Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des engrenages à la chaîne

 | 
Sylvie Schweitzer

Chapitre deuxième. Patrons et ouvriers

Texte intégral

1Un but unique gouverne l’usine : produire. Pour l’atteindre, les modalités sont diverses et sériées : chez Citroën, l’outil de production est considéré comme primordial ; les investissements sont presque incessants, ils donnent lieu à une organisation du travail spécifique et entraînent la formation d’une nouvelle main-d’œuvre, peu qualifiée, peu instruite. Mais ces faits et effets sont le lot collectif des patrons qui participent à la grande vague de l’OST. Et aussi de tous ceux qui produisent. Mais, les données techniques acquises, la fabrication des objets dépend du consensus entre employeur et employés, du calme social dans l’usine. La politique patronale vise dès lors à les établir et, là, les patrons ne se ressemblent plus.

2Un homme comme André Citroën — qui croit au progrès technique et à la production de masse et sait chosir des hommes aptes à les maîtriser, qui sans relâche par écrit par oral énonce ses projets et ses résultats — déploie une politique diversifiée et originale, inspirée à la fois d’un paternalisme français mais provincial et des relations du travail américaines. Parallèlement, la main-d’œuvre développe ses propres pratiques, peu marquées par la violence ou par l’organisation. Jusqu’au milieu des années trente règne un calme social gage (en principe) de productivité ; les usines Citroën emploient jusqu’à 30 000 salariés, mais guère plus de 200 syndiqués, et l’OST est peu contestée par les uns et les autres ; nul ne nie qu’elle soit source de progrès, nul ne crie qu’André Citroën est un despote.

  • 1 A. Citroën, « Appliquons en France les méthodes américaines », Revue des Vivants, octobre 1927.

3Si tous les choix patronaux se croisent pour éviter des réactions ouvrières perturbatrices, les politiques directoriales s’articulent autour de trois directions essentielles : la stimulation, pour le rendement, l’intégration, par l’esprit maison, l’exercice de l’autorité, par la répression mais aussi la conciliation. André Citroën les manie avec d’autant plus d’efficacité qu’il a bonne conscience : « nos ouvriers se sont adaptés sans aucune difficulté à ces méthodes américaines (...) ils sont enchantés de ce genre de travail, qui est moins fatiguant, moins énervant et plus rémunérateur »1.

I. LES FORCES PATRONALES

4Dans ses discours, l’industriel mentionne souvent la main-d’œuvre, ses fonctions et ses sentiments supposés. Si ces propos publics ne peuvent remplacer les opinions ou résolutions privées, en particulier lors des conflits, lorsque les rouages grincent, ils sont malgré tout représentatifs de ce qui a pu être l’idéal social d’André Citroën, grand patron.

  • 2 Bulletin Citroën, commercial, no 3, 1924.
  • 3 « L’organisation scientifique du travail, une opinion patronale », Information ouvrière et sociale (...)

5Le moteur de la grande machine industrielle est, encore et toujours, l’organisation. Or, « organiser ne consiste pas seulement à créer des règles de travail, mais à les faire exécuter »2 ; il faut aussi un chef de valeur, qui connaît son travail, le divise et le répartit. En haut, le patron, en bas, l’ouvrier, non interchangeables, mais indispensables tous deux. Surtout après la guerre, A. Citroën prône l’alliance du capital et du travail : « il faut que tous les intéressés, patrons ouvriers et pouvoirs publics coopèrent pour faire connaître les méthodes scientifiques de travail »3.

  • 4 « La vie dans les usines », Journal de l’Université des Annales, septembre 1918.
  • 5 AN F7 13784, note du 22.8.1929. Pour l’opinion sur l’Humanité, André Citroën, Conférence main-d’œu (...)
  • 6 L’Humanité, 17.12.1927.

6Par ailleurs le patronat ne doit pas oublier les syndicats, « question qui, dans la vie des ouvriers joue un rôle encore plus important que toutes les questions dont je viens de vous parler ; la question de leur organisation fédérale et confédérale, les rapports de leurs syndicats avec les pouvoirs publics ou avec les organisations patronales, toutes les questions (...) qui placent en face de ce qu’on appelle la classe patronale, la classe ouvrière »4. Quant à la presse ouvrière. A. Citroën observe que l’Humanité « est à peu près le seul journal qui s’occupe des questions de salaires et que sa lecture peut avoir une certaine influence sur les cerveaux des ouvriers ». Et en 1929, à la suite d’un article paru dans le quotidien communiste lors d’un conflit partiel, des ouvriers dont « la réclamation devait être examinée avec bienveillance », sont aussitôt licenciés !5. D’autre part, deux ans plus tôt, une note de service directoriale a été placardée dans l’usine « interdisant formellement à tous les collaborateurs et employés de l’usine, à quelque rang qu’ils appartiennent, de prendre part à de pareilles actions extérieures sans en avoir préalablement demandé l’autorisation » ; ces actions sont très imprécises : « certaines activités » dans « certaines sociétés ou groupements ». Pour l’Humanité, qui reproduit la note, ces allusions ont trait à l’activité syndicale : « il s’agit de terroriser les ouvriers à tel point qu’ils ne prennent plus de cartes de la CGTU »6.

  • 7 A. Citroën, « La fabrication en grande série », cité.

7André Citroën cherche-t-il a protéger « ses » ouvriers contre eux-mêmes ? Son paternalisme se voudrait persévérant : « on ne peut pas, en quelques années, transformer l’esprit des ouvriers, modifier des habitudes qui existent depuis des siècles ; il faut du temps, de la patience », disait-il à propos de ses œuvres sociales. Quelques années plus tard, toute philanthropie abandonnée, il continue de confondre paternalisme et paternité ; lors de la visite des aviateurs Assolant, Lefèvre et Lotti en septembre 1929, on peut lire dans le Bulletin Citroën que « ce ne fut pas le moment le moins touchant de la journée de voir les aviateurs satisfaire avec bonne grâce les grands enfants que sont les ouvriers, qui quêtaient la fierté d’une poignée de main ». Reste le grand espoir dans l’ouvrier de demain, avec « l’amélioration du bien-être général de l’Humanité et la diminution du nombre d’heures de la journée de travail, pour laisser aux ouvriers plus de loisirs pour les sports et l’instruction générale »7. Telle est la vision idéalisée qu’André Citroën a de la vie usinière : consensus, paternalisme, bienséance, reconnaissance des uns pour les autres.

1. La politique de la stimulation

la formation professionnelle

  • 8 La Vie ouvrière, 31.8.1934.
  • 9 Almanach Citroën, 1933, p. 87, même référence pour la suite.

8La formation professionnelle s’organise en plusieurs stades. Dès la reconversion, et contrainte par la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, l’entreprise forme des ouvriers spécialisés, en majeure partie « des fils d’ouvriers qui y commençaient leur apprentissage à l’âge de 13 ans »8 ; comme l’explique l’entreprise, on entreprit « une formation professionnelle adaptée à la fabrication des automobiles en grande série ». Vers le milieu des années vingt, cette formation s’avère insuffisante, les méthodes de travail « américaines » exigeant une éducation particulière, « des cadres techniques qualifiés pour appliquer des méthodes différentes de celles pratiquées par la petite industrie ». En 1927, l’usine ouvre donc des ateliers-écoles9.

  • 10 Entretien avec M. Thouvenel, ancien élève, 11.4.1980.

9L’enseignement y est partagé entre les cours théoriques et pratiques, et réparti en trois niveaux. Le premier correspond à la première formation dispensée par l’usine, celle des ouvriers qualifiés, recrutés parmi les élèves de l’enseignement primaire ; les cours y durent deux ans. Dans le second, l’usine forme ce qu’elle nomme pompeusement des « cadres moyens », recrutés parmi les anciens élèves des Écoles primaires supérieures ou professionnelles ; les cours durent un an et sont suivis d’un stage dans l’usine, auprès d’un compagnon : sont formés là des ouvriers plus qualifiés, que leur formation spécifique « fait échapper à la division du travail qui sépare les bureaux de dessin, les ateliers d’outillage et les ateliers de série ; ils assimilent l’organisation rationnelle dans tous ses détails et se préparent ainsi à prendre leur place dans cette organisation avec une formation approfondie ». Il s’agit donc bien de combler les carences de l’enseignement public, de former une main-d’œuvre exactement adaptée aux besoins d’une très grande entreprise fabriquant des automobiles en série et nantie de ses propres ateliers de dessin et d’outillage. Au troisième niveau, « les cadres supérieurs », recrutés parmi les anciens élèves de l’enseignement technique supérieur, et en particulier parmi les candidats collés aux écoles d’ingénieurs, comme les Arts et Métiers10. Les élèves sont admis sur dossier et l’usine s’assure un vaste éventail de choix en passant des annonces dans la presse nationale et régionale. La promotion 1929/1930 compte par exemple 80 élèves, mais il semble que ce nombre fluctue au fil des années : vers 1932/1933, les élèves sont moins nombreux, la crise étant là et l’usine comblant petit à petit son déficit de « cadres ».

10Pour ce cours supérieur, calqué sur celui des Arts et Métiers, les études durent dix mois, avec large prédominance de l’enseignement technique ; sur les 48 heures hebdomadaires, les élèves suivent 5 heures d’enseignement général : français, maths, dessin, mais pas de langues étrangères ; quelques conférences aussi, sur les techniques commerciales ou la « nomenclature ». La majorité du temps se passe dans les ateliers de l’école, divisés en quatre sections : tour, ajustage, électricité, fraisage-rectifiage ; les élèves passent, par groupes, deux mois dans chaque section. Suivant les notes obtenues, les contremaîtres, qui dirigent les ateliers, jugent des aptitudes et orientent l’élève qui passe les deux derniers mois dans une section désignée.

  • 11 Bulletin Citroën, commercial, juin 1931.

11Apparemment, la direction n’impose pas de quotas dans les différentes sections, d’autant moins que les élèves formés ne sont pas tenus de faire carrière à l’usine. Dans les années trente, à peu près 25 % sont des fils d’agents et concessionnaires de province, qui regagnent le pays après leur formation. Un deuxième quart se fait embaucher dans d’autres entreprises, Renault par exemple. Seule une moitié reste chez Citroën, pour suivre un stage d’un an, rémunéré à l’heure, dans les ateliers. Parmi eux se comptent sans doute les enfants du personnel de l’usine, qui ont bénéficié de bourses pour suivre cet enseignement ; ces subventions annuelles varient entre 500 à 1 500 francs11. Après leur stage, ces ouvriers hautement qualifiés partent sous les drapeaux ; à leur retour, ils sont automatiquement réembauchés, à l’heure ou au mois, selon la chance et les emplois disponibles. Mais leur carrière dans l’usine n’est pas subordonnée au stage choisi et suivi. Un ancien élève que j’ai rencontré s’était spécialisé dans les machines-outils et, après son service, fut employé à la réparation des machines-outils (RMO), comme tailleur d’engrenages : « au bout de six mois, j’en ai eu marre, j’avais trois machines à conduire, je les connaissais bien, j’ai demandé ma mutation et je me suis retrouvé chronométreur à la carrosserie ; je n’ai suivi aucun cours, j’ai du m’adapter, avec un autre chronométreur, là depuis un an ».

  • 12 Idem, février 1930 ; en février 1928, l’entreprise ouvre aussi une école de représentants commercia (...)

12Dans ce niveau supérieur, l’usine forme ainsi ses cadres-maison ; après quinze ou vingt ans de carrière, les plus doués remplissent les fonctions d’ingénieurs et de chefs de service. Outre ces ateliers-écoles (situés à Javel jusqu’en 1933, puis déplacés à Saint-Charles, rue Ginoux, lors de la restructuration de l’usine), l’entreprise crée d’autres lieux de formation dans les diverses usines : l’école des taylorisants, à Clichy, est montée par Mattern en 1927, les chronos y sont sélectionnés par concours et formés par groupes de sept. (En 1924, dans un coin d’atelier, au décolletage, Mattern avait aussi constitué une petite école de régleurs). En 1928, c’est une école d’estampeurs qui est créée à Clichy, peut-être parce que les ateliers-écoles ne sont pas assez spécialisés. En 1929, s’ouvre aussi un atelier-école de tôlerie, à Javel, et en février 1930, une autre pour la formation des contremaîtres12. L’usine pratique aussi la formation permanente ; toujours au début des années trente, sont donnés des cours du soir, notamment d’anglais.

13Chez Citroën existe une politique de formation polyvalente, susceptible de combler les carences du marché du travail et qui tente aussi de fixer la si instable main-d’œuvre parisienne. Ces formations permettent la promotion individuelle et peuvent s’inscrire dans la politique patronale du rendement et de la stimulation au rendement, tout comme la politique des salaires.

les salaires

  • 13 Sur l’analyse des fonctions des différents types de salaire, cf. B. Mottez, Systèmes de salaire et (...)

14Des politiques patronales, celle du salaire, de la rémunération de la force de travail, est la plus universelle et la plus visible ; ce qui ne signifie pas qu’elle soit la plus lisible. Des salaires versés dépendent la paix sociale, la production, la productivité et si les modes de rémunération sont liés aux rapports de production, ils le sont aussi au mode de travail adopté dans chaque atelier, aux facteurs technologiques. Ils évoluent dans le temps13 et avec la progression de la rationalisation. A des outils de production modernes correspondent des systèmes de salaires modernes, destinés à stimuler et contrôler la production. En principe ne devraient pas exister, chez Citroën, les modes de rémunération attachés aux industries peu mécanisées : marchandage et salaire à la tâche, où l’autonomie professionnelle des travailleurs est centrale. À cette autonomie, Taylor et ses émules ont substitué l’organisation, et le salaire du temps.

  • 14 Par exemple, l’Humanité, 19.1.1926, 12.1.1926.
  • 15 Congrès des usines de la Région parisienne, l’Humanité, 26.3.1923.

15Les formes de rémunération en vigueur dans l’entreprise sont mal connues, tant dans leurs modalités qu’en ce qui concerne le nombre de salariés intéressés par chacun des systèmes. Les sources patronales font défaut, se résumant à quelques lignes des Mémoires d’Ernest Mattern. La presse ouvrière, elle, s’intéresse exclusivement, ou presque, au niveau des salaires, et souvent dans une certaine confusion : le travail aux pièces est assimilé à celui « à la prime » (ou au « boni »), quand le second garantit un salaire de base ; parfois même, pour mieux valoriser l’injustice rationalisatrice, seuls ces fameux « boni » sont pris en compte pour quantifier les salaires14. Ces imprécisions et confusions peuvent participer de la difficulté de compréhension et de la complexité des systèmes de rémunération : « la question des salaires est extrêmement embrouillée et le travail au sein d’une commission est indispensable », explique un délégué Renault à un congrès, en 192315.

  • 16 E. Mattern, Mémoires, citées.
  • 17 Entretiens avec R. Bantigny 21.12.1978 et M. S. 5.3.1980.

16Au début des années vingt, il est plausible que n’existe plus aux usines Citroën la négociation individuelle du salaire (le marchandage et le salaire à la tâche) : l’expérience taylorisatrice de l’usine de guerre a dû être suffisante pour ancrer le système des temps dans la stratégie patronale. Par contre, les autres systèmes sont appliqués, « avec des formules disparates (...) ; on travaille soit à la journée, soit aux pièces, soit au tarif Rowan, etc... »16. Le salaire à la journée est appliqué aux « improductifs », dont certains sont « au mois » ; pour ces « cols blancs », le mode de rémunération (heure ou mois) dépend de la chance, loi de l’embauche, puis de bons rapports avec le chef de service17. Les contremaîtres sont également payés à la journée et leur mise « à l’heure » en 1932 est considérée par l’Humanité comme le symptôme d’un durcissement patronal conjugué avec la crise économique : « en raison du chômage partiel, (cette mesure) aboutira à une forte diminution de leur salaire » (30 mars 32).

  • 18 L’Humanité, 7.2.1932 et 16.4.1932 (outilleurs).
  • 19 E. Mattern, op. cit.

17Parmi les ouvriers, sont aussi payés à l’heure le haut et le bas de l’échelle des qualifications : certains ouvriers très qualifiés (à la RMO et l’AOC par exemple) et des manœuvres, notamment les manutentionnaires et ceux du service d’entretien. Au premier abord, les balayures sont inquantifiables. A seconde vue, Taylor l’a prouvé, « chaque travail a un temps » et Ernest Mattern raconte dans ses Mémoires comment, dans les services qu’il dirige, les improductifs et la main-d’œuvre et qualifiée et très peu qualifiée sont mis aux pièces. Pour l’ensemble des usines, il semble que tout comme pour les contremaîtres les derniers privilèges soient rognés en 193218. D’ailleurs, pour E. Mattern, directeur, le système de paiement à l’heure est hérétique : « il ne devrait en principe jamais être employé (...). Toutes les excuses que l’on donne pour son application n’ont aucune valeur et ceux qui les emploient ont tout simplement pour but de s’éviter une peine supplémentaire. Il est en effet bien plus agréable pour un contremaître de n’avoir que du personnel à la journée (...). C’est une prime à la paresse pour la maîtrise »19.

  • 20 B. Mottez, op. cit., p. 157.

18Tout patron rationalisateur privilégie naturellement le salaire au rendement, qui est présenté lui aussi sous son aspect scientifique, donc incontestable, alors que le salaire à la tâche serait fonction de « la concurrence (...) et d’aléas plus humains, comme l’aptitude du travailleur à négocier, de la force de l’organisation syndicale, des préférences du contremaître dans l’attribution des tâches »20. Le salaire au rendement a deux modalités principales : les pièces et la prime. La première est en vigueur chez Citroën lors de la grève de 1924. Comme son nom l’indique, cette forme de rémunération est complètement liée à la productivité individuelle du travailleur, et n’a, en principe, pas de limite, si ce n’est le bon vouloir patronal pour la fixation du prix unitaire de l’objet à produire. Or toute amélioration du processus de production fait « baisser » le prix des pièces et la grève de 1924 se déclenche pour ce motif : « le prix de la voiture était réduit de 50 % ; ce qui veut dire que les ouvriers travaillant aux pièces doivent fabriquer le double de voitures », explique l’Humanité (9 février 1924). Dans l’ensemble, les ouvriers apprécient cette forme de rémunération, que les syndicats (notamment la fraction syndicaliste-révolutionnaire) combattent âprement.

  • 21 E. Mattern, op. cit.
  • 22 L’Humanité, 11.6.1925, et aussi 9.1.1930 par exemple ; le même phénomène est relevé pour Renault pa (...)
  • 23 E. Mattern, op. cit.

