Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

III. Histoire et anthropologie

Vers une histoire comparée de la vieillesse : le tournant des mentalités américaine et française

David G. T Royansky

Texte intégral

1En France, la prise de conscience de ce que la vie humaine s’allonge, a donné naissance à une vaste littérature consacrée aux problèmes actuels du vieillissement. Le XXe siècle est amplement représenté à cette table ronde ; le XXIe siècle fera même l’objet d’une communication. Cependant, l’origine de ce phénomène remonte au XVIIIe siècle : là sera notre point de départ. Toutefois, ne voir le XVIIIe siècle qu’en tant que point de départ d’un problème actuel, c’est fausser l’histoire. Car même si les vieux se font plus nombreux depuis le XVIIIe siècle, la vieillesse n’est pas chose aussi neuve ; elle a une longue histoire.

  • 1 En Angleterre, elle a fait l’objet de deux ouvrages spécialisés, l’un axé sur l’autorité : Keith T (...)

2Plusieurs historiens ont commencé à l’étudier aux États-Unis1. Mais tout en regardant le passé, ils se sont enlisés dans le présent. Ils parlent d’attitudes soit traditionnelles, soit modernes. Au fond, ils se sont demandés si les choses s’étaient améliorées ou avaient empiré pour les Américains âgés, puis ils ont parlé de la perte ou d’un passé épouvantable ou du « bon vieux temps ».

  • 2 W. Andrew ACHENBAUM, Old Age in the New Land, Baltimore, 1978 ; David HACKETT FISCHER, Growing Old (...)
  • 3 Voir l’exploitation exemplaire des sources par FISCHER.
  • 4 Sur la question de la modernisation : ACHENBAUM et Peter N. STEARNS, « Old Age and Modernization » (...)

3Trois historiens proposent une Amérique prémoderne où les personnes âgées règnent sur une société respectueuse et déférente2. L’évidence d’un tel schéma se dégage des sermons, des portraits familiaux, des registres judiciaires, et de la structure socio-économique des villages de la Nouvelle-Angleterre3. La modernisation aurait alors détruit le fondement patriarcal de la société traditionnelle4. Par la suite, la jeunesse serait parvenue au même stade d’égalité et aurait acquis même une certaine prédominance culturelle.

  • 5 FISCHER.
  • 6 ACHEBAUM, SMITH.
  • 7 Lawrence STONE, « Walking over Grandma », The New York Review of Books, XXIV, 8, 12-5-78.

4La datation de ce changement varie d’un historien à l’autre. L’un dit que les premières années de la république ont témoigné d’un changement profond des mentalités dans le sens d’un déclin de la position des personnes âgées5. Le respect accordé aux aînés est alors dépassé. D’autres disent que l’ordre gérontocratique est resté enraciné dans les attitudes américaines tout comme dans la société jusqu’après la guerre de Sécession6. Tous affirment que les changements de mentalités ont précédé les changements démographiques les plus dramatiques du XXe siècle et qu’en somme la situation des personnes âgées s’est dégradée. Un critique, la considérant seulement sous l’aspect matériel, prétend qu’elle se serait améliorée7. Tout le monde s’accorde toutefois pour parler d’un grand changement psychologique.

  • 8 John DEMOS, « Old Age in Early New England », Demos et Boocock, ed., Turning Points : Historical a (...)
  • 9 Ibid., p. 282.
  • 10 Ibid., p. 283.
  • 11 Par exemple, Leo SIMMONS, The Role of the Aged in Primitive Society ; New haven, 1945, et Bessie R (...)

5Du seul fait que les personnes âgées étaient moins nombreuses autrefois, faut-il conclure qu’elles menaient une existence idyllique ? Un historien tout au moins s’est préoccupé de l’état psychologique des personnes âgées à l’époque précédant la modernisation8. Peut-être la vieillesse confère-t-elle le respect ; mais peut-être également l’insécurité. « The position of the elderly... was sociologically advantageous but psychologically disadvantageous »9. Un tel point de vue introduit quelques subtilités dans le débat. Il ne s’agit pas d’une simple amélioration ou dégradation mais du passage d’un ensemble de circonstances à un autre. Un changement probable d’attitudes en Nouvelle-Angleterre entre le XVIIe et le XVIIIe siècle ferait apparaître le XVIIIe siècle comme une courte période favorable aux personnes âgées, intercalée entre deux époques de négligence10 Cette nuance était évidente pour les anthropologues et pour les humanistes, mais pas pour les premiers historiens de la vieillesse11

  • 12 Philippe ARIES, Histoire des Populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le (...)

6En proposant une chronologie des attitudes face à la vieillesse en France, Philippe Ariès semble conscient de cette complexité. Il a proposé le schéma selon lequel la vieillesse aurait été ridiculisée jusqu’au milieu du XVIIe siècle et honorée dès la venue du XVIIIe12. L’image du vieillard honorable dure jusqu’à la fin du XIXe siècle quand, selon Ariès, la vieillesse, comme la mort, devient sujet tabou.

7Quelle que soit l’histoire actuelle de la vieillesse, précisons le champ de nos propres recherches : soit le tournant des mentalités françaises au XVIIIe siècle. Mais tout d’abord l’œuvre d’Ariès pose le problème des sources. En effet, pour écrire une histoire des attitudes françaises, il est insuffisant de se baser en tout et pour tout sur l’idéologie de l’élite, trop peu représentative du monde dans lequel vivait la majorité des Français sous l’Ancien Régime.

