Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Plaidoyer très bien fondé

Et réponse à la chair sans esprit qui mène douce vie à Wittenberg et qui, par le vol de l’Ecriture sainte, a si lamentablement souillé la pitoyable chrétienté

Texte intégral

**

1De la caverne d’Elie, dont la sévérité n’épargne personne. 3 Rois 18, Matthieu 17 : 1, Apocalypse 11 : 3. En l’an 1524.

**

2O Deus redime a calumniis hominum, ut custodiam mandata, tua. Annunciemque veritatem in filio tuo reconditam, ne techne malignantium amplius perseverent.

**

  • 21 Müntzer répète sur le mode parodique l’adresse de Luther aux princes au début de sa Lettre sur l’es (...)

3A Son Altesse, Prince premier-né et Tout-Puissant Seigneur Jésus Christ, bienveillant roi de tous les rois, valeureux Duc de tous les croyants, mon très gracieux Seigneur et très loyal protecteur, et à Son épouse affligée, la pauvre chrétienté21.

4Qu’à Toi seul, éternel Fils de Dieu, reviennent toute gloire et toute renommée, tout honneur et toute dignité, tout titre et toute majesté. Philippiens 2 : 9-11 ! Bien que de tout temps Ton Esprit-Saint ait connu le sort d’être tenu par ces lions sans pitié, les docteurs de l’Ecriture, pour le pire des démons, Jean 8 : 48, tu ne le possèdes pas moins en surabondance depuis le commencement, Jean 3 : 13, et tous Tes Elus l’ont reçu de Ta plénitude. Jean 1 : 16, de sorte qu’il habite en eux, 1 Corinthiens 3 : 16 et 6 : 19, 2 Corinthiens 1 : 21-22, Ephésiens 1 : 13, Psaume 5 : 11-12. Tu le donnes selon la mesure de leur foi à tous ceux qui accourent vers Toi, Ephésiens 4 : 7, Psaume 68 : 9-11. Et celui qui ne le possède pas de façon telle qu’il donne à son esprit un témoignage infaillible, celui-là ne T’appartient pas, à Toi Christ. Romains 8 : 9. Le témoignage irréfutable, c’est Toi qui le donnes, Psaume 93.

5C’est pourquoi il n’est nullement étonnant que le plus ambitieux des doctes en Ecriture. Docteur Menteur, devienne toujours davantage un fou orgueilleux et que. uniquement préoccupé de sa gloire et de sa tranquillité personnelles, il se couvre de Ta sainte Ecriture de la manière la plus frauduleuse et n’en prétende pas moins avoir à faire avec Toi de la manière la plus immédiate, Isaïe 58 : 1-3, comme s’il avait obtenu connaissance de Tes jugements et atteint par Toi les portes de la vérité. Et pourtant, il est d’une telle insolence devant Ta face et méprise de fond en comble Ton véritable Esprit. ; car il se révèle clairement et indéniablement quand, poussé par une jalousie furieuse et la haine la plus féroce, il me tourne en dérision, moi que Tu as reçu comme membre de Ton corps, en présence de ses acolytes pleins de raillerie, de sarcasme et de rage et quand, devant les cœurs simples et pour leur scandale irrémédiable, il me traite de satan et de démon et me raille et m’outrage de ses jugements pervers et blasphématoires.

6Mais en Toi je suis ivre de délices, et contre ces attaques je suis comblé de Ta douce consolation, comme Tu l’as très gracieusement exposé à Tes amis sincères en disant, Matthieu 10 : 24 : « Le disciple ne connaît pas un sort meilleur que le maître. » Et s’ils T’ont, Toi, Duc pur de toute faute et sanctificateur riche en consolation, traité de Bélzébuth de manière si sacrilège, combien plus l’ont-ils fait à moi-même. Ton soldat infatigable, parce que je me suis détourné du coquin flagorneur de Wittenberg pour suivre l’appel de Ta voix, Jean 10 : 4-5 ! Oui, il faut qu’il en soit ainsi, si l’on ne veut pas laisser le dernier mot à ceux qui, menant douce vie, interprètent l’Écriture selon leur bon plaisir dans leur foi imaginaire et avec la perfidie des Pharisiens, mais si l’on veut au contraire ruiner leur renommée et leur superbe. Toi non plus. Christ, Tu n’as pas réussi à être supérieur à leurs yeux. Car ils se sont imaginé aussi être plus savants que Toi et Tes disciples. Oui, sans doute étaient-ils, avec leur arrogance de littéralistes, plus savants que ne le sera jamais le Docteur Dérision. Même s’ils avaient eu autant de réputation et de renommée dans le monde entier, ce qu’ils entreprenaient contre Toi avec leur entendement n’était pas juste pour autant, quand ils prétendaient trouver des preuves contre Toi au moyen de la claire Ecriture, par exemple dans les reproches qu’ils firent à Nicodème, et à propos du sabbat, Jean 5 : 9-10 et chapitre 9 : 13-14. Citant toute l’Ecriture contre Toi, ils affirmaient hautement que tu devais mourir parce que Tu te proclamais ouvertement Fils de Dieu, né du Père éternel, de même que nous proclamons Ton Esprit. C’est pourquoi ils dirent : « Nous avons une loi selon laquelle il doit mourir. » Car ils avaient fait violence au texte, Deutéronome, chapitres 13 : 1-5 et 18 : 20, pour Te l’appliquer, et refusaient de le regarder de plus près, exactement comme le fait aujourd’hui avec moi le sournois voleur d’Écriture : là où l’Écriture fournit les preuves les plus claires, il raille, brûlé de jalousie, et nomme diable l’Esprit de Dieu.

7La sainte Ecriture toute entière ne parle de rien d’autre (ainsi que le démontrent toutes les créatures) que du Fils crucifié de Dieu, ce pour quoi Il commença Lui-même, en partant de Moïse et en passant par tous les prophètes, à éclairer le sens de Son ministère, disant qu’il lui fallait souffrir et entrer dans la gloire de Son père. Cela est clairement décrit dans Luc, au dernier chapitre. Et Paul dit aussi qu’il ne peut rien prêcher d’autre que le Christ crucifié, 1 Corinthiens 1 : 23. Après avoir scruté la loi de Dieu plus profondément que tous ses compagnons, Galates 1 : 11, il ne pouvait, disait-il, rien y trouver d’autre que le Fils souffrant de Dieu, lequel dit, Matthieu 5 : 17, qu’il n’est pas venu pour supprimer la Loi ou rompre l’Alliance de Dieu, mais pour l’exécuter, l’expliquer et l’accomplir.

8Voilà ce que les haineux docteurs de l’Ecriture ne pouvaient reconnaître, car ils ne scrutaient pas l’Ecriture de tout leur cœur et de tout leur esprit, ainsi qu’il était pourtant de leur devoir, Psaume 119, et comme le Christ le leur ordonnait, Jean 5 : 39. Leur science en cette matière était digne des singes ; ils prétendent faire des chaussures pour imiter le cordonnier, mais ils gâchent le cuir. Eh ! Pourquoi donc ? Ils veulent recueillir la consolation que donne l’Esprit-Saint, mais, leur vie durant, ils ne sont jamais allés jusqu’au fond de leur âme à travers l’affliction du cœur, comme il conviendrait pourtant pour que la vraie lumière brille dans les ténèbres et nous donne par là le pouvoir d’être les enfants de Dieu, ainsi qu’il est écrit clairement Psaume 55 : 1-8, Psaume 63, Jean 1 : 4-5.

