Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Lettres choisies

Texte intégral

44. Müntzer au comte Ernest de Mansfeld 1

1Allstedt, le 22 septembre 1523

2A Monseigneur le comte Ernest de Mansfeld et Heldrungen, en toute chrétienté ! Salut, noble et bien-né comte ! Le bailli et le conseil d’Allstedt m’ont remontré la lettre dans laquelle vous dites que je vous ai traité de scélérat hérétique et d’écorcheur. C’est l’authentique vérité, car je sais fort bien, comme tout le monde dans le pays, que par mandement public vous avez sévèrement interdit à vos gens de venir à mon office prétendument hérétique et à mes sermons. Sur quoi j’ai dit, le dénonçant à tous les bons chrétiens, que vous avez l’audace d’interdire le saint Evangile. Et si vous persistez (Dieu nous en garde !) dans cette fureur et ces interdictions insensées, en ce jour et tant qu’une veine palpitera en moi je veux encore vous dénoncer dans mes écrits, non seulement devant la chrétienté mais aussi, en les faisant traduire en diverses langues, vous traiter de fourbe et d’insensé et le proclamer sur le papier devant les Turcs, les païens et les Juifs. Et sachez qu’en cette cause si importante et si juste je ne crains pas le monde entier. Le Christ dit, Luc 11 : « Malheur à ceux qui volent la clé de la connaissance de Dieu ». Or, la clé de la connaissance de Dieu, c’est de gouverner les gens de telle sorte qu’ils apprennent à craindre Dieu seul Romains 13 ; car la crainte du Seigneur est le commencement de la vraie sagesse chrétienne. Mais puisque vous voulez que l’on vous craigne plus que Dieu, ainsi que le prouvent votre action et votre mandement, c’est vous qui volez la clé de la connaissance de Dieu en interdisant aux gens d’aller à l’église, comme si vous saviez mieux que les autres ce qui est juste. Quant à moi, je poursuivrai avec l’aide de la sainte Bible, l’œuvre commencée, mon office en allemand et ma prédication, dans les moindres détails, par la parole et par le chant. Si je n’y parviens pas, je suis prêt à renoncer à ma présence ici, et même à la vie. Mais si vous ne pouvez-vous y opposer que par la force, je vous adjure au nom du Seigneur de vous en abstenir. Et si vous prenez, comme vous l’avez dit maintes fois, des sanctions à ce sujet, songez à la querelle sans fin qui en résulterait. Le prophète dit : « Ni la force ni les sanctions ne servent à rien contre le Seigneur ». Car je suis serviteur de Dieu tout autant que vous. Procédez donc avec douceur dans une affaire que le monde entier devra bien admettre et supporter. Ne tirez pas trop fort, sinon le vieil habit pourrait bien craquer ! Si vous me livrez aux poings des imprimeurs, je serai cent mille fois plus dur envers vous que ne le fut Luther envers le pape. Soyez mon clément seigneur si vous le pouvez ! Sinon, que Dieu fasse Son œuvre !

3Donné à Allstedt le jour de saint Maurice, l’an 1523.

4Thomas Mützer, destructeur des impies

**

45. Müntzer à Frédéric le Sage

5Le 4 octobre 1523.

6A Son Altesse Monseigneur le Prince Frédéric. Premier Maréchal du Saint Empire Romain. Prince Electeur, duc de Saxe. Landgrave de Thuringe et Margrave de Meissen, mon très gracieux seigneur.

7Jésus Fils de Dieu.

8Altesse Sérénissime, Monseigneur ! Que la droite crainte de Dieu et la paix, à laquelle le monde est hostile, soient avec Votre Grâce Electorale !

9Très gracieux Seigneur ! Puisque Dieu Tout-puissant a fait de moi Son prédicateur très rigoureux, je m’applique à faire résonner les éclatantes et sensibles trompettes afin qu’elles retentissent de l’ardeur de la connaissance de Dieu, et à n’épargner personne sur cette terre s’il fait obstacle à la parole divine ainsi que Dieu Lui-même l’a ordonné par le prophète Isaïe 58 : 1. Pour cette raison mon nom, comme il se doit, ne peut être pour les sophistes de ce monde qu’un objet de haine cruelle et de détestation. Mais pour la pauvre multitude dans le besoin, il est une suave odeur de vie ; et pour les hommes adonnés à la volupté, il est sujet d’épouvante et annonciateur d’une ruine prochaine, 2 Corinthiens 2 : 15. J’ai donné la preuve que j’étais consumé d’un zèle ardent pour la pauvre, misérable et pitoyable chrétienté, ce pour quoi souvent les outrages des impies tombent sur moi. Psaume 69 : 10. Sans raison honnête ils m’ont chassé d’une ville dans l’autre, Matthieu 23 : 24, et ont raillé haineusement mes réponses, Jérémie 20 : 2.

10Pour toutes ces raisons j’ai réfléchi encore et encore à la manière dont je pourrais me jeter en avant comme un mur d’airain pour protéger ceux qui sont dans le besoin, Jérémie 1 : 18, Ezéchiel 13 : 5, et j’ai vu que la chrétienté ne pourrait être sauvée de la gueule du lion dévorant que si l’on fait apparaître la claire et limpide parole de Dieu en écartant le boisseau qui la recouvre, Matthieu 5 : 15, en répandant la vérité biblique aux yeux du monde, Matthieu 20 : 26, en rendant témoignage devant les petits et les grands, Actes 26 : 22, en ne prêchant et ne chantant, publiquement et sans relâche, que le Christ crucifié.

  • 48 Le mandement du 6 mars 1523 publié à la fin de mai dans les Etats de Frédéric le Sage.

11Il faut instituer dans l’Eglise un office qui permette, en évitant de gaspiller son temps, d’édifier le peuple par des psaumes et des cantiques Ephésiens 5 : 19 et 1 Corinthiens 14, versets qui donnent à l’office en allemand un fondement clair et solide. Or mes justes requêtes et protestations à ce propos n’ont pas eu de résultat, en raison du fait que Son Altesse le comte de Mansfeld l’a interdit à ses sujets avant même que le mandement impérial ait été publié ici48, et cela durant tout l’été et avec une rigueur croissante. Ne pouvant à la longue m’y opposer par la persuasion, je lui ai adressé en chaire, le dimanche après la nativité de Marie, une claire mise en garde et une invitation pressante, en disant à mes ouailles : « Je prie le comte de Mansfeld de paraître ici avec les plus hauts prélats de cet évéché et de démontrer que mon enseignement et mon office sont hérétiques (Dieu m’en garde !). Sinon, je le tiendrai pour un vaurien, un scélérat, un coquin, un Turc et un païen, et le prouverai par la vérité de l’Ecriture ».

  • 49 Le mandement invite à un contrôle de la prédication, mais en recommandant de ne pas donner l’impres (...)

12Telles sont formellement mes paroles, et rien d’autre, ainsi que je peux le prouver. Le comte n’a pas agi envers moi selon la légalité en se réclamant maintenant du mandement impérial, comme si la cause qu’il défend était incluse dans celui-ci, ce qui ne semble nullement le cas. 11 aurait donc dû produire ses experts et me fournir des preuves avec clémence et justice. Et si j’avais été réfuté, il aurait dû porter plainte devant Votre Altesse Electorale et seulement ensuite interdire à ses gens d’entendre cet office. Mais si l’on veut faire obstacle à l’Evangile par des commandements humains, Isaïe 29 : 13, Matthieu 15 : 7, Tite 1 : 14, et si l’on ne s’en tient pas formellement aux termes du mandement49, alors on égarera le peuple, qui pourtant devrait aimer les princes et non pas les craindre, Romains 13 : 3 : « Ce n’est pas une bonne action que les princes sont à redouter ». Et s’il en était autrement, le glaive leur sera enlevé et sera donné au peuple courroucé, pour la ruine des méchants. Daniel 7 : 18. Et alors, la paix, ce précieux joyau, serait enlevée de la terre, Apocalypse 6 : 2 : « Celui qui monte le cheval blanc prétend à la victoire, mais elle ne lui revient pas ».

13O Altesse ! Gracieux Prince Electeur ! Il faut en cette affaire prendre garde que notre Sauveur à la droite du Seigneur, au jour de Sa colère – quand Il voudra paître Lui-même Ses brebis et chassera les bêtes sauvages loin du troupeau – ne brise les rois dans Sa grâce, Psaume 110 : 52, Ezéchiel 34 : 10. Ah ! Il plairait tant à Dieu que notre négligence n’en soit pas la cause !

14Voilà, Votre Altesse, ce que j’ai voulu vous dire par ce long discours. Et par la supplique jointe je vous adjure d’excuser cette lettre et de la considérer avec bienveillance. Si je reculais maintenant, ma conscience et mes actions ne pourraient être justifiées devant la chrétienté, 1 Timothée 3. Il faut que Votre Grâce aussi se montre hardie en cette affaire, car vous voyez bien que Dieu a toujours assisté Votre Grâce depuis le commencement. Qu’Il vous ait en Sa garde, et tout votre peuple, pour l’éternité, amen !

15Donné à Allstedt, l’an du Seigneur 1523, le jour de saint François.

16Thomas Müntzer de Stolberg, serviteur de Dieu

**

52. Thomas Müntzer au duc Jean

  • 50 Lettre écrite le jour même du Sermon aux princes.

17Allstedt, le 13 juillet 152450

18Au cher duc et gouverneur de Saxe, mon père bien-aimé. Sire Jean l’Ancien. Mon cher seigneur et père !

19Je me propose d’exposer à la pauvre et misérable chrétienté la connaissance de Dieu et la foi en Lui de la manière que Dieu m’a indiquée infailliblement par Son témoignage et ainsi que saint Paul l’a fait aussi dans son Epître aux Romains, chapitre 8. Et si je dois être blâmé, je suis prêt à accepter devant le monde entier qu’on le fasse savoir et qu’on l’annonce à toutes les nations, car ma volonté est de dire et d’écrire ce qui est solidement établi et ce dont on peut répondre devant tout le genre humain sans tenir compte des docteurs en Ecriture, qui de toute évidence nient l’Esprit du Christ. Or s’il se faisait que je sois entravé ou arrêté dans cette tâche, il faudrait sincèrement songer au dommage considérable qui pourrait résulter d’un nouveau retard, étant donné que le peuple a une faim insatiable de justice divine, plus que je ne puis le dire, Matthieu 5. Il est annoncé en substance qu’on clouera le bec aux pervers, car ils craignent la lumière, Jean 3 : 19. Quant à moi, je ne crains pas la lumière, et je veux être interrogé en raison de la colère inexpiable des Elus. Mais si vous exigez que je sois entendu seulement en présence de ceux de Wittenberg, je n’y suis nullement disposé. Je veux que ceux de Rome, les Turcs et les païens en soient, eux aussi. Car j’accuserai et blâmerai radicalement la chrétienté insensée, et saurai répondre de l’origine de ma foi. Si après cela vous voulez bien laisser paraître mes livres, je le verrai avec plaisir ; dans le cas contraire, je remettrai cette affaire à la volonté de Dieu. Je suis prêt à vous donner loyalement tous mes livres pour que vous les lisiez d’abord. Ce dont la révélation de Dieu vous pénétrera, je m’y tiendrai avec vous en Jésus-Christ notre Sauveur. Qu’Il vous ait en Sa garde, bien-aimé, ainsi que votre peuple.

20Donné à Allstedt le jour de sainte Marguerite, l’an 1524.

21Thomas Müntzer, serviteur de Dieu

**

53. Müntzer à ceux de Sangerhausen qui craignent Dieu

22Allstedt, le 15 juillet 1524

23Moi. Thomas Müntzer, j’adresse mon salut de paix à tous ceux de Sangerhausen qui craignent Dieu, cette paix à laquelle est hostile ce monde qui n’a pas fait sa preuve.

