Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Première partie. 1918-1927

Chapitre II. Les syndicalistes-révolutionnaires donnent un moteur au syndicat réformiste

Texte intégral

L’échec du Cartel des Gauches

1Fin 1924, bien des choses ont changé en France et dans le monde. La victoire du Cartel des Gauches a ranimé l’espoir. Le Syndicat National des Instituteurs est partie prenante dans cette victoire. Alors qu’au plan national, fort de « beaucoup plus de 70 000 » adhérents, il n’a encore pris en 1924, que 20 000 cartes à la C.G.T., le S.N. a mené, en parfait accord avec les organismes confédéraux, une ardente campagne électorale au profit du Cartel. Le Cartel a promis l’amnistie des faits d’opinion et de grève, la réforme de la fiscalité, un impôt sur le capital, l’institution d’assurances sociales, la reprise du programme de nationalisations de la C.G.T.. Les travailleurs pensent que le gouvernement Herriot, formé le 15 juin 1924, mettra un terme à la hausse des prix (plus de 40 % entre 1919 et 1924) et à l’endettement énorme de la France. Ils escomptent la nationalisation de la Banque de France, organisme privé qui gère les finances de l’Etat et dont les régents se nomment De Wendel, Rotschild, Derville (de la Banque de Paris et des Pays-Bas).

2Le cabinet Herriot (radical et républicain de gauche jouissant du soutien socialiste) ne prend aucune des mesures inscrites au programme du Cartel. Faute de contrôler la Banque de France, il se trouve démuni face aux puissances financières et économiques, que les vigoureuses dénonciations d’Edouard Herriot n’impressionnent nullement. Le « mur d’argent » ne sera pas atteint par le plus léger coup de pioche. La spéculation fait rage, le chômage s’aggrave, le coût de la vie augmente de près de 50 % en un an. En avril 1925, Herriot démissionne. En quinze mois, trois gouvernements se succèdent – dont le dernier, présidé à nouveau par le Maire de Lyon, dure huit jours. La voie est libre pour un nouveau tour de vis donné en commun par les alliés du Cartel et les partis réactionnaires.

Les réactions syndicales

3Curieusement, les bulletins syndicaux des instituteurs rhodaniens ne réagissent guère devant ces abandons. Fidèles à leurs orientations, le syndicat unitaire et le syndicat autonome n’ont guère compté sur le Cartel pour s’attaquer au capital ; ils ne peuvent être déçus. Le Syndicat National, par contre, a beaucoup investi dans le Cartel des Gauches. Sa première réaction après la victoire a été la célébration d’un climat nouveau de « collaboration » entre les pouvoirs publics et le syndicat. Il faudra attendre la fin de 1925 pour que Péron regrette « l'impuissance du Cartel des Gauches, des élus républicains, des nôtres », qui encourage les partis de droite à exiger, dans un premier temps, le partage du pouvoir. « Vous savez ce que cela, pour nous, signifie : le droit syndical brimé pour longtemps, nos droits civiques menacés, les lois de laïcité ruinées »... « En étroite collaboration avec le S.N. et la C.G.T. (...), à la carence des parlementaires, ils (les syndiqués) essaieront de substituer la résistance des Syndicats ouvriers contre ceux qui voudraient saper la République ».

4Cette proclamation coïncide avec les refus répétés de constituer des Comités de lutte avec le Syndicat Unitaire – mais le Syndicat National ne refuse par l’unité d’action avec le Syndicat autonome. Quant à l’action envisagée, on en voit les limites précisées par Dubreuil, délégué de la C.G.T. (dont il est Secrétaire Général adjoint au plan national) devant les instituteurs du Rhône réunis en Assemblée Générale le 20 décembre 1925 :

5« Nous poursuivons la paix sociale et la justice par des moyens lents. Nous l’engageons par des moyens différents des hommes politiques qui très fâcheusement sont portés à faire trop de promesses (...)

6« Ce que nous vous appelons à comprendre, c’est que votre entrée à la C.G.T. est simplement un appel au travail. Nous avons besoin de travail et en échange de ce travail, nous ne pouvons pas vous dire : vous aurez cela demain. Il faut continuer longtemps à rechercher la justice de plus en plus grande ».

  • 1 Ne pas confondre Jean-Marie Ballandras, dirigeant du S.N. – et Antoine Ballandras, militant du Synd (...)

7Cette déclaration lénifiante vaut à Dubreuil les éloges de Jean-Marie Ballandras1 qui le compare à « un Christ échappé d’un tableau de Memling » (...) « Et vous voudriez que cet homme pût prêcher le « Grand Soir » où le début des temps futurs serait annoncé par l’incendie des reliques du passé, des créations du présent ? ». Plus que la satisfaction des revendications, compte la « paix sociale ». D’où une attitude compréhensive à l’égard des gouvernements. Dans le même esprit et devant le même auditoire, Vivier-Merle, délégué de l’Union Départementale des syndicats C.G.T., exalte « la révolution constructive (...) qui bâtit, mais ne détruit pas ».

L’inflation galope, les traitement s’essoufflent

8Dans la pratique, le Syndicat National ne dément pas ces belles paroles. En témoigne le rapport moral présenté en vue de l’Assemblée Générale du 16 Décembre 1926 : « Le personnel enseignant s’est ému de la CIRCULAIRE HERRIOT sur les économies possibles à réaliser dans l’Instruction Publique. Après enquête, il apparaît qu’il n’y a pas lieu de s'alarmer, que la loi de 1886 sur l’organisation scolaire est intacte ». En fait, l’enquête si concluante a consisté en une démarche auprès du ministre, qui me promet pas des miracles » mais qui « nous soutiendra énergiquement ». Ce soutien trouve sa manifestation immédiate dans le vote d’Edouard Herriot et des sept parlementaires radicaux du Rhône contre l’ajustement du traitement des fonctionnaires – Poincaré ayant posé la question de confiance.

9Cependant, au plan national, le Cartel C.G.T.U. des Fonctionnaires et la Fédération des Fonctionnaires C.G.T. ont organisé ensemble une manifestation, le 14 juin 1926, pour protester contre l’insuffisance de l’allocation d’attente (12 %) attribuée par le gouvernement. Le Syndicat National organise le 4 novembre, dans le prolongement de cette action, une forte délégation à l’Académie, à la Préfecture et à la Mairie de Lyon et il écrit aux parlementaires. Les revendications exprimées sont les suivantes : rajustement des traitements sur ceux des postiers, nouvelle échelle indiciaire avec minimum de 9 000 francs ; échelle mobile. Les dirigeants syndicaux du Rhône n’ignorent pas que ces revendications sont loin de faire l’unanimité des personnels. Ainsi, Péron a reconnu qu’avec l’échelle mobile « on s’éloigne du rapprochement des extrêmes, desiderata de la Section et du Syndicat National ». Il « le regrette profondément, mais pense que nous sommes obligés d'accepter pour l’instant afin de ne pas être déclassés à 10 000 par exemple, lorsque les autres auront 12 000 ; on ne peut engager l’avenir de la fonction en vue de l’intérêt d’une catégorie : jeunes ou vieux. Après, nous essayerons d’obtenir une amélioration ».

