Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Deuxième partie. 1928-1935

Chapitre I. Les mutations syndicales

Texte intégral

Vers un syndicat réformiste plus musclé

1Entre 1928 et 1932, les syndicats nationaux d’instituteurs sont en pleine mutation. Alors que se confirme l’hégémonie du Syndicat National, la Fédération unitaire, déjà affaiblie, est déchirée par les luttes de tendances.

2Au Syndicat National, l’après-guerre fait surgir dans les départements des éléments jeunes dont les vues et le style tranchent avec ceux, traditionnels, de la direction nationale. Ils commencent à accéder à des responsabilités. Le vieux militant lyonnais Péron, est élu par le Congrès de 1927 « membre à vie de la Commission Permanente Nationale », l’organisme suprême dont il fait déjà partie. Mais en même temps la jeune militante rhodanienne Marie-Louise Cavalier accède à cette commission, avant d’occuper une importante responsabilité de direction dans le secteur international.

3La poussée de la base est ouvertement exprimée le 17 avril 1930 devant la Commission Permamente Nationale du syndicat par le rapporteur aux « affaires sociales », Vivès : « il apparaît de plus en plus que les militants formés à la veille ou au lendemain immédiat de la guerre, et dont les conceptions et les méthodes se rapprochent beaucoup de celles de la Commission Permanente, éprouvent des difficultés grandissantes dans la conduite de leurs sections. Peu à peu, ils cèdent à la fatigue, au découragement, à l’usure ; peut-être aussi à une lente modification de l’état d’esprit des syndiqués. Ils sont peu à peu remplacés par des cadres plus jeunes, pleins d’ardeur, dont l'opposition à la direction du Syndicat National s’affirmera avant peu sur le terrain doctrinal ». Il ne s’agit donc pas seulement d’une question d’âge : Vivès précise : il « redoute qu’on se laisse aller à une collaboration (avec l’administration) qui détruit tout esprit de combativité. Devant la force de l’organisation patronale et cléricale, devant les faits sociaux actuels, nous constatons la nécessité impérieuse d’un retour plus marqué de la masse des travailleurs à l’esprit de lutte qui seul garantira l’avenir ».

4Le secrétaire permanent Glay réplique vivement : « Ce qu’il faut surtout, c’est définir notre collaboration administrative ou sociale et bien marquer qu’elle ne saurait être subordination ». C’est que le reproche de Vives s’adresse à lui en premier lieu. Seul permanent d’un syndicat puissant mais peu structuré nationalement, il passe souvent par-dessus la tête du secrétaire général Roussel ; il compte essentiellement sur son audience personnelle auprès des parlementaires (dont il prépare certaines interventions) et du directeur de l’Enseignement primaire au ministère pour faire avancer les questions en suspens. Or les résultats obtenus ne répondent pas aux espérances. Du 7 février au 21 mars 1931, « l’Ecole libératrice » reproduira sur quinze pages les débats parlementaires sur l’avancement des instituteurs, et cela pour aboutir à un échec devant la Chambre des Députés.

5Si les méthodes du syndicat sont de plus en plus contestées aux échelons intermédiaires et sans doute à la base, la stratégie générale reste inchangée. Vivès rappelle « la doctrine syndicale » : fidélité à la Charte d’Amiens, donc refus de toute inféodation à un parti ou à un gouvernement. Il faut que « par une lente pénétration de ses représentants directs dans l’appareil dirigeant (conseils d’usines, comités de gestion des services publics), la classe ouvrière puisse s’assurer sans violence la possession et la direction des moyens de production et d’échange ». Mais ne pas « laisser croire aux syndiqués comme à leurs adversaires qu’elle a renoncé à tout recours à la violence ». Vivès et le courant qui le porte veulent voir se développer un syndicalisme toujours réformiste, mais plus musclé.

6Au Congrès de Nîmes (août 1930), nombre de délégués se dressent contre Glay, au cours de deux séances à huis clos consacrées à la « réorganisation du S.N. ». Le ton est tel que le Bureau National ne publie pas tout d’abord le procès-verbal. Mais la Commission Permanente issue du Congrès en décide autrement.

7Vivès, appuyé par Levasseur, Boulanger, Lapierre, membres du Bureau, ainsi que par Delmas et avec la bienveillante compréhension de Roussel, critique le permanent qui assure des prestations, voire des chroniques régulières rétribuées au poste privé Radio-Paris (dépendant de l’Agence Havas et de la Banque de Paris et des Pays-Bas), ainsi qu’aux journaux « L’Œuvre », « La Lumière » et à la revue pédagogique « Le Manuel Général ». Cette activité journalistique l’empêche de participer aux réunions du Bureau National lorsqu’elles ont heu l’après-midi. Il donne à ces organes la primeur d’informations qui devraient revenir au syndicat. Il lui arrive de discuter de ses interventions radiophoniques, au préalable, avec le Directeur de l’Enseignement, M. Rosset. Les postes privés de radio attirent l’attention du syndicat, qui préconise leur nationalisation avec gestion tripartite. Cette position n’a pas été reprise par Glay, qui rapportait au Congrès National de la Radio-diffusion. Enfin –grief important – il a écrit et diffusé deux brochures (la seconde en petite quantité et « confidentiellement », mais inacceptable pour les syndiqués : elle attaque « L’Ecole Libératrice »). Elle affirme que « la publication de ce journal, telle qu’elle se réalise, mène tout doucement notre organisation à la paralysie (...). Il est nécessaire de redresser au plus tôt cette lamentable entreprise ».

8Vivès, Delmas, Lapierre, Marie-Louise Cavalier (tous membres du Bureau National), ainsi que quelques sections départementales, s’opposent, avec quelques nuances, mais de plus en plus vivement, aux « collaborations extérieures » de Glay. Les textes votés, non sans d’âpres discussions, par le Congrès, puis par la Commission Administrative de septembre 1930, font obligation au secrétaire national permanent de rendre compte de ces collaborations aux organismes centraux du syndicat.

9La voie de la conciliation est encouragée par Léger. Le vétéran lyonnais donne à « l’Ecole Libératrice » un éditorial se félicitant de la « continuité » de l’équipe dirigeante (« Roussel, Glay, Lapierre et les autres »). Au passage, il se prononce pour la poursuite de la collaboration avec l’administration.

10Prenant de l’âge, Glay bronche devant toute contestation de son autorité. Ses rapports avec la Fédération cégétiste de l’Enseignement sont si tendus qu’il ne participe plus aux réunions de son organisme dirigeant. Il affirme publiquement son désaccord avec la Fédération, lorsqu’elle appelle à « l’abstention » aux jurys d’examen, pour imposer une amélioration du rythme de l’avancement.

11Le débat sur la réorganisation du syndicat dure deux ans, vécus par Glay comme une perpétuelle mise en cause personnelle.

La réorganisation du Syndicat National

12Il est vrai que dans les instances nationales, Vivès, Delmas, Marie-Louise Cavalier secouent le joug. Si Léger encourage la conciliation, le secrétaire général Roussel, sur le point – comme Glay – de prendre sa retraite, est favorable à une remise en ordre. La grande majorité des sections condamnent les participations extérieures du secrétaire permanent. Les réunions de la Commission Permanente (instance suprême entre les assises nationales) et celles des Congrès de Nîmes (1930) et de Paris (1931) sont houleuses. Les organismes dirigeants décident que toute collaboration extérieure d’un secrétaire permanent doit être soumise aux organismes centraux du syndicat. Chacun doit se plier à la discipline syndicale. Les démarches officielles seront toujours effectuées par une délégation de plusieurs personnes. Le travail des commissions deviendra collectif. Jusque-là, par exemple, Péron préparait de Lyon un dossier revendicatif que Glay soumettait au ministère.

13Le secrétaire permanent ne cessera de regimber devant les règles qu’on veut lui imposer. Mais les décisions prises vont bien au-delà de sa personne : elles aboutissent à une véritable remise à jour de l’organisation syndicale.

14A la Commission Permanente (de 35 membres, élus des régions), le Congrès de Nîmes substitue un « Bureau Exécutif » (ou Bureau National) composé d’une vingtaine de membres, élus sur une liste nationale. Ici, la concentration des responsabilités va de pair avec la cohésion nationale. Cette ligne est confirmée par le Congrès de Paris qui se prononce contre une proposition de Lavenir tendant à donner davantage d’autonomie aux sections départementales pour résoudre les problèmes de leur ressort. La majorité des sections consultées veulent « des sections fortement liées dans un S.N. bien outillé ».

15Mais la « voix de la base » pourra plus directement s’exprimer deux fois l’an, à Noël et à Pâques : les secrétaires départementaux se réuniront en « Conseil National » (ou « petit congrès »).

16Définition des responsabilités, contrôle permanent, formation d’une équipe nationale cohérente plus réduite, plus opérative, s’appuyant sur les cadres des sections départementales, voilà qui doit changer le style de travail du syndicat. « L’Ecole Libératrice » peut écrire : « Sans rompre brusquement avec le passé, sans oublier les services rendus, le Congrès a montré qu’il entend associer, par une action féconde, des hommes qui ont fondé le Syndicat National et ceux qui apportent une volonté et des méthodes s’inspirant plus directement de l’hostilité à la structure sociale actuelle ».

17Pourtant les nouveaux venus ne sont pas des révolutionnaires. Au Congrès de Paris, Boyer (de la Loire) propose que le Bureau National soit élu par le Congrès. Mais 60 % des mandats décident, sur proposition de Lavenir, que le B.N. sera élu par le Conseil National, expression déjà filtrée de la poussée des sections. Lavenir propose aussi l’élection du B.N. à la représentation proportionnelle, ce qui implique l’existence de tendances, déjà évoquée l’année précédente par Baldacci, des Bouches-du-Rhône. Le Congrès suit sur ce terrain le dirigeant rhodanien ; mais André Delmas fait remettre le vote en cause. La décision finale sera un compromis : élection à la proportionnelle, mais répartition des restes en faveur des candidats ayant obtenu le plus de voix. Jamais cette clause ne sera appliquée jusqu’à la seconde guerre mondiale.

18Au même congrès, Delmas et Vivès refusent de laisser ligoter le Bureau National par l'obligation de soumettre à référendum toute décision d’action nationale (proposition de la section de Seine-et-Marne). Mais ils acceptent qu’une initiative de cet ordre soit valable seulement si elle émane des 2/3 du bureau au minimum.

19Autre question épineuse : celle des indemnités allouées aux responsables nationaux et aux secrétaires départementaux. L’existence de ces émoluments – qui n’apparaissaient pas clairement dans les comptes-rendus financiers – provoque des remous dans les sections. Glay estime normal le fait, pour un élu non-permanent, de cumuler traitement et indemnité : toute peine mérite salaire et le militant ne peut avoir d’activité extra-scolaire. Les indemnités sont maintenues et le taux en est fixé. La lyonnaise Marie-Louise Cavalier refuse de toucher celle qui lui revient. Elle se contente de réclamer le remboursement de ses frais.

Quel syndicalisme au S.N. ?

20Toutes les discussions, les changements de structures et d’hommes pendant un bref laps de temps, témoignent d’une évolution rapide des mentalités chez les instituteurs. Toutefois, il existe de grandes inégalités, qui vont de l’amicalisme persistant à un syndicalisme plus musclé. Vivès entreprend de combler ce fossé.

21A partir du 1er novembre 1930, il tient dans « L’Ecole Libératrice » une chronique d’éducation syndicale. D y cite et commente la Charte organique de la C.G.T., la motion du Congrès de 1906 dite « Charte d’Amiens », des textes émanant de différentes sources. Il reprend ainsi une proposition faite en 1906 par la Fédération du Textile et repoussée au plan confédéral : il s’agit d’entretenir des « délégations intermittentes ou permanentes avec le Conseil National du Parti Socialiste, pour faire triompher plus facilement les principales structures de la classe ouvrière ».

22La discussion dans l’organe national du S.N. fait apparaître d’importantes divergences. André Delmas considère que la « Charte d’Amiens », d’inspiration anarcho-syndicaliste, envisageant l’« action directe » comme seule forme de lutte et excluant tout recours au parlementarisme, est « aujourd’hui inappliquée et inapplicable ». Il est partisan d’un syndicalisme « englobant ceux qui veulent changer la société », même s’il n’organise pas la masse des travailleurs. « Dans son évolution, le syndicalisme serait mort s’il était figé dans l’application des formules dépassées par les faits... Le syndicalisme a voulu vivre. Il a bien fait ». L’ex-unitaire Bandacci pense au contraire que la Charte d’Amiens « est la seule base d’unité possible, la seule qui garantisse à chaque tendance une atmosphère respirable dans une centrale unique ».

23La question de l’unité syndicale est au centre du débat. Pratiquement : se réalisera-t-elle par absorption des autres centrales dans la C.G.T., par l’unité des états-majors, ou par le Front Unique Ouvrier proposé par la C.G.T.U. ?

24La majorité des sections se prononcent en faveur de la Charte d’Amiens. Vivès, qui rapporte sur ce point au Congrès de Paris, critique la position de Delmas, mais il précise que, tout en se prononçant pour l’indépendance du syndicalisme, beaucoup de syndiqués ne nourrissent plus la même prévention que les syndicalistes de 1906 à l’égard des partis politiques. Les principes de la Charte d’Amiens sont approuvés par 55 % des mandats. Ce vote et le commentaire de Vivès ne barrent pas la route au militant socialiste Delmas.

25Lié à ces problèmes, le principe de la « collaboration » syndicale aux organismes administratifs internationaux, nationaux et départementaux est aussi mise en question au cours de l’année 1931. Léon Jouhaux est particulièrement visé, pour sa « politique de présence » auprès du Bureau International du Travail (organisme spécialisé de la Société des Nations) et dans diverses commissions officielles en France. Devant les critiques acerbes adressées à la direction confédérale, Léon Jouhaux estime nécessaire de justifier longuement la démarche de la C.G.T. devant son Comité Confédéral National.

