Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Sermon aux princes

Texte intégral

1Exégèse du second chapitre du prophète Daniel, prêchée au château d’Allstedt, en présence des chers ducs et gouverneurs de Saxe, princes régnants, par Thomas Müntzer, serviteur de la parole de Dieu.

2Allstedt 1524

3Le texte dudit chapitre de la prédication du prophète Daniel a d’abord été lu et traduit selon ses termes explicites. Après quoi, le texte du sermon entier a été rédigé et établi ainsi qu’il suit.

  • 1 Il s’agit, bien entendu, de l’infaillibilité non du pape, mais de l’Eglise. (Dictants papae de Gré (...)

4Il faut savoir que Ton ne peut porter remède et secours à la pauvre et misérable chrétienté en ruines que si les serviteurs de Dieu zélés et infatigables propagent quotidiennement la Bible par le chant, la lecture et la prédication. De ce fait, les prêtres douillets devront supporter sans cesse de grands coups sur la tête, ou bien renoncer à leur métier. Mais comment faire autrement puisque la chrétienté est ravagée de si lamentable façon par des loups féroces, ainsi qu’il est écrit de la vigne du Seigneur, Isaïe 5 : 1-1 1 et Psaume 80 ? Et saint Paul enseigne comment l’on doit s’exercer à chanter les louanges de Dieu, Ephésiens 5 : 11. Car de même qu’à l’époque des chers prophètes Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et autres, toute la communauté des Elus de Dieu était si totalement tombée dans l’idolâtrie que Dieu Lui-même ne pouvait la secourir, mais dut au contraire la laisser emmener prisonnière et tourmenter sous le joug des païens jusqu’à ce qu’elle confessât de nouveau Son saint nom, ainsi qu’il est écrit Isaïe 29 : 17-24, Jérémie 15 : 11-16, Ezéchiel 36 : 8-12, Psaume 89, de même, chez nos pères et à notre époque, la pauvre chrétienté est encore bien plus endurcie dans le mal. et cela sous les apparences trompeuses du nom divin, Luc 21 : 2, Timothée 3 : 2, dont se parent joliment le Diable et ses valets, 2 Corinthiens 11 : 13-14, et si joliment que les vrais amis de Dieu sont ainsi détournés de la bonne voie et à peine capables de se rendre compte de leur erreur même en y mettant le plus grand zèle, ainsi que l’indique clairement Matthieu 24 : 24. La cause en est la fausse sainteté et le pardon hypocrite envers les ennemis impies de Dieu lorsqu’ils disent que l’Eglise chrétienne ne peut pas se tromper1, alors que, pour éviter l’erreur, elle devrait être perpétuellement édifiée et préservée de l’erreur et aussi reconnaître le péché de son ignorance, Lévitique 4 : 13-14, Osée 4 : 6, Malachie 2 : 1-7, Isaïe 1 : 10-17.

5La vérité, c’est que le Christ Fils de Dieu et Ses Apôtres, et avant Lui Ses saints prophètes, ont fondé au début une chrétienté authentique et pure et jeté dans le champ le pur froment, c’est-à-dire planté la précieuse parole de Dieu dans le cœur des Elus, ainsi qu’il est écrit Matthieu 12 : 24-30, Luc 8 : 5-15 et Ezéchiel 36 : 29. Mais les serviteurs paresseux et négligents de cette même Eglise n’ont pas voulu soutenir ni mener à bien cette entreprise par une vigilance active ; ils ont recherché leur propre intérêt et non celui de la cause de Jésus-Christ, Philippiens 2 : 4-21. C’est pourquoi ils ont laissé proliférer les dommages causés par les impies, c’est-à-dire l’ivraie, Psaume 80, lorsque la pierre angulaire ici évoquée, dont parle Isaïe 28 : 16, était encore petite. Certes, elle n’a pas encore rempli complètement le monde, mais elle le remplira très bientôt et le comblera entièrement. C’est pour cette raison que la pierre dressée aux débuts de la chrétienté fut bientôt rejetée par les bâtisseurs, c’est-à-dire par les gouvernants. Psaume 118 et Luc 20 : 18.

6C’est ainsi, dis-je, que l’Eglise commençante est partout tombée en ruines jusqu’à l’époque du monde divisé, Luc 21 : 10, et ici Daniel 2 : 35, Esdras 4. Car Hégésippe et Eusèbe disent au vingt-deuxième chapitre du Quatrième livre sur l’Eglise chrétienne que la communauté chrétienne n’est restée une vierge que jusqu’à l’époque de la mort des disciples des Apôtres. Et peu après, elle est devenue une femme adultère, comme il avait été annoncé par les chers Apôtres 2 Pierre 2 : 14. Et dans les Actes des Apôtres, saint Paul a dit en termes clairs et nets aux pasteurs des brebis de Dieu : « Prenez garde à vous-mêmes et à tout le troupeau sur lequel l’Esprit-Saint vous a établis gardiens afin de paître la communauté de Dieu, qu’il s’est acquise par Son propre sang. Car je sais qu’après mon départ il s’introduira parmi vous des loups féroces qui n’épargneront pas le troupeau. Et il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des doctrines perverses afin d’entraîner les disciples après eux. Veillez donc ! » La même pensée se trouve dans l’Epître du saint Apôtre Jude, 4 : 19. Et l’Apocalypse 16 : 13-15 l’indique également. C’est pourquoi notre Seigneur Jésus-Christ nous avertit de prendre garde aux faux prophètes, Matthieu 7 : 15.

7Or, il est clair comme le jour, et c’est grande pitié devant l’Eternel, que rien n’est méprisé et dédaigné autant que l’Esprit du Christ. Et pourtant, personne ne peut faire son salut à moins que ce même Esprit-Saint ne l’ait auparavant assuré de la béatitude, ainsi qu’il est écrit Romains 8 : 9, Luc 12 : 8, Jean 6 : 63 et 17 : 2-3. Comment nous autres, pauvres petits vers de terre, pourrions-nous y parvenir alors que nous tenons la dignité des impies en si haute estime que le Christ, le doux Fils de Dieu, apparaît aux grands noms et hauts titres de ce monde comme un épouvantail ou un mannequin bariolé ? Et pourtant. Il est la pierre même qui du haut de la grande montagne est jetée dans la mer, Psaume 46 : 3, à cause de la splendeur et des fastes de ce monde. Il est la pierre qui, sans aucune main humaine, est arrachée de la haute montagne qui a nom Jésus-Christ, 1 Corinthiens 10 : 4. Il naquit à l’époque où régnait la plus grande scélératesse, Luc 1 : 52, 2 : 1, au temps d’Octave, alors que le monde entier était en agitation et recensé. Un esprit débile, un misérable sac de boue voulait alors posséder le monde entier, qui ne lui servait qu’à accroître sa splendeur et sa superbe. Oui, il s’imaginait que lui seul était grand.

