Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Protestation et déclaration de Thomas Muntzer pasteur à Allstedt, au sujet de son enseignement et, pour commencer, de la vraie foi chrétienne et du baptême

Texte intégral

1Entends-tu, monde ? Pour l’an nouveau, je te prêche Jésus-Christ le crucifié, et toi et moi avec Lui. Si cela te plaît, accueille ce message. Sinon, rejette-le !

Premièrement

2Moi, Thomas Müntzer, de Stolberg dans le Harz, serviteur du Fils du Dieu vivant par la volonté immuable et la miséricorde inébranlable de Dieu le Père, j’adresse mon salut et souhaite dans l’Esprit-Saint à vous tous, Elus amis de Dieu, la pure et droite crainte du Seigneur et la paix à laquelle le monde est hostile.

3Le Père vigilant et omniscient a fait de vous un pur froment et vous a confiés à la terre fertile et productive. Mais ensuite, vous avez fait en sorte (c’est grande pitié devant l’Eternel !) que l’on ne puisse plus constater de grande différence entre vous et l’ivraie. Au contraire, ce sont les fils impies de la coquinerie perfide et secrète qui lancent au loin leur lueur et leur éclat, loin au-delà de vous, devant et derrière, et si haut que le pitoyable soupir de désespoir que provoquait en vous le masque éclatant et trompeur des roses écarlates et des bleuets ainsi que des chardons hérissés de piquants devient objet de dérision et de sarcasme et est presque étouffé, soupir fervent et aspiration à la volonté éternelle de Dieu qui sont inébranlablement l’unique et infaillible trace de la véritable chrétienté apostolique, car ils jaillissent des durs rochers d’où sort l’eau vive où prend son origine l’avènement des Elus. Il n’est pas d’autre voie pour secourir la pauvre, misérable, pitoyable, nécessiteuse et grossière chrétienté divisée et en ruines que celle qui est désignée aux Elus et qu’ils suivent dans l’effort, animés d’un désir ardent et sans épargner leur zèle.

Deuxièmement

4En outre, l’Eglise chrétienne est, plus que tous les autres peuples de la terre, en proie à la déraison et à la folie furieuse, lesquelles se manifestent de façon tangible avec beaucoup plus de virulence et d’opiniâtreté à notre époque qu’au commencement, maintenant que les ruses sournoises de toutes les coquineries douces comme miel ont atteint leur plus haut degré et se sont dissimulées et maintenues tantôt grâce à la foi imaginaire, tantôt grâce à des œuvres à l’éclat trompeur, en sorte que chaque année toutes les créatures sont englouties par l’enfer. Mais pour un coquin que l’on envoie en enfer, à combien d’impies ne pardonne-t-on pas !

Troisièmement

5Il faut commencer par reconnaître dans toute son origine le dommage causé par le monde insensé, sans quoi il ne sera pas possible que le Père en Sa sagesse mette de côté la verge de Sa grâce. Car il faut que la vérité, prise à cœur, libère tous les hommes Elus de Dieu qui ont causé ce dommage funeste à la communauté chrétienne. C’est pourquoi c’est une abomination scandaleuse que d’être dans la sainte demeure de Dieu et de dire que l’enfant ne doit pas être soumis à des contraintes et peut vivre dans la licence comme une bête. Car l’unique réconfort de la misérable Eglise est d’espérer que les Elus deviendront semblables au Christ et que par toutes sortes de souffrances et de contraintes ils prêteront attention aux œuvres du Seigneur.

Quatrièmement

6De même, il faut commencer par examiner comment nous autres chrétiens sommes devenus endurcis au point de faire de notre chère foi chrétienne une futilité sans aucun avantage. En vérité, nous nous vantons d’écrire beaucoup, et de barbouiller de gros livres en disant : « Je crois ! Je crois ! », alors que nous sommes occupés tous les jours de vaines disputes et soucis au sujet des biens temporels et que de jour en jour nous devenons plus cupides tout en disant : « Je crois et me conforme en tous points à la foi chrétienne, qui est la vérité, et j’ai une solide et ferme espérance en Dieu, etc. ». L’ami ! Tu ne sais pas à quoi tu dis oui et à quoi tu dis non. Tu n’as en aucune façon laissé Dieu arracher de toi les épines et les chardons, ne crois-tu pas ? De la sorte, la foi que tu as des choses supérieures est sans aucun doute mensongère en toi. car tu es infidèle et hésitant dans les petites. Comment les grandes pourraient-elles t’être confiées ?

