Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

II. Histoire et sociologie

Lutte des travailleurs et amélioration de la santé

Rolande Trempé

Texte intégral

1L’évolution favorable des trois données démographiques fondamentales : taux général de mortalité, taux de mortalité infantile, longévité (abaissement des taux de mortalité, allongement de la durée de la vie) met en évidence les progrès accomplis dans le domaine de la santé depuis un siècle et demi. Mais ces progrès touchent très inégalement les États, à l’intérieur de ceux-ci les classes sociales et au sein de ces dernières les différentes catégories sociales et professionnelles.

2Les progrès accomplis sont essentiellement dus à ceux de la science et des techniques médicales, ainsi qu’à l’augmentation et à la meilleure formation du corps médical. Mais l’inégalité constatée dans la répartition des résultats, l’importance des écarts enregistrés, soulignent qu’on ne peut se limiter à cette seule explication. Il est nécessaire, pour y voir plus clair, de faire entrer en ligne de compte d’autres facteurs.

3Ces facteurs qui sont sociaux, économiques, voire politiques, furent mis en évidence dès la première moitié du XIXe siècle. Les études des statisticiens, des démographes et des historiens actuels apportent la preuve « scientifique » des faits enregistrés au XIXe siècle, par les premiers observateurs sociaux notamment en Angleterre et en France. La conclusion la plus claire, la moins contestable de tous les enquêteurs, c’était que les taux de mortalité (surtout celui de la mortalité infantile) et la longévité étaient en rapport étroit avec la situation sociale et la profession exercée. La mort frappait d’autant plus tôt et d’autant plus fort que l’on était « prolétaire » ou « bourgeois », travailleur manuel ou travailleur intellectuel. La majorité des ouvriers, ceux des fabriques, mais aussi ceux qui travaillaient à domicile, ou habitaient des centres industriels, comme Nantes, Lille, Roubaix, Rouen, Mulhouse, etc... œuvraient et vivaient dans des conditions telles que c’est dans leurs rangs que l’on enregistrait les taux de mortalité les plus élevés et l’existence la plus courte (voir les enquêtes des docteurs Villermé et Guépin pour la France). Les études historiques récentes, telles celle le P. Piérrard : La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire confirment ces observations. Pendant toute une partie du XIXe siècle, on peut considérer avec cet auteur que la classe ouvrière constituait « une race débile » dont les adultes mouraient dans la fleur de l’âge et dont une partie des enfants ne parvenait pas à l’âge d’homme.

4Pour expliquer cela, tout le monde met en cause une durée excessive du travail, des conditions de travail très pénibles dans des locaux industriels souvent insalubres et dangereux, mais aussi de déplorables conditions de vie : nourriture insuffisante et de mauvaise qualité, logements exigus et malsains, salaires de famine. En résumé, un niveau et un mode de vie en rapport avec des salaires trop bas pour libérer un surplus au-delà du nécessaire à la simple survie et avec une exploitation éhontée de la main-d’œuvre, particulièrement en ce qui concerne les femmes et les enfants. Parmi ces populations surmenées et anémiées qui parvenaient tout juste à reconstituer au jour le jour leur force de travail, les maladies (sans compter les maladies professionnelles et les accidents du travail) trouvaient un terrain favorable pour s’installer et se propager, d’autant plus que l’appel au médecin était financièrement impossible et que l’on se défiait des rares hôpitaux existants. Ils étaient considérés avec horreur comme des « mouroirs ». Dans ce genre de vie, il n’y avait de temps ni pour le repos, ni pour le loisir, ni pour la santé.

5Aujourd’hui encore, les statistiques démographiques sont toujours accusatrices. La mortalité et l’espérance de vie restent en partie fonction de la situation sociale et de la profession (voir l’article d’Études et Conjonctures de novembre 1965) même dans les pays industriels les plus évolués et malgré les progrès enregistrés par la médecine.

6Pourquoi ?

7Cette interrogation conduit à considérer les facteurs qui favorisent ou entravent les progrès de la santé.

8La réponse à cette question nous est en grande partie fournie par le bilan général de l’évolution sociale.

