie » des Petits Fusils :

« Repousse ces petits fusils,
qui sont comme les jeunes frères
de ceux qui font pleurer les mères
sur la tombe de leurs grands fils ».

16Il annonce que le Conseil Municipal de Lyon accorde au Syndicat National (qui organise un « Voyage d’études internationales ») une subvention de 3000 francs « pour propagande pacifiste et internationale ». Le Conseil Municipal de Caluire, de son côté, verse 300 francs. Les idées avancées par le Syndicat National ne peuvent choquer les élus socialistes et radicaux, car elles rejoignent sur beaucoup de points les vues d’Aristide Briand. Certes, les gouvernements successifs de la France et de ses alliés se gardaient bien d’aller jusqu’à la réduction des armements (ce que les communistes dénonçaient avec constance), mais la phrase pacifiste ornait tous les discours.

La « Pan-Europe » en discussion

17Le débat sur une éventuelle Union Européenne prend du relief avec l’implantation du mouvement pour la « Pan-Europe » du comte Coudenhove-Kalergi. Une polémique s’engage entre Gaston Riou qui a présenté ce mouvement dans la « Nouvelle Revue mondiale » et Romain Rolland, qui le critique vivement, dans la revue « Europe ». Le Bulletin Corporatif reprend l’article du grand écrivain, auquel Léon Emery apporte la contradiction.

18Romain Rolland attaque vivement : « Les intellectuels généreux de la France d’aujourd’hui, dont Gaston Riou se fait le coryphée, entonnent la nouvelle antienne : Europe ma patrie ! Et ils ne s’aperçoivent pas qu’ils servent les intérêts nouveaux des maîtres du jour ». Pour lui aussi, le statu-quo international est intenable. Mais jusqu’à ce que soient acceptées par tous les peuples européens « les conditions possibles d’une vie en commun (...) il ne sert à rien de répéter : « Europe ! ». Il n’y a point d’Europe. Il y a des peuples à l’attache qui rongent leurs chaînes. Et il y a ceux qui tiennent les chaînes. Avec qui êtes-vous ? » Il rappelle avoir dénoncé « les tractations secrètes poursuivies (...) entre Arnold Rechberg, le magnat de la potasse en Allemagne et les affairistes du nationalisme français », en vue d'« une alliance militaire franco-allemande, tractations qui permirent aux industries allemandes de revivre en associant à leurs profits les capitaines d’industrie français ». Romain Rolland hausse la voix : « L’U.R.S.S. est la proie visée (...). Je ne serai pas ce soldat (de l’impérialisme). Europe, si tu engages ce monstrueux combat, je marcherai contre toi, contre ton despotisme et ta rapacité, pour mes frères de l’Inde, de la Chine, de l’Indochine et de toutes les nations exploitées, opprimées (...). Je dis à l’U.R.S.S. de Lénine et je dis à l’Asie de Sun Yat Sen et de Gandhi :

Frères, comptez sur moi !
(...) et je dis à l’Europe :
Elargis-toi ou meurs ! ».

19Il appelle à « épouser toutes les forces neuves et libres de la terre... »

20Emery est d’une opinion diamétralement opposée : il ne croit pas que les « ETATS-UNIS d’EUROPE » soient une « Sainte alliance capitaliste et impérialiste », qui « supposerait un degré d’organisation fédérative dont nous sommes fort éloignés ». Par contre, il existe des « périls présents : conflits franco-italien, germano-polonais, questions de Dantzig, de l’Anschluss, des réparations. Contrairement à ce que pense Romain Rolland, la guerre franco-allemande est possible et la Fédération européenne constitue un « bouclier » contre elle (...). On dit que les trusts et cartels veulent créer par l’Europe unie les conditions nécessaires au maintien de leur sécurité. On peut tout aussi bien retourner la phrase et dire que les difficultés qu’ils éprouvent, le danger de l’industrialisation russe, de la concurrence américaine et des révoltes asiatiques leur ont imposé la nécessité d’unir et de pacifier l’Europe ».

21Les choses sont désormais plus claires : l’Europe d’Emery est celle des cartels. A l’appui de cette profession de foi, une « Lettre d’Allemagne » adressée par un professeur d’Université munichois se félicite de l’action du gouvernement Bruning dont il vante la modération. Pour le Professeur, « il faut que l’Europe redevienne l’unité qu’elle formait au Moyen Age pour se maintenir contre l’Asie et l’Amérique ».

22Jean Fontaine donne un air « de gauche » à la même idée. Il cite longuement une lettre du maréchal Lyautey sur les sentiments de « l’officier français ». En dehors de la bataille, que trouve-t-il en l’officier allemand qu’il vient de combattre ? « Un gentleman, d’une éducation parfaite, ayant en toutes choses, religion, politique, toutes nos idées. Nous parlons le même langage, nous nous entendons à merveille. Que veux-tu ? J’ai au cœur une haine féroce, celle du désordre et de la révolution. Je me sens, certes, plus près de ceux qui la combattent, de quelque nationalité qu’ils soient, que de tels ou tels de nos compatriotes avec qui je η’ai pas une idée commune et que je regarde comme des ennemis publics ».

23A cette solidarité capitaliste, J. Fontaine oppose « la solide guerre de classe (...), la seule qu’il nous faille subir avec courage et avec la foi qui crée le sacrifice ». Mais le militant, fidèle à l’anarcho-syndicalisme originel, ne se rend pas compte qu’il dit crûment ce que le maréchal réactionnaire exprime sous une autre forme, lorsqu’il conclut : « A bas les patries ! ».

24Un mois plus tard, Emery se félicite du « rapprochement franco-allemand » préparé par André François-Poncet. Il recommande seulement de « mettre plus de bonne volonté à comprendre les thèses adverses ».

Deux pacifismes

25En février 1932, Léon Emery préside à la Mairie du 6ème arrondissement de Lyon, un meeting public de la « Ligue internationale des Combattants de la Paix » partisane du pacifisme intégral. Le Bulletin Corporatif n’attendra guère pour publier un communiqué de la « PATRIE HUMAINE », organe de cette ligue, se prononçant pour la lutte « contre la guerre par tous les moyens ». Cependant, Romain Rolland lance un appel, « au nom de la Chine assaillie, au nom de l’URSS menacée », contre « tous les fascismes ploutocratiques et militaires qui vont demain enserrer la terre ».

26Le 31 mars 1932, Jules Isaac, apôtre du rapprochement franco-allemand et l’auteur de manuels d’histoire très cotés, donne au Palais de Commerce de Lyon, sous les auspices de la Fédération Générale de l’Enseignement et du Syndicat National des Instituteurs, une conférence consacrée aux « origines de la guerre ». La campagne pacifiste se diversifie. Des articles insistent sur la nocivité des gaz de combat, l’inutilité et même la malfaisance psychologique de la défense passive, « l’énorme capacité offensive » de la ligne Maginot. Emery se réjouit des résultats électoraux d’avril 1932 en Allemagne. Pour lui, Hitler a manqué son coup. N’ayant pu s’emparer du gouvernement par un « coup de force rapide et audacieux, le parti National-Socialiste ne peut gagner en nombre sans perdre en ardeur. C’est une sorte de loi physique que toute organisation très nombreuse tende progressivement vers la modération. Déjà Hitler a répudié le coup de force, il s’est engagé dans les voies de la légalité et peut-être, s’apprête-t-il au jeu traditionnel des coalitions parlementaires ».

27A quoi bon s’inquiéter puisque le nazisme se civilise ?

28La polémique continue. Romain Rolland invite les instituteurs à participer au « Congrès Mondial d’Amsterdam contre la guerre » car, si l’on n’y prend pas garde, « la guerre vient ». « Les grandes consciences intellectuelles » ne suffisent pas à sauver la paix. Il faut grouper les énergies de ceux qui s’opposent aux fauteurs de guerre. Dans l’organe rhodanien du S.N., Félicien Challaye expose une autre thèse : « La guerre est (...) le mal absolu. A mal absolu, remède absolu : pacifisme intégral, paix sans aucune espèce de réserve.

Plutôt l’occupation étrangère que la guerre.
La défense de la nation serait la mort de la nation ».

29Cette position est partagée par Lavenir qui demande à la C.G.T. de reprendre dans la lutte contre la guerre, sa position d’avant 1914 : grève générale, refus de partir, boycottage des industries de guerre, solidarité internationale.

30En 1933, le Syndicat National décide de soumettre la question de la guerre et de la paix à la discussion de son prochain Congrès National. Un plan d’étude est établi :

  1. La légitimité de la guerre.

  2. Moyens positifs à mettre en œuvre pour empêcher la guerre.

  3. Quelle doit être l’attitude des instituteurs à l’égard de l’appareil militaire (préparation militaire supérieure, cours de perfectionnement des sous-officiers ; faut-il être officier ?)

31Dans l’avalanche d’idées exprimées, d’arguments échangés sur ce problème majeur, on peut discerner de nombreuses nuances, mais aussi, fondamentalement, une opposition majeure. Aucun point de rencontre n’existe entre les partisans de la « sécurité collective » contre le danger de guerre et ceux qui récusent, en toute hypothèse, la défense nationale, fut-ce en cas d’agression caractérisée. De nombreuses organisations pacifistes se créent. Dans le Rhône, le Syndicat National qui suit Emery argue de cette multiplicité pour refuser de se faire représenter au Congrès d’Amsterdam.

32Telle n’est pas l’attitude nationale du syndicat qui délègue Dumas comme « observateur » au Congrès. Celui-ci ayant créé un « Comité International contre la guerre », Georges Lapierre y siège au nom du Syndicat National.

33Le Syndicat Unitaire du Rhône avait délégué François Bernard à cette assemblée mondiale, que le compte-rendu présente comme le « flot mouvant, varié et coloré, jamais immobile ni silencieux, des quelque 4 000 congressistes ». Bernard déclare avoir pris l’initiative de réunir séparément les délégués membres de l’Enseignement. Georges Cogniot en attribue le mérite à un délégué roumain, P. Constantinesco-Iasi (dit Esanu), membre du Comité Exécutif de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement.

34Selon Bernard, Gilbert Serret aurait présidé la réunion, dont lui-même aurait été secrétaire. Quoiqu’il en soit, les deux relations font ressortir l’importance de la résolution adoptée à cette occasion. Elle invitait les organisations syndicales internationales universitaires à réaliser « le front unique contre la guerre dans le cadre des directives données par la Congrès Mondial d’Amsterdam ».

  • 1 Marceau Pivert (leader de la « gauche révolutionnaire » du Parti Socialiste S.F.I.O.), un temps inf (...)

35En attendant, la section rhodanienne du Syndicat National publie les consignes de Marceau Pivert à appliquer immédiatement en cas de guerre : établir un plan « d’occupations syndicales » des centrales, gares, centres vitaux et préparer « la prise révolutionnaire du pouvoir »1.

La presse et les partis lyonnais devant l’accession d’Hitler à la Chancellerie

36Les coups de semonce n’ont pas manqué. Les derniers espoirs de la social-démocratie allemande et de ses amis français ont été placés dans la capacité et la volonté du maréchal-président Hindenburg de s’opposer aux ambitions hitlériennes et en l’incapacité du chef nazi de dominer les forces centrifuges dans son parti. Jusqu’en janvier 1933, les quotidiens lyonnais ont entretenu cet espoir, combattu par les faits. Il leur faut vite déchanter.

37« Le Progrès » de Lyon – proche d’Edouard Herriot – constate qu’en Allemagne, le 30 janvier a « assis la contre-révolution avec toutes ses forces coalisées » ; et « Le Nouvelliste », que cet avènement a l’aval des « cercles de l’industrès lourde ». Dans un premier temps, l’organe de la droite lyonnaise reprend la thèse nazie sur l’incendie du Reichstag par les communistes ; ce devait être pour eux « le signal d’un mouvement révolutionnaire ». La répression anticommuniste, puis anti-socialiste et anti-syndicale est méritée : « voilà ce que c’est de publier des appels internationaux où l’on réclame le Front Unique contre Hitler et les Nazis ». On s’émeut seulement lorsque les catholiques sont touchés à leur tour. Les socialistes allemands ne sont pas épargnés par « Le Nouvelliste » : « ... en prenant la fuite ou en devenant hitlériens », ils manqueraient du « plus élémentaire courage ». Inexplicablement, les socialistes rhodaniens ne relèvent pas cette indécente déclaration.

38Le même quotidien, porte-parole traditionnel du nationalisme, s’émeut quand même devant la composition du premier gouvernement hitlérien, composé « d’implacables ennemis de la France ». Le « Führer » est « dangereux » ; il « risque d’être obéi aveuglement », bien qu’il ne soit pas « de la taille d’un dictateur ». Ces considérations sont assorties d’une mise en garde adressée à ceux qui ont entrepris « de louer sans réserves les vertus de la Croix gammée : un peu moins de violence, un peu plus de sagesse, cela ferait infiniment mieux l’affaire du monde ».

39« Le Progrès » se contente de signaler au coup par coup la progression des dangers qui menacent l’Autriche, le rassemblement des Etats allemands du sud dans « la main de fer » du nouveau chancelier, l’incorporation des S.A. (Sections d’Assaut hitlériennes) dans la Reichswehr, l’occupation de Spire et de Cologne (villes démilitarisées) par les mêmes S.A. Mais aucun article ne tente d’analyser les lignes de force de la politique extérieure nazie. Prudence radicale ?

  • 2 Henri de Man, vice-président du Parti socialiste belge, un des « pères » du « planisme ». Partisan (...)

40Communistes et socialistes réagissent chacun à sa façon. « Le Progrès » publie un communiqué (national) commun C.G.T. – S.F.I.O., dénonçant « la Saint-Barthélémy des démocrates qui se prépare » outre-Rhin. « L’Avenir Socialiste», hebdomadaire fédéral, n’en dit mot. La section socialiste d’Oullins, qui préconise la constitution d’un « front unique » socialiste-communiste », est pratiquement isolée dans le Rhône. Au contraire, selon « L’Avenir Socialiste », « il ne faut pas se laisser manœuvrer par les communistes qui créait des organismes pour noyauter le parti-socialiste ». La « vraie lutte contre la guerre » passe par la résistance à toutes leurs sollicitations ». C’est seulement au mois d’avril qu’un article manifeste le souci d’arriver à « l’unité prolétarienne ». Mais en janvier 1934, c’est à Henri de Man2 que « L’Avenir » fait appel pour donner la ligne. L’expérience allemande prouve – prétend-il – que « le socialisme international ferait une lourde faute s’il plaçait son action sous le signe de l’antifascisme ». En février 1934, le ton changera enfin...

41Chez les communistes, on proclame immédiatement la « solidarité avec le prolétariat allemand » et on propose « le Front Rouge contre les assassins fascistes ». « La Voix du Peuple » perçoit le mécanisme qui est enclenché : exacerbation du nationalisme allemand, préparation à la guerre de conquête. Mais le parti communiste reste sur les schémas de la ligne « classe contre classe » ; il avance les mots d’ordre traditionnels. « La lutte contre le fascisme, c’est aussi la lutte contre la guerre impérialiste, (...) contre le système de Versailles, contre le fascisme français » ; d’où le devoir de « renverser notre propre bourgeoisie ». Tout cela ne va pas sans quelque confusion : avec le Patronage laïque de Lyon-Perrache – Presqu’île, le parti tient un meeting « contre le cléricalisme, contre le fascisme ».

42Lorsque l’extrême-droite française entrera brutalement en lice à son tour, la réflexion s’approfondira et au dilemme : « Socialisme ou fascisme », sera substitué le mot d’ordre : « Démocratie ou Fascisme ».

43Ainsi, la position de chaque famille politique est plus ou moins nettement exprimée. Aucune ne semble avoir été influencée par les débats sur le pacifisme qui ont cours dans le corps enseignant rhodanien. Les grands quotidiens locaux sont alors essentiellement composés de dépêches transmises de Paris. Leurs éditoriaux, très rares dans le « PROGRES », quasi quotidiens dans le « NOUVELLISTE », sont rigoureusement anonymes. Leur rubrique locale est limitée, sauf événement exceptionnel, aux faits divers très sommairement traités et aux annonces de réunions rédigées en quelques lignes. Elle ignore généralement les manifestations syndicales et populaires. Il est donc difficile de se faire à leur lecture une idée exacte sur l’état de l’opinion en 1933. On peut, néanmoins, constater que la nature de la politique intérieure et extérieure poursuivie par le IIIème Reich, ses ambitions expansionnistes sont clairement portées à la connaissance du public, au point qu’à cette date, nul ne peut dire qu’il n’en a pas été informé.

Le Syndicat National et le IIIe Reich

44Le pacifisme théorique se trouve maintenant devant une situation nouvelle. Comment y faire face ? Le hasard veut que ce soit au moment où Hitler triomphe que débutent les travaux de la commission d’historiens allemands et français (parmi lesquels Jules Isaac) mise en place à l’initiative de Georges Lapierre et de la Fédération Internationale des Associations d’instituteurs, pour étudier les manuels scolaires et en bannir tout bellicisme. D’entrée, apparaissent un certain nombre de convergences.

45Mais, en Août 1933, au Congrès de la F.I.A.I., les associations nationales participantes doivent constater que l’ancienne association des maîtres allemands a fait place à une nouvelle, directement sous contrôle nazi.

46Delmas la fait exclure, malgré les objections de Dumas qui lui reproche de manquer de diplomatie, et en opposition absolue avec la position des délégués britanniques. « L’ECOLE LIBERATRICE » essaie avec mesure de déterminer les responsabilités dans l’avènement du régime nazi. Elle constate « l’effondrement du syndicalisme allemand », sans doute dû à « sa liaison étroite avec un parti politique dont le rôle au pouvoir et au Reichstag devait forcément comporter une part d’opportunisme et se conciliait mal avec la nécessité de conserver intacte l’ardeur combative des troupes ». Les « faiblesses » des syndicalistes allemands, « leur formation doctrinale, leur nationalisme resté tenace » ont-il permis au fascisme de passer ? L’organe du S.N. se contente de poser la question.

