Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

IV. Hypothèses dans la longue durée

Conséquences des changements démographiques sur la pathologie française depuis un siècle

Vincent-Pierre Comiti

Texte intégral

  • 1 Cf. V.P. COMITI, « Importance des connaissances médico-biologiques actuelles pour une étude critiq (...)

1Dans « Importance des connaissances médico-biologiques actuelles pour une étude critique de pathocénose historique »1, j’ai évoqué ce problème des relations entre démographie humaine et maladies. Je voudrais prolonger ce sujet en « focalisant » le temps de l’étude sur les cent dernières années et le lieu de l’étude sur la France. Une telle approche n’est possible que replacée dans un vaste contexte dans la mesure où le XXe siècle est pour la France le siècle de changements qui puisent leur origine au néolithique.

  • 2 K.K. CHANORA, « Nutritional defiency and susceptibility to infection », Bulletin of the World Heal (...)

2Certes, comme de nombreux auteurs l’ont souligné, l’essor des thérapeutiques étiologiques, comme les sulfamides et les antibiotiques, les vaccinations et sérothérapies, l’essor des méthodes antiseptiques et aseptiques ont profondément modifié le visage pathologique de la France. De même, l’amélioration des conditions alimentaires a permis à elle seule une diminution de l’incidence et de la gravité des infections2.

3La deuxième révolution industrielle fut elle aussi responsable de modifications pathologiques et ses conséquences dans le domaine de la toxicologie étaient déjà présentes au XIXe siècle.

  • 3 K. PRESSAT, « Évolution générale de la population française », in « La population de le France » P (...)
  • 4 I.N.S.E.E., Annuaire statistique de le France, 1966, résume rétrospectif, Paris, I.N.S.E.P. p. 22.
  • 5 I.N S.E.E., Recensement de la population de 1075, dépouillement au 1/5 (au lieu de résidence), Fra (...)
  • 6 — M. REY et al., « Le contrôle de la rougeole par la vaccination en milieu urbain africain», Médec (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 V.P. COMITI, La Géographie Médicale de le Corse à le fin du XVIIIe siècle, Genève, Droz, 1070, in (...)
  • 9 A. BENYOUSSEF et al., « Santé, migration et urbanisation », Bull. Org. mond. Sente, 1073, 49. p. 5 (...)

4L’un des mouvements les plus importants est représenté par les modifications démographiques. Parmi celles-ci, l’augmentation du nombre d’habitants est marquante, même si cette dernière peut apparaître limitée par rapport à d’autres pays. Roland Pressat a justement rappelé qu’entre 1800 et 1939 « les populations de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas augmentèrent de 214 à 296 % » alors que « celle de la France ne progressa que de 48 % »3. Ce phénomène est surtout dû à une baisse importante de la fécondité. Il n’en demeure pas moins vrai que la population française passa (territoire actuel) de 37.653.000 habitants en 187,24 à 52.599.000 en 19755. Parallèlement la densité augmenta de 68,3 habitants par km2 à 95,5 hab. par km2 en 1975. Parallèlement se produisit un déplacement des populations rurales vers les villes. En 1872, le pourcentage de la population urbaine était de 31,1 %, il est de 73 en 1975. En fait, dans cette définition est considérée comme population urbaine la population des communes ayant au moins 2.000 habitants agglomérés au chef-lieu de la commune. Les villes de plus de 100.000 habitants ne sont guère que 9 en 1872 ; elles sont 31 en 1962. Il peut paraître hasardeux de faire des rapprochements entre la situation des pays actuellement en développement et celle des pays développés jadis. Cependant de nombreuses comparaisons d’indices et d’indicateurs montrent des similitudes. A propos de la rougeole en Afrique un travail a souligné la physionomie différente des milieux ruraux et urbains : « La majeure partie de la population africaine vit dans les régions rurales où elle est relativement clairsemée. Dans les villages, la rougeole est intermittente, épidémique »6. Le rôle de réservoir des villes est souligné : « La permanence et l’intensité de l’endémie font des agglomérations urbaines les principaux réservoirs de germes à partir desquels le virus est régulièrement disséminé dans les régions rurales environnantes »7. Comme autre conséquence de cette urbanisation citons le recul du paludisme, phénomène constaté en Corse dès le XVIIIe siècle8 ou en Afrique aujourd’hui9. Comme dernier phénomène démographique important, citons les changements de la structure de la population.

