Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Première partie. 1918-1927

Chapitre I. De l’amicale au syndicat - Le temps des scissions

Texte intégral

1Sur tous les plans, la guerre de 1914-1918 a ouvert une crise majeure chez les instituteurs : ceux, très nombreux, qui ont connu « l’enfer du front », ne sont pas sortis intacts d’une telle aventure. « Le Feu » d’Henri Barbusse, ce « journal d’une escouade », prix Goncourt 1917, a été intégralement publié en feuilleton dans « Le Progrès de Lyon » dès 1916. Il a fait entendre les clameurs des victimes : « Plus de guerre ! Ah ! non... C’est trop bête »... – « Deux armées qui se battent, c’est comme une grande armée qui se suicide ! ».

2Rien ne sera plus pareil désormais. Les Amicales d’instituteurs évoluent vers le pacifisme ; la Fédération des Syndicats, vers l’internationalisme.

  • 1 Pierre Monatte : militant anarcho-syndicaliste, un des fondateurs de « La Vie Ouvrière ». En 1914, (...)

3Tranchant avec les désillusions et l’écœurement nés de la guerre, un espoir mêlé de surprise et parfois de crainte s’élève au fur et à mesure que parviennent en France les échos de la Révolution d’Octobre. Pierre Monatte, alors emprisonné à la Santé, écrit le 10 décembre 1920 dans « La Vie Ouvrière » : « La guerre est venue. Par le monde entier, la classe ouvrière a baissé le front. Elle le redresse aujourd’hui et partout. En pleine tempête, les paysans et les ouvriers russes l’ont redressé »1.

4Paraphrasant Peguy, Georges Cogniot a pu écrire de cette période : « Historiquement, tout fut jeune alors pendant trois ou quatre merveilleuses années », pendant lesquelles « tous les arbres de l’espérance fleurissaient ».

5La Révolution triomphante, Louis Bouet y croit. Il exprime cette conviction dans une brochure publiée par la Fédération des Syndicats de l’Enseignement Laïc, en application des décisions de son Congrès de Tours (août 1919) : « La situation nationale est telle qu’un mouvement révolutionnaire apparaît désormais comme inévitable ». Il envisage la participation des enseignants à « une grève générale de longue durée » laquelle « n’aurait aucun sens si elle n’avait pour but de précipiter la révolution, c’est-à-dire la fuite ou la mise hors d’état de nuire des dirigeants actuels et l’établissement provisoire de la dictature du prolétariat. Or, la grève des instituteurs ne peut être d’aucun effet en la circonstance, si ce n’est au point de vue moral, tandis que la grève des boulangers, laitiers, bouchers, cheminots, etc., assurerait le succès en quinze jours.

6« Cela dit, il me semble qu’il appartient à toutes les organisations ouvrières, réunies en Congrès, de fixer l’attitude des membres de l’enseignement, en cas de grève générale de longue durée ».

7Nous pouvons sourire de cette assurance naïve ; mais comment les éléments les plus ardents n’auraient-ils pas été transportés quand Léon Jouhaux lui-même faisait adopter au Congrès de Lyon de la C.G.T. une motion «exprimantmant sa profonde sympathie à la Révolution Russe » et demandant aux travailleurs des transports de refuser l’acheminement des armes et des munitions destinées aux armées contre-révolutionnaires ? A Lyon, un meeting C.G.T. – Parti Socialiste – Ligue des Droits de l’Homme réunit mille personnes environ au cirque Oger en novembre 1920, « pour la défense de la Révolution russe ». Le 1er mai 1919, dix normaliens de Lyon avaient manifesté en arborant un foulard rouge qu’on leur fit enlever. Le rapport de cet incident a été envoyé à leur famille et figure dans leur dossier.

8Léon Blum et Longuet, qui pourtant allaient vers la scission au Congrès de Tours du Parti Socialiste, déclaraient, l’un que « l’exemple de la Russie elle-même attaquée par toutes les forces capitalistes (...) doit trouver toutes les forces prolétariennes pour la défendre » ; l’autre, que l’éventuelle disparition de la Russie révolutionnaire « serait le plus grand malheur qui pourrait frapper le prolétariat universel ».

9Ces militants politiques ou syndicaux étaient vivement pris à partie, en France et en Russie, pour leur attitude pendant la guerre, par toute la gauche du mouvement ouvrier. Le fait qu’ils adoptent de telles positions traduit, plus sans doute que leurs sentiments personnels, la puissance du mouvement qui soulève une partie importante des travailleurs. Particulièrement significative est l’évolution de Jouhaux, qui déclare en juillet 1919 au Comité Confédéral de la C.G.T. : « la Révolution qui aboutit à la famine n’est pas la Révolution, c’est la négation de celle-ci » et qui, en septembre de la même année, exprime sa sympathie pour la Révolution Russe.

10Nul ne peut comprendre les tensions, les déchirements et les scissions de cette période s’il ne les replace dans ce climat extraordinaire, dans cette atmosphère de fin d’un monde, de naissance d’une autre société éclairée par les flammes d’Octobre.

11En contre-partie, les oppositions à la « vague » révolutionnaire étaient fermes et résolues, jusque dans les organisations ouvrières. Un de ceux qui les expriment le plus tôt et le plus nettement est Albert Thomas (assez isolé, il est vrai, dans son parti – le parti socialiste – mais entretenant des relations étroites avec Léon Jouhaux et la direction cégétiste). Le 9 novembre 1918, il écrit dans « L’Humanité » : « Ou Wilson ou Lénine. Ou la démocratie née de la Révolution française, fortifiée par les luttes de tout un siècle, ou bien les formes primitives, incohérentes, brutales, du fanatisme russe. Il faut choisir ».

12Les instituteurs, dans leur masse, sont plus près d’Albert Thomas que des révolutionnaires.

Le Rhône en marge du courant

13L’Union Pédagogique du Rhône se réorganise dès 1919 et prendra, selon le conseil d’Arbassier, l’étiquette d’« Union syndicale ». L’objectif de ses dirigeants est de rejoindre au plus tôt la C.G.T. et de noyer dans la masse des examicalistes les membres de l’ancien syndicat, trop extrémistes à leur gré.

14La perspective de se voir phagocytés par les anciens amicalistes est loin de réjouir les syndicalistes-révolutionnaires. Jean Cornec exprime ses craintes sans ambages : « Quant au « droit syndical » réclamé par les fonctionnaires, nous pensons toujours que c’est la porte ouverte pour l’entrée de la jaunisse dans nos syndicats qui puisent leur essence révolutionnaire dans la lutte déclarée contre le gouvernement. Nos syndicats deviendront des amicales et il nous faudra, de nouveau, grouper les éléments sains sous un autre nom. Il est vrai que la Révolution qui vient éclairera bien des craintes ».

15La Révolution qui vient ! Dans le Bulletin Corporatif du syndicat du Rhône, dont l’éditorial est consacré à un règlement de comptes avec l’Inspecteur d’Académie partant à la retraite, il faut atteindre les deux dernières pages pour trouver l’article théorique signé J.F. (Jean Fontaine), dont il a déjà été fait état. Modeste contribution au débat crucial ouvert dans le mouvement ouvrier ! « J’ai la conviction intime qu’une révolution est inévitable à bref délai », écrit Fontaine. Mais c’est pour manifester aussitôt son appréhension de la voir « prise au dépourvu ». Il rappelle que la Révolution des « vrais socialistes d’Outre-Rhin, les partisans de Liebknecht et de Rosa Luxembourg » a été écrasée par la bourgeoisie alliée aux « socialistes conservateurs et impérialistes dirigés par Scheidemann, un traître à la cause socialiste » (...) « Que cela nous serve de leçon pour notre prochaine révolution. Qu’elle ne tourne pas en émeute. Etre maître de la rue n’est pas grand’chose. Méfions-nous des triasses, de la foule, du nombre. Ayons confiance seulement aux groupes organisés bien disciplinés ». Les « élites » révolutionnaires doivent d’urgence établir un plan pour « la prise en mains, sans retour en arrière possible, des grands organismes sociaux : transports, mines, banques, finances, ravitaillement, enseignement, etc. ».

16Seul le syndicalisme (un syndicalisme de « purs » et de « durs ») peut donc résoudre les problèmes posés par la Révolution, apporter les solutions techniques que le politique ne conçoit pas.

17Cet article est aussi éloquent par ce qu’il tait que par ce qu’il exprime :

  • Le grand fait révolutionnaire concret : l’octobre russe – en est totalement absent.
  • Le discours est celui, inchangé, des anarcho-syndicaliste d’avant 1914 : peur des masses, conception élitiste, quasi putschiste de la Révolution, hostilité à la politique et aux politiques. Là réside une différence appréciable entre le Syndicat du Rhône et le mouvement ouvrier, entre le syndicat et la Fédération nationale dont il est membre. Beaucoup de militants ouvriers issus de l’anarchosyndicalisme, tels Gaston Monmousseau, suivent avec intérêt et sympathie les événements révolutionnaires de Russie. Leur comportement en sera modifié. A la Fédération des syndicats d’enseignants, même attitude bienveillante, qui s’efforce d’être compréhensive, de la majorité – du moins pendant quelque temps. Le Rhône se situe nettement en marge de ce courant.

L'union sacrée et la suite

18Le mouvement ouvrier peut-il continuer sur sa lancée de 1914-1918 ? Telle est la question qui se pose dès la fin de la guerre, tant au parti socialiste qu’aux organisations syndicales.

19Faut-il remettre sur pied une Internationale socialiste « qui n’était pas faite pour le temps de guerre », mais qui pourrait trouver quelque raison d’être en temps de paix ? La volonté unitaire des masses pousserait-elle dans ce sens ?

20Mais la révolution russe a brisé net avec les conceptions et les méthodes de la social-démocratie. Elle donne aux bolchevicks russes le « leadership » de la révolution. Le travaillisme britannique prenant le relais de la social-démocratie allemande, est-ce une perspective enthousiasmante quand les premières réunions d’une IIe Internationale en voie de reconstruction démontrent « sa carence à fonder sur l’après-guerre et ses virtualités révolutionnaires une stratégie générale ouvrant une perspective socialiste » ?

21De son côté, l’Internationale syndicale d’Amsterdam s’avérait incapable de « régler le problème de la crise révolutionnaire pour autant que la crise levait dans le prolétariat, pas seulement des exigences économiques et sociales, mais des exigences politiques ».

22Les militants traumatisés cherchent leur voie. Ils passent la revue de détail des dirigeants et mettent en cause leur attitude pendant le conflit. Beaucoup de responsables ont été pour « l’union sacrée » dès le mois d’août 1914. Ils ont contribué à la mobilisation économique et idéologique.

23Jules Guesde et Marcel Sembat ont participé aux cabinets de guerre, Albert Thomas a même été Ministre de l’Armement. Léon Jouhaux est devenu membre d’un « Comité pour la Défense de la République » destiné à mobiliser les travailleurs pour l’effort de guerre.

24Dès la fin de la guerre, il apparaît que ni les dirigeants de droite de la social-démocratie, ni ceux de la C.G.T. n’entendent revenir sur leur politique de « présence » au sein des institutions bourgeoises. Pour ceux de la S.F.I.O., la guerre a été une « parenthèse ». Au Congrès de Tours de 1920, Marcel Sembat déclare : « C’est une calmonie d’assimiler ce que nous avons fait à un acte de ministérialisme et de participation ministérielle. Il n’y avait rien dans notre attitude qui engageât l’avenir ; et Guesde comme moi, nous préservions pour l’après-guerre toute l'indépendance du Parti. Par conséquent, ne venez pas nous dire que par l’effet de ce qui s’est passé pendant la guerre, la ligne de conduite traditionnelle du Parti pouvait avoir été altérée ». Léon Blum, qui avait assisté Marcel Sembat en qualité de chef de cabinet, est d’accord pour condamner toute participation S.F.I.O. à un gouvernement bourgeois ; mais pour lui : « la participation ministérielle en France pendant la guerre n’a été à aucun degré le signe d’une inflexion révisionniste de la pensée socialiste, car ce n’est pas pour collaborer à des réformes sociales que le Parti Socialiste a accepté le pouvoir. Il l’a accepté dans des circonstances que la résolution Kautsky de Paris qualifiait de « circonstances exceptionnelles ».

