Version classiqueVersion mobile

Le Vieillissement

 | 
Maurice Garden
, 
Jean-Paul Goubert
, 
Arthur-E Imhoff
, 
et al.

I. Histoire et démographie

Aspects géographiques du vieillissement de la population féminine en France (1851 – 1911)

Patrice Bourdelais

Texte intégral

1D’une recherche en cours sur le vieillissement de la population française de 1851 à 1975, qui comprend aussi bien l’étude de ses principales composantes que celle de ses conséquences économiques, sociales et culturelles, nous présentons simplement ici, très partiellement, une première étape descriptive, destinée à mesurer, à mieux cerner l’évolution et la diffusion géographique de ce phénomène de modification de la structure par âge, dans son intensité, sa progression nationale et ses nuances régionales de 1851 à 1911. Le département est l’unité territoriale retenue, échelle suffisamment fine pour un exposé d’ensemble, circonscription administrative qui s’impose, par ailleurs, dans la présentation des résultats des recensements publiés par la Statistique Générale de la France.

2Après avoir fait brièvement le point des critiques de notre source, la Statistique Générale de la France, indispensable à l’histoire démographique et sociale de la France de la deuxième moitié du XIXe siècle et du XXe siècle, jamais exploitée systématiquement jusqu’à présent, nous rappellerons quels sont les indicateurs statistiques qui décrivent l’intensité du vieillissement atteinte dès 1851, et de son évolution jusqu’à la veille de la première guerre mondiale. Il est bien évident qu’il s’agit de la cartographie d’un phénomène complexe qui résulte de l’évolution de variables démographiques premières (fécondité et migrations en particulier), que nous ne présentons pas ici.

  • 1 E. VAN DE WALLE, The female population of France in the nineteenth-century, Princeton University P (...)
  • 2 Il est bien sûr possible de dépister statistiquement les attractions de certains âges et de recons (...)

3Les recensements de la population de 1851 à 1911 constituent la source principale lorsqu’il s’agit d’acquérir une vue d’ensemble d’un phénomène comme le vieillissement. En dépit des fréquentes critiques adressées à ces statistiques, nous avons utilisé les données des recensements après avoir simplement redressé les erreurs manifestes de typographie (inversion de chiffres dans un nombre, inversion de colonnes pour tel département). Ce choix pourrait-il entacher nos résultats de biais importants ? Pour plusieurs raisons nous ne le pensons pas. Tout d’abord, et E. Van de Walle le démontre bien, les recensements de la seconde moitié du XIXe siècle ont énormément gagné en précision et exactitude sur ceux de la première moitié du siècle1. De plus, les erreurs les plus gênantes concernent la distribution de la population par groupes d’âges quinquennaux (perturbations dues à l’effet répulsif de certains groupes et, au contraire, à l’attraction exercée par certains autres, surtout par les âges multiples de 10, 50 et 60 ans par exemple) et par statut matrimonial. Or, en ce qui nous concerne, les indicateurs portent sur trois groupes quinquennaux au minimum, tous statuts matrimoniaux confondus. Enfin, de façon à diminuer l’incidence de la concentration des déclarations sur certaines années d’âges, 20 et 60 ans dans nos calculs, nous avons décidé de fixer la limite supérieure du groupe des « jeunes » à 14 ans révolus et la limite inférieure de celui des « personnes âgées » au soixante-cinquième anniversaire2. Ainsi, nous pensons avoir évité la prise en considération des données les plus fragiles de ces recensements. Par ailleurs, afin d’éliminer les biais dus aux pertes militaires et aux migrations, nous n’étudierons ici que la population féminine.

  • 3 Cette banque de données a été constituée par l’Inter-University Consortium for political research, (...)
  • 4 Nous remercions notre ami Michel DEMONET de nous avoir prêté son précieux concours d’informaticien

4L’exploitation des recensements du XIXe fut facilitée par l’enregistrement des tableaux publiés par la Statistique Générale de la France sur bandes magnétiques destinées à être lues par ordinateur3. Mais il a fallu plus d’une année pour vérifier, puis corriger, les valeurs enregistrées en effectuant des contrôles systématiques de cohérence, par ligne et par colonne, entre les totaux calculés à partir des fichiers mis en mémoire et les totaux publiés4. Ce travail de transcription sur support informatisé accompli aux État-Unis est considérable et nous ne pensons pas le dévaluer en signalant que de nombreuses variables contiennent des erreurs au sujet de un ou plusieurs départements. Il s’agit souvent des erreurs initiales de typographie commises lors de la publication des statistiques par les services de la Statistique Générale de la France, ou d’erreurs de perforation imputables aux difficultés que l’impression, devenue partiellement lacunaire de certains chiffres, oppose à la lecture. Quoi qu’il en soit, une vérification vigilante et systématique des fichiers s’impose à tout chercheur.

