Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

II. Histoire et sociologie

Transformation du discours sur la vieillesse et constitution d’une « politique française de la vieillesse » durant les trente dernières années

Signification et ambiguïtés

Anne-Marie Guillemard

Texte intégral

  • 2 Une première partie de cette recherche a fait l’objet d’une publication récente. A.-M. Guillemard, (...)

1Une recherche portant sur le procès de formation de la politique française de la vieillesse et sur ses incidences sociales2 a été pour moi l’occasion d’examiner, à partir du terrain spécifique, certaines des relations complexes existant entre les grands courants démographiques et les transformations des idéologies et des pratiques politiques.

2L’émergence d’un nouveau territoire de la politique sociale, qui allait prendre le nom de « politique de la vieillesse » supposait, au préalable, un nouveau découpage social, qui laissait percevoir les personnes âgées comme un ensemble cohérent et autonome, appelant un mode de gestion spécifique.

3Sans doute, l’allongement de l’espérance moyenne de vie, comme le vieillissement collectif des nations industrialisées, ont-ils eu leur part, dans l’apparition de ce nouveau système de classement des individus qui isolait la population âgée des autres catégories sociales et rendait possible l’émergence d’un nouveau discours sur la vieillesse, comme le renouvellement de son mode social de prise en charge.

4Je voudrais, dans ce texte, en premier lieu, suggérer quelques pistes pour suivre la dialectique entre mouvements démographiques, transformations socioéconomiques et mutations observables, tant dans la représentation dominante de la vieillesse que dans son mode de gestion. Partant d’une analyse des conséquences sociales de ces mutations, j’esquisserai, en second lieu, une interrogation sur la signification de ces dernières et sur les ambiguités qu’elles recouvrent.

Émergence d’une nouvelle représentation de la vieillesse et énoncé des nouveaux principes collectifs de sa gestion

5Le stéréotype traditionnel de l’âge qui associait la vieillesse à la maladie, à la pauvreté et à l’isolement a progressivement et récemment cédé la place à une nouvelle représentation positive de l’âge.

6L’image du vieillard immobile et inutile, assis dans son fauteuil une canne à la main, a vécu. La vieillesse n’est plus immobilité et attente de la mort mais commencement d’une nouvelle ère de vie, comme en témoigne l’apparition du vocable « troisième âge » forgé dans le début des années soixante. La dernière étape de vie devient le temps d’une activité libérée des contraintes de la vie professionnelle et familiale. Le moment où l’expressivité supplante l’instrumentalité. La vieillesse prend désormais les contours de la vitalité et de la participation. Déjà promue ici ou là, en particulier par quelques Caisses de Retraite complémentaire, cette nouvelle représentation de la vieillesse va être mise en forme et associée à de nouveaux principes collectifs de gestion de la vieillesse, créée à l’initiative des pouvoirs publies en avril 1960.

7Devenue conception officielle, elle va être répercutée par tous les nouveaux gestionnaires de la vieillesse dont le nombre s’accroît avec la mise en œuvre progressive d’une politique spécifique en faveur de la population âgée. Sa diffusion est accélérée par la constitution de ce qu’il est convenu d’appeler « le nouveau marché du troisième âge ». Une presse spécialisée, des cycles de préparation à la retraite, la multiplication d’équipements et de services réservés aux personnes âgées (Universités du Troisième Age, clubs, séjours de vacances) font que vers le début des années soixante-dix la nouvelle image active de la vieillesse connaît une diffusion massive, tant au sein de la population âgée elle-même qu’auprès de l’ensemble des générations.

8Une analyse en cours du discours tenu par la presse quotidienne sur la vieillesse depuis 1945 fait apparaître clairement la profonde transformation des mentalités intervenue sur cette question durant la période considérée.

9La rupture introduite dans les représentations dominantes de la vieillesse a été, comme nous l’avons vu, associée à l’énoncé de nouveaux principes collectifs d’action à l’égard des personnes âgées. La conception traditionnelle de la vieillesse comme moment de la dépendance, de la pauvreté, de l’incapacité et du déclin était associée à une politique de relégation des vieillards, avec tous les autres « nécessiteux », dans les filières traditionnelles d’assistance à l’indigence et à l’incapacité de travail représentées essentiellement par le secours à domicile ou l’hébergement en hospice.

