Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

De la foi imaginaire

Publié en vue de la Protestation prochaine par Thomas Müntzer directeur des consciences à Allstedt contre la foi imaginaire dans la chrétienté

Texte intégral

Premièrement

1La foi chrétienne est une assurance permettant de se reposer sur la parole et la promesse du Christ. Afin de saisir cette parole d’un cœur droit et sincère, il faut que l’oreille soit débarrassée de la rumeur des soucis et des désirs. Car pas plus que le champ ne peut produire diverses sortes de froment sans le soc de la charrue, personne ne peut se dire chrétien s’il n’a été auparavant rendu par sa croix réceptif à l’œuvre et à la parole de Dieu. Dans une telle attente, l’ami de Dieu élu par Lui fait dans la souffrance l’expérience de Sa parole ; il n’est pas de ceux qui écoutent d’un cœur insincère ; il est au contraire un élève zélé de son Maître, qu’il observe en tous points sans ménager sa peine afin de pouvoir être à tous égards comparé à ce modèle.

Secondement

2Ce que le Christ lui donne à voir ou à entendre, l’homme le reçoit comme un merveilleux témoignage destiné à chasser, tuer et broyer son incroyance. Dans cette mesure il considère l’Ecriture sainte tout entière comme une épée à deux tranchants, car tout ce qui s’y trouve est là plus pour nous mortifier que pour nous donner la vie. Un homme non éprouvé qui prétend se glorifier de la parole de Dieu ne fera rien d’autre qu’attraper du vent. Car depuis le commencement, Dieu a très durement mis à l’épreuve Ses Elus, et singulièrement Il n’a pas épargné Son unique Fils afin qu’il soit le vrai but du salut et qu’il montre l’unique voie étroite que les luxurieux docteurs en Ecriture ne pourront trouver dans toute l’éternité. Voilà pourquoi un ami de Dieu élu par Lui ne peut accéder facilement à la foi. Combien de gens s’en vantent, qui n’ont qu’une foi hypocrite et entièrement imaginaire, à moins qu’ils ne puissent rendre compte de l’origine de cette foi, comme cela s’est produit pour tous ceux qui sont dans la Bible. Il est impossible d’appeler païens raisonnables, à plus forte raison chrétiens, ces fous imbus de leur propre jugement. Ce sont ces gens qui se déguisent en anges de lumière ; il faut nous en garder comme du Diable.

Troisièmement

3Dieu permit qu’Abraham tombât dans le malheur et fût abandonné, afin qu’il doutât de toutes les créatures, mais non pas de Dieu. C’est pourquoi il fut tourmenté avec la promesse de Dieu. Alors qu’elle allait s’accomplir, il était tourmenté au sujet de cette promesse et dut partir pour un pays étranger avec une consolation remise à beaucoup plus tard, délai que, selon la lumière naturelle, il trouvait beaucoup trop long, ainsi que saint Etienne le relate aux docteurs douillets et pointilleux dans les Actes des Apôtres 7 :1. Les hommes damnés veulent toujours se cacher en eux-mêmes et n’en prétendent pas moins saisir le Christ élevé sur la croix. Le dixième et le onzième chapitres de la Genèse impliquent le douzième quand on les met en regard, où il est dit qu’Abraham, après maints tourments et tribulations, devint digne de voir le jour du Christ. Car, depuis le commencement, Dieu n’eut pour cela aucune autre manière. Si la lumière naturelle a été anéantie aussi sévèrement en Abraham, que ne doit-il pas se produire en nous ?

Quatrièmement

4Moïse, qui indique par la Loi que la connaissance par la lumière naturelle est fausse, ne voulut pas croire à la promesse vivante de Dieu. Car il fallait que l’incroyance fût d’abord parfaitement reconnue en lui pour qu’il pût s’en remettre infailliblement à Dieu et qu’il sût de façon certaine que le Diable ne lui donnait pas une nasarde. Moïse aurait-il pu tenir Dieu pour un diable s’il avait reconnu la perfidie de la créature et l’unité de Dieu selon l’ordre qui réside en lui et dans les créatures ? Même quand le monde entier tient quelque chose pour donner par Dieu, cela ne peut satisfaire le pauvre en esprit, à moins qu’il ne le trouve conforme à l’affliction.