8Oh, comme la pierre angulaire Jésus-Christ était petite alors, aux yeux des hommes. On le mit à l’écart dans une étable comme un rebut de l’humanité. Psaume 22 : 7. Puis ce furent les docteurs de l’Ecriture qui le rejetèrent. Psaume 118 : 22, Matthieu 21 : 15-17, Marc 12 : 10, Luc 20 : 17, comme ils ont coutume de faire encore de nos jours. Oui, depuis la mort des disciples des chers Apôtres, ils n’ont finalement fait que jouer la Passion avec Lui ; ils ont traité l’Esprit du Christ en objet de dérision et continuent de le faire, ainsi qu’il est écrit au Psaume 69 : 10-11. Ils L’ont très manifestement volé, comme des brigands et des assassins, Jean 10 : 1. Ils ont privé les brebis du Christ de la vraie voix et ont fait du vrai Christ crucifié une idole fantastique. Comment cela s’est-il produit ? Réponse : ils ont rejeté la pure connaissance de Dieu et mis à la place un gracieux et délicat Bon-Dieu tout en or, devant lequel les pauvres paysans bavent d’admiration, comme l’a dit clairement Osée au quatrième chapitre ; et Jérémie dit aussi au Livre des Lamentations, chapitre 4 : « Ceux qui se nourrissaient de mets délicats et relevés ont reçu à la place de la fiente et de la boue. » Ah ! Quel malheur que cette abomination de la désolation dont parle le Christ Lui-même, Matthieu 24 : 15 ! Quel malheur qu’il soit si lamentablement bafoué par ces messes diaboliques, ces sermons, ces cérémonies et ce mode de vie idolâtres, après quoi il ne reste rien qu’un Bon-Dieu en bois ! Et un clergé idolâtre, de bois lui aussi, et un peuple grossier, fruste et plein de nœuds, incapable de saisir la moindre pensée de Dieu ! Quelle pitié, quel péché, quelle honte ! M’est avis que les animaux qui ont pour dieu leur ventre, Philippiens 3 : 19, et les pourceaux dont il est question, Matthieu 7 : 6 et 2 Pierre 2 : 22, ont foulé aux pieds autant qu’ils ont pu la noble pierre Jésus-Christ, au point qu’il est devenu un paillasson pour le monde entier. C’est pour cela que tous les incroyants. Turcs, païens et Juifs, nous ont à juste titre tournés en dérision et tenus pour fous, comme on doit tenir pour fous des gens qui ne veulent pas entendre énoncer l’esprit de leur croyance. C’est pour cela que pour les coquins voués au désespoir, les souffrances du Christ ne sont rien d’autre que pacotille (comme dit le Psaume 69 : 11), tout juste bonne pour des lansquenets.

9Pour cette raison, frères bien-aimés, si nous voulons nous dégager de cette fange et devenir de vrais disciples de Dieu enseignés par Lui. Jean 6 : 45, Matthieu 23 : 8-10, une force immense à nous conférée d’en haut nous sera nécessaire pour châtier et détruire cette indicible méchanceté. C’est en cela que réside la plus claire connaissance de Dieu, Sagesse 9 : 10, laquelle procède uniquement de la pure et sincère crainte de Dieu.

10C’est elle seule qui, d’une main puissante, doit nous armer pour exercer la vengeance contre les ennemis de Dieu avec le zèle le plus ardent pour Sa cause, ainsi qu’il est écrit Sagesse 5 : 12, Jean 2 : 17, Psaume 69 : 9. Là, il n’est pas d’excuse possible au nom d’entreprises humaines ou dictées par la raison, car l’apparence extérieure des impies est belle et trompeuse au-delà de toute mesure, comme le joli bleuet au milieu des épis de froment doré, Ecclésiaste 8 : 10. Mais la connaissance de Dieu saura bien le reconnaître.

  • 2 Elément essentiel de la doctrine de Müntzer : la révélation continue dans le présent.

11En second lieu, nous devons continuer à considérer avec attention l’abomination qu’est le mépris de cette pierre. Mais si nous voulons la reconnaître exactement telle qu’elle est. il faut que nous soyons chaque jour dans l’attente de la révélation de Dieu2. (Hélas ! C’est précisément cela qui est devenu si cher et si rare dans ce monde scélérat !) Car les entreprises perfides des sophistes nous assailliraient à chaque instant et nous feraient encore bien davantage obstacle sur la voie de la pure connaissance de Dieu. Sagesse 4 : 12 et Psaume 37 : 14,32. C’est ce péril qu’il faut prévenir dans la crainte de Dieu. Si celle-ci était affermie en nous dans toute sa pureté, alors la sainte chrétienté pourrait facilement accéder de nouveau à l’esprit de la connaissance de Dieu et à la révélation de Sa volonté. Tout cela est consigné dans l’Ecriture, Psaume 145 : 18-19, Psaume 111 : 5,10, Proverbes 1 : 7.

12Mais il faut que la crainte de Dieu soit pure, sans aucune crainte des hommes ou des créatures, Psaume 19 : 10, Isaïe 66 : 2, Luc 12 : 4-5. Oh ! La crainte nous est hautement nécessaire ! Car pas plus qu’on ne peut faire son salut en servant deux maîtres à la fois, Matthieu 6 : 24, on ne peut le faire en craignant à la fois Dieu et les créatures. Ainsi que le dit la mère du Christ notre Seigneur : Dieu ne peut étendre Sa miséricorde sur nous qu’à condition que nous le craignions Lui seul de tout notre cœur. C’est pourquoi Dieu dit, Malachie 1 : 6 : « Si je suis votre père, où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis votre maître, où est la crainte qu’on a de moi ? »