Cinquièmement

7Et toi, fille de Sion, reconnais-toi telle que tu étais il y a de nombreuses années au temps des Apôtres et de leurs disciples, qui veillaient avec une sévérité croissante à ce que l’Ennemi, adversaire de tous les hommes pieux, ne puisse mélanger le bon grain et l’ivraie. C’est pourquoi l’on n’acceptait comme disciples de l’Eglise que des adultes après un long enseignement, et en raison de ce long apprentissage on les appelait « catéchumènes ». Il n’y avait pas alors cette fausse foi qui se repose plus sur les signes sacrés que sur l’être intérieur. Hélas, que dis-je ? Pas une seule fois, dans tous les livres des Pères de l’Eglise depuis qu’ils ont commencé à écrire, ne s’est exprimée une seule pensée pour montrer ce qu’est le vrai baptême. Je prie tous les docteurs littéralistes de m’indiquer le passage de la sainte Ecriture où il est dit qu’un enfant mineur ait été baptisé par le Christ et Ses Apôtres ; ou bien où il est stipulé que nos enfants doivent être baptisés comme on le fait maintenant. Oui, bien que vous en fassiez si bruyamment état, vous n’y trouverez pas que Marie, mère de Dieu, ni les disciples du Christ aient été baptisés avec de l’eau. Si notre salut dépendait de cela, nous admettrions un Christ doux comme miel et, dans cette déraison, il vaudrait mieux nous faire baptiser avec du malvoisie plutôt qu’avec de l’eau !

Sixièmement

8C’est parce qu’on n’a pas compris le vrai baptême que l’entrée dans la chrétienté est devenue une singerie bestiale. Bâtissant sur un fondement de sable, les docteurs en Ecriture ont trompé au-delà de toute mesure cette triste et misérable mère, notre chère Chrétienté. Interprétant de façon fragmentaire, ils ont cité Jean 3 :5 : « Qui n’est pas baptisé dans l’eau et dans l’Esprit-Saint n’entrera pas au royaume des cieux ». Ces paroles sont la vraie vérité, mais leur sens est dissimulé à la pauvre chrétienté en même temps que tout l’Evangile de Jean unanime. Car la méconnaissance de Dieu doit être attestée à partir de la sainte Bible, mais à l’aide d’une solide comparaison de toutes les paroles qui sont écrites clairement dans les deux Testaments, 1 Corinthiens 2.

9La pure vérité, c’est que nos docteurs en Ecriture n’ont pas bien ouvert les yeux. Ils ont cru que le septième chapitre n’était pas en accord avec le troisième, là où la bouche de la vérité dit, Jean 7 :37 : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des flots d’eau vive couleront de son sein ». Voilà ce qu’elle disait de l’Esprit-Saint, que ceux qui croient recevront dans l’avenir. Ne vois-tu pas, l’ami, que l’Evangéliste s’interprète lui-même et qu’il parle de l’eau comme font les prophètes ? Car l’eau est le mouvement de notre esprit dans l’Esprit de Dieu. De même, Jean au premier chapitre s’explique par Isaïe. Mais au second chapitre, cette eau dont nous parlons est changée en vin, et là, le mouvement devient agréable à supporter. Au chapitre troisième, Jean baptise là où il y a beaucoup d’eau, donc beaucoup de mouvement, jusqu’à ce qu’on puisse entendre la voix de l’Epoux. Au chapitre quatrième, l’eau jaillit du fond de la source de vie. Au chapitre cinquième, Jean est aussitôt en accord avec tous les prophètes au sujet du mouvement de l’eau. Au sixième, le vrai Fils de Dieu est vu marchant sur les eaux après la tempête. Elargissant cette signification, le septième chapitre se trouve en accord avec le troisième, et le troisième avec tous les autres. Nicodème fut poussé par des signes à aller vers le Christ. C’est pourquoi celui-ci lui indique la signification de l’eau comme Il le fit aussi à d’autres docteurs de l’Ecriture. Le signe de Jonas n’a pas d’autre sens, même si cela doit les chagriner.

