Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Deuxième partie. 1928-1935

Chapitre II. Face à la réaction, la crise et la déflation

Texte intégral

Une situation difficile

1L’échec du Cartel des Gauches, c’est au premier chef l’échec du parti radical, qui conserve néanmoins des bases vivaces dans le pays. Le capitalisme français, qui depuis l’immédiat après-guerre se heurte à une concurrence internationale plus sévère, veut transformer les structures archaïques de l’économie et réformer l’Etat. Mais il a dû jusqu’ici composer avec les couches moyennes, qui –à la différence de l’Allemagne– ne sont pas sorties laminées des premières restructurations. Sur le plan politique, le front des classes moyennes et des couches populaires s’est réalisé sous l’égide du parti radical. La bourgeoisie est donc tenue à la plus grande circonspection, même si ce parti a tendance à s’affaiblir très lentement et s’il se trouve, face aux nouvelles données, devant une situation qu’il est incapable de maîtriser. Quelle ligne vont adopter les maîtres du Capital ? Neutralisation des classes moyennes, même au prix de concessions sociales momentanées qui leur concilieraient la classe ouvrière, ou bien, par souci primordial de stabilité politique, alliance et compromis (selon le rapport des forces) avec les couches moyennes, donc opposition à toute législation sociale ?

2C’est un tel compromis qui donne le jour au « poincarisme ». Au nom d’un nationalisme toujours latent en France et qui se proclame capable « de sauver le franc », de défendre les institutions et la nation, il réunit la droite classique et les radicaux. Cette période transitoire prépare la venue (après la victoire de « l’Union Nationale » en 1928 et la démission de Poincaré en juillet 1929) de gouvernements de droite excluant le parti radical.

3De 1926 à 1929, la politique de Poincaré s’exprime par la formule : « Travailler, produire, exporter ». Son gouvernement demande aux masses des sacrifices pour « défendre le franc », qu’il a d’ailleurs dévalué au cinquième de sa valeur. Il encourage par des privilèges fiscaux les concentrations et la rationalisation de la production. Il lève des impôts indirects supplémentaires et il s’oppose aux revendications des fonctionnaires. Afin d’imposer plus facilement cette politique, il obtient du Parlement qu’il se dessaisisse de certaines de ses prérogatives en matière financière. Les décrets-lois se substitueront aux lois, sans être soumis aux Assemblées parlementaires. Sous le règne de Poincaré, la répression bat son plein.

4Pour les nombreux instituteurs suspendus ou condamnés par les tribunaux, le paradoxe tient au fait que dans l’enseignement, cette répression est exercée par Edouard Herriot, initiateur du Cartel et ministre de l’Instruction Publique de 1926 à 1928. En même temps, une violente campagne est déclenchée contre les « trublions » de l’enseignement. Le président des Aveugles de guerre, Scapini, ordonne : « Il faut procéder dès maintenant à l’exécution impitoyable j’insiste sur ce mot des instituteurs communistes. Question de vie ou de mort, car rien n’est plus facile que de pervertir l’esprit malléable des enfants ». Le Syndicat Unitaire du Rhône réagit en tirant dix mille tracts et en organisant des meetings, de novembre 1927 à janvier 1928, à Lyon, Villeurbanne, Villefranche, Givors, Tarare, Amplepuis, Francheville.

5La crise « mondiale » éclate en octobre 1929 aux Etats-Unis. Elle se répand à travers les pays capitalistes. La France est touchée relativement en retard, de 1931 au printemps 1935. Faillites en chaîne, chômage partiel et total atteignant 1 300 000 salariés, offensive générale contre les revenus, caractérisent cette période. Face à ces agressions, comment réagissent les travailleurs ? La division politique et syndicale de la classe ouvrière constitue pour elle un handicap majeur.

6La crise a surpris les dirigeants socialistes et cégétistes : elle contredit le schéma triomphaliste qui s’est développé dès la fin de la guerre autour de la prospérité américaine. De 1924 à 1926, la C.G.T. a admis la « rationalisation » du travail, l’intensification des cadences, voire la disparition d’entreprises déclarées mon rentables », dont on assure qu’elles seront avantageusement remplacées par d’autres, plus scientifiquement organisées, qui créeront des emplois. Alors, « la classe ouvrière constate que son sort s’améliore chaque jour ; elle comprend que son intérêt matériel se confond avec celui des capitalistes et commence à comprendre qu’il en est de même de son intérêt moral » (Jules Moch). Ce bel optimisme va être cruellement démenti.

7Dans le même temps, les problèmes internes du mouvement communiste international se répercutent sur le parti communiste français et la C.G.T.U., qui pratiquent après 1928 la ligne « classe contre classe » (maintenue jusqu’en 1934 avec un infléchissement en 1930). Cette orientation, fondée sur une surestimation des possibilités révolutionnaires et une sous-estimation des données nationales, se traduit par la dénonciation sans mesure du légalisme et du parlementarisme, par la restriction de la politique d’alliance de la classe ouvrière, par la violence des attaques verbales et écrites contre la social-démocratie (laquelle n’est d’ailleurs pas en reste sur ce plan). Les positions sectaires constituent un obstacle sérieux au développement du mouvement ouvrier et même aux simples convergences syndicales.

8Cependant, une partie de la réaction, exaltée et stimulée par l’exemple mussolinien, puis en 1933 par le triomphe des Nazis en Allemagne, tente d’opposer un nouveau verrou à toute poussée populaire éventuelle. La crise, d’une gravité exceptionnelle, atteint aussi des couches non-prolétariennes dont les Ligues essaient de capter le mécontentement pour se renforcer, en les encadrant par des éléments entraînés sur un mode para-militaire – avec au moins des complaisances dans certaines couches de l’appareil d’Etat. Tous ces groupements ont des traits communs : aspiration à un Etat autoritaire, corporatiste, nationaliste, xénophobe et antisémite ; culte du chef ; exaltation de la jeunesse et de la force ; coloration parfois anticapitaliste du discours, mais aussi référence au maintien de l’ordre social et des vertus traditionnelles ; anti-communisme virulent. Les Ligues, qu’elles agissent pour leur propre compte, qu’elles constituent parfois les troupes de choc de la droite classique ou qu’elles puissent apparaître aux couches dirigeantes comme un recours éventuel, sont ressenties par la gauche comme constituant des entreprises fascistes. La comparaison avec les fascio mussoliniens et le nazisme est d’autant plus tentante que les Ligues sont loin de toujours récuser ces modèles.

9Une succession de scandales permet à la droite et à l’extrême-droite de dénoncer « la pourriture du régime ». Le point d’orgue est l’affaire Stavisky qui éclate en décembre 1933 et qui compromet des hommes politiques proches du pouvoir. Le 6 février 1934, l’émeute menace – avec le Palais-Bourbon – les institutions de la République parlementaire. Une vigoureuse riposte populaire donne le départ à un vaste mouvement qui aboutira au Front Populaire et à la réunification syndicale.

La grande dépression

10Jusqu’au grand krach boursier de Wall-Street, le 24 octobre 1929, le Syndicat National partage l’optimisme dominant à la C.G.T. quant aux perspectives économiques du capitalisme et à ses possibilités d’amélioration progressive. Le second numéro de « L’Ecole Libératrice » illustre cet optimisme. Il reprend un extrait de « Standards », l’ouvrage d’Hyacinthe Dubreuilh. Le passage cité rapproche Ford de Fourier, l’industriel analysant « avec une autre compétence que le penseur socialiste –selon l’auteur– les crises qui troublent si fréquemment l’économie moderne ». Ce n’est qu’en mai 1930 que Vivès, exposant l’état de la question devant la Commission permanente donne sans prendre parti, les positions respectives de la C.G.T.U. (opposition systématique et quelques manifestations actives pour empêcher la mise en application de la rationalisation dans les entreprises) et de la C.G.T. (adhésion pleine de réserve et d’appréhension). André Philip, sollicité, donne deux articles successifs à « l’Ecole Libératrice ». Tout en reconnaissant les progrès techniques réalisés par l’introduction de la rationalisation dans l’industrie, il constate qu’elle ne bénéficie pas aux travailleurs. « Les organisations patronales sont si puissantes qu’elles parviennent à détruire les organisations syndicales et à annihiler les libertés ouvrières ; les salaires sont le plus souvent stationnaires. Les consommateurs ne sont pas gagnants non plus ». Il critique le « néo-libéralisme », dont la doctrine est que l’intérêt personnel de l’entrepreneur le conduit à réaliser l’intérêt général. Le bien-fondé de la rationalisation est réel, mais « la question est de savoir qui rationalisera ».

11A ce moment, la crise va atteindre l’Europe, et la France en ressentira les effets. Marcel Déat voit « l’Europe sous la menace américaine », symbolisée par le déferlement des voitures Ford sur l’ancien continent. Il pose deux questions : « Le néo-capitalisme » est-il compatible avec les traditions et le passé de l’Europe ? La menace économique américaine facilitera-t-elle l’unification de l’Europe ? Devant cette nouvelle donnée, la C.G.T. tente une analyse économique de la crise, dont elle voit la cause dans des lois du marché », les déséquilibres entre l’offre et la demande – sans dépasser la sphère de la circulation, sans aborder les problèmes de la production, de la plus-value, des profits. Le communiqué de la C.G.T. paru en 1932 dans le « Bulletin Corporatif » des Instituteurs du Rhône dénonce « l’impuissance du capitalisme ». Il caractérise ainsi la dépression : « Crise de surproduction ? Non-Crise de sous-consommation ? Oui ». Tout est dans le dérèglement du marché. La C.G.T. s’élève contre « la diminution des salaires, crime et absurdité ». Elle réclame « la diminution des heures de travail, nécessité » pour revenir à une situation normale. Mesures certes nécessaires, mais qui ne vont pas au cœur du problème et seraient apparues cruellement insuffisantes, si tant est qu’elles eussent été prises.

12A l’opposé de ces conclusions sur « l’impuissance » supposée du capitalisme, la C.G.T.U. voit dans la crise l’occasion pour le capital financier le plus concentré, de faire supporter aux masses populaires le poids des difficultés et d’accaparer de nouvelles entreprises, de nouveaux pouvoirs aux plans économique, social et politique. Toute solution qui ne tient pas compte de ces éléments fondamentaux aboutit à une inflation galopante et une rapide aggravation du chômage.

13Si dans l’action quotidienne, les travailleurs cégétistes et unitaires se retrouvent parfois, puis de plus en plus souvent, leur aspiration à l’unité est grandement freinée par l’appareil confédéral de la C.G.T.. Ce blocage est encouragé par le sectarisme persistant des militants communistes et unitaires en ces années trente, par leur immaturité idéologique qui leur fait confondre fascisme et démocratie bourgeoise, dont les organisations réformistes sont considérées comme un soutien essentiel.