Cinquièmement

5Que tout Elu pieux et honnête examine aussi brièvement que ce soit la Bible sans s’acharner à y trouver rien de précis. Il y trouvera que tous les pères, les patriarches, les prophètes et singulièrement les Apôtres ont eu les plus grandes difficultés à parvenir à la foi. Aucun n’a prétendu s’y précipiter d’un seul coup comme nos pourceaux déments et luxurieux qui s’effraient de l’ouragan, des flots tumultueux et des grandes eaux de la sagesse. Car leur conscience leur fait bien connaître qu’ils finiront par périr dans cet ouragan. C’est pourquoi, avec toutes leurs promesses, ils ressemblent au fou qui bâtit sur le sable. Tout ce qui est construit là-dessus s’effondre.

Sixièmement

6Les Apôtres avaient entendu le porteur de l’Evangile Lui-même, et le Christ dit à Pierre, Matthieu 16 :17, que ce n’était pas la chair ni le sang qui lui avaient fait cette révélation, mais Dieu en personne. Cependant, ils ne pouvaient admettre cette promesse si ce n’est en rougissant de honte et en tombant dans le blasphème, afin que leur incroyance fût mise à rude épreuve. Car, tous autant qu’ils étaient, ils ne voulaient pas croire que ce fût Lui qui était ressuscité. Ils pensaient que c’était un fantôme ou un mirage. Et nous, hommes non éprouvés, nous avons une si haute opinion de nous-mêmes quand nous prétendons nous tirer d’affaire avec une foi imaginaire et une miséricorde divine inventée ! Nous acceptons une promesse naturelle et prétendons avec cela monter à l’assaut du ciel ! Ah non, chers chrétiens ! Servons-nous de la Bible pour ce pour quoi elle a été faite, pour mortifier (comme il a été dit plus haut) et non pour donner la vie comme peut le faire la parole vivante qu’une âme vide entend. Ne prenons pas un fragment par ci et un autre là, mais rassemblons dans le vide de l’esprit, et non de la chair, tous les passages de l’Ecriture où l’on peut observer qu’elle console et effraie à la fois. Lorsque la foi perfide n’est pas mise à jour jusqu’en ses fondements, on ne reçoit jamais que la parole extérieure. Mais dans la tempête le fou la déforme. C’est pourquoi il faut d’abord amener les gens au plus haut degré d’incertitude et d’émerveillement si l’on veut les débarrasser de leur foi imaginaire et les enseigner droitement dans la vraie foi.

Septièmement

7Chez un prédicateur parvenu à la justification, les paroles de Dieu ne sont pas mises dans la bouche hypocritement et en paroles douces comme miel, mais avec un zèle ardent et vraiment rigoureux, afin d’extirper, de briser et de disperser les faux chrétiens et de détruire entièrement leur foi scélérate que, tels des voleurs sournois, ils ont dérobée soit par simple ouï-dire, soit dans les livres des hommes.

Huitièmement

8Aussi longtemps que la pauvre, misérable, pitoyable et lamentable chrétienté ne reconnaîtra pas les dommages qu’elle a subis, il sera impossible de lui venir en aide. Aussi longtemps qu’elle ne voudra pas se défaire de sa foi imaginaire, qu’elle dissimule sous les apparences de la vraie foi comme pour masquer sa honte, on ne pourra lui porter remède ni secours. La cause de tous les défauts, c’est que personne parmi les Turcs, les païens, les Juifs et tous les incroyants ne veut ressembler à l’autre dans l’origine de sa foi, mais que chacun se sert et se pare de sa foi et de ses œuvres sans connaître le fondement ni de l’un ni des autres. Voilà pourquoi nos pères, qui étaient fort grossiers et balourds, ont donné le monde entier au Diable, excepté eux seuls, provoquant ainsi la naissance de quantité de sectes et de divisions. Ne considérant pas la différence entre la foi imaginaire et la vraie, ils sont tombés en désaccord sur la plupart des cérémonies et des rites.