19Côté patronal, on émet aussi des réserves : si le travail aux pièces doit combattre la flânerie, une grande rigueur est nécessaire : « que l’on soit bien sûr des temps et que le rendement de l’ouvrier soit bien normal, que les mêmes opérations seront toujours effectuées par des ouvriers de même catégorie. Il ne faut pas en effet faire effectuer des opérations de gamins à des hommes, ou inversement, sinon les prix des opérations devant être variables, on verrait cette anomalie d’une même travail payé de deux façons différentes, parce qu’il serait exécuté par deux ouvriers d’âge différent »21. Mais cette irrégularité reste courante, chez Citroën comme ailleurs : « il y a des décalages importants d’une usine à l’autre », note Mattern dans ses Mémoires. Et dans l’Humanité, des articles précisent que « cette différence (de salaire) est due d’une part à l’intention du patronat de diviser les ouvriers en leur donnant pour un même travail des salaires différents (5 francs à Levallois contre 5,35 francs à Javel, pour les polisseurs), et d’autre part à l’initiative d’un directeur ou d’un chef d’atelier désireux de montrer à son patron que la production revient moins cher dans l’usine qu’il dirige »22. Tout système a donc des faiblesses à limiter. Le paiement aux pièces donne des résultats incontestables, mais « ne doit être appliqué qu’après une période de travail au boni pendant laquelle on aura pu juger des défectuosités du chronométrage », précise Mattern23.

  • 24 Op. cit., p. 45 sq.

20Quant au salaire « au boni », ou « à la prime », ou encore au « temps économisé », il conjugue deux paramètres, selon des modalités plus ou moins complexes. Il se compose d’une partie fixe, le « taux d’affûtage », fonction de la qualification professionnelle, et d’une partie mobile, le boni, qui dépend du rendement individuel : quand la productivité est bonne, le salaire augmente, quand elle est insuffisante, il baisse, le boni est « coulé » ; mais il peut être rattrapé, selon le bon vouloir du contremaître. Pour l’ouvrier, cette rémunération est celle de l’incertitude, le prix du boni variant avec chaque nouveau type de pièces à fabriquer et incluant une période d’adaptation qui n’est pas toujours prise en compte. Les calculs infinis que narre Simone Weill dans La condition ouvrière sont ceux d’une ouvrière travaillant au boni24.

  • 25 E. Mattern, op. cit.
  • 26 L’Humanité, 10.6.1928, 9.6.1927.

21Dans la presse ouvrière, les plaintes sont constantes à propos des baisses de bonis, qui interviennent soit arbitrairement, mais aussi, comme pour le salaire aux pièces, à chaque modification du processus de production. Les chiffres donnés par l’Humanité montrent, en principe, un partage du salaire en deux parts égales entre le taux d’affûtage et le boni. Mais sont parfois cités des cas très défavorables, où le salaire de base est faible, comparé au pourcentage exigé de productivité : 0,90 F/h pour l’affûtage et 2 F à 2,40 F/h pour les boni. Il est difficile de distinguer les ateliers et les fabrications où l’on pratique le travail à la prime de ceux du salaire aux pièces. Certains rationalisateurs, comme Mattern, en recommandent l’application successive, le premier devant l’être « à titre temporaire, tant que les temps d’usinage sont susceptibles d’être aménagés (...), dans les ateliers travaillant en série »25 ; les erreurs de chronométrage apparaissent alors immédiatement, sous forme de manque à gagner... ou de salaire trop important. Mais cette notion de fabrications en série ne s’applique qu’aux ateliers où la chaîne n’existe pas et ne peut exister. Quand il y a une vraie chaîne mécanique, le système de paiement aux pièces est impraticable et inutile, puisque la norme de travail est donnée par la vitesse de défilement. On pourrait dès lors penser à un retour du salaire au temps, à l’heure, sans prime à la production, à la productivité. En fait, le système coercitif du boni est maintenu, pour éviter le coulage concerté. Mais, comme l’équipe qui effectue le montage en chaîne est indissociable, le boni devient collectif, partagé entre tous les ouvriers de l’équipe : c’est le salaire dit en commandite, mentionné dans la presse à partir de 192526.

  • 27 L’Humanité, 3.7.1925, 11.1., 26.3., 27.3.1927, 21.8.1930 ; voir aussi la Vie ouvrière, 18.3.1937.
  • 28 Révolution prolétarienne, 15.5.1927, p. 5.

22Soit occasion rêvée de freinage, soit expression du désir de « ne pas travailler pour les autres », soit composition inégalitaire des équipes de travail, les échos sur ce système de salaire sont très défavorables : « par ce procédé, les ouvriers produisent davantage dans un même laps de temps, mais leur salaire, malgré le surcroît de dépense physique, est considérablement diminué » ; « dans ces équipes, figurent de bons ouvriers (...) et de moins habiles (...) ; les bons paient l’apprentissage des autres de leur poche ». Plus tard, l’Humanité met l’accent sur « le mouchardage » inhérent au système et demande non pas la suppression des primes (le salaire à l’heure), mais le retour au boni individuel27. De leur côté, les syndicalistes-révolutionnaires estiment que le travail en commandite présente certains avantages, ou plus exactement peu d’inconvénients. C’est tout de même un point de départ vers le contrôle, « car la direction avait profité du travail à la commandite pour diminuer le prix des pièces et l’idée de contrôle faisait tout de même son chemin quand à la paye on s’aperçoit qu’il n’y a pas le compte ; (...) boni individuel ou boni collectif n’ont rien à voir au fond avec la rationalisation. La véritable lutte est celle de la limitation de la production, c’est-à-dire de la limitation de l’effort demandé »28. Malgré les mécontentements, cette méthode subsiste, peut-être avec un plus juste rééquilibrage des équipes de travail.

  • 29 E. Mattern, op. cit.

23Parallèlement, en 1925/1926, le système des bonis est perfectionné ; en effet, pour les rationalisateurs, le contrôle de la production, qui permet une gestion aux moindres coûts, passe avant une tactique de division des ouvriers matérialisée par des différences indues de salaires, ou la juxtaposition de paiements si complexes et différents qu’ils sont impénétrables au salarié comme au gestionnaire. Directeur du service de la main-d’œuvre (1925-1927), Ernest Mattern est précisément effrayé par ces disparités. Il instaure alors un nouveau système de salaire, basé sur une prime uniforme pour tous : le boni est calculé en points-minutes, ou centimes-minutes, soit 0,02 centimes/minute. Dans toute l’usine, dans tous les ateliers où l’on est payé à la prime, celle-ci de 0,02 centimes x 60 minutes, soit 1,20 F/heure ; la différence des salaires se marque par le taux d’affûtage, mais aussi, pour les meilleurs, par la possibilité de faire monter le boni jusqu’à 1,75 F de l’heure, maximum. Naturellement, le travail, les cadences, la productivité ne sont pas partout identiques (à 0,02 correspond une quantité de pièces fabriquées ou montées plus ou moins importante), mais ils sont harmonisés par une unité de mesure commune : « la moyenne mensuelle des taux d’affûtage qualifie la valeur professionnelle des ateliers, le taux de la prime qualifie l’activité (la production)... ou le laisser-aller du Bureau des Méthodes »29. D’autre part, Mattern opère un reclassement des salaires entre les différentes usines et professions, réduisant peut-être également le nombre des catégories professionnelles.

  • 30 J.-P. Depretto, op. cit., p. 83. Le système Bedaux est aussi appliqué aux mines d’Anzin.
  • 31 « Systèmes modernes de salaires », conférence d’E. Hirsch, éditions de la CGT (non daté, 19 pages)

24Ce système de rémunération n’est pas assimilable, malgré ses ressemblances, au système Bedaux, dont, semble-t-il, l’entreprise fera l’économie, contrairement aux usines Renault30. Le système de Charles Bedaux, qui se calcule aussi en minutes, rémunère une quantité de travail à la minute, quand Mattern décide d’un prix à la minute. Les deux systèmes visent le contrôle de l’activité usinière, mais celui de Bedaux est entièrement basé sur la production. Le système Rowan auquel Mattern fait allusion pour Citroën participe également, comme le point-minute, de la combinaison du salaire au temps (taux d’affûtage) et du salaire aux pièces (boni), mais comporte un plafond pour l’augmentation des primes : « la conséquence est que le salaire Rowan évite le surmenage, puisque l’ouvrier se rend compte qu’au-delà d’un certain effort le bénéfice qu’il retire d’un effort supplémentaire devient minime ; pour le patron, il y a une sécurité dans cette limitation du salaire-horaire, pour le cas où le temps de base a été trop généreusement déterminé »31.

  • 32 La Vie Ouvrière 6.5.1927 et Révolution prolétarienne, 1.5.1927 ; pour 1933, AN F 22 224, tous les s (...)

25Le système des points-minute de Mattern combine donc plusieurs expériences : le temps-minute et la détermination d’un plafond maximal de productivité (1,75 F, quand le bonus moyen est de 1,20 F). En 1927, le temps-minute est porté à 0,025, puis à 0,03 ; en 1933, les bonis sont encore uniformes dans les usines, le temps-minute étant de 0,0532. Ainsi, à partir de 1925 et pour les ateliers (majoritaires) qui travaillent à la prime, le système de calcul des salaires aux usines Citroën est suffisamment homogène pour être contesté de façon concertée. Pourtant, les organisations ouvrières ne semblent pas en tirer les leçons, la presse ne mentionnant même pas cette grande réforme, ni son maintien, préférant axer les revendications sur les taux nominaux des salaires.

26D’autre part, cette pratique salariale instituée dans une grande entreprise montre que la politique patronale des salaires ne vise pas, prioritairement, à la division des ouvriers par l’institution volontaire de systèmes de salaires complexes et incompréhensibles. Dans des ateliers qui produisent en série, le souci premier est la productivité, c’est évident, mais aussi et conjointement le contrôle de l’activité sous toutes ses formes, à commencer par le prix de la main-d’œuvre. Enfin, si ce contrôle permet la régulation de la production, il facilite aussi, par ricochet, celui des salariés, en particulier lors des conflits : l’arbitraire d’un contremaître ou d’un chef de service, la « justesse » (pour la direction) d’une réclamation étant immédiatement mis en valeur, grâce à cette commune unité de mesure. Jusqu’à la crise mondiale, il semble que la direction transige assez facilement sur les questions des salaires, payant en moyenne mieux certaines catégories d’ouvriers (les OS) que ses concurrents. Mais séries et statistiques faisant complètement défaut, il est impossible de juger précisément, de quantifier sa politique salariale, de certifier si, comme l’écrit sans cesse l’Humanité, il y a de constantes et volontaires baisses absolues des rémunérations.

  • 33 bis. Source : Notes et Notables du Groupe.

27Par contre, la courbe indicielle comparée des trois catégories salariales (OP, OS, manœuvres) pour la métallurgie parisienne présente plusieurs caractéristiques33bis. A partir de 1924, une progression plus importante des salaires des OS, qui, si elle suit la courbe générale, se maintient jusqu’en 1934, pour être ensuite moins accusée. Cette catégorie professionnelle a par contre plus ressenti que les OP la baisse des années 1921 à 1923 (par rapport à 1920, indice 100). Faut-il voir dans cette progression maintenue le symptôme d’une main-d’œuvre nécessaire à une industrie qui se rationalise ? Ou une plus grande fermeté dans les revendications salariales ? En ce qui concerne la seconde hypothèse, la traditionnelle combativité des ouvriers qualifiés ne se lit pas sur la courbe : la progression de leurs salaires nominaux est réelle, mais s’il traversent mieux la crise de l’après-guerre, ils sont dépassés par l’accroissement des OS. L’évolution la plus lente est celle des manœuvres, qui accusent beaucoup le creux de 1921 et remontent le plus lentement la pente, ne dépassant que rarement les indices des OP (en 1932 et en 1936). Pour toutes les catégories, la progression est très nette de 1924 à 1930 (mais il manque, bien sûr, une courbe des prix de détail), et on constate que la dégradation qui s’amorce en 1931 se maintient plusieurs années, la reprise n’étant effective qu’avec le Front populaire.

28S’il est évident que le capital variable est celui qui subit les pressions pour diminuer les coûts de production, et donc les prix de vente, il est tout aussi sûr que la productivité, qui augmente considérablement durant ces années, ne participe pas exclusivement d’efforts de la main-d’œuvre, et que des conditions de travail épouvantables et trop mal payées retentissent forcément sur la qualité des produits.

29De nombreux conflits partiels et les trois grèves générales se déclenchent contre des atteintes au niveau des salaires, mais seule la grève de 1933 se fait certainement contre une réduction autoritaire et absolue, affichée de surcroît dans tous les ateliers. Cependant, les grèves durant ces quinze ans restent assez rares, surtout les grèves générales ; peut-être faut-il voir là les effets d’une politique patronale d’intégration, qui seconde et complète celle de la stimulation financière.

2. La politique de l’intégration

30La recherche de la formation d’un esprit maison se fonde sur deux pôles privilégiés : les œuvres sociales, de guerre puis de paix, et la publication d’un journal d’usine, le Bulletin Citroën.

les œuvres sociales

31Les œuvres passent par deux stades, ou plus exactement trois : durant le conflit, André Citroën y investit des sommes importantes qui servent son image de marque en même temps que la loi ; peu après l’armistice, ces équipements sont balayés, remplacés par des ateliers de fabrication. Ce n’est qu’à la fin des années vingt que les œuvres sociales réapparaissent, mais à une échelle bien moindre : elles ne sont plus alors liées aux obligations légales ou à la publicité, mais aux conséquences indirectes de l’organisation scientifique du travail.

  • 34 Sources sur les équipements sociaux : André Citroën : « Les idées de M. Citroën, Information Ouvri (...)

32Durant la guerre, Citroën est très fier de ses équipements sociaux et les hausse au niveau du principe : « les ouvriers méritent qu’on les considère autrement que comme du matériel humain »34. Même s’il a parfois des mots malheureux — « il ne faut pas attendre les résultats de l’exploitation pour engager ces dépenses » —, le patron de Javel expose avec autant d’orgueil les tranches « sociales » que les tranches « productives ». Le principe directeur y est d’ailleurs identique : organisation scientifique du travail : « je vais vous montrer comment nous élevons les enfants après vous avoir montré comment nous fabriquons les obus ».

33La loi du 5 août 1917 oblige les industriels employant plus de cent femmes à créer des chambres d’allaitement et le gouvernement recommandera l’installation de crèches. Là, André Citroën se distingue. La pouponnière et la crèche sont installées dans une ancienne école et prennent les enfants allaités par leur mère (qui a obtenu un congé payé de deux à quatre semaines lors de l’accouchement). Sur quatre étages, on peut visiter une salle de consultation médicale, les chambres d’allaitement (les mères y sont bien sagement alignées, donnant chacune le même sein au bébé), une buanderie, une cuisine. Les ouvrières ont droit à une prime de trente francs par mois de grossesse, plus un supplément de cent francs à la naissance de l’enfant ; pour encourager l’allaitement, on verse aussi des sommes proportionnelles au nombre de tétées journalières. Et tout se confond dans le discours du patron de Javel : « je vous parle des primes à la production et à la reproduction »... A aussi été rachetée une propriété à Chaville : une pouponneraie, un pavillon pour les femmes et un pour les accidentés graves du travail y ont été installés.

34Près des ateliers d’usinage et de montage, les plus importants numériquement se trouve l’infirmerie : « ripolin, nickel et cristal ». En moyenne, quatre-vingts malades par jour, 600 pansements et douze infirmières, un médecin-major qui fait office de généraliste, de chirurgien, de radiologue et de gynécologue. Mais tout cela n’est qu’obligation, ou presque. Citroën a vu plus loin. Manque d’information médicale et carences alimentaires : ses ouvriers ont mal aux dents, ce qui « cause de vraies perturbations dans le travail et le rendement, voire dans l’entourage ». Au cabinet dentaire, six fauteuils reçoivent cent malades tous les jours ; soins et prothèses sont gratuits et en 1918 le coût du cabinet est évalué à 50 000 francs par an. Comme il est plus économique de prévenir que guérir, l’usine fait aussi éditer et distribuer des brochures de prophylaxie dentaire, par milliers.

35Pour renouveler sa force de travail, il faut aussi se nourrir. La loi de mars 1910 qui interdisait la gestion patronale des cantines est suspendue et, en octobre 1916, A. Thomas diffuse deux circulaires sur l’organisation de restaurants coopératifs pour le personnel des établissements de guerre publics et privés. En principe, les ouvriers participent à leur gestion, mais à Javel, la cantine est privée. Ce qui n’empêche pas qu’elle est spectaculaire : architecture du fer pour un hall de 3 000 m2 d’un seul tenant ; 3 500 couverts sont dressés sur dix rangées de trente-cinq tables. Décrivant cette usine dans l’usine, le patron parle d’intimité : « les ouvrières s’y sentent un peu en famille, elles éprouvent un certain bien-être à se retrouver dans cette atmosphère qu’elles connaissent, dans ce cadre qu’elles aiment où elles forment de petites tables (— dix personnes —), se donnant l’impression d’être entre intimes ». Pour les cuisines, 1 000 m2, plus les annexes. Là se cuit un seul menu pour les ouvriers, les employés et les cadres. Les plats sont portés sur des cars électriques et placés sur des tables chauffantes. La cantine, comme les ateliers, est divisée en tranches auxquelles sont affectés les clients et les serveuses. Le consommateur remet son ticket-repas à l’un des tourniquets enregistreurs de l’entrée et gagne son secteur repéré par une couleur reportée sur les brassards des serveuses, les tables, les ronds de serviettes : changer de compagnons de table doit être une opération fort délicate, voire impossible. Un signal lumineux annonce le début de chaque service et tout doit être avalé en trente minutes codifiées : dix minutes pour le hors-d’œuvre, dix pour le plat de résistance et les dix dernières pour le dessert et le café ! A la coopérative non plus on ne badine pas ; les acheteurs marchent tous dans le même sens et sont suivis pas à pas par des « débitrices » qui groupent leurs achats dans de grands cageots et leur intiment de presser le pas.