14A Lyon, la sensibilité aux questions économiques et sociales des dirigeants ex-unitaires (venus au Syndicat National via l’autonomie) est plus grande. On s’y interroge sur les nouvelles méthodes américaines d’organisation du travail. L’éditorial du Bulletin Corporatif reprend un article de « la Révolution Prolétarienne » au titre significatif : « Rationalisation, nouveau mode de concentration capitaliste ». Cinq mois après, Léon Emery traite du « rôle des trusts en Amérique ». Il constate que ceux-ci ont le champ libre, nationalement et internationalement. Comment donc faire « respecter la loi » ? Seul recours : l’éducation des masses ! Louis Blain reprend les idées d’Emery, auquel il se réfère expressément, sur l’éducation à donner au peuple contre la perte de l’esprit critique observable aux Etats-Unis. Le Bulletin Corporatif publie des articles d’André Philip sur le « néo-capitalisme ». Pour lui, « la rationalisation aboutit PEUT-ETRE à diminuer l’exploitation des travailleurs, elle conduit CERTAINEMENT à augmenter l’oppression qui pèse sur eux ». La compréhension des phénomènes tout comme les solutions proposées révèlent leurs limites.

15Lorsque survient la crise, Léon Emery en voit lui aussi la cause dans le système de distribution et non dans le mode de production des marchandises. La récession n’est que « le signe visible d’un autre danger plus profond : la baisse énorme du commerce international » (de 50 % à 70 % en deux ans), elle-même étant due au « nationalisme économique » des pays industriels. La « confiance » est la base de la reprise. Peut-on l’instaurer, promouvoir à la fois la suppression de la crise et le désarmement ? Emery compte, pour cela sur « la pression croissante de la ruine financière. La crainte de la ruine totale peut être le commencement de la sagesse ». Pour situer dans quel cadre il se place, il entonne un hymne au New Deal, entreprise de « caractère presque révolutionnaire » en face de laquelle « les diatribes classiques contre les monopoles ont un air de chansonnettes vieillottes, en dehors de toute réalité ». Il faut choisir : ou « un socialisme d’Etat vigoureux » ou « un fascisme à l’américaine ». Le terme « fascisme » peut surprendre. Il n’a pas dans l’esprit de l’auteur une connotation négative. D exprime seulement « la concentration des pouvoirs, loi obligée des temps difficiles ».

16Serait-ce un point de vue personnel ? Le Syndicat National porte bien sur la crise et ses causes des jugements similaires. Il publie en 1933, une brochure « d’initiation » intitulée « Le syndicat et le syndicalisme ». A l’origine de la crise économique, cette publication trouve « l’égoïsme collectif », le « nationalisme économique » s’opposant à « l’équilibre (qui) devrait pouvoir se rétablir par l’afflux de la main-d’œuvre, par les mouvements migratoires vers les pays favorisés de la nature », par l’extension des échanges internationaux. Les « puissances économiques » qui apparaissent vaguement lorsqu’il est question des revendications, sont curieusement absentes de cette étude sommaire.

17Par contre, Fontaine parle, lui, du capitalisme. Et c’est pour annoncer son déclin : « L’heure du syndicalisme va sonner », annonce-t-il. Le capitalisme « crève en somme de sa victoire trop complète ». Fontaine compare les « millions de travailleurs » qui lisent « Le Matin », « L’Echo de Paris », « Le Progrès », etc. qui « vont au cinéma, boivent plus ou moins considèrent le chômage, la mévente, la cherté du pain comme l’averse qui les trempe, la grêle qui broie les récoltes », à « un troupeau d’esclaves attendant comme à Rome que l’Etat leur donne du pain ». Il ne faut donc compter que sur les « syndiqués conscients ». Ceux-ci « doivent se condidérer comme les cadres dirigeants d’une immense mobilisation révolutionnaire ». D’où la nécessité d’une active propagande pour le passage des moyens de production et d’échange aux mains des travailleurs.

18Emery spécule sur les solutions à long et à court termes indispensables selon lui pour vaincre la crise :... « s’attaquer à ses causes profondes par une reconstruction rationnelle de l’Europe et du monde ». En attendant, « force est bien de chercher des palliatifs, parmi lesquels figure la réduction du travail ». Cette éventualité ne le réjouit pas ; il y voit une « objection morale », car elle entraînerait « le désœuvrement des ouvriers » et chacun sait que l’oisiveté est la mère de tous les vices... Heureusement, il y a plusieurs façons de la réaliser, par exemple en avançant l’âge de la retraite et en portant l’âge de la scolarité de douze à quatorze ans. Mais Emery, qui éprouve une allergie totale à l’enseignement technique, ne veut pas de cours d’apprentissage sous la direction de celui-ci, même si des cours post-scolaires obligatoires étaient organisés jusqu’à 18 ans.

L’abstention aux examens

19Lorsque survient la crise, on la ressent d’abord au Syndicat National comme touchant essentiellement les travailleurs de l’industrie. Un très fort mouvement de solidarité s’organise dans le département. Une souscription de soutien aux 120 000 grévistes (pendant plus de huit semaines) dans les textiles du Nord, se transforme rapidement en « souscription permanente » au profit des enfants de chômeurs. Le bulletin du S.N. publie des pages entières de listes de souscription. Pourtant, J. Fontaine lance un cri d’alarme : avec la crise, « c'est l’instruction publique que l’on va d’abord sacrifier... Il nous faut donc nous attendre à une période très dure ».

20Pour l’affronter, le Syndicat National est-il mobilisé ? Il commence par subir un échec cuisant : sous peine de renoncer à toute crédibilité, il a, en effet, décidé en avril 1931 de sortir des limbes « l’abstention aux examens » si souvent évoquée. Mais pour éviter tout mécompte, il demande au personnel de prendre – préalablement à l’action – « l’engagement d’honneur » d’y participer. Immédiatement, le groupement des Directeurs et Directrices d’école de Lyon entre en conflit avec le syndicat. Plus de 78 % de ses membres sont opposées à cette grève. Même position au syndicat des Ecoles Primaires Supérieures, membre de la Fédération Générale de l’Enseignement. Au 31 mai, dans l’agglomération lyonnaise, 57, 5 % des maîtres et maîtresses ont pris « l’engagement d’honneur » sollicité ; la proportion atteint seulement 51, 6 % à la campagne. Le syndicat croit reconnaître dans ce résultat les influences conjuguées du Groupement des Directeurs lyonnais, des Davidées, d’un groupe peu nombreux mais agressif : l’Union nationale des Instituteurs – et le peu de nerf de quelque huit cents non-syndiqués. Dans ces conditions, les concours des Bourses et le Certificat d’Etudes se dérouleront sans difficulté.

21Les dirigeants syndicaux ne cachent pas leur amertume. Certains, comme Balvet, laissent exploser leur colère : « Il n’y a pas à discuter un ordre syndical. La révolte, c’est le refus, c’est la trahison... Le syndicat n’a que faire des âmes mortes... Il vaut mieux être moins nombreux mais unis que d'avoir à traîner une masse qui vous alourdit, vous enchaîne et vous trahit ».

  • 1 Louis Aulas est le frère de Jean Aulas, dirigeant national de la Fédération unitaire de l’enseigne (...)

22On n’en reste pas aux paroles. Par soixante-onze voix contre cinquante-neuf, l’Assemblée « Générale » du S.N. décide d’exclure quarante-cinq syndiqués après les avoir traduits devant une commission d’enquête. Cent quinze autres sont signalés comme de mauvais syndicalistes. Faisant bonne mesure, le syndicat cloue nommément au pilori cent-soixante non-syndiqués. Pourtant, J. Fontaine avait déclaré : « Le syndicat se débarrassera seulement de ceux pour lesquels aucune éducation syndicaliste n’est possible ». Louis Aulas, instituteur à Chessy, essaie d’éviter ces mesures brutales. Tout en craignant « le départ certain des collègues qui verront leur nom au bulletin parce qu’ils ont manqué à la parole donnée », il invite quand même ceux-ci à demeurer syndiqués1.

  • 2 En 1932, deux cent quinze instituteurs rhodaniens ne sont pas syndiqués. En juin 1933, malgré l’ad (...)

23La section du Rhône sort affaiblie de l’épreuve2. Or, « la période très dure » prévue par Fontaine est là...

Les « privilégiés »

24En attendant que sonne « l’heure du syndicalisme » annoncée par Fontaine, la presse lyonnaise de droite se déchaîne contre ces privilégiés, ces budgétivores que sont les instituteurs et les fonctionnaires. Son tirage –environ 250 000 exemplaires– égale à peu près celui des journaux de gauche, dont « Le Progrès » rassemble la plus grande partie des lecteurs. A droite, « Le Nouvelliste » tire entre 150 000 et 170 000 exemplaires. « Le Nouveau Journal » à 50 000.

25« Le Nouvelliste » s’indigne du « contraste frappant entre la stabilité de la situation des fonctionnaires et l’instabilité de tous les citoyens. Il apparaît encore plus frappant et plus injuste par ces temps de chômage et de crise du travail, que les fonctionnaires contemplent dans la plus complète sécurité ».

26Quant aux instituteurs... « Vraiment, ils exagèrent ! Souvent, quand ils sont mariés et qu’ils exercent, mari et femme, dans le même village, on les voit, pendant leurs longs loisirs, se promener en limousine, grâce aux belles rentes que leur font les contribuables. Cet étalage de luxe excite, avec juste raison, l’envie des paysans qui les entourent et dont le rude et incessant travail ne reçoit pas la même récompense ».

27Avec l’école primaire laïque qui sape l’autorité familiale et ses maîtres qui ruinent l’Etat, les Collèges sont de véritables gouffres à « phynances » : des faiseurs de système et les constructeurs d’utopies donnent libre cours à leur fantaisie somptuaire et réclament la gratuité dans les collèges de l’Etat. Et (les députés) vont jusqu’à repousser un amendement qui demandait qu'au moins les seuls enfants de France bénéficient de la gratuité. Ici, nous avons trop d’argent ? ».

28A en croire cette presse, il est temps « que l’on restaure l’ordre dans le pays ». En 1929 déjà, la droite classique lyonnaise annonçait clairement sa conception de « l'ordre ». Ainsi s’exprime « Le Nouvelliste » :... « Quand le régime parlementaire est remplacé par une dictature quelconque, on remarque que les choses vont mieux qu’auparavant (...). Ne soyons donc pas surpris si, tant en France qu’en Allemagne, on en arrive à souhaiter l’avènement d’une dictature, laquelle aurait du moins l’avantage de compenser la réduction théorique des libertés individuelles en sauvegardant l’intérêt national et en le faisant prévaloir sur les appétits personnels ».

Un « syndicalisme intelligent »

29Les ligues factieuses, les « Groupements de contribuables », les plus importantes associations d’Anciens combattants –tous réunis sous le drapeau de la droite autoritaire, s’en préoccupent. Quant aux gouvernements, qui se gardent de leur porter ombrage, ils vont s’attaquer aux « privilégiés » dénoncés par les associations patronales. Celles-ci mènent campagne pour la diminution des dépenses de l’Etat, des salaires, des avantages garantis par les Assurances Sociales, pour la suppression de services publics et pour les réductions de personnel, dans les entreprises nationales comme dans la Fonction Publique. On pourrait croire que ces exigences vont être vertement reçues par le gouvernement issu des élections de 1932. La gauche radicale et socialiste s’est présentée comme disposée à satisfaire les principales revendications de la C.G.T. Le Syndicat National, oubliant les revers de 1924, s’est engagé à fond derrière la coalition de gauche, n’ignorant que le parti communiste. A posteriori, André Delmas explique le sens de cette démarche qu’il déclare avoir inspirée et « qui heurtait de front les habitudes de pensée et d’action des vieux syndicalistes : notre patron était l’Etat. La politique de ce patron était déterminée par sa majorité parlementaire (...). Une des tâches d’un syndicalisme intelligent était de favoriser, à la veille d’une consultation électorale, comme celle prévue pour le printemps de 1932, l’éclosion d’une majorité disposée à soutenir nos justes revendications ». Il a proposé et fait adopter par le syndicat d’abord, par la Fédération des Fonctionnaires ensuite, l’organisation d’une « campagne d’action civique », que ses amis ont jugé plus habile d’appeler « campagne d’action syndicaliste », dans le but de soutenir la gauche « modérée ». Une souscription est lancée à cet effet. L’objectif fixé est de recueillir deux millions de francs, soit une moyenne de dix francs par fonctionnaire. Grâce à ces fonds, Delmas lance le journal « Syndicalisme ». Dans le Rhône, le Conseil syndical décide le 5 novembre 1931 de diffuser le nouvel organe semi-officiel.