  • 10 D’après PRESSAT. op. cit., p. 20 et 29.

1901

1973

0 — 19 ans

34,2 %

32,5 %

20 — 59 ans

53,1 %

49,4 %

60 ans et plus

12,7 %

18,1 %10

  • 11 Pour plus de détails, cf. V.P. COMITI., « Évolution de la pathologie française au XXe siècle », in(...)

5La diminution de la part relative des individus de moins de 19 ans et de 20 à 59 ans ne fut pas régulière. Le phénomène essentiel est cette grande augmentation du pourcentage des gens âgés de plus de 60 ans11. Bien entendu, à lui seul, cet élément explique le plus grand nombre d’individus atteints, durant l’histoire pathologique de leur vie, d’affections à incubation longue ou à manifestations retardées comme peuvent l’être les affections liées à une alimentation défectueuse ou à des intoxications prolongées.

  • 12 « Essai sur le peuplement préhistorique de la France », Population, avril-juin 1954, (2), p. 244.
  • 13 Id., p. 247.
  • 14 Id., p. 254-255.
  • 15 « Infections disease in Primitive Societies », Science, 14 février 1975, 187. p. 515-518.
  • 16 Id., p. 515.

6Il nous faut maintenant faire un bond en arrière car les cent dernières années ont vu, provisoirement peut-être, se transformer une pathologie dont l’origine est fort ancienne. J’ai dit provisoirement, car sous l’influence des changements dans l’environnement ou dans le mode de vie, un grand nombre de ces affections dites historiques peuvent resurgir. Comme l’a souligné Nogier : « la population néolithique de la Gaule, laquelle nous est connue de façon satisfaisante, est de l’ordre de 5 millions d’habitants pour la fin du troisième millénaire»12. Par contre, au paléolithique supérieur, entre le 20ème millénaire et le 9ème millénaire, la population de « la France » peut être estimée à 50.000 habitants. A côté de ce centuplement, de profondes modifications de modes de tic sont survenues. Au paléolithique : « La chasse collective, la grande chasse raisonnée, date de ces périodes froides, avec pour complément, les ressources appréciables de la pêche : saumon, truite et brochet »13. Par contre, au néolithique les modes de vie se diversifient : « Dans les plaines ouvertes du Bassin Parisien, en contact avec les marges forestières, en incessant recul, les campigniens, les premiers paysans d’Occident, occupent la période climatique atlantique humide, en gros, les cinquième et quatrième millénaire avant notre ère, et la première moitié du troisième millénaire... Avec la civilisation de Montières, dans la Somme, le genre de vie offre tous les caractères de l’occupation néolithique : domestication (chien, petit bœuf des tourbières et porc) et culture des premières céréales. Pour la première fois, l’archéologie nous apporte des preuves directes du genre de vie sédentaire et agricole : meules et broyeurs pour moudre le grain, tranchet-faucille pour la moisson, céramique... Clairières et lisières sont occupées par les défricheurs campigniens, et souvent, le « défrichement médiéval » n'a fait que reconquérir la clairière néolithique abandonnée aux périodes troublées des invasions (invasions du Fer ou grandes invasions du Ve siècle). La carte des principaux gisements campigniens montre ce souci permanent du contact profitable avec la forêt... »14. Certes, les travaux de Nogier ne permettent pas une étude fine de la démographie des temps anciens mais ils soulignent cependant l’importance des changements survenus. Black15 a comparé les maladies présentes dans des sociétés actuellement isolées (dites « primitives ») et les maladies du passé. Pour cet auteur beaucoup de nos maladies modernes n’existaient pas jadis : « mealses, for instance, requires a larger population for its maintenance than existed in any coherent group in Neolithic tintes »16. Comme nous venons de le voir, la densité humaine au néolithique est déjà importante et Black pose peut-être son jalon un peu tôt. Néanmoins, lorsqu’il postule que la rougeole, la grippe, la variole et la poliomyélite sont vraisemblablement récentes étant donné leur non possibilité de survivance en dehors de concentrations humaines importantes, la voie tracée est intéressante.

