Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

III. Histoire et anthropologie

Vieux et jeunes dans la société rurale française à la fin du xixe siècle : rôles sociaux et symboliques

Françoise Loux

Texte intégral

1Les recherches que j’ai entreprises depuis bientôt six ans portent sur la place et l’image du corps dans la société rurale française de la fin du XIXe siècle, plus particulièrement, sur la petite enfance. Je ne suis donc pas spécialiste des problèmes de la vieillesse et je ne l’aborde pas directement dans mes travaux. Mais ce qui peut apporter un éclairage supplémentaire aux propos qui se tiennent dans cette table ronde, au cours de ces recherches, la mort, bien sûr, mais également la vieillesse, sont intervenues de façon assez constante aux deux niveaux de réalité que sont les images et les faits. A travers les matériaux que j’ai étudiés, il apparaît une image de la vieillesse contradictoire et ambiguë ; on peut distinguer, en fait, deux vieillesses qui s’opposent et posent question. Je vous présenterai rapidement cette double image en soulignant qu’il s’agit plus d’hypothèses ou de données fragmentaires que de résultats de recherches.

2Un mot des matériaux sur lesquels j’ai travaillé. Il s’agit essentiellement de proverbes relatifs au corps, collectés au cours de la seconde moitié du XIXe siècle dans la France rurale. Ces proverbes relatifs au corps sont nombreux (plus de 5.000). Ils ont l’avantage d’être précisément situés et datés. Ils ont un double intérêt : d’une part, ils constituent un document direct sur ce que les paysans disaient effectivement à propos du corps au siècle dernier ; d’autre part, ils représentaient un moyen de transmission des savoirs à travers les générations, et en particulier, des vieux aux jeunes. Ces proverbes contiennent tout un discours à la fois explicite et implicite sur la vieillesse.

3En premier lieu, ce discours traverse tous les conseils de modération pour mener une longue vie : « pour vivre longtemps, il faut être vieux de bonne heure ». La vieillesse n’intervient pas ici comme une image gratuite. Etre vieux, c’est avant tout savoir et devoir ménager, économiser ses forces. La vieillesse doit être préparée dès la jeunesse.

4Mais ces conseils de modération pour vivre longtemps ne s’appuient pas sur un homme déraciné. Ils s’adressent à un homme rural, paysan ou artisan, pour qui le travail repose sur le corps : celui-ci doit donc être ménagé pour pouvoir travailler, sinon c’est la misère. Ce thème est développé par de nombreux proverbes sur lesquels je n’insisterai pas. Disons seulement que se ménager est ici enraciné dans le concret du travail.

5Si on affirme le désir de vivre longtemps, c’est en premier lieu pour écarter la mort trop rapide qu’apporte la misère : non seulement sa propre mort, mais la mort de la maisonnée, de ses enfants. Mais ce désir de vie longue, c’est également, à mon avis, un désir d’accéder à la vieillesse, et à une vieillesse heureuse, sans incapacité physique invalidante. Il y a en effet un mythe très fort de la vieillesse, que l’on retrouve par exemple dans les images d’Épinal. Ce vieillard heureux à barbe blanche, cette aïeule au milieu de ses petits-enfants, n’est-cc pas un rêve d’homme ou de femme dans la force du travail, alourdi par le poids des maternités, du labeur quotidien, et aspirant à ce moment de repos et de reconnaissance sociale à la fois ? Mais cette vieillesse heureuse est rare et les proverbes reconnaissent également, très durement, toutes les infirmités et la solitude de la vieillesse : « le vieillard perd tout » disait-on sobrement en Gascogne.

6Il y a donc en fait deux vieillesses : la vieillesse en santé et la vieillesse invalide et s’il faut se maintenir en santé, c’est pour rester le plus longtemps dans le statut social reconnu de la vieillesse valide.