9Depuis un demi-siècle, nous pouvons en effet constater :

101 — La réduction générale et la limitation légale du temps de travail : elles sont communes à tous les pays industrialisés, néanmoins, nous ne prendrons nos exemples qu’en France.

11Cette réduction porte à la fois et successivement sur la journée de travail (8 heures), puis sur la semaine (40 heures), enfin sur l’année (congés payés). Si la vie de travail elle-même s’est allongée, conséquence de l’augmentation de la longévité, elle est désormais limitée en France entre seize ans (fin de la scolarité) et 65 ans (âge légal de la retraite).

122 — Une amélioration certaine des conditions de travail : la qualité des locaux industriels a beaucoup progressé (chauffage, éclairage, lutte contre le bruit, protection contre les dangers des machines, etc…). La réduction des horaires est manifeste.

133 — La protection de certaines catégories de travailleurs et de travailleuses :

  • interdiction du travail des enfants ;
  • interdiction de certains travaux pénibles ou dangereux aux adolescents et adolescentes et aux femmes ;
  • régime spécial de congés et aménagement des horaires pour les adolescents(centes) et pour les femmes ;
  • protection de la mère travailleuse ;

144 — Une élévation du niveau de vie et une transformation indiscutable du mode de vie, caractérisée par ;

15— une meilleure alimentation, des conditions de logement plus satisfaisantes, la jouissance de temps de repos et de loisir, une certaine assurance contre les risques de maladie, les accidents du travail et la vieillesse, grâce à la mise en place d’un système général de sécurité sociale en 1946 et a l’extension d’un équipement collectif sous surveillance médicale (maternités, hôpitaux, etc...), l’accès à l’instruction et à la culture par la prolongation de la scolarité obligatoire.

16L’ensemble de tous ces acquis nous parait décisif pour expliquer les progrès enregistrés chez les travailleurs, dans le domaine de la santé.

17La diminution du temps de travail, l’interdiction du travail des enfants (filles et garçons), la protection de la mère travailleuse, nous semblent des facteurs essentiels de la chute du taux de mortalité et de rallongement de la vie. Mais une meilleure hygiène alimentaire, l’accès à la culture (certains travaux de démographie en font foi) et surtout l’accès aux moyens de se soigner ont une importance qu’il ne faut pas négliger.

18Pour que les classes laborieuses puissent bénéficier des progrès médicaux, encore faut-il que le progrès social les accompagnent. Sans cette conjugaison, seules les catégories aisées peuvent se soigner, échapper à un vieillissement précoce et à une mort prématurée. La preuve nous en est fournie par les sociétés du tiers-monde et par les conséquences négatives que provoquent dans nos propres sociétés, les crises économiques graves et les guerres prolongées.

19Mais ces transformations sociales sont-elles, comme certains le soutiennent, le fruit automatique de l’élévation de la productivité, enregistrée depuis un siècle et demi ? Sont-elles l’aboutissement d’une harmonieuse évolution sociale, arbitrée par un État neutre, répartiteur équitable du « surplus » entre les classes sociales ?

20Avancer cela, c’est faire fi des conditions économiques et sociales dans lesquelles nous vivons et des luttes soutenues par les salariés durant toute cette période, tant pour défendre le taux de leurs salaires que pour améliorer leurs conditions de travail et de vie.

21En fait, l’évolution que nous avons constatée s’inscrit dans des rapports sociaux spécifiques des sociétés capitalistes, animées non par le souci de la justice sociale, mais par la recherche d’un profit qui garantisse la reproduction élargie du capital.

22Pour les détenteurs de ce capital, il s’agit donc moins d’assurer l’augmentation du bien-être et du bonheur des salariés que d’obtenir la croissance du profit, dans les conditions d’une impitoyable concurrence, imposées par la loi du marché capitaliste. C’est pourquoi, les propriétaires des moyens de production, non contents d’accaparer la totalité de la plus-value créée par le salarié, ont tendance à réduire la part qui représente la valeur de la force de travail. Cette situation antagoniste domine les rapports sociaux qui ne sont pas harmonieux, mais conflictuels et elle oblige les travailleurs à se défendre pied à pied et sans cesse, contre les empiétements de leurs employeurs, afin d’assurer leur survie et de profiter quelque peu des progrès réalisés par la société y compris dans le domaine de la santé.