25Pour Léon Jouhaux, « si par collaboration, on entend prendre une responsabilité dans les décisions du pouvoir, cette collaboration jamais je ne l’ai faite. Si l’on entend par collaboration que, cédant aux circonstances, accablé par elles comme les autres camarades, essayant de défendre pied à pied les intérêts ouvriers, j’ai pris ma place partout où il était nécessaire de la défendre, cette collaboration, je l’ai faite ».

26Minimisant ses responsabilités de « Commissaire à la Nation », Jouhaux refuse, tout comme les socialistes ministériels, de condamner le revirement de 1914 et la politique de « présence ». Le 13 novembre 1920, il prononce le discours d’ouverture au Congrès de Londres de la Fédération Syndicale Internationale et donne son approbation à l’allocution du président du congrès, le travailliste J.-H. Thomas, président du Comité parlementaire des Trade-Unions, qui se réfère à « l’idéal de 1914 (...) toujours vivace chez nous » et qui conseille tout bonnement : « Oublions les événements de ces dix dernières années ». A ce congrès, les formules équivoques ne manquent pas : « Ce qu’il nous faut créer avant tout, dans les circonstances troubles que nous traversons déclare Jouhaux c’est une morale internationale acceptée par tous et appliquée par tous, qui animera notre action, en nous permettant de concentrer nos efforts autour de la même idée, sur les mêmes principes : reconstituer le monde par le travail et sur les droits du travail ». Le vague de la formule permet de justifier la collaboration aux organisations internationales mises en place par les vainqueurs.

La poussée révolutionnaire. Les 21 conditions

27A côté des jusqu’au-boutistes de l’« Union sacrée », nombreux sont les « centristes » soucieux de l’unité du Parti Socialiste et craignant la scission. Ce « centre » (la majorité du parti), formé d’éléments très divers allant de Paul Faure et Frossard à Longuet et Marcel Cachin, se trouve rapidement placé en position inconfortable.

28C’est que, dès le mois d’octobre 1918, quelque chose bouge terriblement dans le parti socialiste et le mouvement ouvrier.

29A la S.F.I.O., la répartition des forces a changé. Son congrès marque la défaite de la majorité Renaudel, favorable à la Défense Nationale. Une nouvelle direction est mise en place. L.O. Frossard devient secrétaire général ; Marcel Cachin, directeur de « L’Humanité ». Le nombre d’adhérents augmente rapidement, tant au parti socialiste qu’à la C.G.T.. Les antagonismes s’exacerbent entre les anciens dirigeants et les forces nouvelles qui affluent, ce que le dirigeant cégétiste minoritaire Monatte exprime avec brutalité :... « nous ne pouvons donner notre main à qui donne la sienne aux responsables de la guerre ». Il rejoint ainsi la position des bolcheviks russes, qui en novembre 1914, lançaient un manifeste terminé par cette phrase significative : « Vive l’Internationale prolétarienne affranchie de l’opportunisme ! ».

30En janvier 1919, une Conférence internationale pour la constitution d’une véritable internationale révolutionnaire a lieu sous la direction de Lénine. Le congrès constitutif de cette Internationale groupe, du 2 au 6 mars 1919, les délégués des partis communistes et des organisations socialistes de gauche de trente pays. En avril 1919, le parti socialiste français, réuni en congrès à Paris, hésite à rompre avec la IIe Internationale. L’ancien « Comité pour la reprise des relations internationales », transformé en « Comité pour l’adhésion à la Ille Internationale », va mener en France une intense bataille idéologique sur ce terrain. Le courant révolutionnaire progresse vigoureusement, au point que le Congrès de Strasbourg du parti socialiste se prononce par 4330 voix contre 37 pour le retrait de la IIe Internationale – mais une très forte majorité écarte encore l’adhésion immédiate à la IIIe. Le Congrès de Tours (décembre 1920) se conclut par l’adhésion à la IIIe Internationale (par 3208 mandats contre 1082). La minorité du parti, conduite par Blum, Renaudel, Marcel Sembat, Paul Faure, Longuet, Pressemane, est placée devant le dilemme : se soumettre ou faire scission. Elle choisit de former un nouveau parti en gardant l’étiquette de « Parti Socialiste, section française de l’Internationale Ouvrière (S.F.I.O) ».

31Les positions des deux fractions, majoritaire et minoritaire, de l’ancien parti socialiste étaient en effet inconciliables. Les conditions rigoureuses mises par la IIIè Internationale à l’adhésion des partis nationaux font clairement ressortir cette incompatibilité. Au nombre de 21, elles prévoient notamment une « discipline de fer confinant à la discipline militaire », justifiée par « l’époque actuelle de guerre civile acharnée » (12è condition) ; l’obligation pour les partis nationaux d’exécuter les décisions de l’Internationale (16e condition) ; la formation de fractions communistes dans les syndicats et l’obligation de combattre avec énergie et ténacité l’Internationale « jaune » d’Amsterdam, c’est-à-dire la Fédération Syndicale Internationale (9e et 10e conditions). La volonté est manifeste de refondre dans le creuset révolutionnaire les organisations, partis et syndicats, atteints jusqu’à la moelle par la collaboration de classe. L’idée ne paraît pas alors paradoxale : les syndicats britanniques et allemands ne sont-ils pas étroitement dépendants des partis politiques ? Si, au lieu d’être liés à un parti réformiste, ils l’avaient été à un parti révolutionnaire, auraient-ils eu la même attitude pendant la guerre ?

32Néanmoins, la subordination prévue des syndicats aux partis rencontre en France une très forte opposition. Devant ces réactions, vives aussi dans d’autres pays, la liaison organique obligatoire entre l’Internationale communiste et l’Internationale Syndicale Rouge sera supprimée des statuts (mais non dans les faits) fin 1920.

Luttes ouvrières et adhésion à la IIIe Internationale

33Dans le Rhône, le nombre d’adhérents du parti socialiste est passé de 1200 en décembre 1918 à 2600 en décembre 1919. Cet afflux va de pair avec un développement des luttes revendicatives qui culminent en mai 1920 (en particulier pour le respect de la loi de huit heures) : les cheminots (dont 450 seront révoqués), les métallos, l’habillement (68 révoqués), l’O.T.L. (transports urbains), etc. Mais le Parti socialiste, très divisé, occupé par les élections générales et municipales, qui marquent le succès des « droitiers » du parti, ne prend guère part aux luttes ouvrières. Ce sont les éléments anarcho-syndicalistes qui conduisent les grèves, alors que les militants socialistes font de la « politique » générale. Ainsi, un meeting antimilitariste du parti socialiste rassemble un public nombreux le 12 mai 1920. Il réclame l’amnistie pour les mutins de la Mer Noire – mais il n’y a même pas une allusion aux grèves en cours – alors que la police et la gendarmerie sont sur pied de guerre et que deux régiments sont mobilisés pour le maintien de l’ordre.

34Cette césure entre socialistes et travailleurs en lutte réjouit vivement les envoyés de la préfecture. Les rapports de police font état des « mouvements syndicalistes à tendances révolutionnaires, pour la réalisation des revendications corporatives », dont les dirigeants « qui ont la confiance des ouvriers » (...) « n’ont rien de commun avec les individus vraiment révolutionnaires » ; leurs revendications « n’ont rien de commun avec le programme des partisans d’une révolution ». De ce fait, « si, éventuellement, au cours d’une grève générale, des individus affiliés à des groupements révolutionnaires ou connus comme tels, tentaient de s’emparer de la direction du mouvement, il est certain qu’ils en seraient éloignés par les ouvriers eux-mêmes ». Le Préfet s’oppose à l’arrestation du dirigeant syndicaliste Million (voulue par le ministre Steeg), parce que Million est partisan de négocier.

35Dans ce climat, poussée par le vent révolutionnaire, la fédération socialiste du Rhône passe rapidement du wilsonnisme le plus échevelé à la volonté de s’intégrer à la IIIe Internationale.

36Le Comité pour la Reprise des Relations Internationales, constitué à Lyon le 4 février 1918 à l’instigation de Calzan, Cuminal et Michon, s’est transformé en mai de la même année en « Comité de la IIIe Internationale », dont l’instituteur Félix Métra assure le secrétariat. Sa propagande se manifeste essentiellement à l’intérieur du parti socialiste. Une proposition de « créer en France un Parti Communiste qui réunirait tous les éléments de tendance bolchéviste du Parti Unifié, avec les anarchistes » est repoussée par les socialistes lyonnais.

37Au Congrès de Strasbourg de la S.F.I.O., 97 mandats du Rhône sur 101 se prononcent pour l’adhésion immédiate à la IIIe Internationale. Les adhérents du Rhône (2500 sur 2600) sont en contradiction sur ce point avec la majorité nationale. Les prises de position très fermes qu’on remarque dans le département sont pourtant loin de traduire une détermination sans faille. Aux législatives de 1929, l’électorat du parti socialiste ne suit pas les recommandations de la Fédération du parti, appuyée par la très grande majorité de ses 2600 membres : il réélit deux socialistes « droitiers », qui passeront à la S.F.I.O. et n’élit qu’un « révolutionnaire », futur membre du P.C.. En décembre 1920, les conseillers municipaux socialistes de Lyon font réélire Edouard Herriot au poste de maire, contre leur propre candidat Cuminal, qui recueille seulement 12 suffrages sur les 26 membres de son groupe. Le reclassement se poursuivra en 1921. Les communistes ne conserveront dans le Rhône que la direction des municipalités de Villeurbanne et – provisoirement – d’Oullins. Exclus, les élus indisciplinés seront les cadres de la S.F.I.O. dans le département.

38Il ne faut pas s’étonner si, devant ce spectacle traduisant une grande confusion dans les orientations politiques, des éléments de formation anarchiste, syndicaliste et socialiste s’organisent dans des clubs de discussion, d’expression artistique, dont le point commun est une profonde méfiance à l’égard de tout ce qui peut venir du parti socialiste. Certains croient trouver une issue dans le mouvement coopérateur qui connaît un essor considérable dans le Rhône. Le socialiste Charriai crée « L’Avenir », une coopérative des travaux publics et de maçonnerie. « L’Avenir régional », coopérative de consommation, créée par Cuminal, groupe en 1922 cent quatre magasins d’alimentation générale, quatorze boucheries, etc. Au Congrès de Tours, en décembre, 79 % des mandats de la Fédération socialiste (80 sur 101) vont à la motion Cachin-Frossard. Les minoritaires eux-mêmes semblent accepter les « 21 conditions ». Mais la scission politique n’en est que retardée.

Vers la scission syndicale

39La scission syndicale, qui va suivre, ne revêtira pas les mêmes formes et cela s’explique :

40– Pour l’essentiel, parti socialiste et C.G.T. ont pratiqué « l’Union Sacrée » de 1914 à 1918.

41– Mais les minorités hostiles à cette politique ont évolué très différemment. Au sein de la S.F.I.O., se renforçait peu à peu la fraction opposée au ministérialisme et favorable à une « paix blanche » – très loin encore du « défaitisme révolutionnaire » prôné par Lénine. Dans la C.G.T., tandis que, dès 1914, Merrheim, Bourderon, les militants anarcho-syndicalistes groupés autour de leur journal « La Vie Ouvrière », condamnent vigoureusement la position de Jouhaux et des autres majoritaires, le ralliement progressif de la plupart des hétérodoxes permet à Jouhaux de maintenir le cap. Devant la rapide radicalisation du parti socialiste en 1918-1919, Jouhaux n’hésite pas à faire condamner par la C.G.T. la création du Parti Communiste. Aux craintes exprimées dans le mouvement syndical de « subordination à des éléments extérieurs » inspirés par Moscou, « La Vie Ouvrière », restée fidèle à l’internationalisme, répond :

42« Qu’en avez-vous fait de l’indépendance du syndicalisme depuis août 1914 ? Aujourd’hui, vous osez vous réclamer d’elle ? Vous n’en avez plus le droit ! ».