13Ainsi donc, chers Princes, il est urgent qu’en ces jours périlleux. 1 Timothée 4 : 1, nous mettions la plus grande application à nous opposer à ce mal perfide, comme font fait depuis le commencement du monde tous nos chers Pères mentionnés dans la Bible. Car les temps sont périlleux et les jours mauvais, 2 Timothée 3 : 1, Ephésiens 5 : 15. Pourquoi ? Pour la seule raison que la noble force de Dieu est profanée et déshonorée de façon si lamentable que les pauvres hommes grossiers sont égarés par les bavardages des funestes docteurs en Ecriture. Ce qu’en dit le prophète Michée au chapitre 3 : 1 1 est maintenant devenu la manière de presque tous les docteurs en Ecriture, à de rares exceptions près, quand ils enseignent que Dieu ne révèle plus Ses divins mystères à Ses chers amis par de véritables visions ou par la parole de Sa bouche, etc. Ils s’en tiennent donc à leur manière dépourvue d’expérience du divin et tournent en dérision les hommes qui fréquentent la révélation divine, comme firent les impies avec Jérémie, chapitre 20 : 7-8 : « Ecoute ! Dieu t’a-t-il encore parlé récemment ? Ou bien viens-tu d’interroger la bouche de Dieu et de tenir conseil avec Lui ? Possèdes-tu l’Esprit du Christ ? » Voilà ce qu’ils font, avec grandes railleries et moqueries. Et pourtant, n’était-ce pas une grande chose, ce qui est advenu au temps de Jérémie ? Jérémie fit au pauvre peuple aveugle une mise en garde contre les tourments de la captivité à Babylone, tout comme le pieux Loth le fit à ses gendres. Genèse 19 : 14. Mais cela parut pure folie, et le peuple dit aux chers prophètes : « Oui. oui. Mais c’est Dieu Lui-même, sans aucun doute, qui devrait avertir paternellement les hommes. » Or, qu’est-il arrivé à cette foule de railleurs dans la captivité à Babylone ? Ils furent bel et bien confondus par le roi païen Nabucodonozor. Voyez à ce sujet le texte de Daniel 2 : il accepta ce que Dieu avait dit, et cela bien qu’il fût un tyran puissant et féroce et une férule pour châtier le peuple des Elus qui avait péché contre Dieu. Mais à cause de l’aveuglement et de l’obstination du peuple de Dieu, il n’y avait pas d’autre moyen pour expliquer au monde la bonté suprême, ainsi que le disent saint Paul, Romains 1 1 : 22 et Ezéchiel 23 : 22-35.

14C’est pourquoi je dis ici en guise d’instruction que Dieu Tout-puissant n’a pas seulement indiqué au roi païen les événements qui allaient advenir de nombreuses années plus tard, à la honte indicible des obstinés parmi le peuple de Dieu, qui ne voulaient croire aucun prophète. A notre époque aussi, il est des hommes non éprouvés qui ne s’attendent pas au châtiment divin, même quand ils l’ont devant les yeux. Qu’est-ce que Dieu Tout-puissant peut bien avoir encore à faire avec nous ? C’est pour cela qu’il ne peut que nous priver de Sa bonté.

15Voici maintenant le texte : « Le roi Nabucodonozor fit un songe dont le sens lui échappa, etc. » Que faut-il en dire ? C’est chose indicible, voire inhabituelle et détestable, que de parler des songes des hommes, pour la raison que le monde, depuis son commencement jusqu’à nos jours, a toujours été trompé par ceux qui les interprètent, ainsi qu’il est écrit Deutéronome 13 : 2-4 et Ecclésiaste 34 : 7. C’est pourquoi il est indiqué dans ce chapitre que le roi ne voulut pas croire les sages devins et oniromanciens et dit : « Dites-moi d’abord mon songe, puis son interprétation. Sinon, vous ne me diriez que tromperies et mensonges. » Que se passa-t-il ? Ils furent incapables de lui raconter son rêve et dirent : « Cher roi, aucun être au monde ne pourra te dire ton rêve si ce n’est les dieux, qui n’ont rien de commun avec les hommes sur terre. » Oui ! Selon l’entendement humain, ils parlaient d’une manière tout à fait rationnelle. Mais ils n’avaient aucune foi en Dieu ; ils étaient des hypocrites et des flatteurs impies, qui tenaient le langage qu’aiment entendre les maîtres, tout comme font à notre époque les docteurs en Ecriture qui aiment bien manger de bons morceaux à la cour des princes. Mais ce qui est écrit aux chapitres 5 et 8 de Jérémie est dirigé contre eux !

  • 3 Müntzer critique ici l’extase monacale, entraînant la passivité et la fuite hors du monde.

16Il y a bien plus encore ! Ce texte dit qu’il faut que ce soient des hommes en communion avec le ciel. Ah ! Voilà qui est amer pour les raisonneurs subtils ! Et pourtant, saint Paul affirme qu’il en est ainsi. Epître aux Philippiens chapitre 3 : 20. Mais ces doctes n’en prétendent pas moins interpréter les mystères de Dieu. Oh ! Le monde d’aujourd’hui en a beaucoup trop, de ces coquins qui ont le front de faire cela ouvertement. De ceux-là, Isaïe dit, chapitre 58 : 2 : « Ils veulent connaître mes voies comme une nation qui aurait pratiqué ma justice. » Ces docteurs en Ecriture sont les devins qui nient ouvertement la révélation de Dieu et qui se mêlent de l’ouvrage de l’Esprit-Saint en prétendant enseigner le monde entier. Et ce qui n’est pas conforme à leur entendement dépourvu d’expérience de la foi ne peut qu’être aussitôt l’œuvre du Diable. Et ils ne sont même pas assurés de leur propre salut, ce qui serait pourtant bien nécessaire, Romains 8 : 14-16. Ils sont capables de bavarder joliment sur la foi et d’abreuver d’une foi d’ivrogne les pauvres consciences égarées. La cause en est le jugement ignare et abominable qu’ils ont sur les maudits songes empoisonnés des moines, détestable imposture par laquelle le Diable a mis en œuvre toutes ses volontés et dupé beaucoup de pieux Elus de façon irrémédiable lorsque, sans discernement, ils ont fait crédit de manière précipitée et insensée aux visions et aux songes3. Ainsi, c’est inspiré par la révélation du Diable qu’ils ont rédigé leurs règles et momeries idolâtres, contre quoi les Colossiens, au chapitre 2 : 8, ont été vivement mis en garde par saint Paul. Mais ces maudits moines visionnaires ne savaient pas comment attendre la puissance de Dieu. Ils se sont sur ce point obstinés dans la mauvaise direction, et maintenant ils apparaissent au monde entier, à leur grande honte et confusion, chaque jour davantage comme des vauriens oisifs. Ils n’en restent pas moins aveugles dans leur folie. Ce qui les a égarés et les égare encore aujourd’hui, ce n’est rien d’autre que la fausse foi, car. dénués de toute expérience de l’avènement de l’Esprit-Saint et du Maître de la crainte de Dieu, méprisant la sagesse divine, ils ne distinguent pas le bien du mal dissimulé sous les apparences du bien. C’est sur ceux-là que Dieu clame par la bouche d’Isaïe, chapitre 5 : 20-21 : « Malheur à vous, qui appelez le bien un mal, et le mal un bien. » C’est pourquoi ce n’est pas la manière des hommes pieux que de rejeter le bien avec le mal. Car saint Paul dit aux Thessaloniciens, chapitre 5 : 20-21 : « Ne méprisez pas les prophéties ; examinez toutes choses et retenez ce qui est bien. »

17En troisième lieu, il faut que vous sachiez que Dieu est très bienveillant envers Ses Elus, à tel point que s’il pouvait les avertir de quelque manière, Deutéronome 1 : 42-44, Matthieu 23 : 37, Il le ferait volontiers s’ils pouvaient recevoir l’avertissement en dépit de leur impiété. Car ici, ce texte de Daniel est en accord avec saint Paul, 1 Corinthiens 2 : 9-10, et il est tiré de saint Isaïe 63 : 4, où il est dit : « Ce que nul œil n’a vu, nulle oreille entendu et qui n’est entré dans le cœur d’aucun homme, Dieu l’a préparé pour ceux qui L’aiment. Mais Dieu nous l’a révélé par Son Esprit, car l’Esprit sonde toutes choses, même la profondeur de la divinité, etc. »

  • 4 Müntzer vise le catholicisme au même titre que la doctrine luthérienne de la justification par la (...)