10A la nouvelle conception de la vieillesse, comme étape de vie particulière ayant les contours de l’autonomie et de l’activité, a correspondu l’énoncé de nouveaux principes politiques spécifiques qui visait à l’intégration des vieillards dans leur milieu de vie. Ce retournement de perspectives a été introduit en France par la Commission d’étude des problèmes de la vieillesse déjà mentionnée plus haut.

11La nouvelle doctrine politique, telle qu’elle est définie dans son rapport, et dont vont se réclamer ensuite toutes les mesures politiques prises dans ce domaine peut être caractérisée par quatre traits principaux qui l’opposent radicalement au mode de prise en charge adopté antérieurement.

  1. Elle se veut intégratrice et non ségrégatrice.

  2. Elle se fixe pour objectif de prolonger le plus longtemps possible l’individu âgé dans la vie normale, prévenir sa perte d’autonomie au lieu d’y remédier a postériori en consacrant celle-ci par l’hébergement en institution ou par l’octroi d’un secours minimum.

  3. L’instauration d’une nouvelle stratégie préventive invite à substituer à une action sur la personne une action sur le milieu. Dès lors le principe de la gestion totalitaire (au sens de Goffmann) de la population âgée s’efface au profit d’une gestion capillaire s’appuyant sur un réseau diversifié d’équipements légers localisés dits « de maintien à domicile ».

  4. La perspective préventive transforme simultanément les caractéristiques de la population cible. De la même façon qu’en médecine le passage du curatif au préventif conduit à s’intéresser à tout le monde et non plus seulement au petit groupe de malades, la nouvelle politique ne se limite plus à une action sur le petit groupe des vieillards indigents mais s’adresse désormais à la totalité de la population âgée.

12La prise en charge de la vieillesse se détache en conséquence de la lutte contre la pauvreté ou de l’assistance aux handicapés avec lesquelles elle avait été confondue jusqu’à présent. Elle se spécialise et donne lieu à une nouvelle intervention spécifique et continue de l’État dans ce secteur. Une « politique de la vieillesse » se forme.

13S’interroger sur les facteurs qui ont rendu possible cette évolution, tant des mentalités que de la doctrine politique, conduit à suivre l’intrication de deux ordres de phénomènes : les transformations des structures démographiques et socio-économiques. L’allongement de l’espérance moyenne de vie a fait de la dernière étape de la vie l’avenir de plus en plus objectif de toutes les générations. Désormais, la plupart de ceux qui naissent atteignent cet âge de la vie. Le vieillissement démographique des nations industrialisées (lié principalement, comme on sait, à l’évolution de la fécondité) a sans doute accentué cette prise de conscience d’une vie longue, puisqu’il en a fait un phénomène plus perceptible, parce que relativement plus massif. Toutefois, il m’apparaît que c’est la généralisation progressive des systèmes de retraite qui a donné un contenu social homogène à ces nouveaux espaces de vie que les grands courants démographiques avaient simplement tirés du non-être antérieur.

14Avant la diffusion des retraites, la vieillesse avait les contours exacts du patrimoine familial détenu. La catégorie âgée manquait alors de principe d’unité puisque tout, dans leur situation comme dans leur genre de vie, contribuait à séparer les vieillards encore investis d’un pouvoir par le capital familial dont ils étaient détenteurs de ceux qui ne possédant pour tout capital qu’une force de travail dévaluée et usée étaient frappés d’impécuniosité. Dans un tel contexte, il ne pouvait être question d’une politique de la vieillesse. Il n’existait qu’une politique d’aide à l’indigence qui confondait la vieillesse ouvrière avec « tous ceux que l’âge, l’infirmité ou la maladie rendent incapables de pourvoir à leurs besoins » comme il est indiqué dans le préambule de la loi d’assistance de juillet 1905.