26Il se défend de vouloir faire de la C.G.T. « une force de conservation sociale » ou de travailler à « l’intégration du mouvement syndical à l’Etat ». Pour lui, les « premiers résultats » de l’action menée sont la création du Bureau International du Travail et de la S.D.N., la tenue des conférences internationales contre la guerre. « Cette œuvre peut ne pas intéresser certains de nos camarades instituteurs ; elle doit nous intéresser, nous ». Sur un ton très vif, il admoneste « ceux qui ont pour fonction d’enseigner l’histoire officielle, qui l’enseignent quelquefois contre leur gré » ; il leur demande « d’apprendre un peu l’histoire non officielle (...) lorsqu'ils sont libres, lorsqu’ils ont leur libre jugement » ; de faire « cet effort que beaucoup de militants ouvriers ont fait ». Il rappelle la période de l’union sacrée, affirmant que pendant la durée de la guerre « l’unanimité » de la C.G.T. se préparait à créer les organisations susceptibles de « panser les plaies et d’unir internationalement les différents peuples ». Sous-entendu : nous sommes fidèles à ce mandat.

27Quelque peu raboté de ses aspérités, le discours est reproduit dans « l’Ecole Libératrice » du 9 novembre 1930. Cette attaque globale – bien que son auteur s’en défende – provoque des remous au syndicat. La Commission Permanente constate que cette intervention renforce les préventions des ouvriers contre les instituteurs. Le S.N. revendique le droit de critique au sein de la C.G.T.. Les relations Syndicat-Confédération se tendent. D faut prier Jouhaux pour qu’il accepte de venir saluer le Congrès de Paris. Le Congrès ne lui a pas ménagé les critiques, non plus qu’à Vivès et Delmas, présents au C.C.N. et qui n’ont pas réagi immédiatement à l’allocution de Jouhaux ; Lapierre est critiqué à son tour pour avoir publié une version expurgée du texte explosif. Mais après ces défoulements, l’arrivée de Jouhaux se fait sous les applaudissements. Aussitôt après son allocution, Roussel « pour marquer la fin d’un malentendu », invite le Congrès à se lever et à entonner « l’internationale »...

28La motion d’orientation, dans sa partie traitant de la collaboration, est adoptée par 179 mandats contre 22. Le Rhône a soutenu Baldacci et Hagnauer qui condamnent la politique de collaboration. Mais Vivès fait ressortir que « les sections, dans une forte proportion, souhaitent, sous certaines réserves, dont l’importance mérite d’être soulignée, le maintien des pratiques de collaboration dans le milieu social actuel ».

29La ligne tracée, reste à régler la question des hommes. Le 1er janvier 1932, André Delmas est détaché à la direction nationale du syndicat. Le Comité National du 27 décembre l’élit secrétaire national adjoint (avec Boulanger et Glay), Roussel restant secrétaire général. Mais à la réunion de bureau qui suit, Roussel annonce qu’il prendra sa retraite le 1er octobre 1932. Le Bureau National désigne alors Delmas comme son successeur.

30A partir de mai 1932, la primauté de Delmas apparaît nettement dans « l’Ecole Libératrice », dont il rédige la plupart des éditoriaux. En août 1932, le Congrès de Clermont-Ferrand fête le départ de Roussel et de Glay par un banquet au cours duquel le nouveau secrétaire général Delmas prononce l’hommage aux deux vieux militants. Le processus de renouvellement se poursuit, avec le passage de Boulanger, secrétaire adjoint, à la nouvelle maison d’éditions du syndicat, Sudel ; l’élection au bureau de Baldacci, qui devient secrétaire de la commission de propagande, et Jean Comec, tous deux anciens unitaires ralliés au Syndicat National.

31La promotion de Delmas au poste suprême a été rapide. Elle l’eût sans doute été davantage si, en 1927, le ministère n’avait refusé de le détacher au Syndicat National pour être permanent. Ce n’est qu’en mars 1931, qu’il a obtenu son détachement... à la Fédération des Fonctionnaires, avant de pouvoir à la fin de l’année passer à la direction du syndicat, à temps plein.

32En 1932, Delmas est âgé de trente trois ans. Au Bureau National, il fait figure de benjamin. Son ascension n’a-t-elle pas, en partie du moins, un arrière-plan politique ? Il ne représente pas la dernière chance du syndicat. Les cadres non fossilisés existent à la direction nationale : Lapierre, dynamique, ouvert et qui a fait ses preuves ; Vivès, cheville ouvrière du changement de 1929 à 1932, d’autres encore... On peut observer qu’au moment où l’accent est mis sur l’indépendance du syndicalisme, alors que Delmas vient d’essuyer un échec au Congrès sur ce point, sa qualité de militant responsable d’un parti politique, affirmant la nécessité de réviser la Charte d’Amiens, ne l’a pas desservi le moins du monde. On peut penser qu’au delà des oppositions doctrinales ou de personnes, on se retrouve au syndicat dans une option d’un réformisme socialisant qui, dans les faits » n’est mise en cause par personne à l’échelon national.

L’Ecole Libératrice

33Le 25 septembre 1929, paraît le premier numéro de « l’Ecole Libératrice », la nouvelle revue hebdomadaire qui succède au Bulletin mensuel. Lapierre en est le rédacteur en chef. Syndical, pédagogique et culturel, ainsi se présente l’organe du S.N.

34« Le Bulletin Mensuel » était étroitement syndical et corporatif. Avec « L’Ecole Libératrice », le champ de vision s’élargit. Le philosophe Alain tient chronique régulière. A ses « quarante propos » sur la psychologie de l’enfant, succèdent « Vingt propos » sur les problèmes internationaux. Marcel Deat et plus tard Pierre Brossolette analysent la situation internationale. Des articles scientifiques de haute tenue sont signés Paul Rivet, Paul Langevin, Louis de Broglie, Edmond Bauer. D’autres, d’auteurs moins illustres, jouent un rôle de vulgarisation sur la préhistoire, les transports et communications, y compris les ondes hertziennes et les fusées interplanétaires, etc. Au plan littéraire (très lié à la politique), les « bonnes pages » et les analyses présentées concernent de nombreux écrivains contemporains.

35La rubrique d’éducation syndicale de Vivès, ouverte sur l’ensemble du mouvement ouvrier national et international, les discussions –limitées– qu’elle provoque ; le thème de la paix, toujours présent ; celui de l’Europe qui apparaît et se développe surtout en 1932, notamment avec la référence à la « Pan-Europe » de Coudenhove-Kalergi ; les reportages sur les ravages de la crise et du chômage en France et en Allemagne, peuvent donner à l’enseignant isolé dans son village ou/et son métier, des lumières sur ce qui se passe d’important dans le monde. L’idéologie qui se manifeste est socialisante : l’œuvre des sociaux-démocrates allemands et autrichiens est exaltée, aussi bien en matière sociale qu’en matière scolaire. Léon Blum et « Le Populaire » sont souvent cités, parfois longuement. Les noms de Marceau Pivert, André Philip, Henri De Man (« Au-delà du marxisme ») se retrouvent plus ou moins régulièrement, ainsi que ceux du chroniqueur permanent Marcel Déat et du chroniqueur occasionnel Pierre Brossolette. Les convergences entre les positions adoptées par les assises nationales et internationales socialistes et syndicales sont mises en évidence.

36« L’Ecole Libératrice » milite pour les méthodes d’éducation nouvelle, ce qui contraste avec l’allergie de nombreux syndiqués les plus anciens à ces innovations. Elle vante les mérites des techniques modernes appliquées à l’éducation : projection fixe, cinéma, T.S.F., imprimerie à l’école.

37La revue rend compte de nombreuses expériences pédagogiques étrangères. Toutes ces activités ont un double caractère, pédagogique et pacifiste. Les échanges inter-scolaires et les colonies de vacances internationales font partie d’un ensemble axé sur l’amitié entre les peuples et plus spécialement sur la réconciliation franco-allemande.

38Le grand psychologue suisse Jean Piaget collabore au journal des instituteurs français. Dans la partie scolaire, dès la première année de parution, Léon Emery donne des éléments de leçons sur « l’histoire universelle ». Par la suite, sans quitter la partie scolaire, il interviendra souvent dans la partie générale de la revue, traitant essentiellement des questions internationales abordées d’un point de vue pacifiste.

39On est loin du « Bulletin Mensuel ». Outre ces ajouts originaux, cette extension considérable, l’amélioration de la présentation, l’introduction de photos saisissantes –sur la crise notamment– font de « L’Ecole Libératrice » une revue vraiment nouvelle, donnant du Syndicat National une image ouverte sur l’actualité, cultivée, dynamique. La revue tire alors entre 80 000 et 90 000 exemplaires. Le syndicat sort renforcé de la mutation qu’il vient de subir.

LES PREOCCUPATIONS DU SYNDICAT NATIONAL
***
(Répartition des sujets d’articles parus dans « l’Ecole Libératrice » durant l’ANNEE SCOLAIRE 1931-1932*)

Nombre de pages

– Affaires corporatives et administratives

72

– Affaires pédagogiques

114

– Affaires laïques et défense de l’école publique

82

– Vie sociale et syndicale (P.V. exclus)

106

– Education et internationalisme (relations avec les organisations nationales et internationales d’enseignants, congrès des associations étrangères, échanges scolaires, vie de l’école dans divers pays, expériences scolaires dans ces pays)

61

– Affaires internationales et lutte pour la paix

126

– Colonies et colonialisme

3

– Sciences

40

– Littérature

49

(+ critique d’un film : « la Tragédie de la Mine », de Pabst)

1

* Au cours de l’année 1931-1932, l’autorité de l’équipe dirigeante s’affirme avec celle, personnelle, de Delmas – et « l’Ecole Libératrice », dans sa troisième année d’existence, a trouvé sa formule pour toute une période.

– Certains articles auraient pu être classés dans d’autres rubriques. Par exemple : ceux relatifs à « l’Education et l'internationalisme » ont souvent des rapports avec « la lutte pour la paix », avec les problèmes syndicaux, avec la pédagogie. La rubrique « littérature » traite assez fréquemment d’ouvrages littéraires illustrant les thèses syndicales sur la guerre et la paix... Les chiffres sont donc à considérer en valeur relative, comme exprimant les tendances générales du Syndicat National quant à l’étendue de son champ d’intervention.
***

Symbiose dans le Rhône

40En 1927 dans le Rhône, Raffin, Pardon, Jean-Marie Ballandras continuent à diriger la section, qui groupe environ 1500 instituteurs sur 2200. Mais les ex-autonomes, Jean Fontaine et André Lavenir en particulier, jouent dans cette direction un rôle de plus en plus important. En apportant dans la corbeille de noces le « Bulletin Corporatif » qu’ils continuent à impulser, les militants venus de l’autonomie donnent au S.N. un visage nouveau, plus combatif.

41Les adhérents du Syndicat National ne sont pas forcément attirés par les débats idéologiques. Leur prudence les incite à ne pas prendre une part trop active aux travaux du Syndicat. Néanmoins les idées exprimées dans le « Bulletin Corporatif » les imprègnent, en particulier celles qui exaltent l’entente entre les peuples et la volonté de paix, l’attachement à l’école et à la laïcité, manifesté en termes dont la dureté ne contredit pas la persistance des méthodes traditionnelles de négociation et de compromis.

42A l’Assemblée Générale de juillet 1931, préparatoire au Congrès de Paris, la motion réformiste ne recueille aucune voix, la motion anarcho-syndicaliste en obtient 14 et le texte d’inspiration libertaire, 20. Cela sur plus de 1500 membres ! Marie-Louise Cavalier et Pardon protestent contre l’heure tardive du vote. Ce n’est là qu’une explication partielle : jamais les Assemblées dites générales ne sont très suivies (cent cinquante participants en moyenne, précise Léon Emery).Cette fois-ci, on est très en-dessous de ce nombre. Sans doute les anciens du syndicat n’ont-ils plus la même flamme, et les nouveaux venus progressent, portés aussi par le courant national...

43Dans la vie quotidienne, un large terrain d’entente existe entre les tendances, aux frontières d’ailleurs imprécises. On trouve dans le même organe syndical les affirmations lénifiantes des Conseillers Départementaux (membres du syndicat) et les déclarations « révolutionnaires » de Fontaine sur « l’action directe », sans que cela provoque le moindre remous.

44Les premiers répondent ainsi à un questionnaire national du syndicat : « Existe-t-il un conflit sérieux entre l’administration et les représentants du personnel ? Non ». Mais « le personnel dans son ensemble ne semble pas encore tout-à-fait prêt à cette participation dans la gestion de ses intérêts par l’intermédiaire de ses délégués élus ».

45« Lorsque ces délégués barrent la route à des ambitions individuelles non justifiées ou, plus simplement, quand ils prennent parti entre les candidatures, les postulants conçoivent souvent du ressentiment contre leurs mandataires ».

46On peut s’interroger sur le rôle des représentants du personnel tel qu’il apparaît dans ce texte : consiste-t-il à « prendre parti », à « barrer la route à des ambitions » ou à veiller au strict respect des règles de compétition ? On peut aussi se demander si « le personnel dam son ensemble », si peu évolué, selon les Conseillers Départementaux, est apte à apprécier « la valeur révolutionnaire de l’action directe » qui selon Fontaine, « nous mènera tout droit à la victoire du syndicalisme ».

47Aucune réaction non plus aux « impressions de congrès » de F. Pardon. Le vieux militant a été particulièrement frappé par une intervention de Jouhaux qui a eu une formule « trop romanesque pour être comprise des jeunes : LE DEVOIR EST DE SERVIR ET NON DE JOUIR ».

Ecole, formation des maîtres : « coexistence pacifique »

48Sur l’école, sur la formation des maîtres, coexistent pareillement (et pacifiquement) diverses orientations. Léon Emery, qui collabore désormais régulièrement à la presse du syndicat, propose une « post-école » jusqu’à l’âge de 18 ans. Il faut organiser systématiquement des cours professionnels post-scolaires.

49Devant l’Assemblée Générale du 28 avril 1929, le rapporteur Bordel exprime les revendications laïques de la section :

  • la nationalisation et le monopole de l’enseignement ;
  • la gratuité complète des études dans le 1er degré d’abord, dans l’enseignement secondaire ensuite ;
  • l’attribution d’allocations scolaires familiales ;
  • une formation « essentiellement laïque » du personnel enseignant et de ses cadres ;
  • la construction d’écoles « pourvues de tous les perfectionnements modernes » ;
  • l’abrogation du droit des maires sur l’attribution de locaux scolaires ;
  • la création de sociétés scolaires familiales laïques ;
  • la radiation des délégués cantonaux hostiles à l’école ou passifs ;
  • il appelle à la collaboration avec le groupe d’action parlementaire laïque.