10Quant à la péréquation, Roussel signale la difficulté d’obtenir un accord entre fonctionnaires – ce qui laisse évidemment du temps au gouvernement. L’accord revendicatif sur la péréquation entre les instituteurs et les commis des P.T.T. se réalisera l’année suivante sous l’égide de Jouhaux.

Jeunes et/ contre vieux, maîtres ruraux et/ contre maîtres urbains

  • 2 A l’initiative du Syndicat Unitaire, s’était constitué – à Lyon comme dans le reste de la France – (...)

11Les Jeunes du Syndicat National2 ruent bien quelque peu dans les brancards. Ils décident de mettre à l’étude la question du « traitement unique » et avancent toute une série de revendications spécifiques concernant les normaliens, les stagiaires, les intérimaires, les suppléants, les traitements de début. Ils annoncent que des règlements sont « en vue » sur ces points, à la suite d’interventions auprès de parlementaires et du ministre. Espoirs déçus... Une certaine amertume se fait alors sentir à la Commission des Jeunes du S.N., qui demande « à tous les militants du Syndicat National de ne pas se montrer hostiles de prime abord aux revendications des jeunes ».

12C’est que les préoccupations des dirigeants vont en priorité à d’autres problèmes : la note dite « de mérite » chiffrée (que certains appellent « cote d’amour » et qui permet un avancement plus ou moins rapide) ; les dates des vacances ; l’indemnité de résidence et le logement des instituteurs. Tels sont les choix proposés par l’enquête départementale lancée en février 1927. Marie-Louise Cavalier s’est déjà prononcée pour la note chiffrée ; Poulet, contre. Finalement, les quatre-cinquièmes des quelques cinq cents institutrices et instituteurs ayant donné leur avis optent pour le maintien de la note chiffrée. Des majorités légèrement plus faibles, mais imposantes, demandent le statuquo pour les vacances et un meilleur aménagement de l’indemnité de résidence. Quant au logement, il n’a guère suscité de réponses.

13Une certaine tension maîtres ruraux – maîtres urbains, exprimée par Pic depuis 1926, règne également au Syndicat National. Le 12 mai 1927, le Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire souhaite l’institution d’une prime aux ruraux, notamment pour les postes déshérités. Un projet précis est publié en octobre par le Syndicat National. Mais une entrevue avec Herriot ne donne pas les résultats escomptés ; le ministre se montre « peu enthousiaste » à l’idée d’attribuer une telle indemnité. Le mécontentement des ruraux emporte l’ancienne direction : Pic est élu secrétaire général de la section par 13 voix contre 11.

14Les méthodes amicalistes ont déjà depuis quelque temps été mises en cause par Chabert, qui se plaint de ce que le Syndicat National manque de vie avec son Assemblée Général annuelle, que les décisions soient prises autoritairement par le Bureau, qui désigne jusqu’aux délégués du département aux Congrès nationaux. Il obtient le principe de deux assemblées générales annuelles.

Un syndicat novateur à la démarche hésitante

15Le Syndicat Unitaire, qui peu à peu retrouve une substance, s’en tient sur le fond à la lutte pour le traitement unique. Il réclame une indemnité de poste déshérité et condamne vigoureusement la note de mérite. D soutient les enseignants de l’agglomération lyonnaise qui revendiquent l’amélioration de l’indemnité de logement. Il dénonce les suppressions de postes.

  • 3 François et Marie Mayoux, originaires de la Charente, socialistes depuis 1905, syndicalistes depuis (...)

16Il ne se risque pas à hasarder une explication en profondeur de la crise financière et économique. Certes, au plan national, Edouard Rothen dénonce les « restrictions pour les travailleurs » parce qu’« on ne veut pas prendre l’argent là où il est. C’est dans l’ordre capitaliste, ajoute-t-il, – l’ordre de tous les aigrefins de la politique qui auront « bien mérité de la Patrie » en la vendant aux marchands de cochons de Chicago ». Marie et François Mayoux3 veulent poser la question sur un plan plus technique, en cherchant quels peuvent être les moyens de s’en sortir : « Revalorisation, stabilisation ou faillite ? ». Tels sont les trois termes du choix envisagé. Pour eux, la seule solution possible est la faillite financière, « remède héroïque » expérimenté « bourgeoisement » par l’Allemagne et « révolutionnairement » par la Russie. La faillite ne lèsera (ou peu) que les rentiers, « espèce peu intéressante : c’est un ex-producteur ; il est timide et sans influence dans la nation. Elle lèsera peu également les paysans, les ouvriers, les fonctionnaires. Le capitalisme d’affaires préfère cette solution au prélèvement sur le capital ». (Notons que le prélèvement sur le capital n’a même pas été envisagé, d’entrée, comme une solution éventuelle ; pas plus que les problèmes financiers ne sont à aucun moment liés dans cet exposé à la situation économique générale). « La faillite est donc politiquement possible », concluent M. et F. Mayoux. « De plus, elle est hautement morale ; la guerre en sera cause et l’opposition à la guerre en sera fortifiée. Les travailleurs, devant la dégringolade du franc, seront incités à lutter pour obtenir l’échelle mobile ».

17Cette vue optimiste de la catastrophe ne fait ni chaud ni froid aux syndicalistes unitaires du Rhône – dont beaucoup éprouvent pour les époux Mayoux une grande sympathie méritée par leur courage. Aucun débat, aucune analyse sur l’inflation et la crise ne peut être relevé dans « Le Syndicat ».

18Sur le plan pédagogique, les militants unitaires sont les champions et les promoteurs des méthodes nouvelles. Ils défendent Célestin Freinet et prennent une part active à l’introduction du cinéma à l’école. Cela ne va pas sans beaucoup d’incompréhensions et de multiples tracasseries. Le maire de Fleurieux croit bon d’interdire à l’institutrice, Madame Reisacher, de faire fonctionner à l’école un appareil de cinéma acheté par la coopérative scolaire, avec l’autorisation du Préfet et de l’Inspecteur d’Académie. Devant le refus de l’institutrice, le maire la poursuit en justice et la fait condamner. L’indignation des maîtres est grande et une importante manifestation, organisée par le Syndicat Unitaire avec la participation du syndicat autonome, a heu à Fleurieux en réponse à ce coup de force.

« Affaires » et sanctions

19Le syndicat autonome conserve lui aussi la référence au traitement unique. Mais il réclame surtout la péréquation des traitements des fonctionnaires. Il refuse l’échelle mobile ainsi que ce qu’il appelle les « indemnités parasites ». Il poursuit sa campagne contre les directeurs.

20Une part importante de son activité est consacrée à dénoncer une nouvelle « affaire » de Saint-Igny : l’administration académique, le maire et les élus du personnel (membres du Syndicat National) paraissent avoir, les uns procédé à, les autres soit encouragé soit toléré, une nomination irrégulière dans cette commune. La promotion du Maire de Saint-Igny (conseiller général de Monsols) à la dignité d’officier de l’Instruction Publique est véhémentement dénoncée par les autonomes.