5Nous présentons quelques indices cartographiés pour quatre recensements régulièrement répartis de 1851 à 1911. Bien sûr, une analyse plus fine de l’évolution demanderait l’établissement de séries chronologiques à 90 dimensions et à « pas plus serrés » (une valeur tous les cinq ans), mais ce n’est pas ici notre propos.

  • 5 Illustrés par une étude récente de Paul PAILLAT : « Le vieillissement de la France rurale, intensi (...)

6S’agissant de préciser l’intensité et l’évolution du vieillissement, il est possible de recourir à de nombreux indicateurs. Rappelons simplement les principaux5. Le premier calcul qui s’impose est celui de la proportion des personnes « âgées » (60 ans ou plus, 65 ans ou plus) au sein de la population totale. Dans cette approche de l’intensité, on peut aussi tenir compte de la structure propre à la population âgée et isoler la proportion des « 75 ans ou plus ». Mais la gravité d’un vieillissement dépend aussi de l’importance des autres âges de la vie dans la population considérée, et tout particulièrement, de la part des « jeunes » (moins de 15, ou moins de 20 ans). Outre la proportion des « jeunes », on calculera donc souvent le rapport V/J (population « âgée » divisée par population « jeune ») qui, éliminant la masse de la population adulte, constitue un indice très sensible lors des périodes de modification de la pyramide des âges, permet d’estimer plus finement et dans un sens plus perspectif le vieillissement de la structure. La prise en considération de l’évolution de l’effectif de la population dans chaque unité géographique étudiée conduit à observer quelle est la conséquence sur le niveau même du peuplement des fluctuations des variables qui conditionnent aussi le vieillissement, tout particulièrement l’émigration des jeunes adultes, la baisse de la fécondité, l’immigration possible de personnes âgées et la baisse de la mortalité au-dessus de 64 ans. Nous nous en tiendrons ici à la présentation des deux indices les plus importants : la proportion des personnes âgées de 65 ans ou plus dans l’ensemble de la population, et le rapport V/J, âgées de 65 ans ou plus sur jeunes de moins de 15 ans.

7A l’échelle nationale, les femmes âgées de 65 ans ou plus représentent près de 7 % de la population féminine en 1851, 8 % en 1872, 9,3 % en 1896 et 10,15 % en 1911. Cet accroissement de l’intensité du phénomène se double d’une diffusion géographique très spectaculaire puisque le seuil de 8 % est dépassé par 22 départements en 1851, 41 en 1872, 63 en 1896 et 76 à la veille de la première guerre mondiale.

8Le rapport entre le nombre des femmes âgées de 65 ans ou plus et celui des jeunes filles ayant moins de 15 ans, dont la valeur dépend à la fois de l’évolution de l’effectif des personnes âgées et de celle des naissances au cours des quinze années qui précèdent le moment de l’observation, est encore plus sensible à la modification des poids relatifs du sommet et de la base de la pyramide. Pour l’ensemble de la population féminine, la valeur du rapport V/J s’élève de 41,67 % en 1851, à 46,82 % en 1872, 54,61 % en 1896 et, enfin, presque 60 % en 1911. C’est dire que dès la fin du XIXe siècle, les femmes âgées de 65 ans ou plus représentent nettement plus de la moitié de l’effectif des jeunes filles de moins de 15 ans. Le nombre de départements pour lesquels la valeur du rapport V/J dépasse 60 % est de 6 en 1851, 12 en 1872, 34 en 1896 et 40 en 1911. L’accroissement de ce rapport témoigne aussi d’une intensification et d’une plus large diffusion du vieillissement surtout pendant le dernier quart du XIXe siècle.