  • 2 A. Jouhaux, faisant appel au patronat en 1918 pour « une large nuit du 4 août (qui) doit terminer (...)

43Les minoritaires rappellent qu’un « Comité d’Action » permanent parti-socialiste – C.G.T. existe et fonctionne ; qu’au Bureau International du Travail de la C.G.T. Jouhaux collabore avec Albert Thomas et le patronat ; que cette collaboration lui est dictée par une conception erronée des rapports sociaux »2.

44Succédant au « Secrétariat International » des syndicats dirigés avant guerre par Legien et qui s’était désagrégé, la Fédération Syndicale Internationale, constituée en juillet 1919 avec 24 millions d’adhérents, marque une continuité avec la politique suivie jusque-là par les syndicats. Mais en Russie Soviétique et dans un certain nombre de pays, cette orientation est vivement contestée. Vers le milieu de 1920, en marge des travaux du IIe Congrès de l’Internationale Communiste, la création d’une nouvelle centrale syndicale, révolutionnaire, est décidée. Malgré de nombreux désaccords de fond entre les participants à cette approche (communistes, anarcho-syndicalistes et réformistes de gauche), la poussée révolutionnaire permet la convocation du congrès constitutif de l’Internationale Syndicale Rouge, qui se tient en juillet 1921 à Moscou. Un an après, la nouvelle Internationale revendique 12 millions d’adhérents.

45Le mouvement syndical international se trouve dès lors placé devant le choix : ou bien rester avec Jouhaux et Legien, ou se placer dans le camp révolutionnaire et, très concrètement, avec la Russie des Soviets. C’est ainsi que se pose la question dans la C.G.T. et au sein de la Fédération des Syndicats d’Enseignants qui lui est affiliée.

46Les dirigeants majoritaires de la C.G.T. sentent bien la précarité de leur position. Le mouvement révolutionnaire ne cesse de progresser et la majorité ne se maintient de justesse, qu’en avançant le Congrès Confédéral, prévu pour septembre, à juillet 1921 (après avoir commencé à procéder à une série d’« opérations chirurgicales »). Dès le mois d’août 1920, au Comité Confédéral National, Bidegaray annonçait la couleur : « Il faut se débarrasser de tous ces néophytes du syndicalisme qui veulent se dresser sur un piédestal en nous diminuant ». Dans les Fédérations d’industrie, les Unions Départementales et les syndicats où ils sont encore majoritaires, les réformistes se contentent d’exclure les non-conformistes. Là où ils ont été mis en minorité, ils forment aussitôt, aux côtés des organisations régulières, de nouveaux groupements que le Comité Confédéral de la C.G.T. reconnaît comme les seuls représentatifs.

47Ces pratiques ont tout le soutien de la Fédération Syndicale Internationale. Le 6 août 1921, Fimmen, président de la F.S.I., écrit à Jouhaux pour lui conseiller de procéder au « grand nettoyage ». Oudegeest, secrétaire général du même organisme, lui écrit deux jours plus tard : « Quand tu fais rayer par exemple de la liste des membres de leur organisation cent d’entre les meneurs les plus fameux, ce que tu peux faire en vertu des résolutions tant d’Amsterdam que de tes propres congrès, alors leur force sera brisée (...) Je ne doute pas que dans six mois, ces messieurs ne disposeront plus que de quelques milliers de partisans dans toute la France, nombre qui sera trop restreint pour te causer plus d’inconvénients puisqu'ils se trouveront hors de la porte ».

48Devant cette offensive visant à démanteler les forces révolutionnaires et à les exclure du mouvement syndical, il ne reste plus aux minoritaires de la C.G.T. qu’à s’organiser hors de cette Confédération. En décembre 1921, un « Congrès Confédéral extraordinaire d’unité » donne naissance à la Confédération Générale du Travail (Unitaire) – la C.G.T.U.. Les éléments révolutionnaires du syndicalisme français ont été amenés à endosser en apparence les responsabilités de la scission. En décembre 1922, après que le second congrès de l’Internationale Syndicale Rouge ait modifié l’article II de ses statuts sur les relations entre l’I.S.R. et l’Internationale Communiste, Gaston Monmousseau peut annoncer l’adhésion officielle de la C.G.T.U. à l’I.S.R.

Rupture dans les syndicats ouvriers du Rhône

49Jusqu’aux grèves de mai 1920, l’Union Syndicale du Rhône, réunissant les syndicats ouvriers des diverses corporations, suit Jouhaux et la majorité confédérale de la C.G.T.. Mais le choc provoqué par ce conflit très brutal avec son cortège de révocations massives, provoque la constitution d’une nouvelle majorité à l’Union Syndicale. Tandis que les dirigeants Bécirard et Million, minoritaires pendant la guerre, se rapprochent de Jouhaux, l’anarchiste Fourcade devient secrétaire de l’U.S.R.. La majorité sur laquelle il s’appuie est hétéroclite. En 1921, le secrétariat passe aux mains de Galland, socialiste proche des communistes.

50Les décisions du congrès constitutif de la C.G.T.U. sont massivement approuvées par la commission exécutive de l’Union Syndicale du Rhône. Immédiatement après la scission, la C.G.T.U. est sans conteste l’organisation syndicale la plus importante dans le département. Elle revendique 19 000 adhérents et elle conserve le siège de la rue Lafayette. Mais elle décline rapidement, après l’échec d’une « grève générale », décidée du sommet pour le 29 août 1922 – grève improvisée, insuffisamment préparée. Fin décembre, l’U.S.R. ne compte plus que 6 000 cotisants. Elle se rapproche peu à peu des communistes.

51Mécontents de cette évolution, les anarchistes créent alors leur propre organisation – « l’Union Syndicale des Ouvriers Autonomes » – dont le secrétaire est Pontal, ce qui leur permet d’échapper à la discipline nationale de la C.G.T.U.. Ils conservent le siège de la rue Lafayette ; les fidèles de la C.G.T.U. trouvent asile au siège du Parti Communiste, me Molière.

52L’Union Départementale C.G.T., qui reste dans la ligne de Jouhaux, regroupe au départ les syndicats ouvriers de l’O.T.L., des arsenaux, du Livre et du Textile. J.-L. Pinol leur attribue (sous réserves) 11 000 adhérents. Le secrétaire départemental Vivier-Merle restera dans les annales lyonnaises.

53Les instituteurs et institutrices du Rhône sont dans leur masse à l’extérieur des organisations syndicales. Comment ressentent-ils ces déchirements ? L’effet répulsif de la scission, qui est certain, contribue sans doute à retarder leur syndicalisation ; celle-ci ne s’en fera pas moins.

54Mais nous allons voir que la démarche syndicale des enseignants n’est pas, dans le département, sans analogie avec celle du mouvement ouvrier.

A la Fédération de l’Enseignement : pour et contre l’adhésion à la IIIe Internationale

55Dans la Fédération des syndicats de l’enseignement, la question de l’adhésion à la IIIe Internationale a été posée avant même la création de l’I.S.R.. Les arguments pour et contre l’adhésion sont publiés en brochure sur décision du Congrès de Tours de la Fédération (août 1919). La discussion dans les syndicats départementaux doit se conclure par un référendum.

56Le rapport présenté par Louis Bouët devant le Congrès et repris dans la brochure réfute l’objection : pas de politique dans le syndicat, ce serait contraire à la Charte d’Amiens.

57« Pas de politique au syndicat ! » : ce serait une position valable si l’on entend par ‘politique’ la réclame électorale, la course aux timbales parlementaires, le jeu de bascule qui consiste à remplacer au pouvoir Untel par Untel, sans rien changer au régime.

58« Par contre, si la ‘politique’ est toute la besogne d’éducation, toute la propagande, toute l’action en vue du mieux-être de la classe productrice, tant spoliée, la fin des injustices sociales, l’édification d’une société meilleure, nous déclarons résolument : « Il faut faire de la politique, cette politique-là qui est l’essence du syndicalisme ».

59Au passage, il montre que le syndicat « a toujours fait de la politique », avant guerre, pendant la guerre et après. Les dirigeants majoritaires qui approuvent « la paix de violence » à l’égard des Etats Centraux ; qui permettent aux dirigeants de l’Entente d’écraser les peuples de Russie et de Hongrie – ceux-là « font de la politique », une politique qui « appelle de nouvelles guerres ». Tant que « tous les gouvernements capitalistes sont ligués contre nos camarades révolutionnaires de là-bas, c'est qu'ils font de la bonne besogne ».

60Glay, qui veut s’en tenir à « ce qui est possible » oppose à la « méthode révolutionnaire » une troisième voie, « qui n'est ni révolutionnaire ni réformiste », contre « l’imposition de tout catéchisme nouveau, fût-il celui de la IIIe Internationale ». Il considère « la grève comme un pis-aller, car nous sommes pour une révolution non pas spontanée, catastrophique ou insurrectionnelle, mais comme une suite continue de réformes dont l’ensemble finit par constituer le bouleversement social et apporte des conditions nouvelles de la vie nationale et internationale ». Il faut donc « chaque jour faire peser la force ouvrière afin de miner peu à peu l’Etat jusqu’au jour où il sera plus facile d’en recueillir la succession ».

61... « Ni la Révolution russe, ni la Révolution allemande, produit de la débâcle et surtout de la famine, ne peuvent nous servir de référence (...) Voyez (plutôt) les Anglais », chez qui « la Révolution se fait tous les jours » et l’Allemagne avec ses « Comités paritaires de gestion » de l’électricité – ce qui amène Glay à trouver la solution de la question sociale dans « le contrôle ouvrier de la production » sous les auspices de « Comités paritaires ».

62G. Thomas appuie Glay, en tant que « libertaire et adversaire du socialisme d’Etat », car la libération politique de la classe ouvrière est « indépendante de tout gouvernement politique » ; le devoir du prolétariat « est la destruction de tout pouvoir politique » et la « fédération des corps de métiers et des communes autonomes ».

63La Fédération des Syndicats de l’Enseignement est profondément divisée. Un premier référendum donne les résultats suivants : Pour l’adhésion à la IIIe Internationale : 58 mandats ; contre : 58 : abstentions : 16.

64Les sections départementales n’ayant pas toutes fait connaître leur position, un second référendum permet de dégager une minorité de faveur pour l’adhésion : 73 pour : 60 contre ; 20 abstentions.

65Au Comité Confédéral de la C.G.T., Louis Bouët défendra cette décision de sa Fédération. Il apostrophe la majorité : « Est-ce à vous de nous faire aujourd’hui le reproche de collaborer avec les camarades qui ont élaboré la première république sociale ?

66« Avez-vous le droit de nous dire : « Vous violez la Charte d’Amiens ? »

67« Si vous avez le droit de causer avec des représentants officiels des gouvernements bourgeois, nous avons celui de causer avec Moscou ».

68La majorité confédérale de la C.G.T. étant hostile à l’adhésion à la IIIe Internationale, celle-ci ne pourrait être réalisée que par le canal de la C.G.T.U.. Ce n’est pas sans hésitation que la Fédération de l’Enseignement va s’engager dans cette voie.

Amicale et syndicat : la question de la fusion

69Dans le Rhône comme partout ailleurs, l’Amicale reste puissante. En 1920, la Fédération de l’Enseignement (adhérente à la C.G.T. depuis l'avant-guerre), compte nationalement 12 000 membres ; ce sera son apogée. Les Amicales groupent la quasi-totalité du personnel. Les syndiqués y adhèrent, parfois ils les dirigent. Le secrétaire national de la Fédération des Amicales, Glay, est syndiqué.

70A leur tour, les Amicales veulent s’intégrer au mouvement syndical. Leurs dirigeants tentent de les faire entrer à la C.G.T. – une C.G.T. dont ils espèrent qu’elle ne glissera pas trop vers l’extrême-gauche. Mais il ne peut y avoir, au sein de la Confédération, deux Fédérations concurrentes pour la même corporation. Pour les Amicalistes, la solution consiste donc en la fusion des Amicales et des Syndicats, opération qui marginaliserait les anciens syndicalistes.