47Il est intéressant d’examiner la participation de Léon Emery à la partie générale de l’« ECOLE LIBERATRICE » durant cette période. En 1932-1933, il a donné neuf articles à l’hebdomadaire national : quatre critiques d’ouvrages récents, trois chroniques de réflexions générales sur la paix et un article relatif au pacifisme français après l’accession d’Hitler au pouvoir. Ces dernières chroniques semblent bien mettre en lumière les conceptions politiques fondamentales du Maître.

48C’est le 31 décembre 1932 qu’en préambule à l’expression du bureau national sur la « question de la paix » inscrite au Congrès National d’août 1933, Emery publie ses « Remarques préparatoires à une discussion sur l’action pacifiste ». Il récuse la notion de « paix armée » qui conduit inévitablement à « la course aux armements et, en dernière analyse, à la fatalité de la guerre ». Il ne peut accepter non plus, « la révolution sociale » comme obstacle à la guerre, « car c’est, en effet, la tragédie de notre temps, la tragédie surtout pour les partis d’avant-garde, que l’idéal révolutionnaire et l’idéal pacifiste ne puissent être toujours d’accord. Le révolutionnaire conséquent et étroit devrait s’il était franc, souhaiter la guerre, puisque c’est seulement ainsi qu’il peut espérer des convulsions sociales profondes, comme le prouvent la phase jacobine de la Révolution française, la Commune, la Révolution russe. Combien osent le proclamer ? ».

49Contredisant Jaurès (« Le Capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage »), il affirme que « la paix peut être considérée aussi comme un élément de prospérité et le capitalisme peut avoir intérêt à la consolider ».

50Il mise sur la possibilité d’une « paix organisée » à l’échelle internationale, « conçue comme un système d’équilibre entre des peuples acceptés dans leur diversité et qui s’efforceraient de maintenir cet équilibre, quelles que soient les transformations intérieures de chacun d’eux, en sévissant contre ceux qui le menaceraient ». Il faut donc « établir au-dessus des nations encore séparées et hostiles, un réseau d’institutions, un réseau d’échanges, un réseau de sentiments qui, progressivement, absorberaient les différences ».

51Le 14 janvier 1933, Emery développe sa problématique sur les « dilemmes de l’action sociale ». Il faut renoncer aux « théories sociales » qui « ne sont que la systématisation faite après coup de méthodes empiriques imposées par les circonstances ». Il est pour « la soummission aux faits », contre « l’ankylose intellectuelle », « le dogmatisme » et « les appareils ».

52Le 15 février 1933, il décrète que l’école ne prépare pas à la « formation d’un nouvel Etat international » (l’Union Européenne) dont les « assises » psychologiques sont déterminantes. Quelles sont ces « assises » ? « C’est la leçon des faits simplement traduite en clair pour notre conscience (...). L’union des peuples apparaîtra comme le but souhaitable et proche dans la mesure où l’on y verra refuge et libération (...) Ainsi, l’idée de l’Europe se confond pratiquement avec l’aspiration à la paix ».

53Après l’exposé de ces idées dont certaines, comme la « mort des idéologies » ou l’Europe refuge et protectrice, remontent actuellement à la surface, c’est seulement le 27 mai, qu’Emery aborde les conséquences du triomphe hitlérien sur le mouvement pacifiste français en plein « désarroi » (il s’agit du pacifisme intégral). L’auteur le voit retourner à « une ornière pourtant fameuse, celle de la guerre qui tuera la guerre, de la croisade contre l’ennemi du genre humain ». C’est « une inquiétante union sacrée » (en sous-titre dans le texte) de ceux qui « veulent le blocus moral du fascisme par la Sainte Alliance des démocraties ». On y trouve la C.G.T., l’équipe de la « REVOLUTION PROLETARIENNE », la Ligue des Droits de l’Homme, la ligue contre l’antisémitisme (à qui il est reproché d’être plus active contre Hitler, qu’elle l’a été contre les pogromes d’Europe centrale). Le P.C. n’est pas cité, sa culpabilité allant de soi. « Beaucoup de bruit pour rien » (autre sous-titre). Les masses, « au-delà de leurs frontières (...) ne peuvent à peu près rien ». « L’attitude » de ceux qui protestent est « dangereuse pour la paix » (sous-titre).

54L’argumentation destinée à étayer cette thèse peut se résumer en une phrase : que chacun balaie devant sa porte. Napoléon III, Thiers, ont fait massacrer des milliers de personnes. La France a établi des bagnes en Indochine. Nous n’avons donc rien à dire.

55Par ailleurs, les démocraties n’ont pas désarmé. Si Hitler s’arme, c’est « déplorable, bien entendu, mais je n’ai pas le courage de le lui reprocher ». D’ailleurs, êtes-vous tellement sûrs que les démocraties veulent toujours la paix, que les dictatures veulent toujours la guerre ? (...) Le vrai pacifisme » (sous-titre) consiste à ne pas revendiquer « le monopole du droit et de la vertu (...), à réaliser le plus rapidement possible l’équilibre européen par la justice et l’octroi à tous les pays de conditions normales d’existence ».

56Ce développement, qui inspirera nombre d’analyses rhodaniennes, n’est ni approuvé ni contesté dans l’« ECOLE LIBERATRICE », jusqu’au Congrès de Paris. A partir du 17 juin, la rubrique « La vie internationale » disparaît de l’hebdomadaire, pour reparaître seulement dans le numéro des 22/29 juillet, avec la reproduction d’appels du « Comité d’aide aux enfants victimes de l’hitlérisme » et du « Comité de solidarité ouvrière internationale » créé dans l’émigration par le Parti socialiste ouvrier allemand.

57Le Congrès de Paris va donc discuter en août de la question de la paix. Aucun Allemand parmi les délégués des organisations enseignantes étrangères qui saluent le Congrès. (Pourtant, des enseignants allemands sont réfugiés en France). Aucune adresse de solidarité aux syndicats allemands et aux premières victimes du nazisme.

58Sur les problèmes de la paix, trois positions s’affrontent : celle de six sections de l’est de la France ; celle de Vivès et de la majorité ; celle de la Loire qui regroupe les minorités gauchisantes. Toutes, sauf la Loire et ses supporters, sont d’accord pour le désarmement progressif et contrôlé, l’interdiction de la fabrication privée des armements et la nationalisation de cette industrie, le recours à une juridiction internationale pour régler les différends. Les sections de l’Est réclament aussi « la transformation des institutions de Genève » et la motion Vivès préconise « l’application effective et résolue des sanctions de boycottage économique et financier prévues au pacte signé par les gouvernements ».

  • 3 Expression non imprimée.

59A cette partie, la Loire oppose un texte condamnant « toute action qui ferait confiance à des gouvernements ou à des institutions extérieures à la classe ouvrière pour empêcher [la guerre ?3] pour assurer la défense des intérêts des travailleurs ». Ce qui est repoussé par 555 mandats contre 196 et 33 abstentions.

60Un second texte de la Loire condamne la politique internationale de la C.G.T. et demande le retrait de Jouhaux des organismes de la Société des Nations. Il recueille 191 mandats contre 536 et 55 abstentions.

61Ce qui caractérise la motion des sections de l’est, c’est la distinction faite, « au cas où la guerre éclaterait néanmoins » entre l’agression et la guerre défensive. Dans le premier cas, il faudrait « tout mettre en œuvre pour paralyser l’Etat agresseur : grève générale, refus des ordres de mobilisation, refus de payer l’impôt, etc... » Dans le second, les sections invitent le congrès à « réserver ses décisions afin de tenir compte des directives qui seraient fournies par les internationales politique et syndicale d’une part et par les organismes internationaux de Genève d’autre part ». La proposition est repoussée par 718 mandats contre 61 et 5 abstentions.

62La motion de la Loire (qui a été appuyée par les votes du Rhône et rejetée par les 3/4 des mandats) exigeait dans l’immédiat « l’organisation par la C.G.T. du renvoi collectif des fascicules de mobilisation et du refus de participer à tout exercice de défense dite nationale ».

63Rejetant à la fois la proposition des sections de l’Est et celle de la Loire, la majorité avec Vivès, « se félicite » de voir grandir le nombre d’élèves-maîtres qui refusent de participer à la préparation militaire supérieure. Elle fait décider par le congrès la saisie de ces questions par la F.G.E., la F.G.F. et la Fédération Syndicale Internationale.

64Ainsi, la majorité du congrès a semblé adopter une position de juste milieu entre les tendances antagonistes, tout en réservant l’avenir. Mais Vivès, rapporteur au nom du bureau national, a été très net. A ceux qui « pensent que la guerre peut encore défendre quelque chose », il répond : « Nous, nous n’y croyons plus ». Le reproche qu’il fait à la motion de la Loire « qui est de stricte observance syndicale », c’est d’être trop simpliste et sous-tendue par une conscience de classe dont « nous savons combien (elle) est lente à se développer ». Tandis que la motion qu’il présente et qui sera adoptée « contient une condamnation fortement motivée de la guerre. Dans cette condamnation même, il y a à la base une action de propagande féconde et nécessaire ». La différenciation qui s’opère est plus tactique que fondamentale.

Les pacifistes rhodaniens à l’épreuve

65Si, dans « L’ECOLE LIBERATRICE », Emery a donné, à point nommé pour préparer le congrès national, un seul coup de clairon, il a moins attendu dans le Rhône pour se lancer en campagne. Dès le mois de mars, il met en relief la responsabilité de Clémenceau et Poincaré qui « ont créé les conditions psychologiques dont ont joué les fascistes allemands et préparé une nouvelle Sainte Alliance des dictatures ».

66Mais il revient vite à une idée déjà exprimée : « La dictature, une fois créée et consolidée, le maître n’ayant plus à compter avec le sentiment populaire, peut tout se permettre, même la prudence et la conciliation ». Il n’est d’ailleurs pas sûr que les Junkers, les grands industriels et le « chef de bande » continuent à s’entendre. « Concluons que le péril, si péril il y a, n’est pas immédiat ». Il convient donc de « poursuivre la révision des traités, rendre à l’Allemagne les mandats coloniaux, supprimer ou neutraliser le couloir polonais, travailler à l’union douanière et monétaire de l’Europe, mettre au service de tous le stock d’or qui dort à la Banque de France ». En mineur, Lavenir s’attaque à la « préparation idéologique de la guerre par le mensonge » dont se rendent complices la presse vénale, les intellectuels, les prêtres, certains militants socialistes et syndicalistes qui ont « vendu leurs frères » – et l’école « de la revanche ».

67Emery ne semble rencontrer aucune opposition au Syndicat National du Rhône. Il passe à un cran supérieur, en condamnant toute « Sainte alliance des démocraties contre la Sainte alliance des dictatures » Ce serait le retour à la politique d’équilibre pour aboutir au conflit armé. Les partisans de la coalition des nations « démocratiques » (les guillemets sont de lui) peuvent-ils affirmer, au reste, qu’HITLER est le fléau suprême ? » Emery « persiste à n'en pas être tellement sûr, au plan extérieur s’entend », car Hitler s’est exprimé au Reichstag « comme une personne naturelle », il a tenu des propos « que le chef social-démocrate s’est hâté d’approuver (...). L’Allemagne veut la révision pacifique des traités dans un sens qui rétablira son égalité avec les vainqueurs de 1917 ». Lavenir, fidèle second, chante sur un autre registre. Il rappelle que « le capital n’a pas de patrie » et qu’il faut donc être « contre la guerre ». Jean Fontaine développe cette idée : « Parce qu’un fou, installé au pouvoir par les congrégations économiques allemandes pour écraser le prolétariat allemand, gouverne l’Allemagne », est-il « raisonnable, le bon sens exige-t-il que nous devenions tous fous ?(...). Un prolétaire n’a pas de patrie ».

68A partir de ce moment et jusqu’en 1935, il n’est pas un numéro du Bulletin Corporatif qui ne reprenne le pilonnage d’Emery et de Lavenir. Ce dernier intitule deux de ses articles : « A chacun ses nazis ». « L’union sacrée se refait contre l’antisémitisme hitlérien. On se croirait revenu aux beaux jours de 1914 (...). N’y aurait-il pas d’abord solidarité bourgeoise, parce que des bourgeois juifs ont été victimes des bandes hitlériennes encore dans le triomphe de leur victoire ?(...). Cette coalition contre l’antisémitisme hitlérien donne la nausée autant que l’hitlérisme lui-même » (...). « Silence à l’ignoble presse ! Hitler ne paie pas, voilà son défaut. Hitler n’a pas bonne presse, parce qu’il n’y met pas le prix. Toute la presse voudrait bien ignorer les persécutions contre les juifs si Hitler avait un service de propagande bien organisé ». Cette littérature avoisine un « pamphlet » de Jean Prévost qui reconnaît dans le nazisme, par rapport aux anciens partis, « plus de spontanéité, plus de franchise. Ces hommes se croient des chevaliers, une race élue et pour l’instant ils embêtent le monde ? Ne leur répondons pas sur le même ton : ils verront peut-être que noblesse oblige ». Il confesse : « J’aime encore les Allemands ».

Désaccord avec la C.G.T

69Nationalement, la C.G.T., et la Fédération Générale des Fonctionnaires sont sur une toute autre longueur d’onde. La F.G.F. vote, le 2 avril 1933, un texte qui s’inquiète « des menaces de guerre des régimes d’oppression des classes populaires instaurés sous l’inspiration du capitalisme, soucieux de faire payer aux seuls travailleurs les conséquences cruelles de la crise économique ».

70Elle « se déclare d’accord avec la C.G.T., prête à s’opposer par tous les moyens à la constitution éventuelle en France, par le capitalisme, d’un régime autoritaire à sa dévotion (...). Pour parer aux dangers de guerre et pour asseoir la paix nécessaire au bien-être des peuples », elle est prête à aller jusqu’à la grève générale.

71Mécontente des analyses cégétistes, la section rhodanienne du S.N. des Instituteurs exige du Bureau confédéral qu’il précise si, en cas de guerre, il renouvellerait « sa manière d’agir de 1914 ». Passant à l’attaque, le Conseil syndical vote à l’unanimité un ordre du jour présenté par Blain. D’après lui, « la campagne anti-hitlérienne actuelle menée par les organisations de gauche avec l’appui des forces syndicales risque de prendre la forme d’une union sacrée analogue à celle qui trompa la classe ouvrière en 1914 (...). Sans vouloir chercher des excuses au parti nazi, il est permis de remarquer que la dernière révolution allemande n’a jamais revêtu par exemple le caractère féroce de la répression de la Commune en 1871 par le républicain démocrate Thiers ». (L’argument resservira encore). Le Conseil syndical somme la C.G.T. et la Fédération Syndicale Internationale « d’établir d’urgence dans un texte précis la position de la classe ouvrière devant une guerre franco-allemande ou franco-italienne possible ».

72Parallèlement, le comité lyonnais de la Ligue des Droits de l’Homme, présidé par Emery,... « tout en confirmant sa fidélité à la doctrine des Droits de l’Homme et sa réprobation du fascisme et de l’antisémitisme, estime ne pas pouvoir s’associer à une croisade anti-hitlérienne, à la fois vaine et dangereuse, qui risquerait, contre sa volonté, de confondre la Ligue dans un bloc nationaliste orienté vers la recherche ou l’acceptation résignée de la guerre ».

73On ne sait ce qu’il faut le plus admirer dans ce texte aux formules savamment balancées, du coup de chapeau à la défense des Droits de l’Homme (raison d’être de la Ligue), afin de mieux l’enterrer dans le cas précis, ou de la référence au danger nationaliste, alors que les principaux laudateurs français de Hitler sont justement ceux qui, en toute occasion, se proclament nationalistes. Mais le chant émeryste semble avoir, à Lyon, une telle suavité que personne n’ose l’interrompre dans les milieux qu’il influence.

74Très rarement, un son divergent se fait entendre dans le Bulletin. Ainsi, un appel du « Comité Mondial des Jeunesses contre la guerre » ne peut être ignoré ; il est signé de noms prestigieux : Henri Barbusse, Gabrielle Duchêne, Georges Friedmann, André Gide, Francis Jourdain, Paul Langevin, Romain Rolland, Henri Wallon, etc. « Vous n’avez rien fait en vous déclarant contre la guerre », peut-on y lire. « Lutter contre la guerre, c’est d’abord comprendre ses causes et ensuite, s’organiser puissamment pour les faire disparaître ». Suit une invitation au « Congrès Mondial des Jeunesses contre la guerre et son instrument : le fascisme », qui se tiendra à Paris du 5 au 7 août 1933.

75Officiellement, le Syndicat National est absent du Congrès Régional des « Comités de lutte contre la guerre » qui tient ses assises à Lyon, le 2 avril 1933. Parmi les organisateurs, de multiples associations allant du P.C. et des socialistes d’Oullins aux pacifistes intégraux. Léon Emery est là, comme « personnalité invitée ». Une majorité le porte à la présidence où il se fait le porte-parole de ceux qui refusent la sécurité collective. Néanmoins, devant une telle assemblée, il doit finir, après une âpre discussion, par approuver les objectifs du Comité International d’Amsterdam. Mais, le 23 avril, on remarque peu d’instituteurs à la manifestation antifasciste qui réunit quinze cents travailleurs dans les rues de Lyon.