9Dans la population masculine, signalons que l’évolution de la structure par âge est comparable à celle que nous venons de décrire du côté féminin, seuls les niveaux sont en général légèrement inférieurs.

10La cartographie départementale des deux indices dont nous venons de présenter l’évolution à l’échelle nationale, permet d’esquisser les grands traits d’une géographie du phénomène, changeante de 1851 à 1911, qui pose plus de problèmes qu’elle n’en résoud (cartes 1).

  • 6 La méthode d’établissement des échelles gomme la progression de l’intensité du phénomène de 1851 à (...)

11En 1851, c’est la France du Nord et surtout sa partie occidentale (Manche, Calvados, Orne, Eure, Eure-et-Loir, Seine-et-Oise, Oise), ainsi que quelques départements situés entre Lorraine et Bourgogne (Aube, Haute-Marne, Côte-d’Or), qui rassemblent la plus forte proportion de femmes de 65 ans ou plus6. En Aquitaine, seuls le Lot et dans une moindre mesure le Tarn-et-Garonne et le Lot-et-Garonne forment le noyau d’une région dans laquelle la population féminine âgée est importante. Puis, peu à peu, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, les fortes valeurs du Cotentin et de la Basse-Normandie disparaissent, si bien qu’en 1911 seul le département de l’Orne émerge nettement avec une proportion de femmes « âgées » très supérieure à la moyenne nationale. En revanche, l’est et sud-est du Bassin Parisien connaissent un vieillissement intense entre 1851 et 1911. A la veille de la guerre, l’Yonne vient désormais en tête de tous les départements français quant à la proportion de femmes âgées de 65 ans ou plus, suivie par la Haute-Marne, l’Aube et la Côte-d’Or et la Meuse. Mais parmi ces départements très vieillis sont venus se glisser le Lot, le Gers, le Tarn-et-Garonne, le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l’Ariège, et même la Creuse. A une diffusion concomitante, de place en place, du vieillissement s’est donc superposée une diffusion de proximité, élargissant deux pôles qui émergeaient dès 1851. Finalement, en 1911, c’est le Sud-Ouest de la France qui constitue désormais le plus vaste ensemble de population vieillie, suivi de l’Est et du Sud-Est du Bassin Parisien. C’est une situation tout à fait nouvelle par rapport à celle du milieu du XIXe siècle.

12La cartographie du rapport V/J offre une physionomie globale de l’évolution très proche de la précédente (cartes 2). L’Ouest du Bassin Parisien apparaît nettement en valeurs fortes en 1851, alors que soixante ans plus tard aucun des départements de cette région, pas même l’Orne, ne se détache. En ce qui concerne l’Est du Bassin Parisien, la diffusion de proximité mise en relief par l’analyse de la proportion des femmes « agées » est confirmée, même si la Meuse présente une valeur plus faible du rapport V/J. Remarque analogue quant au Sud-Ouest, où le rapport V/J, plus perspectif puisque ne faisant intervenir au dénominateur que les naissances des quinze dernières années, donne dès 1851 le Gers et la Gironde bien atteints par le vieillissement.

  • 7 Cette typologie est bien rudimentaire ! En fait, des classifications fondées sur des instruments s (...)

13C’est à partir de cet indicateur particulièrement sensible que nous avons tenté une typologie départementale du vieillissement, simple typologie de travail, bien sûr, fondée à la fois sur son intensité en 1851 et son évolution de 1851 à 19117. Après avoir rangé les départements suivant la valeur croissante de leur rapport V/J en 1851 puis en 1911, nous avons distingué ceux qui se situaient au-dessus de la médiane nationale de ceux qui ne l’atteignaient pas ; puis nous avons subdivisé chacun des groupes en deux moitiés sensiblement égales. Nous obtenons alors quatre groupes en 1851 et quatre groupes en 1911. Il ne reste plus qu’à analyser les migrations des départements d’un groupe à l’autre en fonction de leur groupe d’origine (tableau 1). Une cartographie de ces « migrations » permet d’isoler des régions où l’accroissement de l’intensité du vieillissement est nettement plus rapide que pour l’ensemble national, de délimiter celles où l’évolution est inverse. Cette typologie permet donc de choisir, dans chaque groupe, des départements pour lesquels l’analyse précise des conditions socio-économiques du vieillissement et l’étude de ses conséquences seront particulièrement détaillées.