30Le 8 mai 1932, les partis de l’Union Nationale ont essuyé une sévère défaite électorale. « L’ami » Herriot est revenu à la tête du gouvernement. Va-t-il réaliser les espoirs mis en la gauche ? Il faut rapidement déchanter. Dès le mois suivant, André Lavenir s’inquiète : le précédent ministère voulait classer les instituteurs en catégorie A, c’est-à-dire porter l’âge de la retraite de cinquante-cinq à soixante ans. « Le gouvernement Herriot exécutera-t-il le mauvais coup préparé par le gouvernement Tardieu ? » Parmi les députés, maintenant ministres, qui ont débattu de ce projet, dix-neuf (sur vingt-trois membres du cabinet Herriot) y étaient alors hostiles. Que vont-ils faire ? L’inquiétude est grande : « Y a-t-il encore une honnêteté, une morale politique ? Suffit-il de passer au gouvernement pour renier ses idées et adopter celles de ses adversaires ? » C’est une chose possible : le ministre des Finances Germain Martin accueille « favorablement » l’idée d’une réduction de cinq à dix pour cent des traitements des fonctionnaires, ce qui provoque la protestation du Cartel lyonnais des Services Publics. Le 18 juin, à l’appel du Cartel, 1200 agents de l’Etat manifestent au Palais de la Bourse : le 23 juin, c’est le tour des fonctionnaires. Le projet initial est mis en réserve, mais il ressortira sous une autre forme.

31A la rentrée d’octobre, le ministre de l’Instruction Publique, Anatole De Monzie, supprime soixante-dix postes d’instituteurs dans le Rhône, alors que les effectifs ont progressé de deux mille élèves et qu’il faudrait dédoubler 336 classes pour ne pas dépasser trente-cinq élèves par classe. Pardon qui s’en indigne, trouve surprenant que ce ministre « de gauche » commence par fermer aussi deux écoles normales.

32Pourtant, devant une agression aussi rapide et délibérée, la réaction nationale du syndicat reste faible. Dans un premier temps, il lance une enquête sur les postes menacés et les écoles surchargées. Au Congrès National de Saint-Etienne, le grand sujet de discussion a été la « collaboration » avec l’administration. Pour A. Lavenir, « Le Congrès n’avait à son ordre du jour aucune question brûlante ». Le Conseil Syndical du Rhône préparatoire au congrès n’a débattu des questions corporatives qu’au sixième point de son ordre du jour ; encore cette discussion n’était-elle pas prévue et elle n’eut heu qu’à l’initiative de Pardon. « Le Progrès », lui, ne mésestimait pas l’importance du problème : il refusait de passer tous les communiqués s’y rapportant.

  • 3 Selon Gilbert Serret, auraient participé à la rédaction de l’article 6 du budget : André Delmas (S (...)

33Comment expliquer la modération syndicale ? C’est qu’au sommet, les dirigeants négocient en secret. A l’Assemblée Générale du 21 juillet, Pardon annonce : « Le Cartel des Services Publics (C.G.T.) s’est engagé dans une voie dangereuse. L’article 6 (du budget) sur les restrictions de dépenses (5 %) réalisées uniformément sur les divers budgets publics a été rédigé par le Cartel et accepté par la Commission des Finances de la Chambre ». Blain juge cela « honteux » pour des syndicalistes. Fontaine en appelle à la base « Fonctionnaires, ouvriers, employés, instituteurs, on ne touchera pas à vos salaires si vous montrez des mâchoires solides capables de mordre jusqu’au sang ! Par contre, si vous réagissez mollement, on rognera sur vos salaires. Vous aurez la situation que vous mériterez et ce sera bien fait »3. L’Assemblée Générale décide de tenir des réunions décentralisées à Lyon, Tarare, Givors et Villeurbanne. Le syndicat appose des affiches revendicatives, alerte les parlementaires ; il envisage de manifester avec l’ensemble des fonctionnaires et agents des services publics. Pour lutter contre « la presse et les commerçants qui nous sont hostiles », Pardon propose le boycott ainsi que la formation de coopératives et de groupements d’achat.

34De son côté, la Fédération unitaire dénonce l’attitude de la Fédération des Fonctionnaires C.G.T. qui qualifie la tractation de « victoire » dans son organe « La Tribune des Fonctionnaires ». La Fédération unitaire préconise « l’action directe minutieusement préparée et énergiquement conduite » et la constitution du « plus large front unique avec la classe ouvrière organisée dans ses syndicats et avec les conseils de parents d’élèves, pour s’opposer à toute attaque même partielle du gouvernement (...) et pour populariser l’idée de la grève dans le corps enseignant ». La Fédération se déclare prête à soutenir « tout autre moyen d’action qui pourrait être proposé par la base ou d’autres organisations ». Le vague de la formule indique l’impuissance de la Fédération, compte-tenu de ses forces, à aller plus loin que la propagande et le ralliement à des actions éventuellement décidées par le Syndicat National.

Ponctions, cris et variations

  • 4 C’est sous Mac-Mahon, en 1876, que les instituteurs ont été classés en catégorie B.

35Lorsque, pour faire adopter ses projets financiers, le gouvernement Herriot pose la question de confiance, c’est l’indignation dans le Rhône : « Ainsi le gouvernement a choisi Après avoir capitulé devant le « Mur d’Argent », il capitule devant les « congrégations économiques ». Il se tourne vers nous et ose faire appel à notre civisme. Il faut que nous déclarions haut et clair que nous ne nous laisserons pas faire ! ». Cet article anonyme, intitulé : « Légitime défense ! » fait état de l’opposition de Léon Blum (mais non d’autres groupes tels les communistes) aux projets Herriot-Germain Martin. Le président du Conseil ayant signé le décret-loi qui place les instituteurs en catégorie A, un rédacteur non moins anonyme explose : « Herriot au-dessous de Mac-Mahon ! »4... « Où sont les plus dangereux adversaires de l’école laïque et de ses maîtres ? – Dans le gouvernement actuel ! ». Faussement naïf, Lavenir interroge : « Qu’est-ce qu’un radical homogène ? C’est un fidèle serviteur de la bourgeoisie capitaliste ». Mais on apprend dès le mois suivant que les décisions lésant les instituteurs ont été prises « malgré la fermeté du ministre sur cette question » et de « notre ami Marcel Déat ». Tous deux, en Commission de l’Instruction Publique, « ont défendu les instituteurs ».

36A l’échelon départemental, sur proposition du Cartel des Syndicats Unitaires, des contacts sont pris entre les diverses organisations syndicales d’appartenance cégétiste, unitaire et autonome. Le Syndicat National des instituteurs donne son accord à l’action commune, excepté la grève, que les autres syndicats votent à condition qu’elle englobe l’ensemble des fonctionnaires et services publics. Les postiers attendent les mots d’ordre nationaux. Le Syndicat National des instituteurs hésite entre une position similaire et l’appel à la base. Finalement, il décide de « tâter le pouls » de celle-ci, dans quatre assemblées générales décentralisées : Lyon, Villefranche, Givors et Tarare. Le Conseil Syndical du 17 novembre 1932 dénonce vigoureusement la politique financière gouvernementale, mais ne donne aucune perspective d’action.

37La très grande majorité du personnel se prononce contre une grève des œuvres post-scolaires rétribuées, proposée par Lavenir qui la qualifie « d’action directe ». La moitié environ des maîtres approuvent une grève de tous les fonctionnaires, l’autre moitié se déclare, dans l’ensemble, prête à suivre la discipline syndicale. Chaudy se réjouit d’une telle évolution. C’est ainsi que l’assemblée générale du 16 décembre adopte, à l’unanimité moins dix voix, le principe d’une demi-journée de grève inter-fonctionnaires. Pardon pense que ce « geste » a « une grande valeur morale. Il marquera une journée historique : la fin de la soumission au pouvoir ».

38Un ministère Paul Boncour remplace le gouvernement Herriot ; De Monzie reste Ministre de l’Instruction Publique. Quelle secrète faiblesse a pour lui Lavenir ? « Dans l’affaire des suppressions de postes, M. De Monzie n’est pas le principal responsable. Il n’a fait qu’appliquer, avec un souci d’action personnelle et rapide –déplorable certes en cette occasion, mais combien souhaitable en d’autres matières– les décisions gouvernementales ». Poursuivant l’apologie du ministre, le militant syndical lui attribue « l’aptitude à bousculer les traditions et l’inertie administrative ». Bref, « Jules Ferry attend depuis cinquante ans un successeur ! Si M. De Monzie a la vocation d’homme célèbre, la route est ouverte devant lui. Deux ministres qui ne soient pas des fantômes par siècle et l’école publique serait comblée ! ».

39Par contre, sa verve se fait acide pour stigmatiser « l’hypocrisie », le « jésuitisme », la « malhonnêteté » du parti radical et de l’« adversaire des fonctionnaires » Edouard Herriot. De son côté, le parti socialiste ne va-t-il pas céder au « chantage radical » ? Léon Blum avait « lumineusement établi les positions du parti socialiste contre les diminutions de salaires ». Mais, au cours de la navette budgétaire, son groupe les a votées. Conclusion, selon Lavenir : « La faiblesse du parti socialiste a été aussi notre faiblesse. Si le groupe socialiste a accepté, malgré l’avis du Cartel confédéré, une transaction contraire à ses principes, c’est qu’il a senti que le Cartel n'était pas fermement décidé à engager la lutte sur ce point ». Et, citant Charles Laurent, de la Fédération des Fonctionnaires, il estime que « la grève doit entrer dans les moyens normaux d’action ». En fait, les syndicats avaient bien chanté en chœur : « Marchons ! Marchons ! D’accord pour la grève » ; mais, déroutés par la valse des ministères et peu désireux de s’aventurer en terre inconnue, ils ont remisé celle-ci au magasin des accessoires.

40De Monzie promet le retour des instituteurs en catégorie B pour le 3 avril 1933 ; la promesse est renouvelée le 20 mai par Daladier : ce sera fait en juillet, assure-t-il. A la rentrée, rien n’est venu. « Daladier est un malhonnête homme », déclare André Delmas au Congrès National du S.N.I. En novembre, Daladier attaque les instituteurs... et les maintient en catégorie A.

« Ecorchés bénignement »

41Les gouvernements successifs multiplient les équivoques : ils éludent la réalisation de leur promesse, mais ils mettent à l’étude un prélèvement de 5 % sur les retraites et la suppression de la retraite du combattant aux fonctionnaires qui en bénéficient. Le Syndicat National ne s’alarme pourtant pas. Divers projets de réduction des traitements se sont succédé : Herriot pensait récupérer de la sorte 700 millions ; Paul-Boncour, 1150 ; Daladier se contenterait de 120 millions. « Nous nous sommes battus sur le principe, mais nous ne sommes écorchés que bénignement », indique le « Bulletin Corporatif ».