76Au plan national, la Fédération unitaire adhère « sans illusion » au Congrès pacifiste de Pleyel (juin 1933), dont les organisateurs sont les mêmes, pour la plupart, que les initiateurs du Congrès International d’Amsterdam. Jean Aulas y intervient et provoque le tumulte. Le mouvement Amsterdam-Pleyel donne une structure permanente aux forces pacifistes et antifascistes des deux congrès ; il ne rencontre pas l’agrément de la Fédération Unitaire qui refuse de s’y faire représenter. « La Fédération ne se prêtera plus à la comédie » déclare Gilbert Serret.

77De même, ni le Syndicat National, ni la Fédération Unitaire, ne seront nationalement présents au Congrès National enseignant de Paris, « contre les diminutions (de traitements), le fascisme et la guerre ». Madeleine Forest sera déléguée à cette assemblée par le syndicat unitaire du Rhône. A la Mutualité, se trouvent réunis deux cent dix délégués (dont cent quarante trois Français) représentant plus d’un million et demi d’enseignants (parmi lesquels douze mille Français environ), membres de la C.G.T., de la C.G.T.U. ou inorganisés.

78Par contre, au « meeting contre la guerre » de Lyon, qui a lieu en juillet sous une seule pancarte : « Contre la guerre », le Syndicat National se fait représenter par Pardon. Il y a pacifisme et pacifisme...

Une enquête révélatrice

79Préparant le Congrès National de 1933, André Lavenir rend compte de l’enquête effectuée parmi les instituteurs et institutrices du Rhône sur la « lutte contre la guerre ». Il reprend la classification du pacifiste intégral Félicien Challaye : il y a les « bellicistes » (disciples de Proudhon, de Marx), qui pratiquent un « bellicisme d’idées », « les belli-pacifistes », « girouettes folles » qui prônent la sécurité collective ; enfin, les « pacifistes » véritables qui, avec Challaye proclament : « Plutôt l’occupation étrangère que la mort ». C’est le sens des rapports présentés par Gaston Diot, Blain et Melle Blain.

80Les réponses au questionnaire sont, dans le Rhône, unanimes à condamner la « guerre révolutionnaire » (visant à imposer la révolution à d’autres nations par la force)– et la « guerre de conquête ». Quant à la « guerre défensive », elle n’existe plus : chaque pays se prétend attaqué. En conclusion, la section se prononce contre toutes les guerres ; elle approuve le pacte Briand-Kellog.

  • 4 Le premier sera ambassadeur du gouvernement de Vichy ; le second, président du Comité France-Allema (...)

81Ces principes étant définis, quels moyens mettre en œuvre pour les faire triompher ? La section fait sienne une proposition de loi signée par Bergery, Scapini, Ybarnegaray visant à instituer internationalement un référendum obligatoire avant toute mobilisation4. « L’action idéologique » contre la guerre requiert l’action de tous les instituteurs. Débarrassons l’enseignement du nationalisme. Blain propose « qu’on aille plus vite et qu’on brûle simplement les livres bellicistes au lieu de demander une radiation interminable». Pour la section, « aucune guerre n’étant plus légitime, les travailleurs doivent préparer le refus d’obéir aux ordres de mobilisation ». Dans ce cas, il faut envisager la grève générale ou « des mesures de résistance adaptées aux nouvelles formes de la guerre ». Il convient donc de refuser unanimement la participation à la préparation militaire, quelle qu’elle soit.

82S’adressant à la C.G.T., la section exige qu’elle retire ses délégations à la Société des Nations, qu’elle engage immédiatement une grande campagne « pacifiste », qu’elle « prépare d’urgence la résistance effective à la guerre par tous les moyens ».

83L’administration académique s’inquiète de ces prises de position. Elle demande à « certains collègues » des explications sur « leur attitude pacifiste». Le bulletin invite les maîtres concernés à « avertir d’urgence le syndicat ». Il ne semble pas que des suites aient été données à cette affaire.

84Cependant, Emery poursuit son offensive : Hitler « a beau jeu » de retirer l’Allemagne de la Société des Nations, les ex-alliés refusant de désarmer. Il faut s’évader de cette « fatalité tragique » qui le conduit à montrer son pays encerclé et menacé. Lavenir approuve : « Hitler a les apparences du bon droit ». Le dictateur allemand ayant eu l’habileté de promettre à la France « une compréhension tablée sur une paix acceptable pour une nation qui se respecte », Lavenir cite copieusement son discours du 14 octobre 1933 :

« Je vous demande le droit de vivre.
« Comme national-socialiste, je repousse avec tous les adhérents, mai aussi en vertu de mes principes nationaux, toute tentative de conquérir les hommes d’un peuple étranger, qui ne nous aimeront jamais, au prix de la vie et du sang de ceux qui nous sont chers ».

85Un tel langage touche évidemment le cœur de ceux qui veulent ignorer « Mein Kampf », les revendications hitlériennes et les méthodes brutales du nouveau maître du Reich. Lavenir est de ceux-là ; il conclut : « Même contre Hitler, nous ne marcherons pas ».

86Mais les exigences nazies se précisent très vite. Il faut désormais prendre position sur des problèmes concrets. C’est rapidement fait : « Nous continuons à refuser de donner notre vie ou la vie de nos enfants pour éviter que le couloir polonais redevienne allemand ou pour empêcher l’Anschluss. Quant à l’attaque d’Hitler sur notre territoire, nous continuerons à affirmer qu’elle est absolument improbable ».

87Le syndicat prend position contre l’allongement à deux ans du service militaire. C’est l’occasion d’attaquer la gauche qui croit à une défense militaire possible, alors que, selon le syndicat, il n’y aurait aucune protection efficace dans une guerre qui serait « aéro-chimique ». Emery dénonce aussi la gauche : si la conférence du désarmement a échoué, ce n’est pas la faute du seul Hitler. Les gouvernements de gauche ont transformé le problème du désarmement en problème d’établissement de la sécurité ; dès lors, il n’y avait à peu près plus aucun espoir de succès. Le nouveau secrétaire départemental Fossemagne partage ce point de vue.

88Un « Propos d’Alain » intitulé « Si j’étais Maire de Lyon », c’est une aubaine qu’on ne laisse pas passer : le bulletin corporatif le publie en éditorial. « Si j’étais Maire de Lyon » écrit le philosophe, « je demanderais que des négociations fussent conduites à l’effet de déclarer Lyon ville ouverte ». Jean Giono est également appelé à la rescousse. Son « Jean le bleu » conforte les thèses pacifistes des enseignants rhodaniens. Le syndicat est totalement engagé dans une voie qui l’amène à comprendre et à justifier les entreprises hitlériennes, à démobiliser les résistances au fascisme.

Au nom de l’ordre et de la propreté

  • 5 Député de droite, xénophobe, antisémite, éditorialiste de Radio-Vichy en 1942 ; Ministre de l’Infor (...)

89Cependant, le patronat, la presse, les partis et les Ligues réactionnaires stimulés par l’exemple d’Outre-Rhin, font retentir plus fort leurs aspirations à l’autoritarisme. Les Chambres de commerce exigent « que l’on restaure l’ordre dans le pays ». « Le Nouvelliste » reprend son refrain de 1929 : « Le parlementarisme, beaucoup de gens l’écrivent, s’enfonce d’heure en heure dans un discrédit dont il aura du mal à se relever. Dieu veuille seulement qu'il ne nous entraîne pas avec lui ! ». « Nombreux sont ceux qui souhaitent qu’une dictature intervienne (...). Quels hommes rétabliront notre foi dans l’avenir de la France ? ». Le journal envisage le recours à Philippe Henriot. Il lui offre « ce peuple simple, qui retrouve spontanément en vous un cœur qui bat à l’unisson du sien »5. Le quotidien lyonnais, dont l’audience est grande, poursuit sur sa lancée : Peut-être un dictateur, pourvu des pleins pouvoirs, pourrait-il remonter la pente (...). Mais encore ce dictateur devrait-il se séparer complètement des socialistes... ». La dictature est nécessaire pour réprimer le « mandarinat des fonctionnaires ». « Préparons-nous à tenir le rôle capital qui est dévolu, en période de crise universelle, à une minorité cohérente, active, généreuse, fortement décidée à faire son devoir ».

90L’appel à la guerre civile est patent. Les admirateurs des fascismes italien et allemand y pensent. Un « Parti social-national » tente vainement de mobiliser les forces d’extrême-droite à Lyon en 1933. Par la suite, de nombreuses affiches de ce groupe couvrent les murs de Lyon. S’y ajouteront d’abord, s’y substitueront ensuite, celles du « Parti Social Français », puis celles, géantes, du groupe « Lugdunum » dont la violence anti-républicaine est dirigée essentiellement contre les notables (Herriot en tête) et les communistes.

91Le parti social-national déclare vouloir « la collaboration entre les classes ». Il entend « donner au Pays une Constitution nouvelle qui attribue aux travailleurs leur part légitime dans la conduite de la région et de l’Etat ». Grâce à quoi s’établiront « de justes rapports entre les chefs d’entreprise, leur clientèle et leurs collaborateurs, autrement dit, l’équilibre entre les prix de revient, les prix de vente et les salaires. C’est presque la doctrine thomiste ! ». Ainsi, la France, « réconciliée (...) saura barrer la route aux idéologues et aux révolutionnaires ».

92Toute une série d’organisations d’extrême-droite se retrouvent sur cette ligne : tout d’abord, les « Camelots du Roi », groupe inspiré par « L’Action Française» de Charles Maurras et Léon Daudet ; puis les partisans d’une république musclée et corporatiste : les « Croix de Feu » et leurs « Volontaires Nationaux » de De La Rocque ; Les « Jeunesses Patriotes » de Taittinger ; la « Solidarité Française » financée par le parfumeur Coty ; l’« Union Nationale des Combattants » qui, sous la devise : « Unis comme au Front », entraîne ses adhérents derrière des dirigeants sympathisants au fascisme, comme Lebecq et Jean Goy, etc.

93Une partie des couches moyennes réclame, avec la « Ligue des Contribuables », la suppression du Parlement et du régime parlementaire. Lorsqu’éclate le scandale Stavisky, André Lavenir ne peut savoir qu’il sera le détonateur des événements du 6 février 1934.

94Pour lui, c’est un scandale de plus... Aussi, intitule-t-il son article : « L’escroquerie, complément du système capitaliste ». Cette affaire politico-financière mettait dans le bain des députés radicaux et réactionnaires et fut marquée par un suicide ( ?) retentissant, celui du financier véreux Stavisky. Depuis, nous en avons vu d’autres qui ont provoqué moins de vagues... La droite, oubliant que certains des siens sont compromis, mène grand bruit au nom de la « propreté », du « coup de balai » nécessaire. Elle obtient ainsi la démission du cabinet Chautemps. Croyant son heure venue, elle veut poursuivre son avantage. Une intense agitation factieuse, dont la « grande presse » se fait le porte-parole complaisant, se développe lorsque le nouveau chef de gouvernement, Daladier, veut déplacer le préfet de police de Paris, Jean Chiappe, proche de l’extrême-droite, et le nommer Résident général en Algérie.

« Allons-nous vers le fascisme ? » (De Kerillis)

95« Le Progrès » a d’abord donné sur l’affaire Stavisky des informations sans commentaires. Mais, les remous soulevés sont tels que, le 11 janvier 1934, il consacre son article de tête au « scandale ». « Il faut débrider une plaie pour la guérir » précise-t-il. Un pays libre n’a rien à redouter d’une crise telle que celle que nous traversons, mais à la condition que la justice la plus implacable et la plus sereine frappe les coupables. Il réclame « les actes rapides (qui) apaisent l’opinion ».

96Dès le début de janvier, « Le Nouvelliste » lance la croisade pour « assainir » les affaires publiques. Le 8 janvier, son éditorial prétend tirer « la morale de l’affaire ». Si de telles choses arrivent, c’est que « l’Etat a répudié les traditions morales et religieuses de nos pères », en créant « les établissements publics d’enseignement où la croix a été détrônée pour faire place à des bustes de la République et de Jules Ferry ».

97Les écoles laïques forment depuis des années « des têtes « bien pleines » de toutes les connaissances humaines, mais, dans l’ensemble, « mal faites », mal équilibrées, dépourvues des plus beaux ornements que de jeunes esprits réclament et méritent ». Il ne faut pas chercher plus loin les causes de « l’amoralité publique » et de l’« avilissement des consciences ». Il convient donc d’opposer au « fleuve de boue qui menace d’emporter le régime (...) les seules forces qui puissent lui barrer la route » et « que des gouvernements stupides ont combattues ».

98Le ton monte et se fait prophétique. Le quotidien de droite annonce successivement qu’on arrive au « nettoyage nécessaire », que « le gouvernement va à la dérive », que « la justice est en marche » et que « son heure arrive ». « Les croyants », au nom desquels il prétend s’exprimer, pourront-ils bientôt affirmer : « Dieu continue à protéger la France ? ». Henri de Kérillis pose la question majeure : « Allons-nous vers le fascisme ? ».

99Depuis le début de l’affaire, l’extrême-droite manifeste quotidiennement dans les grandes villes. Daladier ayant décidé de déplacer Chiappe et de prendre des mesures de maintien de l’ordre, « Le Nouvelliste » titre sur cinq colonnes, le 6 février : « Paris tout entier sera ce soir dans la rue pour crier son indignation et manifester son mépris de l’injustice. Le gouvernement a peur. Il a procédé dès hier à une véritable mobilisation. La capitale est comme en état de siège ». « Le Progrès » lui, s’interroge : « Les mesures prises » par le Président du Conseil sont-elles opportunes ? Après tout, Chiappe et les autres hauts fonctionnaires déplacés ne sont-ils pas « d’un loyalisme républicain à toute épreuve » ? Daladier a dû les juger « à ce point de vue irréprochables », vu « l’importance des compensations qui leur ont été offertes ». Ce désaveu direct de Daladier ne reflète-t-il que la rivalité existante au parti radical entre le Maire de Lyon et « le taureau du Vaucluse » ? Le 6 février, il souligne qu’un « service d’ordre » est en place... et consacre son éditorial à « la rentrée parlementaire ».

Le 6 février 1934

100Les circonstances sont connues : au cri de « A bas les voleurs ! » mobilisation des hommes des Ligues et de nombreux anciens combattants, chocs sanglants et répétés avec les gardes républicains du Palais-Bourbon (que les manifestants veulent prendre d’assaut), charges policières visant aussi les contremanifestants communistes et syndicalistes unitaires ; arbres et kiosques renversés, autobus incendiés : est-ce le début de la guerre civile ?

101Les tactiques communiste et socialiste ont divergé, les premiers appelant à « tenir la rue », les seconds à se rassembler dans les permanences. Le parti communiste n’accorde aucun crédit à la police parisienne noyautée par Chiappe. Les seconds ont confiance en les institutions de l’Etat républicain. Il en va de même à la C.G.T., où, rapporte André Delmas, « aucune réunion relative aux troubles de la rue n’eut lieu dans la journée du 5 et on ne prit aucune mesure pour protéger l’immeuble et les bureaux ». Même dans la soirée, le secrétaire général du Syndicat National était de ceux qui « restaient sceptiques » quant au caractère insurrectionnel des manifestations. Il n’y alla pas voir : « La guérilla ridicule continuait. Rien de plus. Il n’y avait vraiment aucune raison de ne pas rentrer tranquillement chez soi et de ne pas dormir d’un sommeil paisible ».

102La C.G.T., se réveilla le 7, alors que les combats de la nuit avaient fait une vingtaine de morts. Même en ce matin où se réunit la Commission administrative confédérale, Delmas pensait qu’elle « allait délibérer pendant deux heures pour aboutir au mieux à la décision de faire apposer sur les murs de Paris un ordre du jour à la fois menaçant et platonique chargé de masquer son irrésolution et son impuissance ». Pourtant, note-t-il, « en une nuit, le climat social s’était transformé : un Paris républicain et révolutionnaire (...) se dressait contre les « fascistes » dont les desseins et l’importance venaient de se révéler brusquement ».

103Contre l’avis de Jouhaux – selon Delmas – la Commission administrative décide une grève générale dont l’objectif est de « consolider le gouvernement Daladier, stopper l’activité bruyante des factieux, remettre à leur vraie place, c’est-à-dire au-dessous de la C.G.T. » les partis de gauche et d’extrême-gauche, enfin, marginaliser la C.G.T.U. Tous « n’auraient qu’à emboîter le pas à la C.G.T. et à se taire ». Daladier démissionne dans l’après-midi. L’ordre du jour de grève est néanmoins lancé pour le 12 février, bien que Jouhaux prédise son échec. Le 7 dans la soirée, André Delmas répercute cet ordre de grève générale à tous les secrétaires départementaux du Syndicat National.

104La C.G.T. accueille fraîchement les propositions des partis de gauche, d’organiser sur la voie publique une manifestation commune antifasciste. Cette réticence manifeste une « défiance particulière vis-à-vis du parti communiste et de sa filiale, la C.G.T.U. ». Par contre, des conversations qui se déroulent avec les socialistes et la Ligue des Droits de l’Homme aboutissent à créer un comité « sans aucune activité », selon l’ancien secrétaire général du S.N.I.

105Les jours suivants sont agités à Paris et en Province. La C.G.T. se consacre essentiellement à la préparation de la journée du 12. Au gouvernement, Doumergue remplace Daladier, après que le nom de Pétain ait été évoqué... Sur le terrain, chaque jour, des groupes de choc factieux se trouvent aux prises avec des communistes, des syndicalistes unitaires et parfois cégétistes.

106« A Lyon, la place Bellecour était chaque soir le théâtre de démonstrations de droite. Le 7, elles se heurtent à une contre-manifestation assez dure à la tête de laquelle on trouve Vivier-Merle, le secrétaire de la C.G.T. », rapporte Antoine Prost.