21Les institutrices et instituteurs du Rhône doivent alors faire face à une situation confuse. Les clivages idéologiques qui ont déterminé les scissions syndicales – plus encore dans ce département qu’ailleurs – se répercutent sur de nombreux aspects de la vie et de l’action. Les mises en cause de tel syndicat, de tel dirigeant par tel autre, sont monnaie courante. Les querelles intersyndicales, personnelles et (ou) politiques sont quasi quotidiennes. Un seul bulletin du Syndicat National fait état d’« affaires » personnelles ou politiques (atteignant un certain degré de gravité, puisque publiées) à Collonges, Limonest, Fontaines-sur-Saône, Saint-Jean-la-Bussière.

22Dans d’autres « affaires », la défense des collègues est prise en mains par le Syndicat Unitaire. A Sarcey, la municipalité veut taxer de cinquante francs l’utilisation de l’école pour une fête scolaire. A la demande d’intervention syndicale formulée par l’institutrice, Vialtel, responsable du Syndicat National, répond : « Personne ne peut rien contre cette décision ». Pourtant, le petit syndicat unitaire fait un tel scandale que le maire renonce à la taxation. A Villeur-banne, les services municipaux confient aux écoles confessionnelles la vente des billets de la fête scolaire laïque, ce qui est ressenti comme une provocation. Les protestations affluent, les billets reviennent. A Francheville, des calomnies circulent sous le manteau, visant l’institutrice syndicaliste Jeanne Balanche. L’Inspecteur d’Académie lui-même s’en indigne.

23La division syndicale ne facilite pas la défense des enseignants menacés de sanctions injustifiées. A Lachassagne, le Conseil Municipal demande le déplacement de l’instituteur Fonbonne, soutenu par le syndicat autonome. Nous venons de voir qu’à Fleurieux, l’action de défense a été infiniment plus large, bien que dans cette affaire le Syndicat National se soit tenu sur une prudente réserve.

  • 4 Goanach, instituteur du Finistère, a été condamné à huit mois de prison, puis révoqué, pour « incit (...)

24Nationalement, les sanctions frappent surtout les militants unitaires. En décembre 1926, un meeting réunit à Lyon trois mille personnes pour protester contre les mesures dont sont victimes Goanach, Bouët et le jeune normalien Guenne4. Le Syndicat National propose de s’entremettre avec le ministre pour faire grâcier Goanach. Pour l’occasion, il prodigue les conseils de modération afin que l’affaire passe sans faire de vagues. Mais sur le fond, il prend nettement parti pour l’adversaire (il est vrai, socialiste) de Goanach qui a témoigné pour le faire condamner. En foi de quoi, il refuse de participer au meeting de Lyon, « nos collègues étant sur le point d’obtenir satisfaction ». Glay, secrétaire national du S.N., considère qu’après ses entretiens avec Edouard Herriot, les affaires Bouët et Guenne « sont virtuellement réglées », ce qui est encore loin d’être le cas.

Les instituteurs et la guerre du Maroc

25Le gouvernement Herriot tombait en avril 1925. En mai (le gouvernement Painlevé étant encore dans les limbes), débutait la guerre du Rif. D s’agissait d’écraser l’insurrection paysanne et nationale déclenchée depuis 1921 par Abd-El-Krim. En juillet 1925, le P.C.F., la C.G.T.U. (forte de 460 000 membres, la C.G.T. en ayant alors 500 000), l’Association Républicaine des Anciens Combattants et le groupe « Clarté » dirigé par Henri Barbusse formaient un « Comité d’action contre la guerre du Maroc », qui donnait aux troupes françaises le mot d’ordre de « fraternisation », tandis que le Parti Socialiste demandait le règlement pacifique du conflit par la négociation. A cette guerre qui dura jusqu’à la reddition du chef rifain en 1926, se juxtaposèrent d’autres actions militaires en Syrie, territoire sous mandat français insurgé depuis juillet 1925.

26Les dirigeants politiques et syndicaux qui animaient le mouvement d’opposition active à ces deux guerres se retrouvèrent pour la plupart en prison, quand ils ne passèrent pas à la clandestinité. Malgré la dureté de la répression, un million de grévistes répondaient le 12 octobre 1925 à l’appel du Comité, « contre les guerres du Maroc et de Syrie, contre les impôts Cailloux, pour l’augmentation générale des salaires ».

27Membre de la C.G.T.U., le Syndicat Unitaire du Rhône ne fait pas grève, mais il dénonce avec vigueur toutes les opérations militaires extérieures, ainsi que le brigandage colonial en général, la répression en Bulgarie, l’assassinat de Sacco et Vanzetti, la prise de pouvoir par Mussolini en Italie. De son côté, le Syndicat National demande au gouvernement de « prouver ses intentions pacifiques en mettant fin rapidement aux guerres du Maroc et de Syrie ». Le syndicat autonome déclare « s’associer étroitement et complètement à l’action engagée contre la guerre impérialiste du Maroc, par la classe ouvrière organisée dans ses syndicats ». Π proclame sa solidarité avec Cornec, secrétaire du syndicat C.G.T.U. du Finistère et dirigeant national, et Allègre, secrétaire de la Bourse du Travail de Lyon, inquiétés pour leur position hostile à ces guerres coloniales. La presse locale refuse de publier la motion de solidarité. Le syndicat ne fait aucune allusion à l’instituteur des Alpes-Maritimes, Virgile Barel qui, après avoir lutté contre l’occupation de la Ruhr, est menacé de censure pour un appel, publié dans « l’Humanité », à la grève contre la guerre du Maroc. A la majorité, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes repousse la demande de censure émanant du ministre Anatole De Monzie. Le rejet de la sanction est alors considéré un peu partout en France comme une victoire des instituteurs, pour le droit à l’expression politique – dût-elle déplaire au gouvernement. Faut-il voir un lien entre le silence du Bulletin Corporatif sur le cas Barel et les attaques dont « L’Humanité » est l’objet dans le même bulletin, pour avoir soutenu le droit à l’indépendance des Marocains, alors qu’Abd-El-Krim possède un harem et des esclaves ? Ce type d’arguments, il est vrai, a encore cours aujourd’hui.

Face au fascisme naissant

28Avec les aventures coloniales, se précisent dans le pays les menaces autoritaires et fascinantes. 1925 marque la naissance du premier mouvement fasciste français, « Le Faisceau » inspiré des fascio mussoliniens et lancé par Georges Valois, (venu des milieux d’Action Française mais qui évoluera autour de 1935 vers une gauche pacifiste intégrale).

29L’organe du Syndicat Unitaire publie en bonne place un document émanant d’une autre ligue factieuse. Il s’agit d’un questionnaire adressé par « Les Jeunesses Patriotes » à tous les volontaires munis si possible d’une automobile, d’une arme, ayant un grade dans l’armée, prêts à se déplacer à Paris ou en province (« tous frais payés »), « en cas d’émeute », de « grandes manifestations », et « pour les petites affaires ». Le Syndicat Unitaire demande la dissolution des ligues para-militaires qui préparent la guerre civile.

