Desktop versionMobile Version

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Expresse mise à nu de la fausse foi

Volltext

1Exposée au monde infidèle d’après le témoignage de l’Evangile de saint Luc afin que la pitoyable et misérable chrétienté prenne conscience de ses errements.

2Ezéchiel chapitre 8

3Chers compagnons, élargissons encore la brèche afin que le monde entier puisse voir et saisir qui sont les grands sires qui de façon blasphématoire ont fait de Dieu un mannequin bariolé, Jérémie 23 : 29.

4Thomas Müntzer armé du marteau
Mühlhausen 1524.

**

5Jérémie chapitre 1 : 9 : « Voici ! J’ai mis mes paroles dans ta bouche ; je t’ai établi aujourd’hui sur les nations et les empires pour que tu arraches et que tu abattes, que tu ruines et que tu détruises, que tu bâtisses et que tu plantes. »

6Jérémie chapitre 1 : 18 : « Une muraille d’airain se dresse contre les rois, les princes, les prêtres et le peuple. Qu’ils combattent autant qu’ils voudront : Ta victoire sera miraculeuse, pour la ruine des tyrans puissants et impies. »

**

PREAMBULE A L’ADRESSE DE LA PAUVRE CHRETIENTE DISPERSEE

7Que l’esprit de la force et la crainte de Dieu soient avec toi. pitoyable communauté ! Maintenant que des libelles diffamatoires t’ont rendue d’une part craintive, et d’autre part insolente, il est d’une urgence extrême de prévenir le mal qui monte en prouvant sa maîtrise chrétienne, laquelle ne peut être manifestée de nos jours que par l’exégèse de l’Ecriture sainte selon l’enseignement de l’Esprit du Christ en comparant tous les mystères et jugements de Dieu. Car pris isolément, tous les jugements sont contradictoires entre eux au plus haut point. Si on ne les saisit pas dans leur relation, aucun d’eux ne peut être compris à fond (aussi clair et limpide soit-il) sans causer à l’autre un dommage indicible. Telle est la fange que produit toute méthode scélérate fondée sur la dissociation.

  • 1 Cf. les lettres du 13 juillet et du 3 août 1524, où Müntzer rejette l’éventualité d’une dispute ac (...)

8C’est pour cette excellente raison que moi. misérable créature, je me suis attaqué à la forteresse afin d’élargir la brèche dans le mur du parvis, m’attendant à tout le mal que l’impiété des corrupteurs a coutume d’infliger aux serviteurs de la chrétienté, maintenant qu’elle mène si grand tapage avec sa foi littéraliste et qu’elle renie de manière flagrante la gracieuse puissance de Dieu et veut avec sa parole et sa foi imaginaires rendre Dieu muet, fou et idiot. C’est cela aussi qui est cause que les pratiques orgueilleuses et abominables se sont installées avec tant d’obstination dans toutes les communautés de par le monde et font étalage d’une insolence chaque jour plus insensée. C’est pourquoi il faut que le mouvement profond de la sainte foi chrétienne agite le flot furieux des vagues impétueuses, ainsi qu’il est écrit au Psaume 93 : 3-4. Puisque personne, en raison des difficultés du combat, ne veut saisir le gouvernail du navire, je ne peux, moi, le lâcher, maintenant que les eaux de toute corruption ont pénétré dans les âmes des amis de Dieu. Psaume 69 : 2. Il me faut révéler fidèlement le poison qui a fait des ravages si profonds. Chaque fois que cela me sera possible, je le ferai volontiers avec courtoisie. Mais là où cela pourrait porter préjudice à l’Esprit du Christ, je ne dissimulerai l’ignominie de personne par ma patience. Pour commencer ces explications et révélations, je publierai les chapitres l’un après l’autre, laissant ainsi toute latitude et tout le temps qu’il faudra à mes contradicteurs. Quant au huis clos et à ses périls, je ne les ai évités qu’en raison des impératifs de la matière en question1. de même que le Christ, lui aussi, a évité les docteurs de l’Ecriture aux langues de vipères. Jean 7 : 32. et ne voulut pas donner en secret des explications à Anne sur sa doctrine, mais le renvoya à ceux qui l’avaient entendu, le simple peuple. Jean 18 : 19 : 21. Il dit clairement : « Pourquoi m’interroges-tu ? Interroge ceux qui m’ont entendu. » Nos doctes voudraient bien faire du témoignage de l’Esprit de Jésus une affaire de haute école. Mais ils manqueront leur but. et de loin, car s’ils sont savants, ce n’est pas pour que l’homme du commun devienne leur égal par leur enseignement. Au contraire, ils voudraient être les seuls juges en matière de foi, avec leur Ecriture usurpée, alors qu’ils n’ont absolument aucune foi en Dieu ni devant les hommes. Car chacun voit et saisit que c’est aux honneurs et aux biens temporels qu’ils aspirent. C’est pourquoi il faut que toi, l’homme du commun, tu deviennes savant toi-même, afin de ne pas être égaré plus longtemps. Que ce même Esprit du Christ te vienne en aide, Lui qui aux yeux de nos doctes, et pour leur perte, ne peut être qu’objet de dérision, amen.

Explication du premier chapitre de Luc

9L’Evangile de Luc tout entier est un précieux témoignage qui fait comprendre que la sainte foi chrétienne est devenue chose étrangère et rare, au point qu’il ne serait pas étonnant qu’un homme de cœur pleurât des larmes de sang en considérant l’aveuglement de la communauté chrétienne, dont le Christ lui-même a dit dans cet Evangile de Luc, chapitre 18 : 8 : « Crois-tu que quand le Fils de l’Homme viendra Il trouvera la foi sur la terre ? » Isaïe le déplore également au chapitre 15, et Paul dans l’Epître aux Romains, chapitre 10 : 16. C’est pourquoi c’est une pitié inexprimable et une abomination très affligeante que des impies, comme on peut le voir de ses propres yeux, prétendent prêcher aux gens une foi chrétienne qu’ils n’ont ni ressentie ni éprouvée eux-mêmes et sans savoir non plus ce que ressent un homme qui a la foi. Ils se figurent et s’imaginent que la foi est facile à atteindre, comme ils disent avec grande vantardise dans leurs bavardages. C’est pourquoi, frères bien-aimés, nous devons nous pénétrer de ce chapitre en le considérant très sérieusement du début à la fin. Alors nous trouverons très clairement comment le manque de foi a été d’abord mis au jour chez tous les Elus.

10Zacharie ne voulut pas croire à la vérité des paroles de l’ange Gabriel en raison de l’impossibilité de la promesse qui lui était présentée. De même, il faut considérer très attentivement Marie, qui enfanta notre Sauveur et qui pour cela est glorifiée par les générations des générations : elle voulut avoir une preuve et une explication. Ni l’un ni l’autre n’ont accédé à leur foi de manière fallacieuse, comme le monde insensé croit aujourd’hui qu’on peut le faire. Ils ne se sont pas précipités en disant : « Oui, je crois cela tout simplement. Dieu fera sûrement le reste. » C’est en justifiant la foi de manière aussi légère que le monde ivre imagine une foi empoisonnée, qui est bien pire que celle des Turcs, des païens et des Juifs. Zacharie et Marie, au contraire, ont été pris d’effroi dans la crainte de Dieu, jusqu’au moment où le grain de sénevé eut triomphé de l’incroyance, ce qui ne peut être obtenu qu’au prix d’un grand tremblement et d’une grande affliction.

11Dieu ne peut accroître la foi de quelqu’un ni le regarder comme un croyant s’il ne subit pas cet avènement avec grande crainte et tremblement, ainsi que le dit Dieu Lui-même par saint Isaïe au chapitre 66 : 2 : « Sur qui porterai-je mes regards si ce n’est sur l’homme humble et sur celui qui est pris d’effroi devant ma parole ? » C’est pourquoi Paul dit aux Philippiens, chapitre 2 : 12 : « Vous accomplirez votre salut avec crainte et tremblement. » Ah ! La crainte de Dieu comme commencement de la foi. voilà qui est œuvre insupportable pour la nature ! Moïse entendit Dieu Lui-même parler. Cependant, il ne voulut pas donner suite à Ses paroles qui lui commandaient de partir pour l’Egypte. Exode 4. Il devait d’abord prendre conscience de la force de Dieu dans la profondeur de son âme. ainsi qu’il l’atteste ensuite. Deutéronome 30 : 1. Sans quoi il n’y serait pas allé. Dieu promit au patriarche Jacob de nombreux bienfaits et une extrême prospérité. Pourtant il entra en conflit avec Lui. Il lui fallait d’abord se mesurer avec Dieu s’il voulait obtenir la bénédiction que la foi apporte avec elle. Genèse 32 : 24. Tout homme zélé trouvera dans toute l’Ecriture des témoignages sur la manière dont la foi entretient avec l’incroyance une querelle tout à fait inouïe, surtout dans le Livre des Juges, chapitres 6, 7 et 8. Gédéon avait une foi si forte et si solide qu’elle lui permit de vaincre avec trois cents hommes une foule innombrable. Mais avant de recevoir cette foi, il dit à l’ange, comme on a coutume de faire quand on dénonce un mensonge : « Tu dis que le Seigneur est avec toi, très vaillant héros. Comment cela se peut-il, alors que nous devons subir tant de malheurs ? » Une foi non encore exercée n’a dans son premier avènement pas d’autre jugement que de craindre à tout propos et d’admettre difficilement tout ce qu’on lui dit. Celui qui croit à la légère a un cœur frivole ; mais la crainte de Dieu fait sa place à l’Esprit-Saint afin que l’Elu puisse être couvert par l’ombre tutélaire de Celui dont le monde dans sa grande folie a peur, portant ainsi préjudice irrémédiable à sa propre sagesse.