18Voici en bref ce que cela signifie très sérieusement : nous devons savoir (et pas seulement croire au gré du vent) ce qui nous est donné par Dieu et ce qui nous est donné par le Diable ou la nature. Car si l’on veut que notre entendement naturel devienne en cette matière captif de la foi et lui soit assujetti, 2 Corinthiens 10 : 5, il faut qu’il atteigne le dernier degré de toutes ses connaissances, comme il est indiqué dans Romains 1 : 16-23 et Baruch 3 : 12-18. Mais il ne peut sans la révélation de Dieu appréhender aucune de ces connaissances qui ait un fondement solide dans sa conscience. Alors l’homme constatera clairement qu’il ne peut parvenir au ciel avec sa tête, mais qu’il lui faut d’abord et de fond en comble se transformer en fol intérieurement, Isaïe 29 : 13-14 et 33 : 18, Abdias 1 : 8,1 Corinthiens 1 : 18-20. Eh oui ! C’est là un air bien étrange pour ce monde trop raisonnable, adonné aux plaisirs charnels et à la volupté. Les douleurs ne tardent pas à le suivre, comme pour une femme dans l’enfantement. Psaume 48 : 6, Jean 16 : 21. Ici, Daniel constate, et avec lui tout homme pieux, qu’il lui est aussi impossible qu’à tous les hommes ordinaires de sonder les intentions de Dieu. C’est cela que veut dire le Sage, Ecclésiaste 3 : 11, quand il dit : « Qui veut sonder la magnificence de Dieu est écrasé par Sa gloire. » Car plus la nature cherche à atteindre Dieu, plus l’action de l’Esprit-Saint s’éloigne d’elle, comme l’indique clairement le Psaume 139 : 6. Oui ! Si l’homme comprenait la présomption de la lumière naturelle, il ne chercherait pas à se tirer d’affaire en volant la foi dans l’Ecriture, comme font les doctes avec un fragment par ci et un autre par-là, Isaïe 28 : 10, Jérémie 8 : 8. Au contraire, il ne tarderait pas à sentir l’efficace de la parole divine jaillissant de son cœur comme une source, Jean 4 : 14. Oui, il n’aurait pas besoin de porter de l’eau croupie à la citerne, Jérémie 2 : 13, comme font aujourd’hui nos doctes qui mélangent la nature et la grâce sans faire aucune différence4. Ils entravent la marche de la Parole, Psaume 1 19 : 1 1, laquelle vient du fond de l’âme, ainsi que dit Moïse, Deutéronome 30 : 14 : « La parole n’est pas loin de toi. Vois ! Elle est dans ton cœur, etc. » Peut-être demanderez-vous : « Mais comment vient-elle donc dans le cœur ? » Réponse : elle vient de Dieu en haut et descend accompagnée d’un grand effroi émerveillé. Mais je laisserai cela pour une autre fois. Et cet effroi émerveillé de savoir si c’est ou non la parole de Dieu commence lorsqu’on est un enfant de six ou sept ans, ainsi qu’il est figuré symboliquement dans Nombres 19 : 20. C’est pourquoi saint Paul fait mention de Moïse et d’Isaïe au dixième chapitre de l’Epître aux Romains, où il parle de la parole intérieure qu’on peut entendre dans la profondeur de l’âme par la révélation de Dieu. Et l’homme qui n’a pas pris conscience de cela et n’y est pas devenu réceptif par le vivant témoignage de Dieu, Romains 8 : 8, celui-là n’est pas capable de dire quoi que ce soit de fondamental sur Dieu, quand bien même il aurait dévoré cent mille Bibles. Chacun peut mesurer par-là combien le monde est encore éloigné de la foi chrétienne. Et pourtant, personne ne veut voir ni entendre.

19Or, pour que l’homme puisse prendre conscience de la parole et lui être réceptif, il faut que Dieu lui enlève ses appétits charnels. Et quand l’élan venu de Dieu atteint le cœur, afin de tuer toutes les voluptés de la chair, l’homme doit y faire place à Dieu afin qu’il atteigne tout son effet. Car un homme soumis à l’animalité ne perçoit pas les paroles que Dieu met dans l’âme, 1 Corinthiens 2 : 14. Il faut que l’Esprit-Saint le guide et conduise à examiner sérieusement le sens pur et limpide de la Loi, Psaume 19 : 8-9 ; sinon il est aveugle en son cœur, s’invente un Christ de bois et s’égare lui-même. Voyez donc ici toute la peine qu’eut le cher Daniel à donner au roi l’interprétation de son rêve et toute la ferveur avec laquelle il implora et pria Dieu. De même, pour que Dieu se révèle à lui, il faut que l’homme se sépare de tout divertissement et nourrisse en son âme une aspiration austère à la vérité, 2 Corinthiens 6 : 17. Et il doit, par l’exercice de cette vérité, distinguer les visions authentiques des fausses. C’est pourquoi le cher Daniel dit au chapitre 10 : « Il faut avoir un sens juste des visions afin qu’elles ne soient pas toutes à rejeter, etc. »