42D’autres soucis accaparent le syndicat. Son attention se porte de plus en plus sur les affaires internationales. Dès ce moment, les problèmes corporatifs viennent –dans le Rhône– loin derrière les questions de la guerre et de la paix. A l’ordre du jour du Congrès de Paris, les questions en discussion ont été : le rapport moral, la lutte contre la guerre, le certificat d’études primaires, la création de Sudel (la maison d’éditions du Syndicat National). La question des traitements et des retraites, soulevée dans le rapport moral, a donné lieu à un débat qui s’est terminé sur une menace de grève limitée. Dans les départements, les parlementaires sont alertés par les sections syndicales. Parmi ceux du Rhône, cinq ont répondu favorablement, deux ont été plutôt hostiles ; deux ont fait des réponses dilatoires.

43Mais nous voici en juin 1933. Thovert, secrétaire de la jeune Fédération Générale de l’Enseignement, ne se fait plus beaucoup d’illusions : « Le coup de feu de la lutte pour les traitements est passé. L’activité syndicale marque un temps de repos. Retour aux questions purement professionnelles ». Il envisage d’entreprendre « la guérilla » de « la stricte observation de toutes les obligations réglementaires de la fonction et rien que des obligations ». Pourtant la grève du zèle n’aura pas plus lieu que la grève tout court. Herriot règle ses comptes en refusant aux normaliens sortants la traditionnelle subvention municipale pour leur voyage de fin d’études et en excluant des indemnités municipales la journée du Premier mai. Les Lyonnais préconisent au Conseil National du syndicat « la rupture des relations avec un gouvernement sans parole », l’organisation d’une grève limitée dans le temps, ainsi que la grève du zèle proposée par la F.G.E., « quelques regrettables qu’en puissent être les effets néfastes pour l’école laïque ». Blain exige « une action très énergique, même si nous ne sommes pas très nombreux ». Un ordre du jour rédigé dans cet esprit recueille l’unanimité des présents au Conseil Syndical (18 juin 1933). La colère des enseignants vise aussi les commerçants, considérés une fois pour toutes comme les ennemis des fonctionnaires. Quelques groupements d’achat naissent dans l’agglomération lyonnaise, sous l’impulsion de Domas, directeur d’école à Villeurbanne et Marat, directeur d’école à Lyon.

44Pendant les vacances d’été de l’année 1933, le Syndicat National poursuit ses habituelles tractations sur la question des retraites, face à Daladier qui a étudié préalablement la question avec De Monzie. A l’avance, la section rhodanienne du syndicat fait « confiance au bureau national ». De même, à la Fédération Générale de l’Enseignement, selon Thovert, « la bataille est menée davantage sur le plan national que sur le plan départemental ».

Autoritarisme et régression

45Encouragés par le désarroi syndical, les adversaires de la Fonction Publique poursuivent leurs attaques. Dans « La Gazette du Var », Germain Martin critique violemment le Syndicat National des Instituteurs « qui prépare le désordre en déclarant la guerre au gouvernement ». Il déplore qu’on ait autorisé la création des syndicats de fonctionnaires. Les grèves dans la fonction publique –notamment celles des postiers– réveillent chez les hommes « d’ordre » la nostalgie répressive qui s’exprimait déjà dans « le Nouvelliste » quatre ans auparavant : « Très nombreux sont les travailleurs dont la situation matérielle est inférieure à celle des postiers et des instituteurs, dont les journées de travail sont plus longues et plus pénibles, les vacances plus courtes, l’emploi plus aléatoire, la vieillesse moins garantie ». Chez ces « gagne-petit, la rancœur gagne ». Des comparaisons s’établissent entre « le régime de travail des postiers ou des instituteurs et celui des producteurs français qui acquittent chez le percepteur les sommes destinées à l’entretien des services publics.

46« Encore quelques grèves du même genre et l’opinion publique réclamera des mesures énergiques pour protéger le pays contre l’égoïsme de fonctionnaires et d’agents qui constituent une classe de véritables privilégiés ». Ces idées trouvent un écho chez le ministre de l’Instruction Publique. Après que le Congrès National du Syndicat cégétiste ait approuvé le principe d’une grève limitée, le ministre pose à son tour « le problème des rapports de l’Etat avec les maîtres de l’enseignement primaire public. Une grève, fût-elle réduite à un simulacre, ne serait ni tolérable, ni excusable...Il convient dès lors que je sois mis en mesure de connaître les défaillances individuelles qui pourraient se produire... Vous n’omettrez pas de rappeler que le droit de grève n’existe pas, ne doit pas exister dans le statut de travail liant les fonctionnaires à l’Etat ». Malgré la riposte énergique d’André Delmas, la grève n’aura pas lieu.

47Le secrétaire général Delmas espère-t-il quelque résultat des actions syndicales ? Quarante ans après, il expliquera ainsi son orientation : les menaces de grève, les meetings, les manifestations « ne modifient en rien la situation globale du pays ». Les articles publiés dans « Ecole Libératrice » « ne troublent pas le Conseil des Ministres et n’altèrent même pas la rêverie morose des hommes de l’appareil confédéral ». Voilà qui n’est pas tendre pour Jouhaux... Dans une brochure intitulée « Contre l’absurde déflation » parue en 1933, Delmas, estimant que les mesures de restriction aggravent la crise, cherche d’autres formules. S’inspirant du New-Deal de Roosevelt, il préconise l’institution d’un salaire minimum, la réduction de la durée du travail, un programme de grands travaux et l’ouverture de crédits aux entreprises, les contrats collectifs, le contrôle ouvrier, des ententes de pays à pays en vue d’équilibrer les prix et d’abaisser les tarifs douaniers. En attendant que ces mesures soient éventuellement adoptées et produisent leurs effets, la lutte proprement syndicale n’apparaît pas.

48De nouveau, la rentrée scolaire va s’opérer sous le signe de la « déflation ». Le ministère Chautemps porte les retenues opérées sur les traitements des fonctionnaires de 2 % à 8 %. Au Conseil Départemental de l’Instruction publique, l’administration académique rhodanienne propose quarante-huit suppressions de postes, plus deux annulations de décharges de classe réservées aux directeurs d’écoles importantes. Dans vingt et un cas, les élus du personnel, qui s’y opposent, sont mis en minorité. Le syndicat écrit à nouveau aux parlementaires sur le thème : « l’Ecole laïque est en péril ». Mais un budget d’économies est voté par le Parlement. Le groupe socialiste s’est abstenu. Jean Fontaine voit dans cette attitude une confirmation de la justesse des objectifs anarcho-syndicalistes : « TOUT LE POUVOIR AUX SYNDICATS ! » Il précise : « Installez au pouvoir trois cents, quatre cents, cinq cents députés et deux cents sénateurs, tous radicaux, socialistes, communistes, pupistes ou autres, vous aurez les mêmes résultats, que dis-je ? Résultats pires encore... LA REVOLUTION SERA SYNDICALE OU NE SERA PAS ». Ainsi, les démissions réformistes alimentent l’antiparlementarisme, à un moment où celui-ci devient un cheval de bataille pour l’extrême réaction. L’idée est ensuite reprise dans chaque numéro du bulletin.

49Le pouvoir accentue sa pression. Il manifeste sa volonté d’économiser trois millions sur le budget des écoles normales et de limiter les frais des jurys d’examens. Le 27 janvier 1934, deux cents instituteurs prennent part à la manifestation du Cartel lyonnais des services publics –manifestation qui met en mouvement trois mille personnes, selon les sources syndicales. Mais l’optimisme est absent. Léon Emery déplore « la crise où nous sombrons » ; Fossemagne voit le pays « à la veille de la catastrophe ». Dans un affrontement politique majeur, le syndicat est sur une molle défensive.

Les femmes syndicalistes

50Dans cette conjoncture, les autres revendications pâlissent quelque peu. Les militantes syndicales ont fort à faire pour que leurs préoccupations particulières soient prises en compte. Y. Benot invite les institutrices des écoles maternelles à être plus actives pour obtenir l’assimilation totale aux écoles primaires et pour améliorer l’organisation matérielle de l’école. Ce ne semble pas être un souci général. Dans le même organe syndical, la « chronique féministe » traite de... l’Armée du Salut. Lavenir critique sévèrement cet article et il met l’accent sur la nécessité de ne pas confondre « justice et charité ».

51Marguerite Poulier s’intéresse aux problèmes spécifiques des enseignantes. Elle observe que les arguments développés pour déplorer la féminisation du personnel relèvent souvent de préjugés misogynes. Dans la même chronique, un « écho » félicite la société Nestlé d’avoir créé un prix pour les familles nombreuses françaises.

  • 5 Marie Guillot meurt à Lyon en 1934, à 53 ans. « L’Action Syndicaliste » rappelle qu’elle a été « f (...)

52La Fédération unitaire a ses « groupes féministes », dont le congrès annuel se tient dans les jouis proches du congrès fédéral et dans la même ville. Mais la Fédération s’étiole. Après avoir protesté en 1932 contre l’excessive féminisation du personnel, les « groupes féministes » se réunissent encore une fois à Reims l’année suivante. Leur animatrice, Marie Guillot, frappée par la maladie, ne peut poursuivre sa tâche5. Germaine Thomas, qui lui succède, doit également cesser toute activité pour raison de santé. Les « groupes féministes » disparaissent définitivement.

53Jusque-là, ils ont eu une influence et une audience hors de proportion avec leur importance numérique. Il était difficile de rester insensible aux problèmes soulevés par eux. Ainsi du numéro spécial de leur bulletin, encarté dans l’organe du Syndicat Unitaire rhodanien en avril-mai 1929, entièrement consacré à une étude sur le travail des enfants. Dans notre pays et à cette époque-dit le bulletin-des enfants sont mis au travail, certains avant d’avoir atteint l’âge de huit ans, dans des conditions extrêmement éprouvantes. La fréquentation scolaire, pour eux, est épisodique ou nulle. Ce sont les saisonniers, petits gardeurs d’oies ou de bétail, faisant parfois des travaux d’homme (moissons, vendanges, etc.). Les filles sont « placées » comme « bonnes à tout faire » et travaillent de six heures du matin à dix heures du soir. Des gosses de dix à douze ans sont employés dans des usines de produits chimiques, des verreries, dans le textile ou la métallurgie. D’autres sont en contact avec des milieux pouvant exercer sur eux une influence corruptrice : hôtellerie, spectacle, etc. Les institutrices unitaires mettent l’accent sur les mesures sociales nécessaires pour prévenir de telles situations. Elles proposent d’élever à quatorze ans la limite de l’obligation scolaire ; elles demandent une protection particulière et effective des jeunes en détresse. Beaucoup de ces déshérités viennent de l’Assistance Publique ou des régions les plus pauvres, les plus arriérées...