9Or, si le Christ était fondé uniquement sur le témoignage accueilli dans l’Ancienne et la Nouvelle Alliance et était prêché sans aucune révélation de l’Esprit, il pourrait en résulter une singerie embrouillée bien pire encore que celle des Juifs et des païens. Ainsi que chacun peut le voir de ses propres yeux, les actuels docteurs en Ecriture n’agissent pas autrement que ceux de jadis, les Pharisiens ; ils se glorifient de la sainte Ecriture, remplissent des livres entiers de leurs barbouillages et rabâchent : « Crois ! Crois ! », alors qu’ils nient l’origine de la foi, raillent l’Esprit de Dieu et, comme on peut le constater, ne croient en rien du tout. Aucun d’eux ne veut prêcher à moins de 40 ou 50 florins, et les meilleurs en demandent même plus de 100 ou 200. En eux se réalise la prophétie de Michée, 3 : 11 : « Les prêtres prêchent pour un salaire. » Ils veulent leur tranquillité et leurs aises et la considération suprême sur la terre, ce qui ne les empêche pas de s’y entendre à se vanter de comprendre l’origine de la foi, alors qu’ils font tout pour la contrecarrer en traitant l’esprit juste d’esprit égaré et de Satan, et cela en se couvrant de la sainte Ecriture, ainsi qu’il advint au Christ alors que par Son innocence Il proclamait la volonté de Son père, laquelle était bien trop sublime et fâcheuse pour les docteurs de l’Ecriture, Jean 5 : 16-18 et 6 : 41-42.

10Vous ne constaterez rien d’autre jusqu’au jour d’aujourd’hui. Quand les impies sont concernés par la Loi, ils disent avec grande légèreté : « Ah ! Elle est abolie. » Mais si on la leur explique comme il faut, en disant qu’elle est inscrite dans le cœur, 2 Corinthiens 3 : 3, et que, par les instructions de celui-ci, il faut veiller à considérer les justes démarches qui conduisent à la naissance de la foi. Psaume 37 : 31, alors l’impie assaille le juste et brandit saint Paul en le comprenant de si imbécile façon que cela devient une puérile farce de marionnettes. Psaume 64 : 3. Et il n’en a pas moins la prétention d’être le plus intelligent sur la terre, au point de se vanter de ne pas avoir d’égal. De surcroît, il traite tous les pauvres en esprit de songe-creux. Il n’aime pas le mot « esprit » ; s’il l’entend prononcer, il ne peut s’empêcher de hocher sa tête si pleine d’intelligence !

  • 22 « Dysdiapason » dans le texte.

11Le Diable n’aime pas qu’on lui parle du commencement, Proverbes 18 : 2-3, car il en est rejeté. C’est pourquoi il use de tromperie, 2 Corinthiens 11 : 13-15. Tout en haut de la gamme, dans l’octave supérieure22, il chante l’air tiré de Paul, Romains 12 : 16 : « Il ne faut pas se soucier de ces choses élevées, mais les adapter au niveau des humbles. » Cette bouillie-là lui plaît, et rien d’autre, et il a horreur de la soupe au petit déjeuner. Il dit qu’il faut croire en toute simplicité, mais il ne voit pas ce que cela exige. Voilà pourquoi Salomon dit d’un tel homme qu’il est un fol entêté, ainsi qu’il est écrit Proverbes 24 : 7 : « La sagesse de Dieu est bien trop élevée pour le fol. »

12Le Christ commença par l’origine, comme Moïse, et expliqua la Loi du commencement jusqu’à la fin. C’est pourquoi Il dit : « Je suis la lumière du monde. » Sa prédication était si véridique et si bien formulée qu’il captivait la raison humaine même chez les impies, comme l’Evangéliste Matthieu le décrit au chapitre 13 et comme Luc le donne à entendre au chapitre 2. Mais comme la doctrine était trop élevée pour eux, et la personne et la vie du Christ trop modestes, ils furent scandalisés par Lui et Son enseignement, et ils dirent dans leur barbe qu’il était un Samaritain et qu’il était du Diable. Car leur jugement était donné selon la chair, ainsi qu’il plaît au Diable en ces matières. Il fallait que cela éclate au dehors, car ils ne déplaisaient point au monde, lequel joue bien volontiers au Frère-la-vie-douce. Tout ce qu’ils faisaient était arrangé de manière à plaire au monde. Matthieu 6 : 1-5 et 23 : 5-7.

  • 23 Le Pentateuque.

13C’est ainsi qu’agit aussi envers moi la chair impie de Wittenberg, alors qu’étudiant le commencement de la Bible et l’ordonnance de sa première partie23, je m’efforce d’atteindre la pureté de la Loi divine. Psaume 19 : 7-8, et qu’au moyen de tous les jugements qu’elle contient, j’explique l’accomplissement de l’esprit de la crainte de Dieu. Isaïe 1 1 : 1-3, et refuse d’admettre qu’il traite erronément de la nouvelle Alliance de Dieu sans expliquer le commandement divin ni l’origine de la foi, lesquels ne sont entièrement connus qu’après le châtiment par l’Esprit-Saint, Jean 16 : 8. Car l’Esprit ne châtie l’incroyance qu’après la reconnaissance de la Loi, incroyance que personne ne reconnaît à moins de s’en être pénétré auparavant avec autant de force que le plus incroyant des païens. C’est de cette manière que tous les Elus depuis le commencement ont reconnu leur incroyance par la pratique de la Loi, Romains 2 : 12 et 7 : 6-7. J’établis le Christ, avec tous les membres de Son corps, en tant qu’exécuteur de la Loi. Psaume 19, car il faut que la volonté de Dieu et Son œuvre soient accomplies radicalement par la prise en considération de la Loi. Psaume 1 : 1-2, Romains 12 : 2. Sans quoi personne ne distinguerait la foi de l’incroyance si ce n’est de manière fallacieuse, comme firent les Juifs avec leur sabbat et leur Ecriture sans jamais percevoir le fondement de leur foi.

14Tout ce que j’ai fait au perfide corbeau (que Noé, symboliquement, laissa s’envoler de l’arche), c’est, telle une innocente colombe, d’avoir déployé mes ailes couvertes d’argent sept fois purifié et au plumage d’un jaune d’or, Psaume 68 : 13, et d’avoir survolé en la détestant la charogne sur laquelle il aime tant se poser. Car je veux porter à la connaissance du monde entier qu’il flagorne les scélérats impies, ainsi qu’on le voit dans le libelle dirigé contre moi, et, en un mot, qu’il prétend prendre leur défense. D’où il ressort clairement que Docteur Menteur n’habite pas la maison de Dieu, Psaume 15 : 4, parce qu’il ne méprise pas les impies, mais au contraire, pour l’amour des impies, traite de diables et d’esprits séditieux beaucoup de chrétiens craignant Dieu. Cela, le noir corbeau le sait fort bien. Pour avoir de la charogne, il arrache à coups de bec les yeux des pourceaux, il rend aveugles les voluptueux. Et s’il montre tant d’indulgence à leur égard, c’est pour qu’ils le gavent d’honneurs et de biens, en particulier des titres les plus élevés.