Septièmement

10Regarde maintenant si tu peux trouver le fond sableux d’où vient la bouillie fangeuse qui envahit l’Eglise de fumée et de tumulte. C’est là l’origine de toutes les horreurs et séductions qui ont pris naissance dans la ville sainte en même temps que toutes les autres cérémonies et solennités païennes, pour le grand dommage des Elus. On a fabriqué des chrétiens avec des enfants mineurs et fait disparaître le catéchuménat, si bien que les chrétiens sont en effet devenus des enfants (ce que Paul leur avait pourtant interdit). Car alors, tout bon sens disparut de l’Eglise ; la vraie signification du baptême fut masquée par le funeste et hypocrite parrainage, dans lequel on fait beaucoup de promesses avec solennité, mais pour ensuite les tenir comme fait le chien avec la saucisse ! Hélas ! C’est cela, la bouillie que le chien des Enfers lui-même ne peut avaler ! Puis vint la femme lubrique et sanguinaire à la robe de pourpre, l’Eglise romaine, qui fut en désaccord avec toutes les autres églises en prétendant que ses propres cérémonies et gestes rituels faits de pièces et de morceaux empruntés au paganisme, étaient les meilleurs et que les autres n’étaient qu’abomination. Hélas, que dire, dans ma douleur ? Toute l’Asie a été excommuniée et donnée au Diable, sous prétexte que là-bas, les Pères célébraient la Pâque le quatorzième jour d’avril. Ce sont les gens adonnés à la chair qui ont coutume de s’attacher à de telles puérilités. C’est ainsi que ceux de Rome ont agi envers toutes les nations ; et avec cette bouillie infernale et ces divagations, ils ont pitoyablement dévasté le monde entier en le séparant de notre communauté. Quelle pitié que les régions engrangées grâce au précieux sang des Apôtres aient été abandonnées au Diable à cause de gestes futiles ! C’est pourquoi Dieu nous a aveuglés plus que les autres nations et nous a donné de grandes erreurs. Le fait que nous n’ayons d’autre science que celle des cérémonies et gestes rituels vient uniquement de ce que le sens du baptême n’a pas été compris.

Huitièmement

11La foi chrétienne est venue à nous presque en dernier lieu de chez les Romains et autres sectes. Par la Bible, on nous a dès le début présenté toutes les sectes comme haïssables, de sorte que l’aversion envers elles est devenue en nous comme une seconde nature. De ce fait, notre propre cause est devenue si compliquée en raison des disputes haineuses que nous n’avons pas réfléchi une seule fois à l’origine de la foi dans notre cœur. Je le dis hautement, non pour notre honte, mais afin qu’il nous soit fait miséricorde : aucun docteur de l’Eglise n’a, si peu que ce soit, mis cela en évidence. C’est pourquoi le bon Père de famille a laissé envahir et dévaster Son précieux champ par tant d’ivraie, et même par de grosses souches. Si nos ancêtres avaient lu Isaïe au chapitre cinquième, ils auraient pu flairer cela tant soit peu. Car il est certain que lorsque le puissant Dieu des légions célestes fait naître des erreurs et des hérésies, Il prouve que les gens ne grandissent pas dans la foi, ou bien qu’ils ont une foi perfide et hypocrite. Comment peuvent-ils prétendre condamner les hérétiques alors qu’ils ne sont pas eux-mêmes consolidés dans leur foi ? Le Fils de Dieu dit que s’il envoie l’Esprit-Saint, c’est à coup sûr pour châtier le monde à cause de l’impiété. Comme ils ne veulent pas la reconnaître en eux-mêmes, il faut bien qu’ils l’aperçoivent chez d’autres, apparemment incroyants, que ceux-ci le veuillent ou non ! Car de même que ceux-ci sont dans l’erreur selon notre jugement prétendument juste, de même nous le sommes aux yeux de Dieu. C’est parce que nous croyons être sains en matière de foi et n’avoir pas besoin de médecin que Dieu nous inflige sans cesse une blessure après l’autre. Nous vivons dans cet aveuglement et cette insensibilité, et nous ne voulons pas le croire quand on nous dit que nous sommes aveugles, trois fois aveugles.

Neuvièmement

12Si nous voulons, frères bien-aimés, que l’on nous ouvre les yeux, il nous faut commencer par reconnaître notre aveuglement, que nous manifestons singulièrement dans la foi imaginaire et ensuite dans des œuvres aux apparences trompeuses. Là, il ne faut pas faire comme les docteurs de l’Ecriture, Jean 9, où le miracle de l’aveugle montre leur ignorance endurcie quand ils disent : « Nous savons que Dieu a parlé à Moïse », comme vous faites aussi de nos jours, chers frères docteurs en Ecriture, en disant : « Nous savons que l’Ecriture est juste ». Il est bien vrai qu’elle est juste, mais pour vous mortifier et non pour vous donner la vie, car ce n’est pas pour cela qu’elle est descendue sur le monde. Elle a été écrite pour nous tous, hommes ignorants, afin que la sainte foi du grain de sénevé, Matthieu 17 :20, paraisse à chacun aussi amère que si, en raison du puissant et inéluctable effroi, il n’y avait aucune Ecriture. Dois-je accueillir l’Ecriture pour la seule raison que l’Eglise l’accepte ainsi extérieurement et, en dehors de cela, n’en pas connaître l’origine ?