Des « folies » pédagogiques à l’espéranto

54En ces années trente, la pédagogie ne fait plus l’objet de débats théoriques comparables à ceux passionnés, de l’immédiat après-guerre. Le Syndicat Unitaire est féru de science. Il croit à la nécessité d’introduire dans l’enseignement les techniques modernes : cinéma à l’école, imprimerie scolaire, cartoscope, etc... Il donne des informations détaillées sur leur utilisation. Lorsque Célestin Freinet est censuré par le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes pour ses méthodes pédagogiques hétérodoxes, le Syndicat Unitaire du Rhône proteste –mais aussi la section du Syndicat National. Le fait est nouveau. Jusque-là dans le Rhône, l’hostilité de la section aux méthodes nouvelles était manifeste. Cela ne signifie pas un changement radical d’optique. La réserve du S.N. vis-à-vis de tout élément novateur en pédagogie persiste. Fontaine condamne les « foires pédagogiques » et « tous les colloques techniques ». A propos du matériel d’enseignement proposé par le pédagogue Binet, Lavenir parle de « folies pédagogiques ».

55Il semble bien que la section départementale du Syndicat National n’ait pas de doctrine sur la transition de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire. Il laisse à Georges Petit, secrétaire de la Fédération Générale de l’Enseignement, le soin d’analyser le décret De Monzie (1933) sur l’entrée des élèves en sixième et leur passage en cinquième. Constatant que « la réglementation nouvelle » a été « imposée par l’afflux des élèves en sixième et cinquième, conséquence de la gratuité », l’auteur se réjouit que « cette circulaire amorce la question de la sélection à l’entrée des classes du second degré ». Il se demande néanmoins ce qu’on va faire « des enfants non aptes à poursuivre des études secondaires ».

  • 6 La propagande en faveur de l’espéranto est constante au syndicat Marguerite Poulier estime qu’il e (...)
  • 7 A Paris, la C.G.T. ouvre en 1933, un « Institut Supérieur Ouvrier », aux travaux duquel Emery est (...)

56Cette question des études secondaires, de leur utilité –et à fortiori des études supérieures– est posée dans le bulletin cégétiste par une lettre traduite de l’espéranto6 adressée au Syndicat National par « un camarade allemand ». Un ouvrier, demande en substance ce travailleur, doit-il faire poursuivre leurs études à ses enfants, et ainsi les introduire en milieu bourgeois, les faire s’embourgeoiser-ce qui est le cas pour les siens propres ? Cette inquiétude rejoint celle de Lavenir qui, deux ans auparavant, mettait en garde contre la formation par ce moyen d’« un nouveau mandarinat, un droit de participer à l’exploitation du travail en compagnie des détenteurs du capital ». Cette fois, Lavenir répond à l’appel angoissé venu d’Allemagne par le biais d’une critique de manuel. Il reproche à Ernest Lavisse une « ignoble et répugnante petite phrase » : « Mon père n’avait rien, j’ai quelque chose ; mes enfants doubleront et tripleront ce que j’ai laissé ; mes petits-enfants seront des messieurs. C’est ainsi que l’on s’élève dans la société. Elle n’est pas si mal faite, sans compter, mon ami, qu’il y en a qui s’élèvent plus vite » A cette « bassesse bourgeoise », Lavenir oppose « la morale des travailleurs (...), la seule qui puisse tendre à l’universalité, la seule qui existe ». Faut-il donc « s’élever » dans la société quand on est fils d’ouvrier, et pour cela poursuivre des études ?7

57Le problème de l’égalité des chances devant le savoir et de l’usage fait de l’instruction avait donné lieu à discussion en 1929/1930 dans « L’Ecole Libératrice ». Dans un de ses « propos », Alain opposait l’instruction que –selon les riches– « il convient de donner aux pauvres » (essentiellement orientée vers l’apprentissage d’un métier) à celle réservée aux enfants des possédants, « la vraie instruction, celle qui aide à comprendre les choses et les gens ». « Nous en sommes toujours à donner aux riches, à instruire les plus savants ». « La Science, bien loin d’égaliser les sorts, comme elle le pourrait, crée une aristocratie et des pontifes » qui méprisent le reste de la société. Ce « mépris » semble seul important pour Alain, drapé dans sa fonction de moraliste.

58Un autre propos lui permet d’expliciter sa pensée : « Je trouve étonnant, pour ne pas dire scandaleux, que l’on console les gens de peu par ceci, que les concours leur sont ouverts, et qu’ils ont un chemin pour rentrer au gouvernement. C’est supposer, bien gratuitement, que ce qui leur déplaît dans l’inégalité, c’est qu’ils n’en profitent point et que c’est ce vil sentiment qui fait les révolutions ». Non, « ce qu’ils veulent, c’est rester dans leur état et n’être point méprisés ». Rester dans leur état ? « Prouvez-moi quel Etat démocratique a plus besoin d’un sage avocat que d’un sage paysan ». Que chacun reste à sa place, sinon « tous ces avantages (de promotion) sont des défaites pour le peuple : il y perd un ami ». Car « le pouvoir corrompt toujours celui qui l’exerce » et « je dis que nous perdons tout d’un fils de boulanger à la forte tête, s’il devient général... »

59R. Péron réagit vivement. Il rappelle que la thèse soutenue par le philosophe avait cours autrefois à la C.G.T. et qu’elle est restée familière aux milieux révolutionnaires. Mais, répond le vétéran, notre but est « qu’il y ait assez de sages avocats et de sages paysans », ce qui exige la généralisation de la culture. Peut être alors « pourra-t-on aviser plus efficacement à se passer de général ».

60Sans désemparer, Alain continue à creuser son sillon : le problème de l’accès des génies aux hautes fonctions ne se pose pas : il n’y a plus de barrage. « Les bourses ne manquent pas ; ce sont plutôt les boursiers qui manquent » ; de ce fait « beaucoup de fils de paysans et d’ouvriers sont maintenant en place et beaucoup au-dessus de ce qu'ils valaient ». Restent ceux qui sont restés au bas de l’échelle. Ils inspirent à l’auteur la sentence finale : « Ce monde ira toujours comme il va si le trésor des Humanités est réservé à ceux qui en sont le plus dignes. Au contraire, si l’on se mettait à instruire les ignorants, nous verrions du nouveau ».

61Comment n’en pas tirer la conclusion qu’il convient certes de faire accéder les « moins dignes » aux « Humanités », mais qu’après tout les « gens de peu » ont tort de vouloir que leurs enfants s’élèvent dans l’échelle des responsabilités sociales ? Les considérations que le philosophe ajoute au : « Chacun son métier, les vaches seront bien gardées » de la fable sont subtiles, brillantes et souvent paradoxales. Lui masquent-elles vraiment, sous leurs fioritures, le mépris tapi au fond de certaines expressions concernant ce peuple au nom duquel il entend moraliser ?

62Les autres questions pédagogiques en discussion dans les deux syndicats rhodaniens d’enseignants sont davantage liées à la pratique quotidienne. Elles reprennent les sujets imposés aux conférences pédagogiques ou portés à l’étude pour préparer les congrès nationaux de chaque organisation : l’enseignement du calcul, de la morale, du modelage et du dessin ; l’hygiène scolaire et l’inspection médicale. Raffin pourfend les « folies grammaticales » et procède à une étude critique des épreuves du Certificat d’Etudes. Le Syndicat National propose d’« organiser logiquement » l’étude de l’Histoire de France en vue de cet examen. Il suffit d’apprendre par cœur soixante dates et une liste de principaux faits historiques. De son côté, J. Fontaine s’insurge contre « les rangs, méthode d’éducation militariste et cléricale » utilisée pour assurer la rentrée des classes.

Le cinquantenaire de l’Ecole Laïque

63En 1930 et 1931, la laïcité revient en force sur le devant de la scène. L’encyclique papale du 31 décembre 1929 (« L’éducation chrétienne de la jeunesse») est présentée au Congrès du Syndicat National comme de grand plan qui doit démolir notre école d'abord, la laïcité de l’Etat ensuite ». Pie XI considère que « l’enfance est une folie que l’on doit réprimer par la verge et la discipline ». Il condamne la pédagogie naturaliste, l’éducation sexuelle, la coéducation, l’école neutre. « Est donc injuste et illicite tout monopole de l’éducation et de l’enseignement qui oblige physiquement ou moralement les parents à envoyer leurs enfants dans les écoles de l’Etat (...) La fréquentation des écoles non catholiques doit être interdite aux enfants catholiques ».

64Au Congrès du S.N., le rapporteur dénonce l’offensive cléricale. Il en appelle au « dévouement de tous nos militants » qui contribueront au « renouveau de l’activité de toutes les organisations laïques » : « Demain, ils imposeront, sinon la fusion, du moins la coordination de tous les groupes laïques ».

65Le cinquantième anniversaire de l’école publique est l’occasion d’affirmer avec éclat les « valeurs laïques ». Les 12 et 19 juillet 1930, « L’Ecole Libératrice » tire sur toute la largeur de la première page : « Le cinquantenaire de l’école publique à la Chambre. L’oeuvre de Jules Ferry magnifiée par Herriot ». L’intervention du leader radical (3 juillet 1930) est reproduite intégralement, ainsi que les résultats du scrutin intervenu au terme du débat. Votes significatifs : Si les députés sont très majoritairement d’accord pour décider l’organisation d’une exposition et d’un congrès du Cinquantenaire ainsi que pour célébrer « le centenaire de la naissance de Jules Ferry », ils repoussent à une faible majorité (281 voix contre 271) l’adjonction des critères de « liberté de l’enseignement » et de « neutralité », contrairement à ceux, traditionnels, de « gratuité », de « laïcité» et « d’obligation scolaire ». Une partie de la majorité réactionnaire peut, en s’alliant sur ces points avec la gauche, s’affirmer laïque sans danger.

66Pour préparer les fêtes du Cinquantenaire, le Syndicat National se mobilise. En janvier 1931, la section rhodanienne publie un numéro spécial de son bulletin, consacré à cet événement. Le programme (copieux) des festivités est publié en Mai. A cette occasion, le Syndicat rappelle ses exigences : gratuité des fournitures scolaires ; installation des écoles dans des locaux clairs et salubres ; création de bibliothèques scolaires et post-scolaires « qui feront de chaque école de village un foyer intellectuel », de cantines scolaires, d’internats laïques ; gémination des classes partout où elle est possible ; prolongation de la scolarité jusqu’à 14 ans ; unicité de l’école et organisation d’un enseignement post-scolaire pour les adolescents.

67Il faut souligner l’importance, la diversité, le succès des multiples manifestations auxquelles donne lieu le Cinquantenaire. Préfecture, Inspection Académique, municipalités (celle de Lyon en tête) leur apportent une consécration officielle. Désirant, une fois au moins, ne pas se trouver noyé dans la masse et faire entendre un point de vue syndical, le S.N. organise à Lyon, salle du Conservatoire, une conférence de Léon Emery. Celui-ci est alors « en état de divergence et même d’hétérodoxie » avec le syndicat – comme il le dira lui même plus tard en rappelant cet épisode. Mais, poursuit-il, « en vertu de la confiance qu’on m’accordait, personne n’avait eu la moindre connaissance de ce que j’allais dire, théoriquement au nom du Syndicat ». Il en profite pour « éliminer toute prudence tactique » et pour représenter l’école laïque en « Eglise triomphante (...) en train de perdre son âme ». Elle a « grand besoin de retrouver l’esprit de sacrifice qui est plus simplement celui du devoir personnel. Prenons garde que cette glorification ne soit pas dédiée à un crépuscule qui serait aussi celui de la République parlementaire ». L’auditoire (un millier de personnes environ) applaudit ces paroles, ce qui, ajoute Emery, « de la part était méritoire, car je sentais qu’ils étaient troublés et il s’en trouva deux ou trois, les plus attentif s peut être, pour me demander avec un sourire un peu ambigu si je n’avais pas prononcé l'éloge funèbre de notre école ».

