Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

IV. Hypothèses dans la longue durée

Implications et conséquences de l’allongement de la vie humaine depuis le xviiie siècle

Jacques Dupâquier

Texte intégral

1Contrairement à une opinion encore répandue, il n’y a pas eu allongement de la vie humaine depuis le XVIIIe siècle, du moins si l’on prend le terme d’allongement au sens de durée maximale. Le plafond biologique semble être toujours de l’ordre de 115 ans. Comme, en nombre sans cesse accru, des hommes (et surtout des femmes) atteignent 80, 90 ou même 100 ans, les chances collectives d’approcher du plafond biologique augmentent sensiblement ; pourtant le record authentifié est toujours détenu, à ma connaissance, par Madame Delina Filkin (U.S.A.), née le 4 mars 1815 et décédée le 4 décembre 1928, âgée de 113 ans et 214 jours, battant de deux mois celui établi, il y a 165 ans, par le canadien français Pierre Joubert, né le 15 juillet 1701 et mort le 16 novembre 1814, à l’âge de 113 ans et 124 jours.

2Ce qui a augmenté indiscutablement, c’est l’espérance de vie, de l’homme moyen. En France, selon l’enquête de l’I.N.E.D., elle n’aurait atteint, pour la période 1740-1749, que 23,8 ans pour le sexe masculin et 25,7 pour le sexe féminin et, pour la décennie 1760-1769, plus « normale » : 26,4 et 29 ans. Ensuite, elle aurait évolué ainsi :

Période

Sexe masculin

Sexe féminin

1820-1829

38,3

39,3

1840-1859

39,3

41,0

1877-1881

40,8

43,4

1908-1913

48,5

52,4

1920-1923

52,2

55,9

1933-1938

55,9

61,6

1946-1949

61,9

67,4

1960-1964

67,5

74,4

1974

69,0

76,9

1978

69,9

78,0

3En fait, ce quasi-doublement de la durée moyenne de la vie humaine est très équivoque : la notion d’espérance de vie amène dans l’esprit du publie une confusion entre âge moyen, âge médian et âge modal au décès. Beaucoup de non-spécialistes s’imaginent, par exemple, que dans les populations anciennes, on mourait beaucoup entre 20 et 30 ans ; or, les faibles valeurs citées pour le XVIIIe et le XIXe siècles résultent de la forte mortalité des enfants en bas âge. Si l’on calcule les espérances de vie au cinquième anniversaire, on obtient une image plus correcte :

Période

Hommes

Femmes

1740-1749

40,3

41,2

1760-1769

44,8

44,8

1820-1829

50,7

49,8

1877-1881

51,6

5 3,0

1908-1913

54,1

57,1

1920-1923

5 5,1

58,5

1933-1938

57,1

62,0

1946-1949

62,3

67,1

1960-1964

64,5

71,1

1974

65,2

72,9

1978

65,9

73,8

4Ainsi, l’allongement réel — vécu — est de l’ordre de 71 %, et non de 199 % comme le laissait supposer le premier calcul.

5Si l’on se limite aux grands âges, le gain est encore plus réduit. Bien que l’enquête de l’I.N.E.D.ne permette pas le calculer avec précision l’espérance de vie au 80e, ni même au 60e anniversaire dans la France du XVIIIe siècle, elle semble avoir été de l’ordre de 4,5 ans au 80e anniversaire, et de 13 ans au 60e. Le gain moyen semble donc avoir été de l’ordre de 40 % pour les personnes âgées.

6On connaît les implications positives de l’allongement de la vie humaine : tout recul de la mort doit être considéré comme un progrès.

7On sait aussi les effets de ce progrès sur la croissance de la population. Imaginons qu’en France, le remplacement des générations ait été tout juste assuré depuis deux siècles : le simple allongement de la durée moyenne de la vie aurait suffi à faire passer sa population de 24.600.000 (1740) a 70 millions environ (au XXIe siècle, après stabilisation). Dans les pays où la fécondité n’a pas baissé parallèlement à la mortalité, des excédents formidables se sont trouvés dégagés par ce mécanisme : c’est pourquoi la population mondiale est passée de 770 millions d’habitants (1750) à 4.320 millions (1979), et continue à s’accroître au rythme de 75 millions par an ; cette croissance pose des problèmes bien connus. C’est le principal revers du progrès, mais nous ne nous y attarderons pas ici.

