Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

I. Histoire et démographie

Influence de l’évolution démographique sur la constitution de la famille et sur la place des personnes âgées

Paul Paillat

Texte intégral

  • 1 La moindre baisse de la mortalité, le niveau plus élevé de la fécondité, la variété des structures (...)

1La baisse prodigieuse de la mortalité a, on le pressent, une influence directe sur la constitution (entendue comme création et composition) de la famille ; la baisse de la fécondité, on y pense moins mais on l’admet vite, joue elle aussi. Encore faut-il savoir comment ces deux phénomènes interviennent d’autant plus qu’ils n’agissent pas indépendamment l’un de l’autre. Ici, nous nous efforcerons de montrer comment se modifie la place (et le rôle) des parents âgés lorsque leur famille se transforme profondément, comme nous l’observons dans les populations de type européen1.

  • 2 Suivre une structure matrilinéaire ne modifierait pas la suite du discours, mais correspondrait mo (...)
  • 3 On dit aussi famille biologique, mais nous regrettons ce choix des statisticiens français. En quoi (...)

2Entendons-nous d’abord sur le sens du concept famille. Nous en retiendrons deux. Dans l’acception la plus large et par là la plus foue, la famille à un moment donné comprend toutes les personnes qui sont apparentées soit par filiation (parenté, lignée), soit par alliance (mariage entre deux représentants de deux lignées). Par rapport à notre propos, il convient déjà de restreindre le champ d’observation et de s’en tenir à la structure patrilinéaire que suivent les généalogistes : c’est d’ailleurs elle qui permet de calculer les degrés de parenté en remontant à l’ancêtre commun2. La succession des générations implique le recours à des alliances (gendres, brus) qui respectent les règles prohibant l’inceste, mais elle suit un fil conducteur : c’est dans ce sens qu’on parle de familles à trois ou quatre générations (sousentendu : co-existantes, sans être nécessairement cohabitantes) ou familles-lignées. Nous y ferons donc référence, même si, le plus souvent, nous nous cantonnerons à la famille nucléaire, composée du couple et de ses enfants non mariés et co-habitants3. En cas de besoin, nous spécifierons donc famille-lignée —famille-nucléaire.

LA FAMILLE LIGNÉE EN RÉGIME DE HAUTE MORTALITÉ

3Quand l’espérance de vie à la naissance tourne autour de 35, 40 ans comme cela était le cas au XVIIIe siècle, et même au XIXe siècle dans les populations européennes et comme c’était encore le cas dans de nombreux pays du Tiers-Monde au milieu du XXe siècle, rares étaient les familles-lignées à trois générations co-existantes. Il fallait, en effet, combiner la probabilité d’atteindre 45 ans (pour l’homme) avec la probabilité d’avoir au moins un fils survivant, lui-même père d’un garçon. Dans les deux derniers cas, cette probabilité était sans doute accrue par la grande fécondité, mais, en outre, il fallait que cette co-existence dure quelque temps pour qu’elle ait une portée pratique. On peut donc en inférer, comme l’ont montré les spécialistes de la démographie historique, que la famille patriarcale était largement un mythe, et que sa rareté était sans doute la raison pour laquelle elle était donnée en modèle. Prend-on pour modèle ce qui est banal ? Au même titre, l’homme qui atteignait un grand âge pouvait bénéficier du respect de tous : les dieux étaient avec lui puisqu’il avait échappé à la loi commune !

4Complétons cette première remarque en indiquant qu’en France, au XVIIIe siècle, on était orphelin de père et mère en moyenne à 29,5 ans, alors qu’il faut aujourd’hui dépasser 55 ans.

