Version classiqueVersion mobile

Regards sur le Saint-Simonisme et les Saint-Simoniens

 | 
Jean-René Derré

De l’état présent des études saint-simoniennes

Philippe Régnier

Texte intégral

1Traiter de l’état présent des études sur Saint-Simon et sur les saint-simoniens est une tâche redoutable de difficulté et d’étendue : il faut, pour l’aborder, passer par des spécialités nombreuses et fort diverses, et la littérature saint-simonisante n’est pas loin d’atteindre l’abondance de la littérature saint-simonienne, laquelle, si l’on y comprend les imprimés, les périodiques et les manuscrits, constitue déjà une sorte d’Himalaya.

2Il semble cependant que le moment d’un tel bilan encyclopédique soit venu, pour rassembler les efforts dispersés et, si possible, pour les relancer et en susciter de nouveaux. C’est à quoi nous voudrions contribuer un tant soit peu, en espérant que la bonté de l’intention fera pardonner les inévitables insuffisances de la réalisation.

  • 1 Un séjour de quatre années à l’Arsenal, comme pensionnaire de la Bibliothèque Nationale, nous a do (...)

3Nous essaierons tout d’abord de définir le cadre intellectuel des recherches, avant de décrire très sommairement leur objet matériel, en particulier les différents fonds de manuscrits conservés dans les bibliothèques publiques. La revue de quelques secteurs des études saint-simoniennes nous servira ensuite à développer des suggestions que nous voudrions utiles1.

Problèmes de définition

4Qu’est-ce que le saint-simonisme ? La question mérite d’être posée d’entrée de jeu, et oblige à remonter aux origines. Saint-Simon lui-même était-il saint-simonien, et, s’il l’était, à partir de quand dater son existence en tant que tel ? Henri Gouhier, dans son œuvre classique, La jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, a proposé de distinguer deux époques dans sa pensée. La première, qui court de 1798 à la chute de l’Empire, est dominée par ses efforts pour fonder la morale et la politique sur une « physiologie rigoureusement mécaniste ». C’est, pour reprendre la propre expression de Saint-Simon, l’époque de son « physicisme ». Sa seconde époque se subdiviserait, elle, en « trois phases » :

  • 2 Op. cit., t. III 1941), p. I.

« Au cours des années 1814, 1815 et 1816, Saint-Simon ne semble être qu’un publiciste de gauche au service du libéralisme, son collaborateur est Augustin Thierry. Au début de 1817, il milite pour la politique industrielle ; cette forme plus savante de la politique libérale ranime tout naturellement son espoir de trouver dans une science de l’homme les principes d’une cité rationnelle et d’une conduite raisonnable ; l’économie politique joue le rôle que tenait hier la physiologie, (...) l’industrialisme succède au physicisme ; le collaborateur est Auguste Comte. À partir de 1821, cet industrialisme s’affirme de plus en plus distinct du libéralisme ; Saint-Simon essaie de constituer un parti autonome dont il sera le directeur de conscience, il prêche un Évangile des producteurs, son Nouveau Christianisme ; les premiers saint-simoniens apparaissent à la veille de sa mort. »2

5Plus récemment, M. Pierre Ansart, rejoignant, sur le fond, cette périodisation, s’est autorisé un certain anachronisme de langage pour préciser le sens de cette évolution, ou plutôt ces révolutions intellectuelles, qu’il résume par le tableau suivant :

  • 3 Sociologie de Saint-Simon, 1970, Introduction, p. 22.

« I. Phase théorique où prédominent les problèmes de philosophie des sciences, 1802-1815.
II. Phase industrialiste où prédominent les problèmes de la société industrielle,
a) période libérale, 1816-1818.
b) période socialiste, 1819-1825. »3

  • 4 The new world of Henri de Saint-Simon, 1956, repris in The prophets of Paris. Turgot, Condorcet, S (...)

6M. Manuel, historien anglo-saxon des idées, préfère, quant à lui, mettre l’accent sur une autre thèse de Gouhier, celle du caractère répétitif de la pensée de Saint-Simon, de sa stabilité structurelle fixée dès ses premières œuvres. Par-dessus les ruptures, les « coupures épistémologiques » dont M. Ansart – qui s’inscrit en cela dans la lignée des travaux de Bachelard sur l’esprit scientifique et d’Althusser sur Marx – s’efforce d’agrandir la béance, M. Manuel jette des ponts, et, par exemple, insiste, non sans raison, sur la présence de traits religieux et utopiques dans l’époque physiciste : il vise de la sorte à reconstituer l’unité psychologique et intellectuelle de l’auteur Saint-Simon. Mais il ne peut s’empêcher de reproduire en fait, dans le plan même de son exposé, les grandes divisions chronologiques et idéologiques imposées par les textes4.

7A la difficulté de saisir une pensée ondoyante et diverse, s’ajoute la difficulté d’isoler ce qui lui appartient en propre, et de repérer les matériaux extérieurs dont elle se sert. À suivre Gouhier, Saint-Simon apparaît comme un curieux penseur. Sa particularité serait en effet de disposer d’« antennes » ultra-sensibles lui permettant de capter toutes les idées qui passent dans l’air du temps. Mais, explique Gouhier, cet autodidacte n’étant pas philosophe, à la différence d’Auguste Comte, se montre incapable de rassembler toutes ses intuitions en un système dont on pourrait décrire la cohésion et délimiter les frontières. Aussi la dissection minutieuse poursuivie tout au long des trois volumes de La jeunesse d’Auguste Comte ne laisse-t-elle rien subsister d’original, et oblige-t-elle à rechercher les membres disjoints de Saint-Simon dans de multiples secteurs du champ idéologique contemporain, depuis la philosophie héritée du XVIIIe siècle, l’Idéologie et les opinions en vigueur dans les milieux scientifiques de l’Empire, jusqu’à la pensée contre-révolutionnaire et aux spéculations des mystiques, en passant par le libéralisme de Benjamin Constant et de Mme de Staël, et la science économique toute neuve de Jean-Baptiste Say. Mais, comme toute dissection, celle-ci rate le principe vital de la ou des synthèses réussies par Saint-Simon, et ne parvient pas à rendre compte de sa réputation bien établie d’originalité, dans les deux sens du mot, ni des pouvoirs de l’espèce de maïeutique qu’il exerça sur ses premiers disciples. Il reste qu’il n’y a guère moyen de ne pas inclure dans l’étude de Saint-Simon l’inventaire de ses sources, d’autant qu’il en a lui-même montré le chemin et donné le goût à ses lecteurs. Tel est en particulier le cas de ses emprunts aux théoriciens du bord politique opposé, qui se multiplient à mesure que l’on approche du Nouveau Christianisme.

8Pour ces deux raisons – l’existence de phases et de périodes distinctes, l’absence de frontières sûres et reconnues –, à quoi il faudrait ajouter le masque parfois porté, par prudence, par le « citoyen Bonhomme », le problème de l’identité du saint-simonisme de Saint-Simon demeure des plus délicats. Le mieux est de s’en accommoder, et de chercher non pas à faire revivre un sujet transcendantal, mais à discerner les diverses composantes de l’héritage assimilé par ceux dont le pieux respect a, de fait, construit le saint-simonisme.