15Les Juifs voulaient par tous les moyens diffamer et confondre le Christ, comme Luther aujourd’hui tente de le faire avec moi. Avec les injures les plus violentes, il m’objecte la bonté du Fils de Dieu et de Ses chers amis après que j’ai prêché la sévérité de la Loi en disant que, pour ce qui est du châtiment des gens sans esprit qui la violent (même si ce sont des souverains) elle n’est pas abolie, mais au contraire doit être appliquée avec la plus grande rigueur, comme Paul enseigne à son disciple Timothée et, à travers lui, à tous ceux qui ont charge d’âmes, 1 Timothée 1 : 8-11, qu’il faut prêcher au peuple. Il dit clairement que ceux-là seront frappés qui luttent contre la saine doctrine et s’opposent à elle. Comme personne ne peut le nier, ce jugement clair et limpide est contenu dans Deutéronome, chapitre 13 : 6-11, et Paul le prononce aussi contre le violateur impudique de la Loi, 1 Corinthiens 5. Quant à moi, j’ai fait imprimer le sermon tel que je l’avais tenu devant les princes de Saxe et dans lequel je leur montrais sans arrière-pensée le glaive de l’Ecriture et l’usage qu’ils devaient en faire afin qu’il n’y ait point de révolte. En un mot, la violation doit être châtiée ; nul, grand ou petit, ne saurait y échapper, Nombres 25.4.

  • 24 Cette lettre est perdue. Il ne s’agit évidemment pas de l’appel destiné aux mineurs, du 26 ou 27 av (...)

16Mais voici Père Pied-feutré qui arrive, ce docile compagnon qui prétend que je veux fomenter la rébellion, comme il a pu le lire, dit-il, dans ma lettre aux compagnons des mines24. Il dit une chose, mais il fait silence sur le plus décisif, à savoir comment j’ai exposé clairement et dans le détail devant les princes que c’est la communauté tout entière qui doit avoir le pouvoir du glaive ainsi que le pouvoir de lier et de délier, et comment, m’appuyant sur les textes, Daniel 7 : 27, Apocalypse 6 : 15, Romains 13 : 1, 1 Rois 8 : 7, j’ai dit que les princes ne sont point les maîtres, mais les serviteurs du glaive et qu’ils ne doivent pas faire selon leur bon plaisir, Deutéronome 17 : 18-20, mais selon la justice. Voilà pourquoi, selon la bonne et ancienne coutume, il faut que le peuple soit présent quand quelqu’un est jugé selon la Loi de Dieu, Nombres 15 : 35. Et pourquoi ? Parce que. au cas où les autorités voudraient pervertir la justice, les chrétiens alentour doivent le refuser et ne pas le souffrir, car Dieu veut qu’on Lui rende compte du sang innocent. Psaume 79 : 10. La pire abomination sur terre est que personne ne veut prendre fait et cause pour ceux qui sont dans le besoin. Les grands font ce qu’ils veulent, comme l’écrit Job au chapitre 41.

  • 25 Luther : Sur le commerce et l’usure (Von Kaufshandlung und Wucher). 1524. WA 15.
  • 26 Jeu de mots sur « Herhold » (« Herold » et « Heer-hold »).

17Ce misérable flagorneur, avec une feinte bonté, prétend se couvrir du Christ contre le texte de Paul. 1 Timothée 1 : 7. Mais dans son livre sur le négoce25, il dit que les princes peuvent s’unir en toute confiance avec les voleurs et les brigands. Et dans ce même livre, il tait l’origine de tout brigandage. Ce héraut aime bien les armes26, et il voudrait récolter des remerciements en versant le sang pour des biens temporels, ce qui n’est ni l’intention ni le commandement de Dieu. Voyez donc : la source fangeuse de l’usure, du vol et du brigandage, ce sont nos princes et seigneurs, qui s’approprient toutes les créatures ; les poissons de l’eau, les oiseaux de l’air, les plantes sur la terre, tout doit leur appartenir, Isaïe 5 : 8. Après quoi, ils font proclamer parmi les pauvres le commandement de Dieu et disent : « Dieu a ordonné : Tu ne voleras point. » Mais cela ne leur servira de rien. Ils veulent contraindre tout le monde, le pauvre laboureur et l’artisan, et ils écorchent et pressurent tout ce qui vit, Michée 3 : 2-4. Quiconque commet le moindre délit doit être pendu, et Docteur Menteur dit : Amen ! Ce sont les seigneurs qui se chargent eux-mêmes de faire des pauvres gens leurs ennemis. Quant à la cause de la rébellion, ils ne veulent pas la supprimer. Comment les choses pourraient-elles bien tourner à la longue ? Suis-je un rebelle quand je dis cela ? Eh bien, soit !

18Il est incapable du moindre sentiment de honte. Quand les Juifs, Jean 8 : 3, conduisirent devant le Christ une femme prise en flagrant délit d’adultère, ils Le mirent à l’épreuve pour voir s’Il était prêt à transgresser la rigueur de Son père ; et, dans ce cas, ils L’auraient à juste titre traité de malfaiteur. Mais s’Il avait relâché la femme sans avoir rendu Son jugement, ils auraient dit qu’il était un défenseur de l’injustice. Dans l’Evangile, le Christ a par Sa bonté manifesté clairement la sévérité du Père. La bonté de Dieu s’étend sur toutes les œuvres de Ses mains, Psaume 145 : 9. Elle n’est pas modifiée par le tourment infligé par la Loi, auquel l’Elu ne désire pas échapper, ainsi que le disent Jérémie et le Psaume 7 : 9 : il veut être châtié par un juste jugement, et non dans la colère, laquelle est étrangère à Dieu, mais résulte de la fausse crainte des hommes envers Dieu ; ils sont pris de peur à cause du châtiment, sans considérer que Dieu les conduit à travers l’angoisse illusoire au-delà de tout tourment dans Son éternité.

19Tous les membres de la communauté chrétienne devenus des malfaiteurs du fait de la mauvaise action originelle doivent être jugés par la Loi, comme le dit Paul, afin que la sévérité du Père écarte du chemin les chrétiens impies qui s’opposent à la doctrine salvatrice, afin que les justes puissent avoir temps et place d’apprendre la volonté de Dieu. 11 serait, en présence d’une telle tyrannie, tout à fait impossible à tout chrétien de se vouer à la considération de cette volonté s’il était loisible de châtier le mal par la Loi ou de ne pas le faire et si l’innocent devait se laisser tourmenter sous prétexte que le tyran impie se tire d’affaire contre le juste en disant : « Il faut que je te martyrise. Le Christ a souffert, Lui aussi. Tu ne dois pas me résister, Matthieu 5. » Ce serait une grande perversion. Il faut distinguer avec précision pourquoi les persécuteurs prétendent être les meilleurs chrétiens.