  • 2 Allusion aux dispenses autorisant à manger du beurre les jours de jeûne et en Carême.

12C’est pourquoi il faut dans cet Evangile observer du début à la fin qu’il est question de l’ombre dont nous couvre l’Esprit-Saint, qui nous enseigne la foi par la pure crainte de Dieu, laquelle produit un grand effroi émerveillé dans l’œuvre impossible de la foi, quand la force du Très-haut (ainsi qu’il est décrit dans Luc au premier chapitre et au dernier) rejette instantanément toute incroyance secrète et toute foi imaginaire. Car celle-ci est découverte quand on revêt l’Esprit ou accède jusqu’à Lui dans la profondeur de l’âme. Paul dit : « Revêtez le Christ. » Et alors il n’y a plus de place pour la fausse foi. Mais celui qui n’a pas connu cette accession ne sait absolument rien de la foi. car il conserve dans son esprit obstiné une foi sans expérience, telles de vieilles hardes de mendiant que les docteurs en Ecriture déloyaux et voués au désespoir peuvent rapiécer de main de maître à l’aide d’un morceau pris à un nouvel habit, comme il est dit dans l’Evangile de Luc chapitre 5 : 36. Il leur suffit pour cela d’utiliser leur Ecriture volée. Quand on leur demande comment ils parviennent à cette foi élevée dont ils bavardent sans cesse, ou pourquoi ils ne préfèrent pas plutôt être païens, Juifs ou Turcs, ou encore qui a bien pu leur faire des promesses pour qu’ils provoquent si dangereusement le monde de leurs assauts si violents, alors ils arrivent avec leurs grimaces ineptes et insipides et disent tout uniment sans aucune honte : « Voyez ! Je crois en l’Ecriture. » Et. pleins de hargne et de haine, ils ajoutent en grognant dans leur barbe : « Oh ! En voilà un qui renie l’Ecriture. » Et, qui pis est, ils prétendent boucler le bec à tout le monde avec leurs blasphèmes. Car ce grand rustre de pape et tous ses coquins mangeurs de beurre2 prétendent rassasier de manière aussi simple le mouvement élevé qui anime les Elus et l’affliction qui est en leur cœur, ou bien les donner au Diable sans contradiction. S’ils racontent si souvent comment le Christ a éconduit les impies docteurs de l’Ecriture, c’est justement parce qu’ils sont de même farine. Ils sortent leur petite langue acérée et disent doucereusement : « Explorez l’Ecriture, car vous pensez, vous vous imaginez, vous voulez atteindre votre salut en elle. »

  • 3 Romains 10, 17.

13C’est là que les pauvres gens dans le besoin sont dupés de manière indicible. De toutes leurs paroles et de tous leurs actes, les docteurs font en sorte que l’homme pauvre, préoccupé du souci de la nourriture, ne puisse apprendre à lire, et ils ont l’impudence de prêcher qu’il doit se laisser écorcher et plumer par les tyrans. Quand pourrait-il donc apprendre à lire ? - « Mais, mon brave Thomas, tu rêvasses ! C’est aux docteurs en Ecriture de lire les beaux livres, et c’est aux paysans de les écouter, car la foi vient à ceux qui écoutent »3. Le subtil artifice qu’ils ont inventé là, capable d’installer à la place des curés et des moines des coquins bien pires encore que ceux qui ont existé depuis le commencement du monde ! Mais. Dieu soit loué, de très nombreux Elus distinguent les racines de l’incroyance et voient comment elles sont restées longtemps cachées. Elles voudraient bien aujourd’hui encore foisonner afin que le bon grain ne puisse lever. C’est pourquoi le Christ, bien avant les paroles citées ci-dessus, dit à ces pieux hommes, les docteurs de l’Ecriture : « Ma parole ne demeure point en vous. » Hé ! pourquoi donc ? Eh bien ! C’est à cause de l’incroyance, qui ne veut pas faire la moindre place à la véritable racine de la foi infaillible. Matthieu 13 : 3, Marc 4 : 3, Jean 9 : 24. Isaïe 6 : 9-10.

14Si l’on veut arracher ces nuisibles racines, il faut se garder de la manière impie des docteurs en Ecriture, qui n’est nullement compatible avec le Christ. Car ils font de l’Ecriture une couverture qui empêche la véritable nature de la foi chrétienne de briller aux yeux du monde entier. Matthieu 5 : 16 et 10 : 5.

15Le Fils de Dieu a dit : « L’Ecriture donne témoignage. » Les doctes disent : elle donne la foi. O non, mes bien-aimés ! Regardez plus loin autour de vous, sinon, vous aurez la foi la plus insensée qu’il y ait sur terre, une foi digne des singes. C’est ainsi que le pauvre troupeau est égaré par ces orgueilleux charlatans. C’est pourquoi il faut que la vérité dissimulée vienne une bonne fois au jour après avoir sommeillé si longtemps. Les choses en sont à tel point que si un chrétien disait parmi le pauvre troupeau qu’il a appris la foi de la bouche de Dieu en personne, on ne le croirait pas si, rendant compte de sa foi. il se trouvait en désaccord avec l’Ecriture, laquelle dit pourtant que tous les Elus doivent être enseignés par Dieu Lui-même, Jean 6 : 45, Isaïe 54 : 11-13. Jérémie 31 : 33-34. Job 35. 10-11. Psaume 18 : 29-30. 25 : 14, 34 : 11-22, 71 : 17. 94 : 10. et de nombreux autres passages de l’Ecriture qui tous insistent sur cet enseignement par Dieu seul.

16Quand bien même quelqu’un, de toute sa vie, n’aurait jamais vu la Bible ni entendu parler d’elle, il n’en serait pas moins en mesure, grâce au véritable enseignement de l’Esprit, d’avoir une foi authentique, comme en ont eu tous ceux qui sans l’aide d’aucun livre ont écrit la sainte Ecriture. Et il serait aussi parfaitement assuré d’avoir puisé cette foi auprès du Dieu infaillible et de ne pas la tenir d’un simulacre diabolique ni de sa propre nature humaine. C’est pourquoi il lui faudrait rendre compte de cette foi et de toute son origine devant les hommes ayant aussi une foi éprouvée et non imaginaire, conformément à l’exigence selon laquelle l’or doit être éprouvé dans le feu de l’affliction suprême. Sans quoi il n’en résulterait que moquerie et raillerie de la part des douillets qui, de leur vie, ne se sont jamais appliqués de la moindre pensée à rechercher la foi véritable. Car ils s’imaginent tout simplement qu’il suffit de croire, comme les archi-corrupteurs le profèrent dans leurs affirmations mensongères.

17Or. si nous autres chrétiens voulons être en accord et en harmonie avec tous les Elus en dépit des différences de nations et de croyances, ainsi que nous en donne témoignage le texte limpide des Apôtres de Dieu au chapitre 10 : 1, il faut que nous sachions ce que ressent un homme qui depuis ses jeunes années a grandi parmi les incroyants et qui. sans l’aide d’aucun livre, a fait l’expérience de l’œuvre véritable et de l’enseignement de Dieu.

18Il faudrait utiliser l’Ecriture pour enseigner amicalement chacun, qu’il soit juif ou turc, sur ces œuvres excellentes et sur le témoignage que donnent ces hommes-là. et afin d’éprouver ainsi les esprits pour savoir ceux qui sont de Dieu et ceux qui sont du Diable, 1 Jean 4 : 1-3. Mais alors nos doctes interviennent hardiment et exigent des signes miraculeux, comme les impies docteurs de l’Ecriture, Matthieu 12 : 38-39. D’un jugement hâtif ils donnent au Diable ceux qui disent un seul mot contre eux, tournent en dérision l’Esprit du Christ et ont l’audace de clamer et d’écrire : « Esprit par ci. Esprit par-là ! Quant à moi. je loue ce que j’en ai écrit ! C’est moi qui ait dit cela. etc. » Et afin qu’on les reconnaisse bien, ils songent jour et nuit, dans tous leurs faits et gestes, au moyen de faire périr ceux qui disent un seul mot de l’Esprit de Dieu, tout comme firent les docteurs de l’Ecriture avant d’amener le Christ sur la croix.

19Ils disaient au Christ qu’Il n’était pas promis dans la loi de Dieu. Et maintenant, de manière analogue, voire bien plus fausse encore, ils disent qu’il ne faut rien entreprendre dans l’Esprit du Christ et qu’il ne faut pas non plus se réclamer de Lui. car celui qui le fait est marqué du signe majeur du faux prophète. Quant à l’Ecriture (disent-ils), c’est elle qui doit donner la foi. Et pourtant ces douillets impies sont hors d’état d’indiquer une raison pour laquelle il faudrait accepter ou rejeter l’Ecriture sainte, si ce n’est qu’elle a été acceptée par une longue tradition, donc par de nombreux êtres humains. Cette manière n’est que graisse de singes ; c’est celle qu’emploient le Juif, le Turc et tous les autres peuples pour légitimer leur foi.