  • 5 Lettre à Bailly, avril 1830, Correspondance inédite d’Enfantin, in Œuvres de Saint-Simon et d’Enfa (...)

9Cette résignation à la diversité et à l’ambiguïté de Saint-Simon est d’autant plus nécessaire que les saint-simoniens, s’ils tendent à faire de leur héros éponyme un bloc un et indivisible, sont les premiers à reconnaître le caractère composite et évolutif, ou, comme ils disent, « progressif », de sa pensée. C’est ainsi qu’ils soulignent volontiers, parce qu’ils ont eu eux-mêmes bien du mal à le comprendre, le bond indispensable pour passer de l’esprit positif et de l’industrialisme au Nouveau Christianisme, que plus d’un inclinaé d’abord, à tort ou à raison, à prendre, selon le mot d’Enfantin, pour un « passeport présenté au visa des vieilles ganaches catholiques et des bigotes »5. Il se trouve, en outre, et ce n’est pas l’effet d’une coïncidence, mais d’une loi des divers états du saint-simonisme, que les disciples repassent très exactement, quoiqu’en un temps raccourci, par le même itinéraire que le maître : du libéralisme athée et matérialiste à la philosophie positive, puis à l’industrialisme, puis au « nouveau christianisme » (ou néo-catholicisme ?), qui utilise et détourne à des fins démocratiques la culture contre-révolutionnaire des années 1820-1830. C’est ce qui contraint, lorsqu’on étudie le saint-simonisme des saint-simoniens, à le mettre lui aussi en relation avec ces idéologies de la Restauration, sur lesquelles il prend appui, et qu’il contribue à prolonger.

10À partir de ces données initiales, le saint-simonisme se développe en plusieurs essaimages successifs, qui correspondent, chacun, à une mutation doctrinale. Un article de Duveyrier dans le dernier numéro du Globe, le 20 avril 1832, intitulé « à nos amis », résume assez bien ce processus d’expansion et de dissolution concomitantes, et atteste la conscience précoce qu’eurent du phénomène ses acteurs :

« Beaucoup sont venus et peu sont restés ; mais aucun n’est parti si subitement qu’il n’emportât une portion du Trésor que notre Père [i.e. Enfantin] amassait, et nul n’est allé si loin que nous ne le sentissions rattaché par un lien invisible au centre où il avait cherché la vie. (...) Du jour où le Producteur cessa : Cerclet, Dubochet, Rouen, Blanqui, Senty, Peisse, Garnier, Halévy, A. Carrel, Artaud, Rey (de Grenoble), Decaen. Depuis le jour où la hiérarchie fut fondée [soit le 25 décembre 1829] : Buchez, Alisse, Boulland, Lerminier, Margerin. Depuis le jour de l’avènement de notre Père, Bazard, J. Lechevalier, Transon, Leroux, Reynaud, Carnot, Dugied, Cazeaux, Rességuier, Borrel, Charton, Laurent, Rodrigues, Renouvier, Ribes. Or aujourd’hui, tous ces hommes actifs et puissants préparent par mille voies l’établissement de notre règne : philosophes, savants ou poètes, dans les chaires des écoles, les livres et les journaux, ils enseignent à épeler l’Écriture de notre Évangile nouveau ; ils ouvrent les yeux bien que ce soit pour les détourner de nous ; mais les yeux ouverts le monde nous regarde... ».

11Sans doute convient-il toutefois de préciser et de corriger cet historique trop bref et trop œcuménique. Le Producteur, journal fondé au lendemain de la mort de Saint-Simon, doit-il, ainsi, être considéré comme un organe parfaitement saint-simonien ? Rien n’est moins sûr. Par la composition de sa rédaction, dirigée par Cerclet, et par la nature de ses articles, il vise, dans un premier temps, à râtisser large, à occuper tout le terrain industrialiste et positif, et Auguste Comte, qui a rompu avec « le père Simon » de son vivant, exerce sur ses disciples une autorité indiscutable, avant que la maladie ne l’oblige à interrompre sa collaboration à leur périodique. Dans un second temps, à partir, approximativement, de la démission de Cerclet (mars 1826), le poids d’un groupe plus déterminé (O. Rodrigues, Bazard, Enfantin, Laurent, Rouen) devient prédominant : les « eunnuques » (dixit Enfantin), rebutés tant par les difficultés financières que par l’antilibéralisme croissant de ce groupe, quittent successivement l’entreprise. – Mais faut-il considérer pour autant que les uns cessent d’être saint-simoniens, et que les autres le deviennent ? La réalité est plus complexe. Cerclet, par exemple, continue, dans ses écrits ultérieurs, à professer le degré minimal de la doctrine, que représentait le premier Producteur, et l’on retrouve Decaen comme l’un des principaux points d’appui de l’expérience du « prolétariat » lyonnais en 1833. Les saint-simoniens de stricte obédience, à l’inverse, ne cessent pas de s’intéresser aux courants industrialiste et positif, et suivent de fort près, dans la période de l’Exposition (1829-1830), les travaux d’Auguste Comte.

12Des remarques analogues s’imposent à propos du schisme de Buchez (décembre-janvier 1829) : le directeur de l’Européen, l’auteur de l’Introduction à la science de l’histoire, et ses amis (Boulland, Roux-Lavergne, H. Auger...), continuent sur la lancée de tels articles importants du Producteur, et de leur contribution à l’élaboration de la doctrine de l’Exposition. A défaut de pouvoir récupérer, comme ils le prétendent, la bannière de Saint-Simon, ils veulent s’inscrire dans l’orthodoxie d’une «science nouvelle » qu’ils ont en fait constituée dès avant leur départ. Ce n’est pas un hasard si l’Européen commence à paraître dans le mois qui suit le schisme de Bazard (effectif en novembre 1831) : c’est, manifestement, pour reprendre la discussion avec les militants en rupture de ban, et tenter de débaucher les hésitants. Aussi ne peut-on vraiment comprendre ni le buchézisme, ni l’enfantinisme, en les examinant séparément, comme s’ils ne se répondaient pas. Il en va de même pour l’hérésie fouriériste de Lechevalier et de Transon, qui réagit, et ne s’en cache pas, contre l’autoritarisme excessif et personnel du système enfantinien. Et pour la dissidence de la Revue Encyclopédique (Carnot, Charton, Reynaud, et surtout Leroux, mais aussi Fabas et Fortoul), qui, sur bien des points, prolonge le schisme de Bazard, et affiche son républicanisme. Ces fractions polémiquent entre elles, soit directement, soit à mots couverts, et continuent ainsi à entretenir, par-delà les divisions, une problématique et un langage communs, même si elles divergent sur les solutions et privilégient des valeurs différentes. De sorte qu’on peut se demander si la vérité de leurs discours se situe au niveau de leurs oppositions ou à celui des structures qu’elles partagent et dont elles sont issues.