36Ces équipements sont à multiples usages. Dans la cantine, 3 à 4 000 personnes se pressent le samedi soir pour des séances de cinématographe. Bandes d’actualités, films commerciaux (Monte-Cristo, les Deux Gosses) alternent avec les films moralisateurs sur les méfaits de l’alcool. Mais, et c’est le plus frappant, on projette aussi des bobines sur Javel. On peut déceler là l’infinie suffisance du Patron déployant son œuvre pour des hommes qui ne la connaissent que trop, ses ouvriers. Et aussi la finesse d’une certaine stratégie patronale face à la division des tâches : il est interdit aux salariés de circuler dans l’usine, de voir autre chose que leur atelier. Par ces films, les spectateurs découvrent tout le processus de production, ont l’impression de travailler dans un ensemble cohérent, d’appartenir à une collectivité ; ils restructurent l’espace de travail. Fixée par la pellicule pour les générations — les siècles peut-être — à venir, toute tâche prend une nouvelle dimension, reconnue socialement utile. Enfin, les ouvriers se reconnaissent sur l’écran — « ce qui leur donne une grande satisfaction » note l’industriel qui mise sur des effets très positifs du narcissisme. Dans toutes ces réalisations, il faut insister sur le rôle tenu par l’audio-visuel : non seulement il catéchise les ouvriers, forme les cadres — « ce système réussit beaucoup mieux que si nous donnions des instructions écrites » —, mais Citroën ne se déplace jamais en conférence sans un stock de films sur son usine de guerre.

  • 35 Archives de la Préfecture de Police, Ba 1375, note du 2.3.1918.

37André Citroën sait bien que « l’adjonction aux usines d’organisations accessoires ayant trait au bien-être des collaborateurs assure un meilleur rendement de la main-d’œuvre, en même temps qu’un personnel plus stable ». Pourtant si une chanson populaire incite à aller « accoucher chez Citroën », les ouvriers ne se privent pas de critiquer les dites œuvres sociales « qui ne sont qu’un trompe l’œil pour faire croire à la bienveillance des directeurs »35. Leur patron ne s’en émeut guère, car « ce qu’il fait pour ses ouvriers n’a pas uniquement pour but de s’attirer leur reconnaissance ».

  • 36 Voir en annexe le texte de son projet.
  • 37 La Vie féminine, 9.6.1918.

38Cependant, André Citroën se cantonne là dans un paternalisme traditionnel et autoritaire, qui prévoit même en pleine région parisienne des cités ouvrières encloses dans l’usine36. S’il multiplie les services destinés à attacher l’ouvrier à l’entreprise et à limiter les effets économiques du conflit, il refuse tout partage du pouvoir : sa cantine n’est pas une coopérative et il ne veut même pas entendre parler des surintendantes d’usine « qui pourraient s’inquiéter de façon trop fréquente de la fatigue ressentie par l’ouvrière ; elles finiraient ainsi par faire naître cette fatigue dans la tête de l’intéressée, par un phénomène d’autosuggestion »...37. André Citroën avoue en une seule phrase les mobiles de ses investissements somptuaires : la contrainte légale, la productivité et un sens aigu des relations publiques.

  • 38 16.6.1925.

39L’attitude du temps de paix montrera que ces options n’étaient que des essais, probablement inadaptés à la région parisienne et à la traditionnelle mobilité de sa main-d’œuvre. Les œuvres coûtent plus qu’elles ne rapportent et André Citroën a de surcroît atteint un des effets escomptés : grâce au battage publicitaire, son nom, — dorénavant marque de ses voitures, quand les obus sont anonymes — est connu. Dès 1919, les œuvres s’étiolent ; les heures d’ouverture de la coopérative deviennent impraticables ; les femmes, qui ont réintégré leur foyer ou leur métier d’origine, sont moins nombreuses, crèche et pouponnière sont fermées. En 1920, les plans de l’usine montrent que les rangées de tables ont laissé place nette pour la forge et la menuiserie. Lors d’une enquête sur « les gros requins », l’Humanité explique comment « chaque jour vit disparaître un peu de ce qui avait fait l’étonnement des personnages plus ou moins officiels, des ouvriers eux-mêmes. Les douches, le cabinet dentaire, les vestiaires disparurent. Disparurent aussi les essuie-mains, les rince-bouche, les lavabos reluisants. Tout cela fut remplacé par des machines et pas le moindre petit espace ne demeura inoccupé »38.

  • 39 Bulletin Citroën commercial, juin 1932 ; pour l’arbre de Noël, Bulletin Citroën intérieur, janvier (...)
  • 40 Bulletin Citroën commercial, janvier 1932 ; même référence pour la suite.

40Les œuvres sociales paraissent bien proches de la nullité jusqu’à la fin des années vingt. En 1928, s’ébauche à nouveau un paternalisme traditionnel avec des colonies de vacances : officiellement, ce sont quatre à cinq cents enfants qui « bénéficient des bienfaits du grand air », avec une colonie de garçons et une de filles, en Bretagne. Les jeunes colons sont exactement à l’image des scouts : short et chemise uniformes, bérets et foulards39. Mais en 1928 il y a aussi un arbre de Noël pour 4 000 enfants du personnel : l’entreprise a carrément loué le Cirque d’Hiver, où est donnée une représentation complète, des ours savants aux clowns et équilibristes ; les jouets sont distribués à l’entrée et André Citroën entouré de sa famille préside à la représentation ; une « marche Citroën », composée spécialement pour la cérémonie est jouée par la fanfare de l’entreprise. En décembre 1931, la fête « revêt une ampleur extraordinaire » avec la location du Palais des Sports et 17 000 invités : « le merveilleux programme de cirque est relevé par une série de courses cyclistes et motocyclistes par les membres de l’Athletic-Club Citroën. Les 200 musiciens de l’Harmonie Citroën participaient également à la fête »40.

41Depuis 1931, en effet, l’usine patronne des clubs sportifs : cyclisme, football, rugby, athlétisme, basket-ball et natation, qui comptent 300 inscrits. Et également une « Société Artistique et Musicale », presque aussi importante (250 adhérents, fondée en 1929) ; le groupe « Harmonie » est le plus sollicité et anime des soirées dansantes pour le personnel et les manifestations officielles de l’usine, notamment les banquets lors des Salons de l’automobile. L’orchestre Citroën donne aussi des concerts publics et enregistrera un disque : d’un côté la « Citroën-marche », de l’autre « Sambre et Meuse »... Mais on n’oublie pas les « nombreuses mères de famille et maîtresses de maison pour lesquelles il n’y a pas de meilleure occupation des loisirs que les soins du ménage ». Pour elles, on donne des cours d’enseignement ménager par groupes de cinquante (cuisine, couture, coupe, mode), « connaissances qui rendent de grands services ». D’après l’usine, 600 personnes sont donc concernées par les œuvres de loisirs, en 1931.

  • 41 L'Humanité, 5.12.1931 ; l’inauguration est bien sûr signalée dans le Bulletin Citroën, commercial, (...)

42Au début des années trente toujours, des réfectoires sont à nouveau ouverts (il ne s’agit plus de cantines) et en décembre 1931 André Citroën y fait installer un circuit radio pour « pouvoir transmettre des concerts et des conférences aux milliers d’ouvriers pendant leur repas ». Le ministre du Travail, Landry, préside une inauguration où est amplement diffusée la « Marseillaise » et toujours, « Sambre-et-Meuse » : « deux tiers des ouvriers refusèrent de s’associer à cette manifestation en restant assis (...) ; (il y eut) les discours patriotiques de Citroën et des officiels, dont la substance peut être réduite à cette simple phrase : travaillez plus, augmentez le rendement, la patrie l’exige »41. Ces installations sont-elles souvent utilisées ? Lors de certains voyages à l’étranger, en tout cas, le patron en profite pour rappeler son omniprésence : sa voix et son pouvoir se jouent des distances qui habituellement séparent les hommes.

  • 42 Selon une expression de M. du Pontavis, entretien du 1.7.1978.
  • 43 L’Humanité, 6.11.1929.

43Cette politique patronale est évidemment sensible à ceux qui ont « le double chevron gravé dans le cœur »42. Par ailleurs, l’entreprise monte d’autres œuvres, qui intéressent la majorité du personnel. Des allocations familiales sont versées aux pères de famille nombreuse, avec un barème progressif et l’entreprise y consacre quatre à cinq millions par an ; comme lors de la guerre sont versées des primes de natalité et d’allaitement. Fonctionne aussi une Société de secours mutuel, alimentée pour moitié par l’entreprise, et ce au moins à partir de 1929 ; elle doit bénéficier d’un grand prestige auprès de ses affiliés puisque les communistes s’attachent à dévaluer son image : un ouvrier revenu d’URSS explique que « la Caisse de Mutualité de Citroën est loin d’apporter les avantages qu’ont les métallurgistes russes et la totalité de ceux qui produisent »43.

  • 44 Idem, 18.10.1930.
  • 45 Bulletin commercial, juin 1932 ; pour l’emploi des premières surintendantes par Citroën, AN F22 596

44Lors de l’application de la loi sur les Assurances sociales, en 1930, se constitue une Caisse primaire d’assurances sociales du personnel des entreprises Citroën, qui groupe en 1931 16 000 affiliés et verse en un an 810 000 F de prestations à 5 500 personnes. Parallèlement est institué (ou renforcé) un contrôle du versement des prestations, matérialisé par des visites à domicile de « mouchards chargés d’aller chez les ouvriers constater s’ils sont bien malades (...) et qui en profitent pour passer l’inspection de la maison »44. Dans les foyers ouvriers se déplacent aussi les surintendantes salariées par l’usine : depuis que le service social est devenu une institution, Citroën se fait fort d’y participer ; il est parmi les premiers industriels français à employer ces diplômées, qui avec « les infirmières visiteuses ont pour mission de conseiller, guider ou aider l’ouvrier ou l’employé dans toutes les circonstances de la vie de l’usine ou de la vie familiale, dans lesquelles un conseil, un renseignement ou un appui peuvent être utiles. Auprès de ces femmes de cœur, expertes dans l’art de soulager les souffrances morales, l’ouvrier sait qu’il trouvera le renseignement nécessaire »45.

  • 46 L’Humanité, 16.3.1933.
  • 47 Qui paraît au moins depuis 1933 ; il semble curieux que l’usine l’ait vendu alors que les Bulletin (...)
  • 48 L’Humanité, 26.9 et 23.10.1934.
  • 49 Intervention de Graziani à la Chambre, JO du 8.4.1933 et de J. Moch, JO, 21.12.1934 ; Rapport de l (...)

45En 1933, l’Humanité demande que les ouvriers de l’usine soient associés à la gestion de la Caisse d’assurances, que soient plus précises « les petites réunions dites de contrôle » (qui existent donc), que le conseil d’administration soit « élu librement » et composé d’ouvriers46. Ces revendications sont plus pressantes en septembre et octobre 1934, lors du renouvellement du conseil d’administration, et la CGTU passe à l’offensive : dix délégués ouvriers sont élus au cours d’assemblées générales dans chaque usine du groupe. Il s’agit de remplacer les dix administrateurs sortants, renouvelables par tiers (et qui comprennent des contremaîtres). Les délégués des usines demandent : la constitution de guichets pour les assurances sociales dans chaque groupe d’usine et la construction d’une pharmacie coopérative et d’un hôpital ; un relevé des sommes versées et touchées par les adhérents ; l’abonnement gratuit et à domicile à Citroën œuvres sociales47 et la collaboration à une page réservée aux correspondants ouvriers ; ils réclament enfin une assemblée extraordinaire pour la modification des statuts de la société mutuelle. En fait, les listes présentées par la CGTU ne sont même pas examinées, la direction continuant de désigner ses délégués48. Pourtant, la grève de 1933 avait révélé un petit scandale : l’entreprise gardait par devers elle les sommes prélevées sur les salaires ouvriers, au lieu de les reverser aux organismes publics avec lesquels les caisses privées collaborent. Les députés communistes accusent : « ce que je sais, c’est que M. Citroën a pris de l’argent qui n’était pas à lui mais à ses ouvriers, et qu’il l’a gardé dans ses caisses » ; ces accusations seront réitérées par Jules Moch, lors de la mise en liquidation, alors que la société Citroën doit 7,1 millions de cotisations de retard (ainsi que divers impôts)49; mais sans doute n’est-elle pas seule dans ce cas, le patronat s’étant très fortement opposé à cette loi sur les Assurances sociales et à ses applications.

46Pourquoi cette soudaine recrudescence d’œuvres sociales au début des années trente ? Faut-il y voir une marque du désir d’association financière des salariés à l’entreprise, dans des années où les bilans de la SAAC font ressortir de gros bénéfices, les œuvres étant alors une des formes de l’association des salariés à l’entreprise ? André Citroën estimerait-il à nouveau nécessaires ces options philanthropiques, à cause de la crise économique mondiale ? Lors de l’assemblée ordinaire des actionnaires de décembre 1931, après avoir énuméré ses «œuvres », il précise : « nous estimons qu’actuellement le rôle de l’industriel consiste à chercher par tous les moyens possibles à maintenir son personnel au complet, à lui donner des salaires qui lui permettent de vivre, à assurer par tous les moyens qu’il a en son pouvoir les conditions matérielles de son existence ». Cette expression de «maintenir son personnel au complet » est une allusion au turn-over, si coûteux pour l’entreprise et contre lequel les œuvres sociales sont, traditionnellement, supposées lutter. Il faudrait cependant des chiffres précis pour juger du taux de rotation de la main-d’œuvre lorsque s’accuse la grande dépression. La crainte du chômage ne le réduit-elle pas ?

  • 50 A. Touraine, op. cit., p. 177.

47Mais il se peut aussi que les perfectionnements incessants de l’organisation scientifique du travail nuisent à cette stabilité des salariés, tant souhaitée par le patronat. Dans ce cas-là, la nouvelle impulsion donnée aux œuvres sociales correspondrait bien plutôt à l’intégration, à la « socialisation » indispensable de cette main-d’œuvre déqualifiée, née de la rationalisation : « à l’autonomie, au moins relative, d’un rapport limité entre l’homme comme possesseur de certaines capacités professionnelles et le travail comme situation où s’exercent ses capacités, se substitue le rapport de deux totalités : d’une part le travail dans son unité, qui est sociale, d’autre part l’ouvrier considéré dans l’ensemble de ses rôles sociaux et de sa personnalité (...) ; c’est-à-dire que le sens du travail dépend entièrement de ses aspects sociaux, c’est-à-dire du degré de participation sociale, sous diverses formes, de l’ouvrier »50. Des œuvres patronales, même limitées, seraient partie de cette participation-là.

le bulletin citroen

48La direction des usines joue d’ailleurs la plupart des cartes de l’intégration et de la socialisation. Pour endiguer les conséquences négatives de l’OST, pour tenter de souder la collectivité des producteurs, d’insuffler un esprit unifié et « maison », l’usine distribue gratuitement un Bulletin intérieur. Là aussi, la date de parution, 1927, est significative : les usines sont multipliées et disséminées dans Paris, la pression rationalisatrice s’accroît avec la construction d’ateliers sophistiqués et la mise en gamme systématique des chaînes, le personnel total atteint des chiffres considérables (30 000 salariés).

  • 51 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 (...)

49Durant les deux premières années au moins, le Bulletin paraît régulièrement une fois par mois, sur douze ou quatorze pages51. Réalisée sur un format 19 x 24, cette édition imprimée est luxueuse : papier glacé et photographies, avec couverture colorée. Sa présentation se fait en plusieurs rubriques, toujours identiques, comme toute revue bien organisée.

Science, bon sens, conscience

50Dans les tous premiers numéros, la couverture n’est pas illustrée et sert de support à de courts articles aux titres significatifs : « travail » (no 2), « organisation et effort personnel » (no 3). Là, la finalité du bulletin se lit immédiatement : le travailleur n’est pas isolé, loin de là ; il est partie d’un tout cohérent parce qu’organisé, l’usine, où sa participation est nécessaire et indispensable. La valeur de cette participation est issue de la liberté du choix : « l’homme qui possède son libre-arbitre, qui choisit lui-même son métier, qui a le droit de l’exercer librement ne peut-il et ne doit-il se complaire dans le travail ? » (no 2, page 1). Pour plus de prégnance, les métaphores sont puisées dans la technique automobile : « l’organisation la meilleure, si elle n’est animée par l’effort personnel, serait comme une automobile dans laquelle on aurait omis d’installer l’allumage » (no 3, p. 1). Chacun est une petite pièce de ce grand vaisseau des temps modernes, la voiture, qu’il contribue à faire rouler sur la route dégagée du Progrès et de la Science et qui « par sa prospérité nous assurera la sécurité matérielle ». Les premières pages du premier numéro sont naturellement consacrées à un résumé de la carrière industrielle d’André Citroën, dont la photographie occupe les deux cinquièmes de l’article. L’ambition de la revue est « d’être en quelque sorte le conseil et l’ami de tous ceux qui veulent, par le travail et le raisonnement, améliorer leur rendement et celui de leur personnel, et se placer ainsi au-dessus de la moyenne ».

51Premier but, l’amélioration du rendement, objet de la « Chronique du Double-Chevron », sur les deuxième et troisième pages de chaque numéro. Ce titre anodin laisserait présumer un contenu sur la vie des usines ; en fait, il s’agit bien de l’existence des ateliers, mais au niveau de leur fonctionnement rationnel. Dès le premier numéro, les « réflexions sur l’heure présente » expliquent que « l’industrie française traverse une période assez tendue », bien que l’entreprise pratique sur le marché des prix défiant toute concurrence. Un seul remède, les économies : « Voilà une occupation sportive ! Contre le gaspillage, les flâneries, l’amateurisme, l’incapacité, la chasse est ouverte toute l’année. Sus aux mauvaises méthodes de travail. Haro sur les dépenses inutiles ». Le raisonnement suivi est très américain : économie, baisse des prix, consommation de masse et résorption du chômage ; et, dès lors, « nous n’aurons plus besoin, pendant les périodes difficiles, de faire de l’équilibre sur du fil de fer, car il n’y aura plus de périodes difficiles et tout le fil de fer disponible chez le quincailler servira à fabriquer du treillage le long duquel, la journée finie, chacun fera en paix grimper sa vigne ». Il n’est par contre pas fait allusion à une possible réduction de la journée de travail.

52Toutes les « chroniques du Double Chevron » ont pour thème l’OST, analysant pas à pas ses caractéristiques, conseillant sur ses applications : éloge de la revue Prospérité (no 2) ou de « la Précision » mathématique de la science et des machines, inspirée de celle de la nature, aussi bien intellectuelle que physique et qui passe par la précision du commandement : « en devenant précis, vous éprouverez une véritable jouissance morale que vous ne soupçonnez même pas. Vous accomplirez votre travail avec beaucoup plus de facilité qu’autrefois et il sera mieux fait » (no 13).