  • 1 Il s’agit peut-être d’une allusion à un cantique répandu à l’époque.

13Que faire ? Si je regarde tout autour de moi la terre entière pour considérer tous les peuples, je constate que les païens eux aussi croient que leurs dieux sont de pieux saints soumis au Dieu suprême. De même, les Turcs se réclament de leur Mahomet aussi hautement que nous de notre Christ. Et les Juifs, à les considérer de l’extérieur, ont une base plus stable que d’autres gens ignorants et irréfléchis, car ils se disputent avec les autres à cause de l’Ecriture (c’est une dispute utile). Et nous, nous sommes les seuls à nous disputer à cause des honneurs et des biens temporels. Les Juifs ont une tradition vieille de quatre mille ans ; et nous, nous avons tous les jours de nouvelles règles, que nous ne respectons que pour l’argent et les honneurs, jusqu’au moment où nous recevrons ce que nous aurons mérité. Car toutes nos lois chantent « Expiravit ! », comme dans la chanson1. Eux, ils aident leurs frères ; nous, nous dépouillons nos frères et n’aimons personne autant que nous-mêmes. Constatez, frères bien-aimés, en vérité et en toute amitié, bien que cela soit une herbe amère, que nous autres chrétiens avons ingurgité la lie fangeuse du monde entier, à tel point qu’une puanteur affreuse et insondable sort de notre bouche.

Dixièmement

14Considérons tout d’abord attentivement la croyance des païens inspirée par la raison. Nous constatons qu’ils professent qu’il y a un Dieu sans mouvement propre et que tous les hommes pieux qui font quelque chose de particulier pour le bien du monde deviennent les compagnons de Dieu, exactement comme nous le faisons à notre manière pour les saints. Et comme les plantes fragiles que nous sommes ne veulent pas souffrir, nous les invoquons dans nos misères et, agissant de la sorte, nous prétendons être non pas des païens, mais des chrétiens, ce qui. au fond, comme on peut le remarquer, ne manquera pas de coûter sa tête à plus d’un honnête homme avant que nous ayons reconnu exactement notre méchanceté.

Onzièmement

15Si j’examine aussi les Turcs, je constate dans le Coran écrit par Mahomet que Jésus de Nazareth est le fils d’une vierge immaculée. Mais, ajoute-t-il, il ne peut pas être vrai qu’il ait été mis en croix. La raison ? Le Dieu unique et Tout-puissant est beaucoup trop clément pour avoir permis qu’un tel acte fût commis par des méchants. C’est pourquoi (dit le Coran), le Dieu loyal a mis à la place un malfaiteur qui a été crucifié, et les hommes dénués d’intelligence ont été si bien trompés qu’ils ne s’aperçoivent pas du pouvoir du Dieu Tout-puissant. Regarde, misérable frère infidèle, si de nos jours le monde entier n’est pas adonné à cet esprit fantastique et enclin à la vie des sens, même s’il cherche à se parer proprement de l’Ecriture sainte et à se réclamer hautement de la foi des prophètes et des Apôtres ! Lesquels pourtant ont connu d’amères épreuves au-delà de toute mesure. Et l’on voudrait que cela ne nous coûte pas plus cher que d’être fous et ivres ? Ah, messires, arrêtez ! Envoyez au Diable la boîte de fard ! Ne vous maquillez pas comme Jézabel qui s’appliquait à faire tuer Naboth ! Elle n’a pas encore été complètement dévorée par les chiens ; elle vit encore, et elle a la vie dure, pour le tourment des serviteurs de Dieu.

