Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

III. Histoire et anthropologie

La mémoire de l’eau : l’hygiène corporelle d’après deux groupes de personnes âgées (1900 – 1977)1

Jean-Pierre Goubert

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été financée par un contrat EHESS-DGRST (1975-1978).

1Sonder la mémoire, faire émerger les conduites et les gestes relatifs aux soins du corps et à son lavage quotidien tout au long d’une vie parvenue à son couchant au moment où les souvenirs de l’enfance cèlent ceux de la veille ; demander à des acteurs sociaux ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont donné, ce qu’ils ont reçu par le biais de leur biographie et grâce à l’exercice de leur métier, bref, savoir si l’eau laïcisée, rationalisée, technicisée, asservie au corps avait — oui ou non — perdu sa valeur traditionnelle, ontologique et sacrée. Telles sont les questions, les visées, les intentions qui ont servi de base à cette enquête lancée auprès d’enseignants et de médecins en janvier 1977.

2Précédé par une pré-enquête orale, le questionnaire propre à cette enquête fut confectionné progressivement, grâce aux conseils émanant de spécialistes issus d’horizons scientifiques différents, dont Jacques Ozouf et Jean-Charles Sournia.

3Ce questionnaire a été adressé à six cents personnes qui, en 1977, résidaient dans la région parisienne, c’est-à-dire à Paris pour les médecins et dans la capitale, mais aussi dans les départements limitrophes pour les enseignants. Le club des retraités de la M.G.E.N. nous a autorisés à puiser dans son fichier dans lequel nous avons prélevé un échantillon aléatoire au l/10e : le guide Rosenwald (édition de 1976) nous a servi pour trouver les médecins parisiens et le questionnaire a été adressé à un tiers d’entre eux. Quant à l’âge des personnes interviewées, il était fourni directement par le fichier de la M.G.E.N. ; quant aux médecins, nous avons obtenu leur âge en fixant arbitrairement à 30 ans l’âge auquel ils passaient leur thèse, dont la date de soutenance était indiquée dans le guide Rosenwald.

4Par conséquent, nous avons choisi d’interroger un plus grand nombre de médecins, persuadés qu’ils auraient tendance à jeter au panier une « paperasse » supplémentaire, qu’ils risquaient de juger indiscrète, bien que, pour ne pas transgresser le secret professionnel, nous ayons respecté la règle de l’anonymat pour les réponses.

  • 1 Sur le développement de l’histoire orale en France, cf. R. BONNAIN, F. ELEGOET, « Mémoires de Fran (...)

5Qu’un historien interroge aujourd’hui les témoins ou les acteurs d’un passé récent, l’entreprise, en notre époque où se développe rapidement «l’histoire orale »1 est loin d’être exceptionnelle. C’est pourquoi, il faut préciser en quoi consiste l’originalité de cette enquête, dans sa conception, dans ses méthodes et dans son objet. L’enquête, en effet ; est destinée d’abord à taire surgir une mémoire et à révéler une parole, ensuite à analyser une mémorisation du vécu, en ce qui concerne deux indicibles qui — ici — se recoupent : l’indicible du corps et l’indicible du quotidien. Far conséquent, il ne s’agit pas d’une enquête par sondage qui chercherait à vérifier si la parole de l’acteur est conforme à une illusoire « vérité historique ».

6Aussi, afin de tester la cohérence interne particulière à ce discours, un questionnaire en forme de triptyque a été élaboré. La première partie est d’ordre biographique ; la seconde renvoie à la mémorisation du devenir individuel ; la troisième à l’exercice de la profession. De ce fait, des corrélations peuvent être établies, par exemple entre la position sociale du groupe étudié, son niveau d’études, ses conduites d’hygiène corporelle et les normes qu’il propose ou qu’il enseigne. En second lieu, deux questions nous intéressaient auxquelles cette enquête permettait d’apporter une réponse, même partielle. Tout d’abord, quelle était la place respective de la famille, de l’école et de la médecine dans l’apprentissage et dans la transmission des codes et des conduites d’hygiène corporelle. Ensuite, savoir si la révolution technique du premier XXe siècle avait ou non modifié codes et conduites dans deux groupes choisis parmi les professions intellectuelles. En d’autres termes, savoir si le code est modifié par le vécu.