53Mais dans la bonne marche de l’usine s’inscrit aussi le maniement des hommes, pour obtenir la paix sociale. Le Bulletin éduque la maîtrise, sous le titre habile de « conseils à de futurs chefs » : « savoir commander, c’est être psychologue », donner des ordres sur ce ton approprié aux ouvriers français, dont « l’esprit subtil et affiné ne veut pas être capolarisé » (no 20). Tous les cas de figure sur la marche des ateliers sont ainsi passés en revue, sur un ton effectivement amical ; ces articles, primordiaux, donnent l’impression de textes très travaillés, où la logique n’est jamais prise en défaut. Plusieurs articles sur « la Qualité » concluent sur le respect de l’outil de travail : « pensez à la somme considérable qu’il a fallu immobiliser dans l’achat des 12 000 machines-outils de l’ensemble des usines Citroën. C’est un dépôt extrêmement précieux, placé avec confiance entre vos mains » (no 6/7).

  • 52 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.
  • 53 H. Le Chatelier, Recherches scientifiques dans l’industrie, p. 375 (Paris, 1920).

54Dans ces Bulletins Citroën (commercial et intérieur) le directeur des laboratoires écrit quelques plaidoyers pour la science, mère de l’industrie et des bénéfices, cicérone du bon ingénieur : « que doit être un ingénieur, sinon l’homme qui transforme la matière dans les meilleures conditions de rendement, de qualité et de prix de revient ? » Maillon de l’organisation scientifique du travail, le savant s’inscrit dans la démarche des rationalisateurs et reprend avec eux l’héritage cartésien, à un double niveau. Le premier est que « cette méthode de la décomposition des tâches n’est ni américaine, ni contemporaine, elle est française et date de notre XVIIe siècle ; c’est Descartes, inspiré par Socrate, qui en est l’inventeur »52. Allusion explicite au second précepte du Discours ; le raisonnement logique et déductif du philosophe engendre et justifie le travail en miettes de l’ouvrier. Dans un second niveau, la démarche de l’OST rejoint la « philosophie d’ingénieur » de Descartes, cet aplatissement géométrique du monde, l’appréhension purement quantitative des objets de connaissance. Ainsi l’homme du laboratoire revendique l’universalité de son savoir et la reconnaissance de son pouvoir parce qu’il intègre les sciences de l’homme et du travail dans le champ de sa compétence. La chimie les annexe : « l’analyse des temps élémentaires qui séparent un mouvement d’ensemble des ouvriers en chacune de ses parties simples, ne diffère pas de l’analyse chimique qui sépare une matière complexe en ses éléments simples », et la mathématique aussi : (ces éléments simples) « sont ceux qui jouent le rôle de variable indépendante dans les fonctions mathématiques »53.

  • 54 F.W. Taylor, La direction scientifique des entreprises, p. 177 (Paris, 1971).

55Sans doute est-ce là un élément déterminant du processus idéologique qui permet l’OST : la main-d’œuvre n’est pas perçue comme différente, dans son essence, des objets d’étude des sciences exactes. L’ouvrier n’est qu’un objet — peut-être sans mécanisme spécifique — conçu en termes de physique, de chimie, de mathématique. Il est réifié. Pour le scientifique cartésien, tout est réductible à une même unité, tout est donc uniformément quantifiable et interchangeable, l’homme et la machine, leur force, leur mouvement, leur usure, leur rendement. La première conséquence pour la main-d’œuvre est sa déqualification progressive et irrémédiable. Parallèlement, une nouvelle strate se fortifie : les experts dissolvent puis confisquent la connaissance ouvrière basée sur l’expérience et l’initiative individuelle, « substituant une science au jugement individuel de l’ouvrier »54.

  • 55 Bulletin Citroën, commercial, no 16, 1925.

56Leader des savants, le directeur du laboratoire participe aussi à cette bataille pour le transfert des pouvoirs. Il dénonce l’empirisme qui règne dans l’usine aux différents niveaux hiérarchiques : « il faut que l’ingénieur se serve de la science pour provoquer chaque jour le progrès, qu’il ne compte pas sur les perfectionnements brusques apportés par l’empirisme, qu’on appelle trop souvent la pratique pour l’opposer à la théorie ». La conclusion semble inéluctable : « sans laboratoires, de l’empirisme et des calculs fantaisistes, des formules parfois transcendantes, mais rarement une application bienfaisante de la science à l’industrie »55. En fait, les apports de l’empirisme ne sont pas niés, ils sont simplement rejetés au profit d’une progression régulière et incessante, maîtrisée par la science expérimentale. Celle-ci n’est autre qu’une médecine, qui insuffle la croissance au corps de l’usine en pleine mutation : « le technicien fait fi à juste titre des recettes de bonne femme, des tours de main de charlatan que l’on rencontre encore trop souvent dans nos industries mécaniques ».

  • 56 Intervention de Graziani à la Chambre, JO du 8.4.1933 et de J. Moch, JO, 21.12.1934 ; Rapport de l (...)
  • 57 L’Humanité, 26.9 et 23.10.1934.
  • 58 Idem, no 42, 1927.

57L’ordre cartésien — moteur de la connaissance individuelle et raisonnée — est reformulé ; il devient directement lié à la hiérarchie, à une subordination rigide et nécessaire, puisque « aucun grand progrès ne saurait s’accomplir s’il ne tend finalement à l’évidente consolidation de l’ordre »56. Dès lors, constitués en caste, les savants deviennent les seuls représentants de la raison collective. Maintenant, dans l’usine, il y a ceux qui connaissent et ceux qui ne savent plus rien, et dont la seule vocation est d’obéir. André Citroën : « on doit subir le travail qui vous est imposé sans chercher à le discuter, sans vouloir le contourner ou le modifier »57. Henri Godfroid : « il y a les techniciens qui conçoivent et les producteurs qui exécutent »58.

  • 59 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 (...)
  • 60 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.

58Dans une entreprise baignée d’idéologie scientifique, le directeur du laboratoire participe en première ligne à l’élaboration et à la diffusion d’une nouvelle éthique du travail ouvrier. L’obéissance y est non seulement centrale, mais exclusive et parée d’un vocabulaire moralisateur. Le savoir ayant changé de mains, le sens du travail est donné par la chaîne et les normes de production : « le véritable ouvrier doit apporter à l’ingénieur non seulement son expérience d’artisan ou sa bonne volonté de manœuvre, mais encore ses efforts continus et dévoués pour exécuter ce que son chef a conçu et ordonné »59. L’obéissance aveugle est la seule valeur reconnue aux ouvriers ; l’usine ne comprend plus que deux catégories, les bons et les mauvais, les anciennes strates, organisées selon les compétences et les fonctions dans les différents processus productifs sont effacées. Désormais, on ne compte plus qu’un seul bon camp, celui de la Science. Qui le contourne ou l’évite est voué aux gémonies : « n’est-il pas coupable l’ouvrier ou même le chef qui substitue un acier à un autre, un laiton à un bronze ? (...) C’est là faute très grave toujours, impardonnable souvent »60.

  • 61 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.
  • 62 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 (...)

59Certes, le désir de discipline demeure commun à tous les patrons. Mais dans l’usine de l’OST, il comporte deux aspects spécifiques et étroitement liés. D’une part, la discipline se doit d’être « librement consentie à tous les échelons », pour qu’existe « une collaboration sincère entre les techniciens qui conçoivent et les producteurs qui exécutent »61. D’autre part, cette idée de paix sociale est véhiculée par des scientifiques qui pensent que les réactions sociales se gèrent aussi mécaniquement que les réactions chimiques, et aussi précisément. Pour eux, la discipline est évidente et irréfutable, parce que surdéterminée par une autorité de type nouveau : la science. Grâce à elle, l’arbitraire lié aux choix individuels disparaît, remplacé par une nouvelle justice, neutre, placée bien au-dessus des hommes et de leurs prosaïques querelles. La lutte des classes est d’office échangée contre la connaissance scientifique, qui transcende les conflits d’intérêts parce qu’elle exprime une hiérarchie d’ordre naturel. Il y a les fonctions mathématiques, les lois physiques, les principes chimiques, et toujours cet autre modèle, le corps humain : « la division du travail est d’ordre naturel (...). Chez l’homme, animal perfectionné, chaque sens a sa fonction définie et chacun concourt à la bonne marche de l’ensemble qui est le corps humain. La vue, l’odorat, l’ouïe sont représentatifs de la division du travail dans l’organisme. Ce que nous constatons chez l’homme s’applique aussi aux entreprises »62. Pourquoi donc contester la nouvelle organisation du travail, régie par une éprouvette et un chronomètre objectifs, images de l’harmonie parfaite du corps, de celle de la nature tout entière ?

60La science est ainsi salvatrice, dénominateur commun de tous les hommes et arbitre social irrévocable. Dans une impartialité inhumaine, elle désigne (comme un des axiomes de base de la rationalisation) une place pour chaque homme et maintient chaque homme à sa place. En son nom, les experts qui manipulent l’éprouvette règnent avec bonne conscience : ils bâtissent un pouvoir à l’image d’une nature en équilibre et qu’ils définissent par deux principes : le contrôle et l’ordre.

Intégration, imitation et distraction

61Dans le Bulletin, la description des outils de production trouve dès le premier numéro une place de choix, se poursuivant des années sous le titre « l’Organisation Citroën » : une fois encore s’étale en gros caractères ce mot-clef, symbole de l’entreprise.

62Les descriptions et les photographies jouent ici le même rôle que, durant la guerre, les films sur les ateliers projetés le samedi soir : réinsérer les individus dans un processus de production collectif, et le quart de chaque numéro est consacré à cette tâche : « ainsi, les lecteurs apprendront à mieux connaître l’immense entreprise à laquelle ils appartiennent et éprouveront pour elle cette admiration unanime que son audace, son travail, ses méthodes clairvoyantes, son succès soulèvent partout ». Au fil d’au moins vingt-trois brochures sont décrits « tous ces Services, dont la réunion forme en quelque sorte le « système nerveux » des Usines Citroën et qui aboutissent, de service en direction, au « Patron », cerveau et animateur de toute l’organisation » (no 1).

63Les descriptions se succèdent de l’amont à l’aval des productions, commençant par Clichy, pour finir à Javel ; très minutieuses, elles sont de réelles « visites d’usines » et ne négligent ni les chiffres spectaculaires, ni la valorisation des éternels grands principes. A Grenelle, « la suppression des magasins et de toutes les manutentions apporte un progrès considérable, permettant non seulement de réaliser d’importantes économies, mais aussi de soutenir des cadences extrêmement élevées » (no 6). La tournée des usines françaises achevée, le Bulletin passe en revue les usines de montage de l’étranger, puis les différents services commerciaux : « les Usines Citroën sont un monde où toutes les formes de l’activité humaine se coudoient et collaborent harmonieusement» (no 17). Alors, la grande famille du double-chevron est cernée et soudée : dans le Bulletin commercial, destiné aux agents et concessionnaires, les activités de fabrication et la vie de l’usine sont souvent décrites, et dans le Bulletin intérieur la vente des automobiles est racontée et valorisée.

64Sommet de l’année automobile, moment vers lequel sont tendus tous les efforts, le Salon est naturellement décrit, et sur trois pages : « notre stand fut, cette année encore, le pôle atractif du Salon. Dès l’ouverture des portes et jusqu’à la fermeture, la foule s’y pressait si dense que les abords même en restaient inaccessibles (...) : les vendeurs groupèrent les acheteurs, pour pouvoir les renseigner “en série” ». Et un bon paragraphe est réservé à la reconnaissance de la Marque par l’autorité suprême : « en dépit du protocole, le Président de la République prolongea son examen, questionnant, demandant des chiffres, s’étonnant des prix de vente. Tant et si bien que notre Stand battit un nouveau record : celui de la durée des arrêts présidentiels » (no 19, 1928).

65On pourrait croire que le grand absent du Bulletin est l’ouvrier, présent uniquement par la description de son travail. En fait, il est représenté par un long feuilleton de neuf chapitres : « l’ouvrier américain ». Là, et cela n’a rien d’étonnant, les Etats-Unis sont convoqués comme modèle. Les ouvriers surtout sont exemplaires de bonne volonté et leurs patrons le leur rendent bien : par exemple puisque les salariés acceptent une pause-déjeuner d’à peine vingt ou trente minutes, les employeurs créent des cantines adéquates (no 13). Mais l’article le plus révélateur est sans doute celui sur le syndicalisme, écrit parce qu’un lecteur du Bulletin « demande de bien vouloir éclairer sa lanterne » : on voit avec quelle prudence liminaire est manié ce délicat sujet, auquel nulle part ailleurs il n’est fait allusion. L’enjeu est, il est vrai, de taille.

66Premièrement, le syndicalisme n’a rien d’une maladie honteuse : « le syndicalisme existe là-bas et est, j’ose le dire, très important ». Seulement, il n’a rien à voir avec les institutions européennes correspondantes : il est purement corporatif, sans attaches d’aucune sorte à des buts politiques quels qu’ils soient. « Un bon point pour les Américains ! » Troisième point : la discipline, grâce à laquelle s’établit la coopération : « la discipline qu’ils imposent à leurs adhérents est très stricte et se traduit toujours dans le sens de la plus grande coopération avec le patronat, tout en épaulant les revendications ouvrières, quand celles-ci sont justifiées (...). Oh, il y a bien parfois quelques accrochages avec le patronat, mais si peu souvent, et en tout cas les Syndicats savent si rapidement remettre les choses au point. D’ailleurs, ils se considèrent, à juste titre, comme les collaborateurs des dirigeants de l’Industrie, et ces derniers n’hésitent pas à faire appel à eux le cas échéant ».

67Quatrièmement, l’argent : « le syndiqué paye aussi là-bas des cotisations, et même assez fortes, mais la caisse qui les absorbe n’est pas une “caisse de grèves”, loin s’en faut ». Il y a les caisses de chômage : l’auteur de l’article ne s’attarde guère sur ce point, précisant d’ailleurs que le mot approprié serait « caisse de secours mutuel », ce qui, évidemment, donne une autre consonance aux cotisations, quand, en France, la gestion des caisses de secours, lorsqu’elle existe dans les entreprises, est tout à fait indépendante des syndicats. Mais aussi, les cotisations ont un autre objet, « et c’est là toute la beauté du Syndicalisme américain : il y a la Caisse professionnelle, qui sert, cela va vous étonner, à instruire professionnellement les adhérents, voire même à former les apprentis (...). Ne trouvez-vous pas que c’est là la vraie manière de faire du Syndicalisme, que d’aider ses camarades ouvriers et soi-même à être des travailleurs “conscients et organisés”, dans le sens de la toujours plus grande valeur professionnelle ? »

68Les syndicats américains sont ainsi idéaux : organes de collaboration de classe, ils déchargent même le patronat et l’État de la responsabilité de la formation des individus. Sauf les IWW qui sont tramés dans la boue : « il existe aussi une organisation révolutionnaire ayant des buts d’anarchie nettement avoués et qui se nomme International Workers of the World. Cette organisation malfaisante, qui ne groupe pratiquement que quelques milliers d’individus, d’ailleurs pas tous ouvriers, est la risée de toute l’Amérique dont les travailleurs ont ridiculisé les initiales IWW en faisant “I won’t work” ; lisez : “je ne veux rien f...” ». Il faut préciser que l’auteur est chef de service aux méthodes de l’usine de Clichy, où l’on fait peu « de politique » et où les grèves sont rares.

69Il conclut sa série d’articles sur « l’esprit de la Ruche », application Citroën du « spirit (américain) qui n’est ni chauvinisme, ni nationalisme, mais tout simplement l’esprit de corps (...). Cette Ruche est très vaste... C’est l’équipe pour l’ouvrier et le département pour l’équipe (...), c’est surtout le Pays pour l’Industrie et, pourquoi non, c’est encore l’Humanité pour le Pays ». Le Bulletin participe naturellement en première ligne à entretenir « l’esprit de la Ruche », et en particulier par ses deux dernières rubriques. Les « informations » se trouvent sous la rubrique « échos et nouvelles », sur une ou deux pages. On y relève les divers potins de l’usine : les mariages, les naissances, et aussi les décès, les promotions à la Légion d’honneur ou internes à l’entreprise, les photos des Catherinettes. Dans ces rubriques ne sont jamais mentionnés des ouvriers des ateliers. Il semble que ce type de pages soit important pour la cohésion de l’esprit-maison, peut-être parce que sont liées là vie professionnelle et vie privée, en une même unité qui donne l’illusion de mieux connaître ceux que l’on côtoie. Plusieurs des retraités que j’ai rencontrés m’ont signalé avec dépit la récente disparition de ces informations dans les bulletins qui leur sont toujours envoyés (et qui se résument à quelques feuillets ronéotés). Quant à la rubrique des distractions, elle est très sélective : pas de recettes de cuisine, ni de mots croisés, mais quelques dessins humoristiques et de nombreux poèmes, centrés sur les voitures Citroën et la vie de l’entreprise, souvent pastiches des plus célèbres textes de la littérature, comme « la Cigale et la Fourmi » :

« (...) Voyant cela les fourmis
Ne font plus d’économies
Et, comme leurs sœurs cigales,
Vont rouler
Tout l’été
Dans leurs Citroën triomphales ! »

70Par des biais, des thèmes diversifiés, le Bulletin Citroën tente donc la légitimation du travail rationalisé, de l’autorité, de l’appartenance à la collectivité productrice éclatée dans les postes de travail. Cependant, ce souci d’intégration de la direction de l’usine n’apparaît pas seulement dans la formation professionnelle, la stimulation financière des rendements et les œuvres sociales. Dans les rapports directs avec la main-d’œuvre, lors des conflits en particulier, la conciliation précède la répression.

3. La politique de la conciliation/répression

71L’alternance de ces deux armes apparaît surtout lors des grèves ; peut-être est-ce à cause des lacunes des sources, peut-être aussi parce que, durant les périodes de calme social, la direction use de ses autres ressources. Par ailleurs, il ne semble pas y avoir d’évolution notable dans l’utilisation de ce mode de relation avec la main-d’œuvre.

  • 63 L’Humanité, 24.4.1919, 11.3.1918, 20.2.1924 ; sur les grèves, voir infra.