50Léger propose, en vue du Congrès National de 1929, de substituer « une activité créatrice » aux notions livresques dans la formation des maîtres et de remplacer la contrainte par la persuasion. Il demande l’introduction à l’Ecole Normale de cours de « pédagogie théorique ». Que l’Ε.Ν. soit ouverte à des universitaires, des techniciens agricoles, des industriels et commerciaux, à des syndicalistes ouvriers et paysans, à des artistes, des peintres, des économistes. Il se prononce pour une scolarité prolongée jusqu’à 18 ans, pour une orientation professionnelle... et contre le passage des futurs instituteurs au lycée, « trop rationaliste – trop classique ».

51Ecole ou « post-école » jusqu’à 18 ans ? Il s’agit plus que de nuances. Léon Emery met les points sur les i : « Notre enseignement primaire a de grandes vertus qu’il est inutile de rappeler. Mais il me parait faussé gravement par une triple superstition : superstition du savoir, superstition de futilité technique, superstition de la raison ». Que faut-il enseigner aux enfants ? Essentiellement, « leur apprendre vraiment à lire, c’est-à-dire à comprendre ».

52Pour le reste... on reportera (au mieux) l’enseignement de l’histoire, de la géographie et de toute la partie scientifique, « avec d’énormes simplifications », jusqu’après la douzième année. Pas de préapprentissage à l’école. « ... Enfin, on a trop voulu donner à l’école primaire le rôle de former la raison des enfants, ce qui est impossible, puisque la sensibilité et l’imagination dominent nécessairement en eux ». Ce qui convient, ce sont « quelques notions historiques et scientifiques » mais « surtout, ce qui est plus important, des émotions esthétiques et morales, une culture de la curiosité et de la sensibilité ».

53Si l’on en croit ses « Mémoires », c’est dès 1925 qu’Emery a diagnostiqué « l’indigence spirituelle » dont souffre d’après lui l’école laïque du fait de son refus du mysticisme et de « toute métaphysique ». Ses « camarades instituteurs » –explique-t-il en substance – ne pouvaient le suivre sur ce terrain. S’il ne dissimulait par cette « dissonance », ses relations avec le syndicat étaient « néanmoins très cordiales ». « On me pardonnait – ajoute-t-il – ma tiédeur en ce domaine ». Evoquant Péron, Léger, Lavenir, il rend un hommage condescendant à « l’équipe loyale et dévouée dont j’étais devenu le centre ».

54On peut s’étonner de l’emprise exercée par Emery sur le corps enseignant rhodanien, malgré son opposition aux grandes idées-forces qui sont le fondement de l’école laïque. Sans doute le maître ne professait-il pas alors aussi clairement les thèmes qu’il développera cinquante ans plus tard. Ses tendances mystiques, pour certaines qu’elles soient, étaient-elles aussi affirmées, aussi agressives qu’au terme de sa carrière ? Quant aux maîtres d’école, théoriquement persuadés de la primauté de la Raison, de la Science, du Progrès, n’arrivaient-il pas maintes fois, au fil de leur expérience quotidienne, à mettre en doute la capacité de leurs élèves à les acquérir ? Entre les professions de foi et les réalités du métier, de la vie, il peut exister un fossé, voire un abîme. Ce n’est pas un hasard si, pendant des années, il y eut convergence fondamentale entre Emery et les enseignants du département.

« Conservateur » en pédagogie

55Lorsqu’il s’agit de méthodes pédagogiques, la section du Syndicat National est allergique à l’innovation. Elle prend vigoureusement parti contre les méthodes d’éducation nouvelle-plus spécialement contre la méthode Freinet et le cinéma à l’école-mouvements dont le Syndicat Unitaire se fait le propagandiste et parfois l’apôtre. André Lavenir est catégorique : « L’Office du Cinéma Educateur ne peut rendre que des services extra-scolaires. Il est sans intérêt au point de vue pédagogique. Le film commercial n’est pas fait pour l’enfant. D’autre part, l’école n’a pas à se transformer en entreprise de cinéma ». Jean Fontaine, se dressant contre Freinet, titre un autre article : « Les enfants peuvent-ils composer eux-mêmes leurs manuels ? » La réponse est évidemment : Non. Jean Paysan (pseudonyme transparent du même auteur) dit ce qu’il pense du mot : révolutionnaire, appliqué à la pédagogie : « Pas plus que l’habit, le nom ne fait pas le moine. Il ne faut pas être inconsidérément révolutionnaire : les brise-tout sont des gens dangereux. Dans l’ardeur de leur foi, les iconoclastes ont détruit des merveilles... Je veux aussi le droit d’être, en pédagogie comme en autre chose, réactionnaire et conservateur ». Cette profession de foi jouxte une publicité pour « la Révolution Prolétarienne ».

56Ainsi va la section du Rhône du Syndicat National, en cette fin de la troisième décennie du siècle. Elle est sûre de sa puissance. Dans un domaine –le métier et ses finalités– qui concerne tous les enseignants, les positions apparemment contradictoires qu’elle affiche ne lui causent aucun complexe. Peut-être tout simplement parce qu’en cette matière comme dans les autres, les collègues se préoccupent moins de théories et de plans que de recettes, et parce qu’ils font passer l’amitié avant les divergences...

  • 1 Il en va de même dans les relations de la section avec le Groupement Départemental de l’Enseigneme (...)

57Par contre, tout ce qui touche à l’hégémonie du Syndicat National est ressenti de façon aiguë. Les rapports entre le syndicat, la Fédération de l’Enseignement et la Fédération des Fonctionnaires, les points de tactique syndicale qui délimitent les champs d’influence sont parfois l’objet de débats passionnés (et confus)1.

58C’est avec la Fédération des Fonctionnaires que les frictions sont le plus fréquentes. Le Rhône prend parti dans le grand débat national instauré en 1931 sur l’augmentation de cotisation demandée par celle-ci (0, 05 % du traitement moyen) pour financer l’organe fédéral : (« la Tribune des Fonctionnaires ») qui serait dès lors servi à tous les instituteurs. Au moment où le syndicat, dans son effort maintenant décentralisé d’organisation et de propagande, doit accroître ses ressources financières, alors que « l’Ecole Libératrice » absorbe une partie importante de ses recettes, la Fédération et sa « Tribune » semblent susceptibles d’entraver cet élan.

59Il faut ajouter que la méfiance est grande au syndicat à l’égard des autres catégories de fonctionnaires. Le passé récent (difficultés à réaliser une véritable péréquation, divergences sur les déroulements de carrière, les primes, etc.) a montré l’étendue des difficultés à vaincre pour aboutir à des positions communes.

60Devant le Conseil National du 27 décembre 1931, Marie-Louise Cavalier, qui rapporte au nom de la Commission Permanente, estime que « La Tribune des Fonctionnaires (...) demeure l’organe de propagande extra-professionnelle qui unit certaines catégories de personnels dans une communauté d'intérêts matériels et qui agit dans des circonstances déterminées ». Elle lui oppose « L’Ecole Libératrice », « née du métier (...), qui exprime l’âme collective des instituteurs ». A son tour, Lavenir propose de refuser la majoration demandée. Il étend sa critique à l’ensemble de la presse confédérale, « inapte à créer ou à développer la mentalité de la classe ouvrière » et il demande son « organisation rationnelle ». Vivès, qui se sait minoritaire, met l’accent sur la puissance de rassemblement d’une Fédération des Fonctionnaires cohérente et de sa « Tribune ». Il conjure les instituteurs de ne pas se confiner dans l’étroitesse corporative.

61Marie-Louise Cavalier est approuvée par 461 voix contre 453 : le Syndicat remplira « dès qu'il le pourra ses obligations intégrales envers la Fédération des Fonctionnaires ». En attendant, il lui versera un franc supplémentaire par un et par adhérent, les instituteurs renonçant au service de l’organe fédéral.

62Dans le Rhône particulièrement, les relations du syndicat avec la Fédération des Fonctionnaires n’ont pas fini d’être conflictuelles...

La Fédération Unitaire et le P.C

63Pour la Fédération unitaire de l’enseignement, la question numéro un à l’ordre du jour est celle de ses rapports avec le parti communiste et la C.G.T.U., problème qui provoque en ces années difficiles une crise dont la Fédération ne se relèvera vraiment jamais.

64En 1928-1929, son secrétaire général Jean Aulas et ses principaux collaborateurs : Louis Bouët et Maurice Dommanget sont membres du parti communiste. S’ajoute à l’équipe dirigeante Joseph Rollo, secrétaire de la fraction communiste de l’enseignement. Dans les syndicats départementaux, les communistes occupent la majorité des postes de direction. En 1930, le Conseil Fédéral compte cinq communistes et un sympathisant sur onze membres. Sur 55 secrétaires départementaux, 33 sont communistes. Aux diverses instances, siègent aussi des anarcho-syndicalistes et des libertaires, dont l’opposition au parti communiste se manifeste avec vigueur.

65Maurice Dommanget affirme en 1935 : « jusqu’au Congrès de Bellevilloise (Paris, 1928), on peut affirmer que, loin d’être à la disposition du P.C., c’est le P.C. qui se mettait à la disposition de la Fédération. Il s’efforçait de l’aider, de la servir, non de l’asservir (...). Tous les secrétaires successifs de la fraction communiste dans l’enseignement, d’ailleurs tardivement constituée : Jouveshomme, Dommanget, Hérard, Rollo, ont joui, c’est un fait, de l’initiative la plus complète. Ils faisaient ce que commandait l’intérêt de la majorité fédérale, sans plus, et jamais le parti ne leur en a fait grief ». Les critiques des dirigeants fédéraux minoritaires, tels Jean Cornec, Thomas, Hagnauer n’étaient, selon la même source, pas fondées.

66Dommanget cite quelques points de désaccord entre la Fédération et le P.C. : la constitution de groupes d’enfants par ce dernier, désapprouvée par les dirigeants fédéraux ; la liberté laissée à Rothen d’exposer ses théories libertaires dans « l’Ecole Emancipée », organe fédéral – ce qui heurtait la direction du parti.

67Pour Georges Cogniot, les désaccords portent sur la pratique même de la Fédération : son refus de la politique de Front unique, d’établir des baisons avec le S.N.I. qui organise la masse des instituteurs ; ses complaisances à l’égard de l’anarcho-syndicahsme ; le relâchement de ses relations avec l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement et avec le mouvement ouvrier révolutionnaire. L’ancien secrétaire général de l’Ι.Τ.Ε. affirme que le parti communiste voulait donner à la Fédération de l’enseignement l’envergure et le style d’une véritable organisation syndicale en la dépouillant de son caractère de secte. Paul Delanoue (qui était alors secrétaire de l’Union Générale des Etudiants de l’Enseignement) estime que la vraie rupture est intervenue en 1929, lorsque le congrès de la C.G.T.U. a reconnu « le rôle dirigeant du P.C. dans le mouvement ouvrier », position que la majorité fédérale de l’enseignement –y compris la plupart des communistes– combattit avec véhémence.

68Là, semble être en effet la pierre d’achoppement. L’année 1928 est marquée par un âpre débat pour ou contre l’imposition au parti communiste français de la nouvelle stratégie « classe contre classe » définie par l’Internationale Communiste à la fin de l’été 1927 et adoptée par l’Internationale Syndicale Rouge en mars-avril 1928. Le quatrième congrès de l’I.S.R. préconise le déclenchement de grèves malgré les résistances des bureaucraties syndicales, et la formation, si nécessaire, de groupements minoritaires. Les syndicats adhérents à l’I.S.R. doivent prendre part à toutes les luttes, y compris aux campagnes électorales, sous la direction des partis communistes. La plupart des ouvriers révolutionnaires adhérents à la C.G.T.U. adoptent cette ligne, qui repose sur une vision dramatisée de la situation internationale, prévoyant une guerre imminente contre l’U.R.S.S. et croyant déceler des conditions pré-révolutionnaires en Europe Occidentale.

69A la Fédération de l’Enseignement, cette analyse est fortement contestée. Le secrétaire général du syndicat unitaire de la Sarthe écrit à Aulas : « Si vraiment la révolution était imminente, la C.G.T.U. et le P.C. auraient raison ». Mais il n’en est rien. « On proclame à tous les vents qu’il faut des syndicats de masse et la méthode employée fait des syndicats de secte ». Le Lyonnais François Bernard nie pour sa part « la radicalisation des masses » que croient discerner les instances dirigeantes de l’Internationale. Il évoque « la désillusion », le « doute » et le « scepticisme » chez d’innombrables travailleurs. Il en voit la cause dans le fait que sont déclarés « traites et renégats des communistes que les mêmes censeurs portaient au pinacle ». D’où leur manque de réaction devant l’arrestation de « milliers de manifestants éventuels à la veille du 1er mai ».

70Dans les tout premiers jours de janvier 1929, l’Internationale Communiste intervient directement dans les affaires de la Fédération. Devant la fraction des enseignants communistes réunie au siège du P.C. à Paris, salle de la Rotonde, le professeur Bouthonnier lit une lettre de l’I.C. critiquant sévèrement les dirigeants fédéraux. La majorité des présents se prononcent contre le message. La crise est désormais ouverte, crise qu’aggrave la pression exercée par l’Internationale. Ce qui, en d’autres circonstances, aurait pu être débattu, devient inacceptable.

71D’autant que les événements qui se déroulent en Russie Soviétique préoccupent et divisent les enseignants révolutionnaires. Depuis les conférences de Zimmerwald et de Kienthal, la personnalité de Trotski a beaucoup impressionné les militants d’avant-garde de l’enseignement. Or voici qu’en 1929, à Moscou, des membres de l’opposition sont arrêtés, que Trotski, déporté à Alma-Ata depuis 1928, est expulsé d’U.R.S.S.. Il n’est pas douteux que pour la plupart des participants à la réunion de la Rotonde, la tentative de « rectification » de la ligne fédérale ressemble à une mise au pas, liée dans leur esprit à l’élimination de l’opposition en Russie. Cette affaire avait déjà causé quelque trouble à la Fédération de l’Enseignement, ou neuf militants connus dont Hérard, communiste, avaient demandé l’insertion dans « L’Ecole Emancipée » d’une protestation contre la répression en Russie Soviétique. Le secrétariat fédéral et celui du journal étaient d’accord pour cette insertion, à condition de l’assortir d’une note invitant les militants à « ne pas introduire les querelles de parti au sein des organisations syndicales ». Rollo, consulté, obtenait du Bureau fédéral l’insertion de cette seule note, sans la protestation. Au Congrès de Paris, ce point avait provoqué une vive discussion. Dommanget invoquait pour défendre la position du Bureau la référence de Clémenceau se refusant, pour juger la Révolution française, à « opter pour un groupe plutôt qu’un autre ». François Bernard recommandait la pmdence dans les critiques, à cause de l’utilisation que la réaction pouvait en faire. Yvonne Orlianges demandait la solidarité totale avec les positions soviétiques, tandis qu’Hérard, pour la première fois, s’affirmait comme un opposant déclaré au parti communiste.