20Mais Marie et Zacharie nous disent le contraire, et Abraham, Joseph. Moïse et tous les patriarches qui s’en sont tenus à l’inspiration de l’Esprit-Saint dans la profondeur du cœur et qui ne se sont aucunement souciés des instructions des impies incapables et voués au désespoir, ainsi que dit Isaïe au chapitre 8 : 12. Car leur assemblée et leurs conseils ont représenté l’activité de l’Esprit de Dieu comme une abomination.

21Ils disent sans rougir : « La sainte église chrétienne a adopté ceci et cela. Tel article de foi, telle doctrine est une hérésie. » Et pourtant, ils sont incapables d’émettre le moindre souffle à ce sujet ni d’expliquer par la moindre parole ce qui les a conduits à la foi chrétienne plutôt qu’à une autre. Voilà pourquoi ces mercenaires sont de si piètres consolateurs pour la pauvre humanité misérable, triste et affligée au fond du cœur.

Deuxièmement

22Que chacun y regarde attentivement, et il découvrira certainement que la foi chrétienne est chose impossible pour un être attaché à la chair. 1 Corinthiens 3 : 1, et même, dans ce texte-ci, qu’elle le fut pour tous les bons croyants tels que Marie, Zacharie et Elisabeth, au point que tout homme lucide, sérieux et austère, dégagé de tout divertissement et fermement éprouvé, est près de sentir ses cheveux se dresser sur sa tête, pour peu qu’il prête attention à cela. Remarquez bien ce qui est dans le texte. L’ange dit à la mère de Dieu : « Rien n’est impossible à Dieu. » Pourquoi, mes bien-aimés ? En vérité, pour cette raison que c’était pour la nature chose impossible, inconcevable et inouïe. 1 Corinthiens 2 : 9. Isaïe 64 : 3, que cette promesse qui sera tenue et se réalisera pour nous dans l’avènement de la foi. à savoir que nous, hommes charnels et terrestres, nous deviendrons des dieux grâce au Christ fait homme, et serons ainsi avec Lui les disciples de Dieu, pour être enseignés et déifiés par Lui. et même plus encore, pour être transformés totalement en Lui-même, afin que la vie terrestre prenne son élan et entre dans le ciel. Philippiens 3 : 20-21. Voyez quelle chose impossible c’était pour tous les impies et les paresseux parmi les Elus. Jean 10-25 et Psaume 82 : 2. Ils voulurent lapider le Christ quand Il prononça ces paroles. Ah. messires ! Comme le monde devient insensé quand on lui oppose de juste manière la voix de Dieu qui dit d’attendre et persévérer jusqu’à la fin dans cette impossibilité qu’est l’avènement de la foi. Psaume 40 : 2.

23Hé ! Pourquoi Frère-la-vie-douce. Père Pied-feutré s’emporte-t-il et s’énerve-t-il à ce point ? Oui. il s’imagine qu’il peut réaliser tous ses désirs, conserver son luxe et ses richesses tout en ayant une foi éprouvée, ce que pourtant le Fils de Dieu a blâmé clairement devant les docteurs de l’Ecriture. Jean 5 : 44. quand il dit : « Comment est-il possible que vous croyiez alors que vous recherchez les honneurs ? »

24Cette impossibilité est indiquée également dans Matthieu 6 : 24. où il est dit aux impies voluptueux : « Vous ne pouvez servir Dieu et les richesses ». Celui qui prend pour maîtres les honneurs et les biens. Dieu à la fin le laissera éternellement vide, ainsi qu’il dit au Psaume 5 : 10 : « Leur cœur est vain. » C’est pourquoi il faut renverser de leur trône les puissants, les orgueilleux et les impies pour la raison qu’ils font obstacle, en eux-mêmes et dans le monde entier, à la sainte et véritable foi chrétienne dès qu’elle veut s’épanouir avec toute son authentique nature originelle.

25Quand la grâce de Dieu fut annoncée par la naissance de Jean et par la conception du Christ, c’était le règne d’Hérode, – ce pieux homme, ce sang qui dégouline encore hors du sac des grands de ce monde, – afin que le bien suprême et le plus noble ressortît clairement par contraste avec l’impiété. Comment Dieu en notre temps répand Sa lumière sur le monde, cela nous est démontré par le gouvernement et l’autorité des impies et des insensés qui. laissant libre cours à leur arbitraire, se déchaînent comme des forcenés par tous les moyens contre Dieu et Ses oints. Psaume 2 : 1-3, 1 Jean 2 : 16-20, au point qu’aujourd’hui certains commencent à mettre aux fers leur peuple, à l’écorcher et à le tondre, par quoi ils sont une menace pour toute la chrétienté, tourmentent et tuent les chrétiens et les étrangers d’abominable façon, de sorte que Dieu Lui-même. afin de soulager les Elus, ne pourra ni ne voudra regarder plus longtemps cette désolation et devra abréger ces jours d’épreuve pour l’amour de Ses Elus. Matthieu 24 : 22. Sans quoi les gens n’accepteront pas par véritable affliction l’incarnation du Christ, et il n’en sortirait que païens et diables, et des sectes bien pires qu’au commencement. C’est pourquoi Paul dit. 1 Corinthiens 10 : 13, que Dieu est si fidèle envers ceux qu’il aime qu’il ne leur imposera pas plus qu’ils ne peuvent supporter. encore que la nature humaine pense toujours qu’on lui impose trop de charges. Le Père bon et omniscient, tenant compte de la grossièreté spirituelle de l’un comme de l’autre, ne reposera pas la férule avant que l’enfant n’ait reconnu la faute par laquelle il a mérité cette autorité méchante.

26Comment cela s’accorde-t-il avec le sens de cet Evangile, mes bienaimés ? Voyez ce qui est dit d’Hérode. pendant la vie duquel le Christ et Jean ont été conçus et enfantés, et aussi ce que dit ce texte-ci sans aucune ambiguïté : Il a renversé les puissants de leur trône parce qu’ils ont l’audace de régenter la foi chrétienne et prétendent la juger en maîtres alors qu’ils ne songent nullement à apprendre comment elle naît ; ils ne veulent pas non plus permettre à personne de l’apprendre, mais n’en prétendent pas moins condamner tout le monde et être les plus haut placés à seule fin qu’on les craigne, les adore et les honore plus que tous les autres, alors que de la façon la plus abominable ils taxent l’Evangile d’hérésie, par tous les moyens imaginables. C’est là qu’est mise en lumière la véritable nature d’Hérode. du gouvernement temporel, ainsi que le prédisent saint Samuel. 1 Rois 8 : 5-22. et le juste et très clairvoyant Osée, chapitre 13 : 11 : « Dieu a donné au monde les seigneurs et les princes dans Sa colère, et Il les ôtera dans Sa fureur. »

27Puisque l’homme s’est détourné de Dieu pour tomber parmi les créatures, il était d’une extrême justice que. pour son propre dommage, il craigne les créatures plus que Dieu. C’est pourquoi Paul dit aux Romains, chapitre 13 : 4, que les princes sont à redouter non pour les œuvres bonnes, mais pour inspirer la crainte du bourreau à ceux qui en font de mauvaises ; ils ne sont rien d’autre que des bourreaux et des valets de bourreaux, c’est là tout leur ouvrage. Mais quelle est donc l’œuvre mauvaise, si ce n’est de placer la créature avant Dieu, de l’honorer et de la craindre davantage et de lui accorder plus de dignité ? Hé. comment cela se fait-il ? C’est parce que personne (comme on peut le voir de ses propres yeux) ne place Dieu seul en avant, de tout son zèle et de tout son sérieux, et dans tous ses actes. Hélas, la crainte de Dieu ne peut devenir pure si l’on tient trop à la faveur des hommes. Psaume 19 : 9, bien que le Christ ait donné à ce sujet un commandement très ferme et très rigoureux, Luc 12 : 4-5, et auparavant déjà par Moïse, Deutéronome 6 : 2, de même que Marie expose l’origine de sa foi à l’intention de tous les Elus, en disant : « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui Le craignent. »

28Si l’esprit de la crainte de Dieu est bien établi chez les Elus, le monde devra bon gré mal gré redouter un juste zélateur de la majesté divine, ainsi qu’il est écrit de David au premier livre des Chroniques des Patriarches, chapitre 14 : 17. Mais celui qui ne craint pas Dieu seul dans la profondeur de son cœur, à celui-là Dieu ne peut témoigner Sa grâce, comme chacun le comprend à partir des paroles contraires de Marie. Nous ne pouvons pas non plus être sauvés par la main de ceux qui nous haïssent, et la sincère miséricorde de Dieu ne peut pas non plus éclairer nos ténèbres si nous ne les avons pas reconnues et tant que la crainte de Dieu ne nous rend pas vides et réceptifs à la sagesse éternelle. C’est pourquoi il est écrit clairement. Psaume 145 : 18 : « Le Seigneur accomplit les désirs de ceux qui le craignent. ». Ils seront remplis de la sagesse, de l’intelligence et de la connaissance de Dieu, Colossiens 1 : 9. Le monde pourtant ne veut pas ouvrir les yeux vers l’origine de la foi.

29C’est pour cette raison que tous sont obligés de consumer toute leur raison, de toutes leurs forces et avec grand travail, à servir un pauvre, misérable et pitoyable sac de poussière et à le placer impudemment avant Dieu. C’est pour cela que le monde est trop grossier pour entendre les jugements de Dieu. En conséquence, la sagesse de Dieu elle aussi, la véritable foi chrétienne, est devenue cette chose étrangère, rare, cachée et inconnue, et tenue aussi pour tout à fait impossible, au point qu’aucun œil ne peut le déplorer avec assez de chagrin ni aucune langue en parler avec assez de douleur. L’homme saisi par l’effroi ne peut entendre ni lire suffisamment que la véritable et précieuse sagesse de Dieu, l’authentique foi chrétienne, a été offensée et outragée. La cause en est que l’on a accueilli dans la chrétienté des êtres sans esprit qui n’ont aucunement la crainte de Dieu et que l’on est contraint de les adorer publiquement, personne ne le niera s’il a des yeux pour voir.