  • 1 A. SAUVY, Les limites de la vie humaine, Paris, 1961.

8Dans les pays industrialisés, en cette période de « baby-krack », on évoque souvent le coût social du vieillissement. L’essentiel a été dit là-dessus par A. Sauvy1, qui a établi que le vieillissement de la population ne résulte pas essentiellement de l’allongement de la vie, mais de la baisse de la natalité. Les conséquences en sont aggravées par un autre phénomène,, le vieillissement des vieillards : dans tous les pays, le nombre et la proportion des octogénaires augmentent. En France, ceux-ci étaient environ 132.000 (soit environ cinq pour mille) en 1750 ; 154.000 (5,3 pour mille) en 1800 ; 245.000 (6,7 pour mille) en 1950 ; ils sont actuellement 1.480.000 (27 pour mille) ; on prévoit 2.600.000 (environ 48 pour mille) en l’an 2000. « Ces grands vieillards posent à la société un problème particulier, non seulement parce qu’ils ne peuvent plus, la plupart du temps, exercer une profession, mais parce qu’il leur est difficile de vivre par eux-mêmes et de se rendre les services que toute personne se rend à elle-même, lorsque son état de santé est relativement bon » (A. Sauvy).

9Ce problème n’a guère été abordé ouvertement. Selon Sauvy, « la société a toujours paré au plus pressé pour se débarrasser d’une question gênante et d’un remords latent. La société traditionnelle n’avait pas à se préoccuper de la vieillesse, car, comme tous les problèmes sociaux, celui-ci se résolvait dans le cadre de la famille. Lorsque la famille a éclaté avec l’urbanisation, l’épargne individuelle a été recommandée par les classes dirigeantes, toujours soucieuses d’éviter les charges. Ce procédé a fait faillite, car il y a autant de cigales que de fourmis, et bien des fourmis ont vu leur avoir mangé par le charençon de l’inflation. Le système de la retraite a pris l’allure d’un grand progrès social ; il aurait pu l’être en effet s’il n’avait, trop souvent, été utilisé comme un moyen d’éliminer les personnes âgées de toute vie active, en leur assurant, dans des conditions parfois lamentables, la subsistance ».

10Pourtant, sur le plan purement économique, l’allongement de durée moyenne de la vie humaine a eu des effets positifs ; la construction d’un petit modèle le montrera clairement : admettons que le coût social de l’« élevage » d’un futur producteur représente aujourd’hui 20 % de la valeur que le même sujet crée plus tard par son travail ; on calcule alors facilement, à l’aide d’une table de mortalité ancienne (comme celle de Wargentin), que l’investissement correspondant devait naguère atteindre 25 % environ. Un enfant mort prématurément, ce n’est pas seulement un drame familial, mais aussi un investissement démographique perdu. Théoriquement, le coût des enfants pour l’ensemble de la société a donc été réduit d’un cinquième du fait de l’allongement de la vie humaine. En fait, comme l’âge de l’entrée dans la vie active a beaucoup augmenté depuis le XVIIIe siècle, le gain réalisé sur le rendement de l’investissement démographique n’a pas suffi à compenser la perte provoquée par la moindre activité des jeunes : mais ici le calcul devient impraticable, car trop de facteurs devraient être pris en compte.

11De même, on a soutenu que la réduction de la natalité et le processus de vieillissement qu’elle implique n’auraient finalement aucune importance, la proportion des adultes restant à peu près toujours la même (loi de Sundberg) ; il y aurait équilibre entre les charges : le prélèvement opéré sur le travail de la population active pour entretenir les vieux serait compensé par un moindre prélèvement pour l’éducation des jeunes. C’est oublier, comme la note A. Sauvy :

  1. Que le coût d’une personne âgée est en moyenne plus élevé que celui d’un enfant. La personne âgée a des besoins sociaux tels que le logement, alors que l’enfant vit dans sa famille ; en outre, les soins médicaux sont beaucoup plus élevés pour les vieillards.