8Pourtant, au milieu du XVIIIe siècle, les écrivains des Lumières traitaient la vieillesse comme une catégorie homogène englobant toutes les classes sociales. A travers ce développement, le XVIIIe siècle témoigne de l’apparition d’une nouvelle conception de la vieillesse, où l’accent est mis davantage sur la vie plutôt que sur une mort réussie. On serait tenté de parler de la naissance d’une conception « moderne » de la vieillesse, mais cela au risque de fermer les yeux sur certains phénomènes apparus au XXe siècle, tels que la formation des mouvements politiques et la disparition d’une certaine sentimentalité.

  • 13 Robert FA VRE, La Mort au Siècle des Lumières ; Lyon, 1978, passim.
  • 14 La Marquise de LAMBERT, Œuvres ; Lausanne, 1748.

9Le nombre de textes consacrés à la vieillesse au XVIIIe siècle est étonnant. A en juger par les écrits, la vieillesse semble avoir accaparé l’attention des lettrés français à l’époque comme jamais auparavant13. Des philosophes ont rendu hommage à Cicéron comme gérontologue de tous les temps et se sont mis alors à écrire le guide de leur temps. Madame Lambert a même entrepris la rédaction d’un Traité de la Vieillesse qui serait pour la femme ce que le De Senectute était pour l’homme14. Tous ces écrivains ont considéré le vieillard comme un vivant et non pas comme un moribond.

  • 15 Traduction de Laurent de Premier Fait. Première des trois traductions du XVIIe siècle.
  • 16 Manuscrit illuminé du XVe siècle. B.N. Ms FF 126.
  • 17 Pour l’usage de Cicéron, Peter GAY, The Enlightenment, vol. I ; New-York, 1966.

10Ce n’est pas la première fois que Cicéron était évoqué comme gérontologue en France. On trouve une traduction manuscrite du De Senectute au XVIIe siècle15 et beaucoup d’éditions latines. Mais à cette époque l’œuvre de Cicéron est présentée comme une sorte de conseils aux rois16. Il s’agit de la « vieillesse royale ». Au XVIIIe siècle, il s’agit de la vieillesse de tout le peuple17.

11Diffusion de la philosophie cicéronienne ? Le cas n’était certainement pas aussi simple que cela. Four dessiner un portrait complet il faut considérer sermons, traités philosophiques, textes médicaux, romans, poèmes, pièces de théâtre, tableaux, gravures, et projets de bienfaisance — chaque élément selon sa propre évolution — tous relatifs au thème du vieillissement.

  • 18 Léon et Frédéric SAISSET, « Un type de l’ancienne comédie : Le Barbon », Mercure de France, tome 1 (...)
  • 19 Voir les pièces dans la collection de Soleinne. B.N. Salle des Ms.

12Commençons par le manque de respect envers les vieux qu’avait observé Ariès. Document clé : la comédie au XVIIe siècle. Le barbon représente tout ce qui peut être ridicule dans le vieillard18. Il est avare, ivrogne ou lascif — une créature effroyablement laide. Le barbon reste sur la scène d’un bout à l’autre du XVIIIe siècle, mais devient moins ridicule19. Il jouit de notre sympathie comme si les dramaturges avaient donné leur adhésion à la lettre de Rousseau à d’Alembert. Rousseau avait demandé :

  • 20 J.-J. ROUSSEAU, A.M. D’Alembert (1758), Œuvres complètes ; Paris, 1852, tome III, p. 135.

« Qui peut douter que l’habitude de voir toujours dans les vieillards des personnages odieux au théâtre, n’aide à les faire rebuter dans la société, et qu’en s’accoutumant à confondre ceux qu’on voit dans le monde avec les radoteurs et les Gérontes de la comédie, on ne les méprise tous également ? »20.

  • 21 Sur la tragédie, Orest RANUM, Paris in the Age of Absolutism ; New-York, 1968.

13Le drame bourgeois présente aussi une image plus sympathique de la vieillesse que la grande tragédie21.

  • 22 GIRARD de VILLETHIERRY, La Vie des Veuves ; Paris, 1719.
  • 23 L’abbé de la CHÉTAR DIE, Homélie XXVIII sur La Vieillesse, Homélies de M. de S. Sulpice ; Paris, 1 (...)

14Au XVIIe siècle les livres de piété expriment un préjugé contre la vieillesse. Le vieillissement du corps est ou passé sous silence ou déploré. Le vieillard n’est plus qu’une âme ; il est plus mort que vivant. Le corps même est appelé « le vieillard » et sa mortification est encouragée22. Pour le curé de Saint-Sulpice en 1708, le seul bienfait de la vieillesse est son rapprochement avec la mort23. La retraite servait pour la préparation à la mort. L’idéal cicéronien d’une retraite où l’on réfléchit aux actions honorables du passé et à l’éducation de la prochaine génération fait défaut.

  • 24 Voir Michel VOVELLE, Piété Baroque et Déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle ; Paris, 197 (...)
  • 25 L’abbé CLÉMENT, Réflexions sur la Vieillesse, Mercure de France ; Paris, août 1757.
  • 26 Voir, par exemple, les cahiers de doléances de Nîmes et de Gap ; François ROUVIERE, Histoire de la (...)

15Mais cette conception devient plus rare au XVIIIe siècle. Des textes philosophiques et médicaux se joignent aux textes religieux pour donner une image moins sombre de la vieillesse. Voilà la déchristianisation du siècle24. Au milieu du siècle, les ecclésiastiques renoncent à la tactique effrayante devant la mort. En 1757, l’abbé Clément donne une image héroïque du vieil homme chrétien qui a triomphe de l’affaiblissement et qui vit 25 Et en 1789 des curés de toute la France réclament une pension de retraite pour les soutenir dans leur vieillesse26.