72Sauf peut-être jusqu’en 1924 : sur la lancée de la guerre et du style imposé par Albert Thomas, il est possible que la tendance soit surtout à la concertation. Après la grève d’avril 1919, André Citroën accepte la formation d’un comité mixte (ouvriers/patronat) pour l’élaboration de nouvelles échelles de salaires. Par ailleurs, sa bonne conscience lui inspire des démarches assez étonnantes : deux fois, il demande à l’Humanité de passer des communiqués. La première, en mars 1918 : le quotidien donne un rectificatif sur une révision des salaires, non acquise et qui avait été donnée comme certaine. Mais plus tard, en 1924, toujours lors d’une grève, le journal ironise : « hier, nous recevions un coup de téléphone très aimable... on nous demandait si l’Humanité ne pouvait pas prendre un communiqué des usines Citroën (...). Il s’agissait tout simplement d’inviter les ouvriers à aller se faire payer (...). C’est bien dommage que nous n’ayons pas pu vous aider à briser la grève »63. Lors des conflits ultérieurs, la direction ne tentera plus cette requête et recherchera même activement les ouvriers correspondants de l’Humanité en 1928.

  • 64 La Vie ouvrière, 10.8.1934.

73Par ailleurs, il semble qu’on essaie d’éviter des provocations, coutumières d’autres entreprises. La surveillance par exemple : « l’organisation policière de l’usine peut être donnée en exemple au patronat ; en principe, chez Citroën, il n’y a pas de surveillance Visible à l’intérieur des ateliers »64. Et, dans un rapport de l’Internationale Communiste, le secrétaire de la cellule de Javel précise, en 1925, l’absence « de propagande dans l’usine par des ligues patriotes et cléricales » ; quant à l’existence d’un syndicat jaune, mentionnée une seule fois par l’Humanité, elle n’est pas du tout évidente.

  • 65 Sur les délégués, cf. G. Hatry, op. cit., p. 125 sq. On préconise deux délégués et deux suppléants (...)

74Autre aspect de la concertation, les délégués d’usine. Durant la guerre, A. Citroën participe à la création officielle, mais non obligatoire, des délégués d’atelier, née de la collaboration entre Albert Thomas, Louis Renault et deux militants de Billancourt65. Le règlement-type et test est diffusé sous forme de brochure dans les entreprises ; il s’agit de supprimer les conflits, d’éviter que les patrons (cela s’est vu) ne désignent eux-mêmes les délégués, mais aussi que les délégués ne deviennent le bras du syndicat, revendiquant un droit de regard sur la marche de l’usine. Conclusion : « le rôle du délégué doit se limiter à toutes les questions intéressant directement son atelier. Il ne doit en aucun cas s’insérer dans la gestion concernant d’autres services ou d’autres ateliers (...). Le délégué devra s’efforcer de maintenir la discipline et le bon ordre dans l’atelier ».

  • 66 APP Ba 1375, note du 15.12.1918.
  • 67 « La vie à l’usine » art. cité ; AN F7 13367, note du 18.2.1918. Rapports mensuels du Ministère de (...)
  • 68 AN F7 13367, note de février 1918.

75Le souci permanent de certains délégués est certainement de dépasser ces prévisions. Pour les neutraliser, André Citroën use de tactiques éculées, mais efficaces. D’abord, le déplacement : « les ouvrières protestent contre les mesures fréquentes de déplacement dont seraient l’objet leurs délégués d’atelier et elles attribuent ces mesures à l’intention de la direction d’entraver l’action de ces délégués »66. Comme il y a 180 représentants du personnel à Javel et qu’on ne peut, décemment, les déplacer perpétuellement, le patron en personne les court-circuite : souvent, il réunit les ouvrières — parce qu’elles sont supposées plus soumises à l’autorité... ou plus revendicatives ? — dans la petite salle des conférences. Il suscite, dans ce qu’il nomme lui-même des « discussions courtoises », leurs doléances67. Naturellement, et dans la mesure du possible, il exauce leurs vœux, précisant « qu’il n’y a pas besoin de délégués entre son personnel et lui, puisqu’il est toujours disposé à entendre les réclamations justes » : c’est la concertation, chère à Citroën, mais hors l’institution. Mais il y a d’autres armes encore, et on s’y exerce : diviser pour régner. On donne de la promotion aux délégués. Au moins jusqu’au Front populaire, et encore, il est impensable pour un ouvrier de cumuler les fonctions du chef et du délégué, du procureur et de l’avocat. Lors d’une réunion d’ouvriers, « un délégué qui se sent visé veut se disculper, mais il est conspué et ne peut se faire entendre »68. En février 1918, les ouvriers du Quai votent une résolution qui interdit aux délégués d’accepter un poste de chef d’équipe et les oblige à se syndiquer.

  • 69 La Vie ouvrière, 23.3.1928.
  • 70 L’Humanité, 10.2 et 5.5.1926 et AN F7 13897 note du 23.3.1926.
  • 71 L’Humanité, 3.9.1929.

76Quand, au début des années vingt, le syndicat des métaux parisien lance un vaste mot d’ordre de nomination de comités d’usine, la Vie ouvrière explique que « le patronat prend peur et dit des bêtises en disant qu’il reconnaîtra les délégués d’usine au cas où ceux-ci seront prêts à collaborer avec eux, pour la bonne marche de l’organisation patronale et pour le maintien de l’équilibre social sur le dos du prolétariat »69. André Citroën est peut-être de ceux-là. En effet, la presse mentionne plusieurs fois la présence et l’activité de « délégués » dans les usines, en particulier à Saint-Ouen. En 1926, à la suite d’un conflit, un ouvrier licencié est réintégré et « les délégués d’atelier sont reconnus ». Mais quelques mois plus tard, « en l’espace de cinq semaines, deux délégués ont été renvoyés sous le fallacieux prétexte de baisse de travail » ; parmi eux, peut-être, « le délégué syndical de l’usine qui, revenant de convalescence à la suite de l’amputation de deux doigts, a été licencié, bien qu’on lui ait promis le contraire » (et qui était donc connu...)70. Quel est le rôle de ces délégués ? Sont-ils réellement reconnus par la direction, ou ne s’agit-il que d’une reconnaissance provisoire, le temps du conflit (comme en 1924), avec licenciement ultérieur mais garanti ? En 1929, l’Humanité signale, incidemment, qu’à Clichy aussi « il existe des délégués du personnel », qui viennent d’ailleurs, en partie, d’être remerciés71. Néanmoins la presse n’insiste jamais sur cette représentation du personnel. Plus certaine par contre est la nomination de délégués à la sécurité (toujours à Saint-Ouen) en 1928, même s’ils sont doublés par un service officiel de l’entreprise.

  • 72 L’Humanité, 17.2.1924. Le règlement d’atelier est : « en aucun cas, les demandes ou réclamations co (...)

77D’autre part, la direction accepte pratiquement toujours de recevoir les délégations temporaires lors des conflits. Les refus sont rares et suivent les licenciements pour grève : quand la négociation a échoué, que les ouvriers sont licenciés pour arrêt collectif du travail interdit par le règlement d’atelier, alors, sauf exception, la direction refuse une seconde entrevue : « M. Citroën a reçu la délégation envoyée par les ouvriers, (...) sauf trois, qui appartenaient aux ateliers licenciés et deux qui n’avaient pas six mois de présence, M. Citroën estimant que pour pouvoir parler au nom de ses camarades, cette durée de présence est un minimum »72. Cette exigence directoriale (même au cas où elle ne serait que feinte) montre que le patron entoure ces entretiens de certains principes démocratiques.

  • 73 Interview à l’Echo de Paris, rapporté par l’Humanité du 17.2.1924, et l’Humanité du 23.2.1924.
  • 74 L’Humanité, 9.5.1923, 12.7.1924, 6.5.1925.
  • 75 Idem, 12.4.1924, 2.5.1930 et 17.3.1928.

78Après un lock-out l’usine réembauche par « lettres individuelles » et opère une sélection, à commencer par les fortes têtes : cela, la presse ouvrière le dénonce régulièrement et André Citroën lui-même n’en fait pas mystère : « j’ai l’intention de reprendre le travail par petites équipes, afin de sélectionner les ouvriers intéressants ; car ce qui se passe est intolérable : par paquets de cinquante ou de cent, ils s’arrêtent et ne veulent plus travailler », et « il fait dire à l’Intransigeant qu’il a licencié ses 11 000 ouvriers pour se défaire de certains agitateurs »73. Après la grève de 1924, les membres du comité de grève sont tous écartés. Congédiés aussi ceux qui font passer des listes de souscriptions ou qui ont participé à des délégations74. Pourtant, malgré les calomnies (« on essaie de jeter le discrédit sur les camarades qui ont guidé la grève en essayant de faire croire que ceux-ci en ont tiré de bons bénéfices ») et les tentatives de dissuasion (« l’accès de salles de réunion syndicale et les rues adjacentes étaient obstruées par la police en civil et en tenue »), voire les violences75, les organisations ouvrières se maintiennent vaille que vaille dans l’usine.

79Cependant, malgré cette présence permanente, mais très faible, de la CGTU et du PC, les réponses ouvrières à la politique patronale sont ponctuelles. Il n’y a pas, dans l’entreprise, de contre-pouvoir organisé et efficace pour faire pièce à l’arsenal de moyens déployés, de la rationalisation à la coercition, en passant par les œuvres sociales. Par ailleurs, il semble que ne soient pas systématiquement exploitées les tentatives d’ouverture patronale, comme les délégués ouvriers (s’ils existent réellement) ; est-ce là manque d’expérience d’organisations ouvrières désorientées par la multiplicité et l’alternance des armes directoriales, mais aussi peut-être par les divers visages offerts par les usines et le patronat dans la construction automobile de la région parisienne ?

II. LES FORCES OUVRIÈRES

80Face au pouvoir et à ses armes, que fait et comment vit la main-d’œuvre ? Il est difficile de répondre, car, d’abord, elle ne s’exprime guère. Vingt, vingt-cinq, trente mille salariés et pas d’archives, si ce n’est la presse des organisations ouvrières et quelques cartons ministériels. Trente mille salariés et quelques dizaines de militants ; il est tentant d’assimiler les uns aux autres, d’estimer que la voix de l’Humanité, que ses critiques de la vie usinière, que ses mots d’ordre témoignent pour tous : comme ne pas se révolter contre la vie imposée dans ces ateliers immenses, froids, rationalisés ? Comment ne pas se joindre à ces syndicalistes qui demandent diminution du temps de travail et augmentation des salaires ? Et pourtant... Isolés, les militants restent persécutés. Si leur place reste importante ce n’est pas par leur nombre, ni même pour leur action durant ces années, mais à cause du fondement de leur politique : eux seuls œuvrent pour établir un contre-pouvoir dans l’entreprise et les événements de 1936 seront bien, pour une part, leur fait.

I. Des salariés par eux-mêmes

81L’histoire des usines françaises entre les deux guerres ne saurait se résumer dans celles d’André Citroën. L’histoire ouvrière ne saurait se limiter à celle qui est vécue et énoncée par des militants qui, trop fréquemment, retiennent seuls l’attention. Etudier la vie d’une usine et les pratiques ouvrières, observer un parti et un syndicat réduits à leur plus simple expression conduit à s’interroger sur ceux qui refusent de s’identifier aux organisations ouvrières et leur préfèrent les cadres offerts par le patronat : les salariés « ordinaires ».

82Mais les réponses ne sont guère aisées, puisque le commun dénominateur de ces travailleurs est l’absence d’écriture ; ceci non seulement pénalise toute étude sur leur existence, mais encore focalise l’attention sur ceux qui y ont accès. La seule source possible reste donc celle fabriquée par l’historien : l’histoire orale. Les témoignages alors recueillis peuvent bien sûr être passés au crible de la technique et de la méthodologie : quel est le panel de l’enquête ? Quelles y sont les proportions d’OS ? de femmes, d’immigrés et d’OP ? mais quand sont nés ces gens, quelle était leur famille et combien de temps sont-ils restés dans cette entreprise ? Comment a été élaborée la grille des entretiens, s’il y en avait une ? que signifient, au fond, les propos recueillis, par une jeune universitaire équipée d’un magnétophone, auprès d’hommes âgés, ouvriers de l’automobile ? Et enfin, quelle crédibilité accorder à une source entachée de ces aléas, relue par le temps et les événements, pervertie par les mécanismes de la mémoire ?

  • 76 Ce chapitre d’après plusieurs entretiens (qui ne sont pas des histoires de vies) avec MM. Kerjean (...)

83Le procès de l’histoire orale n’est plus à faire, ni à gagner, et il ne s’agit ici que d’une tentative. L’échantillonnage est bien faible et dispersé76, soumis au hasard des carnets d’adresses (mais est-il plus redoutable que la main du fonctionnaire qui crée les séries F 7 ou F 12 aux Archives nationales ?), des rubriques nécrologiques et des disponibilités du chercheur. D’autre part, les questions posées n’étaient pas liées à l’écriture de ce chapitre, au contraire : ce sont les non-réponses et les non-dits, c’est l’étonnement succédant à l’agacement qui, précisément, ont motivé son élaboration. Les premières déceptions passées et exploitées, la sagesse eût sans doute été d’opérer un retour vers ces salariés, d’effectuer des voyages quadrillés en culture usinière. Puisque tel n’a pas été le cas, ces pages devront être comprises comme un questionnement, comme une série d’hypothèses sur des perceptions à jamais inaccessibles à la lecture usuelle.

  • 77 Pour une enquête de type sociologique en milieu ouvrier, voir J. Frémontier, La vie en bleu (Paris (...)

84Ces hommes et femmes qui peuplent l’usine, qui sont-ils, que font-ils, que pensent-ils entre deux surgissements sur la scène de l’histoire, entre la guerre et le Front Populaire ? Leur histoire est-elle bien celle de ces brusques apparitions ou celle du labeur quotidien exécuté dans le mutisme ? Est-elle construite sur l’espoir, la crainte ou la monotonie ? Qu’est-ce qui caractérise « l’éternel ouvrier », se battre, à visage découvert et à dix ou vingt contre le patron et le petit chef, ou courber le dos et s’accommoder de la hiérarchie ? Saboter l’ouvrage et couler la chaîne, ou réussir sa pièce et accélérer la cadence pour arrondir sa semaine ? Quelles sont les scansions de la vie de ces individus qui reculent devant les risques de la syndicalisation, qui refusent les hasards du conflit ouvert et mobilisent les piquets de grève, qui ne bénéficient ni d’assurances sociales ni de congés payés, qui lisent peu les journaux et ne portent guère d’attention (ou de compréhension) aux événements nationaux et internationaux, mais dont l’usine reste le centre de l’existence ?77

l’usine et sa loi

85Quand on rencontre ces salariés, l’image qu’ils renvoient de l’atelier ne correspond guère à celle de la presse ouvrière. Bien sûr, des dizaines d’années ont passé, l’âge et l’expérience ont pu aplanir les aigreurs et les difficultés vécues. Mais comment ne pas comparer leur discours avec celui des militants de la même génération... Là, l’usine n’est plus le lieu privilégié de l’agit-prop, de la lutte contre le capitalisme dévoreur d’hommes. L’usine est la nécessité première de gagner un salaire pour soi-même et sa famille. Parfois, on se marie après avoir obtenu une augmentation et cette vie de travail n’en finit plus : « j’en ai connu qui travaillaient encore à 80 ans ». Immensité désespérante, minée par l’angoisse de la maladie mais, semble-t-il, peu des renvois saisonniers ; à moins que ceux-ci n’aient fait partie de la loi.

86La loi de l’usine... Comme on naît, comme on meurt, on est ouvrier, et on subit une loi qui présente plusieurs faces : la maladie, la hiérarchie, le travail. En fait, ou plutôt on ne subit pas, on coexiste avec ces choses de la vie. La hiérarchie est incontestable et incontestée : il y a les ouvriers et les autres, les meilleurs s’en sortent, individuellement, la promotion s’effectuant au choix. La première marche à gravir est de sortir de la production, à son niveau le plus bas : « j’ai été ouvrier, puis contrôleur, puis chef d’équipe, puis contremaître » ; s’agissant d’un ouvrier non qualifié (« ouvrier sur machine »), j’ai posé la question d’une promotion grâce à la formation interne : « avez-vous suivi des cours ? — Non, non. — Mais alors comment êtes-vous devenu contremaître ? — Comme ça » (à noter que ce vocable de contremaître, universel à l’époque, est remplacé ensuite par celui moins péjoratif mais plus contemporain « d’agent de maîtrise »). Cependant, aucune difficulté n’est rencontrée dans ces nouvelles fonctions.

87Naturellement, on trouve des « bons » et des « mauvais » chefs, ce qui ne signifie pas que les seconds, les durs, se fassent moins bien obéir ; leur atelier tourne tout aussi bien. Le rôle social du contremaître est ainsi un choix délibéré : « tous les matins, je faisais ma tournée, je serrais les mains, je voyais si ça n’allait pas. — Et si ça n’allait pas ? — Alors je demandais ce qu’il y avait, on me disait c’est rien, c’est rien ; mais j’insistais et je voyais ce que je pouvais faire. — Que pouviez-vous faire ? — Un changement de poste, ou alors voir avec les assistantes sociales ». Bien sûr, les mauvais chefs ce sont toujours les autres.

88Les rapports avec les inférieurs sont plus ou moins distants, suivant les individus, suivant les secteurs de l’usine. Dans les ateliers, les ouvriers sont tutoyés et vouvoient les contremaîtres, marque de reconnaissance de l’autorité de ces derniers. Franchi le seuil de la maîtrise, le salarié, auréolé de sa blouse blanche, change de monde. Si, à grade égal, le tutoiement est de rigueur (entre contremaîtres, entre ingénieurs), entre grades différents on se vouvoie ; aussi est-ce un grand honneur chez les « cadres » que de s’entendre dire « tu » par un supérieur hiérarchique (qui toujours appartient à un autre service...) : « Untel, oui, c’était un chic type ; il dirigeait tel atelier ; il venait de temps en temps me demander un petit service que je lui accordais volontiers ; et d’ailleurs, il me tutoyait ; oui, oui, on s’entendait bien ». Tout signe d’intelligence est happé avec fierté dans ces immenses usines. Et le patron le sait mieux que tout autre : — « je connaissais très bien André Citroën — ? (je n’avais pas posé la question). — Oui, oui, même, une fois, il m’a serré la main ; et même, il était avec le roi du Siam, je crois, et il m’a demandé d’expliquer au roi du Siam, ce qu’était l’ébénisterie où j’étais contremaître ; et il a été très content ».

