Version classiqueVersion mobile

Les Instituteurs de l'entre-deux-guerres

 | 
Roger Martin

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage doit beaucoup aux chercheurs, universitaires, instituteurs et institutrices en activité ou retraités, dont j’ai reçu encouragements, conseils de recherche, critiques et suggestions.

2Ma gratitude est vive, à l’égard de MM.

3Jacques GIRAULT, maître-assistant à l’Université Paris I, secrétaire du Centre de Recherche d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme ;

4Paul DELANOUE, qui fut dans les années trente secrétaire de l’Union Générale des Etudiants pour l’Enseignement (U.G.E.E.), militant de la Fédération Unitaire de l’Enseignement, de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, puis du Syndicat National des Instituteurs après la réunification syndicale de 1935 ; sous le régime de Vichy, rédacteur en chef de « l’Ecole Libératrice » ; après la Libération, rédacteur en chef de « La Vie Ouvrière » ; secrétaire de la Fédération de l’Education nationale ; secrétaire, puis président de la Fédération Internationale des Syndicats d’Enseignants (F.I.S.E.) adhérente à la Fédération Syndicale Mondiale ; aujourd’hui retraité, président d’honneur de la F.I.S.E. ;

5Robert MATAGRIN, directeur d’école honoraire, ancien secrétaire de l’U.G.E.E. à l’école normale de Lyon ; secrétaire du syndicat unitaire des instituteurs rhodaniens en 1935 ; un des artisans de la reconstitution clandestine du S.N.I. dans le Rhône sous l’occupation nazie ; secrétaire général de la section du Rhône du S.N.I. en 1963 et membre de la direction jusqu’à sa retraite ;

6Henri MANCEAU, professeur honoraire d’école normale, historien ;

7Jean-Claude ROMETTINO, professeur d’histoire et tous les militants dont les témoignages, les archives personnelles (manuscrites, imprimées ou photographiques) ont contribué à une indispensable documentation.

8Les impératifs de l’édition nous contraignent à globaliser et à reporter les notes à la fin de chaque chapitre. Nous prions nos lecteurs de nous en excuser. Les références précises pourront être consultées, à partir de 1983, au Centre Pierre Léon d’Histoire Economique et Sociale de la Région Lyonnaise, 18, quai Claude Bernard, Lyon (7e) – ou au Centre de Recherche d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme, 9, rue Malher, Paris (4e).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search