  • 27 Luigi CORNARO, Conseils pour vivre long temps ; Paris, 1701.
  • 28 Mémoires de Trévoux ; Gazette de France ; Geneviève BOLLEME, La Bibliothèque Bleue ; Paris, 1971 e (...)
  • 29 LOTTIN, Almanach des Centenaires ; Paris, 1764-1771.
  • 30 BUFFON, Histoire Naturelle de l’Homme, Œuvres complètes ; Paris, 1774, tome IV.

16Le problème « comment vivre » aux âges avancés comme aux autres se substitue à celui du « comment mourir ». Plusieurs textes se fondent sur le Trattato della vita sobria (1558) de Luigi Cornaro réimprimé à plusieurs reprises27 et sur la science de la Renaissance italienne. Des rapports sur la longévité remplissent les almanachs et les journaux28. Un almanach est consacré exclusivement à ce sujet29. Avec la mise en évidence d’une longévité individuelle plus grande, une science du vieillissement se développe. Si l’écrivain religieux conseille au vieillard de s’isoler pour se préparer à la mort, le savant considère cet isolement comme naturel, du fait des problèmes de réintégration sociale. Le chapitre de Buffon sur la vieillesse30 préfigure deux branches de la littérature scientifique : la statistique et la physiologie. L’étude du vieillissement relèvera alors des sciences sociales et naturelles.

  • 31 M.D. GRMEK, On Ageing and Old Age. Basic Problems and Historical Aspects of Gerontology and Geriat (...)

17Buffon a délimité la durée de la vie humaine avec des variations minimes déterminées par la qualité de l’air et l’altitude. Le vieillissement est défini par le durcissement et le dessèchement du corps — ossification et seccification — une prolongation du développement ; donc la femme qui, selon Buffon, se dessèche plus lentement que l’homme, vit plus longtemps. Il y a une correspondance entre l’individu et l’environnement. On vit plus longtemps sous un climat plus doux. Cela explique la durée de vie extraordinaire des personnages bibliques ; la terre ne s’était pas encore durcie. Ici on trouve beaucoup de valeurs anciennes ; ainsi la notion de la chaleur de la vie qui remonte à Galien et à Aristote31. Mais la technique scientifique joue un rôle plus important. Buffon utilise les taux de mortalité des paroisses, et tandis que la science d’autrefois place l’homme dans l’univers défini par le ciel, la terre et l’enfer, la science ne s’attache qu’au monde terrestre.

  • 32 Michel PHILIBERT, Les Échelles d’âge dans la philosophie, la science et la société. De leur renver (...)
  • 33 J.A.N. CONDORCET, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain ; Paris, 1864. V (...)

18Chaleur et froideur, dureté et mollesse restent importantes, mais deviennent moins métaphysiques. Il s’agit de mesure et d’observation. Les échelles d’âges donnent naissance à la démographie moderne32. L’État veut savoir comment diviser le monde pour l’administrer ; par exemple, les ministres veulent connaître la proportion de travailleurs par rapport aux personnes à charge. La statistique devient très importante durant la période révolutionnaire pour élaborer des programmes d’assurance-vieillesse. Le plan de Condorcet est peut-être le plus connu33 Mais il y en a d’autres.

19Le rapport d’André Jean de la Rocque pour l’Établissement d’une Caisse Générale des Épargnes du Peuple en 1786 a suggéré l’attribution de rentes viagères aux pauvres ; La Rocque a écrit que l’homme de la classe laborieuse :

  • 34 André Jean de LA ROCQUE, Établissement d’une Caisse Générale des épargnes du Peuple... ; Bruxelles (...)

« ne parvient communément à la vieillesse, que pour terminer dans la misère, des jours jusqu’alors conservés au prix de ses fatigues et de ses sueurs. Nul moyen d’acquérir n’est mis en proportion avec la modicité de ses salaires ; et pour cette raison jamais la vue d’un avenir plus heureux, jamais l’espoir, ce puissant consolateur du reste des hommes, ne vient adoucir son sort. Les hôpitaux ouverts à l’indigence ne lui offrent qu’un asile où l’humiliation la poursuit ; ainsi l’homme de cette classe, condamné dès sa naissance aux plus rudes travaux, n’a devant les yeux, pour terme de ses fatigues, que la misère et la honte »34.

20A La hase scientifique de cette observation sentimentale se trouvent des tables d’espérance de vie.

  • 35 Joachim LAFARGE, Caisse d’Épargnes et de Bienfaisance du Sieur La barge ; Paris, 1791) Caisse d’Ép (...)
  • 36 Camille BLOCH et Alexandre TUETEY, Procès-Verbaux et Rapports du Comité de Mendicité de la Constit (...)
  • 37 Archives Nationales A.D. XIV 6 ; F22° 801.

21La plus célèbre, la caisse Lafarge, dont le prospectus est imprimé plusieurs fois a la fin du XVIIIe siècle, a essayé d’éliminer les mêmes abus35. Acclamée par l’abbé Gouttes et Mirabeau au Comité de Mendicité du duc de La Rochefoucauld-Liancourt, par la Commune de Paris et par ses sections, et par la Société des Amis de la Constitution de Beauvais, elle attire beaucoup d’actionnaires36. Bien que sa base financière l’eût rendue inutile pour les pauvres âgés, la caisse continuait d’exister pour quelques actionnaires du XIXe siècle37.

  • 38 Michel FOUCAULT, Naissance de la Clinique : Une Archéologie du Regard Médical ; Paris, 1963 et Pol (...)
  • 39 M. ROBERT, De la Vieillesse ; Paris, 1777 ; Philippe PINEL, Considérations sur la constitution sén (...)
  • 40 Erwin H. ACKERKNECHT, Medicine at the Paris Hospital 1794-1848 ; Baltimore, 1967 ; Guido GELLER, D (...)