68Au delà de ces pompes, le Syndicat National renforce ses liens avec les organisations laïques. A Lyon, les rapports avec le « Groupement Départemental de l’Enseignement laïque » deviennent « de plus en plus étroits ». Le Congrès de Toulouse de la Confédération des Œuvres Laïques de France, largement impulsé par les Lyonnais, donne le signal d’une réactivation au plan National. Néanmoins, le ton général de la Confédération est très modéré. En 1933, son président national est François-Albert, ministre du Travail. Le groupement départemental du Rhône demande poliment au ministre de l’Instruction Publique et aux parlementaires de gauche, « qui sont tous parmi ses adhérents », de « suivre avec attention le problème scolaire »... sans en préciser les données. Il faut dire que son Assemblée Générale se tient toujours en présence des plus hautes autorités départementales. Ainsi, le 28 février 1932, à la mairie du 6e arrondissement de Lyon, participent à cette assemblée le Recteur et l’Inspecteur d’Académie, des inspecteurs primaires, un adjoint représentant le maire de Lyon, trois députés et un conseiller général.

69Le syndicat, comme le Groupement Départemental, dénonce régulièrement la loi Falloux, toujours en vigueur en Alsace-Lorraine. Il chiffre son poids sur un budget amputé par des mesures générales d’économies. Le budget des Cultes en Algérie est également ressenti comme un scandale.

Les instituteurs dans les sociétés laïques

70Dans les associations laïques du Rhône, comme au plan national, les instituteurs occupent de nombreux postes de direction. Entre 1932 et 1935, le bureau du groupement cantonal laïque de Limonest compte quatre instituteurs sur six membres (dont le maire). Les enseignants occupent les postes de secrétaire général (Babolat), de secrétaires adjoints (Giroud et Métra), de secrétaire du Bulletin (Blain). Il en est généralement ainsi. Au groupement départemental, ils sont respectivement : vice-présidente (Melle Balvet), secrétaire général (Bordel), secrétaire à la propagande (Laborde), trésorier général (Blain), tandis qu’Emery est le secrétaire de rédaction du « Réveil du Rhône ». Ce bulletin se définit comme « l’organe des 322 sociétés laïques du Rhône et du Groupement Départemental... » Il a été fondé en 1920 par Edouard Herriot. En 1932, Laplace, instituteur, arrive en tête des élus au Comité Directeur, avant même Bordel, dont pourtant l’audience est grande.

71Aux congrès départementaux du groupement, les rapports sont présentés : en 1932 (congrès de Villefranche-sur-Saône) par Bordel (sur « le danger clérical » et le réveil de la laïcité) et Emery (sur « la morale laïque ») ; en 1933 (congrès de Champagne-au-Mont d’Or), par Mlle Balvet (« les internats laïques, modèles d’hygiène » et Léon Emery {« le développement du sentiment artistique à l’école et après l’école »)…

72Les instituteurs et leur inspirateur lyonnais sont vraiment la cheville ouvrière des sociétés laïques. On note aussi dans le Bureau départemental du Groupement la présence d’au moins deux dignitaires de la franc-maçonnerie.

73Dans un style modéré, l’orientation du mouvement laïque reflète celle du Syndicat National des Instituteurs. Au Congrès de Villefranche, Bordel cite les associations dont il a sollicité l’avis pour établir le programme d’action du groupement : la section lyonnaise des Droits de l’Homme (dont le président est Emery), la Libre-Pensée, les Loges maçonniques de Lyon, Villeurbanne et Tarare, les 93 syndicats cégétistes, le parti radical-socialiste et le parti socialiste. Les journaux qualifiés de « sympathisants » sont « Le Progrès », Lyon Républicain, « L’avenir Socialiste », « L’Effort » et « L’Echo Syndical » (organe de l’Union Départementale des Syndicats C.G.T.). Le rapporteur propose de s’appuyer sur ces organisations et ces organes de presse pour développer l’action laïque. Il demande à la Confédération Nationale des Œuvres Laïques (à laquelle adhère le Groupement) de structurer ces « sympathies » en créant un « Conseil Supérieur et Permanent de la Laïcité » composé, en plus des organisations citées, des groupes parlementaires de défense laïque. Il serait bon que cette forme d’organisation soit répercutée dans tous les départements. A.V. Jacquet et F. Gisclon, instituteurs unitaires, réclament l’inclusion du Syndicat Unitaire des instituteurs dans ce collectif. Le second fait observer que « le Syndicat Unitaire du Rhône a heureusement évolué en faveur de la défense laïque ».

  • 8 Le P.C. considère alors l’école laïque comme un leurre en régime capitaliste ; il la préfère néanm (...)

74Les contours de ce rassemblement sont ceux du Bloc des Gauches ; il exclut le parti communiste, la C.G.T.U. et, au plan national, la Fédération unitaire de l’enseignement8.

75Assez rapidement, les instituteurs font pénétrer dans les sociétés laïques leurs préoccupations pacifistes. Le groupement devient, avec ses particularités, une des organisations qui gravitent autour de la section rhodanienne du Syndicat National, dont il adoptera les positions politiques les plus extrêmes dans les dernières années de l’avant-guerre.

76Au syndicat, justement, la défense laïque va prendre peu à peu un tour personnel. Herriot n’a ni tenu les promesses, ni satisfait les espérances. Π va être directement et rigoureusement dénoncé, au grand dam d’André Delmas. Certains gestes du Maire de Lyon sont particulièrement provocants vis-à-vis des laïques. Il préside un gala des patronages catholiques. Son gouvernement a exonéré d’impôts les édifices cultuels. Voyageant en Espagne, il visite la cathédrale de Tolède et donne mille francs au doyen. Sa politique au ministère de l’Instruction Publique (suppression de postes, ponctions effectuées sur les traitements) met le comble à l’exaspération. « Les ennemis de la laïcité sont au pouvoir. Dans ce lot, Edouard Herriot est le type symbolique du laïque actuel, le laïque en peau de lapin » écrit Lavenir. A la demande de la section du S.N.I. le Groupement Départemental de l’Enseignement laïque exclut de sa présidence le Maire de Lyon. Le Comité Central de la Ligue « refuse d’admettre cette décision » qui relève de la politique.

77En 1933, un violent orage ayant perturbé la grande fête sportive laïque de Lyon, le bulletin cégétiste déplore ce qu’il appelle la débandade des officiels et des organisateurs. Les institutrices et les instituteurs ont dû se débrouiller seuls. Quant au ministre et aux invités, ils ont terminé la journée par un banquet et une remise de décorations. Le compte-rendu du bulletin syndical est sans indulgence. L’année suivante, le syndicat refuse sa participation à la fête, pour protester contre les attaques dont l’école et le personnel sont l’objet. Fossemagne estime que le mot d’ordre syndical a été suivi... mais la fête a lieu cependant et elle est réussie. Les maîtresses des maternelles, mues par « l’amitié réelle qui les lie à leur Inspectrice et dans la crainte de voir leur refus être la cause de désagréments pour celle-ci », y ont participé.

78Cette agitation locale occupe le terrain. Dans le Bulletin, moins nombreux sont les articles purement anti-cléricaux, tel celui rappelant la condamnation de Galilée par l’Inquisition (avec publication intégrale du jugement du Saint Office). Quant à l’organe unitaire, il réfute les calomnies cléricales contre l’école géminée, sous le titre : « A bas la calotte ».

Jouhaux sur la sellette

79La vie interne du Syndicat National est marquée par une grande stabilité au plan national. Dans le Rhône, la fusion de l’ancienne direction avec les nouveaux venus donne lieu à une friction vite résorbée. Le 23 juillet 1931, en assemblée générale préparatoire au Congrès National de Paris, trois motions se trouvent en présence.

80La motion réformiste, conforme à la vision majoritaire nationalement, se prononce « contre un bouleversement violent de l’état des choses actuel » (...) « Les syndicats doivent persévérer dans la collaboration sous toutes ses formes ». L’unité syndicale est impossible à réaliser « à l’heure actuelle » car « les fractions de la classe ouvrière ne présentent pas à un degré suffisant le minimum d’idéologie nécessaire ».

81La motion anarcho-syndicaliste ne se prononce pas sur le régime social, remettant à plus tard l’étude de la Charte d’Amiens et des rapports Etat-partis « en régime prolétarien ». Elle met comme condition à la collaboration « que les représentants de la classe ouvrière basent uniquement et en toutes circonstances leur action (au sein des Conseils d’usine, Comités de gestion, commissions diverses, Conseil National Economique, Bureau International du Travail, etc.) sur l’intérêt de l’ensemble des travailleurs du monde ». Ce passage vise essentiellement les activités du secrétaire général de la C.G.T., Léon Jouhaux et des hommes qui l’entourent. La motion préconise aussi le statu-quo en matière d’unité syndicale, tout en lançant un clin d’œil à ceux parmi les unitaires qui veulent rejoindre le Syndicat National sans attendre.

82Une troisième motion, du « Comité de propagande pour l’unité syndicale », se déclare pour un syndicalisme de classe, contre toute collaboration et pour un congrès de fusion immédiat entre les deux C.G.T. et les syndicats autonomes.

83A Lyon, en assemblée générale, l’absence de défenseurs de la première motion et l’adoption de la troisième, dans les conditions relatées par ailleurs, marquent le glissement du pouvoir réel dans la section rhodanienne aux mains des anciens autonomes.

84En même temps, le Conseil Syndical adopte un projet de nouveaux statuts prévoyant la constitution de syndicats départementaux adhérant directement aux Unions Départementales C.G.T. et Bourses du Travail, la direction nationale assurant les liaisons à l’échelon du pays et sur le plan international. Ainsi le « Syndicat National » deviendrait « une fédération de syndicats conservant sa dénomination actuelle ». Cette tentative « autonomiste » marque une volonté de prendre ses distances avec la direction nationale du Syndicat, tout en continuant à bénéficier des avantages procurés par l’influence de masse de l’organisation nationale.

85Ces divergences accumulées indisposent le secrétariat national qui rejette absolument de telles structures. Il réagit contre le vote par le Rhône d’une motion opposée à son propre texte. Vivès accuse la section d’avoir repris la motion de la Loire condamnant « la délégation éventuelle de militants confédérés au gouvernement et l’acceptation par la C.G.T. de mandats à la S.D.N. et au Conseil National Economique ». Léger rétorque en rappelant que le Rhône a supprimé ce paragraphe. Il l’a remplacé par un autre affirmant « que les représentants de la classe ouvrière ne peuvent accepter un rôle de collaboration sans être mandatés régulièrement par leurs organisateurs ».

86Au Congrès National, les trois délégués du Rhône ont voté le rapport moral national, mais ils se sont divisés sur l’attitude à adopter à l’égard de Jouhaux : deux d’entre eux « regrettent » sa pratique de la collaboration, un seul la « blâme » ; aucun ne la défend.