72L’injonction de l’Internationale n’éclate donc pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Suivent d’autres signes annonciateurs d’ébranlement. Ainsi, la Fédération de la Seine des Jeunesses Communistes condamne bientôt le manuel d’histoire édité par la Fédération. C’est, dit-elle, « un livre dangereux ». Déclaration qui blesse beaucoup d’enseignants unitaires. Ils la comprennent d’autant moins que dans de nombreux départements, ils livrent bataille pour l’inscription du manuel sur les listes des ouvrages autorisés en classe pour l’enseignement de l’histoire. Toutes les commissions départementales, sauf quatre, s’opposent à cette inscription. Dans les quatre départements où l’autorisation a été accordée, l’administration annule la décision et menace de sanctions les instituteurs qui utiliseraient cet ouvrage dans leur classe.

Des Ecoles Normales en grève

73Cependant, de jeunes instituteurs et normaliens regimbent devant les pesanteurs syndicales. Soutenus par le parti communiste et l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, ils créent l’Union Générale des Etudiants pour l’Enseignement, qui compte en 1928 quinze cents adhérents dont un millier d’élèves-maîtres. Cela au moment où les nouvelles générations expriment de nouveaux besoins, où le refus d’accepter les disciplines surannées se fait sentir dans les écoles normales. Cogniot et l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, Delanoue et l’Union Générale des Etudiants de l’Enseignement, se proposent d’intégrer les mouvements dans les E.N. au processus du « nouvel essor révolutionnaire ». Ils sont présents sur le terrain à Aix-en-Provence et à Quimper où se développent des grèves de normaliens en 1929.

74A Aix, le mouvement est dirigé contre un règlement intérieur arbitraire. B se termine par un succès et apporte soixante adhésions au syndicat unitaire, au détriment du S.N. qui est resté passif.

75Une sanction collective à l’Ecole Normale de Quimper a pour conséquence le déclenchement d’une grève. Un tract de l’U.G.E.E. publié à cette occasion dénonce « un véritable régime de pénitencier ». Glay, secrétaire du Syndicat National, définit ainsi les causes du conflit : « Réprimandes trop sévères pour de menus faits, ouvertures de lettres contresignées par les parents ; par contre, sanctions insuffisantes pour fautes graves commises à l’extérieur les jeudis et les dimanches (...) Faits individuels inadmissibles, indignes de futurs éducateurs ». De son côté, le Syndicat Unitaire départemental, dont le secrétaire général est Jean Cornec, hésite à prendre l’affaire en mains, car il y subodore l’action des communistes. Pourtant Aulas, instruit par l’expérience d’Aix, a invité par circulaire les syndicats départementaux à ne pas, en pareil cas, tenter de substituer leur action à celle, directe, des normaliens. Le recteur licencie alors les 109 normaliens qui, très mollement soutenus par les syndicats, doivent rentrer battus. La bataille se solde par dix exclusions et quatre déplacements.

  • 2 Organisations secrètes de propagande confessionnelle dans l’enseignement public.

76Glay impute la responsabilité de l’échec aux unitaires et surtout aux communistes : « Nous avions déjà les Davidées2 qui noyautaient les E.N. de filles : c’était trop. Nous ne voulons pas plus des bolchevistes qui, eux aussi, n’ont que du mépris pour la laïcité ». Pour « L’Humanité » du 5 juillet, « les anarcho-réformistes ont brisé la grève des normaliens de Quimper ».

77Le retentissement de cette « affaire » des normaliens de Quimper est national. Ce sera un des éléments retenus par le P.C. pour condamner les positions des communistes dirigeants de la Fédération.

Confusion à Besançon

78L’orientation, l’avenir du mouvement enseignant sont en cause. Curieusement, l’organe rhodanien du Syndicat Unitaire, « Le Syndicat », n’ouvre aucun débat, ni sur l’injonction faite à ses dirigeants de rectifier leurs positions, ni sur le fond des questions –et ce même dans la préparation du Congrès fédéral de Besançon (août 1929). A ce Congrès, le rapport moral et l’orientation fédérale sont approuvés sans discussion. Il est vrai qu’« habilement » (selon les termes de Dommanget), « la vieille garde syndicale » proclame dans sa motion « l’attachement de la Fédération de l’Enseignement à la C.G.T.U. et à l’I.S.R. dans leur orientation toujours fidèle au syndicalisme de lutte de classe et à l’internationalisme prolétarien ». – ce qui n’empêchera pas ses délégués au Congrès de la C.G.T.U. de voter en septembre contre la ligne confédérale.

79Toujours au Congrès de Besançon, la réalité du rapport des forces se fait jour lorsqu’une motion du syndicat de la Seine réclamant « une étroite solidarité entre les syndicats unitaires et les organisations du parti communiste pour le soutien actif des luttes économiques contre le bloc gouvernemental-patronal-réformiste-socialiste » doit se contenter de 24 voix contre 184 aux positions fédérales.

80Sur le manuel d’histoire édité par la Fédération, la discussion est vive. La motion Dommanget, qui reprend quelques critiques formulées à son encontre mais conclut à sa valeur novatrice, obtient 160 voix contre 12 voix à ses adversaires et 29 voix à ceux qui l’approuvent sans réserve.

81Mais le sommet du congrès est le débat –qui dure trois séances– sur la grève normalienne de Quimper. Parmi les intervenants : Cornec qui défend son attitude, Cogniot et Bame qui la condamnent vigoureusement. Bouët et Aulas soutiennent les points de vue de la majorité fédérale, qui évite d’accabler Cornec et le syndicat du Finistère. Le texte fédéral désapprouve formellement « les accusations injurieuses » portées contre le Syndicat Unitaire du Finistère. Cette position est adoptée par 122 voix contre 49 à une motion adoptée la veille unanimement par les groupes de jeunes et reprenant les arguments de Cogniot. Une motion hostile à l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement recueille 34 voix.

82La délégation du Rhône appuie de ses cinq mandats la majorité fédérale –sauf sur la grève de Quimper ; un seul mandat la soutient, les quatre autres étant portés en abstentions. A ce congrès, les Lyonnais font une entrée en force dans l’appareil fédéral : François Bernard devient secrétaire corporatif ; Jeanne Balanche, secrétaire pédagogique et Germain Simond accède au Conseil Fédéral.

83Le secrétaire départemental du Syndicat Unitaire est Moulin, partisan de la direction unique du mouvement ouvrier sous l’autorité du parti communiste. Il y a là une anomalie qui ne vas pas durer...

Exclusions

84Le 20 août 1929, Rollo, Bouët et Dommanget sont mis en demeure de « préparer une déclaration qui serait publiée dans « La Vie Ouvrière » et où ils reconnaîtraient s’être trompés sur toutes les questions étudiées au Congrès de Besançon (...). Cette déclaration serait adressée, pour examen, au P.C. Celui-ci y apporterait les modifications nécessaires et la leur apporterait à signer. Tout refus de s’exécuter entraînerait leur exclusion du parti ». Après avoir hésité, les dirigeants fédéraux répondent par un refus, « pour préserver la Fédération des aventures où d’aucuns voudraient la lancer ». Aulas, qui a d’abord semblé se soumettre, n’a en fait jamais quitté le camp de la majorité fédérale. La question qui se pose aux enseignants communistes en désaccord avec leur parti est la suivante : faut-il se faire exclure ou démissionner du P.C. ? Dommanget choisit la démission, Rollo, Bouët, Aulas seront exclus.

85L’exclusion d’Aulas, liée à celle des Lyonnais fidèles à son équipe, est décidée, au début de novembre 1929, par le Bureau Régional du parti, à Lyon. (Au P.C., la Saône-et-Loire, département d’Aulas, dépend alors administrativement de la Région lyonnais). Aulas, sommé de « rompre immédiatement en la dénonçant avec la fraction Rollo-Dommanget », sous peine d’exclusion immédiate, a refusé de s’exécuter. Le même texte annonce l’exclusion de François Bernard, Jeanne Balanche, G. Simond et Anselme.

86En Saône-et-Loire, Jean Aulas jouit de la considération des communistes. Son exclusion est néanmoins ratifiée à l’unanimité par le « rayon » de Châlon-sur-Saône. « Travail », hebdomadaire lyonnais du P.C., commente largement cette décision. Sous un titre de trois colonnes, il est dit que certains communistes ont ainsi voté « par discipline (...). Ce serait avoir une bien dangereuse idée du redressement du parti que de s’endormir sur cette unanimité ». Le comité de rayon, qui souligne « le manque d’autocritique » et la faiblesse de la participation ouvrière à ses travaux, lance des directives en vue de la « réorganisation » du parti à cet échelon.

87Dans le Rhône, la personnalité de François Bernard est non moins puissante que celle d’Aulas en Saône-et-Loire. Plusieurs articles de l’hebdomadaire du parti sont consacrés à dénoncer ses positions.

88« Bernard conduit le syndicat de l’enseignement (C.G.T.U.) à la majorité confédérale » (C.G.T.), affirme le journal, qui relève les griefs retenus contre l’exclu : refus des fractions communistes, opposition au principe des « permanents » syndicaux et à leur réégibilité ; volonté manifeste de « blanchir » le syndicat minoritaire du Finistère, lequel venait de « briser la grève » des normaliens de Quimper ; prises de position contre la motion de la C.G.T.U. votée au congrès de Besançon (1929) par Moulin (au nom du Syndicat Unitaire du Rhône) ; puis « contre l’accord syndical avec le P.C. », en qui Bernard ne reconnaît pas « l’avant-garde dirigeante ». La conférence régionale du parti communiste condamne les deux leaders de la Fédération unitaire pour « leurs conceptions centristes (... J, les plus dangereuses pour le Parti ». Un autre article, venant près de deux mois après le premier, accuse en filigrane Bernard d’avoir eu en 1929, un double visage, « au syndicat et à la C.G T. U. ».

89L’assemblée générale du syndicat (21 novembre 1929) qui fait suite aux exclusions, semble s’être déroulée de façon confuse. Sur les 60 présents, la moitié ont quitté la salle avant le vote. Une autre « A.G. » réunie le 5 décembre, élit un nouveau bureau (par 13 voix contre 10). Simond devient Secrétaire Général, assisté de Florimond Gisclon, Roux, Anselme, Bernard, Matagrin, Marthe Balanche. Parmi les membres de la direction, on remarque Odin, Jeanne Balanche, Laplace... Les partisans de la majorité confédérale ont refusé de siéger au nouveau Conseil Syndical. Moulin, Méty, Antonin Ballandras, Joly s’en expliquent dans un tract.

90Le Rhône (avec six autres sections départementales qui avaient jusque-là voté le rapport confédéral de la C.G.T.U.) se replace dans le giron fédéral. Cependant, les effectifs stagnent. Nationalement, la Fédération compte 4831 adhérents en 1928 ; 4903 en août 1930. Le Syndicat Unitaire du Rhône avoue 168 adhérents.

L’Opposition Unitaire

91Dès la fin de 1929, les liaisons des exclus avec les organisations trotskytes deviennent patentes. Aulas est en relations suivies avec Gourget, militant des métaux, animateur du journal trotskyste « la Vérité », ainsi qu’avec Naville et son journal « La lutte de classes – organe de l’opposition communiste ». Il diffuse « La Vérité » sous le manteau, échange des adresses de militants et de sympathisants à utiliser au mieux. Mais, dit-il, « je crois qu’il est préférable pour l’instant –raisons fédérales– que je ne réponde pas dans « La Vérité » (à un article de Fulconis, (anarchiste –R.M.) et que je n’apparaisse pas comme un collaborateur même occasionnel ».

92Le 3 mars 1930, Rosmer, un des fondateurs de la IVe Internationale, écrivait à Dommanget pour centraliser et organiser la lutte anti-communiste à la C.G.T.U. Une entrevue entre les deux hommes eut lieu le 9 mars, dans le village de l’Oise où exerçait Dommanget. Le 20 avril, naissait officiellement « l’Opposition Unitaire » au sein de la C.G.T.U.. Le bureau provisoire était limité à Dommanget et à deux membres de la Ligue Communiste (trotskyste) : Chabanon (produits chimiques) et Gourget. L’Opposition Unitaire recrutait dans les syndicats, parmi les secrétaires et anciens responsables opposés au P.C. et non membres de la Ligue Syndicaliste (anarcho-syndicaliste). Pour ces derniers, Thomas, dans « l’Action Syndicaliste » de juillet 1930, fustige les initiateurs de l’Opposition Unitaire, « qui se sont rangés sous la bannière trotskyste, ce que nous connaissions déjà depuis plusieurs mois, en dépit de toutes leurs habiletés ». Thomas considère que la direction trotskyste du mouvement ne serait pas meilleure que la « direction stalinienne ».

93Les espoirs placés dans l’entreprise ne seront pas justifiés. La C.G.T.U. n’est pas ébranlée. La Fédération Unitaire de l’enseignement va demeurer la pièce maîtresse de l’Opposition Unitaire, autour de laquelle se rangent des individualités venues des syndicats ouvriers, pour la plupart assez isolées dans la Confédération.

94Trotski lui-même ne s’y trompe pas. Dès la fin de 1930, il écrit : « la principale force de l’opposition unitaire est la Fédération unitaire de l’enseignement. (...) Parmi les membres de l’enseignement, nous trouverons sans doute beaucoup d’amis. Toutefois, la Fédération dans son entier n’est pas une fédération prolétarienne. Par sa composition sociale, la Fédération de l’enseignement peut fournir de très bons agitateurs, des journalistes, des personnalités. Mais elle ne peut devenir la base d'un mouvement syndical Tous ses documents témoignent de l’insuffisante clarté de sa pensée politique. Son congrès de Marseille a démontré que les membres de l’enseignement oscillent dans un triangle compris entre le cours officiel, l’opposition de droite et l’opposition de gauche ».