7Assurément, pour répondre à ces deux vastes questions, il eût été préférable, à première vue, de disposer d’un échantillon représentatif de l’ensemble de la société. Mais tel n’était pas notre objectif. Il s’agissait, en effet, de choisir deux groupes qui avaient eu une position privilégiée, principalement entre les deux guerres, et qui avaient ainsi assuré le passage du XIXe au XXe siècle, grâce à leur savoir, à leur prestige et à leur métier ; et cela, en diffusant un modèle culturel relatif au corps et à l’hygiène. Or, la IIIe République ayant été, comme l’on sait, celle des médecins et des professeurs, mais aussi parce que la démocratisation de la culture savante et donc de la médecine avait marqué cette période, il nous a semblé intéressant d’interroger conjointement deux des principaux miroirs/modèles qui avaient assuré l’affermissement du système libéral « à la française ». De cette manière, il devenait possible d’analyser, à partir de bases sociologiques, le fonctionnement de la mémorisation du corps, vécu dans son rapport quotidien à l’eau et donc de répondre à la question initialement posée sur la valeur qui lui est attribuée.

8Le taux de réponses global obtenu s’est situé aux alentours de 20 %. Pour une enquête de ce type et vu la population visée, il peut être considéré comme « honorable ». Comme prévu, les enseignants répondirent en plus grand nombre (27 %) que les médecins (13 %). Par leur origine géographique, calculée d’après le lieu de naissance, 35 % des « répondeurs » étaient natifs de Paris et de la région parisienne, 80 % de la France septentrionale. L’âge moyen des «répondeurs» se situait aux alentours de 77 ans, pour les médecins comme pour les enseignants. La méthode utilisée pour trier les médecins s’était donc avérée d’une précision ici suffisante.

9La composition par sexe, quant à elle, confirmait le fort taux de féminité particulier au corps enseignant (66 % de femmes) et, en revanche, le taux considérable, quant à la masculinité, relatif au corps médical : 88 % d’hommes.

10L’étude de l’origine sociale, entreprise à partir de deux critères — soient la profession du père et la présence de la mère au foyer — confirmaient la hiérarchie sociale qui mène de l’instituteur au médecin spécialiste ou chef de service (cf. tableau ci-dessous).

11Profession du père :

Cadre moyen ou supérieur :

médecins

91 %

professeurs

83 %

instituteurs

53 %

12Présence de la mère au foyer :

Mères de médecins

79 %

Mères de professeurs

68 %

Mères d’instituteurs

48 %

13Le dépouillement et l’analyse des réponses obtenues conduisent à souligner plusieurs paradoxes et à en proposer une interprétation, d’abord spécifique, puis générale.

14Le premier paradoxe tient à ce que, dans l’apprentissage d’un complexe de savoirs et de pratiques, le rôle de la famille est perçu comme essentiel, au détriment de l’école dont le rôle est considéré comme secondaire, y compris par les enseignants, et même comme nul au niveau des études médicales par les médecins. Ce paradoxe peut cependant s’expliquer :

  • à partir du moment où le milieu familial des « répondeurs » a intériorisé et enseigné les mêmes règles d’hygiène corporelle que l’école diffuse ; ce que prouvent les réponses à cette enquête ;
  • dans la mesure où l’hygiène corporelle n’est pas enseignée dans les Facultés de Médecine de l’époque, car elle était généralement exclue de la formation du médecin en tant que tel et considérée comme située hors du champ de la médecine.

15Un second paradoxe concerne le fossé qui sépare l’affirmation massive d’un progrès de l’hygiène corporelle et l’observation de la faible efficacité du discours et des pratiques enseignées auprès des élèves ou bien auprès des patients. Ainsi, chez le patient ou chez l’élève la propreté du corps est jugée partielle et limitée aux parties visibles ou bien malades. De même, chez les médecins, l’hôpital perçu positivement quant à son équipement d’ordre médical, prend un aspect de repoussoir quant à l’hygiène des salles et des malades. Paradoxe apparent, ici encore, puisque l’on compare deux « ordres » distincts : d’une part, l’ordre du discours qui valorise la chose exprimée — ici le savoir — et la personne qui l’exprime, ici le médecin ou l’enseignant ; d’autre part, l’ordre de l’observation qui dit un écart entre la norme fixée et la réalité perçue.

  • 2 Sur la culture populaire relative au corps, cf. F. LOUX, Le jeune enfant et son corps dans la méde (...)

16Un troisième paradoxe tient lieu de corollaire au précédent. Alors qu’ils disent la faible réussite de leur attitude et de leur enseignement, médecins et enseignants ne l’imputent pas à des résistances qui viendraient d’une culture populaire2 : 0 % dans le cas des médecins ; toutefois, 20 % des enseignants parlent de « préjugés » ou bien de « superstitions ». Contradiction apparente, cette fois encore ? Sans doute, car la culture savante, mais spécifique, des uns et des autres joue le rôle d’une barrière culturelle, surtout chez les médecins dont les familles plus aisées n’ont guère de contact avec « le peuple » sinon à travers les domestiques, tandis que les instituteurs, issus de milieux plus modestes, enseignant à des enfants à l’origine sociale fort variable, reconnaissent un savoir populaire à travers la grille de l’obscurantisme.