LA FAMILLE LIGNÉE EN RÉGIME DE FAIBLE MORTALITÉ

5De nos jours, l’espérance de vie masculine à la naissance approche de 70 ans, de sorte que s’accroît la fréquence des grands-pères. Si l’âge au mariage tourne autour de 25 ans, il suffit d’atteindre 52 ou 53 ans pour avoir une chance raisonnable d’avoir un petit-fils (ou une petite-fille), mais pour être arrière-grand-père il faut encore attendre 25, 26 ans et c’est alors un âge que connaissent seulement moins de 4.200 hommes sur 10.000 nouveaux-nés de sexe masculin (table française de 1973). En revanche, du côté féminin, deux facteurs interviennent : d’une part, la plus grande longévité et, d’autre part, un âge moyen plus jeune au mariage. Dans ces conditions, il devient banal d’être grand-mère à 42, 43 ans (où sont les cheveux blancs associés légendairement à cette situation ?) et arrière-grand-mère à 65 ans. Pour les gérontologues, ce nouveau calendrier familial signifie la co-existence de deux générations de pensionnées : il sera de moins en moins rare de constater que la veuve de 80 ans a une fille, elle-même veuve, de 60 ans. Que pourra faire pour elles la petite-fille de 38 ans, surtout si cette dernière a encore des enfants à charge, ce qui est plausible ? Pour mémoire, mentionnons qu’avec l’abaissement de l’âge à la première maternité, il devient possible d’observer conjointement cinq générations féminines, même si le fait reste exceptionnel.

LA FAMILLE NUCLÉAIRE EN RÉGIME DE FAIBLE MORTALITÉ

6Tournons-nous maintenant vers la famille nucléaire. Notons tout d’abord le glissement sémantique : pour que le terme famille finisse le plus souvent par désigner le couple et ses enfants mineurs (ou en tout cas non mariés), il a fallu une transformation des mœurs et notamment que disparaisse presque complètement la co-habitation qui ne subsiste guère qu’en milieu rural (nous dirions même : ruro-agricole). Nous avons vu que s’il n’y avait plus cohabitation, il pouvait y avoir co-existence : en d’autres termes, un couple, où le mari père de famille (donc deux générations) a, disons, 30 ans et sa femme 26-27 ans, doit normalement avoir encore les quatre parents (donc trois générations complètes ; dix ans plus tard, l’un des deux grands-pères risque de manquer à l’appel ; vingt ans plus tard, seules les grands-mères bien souvent constituent la première génération (certaines seront alors arrière-grands-mères).

  • 4 Hervé LE BRAS, Parents, grands-parents et bisaïeux, Population, no 1, 1973.

7Un démographe, H. Le Bras, nous apporte une sorte de confirmation par une autre démarche4. Il a procédé à des simulations en appliquant les paramètres de la France de 1972 et de celle du XVIIIème siècle. Dans l’hypothèse d’une population stable correspondante, il est arrivé aux résultats suivants : à la naissance, 89 % des enfants ont leurs deux grands-mères ; 42 % ont leurs quatre grands-parents ; à 21 ans, 17 % ont perdu tous les grands-parents, tout en ayant encore leurs propres parents ; les autres cas se répartissent entre les 63 autres combinaisons possibles. Au XVIIIème siècle, 12 % des enfants avaient leurs parents et une grand-mère à 21 ans. Nous aurons l’occasion de citer d’autres chiffres ou commentaires de Le Bras.

8Cette évolution dans la chronologie de la famille-lignée se répercute sur les charges affectives et souvent matérielles de la famille nucléaire. Ce peut être de façon positive si les grands-mères, par exemple, relayent leur fille et leur bru ; ce peut être de façon négative si leur mauvais état de santé, la proximité aidant, conduit la fille ou la bru à assumer des tâches trop lourdes entre son propre foyer et les visites fréquentes à sa mère ou à sa belle-mère (voire aux deux à la fois). Or, les enquêtes nous montrent que, même en milieu urbain, un pourcentage non négligeable de personnes âgées vivent à proximité, sinon sous le même toit, de leurs enfants adultes, mais nous y reviendrons.