22Aux statistiques viennent se joindre la physiologie et la pathologie. On a commencé à observer ou à regarder, comme dit Michel foucault38. Oui, Buffon a regardé, mais Robert, Pinel, Cabanis, Bichat, et Esparron regardaient autrement39. Bâtisseurs de systèmes dans une certaine mesure, ils regardent des individus. Parfois ils renversent simplement les théories sur le développement des philosophes sensualistes ; les sens font l’homme, et donc l’échec des sens le défait ; ils tiennent compte néanmoins des maladies, des organes, et même de la « psyché » de l’homme. Robert a recommandé l’étude des personnes hospitalisées, et les médecins qui ont pratiqué à la Salpêtrière et écrit sur le vieillissement des organes, des membranes et de l’esprit sont à l’origine de la gériatrie moderne40.

  • 41 Pour le vieillissement et le rejeunissement de deux régions sur la longue durée, voir Pierre GOUBE (...)
  • 42 B.N. Cabinet des Estampes. Td T. XI. Jean AVALON, « Les Ages de la vie dans l’Imagerie Populaire » (...)
  • 43 Voir ARIES, L’Homme devant la mort ; Paris, 1977.

23Bien que l’espérance de vie n’ait pas augmenté partout41, la littérature scientifique exprime cet espoir de longévité, espoir que l’on retrouve traduit dans l’iconographie avec les gravures sur les différents âges42. Parti d’une représentation macabre de la mort à tout âge, avec une plus grande espérance de salut dans la jeunesse et une plus grande probabilité de damnation dans la vieillesse, on en arrive à une image de la vie. La mort apprivoisée43 permet une vieillesse terrestre.

  • 44 Le Maître de CLAVILLE, Traité du Vrai mérite de l’homme considéré dans tous les âges et dans toute (...)

24A cet intérêt pour la vieillesse se joint une certaine sentimentalité. La valorisation de la vieillesse semble se développer parallèlement avec celle de l’enfance. Cette valorisation apparaît dans des textes tels que le Traité du vrai mérite de l’homme considéré dans tous les âges de 1734 par Le Maître de Claville, qui explique comment les générations peuvent travailler ensemble44. On ne doit pas abandonner le vieillard. Les générations se succèdent de façon solidaire.

  • 45 Mais j’en doute. Voir François LEBRUN, Les Hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles  (...)
  • 46 Gabriel SÊNAC DE MEILHAN, Considérations sur l’Esprit et les Mœurs ; Londres, 1787 ; J.H. MEISTE R (...)

25Cela ne signifie pas que la société fonctionnait sans heurts (peut-être jadis, lorsque le taux de mortalité était élevé et l’éventail des générations était relativement court45. En fait la littérature du XVIIIe siècle parle de problèmes de conflit entre générations. Gabriel Sénac de Meilhan et J.H. Meister mettent le vieillard en garde contre les cruautés des jeunes46. Sénac décrit quatre générations demeurant, chacune à un étage, dans le même immeuble : stratification par âge, semblable à la stratification verticale des classes parisiennes du XIXe siècle.

  • 47 Robert ROSENBLUM, Transformations in Late Eighteenth-Century Art ; Princeton, 1967.
  • 48 Anita BROOKNER, Greuze, the rise and fall of an eighteenth-century phenomenon ; London,1972.
  • 49 MATHON DE LA COUR, Lettres à Madame XX... ; Paris, 1763, p. 67.

26Le même thème est repris par la peinture. Le passage de la frivolité sous la Régence à la sentimentalité et au néoclassicisme de la seconde moitié du XVIIIe siècle a été bénéfique au vieillard47. Diderot défendait la sentimentalité du jeune Greuze48 ; un autre critique a consacré plusieurs pages à la description du secours apporté au vieillard dans La Piété Filiale. Ce tableau d’un vieux paysan entouré par sa famille affectionnée nous semble exagérément mélodramatique au XXe siècle, mais pour cet écrivain, Greuze « a subordonné l’art à la Nature, et négligé l’expression la plus brillante pour employer la plus naturelle »49.

  • 50 Réunion des Musées Nationaux et. al., French Painting 1774-1830 : the Age of Revolution ; Detroit, (...)
  • 51 ROTROU, Bélisaire, 1643 ; DESFONTAINES, Bélisaire, Paris, 1641 ; MARMONTEL, Bélisaire, 1767 ; Brux (...)
  • 52 L.A. DORVIGNY, L’Hospitalité ou Le Bonheur du Vieux père ; Paris, an II ; COLLIN D’HARLEVILLE, Le (...)

27Des thèmes classiques sont repris dans la lutte contre l’oubli des vieux. Bélisaire et Œdipe à Colone apparaissent comme d’héroïques vieillards redécouverts par leur société50. Les personnages étaient tirés de la littérature romanesque et théâtrale. Si c’était l’intrigue byzantine où le Bélisaire d’âge mûr se trouve impliqué qui avait intéressé les dramaturges du XVIIe siècle, c’est maintenant sa vieillesse qui apparaît dans le roman de Marmontel et l’opéra de Bertin d’Antilly51. Des vieillards contemporains apparaissent dans les années 1790 dans Le Bonheur du Vieux Père de Dorvigny, Les Vieux Époux de Desfontaines, Le Vieux Célibataire et Le Vieillard et les Jeunes Gens de Collin d’Harleville. La Vieille Tante et Le Vieux Comédien (à l’image du comédien Préville) de Picard comportent ce thème dans la première décennie du XIXe siècle52.