7Parmi les autres éléments qui sont alors vraisemblablement intervenus, deux sont importants :

  • Irruption dans la population humaine de maladies ducs aux contacts de plus en plus étroits entre l’homme et les rongeurs. Tularémie, peste, sodeku, melioidose, sont des épizooties de rongeurs atteignant accidentellement l’homme. En ce qui concerne la tularémie par exemple, la contamination se fait soit de façon directe par contact avec le gibier infecté, ou par piqûres de tiques. Liée aux activités rurales, cette affection revêt actuellement un caractère endémo-épidémique. De, même de nombreux rongeurs font de multiples leptospiroses inapparentes et restent porteurs pendant pratiquement toute leur vie, et par là même sont réservoirs de germes. Ces affections ont donc, compte tenu des modifications survenues entre le paléolithique et le néolithique, subi de « brutales » flambées parmi la population humaine dont, à quelques exceptions près, la présence est toujours constatée actuellement.
  • Une autre catégorie d’affections a dû se répandre parmi les êtres humains lors de ce troisième millénaire et tuer avec constance jusqu’aux premières décades du XXe siècle : il s’agit des maladies diarrhéiques : salmonelloses, shigelloses, affections à entero virus où à la phyloccoques notamment. Ce changement de pathologie est survenu dans la mesure où c’est ici l’eau qui, sollicitée par une population toujours plus nombreuse, a servi de vecteur.
  • 17 AUBENQUE Maurice, Un aperçu historique des statistiques sanitaires de la France, Paris, 1975, 79 p

8La pathologie est un versant de la santé dont les abords sont multiples. Les modifications des circonstances de décès sont assez aisément decelables pour la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Aubenque17 a présenté la chronologie des documents disponibles :

  • 1891 à 1905, statistiques des causes de décès pour les chefs-lieux d’arrondissement.
  • 1906 à 1921, statistiques des causes de décès pour l’ensemble de la France (35 rubriques) réparties en cinq groupes d’âge à partir de 1911.
  • 1926, distinction par sexe et groupes quinquennaux.
  • 1948, prise en charge de cette statistique par l’I.N.S.E.E.
  • 1968, l’I.N.S.E.R.M. prend le relais de l’I.N.S.E.E.
  • 18 Cf. V.P. COMITI, « Évolution de la pathologie française au XXe siècle ». Un certain nombre de donn (...)
  • 19 Arch. Dép. Yvelines, 7. M 61, je tiens à remercier J.P. GOUBERT qui m'a indiqué la particulière ri (...)

9En fait, les obstacles qui se dressent devant celui qui tente de saisir les variations des causes de décès sont nombreux : non superposition des concepts sous-tendant les classifications, imprécision de certaines rubriques, « maladies inconnues ou mal définies, débilités séniles et autres maladies ». Leur pourcentage est de 32,9 % en 1909, et de 7,2 % en 1976 « causes non déclarées, symptômes, et autres états morbides mal définis et sénilité sans état de psychopsychose»18. Il convient d’insister sur la nécessaire approximation que représente une étude de l’évolution des causes de mortalité. En 1922, au recto d’un imprimé de la statistique sanitaire de France figure la « liste des principales causes de décès destinée à l’établissement de la statistique »19. Parmi ces causes citons les fièvres « adynautique ou ataxique, adynamo-ataxique, algide, bilieuse, chaude, continue, entérique de foin, gastrique, nectique, inflammatoire, intermittente, jaune ou amarille, de lait, miliaire, muqueuse, paludéenne, paratyphoïde, pernicieuse, pétéchiale, pitriteuse, pourprée, puerpérale, à rechute ou récurrente, rémittente, synoque, traumatique et typhoïde ». Il n'en demeure pas moins vrai qu'un effondrement de la mortalité par maladies considérées comme transmissibles est survenu entre la fin du XIXe siècle et nos jours. Sur 1.000 morts en 1909, la tuberculose pulmonaire en provoquait 93 et la sous-estimation étant alors très importante vraisemblablement le double, 9 en 1976. Les maladies diarrhéiques 50 en 1909, moins de un en 1976. La diphtérie et la rougeole 9 sur 1.000 n 1909, moins de un encore en 1976.

  • 20 Journal de la Société de statistique de Paris, 1978,119 (3), p. 276-295.
  • 21 Id., p. 279.
  • 22 « Aux termes de l’article 9 de la loi du 15 février 1902, lorsque pendant trois années consécutive (...)