15Avec le développement des retraites se généralise un modèle du cycle de vie où vieillesse et retraite sont associées. La situation commune « d’inactivité pensionnée » confère un principe d’identité à la dernière étape de la vie. De plus, la retraite opère une redéfinition des limites de cette dernière étape. La retraite se prend sur la base de critères formels — âge chronologique ou durée d’activité — et non plus en fonction de la capacité fonctionnelle de l’individu. Elle institue une transition réglée vers la dernière étape du cycle de vie. La vieillesse, n’étant plus associée à l’incapacité fonctionnelle, commence plus tôt — avec la cessation d’activité — et s’achève en moyenne plus tard, suivant en cela les progrès de l’espérance moyenne de vie. Ainsi, pourrait-on considérer la retraite comme l’opérateur principal d’un nouveau découpage des âges de la vie qui fait de la vieillesse un monde unifié, identifiable et justiciable d’une action sociale spécifique.

16La généralisation des retraites, corrélative à l’extension de la salarisation, à la naissance de la grande entreprise et aux nouvelles sensibilités que ces courants ont fait naître chez les travailleurs, a permis l’identification du groupe social âgé comme groupe retraité et entraîné, en association avec les évolutions démographiques, une réorganisation complète du système de prise en charge dont la vieillesse était l’objet. A une politique qui n’intervenait que pour sanctionner la perte d’autonomie par la relégation, on substitue une politique dite d’intégration dont la vocation est de prolonger la « vie normale » de la population âgée le plus longtemps possible à partir, essentiellement, de la mise en place de services et d’équipements de « maintien à domicile ».

17Cependant, on ne peut comprendre la nouvelle politique de la vieillesse à partir des seuls éléments évoqués plus haut. S’ils permettent d’éclairer la mise en place d’une politique sociale s’appliquant spécifiquement à la question de la vieillesse, ils sont insuffisants pour traiter du contenu que va prendre cette politique. Celui-ci nous apparaît plutôt pouvoir être analysé dans le contexte des transformations simultanées intervenues dans la structure socio-économique française.

18Deux faits nous semblent plus particulièrement rendre compte des contours pris par la nouvelle politique. Cette dernière s’inscrit dans une période de croissance forte qui n’est pas sans retentir, tant sur la structure sociale de la population âgée que sur les stratégies sociales qui vont être développées à l’égard de l’avenir.

  • 3 Les statistiques INSEE ne comportant pas de ventilation des inactifs sur la base de leur ancienne c (...)

19En premier lieu, les transformations de l’appareil de production et de ses nouveaux besoins en force de travail qualifiée débouchent sur l’apparition massive de nouvelles couches moyennes salariées (ingénieurs, cadres moyens et supérieurs, enseignants et techniciens). Ces dernières vont constituer un nouveau groupe de retraités disposant de ressources, d’aptitudes et dotés d’aspirations élevées. Elles associent à l’âge des caractéristiques inhabituelles. Ces nouvelles couches moyennes salariées nous semblent avoir joué un rôle central dans la promotion de la politique de la vieillesse. Nous reviendrons sur ce point ultérieurement dans notre présentation, lorsque nous observerons que ces couches sociales moyennes constituent, en fait, le référent du nouveau discours sur la vieillesse. L’analyse de l’évolution de la composition sociale de la population âgée, que nous avons menée, a fait apparaître une concomitance entre la promotion du nouveau dispositif de gestion de la vieillesse et l’arrivée massive à la retraite de ces couches sociales3. En second lieu, toute instauration d’un mode de gestion de la vieillesse représente un travail sur les mentalités de l’ensemble de la population à l’égard de l’âge et de l’avenir. Cela est tout particulièrement vrai dans une société dans laquelle la longévité moyenne fait de la vieillesse l’avenir de tous.

20Le mode traditionnel d’assistance à la vieillesse place au centre de son dispositif l’hospice et construit l’image négative d’une vieillesse qui se confond avec l’indigence. Cette image dissuasive a pour vertu d’encourager à l’économie et à la prévoyance pour ses vieux jours l’ensemble de la classe ouvrière. Le discours sur l’avenir qui est ainsi tenu, à travers le mode de gestion de la vieillesse, est en complète contradiction avec la société de croissance et de programmation qui se met en place, comme avec le type de rapport à l’avenir qu’une telle société cherche à instituer. Ce dernier doit être fondé sur des stratégies de prévision et non sur la simple prévoyance.

