Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Introduction

Texte intégral

1A la veille de la première guerre mondiale, l’école laïque française est âgée d’un tiers de siècle. Néanmoins, Lyon n’attendit pas 1881 pour tenter d’instituer un enseignement laïc. Par deux fois, sous « l’Ordre Moral », le Ministre De Broglie réprimandait le Conseil Municipal pour ses « orgies d’impiété ».

2En 1873, pour avoir décidé la gratuité des écoles publiques et la laïcisation de leur personnel, la municipalité lyonnaise était dissoute.

3Nous devons noter qu’à cette tendance « avancée » du Conseil Municipal de Lyon, s’oppose alors l’influence, dominante dans les campagnes, des partisans de l’école confessionnelle. A Lyon même, les écoles chrétiennes sont nombreuses et puissantes : sur le plan statistique, Lyon est la première ville de France pour l’enseignement catholique.

4Ainsi, dès les origines de l’école laïque, on trouve ce phénomène qui marquera durablement les enseignants primaires dans le département : une nette différenciation entre la métropole lyonnaise et la zone rurale ; d’une part, un corps de maîtres et de maîtresses appuyés par une municipalité considérée comme compréhensive, et jouissant d’avantages relatifs et de bienveillance ; d’autre part, des pionniers en milieu généralement hostile, moins bien payés et souvent en butte à de multiples tracasseries.

5Mais qui sont ces maîtres, quelle est leur origine géographique et sociale ?

Issus du peuple

6Entre 1914 et 1939, la proportion des maîtres du premier degré exerçant dans le Rhône et originaires du département ne cesse d’augmenter, par l’apport de normaliennes et surtout de normaliens lyonnais ; pour leur part, les campagnes fournissent la majorité des élèves-maîtresses. Ces tendances, reflétant des structures sociales et des mentalités diversifiées, montrent l’enracinement du corps enseignant primaire dans le terreau local.

7Si l’on recherche les origines sociales de ces enseignants on constate que dans cette période, près de 30 % des institutrices et des instituteurs sont issus de familles paysannes ; près du tiers sont filles et fils de petits artisans ou commerçants ; un bon tiers ont pour parents des fonctionnaires (essentiellement) des instituteurs). Très peu nombreux sont ceux dont les parents travaillent dans l’industrie : moins de 1 % en moyenne chez les normaliennes du Rhône, entre 1916 et 1927.

8Les « maîtres d’école » rhodaniens sont donc issus des couches populaires modestes. C’est compréhensible : l’organisation de l’école laïque, ses filières, ses programmes, ne créent pas les conditions nécessaires pour qu’existe l’école unique de la nation, même dans le secteur public. La grande majorité des enfants scolarisés vont à l’école primaire. Ils y préparent le Certificat d’Etudes Primaires, passeport ouvrant l’accès à des professions subalternes mais stables : facteur, cheminot, etc. Ceux d’entre eux qui, pour diverses raisons tenant à leurs facultés, à leur environnement et au soutien qu’ils peuvent recevoir, poursuivent leurs études générales, le font dans un Cours Complémentaire ou une Ecole Primaire Supérieure. Un Brevet Elémentaire sanctionne leur réussite – et, s’ils sont parmi les meilleurs, un concours d’entrée leur permet de préparer le Brevet Supérieur et le Certificat d’Aptitude Pédagogique dans une Ecole Normale. Très rares seront ceux qui pourront se hisser au niveau d’une Ecole Normale Supérieure (Fontenay-aux-Roses pour les jeunes filles, Saint-Cloud pour les jeunes gens). Les E.N.S. préparent au professorat d’Ecole Normale Primaire, mais non au professorat de lycée. Quant au Brevet Supérieur, il ne peut en aucun cas remplacer le Baccalauréat pour accéder à l’Université ou aux grandes écoles.

9Le « bac » se prépare dans les lycées, publics ou confessionnels. Certains lycées ont même des classes primaires permettant à quelques privilégiés de suivre toute leur scolarité jusqu’à seize-dix-sept ans dans le même établissement. Le lycée du Parc à Lyon est alors dans ce cas ; de plus, il comporte des classes préparatoires aux grandes écoles. Un nombre important d’élèves des lycées d’Etat provient des écoles primaires confessionnelles. L’enseignement n’y sera gratuit qu’au milieu des années trente.

10Ainsi, la filière primaire constitue un maillon, parmi d’autres, d’une chaîne marquant nettement les ségrégations sociales. Il faut, d’une part, instruire et éduquer sans excès les fils et les filles venant des couches inférieures – et, d’autre part, prendre en mains ceux qui deviendront les cadres moyens et supérieurs de la nation. Ceux-ci ne peuvent généralement appartenir qu’aux catégories au moins aisées de la population.

11Les institutrices et les instituteurs sont de cœur avec les plus démunis, qu’ils se fixent comme objectif d’élever lentement dans l’échelle sociale. Ils ne perçoivent pas toujours clairement les pesanteurs d’un système qui se perpétue, malgré leurs efforts méritoires et souvent mal récompensés. Eux-mêmes, dont l’origine populaire est patente, se sont déjà « élevés ». Ils se situent parmi ceux qui ont « réussi ». Cette possibilité, même limitée, ne s’ouvre guère – nous l’avons vu – à ceux qui sont au bas de l’échelle, les enfants d’ouvriers. Leur absence presque totale de la fonction enseignante en porte témoignage. Et c’est un fait d’autant plus significatif que le département du Rhône, largement urbanisé, connaît un développement industriel considérable. Les fils et les filles d’ouvriers agricoles ne sont pas mieux lotis.

Une école « libératrice »

12Fils et filles de pauvres, les maîtres de l’enseignement primaire ont une haute idée du travail et de la rigueur morale, qui les appellent à remplir une mission de première importance. Cette mission implique un absolu « dévouement aux institutions républicaines » ; « L’enseignement (est) dirigé dans un esprit farouchement républicain ». La République, la Liberté, le Progrès, les Lumières : voilà les maîtres-mots de ces hommes et ces femmes pour qui l’éclosion des lois laïques représente l’aube de la victoire définitive sur l’obscurantisme et sur l’oppression.

13L’école est « libératrice » en ce sens qu’elle constitue l’assise et le moteur d’une société allant de l’avant, grâce à l’instruction et à l’éducation. L’institution scolaire est « le fondement même de nos libertés, de notre bien-être, de la République ». Il convient à’« élever l’Ecole Laïque bien haut, au-dessus de la mêlée des hommes, au-dessus de leurs querelles fratricides, vers la lumière sereine de la Paix ». Le postulat commun aux fondateurs de l’école laïque, aux dirigeants politiques du pays et au corps enseignant de l’époque est ainsi énoncé, sur la base de témoignages recueillis par Jacques Ozouf :... « Puisque, grâce au gouvernement républicain, les choses, si médiocres soient-elles, vont mieux qu’avant c’est l’exemple inlassable de l’instruction populaire qui soutient cette appréciation elles doivent normalement s’améliorer encore. Nulle trace de convulsion dans cette vision de l’histoire ; ce ne sont jamais les désastres qui accouchent des progrès ; ceux-ci missent toujours des efforts patients des hommes : tenace déduction qui évoque l’histoire des Lumières, et jamais celle de Marx. Ce n’est pas forcer la description que de voir dans cette histoire d’un « développement » le fruit de l’exercice professionnel. Faire ce métier, c’est croire que les hommes sont éducables ; que l’accumulation, jour après jour, de menus progrès est globalement efficace ; que tous les progrès moraux, politiques, sociaux donnent nécessairement la main à ceux de l’instruction ; que la volonté des hommes ne fait jamais sécession par rapport à l’intelligence. C’est la pratique professionnelle qui secrète le réformisme. C’est elle qui suggère que la réforme qui commande toutes les autres est celle de l’entendement... »

14Encore faut-il bien se rendre compte que cette pratique s’insère dans une société donnée, à un moment déterminé de son évolution. Après la première guerre mondiale, le monde entier faisait mouvement ; les « pédagos » de l’entre-deux-guerres n’étaient plus ceux de la « Belle Epoque » et l’on pouvait apercevoir chez eux une évolution sensible des conceptions et des comportements. Néanmoins, la conviction que l’éducation est le moteur du progrès social domine largement cette période.