30Glay, du Syndicat National, dénonce la liaison établie entre les autorités militaires et les organisations créées par les Unions Civiques pour briser les grèves. Mais l’organe départemental du syndicat ne reflète pas cette inquiétude, alors que le patronat lyonnais a été, en 1920, l’initiateur des « Unions Civiques » en France.

31Par contre, au syndicat autonome, J. Fontaine prend la menace au sérieux. Mais « le fascisme français, s’il avait quelque chance de triompher, échouerait par manque de chefs. La France est-elle condamnée à s’agiter dans des luttes sans éclat et à vivoter tant bien que mal jusqu’au rétablissement de sa situation financière ? C’est ce que l’avenir nous apprendra ». La stratégie proposée par Fontaine est double : créer un « rassemblement idéologique des forces d’avant-garde » (les partis et divers groupes politiques et philosophiques) – et un « Front unique de résistance » exclusivement syndical (car il faut sauvegarder l’indépendance syndicale). En cas de coup de force fasciste, « descendre dans la rue, comme le proposent les communistes », serait « la plus grande bêtise que l’on puisse commettre. C’est livrer bataille sur le seul terrain où l’on est sûr de se faire battre ». (Cette affirmation sera cruellement démentie les 9 et 12 février 1934). La seule arme efficace est la grève générale. Après quoi le prolétariat victorieux aura « le devoir impérieux de garder le pouvoir ». Pour Fontaine comme pour le rédacteur (anonyme) de « L’Ecole Emancipée », un dilemme s’impose : « Fascisme ou Révolution ».

32La conception de base, adaptée aux circonstances, reste la même : utilisation des forces populaires, transformation d’une grève à objectifs définis (ici : la grève antifasciste) en grève révolutionnaire ; rôle décisif des « chefs » chez l’adversaire –... et chez nous ?

33En attendant, le gouvernement accentue sa pression, et le syndicat autonome est appelé à dénoncer la loi militaire Paul-Boncour, qui place les militants ouvriers sous la menace des Conseils de Guerre et des Cours Martiales en temps de guerre.

Le Syndicat National pour « l’ordre » et la « mesure »

34Les appréciations portées par les trois syndicats d’instituteurs concurrents dans le département divergent donc sensiblement sur toute une série de problèmes. Néanmoins, il apparaît rapidement que le syndicat autonome prend de plus en plus ses distances avec le syndicat unitaire et qu’il poursuit son évolution vers le Syndicat National, dont le langage est pourtant foncièrement différent.

35Le S.N. présente la C.G.T., à laquelle il vient d’adhérer, comme un élément d’ordre et de mesure. Rendant compte du Congrès de Strasbourg du Syndicat National, Jean-Marie Ballandras met l’accent sur « la sérénité de ces trois jours de congrès », que « rien n’est venu troubler » et dont le sommet est atteint par une allocution de Ferdinand Buisson, « apôtre de la laïcité qu’il défend admirablement depuis quarante-six ans ». En conclusion, Ballandras fait allusion à la responsabilité de l’ex-Kaiser dans le déclenchement de la guerre 1914-1918, référence qui nous ramène aux beaux jours de l’union sacrée... Le départ de Péron à la retraite permet, après une collecte monstre (7 087 F) de regrouper à la mairie du 3è arrondissement de Lyon plusieurs centaines d’enseignants venus lui manifester leur sympathie. Léger y représente le syndicat autonome. J.-M. Ballandras met en évidence la volonté constante de Péron de s’opposer à une Révolution faite « sans une éducation appropriée ».

Faillite de l’autonomie

36Au contraire, le syndicat autonome, après son divorce d’avec le syndicat unitaire, continue à se proclamer révolutionnaire. Tout comme ses anciens compagnons, il glorifie la Commune de Paris, le 1er Mai. Il accuse son orientation pacifiste, dénonce « la fausse paix » de Versailles et les livres scolaires chauvins, l’impérialisme financier, reprend enfin les appels au pacifisme intégral d’Horace Thivet, fondateur de « l’Ecole et la Paix », et au rapprochement pédagogique franco-allemand.

37Le syndicat autonome proteste contre son exclusion de la Fédération unitaire de l’Enseignement (décidée en Congrès National par 148 voix contre 24 et 5 abstentions). A Lyon, il obtient l’expulsion du Syndicat Unitaire de la Bourse du Travail. Chaudy, instituteur autonome, sera élu membre de la Commission Exécutive de la Bourse. Après avoir adhéré à la toute nouvelle Union Départementale des Syndicats Autonomes, le Syndicat autonome du Rhône essaie de constituer avec ses amis de la Loire une mini-fédération de l’Enseignement, afin de se faire reconnaître par l’Internationale de l’Enseignement. Au même moment, Lavenir, qui, avec Fossemagne, vient de faire adopter cette position par l’Assemblée Générale du 18 novembre, félicite les autonomes de la Loire qui viennent d’adhérer au Syndicat National.

38D’autres militants nourrissent l’espoir de constituer un groupement de syndicalistes « purs », indépendants de la C.G.T. et de la C.G.T.U., dépassant les milieux enseignants, organisé nationalement et sur le plan international. Cet espoir est stimulé un moment par l’évolution de la Bourse du Travail de Lyon et par la constitution, en novembre 1926, de l’« Union Départementale des Syndicats Révolutionnaires », d’inspiration anarcho-syndicaliste. Mais dès la fin de 1926, « Le Syndicat » peut titrer sur « le fiasco de la IIIe C.G.T. » adhérente à l’Association Internationale des Travailleurs de Berlin (ouvertement anarchiste) et dont les méthodes violentes, notamment les agressions de militants unitaires, rebutent la classe ouvrière. Dans l’enseignement, la Fédération autonome, dont la Loire et la Rhône constituent les points d’ancrage, compte nationalement 800 adhérents.

Le ciment de l’anticommunisme

39Il devient évident que la voie de l’autonomie est bouchée. La solution doit être trouvée ailleurs. Or, s’il est vrai que les vues peuvent diverger entre autonomes et cégétistes, un consensus existe : leur opposition de plus en plus vivement manifestée au Parti Communiste. Sur ce terrain, se rencontrent également un certain nombre de militants nationaux de la Fédération unitaire. En même temps qu’ils se rapprochent de la section du S.N., les autonomes du Rhône nouent des liens serrés avec les minoritaires anti-communistes de la Fédération de l’Enseignement.