Douzièmement

16Commençons, chers frères chrétiens, par nous prendre par le bout du nez et voyons si nous ne sommes pas semblables aux païens. Les païens adorent Dame Vénus et Dame Junon afin d’avoir de beaux enfants, et pour que la naissance se passe sans douleur. Pour cela, ils ont d’autres dieux, de même que nous, nous invoquons la mère de Dieu en l’honneur de Sa conception. Et nous invoquons aussi sainte Marguerite, et cela contrairement au texte manifeste de la Bible : « Tu enfanteras dans la douleur », et en oubliant que nous devons procréer dans la crainte de Dieu. Ne voyez-vous pas que toute notre vie, avec une idolâtrie manifeste, se déchaîne contre la justesse du vouloir divin ? Nous ne voulons ni ne pouvons voir. La cause en est la foi en Dieu telle qu’elle est issue des perfides docteurs en Ecriture et qui, de nos jours plus qu’au commencement (c’est grande pitié devant l’Eternel), devient de plus en plus insensée. C’est pour cette raison que nous sommes devenus aussi orgueilleux que nos adversaires et que nous prétendons jeter tout de suite au rebut ceux qui ne sont pas entièrement d’accord avec nous. C’est faire preuve d’un grand manque de modestie. Comme beaucoup de gens ne reconnaissent pas l’œuvre de Dieu, ils s’imaginent qu’il est facile de parvenir à la foi chrétienne et qu’il suffit de penser à ce qu’a dit le Christ. Non pas, l’ami ! Tu dois subir la souffrance et savoir comment Dieu en personne arrache ivraie, chardons et épines de la terre fertile, c’est-à-dire de ton cœur. Sinon, il n’y poussera rien de bon, si ce n’est le Diable déchaîné, déguisé en lumière, et de jolis coquelicots. Quand bien même tu aurais dévoré toute la Bible, cela ne te sera d’aucun secours ; il faut que tu subisses le soc acéré de la charrue. Et si tu n’as pas la foi, que Dieu te la donne et te l’enseigne Lui-même ! Pour que cela se fasse, il faudra d’abord, cher docteur en Ecriture, que le Livre te soit fermé. Après cela, ni la raison ni aucune créature ne pourront te l’ouvrir, dusses-tu éclater ! Il faut que Dieu ceigne tes reins ; qui plus est, il faut que tu laisses Dieu dépouiller par Son œuvre tous les habits dont tu as été revêtu par les créatures. Et tu ne dois pas faire comme les sophistes qui commentent un verset par ci, un autre par-là, sans comparaison rigoureuse de tout l’esprit de l’Ecriture. Sinon, nous aurons manqué la porte pour entrer par la fenêtre. Et quand bien même nous saisirions une pensée, nous serions bien loin du compte si nous ne comprenons pas aussi les autres. Prends un exemple : quand on dit que le Christ a tout accompli seul, cela est loin, bien loin du compte. Car comment pourras-tu limiter et suivre Ses traces si tu ne saisis pas la tête en même temps que les membres ? Ce qu’il te faut, je crois, c’est une confortable fourrure ou un coussin de soie !

Treizièmement

17Les tenants de Rome ont distribué des indulgences pour le pardon des peines et des fautes. Et l’on voudrait que nous bâtissions sur un tel fondement ? Ce serait exactement comme si nous faisions crépir une vieille maison en disant qu’elle est neuve ! Nous ferions de même si, pour complaire à notre nature criminelle, nous prêchions un Christ doux comme miel. Si notre nature n’avait pas besoin de souffrir et si tout lui était donné gratuitement, quel résultat obtiendrions-nous ? Ne serions-nous pas à l’unisson des Turcs ? Ils nient la passion du Christ notre Sauveur. Et nous aussi, nous la nierions en cachette, pour ainsi dire à la manière des voleurs, afin d’éviter la souffrance. Ainsi mêlés, froment et épines seraient très décoratifs ! Non, non, mes frères, ce n’est pas là la bonne voie pour aller à la vie, car elle est contraire au texte clair de Matthieu 7 :21, 1 Pierre 2 :6, 1 Jean 2 et Jean 14 :5. Car, comme je l’ai dit plus haut, elle convient parfaitement à la nature. Bref, il faut que ce soit une voie étroite, dans laquelle toutes les pensées de l’Ecriture sont étudiées et vécues non selon les apparences humaines, mais selon la précieuse volonté de Dieu dans toutes sortes d’épreuves de la foi, ainsi que le dit le Christ Lui-même dans le septième chapitre cité ci-dessus. C’est alors seulement que l’homme constate que sa maison, c’est-à-dire lui-même, est bâtie sur un roc inébranlable. Saint Pierre, tout comme nous, ne concevait pas un édifice avec une base aussi solide ; bien qu’il fût fondé sur le roc, il ne pouvait manquer de chuter, car il n’était pas en tous points fermement assemblé. Sa foi ne fut pas diminuée par cette chute, mais au contraire beaucoup augmentée. Comme, après cette chute, il reconnut sa témérité, il devint ferme, alors qu’il ne l’était pas auparavant. Quant à nous, nous devons considérer en toute vérité que les Apôtres et tous les prophètes ne pouvaient persévérer avec les paroles de Dieu avant que toute l’ivraie et toute la témérité d’une foi imaginaire aient été extirpées. Et nous, docteurs en Ecriture, nous nous imaginons qu’il nous suffit d’avoir l’Ecriture et que nous n’avons pas besoin de connaître la puissance de Dieu, comme il est dit clairement dans l’Epitre aux Romains, premier chapitre : « L’Evangile est une puissance de Dieu ». Oui, mais pour ceux à qui il n’est pas caché. Car il faut que je sache si c’est Dieu qui dit cela, et non le Diable. Il faut que je distingue, dans la profondeur de l’âme, l’œuvre de l’un et de l’autre. Sinon, ma conviction ne sera que du vent, comme font pour eux-mêmes et pour d’autres les docteurs en Ecriture qui n’ont pas été mis à l’épreuve. Leur discours n’a pas la puissance de Dieu, car ils disent et proclament effrontément qu’ils n’ont d’autre foi ni d’autre esprit que ceux qu’ils ont volés dans l’Ecriture. Et ils n’appellent pas cela voler, mais croire. La lumière naturelle est si présomptueuse qu’elle croit qu’on peut y parvenir aussi facilement.