15Une aussi haute tâche dévolue au corps enseignant exige un désintéressement total et une vie exemplaire. On attend de lui dignité, droiture, honnêteté, comportement et mise modestes. A la campagne surtout, une féminité trop ostentatoire est immanquablement fort mal vue. Ces règles de vie, les instituteurs les acceptent et les prônent : elles ressortissent au respect humain qu’ils se doivent et qu’ils doivent aux autres. Il s’agit aussi d’assurer le rayonnement de l’école laïque et par elle, par leur propre exemple, d’amener les populations à modérer, à discipliner leurs instincts, à modeler leur existence selon les préceptes d’une Raison souveraine. Les bulletins édités alors par les maîtres d’école les montrent adversaires de tout « relâchement » des mœurs, de « l’agitation » en général, de l’alcoolisme – qui tient une grande place dans leurs préoccupations. Ils sont favorables à une répression sévère de la délinquance. S’ils éprouvent une prévention certaine à l’égard de la politique, leurs motivations sont essentiellement d’ordre éthique. On peut relever dans un bulletin corporatif le jugement suivant, qui semble typique d’une façon de penser et d’être : « On a dit que les politiciens perdaient la République. C’est pis que cela : ils s’acharnent à détruire le vieux fond de loyauté, d’équité, d’honnêteté qui en était la richesse ».

16On représente volontiers ces éducateurs du passé comme desséchés par leur fonction et par une morale étroite. Or ils révèlent une vive sensibilité aux conditions de vie de l’enfance populaire. Les institutrices notamment se préoccupent du sort de l’enfance misérable (à commencer par celui des « enfants assistés »), de l’hygiène et de l’inspection médicale, des tribunaux pour enfants, des élèves nerveux dans leur classe, etc. Dans les villages, combien d’entre ces maîtres reçoivent-ils chez eux, à midi, chaque jour de classe, en échange de quelques légumes ou même gratuitement, les élèves venus de lointains hameaux, à qui ils assurent le service de la soupe et du réchauffement des gamelles ? Car il n’existe alors dans les campagnes que très peu de cantines scolaires. L’idée même d’un « restaurant d’enfants » paraîtrait utopique... Combien d’heures non payées après la classe, passées à parachever la préparation des candidats au Certificat d’Etudes (sésame donnant accès à certaines carrières) ? Combien de discussions avec des parents récalcitrants afin de les persuader de laisser leur fille ou leur fils poursuivre ses études ? (Deux bras dont on se prive à la maison, c’est un manque à gagner appréciable pour une famille modeste). L’auteur de ces lignes n’a qu’à puiser dans ses souvenirs pour retrouver les figures d’enseignants qui vivaient leur métier comme un véritable sacerdoce...

Les conditions de vie et de travail

17Les rémunérations sont modestes, au point qu’Edouard Herriot a pu dire aux instituteurs lyonnais : « Vos traitements de début étaient inférieurs à ceux de mes cantonniers ». L’enseignant est toujours déclassé par rapport aux autres fonctionnaires de même niveau. Le rétablissement des parités ne cessera d’être demandé par les instituteurs. L’indemnité de résidence et l’indemnité de logement, fixées par des barêmes inégalitaires, favorise les maîtres urbains (souvent en fin de carrière) par rapport aux ruraux. Les indemnités et avantages spécifiques des directeurs accroissent les différences. Cette situation engendre maints conflits et favorise une tendance à la dispersion corporatiste. Dans les années vingt, s’opposent dans le Rhône une association des directeurs et un groupement des adjoints. En 1925 se crée un groupe de maîtres ruraux ; en 1927, une association des maîtres de banlieue et une autre groupant des instituteurs et institutrices dont le conjoint n’est pas dans l’enseignement. Cet émiettement sera progressivement résorbé avec la montée de l’influence syndicale, mais les traces de ces divergences d’optique persisteront, y compris dans les syndicats.

18Les jeunes sont souvent isolés dans des postes ruraux difficiles d’accès, éloignés des lignes de transport en commun. Au début des années vingt, tous, loin de là, ne possèdent pas une bicyclette. A la charnière de la seconde et de la troisième décennies, la proportion d’intérimaires se situe entre 15 et 16 % du personnel ; la sécurité de l’emploi ne leur est pas garantie. Les jeunes ressentent très durement les inégalités. C’est parmi eux que naîtra la revendication d’un « traitement unique » des instituteurs (notion qui reste imprécise) et celle d’une indemnité pour « poste deshérité ». Les syndicats réclament le relèvement des rémunérations de début et l’accélération de l’avancement. Toutefois, c’est avec réserve, sinon avec répugnance, que la grande majorité des enseignants envisagent le soutien de leurs revendications par une action « dure », comme la grève limitée ou « l’abstention » de participation aux jurys d’examen.

19Ces formes extrêmes de lutte posent le problème majeur : même pour obtenir des conditions de vie décentes, pour la défense de l’école laïque et pour sauvegarder la qualité de son enseignement, peuvent-ils-fût-ce un seul jour – abandonner leur classe, cesser d’assurer la préparation au Certificat d’Etudes et au concours des bourses – objectifs finaux de tous leurs efforts-, et donner à leurs élèves l’exemple du refus de travailler ? Un « maître d’école » a-t-il le droit de se croiser les bras, comme un ouvrier ?

20Pourtant, les conditions elles-mêmes dans lesquelles s’exerce l’activité enseignante préoccupent les maîtres. Des enquêtes sérieuses et étendues révèlent des locaux scolaires et des logements de fonction souvent vétustes, délabrés, mal chauffés (ou pire : l’utilisation de poëles dangereux, pourtant interdits par les circulaires officielles). L’aération est fréquemment insuffisante, l’hygiène rudimentaire. Jusqu’en 1931 au moins, les urinoirs et les W.C. ne sont désinfectés nulle part, sinon dans quelques écoles de l’agglomération urbaine lyonnaise. Moins d’une centaine d’écoles connaissent le luxe d’un balayage quotidien. Le matériel d’enseignement accuse une pauvreté désolante. Nombre de municipalités rurales traduisent par leur laisser-aller leur hostilité à l’école laïque.

21Les classes surchargées sont légion. En 1931, on relève l’existence dans le Rhône de 260 classes primaires de 35 à 45 élèves et 76 classes de plus de 45 élèves. Les difficultés sont accrues par le fait que les directeurs et directrices, véritables pionniers de leur école, tentent chaque année de recruter de nouveaux élèves, partout où ils doivent faire face à l’école concurrente. Et cela, lorsque le nombre de postes créés tend à stagner. Les rapports entre directeurs et adjoints n’en sont pas améliorés, surtout dans les groupes scolaires importants dont les directeurs sont déchargés de classe.

Le poids de la hiérarchie

22Beaucoup d’enseignants « de base » supportent mal le poids de la hiérarchie. C’est une donnée historique. Certains directeurs ont tendance à perpétuer les méthodes qui avaient cours au début du siècle, lorsqu’une circulaire leur donnait « qualité pour inspecter et noter leurs adjoints » et qu’un « bon directeur » était celui qui « dirigeait bien ses adjoints ». Avant 1914, 22 % des adjoints et 25 % des directeurs et directrices avaient eu (selon les rapports officiels) des difficultés nées de cette situation. Il faut un certain nombre d’années pour modifier de tels rapports...

23A l’Ecole Normale déjà, les futurs enseignants apprennent ce qu’est la discipline. Le régime est strict, avec des infléchissements ici ou là – selon la personnalité du directeur. Mais de 1928 aux premières années trente, des grèves éclatèrent dans plusieurs écoles normales, pour protester contre un autoritarisme abusif. Le Rhône ne fut pas touché par ces mouvements. Pour l’attribution du premier poste, l’avis du directeur ou de la directrice de l’école normale est aussi décisif que le résultat de l’examen. Toute la carrière de l’instituteur est soumise à la double vigilance de l’autorité académique (du Recteur à l’Inspecteur d’Académie et l’Inspecteur primaire) et de l’autorité politique représentée par le Préfet. Jusqu’en 1944, c’est le Préfet qui nomme les enseignants, préside à tous les actes qui les concernent, promotions, mutations, sanctions éventuelles. Il faut attendre la Libération pour que cette tutelle directe soit remplacée par celle du recteur. L’avancement des maîtres est fonction de l’ancienneté dans la profession, mais aussi de la « note de mérite », éminemment subjective, parfois soumise aux aléas des relations personnelles ou de la politique locale. Les élus du personnel ont à maintes reprises l’occasion de dénoncer « le favoritisme », l’intervention directe des élus locaux, départementaux ou nationaux dans certaines nominations ou demandes de sanction. Le quotidien national «L’Œuvre» stignatise la toute-puissance dans l’enseignement du « Roi Piston », véritable « féodalité démocratique ».

24Dans leur commune, l’instituteur et l’institutrice n’ont pas intérêt à entrer en contradiction avec le maire, surtout lorsque celui-ci a une option politique affirmée. En 1930, Jean Fontaine peut écrire : « Un maire, surtout un maire bien coté à la Préfecture, est un homme tabou : ma commune, mon budget, mes cantonniers, mes instituteurs, c’est par ces expressions qu’il impose ses doléances à M. le Préfet ». Un instituteur doit être coopératif. Le syndicat unitaire définit ainsi les « mauvais maîtres » tels que les conçoit l’administration :... « Ce sont ceux qui refusent de courber la tête devant les iniquités du pouvoir, ce sont eux qui sont désignés aux menaces administratives par les profiteurs de la politique ». Et Jean Fontaine d’ajouter : « Que l’instituteur ait tort ou raison, son déplacement est toujours envisagé ».