20Le Diable a des ruses très perfides pour s’opposer au Christ et aux Siens, 2 Corinthiens 6 : 14 et 11 : 14 : tantôt avec une bonté flagorneuse, comme fait Luther quand il défend les impies avec les paroles du Christ, tantôt avec une sévérité hargneuse, en mettant en avant sa justice pernicieuse pour défendre des biens temporels. Cette sévérité-là, le doigt de Dieu, l’Esprit-Saint, 2 Corinthiens 3, ne la marque pas de son empreinte, la bienveillante sévérité de la Loi, et Il ne lui oppose pas le Fils crucifié de Dieu avec la plus sévère des bontés pour que se manifeste la volonté divine par une comparaison entre les deux, 1 Corinthiens 2 : 16. Celui-là méprise la loi du Père et flagorne en se servant du très précieux trésor de la bonté du Christ ; il outrage le Père en ruinant la sévérité de Sa loi par le moyen de la patience du Fils, Jean 15 : 10 et 16 : 15, et il méprise ainsi la distinction faite par l’Esprit-Saint entre la bonté et la Loi, et les pervertit l’une par l’autre à tel point qu’il ne reste presque plus d’opinion claire sur la terre, Jérémie 5 : 31, et que le Christ n’est patient, semble-t-il, qu’afin que les chrétiens impies puissent tourmenter impunément leurs frères.

21On traita le Christ de diable quand il renvoya les Juifs aux œuvres d’Abraham et leur fournit le meilleur critère pour châtier et pardonner : pour châtier selon la juste rigueur. Voilà pourquoi il n’a pas aboli la Loi ; voilà pourquoi il dit au septième chapitre de Jean, avant de le redire dans le huitième : « Vous rendrez des jugements équitables, et non selon l’apparence. » Il ne leur est pas proposé, pour juger selon l’esprit de la loi, d’autre jugement que ceux qui sont décrits dans la Loi elle-même. Il en est de même quand il s’agit de pardonner avec l’Evangile, selon l’esprit du Christ, afin de faire progresser l’Evangile et non de lui faire obstacle, 2 Corinthiens 3 : 6 et 13 : 10, tandis que Docteur Menteur, en distinguant l’un et l’autre, prétend, avec ses docteurs en Ecriture, faire de moi un diable en disant : « N’ai-je pas donné un bon enseignement dans mes écrits et mes œuvres ? Tandis que toi, tu ne fais fructifier que la rébellion. Tu es un Satan, et un mauvais Satan, etc. Vois donc ! Tu es un Samaritain et possédé du Diable. »

22O Christ ! Je m’estime indigne de supporter avec Toi pour la même cause Tes précieuses souffrances. Mais, bien que l’opinion de l’adversaire trouve quantité de mauvais juges qui lui sont bienveillants, je dis avec Toi au dragon vaniteux, bouffi d’orgueil et perfide : « Entends-tu ? Je ne suis pas possédé du Diable. Je cherche par mon ministère à proclamer le nom du Seigneur, promettant la consolation aux affligés, évitant la ruine et la maladie aux bien-portants, Isaïe 6 : 8, Matthieu 9 : 12, Luc 8 : 11-15 et 4 : 18-19. Et si je disais que j’y renonce en raison de la mauvaise réputation que l’on me fait mensongèrement, je te ressemblerais, Docteur Menteur, avec tes invectives et tes calomnies. Tu ne sais rien faire d’autre que te quereller avec les impies. Mais maintenant que cela t’a réussi, tu as pris la place des scélérats que tu avais étrillés de la plus ignoble façon. Et maintenant que tu t’aperçois que cela pourrait aller trop profond, tu prétends faire endosser ta réputation, la pire qui soit, à un autre, à qui le monde est d’emblée hostile, et te blanchir, selon l’habitude du Diable, afin que personne ne s’aperçoive publiquement de ta méchanceté. Voilà pourquoi le prophète, Psaume 91 : 13, t’appelle basilic, dragon, aspic et lion, car avec ton venin tantôt tu flagornes, tantôt tu tempêtes et te déchaînes, conformément à ta nature. »

  • 27 L’un des deux textes de Müntzer Ordonnance et règlement de l’office en allemand d’Allstedt ou Offic (...)

23Avec raison, l’irréprochable Fils de Dieu a comparé au Diable les Docteurs de l’Ecriture les plus ambitieux, et Il nous a laissé le soin de les juger par l’Evangile en tenant compte de Sa Loi sans défaut. Psaume 19 : 7. Leurs passions n’étaient altérées que de meurtre, car ils disaient. Jean 11 : 48 : « Si nous le laissons faire, tout le monde aura foi en lui ; le peuple lui sera attaché. Voyez, déjà il accourt vers lui en grandes foules. Si nous le laissons mener à bien son entreprise, nous aurons perdu et serons de pauvres gens. » Alors arriva Caïphe (Docteur Menteur), qui donna un bon conseil à ses princes et arrangea l’affaire en faisant croire qu’il se faisait du souci pour ses compatriotes des environs d’Allstedt. Mais en réalité, il n’en va pas autrement que selon les témoignages que je reçois du pays tout entier : le pauvre peuple assoiffé aspirait si ardemment à la vérité que toutes les routes étaient pleines de gens venus de partout pour entendre comment étaient organisés à Allstedt l’office religieux, le chant et la prédication de la Bible. Dût-il éclater, il ne pourrait faire la même chose à Wittenberg. Et l’on voit bien dans sa Messe allemande combien il était jaloux. Luther en fut si fort irrité qu’il obtint tout d’abord de ses princes l’assurance que mon Office ne serait pas imprimé27. Mais comme l’ordre du pape de Wittenberg ne fut pas respecté, il pensa : « Attends voir ! Je vais remédier à cela en ruinant ce pèlerinage. » L’impie a une cervelle subtile pour imaginer ce genre de choses. Psaume 36 : 4. Car son dessein était aussi, comme on peut le constater, de répandre sa doctrine en se servant de la haine des laïcs contre les prêtres. S’il avait eu le sincère désir de critiquer les gens, il ne se serait pas mis à la place du pape, et il ne flagornerait pas les princes, comme on peut le voir clairement décrit. Psaume 10 : 7-11. Il a fort joliment traduit ce Psaume en l’appliquant à lui-même et pas seulement au pape, et il veut faire de saint Pierre et de saint Paul des sbires afin de défendre ses maîtres les bourreaux.