107Il semble, qu’en réalité, la manifestation antifasciste lyonnaise du 7 ait rassemblé des adhérents cégétistes et unitaires parmi lesquels les communistes n’étaient pas les moins combatifs. En l’absence de précisions sur ce point dans « Le Progrès », « Le Nouvelliste » et même « L’Avenir Socialiste », force est de se reporter à « La Voix du Peuple ». Pour l’organe communiste, « plusieurs milliers de personnes » ont conspué les Camelots du Roi et les cris : « En prison Chiappe ! Vivent les Soviets ! A bas le fascisme ! » ont retenti. L’hebdomadaire du P.C. s’indigne que « Le PROGRES » ait cité le seul nom de Vivier-Merle parmi tous les responsables présents, semblant ainsi lui donner la direction exclusive de cette manifestation réussie.

108Le 9 février au soir, le P.C. et la C.G.T.U. réunissent 50 000 personnes à Paris. La manifestation est durement réprimée par la police. Π y a six morts. Mais « désormais » dit E. Hénaff, « pas une seule tentative de s’attaquer à un siège du Parti (communiste) ou de la S.F.I.O. et des organisations syndicales ne restera sans une réplique de masse ».

109Les réticences à l’unité d’action doivent s’effacer devant la poussée populaire. Jouhaux, après avoir rencontré Doumergue et obtenu des garanties, veut alors assurer le succès de la grève tout en laissant les partis de gauche organiser les manifestations du 12 février. La C.G.T.U. reprend l’ordre de grève et appelle à manifester.

110Chez les instituteurs, la nette décision de Delmas provoque, par contrecoup, une circulaire du ministre Aimé Berthod (radical) enjoignant aux directeurs et directrices de laisser les écoles ouvertes et de faire assurer un service de surveillance le lundi 12 février. Il demande à ses inspecteurs d’académie un « rapport précis et complet » sur le déroulement de la journée. L’administration académique du Rhône répercute l’ordre dans tous les établissements, qu’elle fait préalablement au 12 visiter par les Inspecteurs primaires munis des consignes appropriées. Le Syndicat National riposte fermement à ces tentatives d’intimidation et la grève du 12 février connaît un immense succès dans l’enseignement comme dans les autres corporations. On estime à cinq millions le nombre total de grévistes.

111Dans le Rhône, selon le syndicat, la grève a été suivie à 65 % à Lyon ; 90 % à Villeurbanne ; 75 % à Vénissieux ; 100 % à Saint-Pons ; 80 % à Caluire et Oullins ; 93 % dans le canton du Bois d’Oingt et 100 % dans de nombreuses communes.

112L’après-midi du 12, à Paris et dans plus de trois cents grandes villes, ont lieu d’imposantes manifestations. Les deux cortèges parisiens : parti socialiste et C.G.T. d’une part, parti communiste et C.G.T.U. d’autre part, se rejoignent cours de Vincennes pour se fondre en un fleuve unique. L’enthousiasme est à son comble.

113Antoine Prost note une « moindre combativité » dans la région lyonnaise. Le décalage provient-il du fait qu’à Lyon et à Saint-Etienne, l’unité de manifestation ne s’est pas réalisée ? Mais, surtout, n’existe-t-il pas un lien entre la force locale des organisations syndicales et l’ampleur des manifestations ? Les organisateurs chiffrent à 14 500 le nombre des manifestants à Lyon et Villeurbanne. La police réduit ce nombre à 8 000. Selon les mêmes sources, les effectifs de la C.G.T. s’élèvent alors dans le Rhône à 13 300 adhérents, ceux de la C.G.T.U. à 3 700.

114A Lyon et Villeurbanne, il y a des blessés. Le journal « Front commun », porte-parole des associations de commerçants villeurbannais, s’indigne de ce qu’aussitôt après la dispersion de la manifestation « communiste » cours Tolstoï, « des chefs galonnés responsables de la police municipale » aient pénétré dans les boutiques et dans les cafés et qu’ils aient matraqué les consommateurs, les commerçants et leurs clients.

115Selon Fossemagne, il y avait sept cents instituteurs et institutrices dans le défilé socialiste et cégétiste de Lyon. A. V. Jacquet estime qu’avec la grève du 12 février, le Syndicat National (du Rhône) « a brillamment conquis ses lettres de noblesse syndicale ». Il est devenu « un véritable syndicat ».

Une situation nouvelle

116Les répercussions du 6 février sont difficiles à évaluer dans l’immédiat. « Le Progrès » minimise d’abord l’importance et la gravité de l’événement. Le 7 février, il titre sur « le cabinet Daladier devant le Parlement ». Très vite, il réfute la thèse du « complot » et il appelle « l’homme politique dont l’autorité morale sera suffisante pour redresser la situation ». Providentiellement, Gaston Doumergue est appelé à constituer un nouveau gouvernement ; il invite les Français à « une cure d’union nationale ». « Le Progrès » l’approuve. Il a rapidement pris le virage.

117Le 8 février, « Le Nouvelliste » proclame : « Le second règne du Cartel » a fini « dans la boue, l’émeute et le sang ». Il insiste : Daladier et son ministre de l’Intérieur, Frot, « ont du sang sur les mains. Ils portent l’infamante responsabilité d’avoir fait tirer sur les anciens combattants et les patriotes parisiens ». A point nommé, le journal présente une photo de Pétain et, le lendemain, il consacre toute sa première page à commémorer la bataille de Verdun, avec une nouvelle photo du maréchal, à laquelle succède le surlendemain, un cliché héroïque : celui de « Croix-de-Feu » faisant le salut fasciste aux obsèques d’un des leurs. Faute du sauveur prestigieux, Doumergue est accueilli avec joie par les milieux de droite.

118Le succès de la grève et des manifestations du 12 changent la situation dans la gauche socialiste et communiste. Des déblocages deviennent possibles. Sur toute la première page de « L’Avenir Socialiste », s’étale un titre : « Le fascisme ne passera pas ». Mais le seul exemple d’action antifasciste cité concerne l’union réalisée à Saint-Denis avec Jacques Doriot, qui ne va pas tarder à quitter le parti communiste. L’union socialo-communiste n’est pas pour tout de suite.

119Du côté communiste, « La Voix du Peuple » fait une large place à la manifestation du 6 devant « Le Progrès », manifestation qualifiée de « communiste ». Un titre barre la première page : « Ni mitrailleuses « démocratiques », ni révolvers fascistes. Vive le gouvernement ouvrier et paysan ! ». Ce titre, comme la référence aux Soviets dans le compte-rendu de la manifestation du 7, montrent que l’analyse de la nouvelle situation n’est pas encore suffisamment avancée pour passer du mot d’ordre : « classe contre classe » au rassemblement antifasciste.

120La semaine suivante, une nouvelle orientation se dessine : « unité d’action barrera la route au fascisme. Le gouvernement des fusilleurs doit démissionner. Le 24 février, le journal publie le texte d’un appel aux sections socialistes de Lyon « pour l’unité d’action contre le fascisme ». Le 10 mars, il titre : « Vers l’unité révolutionnaire antifasciste ! ». Les signataires devront dénoncer Herriot et lutter contre lui, aussi bien à la municipalité qu’au plan national.

121On comprend la méfiance des communistes devant la longue collaboration d’Herriot et des socialistes à la Mairie de Lyon et, à Paris, avec les partis d’Union Nationale. Mais on n’en est pas encore au Pacte d’Unité d’action et au Front Populaire... Pour le parti communiste, le tournant aura lieu en Juin 34, lorsque Maurice Thorez déclarera à la conférence nationale du parti, à Ivry, qu’il s’agit « d’une course de vitesse entre nous et le fascisme » ; « à tout prix, nous voulons l’unité d’action ».

122En ce mois de février 1934, les Rhodaniens peuvent donc avoir, par leur presse et leurs partis, une vue de la situation semblable à celle des Parisiens, à un détail (majeur) près : les manifestations lyonnaises n’ont jamais revêtu l’ampleur ni le caractère des affrontements sanglants qui ont eu lieu dans la capitale.

123Il est intéressant de connaître les conclusions qu’en tirent les instituteurs.

L’antifascisme, levain de l’union

  • 6 Ce haut fonctionnaire adopte le pseudonyme de Pierre Gérome.

124Entre le 6 et le 12 février, l’analyse des événements par André Delmas évolue, en partie sous l’influence d’un familier du ministre De Monzie, François Walter6. Selon ce dernier, la situation est plus critique que ne le pensent les militants de la C.G.T. et il faut réagir vigoureusement.

125Après le 12 (et avec l’accord de Georges Lapierre), Delmas maintient le contact avec Walter. Les conversations sont élargies à Paul Langevin, Paul Rivet et Alain qui donnent leur accord pour former un « Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes ». Lapierre fait partie de ce comité, officiellement constitué le 17 février et qui publie son « Manifeste » le 5 mars. Nationalement, dans les semaines qui suivent le 12 février, la menace persistante d’un coup d’Etat est perçue avec acuité. Il est un fait qu’à Lyon également « les bandes fascistes » (comme les appelle « L’Avenir Socialiste ») s’agitent beaucoup. Leur agressivité, leurs provocations répétées, ont suscité des contre-manifestations organisées d’abord par les communistes seuls, puis en décembre 1934, par le « Comité de coordination des Fédérations socialiste et communiste », dont le communiqué appelle à l’action commune pour obtenir la dissolution des Ligues et à la solidarité internationale, particulièrement avec les travailleurs allemands. Les deux grands meetings antifascistes simultanés organisés le 6 janvier 1935 par le Comité pour protester contre les parades Croix-de-Feu de fin décembre remplissent la mairie du 6ème et l’ancienne Bourse du Travail. Ils sont suivis d’une manifestation pacifique qui, bien qu’interdite, tient la rue pendant deux heures, le défilé étant applaudi, sur les trottoirs, par « plusieurs milliers de personnes ».

126Ces réactions inquiètent « Le Nouvelliste ». D’où l’éditorial intitué : « Une hantise », paru peu après l’accession de Laval à la Présidence du Conseil. La « hantise » est celle de la gauche, dressée face aux « ligues qui se proposent de propager le sens national ». Sans hypocrisie, le journal de la droite lyonnaise dévoile son jeu. Si Laval réussit son œuvre, les Ligues seront inutiles, mais « dans le cas contraire, elles apparaîtront comme le contre-poids nécessaire aux forces obscures qui développent tous les abus dont le pays souffre et alors, elles subsisteront et acquerront de jour en jour de plus en plus d’autorité, car elles pourront compter sur l’appui de tous ceux qui ont conservé un idéal et qui ne peuvent s’accommoder des turpitudes et des palinodies grotesques dont trop d’élus au suffrage universel ont donné l’exemple ».

127La bourgeoisie française n’est pas différente de ses homologues allemande et italienne. Elle a plusieurs cartes dans son jeu : d’un côté, la vieille droite « classique » ; de l’autre, en cas de nécessité, les groupes de guerre civile. Les forces de gauche ont raison de ne pas sous-estimer le danger.

Union antifasciste ou république syndicale ?

128A Lyon, les réactions de ceux qui gravitent autour d’Emery et du Syndicat National sont moins rapides qu’à la direction nationale. Le « Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes » lyonnais n’est créé qu’en janvier 1935.

129Dans un premier temps, Emery se dresse « face au péril » : « Gardons-nous de claironner et surtout de croire que la classe ouvrière a barré la route au fascisme. Elle a gagné un répit de quelques mois et c’est tout ». Il propose d’organiser autour des syndicats et sur la base de l’antifascisme, tous les partis et les ligues attachés à la République. « Temporiser ou Louvoyer, c’est dorénavant se suicider ». Pour Marie-Louise Cavalier, « Le syndicalisme qui porte en lui une telle foi entraînante, susceptible d’émouvoir les puissances sentimentales des masses, se révèle bien la grande force démocratique, capable de drainer les enthousiasmes et les énergies ». Donc, au plus tôt, « unité du monde ouvrier ! ».

130Le vétéran Léger, encore sous le coup des émotions ressenties à la vue de la « foule énorme » réunie le 12, place Bellecour, se laisse aller à rêver :

« Ordre syndical : deux mots bien simples, riches de sens...
« Ordre syndical : une autorité qui se substitue à une autre...
Un monde nouveau qui se crée... Une Révolution qui commence... »

131On comprend que cette première grève massive des enseignants et la ferveur antifasciste des manifestants puissent transporter le vieux militant Pour Jean Fontaine, l’événement justifie son attente... et sa théorie. Il explose : « ... et voici la Révolution ! (...) L’époque héroïque (...) a commencé le 12 février (...) l’Union est enfin scellée entre tous les éléments d’avant-garde ». Cela en éditorial. Et, en encadré sur la couverture : « Toute la classe ouvrière prête à se battre, dans sa force disciplinée, prête à la lutte, par tous les moyens ».

132L’Union Départementale C.G.T. et la section rhodanienne du Syndicat National des Instituteurs publient en commun un « manifeste » affirmant : « Devant la faillite de la démocratie politique, l’heure du syndicalisme est venue (...) Tout le pouvoir aux syndicats ! ».

133On est loin du « Front commun antifasciste ! ».

134Tel est pourtant le titre d’une nouvel organe de presse, dont le titre s’orne de la « flèche », insigne du parti frontiste créé par Gaston Bergery. Dès la sortie du premier numéro, le Syndical National prend en mains sa diffusion dans le département. Lavenir est son représentant à Lyon. Π invite certes en même temps à diffuser « Syndicalisme », le nouveau journal de Delmas, mais surtout à se mobiliser pour lancer « Front Commun Antifasciste ». Les consignes de ce dernier sont en retrait sur les proclamations « révolutionnaires » du Bulletin Corporatif : « Adhérez d’abord à vos syndicats respectifs » et « Groupez-vous dans les œuvres laïques, les ligues démocratiques ». L’organe syndical du Rhône est plus précis dans ses revendications. Après avoir titré en couverture « la liberté en danger », il demande la dissolution des ligues fascistes, l’arrestation de leurs chefs, la saisie de leurs armes. La diffusion du journal bergeryste (et émeryste) devient le souci no 1 de la section. Lavenir établit et publie dans le bulletin syndical un plan de répartition quadrillant littéralement le Rhône, par secteurs urbains et cantons ruraux, sous la responsabilité des militants syndicaux. L’objectif de vente est fixé à 100 000 exemplaires dans le Rhône. Le 20 avril, on atteint 34 550 journaux répartis. Le dernier numéro sera tiré à 50 000 exemplaires. Mais les grandes vacances interrompront fâcheusement l’action des diffuseurs, exclusivement enseignants. « Front Commun Antifasciste » reprend à partir du 15 novembre une parution difficile et irrégulière, sous forme de tracts bi-mensuels ou mensuels.

135Mais la propagande de la section ne s’arrête pas là. B faut lancer « La Terre libre » nouvellement créée par André Delmas pour semer le bon grain dans les campagnes – les instituteurs étant ceux qui apportent la lumière. Le bulletin publie en pages centrales les deux affiches destinées à sa promotion. Le syndicat va aussi multiplier les efforts pour soutenir « La Flèche » de Bergery, dirigée par Emery et administrée par Léger. Il verse mille francs à la souscription lancée en faveur de l’organe frontiste. L’activité d’Emery est débordante. Il projette de créer une « Agence Havas syndicaliste », un service permettant d’assurer la sortie toutes les quinzaines d’un tract court mais incisif, distribué par les militants. Il veut fonder des « Jeunesses » au sein des groupes laïques, il invite les instituteurs à « travailler » les milieux d’Anciens Combattants.

136La thèse officielle du syndicat –avec, semble-t-il, l’accord de Vivier-Merle, exceptionnellement invité au Conseil Syndical du 1er mars préparant ce plan de campagne— est que toute l’action doit passer sous le contrôle syndical. Un laïque, M. Aimot, déclare-t-il le 4 mars devant le Groupement départemental des sociétés laïques qu’il ne conçoit pas une « République syndicale » ? Jean Fontaine lui répond par une « lettre ouverte ». Evoquant d’ombre de Baudin », il croit voir « l’immense armée du prolétariat, avec nous cette fois, monte(r) à l’assaut des dernières bastilles de la réaction ».

137Au Syndicat Unitaire, au contraire, François Bernard récuse absolument l’hypothèse de la Révolution imminente. « Ce n’est (...) pas pour la République, c’est contre le fascisme que je dois combattre (... J Le moment actuel n’est pas révolutionnaire, au sens socialiste du mot. Le fascisme vaincu, je peux continuer à proclamer mon idéal, à l’expliquer, à le répandre, à préparer sa réalisation. Le fascisme victorieux, tout s’anéantit dans la tourmente, tout meurt de la peste, noire, brune ou bleue. C’est donc bien notre combat. Aussi, tout en arpentant le pavé dans le désert de la foule, je murmure en moi-même, froidement, avec toutes les restrictions que m’impose l’inconduite notoire de cette garce : Vive la République ! ».

138Bernard revient vite sur cette adhésion pourtant réservée. Dès le mois de juillet, citant « Athalie », il se justifie par une « Ce que j’ai fait, Aimer, j’ai cru devoir le faire », mais il ajoute aussitôt : « N’empêche que j’ai été dupe ». Dupe de ses « illusions », de ses « désirs (...) pris pour des réalités ». Certes, il n’a jamais cru voir en « ces événements l’aube de la révolution prolétarienne ». Mais il déchante : « Le glorieux élan des masses s’est brisé, pétrifié dans sa masse comme « la Marseillaise » de Rude, immobile, muet et la gueule ouverte ». Le 12 février « fut exclusivement une manifestation POLITIQUE », réunissant « en un faisceau tous les républicains qui prétendent CONSERVER LE REGIME POLITIQUE ACTUEL, plus ou moins modifié, et les socialistes ou communistes qui ont considéré cette sauvegarde des libertés démocratiques comme une nécessité en face de la menace fasciste. Chez aucun d’eux, il n’y a eu, à cet instant du moins, la pensée de participer à un mouvement révolutionnaire d’ordre ECONOMIQUE, en vue d’une transformation sociale du statut de la propriété ».