87Les conflits de tendances vont-ils s’aggraver au sein du Syndicat National du Rhône ? On pourrait le croire en décembre 1929, lorsqu’une nouvelle « affaire Moulin » survient, au moment où deux listes s’affrontent dans les élections pour le renouvellement partiel du Conseil Syndical. La liste Fontaine – Pardon se réclame de l’orientation nationale. Celle présentée par Louis Aulas, Fossemagne et Poulet (ex-autonomes) avance des textes très prudents, assez peu différents de la première. Fontaine, Pardon et leurs colistiers remportent huit sièges contre quatre à leurs concurrents. Mais l’influence de Lavenir et de Fossemagne ne diminue pour autant ni au bureau syndical ni au bulletin. Les vainqueurs du dernier scrutin y sont toujours minoritaires. Pardon explose : « Il y a au Syndicat une crise de confiance créée par les noyauteurs ». Il dénonce « le mal (...) apporté par les autonomes (...) 1931 a vu le triomphe des noyauteurs, ils ont pris le bureau ». Il accuse Blain de « travail fractionnel », parle de « dictature syndicale » exercée par les « scissionistes ». Raffin défend les ex-autonomistes ; Marie-Louise Cavalier se veut dans ces luttes « en dehors des partis ». En définitive, la majorité de l’Assemblée Générale approuve le bureau, et le Conseil Syndical élit Lavenir comme secrétaire. Les syndiqués présents à l’Assemblée Générale –et dont il serait intéressant de connaître le nombre– font ainsi prévaloir leur choix sur celui exprimé par les votes recueillis par correspondance.

88La tempête qui semble se déchaîner sera rapidement apaisée. Fin 1932, les élections au Conseil Syndical réunissent les anciens frères ennemis sur une seule liste qui recueille 660 voix sur 713 votants. Le nouveau secrétaire général, Chaudy, est flanqué de Pardon, Fossemagne, Chambard, Lavenir. Il ne fallait pas que le fracas des mots cachât une réalité : sur l’essentiel, les instituteurs cégétistes sont d’accord. Fin 1933, pour l’élection du Bureau National, le Rhône soutient la liste Delmas. Une liste « modérée » réclame sur la droite « l’abandon de l’arme romantique qu’est la grève, inopérante et inefficace ». Le seul moyen d’action qu’elle préconise est « rien que la classe ». Sur la gauche, une troisième liste se présente comme une « liste d’opposition révolutionnaire ». Aucune de ces deux dernières ne trouve de défenseur dans le Rhône. L’organe syndical rapporte avec émotion l’élection triomphale de Delmas, par le Conseil National de Noël, au secrétariat général du Syndicat National. Dans le Rhône, Fossemagne devient alors secrétaire général de la section, Lavenir restant inamovible à la gérance du Bulletin Corporatif.

Deux « affaires » Moulin

89En 1931, Moulin, une fois de plus, pose problème au Syndicat National. D a distribué aux normaliens un tract sur le régime intérieur de l’Ecole Normale, tract qualifié de calomniateur par le Syndicat National. Le Conseil Départemental, réuni en Conseil de Discipline, inflige la censure à Moulin. Les représentants du personnel, tous membres du Syndicat National, ont voté avec ceux de l’administration, alors que le Conseil Syndical leur avait préalablement demandé de s’abstenir, les faits s’étant produits hors des heures de service. Devant la première Assemblée Générale, Lavenir et Blain posent avec force la question de la discipline des élus. Fontaine (conseiller départemental) rétorque qu’il a été envoyé au C.D. « avec un mandat de collaborer » et qu’il a su « prendre ses responsabilités ». Cette position est approuvée par une grande majorité des présents à l’Assemblée Générale. Le vétéran Léger s’en indigne et il démissionne de ses fonctions en signe de protestation. Geoffray et Lavenir font de même, abandonnant leurs postes de secrétaires, Pic celui de secrétaire-adjoint ; Melle Balvet et Suchet, le Conseil Syndical. Le 16 avril, ces démissions sont repoussées par la majorité de l’Assemblée Générale.

90En juillet, nouvelle alerte. Les époux Moulin distribuent aux candidats au Certificat d’Etudes un tract expliquant les raisons de la grève des examens et –dit le Syndicat National– stigmatisant les « jaunes ».

91Malgré l’avis contraire du Conseil Départemental, ils sont menacés de révocation. Le débat au sein du Syndicat National reprend de plus belle. Les conseillers départementaux proposent d’apporter aux Moulin un soutien nuancé de réprobation. Léger, Blain, Louis Aulas veulent un soutien de principe sans condition ni réserve. L’Assemblée Générale du 23 juillet fait sienne cette position. Immédiatement, trois sur quatre des conseillers syndicaux se plient à la décision. Ils envoient leur démission du Conseil Départemental à l’Inspecteur d’Académie pour manifester leur opposition à la sanction maintenue malgré l’avis du C.D. Pour eux, « les personnalités en cause, aujourd’hui, s’effacent ». Ils contestent le statut restrictif des Conseils Départementaux qui donne aux élus du personnel le droit d’être consultés, mais non le pouvoir de décision. Si Marie-Louise Cavalier, A. Chaudy, L. Genard n’hésitent pas dès lors que la majorité s’est prononcée, J. Fontaine reste sur ses positions et refuse de démissionner. Il veut obtenir que tout en « défendant » les Moulin, on ajoute aux motifs la « condamnation » de leur acte. Il s’en explique dans le Bulletin : le soutien sans condition aux Moulin ? « Aberration du sens de l’action syndicale, que tout cela ». On ne peut séparer la question de principe de la personnalité des délinquants, faute de quoi on accusera le syndicat de « défendre des maîtres indéfendables » (...) « La seule attitude (...), la plus digne, c’est le silence ». Léger, M.L. Cavalier justifient la position syndicale par l’exemple des luttes passées contre l’arbitraire, sans considération de personne. Lorsque la révocation sera intervenue irrémédiablement, Léger usera de tout son poids moral-considérable-pour dénoncer auprès des maîtres du Rhône l’acharnement avec lequel l’administration poursuit les « coupables » de sa vindicte.

92Moulin, ayant réussi à obtenir une carte de représentant en librairie, visite les écoles à ce titre. Du coup, l’Inspection Académique interdit par circulaire l’entrée des écoles « à toute personne étrangère au service ». Circulaire qu’on entend appliquer au seul Moulin, les autres représentants en librairie ayant, comme par le passé, libre accès auprès des instituteurs et des institutrices. Léger souligne « l’attitude parfaitement correcte de Moulin, cherchant à gagner honorablement le pain de ses enfants ». Il invite –si la mesure n’est pas rapportée– à « chasser de l’école tous les intrus, quels qu’ils soient ». Lavenir et Odin vont en délégation à la Préfecture pour demander la prise en compte de l’avis du Conseil Départemental et la réintégration des Moulin. Le 17 décembre, l’Assemblée Générale unanime met Fontaine en demeure de démissionner. Il s’exécute enfin.

93Les élections au Conseil Départemental qui s’ensuivent, marquent un recul provisoire du Syndicat National, qui garde néanmoins 70 % des suffrages chez les hommes et 90 % chez les femmes.

94L’épisode Moulin alerte les éléments les plus actifs du syndicat sur la nécessité de clarifier les rapports du syndicat avec ses élus. Si une quasi unanimité semble finalement se manifester sur les principes, leur application dans les faits est plus difficile. Le Conseil Syndical du 3 avril 1932 rencontre peu d’opposition en son sein lorsqu’il proclame que les Conseillers départementaux sont les mandataires du Syndicat. Lavenir propose même la représentation directe du syndicat devant l’administration. Mais en matière disciplinaire, les divisions subsistent : la motion adoptée à la majorité estime qu’en ce domaine les élus du personnel votent « selon leur conscience après avoir pris l’avis du Conseil Syndical en matière de compétence ».

95Le 17 mars 1932, l’Assemblée Générale du Syndicat National demande l’amnistie des époux Moulin, à laquelle Herriot déclare « ne pas s’opposer ». Nouvelles interventions en Juin auprès d’Herriot, président du Conseil et De Monzie, ministre de l’Instruction Publique. La réintégration intervient en octobre 1932.

Convergences

96Pendant ce temps, le Syndicat Unitaire subit les conséquences de ses divisions internes. Deux fractions s’affrontent sans merci : « l’Opposition Unitaire » (qui reprend de plus en plus souvent le nom de « Majorité fédérale » quand son isolement au sein de la C.G.T.U. devient patent) et la « Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire », dont l’influence relative est loin d’être négligeable au plan national. Ces deux tendances laminent peu à peu la « Ligue Syndicaliste », dont les leaders dirigent quelques sections départementales. Sous l’influence de Jean Cornec, les Syndicats Unitaires du Finistère et de l’Indre passent directement au Syndicat National. Ce ne sont pas des accidents. Au terme de cette évolution, en août 1935, la « Ligue Syndicaliste » ne sera plus représentée au Congrès National. Cependant, il est des départements comme le Rhône, qui ne connaissent pas de ralliements massifs au syndicat cégétiste, mais où les départs se font sur la pointe des pieds.

97Nous avons vu qu’en janvier 1930, la « Ligue Syndicaliste » a créé un « Comité pour l’indépendance du syndicalisme » au sein de la C.G.T.U. Son but proclamé est d’amener la Confédération unitaire à « une position d’autonomie absolue à l'égard de tous les partis politiques et de toutes les sectes philosophiques, quels qu'ils soient ». Dans le Rhône, Jean Odin anime l’antenne de ce Comité.

  • 9 Dans le vocabulaire de la « Ligue syndicaliste », « centristes » = majorité fédérale ; « minoritai (...)

98Les convergences du dernier carré de fidèles avec les majoritaires fédéraux s’accentuent rapidement. A la rentrée de 1930, l’organe des syndicalistes-révolutionnaires se réjouit du fossé qui s’est encore élargi en août, au Congrès de Marseille, entre « centristes et partisans de la majorité confédérale ». Il appelle à s’unir les forces « centristes et minoritaires » contre les majoritaires de la C.G. T.U. Mais il condamne aussi bien l’influence du troskysme sur la Fédération que celle du parti communiste sur la C.G.T.U.9.

(1) Au 1er tour, une liste «unitaire» constituée à l'insu des intéressés, recueille 99 voix.
(2)Après démission des C.D. (affaire Doron).
(3) La candidature de Blain (S.N.) est présentée à la fois sur les listes du S.N. et du S.U. par decision unilatérale de ce dernier – L’Union Nationale représente la droite extrémiste.
(4) Divers : instituteurs = 20 voix. Institutrices = 29 voix.

  • 10 Au Congrès Confédéral de la C.G.T., la motion Vivès obtient le tiers des mandats.