25Dans nombre de localités, tout se passe toutefois sans heurt majeur. Dans les petites communes, beaucoup de maires sans ambitions ne visent qu’à gérer tranquillement les affaires publiques ; surtout si la conjoncture n’est pas compliquée par l’antagonisme de deux écoles concurrentes. Le maire est assez souvent heureux de pouvoir s’appuyer sur les « capacités » de l’instituteur et de lui confier le secrétariat de mairie. Tâche absorbante, mais qui donne au maître une autorité morale dont l’école publique est souvent bénéficiaire. Une association des Secrétaires de Mairie Instituteurs sera créée pour étudier les problèmes spécifiques qui se posent à ces enseignants-secrétaires.

26Qu’il existe des zones de calme et de bonne entente n’est pas contradictoire avec le fait qu’une répression endémique sévit dans l’enseignement public jusqu’en 1936. Au Conseil Départemental de l’Enseignement Primaire siégeant en Conseil de Discipline sous la présidence du Préfet ou de son représentant, la voix des représentants du personnel est minoritaire – et de toute façon, l’avis de ce Conseil est seulement consultatif. La décision du Préfet est souveraine, sauf avis contraire du ministre. Les « affaires » qui émeuvent les enseignants sont des sanctions pour activités politiques, syndicales, ou à la suite de cabales montées obscurément par des notables locaux réactionnaires ou cléricaux.

27En 1911, Louis Léger, l’un des fondateurs rhodaniens du syndicat, est traduit en Conseil de Discipline pour avoir défendu un collègue corse insulté par son inspecteur d’Académie. En 1912, Jean Fontaine et J. Duvillard, refusent de dissoudre le syndicat dont ils sont responsables à Lyon. Ils sont condamnés par un tribunal. De 1918 à 1925, A.V. Jacquet, déplacé d’office parce qu’il déplaît à son maire – conseiller général, sera l’objet d’une vindicte administrative tenace. En 1923, c’est au tour de M. Lebossé, Inspecteur primaire trop indocile, d’être déplacé. En 1929, Arthur et Mathilde Méty, militants du Cinéma Educateur, se voient déplacés d’Orliénas et expulsés manu militari de leur école, sous l’accusation d’« immoralité ». L’Inspecteur primaire, qui prouve l’inexactitude de cette imputation, est impuissant à faire prévaloir son point de vue. Son avis pèse peu face aux pressions du maire et du député réactionnaires, appuyés par une pétition signée par des parents d’élèves... de l’école confessionnelle. La même année, l’instituteur Pierre Doron, militant communiste, est révoqué pour ses activités politiques, mais sous le prétexte de « coups et injures à agents de la force publique », intervenus au cours d’une manifestation. En 1931, le responsable syndical Moulin distribue des tracts à l’Ecole Normale de Lyon : révocation. Cela pour ne citer que les sanctions les plus graves. La répression, stoppée par l’avènement du Front Populaire, reprendra avec l’arrivée de Pétain au pouvoir...

Syndicalisme et politique

28La IIIe République trouve des motifs légaux pour frapper certains fonctionnaires trop remuants : la loi de 1884 autorise les seuls syndicats ouvriers. Ceux des agents de la Fonction Publique sont seulement tolérés. Cette conception, qui est celle de presque tous les gouvernements successifs, rencontre une certaine compréhension chez de nombreux enseignants, qui blâment seulement les excès de rigueur : sous peine de porter tort à l’école laïque, ceux à qui la République a confié l’éducation de ses enfants doivent s’abstenir de manifester publiquement leurs idées politiques, non seulement dans l’exercice de leur fonction, mais en permanence, dans leur vie quotidienne. A eux s’impose « l’obligation de réserve ». Cette obligation est nettement exprimée par la Ligue des Droits de l’Homme, dans un échange d’arguments qui l’oppose au militant syndicaliste Rollo : Pour un enseignant, « il est impossible de prétendre à l’usage d’une liberté sans limite, puisqu’il s’est engagé à ne pas pousser dans la pratique les droits du citoyen jusqu’au point où il supprimerait les devoirs du professeur. S’il a, comme tous les citoyens, la liberté de parler et d’écrire, il est tenu plus qu’eux, à être toujours maître de sa pensée et de sa plume, non parce que les écarts de l’une ou de l’autre peuvent déplaire au pouvoir, mais parce qu’ils constitueraient de sa part la rupture du contrat qu’il a consenti avec la société en acceptant d’être son mandataire responsable ».

29Au début du siècle, peu nombreux sont les instituteurs et les institutrices qui contreviennent à cette règle, rappelée par la hiérarchie chaque fois qu’elle le juge nécessaire. Mais la première guerre mondiale et l’ébranlement révolutionnaire russe remettent en cause bien des idées acquises. Les instituteurs sont, à leur manière, touchés par ce mouvement. Une frange très réduite accueille avec enthousiasme les idées révolutionnaires. Un instituteur, Félix Métra, fonde à Lyon, en mai 1918, le « Comité pour la Reprise des Relations Internationales ». Il sera, pendant une période assez brève, le premier secrétaire du parti communiste dans le Rhône. C’est sur proposition d’un instituteur que la section de la Mulatière de la S.F.I.O. adopte en 1919 un ordre du jour préconisant l’adhésion à la IIIe Internationale. En juillet 1921, les rapports de police signalent cinq enseignants du premier degré, fichés comme militants révolutionnaires : Léger, Fontaine, Boissel, Blain, membres du Comité Syndicaliste – Révolutionnaire – et F. Bernard, communiste.

30La masse des instituteurs est infiniment plus « modérée ». L’évolution de leurs organisations nous le démontrera. Mais d’ores et déjà, il est intéressant de savoir qu’entre les deux guerres mondiales, les trois-quarts des correspondants locaux du journal « Le Progrès » sont des instituteurs, généralement secrétaires de mairie. Le grand quotidien de la gauche régionale se situe alors dans la mouvance du parti radical et d’Edouard Herriot. En avril 1924, Vialtel, secrétaire du Syndicat National, cite devant le Comité administratif du syndicat les « groupements avec lesquels nous avons une certaine sympathie de sentiments et de pensée ». Ce sont le parti radical socialiste, le parti socialiste S.F.I.O., la Ligue des Droits de l’Homme, la Libre-Pensée.

31Les relations du Maire de Lyon avec les enseignants rhodaniens sont qualifiées de « confiantes » par les intéressés, jusque dans les années trente. Edouard Herriot, homme de culture, plusieurs fois ministre (y compris de l’Education Nationale) et Président du Conseil, semble être un appui solide pour l’école laïque et ses maîtres. Il préside aux destinées du Groupement Départemental de l’Enseignement laïque, qui fédère les associations gravitant autour de l’école (plusieurs centaines dans le Rhône). Il a fondé « Le Réveil du Rhône », organe mensuel du Groupement. En 1931-1932, il est le grand ordonnateur des fêtes et manifestations qui commémorent le cinquantenaire de l’école publique.

32Le corps enseignant rhodanien soutient avec détermination les constructions politiques animées par le leader radical : le Cartel des Gauches en 1924, le Bloc des Gauches en 1932. Mais l’échec du grand homme devant le « Mur d’argent » altère son crédit. A partir de 1932-1933, la déception l’emporte. Les militants du Rhône en arrivent à qualifier le ministère Herriot de «ministère de la Réaction ».

33La position nationale du syndicat, dont André Delmas vient de prendre les rênes, se situe à l’opposé. Le secrétaire général estimera plus tard qu’« Herriot resta (...) un des atouts majeurs de la démocratie française », et il condamnera sans hésiter l’attitude des Rhodaniens : « Voilà comment des instituteurs excités traitaient dans leur presse corporative le plus éminent défenseur de l’école publique ! (... j Je ne manquai pas de faire savoir aux dirigeants de la Section du Rhône que leurs critiques locales servaient fort mal la cause collective ».

34A partir de ce moment, la politisation des enseignants rhodaniens s’accentue. Elle passe par le canal syndical. La bataille du pacifisme intégral qui s’amorce alors, va devenir la préoccupation première. Elle conduira à des situations aberrantes dans les relations entre syndicat et partis de gauche et en politique internationale, au moment où pour la seconde fois le monde est sur le point de s’embraser... Mais n’anticipons pas...

Retour aux sources

35Au centre de l’évolution idéologique des instituteurs rhodaniens, on trouve le syndicat. Le syndicalisme enseignant, créé sous l’influence des syndicats ouvriers et en référence à eux, existait certes avant 1914. Mais son courage allait de pair avec sa faiblesse. Paradoxalement, c’est une organisation suscitée par le pouvoir à la fin du siècle dernier, « L’Union Pédagogique du Rhône », qui a préparé et fourni les gros bataillons au syndicalisme enseignant. Celui-ci sera durablement marqué par cette origine.