Quatorzièmement

18On manque le but de beaucoup quand on prêche que c’est la foi qui nous justifie, et non les œuvres. C’est là un discours erroné. De la sorte, on n’oppose pas à la nature la manière dont l’homme par l’œuvre de Dieu parvient à la foi, à laquelle il doit tendre avant toutes choses et par-dessus tout. Sinon, la foi ne vaut pas un radis ; elle est, à notre avis, mensongère de fond en comble. Il faut dire ce que ressent un pauvre en esprit, et le confirmer par les souffrances des Pères dans la Bible et à partir d’elle. Car c’est par l’ensemble de Ses déclarations prises à la lettre que Dieu explique Sa toute-puissance, manifestée en tous Ses Elus. C’est de cette manière que, dans un avenir prochain, sera saisi le contexte complet de toutes les paroles et que sera dissipée la perfidie des voleurs qui s’en tiennent à la lettre.

Quinzièmement

19C’est sous la forme d’un discours complexe et diffus que je viens, frères bien-aimés, de vous exposer ma déclaration et mes explications. La raison en est (pardonnez-moi pour l’amour de Dieu) que pour le moment vous ne constaterez ni foi ni œuvres bonnes si ce n’est chez ceux qui font progresser l’Evangile et glorifient très hautement la foi. Ainsi, la présomptueuse lumière naturelle se dit illusoirement : « Bah ! S’il n’y faut rien de plus que la foi, hé, hé, avec quelle facilité tu vas y parvenir ! ». Et elle dit encore : « Oui, cela ne fait pas de doute ; tu es né de parents chrétiens ; tu n’as jamais douté, donc tu resteras ferme dans ta foi. Oui, oui, je suis un bon chrétien. Faire son salut n’est vraiment pas difficile. Fi, fi, les prêtres ! Ah les maudits, comme ils m’ont mené la vie dure ! etc. ». Ainsi, les gens pensent parvenir au salut, alors qu’ils n’attrapent que du vent ; ils ne lisent ni n’écoutent rien, du début à la fin, de ce qu’on écrit sur la foi et les œuvres, et ils prétendent avec toutes ces paroles vantardes être parfaitement conformes à l’Evangile. C’est une énorme et grossière erreur. Allez-donc la comprendre ! Et pourtant, beaucoup de gens lui sont encore favorables, ce qui leur permet de mener une vie éhontée et de se couvrir de cette erreur pour cacher leur ignominie.