23Depuis un siècle et demi, leur lutte s’est déployée dans trois directions fondamentales :

241 — La défense du salaire, qu’il s’agisse d’empêcher sa baisse ou d’obtenir sa hausse, pour sauvegarder le pouvoir d’achat sans cesse menacé. La statistique des grèves fait apparaître la continuité de cette action, plus ou moins spectaculaire, plus ou moins violente, plus ou moins ample selon les périodes, mais toujours recommencée.

  • 1 Se reporter à M. PERROT, Les ouvriers en grève, 1871-1890, Mouton, 1974. K. GOETZGIREY, Le mouveme (...)

25Tant à la fin du XIXe siècle qu’au XXe siècle, les revendications salariales provoquent les trois-quarts des grèves : 74 % de 1871 à 1890, 7 5 % entre 1919 et 1935, 72 % encore entre 1946 et 19621.

26L’opiniâtreté, sinon le désespoir avec lesquels, ces dernières années, les travailleurs menacés de licenciement s’opposent à la restructuration ou à la liquidation de leurs entreprises, soulignent l’importance et l’actualité des luttes salariales. Elles étaient et elles restent vitales pour les salariés. Dans ce dernier cas, elles atteignent un point culminant, car avec la défense de l’emploi, il ne s’agit plus de sauvegarder le niveau du salaire, mais bien le salaire lui-même.

272 — La réduction de la durée du travail et l’amélioration des conditions de travail.

28C’est d’abord et prioritairement le raccourcissement de la journée de travail que les ouvriers ont réclamé. Dans ce domaine aussi leur lutte a été de longue haleine, car ils se sont opposés à un refus systématique du patronat. Chaque fois que la longueur du travail a été mise en cause, les patrons ont rejeté les « prétentions » ouvrières au nom du prix de revient, de la compétitivité des entreprises et des nécessités de l’investissement. Toute réduction de la durée du travail, à les en croire, devait les entraîner à la ruine et à la fermeture des ateliers. La menace du chômage, qui se profilait ainsi à l’horizon d’un temps de travail écourté, permettait d’expliquer aux ouvriers que c’était dans leur intérêt, en dernière analyse, si on s’opposait à leurs revendications inconsidérées.

29Bien minoritaires ont été les chefs d’entreprise français, éclairés sur cette question. Il n’y a qu’à considérer les réactions à la loi des quarante heures votée en 1936. Certains ne l’ont pas encore acceptée... en 1980 et rêvent de l’abolir. Ce n’est pas un hasard si les lois réduisant la durée du travail ont été si mal appliquées. Il a fallu que les travailleurs se battent avec autant d’énergie pour qu’elles deviennent effectives que pour les faire voter.

30Dès les années 1840 les grévistes ont réclamé la journée de dix heures et leur lutte a pesé lourd dans le vote du 2 mars 1848, remis en cause dès septembre, après la défaite ouvrière de juin 1848. L’aggravation des conditions de travail, avec l’essor de la grande industrie capitaliste, sous le Second Empire, déboucha sur la revendication des huit heures. La première Internationale en fit son mot d’ordre, lors de son premier Congrès, en 1866, et c’est la deuxième qui choisit le 1er mai comme journée internationale de lutte pour les huit heures. Mais les travailleurs ne se mobilisaient pas seulement ce jour-là. Combien de grèves obscures ont-ils dû soutenir pour arracher une réduction d’une heure par ci, d’une heure par là. Le souvenir de quelques grandes journées : 1er mai 1891, 1er mai 1906, ne doit pas faire oublier cette lutte.

31Ce n’est qu’en 1919 que le Parlement français votera les huit heures pour prévenir et désarmer la montée du mécontentement des ouvriers, pour qui la Révolution russe était un stimulant, sinon un exemple à suivre.