7La vieillesse valide et heureuse n’est pas uniquement un mythe. Si l’espoir de l’atteindre motive toute la vie, c’est qu’elle existe réellement. Dans cette société basée sur le travail physique, on ne valorise pourtant pas la force pure. On dit, au contraire : « le savoir faire vaut la force et même marche dessus ». Ce savoir faire est donné par l’expérience. Nous sommes dans une société où l’apprentissage du tour de main de l’artisan, où la lecture des signes de la nature ne se fait pas dans les livres, où le savoir ne s’acquiert donc qu’avec l’âge. Aussi, la personne âgée n’est pas coupée de la vie professionnelle. Elle a moins de force physique, on la ménage : on dit, par exemple : « à l’homme âgé ne donne pas un gros fardeau ». Mais, tout en la ménageant, elle continue à avoir un rôle de conseil. Beaucoup de proverbes insistent sur cette sagesse de la vieillesse, en la mettant, d’ailleurs, en opposition avec la jeunesse : « les vieux en savent plus que les jeunes »-, « le vieillard sait parce qu’il a vu et entendu »-, « paroles vieilles, paroles sages ».

8Il existe aussi une série de proverbes très courants sur le thème : « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait, jamais disette n’y aurait ». Il y aurait beaucoup à dire sur ce type de formulation, fréquente dans les proverbes, à base de regret. Notons simplement l’idée de complémentarité entre jeunes et vieux qui en ressort et cette place centrale du savoir de la vieillesse. Ce savoir est complémentaire de la force du jeune et nécessaire au fonctionnement du travail. La personne âgée a donc un rôle social important.

9Ce rôle de savoir se retrouve dans deux autres secteurs de mes recherches où, comme par hasard, la vieillesse occupe une place importante :

  • c’est, d’une part, le rôle auprès des enfants. La grand-mère, mais également le grand-père, ont un rôle d’apprentissage social et mythique. Ainsi, ce n’est pas par hasard si les conteuses sont le plus souvent âgées. C’est par la grand-mère que les contes, les proverbes sont dits aux enfants et, donc, qu’une certaine image du monde se transmet ;

  • mais, c’est également aux personnes âgées, et surtout aux femmes âgées, que revient le rôle de soigner. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de « remèdes de grand-mère ». Ainsi, la personne du village qui « aidait » aux accouchements et qui en même temps faisait la toilette du mort était une femme âgée — on souhaitait qu’elle ait eu sa ménopause.

10Les guérisseuses de village sont souvent également des personnes âgées. Il y a par exemple des grands-mères qui guérissent les brûlures. Plus même, la fonction de recourir au guérisseur est souvent dévolue, dans la famille, à une des grands-mères. En observant cela, j’ai d’abord pensé que c’est parce que la tradition se perdait, mais en regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il en a toujours été ainsi, que les personnes âgées, dans la famille, ont toujours eu une fonction de recours médical.

11On peut trouver à cela, à mon avis, deux pistes d’explication. L’une se situe du côté de l’expérience des personnes âgées. Dans ce cas, il s’agit de l’opposition entre l’expérience de la vieillesse et la science des médecins (souvent qualifiés de jeunes dans les proverbes : « les jeunes médecins font les cimetières bossus ».) Mais, on pourrait également réfléchir en termes de rapport au passé. Que signifie le rapport au passé pour un malade, n’y a-t-il pas, à un moment quelconque de la maladie, un désir de retrouver quelque chose de la petite enfance et, peut-être, du rapport à la grand-mère ? Je crois qu’il est difficile de parler de la vieillesse et même de façon plus générale de l’allongement de la vie, sans parler également du rapport au passé, du rapport au temps.

12J’en arrive ainsi à un autre point que je voudrais évoquer et qui apparaît important dans le statut social comme symbolique des personnes âgées dans cette société, c’est le rapprochement qui est constamment fait avec l’enfance.

13Les personnes âgées sont proches de l’enfant, elles s’occupent île lui. Mais cette responsabilité est marquée symboliquement. Ainsi, en principe, le parrain et la marraine de l’enfant — sa parenté sociale — étaient, pour le premier enfant, son grand-père et sa grand-mère. Ainsi, également, au baptême, on donnait souvent à l’enfant le nom d’un grand-parent ou d’un ancêtre mort, l’enfant prenant la place de cet ancêtre dans la lignée familiale à tel point que quand il pleurait trop la nuit, on disait que les âmes des ancêtres cherchaient à le rappeler.