24Mais Docteur Menteur est un homme assez simple pour écrire qu’il ne faut pas m’empêcher de prêcher ; mais vous devez veiller, écrit-il, à ce que l’esprit d’Allstedt tienne ses poings tranquilles. – Voyez donc, chers frères du Christ, est-ce qu’il n’est pas un savant homme ? Bien sûr qu’il l’est, au point que dans deux ou trois ans, le monde n’aura pas encore compris quelle action néfaste, meurtrière et perfide il a eue ! Mais s’il écrit cela, c’est pour se laver les mains en toute innocence, afin que personne ne s’aperçoive qu’il persécute la vérité. Car il prétend que sa prédication est la véritable parole de Dieu parce que c’est elle qui subit une si grande persécution. Quant à moi, je m’étonne fort comment ce moine éhonté peut supporter d’être si horriblement persécuté... au bon vin de malvoisie et dans des soupers fins avec des putains ! Il ne peut agir qu’à la manière des docteurs de l’Écriture : « Pour tes bonnes œuvres, nous ne te ferons rien ; mais pour tes blasphèmes, nous te lapiderons à mort. » C’est ainsi qu’ils parlèrent au Christ, comme cet homme parle contre moi : « Ce n’est pas à cause de ta prédication, mais à cause de la rébellion qu’il faut qu’on te chasse. »

25Frères bien-aimés ! Ce n’est assurément pas une affaire simple, ce qui se passe en ce moment ; et vous êtes tous sans opinion à ce sujet. Vous vous imaginez que tout est réglé si vous ne donnez plus rien aux prêtres. Mais vous ne savez pas que vous êtes maintenant dans une situation cent fois, mille fois pire qu’avant. A l’avenir, on vous dupera avec un nouveau système en prétextant la parole de Dieu. Mais contre cela, vous avez le commandement du Christ, Matthieu 7 : 15. Prenez-le à cœur, et personne ne vous abusera, quoi qu’il dise ou écrive. Mais il vous faut aussi être attentifs à l’avertissement de Paul à ses chers Corinthiens, quand il dit, 2 Corinthiens 11 : 3 : « Veillez à ce que vos pensées ne se détournent pas de la simplicité à l’égard du Christ. » Cette simplicité, les docteurs de l’Ecriture l’ont rapportée à tous les trésors de la sagesse divine, Colossiens 2, contrairement au texte de Genèse 3 : 3, où Dieu par un unique commandement met Adam en garde contre le dommage futur, afin qu’il ne se disperse pas par la multiplicité des délices matérielles, mais qu’il trouve ses délices en Dieu seul, ainsi qu’il écrit : « Fais de l’Éternel tes délices. »

26Docteur Menteur prétend m’opposer un argument de taille en affirmant que sa doctrine est cohérente et en disant qu’il est disposé à tout examiner à fond. Pourtant, en définitive, il attache peu d’importance à la prédication, car il faut bien, dit-il, qu’il y ait des sectes, et il demande au Prince de ne pas m’empêcher de prêcher. J’espérais qu’il agirait seulement par la parole afin de m’interroger en présence du monde, et qu’il accepterait la dispute en public afin de ne traiter que de la Parole. Mais il inverse les choses et veut y amener les Princes, comme si c’était un coup monté, afin que personne ne dise : « Hé ! Est-ce qu’ils veulent eux-mêmes maintenant persécuter l’Evangile ? » Il dit qu’ils doivent me laisser prêcher et ne pas me l’interdire, mais qu’il faut que je tienne ma main tranquille et que je m’abstienne de publier. Ouais ! La subtile invention, comme celle des Juifs qui disaient : « Nous ne te ferons rien pour tes bonnes œuvres, mais à cause de ton sacrilège. » Ces pieuses gens disaient que si l’on fait un serment sans jurer, cela n’engage à rien, et ils se servirent souvent de cette astuce, Matthieu 23 : 18 et Luc 11 : 39. Et c’étaient de pieuses gens, qui ne faisaient pas le mal. Oui. mais à condition de croire qu’il faut ménager les faibles !

  • 28 Müntzer rejette donc aussi bien la violence révolutionnaire à tout prix que la soumission absolue e (...)

27Le blasphème ne pouvait émouvoir les Juifs, comme on peut le saisir d’après l’Evangile ; et l’œuvre bonne ne les touchait pas beaucoup non plus, pas plus que Luther. C’est pourquoi Dieu leur remontra l’œuvre d’Abraham, Jean 8 : 39. Mais il y avait chez les Juifs une haine furieuse et ils voulaient se blanchir aux yeux des gens, comme fait la Vierge Martin de nos jours. Ah ! la pudique femme de Babylone, Apocalypse 18 : 2 ! Il prétend traiter de tout selon la Parole, mais il ne veut pas commencer par la Parole pour justifier ou condamner ma cause. Il veut seulement la faire passer pour mauvaise auprès des grands, afin que personne ne suive mon enseignement, car, dit-il, il est séditieux. Celui qui veut avoir un jugement pur à ce sujet ne doit ni aimer la rébellion ni être hostile à une révolte justifiée. Il doit s’en tenir à un raisonnable milieu28 ; sans quoi, selon sa situation, il ne pourra qu’être ou trop hostile ou trop favorable à mon enseignement, ce que je ne souhaite en aucun cas.

  • 29 Luther : Widder die verkerer und felscher keyserlichs Mandats. 1523 (WA. 12. p. 65 sq).
  • 30 Allusion au chant écrit par Luther sur ses deux partisans brûlés à Bruxelles (WA. 35. p. 41 1 sq).
  • 31 Cf Luc 2.29.

28Il serait bien plus profitable que j’apporte au pauvre peuple un bon enseignement plutôt que de m’embarrasser d’une controverse avec ce moine sacrilège qui prétend être un nouveau Christ qui par son sang a apporté de grands bienfaits à la chrétienté et de surcroît pour une noble cause, à savoir : que les prêtres puissent prendre femme ! Que répondre à cela ? Peut-être ne trouverai-je rien, car tu as pris des assurances de tous côtés (du moins à ce que tu crois). Vois donc comment dans ton explication du premier mandement impérial29 tu as sacrifié allègrement les prêtres sur l’étal du boucher quand tu dis : « Le châtiment s’abattra sur eux », etc., cela afin que ta doctrine à ses débuts n’ait pas à rendre des comptes. Car par flagornerie tu tolérerais volontiers que l’on s’en prenne toujours à eux. De la sorte tu aurais sans cesse fait de nouveaux martyrs, et tu aurais fait une ou deux chansonnettes à leur sujet30, et tu serais devenu un faiseur de salut patenté. Sans doute chanterais-tu aussi à ta manière : « Nunc dimittis, etc. »31 pour que tous le répètent à ta suite. Danse, moine, et le monde entier te fera la cour !

  • 32 Allusion à la polémique de Luther contre Carlstadt et ses partisans, en août 1524.