  • 3 « Bulletin de la Majorité de la Fédération Unitaire » (Opposition unitaire) ; « Le Travailleur de (...)

95Pour répliquer à la fondation de l’Opposition Unitaire, les communistes « bon teint » de l’enseignement créent la « Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire », dont le sigle, M.O.R., est vite tourné en dérision par ses adversaires. Avec la « Ligue Syndicaliste », trois groupes quasiment autonomes coexistent désormais au sein de la Fédération, chacun ayant son organe de presse,3 ses réunions séparées, sa discipline interne, son opposition aux autres groupes, plus bienveillante entre l’Opposition Unitaire et la Ligue Syndicaliste, sans pitié entre ces deux fractions et la Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire. Le Congrès de Marseille (août 1930) fut une violente illustration de cette situation. Dans un brouhaha indescriptible et une atmosphère irrespirable, on vit la majorité fédérale et les anarcho-syndicalistes bloquer leurs votes dans les moments décisifs (entre 126 et 135 voix) pour faire échec aux militants qui étaient d’accord avec la C.G.T.U., et qui obtinrent entre 68 et 70 voix.

  • * a) A partir de 1930, « l’Opposition Unitaire » est la tendance constituée par la majorité fédérale (...)

LES TENDANCES AU SEIN DE LA FEDERATION UNITAIRE DE L’ENSEIGNEMENT APRES 1929 (d’après les votes de Congrès)*

1929 (Besançon) :

Mandats

 % :

Majorité Fédérale :

135

66,5

Partisans de l’Internationale

29

14, 28

Ligue Syndicaliste

37

18, 22

1930 (Marseille) :

Opposition Unitaire :

110

50,22

Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire 

67

30, 59

Ligue Syndicaliste :

42

19,17

1931 (Limoges) :

Opposition Unitaire :

271

55, 19

M.O.R. :

141

28,71

Ligue Syndicaliste :

79

16, 08

1932 (Bordeaux) :

Opposition Unitaire :

218

51, 17

M.O.R. :

158

37, 08

Ligue Syndicaliste :

39

9, 15

Abstentions :

11

1933 (Reims) :

Opposition Unitaire :

224

51, 85

M.O.R. :

170

39, 35

Ligue Syndicaliste :

28

6, 48

Abstentions et divers :

10

Sur l’unité syndicale (1)

Opposition Unitaire :

194

44,90

M.O.R. :

174

40, 27

Ligue Syndicaliste :

19

4, 39

Rollo :

31

7, 17

Abstentions :

14

1934 (Montpellier) :

Mandats

 %

Opposition unitaire :

236

54, 12

M.O.R. :

163

37, 38

Ligue syndicaliste :

22

5, 04

Abstentions :

15

Août 1935 (Angers) : (2)

Opposition Unitaire :

196

54,90

M.O.R. :

161

42,29

Abstentions :

10

Décembre 1935 (Paris) : Congrès de fusion
1) Rollo est partisan de l’entrée immédiate au Syndicat National (C.G.T.), sous conditions. Son influence s’établit, non seulement au détriment de la Ligue Syndicaliste, mais aussi de l’Opposition Unitaire.
2) Les effectifs ont fondu. Tous les partisans de la Ligue Syndicaliste sont passés directement au Syndicat National, sans attendre la fusion des syndicats C.G.T. et C.G.T.U.

96La démocratie interne n’est plus qu’un mythe. Dommanget rédige en octobre 1929 la « première plate-forme fédérale » qui jette par-dessus bord les ambiguïtés du congrès de Besançon. Le texte est soumis ensuite à Bouet, Aulas et Bazot, après quoi on invite les militants « sûrs » des sections départementales à le signer. François Bernard est un de ceux-là. De la même façon, la « seconde plate-forme fédérale », dont la rédaction par Dommanget suit de près son entrevue avec Rosmer, est présentée à Aulas, Bouet et Rollo avant d’être lancée dans le circuit. Un « centre » réduit à quelques unités, fraction de la direction nationale, procède par échanges de lettres continuels afin d’aboutir à un point de vue commun, pour l’imposer aux organismes syndicaux statutairement élus. Cette pratique « de groupe » continue d’être la règle avec les directions fédérales suivantes.

97La seconde « plate-forme fédérale », véritable manifeste condamnant l’action de la C.G.T.U. et son contrôle par un « parti irresponsable » soulève quelques espoirs dans un certain nombre de groupes anarcho-syndicalistes, libertaires et communistes dissidents, voire socialistes. Mais la création de l’Opposition Unitaire cristallise une crise au sein du parti trotskyste. Alors qu’un groupe dirigé par Rosmer et Gourget « espérait en chaperonnant la Fédération de l’Enseignement, trouver la base qui lui manquait », Franck et Molinier, soutenus par Trotski, auraient préféré moins investir dans le mouvement syndical. Une scission devait s’ensuivre.

98Lyon fait partie de ce qu’Aulas appelle « les assises solides » de l’Opposition Unitaire ». Simond et Bernard sont qualifiés « d’éléments solides », Simond est chargé d’organiser à Lyon une réunion intercorporative « pour élaborer la déclaration de l’Opposition Unitaire de la Région et établir son organisation ». Pourtant la souscription de soutien à l’Opposition Unitaire lancée parmi les enseignants du Rhône ne recueille que deux versements (sur 47 au plan national), soit 35 francs (total national : 975 francs). Simond et Bernard ont été les seuls à souscrire. Revol, abonné à « La Vérité » et Bouchard, ex-secrétaire régional des Jeunesses Communistes, diffusent dans le département deux cent dix exemplaires du journal de la tendance. Il est difficile de dire qu’il s’agit d’une adhésion massive.

99La Fédération Unitaire vivote jusqu’en 1932, date à laquelle elle perd deux de ses syndicats départementaux, l’Indre et le Finistère dont la majorité des membres passent au Syndicat National avec Jean Cornec. Cette tentation n’épargne ni les Côtes-du-Nord ni la Charente, qui en sont toutefois moins affectées. En 1934, ce sera le Morbihan qui, avec Rollo, suivra la même voie, entraînant dans son sillage plusieurs autres départements.

Le « péril communiste »

100De son côté, la presse conservatrice dénonce de péril communiste » dans les écoles. Un instituteur, Jules Laurent, s’en prend dans « Le Figaro » à la propagande communiste dans les Ecoles Normales. L’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement s’est prononcée en 1928 contre la préparation militaire supérieure des normaliens. En un an, la proportion de candidats officiers de réserve dans les E.N. passe de 57, 50 % à 49, 52 %. Les lecteurs du « Figaro » doivent frémir d’horreur en lisant cette citation de Jean Aulas : « Si on fabrique, à l’E.N. de beaux galonnés, ce n’est pas seulement pour les dorer sur tranche, c’est avant tout pour en faire les conducteurs de cette chair à canon, dont nous avons vu revenir –quand elle revenait– tant de charretées sanguinolantes ». Le rédacteur conclut : « Et demain, ces élèves-maîtres seront chargés de faire l’éducation de la jeunesse française. Alerte ! ».

  • 4 « Le Figaro », 5 mars 1930, 22 juillet 1930, 9 octobre 1928. Les chiffres cités sont manifestement (...)

101Dans le cadre de leur lutte contre la direction d’école, un certain nombre d’instituteurs refusent de subir l’inspection primaire en présence de leur directeur. Dans le Rhône, Laplace est déplacé d’office pour ce motif. « Le Figaro » s’indigne à nouveau : « Dix déplacements ! Et la Fédération affirme qu’elle compte 15 000 membres4. Mais ne seraient-ils qu’une poignée, c’est encore trop. Qu’on chasse de l’école tous les maîtres communistes ».

102« Le Nouvelliste » de Lyon voit dans ce refus de subir l’inspection en présence du directeur ou de la directrice d’école une preuve de ce que les écoles laïques sont devenues des « pépinières d’anarchie ». L’auteur anonyme, qui ne semble pas avoir une idée très claire des appartenances confédérales respectives des deux syndicats d’enseignants, les met dans le même sac : « Les instituteurs français socialistes francs-maçons du syndicat (national) n’ont rien de plus pressé, en effet, que de suivre sur ce terrain les instituteurs cégétistes de la Fédération».

103« (...) La forme est quelque peu différente, ici plus détournée, plus hypocrite, là plus violente et plus franche ; le fond est le même : c'est l’insubordination, c’est le défi aux pouvoirs publics ».

104Par ailleurs, les deux syndicats sont partisans d’abroger « les derniers vestiges de la Loi Falloux » : « la franc-maçonnerie prétend condamner à mort l’école libre. Et voilà ce qu’elle fait de l’école laïque : une école où l’on sème la graine d’anarchie ».

105C’est là l’écho d’une campagne bien orchestrée qui ne s’embarrasse pas des nuances. Syndicaliste, socialiste, communiste, anarchiste, laïque, c’est tout un, ou du moins la même famille. C’est l’avis du « Figaro » : « Pour travailler à leur mauvaise besogne, les instituteurs communistes sont secondés par le syndicat dit national, par la Fédération des Fonctionnaires, par la C.G.T. et par toutes les ligues, tous les groupements qui pactisent avec la Révolution ». On est toujours « le communiste » de quelqu’un ! Le journal vitupère « les éducateurs français, soldats de l’armée rouge ». Pour lui, « le gouvernement français ne devrait pas tolérer la présence, à Paris, de ce ver qui ronge (...) toute notre civilisation ». Le ver du bolchevisme, bien évidemment.

106C’est aussi l’opinion du « Temps », du « Journal des Débats », du sénateur Calmel qui s’écrie au palais de Luxembourg : « Il ne doit pas y avoir d’instituteurs communistes, parce que ce sont des doctrines qui hurlent avec la mission sacrée que nous avons donnée à l’instituteur quand nous avons créé l’école primaire ».

107« L’union Catholique » de Rodez pose « très nettement » un cas concret concernant le Rhône : « Est-il admissible que des éducateurs comme les époux Méty soient maintenus dans une école que fréquentent les petits Français et les petites Françaises, alors que d’autres instituteurs et institutrices, modèles de dévouement et de patriotisme, munis de tous les diplômes requis, se voient interdire tout enseignement, uniquement parce que, usant de leur liberté, ils se sont faits religieux ou religieuses ? ».

108Autrement dit : chassez les instituteurs communistes et rappelez les congrégations enseignantes !

109En fait, ce ne sont pas seulement tels ou tels instituteurs, c’est l’école laïque dans sa conception même qui doit être rejetée comme intrinsèquement mauvaise, estime « le Nouvelliste », qui dénonce de monopole de l’enseignement ». Herriot a promis d’établir « l’école unique » par étapes successives. Or celle-ci « ne peut-être qu’un désastre pour la formation de l’intelligence française et la culture générale » et « elle se réalise peu à peu », par d’assimilation de l’enseignement féminin et de l’enseignement masculin », par « l’unification des programmes des classes élémentaires de l’enseignement secondaire et de ceux des écoles primaires ; on a même commencé à unifier, pour ces classes et ces écoles, le personnel enseignant ». Que des bambins de sept à dix ans, enfants de la bourgeoisie lyonnaise, doivent subir, au lycée du Parc, le même enseignement que ceux de la plèbe-et de plus par les soins de simples instituteurs publics, c’est l’abomination !

110Plus grave encore si possible : l’Etat s’apprêterait à généraliser la gratuité de l’externat dans les établissement secondaires– ce qui coûterait cher (2786500 francs). C’est la porte ouverte à l’invasion des hordes issues du primaire !

111« Voilà comment chemine l’école unique, avec la connivence du Parlement, à l’insu du pays. Le mélange des sexes, l’unification des programmes secondaires et primaires, la gratuité d’externat Un beau jour, la France se réveillera avec l’école unique toute faite et partout. Mauvais réveil ! ».

112Conséquence désastreuse : la gratuité viderait presque entièrement « l’enseignement secondaire libre ». Ce serait le monopole de fait, qui le « tuerait et tuerait en même temps l’intelligence française ».

113Ces arguments sont repris par le congrès des associations de parents d’élèves du second degré public, qui ne veulent à aucun prix la gratuité des études (tout au plus consentent-elles à l’octroi de bourses et de subventions d’entretien aux « plus méritants » en cas de « demande justifiée »). La « Fédération des Femmes», les associations diocésaines et de parents de l’enseignement catholique, etc., s’alignent sur cette position.

114« L’intelligence française » lance alors le cri d’alarme et de ralliement : « La coéducation (...) prend des proportions effrayantes dans les écoles publiques». Qu’y faire ?

115... « Le mal étant ce qu’il est, on ne peut considérer comme un sérieux remède l’entrée du Prêtre à l’école laïque pour y donner des cours de religion, comme un professeur d’une matière spéciale facultative et ne comptant pas dans les programmes, ni dans les examens officiels », le seul « remède » est « l’école catholique ».

116Ainsi, tout se tient pour le grand quotidien de la droite lyonnaise. L’école laïque conduit à l’immoralité et, par la suppression des barrières sociales « naturelles », elle mène tout droit au communisme. Cet intégrisme – non spécifiquement lyonnais – est en même temps une arme contre tous ceux qui ne se plient pas au moule réactionnaire, tous ceux qui se réclament du progrès social, des idées de justice et d’égalité devant le savoir. Pour la réaction, tous sont des « communistes ».

« L’affaire Doron »

117Ces incitations s’inséraient dans une dure campagne anti-communiste lancée en 1927 par le ministre radical de l’intérieur Albert Sarraut, l’auteur de la phrase retentissante : « Le Communisme, voilà l’ennemi ! ».

118Certes, le pouvoir n’avait pas attendu l’impulsion de Sarraut pour exercer sa répression, dont maints instituteurs et institutrices révolutionnaires avaient été victimes. Fin décembre 1927, Henriette Alquier, militante de la Fédération Unitaire de l’Enseignement, avait été poursuivie pour propagande anti-conceptionnelle, à la suite d’un article paru dans « l’Ecole Emancipée ». Elle comparut donc devant le tribunal correctionnel de Saumur en compagnie de Marie Guillot, gérante de la publication. Leur acquittement fut considéré comme une grande victoire de la Fédération. Il venait après une campagne nationale de meetings associant les syndicats unitaires et le parti communiste. Π y en avait eu à Villeurbanne avec F. Bernard, à Givors, à Cours avec Simond.