24Puisque la miséricorde inébranlable de Dieu vous a fait la grâce de vous donner de vrais prédicateurs pour vous enseigner, ne vous laissez pas induire en erreur par les multiples bavardages des impies. Vous ne devez pas perdre courage, afin de ne pas devenir tout à fait des enfants, ainsi que Paul l’écrit aux Elus au chapitre 4 de l’Epître aux Ephésiens en les mettant en garde de tout cœur. Veillez à ne pas vous laisser mener par le bout du nez par des paroles de menace ni par la ruse de ceux qui sont avides de lucre. Car la vérité certaine est qu’ils ont tous peur que n’advienne le moment où chacun sera contraint d’agir droitement car ils n’y ont jamais songé même en rêve ; jamais ils ne l’ont envisagé, et ils ne pensent pas non plus le faire un jour. C’est pourquoi vous ne devez pas être épouvantés par des fantômes Psaume 118. Souffrez qu’on vous représente la parole divine dans la crainte de Dieu, comme il est dit au Psaume 119 : 34 : « Statue servo tuo eloquium tuum in timore tuo ». Alors tout votre soupçon d’incroyance s’écartera de vous, et vous trouverez que vous devez toujours attendre dans cette disposition le jugement de Dieu dans l’injonction et l’élan de votre cœur. Mais si vous éprouvez la vraie crainte de Dieu, cela doit se faire au détriment de ce que nous craignons sur terre en raison de notre orgueil et de la nature impie de l’entendement charnel. Vous y serez conduits par la bonté de Dieu, laquelle possède aujourd’hui une telle surabondance en réserve que plus de trente actions et associations des Elus ont eu lieu. L’affaire se jouera dans toutes les régions. Bref, puisque nous sommes dans le bain, nous devons aller jusqu’au bout. Ne laissez pas fuir votre courage comme il a échappé aux tyrans. Nombres 24. Leur misérable entêtement est dû au juste jugement de Dieu, qui veut les arracher jusqu’à la racine, ainsi que nous l’a annoncé Josué au chapitre 11 : 20. Craignez Dieu votre Seigneur et ne craignez que Lui ; alors votre crainte sera pure, Psaume 19 : 10 ; alors votre foi fera sa preuve comme l’or dans le feu première Épître de Pierre, chapitre 1 : 7.

25Alors vous trouverez une sagesse suffisante, à laquelle tous vos adversaires ne pourront s’opposer.

26Bien souvent, je me suis demandé avec étonnement pourquoi les chrétiens éprouvent plus de crainte devant les tyrans que toute autre nation, bien qu’ils aient devant les yeux la preuve que les entreprises des impies échouent à tout instant. La faute en est à l’incroyance et aux prédicateurs timorés. C’est pourquoi vous ne devez pas permettre qu’on vous enlève les prédicateurs qui ont du courage. Si vous préférez à Dieu un pauvre, misérable et lamentable sac de poussière et si vous ne voulez pas pour Dieu mettre en jeu votre corps, vos biens et votre honneur, vous perdrez tout à cause du Diable. Dieu ne vous abandonnera pas, faites-y bien attention. Au début, vous aurez du mal à endurer la moindre affliction pour l’amour de Dieu. Mais pour atteindre la lumière il n’est pas d’autre chemin que celui de la profonde affliction, Jean 16 : 20.

27Par devoir fraternel je n’ai pas voulu vous celer cet enseignement et cette pensée consolatrice. S’il devait vous arriver quoi que ce soit, ma plume, mes sermons, mes chants et mes paroles seront auprès de vous. Ayez seulement un cœur libéré de la crainte. La justice de Dieu emplit déjà de peur les impies et les coquins. Que cette justice vous donne force en Jésus-Christ notre Seigneur, amen.

28Donné à Allstedt le vendredi après sainte Marguerite, l’an 1524.

29Thomas Müntzer

**

54. Müntzer aux autorités de Sangerhausen

30Allstedt, le 15 juillet 1524.

31Avant tout, que la vraie et pure crainte de Dieu ainsi que la paix, à laquelle le monde est hostile, vous soient accordées, chers seigneurs !

  • 51 Moine augustin réfugié à Sangerhausen après le soulèvement de Quedlinburg en 1523. Dans une lettre (...)

32Jésus-Christ, Fils de Dieu, a dit, Luc 9 : 26, de manière qui ne peut tromper : « Quiconque aura honte de mes paroles devant les hommes, j’aurai moi aussi honte de lui devant Dieu mon Père et Ses anges ». En raison de quoi je veux, moi aussi, être préparé à tout ce qui me pourrait advenir, à moi et à tous les serviteurs de la vraie parole, et accepter tout ce qui pourrait arriver à un honnête serviteur de Dieu. Etant donné que les membres d’une communauté ne peuvent refuser aide et protection à qui en fait partie, voici ce que je dis sur mon honneur : si vous faites tort au sieur Tile Banz51, je vous combattrai par mes écrits, mes chants et mes sermons et vous causerai les pires maux que je puisse imaginer, comme David l’a fait à ses persécuteurs impies, Psaumes 18 : 38. J’ai dit que j’avais la volonté de poursuivre mes ennemis, que je les prendrais au piège et que je n’aurais de cesse qu’ils ne soient confondus et ruinés. Ils tomberont sous mes pieds, aussi haut placés soient-ils. N’a-t-il pas suffi que j’aie dû, tout au long de cette année, vous écouter accuser de manière sacrilège mon enseignement d’être hérétique et interdire aux gens de venir à moi et vous voir les mettre en prison pour cela ? Et il faudrait maintenant que je vous regarde calomnier de manière aussi sacrilège vos propres prédicateurs, vous creuser des tanières en prenant votre folie comme couverture pour dissimuler votre infamie afin que l’on ne remarque pas que vous êtes des adorateurs de l’homme ? Je sais qu’il n’y a pas dans tout le pays de plus grands idolâtres que vous. Finissez-en avec votre fureur ; ouvrez les yeux sur vous-mêmes, sinon, cela tournera mal pour vous, sachez-le, et agissez en conséquence. Prenez à cœur cet avertissement d’un ami car je n’ai pas l’intention d’être longtemps encore bien disposé à votre égard. Prétendez-vous interdire la parole de Dieu et en même temps rester des chrétiens ? Comme cela rime bien ensemble ! Je vous dis sur mon honneur que si vous ne vous amendez pas sur ce point, je ne retiendrai pas plus longtemps les gens qui veulent vous molester. De deux choses l’une : ou bien vous adoptez le saint Evangile, ou bien vous reconnaissez que vous êtes des païens. Telle est l’alternative, plus dure encore que l’airain. Quant à moi je crierai au monde entier que vous voulez être comme les grosses mouches qui souillent le chrême de l’EspritSaint, Ecclésiaste 10. Ne vous opposez pas à l’Esprit-Saint ! Puisse-t-Il vous accordez la lumière, amen !

33Donné à Allstedt l’an du Christ 1524, le jour du sermon des saints Apôtres de Dieu.

34Thomas Müntzer serviteur de Dieu

**

55. Müntzer aux chrétiens persécutés de Sangerhausen

35Allstedt, juillet 1524.

36En guise de salut à tous mes bien-aimés frères en Christ enfermés dans la prison tyrannique de Sangerhausen : grâce et paix en même temps que la pure et authentique crainte de Dieu !

37Jésus-Christ, le tendre Fils de Dieu, dit en paroles claires, comme Il l’avait déjà dit auparavant à Ses Apôtres en paroles affligées lors de la sainte Cène, tous les événements qui allaient advenir et quel serait le comportement du monde adonné à la volupté ainsi que celui des forcenés, quand les Elus parmi les hommes commenceraient à reconnaître le Christ crucifié et à adhérer à la vraie foi. Il a parlé ainsi, Jean 16 : 1 : « Ne vous scandalisez pas quand les méchants vous excluront de la communauté. L’heure viendra où quiconque vous égorgera sera convaincu d’avoir rendu un culte à Dieu ».

38Méditez bien ces paroles et enfermez-les au fond de votre cœur puisque maintenant les temps périlleux adviennent dont saint Paul dit que tout homme qui voudrait faire ce qui est juste et incliner au saint Evangile serait considéré par les impies comme un hérétique, un scélérat et un coquin, et tout ce qu’ils peuvent bien inventer encore.

39Or comme j’ai appris par certaines pieuses personnes que vous êtes au plus haut point affligés et qu’ayant permis aux hommes et tyrans fous et insensés de vous mettre en prison, vous souhaitez avoir mes conseils à ce sujet, mon devoir de chrétien est de ne pas vous les refuser, à condition toutefois que vous vous y teniez. Le fait que vous désiriez préserver votre conscience prouve que vous commencez à faire passer la pure et droite crainte de Dieu à la première place et que vous apprenez à craindre Dieu seul plus que toutes les créatures du ciel et de la terre. Et grâce à cette crainte, vous apprendrez et saurez ce que vous devez faire et ne pas faire, chose qui plait grandement à Dieu. Car la crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse, ainsi que le dit l’Esprit de Dieu, Psaume 111 : 10 et Proverbes 1 : 7. C’est pour cette raison que vous devez jour et nuit élever vers Dieu de tout cœur vos soupirs et vos cris et Le prier de vous apprendre à ne craindre que Lui seul. Car si vous ne possédez pas cette pure crainte de Dieu, vous ne résisterez à aucune épreuve. Mais si vous la possédez, vous conserverez la victoire sur tous les tyrans, et ils seront ruinés à tel point qu’on ne saurait le dire.

40Or la crainte de Dieu enseigne aussi qu’un homme pieux doit rester dans le détachement pour l’amour de Dieu et qu’il doit risquer pour Lui corps et biens, maison et dépendances, femme et enfants, père et mère en même temps que le monde entier. Mais voilà ! Cela est une grande abomination pour les hommes qui vivent selon la chair et qui ont, leur vie durant, mis toute leur raison à l’acquisition de leur nourriture, sans penser plus loin. Ils ont pensé que Dieu leur donnerait tout de même la félicité s’ils se contentaient de croire ce que les autres croient. Le monde aujourd’hui est si fou et si insensé que personne ne veut plus avoir cette attitude de détachement pour l’amour de Dieu, bien que le Seigneur dise clairement dans le saint Evangile, Matthieu 10 : 37 : « Celui qui aime quelque chose plus que moi n’est pas digne de moi ». Au même endroit, le Christ fils de Dieu énonce très hautement la vraie manière de croire.

41Ainsi donc, si vous voulez être des chrétiens et croire que le Christ vous a sauvés, il vous faut commencer par éprouver la pure crainte de Dieu, car elle est le commencement de la foi, comme il a été indiqué plus haut. Bref, vous ne devez craindre personne si ce n’est Dieu, pas plus qu’il ne faut adorer aucune idole à côté du Dieu vivant. Là il n’y a aucune excuse ; il faut aller jusqu’au bout du droit chemin. Si votre prince ou celui qui transmet ses ordres vous commande de ne pas aller ici ou là pour entendre la parole de Dieu, ou de promettre de ne plus vous y rendre, vous ne devez en aucune façon promettre cela ; car dans ce cas ce serait mettre la crainte des hommes à la place de la crainte de Dieu et la dresser devant vous comme une idole. Et si vous vous imaginez pouvoir plaire en même temps à votre prince et à votre Dieu non il ne vous sera pas possible de le faire, car tout ce qui prétend s’élever à la hauteur de Dieu et être craint comme Lui n’est, cela est sûr et certain, que le Diable en personne, prenez-y garde. Et si ces forcenés prétendent que vous devez être obéissants envers vos princes et seigneurs, voici ce qu’il faut répondre : un prince et souverain est institué pour régner sur les biens temporels, et son pouvoir ne s’étend pas au-delà. C’est aussi l’avis de saint Pierre et de saint Paul dans ce qu’ils écrivent sur le pouvoir des hommes. C’est pourquoi vous devez vous présenter hardiment et dire : « Cher seigneur, cher sire Capitaine, si les redevances et impôts que nous donnons chaque année à notre seigneur le prince ne lui suffisent pas, qu’il prenne en plus tous nos biens, nous les lui abandonnons volontiers. Mais il ne faut pas qu’il règne sur nos âmes, car en ces matières il faut être plus obéissant envers Dieu qu’envers les hommes. Faites donc ce que vous voulez. Mais si vous nous faites du tort en ce point, nous nous en plaindront au monde entier et le lui ferons savoir. Ainsi il verra et entendra les raisons de nos souffrances. Mais pour ce qui est des choses temporelles, nous sommes disposés à faire ou ne pas faire tout ce qui plaît à vos yeux. Que voulez-vous que nous fassions de plus ? »

42Ainsi donc, frères bien-aimés, vous ne devez, si on l’exige de vous, ni vous laisser mettre en prison, ni obéir. Et tenez-vous en à ces paroles. Mais s’ils veulent vous imposer des amendes, donnez donc au Diable ce qu’il veut avoir. Conservez seulement votre conscience indépendante et libre et ne permettez pas qu’on l’enchaîne par des ordres tyranniques. Car c’est aussi ce qu’a voulu dire le Christ notre Seigneur. Matthieu 10 : 28. « Ne craignez pas ceux qui tuent votre corps, car après cela ils ne peuvent plus rien tuer. Moi au contraire je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez Celui qui a le pouvoir, après avoir tué le corps, de précipiter l’âme dans le feu de l’enfer. Voilà Celui que vous devez craindre ».