29Mais pour un faiseur de salut, tu en es un drôle, pour sûr ! Le Christ glorifie Son Père. Jean 8 : 54, et dit : « Si je recherche moi-même ma gloire, ma gloire n’est rien. » Toi, au contraire, tu veux tirer grande gloire de ceux d’Orlamünde32. Tu prends et dérobes (à la manière des corbeaux) le nom du Fils de Dieu et tu veux mériter la gratitude de tes princes. N’as-tu point lu, scélérat savantissime, que Dieu dit par la bouche d’Isaïe, au chapitre 42 : 8 : « Je ne donnerai ma gloire à personne » ? Ne peux-tu point nommer les honnêtes gens par leur nom, comme Paul nomme Festus dans les Actes des Apôtres au chapitre 25 ? Pourquoi appelles-tu les princes « Majesté » ? Car ce titre n’est pas le leur, c’est celui du Christ, Hébreux L3-4, Jean 1 : 11 et 8 : 12. Pourquoi les appelles-tu « Excellence » ? Je te croyais chrétien, mais tu n’es qu’un archi-païen, car tu fais d’eux des Jupiters et des Minerves. Sont-ils nés non du sein des femmes. Sagesse 7 : 2, mais du cerveau d’un dieu ? Ah ! Trop, c’est trop !

30Honte à toi, archi-coquin ! Par des flagorneries, tu as voulu gagner les bonnes grâces du monde égaré, Luc 9, et tu prétendais critiquer tout le monde. Mais tu sais très bien qui tu peux calomnier : les pauvres moines, les prêtres et les marchands ne peuvent se défendre, et tu as beau jeu de les insulter.

  • 33 Luther ; Zwey keyserliche unevnige und wydderwertige gepott den Luther betreffend. 1524 (WA. 15, p. (...)

31Quant aux gouvernants impies, personne selon toi n’a le droit de les juger, bien qu’ils foulent aux pieds le Christ ! Et pour apaiser les paysans, tu écris que les princes seront ruinés par la parole de Dieu, et tu dis dans ton commentaire sur le récent mandement impérial33 que les princes seront renversés de leur trône. Tu les prends pour des marchands ! Mais tu devrais bien aussi tirer les oreilles de tes princes, car ils l’ont sans doute mérité plus que les autres. Est-ce qu’ils acceptent des diminutions sur les redevances et les fruits de l’exploitation ? Et si tu as invectivé les princes, tu es aussi fort capable de leur rendre leur belle humeur : nouveau pape, tu leur offres en cadeau les couvents et les églises. Ils ont bien lieu d’être contents de toi ! Mais prends garde ! Le paysan pourrait bien s’en mêler.

  • 34 Lettre du 3 août à Frédéric.
  • 35 La cabane de l’ermite qui vivait à proximité de la chapelle.

32Mais que tu prétendes sans cesse parler de foi et écrives que je devrais en disputer avec toi sous ta protection et ta sauvegarde, voilà qui montre mon honnêteté et ta sottise ! Sous ta protection et ta sauvegarde, j’aurais été comme la brebis parmi les loups, Matthieu 10 : 16. N’aurais-tu pas eu là plus de pouvoir sur moi que partout ailleurs ? Ne pourrais-tu pas y songer ? Et à ce qui en résulterait encore ? Si je me trouvais dans ta principauté, c’est pour que tu ne puisses avoir aucune excuse. Tu dis : « Sous notre protection et notre sauvegarde... » Oh là ! Comme tu y vas ! Tu es prince, toi aussi, pourrait-on croire ! De quel droit fais-tu l’important avec la protection et la sauvegarde ? – (N’ai-je pas refusé dans toutes mes lettres34 sa protection et sa sauvegarde ? Tout ce que j’ai demandé, c’est qu’il ne terrorise pas son propre peuple à cause de l’étable à chèvres35 et de la statue de Marie à Mallerbach. Car il voulait attaquer les villes et les villages, sans considérer que ces pauvres gens étaient en danger jour et nuit à cause de l’Evangile.) – Crois-tu que le pays ignore comment ils protègent et sauvegardent ? Dieu aie pitié de la chrétienté, si elle n’avait pas pour protecteur Celui qui l’a créée. Psaume 1 1 1 : 4-6 !

  • 36 Laurentius Süsse. premier prédicateur luthérien à Nordhausen. « Non rôti » : qui n’a pas subi le ma (...)
  • 37 En dépit des tensions existant entre les deux branches de la maison de Saxe, l’affirmation de Müntz (...)

33Tu dis que j’ai été banni pendant trois ans, que j’ai vagabondé et que je me plains de bien des souffrances. Vois comment tout cela concorde ! De ta plume tu m’as calomnié et outragé devant les honnêtes gens, ainsi que je peux te le prouver. Avec ta grande gueule de blasphémateur tu m’as traité publiquement de diable. Oui, c’est ainsi que tu fais avec tous tes adversaires. Comment pourrais-tu faire autrement que le corbeau qui croasse sans cesse son propre nom ? Tu sais fort bien aussi, avec ton saint Laurent non rôti de Nordhausen36 quel salaire a été donné aux gredins pour m’assassiner. Tu n’es ni un assassin ni un agitateur, mais, comme un chien de l’enfer, tu excites et pousses le Duc Georges à envahir les territoires du Prince Frédéric et à mettre ainsi fin à la paix civile37. Non, tu ne sèmes pas la révolte : tu es comme le serpent habile qui se faufile parmi les pierres, Proverbes 30 : 19. Le Christ dit. Matthieu 10 : 23 et 23 : 34 : « S’ils vous persécutent dans une ville, fuyez dans une autre. » Mais ce bon apôtre, véritable chancelier du Diable, dit qu’ayant été banni, c’est moi qui suis un diable, et il prétend le prouver en citant Matthieu 12 : 43, qu’il interprète à l’encontre de l’Esprit-Saint qu’il outrage. Mais, ce faisant, il se donne des gifles à lui-même, Psaume 27 : 12.

34Il se répand en vains bavardages et en propos dérisoires sur la parole divine, prétendant que je la qualifie de voix céleste et que j’affirme que les anges me parlent, etc. Réponse : de ce que Dieu Tout-puissant fait avec moi ou me dit. je ne puis tirer gloire, mais seulement de ce que, par le moyen du témoignage de Dieu, j’expose au peuple à partir de l’Ecriture sainte ; et je me garderai, si Dieu le veut, de prêcher mes opinions personnelles. Si je le fais, je suis prêt à subir le châtiment que Dieu m’imposera par Ses chers amis et à leur rendre des comptes. Mais pour ce qui est des railleurs, je ne leur dois rien. Proverbes 9 : 7-8. Car. n’est-ce pas, je ne dois pas manger de geai (Lévitique 1 1), ni avaler les ordures du railleur impie ! Je serais curieux de savoir qui est ton véritable modèle. Originaire du Harz, ne serais-tu pas tenté d’appeler le mystère de la parole divine une céleste cornemuse ? Alors le Diable – ton ange ! – aurait pu te jouer dessus ta chansonnette : « Danse, moine, et tous les impies te feront la cour ! »

  • 38 Assertio omnium articulorum Lutheri per huilant Leonis X (WA. 7. p. 91 sq). art. 36 : « Quid ergo l (...)
  • 39 Müntzer relève avec perspicacité ce point essentiel, que Luther développera l’année suivante dans s (...)