  • 53 Jean-Joseph PITHOU DE LOINVILLE, Vie de Jean Jacob, vieillard du Mont Jura âgé de 120 ans ; Paris, (...)
  • 54 La Vieille Bonne Femme, 1789.
  • 55 Louis-Sébastien MERCIER, « L’Homme de 113 ans », Tableau de Paris, tome XII ; Amsterdam, 1788.

28Dans cette littérature le vieillard n’a rien à voir avec l’ancien barbon ; puisqu’il y est décrit comme un être vigoureux et honorable, tout comme dans les pamphlets populaires. En 1789 nous trouvons une Vie de Jean Jacob, vieillard du Mont Jura, âgé de 120 ans lue à l’Assemblée Nationale - 53. La même année est publiée une lettre de La Vieille bonne femme de 102 ans, sœur du curé de 97 ans à Messieurs les États Générais54. On se rappelle l’homme de 11 3 ans, personnage dans le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier, vigoureux jusqu’à la mort55.

  • 56 RESTIF DE LA BRETONNE, La Vie de mon Père ; Paris, 1970.
  • 57 L’abbé CRILLON, Mémoires Philosophiques ; Paris, 1777.

29Le patriarche, précédemment en butte au ridicule, accède à un état respectable. On trouve des louanges sentimentales à l’extrême, tempérées quelque peu par le ton ironique de Restif de la Bretonne56. Le vieillard ne retarde plus l’évolution de la génération suivante ; il connaît le monde et transmet une sagesse pratique et mystique57. Habitués à considérer l’autorité des gens âgés comme traditionnelle ou naturelle, il nous est peut-être difficile de réaliser toute la nouveauté de cette mentalité ou de ce mythe. Mais c’est ainsi qu’est décrite la situation au XVIIIe siècle.

  • 58 LECLERC DE MONTLINOT, Discours qui a remporté le prix à la Société Royale d’Agriculture de Soisson (...)
  • 59 Ibid., Discours, p. 43.
  • 60 BLOCH et TUETEY.
  • 61 J.J. VIREY, Histoire Naturelle du Genre humain ; Paris, an IX.

30Implicite dans la littérature romanesque, l’autorité de la vieillesse est explicite dans la littérature économique. Et si un vieillard infirme perd son autorité, il se trouve parmi les indigents légitimes. Il doit être secouru à l’intérieur de la famille tout comme l’orphelin, la veuve et l’honnête pauvre. Leclerc de Montlinot l’a considéré dans ses discours sur la mendicité58. Il a voulu fermer les hôpitaux et mettre fin à ce qu’il jugeait être la réclusion des pauvres âgés. « On a repoussé dans ces tristes asyles tous ceux qui se présentaient pour reclamer notre secours »59. Si la Révolution n’en a pas fermé les portes, elle a au moins reconnu la nécessité de nouvelles réformes. Ce sera le travail du Comité de Mendicité, dont Montlinot sera membre et dont les rapports témoignent quant à la crise subie par les indigents âgés60. Le problème du vieillard était mis en évidence. Dans certains ouvrages, le secours au vieillard est même devenu raison d’être de la société61.

  • 62 Natalie Z. DAVIS, « The Reasons of Misrule : Youth Groups and Charivaris in Sixteenth-Century Fran (...)
  • 63 Et stéréotypiquement pendant la Révolution ; voir les adresses des fêtes de la vieillesse.
  • 64 Madame de GENLIS, Les Souvenirs de Félicie L ; Paris, 1804.
  • 65 Abel POITRINEAU, « La Fête traditionnelle », Annales Historiques de la Révolution française, vol.  (...)
  • 66 Mona OZOUF, La Fête Révolutionnaire ; Paris, 1976 et « Symboles et fonctions des âges dans les fêt (...)

31La stratification par âge devient un moyen courant de représenter la société. Bien que les « groupes d’âge » se rapportassent jadis aux groupes de jeunes par opposition avec les individus âgés (par exemple, dans les charivaris62, les vieux formèrent un groupe à la fin de l’Ancien Régime (toujours sur le plan idéologique)63. Quelques écrivains ont décrit des fêtes villageoises qui présentaient les générations selon des relations fonctionnelles64. Mais pour la plupart, les fêtes traditionnelles avaient divisé la société par état et par rôle65. Les fêtes révolutionnaires diviseront la société par génération66, D’un point de vue politique, c’est finir la révolution, mais cela représente une autre révolution portant sur la relation entre les âges. Diviser la société biologiquement plutôt que socialement.

  • 67 Jean FOURASTIÉ, « De la vie traditionnelle à la ‘viétertiaire’. Recherches sur le Calendrier Démog (...)

32Néanmoins, si les attitudes françaises évoluaient vers une conception fondée sur des différences biologiques, la société d’où émanait cette idéologie était caractérisée par une situation sociale particulière. Il faut signaler qu’au XVIIIe siècle parler des vieillards, c’est parler des parents et non pas des grands-parents67. La transmission du patrimoine était un problème courant, qui traduisait une période de forte tension après le mariage des enfants.

  • 68 VOVELLE.
  • 69 Nous avons commencé une telle étude dans un village provençal.

33Une quantité d’actes notariaux divers témoigne d’un système d’« assurance-vieillesse » au niveau villageois. Le contrat de mariage échange l’établissement du couple contre l’aide aux parents âgés. La donation entre vifs marque le début d’une carrière et la fin d’une autre. Le testament n’assure pas seulement l’avenir céleste, mais, de plus en plus au XVIIIe siècle, l’avenir terrestre68. Beaucoup d’études locales témoignent des batailles entre parents et enfants vieillissants, mais le sujet n’a jamais été approfondi69.