Seizièmement

20En revanche, il est de certaines gens honnêtes qui ne laissent pas satisfaire leur conscience par des bavardages aussi légers et qui estiment et reconnaissent sincèrement que le chemin qui conduit au ciel doit être une voie étroite, et qu’on ne peut le trouver par la joie de la chair. Mais, partant de là, ils tombent dans une haie d’épines, c’est-à-dire cérémonies et gestes païens, quantité de jeûnes et de prières, etc., et pensent qu’ils ont ainsi touché juste. Hélas ! Ceux qui se satisfont de cela et ne s’en écartent plus, ou n’aspirent plus à se dépasser eux-mêmes, ceux-là, il n’y a rien à faire pour eux ; ils deviennent des diables orgueilleux, et ils seront les premiers parmi les damnés. En revanche, ceux qui se fraient à grand peine un chemin à travers la foi imaginaire et les œuvres extérieures, comme font les pécheurs les plus grossiers à travers leurs méfaits, ceux-là voient que la parole à laquelle est attachée la vraie foi n’est pas à cent mille lieues d’eux ; ils la voient jaillir de la profondeur du cœur et constatent comment elle vient du Dieu vivant. Ils se rendent bien compte qu’il faut être austère, qu’il faut donner congé à tous les appétits et attendre à grand travail les paroles et la promesse de Dieu. Si alors l’homme a la foi, ce n’est pas parce qu’il en a entendu parler par d’autres. Et le fait que le monde entier accepte ou rejette cette foi lui est indifférent, ainsi que l’atteste Jean au chapitre quatrième. Mais son regard intérieur a longtemps, longtemps attendu le Seigneur et Ses mains, c’est-à-dire les œuvres divines. Et ainsi, l’édification récolte jusqu’au bout les fruits de l’Esprit. C’est ainsi qu’il faut attendre la miséricorde inébranlable de Dieu.

Dix-septièmement

21C’est l’attente active de la Parole qui fait le chrétien naissant. Cette attente doit d’abord vivre la Parole dans la souffrance. Et là, il ne faut pas qu’il y ait aucune espérance consolatrice en un pardon éternel envers nos œuvres. A ce moment, l’homme croit qu’il n’a aucunement la foi. Oui, il lui semble qu’il n’éprouve aucune foi. Il ressent un besoin et un désir de la vraie foi, mais si faibles qu’il ne les perçoit qu’à peine et avec une difficulté extrême. Mais ce désir finit par éclater au dehors, et l’homme dit : « Ah ! Misérable que je suis ! Qu’est-ce donc qui me pousse en mon cœur ? Ma conscience consume toute ma sève, toute ma vigueur et tout mon être. Ah, que faire maintenant ? Je me suis égaré sans obtenir consolation ni de Dieu ni des créatures. Et Dieu me tourmente avec ma conscience, avec le manque de foi, le désespoir et le blasphème. De l’extérieur, je suis accablé par la maladie, la pauvreté, les calamités et toutes sortes de misères de la part des méchants, etc. Et intérieurement, je suis encore beaucoup plus harcelé que de l’extérieur. Ah ! Comme je voudrais bien avoir la vraie foi. Si tout dépendait de cela, et si seulement je savais quelle est la droite voie, oui, j’irais jusqu’au bout du monde ! ». Alors surviennent les pieux docteurs en Ecriture, quand ces hommes affligés (qui sont les meilleurs de tous) viennent les trouver et disent : « Cher Maître, Votre Honneur. Monsieur le Professeur [et autres idioties du même genre]. Ah ! Pauvre de moi, qui me suis égaré ! Je ne crois ni en Dieu ni en la créature. Je me sens si mal que c’est à peine si je sais si je préfère être mort ou vivant. Donnez-moi un bon conseil, pour l’amour de Dieu, car je crains fort d’appartenir au Diable ».

22Alors les doctes – qui ont une peine infinie à ouvrir la bouche, car un mot de leur part coûte un tas d’écus – les doctes disent : « Hé ! L’ami ! Si tu ne veux pas croire, va-t-en au diable ! ». Et la pauvre créature répond : « Hélas ! très savant docteur ! Je voudrais bien croire, mais l’impiété étouffe le désir que j’en ai. Au nom du ciel, comment y remédier ? ». Alors le docte dit : « Mon brave, il ne faut pas te préoccuper de choses si élevées. Contente-toi de croire tout simplement, et rejette ces pensées. C’est pure imagination. Mêle toi aux gens, sois gai, et tu oublieras ces soucis ». Vois donc, cher frère bien-aimé, c’est ce genre de consolation et aucune autre, qui a régné dans l’Eglise. Cette consolation-là a fait de tout le sérieux chrétien une abomination.