20Quatrièmement, il vous faut savoir qu’un Elu qui veut savoir quelle vision ou songe est de Dieu, ou de la nature et du Diable, doit avec sa sensibilité, son cœur et son entendement naturel, s’être éloigné de toute satisfaction temporelle de la chair, et il faut qu’il en soit de lui comme du cher Joseph en Egypte, Genèse 39 et comme de Daniel dans ce chapitre-ci. Aucun homme adonné à la volupté ne recevra la parole, car les chardons et les épines, c’est-à-dire les voluptés de ce monde, ainsi que dit le Seigneur, Marc 4 : 18-19, répriment toute action de la parole que Dieu met dans l’âme. C’est pourquoi, même si Dieu met Sa sainte parole dans l’âme, l’homme ne peut l’entendre s’il n’y est pas exercé, car il n’est pas capable de se recueillir ni de voir en lui-même et dans la profondeur de son âme, Psaume 49 : 21. L’homme ne veut pas sacrifier sur la croix sa vie avec tous ses vices et ses appétits, ainsi que l’enseigne Paul, le saint Apôtre. C’est pourquoi le champ de la parole divine reste plein de chardons, d’épines et de broussailles, qui doivent tous disparaître en vue de cette œuvre de Dieu, afin que l’homme ne soit pas jugé négligent ou paresseux. Proverbes 24 : 30-31. C’est en effet d’après cela que l’on voit la fertilité du champ et, finalement, la belle végétation. C’est à ce moment seulement que l’homme se rend compte qu’il est la demeure de Dieu et de l’Esprit-Saint pour la durée de ses jours, et même qu’en vérité il n’a été créé que dans le but d’étudier toute sa vie les témoignages de Dieu, Psaumes 93 et 119. Et il s’en rend compte soit partiellement et de manière symbolique, soit globalement dans la profondeur du cœur, 1 Corinthiens 13 : 10-12. Deuxièmement, il doit bien veiller à ce que les figures et symboles qui sont dans les visions et les rêves soient attestés avec tous leurs détails dans la sainte Bible, afin que le Diable ne s’y immisce pas et ne vienne pas souiller le chrême de l’Esprit-Saint et ses douceurs, comme le dit le Sage des mouches qui viennent mourir dans la coupe, Ecclésiaste 10 : 1.

21Troisièmement, il faut que l’Elu prête attention à l’action des visions et veille à ce qu’elle ne soit pas inspirée par des intérêts humains, mais découle spontanément de la volonté inébranlable de Dieu. Et il doit veiller très rigoureusement à ce qu’il ne manque pas le moindre petit détail de ce qu’il a vu, car il faut que cette action se fasse sentir vigoureusement. Mais quand c’est le Diable qui veut avoir une action, il est trahi par ses vilaines grimaces, et ses mensonges finissent bien par ressortir, car il est un menteur, Jean 8 : 44. C’est cela même qui est clairement indiqué dans ce chapitre à propos du roi Nabucodonozor, et ensuite démontré au chapitre 3. Car il avait bien vite oublié l’avertissement de Dieu, en raison, sans aucun doute, de sa concupiscence charnelle qu’il avait tournée vers les plaisirs et les créatures. Car il ne peut en être autrement quand un homme s’adonne perpétuellement à la volupté, ne veut rien avoir à faire avec l’œuvre de Dieu et ne veut connaître aucune affliction : alors, la force de la parole de Dieu ne peut le couvrir de son ombre, Luc 8. La plupart du temps, Dieu manifeste les visions et songes authentiques à Ses chers amis dans leur plus haute affliction, ainsi qu’il fit pour le pieux Abraham, Genèse 15 : 1-6 et 17 : 1-2. Dieu lui apparut dans un instant de grande crainte et de grand effroi émerveillé. De même le cher Jacob : alors qu’en grande affliction il s’enfuyait devant son frère Esau, il eut une vision dans laquelle il vit une échelle dressée vers le ciel, et les anges de Dieu qui y montaient et descendaient, Genèse 28 : 12. Ensuite, quand il rentra chez lui, il éprouva une crainte extrême de son frère Esaü. Alors le Seigneur lui apparut dans une vision et Il lui déboîta la hanche en luttant avec lui, Genèse 32 : 24-32.

22De même, le pieux Joseph était haï par ses frères, et dans cette affliction il eut deux visions très pénibles. Genèse 37 : 5-11. Plus tard, en Egypte, quand, le cœur affligé, il se trouvait en prison, il fut à tel point illuminé par Dieu qu’il pouvait interpréter toutes les visions et tous les rêves, Genèse 39 : 20 ; 40 : 41. En outre, dans l’Evangile de saint Matthieu, chapitres premier et second, l’autre saint Joseph est montré en exemple aux pourceaux voluptueux non éprouvés, les sophistes. Il eut quatre rêves alors qu’il était angoissé et en grande affliction, et par ces rêves fut averti avec certitude de ne pas retourner vers Hérode, tout comme les mages renseignés par l’ange dans leur sommeil. De même encore, les chers Apôtres durent se préparer à recevoir des visions avec la plus grande ferveur, ainsi qu’il est clairement décrit dans leurs Actes.

23Oui, c’est faire preuve de l’esprit authentiquement propre aux prophètes, aux patriarches et aux Apôtres que d’attendre les visions et de les recevoir dans une douloureuse affliction. C’est pourquoi il n’est pas étonnant que Frère Gros-Lard, Frère La-Vie-Douce les ignore, Job 28 : 12. Mais si l’homme n’a pas perçu en son âme la claire parole de Dieu, il faut qu’il ait des visions. Ainsi, saint Pierre qui, dans les Actes des Apôtres, ne comprenait pas la Loi (Lévitiques 11), doutait de la nourriture et se demandait s’il devait accepter les païens dans sa compagnie, Actes 10 : 1 Ο16. Alors Dieu lui donna une vision dans une extase de son esprit : il vit une nappe nouée aux quatre coins qui du ciel descendait sur la terre et qui était pleine de quadrupèdes, et il entendait une voix qui disait : « Tue et mange ! » De même, le pieux Corneille eut une vision alors qu’il ne savait plus ce qu’il devait faire, Actes 10 : 3-6. De même encore, Pierre arrivant à Troas eut une vision pendant la nuit : un Macédonien se tenait devant lui et lui fit cette prière : « Pars pour la Macédoine et porte-nous secours ». Quand il eût eu cette vision, nous cherchâmes, dit le texte des Actes 16 : 8-10, à partir aussitôt pour la Macédoine, car nous étions certains que c’était le Seigneur qui nous y avait appelés. De même, alors que Paul avait peur de prêcher à Corinthe, Actes 18 : 9-11, le Seigneur lui dit dans une vision nocturne : « Ne crains point, etc. Personne n’osera te faire de mal, car j’ai un peuple nombreux dans cette ville, etc. ».

24Mais qu’est-il besoin de produire tant de témoignages de l’Ecriture ? Dans les affaires complexes et périlleuses dont ont à traiter les ducs et les gouvernants, il ne leur serait pas possible, à moins d’avoir de vrais prédicateurs, d’être assurés d’agir en toute certitude et de manière irréprochable s’ils ne vivaient pas dans la révélation de Dieu, comme Aaron l’entendit de Moïse, et David de Nathan et de Gad. C’est pourquoi les chers Apôtres étaient tout à fait habitués aux visions, comme le prouve le texte des Actes, chapitre 12 : 7-9. Quand l’ange vint trouver Pierre et le conduisit hors de la prison d’Hérode, Pierre était sûr d’avoir une vision et il ne savait pas que l’ange accomplissait sur lui l’œuvre de sa libération. Mais si Pierre n’avait pas été habitué aux visions, comment aurait-il pu penser que c’en était une ? J’en conclus que celui qui, par préjugé dicté par la chair, est assez ignorant pour être hostile aux visions, les accepter ou les rejeter toutes sans discernement sous prétexte que les faux visionnaires, par l’intermédiaire des ambitieux et des égoïstes, ont causé grand dommage au monde, celui-là se trompera de beaucoup, car il se heurtera à l’Esprit-Saint, Joël chapitre 2, où Dieu parle clairement, comme ce texte de Daniel, de la transformation du monde.