  • 70 Muriel JEORGER, « La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime », Annales : E.S.C.,(...)
  • 71 Archives Nationales, série F 15.
  • 72 Henri BREUIL, L’Assistance aux vieillards à Paris de 1789 à 1905, Paris, 1909.
  • 73 A.N. F 15 247.

34Pourtant, tous les vieillards ne vivent pas en famille. Particulièrement en ville, ils sont seuls. Quelques-uns se sont installés dans les hôpitaux. Bien que les hôpitaux de l’Ancien Régime aient servi de rebut pour toutes sortes d’individus exclus, ils recevaient beaucoup de personnes âgées70. Et la législation révolutionnaire, fondée sur le travail du Comité de Mendicité de la Constituante et du Comité de Secours de l’Assemblée Législative, essayait de classer les groupes qui y habitaient71. On préférait l’assistance à domicile. Mais le désastre financier a mis fin à toutes ces espérances pour un siècle72. Néanmoins, certains documents consacrés à l’assistance publique présentent une description graphique de l’état déplorable des vieillards. D’un carton de lettres de requête ou de recommandation d’entrée dans les hôpitaux et hospices adressées à Bailly, maire de Paris, en 1791, la moitié au moins émane de personnes âgées73. Celles-ci expliquent alors leurs malheurs pour obtenir une place.

  • 74 Jeffry KAPLOW, The Names of Kings ; New-York, 1972.

35Le plus souvent elles se présentent simplement comme ayant un certain âge (un âge souvent incertain), hors d’état de remplir leurs fonctions, accâblées d’infirmités, etc... Elles donnent parfois plus de détails. Le postulant est aveugle, souffre de rhumatismes, a fait une chute ou a perdu le soutien d’un enfant maintenant sans travail ou qui l’a abandonné. Dans tous les cas, il était difficile d’obtenir cette entrée car, bien que l’hôpital ait été attaqué sur son insalubrité, trop de gens essayaient d’y entrer74.

  • 75 Ibid. Olwen HUFTON, The Pour of Eighteenth-Century France 1750-1789 ; Oxford, 1974.
  • 76 B.N. Ms Collection Joly de Fleury 1238-39, 1302-03.
  • 77 BREUIL, Fernand CHAROY, L’Assistance aux vieillards, infirmes et incurables en France de 1789 à 19 (...)

36De telles enquêtes n’étaient pas nouvelles, mais peut-être étaient-elles devenues plus fréquentes75. On peut lire les mêmes sortes de prières sous l’Ancien Régime76. Mais les plans de grande envergure et jouissant de la publicité aussi bien que la répression des charités ecclésiastiques et privées exposaient un grand nombre d’indigents âgés sous la Révolution : c’était un grand problème administratif, et c’est un bon fonds historique. Les stratégies d’assistance sous l’Ancien Régime n’ont pas considéré l’assistance-vieillesse comme une dette sociale. L’idée révolutionnaire, abandonnée après le 9 Thermidor77, d’une dette envers les personnes âgées, a porté l’attention sur des problèmes qui ne devaient plus disparaître.

  • 78 Peter N. STEARNS, Old age in European Society : the Case of France ; New-York, 1976.

37Ne nous laissons pourtant pas prendre au piège comme les premiers historiens de la vieillesse en Amérique. Car, bien que ce changement fondamental des mentalités semble séparer deux mondes, l’ancien et le nouveau —, on aurait tort de parler exclusivement de ce changement. Le regard sentimental porté sur le nouveau vieillard de la seconde moitié du XVIIIe siècle n’est pas le seul héritage laissé au XXe. Et certains phénomènes, au XIXe siècle, tels que l’absence de coordination entre les recherches médicales et les soins hospitaliers, ou les revendications ouvrières visant à satisfaire les besoins immédiats plutôt que ceux à long terme78 montrent que tout comme il faut considérer les XVIIe et XVIIIe siècles séparément, il ne faut pas non plus considérer comme un tout l’histoire de la vieillesse de ces deux derniers siècles.

Notes

1 En Angleterre, elle a fait l’objet de deux ouvrages spécialisés, l’un axé sur l’autorité : Keith THOMAS, Age and Authority in Early Modern England, London, 1976 ; l’autre sur le ménage : Peter LASLETT, « The History of Aging and the Aged », Family Life and Illicit Love in Earlier Generations, Cambridge, 1977.

2 W. Andrew ACHENBAUM, Old Age in the New Land, Baltimore, 1978 ; David HACKETT FISCHER, Growing Old in America, Oxford, 1978 ; Daniel SCOTT SMITH « Old Age and the ‘Great Transformation’ : A New England Case Study », Spicker, et. al., ed., Aging and the Elderly : Humanistic Perspectives in Gerontology, Atlantic Highlands, 1978.

3 Voir l’exploitation exemplaire des sources par FISCHER.

4 Sur la question de la modernisation : ACHENBAUM et Peter N. STEARNS, « Old Age and Modernization », The Gerontologist, Vol. 18, no 3,1978.

5 FISCHER.

6 ACHEBAUM, SMITH.

7 Lawrence STONE, « Walking over Grandma », The New York Review of Books, XXIV, 8, 12-5-78.

8 John DEMOS, « Old Age in Early New England », Demos et Boocock, ed., Turning Points : Historical and Sociological Essays on the Family, Supplement to American Journal of Sociology, vol. 84 ; Chicago, 1978.