36L’Union Pédagogique du Rhône, fondée le 7 mai 1896 à l’Ecole Normale d’instituteurs avec l’autorisation des autorités, est d’abord réservée aux seuls instituteurs. En 1902, elle s’ouvre aux institutrices ; puis au personnel des Ecoles Primaires Supérieures en 1906, aux auxiliaires en 1908. Son objectif, fixé par les statuts de 1896, est l’« étude de toutes les questions concernant l’éducation populaire et de toutes celles se rattachant à la dignité et à la considération de l’instituteur ». L’U.P.R. est une amicale, similaire à celles qui naissent presque simultanément dans les autres départements. Il n’est pas question qu’elle déroge à ce rôle. Lorsqu’en 1900 les membres de l’Union Pédagogique veulent introduire dans les statuts l’étude (l’étude seulement !) de la situation matérielle et morale de l’instituteur, ils se heurtent au refus du ministre. Jusqu’en 1905, le Préfet, le Recteur, l’Inspecteur d’Académie sont présidents de droit de l’Union Pédagogique. Même après les premières difficultés, dues à une poussée revendicative de la base, ils présideront effectivement les diverses manifestations amicalistes. Le Bulletin mensuel de l’Union Pédagogique reproduira... religieusement leurs discours.

37Telle quelle, l’Union Pédagogique répond à une aspiration des institutrices et des instituteurs. L’organisation constitue un lien entre eux. Elle leur permet de se rencontrer une fois Tan, en Assemblée Générale, pour la tenue de laquelle un jour de congé supplémentaire leur est accordé. Ces assemblées, tenues en présence des plus hautes autorités départementales, sont le témoignage de l’importance officiellement reconnue à leur fonction – ce qui n’est pas évident tous les jours pour un instituteur ou une maîtresse d’école isolé(e) dans un poste de la « Vendée lyonnaise ». Les agapes communes, le tête-à-tête détendu avec les chefs, le spectacle qui clôture la journée sont propres à réchauffer les cœurs et les énergies.

38A la veille du XXe siècle, les autorités politiques et administratives trouvent aussi leur compte à la naissance du mouvement amicaliste. La IIIe République, dont la naissance est due à la voix de majorité recueillie par l’amendement Wallon, est encore instable. La loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, qui sera votée en 1899, va provoquer des remous. Si les républicains promoteurs des lois laïques veulent vaincre la droite nationaliste après la crise boulangiste, le scandale de Panama et l’affaire Dreyfus, ils doivent renforcer le rayonnement des instituteurs publics. Dans chaque commune, ceux-ci peuvent contrebalancer l’influence du clergé, généralement aussi hostile aux institutions qu’à l’école laïque. Avantage non subsidiaire, de nature à faire rêver les stratèges : l’anticléricalisme évacue, au moins partiellement, la question sociale.

39Néanmoins, l’amicale ne pourra éviter d’ouvrir le débat sur les problèmes concrets posés par les rémunérations et les conditions d’exercice de la profession. Malgré de très fortes réticences, la solution syndicale est à Tordre du jour.

40En 1905, Cuminal, alors président de l’Union Pédagogique du Rhône, demande vainement au ministre de l’Instruction Publique l’autorisation de transformer l’amicale en syndicat. Léger propose de passer outre au refus ministériel. Soumise à référendum, son initiative recueille seulement 15 % des suffrages. Le syndicat est néanmoins fondé, le 28 janvier 1906, par Léger, Cuminal et une cinquantaine d’amicalistes. Tous restent adhérents à l’Union Pédagogique, dont ils vont animer les débats. Le syndicat adhère à la Fédération Nationale de l’Enseignement et à la Bourse du Travail (C.G.T.) de Lyon.

41Ainsi, lorsqu’éclate la première guerre mondiale, coexistent une amicale, réunissant la quasi totalité du personnel, et un petit syndicat, faible mais très actif. L’audience de ses militants dépasse largement le cadre régional. A la fin du conflit, les choses ne peuvent rester en l’état. Non sans hésitation, l’Union Pédagogique du Rhône et la Fédération Nationale des Amicales rejoignent la C.G.T., au moment où la Fédération de l’Enseignement, rejetée par la Confédération, participe à la fondation de la C.G.T.U. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce processus.

Une conception anarcho-syndicaliste du syndicat

42La faiblesse numérique des effectifs n’inquiète pas les dirigeants syndicaux. Très influencés par le syndicalisme-révolutionnaire et l’anarcho-syndicalisme, ils s’en accommodent fort bien.

43Au Congrès Fédéral de Chambéry, en 1912, Léger met en garde dans le rapport moral contre « l’invasion » possible de la Fédération enseignante « par une masse de camarades attirés à elle parce que mécontents ou aigris, mais dépourvus de tout idéal ». Pour s’opposer à cet afflux, il faut des barrières : pas de « tire-au-flanc » dans le syndicat, on exigera des syndiqués un amour « ardent de la classe » ; chacun doit se tenir prêt à « sacrifier un peu de sa tranquillité (...), à recevoir des coups »... Le rapporteur exprime un souhait : pourvu que le refus gouvernemental d’améliorer les traitements ne provoque pas une vague d’adhésions !... « ce serait pour le syndicalisme un grave danger (...) A cause de cela, nous reconnaissons la nécessité du groupement amicaliste »... pour accueillir les tièdes.

44Même si elle s’exprime rarement en public, cette méfiance à l’égard de la masse demeure une constante et on la retrouve dans l’entre-deux-guerres. En 1931, M. Balvet justifie ainsi une charretée d’exclusions du syndicat, prononcées pour « indiscipline » : « Il vaut mieux être moins nombreux mais unis et décidés, que d’avoir à traîner une masse qui vous alourdit, vous enchaîne et vous trahit ». Il faut se séparer de ceux qui ne peuvent être « de vrais syndiqués(.....) Chantons-leur résolument « Bon voyage M. Dumollet... » et mettons-les à la porte ». On pourrait multiplier les citations... Le courage et la rigueur de ces militants leur valent l’admiration de nombre de femmes et d’hommes du rang. Mais pour réussir une action collective, il est nécessaire d’emporter la conviction du plus grand nombre. Problème épineux...

45Pourtant, les ambitions de cette « minorité agissante » sont grandes. Avec l’Union Départementale des Syndicats ouvriers C.G.T., elle rejette la « politique », les « politiciens », le « parlementarisme ». En 1910, dans un article sur le syndicalisme, Jean Fontaine appelle à « laisser de côté cet outil de lutte désormais impuissant, le parlementarisme. Nous le combattrons même – précise-t-il – dans la mesure où il s’oppose à notre idéal ». Au parlementarisme, il faut substituer le syndicalisme ; c’est au syndicalisme qu’il appartient de préparer et de diriger la révolution puisque les « politiques » ont échoué.

46Avec plus ou moins de force, cette conception sera présente dans chacun des trois syndicats d’instituteurs (cégétiste, unitaire et autonome) existant avant la réunification de 1935. En 1933, André Lavenir, qui sera élu deux ans plus tard secrétaire départemental du Syndicat National, la réaffirme : « Rappelons (...) que le syndicalisme est en opposition totale et permanente avec toutes les formes politiques et qu’il n’y a de fin à cette lutte que par la disparition des formes d'organisations politiques, quelles qu’elles soient, même socialistes ou communistes, devant le syndicalisme qui revendique non un partage du pouvoir, non une collaboration, mais tout le pouvoir ».

47« Le syndicalisme ne peut servir d’appoint à aucun parti ; il peut seulement accepter que des partis lui apportent leur aide provisoirement, en attendant qu’il se décide à les combattre s’ils ne savent pas disparaître à temps ».

48Dans les jours qui suivent le 6 et le 12 février 1934, cette théorie trouve immédiatement son application. Le Syndicat National du Rhône proclame la capacité et la volonté syndicales d’assumer la « Révolution » imminente.

49Rattaché à de très anciennes racines du mouvement ouvrier, le syndicalisme enseignant rhodanien montre alors une originalité certaine. Sa position n’est reprise par aucune Confédération, ni par la direction nationale du syndicat qui s’efforce de réaliser, face au péril fasciste, la plus large concentration ouvrière et démocratique.

Laïcité et anticléricalisme

50Une autre constante des mentalités enseignantes est l’attachement à la laïcité, lié jusqu’après 1945 à la lutte anticléricale. Encore ne faut-il pas confondre les convictions philosophiques et les comportements dans un phénomène social engageant la fonction de maître d’école. On peut très bien croire à une puissance supérieure, à un « grand architecte de l’univers », voire au Dieu des chrétiens, et se trouver en conflit avec le curé du village ou les tenants de l’école confessionnelle. La plupart des instituteurs font baptiser leurs enfants, se marient à l'église, ont des obsèques religieuses. Ils n’en sont pas moins anticléricaux, ce qui ne signifie pas seulement qu’ils se dressent contre la hiérarchie catholique, mais encore qu’ils contestent dans beaucoup de cas la religion, son essence et ses dogmes. Les enseignants sont nombreux et actifs dans la Libre-Pensée.