43Par conséquent, laissez-les exercer un certain temps leur arbitraire contre vous, car le monde, avec son manque de foi n’a pas mérité d’autres seigneurs et princes. Vous devez donc les laisser vous tourmenter aussi longtemps que Dieu voudra bien le leur permettre et jusqu’à ce que vous reconnaissiez votre faute. Car la chrétienté tout entière, du fait qu’elle adore les hommes, se transforme en une prostituée. Et c’est idolâtrer les hommes, on le voit clairement maintenant, quand les hommes craignent les princes et seigneurs et qu’à cause de la vile nourriture et du ventre ils sont obligés de renier hautement la parole de Dieu et Son saint nom, si bien que saint Paul lui-même dans son Epître aux Philippiens les nomme bêtes commandées par le ventre et dit qu’ils ont leur ventre pour dieu.

44Prenez garde, frères bien-aimés, à ne pas faire partie du même troupeau. Le Diable est un bien rusé coquin, qui étale sans cesse la nourriture et la vie aux yeux des hommes, car il sait que cela est apprécié par les hommes qui vivent selon la chair. Et c’est à cause de cela qu’ils sont poussés à renier Dieu. N’est-ce pas une impiété horrible et abominable ? Si vous ne croyez pas que Dieu, à condition que vous soyez prêts par amour pour Lui à risquer ou même à perdre vos biens et la nourriture de votre corps ainsi que votre vie a assez de pouvoir pour vous donner une tout autre nourriture, et même vous en donner plus qu’avant, comment donc croirez-vous qu’il a le pouvoir de vous donner la vie éternelle ? C’est croire puérilement que de ne faire confiance à Dieu que pour la nourriture. Mais croire en confiance qu’il donne la vie éternelle, c’est une foi supérieure à la nature et à toute raison humaine. Si vous manquez de foi dans les petites choses, comment voulez-vous que Dieu vous confie les grandes ?

45C’est pourquoi, frères bien-aimés je vous exhorte à prendre pour exemple l’attitude qu’ont eue les amis de Dieu élus par Lui au temps de l’épreuve. Si vous êtes attachés à vos biens, considérez donc quel fut le détachement de Job le bien-aimé le saint ami de Dieu. Au premier chapitre de son livre sont écrites les paroles qu’il a dites allègrement quand les messagers arrivèrent et lui annoncèrent que tous ses enfants avaient péri en même temps que tous ses biens. Il répondit alors avec détachement : « L’Éternel me l’a donné, et l’Eternel me l’a ôté » (Job 1 : 21). Si vous craignez pour votre vie considérez l’exemple des saints martyrs pour voir combien peu de prix ils attachaient à leur propre vie et comment ils lançaient leur moquerie à la face des tyrans.

46Dieu Tout-puissant vous aime autant qu’il a aimé Job et tous les saints martyrs, car Il vous a achetés aussi cher avec le sang de Son tendre Fils Jésus-Christ. Il veut vous communiquer Son Esprit-Saint aussi généreusement qu’il l’a fait à eux. Pourquoi donc perdriez-vous courage ? Car en vérité, je vous le dis, le temps est venu où il faut qu’un bain de sang se répande, à cause de son incroyance, sur le monde endurci. Tous ceux qui n’ont pas voulu risquer leurs biens pour l’amour de Dieu en seront alors privés du fait du Diable, et sans qu’on leur dise merci, je le sais de façon certaine. Allez-vous longtemps encore vous laisser mener par le bout du nez ? On sait pourtant bien et on peut prouver par la sainte Bible que les seigneurs et princes, tels qu’ils se comportent maintenant, ne sont plus des chrétiens. De même, vos prêtres et vos moines adorent le Diable et sont encore moins des chrétiens. Et tous vos prédicateurs sont des hypocrites et des adorateurs des hommes. Combien de temps allez-vous donc encore espérer ? Il y a peu à espérer du côté des princes.

  • 52 2 Timothée 2 : 9.

47Celui qui veut combattre les Turcs n’a pas besoin de partir au loin : les Turcs sont dans le pays ! Mais agissez envers eux comme je vous l’ai indiqué plus haut. Faites en sorte d’avoir de bonnes raisons contre eux et de leur en faire porter la faute, et non de la porter vous-mêmes. Et dites-leur librement en pleine face : « Saint Paul dit et enseigne : la parole de Dieu est libre et n’est pas liée52. Pourquoi voulez-vous nous empêcher de l’entendre ? Pourtant, vous n’avez pas empêché naguère tout un chacun d’aller à Saint-Jacques-de-Compostelle ou chez le Diable à Heckenbach, de faire des veuves et des orphelins et d’emporter hors du pays son argent et ses biens. Allez-vous nous empêcher de suivre le chemin dont nous avons un si urgent besoin ? Allez-vous ne pas nous autoriser à avoir de vrais prédicateurs et nous interdire aussi d’entendre d’autres gens ? Si vous faites cela, je vous tiendrai pour un Turc et non pour un prince et seigneur chrétien ». Cela, dites-le leur librement et sans flagornerie, car vous ne subsisterez que si vous craignez Dieu seul et ne flattez personne. S’il vous arrive malheur. Dieu sera à vos côtés et exercera la vengeance. Mais si vous les flagornez. Dieu vous tourmentera tant que vous ne pourrez plus parvenir à la vérité et souffrirez grand dommage contre votre salut. Car Dieu ne peut abandonner Ses Elus, même s’Il en donne parfois l’impression. Mais Il accomplit toujours la vengeance au moment qu’il faut.

48Voilà la vérité que par devoir chrétien je n’ai pas voulu vous celer, pour l’honneur et pour la louange de Dieu. Puisse-t-Il maintenir votre âme dans la foi la plus constante ! Que la grâce de Dieu notre Seigneur soit avec vous tous, amen.

49Donné à Allstedt, en hâte, l’an 1524.

50Thomas Müntzer * *

57. Müntzer au bailli Zeiss

51Allstedt, le 22 juillet 1524

52Suo fratri Johanni Zeisen presidi Alstedensi in Christo carissimo.

53Salutations, en vous souhaitant la pure et infaillible crainte de Dieu ! J’ai voulu aujourd’hui devancer la fange de la révolte environnante en vous donnant, pour ce qui est de l’avenir, le conseil d’éviter que nous soyons la cause d’une telle révolte et d’exposer la question au souverain en même temps que votre propre conseil, afin qu’aucune raison impropre ne soit donnée à personne quand tous les tyrans s’appliquent à exterminer la foi chrétienne. La réponse que Hans Reichart a donnée à ce sujet aux pauvres expulsés est tout à fait impropre, car fondée sur les anciens usages dans les fonctions exercées par les princes et leurs administrateurs. A la suite de cela, les expulsés et les réfugiés m’ont dit leurs objections, en me demandant quelle sorte d’Evangile nous avons et si nous sommes prêts à sacrifier si pitoyablement sur l’étal du boucher les gens qui souffrent pour la foi chrétienne. A quoi j’ai répondu que nobis moriendum habentibus in vulgi opinionem et auram emissos que l’on ne m’avait aucunement mis au courant, et que maintenant que je le savais, j’étais prêt à faire tout ce qui est en mon pouvoir.

  • 53 Possession des chevaliers de Witzleben.

54Au moment où j’étais en train de discuter avec les réfugiés, Hans Reichart est sorti de l’imprimerie et est venu à ma rencontre. Et je lui ai dit : « Qu’est-ce que ce jeu ? Prétendez-vous consoler ainsi les gens qui sont expulsés à cause de l’Evangile ? Ne pourriez-vous pas réfléchir un peu plus et voir les affaires qui peuvent en résulter ? ». Alors il m’a répondu que vous lui aviez donné l’ordre d’agir ainsi, et que quand le bailli de Sangerhausen ou d’autres districts viendrait faire une visite à Allstedt, il faudrait lui remettre ces gens. Alors j’ai répondu qu’il faudrait que les gouvernants n’agissent pas contrairement à la foi chrétienne, et que, s’ils n’agissent pas seulement contre la foi, mais aussi contre le droit naturel, il faut les égorger comme des chiens. Et si vous autres, fonctionnaires de tous les bailliages ; vous ne dénoncez pas publiquement que c’est votre voisin de Schonewerda53 qui le premier a rompu la paix civile et est devenu le voleur de ses propres administrés, vous verrez sous peu ce qui vous adviendra. C’est pourquoi, cher frère, je vous conseille de tout cœur de bien vouloir considérer ce qui va résulter de tout cela. Les réfugiés arriveront tous les jours. Allons-nous gagner l’amitié des tyrans avec les cris de souffrance des pauvres gens ? Voilà qui ne serait guère en accord avec l’Evangile. Je vous dis moi, que le temps cruel de la discorde va commencer. Vous ne devez plus suivre l’usage selon lequel on déférait aux désirs des autres bailliages. Car il est clair comme le jour qu’ils ne font plus aucun cas de la foi chrétienne Mais leur pouvoir aura un terme ; dans peu de temps il sera donné au peuple.

55Agissez donc en toute certitude, car là où l’Evangile a gardé sa valeur, on ne mettra pas les chrétiens en prison pour faire selon la volonté des coquins. Pour ma part, je suis volontiers disposé à m’en tenir à ce que j’ai promis aux princes par écrit et de ma propre main. Mais je ne veux pas faire de simagrées. Alors que c’est l’Esprit de Dieu qui me pousse, je devrais accepter ces gens comme mes juges en matière de foi chrétienne ? Si d’aventure ils vous ont ordonné d’emprisonner les gens qui sont contraints de prendre la fuite à cause de l’Evangile et si j’étais sûr du fait, alors je lui écrirais de nouveau pour me dédire.

56Je vous conseille d’écrire aux princes en personne (même s’ils s’en moquent, comme il est possible) au sujet de Friedrich von Witzleben pour leur dire que c’est lui qui a rompu la paix civile, par quoi il est devenu le parangon de tous les tyrans et la cause de toute révolte. Si d’autres seigneurs ne le punissent pas pour cette action, la paix civile sombrera complètement. Car à l’avenir aucun peuple n’aura plus foi en son propre seigneur ; et le peuple ne pourra plus venir en aide au seigneur, ni le seigneur au peuple. C’est là que des hommes simples mais lucides peuvent voir l’origine de toutes les tueries, si pitoyablement que le cœur de chacun, à juste titre, en frémit d’angoisse. Mais le monde insensé s’en moque encore ; il s’imagine que la vie est comme autrefois ; il continue de rêver, jusqu’au moment où les flots se refermeront au-dessus de sa tête Dieu vous en garde, frère bien-aimé !

57Donné à Allstedt le jour de sainte Marie-Madeleine, l’an de notre Seigneur 1524 Thomas Müntzer, frater tuus

**

  • 54 Le passage qui suit est un post-scriptum en forme de sermon.

58Que celui qui veut être une pierre de la nouvelle Eglise risque sa tête, sinon il sera rejeté par les bâtisseurs54 !

59Songez, frère bien-aimé, que celui qui ne veut pas risquer sa tête dans les temps périlleux d’aujourd’hui ne fera pas non plus sa preuve dans la foi. Il veut seulement faire ce qui ne comporte pas d’inconvénients, afin de ne pas avoir à souffrir. Mais en échange il lui faudra supporter maint péril à cause du Diable et être confondu devant tous les Elus, et finalement mourir par la volonté du Diable. Que Dieu vous en garde, amen !

60[...] L’homme ne peut parvenir sans souffrance à la primordiale et véritable essence de la foi chrétienne, car c’est par la détresse et la douleur que le cœur doit être arraché à ce monde auquel il reste collé jusqu’à ce qu’il devienne tout à fait hostile à cette vie.

  • 55 Psaume 75 : 9.

61[...] Le défaut capital dans cette fangeuse affaire du monde, c’est qu’on ne soustrait pas les réfugiés à la violence de leurs seigneurs et qu’on prétend la leur faire subir même à l’endroit où nous sommes, sans quoi le peuple serait irrité contre nous. Mais je vous le dis : il faut prêter une vive attention au mouvement nouveau du monde d’aujourd’hui. Les institutions anciennes ne sont plus du tout en mesure de le faire, car ce n’est que lie comme dit le prophète : « Fex calicis indignationis non est exinanita, bibent omnes impii terrae. Qui sanguinem sitiverunt, sanguinem bibent, etc. »55.

**

59. Müntzer au bailli Zeiss

62Allstedt, le 25 juillet 1524.

63Suo charissimo fratri Johann Zeyssen presidi Alstedtensium in domino.