Neuvièmement

9Afin d’aider la misérable et grossière chrétienté à s’écarter de cette abomination, il faut surtout commencer par écouter un prédicateur sévère qui, comme Jean-Baptiste, criera lamentablement et pitoyablement dans le désert, Isaïe 40 :3, à l’adresse des cœurs déments et forcenés des hommes, afin qu’ils apprennent, dans l’œuvre de Dieu, la manière de devenir réceptif à la parole divine après divers mouvements, après lesquels leur est désignée la fontaine de félicité, le Fils de Dieu, qui, tel un tendre agneau, n’a pas ouvert la bouche quand on l’a sacrifié, ôtant ainsi tout le péché du monde, afin que, tels des brebis sans cesse mises à mort, nous comprenions que dans la souffrance nous ne devons pas gronder ni grogner comme des chiens geignards, mais être comme les brebis de Son pâturage, qu’il nous présente avec le sel de Sa sagesse dans la souffrance et pas autrement.

Dixièmement

10La mauvaise pâture empoisonne les brebis, mais c’est le sel qui les nourrit. Prêcher au monde adonné à la chair un Christ de douceur est le pire poison qui ait été donné aux brebis du Christ depuis le commencement. Car en l’acceptant, l’homme prétend être conforme à Dieu, alors qu’il ne veut ni ne désire être conforme au Christ. D’ailleurs, il n’est même pas le moins du monde semblable à lui-même, mais il est, tel une salamandre ou une panthère, inconstant dans tout ce qu’il entreprend. C’est pourquoi le Christ a dit avec conviction : « Mes brebis entendent ma voix et ne suivent pas la voix de l’étranger ». Celui-là est un étranger qui laisse à l’abandon le chemin de la vie éternelle, sans enlever les épines et les chardons, et qui dit : « Crois ! Crois ! Tiens-toi ferme, ferme à une foi solide, assez solide pour que l’on puisse avec elle enfoncer des pieux dans la terre. »

Onzièmement

11Il ne faut pas entrer dans la maison par la fenêtre, ni fonder sa foi sur autre chose que le Christ tout entier, et non sur la moitié. Celui qui ne veut pas avoir un Christ amer s’empiffrera de miel jusqu’à en mourir. Le Christ est une pierre angulaire. De la même manière que l’on a procédé avec cette pierre pour la polir, de même le Maître d’œuvre doit procéder avec nous afin que nous croissions jusqu’à former le véritable édifice de la vie. Il ne faut pas qu’il y manque la moindre petite pièce, afin que tout chrétien devienne le plus possible semblable à cet édifice selon son talent et sa mesure. Car qui ne meurt pas avec le Christ ne pourra ressusciter avec Lui. Comment peut-il être dans la vérité de sa nouvelle vie, celui qui n’a pas dépouillé son vieil habit ? C’est pourquoi ceux qui consolent avant d’affliger sont des voleurs et des assassins, qui veulent agir avant que le Christ ne vienne, et qui ne savent pas quand ils doivent dire oui ou non.

Douzièmement

12Le Christ, inaltérable comme Son Père, n’a pas manifesté pour Ses Elus d’amour plus exquis qu’en les faisant de tout son zèle à l’image des brebis qui servent aux cuisines et qui, au contraire des damnés, ne songent qu’à être chassées et tuées, afin que leur mémoire soit effacée de la terre. Celui qui de cette manière regarde l’Agneau ôter le péché du monde dira : « De mes oreilles j’ai entendu ce que les pères de la Bible ont fait avec Dieu et ce que Dieu a fait avec eux ; aucun ne s’est accordé avec Lui avant d’avoir surmonté le monde par sa souffrance (laquelle Lui appartient pour l’éternité). C’est l’éclat de Dieu dans la lumière qui fait parvenir à la lumière. C’est cela dont le Seigneur dit, Jean 10 : « Les brebis que mon Père m’a confiées, personne ne pourra me les ravir ». L’interprétation de cette parole est la pâture de la brebis dont le nom est inscrit dans le ciel. Car après avoir été tuée elle dit : « O Seigneur ! Lève-toi de Ton sommeil ! Pourquoi détournes-tu de moi Ta face ? Aide-moi, pour l’amour de Ton nom, afin que mes pieds reposent solidement sur la pierre. Alors je dirai : C’est Toi seul qui l’a fait. Alors je ne me laisserai pas lier les lèvres, et je proclamerai dans Ta grande Eglise la justice dont Toi seul est l’origine. »