51C’est qu’il a toujours fallu combattre le cléricalisme pour implanter, établir et maintenir l’école laïque depuis l’adoption des lois scolaires de 1881 à 1886. Une fois de plus le 31 décembre 1929, une encyclique pontificale renouvelait l’interdiction faite aux parents chrétiens de confier leurs enfants aux écoles de l’Etat « et plus généralement aux écoles non catholiques ».

52Il ne s’agit pas de paroles en l’air. L’opposition globale des milieux réactionnaires et de la hiérarchie catholique à l’« école sans Dieu » est multiforme. Les idées développées parmi les fidèles sont simples, voire simplistes : l’école laïque est fille du démon ; elle favorise la criminalité, la perversion sexuelle précoce, la haine de la propriété : elle vise à détruire la famille, la société et la patrie. Ces idées sont constamment reprises et diffusées par une pléiade de journaux de droite ou confessionnels, parmi lesquels « le Nouvelliste de Lyon » et, à Paris, « La Croix » et « Le Pèlerin » se distinguent particulièrement.

53Au plan local, cela se traduit par une tension quasi constante autour de l’école. Dans les départements de l’ouest de la France, cela peut aller jusqu’à l’exercice de violences et de sévices contre les maîtres et les maîtresses laïques. Ailleurs, et notamment dans de nombreuses localités du Rhône, les attaques sont plus sournoises : calomnies sur la vie privée ou sur le contenu des leçons, suivies de pétitions et de demandes de sanctions ; mais surtout refus opposé par certaines municipalités à l’ouverture d’une école ou d’une classe, abandon presque total de l’entretien des locaux scolaires, etc.

54Il n’est donc pas surprenant que les laïques fassent bloc autour de leur école et mettent en cause un cléricalisme militant. La frontière entre la contre-attaque et la contestation des convictions religieuses est floue. Elle est aisément franchie. D’ailleurs instituteurs et institutrices se veulent tout à la fois héritiers de la grande Révolution française et pionniers de la République, contre lesquelles se sont dressés non seulement les hauts dignitaires de l’Eglise, mais aussi une grande partie des fidèles. Les changements qui s’opèrent ensuite dans la masse des pratiquants ne sont encore, entre les deux guerres mondiales, qu’à l’état de signes avant-coureurs. Et l’Eglise, en tant qu’institution, est considérée par les laïques comme l’ennemie de la République, du Progrès, de la Raison, de la libération des esprits. Cette idée, on la retrouve exprimée en 1933 dans une brochure d’« initiation syndicale » éditée par la section rhodanienne du S.N.I. :... « Depuis toujours la classe ouvrière a trouvé les représentants de la religion à côté de ceux qui l’opprimaient. A l’alliance du trône et de l’autel a succédé celle de la haute bourgeoisie et de la religion. Celle-ci, en dépit de certains efforts assez peu soutenus, a été et reste la grande force de conservatisme social ».

55C’est encore le thème développé avant 1914 par l’ensemble des organisations ouvrières – particulièrement à Lyon où les canuts étaient, au siècle précédent, concurrencés par les travaux des communautés religieuses qui faisaient travailler leurs « protégées » au pair et qui formaient des religieuses à l’encadrement des ouvrières en usine. Les réactions avaient été violentes en 1847, 1848 et 1869. Mais, à la veille de la 1ère guerre mondiale, la classe ouvrière est beaucoup moins engagée dans cette voie, craignant « un certain anti-cléricalisme bourgeois qui pourrait être un anticléricalisme de diversion ». Les syndicalistes-révolutionnaires appellent à « combattre non seulement toutes les écoles religieuses, mais encore l’école laïque, l’école de l’Etat qui a conservé non les termes, mais l’esprit dogmatique des écoles d’antan et qui a remplacé le culte chrétien par le culte de l’Etat, avec tout ce qui en résulte : patrie, propriété, drapeau, etc., créant un nouveau dogme indiscutable, une nouvelle chose sainte qu’on doit respecter de par la volonté des plus forts ». Pourtant, entre l’école laïque et l’école confessionnelle, « La Vie Ouvrière » prend parti pour la première, car « elle vaut infiniment mieux que sa rivale » et avec le temps, on peut « espérer sa régénération ».

56Dans l’enseignement du premier degré, l’anticléricalisme est plus tenace. Face à lui, l’école laïque se trouve sur la ligne de front. Ce sera, souligne Jacques Girault, un facteur important d’intégration des instituteurs dans les luttes politiques : en 1924 et en 1932, soutien des candidats radicaux et socialistes aux élections législatives, suivi de la dénonciation des mêmes qui n’ont pas tenu leurs promesses ; 1934 : adhésion dès le début au principe du rassemblement le plus étendu contre le fascisme (du moins, pour le S.N.I., au plan national, car le Rhône est plus réticent) ; condamnation de la « main tendue » par Maurice Thorez aux travailleurs chrétiens, ce qui alimentera la campagne anti-communiste du syndicat (là aussi, de façon plus brutale dans le Rhône)... Les mesures anti-laïques des gouvernements de Vichy déclencheront en retour, après la Libération, la reprise des thèmes anticléricaux. L’évolution des mentalités fait qu’aujourd’hui les problèmes de l’école nationale peuvent être abordés en se débarrassant (malgré quelques rechutes imputables aux nostalgiques du passé) des éléments passionnels, du heurt des convictions politiques et religieuses. Y parvenir ne sera pourtant pas une chose aisée.

Le contenu de l’enseignement

57L’école publique, vilipendée par les cléricaux, est considérée par les ouvriers syndicalistes-révolutionnaires et, jusqu’aux années trente, par les communistes, comme une variante (certes plus progressiste et amendable, mais de même nature que sa concurrente) de l’appareil idéologique bourgeois.

58Nous voilà placés devant l’ambiguïté de la fonction enseignante. Conçue par l’Etat comme instrument d’intégration sociale et nationale, elle diffuse des connaissances et inculque des méthodes de pensée qui sont ou peuvent être des instruments de libération. Ses méthodes, ses programmes sont fixés par le Pouvoir, qui nomme les maîtres, qui les contrôle, qui autorise ou interdit les manuels scolaires. Il y a certes une marge entre les instructions officielles et la pratique, entre les manuels utilisés et le contenu des leçons. Mais cette distorsion ne peut être permanente ni excessive, elle ne doit pas mettre en cause l’essentiel. Sur ce point, les discussions des enseignants dans leurs réunions corporatives, l’étude des manuels les plus répandus, sont instructives.

Quelle morale ?

59Dès la création de l’école publique, la première question posée est celle de la morale. Quelle éthique substituer à celle qui est fondée sur les devoirs envers Dieu ? En 1911, J. Fontaine considère avec la majorité des maîtres que « ce n’est pas à nous, instituteurs, et en tant qu’instituteurs, à forger une morale, à créer des valeurs nouvelles ». Dans l’attente de cet avènement, il propose de rester dans l’expectative et de laisser l’enfant « ignorer le mal et le bien le plus longtemps possible, jusqu’à ce qu’il puisse en avoir une notion personnelle conforme à ses aspirations, à sa constitution, à son moi ». Le bulletin de l’Union Pédagogique du Rhône sollicite « une indication sur la justice universelle (...) Que la lumière vienne d’un simple ou d’un philosophe, elle sera la bienvenue ».

60Au cours des années vingt, le problème est abordé de façon plus concrète. Presque tous les numéros de « L’Ecole Emancipée » commentent ardemment les expériences pédagogiques tentées dans la jeune Russie des Soviets. Cela conduit à poser un dilemme : « Quelle morale enseigne-t-on ? Y-a-t-il une morale universelle, supérieure à l’homme et aux rapports sociaux, ou une morale de classe » ? Morale « officielle » de l’Etat capitaliste ou « morale prolétarienne » ? C’est le thème d’un débat important au congrès de Grenoble (1926) de la Fédération unitaire de l’enseignant.

61Boyer, Freinet admirent l’école soviétique, « école vivante... école de liberté... école du peuple ». Delaunay met en garde contre les déductions, en matière d’éthique, « basées sur des connaissances imparfaites ». Pour lui, « Marx n’a pu tenir un compte suffisant des facteurs spirituels de la morale »... « Le Progrès est fait d’une suite de petits progrès sociaux et moraux, solidaires et rythmiques ». Il ne faut donc compter ni sur une réforme ni sur une révolution sociale pour une transformation profonde et brusque des mœurs. Ferdinand Buisson « prêche la collaboration de classes ». J. Boyer rétorque : « Il est bon de substituer le monde moral de la science des mœurs, éclairé par le matérialisme marxiste, à celui de l’idéalisme anthropologique qui prend la conscience humaine pour le centre du monde ». Cependant qu’A. Varagnac se prononce « pour une critique marxiste de la morale ». M. et A. Richard appellent à surmonter les divergences doctrinales pour trouver des conclusions pratiques aux fins d’enseignement.