13À s’en tenir cependant au premier niveau, le saint-simonisme des saint-simoniens apparaît plus composite encore que celui de Saint-Simon. Encore la description à laquelle on vient de se livrer ne rend-elle pas compte de ses tendances successives, de son évolution globale. Car, envisagé chronologiquement, et non plus au moment de son éclatement, il s’analyse, grossièrement, en deux phases, avant et après le schisme de novembre 1831 : une phase Bazard, néo-chrétienne, voire néo-catholique, collectiviste, d’opposition radicale et quasi-républicaine à l’ordre social et politique des « oisifs », et une phase Enfantin, byronienne et fouriériste en morale, féministe, industrialiste et, au fond, conciliatrice vis-à-vis du régime issu des barricades de Juillet. Ce schéma une fois posé pour établir des repères, il faut naturellement le nuancer considérablement pour expliquer dans le détail les théories et les actes qui résultent du compromis de ces deux lignes, puis de leur rivalité, selon une dynamique centripète avant novembre 1831, et centrifuge, pour l’essentiel, après cette date.

  • 6 Le Prince et le Marchand, Fayard, 1980, p. 49 (y compris la note I).
  • 7 Il s’agit de l’Opinion Nationale.

14Après avoir défini le saint-simonisme en extension, de façon extérieure, sans trop chercher à circonscrire un corps de doctrine qui n’aurait d’existence que dans l’abstrait, nous devons maintenant essayer de le définir dans le temps. Le point de départ est fourni par la mort de Saint-Simon et la fondation du Producteur, soit l’année 1825, bien qu’il ne faille point oublier d’y adjoindre en appendice la longue carrière du maître, ni négliger le fait que la formation intellectuelle des disciples remonte, compte tenu de leur âge moyen, aux dernières années de l’Empire au plus tard, et aux premières de la Restauration, au plus tôt. Le point terminal est plus délicat à fixer. Nul ne songe à le placer en novembre 1831, bien que l’enfantinisme s’écarte notablement de la doctrine communément admise en 1829-1830, élaborée en fait depuis 1825, et consignée dans la Première année de l’Exposition. On le situerait légitimement en 1835, pour des raisons à la fois événementielles et de fond : abandon de la construction du barrage du Nil, et rentrée de tous les apôtres dans le monde, le « Père » demeurant le seul à ne pas pouvoir quitter son personnage. À partir de cette année-là, le saint-simonisme n’existe plus ni en tant que groupe militant ni en tant qu’idéologie constituée. Mais faut-il pour autant décider qu’il n’existe plus non plus en tant qu’idéologie tout court, et qu’il se fond dès lors dans la masse des idées du siècle ? La question vaut d’être posée, si discuté que soit le concept d’idéologie. Pour M. Barbéris, par exemple, le saint-simonisme, dans sa période militante, est une théorie d’avant-garde, et il ne devient une idéologie qu’après sa dissolution, en se diffusant massivement, mais au prix de la perte de son identité de mouvement d’émancipation6. Ne peut-on toutefois estimer qu’il est des idéologies minoritaires et d’avant-garde ? Le fait est que la pénétration des revues et des journaux à grande diffusion par les saint-simoniens défroqués, dissidents ou repentants, ne commence guère qu’à partir de 1833-1834. Le fait est aussi qu’au fil des années, les relations se distendent de plus en plus, et que les diverses hérésies issues de la doctrine originelle conquièrent leur autonomie. Il n’empêche que le « lien invisible » dont parlait Duveyrier dans le dernier numéro du Globe, plus ou moins serré selon les circonstances de la vie de chacun, plus ou moins efficace selon les conjonctures politiques, ne se dénoue qu’avec la mort des individus. Enfantin décède en 1865, mais Adolphe Guéroult, l’un des plus jeunes rédacteurs du Globe, et le directeur, sous l’Empire libéral, d’un quotidien influent qui se maintient jusque dans les premières années de la IIIème République7, ne s’éteint qu’en 1872, après avoir passé le relais à son fils Georges. En réalité donc, le saint-simonisme vit, ou se survit, à peu près jusqu’à la Commune, avec des temps forts qui sont la Seconde République, et les années 1860-1870, celles de l’Empire libéral. Cette postérité tardive est négligée, mais non négligeable, même si elle a perdu presque toute puissance d’invention et se borne à vulgariser une doctrine passablement émondée et adaptée aux nécessités de l’apologétique de ces années-là.

  • 8 Voir les notices biographiques annexées à notre thèse, et notre fichier personnel, dont photocopie (...)

15La tâche évidemment indispensable pour mener à bien une étude exhaustive du mouvement saint-simonien depuis ses origines jusqu’à son extinction consisterait à recenser les hommes, soit ceux dont les sympathies sont attestées au moins une fois, et à recueillir le maximum de renseignements biographiques sur leur compte. Certains articles du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, dirigé par M. Maîtron, et les renseignements que nous avons pu nous-même collecter8, prouvent assez l’utilité d’une telle entreprise, mais font aussi mesurer l’ampleur des recherches qu’elle requerrait encore : sa perspective est une nécessité, mais sa réalisation apparaît fort lointaine, sinon utopique.

16En somme, mais peut-être y a-t-il là de notre part quelque provocation et quelque impérialisme saint-simonisant, nous proposons d’intégrer au mouvement saint-simonien, sous réserve d’inventaire, bien sûr, mais sans restriction a priori, tous ceux et toutes celles qui ont participé à son élan initial ou l’ont rejoint à un moment donné, et sont susceptibles, de ce fait, de le continuer, et ce jusqu’au terme de leur propre carrière. Il s’agit en effet de se déprendre de la tradition instituée par ses premiers historiens (Charléty, Weill, d’Allemagne), qui, fascinés par la Retraite de Ménilmontant, ont concentré l’attention sur les enfantiniens, et excessivement rétréci le champ des investigations. Il n’y a pas, à notre sens, un saint-simonisme unique, tel qu’en lui-même, et plusieurs hérésies, mais un mouvement saint-simonien complexe, ramifié, qu’il convient de considérer dans sa globalité mais aussi, on ne saurait trop y insister, dans ses contradictions. Le saint-simonisme n’est pas seulement une doctrine, à certains égards achevée, il est aussi un lieu de débats, un laboratoire d’idées.

Les sources et leur utilisation

17Il va sans dire qu’aucune bibliographie ne saurait couvrir un domaine aussi largement défini. Il existe néanmoins deux ouvrages spécialisés auxquels on doit inévitablement recourir :

  • Fournel (Henri) : Bibliographie saint-simonienne, de 1802 au 31 décembre 1832. Ce travail de l’un des Quarante ce Ménilmontant, publié en mars 1833, demeure indispensable : outre ce qu’annonce son titre, il fournit une analyse des grandes publications (Producteur, Exposition, Prédications), des renseignements précieux, souvent inutilisés, sur les auteurs de textes anonymes, des dates de publication, des chiffres de tirage, des listes de brochures et de « feuilles populaires », des indications sur les rééditions, etc.
  • Walch (Jean) : Bibliographie du saint-simonisme. Cette thèse de 3ème cycle, soutenue en 1965, publiée en 1967 aux Editions Vrin, est actuellement encore disponible.