32La crise mondiale de 1929 et le chômage qu’elle engendra ouvrirent la voie à la revendication de la semaine de quarante heures et à l’accès aux congés payés. Ces deux mesures, capitales, ont été votées dans la foulée des grèves victorieuses de juin 1936 qui avaient fait basculer le rapport de force en faveur des travailleurs... Depuis cette date, cet acquis a été l’enjeu de nouvelles luttes car les ouvriers essayent d’étendre la durée des congés annuels et de réduire encore la semaine de travail... Les succès remportés depuis la fin de la deuxième guerre peuvent paraître minces à certains mais pour mieux les apprécier, il faut mesurer l’ampleur du freinage patronal. Les débats et les luttes qui sont en cours à propos de la semaine de trente-cinq heures et les offres patronales d’aménagement du temps de travail annuel soulignent à quel point la réduction de la durée du travail est le fruit d’une conquête des travailleurs et combien elle reste d’actualité. L’exemple de l’Allemagne de l’Ouest et du récent échec de la grève des métallurgistes le confirme.

33Les salariés ont aussi réclamé, quoique pendant longtemps de manière moins déterminée, la fixation d’un âge de retraite. Le droit au repos à la fin d’une vie de travail est intimement lié au troisième type de lutte que nous allons envisager maintenant.

343 — L’assurance contre les accidents, la maladie, le chômage et la vieillesse

35Ces quatre cas ont en commun d’entraîner la perte du salaire, donc de priver les salariés de tout moyen de subsistance et de menacer tous les travailleurs. Même si certains peuvent se croire à l’abri des accidents ou de la maladie, ils peuvent à tous moments en être frappés et nul n’échappe à la vieillesse ; quant à la perte de l’emploi, c’est une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de chacun. Ces situations mettent en évidence l’insécurité qui est le lot de la condition salariale. Très tôt les salariés ont cherché à se prémunir contre ses effets :

  1. par l’accès aux moyens de se soigner ;
  2. par l’obtention d’allocations journalières en cas de cessation temporaire ou définitive de travail et par le versement d’une retraite pour la vieillesse.

36Ce qui nous prouve que les travailleurs se sont très tôt soucié d’obtenir les moyens de se soigner ou de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille en cas de chômage, c’est la constitution et la multiplication des sociétés de secours mutuels au cours du XIXe siècle. En ce siècle de libéralisme économique l’État ne se souciait des sans-travail que lorsqu’ils risquaient de devenir une source de désordre, une menace pour la société. Les invalides devenaient des mendiants, tout comme les malades ils devaient compter sur la charité pour vivre. Les travailleurs ne devaient donc compter que sur eux-mêmes. C’est dans l’association à la mutualité qu’ils cherchaient remède. L’histoire de ces sociétés reste à écrire ; on a trop tendance à ne voir en elles que le camouflage des «caisses de résistance » destinées à soutenir les grèves. Sans doute ont-elles joué ce rôle, mais elles n’en répondaient pas moins au besoin de se prémunir contre les maux évoqués.

37Mais la mutualité trouva vite ses limites. D’abord elle fut entravée pour des raisons politiques. Toute association étant suspecte aussi bien à la Monarchie qu’à l’Empire, les sociétés étaient soumises à l’autorisation et étroitement surveillées. Financièrement, elles ne purent jamais capitaliser suffisamment de fonds pour faire face aux besoins de leurs membres. A la première épidémie, elles étaient acculées à la liquidation ; quant au service des retraites, il se révélera vite impuissant. A cause de ces difficultés, les sociétés eurent tendance à se limiter aux ouvriers les mieux payés, ou les moins exposés. Ceux qui en avaient le plus besoin étaient donc sans secours.

38L’impuissance de la mutualité explique qu’au fur et à mesure que les travailleurs se sont organisés, ils ont sollicité l’intervention de l’État pour obtenir une assurance obligatoire, imposée par la loi et garantie par elle. C’est ainsi que peu à peu se fera jour l’idée de la Sécurité Sociale et sa mise en place. Cette conquête comme toutes les autres, est aujourd’hui entre les mains des travailleurs, car elle est sans cesse attaquée par le patronat qui se plaint sans arrêt de la lourdeur des charges sociales. La défense de la Sécurité Sociale est d’actualité comme le montre le tract ci-joint, (p. 143).

