Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

IV. Hypothèses dans la longue durée

Les maladies et les états de santé en occident du xviiie siècle à nos jours certitudes et hypothèses, réalités et illusions de la prévention

Henri Péquignot

Texte intégral

  • 1 A. JACQUARD, Concepts en génétique des populations, Masson, 1977.

1Une certaine pensée diffuse qui n’est peut-être en réalité qu’une mode « rétro », nous paraît empoisonner la littérature gérontologique moderne : tout se passe comme si tout le monde croyait que le doublement en quelques dizaines d’années de l’espérance de vie s’était accompagné d’une détérioration de celle-ci, que l’on était passé d’une vie courte et bonne à une longue vie beaucoup plus désagréable. Les quelques réflexions qui vont suivre voudraient dégonfler cette baudruche, comme je crois mon ami Albert Jacquard1 a mis à mal le mythe (parallèle et de même origine idéologique) selon lequel la prolongation de la vie due à la médecine (pourtant essentiellement l’élimination de la mortalité infectieuse et nutritionnelle du nourrisson, de l’enfant et de l’adulte jeune) avait détourné les « bienfaits de la sélection naturelle » et amené une soi-disant détérioration génétique de l’espèce humaine.

2Certes, le sujet est difficile parce que l’histoire de la santé des populations a encore beaucoup de progrès à faire. Mais si l’on ne sait pas tout, on en sait déjà suffisamment pour pouvoir redresser cette légende.

  • 2 H. PÉQUIGNOT, « La mort », Encyclopédie de la Pléiade, Médecine I, Gallimard, 19110.

3L’état de santé d’une population, même hic et nunc ne peut encore être représenté par un indicateur synthétique satisfaisant. A fortiori, la difficulté est insurmontable dans les comparaisons historiques. En fait, on essaye de la pallier en utilisant des dénombrements des maladies dans une population. Toutefois, encore aujourd’hui, si les statistiques de mortalité sont utilisables, les statistiques de morbidité sont pratiquement inutilisables, même pour des comparaisons prudentes à travers le temps et l’espace. Il y a sans doute absence de recensement, mais surtout caractère hétérogène des faits recensés ; on ne peut additionner une incidence et une prévalence alors qu’on peut toujours additionner deux morts d’origines variées. Le plus grave est le fait des diagnostics multiples. Il est déjà très critiquable dans l’épidémiologie moderne de ne compter qu’une cause ( ?) de mort par décès2. Il est inadmissible de confondre dénombrement de maladies et le dénombrement de malades : des erreurs grossières sont ainsi commises à grand frais chaque jour dans la récolte des documents, par exemple sur les causes d’hospitalisation, d’absentéisme, ou de recours aux soins d’une population.

  • 3 G. KOSCH et la D.E.M. du CREDOC, Éléments d’Économique médicale (tableau p. 53), Flammarion, 1973.

4Nous savons bien que les états morbides qui frappent une population se classent très différemment par ordre d’importance suivant qu’on envisage : causes de mortalité, motifs d’hospitalisation, affections déclarées en un jour donné à domicile par une population (tableau)3.

  • 4 Théodore ZELDIN, Histoire des Passions françaises. Ambition et Amour, Encres, 1979, p. 354.

5La plupart des schémas sur l’état de santé des populations des siècles passés ont été bâtis sur les causes de mortalité. Des enseignements beaucoup plus succincts sont connus sur les infirmités (aveugles, sourds-muets, idiots), du moins jusqu’au moment où la conscription militaire s’est introduite. Citons pourtant Théodore Zeldin4 :

  • 5 Armand HAYEM, Le Mariage (1872), p. 243.

6« Une étude publiée en 1872 révélait que sur 325.000 appelés âgés de vingt ans, 18.016 étaient d’une taille inférieure à 1,45 m. 30.524 étaient de « faible constitution », autrement dit souffraient de rachitisme ou de phtisie, etc... ; 15.988 étaient boîteux, mutilés ou atteints de hernies, de rhumatismes, etc... ; 9.100 étaient bossus, avaient un pied-bot ou les pieds plats ; 6.934 avaient des troubles de l’audition, de la vision ou de l’odorat ; 963 souffraient de troubles du langage et 4.108 étaient édentés ; 5.114 étaient minés par « la débauche précoce », 2.529 souffraient de maladies de peau, 5.213 de goitres et d’écrouelles, 2.158 étaient paralytiques, épileptiques ou atteints de crétinisme, et 8.236 étaient affectés de troubles divers. Il y en avait donc 109.000 en tout — soit un tiers — qui étaient infirmes ou difformes, et cela à l’âge de vingt ans5 ».

  • 6 H. PEQUIGNOT, M. MAGDELAINE et Y. GRANGE, « Contribution à l’étude de la fonction hospitalière dans (...)

7Des données à caractère monographique peuvent être trouvées sur certaines maladies propres à certaines régions, (goitre endémique). Enfin, des descriptions assez précises ont été faites par des médecins ou par des mémorialistes sur les épidémies, d’autant mieux connues qu’elles sont plus graves, plus violentes et plus brèves : la peste, le choléra, la syphilis, au XVIe siècle, ont été ressenties comme des épidémies. La grande onde (près de deux siècles) de tuberculose qui a accompagné les débuts de la civilisation industrielle et urbaine n’a pas été ressentie comme telle. S’il est exact que les principales causes enregistrées ou ressenties de décès au XVIIIe siècle et même au XIXe siècle se rapportaient à une pathologie aiguë, souvent infectieuse du sujet jeune, alors qu’aujourd’hui les causes de décès sont des maladies chroniques, cette comparaison ne suffit pas pour opposer deux faciès « d’états de santé » réellement différents de populations6.