64Que la force et la vigueur de l’Esprit-Saint soient avec vous, frère bienaimé ! Il y a peu de temps j’ai prononcé un sermon sur le quatrième livre des Rois et présenté à la chrétienté mon sincère conseil en m’appuyant sur les chapitres 22 et 23 de saint Josias où le prêtre Hilkija, ayant trouvé le livre de la loi, envoya chercher les Anciens de Juda et de Jérusalem, puis alla au temple avec tout son peuple et y conclut avec Dieu une alliance qui fut approuvée par toute la communauté, afin que chaque Elu pût reconnaître et conserver de toute son âme et de tout son cœur les témoignages de Dieu.

65Avant que la chrétienté risque son sang contre les forcenés qui combattent la vraie foi, il lui sera sans doute bien plus nécessaire de s’appliquer de tout son cœur à rechercher les moyens de prévenir la pire des abominations, qui s’accorde avec la foi chrétienne aussi parfaitement qu’un vieil oripeau, Luc 5 : 36. C’est pourquoi j’aurais souhaité que nos souverains ne se montrassent pas aussi arrogants en cette affaire. Le peuple voit bien qu’ils ont pris un grand risque en plaçant leur renommée et leur gloire temporelle sur ces flots tumultueux. Mais il se pourrait bien, dans ce péril, que le désarroi s’empare du peuple et qu’il se laisse gagner par une peur insurmontable si les souverains refusent d’intervenir et laissent faire, n’instituent pas de vrais prêtres dans leur principauté, protègent les méchants et n’entreprennent rien qui soit en accord avec la volonté de Dieu. Il est pourtant clair comme le jour que ce sont les gouvernants impies qui rompent eux-mêmes la paix civile, qu’ils jettent les gens en prison et les enchaînent à cause de l’Evangile. Et nos princes regardent sans rien dire ! Sans doute conduits hors du droit chemin par les perfides docteurs en Ecriture, ils pensent que l’affaire est pure et sans défaut. Et ils ne songent pas que la chrétienté est aujourd’hui encore trop malhabile pour pouvoir verser son sang pour la foi. Eh oui ! Elle est encore si étroitement collée aux choses créées que c’est là la cause de toutes les querelles et de toutes les discordes et que chacun perd tout son bon sens, au point qu’il reste comme une bille de chêne quand on lui parle de Dieu.

66C’est grande insolence que de se reposer illusoirement sur les anciens usages de gouvernement, maintenant que le monde entier s’est transformé de façon si radicale. Au nom de l’amour et de la vérité de Dieu, je vous le dis : il est d’une urgence indicible que vous exposiez cette question aux souverains avec le plus grand sérieux, que vous la leur révéliez sincèrement et sans crainte et les avertissiez de ne pas effaroucher leur propre peuple par leur négligence, mais de songer plutôt à prévenir à temps tout le mal, tant que le peuple leur fait encore confiance. Je le dis en toute sincérité : s’ils continuent longtemps encore à manquer à leur devoir, ils seront méprisés plus encore que les autres princes. On dira alors : « Ecce homo, qui non posuit deum adiutorem sibi. Que Dieu nous en garde ! ». Il n’y aurait plus alors que peine et tracas, et l’Allemagne serait pire qu’un repaire d’assassins. Parce que la cupidité des hommes atteint maintenant son point culminant, il faut que les princes, en accord avec leur peuple, transforment les obligations et serments de cette société païenne en une alliance loyale au service de la volonté divine, afin que leur peuple voie de ses propres yeux qu’ils essaient d’y remédier. Alors, la masse innombrable des impies sera prise d’une épouvante si pitoyable qu’ils ne sauront plus où demeurer dans le vaste monde, ainsi qu’il est écrit Nombres chapitre 14 et Josué chapitre 11.

67Si vous, les administrateurs, voulez maintenir la paix, il faut qu’une épée retienne l’autre au fourreau. Il faut renoncer à toute duplicité les uns envers les autres, contrairement à ce que vous avez fait quand les réfugiés sont arrivés et que invoquant divers motifs imaginaires, vous avez voulu les livrer à la justice au nom de la foi chrétienne. Il faut au contraire créer une alliance en bonne et due forme, de telle manière que l’homme du commun puisse s’associer à de bons administrateurs pour le seul bien de l’Evangile. S’il se trouvait parmi eux des coquins et des scélérats pour utiliser cette alliance à de mauvaises fins, il faudrait les remettre aux tyrans ou, selon la faute commise, les juger soi-même. Pour ce qui concerne les corvées en particulier, il faudrait stipuler dans l’alliance que les confédérés ne doivent pas se croire pour autant libérés de leurs obligations envers leurs tyrans, mais doivent au contraire se comporter comme fit le Fils de Dieu avec Pierre, Matthieu 17 : 24, cela afin que certains hommes malintentionnés ne puissent penser que notre alliance a été fondée en vue d’avantages matériels.

68Mais le plus indispensable, c’est de veiller avec une rigueur extrême à ce que personne ne place sa confiance absolue en cette alliance, car celui-là est maudit par Dieu qui se confie en l’homme, Jérémie 17 : 5. L’alliance ne doit être qu’une menace pour les impies, afin qu’ils mettent un terme à leur fureur, jusqu’au moment où les Elus pourront sonder la connaissance et la sagesse de Dieu avec tous les témoignages qui s’y rapportent. Si les justes forment une alliance, les méchants qui viendraient à s’y mêler ne pourront exercer leur arbitraire, car la droiture des bons leur permettra beaucoup moins qu’avant de faire le mal. Cela afin d’éviter que le groupe tout entier ne soit blâmé. L’alliance n’est rien d’autre qu’une légitime défense qui, selon le jugement naturel de tous les hommes raisonnables, ne peut être refusée à personne.

69Ceux qui n’ont pas fait leur preuve seront tentés ici de dire : « Qu’avons-nous besoin d’une alliance ? Nous sommes unis par le baptême, et le chrétien doit souffrir, par devoir et par nécessité ». A cela je réponds : Apprenez d’abord ce qu’est le baptême. Apprenez d’abord et essayez de savoir si vous avez trouvé en vous-mêmes le témoignage de Dieu et si vous pouvez résister aux épreuves. Songez que toutes les richesses de la connaissance de Dieu doivent être sues par expérience en long, en large, en profondeur et en hauteur, Ephésiens chapitre 3 : 18. Sinon, les insolents qui vivent selon la chair deviendraient tous des martyrs ; les archi-séducteurs leur chanteraient deux ou trois chansons sur leur martyre, et on jurerait alors par tous les saints qu’ils sont bien des martyrs. Et notre cause serait jugée par nos descendants plus mauvaise encore et plus vile que la grossièreté de l’Eglise romaine. Voilà à quoi vous devez prendre garde, vous les bons gouvernants. C’est chose si simple que de croire et de devenir martyr ! Si les Elus se laissaient transformer en martyrs aussi simplement par une fausse bonté et une fausse foi la coquinerie des impies ne pourrait plus être mise à nu et ruinée, et le témoignage de Dieu ne parviendrait pas non plus à son juste élan.

  • 56 Jérémie 20 : 11.

70De tout cela vous pouvez conclure qu’il vous faut prendre conseil auprès de gens sincères et craignant Dieu, qui possèdent la vraie crainte de Dieu, soient ennemis de la cupidité et aiment la vérité de tout leur cœur, Exode 2 : 21. Alors vous trouverez mille moyens aussi bien qu’un seul. Prenez donc courage ! Dominus est nobiscum bellator fortis56 ; non timendum quod meditetur, facietque caro formidans periculum vitae sine timore Dei, qui te servet in secula, amen.

71Donné à Allstedt, le jour de l’Apôtre Jacques, l’an du Seigneur 1524.

72Thomas Müntzer

61. Müntzer à Jeori

73(Sans lieu ni date)

74Avant tout, que la grâce et la paix du Christ soient toujours avec vous, cher frère Jeori !

75Vous êtes venu me trouver pour recevoir enseignement ; mais, comme l’indique votre lettre, je ne vous en ai pas donné. Ne soyez pas surpris. Car, outre que le souci que j’avais de nombreuses âmes m’avait été pénible, vous savez que j’avais ce jour-là la visite d’étrangers, avec lesquels j’ai eu grand travail ; et le service religieux m’avait, toujours ce même jour, bien fatigué. Aujourd’hui, quand on a à faire avec les gens, on a autant de travail qu’une mère avec ses enfants et leur ordure. L’un empire, l’autre s’amende, selon le mouvement de son âme. Psaume 88.

76L’enseignement de la foi n’est pas le travail d’un jour, car Paul, le saint serviteur de Dieu, dit 2 Corinthiens 4 : 16 : « L’homme extérieur se détruit de jour en jour, mais l’homme intérieur se renouvelle ». Il se renouvelle dans la mesure où il dépouille le vieil homme. Et quand il s’imagine avoir dépouillé le vieil homme, il n’a en vérité fait que voler un morceau de la nouvelle étoffe pour le coller sur son vieil habit, et par là il devient pire que s’il était un Turc ou un païen caché sous l’apparence d’un chrétien.

77Personne ne peut donner à autrui l’élan de la foi, ainsi que l’atteste Jean-Baptiste avec son baptême. De même, un prédicateur désignera tout de suite l’Agneau frappé à mort qui court dans le désert à la recherche de la brebis perdue. C’est cela même que je vous ai enseigné quand je parlais de la fausse foi qui doit précéder la vraie pour mettre à nu l’appétence que l’Esprit saint a implantée et qui effectue la percée à travers toute désespérance. Car la foi du grain de sénevé doit jeter la grande montagne de notre égoïsme dans la mer de notre élan intérieur. Alors le Christ, le vrai Fils de Dieu, descend vers ceux qui sont presque noyés et qui ont perdu toute consolation. Il vient à eux dans la nuit quand l’affliction est au plus haut point. Alors les Elus pensent tout d’abord qu’il est un diable, qu’il est un spectre. Mais Il dit : « Ah ! mes bien-aimés, ne craignez point. C’est moi ; je ne puis vous éclairer autrement ; je n’ai pas d’autre moyen de verser en vous ma grâce ».

78Alors Pierre et avec lui tous les Elus se jettent dans la mer pour aller vers Lui ; ils sont tout disposés à supporter de tels mouvements. Mais ceux de Génésareth prient le Seigneur de quitter leur territoire. Ces hommes sont les pourceaux qui périssent dans les eaux, qui ne veulent pas apprendre l’origine de leur foi, dissimulent la nature par la nature et utilisent l’Ecriture sainte comme une chose charnelle ou comme les livres des païens. Ces hommes-là ne peuvent souffrir le scribe rapide qui n’écrit pas avec de l’encre, mais avec le stylet de Son Esprit dans le fond insondable des âmes, où l’homme reconnaît qu’il est un fils de Dieu et que le Christ est le plus haut parmi les fils de Dieu. Car ce que les Elus sont par la grâce. Il l’est, Lui, par nature divine. Et à moins que l’homme venant de si loin ne parvienne à la réceptivité envers le vouloir divin, il ne lui sera jamais possible de croire véritablement au Père, au Fils et à l’Esprit-Saint. Cela est attesté en toute clarté et lumière dans Jean 7, où le Christ dit : « Celui qui veut faire la volonté de mon Père connaîtra si j’ai parlé de par moi-même ou de par Dieu mon père ».

79Connaître la volonté inébranlable de Dieu, cela ne peut se faire que si notre volonté propre s’abîme à tout moment avec sévère contrition accompagnée d’une profonde méditation, afin de savoir ensuite rapporter et expliquer ce qu’éprouve cet homme austère et appliqué dans ses souffrances, et qui croit en Dieu non pas parce que le monde y croit de telle ou (elle manière, mais qui atteste Dieu révélé par l’Ordre qui réside en Lui et dans toutes les créatures, afin que l’homme prenne conscience de cette foi et en soit certain, plus certain encore que des choses naturelles.

  • 57 Psaume 73 : 22.

80Cette cause exige un homme plein d’allégresse, qui ne se ménage pas et qui s’adonne jour après jour à cette discipline. Telle n’est pas la manière de ces fous, les docteurs en Ecriture, qui présentent leur matière selon le bon plaisir du monde. Cet homme-là, au contraire, est une flétrissure pour les hommes non éprouvés, et en particulier pour les chrétiens. Comment puis-je savoir ce qu’est Dieu et ce qu’est le Diable, ce qu’est un bien propre et un bien d’autrui, si je ne suis pas devenu un autre que moi-même ? In nihilum redactus nascivi, factus sum ut iumentum ; et ego semper tecum57.