21La représentation négative de l’âge, qui est diffusée par le dispositif de gestion traditionnel, obture toute vision de l’avenir. Elle obère le futur de chacun, dans un système social qui opère principalement sur le moyen ou le long terme et met en place des mécanismes de plus en plus serrés, qui exigent des individus l’adoption de stratégies individuelles fondées sur les mêmes horizons (rationalisation des choix scolaires et professionnels, achats à crédit...).

22Si l’on peut considérer que, par certains côtés, toute politique de la vieillesse récupère, en quelque sorte, les vieillards pour les faire servir à la moralisation de l’ensemble des générations, il apparaît que le mode de gestion traditionnel de la vieillesse opère un travail sur les mentalités en complète contradiction avec ce qu’exigerait la société programmée qui se met en place. La nécessité d’un nouveau mode de gestion de la vieillesse se fait jour qui soit susceptible, par le discours sur l’avenir qu’il tient, d’adapter les mentalités au nouveau système social qui se met en place.

23Après avoir très brièvement évoqué certains des facteurs qui ont rendu possible une transformation du discours sur la vieillesse, comme des principes de son mode social de gestion, nous nous interrogerons sur le sens social de ces mutations.

Interrogations sur la signification sociale de la constitution d’une politique de la vieillesse

24Si l’on suit le discours des responsables, la montée de la nouvelle politique de la vieillesse correspond à la mise en place d’une prise en charge plus humaine de la population âgée, au fur et à mesure que la croissance économique le permet. Telle qu’elle se donne à voir, la transformation de la définition de la vieillesse et de son mode de gestion se présente comme une évolution progressiste et généreuse. Un nouveau registre dichotomique structure désormais les discours sur la vieillesse. A l’enfermement des vieillards dans l’hospice est opposée la politique d’intégration et de maintien à domicile. Au premier sont accolés les termes de paternalisme, assistance et dépendance. Au second sont associés les vocables de dignité, solidarité et liberté.

25Une analyse attentive des effets pertinents induits par ces mutations conduit à questionner l’interprétation spontanée proposée et révèle la signification ambiguë de la mutation intervenue.

26Elle débouche sur la prise en considération d’un phénomène qui déborde largement le champ de la vieillesse. Ce phénomène est relatif aux fractures observables entre les logiques des discours et celles des pratiques politiques, ainsi qu’aux modalités selon lesquelles ces deux niveaux de la réalité politique travaillent l’un sur l’autre pour exercer des effets spécifiques.

27En effet, la recherche que j’ai menée fait apparaître que la transformation du mode de gestion de la vieillesse a plus correspondu à un renversement du discours qu’à une mutation des pratiques publiques. Ces dernières sont demeurées largement assistancielles et ont eu pour effet, comme nous le verrons, de renforcer la dépendance et la ségrégation de certaines fractions de la population âgée.

  • 4 Le lecteur trouvera dans La Vieillesse et l’État, op. cit., des développements sur les points évoqu (...)

28Ce qui est résulté de la mutation du mode de gestion de la vieillesse est moins la promotion de l’autonomie et d’une nouvelle intégration des vieillards que la diffusion d’un nouvel art de bien vieillir, plus adapté aux nouvelles nécessités sociales, économiques qui se font jour. Faute de temps, je ne pourrai qu’esquisser brièvement certains des usages sociaux auxquels a donné lieu la nouvelle-politique adoptée4.

29Les deux éléments suivants me semblent conforter la proposition avancée :

  1. La définition d’un nouvel art de bien vieillir comme transformation des référents sociaux du discours sur la vieillesse.

  2. Les conséquences modulées selon l’appartenance de classe de la nouvelle politique de la vieillesse.

1 — Définition d’un nouvel art de bien vieillir et transformation des référents sociaux du discours sur la vieillesse

30Alors que le mode de gestion traditionnel, qui avait l’hospice pour point d’appui, parlait à tous de la vieillesse misérable des classes populaires, les nouveaux principes d’action érigent comme nouvelles normes les pratiques sociales des classes moyennes salariées. En effet, il existe de fortes affinités entre les pratiques des classes moyennes et le nouvel art de vivre activiste défini pour le « troisième âge ».

  • 5 A.-M. Guillemard, La Retraite : une Mort Sociale, Paris, Mouton, 1972, 313 p.