30Abraham de Guérar, ainsi qu’il est écrit dans la Genèse, chapitre 20 : 11, réglait toute sa conduite selon la crainte de Dieu, à quoi l’ange le reconnut, même livre, chapitre 22 : 11. Il fut pris d’un effroi extrême, et s’il n’avait pas découvert l’œuvre de la crainte de Dieu, il n’aurait pas pu distinguer le possible de l’impossible. Il en fut de même pour Zacharie et pour Elisabeth, bien qu’ils fussent des justes devant Dieu et aux yeux du monde. Ils craignaient Dieu avant toutes choses, et pourtant ils ne parvenaient pas à voir la différence entre le possible et l’impossible, pour la raison que l’esprit de la crainte de Dieu ne leur était pas révélé par l’avènement de la foi. C’est pourquoi Zacharie ne pouvait croire l’ange, les choses étant ce qu’elles étaient : car sa femme était vieille et, qui plus est, stérile. Selon toute apparence, elle ne pourrait jamais être enceinte.

31O mes frères bien-aimés, que nous rappelle cet Evangile si ce n’est que la foi dans tout son fondement originaire nous propose des choses impossibles dont les douillets n’imaginent jamais qu’elles puissent advenir ? Le monde insensé et en proie au délire ne produit qu’une voie erronée, fondée sur de simples gloses, et il dit d’une langue acérée : « Bah ! On peut très bien prêcher l’Evangile et craindre Dieu seul tout en tenant en honneur les gouvernants déraisonnables, bien qu’ils portent tous leurs efforts contre l’équité et n’acceptent pas la parole de Dieu. Ah ! Pour l’amour de Dieu, il faut leur être obéissant en toutes choses, à ces braves seigneurs ! » – Bravo, défenseurs des impies ! Comme ce serait beau si l’on pouvait servir aussi louablement deux maîtres dont les aspirations sont contraires, ainsi que font les conseillers des gouvernants.

32Ah ! Comme elle se prétend avisée, la prudente raison qui, dans son hypocrisie, a coutume de s’orner et de se parer ostensiblement de l’amour du prochain ! Oui, il est tout à fait impossible, en notre temps encore plus qu’au commencement de ce règne de perversion, que le monde supporte ce coup. Assurément, innombrables sont ceux qui estiment que c’est une énorme chimère. Leur opinion est qu’il est impossible que soit entreprise et menée à bien une partie dans laquelle les impies seraient renversés du trône des jugements, et élevés les êtres humbles et grossiers. Ils ne veulent pas écouter Marie, bien qu’elle soit leur très gracieuse patronne ; ils ne veulent pas lui rendre raison. O Marie ! Que de malheurs tes paroles causeront encore par la faute de tes propres adorateurs, qui prétendent gouverner les autres alors qu’ils ne seraient même pas capables, si besoin était, de remettre en ordre les poux sur leur propre poitrine.

  • 4 L’âne d’or III, 24 : Lucius voudrait devenir oiseau, mais il sera changé en âne.

33Il semble au monde et aux doctes non éprouvés, qui en sont la lie. qu’il est tout à fait impossible que les humbles soient élevés et séparés des méchants. Oui. c’est bien là le point capital, si difficile à saisir. Ils ne veulent pas donner suite au texte de Matthieu, chapitre 13 : 47-50. concernant la séparation des impies et des Elus. Ils se représentent cela selon l’image ancienne du fléau de la balance : les anges, armés de longues piques, sépareront les bons des méchants au Jugement dernier. C’est faire un pied-de-nez à l’Esprit-Saint, je pense. Ils disent impudemment que Dieu ne révèle Ses jugements à personne. C’est pourquoi ils nient que ces anges, authentiques messagers, viendront annoncer dans l’avenir – c’est Malachie qui le dit – la séparation des bons d’avec les méchants. Mais il ne faut pas en vouloir à nos dévots de docteurs en Ecriture. Car. comme chacun peut le constater, ils sont dans la neutralité, c’est-à-dire de braves hypocrites capables de porter le balancier avec les deux seaux en équilibre sur leurs deux épaules. Ils disent dans leur barbe, ces gens si dignes de foi : « Personne ne peut savoir qui est élu et qui est damné. » Ouais ! Ils ont une foi si solide et d’une si puissante certitude qu’ils n’ont d’autre idée que de défendre les impies. Ah ! la jolie foi que voilà ! Et qui produira encore beaucoup de bienfaits ! Elle produira des gens aussi subtils que ceux que Platon le philosophe a imaginés dans sa République, et Apulée dans l’Ane d’or4, et Isaïe quand il parle du rêveur, chapitre 29 : 8. etc. Ils révèlent leur arbitraire quand, prétendant confirmer saint Paul. 2 Timothée 2 : 19, ils se servent de lui pour couvrir leur abomination, selon leur habitude de toujours. Ils disent : « Le Seigneur connaît ceux qui Lui appartiennent. » Cela est vrai, l’ami. Mais il faut que tu renonces à ta méthode fragmentaire et que tu tiennes compte aussi de la parole qui vient ensuite dans le texte : « Quiconque cherche le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité. »

34Quels que soient les péchés de l’Elu. sa conscience les lui fera connaître pour peu qu’il perçoive dans l’affliction l’élan de son cœur, ainsi qu’en témoigne le Psaume 40 : 8. Mais cela, la conscience de l’impie ne le fait pas. Psaume 36 : 1 5. Il aspire sans cesse à la luxure, à la cupidité et à l’orgueil. De même, il ne peut jamais être ennemi de la méchanceté, même s’il éprouve du repentir pendant la semaine sainte et va se pendre comme Judas. Mais dans le fond de son cœur, comme l’homme riche dans ce même Evangile de Luc 12, il n’aspire qu’à une longue vie de volupté et voudrait toujours être de belle humeur. Il pense n’avoir été créé que pour cela.

Troisièmement

35Il faut saisir comment le cœur de l’Elu est sans cesse mû vers son fondement originaire par la force du Très-haut. C’est pourquoi il a coutume de dire, Psaume 51 : « Ah ! Seigneur ! Mon péché est constamment devant mes yeux. Ne retire pas de moi ton Esprit-Saint. » C’est quand l’Esprit de Dieu est si parfaitement révélé dans la crainte que le cœur devient tout à fait mûr pour recevoir le don divin. Alors Dieu ne peut pas mépriser le cœur en proie au repentir ; il ne peut que l’exaucer, pour la raison que s’en exhale la vapeur d’une si belle offrande. Celle-ci a un parfum de douceur, dont la plénitude reste, en raison de son manque d’intelligence, très profondément cachée à maint homme craignant Dieu, Psaume 31, et cela jusqu’à l’épreuve qui en éveille la compréhension. Alors elle est révélée. Psaume 34 : 18, 1 Pierre 2 : 9.

36Regardez comment Zacharie s’est rendu au temple selon l’instruction de la loi. C’est exactement comme l’explique le Psaume 5 : 7-8 : « Je veux aller à Ta maison, je veux prier dans Ton saint temple dans la crainte de Toi afin que Tu me conduises dans Ta justice à cause de mes ennemis. » C’est ce que Zacharie a expliqué lui-même dans le présent chant de louanges : que nous pouvons servir Dieu sans craindre les hommes, dans la sainteté et la justice, c’est-à-dire dans une foi infaillible et expérimentée qui Lui soit agréable. En clair, qu’est-ce que cela veut dire ?

37Tout homme doit revenir à lui-même et constater ainsi par son élan qu’il est lui-même un saint temple, 1 Corinthiens 3 : 16 et 6 : 19, appartenant à Dieu de toute éternité, et qu’il n’a été créé pour rien d’autre que pour être enseigné dans la foi par l’Esprit-Saint et pour en percevoir tous les effets, Jean 14 : 26 et 16 : 13, Romains 8 : 14, et que ce même temple est ravagé au-delà de toute mesure par les prêtres ignorants. Hélas ! C’est grande pitié pour toutes les créatures que personne ne veuille reconnaître pareille abomination dans la ville sainte ! Empoisonné par les impies, le pauvre peuple ne peut revenir à lui-même. Chacun reste dehors devant le temple, attendant que les choses s’améliorent.

38Le peuple a toujours pensé, et on lui fait croire aujourd’hui encore, que les prêtres savent ce qu’est la foi parce qu’ils ont lu beaucoup de beaux et gros livres. C’est pourquoi le pauvre homme du commun dit : « Hé ! Ce sont des hommes distingués, avec leurs toques rouges et brunes ! Comment pourraient-ils ne pas savoir ce qui est vrai ou faux ? ». En réalité, ces gens (qui prétendent être des chrétiens) ont un jugement de rustres, tandis que le Christ a recommandé avec une particulière insistance de reconnaître et de distinguer les faux serviteurs de Dieu des vrais, Matthieu 7 : 15. Personne ne porte son attention sur autre chose que d’accumuler des biens terrestres. C’est pourquoi chacun attend encore devant le temple, incapable de rentrer en son cœur à cause d’une grande incroyance qu’il ne veut pas reconnaître, trop occupé qu’il est à pourvoir à sa subsistance.