35Je parle de la parole divine et de ses multiples trésors. Colossiens 2 : 3, que Moïse, Deutéronome 30 : 11-14. et Paul. Epître aux Romains 10 : 8, prescrivent d’apprendre. Le Psaume 85 : 8 dit comment elle doit être entendue par ceux qui se convertissent de tout leur cœur et pour qui dans la doctrine de l’Esprit, tous les jugements sur la miséricorde et la justice divines ont la même importance. Toi, au contraire, tu nies la véritable parole et tu n’en présentes au monde que l’apparence. Rustre que tu es, tu te changes toi-même en archi-diable quand, partant du texte d’Isaïe, mais sans aucunement le comprendre, tu places en Dieu l’origine du mal38. N’est-ce pas là le châtiment le plus cruel que Dieu t’inflige ? Tu es encore dans l’aveuglement, et tu n’en prétends pas moins guider le monde, et tu veux faire endosser à Dieu le fait que tu es un pauvre pécheur et un ver de terre venimeux, toi et ta bréneuse humilité. Voilà ce que tu as fabriqué avec ta cervelle en délire en le tirant de ton cher Augustin ! Quelle infâmie, en vérité, que de mépriser aussi impudemment l’humanité en niant le libre-arbitre39 !

  • 40 D’après Reinke de Los (1498), version bas-allemande du Roman de Renard.

36Tu dis que j’exige que l’on croie de force et tout de suite, et que je ne veux donner à personne le temps de réfléchir. Moi. je dis avec le Christ : « Celui qui est de Dieu entend les paroles de Dieu. » Et toi, es-tu de Dieu ? Pourquoi ne les entends-tu pas ? Pourquoi les railles-tu et juges-tu ce que tu n’as jamais éprouvé ? Ne veux-tu pas commencer par réfléchir à ce que tu devrais enseigner aux autres hommes ? Au lieu de juge du « droit », il faudrait plutôt t’appeler « tordu » ! La pauvre chrétienté s’apercevra bien avec quelle justesse ton entendement charnel a agi contre l’Esprit infaillible de Dieu. Laisse à Paul le soin de te juger, 2 Corinthiens 11 : 13-15. Avec simplicité (celle figurée par l’oignon, qui a neuf peaux !) tu as toujours agi à la manière des renards. Et regarde ! Tu es devenu un renard enragé qui avant le jour pousse ses glapissements rauques. Et maintenant que la vraie vérité va s’épanouir, tu veux invectiver les humbles et non pas les grands. Tu agis comme dans notre fable allemande40 : tu descends dans le puits comme le renard qui se met dans le seau et mange les poissons ; puis il attire le loup stupide avec l’autre seau ; ainsi, il remonte, et le loup reste en bas ! De même, les princes qui te suivent se maintiendront comme les chevaliers pillards, que tu excites contre les marchands. Ezéchiel au chapitre 13 : 4 donne son jugement sur les renards, et au chapitre 34 : 25 sur les fauves, les bêtes sauvages que le Christ appelle loups, Jean 10 : 12. Tous connaîtront le sort des renards capturés, Psaume 73 : 18-20. Dès que les gens commenceront à être attentifs à la lumière, les petits chiens, Matthieu 15 : 17, courront sus aux renards jusque dans leur trou, où ceux-ci ne pourront guère faire plus que leur mordiller la gueule. Mais il y a le dogue, qui donne une râclée au renard ; et celui-ci est obligé de sortir du trou : il a assez mangé de poules ! Ecoute, Martin ! Est-ce que tu n’as jamais flairé le rôti de renard que l’on sert pour du lièvre, à la cour des seigneurs, aux chasseurs sans expérience ? Tu as bien mérité, Esaü que tu es, que Jacob t’évince. Pourquoi as-tu vendu tes droits pour avoir ta soupe ?

  • 41 A la « Dispute de Leipzig ». Luther parut un jour avec un bouquet d’œillets ; la légende en fit une (...)
  • 42 Staupitz était présent lors de la comparution de Luther au Reichstag d’Augsbourg (13-14 octobre 151 (...)

37Ezéchiel te le dis au chapitre 13 : 3-9 et Michée au chapitre 3 : 5-8 : tu as fourvoyé la chrétienté avec une croyance fausse, et maintenant que l’urgence approche, tu ne peux plus la remettre dans le droit chemin. Voilà pourquoi tu flagornes les princes, et tu t’imagines que tout est arrangé dès lors que tu as acquis une grande renommée. Et tu assommes les gens en répétant qu’à Leipzig tu as tenu bon devant une assemblée menaçante. Prétends-tu rendre les gens aveugles ? Tu menais belle vie. à Leipzig ! N’as-tu pas quitté la ville avec une guirlande d’œillets et bu du bon vin à l’auberge de Melchior Lother41 ? Quant à ton séjour à Augsbourg, il ne pouvait pas être périlleux pour toi, parce que ton oracle Staupitz était pour toi un puissant soutien. Sans doute pourrait-il aujourd’hui t’être une aide, mais il s’est écarté de toi et s’est fait abbé42. J’ai de sérieuses raisons de craindre que tu ne le suives ! Mais le Diable n’est jamais du côté de la vérité, il ne peut renoncer à sa malice !

  • 43 Sincère admonestation à tous les chrétiens (mars 1522).
  • 44 Luther : Deutung der zwo grewlichen figuren Bapstesels zu Rom und münchkalb zu Freyberg in Meyssen (...)
  • 45 Les « prophètes de Zwickau » Storch et Stübner.

38Mais dans le libelle sur l’émeute43, il est pris de peur devant la prophétie de sa propre abomination. C’est pourquoi il parle des nouveaux prophètes comme les docteurs de l’Ecriture le firent contre le Christ, Jean 8 : 52, ce pourquoi j’ai utilisé ce chapitre tout entier pour la présente condamnation. Paul dit des prophètes, 1 Corinthiens 14 : 1-5 : « Un vrai prédicateur doit être prophète », même si cela paraît risible au monde. Il faut que tout le monde se fasse prophète pour pouvoir juger des faux prophètes. Comment prétends-tu juger les gens, alors que dans le Veaumoine tu renonces à cette fonction44 ? Quand tu dis que tu m’as démoli la figure, tu ne dis pas la vérité, et même tu mens comme un arracheur de dents, car je n’ai jamais été chez toi depuis six ou sept ans. Quant aux braves frères qui sont allés te voir45, tu les as bernés, et il faut que cela vienne au jour. Et l’on verra que cela ne s’accorde pas avec Matthieu 18 : 10 : « Tu ne dois pas mépriser les humbles. »

  • 46 Les sécularisations, selon le modèle des Hussites de Bohème.