139L’antifascisme n’est pas obligatoirement l'antichambre de la révolution sociale. Le vieil anarchisme toujours présent au cœur de Bernard ne s’en console que difficilement. Le Syndicat Unitaire fait des propositions unitaires au Syndicat National en vue de regrouper les forces syndicalistes ; mais il n’a plus la puissance nécessaire pour envisager quelque action séparée que ce soit.

140Au Syndicat National, on théorise sur la prise du pouvoir par le syndicalisme. Charles Forest pose le dilemme : ou bien le parlementarisme réformiste, ou bien « la GREVE GENERALE, grève qu’épaula a L’INSURRECTION POPOPULAIRE», qui « peut bien faire ce qu’ont fait, de l’autre côté, le 6 février, les vieux colonels et les Jeunes Patriotes : imposer ce que nous réclamons depuis trop longtemps ». Louis Blain libère l’utopie et chevauche « vers la victoire » : « Devant une agression fasciste caractérisée, nous sommes prêts à soulever le peuple, à écraser cette émeute et à pousser l'offensive dans les cantons administratifs défaillants.

141« La province est prête. Les cantons stratégiques ont leur Comité de Vigilance (...). On sent passer parfois le grand souffle révolutionnaire (...). Qu’attend-on pour agir (...) comme en 1789 ? » De quelle action s’agit-il ?

142Il « suffit » d’obliger la Chambre des Députés à siéger en permanence avec les représentants qualifiés des forces ouvrières et paysannes. Il est nécessaire que les parlementaires de gauche fassent « ce geste » (sic) et que la Chambre se déclare « Constituante » –selon le modèle éprouvé de la Grande Révolution.

143Comme la C.G.T. n’est pas sur la même longueur d’onde, Jean Fontaine compare ses dirigeants à des « bouchons sur l’eau ». Il ne suffira pas de remplacer Jouhaux : il faudra encore fortement « pousser à la roue » pour remettre en mouvement « le char confédéral embourbé ». En Assemblée Générale, Pardon critique fortement le Bureau Confédéral. Blain propose le retrait immédiat de la C.G.T. Il n’abandonne qu’à contre-cœur cette position, après que Marie-Louise Cavalier en ait condamné « la forme brutale ».

Autoritarisme

144Jouhaux avait obtenu de Doumergue la promesse que ne serait infligée aucune sanction aux grévistes du 12 février. Or, deux maîtres de Dardilly, Blain et M. Malfroy, sont blâmés pour avoir fait inscrire le motif de la grève sur les cahiers de leurs élèves. Pour le Syndicat National, « des ministres qui se prétendent républicains » ont capitulé « devant les exigences de MM. Peissel, député de droite et Thomas, maire de Dardilly, Croix-de-Feu, instigateurs de la sanction ». Le Conseil Syndical du 31 mai proteste véhémentement. Le Bulletin signale, par ailleurs, qu’un « citoyen » a été arrêté pour avoir sifflé sur le passage d’Herriot, ministre d’Etat dans le cabinet Doumergue. Par contre, déplore-t-il, les émeutiers du 6 février connaissent l’impunité.

145Plus importante, surgit à la rentrée 1934 une « affaire Louis Blain ». Au Congrès de Nice du Syndicat National, il a demandé à la C.G.T. de rompre toute collaboration avec un « gouvernement illégal et pro-fasciste » et il a appelé le prolétariat à « faire la révolution ». Se fondant sur le compte-rendu de son intervention donné par le journal « L’ECLAIREUR DE NICE », l’Inspecteur d’Académie, M. Rouède, traduit le « délinquant » devant le Conseil Départemental. Selon lui, les paroles d’un instituteur ne sont pas sans influence « sur le bon renom de l’école », même si elles sont prononcées en dehors de son activité professionnelle. Blain est soutenu par les deux syndicats, national et unitaire, du Rhône. L’affaire a un retentissement national. La Ligue des Droits de l’Homme, les partis socialiste et communiste et de nombreuses autres organisations s’indignent. Cette affaire se conjugue avec une vague répressive qui frappe notamment Maurice Dommanget. A Lyon, un meeting « pour la liberté d’opinion, pour le droit syndical » réunit, selon le Bulletin Corporatif, 1 500 personnes à la mairie du 6ème arrondissement.

146André Delmas pour le Syndicat National, F. Bernard pour la Fédération Unitaire, Lequertier pour la S.F.I.O., Airoldi pour le P.C., Emery pour la Ligue des Droits de l’Homme protestent et exigent l’abandon de la politique de répression.

147Contre l’avis des représentants du personnel, le Conseil Départemental rend un jugement de Salomon : il refuse de condamner Blain pour ses propos tenus en dehors du service ; mais il sanctionne par la censure son « incorrection » et son « insubordination », qui constituent « un exemple désastreux pour la discipline et le respect de la hiérarchie dans un des grands services de l’Etat et dans une société organisée » : Blain a refusé de répondre à la demande d’explication de l’Inspecteur d’Académie sur son intervention au Congrès National.

148Une autre mesure, qui n’a rien à voir a priori avec l’enseignement soulève l’émotion des deux syndicats enseignants ; elle frappe Emery. Celui-ci donnait des causeries sur des « problèmes sociaux » à la jeune radio de Lyon – La Doua. Sa défense offensive des thèmes du pacifisme intégral lui vaut de se voir retirer l’antenne. Un comité des « Amis de la Doua » se créé à Lyon pour faire rapporter cette suspension. Le Syndicat National intervient dans le même sens. Emery reprend ses émissions quelque trois mois après.

149Puis c’est au tour de Lavenir d’être sur la sellette. Dans un article du Bulletin, il s’attaque au député Peissel à qui il reproche son inaction face à l’absentéisme scolaire. Pour lui, ajoute-t-il, « L’école n’est qu’une annexe de la caserne et il ne lui connaît guère d’autre utilité que de cultiver l’amour de la patrie ». Sur sa lancée, il prononce la phrase-choc qui va lui valoir une réprimande administrative : « La patrie aime ses enfants, elle en consomme beaucoup ». La section du Syndicat National et le Syndicat Unitaire réagissent vivement à la sanction. Ce dernier dénonce de député semi-fasciste », la Vendée lyonnaise », « son clergé à la fois démagogue et jésuite », bref, les « émigrés de l’intérieur », qui trouvent une oreille complaisante chez l’Inspecteur d’Académie. Celui-ci « a apporté de l’eau au moulin nationalo-fasciste. Il a été une sorte de thermidorien préparant Brumaire à coups de capitulations devant les ennemis de l’école ». Par ailleurs, l’organe unitaire présente le « tableau de chasse 1934 » de la « répression fasciste » exercée contre le personnel enseignant : une révocation, deux refus de réintégration après révocation, quatre refus de réintégration après obtention d’un congé, un retrait de délégation, quatre suspensions, quatre censures, deux déplacements d’office, quatre menaces de sanctions administratives diverses, quatre condamnations par un tribunal pour délit d’opinion. Sans compter les multiples brimades intervenues plus particulièrement là où « journaux et Ligues fascistes aboient à nos chausses ».

150L’autoritarisme ainsi dévoilé n’a pas régressé malgré le 12 février. Π occulte aux yeux de nombreux enseignants la nature du système politique et le mouvement réel des masses populaires. Ainsi, la transformation du « GROUPEMENT DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D’ECOLE DE LA VILLE DE LYON » en une « SECTION DEPARTEMENTALE DE LA FEDERATION NATIONALE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS DES ECOLES PUBLIQUES » constitue selon F. Pardon « une manifestation de l’esprit fasciste ». Le Syndicat National condamne très sévèrement le but proclamé de la nouvelle association, qui est de « préparer, suivre, coordonner, rectifier » le travail des adjoints. Cette orientation est effectivement contraire aux aspirations syndicales, aux exigences d’une plus grande démocratie dans l’organisation pédagogique et la vie de l’école. Est-elle « fasciste » ou simplement autoritaire ? Le mot est commode ; mais englobant sous ce vocable des positions et des couches sociales très diverses, il ne peut qu’éloigner ces couches hésitantes, mal assurées dans leur démarche, de la très large union antifasciste, seule capable de mettre en échec l’autoritarisme et le fascisme véritable. On notera le hiatus existant sur cette question entre la section du Rhône du Syndicat National et la direction nationale qui, avec Delmas, milite alors pour le rassemblement antifasciste.

Les décrets–lois

151Sur le plan économique, la situation ne s’améliore pas. Les gouvernements successifs vont s’appliquer à « réduire le train de vie de l’Etat » et les « privilèges » des fonctionnaires.

152Le 22 février 1934, le ministère Doumergue obtient de la Chambre des Députés les pleins pouvoirs lui permettant de prendre par décret-loi, sans consultation du Parlement, toute mesure financière qu’il jugera utile. Le 16 mars, la Chambre s’ajourne jusqu’au 16 mai. Le budget de l’Etat échappe ainsi à la souveraineté parlementaire, pendant le temps nécessaire au gouvernement pour qu’il opère des ponctions importantes.

153Dès le 5 avril, sortent les premiers décrets-lois et parmi eux, ceux majorant les retenues sur les traitements et les retraites, supprimant des emplois dans la Fonction Publique, mettant d’office à la retraite des maîtres âgés de moins de cinquante-cinq ans. Les instituteurs du Rhône réagissent d’abord par la dénonciation des « parlementaires radicaux (qui) sont de malhonnêtes gens ». L’analyse des décrets-lois est faite en mai. En signe de protestation, la section du Rhône du Syndicat National refuse de participer à la fête laïque de la jeunesse, qui réussira néanmoins, après que le Maire de Lyon et l’Inspecteur d’Académie aient lié la participation à cette fête à « l’obligation de garderie ». Le syndicat envoie aux parlementaires du département une demande d’intervention solidement argumentée, avec des exemples précis : un stagiaire subit une retenue de 43, 75 francs sur un traitement de 822, 50 francs. Un instituteur en fin de carrière (1ère classe) voit sa retraite réduite de 33 %. Les allocations aux veuves sont amputées de 20 %. Certains services validés par des versements rétroactifs ne sont plus pris en compte pour le paiement des pensions, etc. Sur quatre réponses de parlementaires, une seule est favorable aux revendications syndicales.

CRISE, DEFLATION, MESURES ANTI-FONCTIONNAIRES
***
(1932-1935)
Sous HERRIOT : Août 1932 : Réduction du budget de 5 % (licenciements de non-titulaires, arrêt des constructions scolaires).
Novembre 1932 : le corps des instituteurs est placé en catégorie A (retraite à 60 ans au lieu de 55 ans).
Sous Paul-BONCOUR : Janvier 1933 : Aggravation des économies – tentative d’abaisser l’âge du certificat d’études primaires – suspension du recrutement.
Sous DALADIER : Février 1933 : Réduction des traitements égaux ou supérieurs à 12 000 francs. Prélèvement uniforme de 5 % sur les retraites.
Sous CHAUTEMPS : Décembre 1933 : Majoration des réductions de traitements de 2 % pour les traitements de 12 000 à 15 000 francs, jusqu’à 8 % au-dessus de 100 000 francs.
Sous DOUMERGUE : Après le 6 février 1934 : réductions de traitements portées de 5 % à 10 % sans exonération, ni abattement. Retenues de 5 % à 15 % sur les retraites, dont le maximum est ramené de 75 % à 50 % du traitement moyen des trois dernières années. Suppression de 8 000 emplois dans la Fonction Publique.
Octobre 1934 : Nouvelles suppressions de postes (2000) — Mise à la retraite d’office de maîtres n’ayant pas cinquante cinq ans. Forte réduction du nombre de postes mis au concours d’entrée des écoles normales. Injonction aux inspecteurs d’académie de ne faire voter en aucun cas les délégués du personnel sur le mouvement, qui est du ressort exclusif de l’administration.
Sous LAVAL : Juillet 1935 : Retenue uniforme de 10 % sur tous les traitements. Avancement retardé d’un an. Suppression de l’indemnité de résidence aux institutrices mariées à un fonctionnaire. Interdiction de cumuler une pension d’ancienneté et une pension de reversion...

154De son côté, le Cartel unitaire des fonctionnaires organise le 15 avril 1934, à la Mairie du 6ème arrondissement un meeting auquel, selon la police, participent quelque 2 400 manifestants. F. Bernard y prend la parole au nom de « l’enseignement ». Sa condamnation des parlementaires défaillants et son appel à une grève de 24 heures recueillent « un tonnerre d’applaudissements ». Mais le lendemain, si des débrayages ont lieu aux P.T.T. et à la Manufacture des Tabacs, « il ne s’est produit aucune défection dans l’enseignement. Des ordres du jour de protestation auraient été adressés à l'Inspection Académique ».

155La division syndicale, la faiblesse unitaire dans les écoles primaires, la mollesse des réactions cégétistes ne favorisent pas une riposte rapide et massive. Louis Aulas, nouveau secrétaire du Syndicat Unitaire, le reconnaît devant son Assemblée Générale : le travail fait par le bureau « a consisté surtout en tentatives pour amener le Syndicat National à l’action commune en vue d’une action de masse, car dans le Rhône, nous ne pouvons pas lancer seuls un mot d’ordre d’action ». Le meeting du Cartel était bien le seul recours possible pour les instituteurs unitaires, en l’absence d’un mouvement lancé par le grand frère défaillant.

156En juillet 1934, le Bulletin Corporatif dénonce, sous la plume de Fossemagne, le « sabotage » de l’école laïque par les décrets-lois et en particulier la dernière décision gouvernementale : la réduction d’un quart du nombre des élèves-maîtres admis dans chaque promotion. Tout le reste du bulletin est consacré à la propagande pacifiste.

157A la rentrée d’octobre, on enregistre dans le département quarante suppressions de postes. Devant l’escalade des attaques et la reprise de la répression, les contacts noués entre les syndicats d’enseignants aboutissent, le samedi 17 novembre, à une manifestation réussie autour de l’Inspection Académique.

158Quelques mois plus tard, la situation des jeunes enseignants amène la Fédération unitaire à se préoccuper particulièrement des difficultés éprouvées par les normaliens sortants à obtenir une nomination, par les stagiaires à être titularisés, par les auxiliaires et suppléants à trouver un emploi. La Fédération demande l’inscription de ces derniers aux fonds de chômage pour toutes les journées non travaillées et non payées.

159Les décrets-lois seront le premier sujet traité par André Delmas au Congrès National du S.N. en août 1935. Il invite les congressistes à protester auprès des députés afin de les conduire chez les sénateurs pour l’abolition immédiate des décrets-lois. Proposition irréaliste si l’on considère qu’une proposition de loi socialiste et communiste tendant à abroger les décrets-lois a été repoussée par la Chambre à une large majorité. Parmi les « ennemis de la classe ouvrière », le syndicat unitaire cite onze députés du Rhône (parmi lesquels huit radicaux – dont Herriot – et un « républicain de gauche ».

160Sur instruction ministérielle, l’administration académique refuse de collaborer avec les représentants du Syndicat National pour la préparation du mouvement du personnel en vue de la rentrée d’octobre 1935. Les syndicats – y compris le Syndicat Unitaire, pourtant opposé à la « collaboration » – protestent.

161L’organe unitaire publie à cette occasion un quatrain prémonitoire :

  • 7 Mario Roustan est alors ministre de l’Instruction Publique. Le recours à Pétain, symbole de l’autor (...)

« Parlez-nous d’octobre, Mario (Roustan)
Sus à ces voyous pédagos !
Plus de Congrès ! Plus de C.D. !
Car Pétain saurait les dresser »
7.

162Et, l’œil toujours fixé sur Herriot et ses amis, un commentateur conclut : « C’est au pied du mur (d’argent) qu’on voit le F :. Maçon ! » Le Maire de Lyon fait en effet partie du gouvernement Laval, qui a adopté le 17 juillet 1935 un nouveau train de décrets-lois (cf. tableau p. 204). Ceux-ci provoquent la colère des fonctionnaires. Ils permettent aux groupements d’extrême-droite d’exploiter un mécontentement grandissant. La Sûreté Générale informe les préfets que « deux affiches violentes et diffamatoires à l’égard du Président Herriot, ministre d’Etat, intitulées : « la guerre au fantôme du fascisme » et « Edouard Herriot, chef du Front Populaire, approuve les décrets-lois » seraient sur le point d’être apposées sur différents points du territoire ». Ordre est donné de faire en sorte que « ces affiches soient immédiatement recouvertes ou lacérées ».

Moment crucial pour les pacifistes.