« Dans les interstices de ce glissement gris, j’entrevois une guerre d’usure de la mort contre la vie et de la vie contre la mort. La mort : l’engrenage de la chaîne, l’imperturbable glissement des voitures, la répétition de gestes identiques, la tâche jamais achevée. Une voiture est-elle faite ? La suivante ne l’est pas, et elle a déjà pris la place, dessoudée précisément là où on vient de souder, rugueuse précisément à l’endroit que l’on vient de polir. Faite, la soudure ? Non, à faire. Faite pour de bon, cette fois-ci ? Non, à faire à nouveau, toujours à faire, jamais faite — comme s’il n’y avait plus de mouvement, ni d’effet des gestes, ni de changement, mais seulement un simulacre absurde de travail, qui se déferait aussitôt achevé sous l’effet de quelque malédiction ».
Robert Linhart, L’Etabli, p. 13

89Peut-être est-ce cette notion de loi qui est la plus marquante pour l’auditeur et qui, fondamentalement, distingue le militant de «l’autre». «l’autre». En effet, elle n’est jamais énoncée comme telle : cernée et conceptualisée elle deviendrait par là-même apte à être déviée et combattue. La cadence, la hiérarchie, le renvoi, le taux du salaire : pour les uns, ces faits sont nommés comme l’essence de l’arbitraire patronal, pour les autres, ils ne constituent que les différents aspects d’une seule et même condition, celle de l’ouvrier. Donnée, cette condition est de surcroît immuable. Jamais l’idée de combat n’apparaît ni ne transparaît, pas même celui de David contre Goliath. La révolte du petit contre le grand, apanage des militants, est particulièrement bannie.

90En 1936, le syndicat sera vécu comme une contrainte. D’après ces témoignages, la carte de la CGT réunifiée est exigée, même des contremaîtres, pour pouvoir rentrer dans les ateliers : c’est un très mauvais souvenir et bien la seule fois, en cinquante ans de vie salariée, où mes interlocuteurs ont payé un ou deux timbres, puisqu’ensuite, « le syndicat ne nous donnant pas pour notre argent », la carte est pliée dans la naphtaline. Le sigle « CGTU » n’éveille aucun écho, dans les mémoires ou dans les consciences ; on se souvient seulement de la « CGT » qui, elle, n’a pas disparu de notre vocabulaire contemporain. Le syndicalisme est ignoré, ou méprisé. Ignoré avant son fracassant retour de 1936 : « je ne sais pas s’il y avait un syndicat dans l’usine. — Si, si, mais ils étaient très peu nombreux. — Alors, on ne les voyait pas — Ils n’y avait pas de tracts, d’affiches ? — Non, je ne me rappelle pas. De toute façon, moi je ne fais pas de politique ; je dis toujours, les gens font ce qu’ils veulent en dehors, mais pas de politique dans l’usine. Un jour on m’a dit : tu sais Untel, je l’ai vu lire l’Humanité dans la rue, tu trouves ça bien ? Moi, j’ai répondu, pas de politique dans l’usine, mais dehors les gens font ce qu’ils veulent, ça ne me regarde plus, ce n’est plus mon travail de contremaître ». Puissant, le syndicat est méprisé, mais les arguments employés donnent, peut-être, la mesure d’une certaine culpabilité : l’un explique que les délégués sont payés par la direction pour déclencher des grèves qui lèsent les ouvriers (il s’agit de celle de 1933) ; l’autre raconte comment un membre d’un piquet de grève force sa femme à aller travailler : « c’est dégoûtant ».

le temps

91Autant dire que le balisage des mémoires, ou plus exactement de la mémoire de la vie active et publique — celle du travail — est différent chez les uns et les autres. Pour les uns, le temps de la vie politique recouvre celui de l’usine ; pour les autres, il n’y a pas de vie politique et le temps de la vie s’imbrique dans celui de l’atelier. Quand les militants revivent la guerre du Rif, les « descentes » des orateurs aux portes des usines, les élections et les désistements, le 6 février 1934, la réunification syndicale, la clandestinité, les tracts les grèves, les « autres » se rappellent qu’André Citroën leur a serré la main, racontent longuement comment un accident du travail a failli arriver, n’ont aucun souvenir des conflits du travail, si ce n’est celui de 1933, quand on le leur rappelle. D’ailleurs cette grève, ils ne l’ont pas faite : « je ne pouvais pas, j’étais seul à Paris, il fallait que je paye ma chambre — Mais alors, comment faisaient les grévistes, avec une femme et des enfants à charge ? —... Je ne pouvais pas, j’étais tout seul à Paris ». Il paraît impensable qu’un syndicaliste puisse confondre « 36 » avec d’autres événements, tant ce printemps fit date dans l’histoire du mouvement ouvrier ; par contre, un non syndiqué mêle facilement, chez Citroën, la grève de mars 1933 (qui dure six semaines) avec celles de mai et juin 1936. Restent quand même attachés au Front populaire les congés payés. « Comment s’appelait-il déjà celui qui a donné les vacances ? —... ? Blum ? — Oui, c’est ça, Blum ! » Rétrospectivement, le lien n’est plus (ou pas) fait avec la vague de grève et ni les augmentations de salaires, ni les 40 heures, ni les conventions collectives, ni le droit syndical ne sont mentionnés.

92Quant à cette « mémoire » des faits autour desquels s’organisent les chronologies des militants et des historiens (et surtout des historiens-militants) n’a-t-elle pas été réactivée par la victoire électorale de la gauche en mai 1981 ? Réactivée d’une part par les média et leurs nombreuses références au Front populaire, d’autre part par un déblocage : il y a désormais moins de danger à penser « à gauche ». Il serait sans doute intéressant de mener des contre-interviews et de comparer les discours produits, avant et après la rupture de 1981, sur la grève, les organisations ouvrières, le travail, le patronat, les entreprises nationalisées, etc.

  • 78 Voir à ce propos, Histoire orale, histoire des femmes (Bulletin de l'ΙΗΤΡ, supplément au no 8, 198 (...)

93Quoi qu’il en soit, il est sûr que ce sont les petits événements qui ponctuent la vie des ouvriers et des contremaîtres « ordinaires ». Mais la vie familiale joue aussi un rôle dans cette relation à l’usine : interrogé sur la faillite et ses conséquences, un témoin, dessinateur, militant chrétien, à la mémoire très précise s’étonnait lui-même de ne pas avoir plus de réminiscences de cet événement ; quand je lui en situai la date, décembre 1934, il s’exclama : « ah oui, je comprends ; à cette date-là, j’ai perdu un enfant ; alors, vous comprenez, ce qui se passait à l’usine »... Cette réflexion montre par ailleurs que le temps de la vie familiale n’est ni l’apanage des femmes, ni systématiquement occulté par une mémoire virilisée78

« La chaîne ne correspond pas à l’image que je m’en étais faite. Je me figurais une alternance nette de déplacements et d’arrêts devant chaque poste de travail : une voiture fait quelques mètres, s’arrête, l’ouvrier opère, la voiture repart, une autre s’arrête, nouvelle opération, etc. Je me représentais la chose à un rythme rapide — celui des « cadences infernales » dont parlent les tracts.
« La chaîne » : ces mots évoquaient un enchaînement, saccadé et vif.
La première impression est, au contraire, celle d’un mouvement lent mais continu de toutes les voitures. »
R. Linhart, L’établi, p. 9

  • 79 S. Weil, La condition ouvrière, p. 53.

94Ainsi, ces vies ne se ressemblent pas. Avant 1936, les contrats collectifs et les délais-congés, les organisations ouvrières demandent sans cesse à leurs militants de « rester dans les boîtes », d’éviter de « prendre leur compte » au moindre accrochage avec la hiérarchie. Par contre, un contremaître que j’ai rencontré est resté quarante-quatre ans chez Citroën, et, qui plus est, quarante-quatre-ans à Javel, sans la plus petite incursion à Saint-Ouen ou à Clichy. La vie, c’est beaucoup de travail ; mais alors que les ingénieurs racontent avec passion leurs fonctions successives et leur métier, les récits changent radicalement chez les exécutants. Simone Weil a écrit, décrit sur le vif, ses journées d’ouvrière à l’Alsthom dans le XVe arrondissement ; elles se résument à de menus détails et surtout à l’angoisse du salaire : « samedi 22. Rivetage avec Ilion. Travail assez agréable — 0,028 la pièce. Boni non coulé, mais cela en donnant toute ma vitesse. Effort constant — non sans un certain plaisir, parce que je réussis. Salaire probable 48 h à 1,80 F = 86,25. Boni : pour le mardi, si on a travaillé à 4 F l’heure, 17,60 F ; pour le mercredi, 1,20 F, pour jeudi et vendredi 0,60 x 15 (environ) = 9 F ; pour samedi 1,20 x 3,5 = 4,20 F. Donc : 17,60 F + 1,60 F + 9F + 4,20 F = 32,40 F. Cela ferait 86,25 + 32,40 F = 118,65 F »79.

« C’est comme une anesthésie progressive : on pourrait se lover dans la torpeur du néant et voir passer les mois — les années peut-être, pourquoi pas ? Avec toujours les mêmes échanges de mots, les gestes habituels, l’attente du casse-croûte du matin, puis l’attente de la cantine, puis l’attente du casse-croûte de l’après-midi, puis l’attente de cinq heures du soir. De compte à rebours en compte à rebours, la journée finit toujours par passer. Quand on a supporté le choc du début, le vrai péril est là. L’engourdissement. Oublier jusqu’aux raisons de sa propre présence ici. Se satisfaire de ce miracle : survivre. S’habituer. On s’habitue à tout, paraît-il. Se laisser couler dans la masse. Amortir les chocs. Éviter les à-coups, prendre garde à tout ce qui dérange. Négocier avec sa fatigue. Chercher refuge dans une sous-vie. La tentation... »
R. Linhart, L’établi, p. 50

95Pour les ouvriers, après des dizaines d’années, ces souvenirs ont souvent disparu ; le travail est indescriptible, au sens propre du mot : « j’étais ouvrier sur machine à bois. — quel était votre travail ? — J’étais ouvrier sur machine à bois ; j’étais venu chez Citroën, parce qu’on me donnait 2,40 de l’heure, au lieu de deux francs dans la scierie de banlieue ». Décrire le travail du contremaître est encore plus complexe, puisqu’il se résume pratiquement à la surveillance ; sont alors minutieusement détaillés les problèmes techniques de la portion de chaîne dont le contremaître est responsable et évoqués leurs aspects les plus spectaculaires : les grands costauds, « embauchés pour ça, des Algériens le plus souvent », qui trempent les ailes de voitures dans les bains d’émaillage. Et ceux qui ne sont plus là pour témoigner, les sableurs : « malgré les masques, le sable rentrait dans les poumons ; il n’y avait pas de Français, après quatre ou cinq ans de travail, ils rentraient dans leur pays, pour mourir ».

96Conséquence de si étales conditions de travail ? J’ai cru percevoir un fort besoin de personnaliser l’usine : les entretiens étaient émaillés de noms propres, ceux des collègues de travail, et prenaient une pénible tournure quand l’un d’eux venait à manquer. Sans doute faut-il voir là la lutte contre les signes avant-coureurs de la sénescence, mais il m’a semblé que les cadres, les ingénieurs, y attachaient une importance moindre ; l’histoire de leur vie se suffisait à elle-même, ne nécessitait ni témoins, ni faire-valoir, car elle ne risquait pas, à leur yeux, de retomber dans l’anonymat.

97En fait, le temps des politiciens et des patrons semble couler sur l’atelier, dont la vie quotidienne n’est pas affectée. Le temps des investissements, des crises et des profits, le temps, de l’exercice des pouvoirs d’un côté, celui de l’éternel recommencement, de la vie quotidienne, de la chaîne, de l’évitement des pouvoirs et des frictions, de l’autre. Le patron amortit à long terme ses investissements, l’ouvrier travaille tous les jours sur la machine.

98Cette courte étude des « ouvriers par eux-mêmes » peut paraître bien sommaire. Peut-être les quelques personnes que j’ai rencontrées n’étaient-elles que des exceptions, mais ni plus ni moins que ces syndicalistes et communistes, si rares qu’ils se comptent encore. Ce chapitre voulait simplement rappeler l’existence de ceux, immense majorité, qui peuplent les usines d’André Citroën. Majorité presque toujours muette, presque toujours sourde aux appels à la révolte, mais peut-être sensible au sens et aux méandres de la politique patronale.

2. L’usine vue par la presse ouvrière

  • 80 Pour les analyses qui vont suivre, c’est surtout la presse communiste et unitaire qui a été consul (...)

99D’un côté, des dizaines de milliers d’ouvriers sans mode ni moyen d’expression, de l’autre, des centaines d’articles, une profusion élaborée par une poignée d’individus80. Par la force des choses, les informations fournies par la presse sont disparates, irrégulières et partiales : les usines sont grandes et dispersées, les « rabcors » (ces correspondants ouvriers de l’Humanité) peu nombreux et présents exclusivement dans les ateliers. Sûrement, les militants ne sauraient se prévaloir d’être les porte-paroles des salariés ; ils ne représentent qu’un regard. Mais la presse ouvrière reste une source indispensable pour évaluer la condition ouvrière et ses mutations, pour comprendre la stratégie communiste et son évolution ; d’autre part, malgré le monolithisme du discours du PC et de la CGTU, on lit là les dissemblances réelles entre l’usine de Louis Renault et celle d’André Citroën, ces fausses jumelles.

  • 81 Citroën est mentionné dans 656 numéros, contre 664 pour Renault ; pour Renault, voir J.-P. Deprett (...)
  • 82 31.10.1928, 22.5.1929, 16.3.1933.

100Les deux entreprises participent pourtant d’un intérêt équivalent, différemment réparti au fil des ans81. Si la création des cellules à partir de 1924 entraîne un net décollage de l’attention portée aux « grands bagnes », elle coïncide la même année avec une grève à Javel : le nombre des articles se maintient donc, quand la courbe ne pointe à Billancourt qu’en 1926, première année de grève. Quantitativement, l’arrêt de travail est un net succès : 1924, 1927, 1933 pour Citroën, 1926 et 1932 pour Renault. Mais toutes les grèves ne sont pas mentionnées, loin de là : un décompte exact ne peut se faire même avec l’aide des dossiers du ministère de l’Intérieur. Entreprise de pointe, « bagne » modèle, les usines Citroën ont droit à plusieurs séries d’articles : décembre/janvier 1926, une série en huit chapitres ; puis une autre en décembre 1932 : dix épisodes en compagnie « des enchaînés du Napoléon de l’automobile ». Hormis ces enquêtes l’Humanité consacre plusieurs pages spéciales (comme pour Renault ou Peugeot) aux « citrons de Citroën »82. André Citroën a également droit à des attentions particulières.

  • 83 Respectivement 3.7.1919 et 5.3.1925.

101Juste après guerre, en 1919, lors de la grande grève des métallos parisiens, le patron de Javel a bonne presse. Fait exceptionnel, l’Humanité le croit, se rend à ses raisons (même avec les réserves de rigueur) : « peut-être est-ce celui des industriels dont les intentions sont les moins noires » ; s’il licencie, ce n’est pas par désir répressif, mais à cause de la mauvaise marche de la maison. Plus tard, le doute subsiste encore et lors d’un débauchage le quotidien s’interroge : « Citroën veut-il faire dans ses usines comme la plupart des patrons de ce pays ? »83.

  • 84 L’Humanité, 7.6.1925.
  • 85 L’Humanité, 9.5.1923, 12.7.1924, 6.5.1925.
  • 86 L’Humanité, 21.2.1924 et 30.1.1932.

102Si ces sentiments demeurent rares, l’Humanité dresse pourtant un portrait peu courant, pour ses colonnes, de l’industriel : « qu’est-ce au juste que Citroën ? quelle ambition démesurée poursuit cet homme ? »84. Cette notion de « démesure » (tout à fait appropriée) est frappante quand pour les communistes il n’est en général pas besoin de préciser que le capitalisme est l’archétype de la puissance énorme, aveugle, dévoreuse des prolétaires. Or à Citroën sont attribuées d’inhabituelles qualités : « ingénieur remarquable, doué d’une grande intelligence, il végétait avec ses engrenages silencieux double chevron (...) ; doué d’une santé robuste, d’une constitution de fer, cet homme petit et replet, au regard froid sous le lorgnon, presque chauve au début de sa vie, en imposait à tous par son intelligence »85. En deux paragraphes le mot « intelligence » revient deux fois et, même si la description physique n’est guère élogieuse, le « regard froid » complète les capacités intellectuelles, exprime la lucidité, la volonté : « pour les obus, Citroën avait promis de grandes choses, et il tint parole ». Que d’hommages. Des syndicalistes de premier plan, comme Couergou, participent même à l’élaboration d’une légende : c’est Citroën qui, le premier, aurait accordé la semaine anglaise en 1912 chez Mors86

  • 87 Respectivement L’Humanité 15.11.1925, La Vie Ouvrière, 18.3.1927, L’Humanité, 19.7.1925.

103D’autre part, la politique industrielle originale d’A. Citroën appelle des qualificatifs bien plus variés que pour Louis Renault. « L’individu qui illumine la tour Eiffel » n’est que « le roi de la réclame tapageuse », il est plus généreux « dans ses ridicules fantaisies que dans l’assistance à ses victimes » (d’accidents du travail)87

« M. André Citroën est joueur par nature. Ses usines, ce sont des jetons dans sa poche de gilet. S’il est arrivé, ce n’est pas par la persévérance, ce n’est pas par la ruse, ce n’est pas par son génie — c’est par sa hardiesse. Certes, les biographes officiels parlent d’engrenages inventés autrefois par un jeune ingénieur de Polytechnique, André Citroën. Mais les ingénieurs compétents et même les nouveaux engrenages sont-ils si rares en ce monde ? »
I. Ehrenbourg, 10 CV, p. 52

  • 88 L’Humanité, 25.12.1934, 20.1.1926, 19.7.1930, 13.9.1925.

104Il n’y a pas de « Saigneur » ou « Seigneur de Javel », comme il en existe un à Billancourt ; Citroën est le « Napoléon de l’automobile », « l’Empereur de Javel », plus inscrit, finalement, dans l’après 1789. Les deux grands patrons de l’automobile n’inspirent pas les mêmes qualificatifs, André Citroën est volontiers taxé « d’exploiteur prétentieux», de « fasciste aux rêves mussoliniens », de « juteux » et de « roi de la ferraille »88. Si, comme tout industriel, il reste un « singe », un « gros requin » et un faux « philanthrope », les caricatures de l'Humanité le représentent plus sarcastique qu’odieux.

le travail et ses formes : la rationalisation

105Durant ces quinze ans, le discours communiste et unitaire sur la rationalisation traverse plusieurs phases, de l’indifférence à la critique, en passant par l’acceptation. Globalement, ces étapes coïncident avec les stades de l’organisation scientifique du travail dans les usines Citroën.