119Dans ce contexte, la radiation de l’instituteur Pierre Doron allait prendre le caractère d’un véritable test national. Du cadre de la Loire, Doron avait pris un congé de convenances personnelles pour militer au sein du P.C. dont il était secrétaire régional à Lyon et membre du Comité Central. Au cours de la manifestation du 1er août à Saint-Fons, il est arrêté pour « outrages à agents ». Il fait partie des onze militants rhodaniens traduits en justice dont six pour « complot ». L’accusation de « complot » n’est pas retenue par le tribunal, la culpabilité des militants étant « insuffisamment établie », mais celle, mineure, « d’outrages à agents » vaut à Doron une condamnation (avec sursis) à vingt jours de prison. Il n’en faut pas plus à l’Inspecteur d’Académie de la Loire pour le traduire devant le Conseil Départemental réuni en Conseil de discipline et pour demander sa révocation.

120Pierre Doron répond au président du conseil de discipline : « C’est en prenant la parole pour entraîner les travailleurs à suivre les mots d’ordre de mon parti que j’ai été arrêté (...). C’est uniquement parce que communiste que j’ai été condamné à vingt jours de prison « pour outrages à agents » (...) Le gouvernement veut chasser des cadres de l’enseignement les instituteurs communistes (...). Cela dit, je revendique en tant que fonctionnaire la liberté d’opinion la plus complète (...). Un instituteur et un fonctionnaire ne sauraient être des citoyens diminués ».

121Par sept voix contre quatre (les seuls représentants de l’administration), le Conseil de Discipline repousse la demande de révocation. Le recteur ne tient aucun compte de cet avis ; Doron est révoqué. Les prérogatives du Conseil Départemental sont bafouées ; La « collaboration » apparaît comme un leurre.

122Devant ce coup de force, la Fédération Unitaire réagit vivement. Elle diffuse cent mille tracts de protestation. Dans les rares départements où elle a des conseillers départementaux, ses élus démissionnent. Les quatre conseillers généraux de la Loire, membres du Conseil Départemental, protestent vigoureusement. Le Syndicat National est d’abord plus réservé. Certes, il y a les principes, mais Doron est communiste... Dans la Loire, ses Conseillers Départementaux ont donné leur démission, mais au Bureau National Glay, Boulanger et Levasseur pensent qu’une démission des C.D. dans toute la France serait « un geste inutile ». Roussel rétorque : « Il est des gestes nécessaires ». Il est suivi par Vivès, Lapierre, Melle Cornier. Finalement, après avoir pris l’avis des sections départementales, la démission collective de tous les conseillers départementaux est décidée. Ils seront largement réélus.

123Dans le Rhône et dans quelques autres départements, le Syndicat Unitaire oppose à la liste du Syndicat National, composée des élus démissionnaires, une liste sur laquelle figure Doron. L’initiative est condamnée par la Fédération Unitaire, au cours de son Conseil Fédéral de Pâques (18 avril 1930). Mais le Rhône passe outre et présente la liste prévue. Le Syndicat Unitaire perd à ces élections plus de 45 % de ses voix chez les instituteurs et de 60 % chez les institutrices du département. L’appui aux sortants a été massif.

Un climat malsain

124Ces péripéties arrivent à masquer quelque peu la question essentielle : la montée des mesures répressives dans l’enseignement. Il en est ainsi pour « l’affaire d'Orliénas ». Le déplacement d’office –manu militari– des époux Méty suscite d’âpres discussions dans le département. Ici l’affaire politique se double de désaccords au plan pédagogique : le cinéma à l’école et plus généralement les méthodes d’éducation nouvelle, n’ont pas bonne presse dans la section du Rhône du Syndicat National. Les relations inter-syndicales, déjà mauvaises, s’aggravent encore à cette occasion. Un numéro spécial du «Syndicat» titre :

125« Sous le parapluie du S.N. !

126Nos deux camarades Méty déplacés d’office par les confédérés, par les « élus du Personnel », par Fontaine en un mot ! »

127« Jamais –commente-t-il– nous n’avions vu s’étaler de façon aussi cynique la lâcheté, la trahison des confédérés ».

128Ce qui attire une vive réponse. L’éditorial du « Bulletin Corporatif » accuse le Syndicat Unitaire d’avoir « voulu faire de cette lamentable affaire un tremplin de lutte contre nous (le S.N.)

129« Transformer l’auteur du scandale d’Orliénas en une victime de l’idée laïque, prendre prétexte de cet esclandre pour déverser sur nous l’injure et le mensonge : c’est ahurissant ! Et c’est trop ».

130Au meeting de soutien, d’ailleurs massif, organisé par le Syndicat Unitaire, le S.N. riposte par une réunion « entre nous », pour faire connaître au personnel « ces malpropres histoires ».

131De toute évidence, le climat est malsain. Les conflits sont nombreux et variés : entre municipalités et enseignants –comme à Francheville et à Dardilly ; entre directeurs et adjoints– comme à Pierre-Bénite et à Villefranche ; entre parents et enseignants, comme à Alix ; entre enseignants d’une même école... Les organes syndicaux citent durant cette période, des « affaires » à Grandris, Saint-Germain-de-Popey, Valsonne, Lavastre, Thizy, Lentilly, Brindas, Oingt, Echalas, Taponas, Blaceret, Cublize, Givors, etc.

132Quelles sont les origines de ce que les syndicats appellent des « affaires » ? Un certain nombre d’entre elles portent sur les géminations de classes, jugées « immorales » par les cléricaux ; beaucoup sur le logement et le jardin d’école refusés aux maîtres mal-pensants. Le maire de Ternand va plus loin : les opinions politiques d’un jeune instituteur lui déplaisant, il refuse de « l’installer » dans sa classe, formalité administrative indispensable à l’activité pédagogique du maître. Les maires du canton protestent unanimement. A Cours, il faut que les instituteurs fassent la grève des études surveillées pendant six mois pour que le maire accepte des tarifs raisonnables.

133A Saint-Germain-au-Mont d’Or, c’est un « groupe de mères de famille » qui signale un instituteur à la police. La Sûreté générale envoie la lettre au préfet avec demande d’enquête. Les pièces retrouvées ne permettent pas de savoir ce qui lui est reproché.

134L’arbitraire administratif continue d’être déploré par les syndicats, même sous les ministères « de gauche » d’après le printemps 1932. En octobre 1932, rappelant que huit institutrices et un instituteur ont été retardés d’au moins un an et sans aucun motif avoué, dans leur accession à la première classe, Lavenir proclame : « A bas toutes les promotions au choix, promotions de classe ou promotions de première classe ! » Blain et Fontaine proposent à l’Assemblée Générale du Syndicat National le retrait des délégués du personnel lorsque le Conseil Départemental débattra de ces problèmes. Malgré l’opposition de Marie-Louise Cavalier, cette position est adoptée. Au début de l’année 1933, Jacquet demande par lettre des informations à l’Inspection Académique. Celle-ci juge « offensants » les termes de la lettre, que le Syndicat Unitaire, dont il est membre, et le Syndicat National considèrent comme correcte. Malgré un conflit de compétences entre les deux syndicats, l’affaire est réglée favorablement. D est vrai que la traduction du « délinquant » en conseil de discipline devait avoir lieu... deux jours avant son départ à la retraite !

135Le déplacement d’un normalien de Lyon à Montbrison pour raisons disciplinaires donne lieu à protestations de la Fédération de l’Enseignement (C.G.T.U.) et des Fonctionnaires Unitaires. Elle ne semble pas déclencher un important mouvement de solidarité.

  • 5 « Le Syndicat », août 1929. L’« avertissement très sévère » du ministre est ainsi rédigé : « ... i (...)

136Dans l’éclosion de ces conflits, il est difficile de déterminer la part qui revient au climat politique général, aux passions locales, aux incompatibilités personnelles, aux ambitions de tel ou tel notable. Peu d’entre ces « affaires » ont la clarté de la menace de sanction assortie d’une enquête visant le secrétaire du Syndicat Unitaire Simond, qui s’est permis de transmettre au Président du Conseil un ordre du jour hostile au retour des congrégations missionnaires, qualifiant ce fait de « régression sociale » et « d’abandon par le gouvernement des lois laïques »5.

137La polémique est quasi-permanente autour des époux Moulin, qui jouent un rôle important au Syndicat Unitaire. Impulsifs, souvent excessifs dans l’expression de revendications généralement fondées, ils attirent sur eux la colère –voire la haine– de l’administration, de certains syndicalistes et même de la direction fédérale unitaire. Les relations privilégiées du Syndicat National avec le maire de Lyon sont dénoncées en permanence par le Syndicat Unitaire, en particulier lorsque le S.N. répartit à peu près à son gré les logements de fonction de la ville. Un conflit plus grave éclate lorsque la municipalité lyonnaise décide de fixer à trente minutes le service de pré-rentrée (non rétribué) des instituteurs, jusque là d’une durée indéterminée (« un peu avant l'heure »). Avec le Syndicat Unitaire, les Moulin protestent et, soutenus par le groupement des adjoints (auquel appartiennent des syndiqués aux deux syndicats), ils refusent le service qu’ils considèrent comme non obligatoire. Herriot retire alors aux Moulin certains suppléments d’indemnités communales. Le Syndicat Unitaire mène évidemment campagne contre « ce scandale ». Mais au Syndicat National, les réactions sont unanimement hostiles à l’initiative des Moulin. Fontaine « regrette, réprouve » leur attitude. Vialtel considère que « le maire a été provoqué, il a été obligé de répondre ». Le Conseil Syndical du S.N. con damne énergiquement « l’action dissolvante de groupements particuliers ». Quant à lui, il poursuivra l’étude des services péri et extra-scolaires. Π demande au personnel de s’en tenir aux accords conclus avec la municipalité et il se désolidarise complètement des époux Moulin. Il appelle néanmoins le Conseil Municipal de Lyon à reconsidérer la question des indemnités.

138Quelques temps après (avril 1930), Isabelle Moulin, maîtresse d’application depuis 1916, se voit exclue de cette fonction sans raison valable. En 1936 encore, le Conseil Consultatif refusera de lui redonner ce poste –mais alors les délégués du personnel (membres du Syndicat National des Instituteurs réunifié) protesteront avec énergie.

139Dans le conflit Moulin-municipalité de Lyon, la section du Rhône du Syndicat National s’est montrée très compréhensive à l’égard d’Herriot. La direction nationale sera conduite à prendre quelque distance avec le ministre de l’Instruction Publique : « C’est une fierté pour Herriot de dire : « j’ai une cinquantaine de déplacements d’office, mais je n’en retiendrai que cinq ». L’article de l’Ecole Libératrice relatant ces paroles est intitulé : « Vers une crise d’autoritarisme ».

Pour une véritable péréquation des traitements

140Sur le plan corporatif, le Syndicat National se préoccupe du retour à une péréquation véritable, rompue au profit des commis des P.T.T. et des Contributions Directes. Tout est subordonné à cet objectif. Au Conseil Syndical du Rhône, Péron fait capoter un projet Chabert tendant à une réduction du nombre de classes de traitement – de peur que l’affirmation « d’une partie seulement de nos revendications n’aboutisse qu’à désarmer la Commission Permanente qui a un but très précis : la péréquation ».

  • 6 La Fédération Générale de l’Enseignement voit le jour le 22 mars 1928. La coordination de ses acti (...)

141L’affaire traîne en effet depuis le Congrès de Paris (août 1927). L’ordre du jour du Congrès portait sur la nationalisation de l’enseignement, la constitution de la Fédération Générale de l’Enseignement6, les relations internationales – mais surtout sur la question des traitements, point numéro 1 du rapport de Glay. Cette question, déclare un délégué, « domine toutes les autres ». Glay « essaie pourtant d’intéresser les congressistes à l’acte de solidarité tenté avec la C.G.T. par le Syndicat National pour essaya d’enrayer la hausse des prix ou, par exemple, pour lutter contre la reprise du monopole des allumettes par une société privée ». Mais, poursuit le compte-rendu, après une belle envolée de Glay, « quelques voix s’élèvent et interrogent : « et les traitements ? » Oui, les traitements, voilà la question « brûlante »... Les instituteurs sont fort mécontent ». Ils le manifestent en demandant à Laurent, secrétaire général de la Fédération des Fonctionnaires, présent au Congrès, de justifier son inaction. « Mais vous êtes trop nombreux, explique M. Laurent. C’est votre nombre qui vous gêne. Chaque fois qu’on vous octroie 500 francs d’augmentation, cela coûte au budget près de 80 millions ». Cette explication n’est guère goûtée par la salle. Des cris, des protestations s’élèvent ». La rupture du Syndicat National avec la Fédération des Fonctionnaires est demandée par certains délégués. Glay doit déployer toute son habileté pour éviter la scission en faisant ressortir les avantages de la future Fédération de l’Enseignement, dont la création n’impliquera pas, toutefois, la rupture avec la Fédération des Fonctionnaires.

142Une grève est préconisée par une partie du congrès. « Le Président du Syndicat National, M. Roussel, se lève alors et rappelle avec calme aux instituteurs qu’en entrant à la C.G.T., ceux-ci avaient même spécifié que ce n’était pas dans le but de faire grève ».

143Un seul recours pour calmer l’effervescence : s’adresser directement à Herriot. A une délégation du congrès immédiatement reçue, celui-ci répond : « Vous êtes injustes ». Je ne vous abandonne pas, mais « dans la situation politique et financière actuelle, l’avis et les décisions d’un ministre de l’Instruction Publique comptent moins que les décisions d’un Inspecteur des Finances ». De plus, ajoute-t-il, vous êtes maladroits. « Vos manifestations, vos réunions, elles vous nuiront vis-à-vis de vos chefs et vis-à-vis des parlementaires qui n’accepteront pas, je vous en préviens, votre mise en demeure ».

144C’est la douche froide. Le compte-rendu de l’audience est « accueilli par le Congrès dans le plus profond silence. Personne n’a critiqué cette réponse, mais tous les délégués ont jugé que, dans ces conditions, une étape était franchie » (...) et « qu’il était nécessaire d’entrer aussitôt dans l’action directe » : la décision est prise de pratiquer « l’abstention » aux jurys d’examens.

145Après quoi, le Congrès repousse à une forte majorité les propositions de la Fédération Unitaire tendant à créer un « Front unique de l’Enseignement ». Le Journal « Le Matin » exulte : « Les Moscoutaires ont été, sur ce point, une fois de plus battus ».