31Une étude approfondie du processus de détermination des modes de vie en situation de retraite5 nous a permis d’établir que l’intensité de l’activité sociale, comme l’étendue du réseau de sociabilité des retraités, étaient directement fonction du niveau et de la nature des ressources qu’ils avaient pu épargner, ou entretenir, au cours de leur vie active. Les pratiques de retraite des nouvelles couches moyennes salariées sont apparues fondées sur une stratégie de restructuration des activités sociales et culturelles. Cette restructuration était opérée grâce à une reconversion raisonnée des ressources et des aptitudes disponibles. Selon la nature exacte des avoirs possédés par les retraités, nous observions l’actualisation d’une retraite-troisième âge ou d’une retraite-loisirs. On peut remarquer que ces deux modes de vie sont exactement conformes aux nouveaux préceptes activistes de l’art de bien vivre après 60 ans. Ils correspondent tous les deux au maintien d’une forte insertion sociale, demeurant d’un niveau proche de celle de l’âge mûr.

32Ainsi, les nouvelles couches moyennes salariées, leurs pratiques et leurs ressources semblent bien au centre de la promotion de ce nouveau modèle. Elles en sont le référent. Même si, comme nous le verrons, elles ne sont pas les usagers du dispositif.

33La formation d’une nouvelle éthique activiste de l’âge apparaît donc en relation avec la montée de nouvelles couches sociales moyennes, produites par l’évolution de l’appareil de production et dont l’inutilité sociale devient de moins en moins évidente au fur et à mesure que la stimulation de la consommation joue un rôle de plus en plus fondamental dans les mécanismes de croissance. Elle se présente comme une nouvelle forme de moralisation, plus conforme au nouveau système économique et social qui se met en place, puisqu’elle encourage à l’activisme, au mouvement et à la participation au lieu de prêcher l’économie et la tempérance.

2 — Les effets modulés selon les classes sociales de la nouvelle représentation de la vieillesse et de la transformation de sa prise en charge

34Si le nouvel art du bien vieillir s’adresse à l’ensemble de la population âgée, il parle le langage de l’expérience sociale des classes moyennes et exerce en conséquence des effets différenciés selon les positions de classe des récepteurs.

a) Conséquences sur la classe ouvrière du nouveau dispositif de gestion de la vieillesse

35Le nouvel art de vivre conduit à évaluer la vieillesse réussie aux degrés de vitalité et d’activité qui ont pu être conservés. Or, l’analyse déjà évoquée plus haut des déterminants des modes de vie des retraités a montré qu’il existait une inégale espérance de vie sociale à la retraite selon les classes sociales. La classe ouvrière, et en particulier ses couches les moins qualifiées, sont le plus largement promises à une vieillesse-retrait, à une mort sociale précoce. Ainsi, la nouvelle conception activiste de la vieillesse condamne la classe ouvrière à une vieillesse-échec et disqualifie le modèle de la retraite-repos, de la retraite comme image inversée de la vie de travail, qui dans cette classe sociale constitue la représentation la plus attestée de la dernière étape de la vie. (Cf. sondages de la SOFRES et de l’IFOP). De plus, la diffusion de ce nouvel art de vivre au troisième âge a pour effet de transformer en fautes personnelles de la victime ce qui résulte des pénalités sociales subies. L’auto-prévention à laquelle incite la nouvelle vision activiste de l’âge circonscrit la question de la vieillesse au seul mode de vie des vieillards et l’isole de ce qu’elle doit à la vie de travail passée, bloquant toute possibilité de contestation sur ce terrain. Les conditions sociales qui régissent le maintien de l’activité dans la vieillesse étant occultées, les responsabilités de l’échec s’individualisent et s’intériorisent. Un processus de culpabilisation de la victime s’opère.