18On peut y ajouter, pour Saint-Simon seulement, une très commode esquisse bibliographique due à À. et I. Mazzone, Opere di Claude Henri Saint-Simon, Annali, Istituto Giangiacomo Feltrinelli, Milan, 1962.

  • 9 Voir la bibliographie de notre thèse, et le complément à l’ouvrage de J. Walch pour les années 196 (...)

19Nous nous sommes nous-même efforcé de compléter ces prédécesseurs irremplaçables, et notamment de traiter la période 1965-1984, postérieure à la rédaction de la thèse de M. Walch9. L’existence de ces instruments de travail nous dispense heureusement d’une description fastidieuse.

20Nous allons donc au plus pressé, et au plus difficile, c’est-à-dire aux manuscrits.

21Les principaux fonds disponibles sont, par ordre d’importance :

  • le Fonds Enfantin de la Bibliothèque de l’Arsenal
  • le Fonds Alfred Péreire de la Bibliothèque Nationale
  • les deux Fonds Gustave d’Eichthal, celui de la Bibliothèque de l’Arsenal, et celui de la Bibliothèque Thiers
  • les Papiers de Buchez conservés à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (ils ne sont pas signalés par M. Walch, mais ont été étudiés par MM. Isambert et Tolley)
  • les Archives sociétaires, déposées aux Archives Nationales10, fort utiles pour l’étude des relations entre saint-simonisme et fouriérisme, et jadis étudiées sous ce rapport par Louvancour
  • le Fonds Gauny, de la Bibliothèque Municipale de Saint-Denis, qu’a exploité M. Rancière.
  • 11 Les résultats de cet inventaire sont consultables à la Bibliothèque de l’Arsenal.
  • 12 Voir J. Walch, Bibliogr..., pp. 28-29.

22À cet ensemble massif s’ajoutent une multitude de pièces dispersées ici et là dans les collections publiques. Nous avons répertorié d’après le Catalogue des Manuscrits des Bibliothèques publiques de France celles qui ont été cataloguées11. Il est par ailleurs certain que des papiers dorment encore entre les mains de descendants des saint-simoniens : c’est ainsi que M. Bernard Chenot, s’appuyant sur une correspondance qui lui avait été prêtée, a présenté à la Séance publique annuelle de l’Académie française de décembre 1981 une riche communication sur Pierre-Euryale Cazeaux. La chasse aux manuscrits n’est donc pas fermée, bien que l’essentiel, quantitativement et qualitativement parlant, soit désormais entré dans le domaine public. Il faut seulement déplorer, pour Saint-Simon surtout, dont les manuscrits ne sont pas légion et dont il n’existe pas d’édition critique, en dépit de certaines possibilités, que le Fonds de la Sicotière, ex-propriété de Paul Rochette, un compagnon d’Enfantin, ait été dispersé, et que bon nombre de ses pièces soient passées aux États-Unis, au dire de M. Dautry, le dernier chercheur à les avoir consultées12.

23L’embarras, cela dit, n’est pas le défaut, mais la surabondance de matière. S’il est possible de prendre connaissance, au prix d’efforts raisonnables, du Fonds Alfred Péreire et des Fonds d’Eichthal, les quelques 35.000 pièces du Fonds Enfantin exigent un véritable ascétisme. Depuis 1895, année de son ouverture, beaucoup cependant l’ont fouillé, certains avec l’ambition de s’en faire et d’en donner une vision d’ensemble (c’est le cas de Charléty, et surtout de d’Allemagne, qui fut conservateur à l’Arsenal), d’autres, plus nombreux, dans l’intention d’éclairer un point bien particulier, à partir de quelques dossiers bien choisis (c’est le cas de Bouglé, à propos du « degré des ouvriers » et du militantisme féministe des saint-simoniennes). Sa richesse réside en effet aussi bien dans l’ensemble que dans tel ou tel détail enfoui dans la masse, et n’est donc pas près d’être épuisée. La difficulté actuelle, compte tenu des explorations déjà menées, est toutefois moins de découvrir des terres inconnues que de produire des rapports complets, véritablement scientifiques au lieu des pillages hâtifs et des relations partielles qui nous sont trop souvent offerts.

24Car nous disposons d’une documentation très étendue et presque complète. Les saint-simoniens, imitant en cela les premiers chrétiens, avaient l’habitude de copier et recopier leurs lettres et leurs notes, et de les conserver. Enfantin, de plus, et quelques autres, profondément atteints dans leur honneur par les accusations d’immoralité dont ils avaient été l’objet dans le public, et de la part de dissidents, ont eu, immédiatement après leur Procès et les condamnations, le souci d’obtenir réparation de la postérité, et, par conséquent, de rassembler les pièces justificatives de leur défense. En ce qui concerne le Fonds Enfantin, en particulier les Archives, ces intentions posent la question d’une utilisation soupçonneuse : en l’absence des éléments de l’accusation (Bazard a brûlé une bonne partie de ses papiers, et sa famille en a détruit une autre partie, de sorte que ses traces directes sont réduites à peu de choses), il convient de mesurer le déséquilibre des sources d’information et la volonté d’auto-justification des enfantiniens, si évidente que soit leur sincérité. Et comme le choc passionnel n’a pas été moins intense que le débat d’idées, l'obligation habituelle de critiquer les témoignages est ici tout à fait impérieuse.

  • 13 M. Pelosse fait état d’une « impression d’étouffement » et d’une «sensation de clôture » provoquée (...)

25Ces réserves faites, les différents fonds sont une mine de renseignements sur l’élaboration de la doctrine, sur l’histoire du groupe et sur celle des individus. Leur grand intérêt est de laisser apparaître les évolutions, les oppositions, les incertitudes, là où les textes publics donnent l’illusion d’une permanence, d’une cohérence et d’une certitude sans faille13.

  • 14 Sous-titre : Notes et documents pour une histoire du rôle de la femme dans la société saint-simoni (...)

26Quant à leur forme, les documents sont pour la plupart des lettres, dont certaines ont une tenue et un contenu dignes de la publication, mais ce sont aussi de courts essais, des notes, des rapports d’activité, des comptes, des actes juridiques, des poèmes en vers libres... Un recueil originellement destiné à être publié demeure inédit. Il s’agit du Livre Nouveau, qui rassemble des travaux théoriques et poétiques principalement réalisés pendant et immédiatement après la Retraite de Ménilmontant. La non-publication de ces textes, dont nous préparons une édition critique, tient, d’une part, sur le moment, à un défaut de moyens financiers et d’autre part, après coup, dans la période de la grande édition des Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, à leur caractère spéculatif et mystique, très opposé au regain de l’esprit positif et rationaliste sous le Second Empire, ainsi qu’à l’évolution dans ce même sens des survivants de la grande époque du mouvement. Mais les prophéties inédites des années 1830 semblent aujourd’hui trouver une seconde modernité, si l’on en juge par les rééditions et les publications récentes d’écrits de Claire Démar, de Suzanne Voilquin, de l’ouvrier Gauny, ou encore d’un « choix de textes » intitulé L’école saint-simonienne et la femme14.