  • 89 L’Humanité, 19.4.1919.
  • 90 Le Bulletin communiste, 24 juin 1920.

106Tout d’abord, et jusqu’en 1924, le PC et la CGTU ne se battent ni sur des idées, ni sur des symboles. Si l’usine d’obus a été rationalisée avec une forte proportion de femmes et un accroissement de la main-d’œuvre peu qualifiée, on ne s’en préoccupe pas, peut-être à cause du retour à l’état de paix et de l’abandon des fabrications simples, les obus. Pour les idées, ce sont celles d’André Citroën, qui, dès 1918, ne fait pas mystère de sa volonté d’avant-gardisme, de son projet rationalisateur, taylorisant et fordisant. Le symbole est la transformation de l’usine de guerre en usine de paix, la construction de grands ateliers où les fabrications se font en ligne et à la chaîne. Certes, les organisations communistes sont très peu ou pas implantées dans les entreprises durant ces années, mais André Citroën tonitrue suffisamment pour qu’elles n’en ignorent point. Avant les scissions politique et syndicale, en 1919, la fédération des Métaux appuie officiellement les nouvelles méthodes de travail, notamment lors de la convention d’application des huit heures, cosignée par l’UIMM et la CGT : « les travailleurs devront sympathiquement s’adapter au développement du machinisme et aux méthodes rationnelles de travail ».89 Ni en avril 1919 lors d’une grève chez Citroën, ni en juin lors de la grève générale des métallos, on ne lutte contre la rationalisation naissante. En mai de l’année suivante lors des grèves, si la toute jeune fraction communiste s’élève violemment contre « la “nationalisation industrialisée”, proposée par la CGT aux masses ouvrières comme une étape vers leur affranchissement (et qui) est le projet le plus absurde qu’on puisse imaginer »90, jusqu’en 1924 communistes et unitaires ne commentent pas l’organisation du travail chez Citroën.

  • 91 Signalées par P. Saint-Germain, « La chaîne et le parapluie » Révoltes logiques, no 2, p. 89 et sq (...)
  • 92 Idem.

107Dans cet après-guerre, il n’y a pas de conflit explicitement dirigé contre la chaîne, le chronométrage, les méthodes de travail, comme dans d’autres entreprises, Clément-Bayard ou Voisin91. Est-ce parce que, « les problèmes d’organisation du travail n’apparaissent qu’à l’intérieur d’une réflexion plus générale sur le contrôle ouvrier, pensé à la fois comme outil de la lutte quotidienne et instrument de gestion des usines après la révolution » ?92 Ou comme l’analyse la Révolution prolétarienne, parce que, pendant que « le syndicat luttait contre le travail aux pièces, on travaillait déjà à la chaîne » et les ouvriers luttaient isolément ? (15 mai 1927) Mais n’est-ce pas aussi, le cas des usines Citroën en témoigne, parce que la chaîne, dans ses premières applications, est considérée comme un progrès d’autant plus appréciable qu’elle n’a pas encore été réellement chronométrée, mise en gammes ?

  • 93 Pour une analyse détaillée du conflit, cf. infra. Sur la grève et la rationalisation : L’Humanité,(...)

108Ces trois hypothèses se complètent probablement, mais sans faire apparaître les divisions qui existent dans les organisations communistes et que montre la grève de février 1924 à Javel93. L’arrêt de travail a été motivé par une baisse brutale du prix des pièces consécutive au remaniement de la succession des opérations (chaîne de montage sur deux étages) ; l’Humanité commente : « (pour le travail à la chaîne), le progrès sur les systèmes anciens est indéniable ; la fabrication se trouve de beaucoup accélérée et les ouvriers ne s’en plaignent pas » ; simplement, et contrairement à Ford, « qui, au moins en apparence, a toujours voulu que les progrès de la science profitassent beaucoup à lui-même et un peu aussi à ses ouvriers », Citroën ne pense qu’à se gorger de millions et oublie de faire progresser les salaires avec les rendements (on notera la référence à la science). Le conflit se poursuit, en plusieurs phases, sans doute commenté un peu aigrement par le patron ; sous le titre « Les jugements de M. Citroën, qui est rebelle au progrès industriel ? » on lit encore dans le quotidien communiste : « la lutte des ouvriers n’est pas dirigée contre le progrès industriel, mais contre la prétention du patronat d’exploiter le progrès pour augmenter la servitude ouvrière » (17 février 1924). Toutefois, l’article précise là que « tout le monde sait que le travail en série est loin d’être intéressant ; c’est la répétition continuelle des mêmes mouvements ; l’ouvrier devient à la longue un automate, un instrument, comme la machine avec laquelle il travaille ; mais l’essentiel est de gagner sa vie » : laconique et fataliste précision.

109Quatre jours plus tard, une toute autre opinion s’exprime sous la plume de Couergou, permanent et vieux militant des Métaux : « grande fut ma stupéfaction lorsque, dimanche matin, en lisant l’Humanité, j’ai appris que les ouvriers n’ont pas protesté contre le travail à la chaîne, mais contre le tarif excessivement bas appliqué aux pièces. Lundi soir j’ai conversé avec mes amis Berrar, secrétaire confédéral, Poussel, secrétaire fédéral des Métaux, Albessart et Bouchez, du Syndicat des Métaux. Aucun d’eux n’est partisan du “nouveau progrès industriel” qu’est le travail à la chaîne » (22 février 1924). Le raisonnement est transparent : si les ouvriers ne sont pas contre, en tout cas l’appareil syndical y est fermement opposé ; les personnes consultées sont nommées, pour personnaliser cette hostilité : les militants connaissent bien Berrar ou Albessart qui interviennent si souvent à la Bourse. Mais Couergou notifie le pourquoi de ce désaccord, sans éviter le piège de ceux qui huit jours plus tôt ne désapprouvaient pas la chaîne : la science : « le travail à la chaîne proposé par M. Citroën est un système plus nocif (...) que le système Taylor, sans avoir toutefois l’excuse de ce dernier de reposer sur une base scientifique ». Et il poursuit : « on dit qu’il constitue un “progrès technique” parce qu’il comporte une économie de mouvements et par conséquent une économie de fatigue et de temps ! Quelle monstrueuse erreur ! Ce système repose sur l’accélération des mouvements et non sur une économie des mouvements et s’il en résulte une économie de temps, ce ne peut être qu’en réduisant le temps de repos du travailleur et en rapprochant ce délai de son repos définitif dans une des cités-jardin de Pantin ou de Bagneux. La diminution du temps de travail par la réduction de l’existence ». Ce long, et brillant, article présente quelques contradictions, volontaires ou pas (puisque la CGTU reste majoritairement peuplée d’OP) : Couergou réfute l’économie de mouvements induite par la chaîne et dénie dès lors au système une « base scientifique » reconnue au taylorisme ; il ne souligne pas non plus la filiation des deux systèmes : puisque la chasse à la flânerie fait partie d’un système Taylor « scientifique », la réduction des temps de repos sur la chaîne devrait participer de la même science. S’il faut reconnaître à Couergou son rejet des deux méthodes de travail dans une même « nocivité », il serait dès lors intéressant de connaître son opinion sur leur application dans la patrie des Soviets.

  • 94 Par exemple, L’Humanité, 24.4 et 26.8.1930, 17.11.1934.
  • 95 Cahiers du Bolchevisme, 9.10.1926.
  • 96 Intervention de Rabaté au 4e Congrès de la Fédération unitaire des métaux, mai 1927.
  • 97 Pour le taylorisme en URSS, voir R. Linhart, Lénine, les paysans, Taylor (Paris, 1976, 175 pages).

110Cette opposition entre la bonne et la mauvaise rationalisation n’est pas employée dans la grande presse pour les usines Citroën en particulier et n’apparaît que dans des articles généraux94. Le débat sur rationalisation capitaliste et rationalisation socialiste a cours dans l’organe théorique du PC, les Cahiers du Bolchevisme, notamment après l’article d’un élève de l’école léniniste de Moscou qui explique que le fordisme est « la méthode de production de l’avenir »95. Lénine, et Staline après lui, construisant l’Union soviétique sur l’organisation scientifique du travail, les communistes sont évidemment tiraillés. L’argument majeur reste très orthodoxe : « nous sommes pour les principes de l’organisation scientifique du travail, y compris le travail à la chaîne, y compris la norme de production. C’est quelque chose qui correspond à un stade du développement du régime capitaliste. Essayer d’entraver les progrès techniques, ce ne serait pas être vraiment révolutionnaire. Les révolutionnaires savant que la classe ouvrière sera le successeur du capitalisme et que cette organisation scientifique permettra d’aller beaucoup plus vite, lors de la prise du pouvoir par le prolétariat, dans l’édification socialiste »96. Tout comme dans la Russie en révolution, les oppositions vont recouper les clivages politiques, entre Lénine et Boukharine, entre les majoritaires de la CGTU et les minoritaires syndicalistes révolutionnaires97. Au congrès des Métaux de 1927, Rabaté (majoritaire) s’exclame en une belle métaphore : « dire, comme Mahouy (minoritaire), qu’on est contre le travail à la chaîne, cela me fait penser à quelqu’un qui dirait qu’il est contre la pluie. Sans doute, on n’aime pas la pluie, mais comme on ne peut l’empêcher de tomber, alors on se contente de prendre un parapluie ». La question est dès lors de décider de quoi seront faites les baleines de l’ombrelle, de trouver des remèdes aux conséquences de la chaîne.

  • 98 L’Humanité, 23.3.1925.
  • 99 Idem, 19.1.1926.

111De 1924 à 1927, sans doute sous l’influence de la fraction dure (à laquelle se rattacherait Couergou) et à cause de l’accentuation de la rationalisation chez Citroën, les critiques de la chaîne s’enrichissent, sans toutefois de véritables analyses d’ensemble, ni de réelles attaques contre l’inéluctable marche du progrès. Lorsqu’un atelier se met en grève pour la réintégration d’un chronométreur (juin 1925), l’Humanité explique que dans tel autre secteur il faudrait chronométrer pour éviter l’arbitraire. D’autre part, avec la suppression de certaines professions (« ainsi, la tôlerie automobile est condamnée et nos camarades tôliers, menacés de renvoi, commencent à comprendre qu’ils ont été volés »)98 pointe l’usine de demain, sans OP : « A. Citroën se voit déjà à la tête d’une entreprise d’où les professionnels, exigeants sur la question des salaires, seraient soigneusement écartés et où il n’y aurait plus que des manœuvres dociles aux ordres du maître et travaillant à bas prix. Il imagine son usine transformée, le travail à la chaîne perfectionné encore. Il n’y aurait plus qu’une seule chaîne sur laquelle l’auto serait complètement montée. Il pourrait ainsi réaliser son rêve : sortir 300 autos par jour »99 : le ton est ironique (« se voit déjà », « imagine », « son rêve », « aux ordres du maître »), visiblement le journaliste communiste ne croit pas à ces folles visions. Pourtant, un an plus tard, la cadence de 300 véhicules est atteinte, en 1933 la chaîne unique est réalisée, et trois semaines ne sont pas passées que dix mouleurs, professionnels, sont renvoyés de Clichy et remplacés par des OS, « le travail à la chaîne ne nécessitant pas de compétences techniques ».

  • 100 Article cité p. 101.
  • 101 L’Humanité, 18.1.1926.
  • 102 1929, Rapport préparatoire au Comité national de la FUM.

112Pourtant, la dénonciation de la déqualification reste peu appuyée. Est-ce par manque de renseignements statistiques ou comme le suggère P. Saint-Germain parce que « la déqualification généralisée du prolétariat constituera les ouvriers en un bloc soudé, indifférencié, aux intérêts et aux espoirs communs, et dont le sort s’aggravera de plus en plus par le renforcement de l’exploitation et de l’oppression » ?100 A la même époque, une grève contre une augmentation de la production quand les salaires restent stationnaires (typique de la rationalisation) est simplement estimée « des plus légitimes », sans autre insistance ou explication.101 De la lecture de l'Humanité se dégage l’impression d’une perception insuffisante des méthodes de travail et de leur cohérence interne. Les dénonciations sont ponctuelles et bientôt très axées sur une diminution nominale des salaires, ou plus exactement des « pièces », qui n’est pas toujours mise en relation avec des aménagements du travail. Se lit également en filigranne le rapport entre l’accroissement des biens de production et l’élargissement des besoins et de la consommation. Bénéfices du progrès et usure puis régénération des prolétaires vont de pair : « pour résister à la fatigue, pour récupérer des forces suffisantes et continuer à suivre l’allure infernale de la machine, de la chaîne ou de l’équipe, il faut que le salaire ait une capacité d’achat en rapport avec des besoins plus grands ».102

  • 103 L’Humanité, 20.4.1927.
  • 104 Par exemple, L’Humanité, 11.2.1928, les Cahiers du Bolchevisme, août 1928 et novembre 1929.

113A partir de 1927 apparaît la question du chômage et de la concurrence entre les ouvriers : « par l’appât d’une prime hypothétique, on veut que les ouvriers eux-mêmes s’ingénient à faire les pièces demandées dans le moins de temps possible, créant ainsi une concurrence entre les travailleurs au sein même de l’usine ».103 Mais lors de la grève d’avril 1927 (toujours à propos d’une baisse du taux horaire) l’organisation du travail ne sera plus mise en cause dans la presse. Il faut préciser là qu’en janvier, dans leur débat sur la rationalisation, les Cahiers du Bolchevisme avaient invoqué une analyse de Boukharine : « les ouvriers révolutionnaires n’ont pas à se poser la question pour ou contre les machines. C’est un point de vue qui leur est complément étranger. Ils ne peuvent que poser la question de la lutte implacable contre tout ce qui empire la situation de la classe ouvrière, abaisse son niveau d’existence, morcelle ses forces, affaiblit ses positions » (15 janvier 1927). Les grandes discussions suivent la résolution du conflit Citroën et lors du 4e congrès de la métallurgie il semble définitivement acquis qu’à défaut de pouvoir combattre les causes, il faut soigner les effets, « ouvrir le parapluie », demander la journée de sept heures, comme en URSS, interdire la chaîne aux faibles (les femmes et les jeunes de moins de 21 ans), demander des repos horaires, supprimer le travail aux pièces sur les machines dangereuses.104

  • 105 Respectivement Cahiers du Bolchevisme, nov. 1929 et Humanité, 6.9.1929.
  • 106 L’Humanité, 13.6.1930.

114A la fin des années vingt, les usines Citroën deviennent exemplaires et par leur organisation et par les luttes qui s’y mènent : « les prolétaires de chez Citroën entrent ainsi en lutte ouverte contre la rationalisation capitaliste ; leur exemple est suivi dans maintes usines du pays ».105 Les nouvelles méthodes de travail sont alors acceptées, les revendications se déplacent, deviennent plus quantitatives, surtout après 1932 et l’amorce du Front populaire ; il est décidément acquis que « ce n’est pas le métallo qui conduit la machine, c’est la machine insatiable qui toujours l’oblige à aller plus vite »106. La grande chaîne unique de Javel, en 1933, ne suscitera aucun commentaire dans la presse quand, en 1930, un cahier de revendications de l’usine demandait, prioritairement mais naïvement, la « suppression de tous les chronométrages » (18 mai 1930). La chaîne est entrée dans l’usine et écartée (pour plusieurs dizaines d’années) du discours des organisations communistes.

les cahiers de revendications

115L’Humanité publie des articles ponctuels sur la condition des travailleurs dans les usines, mais appuie aussi la constitution de cahiers de revendications, un par an au moins à partir de 1925 (sauf pour 1929). Ces cahiers, évidente conséquence d’une action centralisée, coordonnée (même minoritaire) permettent de mieux percevoir les revendications des métallurgistes organisés et la hiérarchie qui leur est attribuée.

  • 107 L’Humanité, 11.12.1925.

116Le premier cahier mentionné par le quotidien communiste date de décembre 1925, dans une période de relative agitation militante : lutte contre la guerre du Rif (grève du 12 octobre), constitution des comités d’union prolétarienne (CUP), relative importance de la cellule de Javel (au moins 50 membres), tenue d’un congrès des métaux le 6 décembre avec constitution pour la métallurgie parisienne d’un cahier de revendications dont doivent s’inspirer toutes les usines : augmentation des salaires, application de la loi des huit heures, congé annuel payé de trois semaines, reconnaissance du syndicat et des CUP, « revendications spéciales des femmes, des coloniaux, des étrangers et des jeunes », opposition à l’impôt sur les salaires, amélioration de l’hygiène dans les ateliers107. Parallèment, le PC publie dans son quotidien un appel à l’union et à l’action.

  • 108 L’Humanité, 27.12.1925 et AN F7 13771 note du 27.12.1925.

117L’appel donne-t-il plus que l’on n’escomptait ? La semaine suivante, les ouvriers du décolletage chez Citroën demandent des augmentations de salaires, mais l'Humanité engage à la prudence : « pas de mouvement spontané et irréfléchi qui compromettrait la situation » (18 décembre 1925). Le 26 décembre, une réunion à la Grange-aux-Belles rassemble 350 personnes félicitées par Maurice Thorez ; un cahier est établi pour toute l’usine. En premier point, l’augmentation des salaires, l’application de l’échelle mobile, la suppression du travail aux pièces à l’outillage et à l’entretien (on reconnaît là les ateliers taylorisables et taylorisés), le paiement des heures de chômage « ne dépendant pas des ouvriers ». Deuxième point, l’hygiène : « création de vestiaires distincts pour les hommes et pour les femmes, avec deux placards pour chacun », et gardés ; aération, nettoyage et chauffage des ateliers, demande de lavabos, douches, garages à vélos et « réfectoires chauffés, munis d’eau chaude et froide, ainsi que de réchauds, garnis de bancs et de tables ». En troisième position, la loi des huit heures, en quatrième, un changement du règlement intérieur : paie pendant les heures de travail, cartes de service valables à toutes les portes, augmentation du nombre des pendules de pointage. Cinquièmement, les accidents du travail : établissement de postes de secours auxiliaires, faculté de prendre un autre médecin que celui de la maison (« avec garantie de non-renvoi »), salaire complet dès le premier jour d’arrêt de travail, pension d’invalidité en francs-or, délégués à la sécurité « comme les délégués-mineurs » (ceci en dernière position : on s’attache d’abord aux effets). Enfin, pour les femmes, à travail égal, salaire égal et congé de maternité payé (rien pour les immigrés, ni pour les jeunes)108. L’ordre du cahier-modèle a été quelque peu bouleversé, avec une priorité donnée à l’hygiène, une grande importance aux modalités de réparation des accidents du travail et avec l’abandon de deux revendications qui ont dû sembler trop illusoires : les congés payés et la reconnaissance du droit syndical. On voit aussi qu’une grande place est donnée à l’hygiène, contrairement à ce que suggère l’analyse de la presse.