  2. Que le coût d’un enfant est moins socialisé, car les aides de toutes sortes fournies par la collectivité ne couvrent qu’une fraction du coût de son « élevage » (actuellement en France 35 % environ). Au contraire, le transfert de revenus pour les personnes âgées se fait par voie fiscale ou financière.

12Il est absolument vain de croire à une compensation des charges de vieillesse par les charges de jeunesse. L’allongement de la durée moyenne de la vie humaine provoque indubitablement une augmentation des charges sociales.

  • 2 Le Monde, 18 janvier 1979.

13Parmi les conséquences psychologiques, certaines sont évidentes, en particulier la solitude et l’abandon de nombreux vieillards, que la société se bouche les yeux et les oreilles pour ne pas voir. Faut-il rappeler le scandale provoqué par l’article d’un directeur de maison de retraite, Marc Losson2, intitulé Les camps de vieillards en France ?

14Définissant l’hospice comme un camp de vieux, un camp de la mort a petit feu, il allait jusqu’à écrire ; « Non seulement l’hospice est un lieu d’entassement de vies, mais, comme tous les camps, c’est un lieu de torture, de torture propre, normalisée, aseptisée, silencieuse. Le mot torture va certainement choquer beaucoup de gens ; mais il faut savoir ce qu’est la vie d’une personne à l’hospice, l’état de solitude totale dans lequel se trouve cette personne. Installé (parqué) dans un dortoir de lits à ridelles, ou dans un box de 10 m2, avec une petite valise et une armoire cadenassée pour tout passé, le vieux de l’hospice n’a plus rien à attendre de personne, il ne recevra plus rien, sinon des soins attentifs, des sobriquets de pépé ou de mémé, des tisanes et des goûters sucrés. L’horizon s’arrête là... à chacun son océan. Le paquet mort-vivant est sur les rails, il ne gênera plus personne à l’extérieur de l’institution. Les professionnels de la vieillesse rendent un immense service au pays en assurant une évacuation hygiénique, efficace, de la grande vieillesse en mal de vivre dans le quotidien hyper-industrialisé et urbanisé ».

15Les cas d’abandons de vieillards semblent se multiplier depuis quelques années ; dans le Point du 7 août 1978, on évoquait le cas extrême d’une femme âgée, amnésique, abandonnée par sa famille dans un W.C. public de l’autoroute du Soleil. Il est à craindre que, le jour où l’euthanasie aura été légalisée, nos sociétés ne trouvent, aux problèmes de la vieillesse ou du moins à ceux du quatrième âge, une solution qui ressemble beaucoup à telle du cocotier. Mais ou évitera de le dire avec des mots crus ; ou mettra des fleurs au pied du cocotier.

  • 3 P. ARIES, L’homme devant la mort, Le Seuil, 1977.

16Le temps et la compétence me manquent pour évoquer, avec Philippe Ariès3, la « mort inversée » ; le fait que la société ait expulsé la mort, sauf celle des hommes d’État ; les progrès du mensonge, l’émergence d’une nouvelle image de la mort : la mort laide et cachée, et cachée parce que l’aide et sale. « Aujourd’hui, dit G. Gorer, la mort et le deuil sont traités avec la même pruderie que les pulsions sexuelles il y a un siècle ». Comment ne pas relier ce sentiment nouveau non seulement au triomphe de la médicalisation, comme le dit Philippe Ariès, mais à l’allongement de la vie humaine, au fait que 50 % des décès soient des décès de vieillards ?

17« Dans un monde qui prétend avoir éliminé le mal ; non seulement le mal moral mais aussi le mal physique c’est-à-dire la souffrance et la maladie, la persistance de la mort, écrit P. Ariès, apparaît comme un scandale ; devant lequel on a le choix entre deux attitudes : l’une est celle de l’interdit qui consiste à faire comme si elle n’existait pas en la chassant hors de la vie quotidienne. L’autre est celle du livre Dying : l’accépter comme un fait technique, mais la réduire à l’état d’une chose quelconque, aussi insignifiante que nécessaire ».

Notes

1 A. SAUVY, Les limites de la vie humaine, Paris, 1961.

2 Le Monde, 18 janvier 1979.

3 P. ARIES, L’homme devant la mort, Le Seuil, 1977.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search