17Un quatrième paradoxe est relatif aux rôles respectifs attribués à l’enseignement et à la famille quant à l’hygiène corporelle. Alors que le rôle de l’institution scolaire est considéré par les personnes interrogées et pour elles-mêmes comme faible ou même nul, elles répètent, leçons et punitions à l’appui, les mêmes obligations, les mêmes gestes, les mêmes pratiques destinées à valoriser l’ordre et la propreté qu’elles ont reçus de leur propre famille ! Paradoxe là aussi. En effet, dans la mesure où ces personnes estiment détenir un savoir supérieur, elles se situent — socialement comme culturellement — dans un groupe supérieur, dont la mission consiste alors à amener le « reste » de la société à reproduire ses gestes et ses attitudes, et cela contre vents et marées.

18Cinquième paradoxe, lié au précédent. Peu sensibles aux changements de la technique sanitaire, sauf dans le cas des plus modestes — les instituteurs — les « répondeurs » décrivent la stabilité et même l’identité de leurs gestes et de leurs conduites d’hygiène corporelle aux trois âges de leur vie. La certitude du bienfondé quant à leur pratique est donc, bien ancrée chez eux. Or, cette attitude narcissique ne les empêche pas d’affirmer que l’hygiène privée, mais de façon générale, s’est améliorée depuis le début du siècle et qu’elle commence à se dégrader aujourd’hui chez « les jeunes ». En fait, dans la mesure où ils idéalisent leur propre jeunesse, où ils valorisent leur métier et où ils prennent la pose pour la postérité, rien d’extraordinaire à ce qu’ils se considèrent comme la partie « éclairée » de la société, comme les représentants de la norme à respecter et donc comme la mesure de toutes choses.

  • 3 Cf., sur le courant hygiéniste, B.-P. LÉCUYER, « Démographie, statistique et hygiène publique sous (...)

19Dans ces conditions, ceux qui ont accepté de répondre à cette enquête apparaissent comme les ultimes représentants du courant hygiéniste né dans la première moitié du XIXe siècle3. Moins optimistes cependant que leurs lointains devanciers quant à l’efficacité réelle de leur pédagogie et de leur savoir, ils ont misé leur santé, celle d’autrui, leur métier, leur mission sociale même, sur la valorisation de la propreté par les soins du corps opérée par une eau plus répandue et rendue plus efficace grâce à l’utilisation d’appareils et d’objets à usage sanitaire. Conscients de la supériorité dont les dotaient leur savoir et leur position, ils ont eu à cœur de diffuser les éléments utiles de ce savoir, de proposer un code et des conduites propres à faire reculer tout ensemble la saleté, la maladie et la mort.

  • 4 D’après G. BACHELARD, L’eau et les rêves, Paris, 1942, p. 40.

20Par voie de conséquence, ils ont attribué à l’eau une valeur positive. Ils la relient ainsi au foyer familial et particulièrement au souvenir de leur mère, l’initiatrice des soins du corps, au dialogue constant avec leur corps, à l’exercice d’un « sacerdoce », qu’il ait été enseignant ou médical, à la diffusion d’un savoir savant et efficace dans l’univers visible. Ce faisant, ils évacuent les aspects morbides et angoissants de l’eau, dans la mesure où elle rappelle le dernier voyage, l’écoulement, l’engloutissement même propre à la vie de chacun. Bref, pour reprendre une expression de Gaston Bachelard, ils taisent « le complexe de Caron». Et, pour nourrir leur dessein, ils construisent leur mémorisation de l’eau autour d’une double hélice, dans la mesure où ils lient leur « narcissisme égoïste au narcissisme cosmique4 » Ce faisant, ils marient leur sensibilité, leur expérience et leur savoir pour donner une base rationalisée au thème éternel de la purification par l’eau.

Notes

1 Sur le développement de l’histoire orale en France, cf. R. BONNAIN, F. ELEGOET, « Mémoires de France », dans Ethnologie française, t. 8, n 4, oct.-déc. 1978, pp. 337-347.

2 Sur la culture populaire relative au corps, cf. F. LOUX, Le jeune enfant et son corps dans la médecine traditionnelle, Paris, 1978, et id., Le corps dans la société traditionnelle, Paris, 1979.

3 Cf., sur le courant hygiéniste, B.-P. LÉCUYER, « Démographie, statistique et hygiène publique sous la monarchie censitaire », dans Annales de Démographie historique, 1977, pp. 215-245.

4 D’après G. BACHELARD, L’eau et les rêves, Paris, 1942, p. 40.

Notes de fin

1 Cette recherche a été financée par un contrat EHESS-DGRST (1975-1978).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search