10Par contre, il t plus difficile de saisir l’évolution des décès par maladies malignes et cardio-vasculaires. Dans leur étude sur « la mortalité par cause en France de 1925 à 1974 », Aubcnquc, Damiani et Deruffe20, ont supposé « que la proportion des décès de cause non spécifiée qui peuvent être attribués à une cause donnée est constante quelque soit le département pour un groupe d’âge et un sexe donnés »21. Ils concluent ainsi à l’augmentation des causes - suivantes : cancer, broncho-pulmonaires, cirrhose du foie, alcoolisme, diabète et accidents. Or la reprise des enquêtes effectuées en application de la loi de 1902 prescrivant des enquêtes en cas de surmortalité dans certains départements22 doit permettre de préciser davantage ces causes. Ces enquêtes sont en effet plus précises, donnant l’âge en années des décédés (et avant un an en mois). L’utilisation de ces enquêtes permettra de cerner davantage la mortalité du début du siècle et surtout de montrer les différences régionales et départementales. Voici une liste des décès portant sur la commune du Pecq en 1912.

« 40 jours

Débilité

9 ans

Tuberculose

73 ans

Maladie cardiaque

43 ans

Tuberculose

60 ans

Affection de la gorge

67 ans

Maladie cardiaque

72 ans

Maladie cardiaque

1 jour

Débilité

29 ans

Tuberculose

76 ans

Sénilité

5 mois

Pneumonie

75 ans

Pneumonie-

30 ans

Noyé, suicide

40 ans

Tuberculose

10 ans

Bronchite

43 ans

Pneumonie

52 ans

Maladie cardiaque

71 ans

Congestion

2 ans

Bronchite

25 ans

Suicide-

46 ans

Noyé

42 ans

Tuberculose

33 ans

Suicide, noyade

53 ans

Pneumonie

38 ans

Tuberculose

54 ans

Tuberculose

20 ans

Tuberculose-

22 mois

Maladie de-l’appareil respiratoire

34 ans

Hémorragie

2 mois

Diarrhée... »

11Ces décès ne représentent qu’un des éléments de la pathologie : l'élément le plus apparent, mais le plus anecdotique en quelque sorte. Un ensemble plus vaste est constitué par les affections mortelles et non mortelles qu’elles aient été l’objet de consultation, donc d’un éventuel recensement ou pas.

  • 23 Jean BOYER, Les infections inévitables, Paris, Baillière, 2ème éd., 1976, 118 p.

12Les documents actuellement disponibles sont, pour la plupart, le reflet des préoccupations des auteurs sanitaires. En mai 1805 fut concrétisée la structure des médecins des épidémies. Le régime sanitaire de 1822, institué à la suite de l’épidémie de fièvre jaune de 1821 consacra la baisse d’influence de Marseille et de Toulon et amorça le déclin des quarantaines prises aux frontières. A l’intérieur de ces frontières les épidémies restent la préoccupation majeure. Jusqu’à la fin du XIXe siècle l’abord est global, même si les demandes se standardisent (« arrondissements dans lesquels il y a eu des épidémies », « noms des communes qui ont été envahies », population, « nature de l’épidémie », « causes les plus apparentes, durée de l’épidémie », nombre de personnes atteintes, nombre de personnes mortes, guérisons). Tous ces dénombrements confirment cependant le grand nombre d’affections inévitables, c’est-à-dire finalement l'expérience pathologique différente. Rares furent ceux qui ne furent pas atteints de tuberculose, poliomyélite et hépatite, rougeole, diphtérie, coqueluche, rubéole, oreillons, varicelle ou affections diarrhéiques23. Ces affections, sous l’influence, pour certaines, de la séparation des eaux d’apport et de report (hépatite), sous l’influence des vaccinations, (tuberculose, diphtéries, poliomyélite, rougeole) sont devenues moins fréquentes, évitables, et parfois, en frappant des individus plus âgés, plus graves (poliomyélite et hépatites). La déclaration de cas individuels pour plusieurs affections deviendra obligatoire à partir de 1892 (dès 1881 la loi de police sanitaire des animaux imposait la déclaration pour certaines affections d’animaux). Cette liste des maladies à déclaration obligatoire se modifiera tout au long du XXe siècle. Citons celle en vigueur à partir du 1er avril 1924. Voici les maladies à déclaration obligatoire :

  • 24 Arch. Dép. Yvelines, 71 759.