40A partir de ce moment, on retrouve fréquemment dans le Bulletin Corporatif (et souvent en éditorial), les articles de Marie Guillot sur « le syndicalisme, négation révolutionnaire de tous les partis » et de G. Thomas, qui reproche à la C.G.T.U. « d’être de plus en plus imprégnée de l’idéologie communiste qui, elle-même, est une renaissance de la doctrine guesdiste d’il y a trente à quarante ans ». Il lui fait également grief d’avoir des permanents réélligibles, de permettre le cumul des mandats politiques et syndicaux, et surtout d’avoir institué la représentation proportionnelle des syndicats aux organismes confédéraux, ce qui minorise les syndicats peu étoffés (et d’autant plus révolutionnaires). Autre reproche qui n’est pas sans écho au sein de la C.G.T.U. : l’inscription dans les statuts de la « dictature du prolétariat ». G. Thomas voudrait lui substituer « la disparition de l’Etat ». Cette question alimente une polémique dans « L’Ecole Emancipée ». Elle reprend dans le « Bulletin Corporatif » du Rhône, entre Jean et Josette Cornec, membres de la direction de la Fédération de l’Enseignement, et Gaston Monmousseau, secrétaire confédéral de la C.G.T.U. Au Congrès de Bordeaux de la C.G.T.U., la formule « dictature du prolétariat » est rayée des statuts. Dans le même temps, se prépare un rassemblement des minoritaires de la Fédération unitaire, des partisans de l’autonomie syndicale et des cégétistes. Cette réunion a lieu en 1926 à l’occasion du Congrès National de la Fédération. Les époux Cornec interviennent encore maintes fois dans le Bulletin Corporatif en 1926 et 1927, en particulier pour accuser le Parti Communiste de faire « obligation à ses membres syndicalisables d’être syndiqués et de poursuivre au syndicat l’action communiste, c’est-à-dire défendre en toute circonstance le mot d’ordre du Parti ». En octobre 1927, Jean Comec donne au Bulletin Corporatif sa version du Congrès Fédéral unitaire de Tours. Ses amis de la région parisienne s’étant retrouvés minoritaires dans leur syndicat, leurs communiqués sont régulièrement publiés dans le bulletin autonome. Les syndicalistes autonomes du Rhône sont régulièrement informés des positions de Thomas, Cornec, Marie Guillot, Quelavoine, minoritaires à la Fédération de l’Enseignement où ils s’opposent durement à la majorité représentée par Dommanget et Rollo.

41« L’Action syndicaliste », organe de la fraction syndicaliste révolutionnaire, né en février 1925, constitue l’instrument de liaison et d’action entre les éléments de même orientation, mais d’appartenance syndicale diverse. Les chefs de file sont Jean Fontaine (Rhône), Joseph Baldacci (Loire), Marie Guillot (Saône-et-Loire). Le Bulletin Corporatif du Rhône publie de nombreux articles extraits de « l’Action syndicaliste » et, à partir de 1927, de « La Révolution prolétarienne », le journal de Monatte – cela au moment où la fusion avec la section départementale du Syndicat National se prépare activement. En août 1926, le Congrès de Grenoble de la Fédération unitaire condamne à une large majorité cette fusion ainsi que l’activité scissionniste exercée par le groupe de « l’Action Syndicaliste ». Cela ne change pas le cours des choses. Malgré les articles de G. Thomas sur « la vieille chanson réformiste » de la C.G.T., il devient évident que cette chanson peut se chanter en duo avec les airs de l’anarcho-syndicalisme.

42Quelques vers, publiés par le « Bulletin Corporatif » de mai 1926 font assez clairement apparaître le dénominateur commun qui facilite les retrouvailles :

« Deux Syndiqués se sont croisés devant la Bourse
Du Travail : l’un farouche et Moscoutaire ardent,
« L’Humanité » en mains, bougonne entre ses dents
Contre les Francs-Maçons : c’est sa seule ressource...
L’autre est un Autonome : esprit sobre et prudent,
Des ennuis d’un collègue il recherche la source :
Inspecteurs ni Préfet n’arrêteront sa course
Vers l’idéal du Juste et du Vrai qu'il défend ».

Le Syndicat Autonome glisse vers le Syndicat National

43Les pourparlers Syndicat National – Syndicat Autonome se multiplient. Un temps, le Syndicat Unitaire est appelé à y participer, mais il est vite renvoyé à son ghetto. Au début de 1927, le Conseil Syndical du syndicat autonome est encore réticent. Léger pense que l’unité doit passer par la constitution entre les deux syndicats d’un comité d’action. Lavenir préconise la fusion immédiate. Fossemagne propose l’organisation d’un référendum sur la question. Le processus est engagé. La plus grosse part de la littérature autonome est dès lors consacrée à cette question, liée bien entendu à la dénonciation du Parti Communiste qui se présente comme « le guide de la classe ouvrière ». Pour Gatet, puisque le projet de Fédération autonome est mort-né, « comme le syndicat de la Loire, il faut aller au Syndicat National ». Lavenir demande que cette éventualité soit discutée sérieusement et il précise : les tendances « seront appelées à faire le sacrifice de leurs préférences pour ne pas briser ce bloc de tendances toutes fidèles au syndicalisme ». Les « syndicalistes purs » sont troublés et partagés : J. Fontaine soupire après une Fédération débarrassée des communistes ; Desion, Melle Balvet, Raffin, penchent vers le statu-quo. Le « Bulletin Corporatif » d’octobre 1927 consacre sept pages à ce débat.

44Mais tout va aller très vite et les scrupules de conscience s’évanouiront rapidement. Le référendum donne le résultat suivant (sur 141 votants) : 79 pour la fusion avec le Syndicat National, 9 pour le retour à la Fédération unitaire, 30 pour le statu-quo. L’Assemblée Générale du 22 décembre décide l’adhésion en bloc au Syndicat National. J. Raffin exprime sa joie : « Et voici que s’ouvre un nouveau chapitre », tandis que Lavenir publie un appel à rester unis au sein du Syndicat National. Le texte est contresigné par toutes les « figures » du syndicat autonome : Léger, Fontaine, Fossemagne, Mlle Balvet, etc. L’affaire a été rondement menée.

Un Syndicat National puissant qui change de visage

45Ce renforcement du Syndicat National dans le Rhône – pour limité qu’il soit en effectifs – se situe dans un cadre national de consolidation et de croissance. Le syndicat a pu éviter sans dommage deux écueils dressés devant lui à sa naissance.

LA PROGRESSION DU S.N.I.
(Effectifs d’après « L’Ecole Libératrice »)

Décembre 1920

55 000 syndiqués

Août 1923

près de

70 000

1924 (Congrès de Lyon)

plus de

70 000

Octobre 1925

70 000

1929

79 000

1933

83 000

1936 (avant les grèves)

85 000

1937

plus de

100 000

1938

108 000

1939

110 119

46L’influence des Amicales maintenues hors des syndicats (« Amicales Sonnelier ») reste très limitée. Les élections aux Conseils Départementaux de l’Enseignement Primaire donnent, en mars 1923, les résultats suivants : 303 sièges au S.N., 43 à la Fédération unitaire, 13 aux Amicales maintenues, 17 aux indépendants.

47En 1929, les listes Sonnelier obtiennent nationalement 3867 voix contre 11 344 à la Fédération Unitaire et – surtout – 75 573 au Syndicat National. Autant dire que les Amicales maintenues n’ont jamais constitué un réel danger pour le S.N. Dans le Rhône, elles ne se sont à aucun moment manifestées.

48La Fédération de l’Enseignement aurait pu sembler plus redoutable. Ses antécédents syndicaux, ses attaches avec le mouvement ouvrier, son dynamisme et le courage de ses dirigeants lui valaient bien des sympathies. En 1920, elle comptait 12 000 adhérents. Mais lors de la scission et de son adhésion à la C.G.T.U., sa force s’était déjà bien amoindrie (entre trois et quatre mille adhérents). De crise en crise, elle allait s’affaiblissant, tandis que le Syndicat National, appuyé par la direction de la C.G.T., passait de 55 000 adhérents en décembre 1920 à près de 70 000 en août 1923. Entre 1924 et 1929, il oscille entre 70 et 80 000 syndiqués. Son essor est régulier et important.