163Finalement, les nouvelles agressions sur le niveau de vie ne provoquent guère chez les instituteurs rhodaniens que des réactions verbales. Le Syndicat National, après la flambée d’espoir « révolutionnaire » de février 1934, semble accepter une situation qu’il déplore. Par contre, il reprend et martèle incessamment sa campagne pacifiste intégrale. Il insiste particulièrement sur la dénonciation des bénéfices de guerre ; il édite en pages centrales du Bulletin, une affiche intitulée « A bas la guerre ! ». Un numéro spécial est entièrement consacré à ce sujet. « Pas un seul des maux que l’on prétend éviter par la guerre n’est aussi grand que la guerre elle-même » porte-t-il en couverture. « Il n’y a qu’une paix : la paix désarmée ». Dénonçant le « bourrage de crânes » pendant la première guerre mondiale, il donne quarante-huit citations éloquentes, mais se garde bien de rappeler l’attitude chauvine de l’Union Pédagogique du Rhône entre 1914 et 1918. A nouveau, il affiche le mot d’ordre : « A bas les Patries ! » et il consacre cinq pages à combattre la défense passive. Une affiche centrale du Bulletin Corporatif fait ressortir que le gouvernement a prélevé 3 milliards sur les fonctionnaires, les retraités et les anciens combattants, pour enrichir les « profiteurs de guerre », auxquels on a versé 10 milliards. De son côté, le Syndicat Unitaire demande à la C.G.T.U. d’organiser une journée de grève générale contre la prolongation à deux ans du service militaire.

164Mais la grande question qui agite le monde politique et les milieux enseignants est la position de l’Union Soviétique sur le problème du maintien de la paix. En septembre 1933, Edouard Herriot est allé à Moscou, y précédant le ministre de l’air Pierre Cot. Ce voyage n’est pas sans relation avec les inquiétudes causées par l’arrivée de Hitler au pouvoir. Cette démarche est nettement désapprouvée par « LE NOUVELLISTE », pour qui Herriot fait preuve d’une « incroyable naïveté » au point où « elle dépasse les bornes et devient angoissante (...) Il était prêt à voir tout en rose » et il a prononcé « de scandaleuses paroles» en saluant les peuples soviétiques.

165C’est pire, lorsqu’est signée avec Moscou une convention commerciale qui nous engage dans « un véritable engrenage ». La France « recommence à être le banquier de la Russie et cette fois-ci d’une Russie qui a renié tous ses engagements et qui a fait banqueroute totale pour ses dettes extérieures » (les emprunts tsaristes). La conclusion coule de source : « Nos négociateurs ont été coupables. Souhaitons que le Parlement ne les suive pas ». Au même moment, un article sur « le commerce franco-allemand » fait ressortir en termes mesurés les prétentions des partenaires, qui devraient être plus raisonnables. Le maître du IIIe Reich est devenu respectable et on cite sous un titre flatteur le discours apaisant du « Führer Hitler » après le rattachement de la Sarre à l’Allemagne. Les impératifs de classe, qui font excuser les vices du régime allemand, sont tout-puissants lorsqu’il s’agit du Pacte Franco-Soviétique.

166Les craintes du Syndicat Unitaire des Instituteurs sont d’une autre nature. Au Congrès Fédéral de Montpellier (Août 1934), F. Bernard exprime son appréhension de voir « la Russie se mettre à genoux devant Herriot, entrer en relations avec le gouvernement d’Union Nationale (...). L’ouvrier français, sous les ordres de Weygand, ira peut-être un jour, pour la défense de l’U.R.S.S., se battre contre l’ouvrier allemand ». Il affirme que « la guerre est la grande diversion de l’heure, le vomitif qu'il faut administrer au prolétariat pour le guérir de la fièvre maligne du socialisme ». La Fédération unitaire est majoritairement hostile à la sécurité collective. Elle s’inquiète des signes annonçant avec « une quasi-certitude (...) l’alliance franco-russe », qui serait une résurrection de « l’Union sacrée ». G. Serret affirme que « la politique extérieure de l’U.R.S.S. est diamétralement opposée à l’internationalisme prolétarien », pour conclure : « Non ! Nous ne marchons pas ! ».

Pour ou contre le Pacte Franco-Soviétique

167Le 14 mai 1935, Laval se rend à Moscou pour signer avec Staline, un « contrat d’assistance mutuelle » entre les deux pays. Le communiqué publié à cette occasion fait quelque bruit, car il déclare : « Le devoir incombe tout d’abord (aux deux parties contractantes), dans l’intérêt même de la paix, de ne laisser affaiblir en rien les moyens de leur défense nationale.

168« A cet égard, M. Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité ». Laval compte s’appuyer sur cette déclaration pour prendre à contre-pied les communistes français.

169En mai 1935, ceux-ci n’ont pas résolu la contradiction qui existe entre leur volonté de dresser un barrage puissant contre le fascisme et leur refus de l’armée « bourgeoise ». A l’annonce des entretiens franco-soviétiques, le P.C. lyonnais se contente d’affirmer que le pacte en discussion n’est dirigé contre personne et qu’il constituera une contribution utile à la sauvegarde de la paix. Après la signature, la propagande est axée sur deux idées :

  1. « Staline a raison » : « et maintenant (...) où est notre devoir ? Tout faire pour maintenir la paix, tout faire pour arrêter Hitler dans sa folie guerrière, tout faire pour défendre l’U.R.S.S. ».

  2. Il faut donc renforcer l’armée ; mais les communistes ne font pas confiance à la bourgeoisie. Il convient de chasser les « chefs fascistes de l’armée et lui donner des cadres dignes d’elle, dignes d’une armée du peuple (...), attirer la masse des soldats du côté du Front Populaire antifasciste ». Le journal dénonce le comportement « fasciste » des cadres supérieurs ou subalternes, la nourriture mauvaise et insuffisante des soldats, les accidents trop fréquents dans l’armée. L’hostilité des communistes à l’égard des mesures militaires prises par le gouvernement reste entière.

170A la mi-juin 1935, l’attitude des communistes lyonnais à l’égard d’Herriot évolue sensiblement. Jusque-là, de nombreuses caricatures le représentaient aux côtés de Laval, en « exploiteur », en fêtard, etc. Peu à peu, des articles notent l’existence d’un courant « de gauche » au parti radical ; ils souhaitent son renforcement et la rupture avec les droites. Le fait que les députés radicaux du Rhône aient tous voté contre Laval fin 1935, est commenté favorablement. Un peu plus tard, l’hebdomadaire communiste se réjouit de constater l’identité de vues du P.C. et du Maire de Lyon sur la « fidélité au pacte franco-soviétique », dont la ratification par le Parlement devrait enfin intervenir.

171On se doute que « LE NOUVELLISTE » n’est pas du même avis. Autant il s’est réjoui de l’accord franco-britannique (qui offrait à Hitler l’adhésion aux pactes danubien et du Nord-Est européen, mais qui maintenait la démilitarisation de la Rhénanie), autant il est gêné que le pacte franco-soviétique soit négocié par Laval. Il veut néanmoins se rassurer : « L’opinion publique française est derrière M. Laval lorsqu’il refuse d’engager inconsidérément l’avenir de la France dans un accord qui nous apporterait peu de choses, qui risquerait de nous enlever beaucoup (...). C’est en vain qu’on fait donner d’une part la Petite Entente et de l’autre la camarilla judéo-maçonnique qui s’efforce d’encercler le Reich hitlérien. M. Laval reste prudent, circonspect ».

172Heureusement, le Président du Conseil a signé en janvier, avec Mussolini, les « accords de Rome » qui laissent au dictateur italien les mains libres en Ethiopie. Le voyage de Laval à Rome donne lieu à des comptes-rendus dithyrambiques.

173Mais les craintes mal étouffées du journal renaissent d’autant plus vite que les communistes français ne se sont pas mis immédiatement au garde-à-vous après les signatures de Moscou : « les communistes français refusent de modifier leur ligne de conduite »... « Dès le premier jour, nous avons exprimé les plus grandes réserves sur les accords de Moscou. Il semble que déjà les communistes s’appliquent à nous donner raison. Il n’aura pas fallu quarante-huit heures pour qu’ici l’usage condamnât les promesses ». Pis encore : aux élections municipales et cantonales de 1935, les communistes progressent fortement dans la « banlieue rouge » de Paris, ainsi que dans le Rhône où ils enlèvent les municipalités de Villeurbanne (dont le maire va être l’instituteur unitaire Joly) et Vénissieux ; ils emportent même le siège de conseiller général de Villeurbanne. « Va-t-on s’en accommoder lâchement, tout en continuant de sourire à ceux qui, de Moscou, dirigent la IIIe Internationale ? ». Au « PROGRES », on sépare nettement la politique extérieure de la politique intérieure. Ce qui domine dans le premier domaine, ce sont les dangers que le pangermanisme hitlérien fait courir à la paix. Le journal perçoit nettement les menaces qui pèsent sur l’Autriche, la Tchécoslovaquie, plusieurs cantons de Suisse alémanique sur Eupen et Malmédy en Belgique, sur la partie méridionale du Danemark, la Haute-Silésie polonaise, les pays baltes. Il dénonce les efforts déployés pour créer des « foyers d’influence allemande » dans les Etats anglo-saxons, en Suède, en Yougoslavie, en Roumanie « et probablement ailleurs encore ». La préparation de l’Anschluss se précise et le chancelier Dollfuss lance un cri d’alarme... mais il se trompe de cible en mitraillant les socialistes viennois.

174Le pacte franco-soviétique apparaît dans ces circonstances comme la continuation d’une politique de sécurité inaugurée par Edouard Herriot. Les comptes-rendus du « PROGRES » s’écartent peu des textes signés et des déclarations officielles. La phrase de Staline approuvant la politique nationale de la France est mise en évidence, mais on se garde de tout triomphalisme. Après avoir examiné les éléments de la politique extérieure hitlérienne à l’Ouest et surtout à l’Est (où la réalisation des objectifs nazis « ne pourrait être envisagée en dehors d’une guerre dans le secteur oriental de l’Europe », « Le Progrès » se demande si l’accord franco-soviétique suffira à modérer le « Führer ».

175Le moment est venu où chacun doit se déterminer par rapport aux nouvelles lignes de force en Europe. Le pacte franco-soviétique est un élément du dossier. Il va être passionnément discuté chez les instituteurs.

176La direction nationale du Syndicat National porte sur le traité une appréciation balancée : « Le projet dont l’ébauche a pris forme à Moscou est d’un intérêt certain. Et l’on en doit souhaiter la réalisation d’autant plus vivement qu’en même temps elle montrerait formellement à l’Allemagne, à la Pologne, au monde entier que le rapprochement franco-soviétique n’est dirigé contre personne et qu’il ne constitue qu’une étape sur la route de la paix ». Mais une grave lacune subsiste : « son silence sur le désarmement ». Au contraire, il contient « la phrase désespérante : M. Staline comprend et approuve... etc ».

177Dès le 1er juin, l’organe national du syndicat reprend les propositions du Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes, suggérant de prendre au mot Hitler qui vient de formuler des offres concrètes de limitation des armements, après avoir rétabli le service militaire obligatoire (mars 1935) et signé avec la Grande-Bretagne un accord naval lui permettant de reconstituer la force militaire allemande sur les mers (juin 1935).

178La section rhodanienne du Syndicat National porte-t-elle un jugement sur le pacte ? En l’absence de documents portés à notre connaissance pour les mois qui suivent cet événement, il nous est impossible de le savoir. Mais les délégués du Rhône n’en font pas un cheval de bataille au congrès national d’août 1935. Lorsque sera intervenue la réunification syndicale, la nouvelle section départementale définira sa politique dans ce domaine par un texte intitulé « Le syndicalisme contre la guerre ». Elle estime alors que les fascismes sont la conséquence des traités de Versailles ; qu’il n’est pas question de « combattre le fascisme extérieur par la guerre ou la simple menace d’une coalition »... « La paix indivisible ne se défend pas par l’organisation d’une guerre générale »... « Le rapprochement avec l’U.R.S.S. ne peut être l’acceptation passive de la diplomatie soviétique »... « Pas de guerre anti-fasciste qui fortifierait et étendrait partout le fascisme, pas de guerre pour la défense de l’U.R.S.S. qui serait la ruine de l’U.R.S.S. et du monde ». La section du Rhône condamne expressément « la sécurité collective » et propose comme « unique moyen » d’assurer la paix « la négociation avec l’Allemagne sur la base de l’égalité des droits ». Elle réprouve Barthou qui a refusé la proposition de Hitler consistant à « porter l’armée allemande à 300 000 hommes seulement ».

  • 8 Tous deux vireront au fascisme ; le premier, fondateur du Parti Populaire Français, finira Waffen S (...)

179La Fédération unitaire exprime plus violemment des idées voisines. Elle tire à des dizaines de milliers d’exemplaires un bulletin spécial de vingt-quatre pages dans lequel F. Bernard raille les « tournants » de l’Internationale Communiste. Dommanget y condamne la politique extérieure de l’U.R.S.S. Plusieurs articles sont consacrés aux « lamentables explications des non moins lamentables scribes de « l’Humanité ». La conclusion de la brochure est nette : « Contre la guerre par tous les moyens ! ». Cette publication a pour but de préparer un « CONGRES CONTRE LA GUERRE ET L’UNION SACREE » qui se tient à Saint-Denis les 10 et 11 août 1935. « L’Assemblée disparate » réunie à cette occasion va des pacifistes intégraux aux « opposants communistes de toutes nuances », parmi lesquels Doriot et Barbé8. Les débats sont confus, marqués par d’obscures luttes d’influence et de « tumultueuses obstructions ». Ils s’achèvent en queue de poisson. Cependant, la Fédération unitaire est plus divisée sur ce problème que ne semblent l’indiquer les prises de position de sa majorité. Au Congrès Fédéral d’Angers (1935), Jean Bruhat et Pierre George, qui approuvent le Pacte, obtiennent –à quelques voix près– 40 % des mandats.

180A Lyon, les normaliens unitaires « désapprouvent formellement l’attitude de G. Serret dont les articles ne sont plus que de violentes attaques systématiques contre l’U.R.S.S. et sa politique extérieure ». Ils approuvent « entièrement la politique de l’U.R.S.S. (...), foyer de la révolution mondiale ». A un article titré : « Après la déclaration de Staline : nous devons toujours défendre la politique de paix de l’Union Soviétique », F. Bernard répond en condamnant de texte inavouable ». Au Conseil Syndical du 13 juin 1935, la motion des normaliens, reprise par Robert Matagrin, est repoussée par six voix contre trois. Si l’on en croit le procès-verbal de l’Assemblée Générale qui suit, les positions syndicales sont plus confuses. Un autre texte, désapprouvant le Pacte et la Déclaration de Staline, est adopté de justesse, ainsi qu’une motion de Moulin affirmant « la nécessité de la défense de l’U.R.S.S. et approuvant sa politique ». A la rentrée d’octobre, une nouvelle Assemblée Générale décide sans débat et sans faire allusion à la déclaration de Staline « de lutter contre la guerre par tous les moyens ». La motion adoptée condamne « le bourrage de crânes pouvant conduire à des aventures meurtrières et à l’apologie du fascisme assassin ». Elle invite l’Internationale Syndicale Rouge et la Fédération Syndicale Internationale à organiser en cas de conflit armé, toutes les actions nécessaires pour « circonscrire puis arrêter les hostilités ».

181Les débats passionnés sur ces questions fondamentales font pâlir quelque peu d’autres prises de position ressortissant à la solidarité internationale. Cependant, le Syndicat National et le Syndicat Unitaire manifestent leur réprobation contre la répression française en Tunisie (1933) et en Indochine (1934). Le Syndicat National ouvre une souscription pour aider à l’accueil des réfugiés allemands en France après l’arrivée de Hitler au pouvoir

Le Syndicat National pour le Front Populaire

182Pendant que les syndicalistes enseignants discutent sur la guerre et la paix, monte rapidement un puissant mouvement populaire, motivé par un antifascisme lié à une volonté sans cesse plus affirmée de conquérir de meilleures conditions de travail et d’existence.

183Jusqu’en 1934, les communistes ont opposé la démocratie des conseils de travailleurs à la démocratie parlementaire. A partir de cette date, il faut défendre les libertés démocratiques telles qu’elles existent sans pour autant changer de perspective. Ils développent l’unité d’action « à la base », particulièrement dans les usines, mais ils ne renoncent pas à dénoncer les réticences de la direction socialiste à un front commun socialiste-communiste généralisé.

184De son côté, le parti socialiste est agité de mouvements contradictoires, qui seront résolus sous l’influence de la poussée populaire. Le 10 février 1934, Léon Blum, dans « LE POPULAIRE » dit de la manifestation communiste de la veille « qu’elle était la première manifestation prolétarienne survenue après le coup de force fasciste de mardi », les ouvriers qui y participaient ayant fait preuve « toute la soirée d’un courage et d’une énergie admirables (...) et cela pendant les trois-quarts de la nuit sur un bon quart de Paris ». L’énorme succès des manifestations et de la grève du 12 février, puis du meeting du 2 juillet, organisé (c’est un signe) par les fédérations parisiennes du P.C. et de la S.F.I.O. ; enfin, dans toute la France, l’impressionnante célébration commune du 14 juillet, ne trompent pas : il existe un puissant courant populaire pour l’unité, qui va se renforçant chaque jour. Les républicains craignent que les relations qui existent entre les chefs des Ligues factieuses et certains chefs militaires ne favorisent une tentative de putsch.

185Beaucoup de méfiances réciproques (socialistes/communistes, socialistes/ radicaux) subsistent néanmoins. Concernant les radicaux, les communistes font l’impossible –au prix de concessions sur le programme, qui leur sont reprochées par les socialistes–, pour les arracher à la droite. Ces méfiances ne seront pas balayées d’un coup de baguette magique, mais le développement impétueux du mouvement populaire les relèguera au second plan.

186Georges Lefranc caractérise ainsi les réactions de la direction socialiste devant les articles de Marcel Cachin dans « L’HUMANITE » où apparaît à partir d’octobre 1934 l’expression : « Front Populaire » : « Les socialistes sont étonnés, inquiets, déçus (note de G.L. : Trotsky s’indigne : pour lui le Front Populaire ce sera « la plus grande trahison contre le peuple que se sont jamais permise les partis ouvriers depuis la guerre. Mais comment refuser cette vaste union ? ».)