LA FAMILLE NUCLÉAIRE EN RÉGIME DE FAIBLE FÉCONDITÉ

9Jusqu’ici, nous n’avons pas tenu compte de l’évolution de la fécondité. Or, force nous est bien de constater qu’aujourd’hui la longévité accrue menant aux portes de la grande vieillesse des effectifs croissants s’accompagne d’une limitation notable de la postérité, limitation qui ces dernières années conduit à ne plus assurer le remplacement, unité par unité, des générations successives. En d’autres termes, au moment où la baisse de la mortalité permet théoriquement à la grande majorité des hommes et des femmes d’être grands-parents, la baisse de la fécondité réduit singulièrement la probabilité de l’être.

10De quoi, en effet, dépend cette probabilité de la grand-paternité ? Elle dépend d’une chaîne de probabilités : tout d’abord, celle de survivre à l’âge où l’on peut être grand-père ou grand-mère, compte tenu du calendrier des mariages ; ensuite de celle d’avoir au moins un enfant qui lui-même survit à l’âge de la paternité ; enfin de la probabilité que cet enfant (ou au moins l’un des enfants) devienne lui-même père ou mère. Si nous comparons deux hommes de 55 ans dont l’un a un un seul enfant et l’autre deux, ce dernier a une probabilité double d’être un jour grand-père. C’est dire que si la deuxième génération ne dépasse guère le taux de remplacement, il y a réduction proportionnelle de la probabilité d’atteindre cet état. Que de son côté la deuxième génération réduise sa fécondité par rapport à celle qui a été observée du temps de la première génération et la probabilité en question va en pâtir. Notons ici que les accidents historiques font varier cette probabilité selon les époques. Ainsi, en France, les promotions de mariage des années 1950 et 1960 ont eu, en moyenne, sensiblement plus d’enfants que les promotions de 30 ans plus âgées (en gros, celles de leurs parents), de sorte que, curieusement, ces promotions à comportement malthusien, se sont retrouvées plus fréquemment au troisième étage d’une famille-lignée qu’elles ne l’auraient été si leurs enfants avaient eu un comportement identique en matière de procréation et qu’inversement les générations mariées en 1950 risquent d’être, demain, moins souvent grands-parents dans la mesure où leurs enfants eux-mêmes auront une faible postérité.

DURÉE DE LA GRAND-PATERNITÉ

11A la limite, qu’importe d’être simplement grand-père à un instant déterminé qui, au demeurant, peut être très bref (cas du petit-fils qui meurt peu après avoir été déclaré « né viable » et enregistré comme tel). Ce qui compte, c’est d’en tenir le rôle et la condition minimale à remplir, c’est de vivre quelques années en cette qualité. Il vient alors à l’idée que le concept le plus significatif, ce n’est pas la simple co-existence instantanée, mais bien la durée de cette coexistence. Ici aussi interviennent mortalité et fécondité : pour être complet, on devrait ajouter à ces deux facteurs la nuptialité (âge moyen ou âge modal au mariage). On ne situe pas au même plan puisqu’on ne cherche plus à savoir qui sera grand-père mais combien de temps le sera-t-on.

12D’après les calculs de Le Bras, déjà cité, un « enfant » (3ème génération), âgé de 20 ans, a encore au moins deux grands-parents qui, réciproquement ont donc tenu ce rôle pendant ces vingt ans (chiffres français de 1972), mais ce sont le plus souvent les grands-mères qui sont dans ce cas-là. En effet, sur 10.000 hommes âgés de 55 ans, 5.041 atteignent 75 ans, contre 7.289 femmes de la même génération. C’est dans ce groupe d’hommes que se recrutent les grands-pères qui vivent de 10 à 20 ans ce statut familial. Un homme qui resterait grand-père pendant 25 ans aurait une chance raisonnable d’être arrière-grand-père, mais, disons le tout de suite, la situation est bien plus fréquente du côté féminin puisqu’à 30 ans les enfants (4ème génération) ont encore au moins une arrière-grand-mère. Ainsi, la plupart des grands-parents meurent pendant l’adolescence ou le début de la vie active de leurs petits-enfants (Le Bras).

