Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

II. Histoire et sociologie

Les hospices de vieillards

Du comité de mendicité à la loi d’assistance obligatoire
(1790 – 1905)

Maurice Garden

Texte intégral

1Dans l’héritage des pratiques hospitalières de l’Ancien Régime se place directement l’accueil des vieillards dans les hospices. Cette communication se contente d’aborder quelques aspects de cette pratique, en essayant de proposer quelques thèmes de recherche, qui concernent à la fois les institutions et la législation d’une part, la population et les conditions de l’assistance aux vieillards d’autre part, au cours du XIXe siècle (mais les racines antérieures sont tellement évidentes que beaucoup de questions sont aussi pertinentes pour l’Ancien Régime).

1 — L’âge d’admission

2Dès le Comité de la mendicité (et le plus souvent dès les règlements des hôpitaux généraux de Charité des XVIIe et XVIIIe siècles) s’impose l’âge de 70 ans comme seuil minimal pour l’admission à l’assistance. Dès les débats de l’époque révolutionnaire, il s’établit une distinction entre l’assistance hospitalière (la barrière de 70 ans est ici très rigide) et l’assistance à domicile, pour laquelle il s’établit une progressivité de l’âge, le plus souvent à partir de 60 ans. La loi hospitalière de 1851 (après celle de 1820) laisse au règlement intérieur des établissements le soin de fixer les conditions d’admission : le problème de l’âge n’apparaît souvent qu’en deuxième position, la gestion locale de l’hospice donnant plus d’importance aux questions de naissance ou de domicile dans la ville.

3Jusqu’au vote des lois d’assistance obligatoire (AMG de 1893 et Assistance obligatoire aux vieillards de 1905), cette limite d’âge est généralement admise. Le rapport de René Sabran au Conseil Supérieur de l’Assistance Publique sur l’organisation de l’assistance aux vieillards indigents et aux incurables de 1891 reconnaît que la majorité des administrations a retenu cet âge de 70 ans : le vieillard de moins de 70 ans qui ne peut travailler se classe parmi les incurables, et le rapport affirme : « L’âge de 70 ans marque bien en général le point où les forces abandonnent l’homme ».

4Toute une analyse des textes administratifs, des débats et des discours sur l’ensemble du XIXe siècle est à faire sur ce thème, en particulier quand il y a entorse à cette règle (par exemple les Petites Sœurs des pauvres admettent les personnes âgées dès 60 ans). Dans certains cas les femmes sont admises plus jeunes que les hommes, ailleurs les natifs plus jeunes que les forains.

5En face des conditions réglementaires, est à étudier la pratique de l’entrée à l’hospice. Des exemples précis de séances de conseils d’administration peuvent montrer que la règle est observée avec d’autant plus de rigueur que les places sont rares, et que la demande grossit au cours du siècle. Les débats autour des lois de 1905, la lenteur de l’acceptation du principe de l’assistance obligatoire, montrent combien fut longue la prise de conscience de l’insuffisance des institutions et des pratiques antérieures. Léon Mirman, Directeur de l’Assistance et de l’Hygiène publique, préparant pour le Congrès international de Copenhague, un commentaire de la loi française de 1905, traduit bien cette situation matérielle et morale du vieillard :

« J’ai entendu certaines personnes qu’effraient les dépenses entraînées par la loi nouvelle, s’écrier : « Mais avant 1905, les vieillards ne mouraient pas de faim ! » Je leur ai toujours répondu : qu’en savez-vous ? Qui pourra compter le nombre de ceux qui sont morts de privation, dont la vieillesse a été meurtrie par le souci constant du pain à trouver pour le lendemain, qui se sont éteints dans le dénûment ; leur vie fut simple, leur mort fut discrète ».

2 — L’insuffisance et la disparité de l’équipement

6Le XIXe siècle, sans connaître en France, une croissance démographique rapide, est marqué cependant par une transformation importante de la répartition spatiale de la population, au profit des villes et des régions industrielles.

7Or, les statistiques disponibles du XIXe siècle consacrées à la santé et à l’assistance montrent que l’équipement hospitalier n’a suivi qu’avec beaucoup de retard la demande sociale. L’hôpital, ou l’hospice (mais la distinction théorique n’empêche pas une confusion parfois dans la pratique) conserve mauvaise réputation. Tout au long du siècle se multiplient les discours qui assimilent l’assistance et la paresse, et des textes de moralistes politiques de la Monarchie de Juillet, comme des discours d’hommes politiques de la IIIe République continuent à évoquer les « vieillards indigènes » ou les « mauvais pauvres ».