146Cela se comprend : les enseignants cégétistes ont beau être déçus, ils ne renoncent pas pour autant à leur méthode privilégiée « d’action » : les audiences ministérielles et les entretiens dans les couloirs de la Chambre des Députés. E. Glay s’en explique dans un article intitulé : « Dans les couloirs du Parlement ». « Aujourd’hui, se réjouit-il, grâce à la présidence de la Chambre et plus particulièrement de M. Cain, chef de cabinet, nous avons l’autorisation permanente d’entrée dans les couloirs intérieurs au titre de représentants d’une grande organisation syndicale et l’avantage, pour nous, en est très appréciable ». L’argumentation tient en deux points : on y récolte des renseignements et on y rencontre « des parlementaires amis prêts à intervenir pour nous ». Les « parlementaires amis » n’apprécieraient certainement pas le Front Unique Syndical.

Déception

147Dans le Rhône, le Conseil Syndical prévoyait une action auprès du Conseil Général, un meeting à Lyon et trois « assemblées générales » de l’ensemble du personnel, à Lyon, Villefranche et Saint-Genis-Laval. Mais pendant l’été 1927, les contacts de la Fédération des Fonctionnaires avec le secrétaire d’Etat au Budget et –selon le Syndicat National– « l’attitude énergique de M. Herriot » aboutissent à ce qui est annoncé comme une « péréquation définitive ». Les actions prévues sont donc annulées. « Cependant, commente l’organe syndical, nous n’avons pas complète satisfaction ». « La péréquation » obtenue défavorise les instituteurs sur plusieurs points, à commencer par les chiffres de base retenus pour leur catégorie.

148Devant ce tour de passe-passe, l’indignation est vive. Le Conseil Syndical du Rhône proteste, réclamant le rétablissement des parités et le relèvement des salaires de base. Fait d’autant plus significatif que les Lyonnais Péron et Marie-Louise Cavalier font partie de la direction nationale. D’après Pardon, « ce coup est dû à Chéron », ministre des Finances. Le Conseil Syndical menace d’organiser des manifestations ; il demande à nouveau aux instituteurs de se préparer à l’action.

149Effectivement, la section du Syndicat National entraîne l’Union Départementale C.G.T., la Fédération de l’Enseignement et le Groupement Départemental de l’Enseignement laïc à intervenir. Elle-même est reçue par Herriot. Elle écrit aux parlementaires, envoie des tracts aux sociétés laïques. « Le Progrès » rend compte de ses positions. Des Conseils Municipaux, à l’instigation d’instituteurs secrétaires de mairie, appuient par des ordres du jour la revendication syndicale. Au cours de réunions cantonales entre collègues, on met enfin en place cette forme nouvelle d’action : « l’abstention » aux jurys d’examen. (On n’emploie pas le mot : grève).

150La réaction du gouvernement est immédiate : le ministre dénie tout caractère facultatif à la participation des enseignants aux jurys. C’est une obligation de service. « Ceux qui se rendraient coupables » d’abstention s’exposeraient à des « sanctions disciplinaires graves ». Les Inspecteurs d’Académie sont invités à « communiquer immédiatement au ministre des noms de ces fonctionnaires ». L’Inspecteur d’Académie du Rhône transmet cette circulaire au personnel. Aussitôt, 1423 signatures sont recueillies par le S.N. sous un texte de protestation.

151Début juillet 1928, le Syndicat National s’incline pour la seconde fois. Après des tractations nationales au ministère, le Bulletin Corporatif lance la nouvelle : « Nous avons aujourd’hui l’assurance que les parités externes seront rétablies à partir du 1er juillet » – ce qui motive le retrait du mot d’ordre « d’abstention » aux examens. Il est certain que les enseignants ne sont pas encore prêts dans leur majorité à une telle forme d’action. Dans les écoles primaires, l’administration peut trouver suffisamment de volontaires pour que les examens ne soient pas perturbés. Quant aux professeurs syndiqués des écoles primaires supérieures (E.P.S.), un quart d’entre eux seulement –si l’on en croit un compte-rendu de réunion de la Fédération Générale de l’Enseignement du Rhône– participeraient à une grève pour l’avancement et les traitements.

152En fait, la question reste en l’état. Le Congrès de Toussaint 1930 du Syndicat National adopte enfin une décision « de principe » : refus de participer à toutes les commissions d’examen de l’enseignement primaire. La réaction négative vient cette fois de la Fédération Régionale des Professeurs de Lycée de l’Académie de Lyon. Son président J. Burrey publie dans « Le Progrès » un article faisant connaître les résultats d’un référendum effectué parmi ses mandants sur l’opportunité de se joindre à cette grève : 1844 pour la non-participation aux jurys, 1125 contre et 414 abstentions. Mais le Président ne s’incline pas devant la majorité, car « le public doit savoir que les professeurs de lycée ne trouvent pas le moment opportun, en pleine crise économique, de poursuivre par un mouvement qui ressemblerait à une grève, le redressement des torts qu’on leur a faits ». La grève des examens, enfin décidée dans les écoles primaires, va provoquer de graves remous au sein du Syndicat National.

153Les instituteurs, particulièrement défavorisés par le rythme de l’avancement en comparaison d’autres catégories de fonctionnaires, n’ont pas plus de succès dans ce domaine très précis. Le ministre Mario Roustan a reconnu que sur ce point « les instituteurs ont raison ». Mais la Chambre des Députés, à majorité réactionnaire, ne le suit pas. Le rapporteur Jossot « a pensé que l’automatisme était un mauvais système et qu’il fallait récompenser le mérite, l’initiative ». Pierre Laval, président du Conseil, estime que « la première classe devrai être attribuée au choix », exclusivement. D’ailleurs, l’Etat manque de ressources, ce qu’ignore sans doute le Sénat – puisqu’il refuse de taxer les opérations de Bourse.

Vers l’abandon du « traitement unique »

  • 7 Gilbert Serret, « Le Syndicalisme dans l’Enseignement », ouvrage collectif op. cit., t. 3, p. 144. (...)

154En matière de rémunérations, les positions de la Fédération Unitaire sont restées figées – bien qu’elle ressente le besoin de les faire évoluer. En août 1930, « pour les raisons que l’on sait, le Congrès de Marseille n’avait pu résoudre la question des traitements »7. La Fédération reste accrochée au « traitement unique », bien que beaucoup de ses membres soient conscients de l’impossibilité d’atteindre rapidement ce but. A défaut du congrès déficient, le Bureau fédéral a tracé en septembre 1930 des objectifs à moyen terme : suppression de la sixième classe (la plus basse), de l’avancement au choix, etc. et revalorisation intégrale des traitements sur une base reconnue valable par une commission officielle (Hébrard de Villeneuve). Les groupes de jeunes et la Minorité Oppositionnelle voient là un abandon du « traitement unique » et, dans l’atmosphère de l’époque, crient à la « trahison ». Eux-mêmes seront contraints, sur intervention du P.C., d’abandonner (un an plus tard) la revendication du « traitement unique ».

155Ni l’une ni l’autre de ces positions ne trouve un grand écho dans « le Syndicat», dont l’attention se polarise sur des questions annexes : indemnités de logement, répartition des logements de fonction à Lyon, postes déshérités (pour lesquels est établi un barême de durée en poste et d’indemnités). En février 1929, le syndicat organise à Lyon une Assemblée Générale de tout le personnel sur les problèmes du logement.

156Le Syndicat National –sous l’impulsion de Pic notamment– se préoccupe des « ruraux ». Une commission « ruraux » vit dans la section. Elle intervient auprès des conseillers généraux. Selon le « Bulletin Corporatif », « une impression favorable a paru se dégager »... « Par contre, beaucoup se refusent à considérer quelque poste que ce soit dans le Rhône comme déshérité au point de valoir une indemnité à son titulaire ».

157Bref, un coup pour rien.

158Autre point, presque toujours présent dans le bulletin unitaire et qui trouble parfois le Syndicat National : la lutte contre la direction d’école. Les maîtres qui ont appliqué la consigne fédérale unitaire (refus d’inspection en présence du directeur ou de la directrice, refus de recevoir les rapports d’inspection par l’intermédiaire de la direction d’école) se trouvent fort isolés. Dans le Rhône, Laplace, Anselme, puis Moulin, Verdier, Simond, Joly ont suivi le mot d’ordre. On connaît la sanction qui atteint alors Laplace.

159Elle fait peu de remous. Après le Congrès de Marseille, la Fédération, divisée, se replie sur une campagne de solidarité aux sanctionnés (une dizaine en France) et l’affirmation qu’il faut « discréditer aux yeux du personnel, la Direction d’école en me de sa suppression ». La Fédération ajoute :... « refusons de recevoir les rapports d’inspection des mains du directeur ou de la directrice ». L’organe syndical du Rhône rappelle que « la rubrique « Contre la direction » est ouverte en permanence » – rubrique assortie d’attaques personnelles contre certains membres du Syndicat National : Fontaine, Pardon entre autres.

160Beaucoup plus mesuré, Léger réaffirme dans le « Bulletin Corporatif » du Syndicat National son « attachement au Conseil des Maîtres souverain ».

La Fédération Unitaire et la pédagogie

161A l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, toute cette période est encore marquée par la grande discussion pédagogique qui a suivi la révolution russe : « éducation rationnelle et humaine » ou « éducation de classe ». Du 10 au 12 avril 1928, se tiennent à Leipzig des journées pédagogiques » de l’I.Τ.Ε., suivies par le Congrès mondial de l’organisation. Malgré les interdits, les refus de visas et de congés, les « journées » rassemblent quatre cents participants, parmi lesquels les Français Léon Vernochet, secrétaire général de l’Ι.Τ.Ε., et Georges Cogniot (qui va en devenir secrétaire), ainsi que de nombreux pédagogues allemands, membres du parti social-démocrate et non adhérents à l’Ι.Τ.Ε.

162Les thèmes développés-par des co-rapporteurs soviétiques, allemands, grecs, japonais, l’espagnol Llopis et le Français Célestin Freinet – sont les suivants : la situation matérielle et morale de l’enfant prolétarien ; le but de l’éducation ; l’organisation du système scolaire ; les programmes et les méthodes ; la discipline parmi les élèves.

163En Union Soviétique, les discussions pédagogiques, très ouvertes, avec la participation importante de Nadiejna Kroupskaia, s’arrêtent en 1933 avec la mise en place des nouvelles structures « définitives » de l’école soviétique. En France, l’étroitesse sectaire, les aspects critiquables de la brochure de Joseph Boyer pour le cinquantenaire de l’école laïque ou du manuel d’histoire édité par la Fédération Unitaire, ne peuvent masquer l’effort de réflexion entrepris. Un débat riche et varié se poursuit, notamment dans « l’Ecole Emancipée », avec les rubriques de Cazaubon (Hautes-Pyrénées), de Ballereau (de l’Indre), certaines discussions dans les Ecoles normales sur la sociologie de l’enfant, etc.

164Dans le Rhône, le Syndicat Unitaire semble plus occupé à guerroyer avec le Syndicat National, à mettre en avant des actions –parfois réussies– pour la défense d’enseignants sanctionnés, qu’à reprendre les débats pédagogiques des armées vingt. D’ailleurs, l’état réduit de ses forces ne lui permet guère de faire davantage. Les très rares études pédagogiques publiées par Syndicat » sont purement et simplement l’insertion dans l’organe départemental de brochures nationales (parmi lesquelles une remarquable étude sur le travail salarié des enfants d’âge scolaire).

Les liaisons internationales

165Un des points forts de la Fédération Unitaire a toujours été son action internationaliste. Celle-ci se trouve désormais freinée par les démêlés avec l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, qui s’aggravent encore avec l’orientation affirmée en 1928-1929 par la Fédération. Jusqu’en 1928 néanmoins, les liaisons subsistent, malgré les obstacles mis de l’extérieur à leur réalisation. Ainsi, à Pâques 1928, F. Bernard se voit refuser un passeport pour se rendre à Leipzig au congrès de l’Ι.Τ.Ε. La municipalité de Lyon refuse toute subvention à ce congrès. Mais la même année, Marie-Louise Cavalier et Pic obtiennent quatre jours de congé pour représenter le Syndicat National aux assises berlinoises de l’Internationale réformiste de l’Enseignement (créée à l’initiative de Georges Lapierre et du Syndicat National en 1926). Herriot leur accorde 25 000 francs.

166La représentation de la Fédération de l’Enseignement aux assises suivantes de l’I.Τ.E. (Comité Exécutif de Bruxelles, 10/11 août 1929 ; Congrès d’Anvers, 9 au 12 août 1930) est l’objet de contestations et de polémiques entre l’Internationale et sa branche française. A la veille du Congrès fédéral de Marseille et lors d’un meeting ouvrier organisé dans cette ville par les syndicats C.G.T.U., Georges Cogniot, représentant de l’Ι.Τ.Ε., dénonce l’opportunisme dans l’enseignement. Par ailleurs, l’Ι.Τ.Ε. a condamné l’attitude fédérale dans les conflits des normaliens. Autant de raisons qui permettent à Aulas de faire décider par le Congrès de Marseille la non-représentation fédérale au Congrès d’Anvers de l’Ι.Τ.Ε. Des militants français minoritaires, tels Georges Cogniot et Paul Delanoue, participent néanmoins à cette session.

167Bien que la direction française soit absente de ces assises, le nouveau secrétaire fédéral Gilbert Serret est élu à Anvers, membre du Comité Exécutif de l’Internationale révolutionnaire enseignante. La direction fédérale fait décider par le Conseil Fédéral de Noël 1930 que Serret refusera cette nomination. Les cotisations fédérales à l’Ι.Τ.Ε., jusque-là versées irrégulièrement, sont suspendues sine die. C’est la rupture définitive. En conséquence, les liaisons internationales de la Fédération sont interrompues.

168Pendant ce temps, sous l’impulsion de Georges Lapierre secondé par Marie-Louise Cavalier, le Syndicat National développe une intense activité internationale. L’Internationale de l’Enseignement, qui fonctionne en étroits contacts avec l’Internationale ouvrière d’Amsterdam, regroupe essentiellement les syndicats français, allemands et hollandais. Outre la volonté de faire pièce à l’Ι.Τ.Ε., on peut alors noter au sein du Syndicat National un réel besoin de rapprochement entre les peuples, né d’une aspiration pacifiste profonde. J. Musard intitule un de ses articles : « L’internationalisation des programmes (...) « ferait faire un grand pas au pacifisme ».