25Cette transformation, Il l’accomplira dans les derniers jours, afin que Son nom soit glorifié comme il convient. Il délivrera le monde de l’opprobre et répandra son Esprit sur toute chair, et nos fils et filles prophétiseront et auront des songes et des visions, etc. Car si la chrétienté ne devait pas devenir apostolique, Actes 2, où Joël est cité, à quoi bon prêcher ? Et à quoi serviraient toutes les visions attestées dans la Bible ? Mais il est sûr et je sais de façon certaine qu’en ce temps l’Esprit de Dieu révèle à beaucoup d’hommes pieux et élus qu’une réforme radicale et invincible est indispensable dans l’avenir et qu’elle s’accomplira nécessairement. Quelles que soient les oppositions, la prophétie de Daniel conserve toute sa force, bien que personne ne veuille y croire, comme le dit Paul dans l’épître aux Romains 3 : 3. Ce texte de Daniel est clair comme le soleil éclatant, et l’œuvre est en plein élan qui mettra fin au cinquième empire du monde. Le premier est figuré par la tête d’or, ce fut le royaume de Babylone. Le second par la poitrine et les bras d’argent, ce fut l’empire des Mèdes et des Perses. Le troisième fut l’empire des Grecs, d’une gloire retentissante par sa sagesse, et il est représenté par l’airain. Le quatrième fut l’empire romain, qui fut conquis par le glaive et fut un empire de contrainte. Quant au cinquième, c’est celui que nous avons sous les yeux ; il est de fer, lui aussi, et voudrait bien contraindre, mais il est replâtré de boue, comme nous le voyons clairement de nos propres yeux, rien que machinations de l’hypocrisie, qui grouille et pullule sur la terre entière (car celui qui ne veut pas être fourbe ne peut être qu’une tête folle !) On voit maintenant de belle manière les anguilles et les vipères forniquer et s’accoupler en tas. Les prêtres et tous les mauvais hommes d’église sont les vipères, comme les nomme Jean, qui baptisa le Christ, Matthieu 3 : 7, et les seigneurs et souverains temporels sont les anguilles, figurées symboliquement par les poissons, Lévitique 11. L’empire du Diable est replâtré d’argile.

26Ah ! Chers seigneurs ! De quelle belle manière Dieu fracassera les vieux vases avec une verge de fer, Psaume 2 : 9 ! C’est pourquoi, très chers souverains bien-aimés, tirez vos jugements directement de la bouche de Dieu et ne vous laissez pas égarer par vos prêtres adulateurs ni retenir par des mensonges sur la patience et la bonté de Dieu. Car la pierre arrachée sans main de la montagne est devenue grande. Les pauvres laïcs et paysans la considèrent d’un regard plus pénétrant que vous. Oui, Dieu soit loué, elle est devenue si grande que si d’autres seigneurs ou voisins voulaient vous persécuter à cause de l’Evangile, ils seraient chassés par leur propre peuple, je le sais de façon certaine. Oui, la pierre est grande ; le monde aveugle en a eu longtemps peur ; elle a fondu sur lui quand elle était encore petite. Que devons-nous donc faire, maintenant qu’elle est devenue si grande et si puissante et qu’elle a frappé avec une telle force la grande statue et l’a brisée en même temps que les vieux vases ?

27Chers souverains de Saxe, posez donc hardiment le pied sur la pierre angulaire, comme fit saint Pierre, Matthieu 16 : 18, et recherchez la véritable constance que confère le vouloir divin. Il vous maintiendra fermes sur la pierre. Psaume 40. Vos voies seront droites ; recherchez seulement sans tarder la justice de Dieu et embrassez résolument la cause de l’Evangile. Car Dieu se tient si près de vous que vous ne le croyez pas. Pourquoi vous épouvanter d’un fantôme humain. Psaume 118 : 6 ? Ici, regardez bien le texte : le roi Nabucodonozor voulut faire périr les savants parce qu’ils ne pouvaient pas interpréter son rêve. C’était salaire mérité, car ils prétendaient gouverner son empire avec leur sagesse et n’étaient pas capables de faire ce pour quoi ils étaient institués. C’est ainsi que sont aussi de nos jours nos hommes d’église. Et je vous le dis en vérité : si vous pouviez reconnaître exactement et méditer comme il faut le dommage de la chrétienté, vous trouveriez bientôt la même ardeur que le roi Jehu, 2 Rois 9 et 10, et que celle qui est montrée dans tout le livre de l’Apocalypse. Et je sais en vérité que vous vous retiendriez à grand peine d’assumer la violence du glaive. Car le dommage pitoyable de la sainte chrétienté est devenu si grand qu’aucune bouche ne peut l’exprimer. C’est pourquoi il faut que se dresse un nouveau Daniel pour vous interpréter vos révélations, et il devra marcher en tête, comme l’enseigne Moïse, Deutéronome 20 : 2. Il devra arbitrer entre les princes en colère et le peuple courroucé. Car dès que vous aurez bien compris par expérience le dommage de la chrétienté et les tromperies des hypocrites hommes d’église et des scélérats promis au désespoir, vous concevrez à leur égard un courroux que personne ne peut imaginer. Sans aucun doute vous serez touchés au fond du cœur et chagrinés d’avoir été si bons alors qu’ils vous ont, par les paroles les plus mielleuses, entraînés aux idées les plus abominables. Sagesse 6 : 1-6 contre toute vérité établie. Car ils vous dupaient quand chacun d’eux jurait par tous les saints que les princes sont des païens de par leur fonction et qu’ils n’ont rien d’autre à faire qu’à maintenir la concorde civile.

