Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

I. Histoire et démographie

Amélioration des chances de survie et diminution de la sélection naturelle : effets conjoints de ces deux phénomènes sur l’allongement de la vie humaine

Robert Bourbeau et Jacques Légaré

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 LEGARE Jacques, (1967), « La mortalité à 45 ans et plus : son évolution récente en Norvège et dans (...)

1La constatation d’une augmentation de la mortalité aux âges adultes au cours des années cinquante dans certains pays à faible niveau de mortalité1 s’est poursuivie au cours des années soixante. Devant une telle situation, on ne peut qu’être perplexe, puisqu’au même moment, des progrès sensibles étaient réalisés au plan de la lutte contre certaines maladies. L’hypothèse que nous soutenons alors se formule ainsi : l’existence d’un comportement différent de certaines générations provient de l’évolution de la mortalité elle-même qui, en étant sélective, laisse survivre, en les diminuant, des êtres plus fragiles que la moyenne ; ainsi, la diminution de la sélection naturelle aux jeunes âges provoquerait un surcroît de mortalité aux âges élevés. Nous l’avons qualifiée d’hypothèse « génétique ».

1 — LA NON-HOMOGÉNÉITÉ DES GÉNÉRATIONS VIS-A-VIS DE LA MORT

1.1 — Une constatation

2Un bon nombre de pays, en particulier certains pays Scandinaves et les Pays-Bas, ont vu leur mortalité au-delà de 45 ans stagner, sinon augmenter entre 1950 et 1970. En général, le groupe d’âge le plus défavorisé est celui des 60-69 ans : ce serait donc à ces âges que la lutte contre la mort rencontrerait le plus d’obstacles.

  • 2 VAUGEL, James W„ Kenneth G. MANTON and Eric STALLARD, (1979), « The Impact of Heterogeneity in Ind (...)

3L’examen d’une telle situation nous amène à poser le problème de l’ajournement de certains décès et de la survie aux âges avancés de personnes dont l’état de santé est plus fragile que la moyenne des survivants d’une génération. A une époque de transition brusque des niveaux de mortalité, il est très peu probable que nous soyons en présence d’une population homogène vis-à-vis de la mort2. Dans un modèle simplifié, on pourrait distinguer deux sous-populations : ceux qui, de toute façon, auraient survécu jusqu’à un âge avancé dans un milieu ayant les conditions médicales et sanitaires du début du siècle et ceux qui ont été rescapés grâce aux progrès médicaux et sanitaires. Ces derniers sont probablement des individus affaiblis ; ils sont donc plus vulnérables que les autres qui, eux, profitent au maximum des progrès de la médecine aux âges avancés. Il s’ensuit que, si les rescapés sont en plus grand nombre, on risque de constater des résultats qui relégueront dans l’ombre les progrès dont a bénéficié la classe des gens dits « normaux » et souvent les annuleront : on observera donc une augmentation de la mortalité pour certains groupes d’âge avancés.

4Il faudrait cependant pouvoir distinguer les deux groupes et étudier leur comportement devant la mort. Supposons que dans la table de mortalité de l’année 1930, on ait 8.500 survivants à l’âge de 25 ans. Avec la mortalité qui prévalait au début du siècle, soit à la formation de la génération, on aurait dû constater 80 décès à l’âge de 25 ans ; or, notre table ne nous en donne que 45 : il y a donc 35 personnes qui ont été sauvées, par exemple, d’une mort par tuberculose. De ces 35 personnes, 30 ont été tout de même atteintes de la tuberculose mais n’en sont pas mortes grâce aux progrès médicaux entre 1905 et 1930. Si 25 de ces personnes survivent jusqu’à 55 ans, il est fort possible qu’elles auront une mortalité plus forte que les autres survivants de la génération 1905. Il peut s’ensuivre que si, à chaque âge, on ajoute ainsi des personnes affaiblies à la génération 1905, le nombre des survivants parmi ces personnes en 1960 (à 55 ans) et leur quotient élevé de mortalité aient une pondération telle que le quotient de mortalité générale (des deux groupes) pour les gens âgés de 55 ans soit aussi élevé que celui de la génération 1845, en 1900, pour qui la sélection naturelle avait été primordiale.

1.2 — Un modèle explicatif incluant un processus de détérioration

  • 3 VAUGEL et al., (1979), op. cit.
  • 4 LEVINSON L., (1959), « A Theory of Mortality Classes », Transactions of the Society of Actuaries, (...)