  • 1 Ludovic Zoretti, professeur à la Faculté de Caen, leader de la tendance ultrapacifiste à la S.F.I. (...)

62Les enseignants du Rhône adhérant au Syndicat ex-unitaire devenu autonome n’en sont pas encore à ce niveau et à ce débat d’idées. Les études de Raffin, dans le Bulletin Corporatif, se cantonnent au plan pratique : critique du Certificat d’Etudes primaires trop lourd, des manuels de géographie trop compliqués, etc... Tranchant avec ces considérations de pédagogie utilitaire, un article de Ludovic Zoretti1 reprend un rapport de Georges Lapierre à la Commission Confédérale C.G.T. de l’Enseignement. D aborde par le biais de la culture les problèmes éthiques et pédagogiques : « Quelle culture pour le prolétariat ? La même que pour la bourgeoisie » écrit Zoretti... « De même que la bourgeoisie, après avoir adopté, dans ce qu’elle a d’essentiel, la forme de la culture de la classe qui l’a précédée comme classe dominante, a amodié, transformé cette culture en la rendant conforme à ses besoins et à son idéologie, le prolétariat doit et peut, dès aujourd’hui, se livrer à un travail similaire. Il doit se préoccuper dès maintenant de définir la vraie culture prolétarienne ». Affirmation qui se voulait introductive à des réflexions et à des débats dont il ne semble pas, à la lecture de la presse syndicale, qu’ils aient alors été poursuivis au sein du syndicat.

63Qu’enseigne-t-on dans les classes ? Les manuels les plus utilisés sont ceux de Souché (« Morale du jeune Français », « Morale de la jeune Française »). Ils proposent à l’admiration des jeunes les héros antiques et contemporains, de « Socrate le juste » à Poincaré et Briand, en passant par Saint-Vincent de Paul, Danton, Victor Hugo, Jules Ferry et Pasteur. Ni Robespierre, ni Jaurès n’ont place parmi ces figures exemplaires. L’auteur exalte « les idées forces qu’avaient forgées à longueur de décennies et à travers maints événements, les tenants politiques et les tenants intellectuels de la grande et petite bourgeoisie ».

64Le lyonnais Léon Emery, auteur de divers manuels de morale et de lecture présente des textes de la littérature universelle, porteurs d’interrogations toujours contemporaines (Antigone : la loi formelle de l’Etat et la justice ; Il y a Ehrenbourg : la peine et la dépersonnalisation dans le travail à la chaîne ; Wells : l’aspiration à un Etat universel ; Renan : le mutisme imposé par le déferlement du fanatisma lors d’une déclaration de guerre ; Ibsen : la vérité et le mensonge dans leurs implications sociales, etc.)· Tolstoï, Thomas Mann, Jack London, Dostoïevski, Shakespeare, Gogol, Goethe, sans oublier Victor Hugo et Romain Rolland, sont cités et commentés.

65La place donnée à la vie sociale est importante ; les enseignements tirés se caractérisent par leur flou. Il convient de « se conduire selon la Raison » et de « travailler sans cesse à (se) donner plus de vertus ». Emery exalte la Justice, la Liberté (pour lui, synonyme d’égalité), l’Héroïsme, la Paix, l’Humanité – toutes notions qui se pensent avec des majuscules. Si l’on retombait dans le concret, il faudrait les expliciter. L’auteur se veut « au-dessus de la mêlée sociale », car « des deux côtés il y a du juste et de l’injuste » ; il prône toutefois « la libre circulation des richesses », « la sécurité des biens »... et le respect des chômeurs.

66Ernest Lavisse prêche « la paix sociale », car « toute violence est un crime ». Maurice Bouchor stigmatise « les émeutes sauvages ne faisant que des ruines » – d’accord en cela avec une affirmation de Souché : « Le droit d’écrire et celui de parler ont détruit le droit à la Révolution ».

67Au niveau des Ecoles Primaires Supérieures, l’Inspecteur Général Ab der Halden émet des aphorismes identiques : « il y a relativement peu de gens qui pensent »... « Le surmenage n’existe pas »... « Une grève des mineurs peut ruiner un milliardaire »... « La pauvreté est la condition normale de l’homme »... « L’égalité est la conséquence du despotisme et non du libre développement des facultés humaines »... « L’égalité est incompatible avec la liberté »... etc. Le « Collectivisme » est nommément désigné comme l’ennemi.

68Par contre, dans son « Manuel de morale professionnelle » destiné aux élèves-maîtres des Ecoles Normales, Louis Augé, Inspecteur Général, y rappelle que la C.G.T., dans son Congrès de Marseille en 1908, a réclamé la réforme de l’enseignement de la morale et de l’histoire. « Imposant à l’enfant des idées toutes faites, cet enseignement tue en lui l’impartialité et l'indépendance d’esprit, ou paralyse sa raison par crainte du surnaturel »... « Les travailleurs réclament le droit d’élever leurs enfants dans un sens plus favorable à leurs aspirations et à leurs besoins, et par là, de s’affranchir d’un enseignement dirigé contre la classe ouvrière, vers des fins capitalistes ». Mais ce manuel, qui ne s’adresse d’ailleurs qu’à de futurs enseignants, constitue une exception dans toute cette littérature scolaire.

69Léon Frapié pourra se demander dans « La Maternelle » « si l’école n’a pas pour principal objet de rendre convenable, polie, résignée, la misère physique et morale ». On peut en effet légitimement se demander si trop souvent, dans la vie de l’école, les velléités émancipatrices ne sont pas étouffées par le poids des idées dominantes et la routine quotidienne.

Histoire, nationalisme, antimilitarisme

70La matière d’enseignement la plus controversée – et le plus tôt – fut sans doute l’Histoire. Dès 1904-1905, l’Union Pédagogique du Rhône s’est divisée à son sujet. Cuminal, exprimant la position majoritaire, dénonce alors « le nationalisme des manuels ». Léger attaque le « national-chauvinisme » ; en 1902 déjà, il s’inquiétait : « Depuis trente ans, nous travaillons pour les nationalistes ». Avec la correction de l’enseignement de l’Histoire, il demande l’épuration de « nos chansons et de nos récitations (...) Au panier les chansons militaristes ! ».

71Mais avant 1914, l’opinion la plus répandue chez les instituteurs, et qui s’exprime dans le bulletin de l’amicale, est celle d’un pacifisme n’excluant pas le patriotisme. Ce patriotisme postule « le rayonnement du génie national (...), ni militariste, ni conquérant, ni agressif » ; il invite à « l’amitié nécessaire entre les nations ». Malgré l’opposition de Cuminal, l’Union Pédagogique vante les vertus de la colonisation et magnifie le courage des soldats français qui, à Casablanca, « ont glorieusement servi la cause de h paix et de la civilisation ». Au Congrès national des Amicales, le délégué du Rhône affirme avec force : « Oui, le personnel enseignant est patriote. Il saurait accomplir son devoir et donner l’exemple du dévouement si la patrie était menacée, comme il b vénère aujourd’hui et l’enseigne aux petits enfants ».

72En mai 1913, le bulletin de l’Union Pédagogique du Rhône lance un « appel aux gens résolus » pour aller enseigner en Afrique noire. C’est un hommage vibrant à la colonisation : « Nous avons, en Afrique Occidentale, un immense et riche empire, dont les rapides progrès surprennent l’opinion française. Pacification, civilisation, mise en valeur, notre œuvre tient ici du prodige et promet plus encore qu’elle n’a donné. Mais pour que ces progrès aboutissent, il faut, ici comme ailleurs, que l’instituteur succède immédiatement au soldat ».

73Les instituteurs rhodaniens ne sont pas alors au diapason des forces de gauche. Durant ces années, « Le Progrès » de Lyon, « Le Lyon Républicain » et le journal de la S.F.I.O. « L’Avenir Socialiste » (hebdomadaire tirant à 2000 exemplaires), mènent une campagne antimilitariste. « L’armée nouvelle » de Jaurès paraît en 1911. C’est un député socialiste lyonnais, Francis de Pressensé, qui se fait à la Chambre des Députés le porte-parole de l’opposition à la loi portant à trois ans la durée du service militaire. Avec le Congrès socialiste international de Stuttgart (1907) et le Congrès de Bâle de la Ile Internationale, les socialistes lyonnais appellent les prolétaires à « utiliser de toutes leurs forces la aise économique et politique » créée par une éventuelle guerre pour «précipiter la chute de la domination capitaliste » et « s’opposer à la guerre, soit avant soit après, par tous les moyens, y compris la grève générale et l’insurrection ». A ce « moyen du désespoir » qu’est la grève générale, les socialistes préfèrent une entente durable avec l’ennemi potentiel, l’Allemagne. En 1912, « L’Avenir Socialiste » célèbre pendant trois semaines la victoire électorale des socialistes allemands, qui leur paraît pleine de promesses.