28Ah ! Bien-aimés, oui, la grande pierre ne va pas tarder à tomber, à frapper tout cela et à anéantir ces arguties dictées par la raison, car Il dit, Matthieu 10 : 34 : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive ». Or, que doit-on faire avec celui-ci ? Rien d’autre qu’écarter et supprimer les méchants qui veulent entraver l’Evangile, si vous voulez être les serviteurs non du Diable, mais de Dieu, comme vous nomme saint Paul dans l’Epître aux Romains 13 : 4. Vous ne devez pas douter que Dieu réduira en ruines tous les adversaires qui auraient le front de vous persécuter. Car Sa main n’est pas encore raccourcie, comme le dit Isaïe 59 : 1. C’est pourquoi Il peut encore vous aider, et Il le fera, comme Il a assisté Josias, le roi élu, et d’autres qui ont défendu Son nom. Vous serez donc anges si vous voulez agir comme il faut, ainsi que dit saint Pierre, 2 Pierre 1 : 4. Le Christ a ordonné avec grand sérieux, Luc 19 : 27 : « Emparez-vous de mes ennemis et égorgez-les devant mes yeux ». Pourquoi ? Eh bien, parce qu’ils avaient ruiné le royaume du Christ et prétendaient en outre défendre leur scélératesse en la cachant sous l’apparence de la foi chrétienne et scandaliser le monde entier avec leurs perfides ignominies. C’est pourquoi le Christ Notre-Seigneur dit, Matthieu 18 : 6 : « Si quelqu’un scandalisait l’un de ces humbles, il vaudrait mieux que l’on suspende à son cou une meule de moulin et qu’on le jette au fond de la mer ». On peut ergoter tant qu’on voudra sur ces paroles, elles n’en sont pas moins celles du Christ.

29Or, si le Christ peut dire : « Si quelqu’un scandalisait un de ces humbles... », que faudrait-il dire, alors qu’on scandalise une foule immense dans sa foi ? C’est ce que font les archi-canailles qui scandalisent le monde entier, écartent les gens de la véritable foi chrétienne en disant que personne ne peut connaître les mystères de Dieu. Et il faudrait que chacun s’en tienne à ce qu’ils disent, et non à leurs œuvres, Matthieu 23 : 3 ! Ils disent qu’il n’est pas nécessaire que la foi soit éprouvée comme l’or dans le feu, 1 Pierre 1 : 7, Psaume 140 : 11. Mais de cette manière, la foi chrétienne serait pire que celle d’un chien qui espère recevoir un morceau de pain quand on met la table. C’est cette fois-là que les faux doctes font miroiter aux yeux du pauvre monde aveugle. Cela ne leur est pas difficile, car ils ne prêchent qu’au nom de leur ventre, Philippiens 3 : 19. Ils ne peuvent parler autrement et de l’abondance du cœur, Matthieu 12 : 34.

30Si vous voulez être de justes souverains, il vous faut prendre le gouvernement par la racine et comme l’a ordonné le Christ. Chassez Ses ennemis loin des Elus, car vous êtes les instruments pour cela. Très chers, ne faites pas de simagrées en prétextant que c’est la force de Dieu qui doit le faire sans l’intervention du glaive. Sinon, il pourrait bien rouiller dans votre fourreau. Dieu le veuille ! Les doctes pourront dire ce qu’ils voudront, le Christ, lui, en dit assez, Matthieu 7 : 19 et Jean 15 : 2 ; « Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits doit être arraché et jeté au feu ».

31Si vous enlevez son masque au monde, vous ne tarderez pas à le connaître d’un juste jugement, Jean 7 : 24. Ayez ce jugement juste, sur l’ordre de Dieu. Vous serez suffisamment aidés pour cela, Sagesse 6, car le Christ est votre Maître, Matthieu 23 : 8. C’est pourquoi ne laissez pas vivre plus longtemps les malfaiteurs qui nous détournent de Dieu, Deutéronome 13 : 6, car un impie n’a pas le droit de vivre s’il fait obstacle aux justes. Dieu dit, Exode 22 : 2 : « Tu ne laisseras pas vivre les malfaiteurs ». C’est aussi ce que veut dire saint Paul quand il dit du glaive des souverains qu’il a été conféré pour exercer la vengeance contre les méchants et protéger les bons, Romains 13. Dieu est votre protection et vous apprendra à combattre Ses ennemis, Psaume 18 : 35. Il rendra vos mains agiles au combat, et Il sera votre sauvegarde. Mais pour cela, il vous faudra souffrir grand calvaire et les affres du doute, afin que la crainte de Dieu vous illumine parfaitement. Cela ne peut advenir sans souffrance. Mais courir ce danger pour l’amour de Dieu ne vous coûtera pas plus que de subir les vains bavardages des adversaires. Car même si le pieux David fut chassé de son château par Absalon, il finit par y revenir quand Absalon eût été pendu et percé à coups de javelots.

32C’est pourquoi, chers pères de Saxe, il vous faut prendre ce risque pour l’amour de l’Evangile. Mais Dieu vous fustigera par amour comme Il fait avec Ses fils les plus aimés, Deutéronome 1 : 31, quand Il s’enflamme d’un brusque courroux. Bienheureux alors tous ceux qui se fient en Dieu ! Dites seulement en toute sincérité avec l’Esprit du Christ : « Je ne craindrai pas les myriades qui m’assiègent de toutes parts ».

  • 5 Müntzer justifie ici la destruction de la chapelle de Mallerbach (Cf. introduction) et critique in (...)

33Je gage que sur ce point nos doctes m’opposeront la bonté du Christ, qu’ils tiraillent abusivement pour justifier leurs flagorneries. Mais qu’ils considèrent donc la colère du Christ, Jean 2 : 15-17, Psaume 69 : 10, quand Il détruit les racines de l’idolâtrie, de même que Paul dit aux Colossiens, troisième chapitre, qu’à cause de cette même idolâtrie, la colère de Dieu ne peut être détournée de la communauté. Or, s’il a, d’après ce que nous voyons, renversé ce qui est petit, Il n’aurait sans doute pas non plus épargné les idoles ni les statues s’il y en avait eu là, ainsi qu’il l’a Lui-même ordonné par Moïse, Deutéronome 7 : 5-6, où Il dit : « Vous êtes un saint peuple. Vous n’aurez pas de miséricorde pour les idolâtres. Brisez leurs autels ! Démolissez leurs statues et brûlez-les, afin que je ne sois pas courroucé contre vous »5.

34Ces paroles, le Christ ne les a pas abolies, au contraire. Il veut nous aider à les accomplir, Matthieu 5 : 17. Les symboles ont tous été interprétés par les prophètes, mais ces paroles-ci sont claires et lumineuses, et doivent éternellement demeurer, Isaïe 40 : 8. Dieu ne peut pas dire oui aujourd’hui et demain non ; Il est immuable dans Sa parole, Malachie 3 : 6, 1 Samuel 15 : 20-22. Nombres 22 : 6.