99La dispersion de ses partisans affaiblit la Ligue : « La vieille minorité a été durement secouée » constate J. Barrué. « Les uns restent à la C.G.T.U., les autres passent à la C.G.T. ». Mais « l’unité morale » des deux fractions reste entière. Il convient de maintenir le contact et de constituer un « bureau mixte » de la minorité. Le rapport du même Barrué pour la préparation par la Ligue du Congrès fédéral unitaire de Bordeaux déclare que les divergences entre syndicalistes-révolutionnaires sont « de tactique ». « La minorité syndicaliste-révolutionnaire (...) luttera sur deux fronts », à la C.G.T. et à la C.G.T.U. Un an plus tard, le rapport sur la lutte contre la guerre, préparé par Jean Odin, est présenté aux deux congrès nationaux, celui de la Fédération unitaire et celui du Syndicat National. Cette initiative du Rhône recueille, on s’en doute, l’approbation totale de la « Ligue Syndicaliste » : « Le questionnaire Odin contient beaucoup de points communs avec celui de Vivès, lequel au sein du Syndicat National « a poursuivi la tâche d’éclaircissement qui s’imposait » (...) « Je suis persuadé que du Congrès de Paris (du S.N.) sortira une motion claire et précise (...) qui sera le Code de la route des instituteurs syndicalistes contre le plus grand fléau de l’Humanité »10. A la rentrée scolaire, « l’Action Syndicaliste » contient deux comptes-rendus : l’un de Richard sur le Congrès des enseignants unitaires, l’autre de Cantegril sur celui du Syndicat National. Pour ce dernier, au Congrès de Paris, on a senti « battre le pouls du syndicat de 80 000 instituteurs ». On y a fait preuve « d’esprit critique ». On y trouve « la possibilité de libre expression ». Il est évident que pour les militants de la Ligue encore syndiqués à la Fédération unitaire, le passage au Syndicat National n’est qu’une question de temps et d’opportunité.

100En 1931, un certain nombre d’adhérents à la « Ligue Syndicaliste » amis de la revue « La Révolution Prolétarienne » et restés au Syndicat Unitaire, tentent de faire progresser chez les jeunes les idées du « Manifeste des 22 », pour un congrès de fusion aboutissant à créer une nouvelle C.G.T. sur la base de la lutte des classes et de l’indépendance du syndicalisme. Mais Jacquet, qui impulse ce travail, se heurte alors à un obstacle imprévu : Moulin et sa majorité fidèle à la direction de la C.G.T.U. refusent les adhésions des signataires du Manifeste. Nous avons vu qu’il ne conservera plus longtemps la direction de la section unitaire.

101La Fédération Unitaire peut encore rédiger des proclamations et des appels ; certains de ses leaders, tels Bernard et Moulin dans le Rhône, peuvent se mettre en vedette par leurs qualités de conférenciers, par leur action individuelle ; l’impact unitaire sur le corps enseignant du premier degré est désormais très faible. De plus, la séparation de la Fédération Unitaire d’avec le monde ouvrier est quasiment totale.

L’aspiration à l’unité

102Dans une telle conjoncture, l’unité est ressentie par une bonne partie des militants unitaires comme la seule chance de redonner quelque efficacité à leur action. Le Syndicat National ne méconnaît pas l’intérêt d’une telle démarche, appelée à lui fournir un nombre réduit certes, mais précieux, de militants très actifs, dont la plupart sont vivement hostiles au parti communiste et à la direction de la C.G.T.U. De plus, il est en position de force. D ne perd pas l’espoir d’obtenir l’entrée en bloc, au Syndicat National, des syndicats départementaux unitaires ou du moins de la plupart de leurs syndiqués. De tels exemples sont de bon augure pour le déroulement des pourparlers d’unité au plan confédéral.

103A la base, tout n’est pas si simple. On ne répudie pas en quelques mois tout un passé de luttes intersyndicales violentes, d’où les coups bas n’ont pas été exclus. Dans le Rhône –en juillet 1931– les rapports sont encore tendus. L’Union locale unitaire attaque une directrice d’école cégétiste, accusée de stocker des quantités de chaussures de femmes qui devraient être distribuées aux chômeuses. Ces chaussures, produit d’un don et non pas acquises –comme le croyait l’Union locale– sur les fonds recueillis par souscription, avaient été affectées par erreur à l’école des filles. L’incident est mis par le Syndicat National au compte des époux Moulin, « personnages bien connus », dont le cas relèverait « de la consultation d'un médecin spécialiste et de sanctions médicales ». Le niveau et le ton de la polémique, sans cesse renouvelée, montrent assez les difficultés à résoudre pour parvenir à une union véritable.

104Pourtant, la nécessité de l’unité est profondément ressentie. Préparant le Congrès de Paris (août 1931), le Rhône s’est nettement démarqué des positions nationales du Syndicat cégétiste : il donne deux mandats à une motion d’orientation recommandant la tenue d’un Congrès de fusion des syndicats d’enseignants cégétistes et unitaires-et un seul mandat à la motion encourageant les « dissidents » unitaires à entrer individuellement au Syndicat National. Début 1932, le « Bulletin Corporatif » fait grand état de l’appel lancé par Jouhaux à cesser toute polémique pour faciliter le retour des « scissionistes » à la C.G.T. Cependant, le directeur-gérant du Bulletin, André Lavenir, titre un de ses articles : « Mort de la C.G.T.U. ». Reprenant un article du « Cri du Peuple » de Monatte, il proclame : « La C.G.T.U. n’est plus un organisme syndical. Elle n’est que le groupe syndical du P.C. ». Elle va donc se vider de ses adhérents et se désagréger.

  • 11 En 1934, Robert Matagrin est secrétaire général du syndicat unitaire. Selon ses souvenirs, le nomb (...)

105Mais dans le Rhône, les rapprochements sont, malgré certaines réticences, facilités par le fait que chez les unitaires, aucun partisan de la majorité confédérale n’occupe un poste de direction. Le 3 mars 1932, le Conseil syndical du S.N. nomme une « Commission d’unité » qui présentera à son homologue un projet de fusion établi par Pardon. En avril 1932, Chaudy constate, devant le Conseil syndical du S.N., la « cordialité » des relations existantes entre son organisation et la Fédération unitaire. Le 12 mai, Odin, secrétaire du Syndicat National, fait adopter une proposition de réunion commune pour étudier les modalités d’une fusion rapide. Tout cela ne va pas sans mouvements contradictoires. Le compte-rendu par Bernard du congrès d’Amsterdam contre la guerre est l’occasion de souligner la différence entre l’action unitaire, la seule efficace selon lui et la présence du S.N. au Congrès, en la personne d’un simple observateur11.

106Malgré ces à-coups, l’unité avance. Cette marche sera précipitée par l’accélération des événements intérieurs et extérieurs, dont la gravité nécessite une mobilisation rapide et totale.

Bibliographie

SOURCES

– L’Ecole Libératrice, 1929 à 1933 ; l’Ecole Emancipée, 1928 à 1933 ; Bulletin Corporatif du Rhône, 1928 à 1933 ; Le Syndicat, 1928 à 1933 ; L’Action Syndicaliste, 1928 à 1933 ; Travail, organe de l’Union Départementale C.G.T., 1931-1932 ; Le Cri du Peuple, 1931 ; Cahiers des Droits de l’Homme, 10 août 1934 ; Le Progrès et le Nouvelliste, 1931 à 1933 ; L’Atelier, novembre 1925 (Programme de la C.G.T.) ;

– Michel Alexandre et Léon Emery : « Du cas Herriot à la réforme de la Ligue » (Ed. de la Flèche, Lyon) ; Léon Blum : P.V. de son intervention au 2e Congrès de l’Internationale Socialiste ; Marcel Déat : « Perspectives socialistes » ; André Delmas : « Mémoires... », op. cit. ; Maurice Dommanget, ouvrage collectif, op. cit. ; Dominique Dubreuil : « La presse lyonnaise de droite et les répercussions de la grande dépression, 1931-1935 » ; D.E.S., Lyon 1961 ; Hyacinthe Dubreuilh : « Standards » ; Léon Emery : « Etapes et Rencontres », op. cit. ; Georges Lefranc : « Le mouvement socialiste sous la IIIe République » ; Philippe Machefer : « Ligues et Fascismes en France 1919-1939 », dossiers Clio, P.U.F. ; Jules Moch : « Socialisme et nationalisation », préface de Léon Blum ; André Philip : « Henri de Man et la crise doctrinale du socialisme » ; Gilbert Serret, « Le Syndicalisme dans l’Enseignement », ouvrage collectif op. cit. ; Anne-Marie Sohn : « Féminisme et syndicalisme. Les institutrices de la Fédération Unitaire de 1919 à 1935 », thèse de 3e cycle, Paris X-Nanterre ; Danielle Tartatowsky : « Radicalisme et réformisme dans la France de l’entre-deux guerres », in « Cahiers d’Histoire » de l’Institut de Recherches Marxistes, 1980 no 1 ; Serge Wolikow : « Les rapports du P.C.F. et de l’Internationale communiste, 1925-1935, « Cahiers d’Histoire » de l’Institut Maurice Thorez, 1978, no 25/26.

Notes

1 Louis Aulas est le frère de Jean Aulas, dirigeant national de la Fédération unitaire de l’enseignement

2 En 1932, deux cent quinze instituteurs rhodaniens ne sont pas syndiqués. En juin 1933, malgré l’adhésion de 240 nouveaux maîtres, la section, qui groupe alors 60 % du personnel, se fixe l’objectif d’atteindre les 75 % en octobre. La proportion de syndiqués varie : en ville de 54 % (Lyon 7e) à 72 % (Lyon 6e) ; à la campagne, de 46 % (Mornant) à 80 % (Anse).

3 Selon Gilbert Serret, auraient participé à la rédaction de l’article 6 du budget : André Delmas (SNI) et Mérat (Fédération des Fonctionnaires).

4 C’est sous Mac-Mahon, en 1876, que les instituteurs ont été classés en catégorie B.

5 Marie Guillot meurt à Lyon en 1934, à 53 ans. « L’Action Syndicaliste » rappelle qu’elle a été « féministe, laïque et anti-militariste avant, pendant et après la guerre ». Georges Thomas écrit d’elle : un « homme » et une femme de grand cœur ». En 1935, les syndicalistes-révolutionnaires lancent une souscription pour lui ériger un monument.

6 La propagande en faveur de l’espéranto est constante au syndicat Marguerite Poulier estime qu’il est « le latin du prolétariat ».

7 A Paris, la C.G.T. ouvre en 1933, un « Institut Supérieur Ouvrier », aux travaux duquel Emery est associé. Sous sa direction, l’Union Départementale C.G.T. du Rhône crée, à peu près à la même époque, un « Cercle d’Etudes C.G.T. », qui trouve place dans les locaux (neufs) de la Bourse du Travail, inaugurée en 1932 par E. Herriot.

8 Le P.C. considère alors l’école laïque comme un leurre en régime capitaliste ; il la préfère néanmoins à l’école confessionnelle ; mais le progrès social est d’abord le fruit de la lutte des classes.

9 Dans le vocabulaire de la « Ligue syndicaliste », « centristes » = majorité fédérale ; « minoritaires » ou « vieille minorité » = Ligue Syndicaliste.

10 Au Congrès Confédéral de la C.G.T., la motion Vivès obtient le tiers des mandats.

11 En 1934, Robert Matagrin est secrétaire général du syndicat unitaire. Selon ses souvenirs, le nombre total d’adhérents au syndicat est de 39. Cependant, l’influence unitaire se fait sentir par intervalles, par exemple à l’Ecole Normale où une grève éclate en 1934, pour obtenir l’augmentation de crédits affectés à cet établissement.

Table des illustrations

Légende (1) Au 1er tour, une liste «unitaire» constituée à l'insu des intéressés, recueille 99 voix.(2)Après démission des C.D. (affaire Doron).(3) La candidature de Blain (S.N.) est présentée à la fois sur les listes du S.N. et du S.U. par decision unilatérale de ce dernier – L’Union Nationale représente la droite extrémiste.(4) Divers : instituteurs = 20 voix. Institutrices = 29 voix.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search