8Il y a un hiatus entre « causes de décès » et expérience quotidienne de la maladie et de la santé aux siècles passés : tout d’abord il y a une sous-estimation involontaire et inconsciente de la morbidité par deux mécanismes.

  • 7 P. VIEUVILLE, Les maladies d’Honoré de Balzac, Thèse de Médecine, Paris Necker, 1975.
  • 8 Dr. FREUZAL, « Contribution à l’étude de la cécité », Bulletin de la clinique ophtalmo logique des (...)

9Des maladies que nous savons maintenant chroniques, étalées sur des années ou des dizaines d’années, ne sont prises en compte qu’à propos d’épisodes aigus : on a sept ou huit « rages de dents », de quelques heures à quelques jours. On n’a pas conscience de la carie dentaire, maladie chronique sous-jacente pluri-annuelle. Nous reconstruisons sur plus de dix ans la tuberculose pulmonaire de Tocqueville, il l’a vécue presque jusqu’à la fin comme une série successive d’incidents de santé, voire comme « une constitution » un peu particulière. La reconstruction de la vie de Voltaire, de Rousseau, de Balzac7, de nombreux personnages de Saint Simon, à travers les romans la vie de « gens de peu », nous met en face de sujets qui se traînent d’une maladie à l’autre, d’un médecin à l’autre, d’un charlatan à l’autre. La goutte, le diabète, l’obésité, la cirrhose du foie, l’insuffisance cardiaque (hydropisie), les cancers viscéraux sont très clairement attestés8.

10Une autre raison tient à l’absence de traitement : il y a moins d’un demi-siècle, les rhumatisants, amputés étaient des « invalides » : depuis qu’on leur donne des médicaments, qu’on les opère, qu’on les appareille, qu’on les rééduque, ce sont des « malades ». Mais il est certain que les estropiés et les gibbeux ont pratiquement disparu dans nos pays de certaines tranches d’âge avec la disparition du rachitisme et de la tuberculose osseuse.

  • 9 André DUBOIS-POULSEN, « Vingt millions d’aveugles », Journal français d’ophtalmologie, 52-64, Masso (...)

11Un dernier aspect est que le même nom peut masquer des réalités très différentes : on fait comme si nos sociétés contenaient autant d’aveugles qu’autrefois. De toutes façons, ce ne sont plus les mêmes : bien des causes de cécité ont disparu ; nous avons maintenant le problème de ceux qui perdent la vue à 60 ou 70 ans. En fait, en 1882, il y avait 38.632 aveugles soit moins de 10 pour mille (9,40 pour mille — population de 40.803.385) en 1978, encore 16.000 soit moins de 5 pour mille pour plus de 50.000.000 d’habitants9.

  • 10 BERGSON, Les deux sources de la Morale et de la Religion. Œuvres, Édition du Centenaire, Paris, PUF (...)

12C’est cet aspect quantitatif qu’il faut avoir dans l’esprit de manière à critiquer les affirmations qualitatives habituelles. Il est vrai que des traumatismes autrefois mortels ont cessé de l’être : le duc de Berry eût été facile à opérer, et que nos machines et nos modes rapides de locomotion renouvellent la pathologie traumatique. Le plomb longtemps le plus important des toxiques industriels, ne pose plus guère de problème mais a été remplacé par de nouveaux toxiques. La pathologie nutritionnelle n’est plus faite de dénutrition protéique, d’avitaminose, d’athrepsie du nourrisson ; ce n’est plus une pathologie de famine, c’est au contraire une pathologie de bien-nourris. Au fur et à mesure que certaines classes sociales de certains pays perdent contact avec la famine (fût-elle transitoire comme les restrictions alimentaires de deux dernières guerres européennes), ces classes sociales et ces pays sont en proie à une énorme épidémie d’obésité (et/ou ses corollaires : diabète, hypertension). Par un mécanisme qui évoque assez bien la « double frénésie » d’Henri Bergson10, c’est la médecine préventive d’hier (peur de la maigreur), du moins la médecine préventive populaire qui apparaît comme un facteur pathogène...

Notes

1 A. JACQUARD, Concepts en génétique des populations, Masson, 1977.

2 H. PÉQUIGNOT, « La mort », Encyclopédie de la Pléiade, Médecine I, Gallimard, 19110.

3 G. KOSCH et la D.E.M. du CREDOC, Éléments d’Économique médicale (tableau p. 53), Flammarion, 1973.

4 Théodore ZELDIN, Histoire des Passions françaises. Ambition et Amour, Encres, 1979, p. 354.

5 Armand HAYEM, Le Mariage (1872), p. 243.

6 H. PEQUIGNOT, M. MAGDELAINE et Y. GRANGE, « Contribution à l’étude de la fonction hospitalière dans un service parisien de médecine générale en 1836 », Rev. Hyg. et Med. Soc., 1965, 13, no 7, p. 549-578.

7 P. VIEUVILLE, Les maladies d’Honoré de Balzac, Thèse de Médecine, Paris Necker, 1975.

8 Dr. FREUZAL, « Contribution à l’étude de la cécité », Bulletin de la clinique ophtalmo logique des XV-XX, 1882, 162-177.

9 André DUBOIS-POULSEN, « Vingt millions d’aveugles », Journal français d’ophtalmologie, 52-64, Masson, 1978.

10 BERGSON, Les deux sources de la Morale et de la Religion. Œuvres, Édition du Centenaire, Paris, PUF, 1959, p. 1227.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search