49Au Syndicat National, les problèmes d’orientation ne suscitent pas de controverses passionnées. La direction, issue des Amicales, est stable. Roussel, Glay dirigent le syndicat avec paternalisme. Le Lyonnais Péron leur est associé. En 1927, le moment approche où ces dirigeants seront atteints par la limite d’âge. Georges Lapierre, plus jeune, s’est beaucoup employé à faciliter les rapprochements entre enseignants des divers pays – en premier heu entre Français et Allemands.

50Mais l’élément nouveau, c’est la montée dans les sections départementales de responsables plus jeunes, plus perméables au nouvel état d’esprit d’après-guerre, plus ouverts à un syndicalisme dégagé de l’amicalisme. André Delmas est, dans le Tarn-et-Garonne, un de ces nouveaux cadres qui accèdent à des responsabilités dans une période riche en très graves crises de diverses natures.

51Dans le Rhône, le « Bulletin Corporatif » dont l’audience est grande, devient l’organe de la section départementale du Syndicat National. L’organisation cégétiste et l’influence nationale du Syndicat National vont se renforcer avec la création d’une Fédération C.G.T. de l’Enseignement distincte de la Fédération des Fonctionnaires. Au plan international, une seconde Internationale de l’Enseignement (réformiste) est lancée par Lapierre et le Syndicat National. Elle s’oppose à l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, dont Vernochet est le secrétaire général.

52Les associations particularistes qui tentent de percer dans le département ne peuvent mettre en danger l’hégémonie du Syndicat National. Une «Association de défense des Institutrices du Rhône » est contrée par Marie-Louise Cavalier. Cette association s’oppose à la fois aux syndicats et à l'« Association Générale des Institutrices des Ecoles Maternelles et Classes Enfantines Publiques de France et des Colonies », placée dans la mouvance des autorités, et qui vient de tenir son Congrès National à Lyon, salle Molière, le 12 juillet 1925. A propos de cet événement, l’Inspecteur d’Académie écrit au Préfet du Rhône : « Les dirigeantes du mouvement lyonnais, comme leurs collègues de Paris et des départements, sont tout à fait dignes de notre confiance et de notre estime ». Un « Groupement des maîtres de banlieue » réclame les mêmes taux d’études, d’indemnité de résidence et de logement qu’à Lyon. Un « Groupement des instituteurs dont le conjoint n’est pas dans l’enseignement » se prononce contre la loi Roustan et les postes doubles. Ils sont voués à l’échec.

53Pourtant, les élections de mai 1926 au Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire ont montré que l’audience des syndicats minoritaires ne correspond pas exactement à leur nombre d’adhérents. Dans le collège féminin, la liste présentée par le Syndicat National et conduite par M.-L. Cavalier obtient en moyenne plus de 74 % des suffrages contre un peu plus de 10 % au Syndicat Autonome et de 15 % au Syndicat Unitaire. Dans le collège masculin, si le Syndicat National dépasse légèrement les 55 %, le syndicat autonome approche les 26 % et le syndicat unitaire dépasse les 19 % (toujours en moyenne). Là, l’influence du Syndicat National a nettement baissé. Il est révélateur qu’au second tour, pour un siège restant en ballotage, le candidat autonome, Fontaine, passe de 207 à 225 voix, tandis que le Syndicat Unitaire tombe de 109 à 102 et que le candidat du Syndicat National est élu avec 265 voix, soit moins de 45 % des suffrages.

54Après la fusion, l’influence des dirigeants autonomes, leur style d’action vont imprégner durablement le Syndicat National dans le Rhône. Parmi eux, Lavenir, Laplace, Fossemagne, Chaudy jouent (avec le professeur d’Ecole Normale Léon Emery) un rôle de premier plan dans l’orientation syndicale des années trente.

Léon Emery et le Syndicat National

55La personnalité de Léon Emery, son rayonnement dans le corps enseignant, bien au-delà du département, le magistère qu’il va exercer dans les années trente sur la section rhodanienne du Syndicat National, imposent une approche plus précise du personnage.

56Issu d’une famille très modeste, Emery, après avoir fréquenté l’Ecole Primaire Supérieure de la rue Neyret, entre major à l’Ecole Normale de Lyon en 1913. Après des études accélérées du fait de la guerre, il se retrouve professeur à l’E.P.S. de Marcigny. Suit une brève période de mobilisation ; puis il revient, en octobre 1917, comme maître-adjoint à l’Ecole Normale de Lyon. Son diplôme d’aptitude au professorat, passé en 1919, lui vaut d’exercer successivement aux Ecoles Normales de Bourg, Chaumont – et, en 1925, de Lyon où il est chargé de la préparation aux concours d’entrée aux Ecoles Normales Supérieures de Saint-Cloud et Fontenay-aux-Roses.

57En 1916, la lecture du « FEU » dans « Le Progrès » lui a causé un choc profond. Si l’on en croit ses mémoires, c’est vers 1919 qu’il subit les séductions du spiritualisme hindou, en même temps qu’il éprouve une attirance pour le christianisme, d’où « l’ambiguïté fondamentale de sa position » dans le domaine politique et syndical.

58Peu attiré par le militantisme, il refuse d’adhérer au parti socialiste peu avant le Congrès de Tours. Il préfère la littérature et collabore à la revue de l’instituteur normand Camille Belliard. Π adhère à la Ligue des Droits de l’Homme. Selon lui, il s’oriente dès cette époque vers un pacifisme dont le projet majeur réside dans la réalisation d’une union occidentale autour du « couple France-Allemagne ».

59Il est syndiqué dès son entrée dans la vie professionnelle. Il conçoit le syndicalisme comme « un pragmatisme constructeur capable d’associer l’idéologie libertaire et la discipline consentie (...), un moyen de faire paraître une aristocratie ouvrière engendrée par le travail ». « Vaguement proudhonnien, jamais marxiste », Emery ne s’intéresse que médiocrement à l’économie, dont les cours de Charles Gide ne l’ont pas rendu amoureux. Son approche du monde ouvrier, toute littéraire, passe surtout par les œuvres de Pelloutier et Maxime Leroy. Il se lie néanmoins avec l’ancien secrétaire général de l’Union Départementale C.G.T., Francis Million, dans la librairie que tient celui-ci, avant d’être appelé à Paris à la direction du journal « Le Peuple » – et avec son successeur à l’U.D., Vivier-Merle.

60Ses cours à l’Ecole Normale sont suivis avec passion. Selon les témoignages d’anciens élèves, « il excellait dans tout ce qui touchait à l’art poétique, la musique et la peinture ». Son influence sur le Syndicat National des Instituteurs passe par ce canal. Bientôt elle s’exercera au travers d’une « équipe loyale et dévouée» – il précise : « quelques douzaines de militants » – dont lui, Emery, est « devenu le centre ». Sa notoriété s’étend jusqu’au plan national (il va devenir un collaborateur régulier de la jeune « Ecole Libératrice ») et sur le mouvement ouvrier lyonnais.