39C’est cela que l’Esprit-Saint déplore dans Jérémie. Pendant très longtemps le peuple s’en est remis pour tout cela aux prêtres et aux docteurs en Ecriture ; et l’Esprit-Saint n’est plus qu’une idole muette. Le peuple en sait moins sur Dieu qu’une bille de chêne ou un caillou. Et le Psaume 31 : 18 se vérifie : « Les lèvres du perfide deviennent muettes. »

40Alors Jérémie parcourt les rues en tous sens. Il voudrait bien entendre un homme appliquant tout son zèle à atteindre le jugement de Dieu et la foi en Lui. Il va trouver les pauvres paysans et les interroge sur la foi ; mais ils le renvoient aux prêtres et aux docteurs en Ecriture. Eh oui ! Les pauvres et misérables paysans n’en connaissent rien, puisqu’ils s’en sont remis aux plus venimeux des hommes. Alors le prophète songe : « Ah Dieu ! Les paysans sont gens adonnés au labeur. Ils ont passé leur vie à chercher leur nourriture, pour gaver la panse des tyrans impies. Dans ces conditions, que pourrait-il savoir, ce pauvre peuple grossier ? » Jérémie dit encore, au chapitre 5.5 : « Je pensais : Attends, attends ! Je vais aller trouver les grands. Ils prendront soin du pauvre peuple et lui expliqueront la foi et les jugements en paroles et en actes, comme de bons bergers. J’en parlerai avec eux. Ils le sauront, sans aucune doute ».

41Ouais ! Ils en savaient encore moins que le plus humble !

42C’est cela que l’Esprit-Saint a prophétisé par Osée, chapitre 4 : 6 ; ils ne veulent pas avoir sur terre la connaissance de Dieu. C’est pourquoi : Tel peuple, tels prêtres. Isaïe 24 : 2. Un aveugle en conduit toujours un autre, et ils culbutent tous les deux dans la fosse de l’ignorance et de la perdition. Matthieu 15 : 14. Dans cette chute, chacun cherche à se parer avec la fange qui couvre l’autre, mais c’est la faute de tous si la communauté chrétienne adore un Dieu muet.

43Quelle en est la cause, si ce n’est que chaque paysan voulait avoir un homme d’église parmi les siens afin de couler des jours heureux ? Aujourd’hui, ils ne le désirent même plus, parce que le monde ne favorise pas la vraie prêtrise. (Il a même coutume de couper la tête aux vrais prêtres !) Oui. le juste ministère a pour lui un goût de fiel. Mais il faut dire la vérité. En regard de la noblesse de notre âme, nous sommes plus grossiers que les animaux sauvages. On n’a d’intelligence que pour l’usure et les perfidies de ce monde. Quand on parle tant soit peu de Dieu, alors s’impose le proverbe de Salomon : « Si l’on prêche longtemps au fou, il dit à la fin du discours : Heu ! Qu’est-ce que tu as dit ? » C’est tout comme si l’on s’adressait à un homme endormi. C’est pourquoi nous autres, pauvres, misérables et pitoyables chrétiens, nous ne pouvons plus rien dire sur Dieu que ce que tout un chacun a volé dans le Livre, de sorte que si ce Livre nous était enlevé (ce qui n’est pas impossible), on ne pourrait plus apporter aucune aide à cette chrétienté grossière. N’est-ce pas la suprême désolation ? Mais personne ne veut encore prendre cela à cœur. On pense qu’il vaut mieux le passer sous silence. Ah ! le grand, le misérable aveuglement ! Si chacun pouvait seulement apprendre à voir avec la moitié d’un œil, Jean 9,39-41, Isaïe 6.10.

Quatrièmement

44Si l’on veut vraiment redresser la chrétienté, il faut écarter les scélérats avides de lucre et en faire des valets de chenil, bien qu’ils soient à peine bons à cela, eux qui prétendent être les prélats de l’Eglise chrétienne. Le pauvre peuple commun doit s’appliquer à intérioriser l’Esprit et apprendre à gémir. Romains 8,14-21, et prier et attendre un nouveau Jean, un prédicateur riche en grâce qui, ayant traversé le manque de foi. aura fait l’expérience de la foi en tous points. Car il faudra qu’il sache ce que ressent un homme qui manque totalement de foi. et il faut qu’il sache que l’intensité de la foi est à la mesure de l’ardeur et du zèle, Ephésiens 4 : 7-8. Psaume 68 : 18. Si cela ne se faisait pas. cette foi chrétienne dépourvue d’expérience serait pire que le blasphème du Diable contre Dieu dans le gouffre de l’enfer.

45C’est pour cela qu’il faut que quelqu’un se dresse et guide l’attention des hommes sur la révélation de l’Agneau divin, sous la forme de la parole éternelle qui émane du Père. Ici. on voit bien que le peuple avait une opinion sur le séjour prolongé de Zacharie dans le temple. Car les gens pouvaient supposer que puisqu’il s’était attardé dans le temple, il devait avoir eu une vision.

46Mais en ce temps-là. le peuple n’était pas aussi endurci que l’est devenue la chrétienté de nos jours par le fait de ces scélérats de docteurs en Ecriture. Elle ne veut croire en aucune manière que Dieu soit si proche d’elle. Deutéronome 4 : 7. Jérémie 23 : 23, et qu’il puisse lui révéler Sa volonté. Oh ! Comme les gens sont devenus timorés en face de la Révélation, ainsi que l’a prédit Michée au chapitre 3 : 6-7 !

47Presque tous disent : « Hé ! Nous sommes rassasiés de l’Ecriture : nous ne voulons plus croire en aucune révélation. Dieu ne parle plus. »

48Si ces gens avaient vécu au temps des prophètes, pensez-vous qu’ils les auraient crus, ou plutôt qu’ils les auraient mis à mort ? Car ils sont si aveugles dans l’Ecriture sainte qu’ils ne veulent ni voir ni entendre avec quelle force elle insiste sur le fait qu’il faut et que l’on ne doit être enseigné que par Dieu seul.

49Pour être comblé de biens divins éternels, il faut après une longue discipline avoir fait le vide en soi par sa souffrance et par sa croix, afin que la mesure de cette foi puisse être comblée par les suprêmes trésors de la sagesse chrétienne, Colossiens 2 : 2-3, Ephésiens 4 : 7-8. Il faut atteindre à la connaissance de Dieu, à la vraie foi chrétienne, non point par l’haleine fétide des diaboliques docteurs en Ecriture, mais par la force de la parole éternelle du Père dans le Fils, expliquée par l’Esprit-Saint, et aussi être comblé dans son âme, en long, en large, en étendue, en profondeur et en hauteur, Ephésiens 3 : 18.

50Bref, il ne peut en être autrement : il faut que l’homme répudie et détruise sa foi volée et imaginaire par le moyen d’une puissante souffrance du cœur, d’une douloureuse affliction et d’un indicible effroi. Alors la créature humaine devient très petite et misérable à ses propres yeux. Ce dont les impies tirent gloire et font parade sombre dans le néant pour l’Elu. Alors il peut exalter et glorifier Dieu, et après s’être affligé en son cœur, il peut de tout son cœur se réjouir en Dieu son Sauveur. Ce qui est grand doit alors céder devant ce qui est humble et être confondu aux yeux de celui-ci. Ah ! Si les pauvres paysans réprouvés savaient cela, comme cela pourrait leur être profitable ! Dieu méprisa les grands sires tels qu’Hérode, Caïphe et Anne, et Il accueillit à Son service les humbles tels que Marie, Zacharie et Elisabeth. Telle est l’œuvre de Dieu ; jusqu’au jour d’aujourd’hui, Il n’a jamais agi autrement, 1 Corinthiens 1 : 26-30. Matthieu 11 : 25, Luc 10 : 21.

51Zacharie était un homme méprisé, selon la teneur de la loi. en raison de la stérilité de sa femme. Marie aussi était méprisée. Matthieu 13 : 55. O mes chers amis, ils n’étaient pas de gros bonnets aux titres prestigieux comme en possède aujourd’hui l’Eglise des impies, Psaume 26 : 4. Beaucoup de pauvres hommes grossiers s’imaginent que les bouffis gros et gras ne peuvent qu’avoir un juste jugement sur l’origine de la foi chrétienne. Hélas, mes bien-aimés ! Quel jugement peuvent bien avoir les gens qui nous dénient tout véritable élan de foi, qui maudissent et persécutent ignominieusement tout ce qui s’oppose à eux ? Car ils ont passé leur vie en goinfreries et beuveries bestiales ; depuis leurs jeunes années ils ont été élevés de la manière la plus délicate ; de leur vie ils n’ont pas connu un seul mauvais jour, et ils sont bien décidés à n’en pas connaître et à ne pas renoncer pour l’amour de la vérité à un seul liard des revenus qu’ils touchent. Et ils prétendent être juges et protecteurs de la foi ! Ah ! pauvre chrétienté ! Avec ces brutes, tu t’es changée en une bille de bois ! Et tu es bien mal lotie avec ces gens-là !

