Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

III. Histoire et anthropologie

Comment vieillir d’après les guides de conservation de la santé au xviie siècle

Arlette Farge

Texte intégral

  • 1 Michel FOUCAULT, « « La Poussière et le Nuage », in L’Impossible Prison, Recherches sur le système (...)

1Le travail sur les discours pose inévitablement à l’historien des problèmes méthodologiques : faciles d’accès, ils sont des instruments tentants pour l’analyse ; mais leur statut de discours, donc d’autorité, exige de les situer à une place particulière dans la formation du réel. Les formes de rationalisation empruntées par les auteurs pour convaincre ou influencer des comportements sont aussi des réalités, et il faut les étudier avec une attention semblable à celle qu’on prend pour travailler sur les « faits sociaux ». « Un type de rationalité, une manière de penser, un programme, une technique, un ensemble d’efforts rationnels et coordonnés, des objectifs définis et poursuivis, des instruments pour l’atteindre, etc..., tout cela c’est du réel, même si ce ne prétend pas être « la réalité » elle-même, ni la société toute entière. Et la genèse de cette réalité, dès lors qu’on y fait intervenir les éléments pertinents, est parfaitement légitime »1.

  • 2 Arlette FARGE, Se conserver en santé au XVIIIe siècle d’après les Guides, Dictionnaires ou Arts de (...)

2Le discours si imposant du XVIIIe siècle sur la santé2 est tout à fait révélateur de la mise en place nouvelle d’une conception de la vie et de la mort dans une société qui cherche de plus en plus à devenir une nation efficace et sûre de ses moyens humains. Il est révélateur aussi de la façon dont une partie dominante de la société (médecins, philosophes, moralistes) se perçoit dans son essor, dans ses perspectives d’avenir comme dans ses manques.

3La santé, la survie, l’éloignement de la mort hantent tous les traités de médecins et donnent lieu à des guides de conservation de la santé remplis de préceptes et de conseils impérieux, où se lit à la fois un appétit de longévité certain et une sorte d’économisation des corps. Vivre c’est durer, c’est se maintenir, et cela représente certainement une gageure dans cette société riche en épidémies, en accidents et en violences, peuplée de corps pas toujours bien nourris et souvent marqués de malformations ou d’entailles définitives.

1 — Vieillir, c’est éviter le pire

4La Nature oblige à la mort ; aucun philosophe, aucun médecin ne peut transgresser cet ordre universel. Vieillir au XVIIIe siècle, c’est donc simplement se mettre en état d’éloigner la mort. Simplicité de fonctionnement qui cache en fait un formidable effort pour que cette utopie puisse dans certains cas devenir réalité : il faut à tout prix conjurer la mort. Les discours se font suppliants ou le plus souvent impérieux ; ils ne donnent pas de conseils, mais des ordres, avec d’autant plus d’aisance que la menace suprême n’est rien moins que la mort. Menace ou châtiment d’ailleurs, car comment comprendre autrement ces Traités de vieillesse qu’en termes d’obéissance aux ordres, la sanction inévitable étant la fin même de la vie. La manière du discours rejoint ici la matière du récit pour faire en sorte que ce qui est dit soit de l’ordre du non transgressable.

5Pour faire fuir le spectre fatal de la Mort, il ne faut pas se reposer sur quelqu’un d’autre que soi-même mais prendre sa vie en mains et être personnellement responsable de cette étonnante performance qui consiste à se maintenir en vie le plus longtemps possible. C’est à chacun de se porter vivant, et chacun a en son corps la possibilité de le faire durer au maximum.

  • 3 CORNA RO, L’art de jouir d’une santé parfaite et de vivre heureux jusqu’à une grande vieillesse, Sa (...)

6Ainsi, pour vieillir convenablement, faut-il vivre dans la modération et dans la tempérance, se préserver depuis le plus jeune âge de tout ce qui peut venir consumer ou altérer des forces dont on pourrait avoir besoin plus tard. Une sorte de philosophie de l’homme se lit à travers l’abondance des conseils : il est nécessaire de ne point s’épuiser, donc de ne gaspiller ni ses humeurs, ni ses émotions. S’astreindre au jour le jour à cette curieuse attitude : celle de la «médiocrité» des comportements, qui ne se laisse traverser ni par les ardeurs, ni par les passions, mais se laisse gagner par l’économie fondamentale du corps et du cœur. Vivre en état de vieillesse en somme, ce qui a de plus l’avantage de s’allier aux préceptes de la morale. Cornaro l’exprime clairement dans son Art de jouir d’une santé parfaite. « l’avantage de la vie sobre est de réprimer et d’affaiblir ses inclinations ou ses passions. Cela ne rendrait-il pas cette manière de vie estimable ? N’est-il rien de plus honteux que d’être l’esclave et le jouet de sa colère, de son intempérance, de toutes les saillies, de tous les emportements de son imagination ; que de se répandre d’une impétuosité aveugle dans une infâme crapule, et dans d’autres excès encore bien plus infâmes. »3