14Autre exemple de cette proximité entre l’enfant et ces ancêtres, vivants ou morts : entre autres recettes pour que l’enfant perce bien ses dents, on pouvait lui faire porter en amulette une des dents d’un de ses grands-parents morts. Je pourrais donner de nombreux autres exemples de cette familiarité entre l’enfance, la vieillesse et la mort qui sont en continuité.

15Il y a en quelque sorte une ronde des âges, bien représentée dans l’imagerie très riche des âges de la vie, où l’enfant et le vieillard sont mis en parallèle. Il faut replacer cela dans le cadre d’un homme dont le rythme de vie se déroule en harmonie avec l’univers. Tout comme l’hiver précède le printemps, la vieillesse et la petite enfance se retrouvent mêlées : « enfant nous naissons, enfant nous revenons », dit-on un peu partout. Tout le temps vieillesse et enfance sont mis en parallèle : « le vin est le lait des vieux, le lait est le vin des enfants »-, « mars, petit mars, tue l’agneau, le bébé et la vieille au bord du feu ».

16En effet, ce qui unit mais en même temps oppose les enfants et les vieillards, c’est la proximité de la mort et en quelque sorte, nous le verrons, la mort des vieillards prend un sens par rapport à celle des enfants. Donnons un autre exemple qui n’appartient pas au registre des proverbes. J’ai travaillé récemment sur les croyances et les pratiques relatives aux dents et j’ai été amenée à réfléchir un peu sur le conte du Petit chaperon rouge. Or, que se passe-t-il dans ce conte ? La mort, sous forme de dévoration, frappe à la fois le petit chaperon rouge, soit l’enfant qui écoute le conte, et la grand-mère, soit la vieille femme qui raconte le conte. Enfant et vieillard sont unis dans cette menace de la mort. Dans les analyses actuelles du conte on a tendance à insister sur l’enfant et à oublier la grand-mère. Pourtant un proverbe dit : « qui se fait vieux, le loup le mange ».

17La personne âgée en bonne santé a donc un statut social : elle possède la sagesse, elle a en charge la transmission des savoirs aux enfants, elle possède les secrets de guérison.

18Mais, à cette personne âgée en santé s’oppose la personne âgée infirme, malade, décrite également par les proverbes.

19Là également on peut distinguer deux sortes de vieillissement :

  1. Un vieillissement progressif qui n’empêche pas de conserver le statut social de la personne âgée. Ce vieillissement se marque sur le corps. Quand les proverbes en parlent, c’est calmement et toujours en liaison avec la mort. Ces signes sont en particulier la blancheur des cheveux : « les poils blancs sont les fleurs du cimetière »-, « les têtes grises sont l’aurore de la mort ». Ces métaphores sont plus que des jeux de mots : elles mettent calmement en relation la mort du vieillard avec la marche de la nature. Ces signes sont également la diminution de la vue : « quand on porte des lunettes, on n’est plus longtemps à faire des allumettes » (c’est-à-dire à s’occuper du feu, rôle du viellard), le corps qui se voûte : « quand l’homme porte les pieds à la main et les yeux à la ceinture, on peut dire qu’il est près de la sépulture ». Il n’est pas là question de maladie. Il s’agit d’une mort, fin naturelle de la vie : on dit : « qui a vécu longtemps n’a pas longtemps à vivre » ou « tout homme meurt quand il est assez âgé ».

  • Mais il y a une autre description de la vieillesse, c’est le malheur physique et surtout intellectuel : « la vieillesse est un hôpital où toutes les maladies sont abritées » ; « plus on est vieux, plus on est souffrant ». On constate la maladie, la déchéance même, on sait que l’on ne peut pas les soigner : « les apothicaires ne vendent pas de jeunesse ». Mais, le plus grave, c’est la diminution intellectuelle qui fait disparaître le statut social de sagesse : « à tête blanche, souvent le cerveau manque »-, « qui vieillit divague ». Ces proverbes ne sont pas contradictoires avec les proverbes sur la sagesse, ils parlent d’une vieillesse différente. A cette vieillesse qui n’a plus de statut social, plus de raison d’être, on ne souhaite pas une vie prolongée : « qui n’en peut plus se laisse mourir » dit-on. Et là, la comparaison avec la jeunesse prend un nouveau sens. On insiste avec force sur la nécessité que les vieux meurent et que les jeunes vivent comme s’il y avait une certaine quantité de mort nécessaire et que celle des vieux épargnait celle des jeunes : « le jeune à la noce, le vieux à la fosse »-, « mourir jeune est affligeant, vivre vieux est inquiétant »-, « les vieux doivent mourir, les jeunes peuvent mourir», ou encore — regret qui montre bien un désir profond : « les vieux ne meurent pas pour les jeunes ».