81Où donc est notre pauvreté en esprit si nous ne sommes pas capables d’en parler à cause de notre paresse d’exercice ? Comment nous en sortir, si c’est Dieu Lui-même qui doit en prendre l’initiative ? Mais beaucoup de choses prendront un autre visage que celui qu’elles ont avec les gens qui se scandalisent si facilement. Le scandale vient d’une foi imparfaite ou imaginaire, qui doit être extirpée sans aucune miséricorde, ainsi que fit le Christ avec Ses disciples quand, au spectacle de Ses souffrances, ils devaient tous souffrir le scandale. Mais si l’on s’oppose par tous les moyens à l’amélioration, on gardera de surcroît la docilité des enfants.

82Je vous demande, cher Jeori, ainsi qu’au brave homme qui était chez vous, de bien vouloir m’aider en insistant pour que l’on commence l’office en allemand le plus tôt possible Dieu vous assistera, vous verrez. « Ne crains point, petit troupeau », car il plaît au puissant Dieu Zébaoth de manifester Son nom à la face du monde adonné à la splendeur. Il est grand temps ! Debout ! Eveillez-vous du sommeil des gesticulations païennes, qui ne font que vous endurcir chaque jour dans le péché. Il faut pratiquer chaque jour cet office en donnant lecture de la Loi des prophètes et des Evangélistes, afin que les textes deviennent aussi familiers à l’homme du commun qu’au prédicateur. C’est le début. Evitez seulement de vous mettre en valeur ; ne recherchez pas la gloire ; n’en tirez pas vanité. Oh, ce mal peut facilement se répandre sous une belle apparence, même si l’homme jure le contraire par tous les saints. Et quand il va au fond des choses, il n’en est pas autrement. Veillez à ce que votre pierre soit le Christ et que toutes vos aspirations soient fondées sur ce roc dans la tempête. Ne tenez compte ni du mandement impérial ni de celui du duc Georges, car ils sont eux aussi de chair et ne sont pas Dieu constant, ainsi qu’Isaïe vous l’enseigne en toute clarté et lumière au chapitre 31 : 3 quand il parle de l’Egypte. Ces gens sont tous vos adversaires. Prenez-y garde : si vous ne voulez pas mettre à profit votre liberté temporelle, elle vous sera enlevée comme à Madian.

83Thomas Müntzer

**

64. Müntzer à Frédéric le Sage

Allstedt, le 3 août 1524.

84A mon Père et seigneur Frédéric Prince Électeur régnant au bon pays de Saxe. En guise de salut, je vous souhaite la pure et sincère crainte de Dieu en même temps que l’Esprit invincible de la sagesse divine.

85Etant donné que la situation périlleuse exige de la manière la plus urgente que l’on prévienne et combatte toutes les formes de l’impiété, laquelle s’est jusqu’ici maintenue tant bien que mal derrière les apparences de l’Eglise chrétienne et se présente maintenant sous la forme trompeuse d’une fausse bonté inspirée par la chair, Dieu a décidé de me placer en avant, ainsi que dit Ézéchiel comme une muraille pour protéger la pauvre chrétienté en ruines, que l’on ne doit pas seulement blâmer en partie, comme certains pensent, mais dans son ensemble, en attaquant le mal à la racine, ainsi que Dieu l’a déjà fait en divers lieux et selon le cas. Mais maintenant, Satan pousse à leur perte les docteurs impies comme Il l’a fait auparavant pour les moines et curés, car ils laissent maintenant transparaître les scélérats qui sont en eux en faisant de l’Esprit-Saint du Christ l’objet de dérision le plus méprisé et en le traitant de diable en de nombreux Elus, ainsi que fait maintenant ce menteur de Luther dans sa honteuse missive aux Ducs de Saxe qui vient d’être publiée contre moi et dans laquelle, tel un tyran superbe, il laisse éclater sa fureur et sa hargne, sans aucune exhortation fraternelle. C’est pourquoi je prie au nom du ciel que l’on veuille bien considérer sérieusement quelle plaisante affaire en résulterait si je m’avisais de rendre la pareille à sa langue de vipère, ce que je n’ai pas l’intention de faire, bien qu’il soit difficile de s’abstenir d’une telle réponse, eu égard au scandale éprouvé par beaucoup d’hommes pieux qui ont entendu mon enseignement dans des pays ou des villes de l’étranger.

86C’est pourquoi je prie sincèrement votre bonté de souverain régnant de ne pas m’empêcher ni m’interdire de prêcher et écrire pour le bien de la pauvre chrétienté, cela afin d’éviter un autre péril qui pourrait advenir à l’encontre dudit Luther du fait de cette même chrétienté, ce qui par la suite ne favoriserait pas une réconciliation.

87En dernier lieu, voici ce que je pense très sérieusement : je prêche une foi chrétienne qui n’est pas en accord avec Luther, mais qui est de même forme dans le cœur des Elus sur toute la terre Psaume 67. Et quand bien même on serait Turc de naissance, on n’en possèderait pas moins le commencement de cette même foi, c’est-à-dire le mouvement de l’Esprit-Saint. comme il est dit de Corneille. Actes des Apôtres chapitre 1 : 44-47.

88C’est pourquoi, si je devais subir un interrogatoire devant la chrétienté, il faudrait par message écrit le faire savoir dans toutes les nations aux hommes qui ont subi des épreuves insurmontables dans la foi, qui ont rencontré le désespoir du cœur et qui, en tous points, seraient par ce désespoir parvenus au complet renouvellement intérieur. Ce sont ces gens-là que je pourrais admettre comme juges. Ce que je veux éviter, c’est l’interrogatoire à huis clos, à quoi veulent me contraindre les docteurs en Ecriture. Le Christ ne voulut pas s’accuser Lui-même devant Anne et dit : « Pourquoi m’interroges-tu ? Interroge ceux qui ont entendu mon enseignement ». Et Il a renvoyé les gouvernants impies devant le peuple. Pourquoi devrais-je, moi, jeter les perles devant les pourceaux qui raillent et blasphèment publiquement l’Esprit-Saint, alors que le Christ a dit qu’ils sont l’engeance du Diable ? Comment pourrais-je leur faire confiance en un huis clos ? Comment admettre qu’ils mettent à profit ma patience pour voiler leur ignominie ? Il en serait selon ce qu’ils disent maintenant : que les chrétiens doivent souffrir et se laisser martyriser sans se défendre. Ce serait une grande bonté envers les tyrans que de leur permettre de pratiquer leur ignominie en la couvrant de ce voile.

89J’ai promis à mon cher seigneur le Duc Jean, votre frère, de lui présenter mes écrits avant impression aux fins d’examen. Mais je ne veux pas subir uniquement le jugement des docteurs en Ecriture, qui sera plein de venin et de superbe, mais aussi le jugement de Celui qui atteste l’origine de la foi d’un cœur déchiré. C’est pourquoi, si vous voulez être mon seigneur et prince bienveillant, faites que je puisse confesser au grand jour, à la face du monde, oralement et par écrit, cette même foi chrétienne et la rendre publique de la manière la plus fidèle. Mais si cette demande ne trouvait pas auprès de votre bonté un accueil favorable, songez bien à l’effroi et au découragement que vous auriez causés, vous et les autres, parmi la masse du peuple. Le peuple place de grands espoirs en vous, car Dieu vous a donné plus de clairvoyance qu’aux autres seigneurs et princes. Mais si vous en faisiez un mauvais usage en cette affaire, on dirait de vous : « Voyez, c’est lui, l’homme qui n’a pas voulu de la protection de Dieu, mais qui s’est abandonné aux fastes du monde ». C’est pourquoi j’ai fait remettre à votre frère par notre bailli mon exégèse de l’Evangile de saint Luc et une instruction indiquant quelle attitude il faut à l’avenir observer envers les rébellions. J’espère que vous vous y tiendrez, car le monde vous considère encore assez honnête pour cela, et afin que ne s’accomplisse pas sur vous ce qui est dit dans Josué, chapitre 11 : « Ne méprisez pas les conseils de ceux qui sont dans la détresse, car Dieu Lui-même est leur consolation ». Qu’Il vous ait en Sa garde avec tous les vôtres selon Sa très chère volonté !

90Donné à Allstedt, le jour de saint Etienne, l’an du Christ 1524.

91Thomas Müntzer, rigoureux serviteur de Dieu

67. Muntzer aux habitants d’Allstedt

92Mühlhausen, le 15 août 1524.

93Que l’intelligence de la volonté divine et toute la connaissance de Dieu soient avec vous, frères bien-aimés !

94Dans les sermons que j’ai tenus chez vous je n’ai pu m’empêcher, non sans raison, d’exprimer les plus amères critiques contre les tyrans de la foi chrétienne qui, sous couvert de gouvernement, jettent les gens en prison et les mettent aux fers pour qu’ils renient l’Evangile. Et j’ai eu aussi de bonnes raisons d’attaquer d’autres personnes qui ont l’audace de prendre la défense de ces hommes impies et maudits. Mais en vérité je n’ai rien pu faire d’autre qu’aboyer contre les loups féroces, comme il convient à un vrai serviteur de Dieu Jean 10, Isaïe 5, Psaume 76. Et je n’ai en somme rien fait d’autre que dire qu’un chrétien ne doit pas sacrifier aussi pitoyablement un autre chrétien sur l’étal du boucher et que si les grands sires ne veulent pas cesser de le faire, il faut leur enlever le pouvoir. Mais après avoir dit cela en toute gravité à la chrétienté, je vois qu’elle ne veut pas le faire, ou que la crainte la retient de le réaliser. Que dois-je donc faire de plus ? Faut-il que je garde le silence là-dessus comme un chien muet ? Quelle raison aurais-je alors de vivre mon ministère ?

95Je vous ai dit naguère comment il convient de se comporter dans le temps des épreuves. Faudrait-il que je subisse cela et souffre la mort afin que les impies puissent exercer leur arbitraire contre moi grâce à ma patience et dire ensuite qu’ils ont égorgé un satan ? Que non pas ! La crainte de Dieu qui est en moi ne cédera pas devant l’insolence des autres. Mais la crainte des hommes, je l’ai vue en vous après qu’on vous eut rappelé vos obligations et serments, en sorte que je ne pouvais plus être avec vous pour continuer à vous tracasser, car je n’aurais pu interdire à mes lèvres d’exprimer la justice de Dieu Psaume 39, Isaïe 58. Et si de ce fait il vous était arrivé malheur, vous n’auriez pu le supporter. Aussi, pour l’amour de Dieu, soyez satisfaits ! Je voudrais bien vous aider par des lettres de consolation, car à aucun moment, vous n’avez fait preuve de détachement dans la crainte, mais seulement d’une négligente prudence. Vous avez voulu éviter l’épreuve, ce qui est impossible pour ceux qui à notre époque veulent faire ce qui est juste. Ayez bon courage, car on ne peut tenir une telle prédication sans causer le plus grand scandale. Mais le Christ Lui-même n’est-il pas une pierre de scandale, Psaume 117, Matthieu 22, Marc 12, Luc 20, Romains 9,1 Pierre 2 ? Il sera nécessaire, pour parvenir à l’inéluctable amélioration, de scandaliser cette chrétienté prudente et insensée bien plus qu’elle ne l’a été depuis le commencement. Ne considérez donc pas l’amélioration comme fait le monde en fonction de sa tranquillité, mais selon ce que dit Job au chapitre 28. Voilà pourquoi je veux, en cette occasion et pour cette fois, prendre amicalement et affectueusement congé de vous, tout en restant disposé à vous servir de la façon la plus sincère sans épargner mon zèle.

96Quant à la menace qui vous a été faite au château et que vous avez reçue de manière très charnelle, il ne faut pas vous en soucier. Il a fallu que la crainte que vous avez des hommes apparaisse au grand jour pour que je comprenne à quel point vous vous laissez effrayer par un être humain, ce qui vous empêche outre mesure de connaître la volonté de Dieu. C’est cela que je vous ai fait connaître et représenté si fortement et de si singulière façon, mais pour votre bien. Je resterai très amicalement disposé envers vous si vous voulez bien accepter cela de moi. Faute de quoi – Dieu vous en garde pour l’éternité ! – je devrai pour l’amour de Son nom Lui abandonner la vengeance contre les méchants.

  • 58 Les textes de l’Office en allemand de Müntzer.

97Je souhaiterai que les livres de messe et de vêpres58 fussent envoyés à Mühlhausen. Je m’appliquerai de tout mon zèle à favoriser cette entreprise, car le peuple est disposé à l’accepter. C’est pourquoi vous devez vous dominer pour vous accorder entre vous et me permettre d’aller vers d’autres gens jusqu’à ce que l’Eglise soit émue par le feu du scandale. Je vous écrirai plus tard, à vous et à la communauté, pour votre profit. Pour cette fois, je n’en ai pas eu le temps. Cela dit je vous recommande à Dieu, bien-aimés en Jésus-Christ notre Sauveur.