36Une analyse des conséquences des mesures de politique-vieillesse mises en œuvre montre que la transformation du mode de gestion de la vieillesse a plus correspondu à un renversement du discours qu’à une mutation des pratiques publiques. Au lieu du vaste réseau préventif prévu pour la vieillesse, qui devait lui permettre de prolonger son insertion sociale, on a assisté à la multiplication de prises en charge parcellisées réparatrices loin de développer l’autonomie des bénéficiaires âgés, ce mode de prise en charge les a enfermés dans des filières spécialisées d’assistance génératrices d’une extension de la dépendance. Plusieurs études des politiques municipales de la vieillesse, portant sur les caractéristiques sociales des usagers des nouveaux équipements et services localisés créés en faveur du maintien dans la vie normale de la population (Clubs, restaurants, aides ménagères, services de soins à domicile, services de loisir et de vacances) ont montré que ces nouvelles actions touchaient principalement la classe ouvrière et les couches inférieures de la classe moyenne. La nouvelle politique de la vieillesse n’exerce d’effets pertinents que sur les couches les plus défavorisées. Loin d’être une politique capable de retarder la perte d’autonomie, elle demeure — comme le mode traditionnel de gestion de la vieillesse — un ensemble de mesures destiné à pallier les inégalités les plus criantes. Au lieu d’intégrer, cette nouvelle politique renforce la ségrégation des vieillards issus de la classe ouvrière.

b) Conséquences pour les nouvelles couches moyennes salariées de la promotion d’un nouveau dispositif de gestion de la vieillesse

37Le nouveau discours sur la vieillesse, parlant le langage de l’expérience sociale de ces classes, emporte leur adhésion. Ce qui permet de canaliser et d’encadrer leurs aspirations, de mobiliser leurs nouvelles ressources au bénéfice du système économico-social qui se met en place, tout en masquant l’absence d’interventions politiques concrètes effectuées en leur faveur.

38Tout s’est donc passé comme si la politique de la vieillesse s’était réorganisée en fonction des nouvelles exigences du système économico-social et des nouveaux usages qu’il pouvait faire de la population âgée. La nouvelle attention portée au soutien de la demande a conduit à une restructuration de la politique de la vieillesse en fonction des capacités différentielles à consommer des divers groupes âgés.

39La recomposition de la gestion de la vieillesse a permis de rebrancher sur les circuits de consommation ceux qui par les biens et aptitudes qu’ils détenaient pouvaient être encore socialement utiles au système par un simple appel à l’activisme et à une action intense de moralisation.

40Simultanément elle a ralenti l’accroissement rapide du coût d’une vieillesse démunie en substituant à une prise en charge globale en institution, qui n’a jamais touché que 5 % de la population âgée de 65 ans et plus, des prises en charge parcellisées permettant d’étendre la dépendance et l’encadrement de la classe ouvrière âgée (de 5 % on passe à 25 à 30 % de personnes âgées localement desservies), sans accroître les coûts dans les mêmes proportions.

Notes

2 Une première partie de cette recherche a fait l’objet d’une publication récente. A.-M. Guillemard, La Vieillesse et l’État, Paris, PUF, 1980, 240 p.

3 Les statistiques INSEE ne comportant pas de ventilation des inactifs sur la base de leur ancienne catégorie socio-professionnelle, nous avons dû nous contenter d’observer la composition sociale des 65 ans et plus, en projetant les données concernant la composition socio-professionnelle du groupe des actifs de 55-64 ans. Cette première approximation permet d’observer que la montée du nouveau dispositif de gestion de la vieillesse se produit dans la période où les effectifs de ces nouvelles couches moyennes salariées connaissent la plus forte croissance au sein de la population âgée. Alors que la croissance moyenne des effectifs est dans la période intercensitaire 1954-1962, pour le groupe d’âge 55-64 ans, de + 21 % elle représente +44 % pour les cadres supérieurs. + 48 % pour les ingénieurs, + 79 % pour les techniciens. On ne retrouvera pas un taux de croissance équivalent dans la période intercensitaire 62-68. Si nous essayons d’inférer à partir de ces données les transformations de la structure sociale interne de la population âgée nous observons une montée rapide, entre 1964 et 1972, de jeunes retraités d’un genre nouveau rompant avec les stéréotypes traditionnels de l’âge. Or, c’est justement dans cette période qu’a été promu l’essentiel du nouveau dispositif de gestion de la vieillesse.

4 Le lecteur trouvera dans La Vieillesse et l’État, op. cit., des développements sur les points évoqués brièvement ici.

5 A.-M. Guillemard, La Retraite : une Mort Sociale, Paris, Mouton, 1972, 313 p.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search