169Pour sa part, Alain proclame « la guerre hors la loi ». « On pourra dans un proche avenir décrire les guerres comme elles sont... Il n’y a pas de guerres justes », déclare le philosophe. Lorsqu’est signé le pacte Briand-Kellog, le bulletin souligne que les Alliés refusent d’évacuer la Rhénancie et de désarmer, Il met en évidence le fait que « 89 normaliens (lyonnais) s’élèvent contre la préparation militaire obligatoires ». La position nationale du syndicat sur la préparation militaire est nuancée ; s’il est d’accord avec le principe – la P.M.S. étant jugée nécessaire « dans l’organisation démocratique de la défense de la nation » –, il en conteste l’opportunité dans les écoles normales. Car des E.N. sont devenues de véritables établissements de préparation militaire » qui « consacrent en 2e et 3e années autant d’heures aux exercices militaires qu’aux mathématiques et aux sciences ».

170Le Syndicat National « s’élève contre cette surcharge abusive » et demande que « la préparation des futurs officiers soit faite exclusivement au régiment ». Ne faut-il pas voir dans cette prise de position un écho aux sentiments des normaliens qui adhèrent nombreux aux mots d’ordre antimilitaristes de la Fédération unitaire ?

171Le Syndicat Unitaire du Rhône, comme le Syndicat National, réclame l’interdiction des manuels scolaires bellicistes. Le S.N. envoie à ce sujet une circulaire aux secrétaires de mairie instituteurs. Mais sur un des ouvrages les plus utilisés (l’Histoire de France, cours moyen, de Lavisse, édition 1924), il y a contestation entre les deux syndicats. Les militants unitaires réclament sa radiation de la liste des ouvrages autorisés. Ceux du Syndicat National ne les suivent pas. Marie-Louise Cavalier défend leur position dans un article intitulé : « Pourquoi ne demandons-nous pas la radiation de l’histoire Lavisse ? » D’après elle, Lavisse est mort trop tôt pour réviser la rédaction de son livre, ce qu’il aurait fait, on n’en peut douter, car ses positions avaient évolué. D’ailleurs, c’est un livre d’une grande qualité pédagogique et ses détracteurs sont des « démagogues ».

172La volonté de compréhension entre les peuples et le rapprochement franco-allemand trouvent leur expression concrète dans les comptes-rendus de délégations donnés au Bulletin Corporatif par les dirigeants lyonnais du Syndicat National. Marie-Louise Cavalier admire les réalisations scolaires de la municipalité social-démocrate de Vienne. Pic relate la visite de Hambourg et les excellents contacts noués avec les collègues allemands. Par réciprocité, une institutrice allemande, Melle Muller, donne au Palais du Commerce de Lyon une conférence présidée par Marie-Louise Cavalier. Cet événement ne manque pas d’attirer l’attention de la police. L’exposé de Melle Muller constitue un appel à « la défense de la paix par l’éducation ».

173Lorsqu’en mai 1929, une chorale pragoise, « les chanteurs de Bakulé », donne à l’Opéra-Grand-Théâtre une série de trois concerts patronnés par E. Herriot, le Syndicat National des Instituteurs, les Eclaireurs de France et les Eclaireurs unionistes, Melle Balvet, dans un tiré à part de quatre pages sur très beau papier, en fait un compte-rendu enthousiaste inséré dans le bulletin syndical.

174En novembre 1930, c’est le « choeur des Institutrices de Prague » qui fait en France une tournée de concerts. Le concert, salle Rameau, obtient un grand succès. Le lendemain, la chorale est reçue, au cours d’une « fête intime », par le Syndicat National et l’Union Départementale C.G.T. Le double quatuor André Thiriet y donne la réplique aux institutrices tchèques. Marie-Louise Cavalier estime que ces journées constituent « non seulement une manifestation d’amitié à l’adresse d’une nation voisine, mais (...) une occasion nouvelle d’un acte de foi en la paix ».

175Pendant les grandes vacances 1931, a lieu à Villefranche-sur-Saône un échange d’écoliers français et allemands. Mais c’est en 1933 qu’un comité départemental pour les échanges inter-scolaires entre les deux pays se met en place, sous la présidence de Mme Giraudot, institutrice à Oullins.

176Toutes ces activités traduisent l’évolution du corps enseignant vers un pacifisme généreux et idéaliste –en même temps qu’un effort de coordination important aux plans national et départemental. Elles marquent profondément les institutrices et instituteurs rhodaniens – et elles auront des retombées certaines sur leurs prises de position dans les questions internationales tout au long des années trente.

Un débat sur les questions coloniales

177Il n’est jusqu’aux questions coloniales qui ne soient abordées dans le Syndicat National d’une façon nouvelle – non par un « virage » subit, mais par l’institution, en 1930-1931, d’un débat assez fourni dans les colonnes de « L’Ecole Libératrice ».

178« Au sujet de l’anniversaire de l’Algérie », un instituteur « d’origine indigène» dit de ses collègues venus de la métropole : « Ils ont bien mérité de l’Algérie... Ce n’est pas nous – ajoute-t-il - qui contesterons le bien-être matériel que les colons ont apporté à l’Algérie (...) Chefs et soldats ont vaincu. L’idée française a conquis les cerveaux et les cœurs »... grâce aux instituteurs.

179Ce thème est combattu par un article de Lucien Descaves repris de « L’Œuvre ». Sous le titre : « Conquérants », il rappelle les horreurs de la conquête et de la pacification. Sans doute ce retour aux sources touche-t-il des sensibilités à vif, car il est presque immédiatement suivi par un extrait du « Temps » (« Colonisation ») exaltant l’œuvre colonisatrice de la France.

180Les colonialistes de papa ont-ils le dernier mot ?

181Georges Lapierre reprend l’offensive « à l’occasion de l’exposition coloniale ». Il estime que « le devoir d’élever les peuples arriérés à un degré supérieur de civilisation est une justification a posteriori », ce qui ne va pas aussi loin que l’analyse unitaire (le concept et le terme « d’impérialisme » sont absents de l’article), mais ce qui met néanmoins l’accent sur l’inanité des prétextes invoqués pour conquérir des colonies et les assujettir. Lapierre constate que « les indigènes (...) acceptent ou subissent (la domination coloniale) avec une impatience d’autant plus marquée qu’ils sont plus éduqués » ; que « les Annamites, faisant le bilan de tout ce que nous leur apportons, trouvent le passif supérieur à l’actif (...) Aurons-nous le droit de nous maintenir chez eux lorsqu’ils nous signifieront qu’ils entendent user du « Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » ? (...) Pour nous, conclut-il le vrai visage de la France reste celui de la Révolution et des Droits de l’Homme. Elle se penche sur les peuples arriérés pour les élever en dignité et en savoir et les préparer à la liberté ».

182En 1931, cinq numéros consécutifs de l’heddomadaire national présentent un véritable dossier colonial, marqué notamment par un article de Luc Durtain évoquant de rôle généreux de la France au Cambodge », mais montrant que la « prospérité » apportée à l’Annam se solde par « une véritable traite des Jaunes ». L’auteur remarque qu’un dixième seulement des enfants annamites en âge d’être scolarisés le sont effectivement, que l’enseignement supérieur est interdit aux indigènes, qu’ils n’ont ni presse, ni libertés, ni droits politiques ; que les plus pauvres sont surchargés d’impôts ; que les récalcitrants pourrissent dans le bagne de Poulo-Condor...

183Par ailleurs, un instituteur algérien affirme qu’il « veille sur le bon élève (...) comme le bon cultivateur sur le bon grain ». Un instituteur français exerçant au Maroc déclare.· « Quelles que soient les doctrines de chacun à l'endroit du problème colonial, il est incontestable que le rôle de l’école est partout, au Maroc comme ailleurs, bienfaisant et libérateur ». L’œuvre de l’Institut Pasteur à Tunis est mise en évidence. Les instituteurs sont présentés comme des « conquérants pacifiques ».

184Le rapport moral préparatoire au congrès national de 1931, signale que ces « agents essentiels de la civilisation » – comme les instituteurs ont été appelés au cours du débat – sont soumis, autant et plus qu’en France, à l’arbitraire administratif.

185Si aucune conclusion n’intervient au cours de cet échange d’arguments, toujours indirect et exempt de polémique, il n’en reste pas moins qu’une analyse, nouvelle pour le Syndicat National, commence à être ouvertement développée – ce qui est délicat, compte-tenu du nombre d’enseignants syndiqués qui font carrière (avec le supplément colonial) dans les « départements et territoires d’Outre-Mer ». Leurs sections départementales sont souvent actives...

186Quelles sont les répercussions de ce débat dans les différents départements ? Dans le Rhône en tout cas, le sujet ne soulève aucune discussion ouverte, ni dans les assemblées statutaires, ni dans le Bulletin Corporatif. Mais au cours des années trente, la section du Syndicat National adressera aux peuples coloniaux aux prises avec la répression – notamment ceux d’Indochine – des messages de solidarité parallèles à ceux du Syndicat Unitaire.

187Néanmoins, de 1933 à 1939, cette répression elle-même servira de prétexte aux instituteurs du Rhône pour refuser à qui que ce soit le droit de condamner les exactions fascistes, l’antisémitisme et la politique agressive d’Hitler. L’Outre-Mer leur apparaîtra alors comme une monnaie d’échange possible avec l’Allemagne et l’Italie, afin d’émousser leurs appétits ouest-européens et les diriger vers d’autres cibles.

188Cela ne sera guère apprécié par les « instituteurs indigènes ». Au congrès national de Montrouge, en 1939, Delmas ayant appelé – si l’on en croit « La Révolution Prolétarienne », à « faire des concessions » aux régimes fascistes, Doukhan, délégué algérien, s’insurge contre ces paroles. Il conjure le Syndicat National et la C.G.T. d’opérer « un redressement urgent (...) si l'on ne veut pas voir se multiplier les signes de détachement des indigènes du mouvement syndical ». Il ajoute : « Vous devez, au Syndicat National, vous arrêter sur la pente où glisse l’Empire français et au bout de laquelle celui-ci aurait le même sort que l’Empire romain ». Un délégué métropolitain ayant estimé qu’il n’y avait aucun inconvénient à ce qu’on donne des colonies à Hitler, un autre délégué algérien s’exclame : « Pourquoi les colonies ? Pourquoi ne lui donneriez-vous pas, à Hitler, l’Artois, le Roussillon ou la place de la Concorde ? ».

189L’un pathétique, l’autre provocant, attestent la germination du grand mouvement de libération des peuples coloniaux, dont la maturation sera hâtée par la seconde guerre mondiale...

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin Corporatif du S.N.I. (Rhône), 1928 à 1933 ; « Le Syndicat », 1928 à 1933 ; « L’Ecole Libératrice », 1929 à 1933 ; « L’Ecole Emancipée », 1928 à 1933 ; « La Tribune du Fonctionnaire », 1929 ; « Le Peuple », août 1927, mars 1928, août 1939 et août 1931 ; « La Vérité », 1930-1931 » ; « Le Progrès de Lyon », 1929 ; « Le Nouvelliste de Lyon », 1929 ; « La Voix du Peuple », 1929-1933 ; « Travail », août 1929 ; « La Révolution Prolétarienne », 1939 – plus quelques numéros de la presse politique parisienne ;

– Archives Nationales, F7 13748, 13749 ; F7 274 ; Archives Départementales du Rhône, 4M 269 PP ; Institut Français d’Histoire Sociale, Fonds Aulas, 14 AS 251 a 1, 251 b 1, 251 c 1 ; souvenirs de Paul Delanoue ;

– Louis Bouët, « Les militants du syndicalisme universitaire » (brochure de l’Ecole Emancipée, Avignon, 1935) ; Georges Cogniot, op. cit. ; Maurice Dommanget, op. cit. ; Léon Emery, op. cit. ; Léon Trotski, « Le mouvement communiste en France », Ed. de Minuit, 1967 ; G. Serret, « Le syndicalisme dans l’enseignement », ouvrage collectif op. cit.

Notes

1 Il en va de même dans les relations de la section avec le Groupement Départemental de l’Enseignement laïque. « C’est à nous, déclare Vialtel, à prendre les décisions. Et à ce moment, nous ferons appel au Groupement Départemental ».

2 Organisations secrètes de propagande confessionnelle dans l’enseignement public.

3 « Bulletin de la Majorité de la Fédération Unitaire » (Opposition unitaire) ; « Le Travailleur de l’Enseignement (Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire) ; « L’Action Syndicaliste» (Ligue Syndicaliste).

4 « Le Figaro », 5 mars 1930, 22 juillet 1930, 9 octobre 1928. Les chiffres cités sont manifestement triplés. La sanction frappant Laplace est annulée en mai 1931.

5 « Le Syndicat », août 1929. L’« avertissement très sévère » du ministre est ainsi rédigé : « ... il ne saurait tolérer qu’un groupe professionnel formule dans un ordre du jour des appréciations sur la politique du gouvernement, qui ne relève que du Parlement.
« En transmettant cet ordre du jour, M. Simond engage sa responsabilité personnelle de fonctionnaire ; à l’avenir de tels manquements l’exposeraient à de graves sanctions disciplinaires » (Le Syndicat, octobre 1929).

6 La Fédération Générale de l’Enseignement voit le jour le 22 mars 1928. La coordination de ses activités avec celles du Syndicat National des Instituteurs et celles de la Fédération des Fonctionnaires pose de difficiles problèmes.

7 Gilbert Serret, « Le Syndicalisme dans l’Enseignement », ouvrage collectif op. cit., t. 3, p. 144. « Les raisons que l’on sait » sont simples : le règlement de comptes entre l’« Opposition Unitaire » et la « Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire » a bloqué le congrès.

Notes de fin

* a) A partir de 1930, « l’Opposition Unitaire » est la tendance constituée par la majorité fédérale, en opposition avec la Confédération (C.G.T.U.)
La « Minorité Oppositionnelle Révolutionnaire » (M.O.R.) est sur les positions majoritaires à la Confédération.
« La Ligue Syndicaliste » est en opposition à la fois avec les deux tendances précédentes. Elle groupe des éléments anarcho-syndicalistes, libertaires, « syndicalistes purs ».
b) A partir de 1931, le nombre de mandats est doublé aux divers congrès. L’augmentation des nombres de voix ne traduit nullement une progression des effectifs, qui vont au contraire en s’amenuisant

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search