8Une étude statistique complète reste à faire de la capacité hospitalière réservée aux personnes âgées valides. Elle est difficile, par suite de la confusion entre les établissements, et des moyens de substitution, par suite aussi de l’ouverture de maisons de retraite privées. Il y a sûrement de très grands décalages entre villes et campagnes. Lors des premières mesures d’assistance obligatoire de la fin du siècle, plusieurs conseils généraux des départements majoritairement ruraux évoquent cette aversion pour l’hospice des populations paysannes, cet attachement à la terre qui fait préférer l’assistance à domicile. Mais il est aussi évident que les besoins sont loin d’être couverts en ville. Les créations d’hospices intercommunaux dans la banlieue parisienne, ou l’ouverture d’hospices départementaux (une belle analyse à faire des discours d’inauguration du Second Empire à 1914), ou la création d’hospices ou de fondations privées (la fondation Rothschild à Paris, les Asiles régionaux de vieillards protestants, les maisons des Petites Sœurs des pauvres qui sont plus de cent en 1900, les oeuvres de logement comme la cité de l’Enfant-Jésus ou cité Rambaud à Lyon) n’empêchent pas une insuffisance criante des moyens disponibles. Une statistique complète des entrées dans les Hospices Civils de Lyon au cours du XIXe siècle montre que le nombre de places disponibles n’évolue presque pas, alors que la population est multipliée par six dans l’agglomération. La prise de conscience des carences fut lente, et les efforts parcimonieux. Cette situation matérielle, qui est souvent saisissable dans des descriptions d’hospices et d’hôpitaux délabrés et infects jusqu’à la fin du siècle, influe naturellement sur la situation physiologique et psychologique du vieillard hospitalisé.

3 — Une population condamnée, qui ne profite pas de l’allongement de la vie

9L’indigence, l’impossibilité de s’appuyer sur une famille, (sur les enfants surtout), l’incapacité de travailler sont encore les conditions exigées pour entrer à l’hospice, et cela même après la loi de 1905. Les législateurs, bien qu’ayant demandé des études démographiques, furent surpris dès 1907 par l’abondance des demandes d’admission à l’assistance obligatoire, s’ils avaient consulté plus précisément les divers établissements, et la situation réelle de la France, ils auraient sans doute mieux compris la carence de l’organisation hospitalière. Le recueil des Questions d’assistance et d’hygiène publiques traitées dans les Conseils généraux (1894-1904), ou la Revue des établissements de bienfaisance et d’assistance (à partir de 1895) fourmillent d’exemples qui démontrent la misère pathologique et souvent psychique de ces vieillards abandonnés de tous.

10Comment ne pas opposer à l’ironie du Président Émile Loubet qui expose au Conseil Supérieur de l’Assistance Publique l’histoire de son jardinier de 74 ans que la loi de 1905 conduit à l’assistance alors qu’il est encore valide, le triste récit de la cour d’assises de la Nièvre qui en 1890 juge un vieillard de 76 ans, « gâteux, sourd, atteint de deux hernies » qui a volontairement incendié une ferme, désespéré de ne pouvoir être admis à l’Hospice.

11Un dépouillement systématique des très riches sources hospitalières du XIXe siècle peut apporter à ce sujet de multiples apports. Au cours du siècle, les listes d’attente s’allongent dans toutes les villes. Alors que l’âge de 70 ans reste fixé par le règlement, l’âge réel est de 75 ou 76 ans le plus souvent. Des sondages dans les hospices lyonnais (Hôpital de la Charité, Hospice de vieillards de la Guillotière) montrent qu’au cours du siècle, l’âge moyen au décès reste très élevé dans le milieu hospitalier : voisin de 80 ans pour les hommes comme pour les femmes, et qu’il ne connaît pour ainsi dire pas d’évolution. La mortalité reste très élevée, voisine de 25 % ; seule la mort libère une place nouvelle, et la plupart des hospices doivent établir des rangs de faveur pour les octogénaires. L’espérance de vie des vieillards hospitalisés reste très faible : le plus souvent inférieure à quatre ans à quelque âge d’entrée que ce soit (alors qu’elle est supérieure à huit ans dans la population féminine lyonnaise des plus de 70 ans non hospitalisés dès 1780, et qu’elle est à ce niveau dans les statistiques de Delaroche pour la France de 1820).

12L’hôpital apparaît alors comme un mouroir, quelle que soit l’amélioration des conditions d’existence, les progrès de la médecine. Toute une étude démographique reste à faire, conjointement avec le dépouillement des règlements et des conseils d’administration, qui précisent les conditions de vie dans ces hospices du XIXe siècle.

TABLE DE MORTALITE DES VIELLARDS DE SEXE FEMININ

TABLE DE MORTALITE DES VIELLARDS DE SEXE FEMININ

(Hospice de la Guillotière de Lyon)

Table des illustrations

Titre TABLE DE MORTALITE DES VIELLARDS DE SEXE FEMININ
Légende (Hospice de la Guillotière de Lyon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search