39Comment mieux mettre en évidence le rôle des salariés qu’en évoquant rapidement le long combat mené depuis le début du XIXe siècle par les mineurs ? Il nous paraît exemplaire, à la fois pour les objectifs poursuivis, les problèmes posés et les moyens utilisés.

40En raison des dangers et de la dureté de leur métier, les mineurs ont recherché très tôt une protection contre les accidents, la maladie et l’invalidité. Très inquiets sur le sort de leurs familles, ils voulaient aussi, qu’en cas de mort accidentelle, les veuves et les orphelins ne soient pas réduits à la misère et à la mendicité.

41En l’absence de toute aide officielle, ils constituèrent des Sociétés de secours mutuels. La première d’entre elles naquit dans le bassin de la Loire, à Rive-de-Gier en 1817. Elles se multiplièrent tout au long du siècle... En 1883, une enquête parlementaire révèle l’importance du phénomène : sur 111.317 ouvriers-mineurs 109.237 appartiennent à une Caisse de secours : soit 98 %. Ces Caisses sont divisées en trois catégories : celles qui sont alimentées exclusivement par les retenues effectuées sur le salaire (31.450 ouvriers), celles qui reçoivent en outre des versements proportionnels des Compagnies (48.965 mineurs) et celles qui sont entièrement à la charge des Sociétés (28.812 mineurs).

42L’existence de ces Caisses privées a posé maintes questions et provoqué de multiples conflits. En effet, quelle que soit la nature de leurs ressources, celles-ci étaient insuffisantes et peu sûres (la faillite de la Société de Terre Noire par exemple entraîna celle de la Caisse de secours). D’autre part, leur gestion échappait aux ouvriers. Le directeur était obligatoirement président de la Caisse et le Conseil d’Administration était réduit au rôle de chambre d’enregistrement dises décisions.

43Les mineurs menèrent donc la lutte pour obtenir de gérer eux-mêmes leurs Caisses afin de contrôler à qui allaient les secours et quelle sorte de risques ils couvraient. Ici se fait jour une nouvelle source de conflit : les Compagnies à qui incombait la charge des accidents, donc celle des blessés, des invalides et de leur famille (loi de 1813) voulaient faire supporter ces frais aux Caisses de secours alors que les mineurs entendaient que celles-ci n’aident que les malades et les vieux travailleurs. Ils souhaitaient aussi que les médecins payés par la Caisse soient choisis en accord avec eux et ne soient pas seulement aux ordres de la Société.

44Le contrôle des Caisses fut cause de nombreuses grèves sous le Second Empire. La plus importante, celle du bassin de la Loire en 1869 est restée tristement célèbre à cause du massacre de La Ricamarie.

45Dans le même temps, les mineurs veulent se garantir contre les accidents. Comme les Compagnies parvenaient toujours à dégager leur responsabilité, ils vont réclamer et cela dès 1848 (à Rive-de-Gier) que des élus représentent leurs intérêts au fond. L’idée des délégués-mineurs à la sécurité était née.

46La naissance et le développement du syndicalisme minier va donner une impulsion nouvelle aux revendications dans les années 1880. Les cahiers de doléances des mineurs en 1882-1883 reprennent en partie les mots d’ordre de 1869 et réclament à la fois la journée de huit heures, la réorganisation des Caisses existantes, la constitution d’une Caisse centrale de Prévoyance et de Retraite pour les mineurs et une protection contre les accidents.

47Ce qui est intéressant c’est que les mineurs associeront étroitement la réduction du temps de travail, l’exigence d’une retraite et un salaire minimum garanti. Ils sont parfaitement conscients que, pour que la durée légale du travail soit effective et que la retraite ne soit pas un leurre, le salaire ou l’allocation doivent être suffisants, sinon le travailleur a recours au travail noir et l’effet de la loi est illusoire.