7La vieillesse serait donc une morale de vie, un état qu’il faudrait entretenir depuis la naissance, en mesurant sans cesse ses forces, et en se rendant estimable par cette mesure même. L’allongement de la vie est un bien suprême qui se mérite et se gagne : il faut donc ne pas hésiter à y sacrifier sa vie entière.

8L’absence totale du contexte socio-médical, l’absence de la prise en compte des épidémies, des accidents du travail, des disettes ou des famines, des guerres et des violences, montre à quel point le discours sur la santé est un discours qui s’adresse à un individu quasi désincarné, isolé de la société, aux prises avec le propre aménagement de son corps comme si ce dernier ne connaissait d’autres références que lui-même et n’avait d’autre enjeu que sa propre économie.

  • 4 CORNARO, op. cit., chap. III.

9Cette absence d’intérêt pour l’environnement social, pour toute notion d’interdépendances personnelles et économiques, est aussi une façon d’exorciser la peur de la mort, d’apprivoiser son image, et de l’englober avec douceur dans une linéarité naturelle : on naît, on vit, on survit, en s’économisant afin de mourir insensiblement. C’est à nouveau Cornaro qui est le plus précis à ce sujet : « quand on a vécu sobrement, on meurt presque sans peine, et de pure défaillance de nature. »4

10Merveilleuse façon d’évacuer l’irruption de la mort : l’idéal est donc de mourir sans s’en apercevoir, au bout d’une longue vie de tempérance, de mourir insensiblement après la langueur des jours. Dans ce contexte, la mort violente, celle qui interrompt brutalement le cours d’une vie, devient sanction des conduites impies. Celui qui se consume à tort et à travers, verra la mort fondre soudainement sur lui. L’impie, l’homicide, le blasphémateur ne peuvent vivre longtemps. La mort rapide est la punition qui vient sanctionner leur désordre. Par contre, celui qui s’épargne passera sans heurts de vie à trépas, dans une quasi insensibilité bienheureuse.

11Finalement la médecine et les soins extérieurs ont peu de place dans cette philosophie de l’allongement de la vie. La médecine curative est dangereuse et l’hygiène suffit à celui qui se préserve du mal. Cette idée est la conséquence nécessaire de l’économisation des efforts du corps ; en effet, la médecine curative ne peut qu’intervenir trop tard, c’est-à-dire lorsque l’organisme est blessé ou atteint. Celui qui vit guidé par les préceptes de l’hygiène, sans secousses et modérément, ne connaît pas de telle rupture : il a moins besoin de médecine que les autres.

12Derrière cette idée de préservation de l’homme par lui-même, se profile un vaste rêve social ; avertir les riches de leur luxure et de leurs échauffements nuisibles, valoriser le pauvre dans sa frugalité et dans l’animalité naturelle de ses perceptions corporelles. C’est aussi énoncer que les états sociaux peuvent se rapprocher, chacun selon leur condition. Il faut rassembler la nation sous un idéal de santé, éloignant les spectres si pesants de la dépopulation et de la dégénérescence. On rêve ainsi d’une population homogène en santé, quoique distincte en états : les débuts de la société pré-industrielle ont besoin de ces deux pôles pour s’affermir.

2 — Homme et femme ne sont point égaux devant la vieillesse

13La vieillesse ne s’abat pas de la même façon sur l’un et l’autre sexe ; cela est si évident que bien des discours ne s’adressent qu’à la femme, lui donnant des conseils bien spécifiques, sur un ton alternativement tragique et rempli de pitié.

14Première inégalité : la femme est vieille dès ses 30 ans, cela est dit et répété ; tandis que l’homme n’atteint véritablement la vieillesse que vers 60 ou même 70 ans. Les discours sont étonnants : vieille, la femme l’est toute jeune, quand sa beauté décline et ses appâts se fanent. Le vocabulaire est sans pitié ; il décrit avec férocité, rapacité, les armes meurtrières qu’emploie la nature contre l’harmonie esthétique du sexe féminin. Sur ce sujet, on est prolixe, avec un sens du détail qui frise la cruauté : indéniablement, la vieillesse atteint inexorablement le corps de la femme ; son visage se décrépit, sa peau se ternit, ses seins se flétrissent, ses traits se durcissent tandis que son regard se voile. Seul le vieillard est digne de posséder ce beau visage chenu si souvent décrit avec tendresse et émotion. La vieille femme, elle, est défaite, détruite, altérée, à peine un être humain.