Dix-huitièmement

23Si un chrétien sincère est tenté de craindre que de telles pensées rudes et amères et une telle détresse angoissée ne le rendent fou et insensé, alors, c’est que la nature est soupçonneuse outre mesure. Car la première des impiétés n’est-elle pas de ne pas avoir confiance en la bonté et en la clémence de votre créateur et en sa capacité à préserver votre cervelle ? C’est là qu’on voit très clairement notre impiété. Si nous autres doctes voulions empoigner cette affaire, il nous faudrait utiliser plus intensément encore nos cervelles ! C’est pourquoi les doctes disent avec nonchalance » « Ouais ! S’il fallait présenter aux gens un enseignement aussi élevé, ils en deviendraient fous ! ». Et ils ajoutent : « Le Christ dit qu’il ne faut pas jeter les perles devant les pourceaux. A quoi bon pour le pauvre peuple grossier un enseignement aussi élevé et tout de spiritualité ? Cette science ne convient qu’aux doctes ». Non pas, non pas, cher maître ! Saint Pierre dit qui sont les pourceaux à l’engrais : ce sont les doctes hypocrites et menteurs, de quelque sorte qu’ils soient, qui ne prisent que la bouffe et la bouteille, qui n’ont d’autre désir que de mener joyeuse vie et qui grognent en montrant les dents comme des chiens dès qu’on prononce un mot pour les contredire.

Dix-neuvièmement

24Ces mêmes pourceaux à l’engrais, le Christ les appelle faux prophètes, qui n’enlèvent la poutre ni de leur œil ni de celui des autres. Ils élargissent la voie étroite, nomment amer ce qui est doux, et ténèbres ce qui est lumière, Isaïe 5 :20. Ils sont les sages, à leurs yeux. Ceux-là, je les prie de bien vouloir s’abstenir de leur insolence, pour l’amour de Dieu. Comment pourraient-ils prêcher avec grand effroi ce dont ils n’ont pas l’expérience ? Et comment pourraient-ils faire croire que Dieu a parmi les nourrissons beaucoup de gens par lesquels Il répandra Son nom ? Tous ceux qui le font seront avec le Christ comme de chétifs vers de terre aux yeux du monde. Ils ne feront pas comme les envoyés gadaréniens qui demandèrent au Seigneur de quitter leur pays alors qu’il n’y venait que pour présenter Sa parole à ceux qui en avaient besoin ; ils voulaient la recevoir sans que cela porte atteinte à leurs appétits, ce qui est impossible. C’est pourquoi, frères bien-aimés, quand on nous veut ou nous fait du bien, il ne faut pas, comme les singes ou les grosses mouches, en faire grande souillure ; il faut penser à ce que dit Salomon : « Les blessures qui viennent d’un ami valent mieux que les baisers d’un ennemi perfide ». De même, le prophète dit : « Mon cher peuple, ceux qui te disent saint et bon te trompent ». Un homme sage s’amende quand on le blâme ; un fou n’écoute pas ce que dit la sagesse. Il faut lui dire ce qu’il a envie d’entendre. Que le Dieu de miséricorde vous en préserve éternellement, frères bien-aimés ! Amen.

Vingtièmement

25Dans cette déclaration et explication, j’ai parlé sous forme de résumé du dommage subi par l’Eglise et qui s’est abattu sur nous parce que le baptême n’est pas compris et à cause de la foi imaginaire. Si je me trompe en cela, je veux bien me laisser instruire amicalement devant une assemblée dépourvue d’hostilité envers moi ; non pas sans de suffisants témoins et à huis clos, mais au grand jour. Par cette audition, je veux améliorer l’enseignement des prédicateurs évangéliques, et non mépriser nos frères de l’Eglise romaine, qui sont à la traîne et font preuve de lenteur. Seulement, jugez-moi à la face du monde entier, et non à huis clos. En cela j’engage mon existence et ma vie, sans aucune arrière-pensée de défendre les hommes, mais seulement au nom de Jésus-Christ le vrai Fils de Dieu. Qu’Il vous ait éternellement en Sa garde. Amen.

Vingt-et-unièmement

26D’importantes raisons m’ont conduit à rendre publique cette déclaration, car il faut mettre le torchon bien en vue sur la barre de la croix, afin que l’enseignement du Christ ne subisse pas de préjudice par ma faute. Que celui qui y trouve des points faibles m’écrive amicalement, et je lui répondrai en faisant bonne mesure, afin que personne ne juge injustement son prochain. Que Jésus-Christ, le doux Fils de Dieu, nous y aide, Lui qui fait de nous tous Ses frères. Amen.

Vingt-deuxièmement

27Je prouverai mes raisons, et j’aimerais que vous autres, qui n’avez pas été mis à l’épreuve, ne sentiez pas la raillerie vous monter au nez devant un débat où moi et mes adversaires serions interrogés devant toutes les nations sur toute espèce de questions concernant la foi. Si cela peut vous faire plaisir, j’y engage sans réserve ma pauvre vie. Au nom de la miséricorde divine, ne vous hâtez pas trop de prononcer un jugement expéditif. Amen.

Notes

1 Il s’agit peut-être d’une allusion à un cantique répandu à l’époque.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search