71A la base, département après département, les Amicales se prononcent pour la fusion avec les syndicats. Certaines organisent des référendums sur la question, plus délicate, de l’adhésion à la C.G.T.. Les résultats sont contrastés, souvent négatifs. Le Congrès National des Amicales (septembre 1919) s’ouvre par un rapport de Roussel qui regrette « l’hostilité à la fusion et même à l'entente » manifestée par le Congrès de Tours de la Fédération des Syndicats d’Enseignants (dont le secrétaire est Louis Bouet). Le rapport, pour le premier congrès qui se tient depuis l’avant-guerre, s’en tient aux problèmes corporatifs et ne fait aucune allusion aux positions adoptées par la Fédération des Amicales durant cette période cruciale.

72Le secrétaire général Glay est partisan de la transformation de l’Amicale en syndicat, car « la loi de 1901 est caduque » et de l’adhésion à la C.G.T.. Il trouve qu’à la C.G.T. on abuse de l’expression « lutte des classes », mais il met en évidence le fait que le Congrès Confédéral de Lyon s’est prononcé « à une énorme majorité » contre les positions de Bouet et de Loriot. A leur tactique, Glay oppose celle des « possibilités », c’est-à-dire d’une « révolution pacifique par le travail », qu’il a déjà exposée dans la brochure de la Fédération syndicale. Au cours de la discussion, Péron (Rhône) combat aussi pour l’adhésion à la C.G.T.

73La constitution en syndicat ne fait aucune difficulté : Pour : 242 mandats, contre : 2 (de la Seine), Abstentions : 3. Sur l’affiliation à la C.G.T., on remarque un grand décalage entre les chiffres obtenus dans les départements où la masse des adhérents s’est prononcée et ceux du Congrès – Le fait qu’au Congrès participent surtout des militants (peu habitués à consulter la base) n’y est sans doute pas étranger.

74Pour l’affiliation à la C.G.T. : 170 mandats ; contre 43 ; abstentions : 34.

75Les votes du Congrès permettent à Glay d’affirmer dans « La Bataille » sa volonté d’aller à la C.G.T., malgré « l’esprit chagrin de droite » et l’absence de « sympathie et de camaraderie » des « bouillants révolutionmires de gauche ».

76Les arguments du Congrès sont repris dans un numéro spécial du « Bulletin de la Fédération des Amicales », sous le titre : « La transformation des Amicales en syndicatsLa discussion du Comité Administratif – 24 septembre 1919 ». Le Comité Administratif réuni immédiatement après le Congrès a entériné la transformation en syndicat, mais la décision définitive sur l’adhésion à la C.G.T. est remise à la fin de l’année.

77Les réactions de la Fédération des Syndicats d’Enseignants sont très vives. Dans « L’Effort social », sous le titre « Chez les Instituteurs – Les Syndicats refusent de fusionner avec les Amicales », Louis Bouet s’indigne : « l’organe officieux de la C.G.T. » a publié un article qui « ressemble à un ultimatum et même à une déclaration de guerre ». Or, argumente le secrétaire de la Fédération syndicale, l’article 5 des statuts fédéraux interdit toute fusion des syndicats avec d’autres groupements. De plus le Congrès de Tours s’est prononcé contre « toute adhésion collective dont le résultat pourrait être d’introduire dans nos milieux des éléments hostiles au but essentiel de la C.G.T. : la disparition du salariat et du patronat ».

78L’attitude de Glay est blâmée par le Conseil Fédéral des Syndicats de l’Enseignement, qui lui reproche de « se pose(r) en adversaire de notre Fédération».

79Bernard (du Rhône) va plus loin : il est d’avis d’exclure Glay. Il exprime la crainte que « le flot des amicales, poussé par le gouvernement (...), favorisé par la complicité de Jouhaux et du Comité Confédéral, nous submerge (...) quelque jour ». Dans cette éventualité, il suggère « de prévoir dès maintenant une organisation de la minorité. Il ne faut pas que notre œuvre de quinze ans soit étouffée par des néo-syndicalistes qui ne cachent même pas leur but de nous modérer, c’est-à-dire de nous réduire à l'impuissance ».

80En Saône-et-Loire, Marie Guillot proteste également : Après la fusion réalisée dans ce département, « nous voilà cent. Et à la réunion du 6 novembre, nous serons battus sur la question de la grève. Vous pouvez nous considérer comme morts en tant que syndicalistes-révolutionnaires (souligné par M.G.) ; nous pensons rejoindre dès maintenant l’opposition ». Elle prévoit que la moitié des amicalistes se syndicalisera : « Ne comptez plus sur nous comme syndicat ; mais seulement comme minorité. Et c’est pour ça qu’il faut que nous organisions tout de suite cette minorité ».

81La rupture avec la C.G.T. n’étant pas envisagée, malgré toutes les protestations, il semble que la dissolution des syndicats existants dans l’ex-amicale ne soit plus qu’une question de temps. C’est sans doute aussi l’opinion de la Fédération des Amicales, qui réitère officiellement, à son congrès national, le 26 décembre 1919, son intention d’adhérer en bloc à la C.G.T.. Et dès le 2 janvier 1920, le lyonnais Péron vient, au nom des Amicales, proposer la fusion au Conseil National de la Fédération de l’Enseignement.

82De son côté, le 12 janvier 1920, le Comité Confédéral National de la C.G.T. appelle à réaliser « l’union des organisations d’instituteurs ».

83La réponse de la Fédération de l’Enseignement est négative. Par 65 mandats contre 44 et 9 abstentions, elle s’oppose à la décision prise par le Bureau Confédéral de la C.G.T. de convoquer un congrès mixte de fusion entre les deux organisations. Mais au Congrès de Bordeaux (août 1920), près des deux-tiers des mandats se prononcent pour que « chaque syndicat (soit) libre de fixer les modalités de son recrutement », ce qui revient à permettre l’entrée des amicalistes dans certains syndicats départementaux. C’est que l’opinion des instituteurs syndicalistes sur la question est loin d’être unanime ; ils sont généralement beaucoup moins catégoriques que leurs dirigeants. Certes, au Conseil National de Noël, F. Bernard a pris durement Péron à partie, lui reprochant sa «collaboration»tion » à la politique d’union sacrée pendant la guerre et son esprit anti-syndicaliste. Mais dans le Rhône Raffin mène campagne pour la fusion.

84L’opposition des anti-fusionnistes est essentiellement politique : il s’agit de maintenir le courant syndicaliste-révolutionnaire dans l’enseignement et de faire échec à la manœuvre des dirigeants cégétistes majoritaires, qui ouvrent toutes grandes les portes de l’organisation syndicale aux « modérés », en même temps qu’ils excluent par milliers les travailleurs révolutionnaires pour éviter de perdre à brève échéance la direction de la Confédération.

Le Syndicat National adhèrera-t-il à la C.G.T. ?

85Modérés, les instituteurs amicalistes le sont. Ils éprouvent néanmoins la nécessité de changements prudents. En 1920, l’Union Pédagogique du Rhône se transforme en « Union Syndicale ». Un Congrès National des Amicales syndicalisées se déroule à Paris le 3 avril 1920.

86Le Congrès décide de transformer la Fédération des Amicales en Fédération des Syndicats d’instituteurs. Le 24 septembre 1920, la Fédération prend le nom de Syndicat National des Instituteurs. Les adhésions affluent (14 000 en décembre 1920). Fin décembre, le nouveau syndicat national compte 55 000 adhérents sur un total de 121 000 institutrices et instituteurs. Il a absorbé les syndicats cégétistes de l’Aveyron, de la Corse, de la Drôme et des Basses-Pyrénées.

87En accord avec le Bureau Confédéral (national) de la C.G.T. et contre le vœu de la Fédération déjà existante des syndicats d’enseignants, le Congrès de Paris a pris les décisions suivantes :

  • Dans les départements où existe un syndicat, les amicalistes y adhéreront en bloc, sur une liste fournie par l’Amicale. Tous les candidats devront être admis.
  • Ailleurs, l’Amicale se constituera en syndicat, adhérera à la Fédération des Fonctionnaires et par ce biais à la C.G.T. (Mais ce point ne pourra être immédiatement réalisé, la Fédération des Fonctionnaires étant devenue autonome dans l’intervalle).
  • Ultérieurement, un Congrès unitaire réalisera la fusion des deux organisations.

88Mais à l’Amicale comme au syndicat, les directions ne reflétaient pas toujours les volontés de la base. Cette orientation devait être cruellement démentie par une consultation effectuée dans 24 départements (22 réponses) par les Amicales elles-mêmes et qui donna les indications suivantes : Pour l’adhésion à la C.G.T. = 4 242 voix ; Contre = 11 446 voix. Malgré son caractère partiel, ce référendum faisait apparaître un manque d’enthousiasme qui devait se confirmer par la suite.

89En 1922, le Congrès du Havre du nouveau Syndicat National décide l’adhésion de principe à la C.G.T.. Mais il laisse à ses membres la liberté ou non de prendre la carte confédérale. En pratique, peu d’instituteurs la réclament. Sur 58 sections départementales consultées, 28 se sont prononcées à la majorité pour l’adhésion globale, 20 pour l’adhésion facultative et 10 pour l’autonomie.

90En août 1924, le bureau du Syndicat National se fait battre par la majorité des délégués au Congrès de Lyon, qui refusent de prendre en bloc 70 000 cartes à la C.G.T.. C’est seulement l’année suivante que le Congrès de Paris rendra obligatoire l’adhésion à la C.G.T. pour ses 77 000 adhérents.

Deux syndicats

  • 3 A l’U.P.R. avant guerre, au syndicat ensuite, on milite volontiers pour la réforme de l’« ortograf (...)
  • 4 Par la péréquation, les instituteurs entendent rejoindre les niveaux atteints par les rémunération (...)

91La fusion des ex-amicales et des syndicats cégétistes n’a généralement pas pu se réaliser. Sera-t-il possible, au moins, d’agir ensemble ? Beaucoup le souhaitent. Fin 1919, l’Union Pédagogique du Rhône avait accepté une proposition du « sindicat »3 en vue de constituer un « Comité mixte ». Un meeting décidé en commun pour la péréquation des traitements et l’octroi du droit commun aux enseignants en matière d’élections municipales4 se tient à Lyon le 11 janvier 1920. En juin, une nouvelle réunion « commune » est assurée par le seul Léger. En juillet, la question de la fusion est envisagée favorablement par le syndicat... mais la réponse définitive est renvoyée à la rentrée scolaire.

92La répression anti-syndicale engagée par le gouvernement creuse la faille entre les deux organisations. Juste avant les grandes vacances 1920, l’Inspecteur d’Académie du Rhône intime l’ordre au syndicat de se dissoudre. Prudemment, les Lyonnais ajournent la réponse. La mise en demeure de l’Académie est une conséquence des poursuites judiciaires dont la C.G.T., accusée de « complot », est victime depuis mai 1920, « aux fins de dissolution ». Les dirigeants de la Fédération de l’Enseignement, Audoye et Bouët, ont déjà été révoqués, le premier pour fait de grève, le second pour absence sans autorisation.

93En janvier 1921, le secrétaire départemental du Rhône, Lavenir, est poursuivi pour constitution de syndicat illégal. Les membres du bureau syndical sont également inquiétés. (Aucune action judiciaire ni administrative n’est engagée contre le Syndicat National,) Les poursuites seront conduites mollement. Visiblement, l’administration aimerait qu’au coup de semonce les enseignants rentrent d’eux-mêmes dans le rang. C’est seulement en juin 1923 que l’affaire sera close nationalement ; les syndicalistes ont usé de toutes les possibilités d’atermoiement et certains députés de gauche se sont entremis avec le gouvernement.

94Une telle conjoncture ne pouvait encourager les anciens Amicalistes, prudents par nature, à presser le mouvement vers la C.G.T.