74Les ouvriers syndicalistes et les anarchistes lyonnais, auxquels Sébastien Faure rend souvent visite, sont partisans de « l’action directe » pour empêcher la guerre. « Action » aux contours indéfinis mais violente, appels au prolétariat international, qui mobilisent peu les foules. Ainsi l’ouvrier anarchiste Chabert, dirigeant du syndicat ouvrier des métallurgistes lyonnais, exprime son pessimisme : « Si demain la guerre éclate, c'est grâce à la veulaie du prolétariat ». Les syndicalistes lyonnais ayant pris l’engagement de « répondre par l’insurrection à toute déclaration de guerre » et les anarchistes préconisant « l’action directe » sont critiqués par Lénine : l’automatisme de ces décisions prises par des minorités d’avant-garde préjuge dangeureusement de la volonté et des possibilités de la classe ouvrière en ce moment décisif.

75A l’inverse des socialistes, les syndicalistes-révolutionnaires et les anarchistes répudient toute défense nationale. Le 11 juin 1913, Million, secrétaire de l’Union des Syndicats du Rhône, justifie ainsi son refus de participer à un meeting socialiste contre les trois ans : « Le syndicalisme ne doit pas se joindre à la politique. Nos militants se moquent pas mal de la République qu’ils n’ont pas à défendre ». Jusqu’à la déclaration de guerre, les courants séparés de la classe ouvrière lyonnaise ne trouvent pas de point d’accord. Et quand l’irréparable se produit, la seule action entreprise par le parti socialiste du Rhône consiste en une manifestation pacifiste et légale, organisée le 30 juillet, avec autorisation de la Préfecture et ne visant aucunement le gouvernement français, qui est lavé de tout soupçon de bellicisme. Au Conseil Municipal de Lyon, le socialiste Legouhy fait voter une motion appelant le gouvernement à user de son autorité pour limiter le conflit.

76Quand à l’union cégétiste des syndicats ouvriers, à direction anarchosyndicaliste, elle exprime « sa douloureuse stupéfaction », appelle les travailleurs à élever « une protestation retentissante » et rappelle le principe de la grève générale. L’appel, daté lui aussi du 30 juillet 1914, s’adresse « aux ouvriers de toutes corporations, syndiqués ou non », dont « les regards doivent s’orienter vers les organisations syndicales » et qui ont pour devoir de « s’apprêter à faire le geste nécessaire ». Cette mise en état de prémobilisation de la classe ouvrière lyonnaise contre la guerre n’ira pas plus loin. Au contraire, la mobilisation armée fait se multiplier à Lyon les manifestations enthousiastes et chauvines. Il n’en va pas autrement dans l’ensemble du mouvement socialiste et pacifiste international – mis à part les bolcheviks russes, quelques minoritaires allemands et bulgares.

77Outre la pression énorme d’une opinion publique surchauffée, d’autres éléments ont-ils pesé sur les réactions tardives et molles des syndicalistes lyonnais à la déclaration de guerre ? Le métallurgiste Rey et un rapport de police affirment qu’une lettre de Jouhaux aurait signifié aux Lyonnais son désaccord avec le mouvement projeté. Jouhaux le nie.

78Quoi qu’il en soit, la guerre est là. Parmi les millions de victimes de tous les pays, cinq cents instituteurs lyonnais, dont l’ancien secrétaire du syndicat Chambon, ne retourneront jamais dans leurs classes.

Les instituteurs rhodaniens dans la première guerre mondiale

79Le Bulletin de l'Union Pédagogique ne préparait pas les enseignants du Rhône à faire face à la guerre. Il ne fait aucune allusion à la loi des trois ans, ni aux importantes manifestations pacifistes de 1913. Le 3 août 1914, un parti est pris : celui de l’« union sacrée ».

80La Fédération Nationale des Amicales (dont fait partie l’Union Pédagogique rhodanienne) s’y engage tout entière. Elle dénonce « les atrocités teutonnes » et « les Docteurs allemands, théoriciens de ta violence et négateurs du Droit ». Les organisations allemandes répondent par l’entremise de pays neutres ; elles vantent l’excellence de l’instruction publique allemande, qui a formé les soldats « actuellement au front ».

81Parallèlement, la Fédération fait l’apologie de l’enseignement public français : « C’est l’école laïque qui nous a fait tant de soldats héroïques, qui savent lutter avec courage, mourir avec sérénité. L’école primaire a été fidèle à la Patrie ».

82Si le soldat français est un héros, c’est aussi parce que, les responsabilités de la guerre incombant totalement à l’Allemagne et à l’Autriche, il est le défenseur du Droit contre la Force. Il défend aussi l’Humanité contre la Barbarie. Si « l’Allemand, à la guerre, est inhumain », c’est en particulier « à cause de sa nature, demeurée grossière et violente ». Un prolixe combattant de l’arrière envoie au Bulletin des « poèmes » dont les deux vers suivants donnent un aperçu :

« Pareilau loup qui bave et mord.
Le vil Teuton hurle à la mort ».

83Il s’agit aussi d’une « guerre pour la Paix », qu’une « mère française » invite à « mener à outrance » avec « l’espoir invincible de la victoire ». Pour Léger, notre armée est comparable aux « armées de 1793 qui battirent le monde (...) Pour l’esprit, pour le nombre, pour ta valeur, nous avons retrouvé les armées de notre grande Révolution ».

84Les « lettres du Front », qui occupent une place notable dans chaque livraison, sont héroïques, familières et rassurantes. Il n’y a aucune fausse note : « les Boches n’ont qu’à venir, on les recevra (...) Encore un détail, demandé par le papa, sur le ravitaillement. Parfait, en tous points : la soupe, deux plats de viande, un plat de maigre, le café le matin et après chaque repas, plus d’un demi-litre de vin par homme et par jour, du fromage et jusqu’à des cigarettes anglaises et des cigares parfois (...) C’est admirable ».

85« Dans la tranchée, ce n’est pas trop désagréable. Nous habitons une véritable ville souterraine ayant ses habitations chauffées au coke, ses rues ».

86(...) « Dans les tranchées, la proportion des morts et des blessés est très faible ». D y a des bombardements, mais... « rassurez-vous, ce n’est guère dangereux ». Cette affirmation est pourtant contredite par la liste des collègues morts et blessés qui figure en tête de chaque bulletin.

87Qu’importe ! Les 712 premiers instituteurs français sont morts glorieusement. Un « rengagé » leur rend un hommage non dénué d’arrières-pensées :

« Quand jadis vous chantiez l’Internationale,
« Vous alliez un peu vite et faisiez assez peur.
« Mais vous montrez que l’on avait, à l’Amicale,
« La tête, malgré tout, moins chaude que le cœur.

« Que vos élèves, nos enfants, ferment tout livre
« Et qu’ils regardent ! Rien, pour apprendre à bien vivre,
« Ne vaut cette leçon ; vous voir si bien mourir ! »

88Après la mobilisation des esprits, le soutien financier aux œuvres de secours et de solidarité (présidées par l’Inspecteur d’Académie) est le souci principal des dirigeants de l’U.P.R. Chaque instituteur en activité est invité à verser 5 % de son traitement pour ces œuvres.

89Les collections de bulletins de l’Union Pédagogique déposés, tant à la Bibliothèque Nationale qu’aux Archives Départementales, s’arrêtent à mars/avril 1916. Il y a lieu de supposer que l’orientation départementale ne se différencie guère, jusqu’à la fin, des positions nationales, caractérisées par le jusqu’au boutisme. L’attitude du président de l’U.P.R., Arbassier, dans l’affaire Calzan-Cuminal (en 1918) et les réactions de l’Union Pédagogique à son intervention auprès de l’Inspecteur d’Académie, dénotent une continuité remarquable (cf. infra, p. 32).

90Dans le syndicat, la situation est quelque peu différente. Dès le début de la guerre, le « Bulletin Corporatif » cesse de paraître, ce qui peut refléter les difficultés créées par l’appel de nombreux instituteurs sous les drapeaux – mais aussi les hésitations et les divisions de la direction sur les problèmes de la guerre et de la paix dans la nouvelle situation.

91En effet, si une équipe a été reconstituée au syndicat du Rhône, elle semble concentrer ses efforts sur un travail de propagande pour le maintien de l’organisation à l’échelon national. Quatre institutrices du département, Alice Grégoire, Eugénie Ravet, Melles Lagarde et Terrier collaborent à la partie pédagogique de « L’Ecole Emancipée ». Mais sur le plan politique, règne une grande confusion. A Marie Guillot qui s’élève contre la guerre s’opposent le vieil anarchiste Rebeyrol, adversaire acharné de Karl Marx au sein de la Première Internationale et ami personnel de Ferdinand Buisson, et C.A. Laisant, qui tentent de justifier le conflit dont la responsabilité, selon eux, incombe exclusivement aux Allemands. Plusieurs fois censurée, suspendue le 24 octobre 1914, « L’Ecole Emancipée » assurera néanmoins sa parution pendant toute la guerre sous des titres successifs : « L’Ecole », « L’Ecole de la Fédération »...