61Il serait sans doute erroné de voir en Léon Emery le chef charismatique imposant sa vision aux enseignants éblouis. Il ne transforme pas le terrain ; il le cultive. Sa propre sensibilité rencontre celle de nombreux instituteurs et institutrices : pacifisme sentimental, hostilité aux injustices du traité de Versailles, culte des valeurs éternelles et des grands hommes, conceptions de lutte influencées par l’anarcho-syndicalisme, méfiance des partis en général et vive opposition au parti communiste.

62Même si une propension au mysticisme qui se développe chez lui choque parfois les purs laïques, le consensus général existe.

63Quant au « terrain », il est bien stabilisé vers la fin des années vingt. Les rapports de force dans le syndicalisme enseignant ne peuvent guère varier. Emery consolide la situation dans le Rhône en théorisant, en donnant aux tendances majoritaires les outils idéologiques d’une politique syndicale.

Renaissance du Syndicat Unitaire

64Une surprise dans les élections professionnelles de mai 1926 : la bonne tenue relative du Syndicat Unitaire renaissant de ses cendres. Certes, quelques militants seulement restaient, (après la scission) partisans de la « logique révolutionnaire » aussi définie par Rollo : « il y a une logique révolutionnaire qui se vérifie constamment : Qui n’est pas de cœur avec la révolution russe se dresse tôt ou tard contre l’idée révolutionnaire elle-même ». Faisant allusion à Léger, le vétéran du syndicalisme passé à l’autonomie, Rollo invitait chacun à comprendre « que la fidélité aux militants qu’ils ont beaucoup aimés exige, non la soumission à leurs erreurs, mais la continuation de leur œuvre ». (...) « En provoquant une scission dans leurs syndicats, les Fontaine, Raffin, Léger, Baldacci et consorts ont obéi à des mobiles qui ne nous apparaissent pas encore clairement mais que le développement de la crise qu’ils ont ouverte mettra en pleine lumière ».

  • 5 Paul Cuminal, un des fondateurs du syndicat, puis du P.C.F. dans le Rhône, a eu quelques démêlés, h (...)

65Sont restés parmi les pionniers du Syndicat Unitaire : Bernard, Mme Calzan, Chabert, Cuminal, Genevrier, Moulin, Rat et quelques autres5.

66Pendant ces années difficiles, le Syndicat Unitaire recrute activement parmi les jeunes. Le groupe de jeunes, impulsé par lui, a pris en mains leurs revendications les plus sensibles, notamment celles qui concernent les postes déshérités. L’activité de ce groupe de jeunes a permis de renforcer le rayonnement du Syndicat Unitaire du Rhône. Son effectif atteint presque celui du Syndicat Autonome.

  • 6 Effectifs de la Fédération Unitaire : Août 1921 : 8 000 adhérents ; juillet 1922 : 4 050 ; août 192 (...)

67En juillet 1927, le Syndicat Unitaire crée dans le Rhône un secrétariat de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, animé par Florimond Gisclon, Melles B. Amoud et Rousseau6.

Laïcité et grandes manœuvres

68A la veille des élections de 1928, la bataille laïque prend une acuité nouvelle. Les syndicats participent à la création d’un « groupement départemental de l’enseignement laïque », au sein duquel il s’avère vite qu’Edouard Herriot exerce une influence déterminante. Mais les relations ne tardent pas à se tendre entre les diverses composantes du groupement.

69L’occasion en est la venue à Lyon, pour une conférence, de René Benjamin, écrivain et journaliste, dont un article dans le journal « L’Avenir » pique au vif les enseignants et les laïques. On peut juger le ton de cette diatribe d’après quelques extraits :

70« J’ai envoyé ces temps-ci plusieurs lettres ouvertes sur l’école laïque à ces individus étranges, inutiles et méprisés qu’on appelle nos « ministres ». Je me suis permis de leur déclarer sans ambages et à diverses reprises, que les instituteurs laïques étaient :

71« 1°/un troupeau d’Aliborons vides et solennels, d’une bouffonnerie qui, hélas ! n'est pas exploitée par les auteurs comiques ;

72« 2°/que ces ânes sont cependant les meilleurs serviteurs de la République, car ils ont réussi à crétiniser la masse populaire de ce pays en faisant partout des électeurs et non des hommes, des revendicateurs et non des travailleurs, des jouisseurs au lieu de braves gens sachant ce qui, dans la vie, a du sens et du prix, et qu'il y a maintenant, en France, entre les paysans et les ouvriers de trente ans et ceux de soixante ans, une différence profonde, poignante, où éclate la preuve de l’abaissement public ».

73Les instituteurs, ajoute le pamphlétaire, « crèvent littéralement de vanité ». Ils « prétendent régenter non seulement le gouvernement mais l’étranger ». (Ils attaquent en effet le fascisme mussolinien). « Ils sont à la fois redoutables et intolérables – puants et dignes d’être fessés ».

74Quant aux institutrices « laïques et syndiquées », elles « sont plus encore à surveiller que les instituteurs laïques (...) Certaines sont déchaînées (...) L’institutrice hystéro-laïque n’a ni prudence ni calcul ; elle se donne au sectarisme avec des cris et des crises – et hurlant : « Haine à la haine ! Guerre à la guerre ! », elle fait sa petite bacchante ».

75Reproche majeur : le maître d’école « enseigne à chaque enfant qu’il est libre, qu’il est égal au plus grand et au plus saint » et il lui énumère ses droits. Il prépare ainsi des « salopiaux », des « goujats du travail qui, en échange de leur néant, de ce qu'ils gâchent par incapacité, exigent avec insolence de forts salaires et des avantages sociaux. Quelle est la cause de tous ces désordres ? C’est l’instituteur laïque et syndiqué ».

76Sous l’outrage, l’indignation se mue vite en colère. A l’initiative du Syndicat Unitaire, une manifestation est prévue en commun par de nombreuses organisations syndicales, politiques et philosophiques, parmi lesquelles le Groupement laïque. Mais un désaccord se manifeste vite sur la tactique. Le Syndicat National a vainement essayé de faire prévaloir son point de vue. A la réunion en salle qu’il propose, est préférée l’organisation d’une manifestation de rue. Le Maire de Lyon interdit la manifestation et une active campagne de presse se déroule contre ses organisateurs. Alors le Syndicat National, l’Union Départementale C.G.T., le parti radical, le Groupement des Fonctionnaires, le Groupement départemental de l’enseignement laïque, la Ligue des Droits de l’Homme décident de se retirer de l’action prévue. Le Groupement de l’enseignement laïque fait apposer mille affiches indiquant sa volonté de ne rien faire « pour exciter les sentiments de haine et de représailles ». Le syndicat autonome se tait. Le secrétaire départemental du Syndicat National, Vialtel, écrit à Moulin, secrétaire du Syndicat Unitaire : « ... nous avions déclaré vouloir marcher en concordance avec les groupements ouvriers et politiques à tendance réformiste. Je ne peux assurer la responsabilité d’engager notre section dans une aventure qui peut se présenter dans d’excellentes conditions, mais qui compte pourtant de sérieux aléas ».