187Le 9 octobre 1934, Maurice Thorez propose au comité de coordination socialiste-communiste la création d’un vaste « rassemblement populaire » fondé sur l’alliance de la classe ouvrière et des classes moyennes, lésées toutes par la crise et menacées ensemble par les tentatives fascistes. D renouvelle et précise son ouverture, quinze jours plus tard, à la veille du congrès radical de Nantes, en préconisant la création « face au Front de la réaction et du fascisme » d’un « Front Populaire de la Liberté, du Travail et de la Paix ».

188Grande aussi est la surprise de ceux qui connaissent André Delmas et ses réticences à l’égard des communistes, de le voir proposer avec éclat une formule voisine de la leur : Le 10 novembre, dans « L’ECOLE LIBERATRICE », il montre la nécessité « d’un large rassemblement populaire, où doivent voisiner communistes, socialistes, syndicalistes, ligueurs des Droits de l’Homme, radicaux ouverts aux problèmes nouveaux, républicains sans nuance, opposés à l’injustice, aux privilèges, à la dictature ». Il ne se satisfait pas du seul « Front Commun limité, étroit, incapable d’accéder au pouvoir autrement que par un coup de force, dont la seule idée fait contre lui le bloc des légalistes, des hésitants, des effrayés que le scrupule, la prudence ou la crainte soudent aux privilégiés et aux exploiteurs ». Les « exemples sanglants » de l’Autriche et de l’Espagne incitent à se poser la question majeure : « Dans quel pays le prolétariat livré à ses seules forces a-t-il résisté efficacement à la montée du fascisme ? ».

189... « Front Populaire, Front de la liberté, Front démocratique, l’appellation ne compte guère. Ce qu’il faut réaliser et de toute urgence, c’est la mobilisation, pour la défense des libertés et contre la crise, de tous ceux qui, sans abandonner leur conviction et leur idéal, sont prêts à sceller une union dont la seule annonce soulèverait d’enthousiasme le pays républicain ».

190L’événement politique, au plan national, est considérable. Sans doute la « poussée de la base » a-t-elle consolidé les convictions de Delmas en la circonstance. Quarante-cinq ans plus tard, il rappellera : « Nos militants, en contact avec les éléments démocratiques des villes et des campagnes, affirmaient que le byzantinisme des états-majors n’était pas apprécié dans leurs milieux et que les perspectives politiques pour un avenir assez proche étaient bonnes ». Jusqu’au parti radical, où ce sont les provinciaux qui obligent Edouard Herriot à se désolidariser de Doumergue.

191Et puis, « les forces communistes ou para-communistes ne pouvaient pas représenter un danger ; tout au plus constituaient-elles une force d’appoint pour un rassemblement démocratique ».

192Ces considérations n’enlèvent rien aux motivations profondes des militants –y compris Delmas– qui prenaient conscience de la montée des périls en France, à un moment où les Croix-de-Feu du colonel De La Rocque, accentuant leur caractère para-militaire, paradaient en formations organisées, par dizaines de milliers, dans les principales villes de France et où ils considéraient le régime comme mûr, prêt à leur céder la place. A l’annonce du regroupement populaire en cours, la fureur des troupes d’extrême-droite, soutenues par une bonne partie de la droite classique, ne tarde pas à se manifester.

193L’urgence du rassemblement antifasciste saute aux yeux. En août 1935, André Delmas présente ainsi la situation dans son rapport au Congrès National : « Une expérience vient qui sera la dernière permise aux forces démocratiques : celle du Front Populaire ». La première motion adoptée par le Congrès est relative à la « lutte contre le fascisme ». Elle exige le désarmement des Ligues fascistes, le contrôle des ressources financières de la presse d’information, la mise à la raison de la « haute finance », l’épuration de la « haute administration » civile et militaire. Au cours de la discussion, Blain, délégué du Rhône, « demande que les Ligues fascistes soient réduites à l’impuissance et les syndicats armés par le gouvernement du Front Populaire » ; mais cette proposition n’est pas retenue par le congrès.

Réticences rhodaniennes

194Dans le Rhône, le Syndicat National est pour le moins réticent devant le Front Populaire. Déjà, en juillet 1934, un vœu adopté à l’unanimité par l’Assemblée générale déniait à tous les partis « de gauche et d’extrême-gauche » le droit de diriger la lutte révolutionnaire, car ils ont manifesté une « impuissance totale ». Pendant le dernier trimestre de 1934, la proposition de Delmas n’est pas discutée dans le Bulletin Syndical. Il n’est pas davantage question de Front Populaire dans le bulletin unitaire jusqu’au 14 juillet 1935. A cette date, une manifestation très réussie est organisée en commun par les partis et mouvements de gauche et les syndicats unis. A Paris, dans le rassemblement et en particulier l’organisation du 14 juillet, le rôle d’André Delmas ne peut être sous-estimé. Le siège du Syndicat National est le lieu de rencontre des organisations encore sur la réserve. Pendant que dans la capitale défilent des centaines de milliers de personnes et que partout en France la gauche se rassemble, De La Rocque groupe de trente mille à trente cinq mille fidèles. A Lyon manifestent quelque trente mille antifascistes. Robert Matagrin pour s’en féliciter, reprend le slogan du Front Populaire : « Pour le Pain, la Paix, la Liberté ». D note la présence dans le cortège de nombreux radicaux, mais l’absence d’Herriot. La personnalité du maire de Lyon, considéré comme responsable de la politique de déflation, apparaît aux enseignants unitaires du Rhône comme un obstacle à une véritable unité populaire.

195Au moment où Delmas favorise les contacts qui aboutiront, non sans difficultés, à établir le programme du Rassemblement Populaire, la section rhodanienne est loin de partager ses vues. Lavenir interprète « le succès inespéré de la formule lancée par Delmas » comme une préparation de da foire électorale » de 1936. « Nous ne marchons plus. Nous n’avons plus aucune confiance dans les politiciens qui veulent se servir de nous ».

196« ... Peut-on raisonnablement croire qu’à les retremper dans le bain populaire, nos politiciens vont reprendre quelque fermeté ? Chacun sait qu’à tremper les nouilles, on les ramollit encore plus ».

197Fin 1935, Léon Emery condamne des partis (qui) n’ont su affirmer en ces derniers jours ni leur union, ni leur droit à diriger ». Les syndicats ne peuvent donc collaborer avec eux que conditionnellement, par accord « conclu non pas avec tel ou tel parti, mais sur telle ou telle mesure ». Si les circonstances exigent la constitution d’un « Gouvernement de salut public » et si les syndicat y ont « une part de pouvoir, cette part ne peut être que la principale ». Ce à quoi Robert Matagrin rétorque : « Il va sans dire que ni les partis, ni les syndicats, ni les groupements divers ne doivent songer à tirer chacun la couverture à soi ».

198La période est à l’union. Partout, se constituent des Comités locaux des forces représentatives, « pour l’unité d’action de la classe ouvrière », « pour la défense des libertés républicaines ».

199La Ligue Syndicaliste se prononce sans équivoque contre le Front Populaire. Pour A. Richard, cette formule substitue à la classe ouvrière « une cohue (la formule a été lancée en temps utile par la « Révolution Prolétarienne ») de catégories sociales disparates : ouvriers, fonctionnaires, paysans, anciens combattants, petits-bourgeois, dont chacun apportait son mécontentement, ses aspirations propres ». La solution tient en la formule miraculeuse : « l’action directe ». Certes, la Ligue Syndicaliste a beaucoup baissé dans la Fédération unitaire, elle-même réduite à sa plus simple expression. Mais la plupart de ses membres se sont ralliés au Syndicat National. Leur influence est infiniment plus sensible dans le Rhône qu’au plan national. C’est un élément à ne pas négliger lorsqu’on examine les positions des syndicats enseignants rhodaniens devant le Front Populaire.

Vers la réunification syndicale

200Pour eux, la grande question qui se pose est la réalisation de l’unité organique. Malgré la volonté des syndiqués de base, malgré la nécessité de faire échec à la poussée autoritaire et pro-fasciste, les difficultés à vaincre sont grandes. Les relations entre les deux Confédérations ont été exécrables. En 1931, André Delmas, rapporteur de la motion dite « de Japy » sur l’unité syndicale au Congrès Confédéral de la C.G.T., est sceptique (si l’on en croit ses confidences faites a posteriori) : « Qui aurait pu croire que ces décisions permettraient d’aboutir efficacement à l’unité dans un délai raisonnable ? Le climat syndical n’était pas celui de la réconciliation ». Mais février 1934 change tout cela. La « pression des éléments de la base » se fait vivement sentir. Pourtant « Jouhaux et les autres membres du bureau confédéral envisageaient avec une inquiétude non feinte l’éventualité de la collaboration avec les éléments unitaires (...). Du côté de la C.G.T.U., l’enthousiasme n’était pas plus grand ». Mais ajoute Delmas, en juin 1935, « la bonne volonté » du parti communiste n’a plus de comparable que « l’esprit de conciliation » dont fait preuve la C.G.T.U. « En 1935, le P.C. veut l’unité syndicale ». Le geste concret de la C.G.T.U. et du P.C., qui permet de débloquer les très difficiles négociations d’unité, consiste à abandonner le principe des « fractions » au sein du mouvement syndical. Les deux confédérations s’engagent à garantir dans la nouvelle centrale « la liberté d’opinion et le jeu de la démocratie ». Eugène Hénaff, un des protagonistes unitaires de la réunification, rejoint Delmas sur partie au moins de ses affirmations : « Pendant des mois, se tiennent des milliers de réunions de syndiqués dans les entreprises et les localités, puis entre les délégations de la direction de la C.G.T. et de la C.G.T.U. Les comptes-rendus en sont publiés dans la presse, ce qui permet aux travailleurs, aux syndiqués, de soutenir les actes unitaires et de combattre les oppositions ». Les dernières difficultés ayant été surmontées au fil des mois, le premier congrès de la C.G.T. réunifiée se tiendra le 6 mars 1936 à Toulouse.

Chemins et détours de l’unité dans l’enseignement

201Plus encore qu’au plan national, les syndicats enseignants du Rhône ont un lourd passif de divisions et d’attaques réciproques, parfois injurieuses. Mais depuis que Moulin et ses amis ont été évincés de la direction les syndicats national et unitaire ne sont plus séparés par les mêmes antagonismes. Sur les questions essentielles, existe désormais un large consensus. Le Conseil syndical du S.N. constate en janvier 1933 que les échanges d’arguments entre les deux organisations ont perdu de leur violence. Au Syndicat National on parle de « nos camarades unitaires » qui veulent réaliser l’union « par une entente préalable au sommet, alors que nous la voyons surtout par la base. Quand nous serons tous réunis dans un même syndicat, quelle que soit l’orientation, la fusion sera faite. Nos camarades unitaires savent que nous les accueillerons avec des droits égaux aux nôtres, fraternellement. Toute Tannée (1932) jusqu’à ce jour, les relations ont été cordiales entre les organisations Puisse l’imminence du danger réunir enfin toutes les bonnes volontés de l’enseignement ».

202Parmi les partisans unitaires de la fusion immédiate, la Ligue Syndicaliste valorise le Syndicat National. Le Bulletin syndicaliste –révolutionnaire ouvre une enquête pour déterminer les voies les plus rapides de l’unité. Jacquet répond : il faut un congrès de fusion des organisations, mais pas de fuite individuelle des militants unitaires vers le Syndicat National. Odin souhaite « l'unité corporative, le plus vite possible, par l’entrée (en bloc) de la Fédération au Syndicat National sous garantie de la liberté d’opinion et de tendance ». D’autres intervenants préconisent, l’un l’organisation d’un congrès sans préalable, l’autre, l’unité dans « le respect de la démocratie et du fédéralisme, (la) restriction du pouvoir abusif des directions, (la) suppression de la rééligibilité aux fonctions des bureaux des organisations syndicales ».

203Le mouvement de la Ligue vers le Syndicat National s’accélère avec l’approche du Congrès Unitaire de Montpellier (août 1934). La motion de la Ligue Syndicaliste affirme : « Puisqu’on ne peut pas faire l’unité globale, il est du devoir des révolutionnaires pénétrés de la gravité de l’heure présente et conscients de l’immensité des tâches qu’ils ne peuvent assumer qu’avec la masse, de tout mettre en œuvre pour créer, là où c’est possible, des morceaux d’unité ». Odin revient à la charge : « Ne nous faisons pas les complices du maintien de la C.G.T.U. et quittons-la tout de suite, puisqu'elle n’est plus défendable ». Mais le dirigeant national Barrué déconseille formellement les départs individuels vers le Syndicat National.

204Cependant, la Fédération unitaire et le Syndicat National négocient. En août 1934, la première envoie au Congrès de Nice du S.N. une délégation de trois membres porteurs des propositions fédérales. Elle réclame des garanties : indépendance syndicale vis-à-vis des partis et des sectes, liberté d’opinion et d’expression, représentation des minorités, reconnaissance de la lutte des classes et fusion à l’échelon confédéral. Ces conditions, établies par le Congrès fédéral de Montpellier qui se tient au même moment, y ont été vivement combattues par Rollo, partisan de la fusion immédiate et sans condition. Trois cent-quatre-vingt-dix mandats (contre trente-sept) l’ont désapprouvé.

205A Nice, un texte commun est négocié sur les bases majoritaires. Les deux organisations espèrent que les directions confédérales de la C.G.T. et de la C.G.T.U. accepteront d’organiser en commun un congrès de fusion. Dans ce cas, le congrès de fusion enseignant pourrait avoir heu à la Noël 1934.

206Au retour de Montpellier, les dirigeants majoritaires Dommanget, Serret, Aulas et deux autres militants se rendent dans l’Isère où Trotski, proscrit d’Union Soviétique, a trouvé asile chez Laurent Beau, instituteur à Domène. La rencontre a heu chez Roland Faure à Nogarey. Trotski veut convaincre ses interlocuteurs de jeter par dessus bord la résolution du congrès sur l’unité et d’entraîner immédiatement et sans condition la Fédération dans le Syndicat National. Il ne cache pas sa volonté de renforcer par les instituteurs la fraction trotskyste à la S.F.I.O. Le 10 août, il réitère ses arguments dans une lettre adressée à Dommanget : « Il faut coûte que coûte trouver la possibilité de revenir sur la position dangereuse du congrès de Montpellier, imposée par la C.G.T.U. Nous sommes en temps de guerre et les formalités, même les plus respectables, doivent reculer devant les nécessités impérieuses (..,) Et la fusion des deux fédérations ici je suis d’accord avec Delmasdonnerait une poussée vigoureuse au mouvement syndical tout entier en brisant la mauvaise volonté des Jouhaux et des Monmousseau ». Pourquoi cette fusion précipitée ? Il s’agit pour Trotski de « la mobilisation révolutionnaire du corps enseignant », car « la sécurité de l’ascension démocratique du prolétariat exige l’ARMEMENT DES OUVRIERS, en premier lieu la création de MILICES OUVRIERES ».

207Le militant russe ne peut convaincre les dirigeants fédéraux, malgré la vive sympathie qu’ils lui portent. Il en conçoit un très vif ressentiment, qui va s’exprimer à plusieurs reprises. En 1936, il couvre de sarcasmes « l’aile gauche du syndicat des instituteurs » et il conclut : « Ce serait le plus grand crime de perdre pour ce public ne serait-ce qu’une minute. Que les morts enterrent les morts ! ». Il revient sur la question dans une lettre à Victor Serge : « J’ai vécu une année entière avec ces gens-là. Avec eux j’ai eu d’interminables conversations, j’ai correspondu, nous avons même organisé une véritable petite conférence avec tous les dirigeants de la Fédération Nous ne pouvions évidemment pas devenir pour eux plus intelligents, plus raffinés, plus beaux, ni moi, ni mes amis les plus proches. Mais nous avons tout fait pour attirer tous ces gens au travail militant. Ils venaient nous voir et prenaient la tangente, en trouvant pour cela mille prétextes. Leur secret est en effet très simple : CE SONT DES PETITS-BOURGEOIS JUSQU’A LA MOELLE ; leurs petites maisons, leurs petits jardins, leurs petites automobiles leur tiennent bien plus à cœur que les destins du prolétariat, même s’ils gardent encore en mémoire des idées farouchement radicales. Je suis allé chez quelques-uns de ces gens-là. Dans leurs appartements, j’ai vu leur mode de vie, je ne l’ai pas seulement vu, je l’ai senti. Excusez-moi, Victor Serge, cette odeur ne me trompe pas. Compter sur ces gens, ce serait semer sur des pierres ».

208La volonté d’affaiblir la C.G.T.U. avant la fusion dans la nouvelle centrale qui va se constituer et où elle est déjà en position d’infériorité, ne peut être réalisée. Le processus de réunification suit donc la voie normale.

Derniers obstacles

209A Lyon toutefois, le Syndicat National trouve que cette voie est vraiment trop lente. L’assemblée générale du 19 juillet 1934 adopte à l’unanimité, sur proposition de Louis Blain, le principe de la fusion immédiate. Dans un vœu, elle exprime sa défiance au Bureau confédéral cégétiste.

210Au Syndicat Unitaire, il n’y a pas unanimité. Bernard veut conserver le statu-quo en attendant les décisions globales. Moulin, Laplace et Matagrin proposent que des offres soient faites immédiatement à l’autre syndicat, afin de constituer ensemble « un comité de réalisation » du syndicat unique. Cette position est largement majoritaire. La section du S.N. ne répond pas favorablement, mais Lavenir fait adopter un vœu demandant « instamment » à la Confédération la poursuite des pourparlers avec la C.G.T.U. pour que l’unité syndicale soit réalisée le 1er janvier 1935.