1 —

Fièvre typhoïde

2 —

Typhus examthématique

3 —

Variole et varioloïde

4 —

Scarlatine

5 —

Rougeole

6 —

Diphtérie

7 —

Suette miliaire

8 —

Choléra et maladies cholériformes

9 —

Peste

10 —

Fièvre jaune

11 —

Dysenterie

12 —

Puerpérale
Dophtalmie des nouveaux-nés (si pas de secret)

13 —

Méningite cérébrospinale épidémique

14 —

Poliomyélite antérieure aigue

15 —

Trachome

16 —

Fièvre ondulante24.

13Un certain nombre d’affections étaient à déclaration facultative. Cette déclaration fut l’objet d'attaques extrêmement vives et d'une sous-notification bien qu’elle sous-tendît des mesures sanitaires (éviction scolaire, désinfection) objets alors de peu de controverses. C’est dire la difficulté d’effectuer une étude longitudinale à partir de cas déclarés.

  • 25 « La morbidité en clientèle privée en 1973. Étude statistique à partir d’une enquête permanente su (...)
  • 26 Cf. V.P. COMITI, « Variations conceptuelles de la géographie médicale et diagnostic médical histor (...)
  • 27 NEUSSER M.E., « La fièvre de Malte », La Semaine médicale, 1900, p. 149.
  • 28 Ibid.

14Il apparaît ainsi qu’effectivement un certain nombre de maladies ont soit disparu (variole) soit frappent moins souvent et tuent moins souvent qu’avant : tuberculose, diphtérie. Par contre, les affections à transmission rhino-pharyngée et non évitables par vaccination sont à ranger dans ce groupe ; il ne semble pas vrai d’affirmer que le nombre d’individus affectés par ces maladies le soient moins souvent aujourd’hui. Peu décelables sur les observations cliniques passées car rangées sous les vocables catarrhe pulmonaire, grippe, fièvre catarrhale, bronchite, froid, froidure, etc... Leur démantèlement n’est pas encore achevé et est avant tout dû aux développements des méthodes sérologiques. Elles échappaient, d’autre part, et continuent d’échapper grandement à tout recensement. Des études de l’IDREM25 ont montré qu’en 1973 plus de 18 millions de diagnostics (premiers diagnostics : 18.136.000) furent posés en clientèle privée. Ce chiffre, témoin de l’incidence de ces affections montre l’importance de ces maladies dont un grand nombre nous sont connues comme transmissibles et qui sont en partie la conséquence du phénomène urbain. J’ai26 insisté sur le danger de confusion entre la période de reconnaissance nosologique d’une maladie et la période d’apparition de cette dernière. Ceci est vrai pour les spirochetoses, la brucellose mais aussi la tularémie. Découverte pour la première fois en Californie en 1911 à Tulare, cette maladie fut décrite pour la première fois en France entre 1940 et 1945. Cette affection chez l’homme débute par un syndrome pseudo-grippal mais peut revêtir par la suite un grand nombre de tableaux particulièrement équivoques (lésion chancriforme et ganglion, conjonctivite, tableau d’amygdalite, forme pulmonaire, voire tableau de grippe avec signes digestifs). C’est dire combien illusoire peut être toute tentative de reconnaissance de cette maladie avant le XXe siècle car les examens complémentaires manqueront nécessairement. En ce qui concerne la brucellose, Neusser, trois ans seulement après la description par Bruce, insiste déjà sur l’existence de la maladie en de très nombreux endroits : « Sous le nom de fièvre de Malte, on désigne une maladie infectieuse qui sévit spécialement à Malte, à Chypre, aux Iles Baléares, dans les Iles de l'Archipel Grec, en Asie Mineure, à Gibraltar, en Sicile, en Sardaigne, en Corse, a Gènes, à Naples, en Dalmatie, à Alexandrie, à Tunis et à Alger, mais que l'on a rencontre aussi sur les eûtes de la Mer Rouge, aux Indes Orientales, aux Açores, aux Iles C Canaries,...»27. De plus, il souligne la contusion régnant a son époque : “On l’a confondu avec la fièvre paludéenne, la fièvre typhoïde, la tuberculose, l'endocardite, spécialement dans les cas accompagnés de douleurs articulaires »28. D'autres facteurs doivent être soulignés. Les connaissances nosologiques et étiologiques sont étroitement liées, en fonction du mode de définition des maladies (élément unique, isolable et transmissible, caractère histologique, association de signes cliniques et paracliniques) et cette connaissance a une diffusion géographique progressive au sein des individus et des institutions préoccupés des fonctions diagnostiques particulières. On ne trouve que ce que l’on veut chercher et dans un grand nombre d'affections, cette connaissance des affections explique les « progrès de diffusion des maladies » qui ne sont en fait que les progrès de leur reconnaissance. C’est ainsi que l’existence de conditions d'environnements adéquats cl certains indices (avortement des vaches et brucellose dans les siècles passés) permettent d'affirmer l’existence antérieure d’un grand nombre d'affections considérées actuellement comme nouvelles.