Cinquièmement

52Pour que la sainte Eglise soit rénovée par l’amère vérité, il faut que surgisse un serviteur de Dieu, riche en grâce, animé par l’esprit d’Elie. Matthieu 17 : 3, 3 Rois 18 : 1, Apocalypse 11 : 3, et qui imprime à toutes choses l’élan qui convient. A la vérité, beaucoup devront être réveillés afin qu’avec le plus haut zèle et une austérité fervente ils libèrent la chrétienté en balayant les souverains impies. En outre, il faudra d’abord blâmer sévèrement le peuple en raison des plaisirs déréglés qui abrègent le temps dans l’exubérance et le divertissement en abolissant toute persévérance dans la réflexion sérieuse sur la foi. C’est pour cela que bien peu d’hommes sont capables de parler de l’élan de l’Esprit à son commencement. C’est aussi pour cela qu’ils se moquent tant de n’avoir pas goûté à la longueur de temps qui seule permet de connaître les œuvres de Dieu, Psaume 40 : 1-2, et en premier lieu grâce à l’aspersion. Nombres 19 : 19, quand les grandes eaux de la sagesse divine se mettent en mouvement, Ecclésiastique 15 : 3. C’est là que l’homme affligé s’aperçoit que Dieu entreprend avec lui des œuvres tout à fait exaltantes. C’est pourquoi il est tout d’abord pris d’effroi en présence du nom du Seigneur qui lui est révélé dans le premier mouvement de l’œuvre divine. Sa vie durant, il ne connaît plus la paix et il cherche de tout son cœur ce nom, jusqu’à ce qu’il soit comblé de grâce par Lui et reconnaisse que son propre nom est écrit dans les cieux de toute éternité, Luc 10 : 20. Il n’est pas d’autre possibilité pour lui d’atteindre dans sa conscience à la paix, à la joie et à la justification qui lui reviennent, ainsi qu’il est écrit Romains 14 : 17, Jean 17 : 3 et Ephésiens 1 : 4. Sinon, il tâtonne dans l’ombre et les ténèbres de la mort à la recherche du vrai Dieu afin que ses pas, à travers maints tourments et de fréquentes chutes, soient enfin dirigés sur le chemin de la paix. Tous les désirs se tendent vers l’aspersion première sous le souffle et le soupir de l’Esprit-Saint. L’homme qui y applique tout son zèle ne peut plus trouver le repos sous l’action incessante de l’Esprit-Saint qui ne le laisse plus jamais en paix afin de lui montrer le chemin du bien éternel. Cela, l’Esprit-Saint ne peut le faire comprendre à un homme grossier qu’après les péchés les plus grossiers, quand l’homme non encore affiné éprouve sans cesse les aiguillons qui le harcèlent et le rongent comme dit le Psaume 32 : 4, si bien qu’il ne peut qu’aller vers Dieu en se détournant des péchés et en leur devenant hostile. Il faut que l’homme, loin de tous les appétits de la créature, se tourne vers Dieu, sinon son être naturel ne pourrait subsister. C’est alors seulement qu’il confesse son manque de foi et appelle à grands cris le médecin qui, en raison de Sa mansuétude, ne peut omettre de secourir un être aussi pauvre en esprit. C’est là l’origine de tout Bien, le vrai royaume des cieux. Alors l’homme devient ennemi du péché et enclin du fond du cœur à l’équité. Alors seulement il est assuré de sa félicité et perçoit clairement que c’est Dieu qui. par Son amour immuable, l’a poussé du mal vers le Bien en l’écartant des péchés qui font prendre conscience du manque de foi. Alors l’homme est parfaitement libre. Tout cela est décrit dans Jérémie 31 : 3. C’est ainsi que la vraie foi doit remporter la victoire. 1 Jean 5 : 4, après avoir triomphé du monde, victoire qui dans le cœur est mille fois plus grande qu’extérieurement.

53Après cette austère prise de conscience, il reste à cette surabondance de foi à croître et à prospérer en lui sans obstacle. Et c’est là, mon brave littéraliste, que tu constates quel est le poids de ton talent. Mais tu ne pourras le peser avant d’avoir fait comparaître ton cœur devant la balance du Jugement divin. Psaume 119 : 75. Et si tu veux te moquer du fruit de l’Esprit-Saint, on se rira aussi de toi en pleine face dans ton malheur, Proverbes 1 : 24-27. Comment pourrait-il en être comme disent les voleurs d’Ecriture qui prétendent qu’il suffit de croire simplement l’Ecriture sans avoir fait l’expérience de la certitude absolue que donne le témoignage de l’Esprit, pour s’enfouir ensuite dans une vie de lucre, qui fait s’agglomérer entre eux les impies comme l’engeance des crapeaux, ainsi que le fait comprendre le Psaume 55 : 10-11. L’usure, les impôts et les redevances empêchent de parvenir à la foi. Plus il dure, plus le dommage du monde se propage et s’étend, au point que la voie est barrée pour la foi des hommes.

54Les opinions de la raison ne peuvent être éclairées de cette manière-là, et si nous ne nous amendons pas rapidement, nous aurons perdu également la raison naturelle, à cause de notre égoïsme que nous tournons sans cesse vers les appétits charnels. Psaume 32 : 9, Isaïe 1 : 3. C’est pourquoi Jean-Baptiste appela le peuple et les docteurs de l’Ecriture « race de vipères », Matthieu 3 : 7, Luc 3 : 7 ; parce que, quand on prêche à des voluptueux, il n’en sort que poison. Ils choisissent le pire en négligeant le meilleur, comme ont fait les chrétiens d’aujourd’hui avec la précieuse foi. Il aurait mieux valu pour eux qu’ils restent païens comme leurs pères. Prêcher devant eux, c’est parler à des pourceaux vautrés dans leur fange. Matthieu 7 : 6,2 Pierre 2 : 22. Ils courent à la mer et se noient, Matthieu 8 : 32. On peut leur dire autant qu’on voudra combien il est important de parvenir à la foi et par quel moyen, cela ne sert à rien du tout. Ils se disculpent avec des grimaces, excuses insipides et sans valeur : « Oui. nous sommes de pauvres pécheurs. Le Christ pourtant n’a pas méprisé les pécheurs. Alors, pourquoi ce Pharisien nous méprise-t-il ? » Si je leur parle de la foi qu’ils se sont appropriée comme des voleurs, ils me répondent en parlant de péchés afin de se disculper et en se justifiant par leur apparence de foi et d’amour, alors qu’ils renient les épreuves qui viennent de Dieu. Car ils ne veulent pas recevoir le salut de la félicité par la bouche des prophètes qui l’ont annoncée depuis le commencement. C’est pourquoi ils seront laissés vides, sans la foi ni l’amour, qu’ils se vantent effrontément de posséder alors qu’ils n’en ont pas la moindre parcelle. Car ils sont de si parfaits simulateurs que tout un chacun jurerait par tous les saints qu’ils sont de pieux chrétiens. Mais ils sont pleins d’une extrême perfidie et en tous lieux foulent aux pieds la foi. Comment pourrait-il avoir la foi en Dieu, celui qui est plein de tous les mensonges dont les voleurs d’Ecriture ont rempli le monde, Jérémie 8 : 8-9 ?

55Le Christ a été conçu dans le sein d’une vierge pure par l’Esprit-Saint afin que nous puissions reconnaître le dommage du péché avec son origine chez nos premiers parents par l’envie qu’ils avaient du fruit défendu, Genèse 3 : 1-3. Après quoi le corps de l’homme a été dévoyé, d’où sont venus tous les appétits charnels qui sont un obstacle à l’efficace de l’Esprit-Saint, Sagesse 9 : 13-15. Pour reconnaître ce dommage et l’éviter dans un austère renoncement, tous les jours donnés à l’homme sont trop courts. Ecclésiaste 2 : 1-11. Si donc quelqu’un se comporte avec négligence en cette affaire et, au milieu de son opulence, fait une mine amère comme s’il avait envie de vomir, et répète sans cesse : « Crois ! Crois si fort que la morve te sorte du nez ! », celui-là fait partie des porcs, et non des êtres humains.

56Chacun peut bien dire ce qu’il veut au sujet de la foi. mais il ne faut en aucun cas croire les voluptueux et ceux qui recherchent les honneurs, car ils prêchent ce dont ils n’ont pas l’expérience. C’est pourquoi le Christ dit, Jean 10 : 5 : « Les brebis ne doivent pas écouter la voix des étrangers. » La foi leur est étrangère, et ils lui sont étrangers, car le salut est bien loin d’eux, Psaume 119 : 155. C’est pourquoi ils sont aussi des animaux adorant leur ventre, Philippiens 3 : 19. Ils peuvent prêcher ce qu’ils veulent, ils n’en recherchent pas moins le plaisir de leur ventre. Eh oui ! Pour le satisfaire, ils acceptent volontiers de belles et bonne pièces d’or avec grande ferveur ! C’est à peine s’ils ont besoin du centième, mais ils n’en prétendent pas moins être nos évangélistes. Mais c’est pourquoi aussi leur enseignement n’a aucune force. Matthieu 7 : 29. Leur enseignement ne peut produire aucun effet si ce n’est de conduire à la liberté de la chair. C’est pourquoi ils versent à l’Esprit-Saint du poison dans Son Ecriture sainte. Sans doute les voit-on parfois s’avancer sur la bonne voie, mais cela est de courte durée. Avec eux. personne ne peut s’amender, car leur enseignement est celui des voleurs, Jérémie 23 : 30. C’est pourquoi il ne conduit personne à rentrer en son cœur.