État de défrichement de différents domaines d’étude

27Le dynamisme des spécialités concernées par le saint-simonisme explique en partie le renouveau de l’intérêt qu’il suscite. Car si les historiens de la vie politique, économique et sociale, les sociologues, puis certains historiens de la littérature, ont été les premiers à s’en occuper, ils n’ont pas désemparé depuis Charléty, Durkhein, Bouglé et Hunt, et les philosophes, ainsi que les économistes, leur ont emboîté le pas, à mesure que tel ou tel aspect de la théorie ou de la pratique de Saint-Simon et de ses disciples revêtait un caractère d’actualité. C’est ainsi que la revue Économies et Sociétés, de 1970 à 1973, a publié une suite d’une quarantaine d’articles, en quatre numéros spéciaux (Théorie politique, Saint-simonisme et pensée contemporaine, Influence à l’étranger, Économie politique, sous le titre global de Saint-simonisme et pari pour l’industrie, XIXe-XXe siècles), dans le but de dresser un bilan d’ensemble de la pénétration des idées saint-simoniennes. Le résultat est probant, même si les orientations, choisies en fonction du fief scientifique de la revue, mais aussi des convictions des auteurs de cette initiative, restreignent passablement le champ de vision.

  • 15 Les formes de l’utopie socialiste et féministe. Essai sur le communisme critique et l’utopie, thès (...)
  • 16 Symbolique groupale et idéologie féministe saint-simonienne, in ouv. cit. supra.
  • 17 Rév. log., no 2, printemps-été 1976, pp. 105-120.
  • 18 Une femme encombrante..., Rév. log., no 8-9, hiver 1979, pp. 116-122.
  • 19 Voir Bulciolu (Maria Teresa), Documenti dell’utopia sansimoniana, Scrittura maschile e scrittura f (...)

28Ainsi n’y est-il nullement question de féminisme, thème plus enfantinien que saint-simonien, à vrai dire. L’essor du mouvement de libération des femmes, dans les années 1970, a en effet relancé un secteur tombé en panne depuis les travaux classiques aujourd’hui, mais qui ne l’étaient pas en leur temps, de Marguerite Thibert et d’Edith Thomas. Il a permis l’édition ou la réédition, que nous évoquions à l’instant, de textes de Claire Démar et de Suzanne Voilquin, accompagnés de substantielles études. C’est à M. Miguel Abensour que revient le mérite d’avoir, en 1973, suggéré comme « voie possible de recherche » sur le groupe saint-simonien « une approche psychanalytique des groupes réels »15. Et c’est à M. Pelosse que revient celui d’avoir esquissé cette approche, à ses risques et périls16. Car ses réflexions pionnières lui ont valu, dans la revue Révoltes logiques, la critique acerbe de Mmes Lydia Elhadad et Geneviève Fraisse : l’homme, en lui, aurait conduit l’historien à dépolitiser la destinée de la militante Claire Démar, en l’isolant de ses compagnes de lutte et en reproduisant le discours oppressif d’Enfantin et de ses apôtres17. La dernière réplique est venue du principal animateur de Révoltes logiques, M. Rancière. À propos de la réédition des Souvenirs d’une fille du peuple de Suzanne Voilquin, présentés par Mme Elhadad, il s’étonne en effet que les critiques-femmes, plutôt que de dévier vers la dénonciation de l’infiltration du discours masculin dans la parole féministe, ne se soient pas concentrées sur la positivité, l’étrangeté irréductible de ces femmes saint-simoniennes. Réclamant plus de respect et moins d’anachronisme envers les actes et les écrits, il relève sans complaisance plusieurs erreurs d’interprétation18. Car, sans trancher le débat sur la problématique à mettre en œuvre pour apprécier correctement le féminisme saint-simonien, il est clair qu’on peut difficilement approcher de la vérité sur le sujet sans avoir pris connaissance de l’intégralité des informations existantes : les activités et les réflexions, assez tardives, d’une Claire Démar ou d’une Suzanne Voilquin trouvent un éclairage décisif, sinon une explication, dans les discussions et les conflits interrelationnels de la Famille en 1830-1831. Comment, par exemple, négliger la fonction antisocialiste du thème féminin dans la joute verbale remportée par Enfantin sur Bazard ? Comment ignorer l’utilisation par le premier de son charme et de confessions d’adultère obtenues de Claire Bazard et d’Euphrasie Rodrigues pour évincer et Bazard et Olinde Rodrigues, autrement dit pour conquérir des positions de pouvoir ? Comment ne pas soupçonner la signification concrète, les visées individuelles de la plupart des propos en apparence abscons et abstraits que tient le Père suprême sur la question féminine ? S’il est vrai que le féminisme saint-simonien se développe en marge du saint-simonisme mâle, et même en réaction contre lui, il n’en est pas moins vrai qu’il y prend naissance, et que les circonstances de cette naissance conditionnent son être et son devenir. Ces observations critiques, du reste, ne sauraient faire sous-estimer la qualité des travaux féministes sur le féminisme saint-simonien. La direction la moins intéressante n’en est pas la recherche des traits pertinents d’une « écriture féminine»19.

  • 20 Chez les prophètes socialistes, Alcan, 1918.
  • 21 Voix d’en bas. La poésie ouvrière du XIXe siècle, Maspéro, 1979.
  • 22 Publiée chez Fayard, en 1981, sous le titre La Nuit des