  • 29 « La fréquence progressive du cancer, quelques déductions de thérapeutiques et de prophylaxie », J (...)

15Ceci déborde le cadre étroit des maladies infectieuses. Quand Plique, en 191629 affirme l'augmentation du nombre de cancers, il s'agit ici aussi en grande partie, d’une meilleure appréhension du phénomène, et non d'une augmentation réelle. Hormis le cancer broncho-pulmonaire, a structure d'âge comparable, il ne semble pas possible d'affirmer l'augmentation de leur indice. En 1976, 110.962 personnes sont mortes de tumeurs malignes. Ce nombre est voisin de l'incidence de l’affection estimable en partie par le nombre de diagnostics portés en 1973 en clientèle privée et publique : 118.000 en clientèle privée) car ces affections sont aujourd'hui comme hier souvent mortelles. L’on peut estimer en 1909 le nombre des décès dus :

83 ans

Débilité sénile

62 ans

Insuffisance thyroïdienne par dégénérescence graisseuse

66 ans

Cardiopathie

68 ans

Bronchite chronique et cachaxie

72 ans

Néphrite interstitielle

76 ans

Cardiopathie

86 ans

Myocardité sénilité

65 ans

Suicide par strangulation

80 ans

Epithélioma du cou

74 ans

Ramollissement cérébral

73 ans

Paralyne

71 ans

Embolie au cœur

78 ans

Affection cardiaque

79 ans

Affection au foie

60 ans

Asiptolie

74 ans

Cachexie sénile

63 ans

Delirium tremens alcoolique

75 ans

Artériosclérose

82 ans

Artériosclérose

74 ans

Artériosclérose

63 ans

Cancer des poumons.

16Cette énumération nous suggère, vu la rareté des autopsies du XIXe siècle, comme au XXe siècle, une pathologie, chez les personnes âgées, peu différente.

17Il apparaît possible ainsi, avec toute la prudence nécessaire à l’affirmation de telles observations, de distinguer une très importante mutation survenue au niveau des maladies transmissibles avec le triple recul de certaines affections :

  • Diminution d’incidence de certaines maladies comme la diphtérie, la tuberculose, la poliomyélite.
  • Age plus élevé de rencontre entre la population humaine et les germes comme la tuberculose, l’osteopatite et la poliomyélite.
  • Forte diminution du taux de létalité de certaines affections : diarrhées de l’enfant et maladies éruptives par exemple.

18Les mesures préventives et curatives, l’amélioration de l’alimentation, et des possibilités de vie meilleure en sont, en partie, à l’origine.

19Par contre, le phénomène urbain et l’absence d’impact des mesures préventives ne permettent pas de constater une diminution dans l’incidence et la prévalence de nombreuses affections respiratoires.

20Enfin, la stabilité des autres affections (maladie du cœur et des vaisseaux, nombreuses maladies malignes) témoigne en fait de peu de changements.

21Que cessent les facteurs à l’origine de ces transformations (vacance, alimentation quantitativement plus importante, habitat plus grand, séparation des eaux d’apports et de reports), que cessent donc ces facteurs et les changements pathologiques seraient très importants. Un grand nombre d’affections étaient jadis inévitables. Elles ne le sont plus, mais il ne s’agit pas d’un état stable et irréversible. Les catastrophes naturelles et leurs conséquences sont là pour nous le rappeler.