57Jean, en revanche, est un tout autre prédicateur, un ange du Christ portant témoignage et qui est figuré dans tout vrai prédicateur. Tout homme tel que Jean doit être loué non pour les mérites des œuvres, mais en raison de l’austérité qui fait naître l’abstinence résolue et qui rend l’homme étranger aux appétits, par quoi les forces de l’âme sont mises à nu afin que la profondeur de l’Esprit se manifeste à travers toutes ces forces quand l’Esprit-Saint fait entendre Sa parole, Psaume 85 : 8. Pour atteindre à cette mise à nu, il faut que le prédicateur se soit, de miraculeuse façon, dès ses jeunes années, exercé à l’anéantissement de sa volonté. C’est pourquoi Jean fut sanctifié dans le sein de sa mère comme parangon de tous les prédicateurs. Paul dit qu’il fut destiné dès le sein de sa mère a proclamer les richesses inestimables du Christ. C’est pour cette raison qu’il faut que les prédicateurs sachent qui les envoie dans Sa moisson. Matthieu 9 : 38. Jean 4 : 35, en vue de laquelle Dieu, depuis le commencement de leur vie, les a aiguisés comme une faux ou une ferme faucille. Tout le monde n’est pas capable de remplir cette fonction, quand bien même il aurait lu tous les livres. Il faut d’abord qu’il connaisse la certitude de sa foi. comme l’ont eue ceux qui ont rédigé l’Ecriture. Sans quoi c’est bavardage de voleur et simple querelle de mots.

Sixièmement

58En conséquence, le plaidoyer éhonté des archi-hypocrites scélérats, qui prétendent avoir plus de bonté que Dieu, n’est aucunement en mesure de défendre les maudits faux prédicateurs impies. Ils disent : « Bon ou mauvais, un prêtre peut administrer les sacrements et prêcher la vraie parole. » Ces hommes égarés qui défendent les impies, leurs amis (les corbeaux ne se crèvent pas les yeux entre eux !), sont manifestement hostiles au texte clair et limpide du chapitre 23 de l’Exode, où Dieu dit au sujet d’une affaire bien moins importante : « Je ne suis pas favorable aux impies. Tu n’embelliras pas leur cause. » En outre, ils se trompent encore plus grossièrement contre le Psaume 50 : 16-17, où il est question des devoirs des serviteurs de Dieu et de Sa parole, et où Dieu dit au prédicateur impie : « Qui t’a ordonné de prêcher ma justice ? Tu parles sans cesse de mon alliance attestée, mais tu hais l’obéissance. » Comme s’il voulait dire : Tu prétends, pour l’amour de ton ventre, prêcher au monde mon Fils crucifié. Ne sais-tu pas qu’il faut devenir semblable à Lui, Romains 8 : 29 ? Tu n’as pas appris cette science, et tu prétends être le maître d’école des autres !

59C’est pourquoi il faut que l’homme au suprême détachement soit éveillé par Dieu et tiré hors du désert de son cœur, qu’il s’élance au dehors et déploie son zèle parmi les douillets voluptueux qui pour recevoir la vérité sont plus durs que le diamant. Par une vie éprouvée, il doit révéler aux autres la Croix qu’il a reconnue depuis ses jeunes années et crier dans le misérable désert des cœurs égarés de ceux qui craignent Dieu et qui maintenant commencent à chercher avec vigilance la vérité, Luc 12 : 36. Ah ! ils aimeraient bien avoir la vraie foi, si seulement ils pouvaient la rencontrer. Le désir éprouvé par ces gens est décrit au Psaume 63 : 1-2 : « O Dieu, mon Dieu ! Je t’ai attendu pour Ta lumière. Mon âme a soif de Toi. Ah ! Combien d’efforts a faits ma chair dans une terre aride, sans chemins et sans eau ! Alors j’ai compris qu’il fallait que je fasse aussi l’expérience de Ta puissance et de Ta gloire. » C’est ainsi qu’il faut parvenir à la puissance de Dieu dans l’ombre dont Il nous couvre. On peut à bon droit se réjouir des vrais prédicateurs que Dieu veut donner au monde en notre temps afin que le vrai témoignage de l’Ecriture vienne au jour. C’est pourquoi ce même texte dit : « Il sera pour beaucoup une source de joie », etc. Les cœurs seront poussés à abandonner leur négligence qui les fait persévérer dans leur manque de foi. à s’éloigner de celui-ci et à employer tout leur zèle dans la vraie foi grâce au témoignage du Christ établi unanimement (Il faut ici avoir en mémoire le contexte tout entier et mot pour mot si l’on veut saisir ce que je dis de la vraie foi et de son impossibilité).

  • 5 La lettre aux princes de Saxe sur l’esprit séditieux, publiée en juillet 1524 (WA 15, 199-221).

60L’Elu ami de Dieu éprouve une joie délicieuse et exaltante en voyant que ses frères sont parvenus à la foi par une voie identique à la sienne. C’est pourquoi la mère de Dieu donne témoignage à Elisabeth, et réciproquement. C’est ainsi qu’il faut que nous fassions, nous aussi. De même, Paul et Pierre se consultèrent quand ils méditaient sur l’Evangile que Pierre avait reçu par la révélation du Père, Matthieu 16 : 17, et Paul par manifestation céleste, Galates 2 : 2. (Le noir corbeau empoisonneur au contraire s’en moque, comme vous pouvez le voir dans son libelle infamant5. Le temps viendra bientôt où chacun devra rendre des comptes sur la manière dont il est parvenu à la foi. C’est cela qui fera une véritable Eglise, par la séparation des Elus d’avec les impies, parce que ceux-ci n’ont jamais été affligés par le manque de foi et ne l’ont pas reconnu. Comment pourraient-ils savoir quoi que ce soit de la vraie foi ?

Septièmement

61Quant à l’église présente, elle n’est rien d’autre qu’une vieille prostituée qu’il faut d’un zèle ardent remettre dans le droit chemin, de même que l’ivraie jetée à pelletées doit subir le crible. Et le temps de la moisson est arrivé, Matthieu 9 : 37. Frères bien-aimés, l’ivraie crie en tous lieux que ce n’est pas encore la moisson. Ah ! Les traîtres se trahissent eux-mêmes. Aujourd’hui, après tous les scandales, la vraie chrétienté va prendre son élan véritable, Matthieu 18-7-9, car le scandale est suivi par l’amélioration, après la réparation du dommage et le tourment de l’incroyance. L’Evangile de Matthieu 8 : 11-12 se réalisera plus fortement encore qu’à l’époque des Apôtres. Beaucoup d’Elus appartenant à de nombreux pays et nations étrangères se montreront supérieurs à nous autres chrétiens paresseux et négligents. Ah ! Messires ! N’ayez pas l’audace, avec votre foi insensée, de donner au Diable tout le monde excepté vous, selon votre habitude de toujours. Car présentement, les condamnations prononcées par ces prétendus évangélistes avides de lucre et si fiers de leur renom atteignent leur point culminant. Ils s’imaginent que l’on ne peut être chrétien que si l’on accepte leur foi littéraliste.

  • 6 Müntzer répète ici une fois encore son dessein universaliste.

62Voyez comment jadis certains parmi la foule des païens furent accueillis dans la communauté des Juifs : Rahab de Jéricho, une femme dont Salmon engendra Boaz, Matthieu 1 : 5 ; Naaman de Syrie, qui fut accueilli dans la foi par Elisée ; Job qui fut élu par Dieu parmi les Edomites ; Jethro par Moïse ; Corneille par Pierre ; le centenier par le Seigneur Jésus, Luc 7 : 1, et il fut placé loin avant Israël en raison de sa grande foi ; et la Cananéenne, qui fut placée avant les Juifs de Jérusalem. Matthieu 15 : 21-28. C’est pourquoi nombreux seront ceux parmi les païens étrangers et barbares qui seront accueillis, à la confusion des hypocrites voleurs d’Ecriture. Car, comme je l’ai entendu dire, les païens éprouvent un émerveillement extrême devant notre foi, mais notre insolence et notre légèreté les retiennent. Souvent ils sont en proie à une affliction surnaturelle et de la sorte convaincus qu’ils sont promis et appelés à la vie éternelle. Actes 13 : 48. Ce qui leur manque, comme à nous tous, c’est un véritable témoignage de la foi. Sinon, d’innombrables païens et Turcs deviendraient chrétiens6.

63On peut en conclure que si un Juif ou un Turc était parmi nous et qu’on veuille l’amender par le moyen de la foi telle que nous la pratiquons encore, il en tirerait autant de profit que ce qu’une mouche peut porter sur sa queue, et même moins encore. Car il n’est pas de peuple sous le soleil qui discrédite, maudisse et déshonore sa propre loi aussi pitoyablement que les chrétiens d’aujourd’hui. Les scélérats littéralistes sont la cause principale du plus grand des scandales, et ils n’en prétendent pas moins demander des comptes au monde entier. Ils ne croient pas que Dieu puisse leur rapporter le mondre liard. C’est pourquoi les usuriers et les fraudeurs grouillent dans tous les coins. Psaume 55 : 11.

  • 7 Allusion au mariage de Johannes Lang, prieur des Augustins d’Erfurt et ami de Luther.