95L’Union Pédagogique du Rhône a affirmé une solidarité de principe avec les syndicalistes frappés ou menacés ; mais elle répugne à une action concrète sur ce terrain. De guerre lasse, la Fédération de l’Enseignement lance un ordre de démission aux élus du personnel siégeant dans les Conseils Départementaux de l’Enseignement. Motif déclaré : protester contre la répression. La consigne est respectée dans une vingtaine de départements et tous les Conseillers Départementaux démissionnaires sont réélus (dans le Rhône : Melle Cavalier, Mme Joseph ; Péron et Teysseire).

96Les relations Syndicat National – Syndicat de l’Enseignement sont encore détériorées par cet épisode. Il faudra attendre août 1922 pour que renaisse dans le Rhône un comité d’entente entre les deux organisations.

97A cette époque, le Rhône est largement représenté dans les instances dirigeantes nationales des deux syndicats : Péron, d’abord à la Fédération des Amicales, puis au Syndicat National ; Fontaine, Léger, Bernard, de 1921 à 1922, assumant les responsabilités essentielles à la Fédération de l’Enseignement. En 1922, Lavenir et Bouchard, tous deux lyonnais, assisteront Baldacci (de la Loire) au secrétariat national. En août 1923, mis en minorité au Congrès de Brest, en particulier sur la question des « Commissions Syndicales » du Parti Communiste, le Rhône quitte la direction de la Fédération.

Les instituteurs syndicalistes : quelle orientation ?

98Jusqu’à la fin de 1921, la C.G.T. restait une seule et grande organisation, dont les effectifs avaient rapidement progressé depuis la fin de la guerre. La minorité révolutionnaire s’y développait à toute vitesse. La Fédération de l’Enseignement y était minoritaire.

99Au Congrès de la C.G.T. qui s’était tenu à Lyon en septembre 1919, étaient représentés 49 syndicats départementaux d’instituteurs. Les enseignants minoritaires, qui avaient constitué dans toute la France des « Comités Syndicalistes Révolutionnaires », s’étaient réunis pour se concerter avant et après le Congrès ». Un texte, signé notamment par Lavenir et Bernard et publié par « l’Ecole Emancipée », appelle les syndicalistes-révolutionnaires à rester « le ferment révolutionnaire de la corporation ».

100Le dirigeant confédéral Dumoulin met les minoritaires en garde : l’adhésion aux C.S.R. sera un motif d’exclusion de la C.G.T.. Le Comité Confédéral National avalise cette position. Dans le vote, l’Union Départementale C.G.T. du Rhône s’abstient, mais la Fédération de l’Enseignement se prononce contre la motion.

101Ainsi, tant sur la question de la fusion avec le Syndicat National que sur celle de l’adhésion aux Comités Syndicalistes Révolutionnaires, la Fédération de l’Enseignement est confrontée brutalement avec la direction nationale de la C.G.T.

102En toile de fond, c’est le conflit – d’autant plus aigu que ses protagonistes sont pour la plupart issus de familles de pensée voisines – entre les partisans d’un syndicalisme purement réformiste, faisant l’impasse sur les années de guerre, et les révolutionnaires dont le premier objectif est le rejet de tout ce qui rappelle « l’Union sacrée ». Il faut, disent-ils, couper toutes les amarres avec le passé récent de « trahison » de la classe ouvrière et se placer dans la mouvance du grand mouvement libérateur du prolétariat concrétisé par la IIIe Internationale.

103Il serait simpliste de penser que la « géographie » des différentes conceptions recoupe exactement les divisions entre organisations rivales. Dans le Syndicat National des Instituteurs, certes, on est réformiste. Mais au Syndicat de l’Enseignement du Rhône, Léger, le vétéran, Raffin et d’autres s’opposent à l’entrée dans la IIIe Internationale. Fin 1919, le syndicat du Rhône recommande à la Fédération de l’Enseignement l’asbtention sur cette question, en attendant des précisions.

104Mais dès le mois suivant, J. Fontaine appelle à l’adhésion. En février 1920, l’éditorial de F. Bernard est intitulé : « Pour la IIIe Internationale ». Il lui trouve des « origines nètement sindicalistes » (sic). Léger, dont le syndicalisme « ne veut pas aller au delà » de la défense professionnelle, et seulement jusqu’au point où elle se conjugue avec l’action de la C.G.T. (pour « nous assurer l’appui de la classe ouvrière organisée »), dit que l’adhésion tarirait le recrutement du syndicat, rejetterait à droite la masse des collègues, donnerait des armes à la réaction et encouragerait « certains militants aventureux » à « lancer nos groupements dans l’action politique et révolutionnaire, avec toutes ses conséquences ».

105Si les cadres se passionnent, il semble que les adhérents se tiennent quelque temps sur la réserve. Ni l’assemblée générale du 4 mars, ni celle, convoquée extraordinairement, du 11 mars ne peuvent définir une orientation : elles sont trop peu fournies. C’est seulement le 1er mai 1921 que l’assemblée générale vote à l’unanimité l’adhésion du syndicat à la IIIe Internationale. Cette unanimité peut surprendre. Mais il faut dire que l’adhésion à l’Internationale de Moscou avait été votée par le Conseil National de Noël 1919 de la Fédération de l’Enseignement. Adhésion acquise, on s’en souvient, à une minorité de faveur. Il aura fallu presque un an et demi aux Lyonnais pour « se mettre à l’heure ».

106Bien vite, d’ailleurs, l’Internationale Communiste confrontée aux oppositions et aux réserves syndicales s’oriente, non sans difficultés, vers la création de l’Internationale Syndicale Rouge. La Fédération de l’Enseignement y adhère à son Congrès de Paris, en août 1922. La grande majorité des délégués, dont ceux du Rhône, ont voté pour. Mais auparavant, la Fédération a joué un rôle important dans la création de l’Internationale de l’Enseignement. Il est intéressant de noter que cette Internationale est la réalisation d’un vœu exprimé par Anatole France au Congrès de Tours de la Fédération de l’Enseignement, en août 1919, et que sa concrétisation a commencé en 1920 au Congrès de Bordeaux de cette Fédération, sur rapport de Virgile Barel. L’Internationale, en butte à des difficultés portant même sur la définition de ses objectifs et de ses compétences, végète pendant quelques années. En août 1924, à Bruxelles, elle est définitivement constituée sur la base de la lutte de classes, pour défendre « les intérêts matériels, intellectuels et juridiques des enseignants de tous les pays ». Elle prend le nom d’« Internationale des Travailleurs de l’Enseignement ».

L’adhésion à la C.G.T.U. Des « ponts » Fédération de l’Enseignement – Syndicat national

107La Fédération de l’Enseignement refuse d’entamer un processus de fusion avec le Syndicat National et maintient son orientation favorable à la IIIe Internationale ; la direction nationale de la C.G.T. refuse alors l’entrée de ses représentants au Comité Confédéral National du 13 février 1921. Dès ce moment, la Fédération de l’Enseignement prend toute sa place parmi les dix Fédérations qui vont constituer le noyau de la future C.G.T.U. : en décembre 1921, un Congrès extraordinaire groupe tous les adversaires des exclusions décidées par la majorité de la C.G.T.. Parmi les 1564 syndicats représentés à ce Congrès (la majorité de ceux adhérant à la Confédération), 39 sont des syndicats d’enseignants ; celui du Rhône est présent. En avril 1922, le Conseil Fédéral (de la Fédération de l’Enseignement) se prononce massivement pour l’adhésion à la C.G.T.U. – et ce malgré une tentative d’Audoye (Bouches-du-Rhône) tendant à cantonner la Fédération dans l’autonomie.

108En juin 1922, la Fédération comptait, au plan national, 3027 cartes placées ; un mois plus tard, 4 050 adhérents. Il y a donc une forte progression, après la chute brutale provoquée par la tentative gouvernementale de dissoudre les syndicats. Toutefois, il y a loin de ces chiffres à ceux, plus de dix fois supérieurs, dont peut se targuer le Syndicat National. La Fédération unitaire est implantée seulement dans 46 départements.

109Après le Congrès Fédéral de Paris (août 1922), quatre nouveaux syndicats départementaux de l’Enseignement ont quitté la Fédération : les Bouches-du-Rhône ont constitué avec le Syndicat National un « Syndicat Général » autonome. Le Var passe à la C.G.T.. La Haute-Savoie et les Côtes-du-Nord deviennent autonomes ; ils seront bientôt suivis par la Loire-Inférieure.

110Les délégués du Rhône au Congrès ont voté le « rappel à la discipline » adressé au syndicat des Bouches-du-Rhône. Mais ils ont refusé (par 4 voix contre, une pour) de ratifier une interdiction faite aux syndicats de l’Enseignement de donner leur adhésion « à d’autres organisations syndicales que la Fédération de l’Enseignement et les Unions de Syndicats Unitaires ». L’Assemblée Générale du Syndicat du Rhône autorise Fontaine à adhérer individuellement au Syndicat National.

111Cette tolérance a de quoi surprendre. N’exprime-t-elle pas, outre la volonté de ne pas couper tous les ponts avec le Syndicat National et la C.G.T., une certaine tiédeur vis-à-vis de la C.G.T.U., jugée trop proche du Parti Communiste ?

112La vieille opposition parti-syndicat, si sensible dans le département, retrouve vivacité après l’explosion de la mystique révolutionnaire dans l’immédiat après-guerre et sa retombée partielle. L’attitude hésitante, fluctuante, de nombreux élus socialistes, puis communistes du Rhône dans cette période n’inspire pas confiance aux militants syndicalistes les plus ardents. Les moins hardis s’inquiètent de voir l’Union Départementale C.G.T.U., un temps dominée par les anarchistes, recourir à l’action directe, aux grèves dures et minoritaires. La tentation de l’autonomie, très sensible dans de nombreux départements, ne fera que grandir dans le syndicat unitaire de l’enseignement du Rhône.

Persistance de l’amicalisme

113La politique syndicale serait-elle, dans l’immédiat après-guerre, la préoccupation essentielle du corps enseignant ? Certes non. Mais elle détermine, consciemment ou non, les choix, les affiliations, les revendications, les moyens de lutte. Pour arides qu’elles apparaissent, pour complexes et contradictoires qu’elles se développent, les questions d’orientation sont, au début des années vingt, les données premières de la situation.

  • 5 Ces pratiques amicalistes restent en vigueur à la direction nationale, où le (seul) secrétaire per (...)

114Dans le département, où la majorité des enseignants ont retrouvé l’Union Pédagogique du Rhône (bientôt transformée en Syndicat National), le style d’activité n’a guère évolué depuis l'avant-guerre. Le temps des Assemblées Générales est entièrement occupé par les rapports des dirigeants (Vialtel, Péron ; plus tard les délégués de l’Union Départementale C.G.T. – même avant l’adhésion « totale » du S.N. à l’U.D.). De la salle, une ou deux interventions, toujours très brèves, en général sous forme de questions. Après quoi, il est midi et demi. Il reste juste le temps de voter une ou deux motions préparées par le bureau – et l’on passe au banquet, toujours aussi « chaleureux », suivi d'une soirée récréative. Les discours sont reproduits in-extenso dans les numéros suivants du Bulletin5.

115Beaucoup moins formel est le fonctionnement du Syndicat de l’Enseignement, devenu Syndicat Unitaire en 1922. Nous examinerons plus loin l’importance respective des deux formations vers la fin de cette période.

Une vague de répression

116Les relations du nouveau Syndicat National avec le gouvernement issu de la chambre « bleu horizon » sont plutôt tendues, malgré la modération du S.N. Glay, secrétaire national du syndicat, ayant mis en cause l’attitude anti-laïque du président de la république Millerand, le ministre Léon Bérard le fait censurer après l’avoir menacé de révocation.

117Cette sanction provoque de multiples interventions du Syndicat National auprès du ministre et des parlementaires. La Fédération unitaire de l’Enseignement se déclare solidaire de Glay.