Notes

1 Cf. V.P. COMITI, « Importance des connaissances médico-biologiques actuelles pour une étude critique de pathocénose historique », colloque Les Hommes et la Santé dans l'histoire, Berlin, 20-23 septembre 1978

2 K.K. CHANORA, « Nutritional defiency and susceptibility to infection », Bulletin of the World Health h Organisation, 1970, 57, (2), p. 167-177

3 K. PRESSAT, « Évolution générale de la population française », in « La population de le France » Population, juin 1974, p. 11

4 I.N.S.E.E., Annuaire statistique de le France, 1966, résume rétrospectif, Paris, I.N.S.E.P. p. 22.

5 I.N S.E.E., Recensement de la population de 1075, dépouillement au 1/5 (au lieu de résidence), France.

6 — M. REY et al., « Le contrôle de la rougeole par la vaccination en milieu urbain africain», Médecine d'Afrique Noire, janvier 1969, (1), p. 113.

7 Ibid.

8 V.P. COMITI, La Géographie Médicale de le Corse à le fin du XVIIIe siècle, Genève, Droz, 1070, in Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe Section de E.P.H.E..,

9 A. BENYOUSSEF et al., « Santé, migration et urbanisation », Bull. Org. mond. Sente, 1073, 49. p. 517-537.

10 D’après PRESSAT. op. cit., p. 20 et 29.

11 Pour plus de détails, cf. V.P. COMITI., « Évolution de la pathologie française au XXe siècle », in Géographie de le Sente, à paraître.

12 « Essai sur le peuplement préhistorique de la France », Population, avril-juin 1954, (2), p. 244.

13 Id., p. 247.

14 Id., p. 254-255.

15 « Infections disease in Primitive Societies », Science, 14 février 1975, 187. p. 515-518.

16 Id., p. 515.

17 AUBENQUE Maurice, Un aperçu historique des statistiques sanitaires de la France, Paris, 1975, 79 p.

18 Cf. V.P. COMITI, « Évolution de la pathologie française au XXe siècle ». Un certain nombre de données présentées ici sont tirées de cette étude.

19 Arch. Dép. Yvelines, 7. M 61, je tiens à remercier J.P. GOUBERT qui m'a indiqué la particulière richesse des archives départementales des Yvelines.

20 Journal de la Société de statistique de Paris, 1978,119 (3), p. 276-295.

21 Id., p. 279.

22 « Aux termes de l’article 9 de la loi du 15 février 1902, lorsque pendant trois années consécutives le nombre des décès dans une commune a dépassé le chiffre de la mortalité moyenne de la France, la Commission Sanitaire de la circonscription procède à une enquête sur les conditions sanitaires de cette commune », Arch. Dép. Yvelines, 70 161.

23 Jean BOYER, Les infections inévitables, Paris, Baillière, 2ème éd., 1976, 118 p.

24 Arch. Dép. Yvelines, 71 759.

25 « La morbidité en clientèle privée en 1973. Étude statistique à partir d’une enquête permanente sur les prescriptions médicales », Santé, Sécurité Sociale, Statistiques et commentaires, juillet-août 1977, tome a (4), p. 7-76.

26 Cf. V.P. COMITI, « Variations conceptuelles de la géographie médicale et diagnostic médical historique, à propos de la Corse aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles », Medicina nei secoli, sept-déc. 1976, XII, (3), p. 610-611 et V.P. COMITI et M.D. GRMEK, « Notes et comptes-rendus du livre de Henri PICHERAL, Géographie médicale du Midi de la France », Revue de Synthèse, IIIe s., (92), oct.-sept. 1978.

27 NEUSSER M.E., « La fièvre de Malte », La Semaine médicale, 1900, p. 149.

28 Ibid.

29 « La fréquence progressive du cancer, quelques déductions de thérapeutiques et de prophylaxie », Journal de médecine et de chirurgie pratique, 1916, LXXXVIII, p. 731-741. Il s’agit d’un texte parmi d'autres affirmant pendant toute la première moitié du XXe siècle la croissance des cancers.

Auteur

Chargé de Conférences Ecole Pratique des Hautes Études « Histoire et Géographie des Maladies »

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search