29D’une façon assez semblable, mais avec moins de virulence et d’ampleur, l’œuvre de propagande, de recrutement et d’organisation tentée par les fils de Saint-Simon en direction et à l’intérieur du monde ouvrier naissant, a récemment suscité un petit renouveau d’étude, bien longtemps après que Bouglé a signalé l’importance du dossier du « degré des ouvriers »20. Il y a ainsi une volonté de retour aux sources de la parole ouvrière dans l’édition par M. Edmond Thomas de poèmes extraits de la Ruche Populaire21, comme dans la thèse de M. Rancière sur « la formation de la pensée ouvrière en France »22, ou dans les articles de ce même philosophe dans Révoltes logiques. Les manuscrits conservés dans les Fonds Enfantin et Gauny sont en effet un moyen privilégié de saisir à son origine la conscience du mouvement ouvrier. Peut-être y aurait-il lieu également, et à l’inverse, de se pencher sur les motivations et les pratiques des dirigeants du groupe envers le prolétariat ? Et, partant de là, sur leur apport au mouvement socialiste, qui ne se confond pas exactement avec le mouvement ouvrier, de par la position sociale des penseurs socialistes ? Car si l’on a beaucoup disserté sur la filiation Saint-Simon – les saint-simoniens/Marx, on a moins examiné les traces pourtant bien visibles du saint-simonisme sur la pensée socialiste de 1848, sur Proudhon (nous pensons par exemple à ses analyses du Premier Mémoire sur la Propriété quant au caractère historique et non-naturel de la propriété, qui sont reprises de l’Exposition, ou à son projet de Banque du Peuple, qui n’est pas sans rappeler le Crédit Saint-Simonien...), et, plus tard sur Jaurès. Il est, d’une manière générale, dommageable que les historiens des mouvements ouvrier et socialiste, en raison sans doute des compromissions bonapartistes de Chevalier, d’Enfantin ou des Péreire, et, il faut le dire, d’une conception étroite du marxisme, se soient si peu intéressés au saint-simonisme révolutionnaire de 1829-1831, qui met au premier plan de sa théorie l’opposition des travailleurs et des oisifs, et préconise – différence capitale par rapport au socialisme agrarien et égalitaire du XVIIIe siècle et de la Révolution, ainsi que par rapport à Saint-Simon –, la propriété collective des « instruments du travail », fondement du socialisme des sociétés industrielles. Il y a là, pour les historiens et pour les économistes, de quoi renouveler l’image d’une économie politique saint-simonienne libérale et bourgeoise, simplement plus industrialiste et dirigiste que l’école de J.-B. Say : l’on trouve dans les articles d’Enfantin et de Rouen du Producteur et dans certaines notes médites d’Isaac Péreire de précieuses indications sur les sources et le sens de cette démarche, et l’on peut ensuite montrer le pourquoi et le comment de son abandon au profit d’une part, de la fausse issue de la colonisation, et, d’autre part, de la recherche prioritaire d’un accroissement de la production. Alors que Buchez et Leroux ont été revendiqués et étudiés, par Cuvillier et Mougin, entre autres, comme des pionniers de la critique de l’économie politique bourgeoise, il est curieux qu’on ne se soit point encore avisé d’aller regarder de plus près au foyer commun de leurs intuitions. Nous nous sommes nous-même borné sur ce point à relever ce que disent les textes, sans remonter jusqu’aux théories, parmi lesquelles celle de Ricardo, probablement, dont elles sont dérivées.

  • 23 Voir cependant Locke (Ralph P.), Autour de la lettre à Duveyrier : Berlioz et les saint-simoniens, (...)
  • 24 On nous pardonnera de n’évoquer que le principe heuristique et la méthode de notre travail : l’exp (...)

30L’esthétique de Saint-Simon et celle(s) de ses soi-disant disciples ont en revanche assez tôt retenu l’attention, en raison de leur influence sur le mouvement littéraire contemporain. Les premiers travaux, pour mémoire, sont ceux de Marguerite Thibert (Le rôle social de l’art d’après les saint-simoniens, 1926), Liefde (Le saint-simonisme dans la poésie française entre 1825 et 1865, 1927), Hunt (Le socialisme et le romantisme en FranceÉtude de la presse socialiste de 1830 à 1848), et Evans (Le socialisme romantique. Pierre Leroux et ses contemporains, 1948). Notons-le au passage, les opinions et les réalisations des saint-simoniens dans les domaines de la musique (malgré Félicien David), de la peinture (malgré Raymond Bonheur et sa fille Rosa), ou de l’architecture (malgré les réflexions futuristes d’Enfantin et de Chevalier sur les matériaux à utiliser et l’urbanisme), sont demeurées quasi-pures de tout regard extérieur23. Dans les dernières décennies, plusieurs chercheurs ont poursuivi l’exploration, mais de manière parcellaire et incidente, souvent à partir de « grands » auteurs, dont ils étaient amenés à examiner les liens avec le saint-simonisme et les saint-simoniens. Balzac surtout, avec MM. Barbéris et Tolley, et Stendhal ensuite, mais aussi Heine, Lamartine, George Sand et Vigny, ont été les objets de ce genre d’investigations. Le trait commun de ces travaux, à l’exception remarquable de ceux de M. Barbéris, est de ne point ou de ne guère mettre en relation les idées et les opinions littéraires avec les positions politiques qui les commandent, ou qui, au moins, interviennent dans leur formation. Le postulat de cette relation est l’hypothèse de travail qui nous a guidé, et que suggèrent maintes déclarations des saint-simoniens sur l’identité du social et du religieux, de la religion et de l’art. Nous avons donc essayé de montrer les effets, sur leur goût et leurs théories littéraires, de la lente genèse et de la décomposition de « leur doctrine générale », de leur « socialisme », comme ils disent parfois. Nous nous sommes appuyé, pour ce faire, sur l’existence, entre les diverses tendances du groupe dirigeant et des fractions dissidentes, d’un système d’oppositions idéologiques dont il est possible de déchiffrer le sens, et de suivre les équilibres successifs jusqu’à son éclatement, en relevant et en rassemblant minutieusement les indications éparpillées dans les textes24.

31Mais l’analyse interne de l’idéologie saint-simonienne, de ses composantes et de son fonctionnement, loin d’exclure l’étude de ses relations avec les autres formations idéologiques, permet de l’entreprendre sur des bases plus précises.

32Ainsi de l’éclectisme. Le moteur principal du mouvement saint-simonien étant l’aspiration à la synthèse, tant chez ses théoriciens que chez ses sympathisants, il n’est pas étonnant qu’à bien des égards, la doctrine, ou plus exactement, les doctrines qui se réclament de Saint-Simon visent à la surenchère dans l’éclectisme, prétendent dépasser l’école cousinienne en tirant les conséquences les plus extrêmes de ses thèses. Un exemple suffira à faire comprendre ce processus d’assimilation critique de la philosophie universitaire en vogue sous la Restauration : si Jouffroy analyse « comment les dogmes finissent », et induit de ses observations la probabilité de la venue d’un prophète, les saint-simoniens, eux, par une sorte de coup de force, se déclarent prêts à présenter un dogme nouveau et définitif, et entreprennent pratiquement de montrer comment il va commencer. Une comparaison systématique avec les « sources » éclectiques possibles (Cousin, Jouffroy, Damiron, Ancillon, etc.), mettrait certainement à jour des emprunts et des convergences, et permettrait, du même coup, de mieux saisir ce qui appartient en propre aux successeurs des doctrinaires à la direction du Globe.

33De même y aurait-il avantage à dépister méthodiquement les influences de la philosophie allemande (Lessing, Kant, Schelling, Hegel...), dont plusieurs proches d’Enfantin (d’Eichthal, Lechevalier, Lagarmitte...), sont férus.

34Les emprunts faits aux contre-révolutionnaires, des plus rétrogrades, Bonald, Maistre, aux plus ouverts, Ballanche, Lamennais, ont été mieux et plus souvent repérés. Ils sont pour la plupart intégrés au cours de la phase « socialiste » de Saint-Simon, et de la phase Bazard de ses disciples, puis rejetés au cours de la phase Enfantin. La coïncidence n’est pas fortuite, et le paradoxe n’est qu’apparent : il s’agit, selon un procédé classique, de retourner les armes de l’adversaire contre l’adversaire lui-même, et, en l’occurrence, de mettre au service de « la classe la plus pauvre et la plus nombreuse » le système de domination qui l’opprime, et qui a fait ses preuves. Plutôt que de s’appesantir outre mesure, comme le font certains historiens anglo-saxons, et comme pourraient le faire à peu de frais de « nouveaux philosophes », sur le totalitarisme latent des idées de l’Exposition, il conviendrait peut-être, désormais, de démonter ce processus de construction idéologique a contrario.