211Comme les négociations traînent en longueur, le Syndicat Unitaire propose –sous le titre : « En attendant l’unité : action commune ! » – l’organisation en commun d’une série de meetings contre les décrets-lois et contre la répression. Sur ce dernier point, on l’a vu, la manifestation lyonnaise connaît un plein succès, ainsi que le rassemblement, le 19 octobre, devant l’Inspection Académique. La grève des conférences pédagogiques, également proposée par les unitaires, n’est pas retenue.

212Malgré ces rencontres et ces conjonctions, les arrière-pensées n’ont pas toutes disparu. Au Syndicat Unitaire, si Robert Matagrin affirme : « Le syndicat unique nous paraît le moyen le plus sûr pour arriver à l’unité totale », G. Simond exprime ses craintes : « J’ai toujours pensé qu’une partie assez importante des instituteurs n’est pas syndicaliste (j’entends ne peut acquérir la mentalité syndicaliste) et n’a rien à faire dans une organisation syndicale (...) J’ai toujours pensé que l’unité sera féconde pour la très grande majorité des syndicats, mais pas pour l’enseignement en particulier ».

213En attendant que « l’unité totale nécessaire au mouvement ouvrier soit réalisée », le maximum que puisse concéder Simond est l’unité d’action.

214Les deux organisations se livrent alors à un chassé-croisé révélateur des espoirs de l’une et des craintes de l’autre. La section du Syndicat National tient à conserver la maîtrise absolue dans le département ; le Syndicat Unitaire voudrait, malgré sa faiblesse, imposer les conditions minimales qui permettraient à ses membres de rester fidèles à leur engagement initial. Aux propositions unitaires, l’Assemblée générale du S.N. répond, sans les discuter, par la convocation unilatérale d’une assemblée de fusion. La décision est acquise à l’unanimité moins six voix. Les unitaires refusent évidemment d’obtempérer. Une nouvelle proposition unitaire tendant à créer un comité permanent d’entente entre les deux syndicats est repoussée par Lavenir ; à la suite de quoi le Syndicat Unitaire décide de réaffirmer les conditions posées par le congrès fédéral de Montpellier.

215L’occasion s’offre de manifester publiquement une volonté commune de cohabiter et d’agir ensemble : dans toute la France, les conseillers départementaux sont amenés à démissionner pour protester contre « le scandale de Montabot (Manche) », où une institutrice a été victime de menées anti-laïques. Va-t-on voir une Este unique des deux syndicats homologues ? Le Syndicat Unitaire s’étonne d’être informé par une brève note de presse, mais il vote un ordre du jour de solidarité. Il propose la constitution d’une liste commune et demande que des conditions précises soient imposées aux candidats : ils doivent s’engager à refuser pour eux mêmes toute distinction honorifique et promotion au choix, ainsi que toute mutation qui ne serait pas justifiée par l’ancienneté des services ; à publier les comptes-rendus de toutes les séances et à en rendre compte publiquement à l’ensemble du personnel ; à démissionner si les syndicats l’exigent, en liaison avec les nécessités des luttes départementales ou nationales ; à refuser toute collaboration pour les suppressions de postes. Lavenir répond immédiatement, au nom de son conseil syndical, que la majorité repousse ces propositions, mais que la décision définitive sera prise par l’Assemblée générale. Celle-ci, réunie le 28 mars, est houleuse. Soixante cinq voix se proposent pour la constitution d’une liste commune, cinquante six s’y opposent. Désavoué, Lavenir donne sa démission de secrétaire départemental. U faut convoquer une nouvelle assemblée générale pour que triomphe, par 151 voix contre 76 et 6 abstentions, une proposition de Marie-Louise Cavalier : la liste des candidats au Conseil Départementel sera uniquement cégétiste. Satisfait, Blain « estime qu’une organisation comme la nôtre ne doit pas être livrée à des hasards d’A. G. ».

216Les élections mettent cette fois en compétition non pas deux, mais trois listes. Des candidats « d’union nationale » font une timide percée dans le collège masculin ; mais dans le collège féminin, ils obtiennent presque deux fois plus de voix que le Syndicat Unitaire. Le Syndicat National est à son zénith.

217Autre problème, créant une certaine tension entre les syndicats : les groupes de jeunes, ouverts à tous (unitaires, cégétistes, inorganisés) sont réactivés par certains syndicats départementaux unitaires. Dans le cadre du prochain syndicat national réunifié, ils revendiquent une large autonomie. Ils ont un Comité Central National et, dans le Rhône, une direction animée par M. Sac, Louis Aulas, Métra, Melle Balanche, Montagne, Vernet et Vicat. Le groupe lyonnais se présente comme « une commission d’études, commission élargie qui devrait être (...) soutenue par les syndicat eux-mêmes ». Gaston Diot, responsable des jeunes enseignants du Syndicat National, leur conteste cette position privilégiée : « Il est certain, logique, obligatoire » qu’elle retarde l’unité ».

218Aux vacances de Pâques 1935, les Groupes de Jeunes convoquent une « CONFERENCE D’UNITE DU PERSONNEL ENSEIGNANT FRANCAIS » patronnée par plusieurs sections départementales unitaires et des sections de syndicats uniques déjà constituées. La Fédération unitaire juge cette « expérience vaine et dangereuse ». Au Syndicat National, les avis sont partagés. Son Conseil National décide, par 40 voix contre 27, d’envoyer une délégation à la conférence ; mais le vote est annulé par le Bureau national. En définitive se trouvent rassemblés 22 syndicats unitaires, 24 sections départementales du Syndicat National et 6 syndicats réunifiés. L’action commune immédiate y est préconisée pour créer l’atmosphère d’entente indispensable à la réalisation de l’unité syndicale totale.

219Le Syndicat National tranche nationalement le nœud gordien en s’opposant à la constitution d’une super-commission des Jeunes indépendante de la direction nationale. Les groupes de jeunes rentrent dans le rang et juste avant la fusion, le Syndicat Unitaire reconnaît celui du Rhône, comme constituant sa propre commission « Jeunes » – ce qui augmente le nombre de ses adhérents.

220Il faut éliminer un par un les points de divergence. Le 8 juin, l’Assemblée Générale du Syndicat National rhodanien propose, pour faciliter l’entrée des adhérents unitaires à ce syndicat, de reconnaître le droit de tendance, d’adjoindre à sa direction un secrétaire adjoint et cinq délégués du Syndicat Unitaire et d’autoriser provisoirement, jusqu’à la fusion nationale et par dérogation à ses statuts, les nouveaux venus à recevoir la carte de la C.G.T.U. C’est un progrès, mais qui implique la dissolution du Syndicat Unitaire en acceptant les règles du partenaire. Refusant cette proposition, les unitaires réitèrent leur offre de « SYNDICAT UNIQUE », sorte de superstructure servant de terrain de convergence aux deux syndicats qui conserveraient leur forme d’organisation jusqu’à la réunification totale.

Enfin l’unité !

221En août, les deux congrès nationaux se réunissent. Celui du Syndicat National accepte massivement de recevoir une délégation unitaire. Jean Aulas, qui apporte le salut et les propositions de la Fédération unitaire, est chaleureusement applaudi. Jouhaux, qui représente la C.G.T. nationale, dit espérer que « l’unité syndicale sera réalisée avant la fin de l’année ». La motion adoptée demande aux deux confédérations de « décider la fusion rapide » des organisations avant le 1er novembre.

222A Angers, le Congrès Fédéral Unitaire est salué par Vivès au nom du S.N. : « Nous faisons l’unité sous la pression des nécessités. Vous apportez vos doctrines, le Syndicat National apportera son nombre ». La majorité unitaire du congrès s’oppose à ce que ses minoritaires participent aux négociations d’unité. Elle conspue Eugène Hénaff qui représente la direction confédérale C.G.T.U. au congrès. L’unité ne signifie pas l’atténuation des conflits de tendances au sein de la Fédération.

223Les deux congrès confédéraux ayant enfin décidé la fusion avec carte unique à partir du 1er janvier 1936, les organisations (Fédérations et syndicats) sont invités à fusionner avant la fin de 1935. La Fédération Générale de l’enseignement (cégétiste) et la Fédération unitaire le font à Paris pendant les vacances de Noël 1935. Paul Delanoue souligne que les dirigeants nationaux unitaires, Dommanget notamment, « subissent l’unité ». Pour éditer une « Histoire de la Fédération de l’Enseignement », ils refusent de remettre à la trésorerie commune ce qui reste en caisse. Devant ce congrès peu fourni (ce qui tient aux structures fédérales), Jean Bruhat oppose brillamment le syndicalisme de masse au syndicalisme de secte.

224Le 7 octobre 1935, la section du S.N. et le Syndicat Unitaire du Rhône décident de fondre leurs effectifs en une nouvelle FEDERATION DE L’ENSEIGNEMENT regroupant six syndicats de catégorie : enseignement primaire ; Ecoles Primaires Supérieures et Ecoles Normales ; enseignement technique, enseignement secondaire ; enseignement supérieur ; services administratifs. Chacun de ces six syndicats sera directement représenté à l’Union Départementale des Syndicats Ouvriers et à la C.G.T. réunifiée. Chaque syndicat de catégorie est invité à établir rapidement son projet de statut départemental. Les pourparlers ont été conduits par Thovert, Petit, Lavenir, Melle Durand, et Forest pour la fédération C.G.T. de l’enseignement ; par Matagrin, Hentgès, Mlle Jacquier, Vicat et Simond pour le syndicat unitaire.

225Robert Matagrin se félicite de l’union réalisée : « Nous allons vers nos camarades confédérés avec toute notre joie, tout notre enthousiasme, toute notre expérience de la lutte, persuadés de travailler en complet accord avec eux pour la formation du nouveau syndicat, pour son maintien envers et contre tout, pour son action contre l’Etat-patron, contre tout le système capitaliste et la guerre qu’il engendre ».

226Mais cet accord ne fait toujours pas l'unanimité au sein du Syndicat Unitaire. Jeanne Balanche, Simond, Odin expriment leur méfiance, en Assemblée Générale, le 13 octobre. Une motion est votée, regrettant que la structure retenue n’ait pas été la fédération d’industrie, groupant tous les enseignants du primaire au supérieur dans un seul syndicat. Une autre motion, votée à l’instigation d’Odin, demande que dans chaque département existe non une SECTION du nouveau syndicat, mais un SYNDICAT fédéré au plan national avec les autres syndicats départementaux. Cette structure-souligne l’auteur-laisserait « une liberté plus grande » à chaque département. Sans doute les 25 participants à cette assemblée générale (sur les 112 adhérents du Syndicat Unitaire) ne se font-ils guère d’illusions sur le succès de leurs suggestions. Plusieurs intervenants soulignent « ce qu’il faut chercher à conserver » : la souveraineté des Assemblées Générales, la discipline syndicale, la possibilité d’organiser des sous-sections locales, la « Tribune libre » du bulletin.

227Dans le dernier bulletin unitaire, Robert Matagrin appelle non seulement les syndiqués, mais l’ensemble des personnels à participer à l’assemblée de fusion, qui est fixée au 21 novembre. Le nouveau syndicat a la volonté de dépasser largement le total des anciens syndiqués – et cela malgré la défection de rares unitaires, comme Jeanne Balanche qui proclame « sa défiance » à l’égard de la nouvelle organisation.

228Quant à la Ligue Syndicaliste, elle exprime son désenchantement ; « Il faut s’habituer à être minoritaires », annonce-t-elle. Le syndicalisme ayant pour tâche de préparer « l’action directe », il « doit compter sur lui et sur lui seul ». Très en marge du courant unitaire dont la puissance les emporte, les militants syndicalistes –révolutionnaires n’attendent rien de l’union en cours de réalisation.

229Au congrès du Syndicat National des Instituteurs, enfin réunifié, Vivès pourra, dans son rapport sur l’action sociale, se réjouir de l’unité syndicale et du succès électoral du Front Populaire, bien que celui-ci, estime-t-il, n’ait pas été obtenu « avec tout l’enthousiasme nécessaire ».

230A Lyon, Pierre Hentges veut pousser plus loin l’unité, qui doit devenir réalité au plan international. Le Secrétariat Professionnel International de l’Enseignement (réformiste) a accepté « en principe » la proposition faite en ce sens par l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement – mais à la condition que cette union ne mette pas en cause son adhésion à la Fédération Syndicale Internationale, dont l’homologue pour l’I.T.E. est l’Internationale Syndicale Rouge. Les difficultés à surmonter sont énormes, la situation n’étant la même dans aucun pays. Mais dit Hentgès, « la guerre et le fascisme sont des dangers trop précis pour que nous nous refusions à grouper dans le combat contre eux des forces jusqu’alors dispersées (...). Il est donc clair que l’Unité internationale doit se faire et elle se fera ».

Quelques militants lyonnais

Quelques militants lyonnais

Le droit syndical des fonctionnaires

Le droit syndical des fonctionnaires

Bibliographie

SOURCES

– L’Ecole Libératrice, L’Ecole Emancipée, L’Emancipation, L’Action Syndicaliste (1933 à 1935) ; quelques numéros du « Travailleur de l’Enseignement » (même époque) ; Bulletin Corporatif, le Syndicat (1933 à 1935) ; La Révolution Prolétarienne, 1934-1935 ; Le Progrès, le Nouvelliste, L’Avenir Socialiste, La Voix du Peuple (1933 à 1935) ; L’Humanité, le Populaire (1934-1935) ; « Europe », novembre 1929 ;

– Archives Nationales, F7 13749 ; Archives Départementales, 4M 269 PP ; Bibliothèque Nationale (Dépôt de Versailles, affiches politiques Rhône, 1932) ;

– Souvenirs de Paul Delanoue ; Cahiers du Bolchevisme, juillet 1934 ;

– Georges Cogniot, op. cit. ; André Delmas : « Mémoires... », op. cit., et « A gauche de la Barricade », Ed. de l’Hexagone, 1950 ; Henri Dubief : « Le déclin de la IIIe République, 1929-1938 », Le Seuil, coll. « Histoire » ; M. Duroselle : « Les relations franco-allemandes de 1918 à 1950 » ; Jules Isaac : « 1914, le problème des origines de la guerre » ; V.I. Lénine : « L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme » ; Antoine Prost : « Les manifestations du 12 février 1934 en province », in « Le Mouvement Social », no spécial janvier/mars 1964 ; M. Renouvin, « Les origines immédiates de la guerre, 28 juin-4 août 1914 » ; Georges Serret, op. cit. ; Léon Trotski, op. cit.

Le refus du gouvernement est transmis par l’Inspecteur Primaire (P.V. de la Conférence Pédagogique de Neuville-sur-Saône, 21 septembre 1887).

Extrait du livre de J. Paul-Boncour : « Les Syndicats de Fonctionnaires », Ed. Edouard Cornély, Paris (1906)

1912 : La répression

1911 : au syndicat, on milite pour le respect du droit syndical et pour la réforme de l'« ortografe ».

« L’affaire » METY (« Le Syndicat, août 1929)

Tract inséré dans le « Bulletin Corporatif » du 20 décembre 1934

« Bulletin Corporatif », 20 février 1934.

Le Syndicat National se mobilise (Bulletin Corporatif, 5 mars 1934)

Rencontre amicale au Congrès de la Fédération Unitaire de l’Enseignement (1935). De gauche à droite : Robert Matagrin (Syndicat Unitaire), Bosland (Syndicat National), Melle Ducret (Syndicat National), Auclair (Syndicat Unitaire), Georges Martin (Syndicat National).

« Bulletin Corporatif », 5 novembre 1935.

Une des trois affiches éditées en septembre 1938 par la section rhodanienne du Syndicat National.

« Bulletin Corporatif », 5/20 mai 1939

Placard de couverture, « Bulletin Corporatif », même date

« Bulletin Corporatif », novembre 1938, article de Louis Blain

« Le Nouvelliste », 19 octobre 1940

En attendant la « solution finale »...

Emery dans la bataille pour la « nouvelle Europe nazie » (Rapporteur Brethaueur, adressé à la Wilhemstrasse d’Allemagne à Paris). Photo Archives de Postdam.

La fine fleur de la Collaboration

Du Front National des Instituteurs au Syndicat reconstitué De « L’Ecole de Bara » à « L’Ecole Libérée ».

Notes

1 Marceau Pivert (leader de la « gauche révolutionnaire » du Parti Socialiste S.F.I.O.), un temps influencé par Léon Trotski.

2 Henri de Man, vice-président du Parti socialiste belge, un des « pères » du « planisme ». Partisan d’un « Etat-fort », il proclame : « Ce n’est plus par la révolution qu’on arrive au pouvoir, c’est par le pouvoir qu’on peut arriver à la révolutions. Ministre de 1935 à 1938, il confirme sous l’occupation sa sympathie pour les régimes fascistes. A la Libération, il se réfugie en Suisse.

3 Expression non imprimée.

4 Le premier sera ambassadeur du gouvernement de Vichy ; le second, président du Comité France-Allemagne en 1935 ; le troisième, ministre de Pétain.

5 Député de droite, xénophobe, antisémite, éditorialiste de Radio-Vichy en 1942 ; Ministre de l’Information en 1944 ; exécuté par la Résistance.

6 Ce haut fonctionnaire adopte le pseudonyme de Pierre Gérome.

7 Mario Roustan est alors ministre de l’Instruction Publique. Le recours à Pétain, symbole de l’autoritarisme, est dans l’air.

8 Tous deux vireront au fascisme ; le premier, fondateur du Parti Populaire Français, finira Waffen S.S. –, le second ira au Rassemblement National Populaire de Déat.

Table des illustrations

Titre Quelques militants lyonnais
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Le droit syndical des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14453/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 585k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search