5Pour bien saisir le comportement d’une génération face à la mortalité, il nous faudrait étudier celle-ci selon diverses composantes. A un moment donné, tous les membres d’une génération n’ont pas la même probabilité de décéder. Mais de plus, nous voulons introduire un processus de détérioration qui permettra aux individus de pouvoir passer d’une classe de mortalité à l’autre au gré des événements qui les toucheront. Certains auteurs3 ont développé des modèles qui tiennent compte de notre première spécification ; ils supposent cependant alors un certain déterminisme : on naît avec un certain niveau de fragilité que l’on garde toute sa vie. Cependant, parmi les différentes théories de la mortalité, seule celle de Levinson4 sur les classes de mortalité tient compte explicitement d’un processus de détérioration.

6Dans cette théorie, une génération ne forme pas un groupe homogène face au phénomène mortalité ; elle se compose plutôt de sous-groupes de niveaux de mortalité différents. Ainsi, une strate de mortalité est formée de personnes d’un sous-groupe qui ont le même risque de décès durant une année donnée, lequel est indépendant de l’âge. La mortalité à laquelle est soumise une personne d’une strate donnée se définit comme la « mortalité intrinsèque » ; le niveau de cette mortalité est influencé par les progrès médicaux et scientifiques : il est donc fonction du temps et peut varier à chaque année.

7Tous les niveaux de mortalité associables à une personne sont représentés par les quotients de mortalité intrinsèque : ces derniers croissent en progression géométrique selon les strates de mortalité. Cette définition de la mortalité intrinsèque conduit à supposer qu’elle est identique pour les deux sexes.

D’une part, un ensemble de mortalité est formé de personnes d’âge x faisant partie d’une strate s (1x(s)).On définit alors une classe de mortalité comme un ensemble de personnes d’un âge donné regroupées dans les différentes strates de mortalité Image

8Dans une génération, les individus accumulent une détérioration selon un processus aléatoire et leur longévité devient de plus en plus handicapée à mesure que cette détérioration augmente. De plus, le processus de détérioration est à sens unique : on ne peut pas s’améliorer, mais tout au mieux demeurer au même niveau de détérioration, c’est-à-dire dans la même strate. On ignore donc dans ce modèle le passage d’une strate élevée vers une strate plus basse. Ces changements de strate aux différents âges sont mesurés par les probabilités de détérioration.

La mortalité observée (les quotients des tables de mortalité) est donc fonction de deux variables : la mortalité intrinsèque et la structure de détérioration donnée par un ensemble de probabilités de détérioration. Ainsi, à chaque âge, le quotient de mortalité (qx) est la moyenne des quotients de mortalité intrinsèque pondérée par la répartition des survivants à cet âge entre les différentes strates Image ; cette répartition des survivants entre les strates est un indice de la détérioration de la génération.

2 — UN EXEMPLE : LA MORTALITÉ DES GÉNÉRATIONS SUÉDOISES 1905 et 1925

  • 5 KEYFITZ N. and W. FLIEGER, (1968), World Population, Chicago, Chicago University Press, pp. 634 à (...)

9Nous croyons avoir trouvé avec la théorie de Levinson l’instrument d’analyse que nous recherchions pour mettre en évidence les mécanismes démographiques qui ont pu amener les perturbations qui font l’objet de notre réflexion. Afin de bien montrer l’utilité de cette théorie, nous allons l’appliquer à l’évolution de la mortalité des générations suédoises 1905 et 19255.

10Les gains en survie réalisés par la génération 1925 durant les jeunes âges se traduisent par un effectif de survivants toujours plus élevé quel que soit l’âge considéré (tableau 1). Ainsi, à 30 ans, le nombre de survivants a augmenté de 12 % entre la génération 1905 et la génération 1925 ; jusqu’à 50 ans, l’excédent de survivants va en augmentant mais, à partir de cet âge, il se stabilise à 15 % : il n’y a plus aucun gain de mortalité après 50 ans. On pourrait même noter une perte dans ces groupes d’âge (comme en Norvège ou aux Pays-Bas). Ce phénomène peut être mieux décrit par un modèle du type Levinson. Dans ce modèle, on suppose l’existence de quatre strates de mortalité intrinsèque avec 20 % d’écart entre les deux générations.

11Description de la mortalité intrinsèque

Strate

Génération 1905

Génération 1925

1

1q = 0,00060

1q = 0,00048

2

2q = 0,02700

2q = 0,02160

3

3q = 0,12150

3q = 0,09720

4

4q = 0,54675

4q = 0,43740

Raison z

4.5

4.5

12Avec de telles hypothèses, on peut dès lors faire les constatations suivantes :

  • Si la détérioration de la génération 1925 est inférieure ou égale à celle de la génération 19056, les quotients de mortalité de la génération 1925 seront tous inférieurs à ceux de la génération 1905.
  • Par contre, si la mortalité de la génération 1925 est égale à celle de la génération 1905 dans certains groupes d’âge, la détérioration de la génération 1925 aura été plus accentuée que pour la génération 1905 à certaines périodes de son existence.