Treizièmement

13C’est sur un tel fondement que l’on bâtit la vraie chrétienté, qui est promise à la vie éternelle ; c’est dans ce but qu’il faut apprendre à se garder du levain des docteurs scélérats (Matthieu 16 :6) qui avec leurs lamentations vermoulues transforment en mauvais levain même les pures paroles de Dieu. Car tout leur enseignement fait que les hommes sont dans l’erreur et se rengorgent avec leur foi non éprouvée, en pensant qu’avec ces promesses ils seront capables de résister à toutes les épreuves, alors qu’ils n’apprennent pas comment on peut y parvenir.

Quatorzièmement

14Examine, frère Elu, le seizième chapitre de Matthieu de bout en bout et mot à mot. Tu y trouveras que personne ne peut croire en Christ avant d’être devenu semblable à Lui. C’est après avoir rencontré et traversé l’incroyance que l’Elu abandonne toute sa foi imaginaire, tout ce qu’il a appris, entendu et lu selon la manière de l’Ecriture. Car il voit bien qu’un témoignage extérieur ne peut produire en lui une réalité essentielle, mais que ce témoignage ne sert qu’à ce pour quoi il a été créé. C’est pourquoi il ne se préoccupe en rien de ce que disent les hommes qui n’ont pas l’expérience de la foi, mais attend avec diligence la révélation, comme Pierre qui se détache des autres disciples en disant : « Je sais en vérité que le Christ est le Fils du Dieu vivant », car l’incrédulité qui se cache dans la chair et le sang est en grande partie surmontée si l’on traverse les désirs que le grain de sénevé et le bon levain rongent et pénètrent en faisant une percée à travers l’incroyance tout entière. Il faut avoir connu le désespoir et souffert toutes les grandes oppositions. Il faut d’abord souffrir l’enfer si l’on veut se garder de ses portes qui engloutissent. Le damné ne reçoit pas l’Ecriture de la même façon que l’Elu. L’incroyant reçoit l’Ecriture avec un plaisir excessif. C’est quand un autre souffre pour lui qu’il pense bâtir sur une foi solide. Mais quand il s’agit de regarder l’Agneau qui ouvre le livre, alors il ne veut pas perdre son âme, il ne veut pas devenir semblable à l’Agneau et prétend, selon sa manière sensuelle, se tirer d’affaire avec des textes clairs. Cela est erroné.

15Tant qu’on expose au docte l’Ecriture tout entière d’une manière seulement humaine, il ne la connaîtra pas pour autant, dit-il éclater. Il faut qu’il attende qu’elle lui soit ouverte avec la clé de David sur le pressoir, Apoc. 14 :19, où il sera écrasé avec toutes ses manières empruntées, de sorte qu’il deviendra si pauvre en esprit qu’il ne pourra trouver en lui d’autre foi si ce n’est qu’il voudrait bien croire droitement. C’est cette fois-là qui devient aussi petite que le grain de sénevé, Luc 17 :6. Alors l’homme doit voir comment souffrir l’œuvre de Dieu afin de grandir de jour en jour dans la connaissance de Dieu. Alors l’homme ne reçoit d’enseignement que de Dieu seul et d’aucune créature. Ce que savent toutes les créatures n’est pour lui que fiel, car ce n’est que manière erronée de connaître Dieu. Puisse Dieu en garder tous Ses Elus et les en sauver s’ils y ont succombé ! Que Dieu le veuille ! Amen.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search