77Cinq mille policiers sont mobilisés pour l’occasion. La manifestation se déroule normalement. Par contre, à Villefranche où, en juillet 1927, une parade des gymnastes des sociétés cléricales a dégénéré en descente « musclée » sur des laïques qui manifestaient leur hostilité, l’instituteur Bailly s’en sort avec un poignet cassé.

78En vérité, les dirigeants du Syndicat National se trouvent dans une situation embarrassante : les mécomptes que leur a valus leur soutien au Cartel des Gauches en 1924 n’ont pas affaibli leur sympathie pour les partis réformistes. Mais en 1928, ils peuvent difficilement se placer sur le même terrain. La laïcité est un excellent cheval de bataille ; encore faut-il bien se différencier, sur cette question, des communistes et de leurs alliés. Le Syndicat National manifeste l’intention de remettre en avant la nationalisation de l’enseignement. Seulement, voilà : il est partagé entre les partisans du monopole d’Etat et ceux de la nationalisation en deux étapes (1°/contrôle de l’enseignement privé ; 2°/gestion tripartite du service nationalisé). Le Comité Administratif départemental du syndicat, réuni le 31 mars 1927, adopte en conclusion d’un débat laborieux, un vœu souhaitant « l’unité de l’enseignement » par la prise en compte de « toute proposition permettant d’améliorer la situation de l’enseignement public face à l’enseignement privé ».

  • 7 Les élections législatives de 1928 portent au pouvoir l’« Union Nationale » formée par les partis d (...)

79Sur cette base assez floue, le Groupement départemental de l’enseignement laïque et la section du Syndicat National entreprennent une campagne de réunions publiques qualifiée par « Le Syndicat » de « grande tournée laïque... électorale »7. Les militants unitaires portent la contradiction aux orateurs du Syndicat National et, dans plusieurs cantons, font voter leur propre ordre du jour. On voit notamment à Champagne le jeune René Milliex, en compagnie d’Anselme et Peycelon, affronter victorieusement Léon Emery.

80Jusqu’en 1935, le Syndicat Unitaire vit dans le département. Mais à partir de 1929, son influence décroît lentement. Le poids écrasant du Syndicat National est amplifié par le langage révolutionnaire et pacifiste des nouvelles équipes qui en rajeunissent le style. Il se place ainsi sur le terrain même du Syndicat Unitaire, sans pour autant repousser les anciens « pères tranquilles » de l’Amicale, que son anti-communisme rassure.

81Au contraire, les analyses souvent sommaires du Syndicat Unitaire, ses dissenstions internes sur la politique internationale dissenstions que la montée du fascisme met au premier plan), aussi bien que les oppositions portant sur l’orientation même de l’activité syndicale, ne lui permettent pas d’ouvrir une véritable perspective aux institutrices et aux instituteurs du Rhône.

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin (mensuel national) du Syndicat National des Instituteurs ; Ecole Emancipée ; Bulletin départemental du Rhône du Syndicat National ; Bulletin Corporatif (Rhône), « Le Syndicat » – tous, de 1925 à 1928 ;

– Archives Départementales du Rhône, 4 M 507 (Réunions 1920-1939) ; Institut Français d’Histoire Sociale, Paris (Fonds Dommanget) ; Institut de Recherches Marxistes (microfilms Congrès de Paris du P.C.F., octobre 1922 (Cas Cuminal) ;

– Virgile Barel, « 50 ans de luttes », Ed. Sociales ; A. Bianconi, op. cit. ; Georges Cogniot, op. cit. ; Léon Emery : « Etapes et Rencontres », Ed. Les Cahiers libres, Lyon, 1976 ; Maurice Moissonnier et André Boulmier : « La bourgeoisie lyonnaise aux origines de l’Union Civique ? », « Cahiers d’Histoire » de l’Institut de Recherches Marxistes no 4/38 ; Jean-Luc Pinol, op. cit.

Notes

1 Ne pas confondre Jean-Marie Ballandras, dirigeant du S.N. – et Antoine Ballandras, militant du Syndicat Unitaire.

2 A l’initiative du Syndicat Unitaire, s’était constitué – à Lyon comme dans le reste de la France – un « Groupe des Jeunes », réunissant des unitaires, des membres du Syndicat National, des inorganisés et depuis 1925, des militants autonomes. Le point de rencontre était la défense des revendications « jeunes » et la lutte pour le « traitement uniunique». Le « Bulletin des Groupes de Jeunes » était encarté en supplément dans « L’Ecole Emancipée ».
Le groupe rhodanien éclate après les élections de 1926 au Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire. Il a majoritairement soutenu la liste unitaire, ce qui provoque des polémiques et sa dislocation. La Section Départementale du Syndicat National décide de créer sa propre « commission des jeunes », étroitement contrôlée par le Bureau Départemental du Syndicat. (« Bulletin Corporatif », mai 1926).

3 François et Marie Mayoux, originaires de la Charente, socialistes depuis 1905, syndicalistes depuis 1907, pacifistes, plusieurs fois victimes de la répression. Après avoir vainement tenté de se rendre à la conférence internationale de Kienthal, ils publient illégalement, en 1917, une brochure intitulée : « Les instituteurs pacifistes et la guerre ». Ils sont révoqués et condamnés à deux ans de prison ferme. Réintégrés dans l’enseignement en 1924. Après guerre, libertaires, adversaires résolus du parti communiste au sein de la C.G.T.U.

4 Goanach, instituteur du Finistère, a été condamné à huit mois de prison, puis révoqué, pour « incitation de militaires à la désobéissance » et collage d’affiches contre la guerre du Maroc. G. et L. Bouët, responsables nationaux de la Fédération unitaire, sont menacés de déplacement par une cabale appuyée par l’Inspecteur d’Académie de Maine-et-Loire. A Chartres, le jeune normalien Cuenne a été exclu de l’Ecole Normale pour y avoir introduit « L’Ecole Emancipée » et « L’Humanité ».

5 Paul Cuminal, un des fondateurs du syndicat, puis du P.C.F. dans le Rhône, a eu quelques démêlés, heureusement résolus, avec son parti après avoir été élu maire – à titre intérimaire – de Lyon et avoir reçu à ce titre le président de la République Millerand. En 1927, il est exclu du Syndicat Unitaire, car il cumule une retraite avec un traitement de surveillant général dans l’enseignement technique. Une autre enseignante, Mme Ponson, est exclue pour des raisons similaires.

6 Effectifs de la Fédération Unitaire : Août 1921 : 8 000 adhérents ; juillet 1922 : 4 050 ; août 1923 : 3 000 ; fin 1924 : 3 184 ; fin 1925 : 3 408 ; Eté 1926 : 3 298 ; fin 1926 : 3 595 ; été 1926 : 4 428 ; fin 1928 : 4 800.

7 Les élections législatives de 1928 portent au pouvoir l’« Union Nationale » formée par les partis de droite et du centre droit. Le leader est Raymond Poincaré.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search