20Il y aurait beaucoup à dire sur cette image de la mort pour les personnes âgées. Elles doivent mourir quand leur corps est devenu trop usé. Ce n’est pas pour cela qu’elles doivent attendre la mort avec résignation. Elles doivent essayer de garder le plus longtemps possible le statut de vieillesse en santé. Pour cela, elles doivent se modérer comme dans toute leur vie passée mais également, comme pour les personnes fragiles, les enfants encore, les malades, se protéger le corps.

21Trois points sont très importants :

  • se protéger contre les intempéries. Le vieillard est associé symboliquement à l’hiver, il a donc besoin de chaleur. Il a sa place auprès du feu. Il fait ses besoins à l’intérieur de la maison : « février fait chier la vieille au foyer » dit-on familièrement ;

  • une autre précaution importante : c’est l’alimentation qui réchauffe et donne des forces. C’est là que l’on insiste sur le rôle du vin, symbolique du sang, qui aide l’organisme à retrouver ses forces. On l’a dit, c’est l’équivalent du lait de l’enfant ; on dit également : « un verre de vin dans une vieille panse, c’est comme une poutre neuve dans une grange » ;

  • enfin, la dernière précaution, très importante car encore actuelle, c’est la condamnation de la sexualité des personnes âgées. On leur reconnaît tout à fait des désirs. Que l’on se souvienne de la chanson très populaire de la vieille qui n’a plus qu’une dent. Mais, quand il s’agit de la sexualité d’une femme âgée, on la ridiculise, comme dans la chanson, ou on l’accuse de sorcellerie : « jeune homme et vieille, le diable veille ». Revenons au Petit Chaperon rouge. On sait que la dévoration est la punition de la petite fille pré-pubère qui a accepté d’entrer dans le lit avec le loup. Mais on oublie que la grand-mère est dans une situation parallèle. Ni les grands-mères, ni les petites filles ne doivent dormir avec des loups. Ainsi, on dit qu’il n’est pas bon qu’un petit garçon dorme avec sa grand-mère car cela peut le rendre impuissant. On voit bien ici la grand-mère maléfique, captatrice de toute la future force virile de l’enfant.

22La sexualité de l’homme est tout à fait reconnue ; elle apparaît même à première vue approuvée, sanctionnée par la fécondité : « jeune femme et homme âgé emplissent d’enfants le foyer ». Mais cette virilité ne dure guère : « vieux en amour est hiver en fleurs ». Or, il est mauvais pour les arbres d’avoir des fleurs en hiver, dans la vieillesse donc, car cela épuise leur sève. De même, pour les hommes : « jeune femme et vieux chevaux mènent l’homme au tombeau »-, « vieux qui court à l’amour, la mort court alentour » ; « de ceux qui se marient à cinquante ans, peu attaquent les soixante ». C’est pourquoi le conseil réaliste suivant est donné : « à cinquante ans, ouvre ta cave et ferme tes culottes » ou encore : « bonjour lunettes, adieu fillette ».

23Pour conclure, je crois donc que les proverbes montrent qu’il y a plusieurs conceptions de la vieillesse dans cette société rurale du XIXe siècle :

  • l’une, la vieillesse-sagesse, qui a un rôle social particulier, mais qui est en même temps la modération extrême, l’éloignement de toute passion dont la passion amoureuse ;

  • l’autre, la vieillesse fin naturelle de la vie, qui se rapproche de la mort. Pour ces deux vieillesses, le discours et le symbolique s’enracinent profondément dans le concret d’un corps, principal instrument de travail.

Auteur

Chargée de recherches au C.N.R.S. Centre d’ethnologie française, Paris

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search