INCIDENCES SUR LES RAPPORTS ENTRE GÉNÉRATIONS

13Comme premier exemple d’incidence de la modification du calendrier de la vie, constatons avec Le Bras que l’entrepreneur, au sens schumpeterien du terme, c’est-à-dire celui qui est en mesure de risquer son capital dans une entreprise, est de plus en plus fréquemment un homme mûr et même un homme âgé et que l’innovation, moteur du progrès économique, risque d’en pâtir. N’aurait-on pas là la clé du succès des dirigeants non propriétaires (les « managers ») ?

14Dans le même ordre d’idées, plus longtemps survivent les grands-parents et plus tard intervient la transmission du patrimoine. Ainsi là où le fils succède au père à la tête d’une exploitation, si modeste soit-elle, il doit attendre d’avoir 40 ans (âge médian) : l’exode agricole contemporain ne répond plus à une pression démographique, mais peut-être à ce changement de calendrier. En outre, le patrimoine quand il change de mains saute en quelque sorte une génération puisqu’il passe à des héritiers qui ont déjà atteint un âge tel que ce capital servira plus à leurs enfants qu’à eux-mêmes.

  • 5 Louis ROUSSEL, La famille après le mariage des enfants. Les relations entre générations, INED/PUF, (...)
  • 6 Jacqueline MASLOWSKI, Paul PAILLAT, III. Les ruraux âgés non agricoles, INED/PUF, Paris, 1973 (Cah (...)

15La co-existence des grands-parents pendant une durée qui n’est plus négligeable a-t-elle des conséquences dans la vie quotidienne des familles ? Oui, dans la mesure où la proximité de résidence le permet Or, les enquêtes montrent que c’est le cas pour une forte proportion de parents (1ère génération) qui habitent dans la même commune que leurs enfants et petits-enfants, 30 % de parents âgés de 50 à 80 ans, dans l’enquête de L. Roussel5 ; 32 % de parents âgés de 65 ans ou plus du milieu rural non agricole dans l’enquête de J. Maslowski-P. Paillat6. Des exemples comparables sont fournis par des travaux européens.

16Voisinage ne veut pas dire co-habitation : il ne signifie pas non plus séparation. Louis Roussel observe que l'autonomie des ménages ne s’est pas accompagnée de la rupture des familles, mais la solidarité n’a plus ni les mêmes formes, ni la même signification (op. cit., p. 240).

17Nous conclurons avec lui que la famille large est composée de ménages plus fragiles qu’autrefois, (que) les enfants sont de moins en moins nombreux et surtout (que) les rapports entre les générations tirent en partie leur raison d’être de l’amenuisement des rapports sociaux (op. cit., p. 249). Cette remarque ne doit pas nous faire oublier que dans les nombreux cas où la famille-lignée est rompue (maillons manquants) ou disloquée (jeu des migrations), nos sociétés n’offrent comme substitut que la bureaucratisation.

Notes

1 La moindre baisse de la mortalité, le niveau plus élevé de la fécondité, la variété des structures familiales (y compris l’existence de la polygamie et la pratique des unions consensuelles) compliqueraient singulièrement l’analyse s’il fallait les prendre en compte. Ne perdons cependant pas de vue le fait que les anciens gardent de moins en moins leur statut dans les pays du Tiers-Monde, notamment en milieu urbanisé.

2 Suivre une structure matrilinéaire ne modifierait pas la suite du discours, mais correspondrait moins à l'usage occidental le plus répandu.

3 On dit aussi famille biologique, mais nous regrettons ce choix des statisticiens français. En quoi la lignée, par exemple, n’est pas « biologique » ? Le terme fait plutôt opposition à « adoptif ».

4 Hervé LE BRAS, Parents, grands-parents et bisaïeux, Population, no 1, 1973.

5 Louis ROUSSEL, La famille après le mariage des enfants. Les relations entre générations, INED/PUF, Paris, 1976 (Cahier INED no 78).

6 Jacqueline MASLOWSKI, Paul PAILLAT, III. Les ruraux âgés non agricoles, INED/PUF, Paris, 1973 (Cahier INED, no 68).

Auteur

France

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search