118La réciproque n’existera pas toujours. Un instituteur de Saône-et-Loire, secrétaire du syndicat unitaire, ayant été censuré à l’unanimité par le Conseil Départemental, Glay prend fait et cause pour ses élus au C.D. et délare : « Je ne suis pas comme Bouet contre toute peine disciplinaire pour délit d’opinion ».

119Dans le Rhône, un cas fait grand bruit : celui du syndicaliste Jacquet, instituteur à Saint-Igny, qui pendant la guerre s’est converti au catholicisme. Il se voit déplacé, bien qu’il soit considéré comme un maître de valeur par l’administration et en l’absence de tout motif valable. L’inspection Académique s’efforce de faire jouer le réflexe anti-clérical. Mais en réalité, il déplaît à son maire, conseiller général du canton, qui préfèrerait un instituteur plus souple. Au Conseil Départemental il semble bien que le Syndicat National et ses représentants au Conseil Départemental aient au moins toléré les manœuvres de l’administration. Le débat intersyndical, des plus confus, durera plusieurs années.

120Une institutrice d’Oullins, Marie Farget, qui relève d’une grave intervention chirurgicale, reçoit un blâme sans jamais avoir été inspectée, sur simple plainte de son directeur ; elle est trop souvent absente !

121En mai 1923, le Bulletin Corporatif signale, sans préciser les noms ni les lieux, un déplacement d’office, une opposition de l’Inspection Académique à la nomination dans une école de Lyon d’une institutrice indésirable ; une promotion due au favoritisme. Le même mois, un Conseil Syndical extraordinaire du syndicat unitaire proteste contre le déplacement d’office de l’Inspecteur Primaire du Rhône, Lebossé, dans le cadre d’une véritable offensive générale qui sanctionne ou menace dans le pays onze enseignants (une révocation, trois déplacements d’office, etc.).

Cartel des gauches et collaboration

122Mais l’orage ne dure pas. A la chambre bleu-horizon, succède en mai 1924 le Cartel des Gauches, pour lequel le Syndicat National a fait campagne. Au plan départemental, il a non seulement aidé l’Union Départementale C.G.T. à lancer et à diffuser un manifeste de soutien au Cartel, mais il a collecté 4 200 francs (100 000 francs au plan national) pour financer sa propagande.

123Les relations avec les nouveaux gouvernants de gauche (essentiellement radicaux) son confiantes. Edouard Herriot s’était dit prêt à reconnaître dans les textes le droit syndical des fonctionnaires. Mais son ministère était tombé rapidement. Son successeur se déclare toujours partisan de la collaboration avec les organisations de la Fonction Publique. Le Bulletin Corporatif du Rhône qualifie les entrevues que les fonctionnaires ont eues avec le nouveau président du Conseil, Painlevé et avec les membres de son Cabinet, de « fréquentes, serrées et cordiales ».

124Un des premiers soucis des dirigeants du Syndicat National sera de mettre en place la « collaboration » avec l’administration : entendons par là, sinon une augmentation des prérogatives des élus du personnel au Conseil Départemental, du moins une amélioration de leur information. Dans le Rhône, où des « relations cordiales » se sont également établies avec l’Inspection Académique, mais où une « véritable collaboration » n’existe pas, le S.N. croit déceler « une évolution en cours » en trois étapes : d’abord un droit de regard du personnel sur le classement des maîtres et les promotions au choix ; puis viendra la collaboration ; enfin, un droit de gestion. En fait, « aucun texte n’oblige l’administration ». Si bien que les démarches se multiplient auprès du ministre De Monzie, dont on espère qu’il acceptera, « en collaboration avec Glay et Roussel », les réformes proposées par le syndicat. Mais, dit le ministre, « ce travail demande du temps ». Et les ministères sont instables...

125Toutefois, des résultats non négligeables sont obtenus. Non une véritable participation à la gestion du service public d’enseignement, mais l’élargissement de la représentation du personnel au Conseil Départemental, dont les compétences sont étendues et auquel on donne les attributions d’un Conseil de discipline. Tel que, le Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire trouve en gros son visage actuel. Dans le Rhône, l’Inspecteur d’Académie promet que les représentants du personnel seront toujours appelés lors de la préparation du mouvement ; que la liste des postes vacants sera publiée à l’avance ; que le nombre annuel de mouvements sera limité à trois au maximum.

Vie chère, traitements et indemnités

126Le Congrès de Lyon (en août 1924) permet de voir quelles sont les questions majeures pour les dirigeants du Syndicat National. Un questionnaire destiné à sa préparation a été diffusé dans le Rhône. Y figuraient exclusivement : le Certificat d’Etudes Primaires, la défense laïque, la fréquentation scolaire, les classes surchargées, l’enseignement de l’histoire. Pas un mot sur les traitements, – fait d’autant plus surprenant que la hausse du coût de la vie, dénoncée par le syndicat unitaire, est reconnue même par le gouvernement, et que la Chambre des Députés a adopté un projet de loi augmentant l’« indemnité de vie chère » pour les ménages à partir de trois enfants, mais la supprimant pour les célibataires. Le Syndicat unitaire a demandé aux sénateurs de ne pas ratifier ce projet.

127Sur l’ensemble des traitements, les positions syndicales respectives, d’abord mal assurées, se préciseront peu à peu. Au Syndicat National, c’est seulement à partir d’avril 1924 que la question du « traitement unique » est mise à l’étude. Etude rapide, puisque le principe en est rejeté unanimement par la Commission administrative départementale du syndicat le 13 mai 1924. L’argument justifiant ce refus mérite d’être noté : les partisans du traitement unique « invoquent le régime de l’industrie privée » où le personnel est par trop instable, tandis que « dans les administrations, où le personnel stable acquiert une valeur sociale plus grande », le traitement unique n’existe pas.

128A partir de cette date, apparaissent les éléments d’une « doctrine » du Syndicat National en matière de rémunérations. Elle se résume ainsi : avancement plus rapide, traitement minimum, échelle mobile, extension de l’indemnité de résidence aux ruraux mal logés. Une commission gouvernementale – syndicats de fonctionnaires cégétistes, discute de ces questions ; la Fédération lyonnaise des Fonctionnaires appuie ses représentants à cette commission par une lettre au Président du Conseil.

129Dès 1919, la Fédération de l’Enseignement y ajoutait d’autres revendications, notamment la suppression des « indemnités diverses plus ou moins justifiées, de certaines subventions comme les indemnités pour charges de famille qui sentent l’assistance, l’aumône plus que la justice ». Les moyens d’action envisagés sont la démission collective des Conseillers Départementaux élus par le personnel, la grève des œuvres post-scolaires, voire une grève de 24 heures. Après le passage de la Fédération à la C.G.T.U., l’idée du « traitement unique » fait son chemin. Les contours de ce « traitement unique » sont mal définis. Au syndicat unitaire du Rhône, trois projets sont en présence. Il est décidé de les étudier concurremment et le Conseil Syndical demande à la direction fédérale de les fondre en un seul. Les Groupes de Jeunes, qui débordent par leur composition le cadre du syndicat unitaire, mènent campagne pour le traitement unique. Ce sera encore le sujet de nombreuses polémiques.

130L’inégalité des forces syndicales en présence et les divergences de principe n’empêchent pas la conclusion, en août 1922, d’un accord sur les revendications immédiates entre la section du Syndicat National et le Syndicat Unitaire du Rhône. Parmi ces revendications, celles « des Titulaires et des Stagiaires », les traitements, l’avancement, les indemnités diverses, la suppression du classement des postes. Le vague des formules permet-il une véritable action commune ? Les objectifs devraient être précisés et les points de vue divergent sensiblement. Ne s’agit-il pas plutôt de renforcer au sein du syndicat unitaire, par la signature d’un texte commun, le courant qui le fait peu à peu dériver vers le Syndicat National ?

131Le Syndicat Unitaire se préoccupe également de l’attribution des logements en ville, de leur état à la campagne, des inégalités de taux des indemnités de logement, selon les communes d’exercice.

132Cette question est souvent liée à celle des postes « déshérités ». Les jeunes – et pour cause – sont particulièrement sensibles à cette situation. Ils proposent de fixer la revendication syndicale à deux ans de présence au maximum dans de tels postes et l’attribution d’une indemnité spéciale aux instituteurs qui y sont nommés.

133Les études surveillées, payées par les municipalités dans les villes importantes comme Lyon et Villeurbanne, constituent un appoint non négligeable. Courant 1920, une grève des études a été suivie unanimement pendant trois mois à Lyon. Le groupement des directeurs et celui des adjoints (mais non le syndicat) ont négocié avec le Maire de Lyon. Ils ont obtenu satisfaction sur le taux des indemnités et le nombre d’élèves à admettre par classe : quarante au maximum.

134Les questions de promotion sont très controversées. Les uns – c’est l’avis majoritaire au Syndicat National – sont pour l’avancement au choix, sur la base de notes « au mérite ». Au Syndicat Unitaire, on se prononce pour la suppression de « toutes les inégalités » et pour l’avancement à l’ancienneté avec – on l’a vu – des majorations très réduites chaque fois qu’on passe d’une classe à l’autre.

135Pour le Syndicat Unitaire, les directeurs et directrices d’école sont le symbole même des inégalités qu’il dénonce. Il met en cause leur fonction même. Boissel qualifie la direction d’« institution néfaste et inutile ». Le Conseil Syndical s’oppose à ce que soit créé un « Examen d’aptitude aux fonctions de directeur et de directrice d’école publique ». Le syndicat attaque aussi sur le terrain des indemnités qu’assure ce poste – surtout dans les écoles importantes – et la décharge de classe qu’il entraîne pour certains maîtres.

La fréquentation scolaire

136En ville, on est plus sensible à la surcharge des classes. A la campagne, on se préoccupe beaucoup de la fréquentation scolaire. Le bulletin départemental du Syndicat National fait état en octobre 1924 d’une enquête partielle réalisée par ses soins dans le Rhône. Il en ressort que la fréquentation est quasi normale à Lyon, Villeurbanne, Oullins et dans le Beaujolais viticole (de 80 à 95 % des inscrits). Mais elle subit des variations saisonnières dans la plupart des zones rurales, par exemple dans le Haut-Beaujolais où le nombre des absents peut passer d’un sixième à un tiers des effectifs. Le Syndicat National accuse « les parents coupables d’indifférence », car ce ne peut être autre chose : « à la campagne la misère n’existe pas ». D’ailleurs, « le gratid air et le soleil neutralisent les mauvaises conditions de vie ». Le Syndicat propose de faire intervenir « avec tact » le juge de paix, de préférence au maire, et de proposer une aide aux plus démunis par l’intermédiaire de l’assistance scolaire. Pour les enfants mis au travail, il faut « agir avec discernement » ; par exemple, ne pas tolérer cette pratique d’un père retraité du P.L.M., mais accepter qu’un viticulteur ou un arboriculteur garde son enfant pour la récolte. Les conclusions de cette enquête pourraient donner matière à d’utiles réflexions sur la psychologie des enseignants primaires à cette époque et sur le degré de leur intégration au milieu...

137Le Syndicat Unitaire fait entendre un autre son de cloche, qui permet de nuancer la remarque précédente. Alors que Daladier propose des mesures répressives pour lutter contre l’absentéisme scolaire, le syndicat voit dans cet état de fait la conséquence d’une misère trop répandue, qui se traduit par le manque de vêtements décents et, à la campagne, par le placement des enfants comme bergers ou petits valets. Il réclame le dégagement des crédits nécessaires pour édifier « des écoles saines et claires » et pour prendre les mesures sociales qui s’imposent.

138P. Boissel réclame la gratuité de l’enseignement, la prise en charge totale par l’Etat de l’éducation et de l’entretien des enfants jusqu’à quinze ans : «L’enfant, capital social, est à la charge de la société ».