39Outre ta vantardise, il y a de quoi s’endormir à voir ta sottise insensée. Que tu aies tenu bon à la Diète de Worms, la noblesse allemande peut t’en savoir gré, elle a qui tu as si bien graissé la gueule et donné du miel. Car elle savait fort bien qu’avec ta prédication tu lui ferais des cadeaux à la façon de Bohême46 : monastères et couvents, que maintenant tu promets aux princes. Si à Worms tu avais fléchi, cette noblesse t’aurait fait poignarder plutôt que libérer, tout le monde le sait. Vraiment, tu ne peux t’attribuer aucun mérite. Si tu étais prêt, comme tu t’en vantes, à risquer encore une fois ton noble sang, tu t’en es tiré avec les tiens par la malice et la ruse sans frein. Car c’est sur ton conseil que l’on fa fait prisonnier, et tu as fait comme si tu ne pouvais le supporter. Si l’on n’avait pas compris ta scélératesse, on pourrait jurer par tous les saints que tu es un brave Martin ! Dors tranquille, cher tas de viande ! Si le Diable doit te manger, Ezéchiel 24 : 3-13, je préférerais que ce soit rôti à la poêle et au four (Ah ! la bonne odeur !) dans ton orgueil par le courroux divin, Jérémie 1 : 13, plutôt que bouilli dans ton propre jus. Mais ta viande est celle d’un âne ; tu mettrais longtemps à cuire, et le mets serait coriace pour les dents de lait de tes amis !

  • 47 L’interrogatoire de Müntzer à Weimar, le 1er août 1524.

40Bien-aimés frères en Christ ! Dès le début, j’ai été excédé de cette querelle en raison du scandale inévitable qu’elle causerait dans la foule des pauvres gens. Et si Docteur Menteur m’avait laissé prêcher, ou s’il avait triomphé de moi en présence du peuple, ou avait laissé ses princes me juger alors que j’étais devant eux à Weimar47 et qu’ils m’interrogeaient à la requête de ce moine, j’aurais préféré de beaucoup m’abstenir de toute cette affaire.

41Il fut finalement décidé que le Prince laisserait au juge rigoureux du Jugement dernier le soin de mener le débat à son terme ; il ne voulait pas faire obstacle aux tyrans qui prétendaient intervenir dans sa juridiction au nom de l’Evangile. Ce serait très bien si l’on avait fait la même recommandation aux tribunaux ; les paysans s’en réjouiraient. Ce serait parfait si l’on renvoyait tout au Jugement dernier ! Alors, les paysans auraient belle cause : quand on voudrait les forcer à faire selon la loi, ils diraient : « Je réserve cela pour le Juge ! » Mais entre Lui et eux, il y a la trique des impies !

42Quand je rentrai de l’interrogatoire de Weimar, je pensais continuer à prêcher la sévère parole de Dieu. Mais les braves échevins intervinrent et voulurent me livrer aux pires ennemis de l’Evangile. Quand je m’en aperçus, il ne fut plus question pour moi de rester : j’essuyai sur mes chaussures la poussière de leur ville, car je pouvais voir de mes propres yeux qu’ils faisaient plus grand cas de leurs propres serments et obligations que de la parole de Dieu. Ils se proposaient de servir deux maîtres à la fois, alors que Dieu les assistait de la façon la plus évidente. Lui qui les a délivrés de la puissance de l’ours et du lion, Il les aurait bien aussi délivrés de la main de Goliath, 1 Rois 17 : 36-37. Goliath a confiance en son armure et en son épée, mais David ne lui en donnera pas moins une bonne leçon. Saül lui aussi entrepris de belles choses, mais c’est David, après de longues tribulations, qui dut les mener à bien. David qui est Ton symbole, O Christ, dans le cœur de Tes chers amis. Puisses-Tu les garder diligemment pour l’éternité, amen.

L’an 1524

43Vulpis, fecisti merere mendaciter cor iusti, quem dominus non contristavit. Confortastique manus impiorum tuorum, ne revertantur a via sua mala, ob id peribis et populus dei liberabitur a tyrannide tua. Tu videbis deum esse hominum. Ezechielis 13. capitulo.

44Dont voici la traduction :

45O Docteur Menteur, perfide renard ! Par tes mensonges tu as attristé le cœur du juste, que Dieu n’a jamais affligé ; par là, tu as conforté le pouvoir des scélérats impies, afin qu’ils demeurent dans leur voie ancienne. C’est pourquoi il t’adviendra comme aux renards capturés. Quant au peuple, il sera libéré, et Dieu sera son seul maître.

Notes

21 Müntzer répète sur le mode parodique l’adresse de Luther aux princes au début de sa Lettre sur l’esprit séditieux.

22 « Dysdiapason » dans le texte.

23 Le Pentateuque.

24 Cette lettre est perdue. Il ne s’agit évidemment pas de l’appel destiné aux mineurs, du 26 ou 27 avril 1525 (lettre no 75).

25 Luther : Sur le commerce et l’usure (Von Kaufshandlung und Wucher). 1524. WA 15.

26 Jeu de mots sur « Herhold » (« Herold » et « Heer-hold »).

27 L’un des deux textes de Müntzer Ordonnance et règlement de l’office en allemand d’Allstedt ou Office en allemand.

28 Müntzer rejette donc aussi bien la violence révolutionnaire à tout prix que la soumission absolue exigée par Luther.

29 Luther : Widder die verkerer und felscher keyserlichs Mandats. 1523 (WA. 12. p. 65 sq).

30 Allusion au chant écrit par Luther sur ses deux partisans brûlés à Bruxelles (WA. 35. p. 41 1 sq).

31 Cf Luc 2.29.

32 Allusion à la polémique de Luther contre Carlstadt et ses partisans, en août 1524.

33 Luther ; Zwey keyserliche unevnige und wydderwertige gepott den Luther betreffend. 1524 (WA. 15, p. 255. 27 et p. 278. 19).

34 Lettre du 3 août à Frédéric.

35 La cabane de l’ermite qui vivait à proximité de la chapelle.

36 Laurentius Süsse. premier prédicateur luthérien à Nordhausen. « Non rôti » : qui n’a pas subi le martyr du gril comme saint Laurent.

37 En dépit des tensions existant entre les deux branches de la maison de Saxe, l’affirmation de Müntzer est exagérée.

38 Assertio omnium articulorum Lutheri per huilant Leonis X (WA. 7. p. 91 sq). art. 36 : « Quid ergo liberum arbitrium est nisi res de solo titulo ? [...] Nam et mala opera in impiis deus operatur. »

39 Müntzer relève avec perspicacité ce point essentiel, que Luther développera l’année suivante dans sa réponse à Erasme De servo arbitrio.

40 D’après Reinke de Los (1498), version bas-allemande du Roman de Renard.

41 A la « Dispute de Leipzig ». Luther parut un jour avec un bouquet d’œillets ; la légende en fit une guirlande. – Melchior Lother : pendant son séjour à Leipzig. Luther logeait chez son éditeur Lother. qui était aussi aubergiste.

42 Staupitz était présent lors de la comparution de Luther au Reichstag d’Augsbourg (13-14 octobre 1518). Il était ensuite devenu abbé de Sankt-Peter à Salzbourg.

43 Sincère admonestation à tous les chrétiens (mars 1522).

44 Luther : Deutung der zwo grewlichen figuren Bapstesels zu Rom und münchkalb zu Freyberg in Meyssen funden, 1523 (WA. 11. p. 357 sq.).

45 Les « prophètes de Zwickau » Storch et Stübner.

46 Les sécularisations, selon le modèle des Hussites de Bohème.

47 L’interrogatoire de Müntzer à Weimar, le 1er août 1524.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search