9 Ibid., p. 282.

10 Ibid., p. 283.

11 Par exemple, Leo SIMMONS, The Role of the Aged in Primitive Society ; New haven, 1945, et Bessie RICHARDSON, Old Age Among the Ancient Greeks ; Baltimore, 1933.

12 Philippe ARIES, Histoire des Populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle ; Paris, 1971, surtout p. 375-381.

13 Robert FA VRE, La Mort au Siècle des Lumières ; Lyon, 1978, passim.

14 La Marquise de LAMBERT, Œuvres ; Lausanne, 1748.

15 Traduction de Laurent de Premier Fait. Première des trois traductions du XVIIe siècle.

16 Manuscrit illuminé du XVe siècle. B.N. Ms FF 126.

17 Pour l’usage de Cicéron, Peter GAY, The Enlightenment, vol. I ; New-York, 1966.

18 Léon et Frédéric SAISSET, « Un type de l’ancienne comédie : Le Barbon », Mercure de France, tome 183 ; Paris, 1925, p. 401-418.

19 Voir les pièces dans la collection de Soleinne. B.N. Salle des Ms.

20 J.-J. ROUSSEAU, A.M. D’Alembert (1758), Œuvres complètes ; Paris, 1852, tome III, p. 135.

21 Sur la tragédie, Orest RANUM, Paris in the Age of Absolutism ; New-York, 1968.

22 GIRARD de VILLETHIERRY, La Vie des Veuves ; Paris, 1719.

23 L’abbé de la CHÉTAR DIE, Homélie XXVIII sur La Vieillesse, Homélies de M. de S. Sulpice ; Paris, 1708, tome II.

24 Voir Michel VOVELLE, Piété Baroque et Déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle ; Paris, 1973 et la chronologie analogue : Pierre CHAUNU, La Mort à Paris (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles) ; Paris, 1978.

25 L’abbé CLÉMENT, Réflexions sur la Vieillesse, Mercure de France ; Paris, août 1757.

26 Voir, par exemple, les cahiers de doléances de Nîmes et de Gap ; François ROUVIERE, Histoire de la Révolution française dans le Département du Gard ; Nîmes, 1887 ; Timothy TACKETT, Priest and Parish in Eighteenth-Century France ; Princeton, 1977.

27 Luigi CORNARO, Conseils pour vivre long temps ; Paris, 1701.

28 Mémoires de Trévoux ; Gazette de France ; Geneviève BOLLEME, La Bibliothèque Bleue ; Paris, 1971 et Les Almanachs Populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles ; Paris, 1969.

29 LOTTIN, Almanach des Centenaires ; Paris, 1764-1771.

30 BUFFON, Histoire Naturelle de l’Homme, Œuvres complètes ; Paris, 1774, tome IV.

31 M.D. GRMEK, On Ageing and Old Age. Basic Problems and Historical Aspects of Gerontology and Geriatrics, Monographiae Biologicae, vol. V, no 2 ; Den Haag, 1958.

32 Michel PHILIBERT, Les Échelles d’âge dans la philosophie, la science et la société. De leur renversement et des conditions de leur redressement ; Paris, 1968.

33 J.A.N. CONDORCET, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain ; Paris, 1864. Voir Keith M. BAKER, Condorcet From Natural Philosophy to Social Mathématics ; Chicago, 1975.

34 André Jean de LA ROCQUE, Établissement d’une Caisse Générale des épargnes du Peuple... ; Bruxelles, 1786, p. 3.

35 Joachim LAFARGE, Caisse d’Épargnes et de Bienfaisance du Sieur La barge ; Paris, 1791) Caisse d’Épargnes du C. Lafarge. Liste Générale des Numéros... ; Paris, an XI ; Projet de Bienfaisance ; 1789 ; Projet de Bienfaisance du Sieur Lafarge ; Paris, 1790 ; Projet de Bienfaisance du Sr. Lafarge (Paris, s.d.) ; Réflexions Utiles et Nécessaires aux Actionnaires de la Caisse d’Épargnes et de Bienfaisance du Citoyen Lafarge ; Paris, an II.

36 Camille BLOCH et Alexandre TUETEY, Procès-Verbaux et Rapports du Comité de Mendicité de la Constituante 1790-1791 ; Paris, 1911.

37 Archives Nationales A.D. XIV 6 ; F22° 801.

38 Michel FOUCAULT, Naissance de la Clinique : Une Archéologie du Regard Médical ; Paris, 1963 et Polie et Déraison : Histoire de la Polie à l’Age Classique ; Paris, 1961.

39 M. ROBERT, De la Vieillesse ; Paris, 1777 ; Philippe PINEL, Considérations sur la constitution sénile et sur son influence dans les maladies aigües, Mémoires et Observations des Archives Générales de Médecine, première année, tome II ; Paris, 1823 ; P.J.G. CABANIS, Rapports du Physique et du Moral de l’Homme ; Paris, 1805 ; Xavier BICHAT, Recherches Physiologiques sur ta vie et la mort ; Paris, an VIII ; P.J.B. ESPARRON, Essai sur les Ages de l’Homme ; Paris, 1803.

40 Erwin H. ACKERKNECHT, Medicine at the Paris Hospital 1794-1848 ; Baltimore, 1967 ; Guido GELLER, Die Geriatrie an der Salpétrière von Pinel bis Charcot ; Zurich 1965.

41 Pour le vieillissement et le rejeunissement de deux régions sur la longue durée, voir Pierre GOUBERT, Beauvais et le Beauvaisis 1600-1730 ; Paris, 1960 ; René BAEHREL, Une Croissance : La Basse-Provence rurale (fin XVe-1789) ; Paris, 1961.