Théorie et pratique de la défense laïque

139Les syndicalistes, reflétant le souci de la masse des enseignants, sont très attentifs au maintien de l’école primaire face à l’école confessionnelle. Ils luttent en 1923 contre les suppressions de postes décidées par le gouvernement, finalement, la section départementale du Syndicat National accepte six suppressions de postes dans le Rhône. Elle invoque la rationalisation, ce à quoi fontaine, du Syndicat Unitaire, rétorque : si l’on s’engage dans cette voie, « c’est la suppression des trois-quarts des écoles publiques » au profit de l’Eglise et des partis réactionnaires. Le Syndicat National, de son côté, publie un tableau (incomplet) de la concurrence école laïque – école confessionnelle dans le département et il s’indigne de « l’indifférence coupable » des instituteurs qui ne participent pas aux travaux de la commission laïque du syndicat.

140Pendant toute cette période, une campagne se développe dans le Bulletin Corporatif, parfois appuyée par des exemples précis – tel celui de l’école publique de Haute-Rivoire (une grange inhabitable), que le maire cherche en 1920 à faire supprimer au profit de l’école privée, comme ç’a été le cas à Saint-Clémentles-Places. Pour avoir défendu envers et contre tous son école, l’institutrice (pourtant appuyée par l’Amicale, le Syndicat et les organisations laïques du canton) doit essuyer les reproches de l’administration.

141De nombreux articles traitent de la défense laïque. Le Syndicat Unitaire s’élève avec vigueur contre le projet Poincaré d’autoriser la rentrée en France des « Frères des Ecoles Chrétiennes ». Un Comité d’action et de Défense Laïque se reconstitue dans le Rhône.

142Dépassant les problèmes scolaires, Fontaine invite, à propos des manifestations officielles de la Toussaint et du 11 Novembre, à « ne pas capituler : pas de manifestation avec les curés ». Les articles publiés dans le Bulletin Corporatif prennent parfois un tour anti-religieux, tel celui signé « L’Iconoclaste » ou encore le billet de Balvet intitulé : « Dieu le veut ».

Pacifisme, internationalisme : du cordon sanitaire à la Ruhr

143Une grande aspiration à la paix et un internationalisme affirmé se dégagent alors du « Bulletin Corporatif ».

144Dès 1919, le syndicat dénonce le « bourrage de crânes » qui substitue au « Boche » abhorré le « Russe bolcheviste » fauteur de carnage. Il appelle à lutter contre le « cordon sanitaire en Russie ». Quand André Marty est inculpé dans le procès de la « Révolte de la Mer Noire », Anatole France fournit son éditorial à l’organe syndical : « Il est beau qu’un soldat désobéisse à des ordres criminels ». André Lavenir s’élève contre « la haine chauvine qui prépare la guerre ». La campagne pacifiste se colore d’antimilitarisme. En décembre 1923, François Bernard fait un historique des Congrès Internationaux d’éducateurs, depuis celui de 1900 à Paris et, sous le titre : « L’Internationale de l’Enseignement et la guerre », il met en cause le ralliement belliqueux des instituteurs européens à l’union sacrée dans leurs pays respectifs. Π faut, précise-t-il, mettre à part une petite phalange d’instituteurs révolutionnaires en France. Il place la création de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement sous le signe de l’entente entre les peuples et de la lutte pour la paix.

145On ne trouve pas de tels articles dans le bulletin départemental du Syndicat National. Ses dirigeants et ses Conseillers Départementaux participent à l’apposition d’une plaque commémorative aux « morts pour la France » à l’Ecole Normale de Lyon. Le responsable du syndicat (Péron) y prononce un discours, aux côtés du Recteur et du Maire Edouard Herriot. Les morts seront vengés, dit-il, « lorsque les écoles auront tué la guerre ».

146Les réactions sur le problème allemand révèlent la persistance dans les esprits des séquelles de l’avant 1914.

147L’Allemagne vaincue est condamnée à payer de lourdes réparations aux vainqueurs. Son économie est exsangue. Cette question des réparations empoisonnera les relations de notre pays avec la République de Weimar qui tente de desserrer l’étau et qui, en 1923, ne livre pas le charbon convenu. Après plusieurs ultimatums, la France occupe militairement la Ruhr en janvier 1923.

148L’Union Départementale des syndicats unitaires s’élève avec vigueur contre cette opération, qu’accompagne l’emprisonnement des militants révolutionnaires allemands. Le Syndicat Unitaire de l’Enseignement lance une souscription pour aider matériellement les petits enfants allemands affamés.

149Cette initiative déclenche aussitôt de violentes réactions au Syndicat National. Blèze et d’autres militants s’opposent à la collecte, tandis que Pic appelle à verser, non au Comité précédent, mais à un « Comité de secours aux enfants » patronné par Millerand, l’archevêque de Paris, le Grand Rabbin, le pasteur Comte, Maître Gouttenoire de Toury, etc. Plusieurs articles en « Tribune Libre » du Bulletin protestent contre la position de Blèze.

150Ainsi se manifestent l’extrême sensibilité des institutrices et des instituteurs à tout ce qui concerne l’Allemagne, et la persistance des anciens clivages, malgré une baisse sensible du chauvinisme. Cette évolution des « pédagos » les amène peu à peu à remettre en cause certains de leurs enseignements.

151Après la fin de la guerre – qui reste comme un coin enfoncé dans leur conscience – ils se posent des questions : Faut-il ou non enseigner l’histoire ? Si oui, quelle histoire ? Le Rhône participe activement à ce débat national qui affecte tous les milieux enseignants et qui durera très longtemps dans les organisations d’instituteurs.

152Le Syndicat Unitaire se déclare sans équivoque contre l’histoire-bataille. Un numéro spécial du Bulletin Corporatif, dû à la plume de Boissel, épluche systématiquement les manuels en usage dans le département. En conclusion, il précise « notre conception de l’histoire » : c’est la mise en évidence de «l’évolution qui a donné naissance à la vie actuelle »... « Nous nous occuperons surtout, pour cela, de l’aspect économique de l’histoire ». Le syndicat tente de faire mettre la question de l’enseignement de l’histoire à l’ordre du jour des Conférences Pédagogiques. Mais l’Inspecteur d’Académie élude la demande, ce qui provoque des interpellations d’inspecteurs Primaires par certains militants devant les collègues rassemblés pour ces conférences.

153Le Syndicat National s’en tient, lui, à une conception traditionnelle du problème, avec toutefois une vague référence au « courant des idées modernes ». Nous devons enseigner l’histoire, dit Henri Sestier, « parce qu’elle inspire l’amour de la patrie et celui de l’humanité » ;... « elle donne la notion de loi » et « éduque le sens critique ». « La morale – Sestier cite Renan – se soutient par des héros ». Il faut donc, conclut l’auteur, donner des biographies exemplaires. Plus qu’une science, l’histoire est considérée comme un instrument de la morale et du maintien des grandes idées « permanentes » : Patrie, Humanité, Loi, fonds commun d’une éthique et d’une vue sociale basées sur le perfectionnement individuel, le modèle idéal étant le héros. Cette conception diffère essentiellement de celle défendue par le syndicat unitaire, axée sur l’évolution sociale et économique – malgré le caractère très limité de ses investigations dans ces domaines.

1923 – 1924 : les forces syndicales dans le Rhône

154Dans le Rhône, fin 1924, les forces syndicales des instituteurs se répartissent comme suit : 1300 membres au Syndicat National, 280 adhérents au syndicat unitaire ; il y a environ 300 non-syndiqués. L’année précédente, les élections au Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire avaient donné des chiffres significatifs :

  • Collège des Instituteurs : 266 voix en moyenne pour les candidats du Syndicat National, 149 pour ceux du Syndicat Unitaire ;
  • Collège des Institutrices : 743 voix pour les candidates du Syndicat National, 220 voix pour celles du Syndicat Unitaire.

155On peut remarquer l’avance relativement plus importante du Syndicat National en milieu féminin ; mais noter aussi que le nombre total des suffrages obtenus par ses candidats hommes et femmes est inférieur de près de 300 aux effectifs qu’il annonce un an plus tard. Le Syndicat Unitaire dépasse d’environ 90 voix le nombre de ses cotisants. Avec un peu moins du tiers des voix, il est certes très minoritaire, mais sans être écrasé pour autant. Les syndicalistes-révolutionnaires auraient pu nourrir l’espoir de progresser si leur unité n’était en train de se lézarder.

A la Fédération, le Rhône minoritaire

156En effet, les orientations sont divergentes au sein de la Fédération de l’Enseignement. Pour les tenants inconditionnels de la IIIe Internationale, il faut à tout prix empêcher le mouvement syndical de retomber dans la collaboration de classe et « l’union sacrée ». C’est pourquoi il est nécessaire de le lier organiquement au Parti Communiste. Au contraire, pour la grande majorité des syndicalistes-révolutionnaires (et un certain nombre de communistes enseignants), le mouvement syndical doit conserver sa spécificité.

157Le débat prend une ampleur sans précédent lorsque le Parti Communiste décide de créer des fractions communistes d’entreprises et que la C.G.T.U. se montre active dans les Comités de lutte contre l’occupation de la Ruhr. Les anarchistes voient dans ces comités la preuve de l’abandon de l’autonomie syndicale. Marie Guillot et Cazals fondent les « Groupes Syndicalistes Révolutionnaires » qui se disent « attachés à la révolution russe » mais qui veulent « faire barrière au P.C. » dans les entreprises.

158Les oppositions dans le Syndicat Unitaire du Rhône sont claires et tranchées. Pour préparer le Congrès Confédéral de Bourges de la C.G.T.U., qui aura lieu en 1924, trois motions sont en présence. Moulin, Patay, Mussigmann défendent la position nationale de Pierre Semard et Gaston Monmousseau, très majoritaires à la C.G.T.U. et partisans d’observer au sein de la Confédération la neutralité vis-à-vis des fractions politiques. Bernard, soutenu par Fontaine, fait siennes les propositions de Marie Guillot : maintien à l’Internationale Syndicale Rouge et autonomie syndicale. Rousset veut, comme la Fédération C.G.T.U. du bâtiment, le retrait immédiat de cette centrale.

159Au Conseil Syndical, où chaque partie a évalué ses chances et où la motion Semard doit arriver en tête, Bernard fait adopter dès l’entrée un vote à deux tours, permettant les regroupements au second tour. Il en est effectivement ainsi :

160Au premier tour, la motion Semard obtient 9 voix, la motion Marie Guillot 8 voix, celle de la Fédération du Bâtiment 3 voix.

161Au second tour, la motion Marie Guillot l’emporte par 11 voix contre 9 à la motion Semard (qui obtiendra 72 % des voix au Congrès Confédéral).

162Le Syndicat Unitaire lyonnais de l’enseignement est donc en majorité opposé à la direction de la C.G.T.U. et à ses orientations. Au Congrès de Brest de la Fédération de l’Enseignement, Lavenir et Blain ont été parmi ceux qui ont vigoureusement combattu la motion Semard. Celle-ci a toutefois obtenu 72 mandats contre 42 et 20 abstentions. Le Rhône se situe à la fois dans la minorité fédérale et confédérale. Il abandonne (ainsi que la Loire) la direction de la Fédération aux mains des militants du Finistère et du Morbihan.

163A Lyon, le 11 mars 1923, l’instituteur communiste Joly et Vaillant-Couturier, dirigeant national du P.C.F., ont pris la parole ès qualités à la fête du syndicat. Sans faire allusion à cette présence, Chaudy, secrétaire de rédaction du Bulletin Corporatif, et Bouchard s’élèvent contre l’alignement de « L’Ecole Emancipée » qui « leur semble prendre parti pour le P.C. » – affirmation contestée par Bernard, Boissel et Rousset. Avec « L’Ecole Emancipée », organe fédéral, c’est la direction nationale de la Fédération qui est visée.