  • 5 DE GARDANNE, Avis aux femmes qui entrent dans l’âge critique, Paris, 1816.

15« Ce sont des reines détrônées... c’est pour elles le temps des passions tristes ; alors, leurs maladies sont lentes et durables comme leurs chagrins, et elles n’éprouvent plus guère désormais que des révolutions funestes. »5

  • 6 DE GARDANNE, op. cit., p. 62.

16Deuxième inégalité : « la femme doit mourir deux fois », la ménopause marque sa première mort. « A l’époque de la ménospausie, les traits du visage s’affaissent, les mouvements vitaux tombent dans la langueur, le tissu aréolaire, qui jadis masquait la saillie des muscles, diminue, revient sur lui-même et détruit ces contours moelleux... la peau perd son coloris, sa douceur, sa souplesse, elle se ride et acquiert une teinte sombre. Les cheveux quoique se conservant plus longtemps que ceux de l’homme, paraissent également perdre de leur épaisseur et de leur couleur primitives ; la voix éprouve une altération plus ou moins marquée, les mamelles se flétrissent, enfin le corps entier tombe dans le dépérissement. »6 Tristes détails ; tristes réalités, mais pourquoi la femme s’en afflige-t-elle tant, puisqu’en mourant ainsi elle gagne tant de choses ? Enfin débarrassée de toute volonté de coquetterie, elle peut alors devenir un esprit doux et intelligent, que les hommes apprécient sans le craindre. Les voici à même de connaître enfin les joies de l’esprit délivrées des désirs pernicieux de la séduction. Ménopausée, elle se rapproche de l’homme, de la raison masculine : Voici donc le cercle fermé : il ne reste plus qu’à leur indiquer comment soigner les différents malaises qui la gagnent, et lui ôter de l’esprit que les règles la préservaient des invasions microbiennes et que leur suppression la précipitait vers la maladie. Leur corps est décrépi, soit, mais enfin libéré du flux menstruel elle parvient enfin à l’honneur suprême : ressembler à l’homme.

17La vieillesse est ainsi décrite comme une règle de vie, une sagesse naturelle pour l’homme qui s’attacherait à éviter toute forme d’excès depuis le jour de sa naissance ; imposée à la femme quand son corps flétri, desséché (entre autres du poids du sang) lui permet de ne se laisser entamer que par les jeux aimables de l’esprit.

Bibliographie

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

M. ROBERT, lie la vieillesse, Paris, Cellot, 1777, in-12.

J.H. REVEILLE, Traité de la vieillesse, hygiénique, médical et philosophique, Paris, Bail-1ère, 1853, in-8.

Traité des maladies des femmes, traduit du latin par M. FITZGERALD, Paris, Duchesne, 1758, in-12.

ASTRUC, Traité des maladies des femmes avec un catalogue chronologique des médecins qui ont écrit sur ces maladies, Paris, G. Gavelier, 1761-1765, 6 vol.

Dr. FOTHERGILL, Conseils pour les femmes de 45 à 50 ans on conduite à tenir lors de la cessation des règles, Londres, 1754.

F. P RIER, Guide pour la conservation de l’homme contenant les moyens propres à prolonger sa vie, à le maintenir en santé et à le rétablir dans le cas de maladie, Paris, 1789.

PRESSAVIN, L’Art de prolonger la vie et de conserver la santé ou Traité d’hygiène, Lyon, 1786.

Notes

1 Michel FOUCAULT, « « La Poussière et le Nuage », in L’Impossible Prison, Recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle, réunies par Michelle Perrot, Paris, Le Seuil, 1980, p. 34.

2 Arlette FARGE, Se conserver en santé au XVIIIe siècle d’après les Guides, Dictionnaires ou Arts de se conserver la santé, in Le Corps, la santé, la maladie, Colloque du 24 mars 1979, Paris, p. 18.

3 CORNA RO, L’art de jouir d’une santé parfaite et de vivre heureux jusqu’à une grande vieillesse, Salerne, 1785, p. 69.

4 CORNARO, op. cit., chap. III.

5 DE GARDANNE, Avis aux femmes qui entrent dans l’âge critique, Paris, 1816.

6 DE GARDANNE, op. cit., p. 62.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search