13Nos résultats vont dans le sens de la seconde affirmation. En effet, la génération 1925 a une mortalité égale à celle de la génération 1905 dans tous les groupes d’âge entre 55 et 80 ans ; on se doit d’affirmer que la génération 1925 a connu une détérioration plus prononcée que la génération 1905.

14A partir de 55 ans, même si les membres des strates de mortalité de la génération 1925 ont des probabilités de décès inférieures de 20 % à celles des membres des strates de la génération 1905, ils connaissent collectivement la même probabilité de décès que la génération 1905 ; ceci provient de la présence d’une plus forte proportion de survivants de la génération 1925 dans les strates de mortalité élevées.

15Si on analyse l’évolution des membres de la strate 3 dans les deux générations, on constate que la génération 1905 a une plus forte proportion de ses membres dans cette strate à l’âge de 30 ans (3,5 % contre 0,5 %) ; mais, à 50 ans, la génération 1905 en compte moins dans la strate 3 (10,8 % contre 13,6 %) ; de même, à 65 ans, 39,3 % des survivants de la génération 1905 se trouvent dans la strate 3 alors que 42,7 % des survivants de la génération 1925 font partie de cette même strate. Ainsi, pour la génération 1925, la détérioration s’est accentuée au point d’annuler les effets de gains de mortalité intrinsèque ; en effet, si la détérioration était demeurée constante au niveau de la génération 1905, les quotients de mortalité de la génération 1925 auraient diminué de 20 %.

TABLEAU 1. CLASSES, ENSEMBLES ET QUOTIENTS QUINQUENNAUX DE MORTALITE DES GENERATIONS SUEDOISES 1905 et 1925
GENERATION 1905

Image

GENERATION 1925

Image

16Sous ce processus de détérioration peut se cacher le cheminement lent mais progressif d’une maladie ou d’un groupe de maladies particulières ; on ne meurt pas toujours d’une première crise cardiaque : on survit mais avec un risque de décès accru. De même, le cancer fait son œuvre sur une période parfois longue et sa progression est souvent interrompue par une intervention thérapeutique.

3 — LA REPRODUCTION DE LA MORTALITÉ A PARTIR DE SES COMPOSANTES ET L’HYPOTHESE GÉNÉTIQUE

3.1 — Le cas des générations norvégiennes 1866 à 1916

  • 7 BOURBEAU Robert, (1974), Etude de la mortalité au-delà de 35 ans : application d’un modèle de simu (...)

17Prenant appui sur la théorie que nous venons de présenter, a été bâti un modèle simple de simulation de la mortalité entre 35 et 80 ans7. Le principe du modèle de simulation consiste à décomposer la période d’observation de nos individus en années au cours desquelles les divers risques seront successivement examinés ; un tirage au sort décidera, selon les probabilités données au départ, quels événements se produiront.

18Le mérite de ce modèle est double ; d’une part, il permet de reproduire les processus démographiquies qui peuvent être à l’origine de la remontée de la mortalité après 35 ans ; d’autre part, il est possible de déceler l’influence respective de nos deux variables sur le comportement d’une génération, soit la mortalité intrinsèque, i.e. les probabilités associées à chacune des strates et la détérioration qui dépend avant tout de l’histoire passée de chaque individu.

  • 8 Pour une description plus détaillée du modèle et de son application aux données norvégiennes, voir (...)

19Pour vraiment tester notre modèle, nous devons l’appliquer aux données concernant des générations d’un pays où l’évolution de la mortalité s’inscrit dans la tendance que nous avons dénotée. Nous voulons donc savoir si cette évolution peut être décrite par notre modèle. La Norvège est le pays qui semble le mieux se prêter à ce test8. Ce qui nous intéresse, c’est de comparer la mortalité aux âges adultes des générations pour lesquelles la sélection naturelle jouait pleinement avec des générations où cette sélection jouait de moins en moins ; ceci peut être atteint en prenant les générations norvégiennes 1866-1916.

20Plusieurs points importants ressortent de l’analyse ; tout d’abord, l’évolution de la détérioration avec les générations est très différente selon les sexes. Ainsi, chez les femmes cette évolution va dans le sens d’une amélioration pour toutes les générations alors que, pour le sexe masculin, la détérioration augmente dans plusieurs groupes d’âge et ce phénomène touche de plus en plus de groupes d’âge dans les générations plus récentes.