64Quant à ceux qui devraient être les premiers défenseurs de la chrétienté – ce pour quoi ils portent le nom de « princes » –, ils sont les premiers à donner des preuves de leur impiété dans toutes leurs affaires et toutes leurs entreprises, au point de craindre d’agir droitement en présence de leurs pairs. Isaïe 1 : 23. Ils s’imaginent qu’on les chasserait s’ils étaient aux côtés de la vérité, qu’ils n’ont acceptée qu’en apparence et tant qu’aucune persécution ne s’abattait sur eux. Ils prétendent aussi être appelés premiers parmi les chrétiens alors qu’ils volent partout au secours des impies, leurs acolytes, en grommelant dans leur barbe qu’ils n’y peuvent rien quand leurs propres sujets sont persécutés par leurs voisins à cause de l’Evangile. Leur seule ambition est d’être de parfaits bourreaux et d’excellents geôliers. Leurs prêtres, ces braves dévots, qui leur prêchent l’Evangile, épousent de vieilles femmes à grosse fortune de peur d’être réduits à mendier leur pain7. Oui, en vérité, ils sont jolis, ces hommes d’Evangile, et quelle foi ferme et solide est la leur ! Il serait loin du compte, celui qui se fierait à leur masque hypocrite et à leurs bavardages de moines idolâtres. Mais ils s’en vantent hautement et fanfaronnent avec leur foi littéraliste, plus qu’on ne saurait le dire.

65Je vous le dis, frères bien-aimés, et ne puis le taire : j’aimerais mieux enseigner aux païens, Turcs et Juifs la plus petite parole afin de pouvoir au moins parler de Dieu et de Son Ordre et témoigner de la place des créatures et de nous-mêmes par rapport à Lui. Car ces sophistes de voleurs d’Ecriture nient cela radicalement, en sorte que se réalise en eux ce que Jude et Pierre disent dans leurs Epîtres : comme les animaux dépourvus de raison, ils se corrompent dans ce qu’ils savent et même ils le rejettent. Dans leur foi insensée, ils n’ont ni bon sens ni intelligence, et ils dénigrent tout ce qu’ils ne veulent pas accepter. Ils ne veulent ni voir ni entendre quand je les exhorte à comprendre les premiers fondements de la Bible et à apprendre la possession de Dieu sur nous et notre relation avec les choses créées. Pour eux, cela ne peut être que rêvasserie. C’est pourquoi je dis : Si vous ne voulez pas apprendre correctement les premiers fondements de la Bible, vous ne pourrez comprendre ni attribuer à Dieu et aux choses créées la place qui convient pour glorifier Son nom. et Dieu vous confondra par la prolifération des païens, en sorte que vos descendants cracheront sur vous quand on évoquera votre mémoire. Même si nos docteurs en Ecriture grognent et se mettent en fureur en même temps que les mortels qui sont leurs idoles, ils trouveront la preuve de leur erreur dans ce même Evangile, pour peu qu’ils le comparent avec l’ensemble de l’Ecriture sainte.

66Jésus fut conçu à Nazareth en Galilée, et élevé au même endroit. Matthieu 3 : 13. Les Evangélistes ont décrit cela avec grande précision. Si l’on établit une bonne concordance des Evangiles, on trouvera cela de la manière la plus nette, et non sans d’excellentes et puissantes raisons, comme on peut le voir dans l’Evangile de Jean. 7 : 41. Mais ces fous furieux de voleurs d’Ecriture pensaient dans leur cervelle de chair que Jésus de Nazareth ne pouvait en aucun cas être le Christ parce qu’il avait été élevé en Galilée. Selon l’habitude de tous les impies jusqu’à nos jours, ils s’en tenaient à l’Ecriture, mais en négligeant l’esprit de l’Ecriture. Ils blâmèrent le pauvre Nicodème en raison de sa foi simple. Ils le renvoyèrent à l’Ecriture en pensant qu’ils avaient visé juste. Mais Dieu les menait par le bout du nez. Leur grand aveuglement les empêchait de saisir l’Ecriture dans son ensemble et en tous ses points, et ils ne prêtaient aucune attention à l’œuvre merveilleuse de Dieu, comme aujourd’hui nos songe-creux jaloux qui dévoient le peuple vers toutes sortes de voluptés, comme on peut le voir de ses propres yeux. C’est pour prévenir ce mal que nous a été donnée, à nous hommes négligents. l’Écriture sainte, unique consolation sur cette terre.

67Si les voleurs d’Ecriture n’avaient pas aimé l’Ecriture selon leur ventre, ils auraient pu savoir par Daniel le temps de la naissance du Christ, par Michée la ville visitée par le nouveau-né, et par Isaïe et d’autres où avait été élevé notre Sauveur.

68La raison de tout cela (comme aujourd’hui pour le monde), c’était que le Christ, être méprisable né de parents de petite condition, n’en prétendait pas moins enseigner et blâmer durement les gros bouffis et les voluptueux en prêchant si clairement la sagesse de Son Père céleste qu’ils ne pouvaient s’y opposer, et faisait de tels miracles qu’ils ne pouvaient les contester. Jean 9 : 32-33. Et ainsi chacun d’eux disait à l’autre : « D’où lui viennent cette sagesse et cette force ? Il est le fils d’un charpentier. Sa mère ne s’appelait-elle pas Marie ? D’où lui vient tout cela ? » Et il était pour eux un scandale. Matthieu 13 : 55-57, Luc 4 : 22. C’est ainsi que font jusqu’au jour d’aujourd’hui les impies quand on blâme leur masque, leur pompe et leur fausse sagesse de sophistes. Ah ! que de fois la parole éternelle s’est réfugiée parmi les Elus, – notre Nazareth dans la chrétienté. – ces Elus qui verdoient et portent de suaves fleurs dans la sagesse de la Croix, tandis que les voluptueux hypocrites la tenaient pour folle et insensée. Telle est l’habitude scélérate du monde : ce qui devrait l’amender est pour lui suprême scandale. Ah ! bien-aimés, telle est la sagesse de la Croix, par laquelle Dieu salue ses Elus. Et il faudrait ne pas se scandaliser du monde, alors qu’on n’y voit nulle part rien de bon et que le monde, lui. se scandalise de l’action du souverain Bien en disant que c’est une illusion diabolique !

Huitièmement

69Les Elus seraient comblés de manière surabondante par la faveur de Dieu s’ils laissaient sur le champ se volatiliser leur volonté propre pour faire place au vouloir divin. C’est pourquoi le Christ dit en paroles claires : « Quiconque fait la volonté de mon Père, celui-là est ma mère », Matthieu 12 : 50, Marc 3 : 35, Luc 8 : 21. Sur la Croix Il a pour l’amour de nous fait don de Sa mère en la présentant comme notre compagne. Comme elle, nous nous effrayons aussi du salut que Dieu nous envoie, alors qu’il veut nous déifier par l’incarnation de Son Fils fait homme, quand Il met notre foi à l’épreuve, comme for dans le feu. Nous pensons : « Hé ! Que va-t-il en advenir ? » Selon la nature humaine, Marie se défia de l’ange, tout comme nous des honnêtes prédicateurs qui nous expliquent la Croix et l’impossibilité de la foi. et nous exposent comment la reconnaître. Car c’est là le vrai royaume de David, où règne le Christ en croix et où nous sommes crucifiés en même temps que Lui. C’est là aussi qu’est la maison de Jacob, l’âme vidée par le déchirement de ses reins et par l’abolition de ses appétits. C’est là que la force du Tout-Puissant engendre l’œuvre impossible de Dieu dans nos souffrances à l’ombre dont nous couvre l’Ancienne Alliance sacrée. Et elle est pénétrée par l’éclat de la lumière du monde, c’est-à-dire par le véritable et authentique Fils de Dieu, Jésus-Christ.

70La substance de ce premier chapitre est l’affermissement de l’esprit dans la foi, ce qui veut dire très exactement que le Dieu suprême veut nous donner la suprême foi chrétienne par le moyen de l’incarnation du Christ fait homme si nous devenons semblables à Lui dans Sa souffrance et dans Sa vie grâce à l’ombre dont nous couvre l’Esprit-Saint, contre lequel le monde pèche si pitoyablement selon la chair et dont il se moque de la manière la plus grossière. C’est pourquoi Il ne sera donné qu’aux pauvres en esprit qui auront reconnu leur manque de foi.

71Cette conclusion est confirmée par toutes les paroles de ce chapitre tout entier, et singulièrement dans les délicieux chants de grâce de Marie et de Zacharie, où il est question si clairement de la miséricorde profonde obtenue par l’esprit de la crainte de Dieu. C’est là l’Alliance sacrée que Dieu a promis à Abraham et à nous tous de maintenir. Romains 4 : 13. C’est elle que nous devons servir dans la sainteté et la justice, qui en vérité auront grande valeur devant Lui. L’homme qui ne craint pas véritablement Dieu ne peut être rénové de jour en jour dans la connaissance de Dieu, laquelle lui est cependant nécessaire pour percevoir en lui la foi et l’œuvre de Dieu. Et cet homme ne peut pas non plus apprendre à rendre compte de la foi, puisque c’est cela qui est méprisé. C’est pourquoi est si rare la foi que Dieu donne dans les épreuves. Qu’en cela vous aide l’Esprit du Christ, objet de dérision pour les impies, amen.

Anmerkungen

1 Cf. les lettres du 13 juillet et du 3 août 1524, où Müntzer rejette l’éventualité d’une dispute académique avec Luther.

2 Allusion aux dispenses autorisant à manger du beurre les jours de jeûne et en Carême.

3 Romains 10, 17.

4 L’âne d’or III, 24 : Lucius voudrait devenir oiseau, mais il sera changé en âne.

5 La lettre aux princes de Saxe sur l’esprit séditieux, publiée en juillet 1524 (WA 15, 199-221).

6 Müntzer répète ici une fois encore son dessein universaliste.

7 Allusion au mariage de Johannes Lang, prieur des Augustins d’Erfurt et ami de Luther.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search