Version classiqueVersion mobile

Thomas Müntzer (1490-1525)

 | 
Thomas Müntzer

Traductions

Notes sur la traduction

Texte intégral

  • 1 Marianne Schaub a effectué pour sa thèse de 3e cycle (Paris-Sorbonne 1968) une traduction du Sermo (...)

1Les textes de Müntzer n’étaient jusqu’ici accessibles au public français que par des citations contenues dans un petit nombre d’ouvrages. Ainsi, des extraits figurent en traduction libre dans le livre de Maurice Pianzola Thomas Müntzer ou la guerre des paysans. La traduction du livre d’Ernst Bloch Thomas Münzer théologien de la révolution, par Maurice de Gandillac, contient les citations de l’original, et notamment la version brève du Manifeste1.

2Or, ce n’est pas non plus l’œuvre complète de Müntzer qui est mise ici à la disposition du lecteur français. Il y trouvera le texte complet des six œuvres théologico-politiques, dont la version longue du Manifeste. Pour ta correspondance, je me suis limité à un choix qui n’englobe pas les lettres latines, dont certaines cependant sont analysées dans l’introduction, et qui ne commence qu’avec la lettre au comte de Mansfeld, du 23 septembre 1523. Ce choix propose la moitié environ des lettres de la dernière période, et un peu plus du quart de l’ensemble de la correspondance. C’est peu, estimera-t-on sans doute, d’autant plus que les œuvres sur la liturgie ont été réduites à un bref extrait. Je pense cependant que les lettres présentées sont les plus significatives et qu’elles donnent une image exacte de la pensée de Müntzer et de son évolution à partir de l’automne 1523. Imparfait, mais non arbitraire, le choix permettra au total une information suffisante du lecteur français. Il reste à souhaiter que Müntzer trouve dans l’avenir un traducteur de ses œuvres complètes. Ce serait là une tâche ambitieuse et de longue haleine, qui exigerait la constitution d’une équipe pluridisciplinaire.

3Les textes de Müntzer sont souvent d’une lecture extrêmement ardue, y compris pour les germanophones. Il suffit pour s’en convaincre de considérer la masse des notes explicatives pas toujours très sûres, du reste, et parfois contradictoires – qui accompagnent les éditions allemandes, qu’elles soient destinées au grand public ou à la communauté scientifique. C’est dire qu’il serait présomptueux de prétendre avoir résolu toutes les difficultés de sens. Je dois à ce propos adresser mes remerciements à Mme Barbara Könneker, professeur à l’université de Francfort, qui a bien voulu me prêter son concours pour élucider certains passages et certaines expressions obscures.

4Je remercie également M. Pierre Ponsot, de l’université Lyon II, pour ses observations critiques. Je mentionnerai aussi les étudiants qui, parmi ceux de mon séminaire « Renaissance et Baroque » à l’université Lyon II ont rédigé des mémoires de maîtrise sur Müntzer, Carlstadt et leur temps : E. Angebault, C. Boulle, B. Chanut, M. Charbonnier, F. Dubuis, F. Guidelli, Y. Jacquet, R. Malkani. Leur vif intérêt pour la sociologie de la religion et pour l’Allemagne du XVIe siècle m’a été un constant stimulant.

5Je remercie enfin le Centre National de la Recherche Scientifique et l’Institut d’Etudes A demandes et Scandinaves de l’Université Lyon II, dont les subventions ont facilité l’impression de ce volume.

Notes

1 Marianne Schaub a effectué pour sa thèse de 3e cycle (Paris-Sorbonne 1968) une traduction du Sermon aux Princes, de l’Expresse mise à nu et du Plaidoyer (ce dernier texte sous le titre : « Très bien fondée apologie »). J’ai pu consulter cette thèse non publiée.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search