42 B.N. Cabinet des Estampes. Td T. XI. Jean AVALON, « Les Ages de la vie dans l’Imagerie Populaire », Passiflore, 4e année no 10, 1934 ; Alain CHARRAUD, « Analyse de la représentation des âges de la vie humaine dans les estampes populaires du XIXe siècle », ethnologie française, no 1, Paris, 1971.

43 Voir ARIES, L’Homme devant la mort ; Paris, 1977.

44 Le Maître de CLAVILLE, Traité du Vrai mérite de l’homme considéré dans tous les âges et dans toutes les conditions ; Paris, 1734.

45 Mais j’en doute. Voir François LEBRUN, Les Hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles ; Paris, 1971.

46 Gabriel SÊNAC DE MEILHAN, Considérations sur l’Esprit et les Mœurs ; Londres, 1787 ; J.H. MEISTE R. Stances d’un vieillard à sa jeune amie et, pour le début du XIXe siècle, Lettres sur la Vieillesse ; Paris, 1810.

47 Robert ROSENBLUM, Transformations in Late Eighteenth-Century Art ; Princeton, 1967.

48 Anita BROOKNER, Greuze, the rise and fall of an eighteenth-century phenomenon ; London,1972.

49 MATHON DE LA COUR, Lettres à Madame XX... ; Paris, 1763, p. 67.

50 Réunion des Musées Nationaux et. al., French Painting 1774-1830 : the Age of Revolution ; Detroit, 1975. James Henry RUBIN, « Œdipus, Antigone and Exiles in Post-Revolutionary French Painting », The Art Quarterly, vol. 36, no 3, automn 1973 ; Detroit, 1973.

51 ROTROU, Bélisaire, 1643 ; DESFONTAINES, Bélisaire, Paris, 1641 ; MARMONTEL, Bélisaire, 1767 ; Bruxelles, 1792 ; BERTIN D’ANTILLY, Bélisaire ; 1795, B.N. Ms.

52 L.A. DORVIGNY, L’Hospitalité ou Le Bonheur du Vieux père ; Paris, an II ; COLLIN D’HARLEVILLE, Le Vieux Célibataire ; Paris, 1801 ; Le Vieillard et les Jeunes Gens ; Paris, 1803 ; F.G. DESFONTAINES, Les Vieux Epoux ; Paris, an III ; L.B. PICARD, La Vieille Tante ou les Collatéraux ; Paris, 1811 ; Le Vieux Comédien, Fin du Répertoire du Théâtre Français, tome 21, Paris, 1824.

53 Jean-Joseph PITHOU DE LOINVILLE, Vie de Jean Jacob, vieillard du Mont Jura âgé de 120 ans ; Paris, 1789.

54 La Vieille Bonne Femme, 1789.

55 Louis-Sébastien MERCIER, « L’Homme de 113 ans », Tableau de Paris, tome XII ; Amsterdam, 1788.

56 RESTIF DE LA BRETONNE, La Vie de mon Père ; Paris, 1970.

57 L’abbé CRILLON, Mémoires Philosophiques ; Paris, 1777.

58 LECLERC DE MONTLINOT, Discours qui a remporté le prix à la Société Royale d’Agriculture de Soissons, en l’année 1779, sur la mendicité, Lille, 1779 ; État actuel du dépôt de Soissons, précédé d’un Essai sur la Mendicité, V. Compte. Année 1786 ; Soissons, 1789.

59 Ibid., Discours, p. 43.

60 BLOCH et TUETEY.

61 J.J. VIREY, Histoire Naturelle du Genre humain ; Paris, an IX.

62 Natalie Z. DAVIS, « The Reasons of Misrule : Youth Groups and Charivaris in Sixteenth-Century France », Hast and Present, vol. 50 (1971), p. 41-75.

63 Et stéréotypiquement pendant la Révolution ; voir les adresses des fêtes de la vieillesse.

64 Madame de GENLIS, Les Souvenirs de Félicie L ; Paris, 1804.

65 Abel POITRINEAU, « La Fête traditionnelle », Annales Historiques de la Révolution française, vol. 47, no 221 ; Paris, 1975.

66 Mona OZOUF, La Fête Révolutionnaire ; Paris, 1976 et « Symboles et fonctions des âges dans les fêtes de l’Epoque Révolutionnaire », Annales Historiques de la Révolution française, vol. 42, no 202 ; Paris, 1970.

67 Jean FOURASTIÉ, « De la vie traditionnelle à la ‘viétertiaire’. Recherches sur le Calendrier Démographique de l’homme moyen », Population, 14e année, no 3, 1959 ; Hervé LEBRAS, « Parents, Grands-parents, Bisaïeux », Population, 28e année, no 1, 1973.

68 VOVELLE.

69 Nous avons commencé une telle étude dans un village provençal.

70 Muriel JEORGER, « La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime », Annales : E.S.C., 32, Paris, 1977.

71 Archives Nationales, série F 15.

72 Henri BREUIL, L’Assistance aux vieillards à Paris de 1789 à 1905, Paris, 1909.

73 A.N. F 15 247.

74 Jeffry KAPLOW, The Names of Kings ; New-York, 1972.

75 Ibid. Olwen HUFTON, The Pour of Eighteenth-Century France 1750-1789 ; Oxford, 1974.

76 B.N. Ms Collection Joly de Fleury 1238-39, 1302-03.

77 BREUIL, Fernand CHAROY, L’Assistance aux vieillards, infirmes et incurables en France de 1789 à 1905 ; Paris, 1905.

78 Peter N. STEARNS, Old age in European Society : the Case of France ; New-York, 1976.

Auteur

Brandeis University

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search