35Force est enfin, au bout des contre-révolutionnaires, de rencontrer les mystiques, ou, plus exactement, les théosophes. Même s’ils ne sont pas tous de ce bord politique-là, tous, réagissant contre le matérialisme des Lumières, militent pour une théocratie utopique et une société solidaire, une. Si l’on en juge par la critique qu’il adresse à Evans, dans la bibliographie de son édition de la Grève de Samarez, de « minimiser l’importance des illuministes dans la genèse de sa pensée », M. Lacassagne se propose de rétablir, pour Leroux, la juste part de ce courant. L’observation vaut, en vérité, pour les coreligionnaires de Leroux dans leur ensemble. Saint-Simon, tout le premier, a laissé des preuves épistolaires de sa fréquentation d’Azaïs et de Coëssin, et ses disciples ne se privent pas de piller Saint-Martin, Fabre d’Olivet, Wronski, et Coëssin aussi, pour étayer leur édifice doctrinal et régler leur organisation pratique.

36Le « mysticisme social » (Brunet) de Saint-Simon et de ses fils s’inspire également des traditions judaïques, comme il est naturel eu égard aux origines juives d’Olinde Rodrigues ou d’Eichthal, pour ne mentionner qu’eux. Les théosophes leur ont, de surcroît, donné l’exemple de la réhabilitation de l’Ancien Testament. Mais probablement convient-il d’orienter les recherches en ce domaine moins vers la culture juive du passé que vers les productions des intellectuels juifs contemporains acquis à la Révolution, et, en particulier, vers J. Salvador, l’auteur d’une Histoire des institutions de Moïse et du peuple hébreu, dont Lerminier a rendu compte dans le Globe doctrinaire en avril 1829, et dont les idées philosophiques et morales préfigurent curieusement certaines thèses de l’Exposition, et des Enseignements d’Enfantin.

37Pourquoi ne pas signaler, enfin, que le christianisme des saint-simoniens n’a jamais suscité l’attention qu’il paraît mériter ? M. Bowman, auteur d’un admirable essai sur la christologie romantique, n’évoque l’école de la rue Monsigny que par allusion. Enfantin, pourtant, est un lecteur assidu de Saint Paul et de Saint Augustin, et il prétend être la réincarnation du premier, avant de se croire un second Christ. Ses amis, quant à eux, ne sont pas moins fascinés par la figure du Messie et par l’histoire des premiers chrétiens, et, comme Saint-Simon et Auguste Comte, se passionnent eux aussi, non sans contradiction, à la suite de Maistre, pour l’institution de la papauté et le modèle catholique du régime « théologico-féodal ».

38Cette attirance pour le religieux n’a pas manqué de frapper assez tôt l’esprit positif des chercheurs, qui ne l’ont pas toujours traitée avec le sérieux nécessaire. Le mot de Comte sur la « théophilanthropie réchauffée » de la rédaction du Producteur traduit bien l’impression ressentie par les premiers saint-simonisants d’avoir affaire à une foi artificielle, mais il ne les a pas incités à étudier les motivations politiques révolutionnaires trop souvent ignorées des exégètes de la religion « romantique » des saint-simoniens. Cette double piste, la filiation avec les cultes révolutionnaires et le sens politique de la foi saint-simonienne, est largement négligée dans les travaux, par ailleurs intéressants, de M. Manuel (The prophets of Paris : Turgot, Condorcet, Saint-Simon, Fourier, Comte, 1962) et de M. Bénichou (Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, 1977). Le premier souligne la continuité de la tradition progressiste de l’utopie occidentale. Le second décrit dans l’éclosion des prophètes modernes – Ballanche, Lamennais, Saint-Simon et les siens, Fourier, etc. – l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque, celui des intellectuels critiques, et il dénonce en particulier chez les saint-simoniens une tentation totalitaire de dogmatiser et de cléricaliser l’élan de l’humanité vers la liberté.

  • 25 Revue citée, 1959, a. 4, no 8, pp. 31-46, et ibid., 1968, janvier-juin, no 5, pp. 96-98.
  • 26 Revue citée, 1960, a. 5, no 10, pp. 3-20.

39Une voie d’approche moins idéologique est celle qu’ont ouverte en 1958 et 1959 MM. Desroches et Isambert dans la revue Archives de sociologie des religions, avec deux articles intitulés Messianismes et utopies, Note sur les origines du socialisme occidental, et Fondateurs, papes et messies25. Leurs propositions, car il s’agit de propositions plus que d’études concrètes, sont, semble-t-il, restées à l’état programmatique. À l’exception, en effet, d’une communication de M. Vidalenc sur « les techniques de la propagande saint-simonienne à la fin de 1831 », publié par la même revue26, aucun sociologue, aucun historien ne s’est plongé dans les Fonds de l’Arsenal pour les sonder sous ce rapport. Une telle situation est d’autant plus regrettable que le phénomène de la transformation de la doctrine de Saint-Simon en religion de Saint-Simon, et du personnage du philosophe Saint-Simon en Révélateur, est loin d’être atypique dans l’histoire du socialisme, et que les archives du mouvement saint-simonien recèlent à cet égard de très curieux textes. Il serait au demeurant tout à fait passionnant d’articuler l’examen sociologique de la mutation sectaire de l’école de Bazard et d’Enfantin avec la psychanalyse groupale proposée par M. Abensour et ébauchée par M. Pelosse.

40Une dernière observation nous servira de conclusion et ouvrira, du moins l’espérons-nous, des perspectives de recherche supplémentaires. Alors que de nombreuses monographies nous disent ce qu’a été l’impact du mouvement saint-simonien en Algérie, en Égypte, mais aussi en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, en Roumanie, en Russie, en Bulgarie, et en plusieurs autres contrées, il est pour le moins étrange que l’on ne se soit pas avisé d’en faire autant pour la France.

41Par quels canaux (journaux, revues, rédacteurs, romans ou pièces de théâtre, chansons, etc.) les idées saint-simoniennes ont-elles été diffésuées, à quel rythme et en subissant quelles déformations ? Ces questions méritent d’autant plus de trouver réponse que l’on possède, notamment grâce à certaines lettres de 1833 de Michel Chevalier, des informations précises sur les journaux et les rédacteurs parisiens et départementaux directement, quoique discrètement, influencés par le centre de Ménilmontant, ainsi que sur les consignes tactiques qui leur étaient données. Il se trouve, en outre, que les saint-simoniens sont rentrés dans le monde, comme ils disent, au moment où naissaient et se développaient de grandes entreprises de presse : les apôtres défroqués et, en quelque sorte, banalisés, qui n’ont aucun préjugé, eux, contre la « littérature industrielle », réussissent bien souvent à prendre leur part de cet essor et à faire carrière comme rédacteurs ou directeurs de petits ou de grands journaux, quand ils n’en fondent pas pour leur propre compte.