98Je vous prie de bien vouloir donner une petite somme à ma femme, si cela ne vous contrarie pas. Faites comme vous voulez. Je n’ai jamais prêché devant vous pour de l’argent, mais pour rechercher le nom du Seigneur. Qu’Il vous ait toujours en Sa garde, amen !

99Donné à Mühlhausen le jour de l’Assomption de la Vierge, l’an du Seigneur 1524.

100Thomas Müntzer serviteur de Dieu.

**

70. Müntzer à l’église de Mühlhausen

101Mühlhausen, le 22 septembre 1524.

102Thomas Müntzer serviteur de Dieu, à l’église de Mühlhausen.

103Afin de ne pas manger mon pain dans le péché, je suis amené à vous conseiller et à vous servir de la manière la plus zélée. En effet, je vois de façon tangible que la crainte que vous avez des hommes vous retient de prendre aucune décision. Maintenant que Dieu Tout-puissant vous a décrit clairement en grandes lettres les défauts, méfaits, infractions et malversations diverses commises par les autorités qui vous gouvernent, il convient que vous révéliez au grand jour ces méfaits tenus intentionnellement secrets et que vous exhortiez fraternellement ces autorités à admettre pour l’amour du ciel la déposition du conseil, afin d’éviter un malheur à venir et pour votre bien à tous.

104Si au contraire, poussées par l’orgueil et l’égoïsme, elles prétendent faire passer avant le bien public leur bien-être et leur soi-disant honneur, et refusent de vous céder la place et de vous permettre de vous justifier, il sera alors de votre devoir envers la Parole divine de faire connaître par une publication ces méfaits, défauts et dommages, et toute leur méchanceté, et d’accuser devant le monde entier ces têtes récalcitrantes, de l’exposer et de leur en faire reproche à leur désavantage, afin de pouvoir les confondre. Sans aucun doute vous aurez à présenter et à révéler cent défauts de vos autorités, pour lesquels on ne vous blâmera ni ne vous calomniera le moins du monde. Car vous avez constaté de la manière la plus tangible leur méchanceté du fait qu’ils taxent d’hérésie la Parole de Dieu et refusant de l’accepter, sacrifient sur la croix les serviteurs de cette Parole.

105Si ces accusations sont imprimées et parviennent au monde entier, vous serez honorés par toute la chrétienté, et l’on dira : « Voyez, ces braves gens ont eu trop de patience ; ils ont obéi à la Parole de Dieu » afin que la chrétienté dise de vous comme d’un peuple élu Deutéronome 4 : 6-8 : « Voyez, ceci est un peuple sage, c’est un peuple intelligent ; il deviendra un grand peuple. Il faut agir droitement et ne craindre ni le Diable, ni les machinations, perfidies et splendeurs de ce monde. » Vous pourrez alors, grâce à cet imprimé, pour lequel je vous aiderai loyalement, justifier votre cause devant les autres gouvernements. Alors toute cette bande de renégats et d’impies, qui auront cédé la place, ne pourra demeurer avec honneur dans aucune autre ville. Car l’homme du commun – Dieu soit loué ! – accueille presque en tous lieux la vérité. De cette manière, vous les rendrez si impuissants qu’ils ne pourront pas toucher un seul de vos cheveux Luc 12 : 7.

106Veillez à ne pas mépriser le conseil dicté par la sagesse de la parole divine, Proverbes 1 : 24 Sinon, vous subirez à cause du Diable et de vos flatteries ce qu’avec Dieu vous auriez subi tout simplement et sans grande affliction. Sur quoi je vous recommande à Dieu, lequel est à coup sûr avec vous amen.

107Donné le jour de saint Maurice, l’an du Christ 1524.

108Thomas Müntzer

* *

71. Müntzer à Christophe Meinhard, à Eisleben

  • 59 Sur la date de cette lettre, cf. G. Baring, « Denck und Muntzer in Nürnberg ». ARefG 1959. p. 154. (...)

109Fin novembre, début décembre 152459

110Tout d’abord, mes vœux de paix en ces temps de troubles, cher frère Christophe. Notre entreprise est devenue semblable au joli petit grain de froment doré que les hommes inspirés par la raison ont coutume d’aimer quand il est en leur pouvoir ; mais quand il est jeté en terre, ils ont l’impression qu’il ne germera jamais Jean 12 : 24.

111Vous avez reçu précédemment information selon laquelle le docteur Jodocus Jonas de Wittenberg serait resté maître du terrain contre moi de très excellente façon. C’est lui cela ne fait aucun doute, qui est à l’origine de l’écrit de Luther contre moi. Mais je ne m’étonne aucunement de paraître aussi choquant aux yeux du monde, ni d’être une offense pour ceux qui craignent Dieu et une désolation irrévocable pour les Frères-lavie-douce et autres Pieds-feutrés. Je sais que mon nom plaît quand il est dans la pousse, tant qu’il n’a pas d’épis. Mais ces épis sont d’orge, avec des piquants, et le pain d’orge devra être rompu. La Loi renversera les impies, leurs criailleries ne leur serviront à rien. S’il m’est arrivé de leur tirer dessus à coups d’arquebuse, je veux maintenant avec Dieu tonner sur eux du haut du ciel. Ils ont assez longtemps exercé leur coquinerie. Dieu montre clairement qu’ils ne pourront se disculper.

112J’ai prêché en public devant plusieurs centaines de personnes, et ils disent que je me recroqueville dans un coin, etc. J’ai fait imprimer ma doctrine à Nuremberg, et ils veulent gagner la reconnaissance de l’Empire romain en la réprimant. Pour ma part, je suis disculpé.

113On n’a pas le droit de dire : « Oui ! Il a beau jeu d’écrire ou prêcher. S’il était resté chez nous, on lui réfuterait bien sa doctrine. » Je remercie Dieu d’avoir contre eux de plus grandes raisons que Samson contre les Philistins. Mon cœur est impavide en Dieu mon Sauveur. Qu’Il vous garde éternellement, amen !

114Post-scriptum :

115J’aurais pu déclencher une belle partie avec ceux de N. si j’avais eu envie de faire une émeute, ce dont m’accuse le monde mensonger. Mais c’est par la parole que je veux inspirer la frayeur à mes adversaires, au point qu’ils ne pourront la nier. Beaucoup de gens parmi le peuple de N. m’ont conseillé de prêcher, à quoi j’ai répondu que je n’étais pas venu pour cela, mais dans le but de me justifier par un texte imprimé. Quand les seigneurs l’apprirent, ils eurent des tintements d’oreille, car seuls les bons jours leur plaisent fort. La sueur des artisans leur est douce, douce au goût, mais elle se changera en fiel. Aucune objection, aucune gesticulation n’y fera rien. Il faudra que la vérité sorte au grand jour. Feindre d’accueillir l’Evangile ne leur servira à rien. Les gens ont faim ; ils veulent et doivent manger, comme dit Amos, ainsi que Matthieu 5 : 6.

116Thomas Müntzer

**

72. Müntzer à des partisans, habitants d’Allstedt

  • 60 C’est la date proposée par Bensing, tandis que Böhmer indiquait août 1524.

117Mühlhausen, mars 152560

118Tout d’abord, que la paix du Christ, à laquelle le monde est hostile, soit avec vous, frères bien-aimés dans le Seigneur !

119Par un témoignage sûr j’ai appris et ai pu évaluer à leur exacte mesure vos manquements et l’angoisse de votre conscience. Et je suis conduit maintenant, afin de vous rendre courage, à vous opposer le saint homme Abraham, véritable image du divin et réceptable artistement ouvragé de l’exercice divin en matière de foi. Car tout ce qui figure à son sujet dans l’Ecriture sainte ne nous est pas présenté en raison de ses œuvres, mais pour la justification de notre foi afin que nous ne puissions penser que Dieu veut nous laisser mener une vie de faste comme des brutes et continuer à nous agiter comme des insensés tout en nous cachant sous la brillante apparence d’une foi imaginaire, blasphématoire pour Dieu et les Siens. Paul dit dans l’Epître aux Romains, chapitre 4 : 23, pourquoi la sainte Bible nous donne si souvent Abraham en exemple et pourquoi, comme lui il faut s’efforcer d’espérer contre toute espérance. En effet, celui qui croit en Dieu a souvent l’impression, dans la mesure où la chair vit encore en lui. que la présente cause ne peut se maintenir devant le déchaînement des tyrans. Et c’est ce que vous avez fait, frères bien-aimés, en face de ma prédication, quand une violente tempête a passé sur vous. Pourquoi hésiterais-je à vous blâmer ? Vous aviez la garantie de la félicité. l’Esprit de Dieu, Ephésiens 1 : 13, et je vous ai mis en garde contre le reniement au temps des épreuves imposées par Dieu. Et vous avez pensé que cela n’était pas de bonne source, puisque Dieu laissait les tyrans exercer leur arbitraire contre vous.

120Alors vous vous êtes écartés de la bienveillante férule paternelle, et vous avez préféré, pour votre grande honte, vous faire revigorer par le message du Diable au prix d’un long tourment de votre conscience et vous laisser souiller ignoblement dans la source brûlante qu’est l’étang du Diable, comme l’indique l’Apocalypse, chapitre 20 : 10. Dans peu de temps, les faux prophètes y nageront avec leur Nemrod, tandis que vous, vous pouvez encore échapper à ce bain de plaisance. Si vous voulez bien reconnaître votre manquement, il sera possible de vous aider. Au chapitre 2 de l’Apocalypse, vous avez le jugement sur Jézabel. Et vous pouvez aussi puiser courage dans la crainte éprouvée par Abraham, Genèse 12 : 4, et dans la longanimité de tous les saints. Il ne faut pas tenir rigueur à quelqu’un à qui il arrive de trébucher avant de s’être pénétré de cela. L’affliction d’avoir ainsi failli doit vous conduire à pénitence. Mais n’allez pas penser que votre retrait vous libère de tout, sinon vous finirez par vous flétrir complètement. Que Dieu plein de grâce vous en préserve, amen ! Voilà qui me donne des raisons de continuer à vous écrire en Jésus-Christ.

121Donné à Mühlhausen, l’an 1525.

122Thomas Muntzer, serviteur de Dieu, à ses frères bien-aimés.

**

75. Muntzer aux habitants d’Allstedt

123Mühlhausen, 26 ou 27 avril 1525.

124La pure crainte de Dieu avant toutes choses, frères bien-aimés !

125Combien de temps dormirez-vous encore ? Combien de temps tarderez-vous encore à exécuter la volonté de Dieu, sous prétexte que selon vous. Il vous a abandonnés ? Hélas ! Que de fois vous ai-je dit qu’il en serait nécessairement ainsi ! Dieu ne peut se révéler autrement. Il faut que vous demeuriez dans le détachement. Si vous ne le faites pas le sacrifice et la souffrance de votre cœur affligé auront été en vain, et après cela, vous devrez derechef tomber dans la souffrance. Je vous le dis si vous ne voulez pas souffrir pour Dieu, vous serez les martyrs du Diable. C’est pourquoi prenez garde ; ne soyez pas pusillanimes et nonchalants ; ne flattez pas plus longtemps les rêveurs pervers et les scélérats impies ; prenez l’initiative et livrez le combat du Seigneur ! Il est plus que temps !

126Exhortez tous vos frères à ne pas se moquer du témoignage divin, sinon ils sont perdus. Tout le pays allemand, français et italien est en mouvement. Le Maître va commencer la partie, il faut que les scélérats en soient. A Fulda, pendant la semaine de Pâques, quatre églises conventuelles ont été dévastées ; les paysans du Klettgau, du Hegau et de la Forêt Noire se sont dressés, forts de trois mille hommes, et leur troupe ne cesse de grandir. Ma seule crainte est que ces sots ne consentent à un faux accord, inconscients du dommage qui en résulterait.

127Ne seriez-vous que trois qui ayant atteint au détachement en Dieu, cherchent seulement Son nom et Son honneur, vous ne craindriez pas cent mille des leurs. Or çà ! Sus ! Sus ! Sus ! Les scélérats sont craintifs comme des chiens. Stimulez vos frères pour qu’ils parviennent à la paix intérieure et apportent le témoignage de leur élan. Cela est d’une extrême urgence. Sus ! Sus ! Sus ! N’ayez point de miséricorde, même si Esaü vous suggère des paroles de bonté, Genèse 33 : 4. Ils vous supplieront gentiment, pleurnicheront, vous imploreront comme des enfants. Mais ne vous laissez pas aller à la miséricorde, ainsi que Dieu le commanda à Moïse, Deutéronome, 7 : 1-5, et ainsi qu’il l’a à nous aussi révélé. Soulevez les villages et les villes, et surtout les compagnons mineurs et autres braves garçons, qui seront bien utiles. Nous ne devons pas dormir plus longtemps.