92Les syndicalistes ouvriers du Rhône jouent un certain rôle dans la préparation de la conférence de Zimmerwald (septembre 1915). Le Secrétaire Général de l’Union Départementale C.G.T., Henri Bécirard, est refoulé à la frontière qu’il a essayé de franchir sans passeport, celui-ci lui ayant été refusé. Mais Lyon aura quand même le privilège de pouvoir faire connaître le compte-rendu de cette réunion avant Paris (dès le 15 septembre 1915).

93Cependant, quelques mois auparavant, les professeurs socialistes Calzan et Cuminal, dans un manifeste censuré par le Préfet, pressaient les sections socialistes de constituer avant le 1er mai 1916 « une sorte d’internationale ouvrière pour assurer la paix définitive, congrès auquel seraient conviés les socialistes de tous les pays, y compris les Austro-Allemands ». Les socialistes du Rhône, dans leur « énorme majorité », selon le rapport du Préfet, s’opposent ainsi à la masse du parti socialiste au plan national. Ils n’obtiendront que 72 voix contre 2754 au Congrès National du parti, fin décembre 1915.

94Après la conférence internationale pacifiste de Kienthal (du 24 au 30 avril 1916), les militants socialistes « zimmerwaldiens » et syndicalistes-révolutionnaires constituent à Lyon un « Comité pour la reprise des relations internationales ». Dans l’enseignement, une minorité pacifiste extrêmement réduite se manifeste pendant toute la guerre.

95En 1916, la revue « L’Ecole », qui a remplacé « L’Ecole Emancipée » frappée par la censure, refuse de publier des articles jusqu’au-boutistes, ce qui lui vaut un certain nombre de protestations. Le 14 juillet 1916, un Congrès de la Fédération de l’Enseignement réunit à Paris les délégués de vingt-cinq départements. Le Rhône n’y est pas représenté. Le Congrès, sur proposition de L. Bouet et Lafosse, invite la rédaction de « L’Ecole » à « persévérer courageusement » dans son refus. L’argumentation est la suivante : la libre expression est impossible, les dés sont pipés. La censure ne laisserait passer que les articles en faveur de l’Union sacrée.

96Cependant, au cours du Congrès, si le ou les représentants de l’Aveyron présentent un ordre du jour mettant en cause les « dirigeants allemands » qui font une guerre de conquête, et justifiant la défense nationale, leur motion n’obtient que 22 voix sur 75.

97Par contre, une motion votée à l’unanimité invite les enseignants à s’associer à tous les efforts en faveur de la paix, « même ceux tentés par les espérantistes et les féministes ». Et c’est encore à « l'unanimité et par acclamations » qu’est également adoptée une motion de solidarité à Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg.

98En 1917, François et Marie Mayoux (approuvés par le militant du Rhône Jean Fontaine mais désapprouvés par le Bureau Fédéral des Syndicats) publient, sans la soumettre à la censure, une brochure intitulée : « Les instituteurs syndicalistes contre la guerre ». S’ensuivront des perquisitions, des poursuites, des arrestations de militants – auxquels les enseignants syndicalistes du Rhône, qui ont échappé à la répression, apporteront leur solidarité matérielle.

99La Révolution d’Octobre 1917 va cristaliser des positions contradictoires. Autant « Le Progrès de Lyon » a été bienveillant pour la révolution russe de février 1917, autant il mène campagne, après octobre, contre les bolcheviks accusés de collusion avec l’Allemagne impérialiste. Et il est indéniable que pendant un temps cette campagne forte.

100Au début de 1918, le syndicat des métallurgistes lyonnais se proclame en faveur de « la formule de paix des révolutionnaires russes », pour une paix sans annexion ni indemnité et respectant le droit des nations à disposer d’elles-mêmes. Mais il est désavoué par sa Fédération Nationale, et la grève pacifiste déclenchée le 21 mai 1918 par les dirigeants du Rhône connaîtra l’échec.

101Dans la Fédération départementale du Parti Socialiste, Calzan et Cuminal se font les ardents propagandistes des thèmes développés à Zimmerwald et à Kienthal. Leur audience est très grande dans les milieux syndicalistes ouvriers de Lyon.

102En mars 1918, tous deux font l’objet d’un rapport de l’Inspecteur d’Académie qui réclame leur déplacement. Calzan est envoyé à Laval et Cuminal à Vichy. Significative est la crainte exprimée par le Préfet de voir les organisations socialistes et les syndicats ouvriers se solidariser avec les déplacés et les travailleurs se mettre en grève. Il demande l’envoi immédiat à Lyon de trois à quatre cents gendarmes et la mise rapide à sa disposition des régiments de cavalerie cantonnés dans l’Ailier !

103Effectivement, des réunions, des ordres du jour, un meeting de protestation groupant 1000 ou 1500 ouvriers selon les sources, des débrayages limités dans les usines montrent que la tension est vive. Au point qu’Arbassier, président de l’Union Pédagogique du Rhône, mais aussi président de la Fédération des Fonctionnaires, doit présenter (à ce dernier titre) à l’Inspecteur d’Académie, un texte qui l’embarrasse. Selon le rapport de l’Inspecteur d’Académie, Arbassier déclare que « l’ordre du jour qu’il présente n’est pas une protestation ; il n’est pas violent, ni dans la pensée ni dans les termes (...) Π savait d’ailleurs à quoi s’en tenir sur les agissements de Cuminal et de Calzan, mais son devoir était de les défendre, même coupables »...

104L’Union Pédagogique ne l’en désavoue pas moins. C’était encore trop s’engager.

105La paix revenue, le retour des générations du feu ne se fera pas immédiatement sentir avec autant de vigueur dans le corps enseignant que parmi les ouvriers, où l’exemple russe stimulera un important mouvement révolutionnaire. Pourtant une minorité convaincue et active s’efforce de rompre avec le passé. Mais au cours des vingt années qui vont suivre, se développera, singulièrement dans le Rhône, un pacifisme aussi extrême que l’avait été le chauvinisme manifesté au cours des années noires. C’est l’un des objets de la présente étude.

Bibliographie

SOURCES

– Bulletin de l’Union Pédagogique du Rhône, années 1900, 1910, 1914 à 1916 ; Bulletin Corporatif de l’Enseignement laïc (ou du Syndicat National des Instituteurs) section du Rhône, années 1920, 1930 à 1932 ; le Syndicat, organe du syndicat unitaire du Rhône, 1932 ; L’Ecole Emancipée, organe de la Fédération unitaire de l’Enseignement, 1925,1926 ;

– Enquêtes scolaires conduites dans le Rhône par le syndicat unitaire (1924) et le syndicat National (1931) ;

– Etudes, mémoires et D.E.S. présentés à la Faculté des Lettres de Lyon ou à l’Université Lyon II par Marie-Louise Dutruge, M. Gadille, Annick Gaillard, Jacques Leschiera, Maurice Moissonnier ; Edmond Pelé, J.F. Robert, Jean-Claude Romettino ; recherche (inédite) d’Henri Manceau sur les manuels scolaires ;

– Archives Départementales du Rhône M 829 II7, 4M 158, 4M 302 PP ; Archives Nationales F7 – 13372, 13373,13744 ; Centre d’Etudes et de Recherches sur les Mouvements Révolutionnaires et Trotskystes Internationaux, Paris (Fonds Bouët) ;

– Louis Bouët, François Bernard : « Histoire du syndicalisme dans l’enl’enseignement» Coll. Documents, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble ; André Delmas : « Mémoires d’un instituteur syndicaliste » (Ed. L’Albatros) ;

– Jean Bruhat : « Anticléricalisme et mouvement ouvrier avant 1914 » Cahiers du Mouvement social, déc. 1975 ; Jacques Girault : contribution au colloque de la Fondation Nationale des Sciences Politiques : « La France sous le gouvernement Daladier, d’avril 1938 à septembre 1939 » ; Jacques Ozouf : « Nous les maîtres d’école », Julliard, Coll. Archives.

Notes

1 Ludovic Zoretti, professeur à la Faculté de Caen, leader de la tendance ultrapacifiste à la S.F.I.O. avant la seconde guerre mondiale ; proche collaborateur de Georges Lefranc au Centre Confédéral d’Education ouvrière de la C.G.T. Pendant l’occupation, chantre de la collaboration et du « principe du chef ».
Georges Lapierre, dirigeant du S.N.I. dans les années vingt et trente, premier directeur de « L’Ecole Libératrice ». Résistant, arrêté en 1943, il meurt en déportation.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search