42Allons plus loin. Les saint-simonisants semblent considérer qu’il suffirait de déterminer ce qu’est le saint-simonisme en soi et pour soi. Or – c’est une évidence – théories et idéologies ne prennent sens que par les relations de conflit ou d’alliance qu’elles entretiennent avec les autres théories et idéologies, par les positions qu’elles adoptent dans les luttes socio-politiques.

  • 27 Bazard, Lettre de M. Benjamin Constant au rédacteur de l’Opinion, in Producteur, vol. I, p. 483 (l (...)

43Ce serait ainsi s’en tenir à une image incomplète et fausse de la réalité que de décréter, au terme d’une analyse interne des doctrines issues du Nouveau Christianisme, qu’elles se caractérisent par leur spiritualisme, leur romantisme, voire leur mysticisme, s’il s’avérait, ce qui semble bien être le cas, au moins pour la période du Producteur, qu’elles ont été reçues comme « un nouveau complot du matérialisme »27. Il y a une stratégie des saint-simoniens indépendante, relativement, du fond de leur pensée qui consiste à surenchérir dans la direction du spiritualisme pour mieux se disculper du péché industrialiste originel, et opérer une percée dans les idées du siècle. Inversement, il y a une stratégie des adversaires et des apostats de la doctrine de l’Exposition, qui repose sur la calomnie et cherche à nier la réalité des éléments qui nous paraissent, à nous, franchement spiritualistes. Quelle est la part de la manœuvre ? quel est le degré de sincérité des uns et des autres ? Il serait prudent, en tout état de cause, de prendre en compte la relativité du point de vue des contemporains, et celle du nôtre.

  • 28 Cela s’entend surtout, on l’aura compris, du saint-simonisme des saint-simoniens, plutôt que de ce (...)

44Il reste, somme toute, bien des voies d’accès au saint-simonisme28, et, comme ce ne sont pas les moins ardues, elles ne sont pas des plus encombrées.

Notes

1 Un séjour de quatre années à l’Arsenal, comme pensionnaire de la Bibliothèque Nationale, nous a donné le privilège de fréquenter quotidiennement, et dans les meilleures conditions, les mânes de Saint-Simon et des saint-simoniens, sur les lieux mêmes où ils sont le plus vivants, dans le Fonds Enfantin. Sous la direction de M. Roger Fayolle, nous avons soutenu en janvier 1984, une thèse de 3ème cycle sur « Les idées et les opinions littéraires des saint-simoniens – 1825-1835 » (Paris III, 3 vol. dact., 874 p.).

2 Op. cit., t. III 1941), p. I.

3 Sociologie de Saint-Simon, 1970, Introduction, p. 22.

4 The new world of Henri de Saint-Simon, 1956, repris in The prophets of Paris. Turgot, Condorcet, Saint-Simon, Fourier et Comte, 1962.

5 Lettre à Bailly, avril 1830, Correspondance inédite d’Enfantin, in Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, t. XXVII, p. 85.

6 Le Prince et le Marchand, Fayard, 1980, p. 49 (y compris la note I).

7 Il s’agit de l’Opinion Nationale.

8 Voir les notices biographiques annexées à notre thèse, et notre fichier personnel, dont photocopie a été déposée à l’Arsenal.

9 Voir la bibliographie de notre thèse, et le complément à l’ouvrage de J. Walch pour les années 1965-1984, dont nous faisons suivre cet article.

10 M. Emerit y signale en outre quelques lettres saint-simoniennes dans le Fonds Arnault (AB, XIX, 332).

11 Les résultats de cet inventaire sont consultables à la Bibliothèque de l’Arsenal.

12 Voir J. Walch, Bibliogr..., pp. 28-29.

13 M. Pelosse fait état d’une « impression d’étouffement » et d’une «sensation de clôture » provoquées par le caractère idéologique du discours saint-simonien (Textes sur l’affranchissement des femmes..., p. 221.)

14 Sous-titre : Notes et documents pour une histoire du rôle de la femme dans la société saint-simonienne, 1828-1833, par Maria Teresa Bulciolu, Goliardica-Pisa, 1980, in-8°, 256 p.

15 Les formes de l’utopie socialiste et féministe. Essai sur le communisme critique et l’utopie, thèse dact., t. II, pp. 96-97, citée par Valentin Pelosse, in Textes sur l’affranchissement des femmes..., pp. 172-173 n. I.

16 Symbolique groupale et idéologie féministe saint-simonienne, in ouv. cit. supra.

17 Rév. log., no 2, printemps-été 1976, pp. 105-120.

18 Une femme encombrante..., Rév. log., no 8-9, hiver 1979, pp. 116-122.

19 Voir Bulciolu (Maria Teresa), Documenti dell’utopia sansimoniana, Scrittura maschile e scrittura femminile, Annali, Sez. Rom., XXIII (1981), pp. 385-407 ; et Planté (Christine), Les saint-simoniennes à la quête d’une identité impossible à travers l’écriture à la première personne, thèse Lettres, 3ème cycle, Paris III, 1983.

20 Chez les prophètes socialistes, Alcan, 1918.

21 Voix d’en bas. La poésie ouvrière du XIXe siècle, Maspéro, 1979.

22 Publiée chez Fayard, en 1981, sous le titre La Nuit des

23 Voir cependant Locke (Ralph P.), Autour de la lettre à Duveyrier : Berlioz et les saint-simoniens, Colloque Hector Berlioz, Revue de Musicologie, 1977, t. 63, no 1-2, pp. 55-77.

24 On nous pardonnera de n’évoquer que le principe heuristique et la méthode de notre travail : l’exposé de ses résultats nous entraînerait trop loin.

25 Revue citée, 1959, a. 4, no 8, pp. 31-46, et ibid., 1968, janvier-juin, no 5, pp. 96-98.

26 Revue citée, 1960, a. 5, no 10, pp. 3-20.

27 Bazard, Lettre de M. Benjamin Constant au rédacteur de l’Opinion, in Producteur, vol. I, p. 483 (l’expression fait allusion au pamphlet de Stendhal contre les saint-simoniens, D’un nouveau complot contre les industriels).

28 Cela s’entend surtout, on l’aura compris, du saint-simonisme des saint-simoniens, plutôt que de celui de Saint-Simon. Les recherches biographiques sur ce dernier paraissent en effet avoir été épuisées par Jean Dautry, et les philosophes, notamment Henri Gouhier et Pierre Ansart, lui ont restitué sa place dans l’histoire des idées. Les travaux qui lui ont été le plus récemment consacrés en Allemagne et en Italie, en particulier, décrivent son apport à la sociologie de la connaissance, et sa clairvoyance quant à l’évolution industrielle et technocratique de l’humanité.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search