128Voyez ! Au moment-même où j’écris ces mots, un messager de Langensalza est venu m’apprendre que le peuple veut aller se saisir du bailli du duc Georges dans son château parce qu’il a voulu faire exécuter secrètement trois hommes. Les paysans d’Eichsfeld se soulèvent contre leurs hobereaux, et ils ne veulent leur faire aucun quartier. Voilà de nombreux faits qui doivent vous servir de modèle. Allez-y ! Sus donc ! Il est temps ! Balthazar et Barthel Krump, Valtein et Bischof mettez-vous en tête de la danse ! Faites tenir cette lettre aux compagnons mineurs. Mon imprimeur viendra dans quelques jours, j’en ai reçu le message. Pour le moment je ne peux faire plus, mais j’aurais voulu enseigner à nos frères que leur cœur doit devenir plus vaste que tous les châteaux et toutes les armures des scélérats impies de toute la terre.

129Sus ! Sus. Tant que le feu est chaud ! Ne laissez pas refroidir votre glaive. Ne le laissez pas faiblir. Vlan ! Vlan ! Forgez en tapant sur les enclumes de Nemrod ! Jetez à bas leurs tours ! Il n’est pas possible, aussi longtemps qu’ils seront en vie, que vous vous libériez de la crainte des hommes. Tant qu’ils régneront sur vous, on ne pourra pas vous parler de Dieu. Sus ! Sus, pendant qu’il fait jour ! Dieu marche devant vous. Suivez ! Suivez ! Tous ces événements sont écrits dans Matthieu 24, Ezéchiel 34, Daniel 7, Esdras 10, Apocalypse 6, tous écrits qui expliquent Romains 13.

  • 61 Cette lettre fut publiée par Luther quelques jours après l’arrestation de Müntzer. en même temps qu (...)

130C’est pourquoi ne vous laissez pas détourner par la crainte. Dieu est avec vous, comme il est écrit 2 Chroniques 20. Ainsi dit l’Eternel : « Ne craignez point et ne vous effrayez point devant cette multitude, car ce ne sera pas votre combat, mais celui du Seigneur. Ce ne sera pas vous qui combattrez ; il suffit que vous vous comportiez en hommes. Et vous verrez que l’aide de Dieu sera sur vous ». Quand Josaphat entendit ces mots, il se prosterna la face contre terre. Faites de même, grâce à Dieu, et qu’il vous conforte dans la vraie foi sans la crainte des hommes, amen !61.

131Thomas Müntzer serviteur de Dieu contre les impies.

**

77. Müntzer à la communauté de Frankenhausen

132Görmar devant Mühlhausen, le 29 avril 1525.

133A la communauté de Frankenhausen nos frères bien-aimés.

134Avant tout, que l’esprit de l’authentique et pure crainte de Dieu et de Sa force soit avec vous, frères bien-aimés !

135Nous avons reçu votre lettre nous demandant de vous envoyer deux cents hommes d’armes. Nous vous disons que nous ne voulons pas vous envoyer seulement une si petite troupe, mais bien davantage. Tous autant que nous sommes, nous viendrons à vous en vue d’une concentration générale, avec la volonté de nous joindre à vous dans la voie présente. Vous ne devez craindre personne. La bouche du Seigneur dit : « Voyez ! Il faut que la force de mon peuple dans le besoin s’accroisse. Qui veut rejoindre les miens ? ». Hardi, donc, et n’ayez confiance qu’en Dieu seul. Alors Il vous donnera, petite troupe que vous êtes, plus de force que vous ne pouvez croire. Nous ferons tout pour que vous puissiez défendre la vérité et la justice grâce à Jésus-Christ. Mais surtout, ne vous laissez pas entraîner par de bonnes paroles à la maudite miséricorde. Alors, votre cause tiendra à coup sûr.

136Donné à Görmar devant Mühlhausen la veille du dimanche de la Miséricorde de notre Seigneur.

137La communauté chrétienne en campagne à Mühlhausen.

**

79. Müntzer au comte Günther von Schwarzburg

138En rase campagne devant Duderstadt.

139A Günther le Jeune, président de la communauté chrétienne du pays de Schwarzburg, notre frère bien-aimé dans le Seigneur.

140Que l’éternelle et constante faveur de Dieu soit avec vous, bien-aimé frère. Nos frères ont reçu votre lettre et ont admis dans notre alliance vos frères Kurt von Tutcheroda, Heinrich Hack Christophe von Altendorf et Balthazar von Bendeleben en leur promettant liberté chrétienne et qu’on ne leur ferait pas de tort ni ne leur imposerait de charges indues. Et je leur ai promis sécurité par un écrit de ma main, à condition qu’il soit avéré qu’ils n’ont pas entravé la justice de Dieu ni persécuté les prédicateurs. Et au cas où ils l’auraient fait, qu’ils acceptent en toute justice de dédommager de bon gré la communauté et qu’ainsi humiliés, ils ne s’avisent plus désormais d’entraver l’unité chrétienne. Voilà ce que je voulais vous dire dans la présente lettre, en vous recommandant hautement à la connaissance de la volonté divine.

141Donné en rase campagne devant Duderstadt, le jeudi après la saint Walburg, l’an du Christ 1525.

142Thomas Müntzer, serviteur de Dieu.

**

81. Müntzer à ses frères chrétiens de Schmalkalde

143Mühlhausen, le 7 mai 1525.

144Aux frères chrétiens de Schmalkalde, présentement au camp d’Eisenach.

145La pure et droite crainte de Dieu avant tout, bien-aimés !

146Sachez que nous voulons venir vous aider et vous protéger de tout notre pouvoir et de toutes nos forces. Mais récemment, nos frères Ernst von Honstein et Günther von Schwarzburg ont demandé de l’aide, que nous leur avons promise et que nous sommes disposés à fournir maintenant. Au cas où vous auriez quelque crainte, nous allons monter vers votre camp avec toute la troupe de la région, décidés que nous sommes à vous assister par tous les moyens que nous pourrons. Seulement, il vous faudra quelque temps être patients avec nos frères. En effet, c’est un énorme travail que de les mettre en ordre, car c’est une troupe bien grossière du fait que tout un chacun peut s’y engager. De votre côté, vous vous êtes rendu compte en de nombreux points des difficultés qui pèsent sur vous. Nous, malgré tous nos efforts, nous ne parvenons pas à faire comprendre la même chose aux nôtres. Mais comme Dieu les pousse avec violence, il faut agir de même envers eux. Je voudrais surtout que Dieu me permette d’aller et venir afin de vous conseiller et de vous aider. Je préférerais de beaucoup cette manière, en dépit des difficultés, plutôt que de tout recommencer avec des gens sans intelligence. Mais Dieu veut choisir les choses folles et rejeter les choses sages. C’est pourquoi c’est une faiblesse que d’éprouver tant de crainte, alors qu’il est d’une évidence tangible que Dieu vous assiste. Ayez le meilleur courage et chantez avec nous : « Je ne crains point les myriades de peuples qui m’assiègent de toutes parts », Psaume 3 : 7. Que Dieu vous donne l’esprit de la force, ce qu’il ne manquera pas de faire par Jésus-Christ. Et que le Christ vous garde, bien-aimés, amen !

147Donné à Mühlhausen, le jour de Jubilate, l’an 1525.

148Thomas Müntzer avec toute la communauté de Dieu de Mühlhausen et de nombreux autres lieux.

**

82. Müntzer au conseil de Mühlhausen

149Mühlhausen, le 8 mai 1525.

150A nos frères en Christ, à Mühlhausen, au conseil de cette ville.

151Satan a beaucoup à faire, au-delà de toute mesure. Il voudrait bien faire obstacle au bien public, et il le fait par le moyen de ses propres instruments. Il serait très nécessaire que ces rebelles comparaissent à la séance d’aujourd’hui et qu’on leur enjoigne sévèrement de ne causer préjudice ni à vous, les conseillers, ni à la ville. S’ils s’y refusent, qu’ils soient châtiés comme il convient par l’armée. Ayez bon courage. Quand Judas vient au jour, il est déjà confondu. Nous demandons que, dans la mesure du possible, cela soit discuté sérieusement avec toute la communauté avant notre départ. Que Dieu vous protège par Jésus-Christ, amen !

152Donné à Mühlhausen, le lundi après Jubilate.

153Thomas Müntzer, serviteur de Dieu.

**

83. Müntzer au conseil de Sondershausen

154Mühlhausen, te 8 mai 1525.

155Que la force ainsi que l’authentique et pure crainte de Dieu soient avec vous, frères bien-aimés !

156Dieu Tout-puissant a rendu Sa sentence au chapitre 7 de saint Josué, où Acan fut lapidé à mort pour avoir suscité des troubles parmi le peuple de Dieu. Vous devez condamner ce coquin puisqu’il prétend blâmer les autres alors qu’il commet lui-même un adultère public. Nous n’avons donné aucun ordre aux scélérats de ce genre, qui recherchent seulement leur intérêt personnel. Faites donc ce qui est juste et n’ayez aucune crainte. Il faudra que vous soyez soulevés quand nous descendrons là-bas. Il faut attaquer le nid de l’aigle, comme dit Abdias. Hardi donc ! Ne laissez pas échapper votre courage. Pour le moins, ne montrez aucun ménagement et faites très rigoureusement jeter en prison les scélérats de ce genre. Ne les épargnez pas : il est de la plus haute urgence que l’Allemagne ne devienne pas par ces infamies un repaire d’assassins. En vous recommandant à Dieu, amen !

157Donné à Mühlhausen le lundi après Jubilate, l’an du Christ 1525.

158Thomas Müntzer serviteur de la communauté de Dieu.

**

84. Müntzer aux habitants d’Eisenach

159Mühlhausen le 9 mai 1525.

160La pure et droite crainte de Dieu avant tout, frères bien-aimés !

161Dieu pousse aujourd’hui avec une force singulière le monde entier vers la connaissance de la vérité divine, laquelle se manifeste avec le zèle le plus rigoureux contre les tyrans, ainsi que dit clairement Daniel au chapitre 7 : 27 : « Le pouvoir sera donné au peuple ». Et il est indiqué aussi, Apocalypse 11 : 15 que le royaume de ce monde sera remis au Christ. Ainsi est entièrement rejetée l’explication mensongère des défenseurs des tyrans impies, qui seront confondus non par la parole, mais par l’action. Car il est clair comme le jour que Dieu laissera les Siens tourmenter les adversaires, mais seulement dans leurs biens, par lesquels ils ont depuis le commencement entravé le royaume et la justice de Dieu, ainsi que le prouve le Christ Lui-même par un jugement radical, Matthieu 6. Comment est-il possible aussi à l’homme du commun, avec tous les soucis que lui causent les biens temporels, de recevoir d’un bon cœur la pure parole de Dieu. Matthieu 13, Marc 4. Luc 8 ?

162C’est pour cette raison, frères bien-aimés que vous n’auriez pas dû voler si déloyalement nos compagnons en leur enlevant leur caisse en même temps que leur capitaine. Cette brave bande sans malice faisait confiance à votre belle apparence, vous qui n’aviez cessé de parler à grands cris de la justice de la foi. Mais en vérité, ce méfait accompli contre nos frères prouve votre perfidie. Si vous êtes prêts à le reconnaître, nous vous demandons amicalement de rembourser le dommage. Car leur dommage est aussi le nôtre, de même que leur bien est notre avantage à nous tous. S’il faut vous donner un conseil, c’est de ne pas mépriser les gens de peu comme vous avez coutume de faire, car le Seigneur élève les humbles pour renverser les puissants insensés de leur trône et confondre les docteurs en Ecriture déloyaux et traîtres. S’il faut que nous allions chercher de force notre frère le capitaine ainsi que leurs biens, vous verrez alors si le Seigneur est encore vivant. Qu’Il vous émeuve et vous éclaire afin que vous distinguiez la fausse lumière, Matthieu 6 : 23 laquelle ne cesse de s’assombrir par l’action des faux serviteurs de la parole, ce qui a entraîné une corruption du monde sans cesse accrue, laquelle s’est introduite de manière scélérate parmi les gens du commun. Par quoi la confusion est devenue si grande que la vraie lumière de Dieu ne peut être que ténèbres, tandis que les ténèbres des égoïstes voudraient être la lumière. Que Dieu vous en préserve, amen !

163Donné à Mühlhausen le mardi après Jubilate, l’an du Christ 1525.

164Thomas Müntzer armé du glaive de Gédéon

**

88. Müntzer au comte Ernest de Mansfeld

165Frankenhausen, le 12 mai 1525.