48Les mineurs vont utiliser tous les moyens pour obtenir satisfaction mais les Syndicats rechercheront surtout le vote de lois protectrices. La grève, y compris la grève générale corporative, deviendra un moyen de pression sur le Gouvernement et le Parlement. Ils y auront recours à plusieurs reprises. En 1902, la grève générale de la corporation a pour objet : les huit heures, un salaire minimum et l’obtention d’une retraite à cinquante ans après trente ans de service à la mine. Lu 1912 et 1914, à nouveau ils feront une grève générale pour hâter le vote de la loi sur la retraite des ouvriers mineurs.

49Leur combat fut incessant, tout au long du XXe siècle pour la défense de leur santé et la limitation de la vie de travail, car ils ressentaient vivement l’usure provoquée par leur métier. L’enquête de 1883 sur l’âge des mineurs en exercice (ci. graphique ci-après) montre, qu’au fond, à cinquante ans, un ouvrier est épuisé et inutilisable. C’est ce qui explique l’opiniâtreté avec laquelle les mineurs réclameront, non seulement la retraite à cinquante ans, la journée de huit heures (obtenue pour le fond en 1905 et en 1913 pour tout le personnel) mais, dès 1906, des congés annuels payés. Enfin, ils engageront la lutte pour que certaines affections, dont ils souffrent de façon chronique, soient reconnues comme maladies professionnelles. La silicose, la plus grave de toutes, mais la plus tardivement identifiée, ne sera reconnue comme telle qu’en 1945, à un moment fort du mouvement ouvrier et du syndicalisme.

50Les grèves de 1947 et 1948 qui furent particulièrement violentes furent en partie déclenchées par les atteintes répétées portées à la sécurité sociale minière. La corporation minière est bien une de celles qui ont été le plus sensibilisées à la question de la sauvegarde de la santé. Les catastrophes minières ont provoqué des réactions et des grèves parfois violentes comme en 1906 à Courrières. Mais au-delà de ces crises, c’est une action continue et persévérante que menèrent les syndicats miniers. L’analyse des ordres du jour des Congrès de la Fédération des mineurs le prouve. L’action directe n’était là que pour soutenir le programme défini et précisé de Congrès en Congrès.

Conclusion

51Ainsi que ce soit de façon directe (grève, pétition, manifestations) ou indirecte (par pesée sur le Parlement et le Gouvernement) les travailleurs organisés ont pris une large part dans l’amélioration de leurs conditions générales de vie et de travail ; condition nécessaire pour qu’ils puissent bénéficier des progrès scientifiques accomplis dans le même temps.

52La lutte est continue et infinie : d’une part, les succès obtenus sont sans cesse remis en question et d’autre part, ces succès portent en eux-mêmes le germe de nouvelles revendications.

53Deux exemples pour illustrer ce fait et conclure.

54L’allongement de la vie rend de plus en plus impérieux le besoin d’obtenir une retraite tôt (55 ans) mais aussi un taux d’allocation tel qu’il permette d’assurer une vieillesse aisée, dont la durée s’étend. Cette extension et le nombre des retraités provoquent à leur tour des réclamations pour obtenir de la collectivité les équipements nécessaires pour les accueillir et les distraire.

55A l’heure actuelle, la Sécurité Sociale, cet acquis fondamental est menacée. Le coût de l’assurance-maladie est dénoncé par le gouvernement et le patronat, alors que la mise en œuvre de nouvelles méthodes de travail épuisantes nerveusement et physiquement (travail posté, contrôle de machines de plus en plus rapides, etc...) porte gravement atteinte à la santé des travailleurs. Les assurés sociaux doivent défendre le petit risque, le remboursement des frais pharmaceutiques, les frais d’hospitalisation et aussi le choix du médecin...

56Le droit à la santé est bien entre les mains des travailleurs : dans les secteurs professionnels où leur lutte a échoué, les conditions de travail se sont aggravées. Cela explique l’usure prématurée de certains salariés, éclaire les écarts des taux de mortalité différentielle et confirme l’importance de l’action ouvrière.

Notes

1 Se reporter à M. PERROT, Les ouvriers en grève, 1871-1890, Mouton, 1974. K. GOETZGIREY, Le mouvement des grèves en France, 1919-1962, Sirey, 1965.

Auteur

Université Toulouse — Le Mirail

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search