35A l’objection que les Apôtres n’ont pas détruit les idoles des païens, je répondrai ceci : saint Pierre était un homme craintif ; il usa de flatterie envers les païens, Galates 2 : 11. Il était le parangon de tous les Apôtres, ce que le Christ Lui-même a dit de lui, Jean dernier chapitre, 15-19. Mais il est aisé de constater qu’il redoutait beaucoup la mort, et qu’il ne voulait pas risquer de donner aux païens aucune raison de s’en prendre à lui. Saint Paul, au contraire, eut des paroles très dures contre l’idolâtrie. Actes 17 : 16-31. S’il avait pu, chez les Athéniens, appliquer sa doctrine à la lettre, il aurait sans aucun doute abattu complètement l’idolâtrie, ainsi que Dieu l’avait ordonné par Moïse et comme cela s’est produit par la suite du fait des martyrs, selon des récits attestés. C’est pourquoi les faiblesses ou négligences des saints ne nous fournissent aucune raison de laisser aux impies leur manière d’être. Etant donné que ceux-ci reconnaissent comme nous le nom de Dieu, ils doivent choisir de deux choses l’une : ou bien renier entièrement la foi chrétienne, ou bien supprimer les idoles, Matthieu 18. Mais que nos doctes viennent dire avec Daniel, à leur manière d’impies et de voleurs, que l’Antéchrist doit être détruit sans main, voilà qui est un peu fort ! L’Antéchrist a déjà perdu courage, comme le peuple des Cananéens quand les Elus voulaient partir pour la terre promise, ainsi que l’écrit Josué. Et pourtant Josué ne les a pas épargnés du tranchant du glaive. Voyez le Psaume 44 et le premier livre des Chroniques ; vous y trouverez l’explication : ils conquirent le pays non par le glaive, mais par la force de Dieu ; cependant, le glaive fut le moyen, comme le boire et le manger sont pour nous un moyen de vivre. Par conséquent, le glaive est, lui aussi, nécessaire pour exterminer les impies, Romains 13 : 4.

36Mais afin que cette œuvre s’accomplisse de manière honnête et juste, il faut que ce soient nos chers pères, les princes qui avec nous confessent le Christ, qui le fassent. Et s’ils ne le font pas, le glaive leur sera enlevé, Daniel 7 : 27. Car dans ce cas, cela voudrait dire qu’ils le confessent en paroles, mais le renient en actes, Tite 1 : 6. Il faut donc qu’ils commencent par proposer la paix aux ennemis, Deutéronome 2 : 26-30. Si ceux-ci prétendent avoir l’Esprit, mais sans rendre des comptes sur la connaissance de Dieu, 1 Pierre 3 : 12, il faudra les rejeter au dehors, 1 Corinthiens 5 : 13. Je prierai pour eux avec le pieux Daniel s’ils ne sont pas opposés à la révélation de Dieu. Mais s’ils y font obstacle, alors qu’on les égorge sans leur accorder aucune grâce, de même qu’Ezéchias, Josias, Cyrus, Daniel, Elie ont détruit les prêtres de Baal. Il n’est pas d’autre manière pour l’Eglise chrétienne de revenir à sa source. Il faut, au temps de la récolte, arracher l’ivraie de la vigne du Seigneur ; alors, le froment doré prendra de solides racines et montera droitement en épis, Matthieu 13 : 24. Et les anges, qui pour cela affûtent leurs faucilles, sont les graves serviteurs de Dieu, qui accomplissent la colère de la sagesse divine, Malachie 3.

37Nabucodonozor entendit la sagesse divine par la bouche de Daniel. Subjugué par la force de la vérité, il se prosterna devant celui-ci. Mais il était agité comme un roseau dans le vent, comme le prouve le chapitre 3. De la même manière, il est de nos jours une foule innombrable de gens qui reçoivent l’Evangile avec grande joie, mais tant que cela se passe tout à fait à l’amiable. Mais quand Dieu veut mettre ces gens-là au creuset, à l’épreuve du feu, 1 Pierre 1 : 7, ils se scandalisent de la moindre petite parole, comme le Christ l’a annoncé dans Marc 4 : 17. De semblable façon, il ne fait aucun doute que beaucoup de gens non encore éprouvés se scandaliseront du présent opuscule parce que je dis avec le Christ, Luc 19 : 27 et Matthieu 1 : 6, et avec Paul, 1 Corinthiens 5 : 7,13, et avec tout ce qu’enseigne la Loi divine, qu’il faut tuer les souverains impies, et aussi et surtout les prêtres et les moines qui taxent d’hérésie le saint Evangile tout en prétendant être les meilleurs chrétiens. C’est là que la bonté mensongère et flagorneuse s’irrite et s’exaspère au-delà de toute mesure : c’est là qu’elle prétend défendre les impies en disant que le Christ n’a tué personne, etc. Et du fait que les amis de Dieu, chose pitoyable, ne commandent qu’au vent, est accomplie la prédiction de Paul, 2 Timothée 3 : 1-4 ; « Dans les derniers jours, les amoureux des plaisirs auront les apparences de la bonté, mais ils en renieront la force ». Aucune chose au monde n’a plus belle apparence et meilleur masque que la bonté mensongère. C’est pourquoi tous les recoins sont remplis de flagorneurs, parmi lesquels aucun n’est assez hardi pour dire la juste vérité.

38C’est pourquoi, afin que la vérité puisse être mise au grand jour, il vous faut, chers souverains – que vous le vouliez ou non, peu importe – vous conformer à la conclusion de ce chapitre, où Nabucodonozor établit le saint Daniel gouverneur afin qu’il pût prononcer des sentences justes et bonnes, ainsi que dit l’Esprit saint, Psaume 58 : 11. Car les impies n’ont pas le droit de vivre, à moins que les Elus ne le leur accordent, ainsi qu’il est écrit dans le livre de l’Exode 23 : 29-33. Réjouissez-vous, véritables amis de Dieu, de ce que les ennemis de la Croix ont le courage au fond de la culotte : ils seront contraints d’agir comme il convient, bien qu’ils n’y aient jamais songé même en rêve. Quant à nous, si nous craignons Dieu, quelle raison aurons-nous de redouter des incapables aux mœurs dissolues, Nombres 14 : 8-9 et Josué 11 : 6 ?

39De l’audace donc ! Celui-là veut avoir Lui-même le gouvernement, à qui fut donnée toute puissance dans le ciel et sur la terre, Matthieu 28 : 18. Qu’Il vous ait en Sa garde, bien-aimés, éternellement, amen !

Notes

1 Il s’agit, bien entendu, de l’infaillibilité non du pape, mais de l’Eglise. (Dictants papae de Grégoire VII, 1075 : « Romana ecclesia nunquam erravit nec in perpetuum scriptura testante errabit »).

2 Elément essentiel de la doctrine de Müntzer : la révélation continue dans le présent.

3 Müntzer critique ici l’extase monacale, entraînant la passivité et la fuite hors du monde.

4 Müntzer vise le catholicisme au même titre que la doctrine luthérienne de la justification par la foi.

5 Müntzer justifie ici la destruction de la chapelle de Mallerbach (Cf. introduction) et critique indirectement l’écrit de Luther Sincère admonestation à tous les chrétiens (mars 1522).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search