166Que la force inflexible et la ferme crainte de Dieu ainsi que le fondement constant de Sa juste volonté soient avec toi, frère Ernest !

167Moi, Thomas Müntzer précédemment pasteur à Allstedt, je t’engage – conseil qui devrait être superflu – à t’abstenir, au nom du Dieu vivant, de ta fureur tyrannique et à ne pas exaspérer plus longtemps contre toi le courroux divin. Tu t’es mis à martyriser les chrétiens, tu as traité de coquinerie la sainte foi chrétienne, et tu as eu l’audace d’exterminer les chrétiens.

168Dis-moi donc, pauvre et misérable viande à vers, qui t’a fait prince de ce peuple que Dieu a acquis en payant de Son précieux sang ? Il faut que tu montres si tu es un chrétien ; il faut que tu rendes des comptes sur ta foi comme il est ordonné 1 Pierre 3 : 8. Tu auras en sincère vérité un saufconduit bon et sûr afin de montrer ta foi au grand jour ; cela, la communauté réunie en assemblée te l’a promis. Et il faudra aussi que tu te disculpes de ta tyrannie manifeste et que tu dises qui t’a rendu à ce point assoiffé, toi qui prétends dissimuler, au détriment de tous les chrétiens, ta scélératesse païenne sous le nom chrétien. Si tu ne viens pas et ne t’acquittes pas de cette obligation, je le crierai à la face du monde entier, si bien que nos frères risqueront hardiment leur sang comme autrefois contre les Turcs. Tu seras poursuivi et exterminé, car chacun sera bien plus empressé qu’autrefois les papistes à gagner des indulgences en te combattant. Nous savons que nous n’avons rien à attendre de toi. Aucune honte ne veut entrer en toi ; Dieu t’a rendu aussi hardi que le roi Pharaon et que les rois que Dieu voulait exterminer. Josué 5 et 11. C’est grande pitié devant l’Eternel que le monde n’ait pas reconnu plus tôt ta tyrannie brutale et ta fureur scélérate. Comment as-tu pu aux yeux de tous faire tout ce mal irréparable ? Qui d’autre que Dieu pourra avoir pitié de toi ? Bref, tu es promis à la ruine par la force et le pouvoir de Dieu. Si tu ne veux pas t’abaisser devant les humbles, une honte éternelle tombera sur ta tête devant toute la chrétienté, et tu seras le martyr du Diable.

169Afin que tu saches aussi de qui nous avons reçu commandement inflexible, je te dis : c’est le Dieu vivant et éternel qui nous a ordonné de te renverser de ton trône avec toute la force qui nous est donnée. Car tu n’est d’aucune utilité à la chrétienté ; tu es la ruine et le fléau des amis de Dieu. Dieu a parlé de toi et de tes pareils dans Ezéchiel 34 et 39 Daniel 7 Michée 3 Abdias le prophète dit que ton nid sera mis en pièces et écrasé.

170Nous exigeons ta réponse dès ce soir, faute de quoi nous irons te frapper chez toi. par le Dieu des légions célestes. Sache-le et agis en conséquence. Nous ferons sans délai ce que Dieu nous a enjoint de faire. Toi aussi, fais de ton mieux ! J’arrive !

171Donné à Frankenhausen le vendredi après Jubilate l’an du Seigneur 1525.

172Thomas Müntzer armé du glaive de Gédéon.

**

89. Müntzer au comte Albert de Mansfeld

173Frankenhausen, 12 mai 1525.

174Crainte et tremblement à quiconque fait le mal. Romains 2 ! Que tu fasses si mauvais usage de l’Epître de Paul me fait pitié ! Tu prétends confirmer par elle l’autorité scélérate, de la même façon que le pape a transformé Pierre et Paul en geôliers. Penses-tu que Dieu notre Seigneur ne pourrait pas dans Son courroux inciter Son peuple à renverser ses tyrans, Osée 13 : 10 et 8 : 4 ? La mère du Christ, par la bouche de l’Esprit-Saint, n’a-t-elle pas dit de toi et de tes pareils dans sa prophétie de Luc 1 : « Il a renversé les puissants de leur trône et élevé les humbles » (que tu méprises). N’as-tu pas pu trouver dans ta bouillie luthérienne et dans ta soupe wittembergeoise ce qu’Ezéchiel prophétise en son chapitre 37 ? N’as-tu pas dégusté dans ta fiente martinienne ce que le même prophète dit au chapitre 39 : 17-20 : que Dieu enjoint à tous les oiseaux du ciel de dévorer la chair des princes et aux bêtes sauvages de boire le sang des grands sires, ainsi qu’il est écrit aux chapitres 18 et 19 de l’Apocalypse ? Penses-tu que Dieu n’attache pas plus de prix à Son peuple qu’à vous autres tyrans ? Tu prétends être païen sous le nom du Christ et te couvrir à l’aide de Paul. Mais on te barrera la route ; sache-le, et agis en conséquence. Si tu es disposé à reconnaître, selon Daniel 7 : 27, que Dieu a donné le pouvoir à la communauté, et à comparaître devant nous pour rendre des comptes sur ta foi, nous te l’accorderons volontiers et te tiendrons pour un frère dans notre communauté. Sinon, nous ne ferons aucun cas de tes chétives et insipides simagrées, et nous te combattrons comme un ennemi juré de la foi chrétienne. Sache-le, et agis en conséquence !

175Donné à Frankenhausen le vendredi après Jubilate, l’an 1525.

176Thomas Müntzer, armé du glaive de Gédéon.

**

91 Müntzer aux habitants d’Erfurt

177Frankenhausen, le 13 mai 1525.

178A nos bien-aimés frères de toute la communauté d’Erfurt.

179Force et consolation en Jésus-Christ, bien aimés !

180Nous avons été informés de votre amour constant et de votre élan joyeux pour la vérité. C’est pourquoi nous avons en vous toute confiance, certains que vous ne resterez pas en arrière, à moins que les mangeurs de bouillie luthérienne ne vous aient amollis par leurs gribouillages sur la miséricorde. Mais nous supporterons ces épreuves en toute conscience. Paul dit des hommes adonnés à la volupté qu’à notre époque ils se dissimulent sous les dehors excellents de la bonté ou d’une vie de dévotion, alors que tous les efforts de leur main et de leur bouche sont dirigés contre la puissance de Dieu, que chacun peut toucher du doigt s’il a des yeux pour voir.

181C’est pourquoi la prière instante que nous vous adressons est de ne pas accorder foi plus longtemps à ces parasites, de ne plus vous laisser retenir, d’apporter votre aide à la communauté chrétienne et de combattre avec nous contre les tyrans impies et scélérats.

182Aidez-nous de tout ce que vous pourrez, soldats et artillerie, afin que nous accomplissions ce que Dieu a ordonné au chapitre 34 d’Ezéchiel, où Il dit : « Je veux vous libérer de ceux qui vous commandent par la tyrannie ; je veux chasser de votre pays les bêtes sauvages ». Plus loin. Dieu dit par le même prophète au chapitre 39 : « Oiseaux du ciel, venez et dévorez la chair des princes ; et vous, animaux sauvages, sucez le sang des grands sires ». Daniel dit aussi au chapitre 7 : 27 que le pouvoir sera donné au peuple, Apocalypse 18 et 19. Presque tous les passages de l’Ecriture attestent qu’il faut que les créatures deviennent libres si l’on veut que lève la pure Parole de Dieu.

183Si vous aspirez à la vérité, entrez avec nous dans la ronde que nous allons danser comme il faut afin de régler honnêtement leur compte aux blasphémateurs pour avoir joué un mauvais jeu avec la chrétienté. Ecrivez-nous votre opinion en retour, car nous sommes bien disposés à votre égard.

184Donné à Frankenhausen, le samedi après Jubilate, l’an du Seigneur 1525.

185Thomas Müntzer

**

94. Müntzer aux habitants de Mühlhausen

186Heldrungen, le 17 mai 1525.

187Avant tout, salut et félicité par-delà l’angoisse, la mort et l’enfer, frères bien-aimés !

188Puisqu’il plaît à Dieu de me faire quitter cette vie dans la vraie connaissance de Son divin nom et en expiation pour divers abus acceptés par le peuple, qui ne m’a pas bien compris, mais n’a eu en vue que son intérêt particulier, laquel n’aboutit qu’à la ruine de la vérité divine, je suis content du fond du cœur que Dieu en ait décidé ainsi avec toutes les œuvres qu’il a accomplies et qui ne doivent pas être jugées selon l’apparence extérieure, mais dans leur vérité, Jean 7 : 24.

189C’est pourquoi il ne faut pas vous scandaliser de ma mort, qui aura eu lieu pour l’avancement des justes et pour l’avertissement des insensés. Je vous demande donc amicalement de bien vouloir faire suivre à ma femme les biens que j’ai eus, livres et vêtements, ou ce qu’il en reste, et pour l’amour du ciel de ne la faire expier en rien. Frères bien-aimés, il est hautement nécessaire que vous ne subissiez pas de défaite comme celle de Frankenhausen car cela est sans aucun doute dû au fait que chacun a recherché son intérêt particulier plus que la justification de la chrétienté. C’est pourquoi, faites preuve de discernement et prenez bien soin de votre cause afin de ne pas continuer à provoquer votre propre dommage.

190C’est pour votre bien que je vous écris cela au sujet de l’affaire de Frankenhausen, qui s’est terminée par un bain de sang, plus de quatre mille tués. Devancez la claire et constante justice de Dieu, afin que semblable chose ne vous arrive pas. Je vous ai souvent avertis qu’on ne peut éviter le châtiment de Dieu et qu’il serait exécuté par l’autorité à moins que l’on ne reconnaisse le dommage. Celui qui reconnaît le dommage peut l’éviter.

191C’est pourquoi : ayez une attitude amicale envers quiconque et n’irritez plus l’autorité, comme beaucoup ont fait en recherchant leur intérêt particulier. Cela dit, je vous recommande à Dieu et à Son Esprit.

192Par cet écrit de ma main, transmis par Christophe Lau, je recommande mon âme à Dieu et vous souhaite la bénédiction du Père, du Fils et de l’Esprit-Saint. Secourez ma femme de vos conseils attentifs. Et enfin : fuyez les effusions de sang, contre quoi je veux maintenant vous mettre sincèrement en garde. Car je sais que la plupart d’entre vous, gens de Mühlhausen, n’ont pas adhéré à cette révolte et insurrection inspirée par les intérêts particuliers, mais au contraire ont tenté de la prévenir et empêcher. Afin que vous autres innocents n’ayez pas à supporter les tourments qu’ont connus certains à Frankenhausen, veuillez ne pas vous joindre au rassemblement de cette révolte et demandez grâce aux princes, que, je l’espère, vous trouverez animés d’une générosité princière assez grande pour vous l’accorder. Afin de décharger mon âme du fardeau qui l’accable, je veux vous mander dans cet adieu de ne plus donner lieu à aucune révolte, afin que le sang innocent ne soit plus versé.

193Lettre d’adieu, donnée à Heldrungen dans ma prison, le mercredi après Cantate, l’an 1525.

194Thomas Müntzer

Notes

48 Le mandement du 6 mars 1523 publié à la fin de mai dans les Etats de Frédéric le Sage.

49 Le mandement invite à un contrôle de la prédication, mais en recommandant de ne pas donner l’impression que l’on vise à « faire obstacle à la vérité évangélique » (Notes 16 et 24. p. 396 de l’édition Franz/Kirn).

50 Lettre écrite le jour même du Sermon aux princes.

51 Moine augustin réfugié à Sangerhausen après le soulèvement de Quedlinburg en 1523. Dans une lettre du 16 juillet, le duc Georges invite les autorités à le faire emprisonner (Ed. Franz/Kirn p. 545. note 31).

52 2 Timothée 2 : 9.

53 Possession des chevaliers de Witzleben.

54 Le passage qui suit est un post-scriptum en forme de sermon.

55 Psaume 75 : 9.

56 Jérémie 20 : 11.

57 Psaume 73 : 22.

58 Les textes de l’Office en allemand de Müntzer.

59 Sur la date de cette lettre, cf. G. Baring, « Denck und Muntzer in Nürnberg ». ARefG 1959. p. 154. – Certains contestent que « N. » désigne Nuremberg (Cf. note 70 bis de notre introduction).

60 C’est la date proposée par Bensing, tandis que Böhmer indiquait août 1524.

61 Cette lettre fut publiée par Luther quelques jours après l’arrestation de Müntzer. en même temps que les lettres nos 88 et 89 (Cf. dans notre introduction : « Müntzer et la postérité »).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search