14Parmi ceux qui occupent les premières places du vieillissement, aussi bien en 1851 qu’en 1911, nous retrouvons les départements de l’Est du Bassin Parisien, parmi lesquels l’Yonne fait son entrée en 1911. Deux départements à structure assez peu vieillie en 1851 se retrouvent dans le peloton de tête en 1911 : il s’agit de la Creuse et du Puy-de-Dôme. Mais les cinq départements du Sud-Ouest qui appartiennent au groupe des plus vieillis dès 1851 (Gironde, Lot-et-Garonne, Gers, Tarn-et-Garonne et Lot) en s’adjoignant six départements voisins en 1911 (Charente inférieure, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Ariège, Tarn, Aude), constituent bien la région dans laquelle s’est produite le vieillissement le plus rapide et le plus ample dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

***

15Ce que je retiens des quelques éléments présentés ici, c’est d’abord l’accroissement important de l’intensité du vieillissement de 1851 à 1911 (la proportion de femmes âgées de 65 ans ou plus passe de moins de 7 % à 10 %). L’évolution des régions concernées par le phénomène est aussi tout-à-fait remarquable ; de trois pôles en 1851 : normand, Est du Bassin Parisien et Sud-Ouest Aquitain, dont le plus large et intense est le groupe normand, s’imposent, après une période de progression très forte de 1872 à 1896, une prépondérance absolue du Sud-Ouest et une disparition des départements normands de l’ensemble des plus âgés.

16Cette géographie et l’esquisse d’une première typologie de travail, n’ont d’intérêt que parce qu’elles permettent d’aborder avec une vue d’ensemble la part de chacune des variables démographiques qui entraînent le vieillissement de la structure d’une population.

17L’objectif est de déterminer si pour tel groupe de départements et au cours d’une période donnée, le vieillissement s’explique principalement par la baisse de la fécondité des couples ou bien par l’émigration des jeunes adultes vers d’autres régions. Seule cette connaissance précise des causes démographiques du vieillissement permet de rechercher des liens qu’elles entretiennent avec le contexte local économique et social dès le début de la modification de la structure par âge.

18Seule cette connaissance précise permet l’étude des conséquences de tous ordres d’un vieillissement qui constitue l’un des effets les plus importants sans doute de l’allongement de l’espérance de vie, par l’intermédiaire de la maîtrise (et de la réduction) de la fécondité que la diminution de la mortalité aux jeunes âges a entraînée (ou accélérée).

TABLEAU 1 TYPOLOGIE DE TRAVAIL : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION DES DEPARTEMENTS V/J De 1851 à 1911

TABLEAU 1 TYPOLOGIE DE TRAVAIL : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION DES DEPARTEMENTS V/J De 1851 à 1911

Notes

1 E. VAN DE WALLE, The female population of France in the nineteenth-century, Princeton University Press, 1974.

2 Il est bien sûr possible de dépister statistiquement les attractions de certains âges et de reconstituer ensuite une structure par âge plus probable.

3 Cette banque de données a été constituée par l’Inter-University Consortium for political research, Ann Arbor - Michigan, et mise à notre disposition par le Centre de Recherches Historiques.

4 Nous remercions notre ami Michel DEMONET de nous avoir prêté son précieux concours d’informaticien.

5 Illustrés par une étude récente de Paul PAILLAT : « Le vieillissement de la France rurale, intensité, évolution, diffusion et typologie », Population, no 6, 1976.

6 La méthode d’établissement des échelles gomme la progression de l’intensité du phénomène de 1851 à 1911 ; en revanche, elle met parfaitement en évidence la position de chaque département par rapport à l’évolution moyenne. L’étude des effectifs absolus donnerait un autre paysage cartographique ; à ne pas négliger lorsqu’on s’intéresse aux équipements.

7 Cette typologie est bien rudimentaire ! En fait, des classifications fondées sur des instruments statistiques sophistiqués sont actuellement en cours. Mais elles concernent les séries chronologiques rassemblées pour les treize recensements de 1851 à 1911.

Table des illustrations

Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre TABLEAU 1 TYPOLOGIE DE TRAVAIL : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION DES DEPARTEMENTS V/J De 1851 à 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/14166/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search