164Les choses deviennent tout à fait limpides quand l’assemblée générale du syndicat adopte, par 73 voix contre 27, l’orientation préconisée par Léger : maintien du syndicat à la C.G.T.U. « pour y combattre l’intrusion des sectes et des partis ». L’adhésion à la centrale unitaire est donc envisagée comme moyen de lutte anticommuniste. La différence entre cette position et celle du syndicat unitaire des Bouches-du-Rhône (qui a quitté la C.G.T.U. pour former une section départementale commune avec le S.N.) est mince et purement tactique. Peu de temps après, en juin, le syndicat unitaire du Rhône décide de prêter son siège pour que se tienne une réunion interdépartementale des partisans de la fusion avec le Syndicat National. La réunion est organisée par le Syndicat Général (ex-unitaires + syndicat national) des Bouches-du-Rhône.

Le Syndicat Unitaire va vers l’autonomie

165La marche à la fusion a commencé. Faute d’y parvenir immédiatement, il faudra, se contenter, en attendant, de l’autonomie.

166La tendance est sensible dans de nombreux départements. Après qu’en 1922 cinq syndicats départementaux, suivis bientôt de la Loire-Inférieure, aient quitté la Fédération unitaire, les divisions se font sentir jusqu’au sein de la direction fédérale. Début 1924, Jean Cornec, secrétaire fédéral et sa femme Josette, « secrétaire à l’Internationale », estiment qu’il existe « un très fort courant d’autonomie » ; ils croient à « la possibilité de scission dans un grand nombre d’organisations » et envisagent même « la fin de la Fédération unitaire ». Condamnant vigoureusement l’orientation de la C.G.T.U., ils concluent : « Avec plus de ténacité que jamais, nous combattrons l’intrusion des partis dans le syndicalisme. Pour cette besogne de salubrité publique, la minorité (confédérale) peut compter sur nous ». Louis et Geneviève Bouët répondent en appelant à l’union, « oui, mais dressés contre la bourgeoisie et non pas contre ceux qui, parallèlement à nous, mènent le bon combat révolutionnaire ». Et J. Rollo, secrétaire corporatif fédéral, invite les communistes à l’action dans les départements où la Fédération n’existe pas.

167En août 1924, le Congrès Fédéral de Paris enregistre la perte de la Savoie et le retour du Jura qui a fait un tour dans l’autonomie avant de revenir dans le giron unitaire – ce qui sera bientôt aussi le cas de la Côte-d’Or. Des syndicats ont été reconstitués là où ils avaient disparu – souvent avec de faibles effectifs – et d’autres sont nés dans des départements où la Fédération n’était pas encore représentée. Ce qui permet de comptabiliser quarante neuf syndicats (au lieu de 46 en 1922), avec un total de 4 050 syndiqués, soit une augmentation de 400 environ.

168Cette relative stabilisation ne peut cacher les pertes subies, ni les divisions persistantes, qui vont s’exacerbant. A la même époque, le Syndicat National qui navigue dans des eaux plus calmes, compte entre 60 000 et 70 000 membres.

169Il serait intéressant qu’une étude nationale soit entreprise sur cette période. Tout se décide dans ces années-là : l’orientation des organisations syndicales dans leur ensemble, leurs rapports avec les centrales syndicales antagonistes et les courants politiques représentatifs de la classe ouvrière, leur politique enfin. Il ne s’agit pas seulement de la très minoritaire Fédération de l’Enseignement. Les débats qui s’y déroulent, les déchirements dont elle est le théâtre, trouvent un écho dans la presse syndicale, dans les grands journaux politiques et « d’information ». La réunification syndicale de 1935, précédée dans l’enseignement par de nombreux passages de l’autonomie au Syndicat National, va regrouper au sein de celui-ci les acteurs mêmes de ces événements. Mais n’anticipons pas...

170Dans le Rhône, au début de 1923, Fontaine, Raffin, Geoffray et Mlle Tellier avaient adressé « à un certain nombre de camarades » un « appel en faveur de l’unité » avec le Syndicat National. Le Conseil Syndical et l’Assemblée Générale du 8 février le repoussaient immédiatement. Mais un tiers des présents à l’Assemblée Générale s’étaient prononcés pour une proposition de Raffin selon laquelle il fallait « réserver toutes (les) forces matérielles et morales » (du Syndicat Unitaire) « pour l’action engagée sur les points sur lesquels l’accord s’est fait avec le Syndicat National ». En avril de la même année, Fontaine fait circuler un texte réclamant le retour au Syndicat National. Il écrit à Moulin, secrétaire du syndicat départemental unitaire : « Quand nous jugerons le moment venu d’adhérer à la section syndicale du S.N., nous te ferons connaître la liste de ceux qui auront accepté de nous suivre ».

171Ces ouvertures au Syndicat National, appuyées par un travail fractionnel, ne sont pas jugées suffisantes par les dirigeants départementaux du S.N., qui déclarent les signataires de l’appel « indésirables au Syndicat National ». D’où une véhémente protestation de Raffin.

172Louis Blain précise alors sa position : un nouveau syndicat doit être constitué par les membres du Syndicat Unitaire – tous membres de la C.G.T.U.– et ceux des membres du Syndicat National qui adhèrent à la C.G.T.. (Ils sont alors très minoritaires dans leur syndicat). Le Congrès du Syndicat National n’est évidemment pas de cet avis : proclamant sa filiation amicaliste, il propose l’unité aux « dissidents » par la fusion immédiate des deux organisations. En attendant, la section départementale du Syndicat National refuse la constitution d’un « Comité mixte » avec son homologue unitaire : « cette demandeavance-t-elle – n’est qu’une manœuvre des communistes dont le but est de chercher un terrain pour la propagande communiste ». La section du S.N. s’oppose à ses dirigeants nationaux Roussel et Glay, qui sont inscrits aux deux C.G.T., ce qui « gêne les militants de province » dit Vialtel.

173Pour les ex-amicalistes, ce ne sont pas quelques scissionnistes qu’il s’agit d’accueillir, mais les membres du syndicat unitaire en bloc, ou du moins la grande majorité d’entre eux. Es peuvent nourrir quelques espérances. En décembre 1924, le Conseil Syndical unitaire décide, par 11 voix contre 2 et 2 abstentions, de ne pas se faire représenter au Congrès Confédéral de la C.G.T.U.. Il vote un texte n’excluant ni l’autonomie, ni le retour à « la vieille C.G.T. », mais évoquant la possibilité de quitter la C.G.T.U.. Le syndicat unitaire du Rhône n’a plus alors que 148 syndiqués.

174Ceux-ci sont consultés par référendum. Ils décident le retrait de la C.G. T.U. par 141 voix contre 5. Décision qui sera sanctionnée par l’Assemblée Générale du 12 février 1925, après une intervention favorable de Léger, malgré les exhortations de Bouët, au nom de la Fédération de l’Enseignement, et des Lyonnais Bernard et Villon. Au printemps suivant, les représentants de l’Union Départementale C.G.T. et de la Bourse du Travail sont représentés à la fête du nouveau syndicat autonome. « Le syndicalisme continue » se réjouit Fontaine.

175Cependant, Bernard, Matray, Moulin et quelques autres militants reconstituent un syndicat unitaire qui s’adressant d’abord aux jeunes, atteint assez rapidement la centaine d’adhérents. Dans la Loire, où un processus semblable a été engagé par J. Baldacci et a donné les mêmes résultats, le syndicat unitaire reconstitué groupe difficilement une trentaine de membres.

176Pour la Fédération, le coup est dur. Rollo l’avoue peu après : « ... le départ de deux syndicats minoritaires (dans la C.G.T.U.) indisposait contre nous beaucoup de militants qui pouvaient avoir de la sympathie pour notre conception du syndicalisme indépendant. Dans n’importe quel groupement, ceux qui partent ont toujours tort, et ceux qui leur manifestent leur sympathie sont suspects aussi ».

177Les anarcho-syndicalistes de l’enseignement, désormais séparés (les uns unitaires, les autres cégétistes ou autonomes), sentent la nécessité de se regrouper pour avoir un centre d’initiative commun et un moyen d’expression supra-syndical. C’est, en janvier 1925, la création du bulletin « L’Action Syndicaliste », né à l’initiative du Rhône et de la Loire, édité à Saint-Etienne. Autour du bulletin, se retrouvent régulièrement, soit les représentants directs des sections syndicales ou des syndicats départementaux dirigés par les « syndicalistes-révolutionnaires », soit les minorités de même tendance dans les autres départements où elles sont constituées.

178Jusqu’en décembre 1927, le Rhône possède trois syndicats d’instituteurs : la section du Syndicat National, cégétiste – très majoritaire – puis, loin derrière, le Syndicat autonome et le syndicat unitaire.

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin de la Fédération des Amicales, 1919 ; Bulletin mensuel du Syndicat National des Instituteurs (octobre 1920 à juillet 1922) ; Bulletin Départemental du Syndicat National des Instituteurs (Rhône), 1924-1925 ; Bulletin Corporatif (Rhône), de 1918 à 1925 ; « L’Ecole Emancipée », 1919-1925 ; « La Voix du Peuple », 1920 ; « La Vie Ouvrière », 1919-1920 ; « L’Internationale Syndicale Rouge », revue mensuelle de l’I.S.R., juillet-août 1925 ; « L’Information Ouvrière et Sociale », 1919 ; « Le Progrès de Lyon », octobre 1920 ;

– « L’adhésion à la IIIe Internationale », brochure de la Fédération des Syndicats de l’Enseignement Laïc, 1919 ; C.R. sténographique du Congrès de Strasbourg de la S.F.I.O., septembre 1919 ; Congrès de Lyon de la C.G.T., 1919 ; « Congrès de Tours », C.R. intégral, notes et documents (Ed. Sociales, 1980) ;

– Archives Départementales, 10 M 82, 10 M 84, série M non classée (dossier C.G.T.U.) ; C.E.R.M.T.R.I. (Fonds Bouët) ;

– André Bianconi, « Le Syndicat National des Instituteurs » (Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris) ; Louis Bouët, « Le syndicalisme dans l’enseignement », ouvrage collectif op. cit. ; Jean Charles, « Les débuts de l’Internationale Syndicale Rouge et le mouvement ouvrier français », article et documents in « Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez », nos 25/26, 1978 ; Georges Cogniot, « Parti Pris », T. 1 (Ed. Sociales) ; Georges B., Trintant D., « Léon Jouhaux : 50 ans de syndicalisme », P.U.F., Paris, 1962 ; Léon Jouhaux : « Le syndicalisme et la C.G.T. », Ed. de la Sirène, Paris, 1920 ; Annie Kriegel, « Aux origines du Communisme », Flammarion, 1970 ; Jean-Luc Pinol, « Origine et débuts du Communisme à Lyon, 1918-1922 », Centre Pierre Léon (Lyon II) ; « Histoire du réformisme depuis 1920 », ouvrage collectif (Ed. Sociales).

Notes

1 Pierre Monatte : militant anarcho-syndicaliste, un des fondateurs de « La Vie Ouvrière ». En 1914, hostile à « l’Union Sacrée », il démissionne du Bureau Confédéral de la C.G.T.. En 1923, il adhère au Parti Communiste en mai 1923 ; il en est exclu en 1924. Il sera un des animateurs de « La Révolution Prolétarienne ».

2 A. Jouhaux, faisant appel au patronat en 1918 pour « une large nuit du 4 août (qui) doit terminer cette guerre », Monatte répond : « Il est permis de rêver, mais pas au point d’oublier que la bourgeoisie de notre doux pays n’est aucunement préparée, encore moins disposée à renoncer à ses privilèges de spoliation et de direction », (première circulaire pour un nouveau lancement de « La Vie Ouvrière », mars 1919).

3 A l’U.P.R. avant guerre, au syndicat ensuite, on milite volontiers pour la réforme de l’« ortografe ».

4 Par la péréquation, les instituteurs entendent rejoindre les niveaux atteints par les rémunérations des autres fonctionnaires. Le « droit commun » en matière électorale signifie l’éligibilité dans leur commune, qui leur est alors refusée.

5 Ces pratiques amicalistes restent en vigueur à la direction nationale, où le (seul) secrétaire permanent (beaucoup plus que le secrétaire général Roussel) joue le rôle d’homme-orchestre. A Paris, il est, presque à lui seul, le syndicat.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search