3.2 — Les résultats face aux attentes en rapport avec l’hypothèse génétique

21Les résultats nous laissent devant une interrogation : l’hypothèse génétique ne serait-elle valable que pour le sexe masculin ? Est-il possible que les personnes rescapées soient plus souvent des hommes ? Il est certes permis d’en douter. Notre hypothèse génétique nous conduisait aux attentes suivantes : même avec une diminution de la mortalité intrinsèque, l’augmentation de la détérioration (reflet de la diminution de la sélection naturelle au sein des générations de plus en plus récentes) a été telle qu’elle annule ou fait plus qu’annuler ces gains de survie et la mortalité observée aux âges avancés marque le pas ou s’accentue pour les générations les plus récentes.

22La simulation a permis de constater que la structure de détérioration des générations pour lesquelles la sélection naturelle jouait pleinement ne convenait pas aux générations ultérieures qui ont connu une baisse de la sélection naturelle ; de fait, pour le sexe masculin, la détérioration prend de l’ampleur avec les générations traduisant ainsi le processus de plus en plus accentué de l’accès aux âges avancés de personnes rescapées.

23Pour le sexe féminin, on a pu reproduire la mortalité de nos générations en supposant une diminution de la détérioration entre les générations et pour tous les groupes d’âge. Il faut alors croire que les personnes rescapées sont moins nombreuses chez les femmes et que la récupération des décès ajournés se fait de façon tout à fait différente de celle des hommes.

24Voilà un résumé bien sommaire de notre démonstration : aller au-delà dépasserait nettement les limites de cette communication... et même de notre modèle. La différence de comportement des hommes et des femmes pourrait mieux s’étudier à l’aide des causes de décès.

CONCLUSION

25L’évolution de la mortalité aux âges avancés dans les pays à faible niveau de mortalité nous a amenés à nous interroger sur l’à-propos de l’hypothèse prônant un affaiblissement de l’espèce humaine. Cette hypothèse, dite génétique, soutient que la diminution de la mortalité aux jeunes âges s’accompagne d’une diminution de la sélection naturelle d’où l’accès aux âges avancés d’un certain nombre de personnes affaiblies qui viennent ajouter une surmortalité aux groupes des survivants à ces âges. Bref, nous voulions avant tout apporter notre appui à la thèse de la diminution de la sélection naturelle.

26Nous croyons avoir réussi mais nos résultats nous suggèrent tout de même certaines réserves quant à la confirmation de notre hypothèse de base ; l’aspect proprement génétique de cette dernière cède nettement le pas devant le processus de détérioration associée à chacune des générations. Si la mortalité augmente d’une génération à l’autre dans certains groupes d’âge, c’est sûrement le résultat d’un affaiblissement de l’espèce humaine mais qui doit être compris dans le sens d’une présence plus nombreuse, aux âges avancés, de personnes à haut risque de mortalité. Or, le risque de mortalité dépend du degré de détérioration de chacune des générations ; à son tour, la détérioration est influencée d’une part par le niveau de la sélection naturelle mais également par le comportement de la génération face à la consommation de tabac, à l’alimentation, à l’exercice physique. En ce sens, la distribution des personnes entre les strates de mortalité aux âges avancés peut tenir aussi bien à un processus de sélection culturelle qu’à un processus de sélection naturelle.

Notes

1 LEGARE Jacques, (1967), « La mortalité à 45 ans et plus : son évolution récente en Norvège et dans d’autres pays à faible niveau de mortalité », Actes du Congrès mondial de la population, Belgrade, 1965, New-York, Nations-Unies, vol. II, pp. 431-435.

2 VAUGEL, James W„ Kenneth G. MANTON and Eric STALLARD, (1979), « The Impact of Heterogeneity in Individual Frailty and the Dynamics of Mortality », Demography, 16 (3), August, pp. 439-454.

3 VAUGEL et al., (1979), op. cit.

4 LEVINSON L., (1959), « A Theory of Mortality Classes », Transactions of the Society of Actuaries, Chicago, vol. XI, pp. 36-96.

5 KEYFITZ N. and W. FLIEGER, (1968), World Population, Chicago, Chicago University Press, pp. 634 à 639.

6 Ceci revient à dire : si la répartition des membres de la génération 1925 entre les 4 strates est la même que celle de la génération 1905 ou si la répartition est favorable à la génération 1925.

7 BOURBEAU Robert, (1974), Etude de la mortalité au-delà de 35 ans : application d’un modèle de simulation (Simmor) aux générations norvégiennes 1866-1916, mémoire de maîtrise, Département de démographie, Université de Montréal, 2 vol.

8 Pour une description plus détaillée du modèle et de son application aux données norvégiennes, voir Robert BOURBEAU et Jacques LÉGARÉ (1981), « Introduction d’un processus de détérioration dans l’étude de la mortalité des adultes : application d’un modèle de simulation aux générations norvégiennes 1866-1916 », Population, (à paraître).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search