118En fait, plusieurs éléments d’analyse semblent s’entrecroiser. D’une part, le rapport du cahier à l’entreprise : en 1925, la majorité des ouvriers travaillent encore dans Javel, aux locaux effectivement vétustes ; les grandes mutations, on l’a vu, s’amorcent surtout en 1926/1927 (Grenelle, Gutenberg, Clichy). Autre aspect frappant de ce rapport à l’entreprise : la qualité des revendications ; puisque visiblement les militants renoncent à demander l’impossible (congés, droit syndical), on peut supposer qu’ils estiment accessibles les revendications sur les accidents du travail et l’hygiène, très élaborées. Il faudrait pouvoir comparer ce cahier avec d’autres de la même époque, notamment à Billancourt ; mais la précision de ces demandes et leur distorsion avec le cahier modèle restent frappante. Ces différences posent la question du rapport du cahier aux organisations ouvrières ; l’ordre assigné aux revendications, la suppression de certains points montre peut-être que les militants tiennent à conserver une certaine autonomie, se réservent le droit de déterminer les priorités et les possibilités. Or ce pouvoir n’est pas toujours délégué : en février, l’Humanité précise bien que, pour toutes les usines de la métallurgie parisienne, « les cahiers sont préparés et imprimés, pour la présentation auprès des employeurs ; aucune modification ne doit être apportée par les délégués sur ces cahiers ».

  • 109 L’Humanité, 18, 19, 20 et 21.1.1926.
  • 110 Idem, 10.2.1926.

119Faut-il lier à ce cahier (simultané à l’enquête de l’Humanité sur les usines du groupe) l’agitation qui naît ou se maintient aux usines Citroën dans les semaines qui suivent ? Le 17 janvier, à la suite d’un arrêt de travail contre l’augmentation de la production et les salaires stationnaires, c’est-à-dire la rationalisation, les ateliers de Javel et du nouveau Gutenberg sont lock-outés et il semble y avoir un certain nombre de licenciés, sans doute des militants109. Le 8 février, pour protester contre le renvoi d’un ouvrier qui refusait les heures supplémentaires, les ouvriers de Saint-Ouen débraient et envoient une délégation à la direction : « l’Internationale retentit d’atelier en atelier ; aussitôt les cloches sonnèrent à pleine volée ; c’était la fermeture de l’usine ». Contre toute attente, l’ouvrier est réintégré et les contremaîtres sermonnés110.

120Quels sont les éléments qui font varier les revendications prioritaires ? La conjoncture de l’emploi ? le rapport des forces dans l’entreprise ? la stratégie globale des organisations ouvrières ? En mars 1927, l'Humanité publie un communiqué du comité de vigilance des Métaux, qui « appelle (les ouvriers des usines Citroën) a soutenir les revendications suivantes : lutte pour l’augmentation du temps de repos ; pour les ouvriers travaillant à la chaîne, restitution d’un repos par heure de travail (supporté bien entendu par le patron) ; contrôle ouvrier ; lutte contre toute diminution de salaires, respect intégral des huit heures » (22 mars 1927) : salaires et temps de travail sont donc relégués au dernier plan, peut-être à cause de la bonne tenue du marché du travail (la crise subie par l’automobile cette année-là est plus tardive). La limitation des effets de la rationalisation du travail devient aussi un réel souci et le « contrôle ouvrier » en fait partie intégrante. Le plus notable est l’apparition d’une revendication très « quantitative » en tête des réclamations.

  • 111 Ou plus exactement « même taux d’affûtage pour un même travail, sans distinction de sexe ni d’âge  (...)
  • 112 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927.

121Ce nouveau mode d’approche pour l’établissement des cahiers occasionne des grincements de dents, en particulier à Saint-Ouen où sont organisés quelques unitaires, probablement des minoritaires. La section syndicale de cette usine établit donc un cahier en six points (8 heures — contrôle sur le travail à la commandite — à travail égal salaire égal111 — augmentation des temps alloués pour les pièces et du temps de repas — délégués d’atelier), confié à la CGTU. La Révolution prolétarienne notera quelques retouches, notamment sur les délégués d’atelier originellement placés « presque en tête » : « il paraît qu’on a peur que les délégués, quand il y en aura, fassent de la collaboration de classe. Drôle de conception, vraiment ! (...) Et puis, ce n’est pas parce qu’une action est dangereuse qu’on ne la tente pas. Qu’on m’explique donc par quel autre moyen que celui des délégués d’atelier on peut contrôler et faire respecter les conditions de salaires et de travail décidées »112. Ainsi, tensions et contradictions se manifestent pour l’établissement des cahiers et les priorités divergent selon que les revendications sont émises dans les ateliers ou par la bureaucratie ; la Révolution prolétarienne conclut : « le cahier voyagea pas mal et après une cure à l’Agit-prop revint (...) tout pimpant, enrichi ; on y avait ajouté le droit de fumer, un cadenas pour les tiroirs, etc. ».

  • 113 L’Humanité, 18.5.1930 ; le cahier est en vingt points.
  • 114 L’Humanité, 31.3.1933 ; pour le cahier, Cahier du Bolchevisme, 1.6.1933, p. 758.

122Cependant, l’année suivante l'Humanité publie pour toute la métallurgie parisienne un cahier où les salaires sont à nouveau en première place et le respect du droit syndical à la seconde (11 février 1928) : la stratégie communiste s’oriente vers la reconnaissance, puis l’implantation, de syndicats dans l’entreprise, plus aisément maîtrisables et centralisables, plus homogènes que les « délégués ouvriers ». Dans un cahier de mai 1930 les délégués sont toujours mentionnés, mais pour l’hygiène et la sécurité ; ils ne sont donc pas représentés comme interlocuteurs unique du patronat, puisque leur échappent le contrôle du travail et des salaires. Ces délégués élus viennent en quatorzième position, avec « l’obtention de meilleurs vestiaires » ; à la dix-huitième place figure « le respect du droit syndical pour tous les ouvriers »113. Lors de la grève de mars 1933, ce cahier est rafraîchi et comporte un nouvel et intéressant appendice : « mise en application d’un contrat collectif entre les parties homologué par les organisations syndicales » ; c’est ce que les Cahiers du Bolchevisme nomment « les grandes revendications de principe »114, qui seront satisfaites lors du Front populaire.

123Tout comme l’ensemble de la presse, ces cahiers de revendications permettent peu de saisir l’état d’esprit des ouvriers dans les ateliers, de savoir ce qu’ils estiment important ou défendable ; de même, et en l’absence de sources plus précises, l’article de mai 1927 de la Révolution prolétarienne incite à la prudence quant à l’examen même de ces textes. Par contre, durant ces années de luttes difficiles, les cahiers sont certainement une trace du cheminement de la stratégie syndicale dans la lutte pour la vie au grand jour dans les entreprises. L’exemple de l’évolution de l’idée-syndicat n’est, on s’en doute, pas isolé et mériterait d’être enrichi par des études de l’évolution des discours sur les conditions de travail, les salaires, les petits chefs, etc.

***

124La presse des organisations ouvrières porte ainsi une attention plurale à l’usine et à la vie des ateliers, mais aussi différenciée, selon qu’il s’agit de Billancourt ou de Javel. Les stratégies industrielles des deux grands patrons divergent sur bien des points et le regard de la presse est modulé, voire discriminatoire. A bagne, bagne et demi. Pourtant, les deux entreprises ne sont jamais comparées, alors que Citroën bénéficie visiblement d’une certaine avance technologique. Bien sûr, à choisir, on ne travaillerait ni ici, ni là et la vocation de l’Humanité n’est pas de décerner des palmes ; mais la question reste posée : les journalistes et militants perçoivent-ils exactement ces nuances que, semaine après semaine, ils expriment ? et si oui, pourquoi n’en tirent-ils pas plus de leçons sur le devenir de l’OST dans les usines métallurgiques ?

  • 115 AN F7 13112 note du 22.11.1928 sur une réunion du Comité du 6e rayon de la région parisienne.

125En ce sens, quel est le rôle assigné à la presse dans la stratégie des organisations communistes, en particulier dans les grandes concentrations ouvrières où la communication est si difficile ? Sans doute celle d’un lien et le décollage de 1924, la chute de 1931 (pour le nombre d’articles) sont particulièrement significatifs. Mais de quel impact jouit cette presse pour l’amélioration des conditions de travail, la solidarité entre ouvriers, la fermentation d’une grève, puis, le cas échéant, son organisation ? (la grève de 1927 et le conflit partiel de janvier 1926 sont précédés d’une campagne de presse dans les trois organes communistes). Un troublant rapport de police conduit d’ailleurs à s’interroger sur le crédit des journaux communistes auprès de la main-d’œuvre, sympathisante ou non : « la cellule Citroën adresse des critiques au Comité régional et à l’Humanité à propos de la feuille spéciale que lui a réservée cet organe dans son numéro du 31 octobre et dans laquelle la plupart des correspondances insérées étaient truquées ou dénaturées. Le comité de Rayon approuve cette protestation »115 ; est mis en cause « le Citron » de 1928, à première vue très classique dans ses articles qui dénoncent la rationalisation, la baisse du prix des pièces, Citroën-usine-de-guerre et appellent au groupement dans le syndicat... Il est dommage que la motion ne soit pas plus précise, ni connue la possible dissidence de la cellule.

  • 116 Pour une étude de la Vie Ouvrière et les grèves, H. Desbrousses et al., Le mouvement des masses ou (...)

126D’autre part, l’attention portée aux usines d’André Citroën ne semble pas être en corrélation avec l’implantation communiste et unitaire, faible jusqu’en 1933. Pour étayer et élargir la proposition de J.-P. Depretto, — « la place accordée à Renault (dans l’Humanité) serait donc, en quelque sorte, inversement proportionnelle à l’importance de l’action communiste » —, il faudrait, outre les rabcors, entrecroiser d’autres critères : la stratégie du parti communiste et de l’Internationale, la description de la vie ouvrière apparaissant comme un acte très politique, et non syndical, le nombre d’articles de la Vie Ouvrière en fait foi (zéro de 1920 à 1923, zéro en 1925, 1928, 1930 et 1931, un en 1926 et 1932 : la fonction de l’hebdomadaire de la CGTU serait-elle essentiellement de cerner l’objet-grève ?)116. Savoir aussi s’il existait à la rédaction de l’Humanité une sélection des articles, de leurs thèmes, de leur contenu, ou, ce qui revient au même, une demande particulière pour un certain type de copie : l’attitude vis-à-vis des contremaîtres, des chronométreurs n’est, par exemple, pas linéaire ; par ailleurs, de l’Humanité à la Vie Ouvrière, les sens donnés aux grèves, à la rationalisation sont parfois divergents et il existait probablement ce même type d’opposition au sein même du quotidien. Ces connaissances permettraient de mieux cerner le rôle dévolu à la description des usines, analyse qu’il faudrait parfaire par des statistiques comparées sur les thèmes et la diversité interne des articles, sur l’évolution du vocabulaire et de l’univers symbolique.

127Ces questions posées, il n’en reste pas moins que la presse, medium quotidien, procède d’un discours bien plus spontané que les textes officiels, ceux des congrès par exemple ; si dans ces derniers se lisent clairement les grandes lignes d’action politique et syndicale, l’Humanité reflète les avancées, les reculs, les oppositions et contradictions qui se jouent autour des décisions prises, autour de la « ligne ».

3. Les organisations ouvrières

  • 117 On sait qu’il faut attendre le Front populaire pour que les socialistes s’énoncent et s’organisent (...)

128Jusqu’à une époque très contemporaine, ce sont bien les moments où les organisations ouvrières ont une réelle influence dans la vie des entreprises qui sont exceptionnels, non l’inverse. Et jusqu’au Front populaire, dans presque toutes les usines françaises, elles sont réduites à l’état de groupuscules : dans la métallurgie, les effectifs du PC et de la CGTU se chiffrent à peine par dizaines et ceux de la CGT, à l’unité. Ce rôle quasi nul — mais incontournable — contraint à faire leur histoire à trois niveaux au moins : celui de leur histoire intérieure, fonctionnant comme objet spécifique d’analyse, celui de leur perception par les salariés ni syndiqués, ni communistes117, celui enfin de la représentation qu’en a le patronat. Contraint, contraindrait ou contraindra... Car, une fois encore, pour étudier l’implantation organisationnelle, il y a peu ou pas de renseignements sur la vie des partis et des syndicats ; les informations sont disséminées dans la presse et les archives de la police et on ne sait quel crédit accorder aux rares chiffres avancés. Cependant, à sources identiques, il est intéressant d’essayer de comparer Renault et Citroën, dont l’évolution paraît différente.

129Certes, les dissemblances ne sont perceptibles qu’au microspope, quand on tente de serrer les textes et les informations au plus près. Pour les usines Citroën, deux dates paraissent déterminantes : 1924/25 et 1933 ; 1924 est une année importante pour l’entreprise (grève), mais aussi au niveau national : cette année-à, l’IC décide la «bolchevisation » des entreprises, de l’implantation de cellules communistes sur les lieux de travail ; même si ses directives sont à effet lent, toute la stratégie d’implantation du parti communiste s’en trouve définitivement changée. Peu après, en 1925, les sections syndicales — qui alors tendent à se confondre avec l’histoire du PC — sont restructurées pour tenter une plus vigoureuse influence dans les usines. Mais durant toute cette période, la faiblesse est constante. Le changement de 1933 est par contre très net, même si a posteriori il ne paraît qu’une ébauche comparé aux années du Front populaire : en 1933, les cellules communistes et surtout la CGTU grandissent chez Citroën. L’école de 1936 trouve là son cours préparatoire.

  • 118 L’Humanité, 18.12.1925 et la Révolution prolétarienne, janvier 1926.

130Jusqu’en 1924, passé l’intérêt de la guerre, les usines d’André Citroën ne sont pas encore géantes et attirent peu l’attention de la presse et de la police. En 1922, un article de l’Humanité signale des diminutions de salaires chez Citroën, précisant que « c’est sans trop de surprise que nous avons appris cette nouvelle, étant donné le manque d’organisation des ouvriers de cette firme ». En fait la grande affaire, ce sont les Comités d’usines, dont la Fédération unitaire des Métaux préconise la constitution lors de son premier congrès, et qui en 1924/1925 deviennent les Comités d’unité prolétarienne, les CUP : leur rôle doit être de limiter les retombées des scissions, notamment syndicale. Implantés à Javel et à Levallois, ces Comités se manifestent lors de la grève de 1924 : « si les divers ateliers ont pu communiquer entre eux et vibrer simultanément, c’est par le canal des délégués d’usine », expliquera l’Humanité. Lors de cette même grève, le syndicat unitaire (majoritaire aux Métaux depuis la scission) est incontestablement présent et compte au moins 100 membres ; la répression s’abat à la fin du conflit, mais lors d’un congrès de janvier 1926, les mandats donnent 38 syndiqués à Javel et 35 à Levallois118. Quelle influence exercent ces CUP, tant soutenus par la presse ? Elle semble faible, l’échec étant peut-être dû justement à la pluralité des opinions qui peuvent s’y faire entendre. Par exemple, ils ne parviendront pas (pas plus que la CGTU d’ailleurs) à étendre à l’ensemble des usines du groupe le conflit de mai 1926, quand l’usine de Saint-Ouen est lock-outée. Parallèlement à cette structure d’union à la base, le PC a constitué en 1924 plusieurs cellules dans l’usine : c’est la bolchevisation.

la bolchevisation

  • 119 Ces pages ne font que résumer un article, « Regards sur la Bolchevisation, le cas de la cellule 41 (...)

131C’est probablement entre avril et juin 1924 que se constitue à Javel la cellule 410, dans cet arrondissement où la tradition communiste est de bonne souche. En novembre 1920, la section socialiste s’était prononcée sur « l’adhésion à Moscou », suivant son secrétaire Alfred Costes, futur dirigeant des Métaux-CGTU et député de Billancourt en 1932119. Lorsqu’en décembre 1924 le PC abandonne les structures de quartier calquées sur la SFIO, une partie du XVe arrondissement, dont Javel, s’intègre dans le 11e rayon (puis dans le 6e, en 1925) ; le secrétaire du nouveau rayon, Eugène Vuillemin, vient du secrétariat de la cellule 410. Mais, et cela représente sûrement un handicap pour toute action concertée, les différentes usines du groupe Citroën dépendent de plusieurs rayons ; Levallois fait partie du 12e (cellule no 308 en avril 1925), Saint-Ouen du 13e (sous le numéro 896 sont regroupées huit entreprises dont Citroën). Chaque cellule Citroën édite son propre journal (le Phare Rouge à Saint-Ouen, l’Usine Citroën à Levallois, titre identique à celui de la feuille de Javel). La première mention de la cellule 410 date de juillet 1924, quand paraît le numéro 1 de son journal rénéoté, l’Usine Citroën.

132Le nombre d’adhérents est important et stable. Dans un rapport à l’IC, le secrétaire de la cellule donne 55 membres au 1er juin et en janvier 1926 58 personnes sont représentées par 15 délégués à une conférence du rayon (à cette époque, l’effectif de la plus importante des trois cellules Renault atteindrait la centaine). Trente à quarante-cinq personnes assistent régulièrement aux réunions hebdomadaires, soit une bonne assiduité ; peut-être est-ce parce que, contrairement à bien d’autes cellules, la 410 compte peu de membres dits rattachés ? Reste que par rapport aux effectifs de Javel (7 à 8 000 salariés), ce recrutement est très faible.

  • 120 Renseignements communiqués par Jacques Girault.

133Un des espoirs de la bolchevisation est l’organisation rigoureuse, concertée, efficace de l’agit-prop dans l’usine. Mais, dans cette cinquantaine d’adhérents, combien militent et comment le travail est-il organisé ? En juillet 1925, le secrétaire estime que dix personnes travaillent régulièrement et dix autres de temps en temps. Tout projet nécessitant un apprentissage, le PC s’attache à la formation de ses adhérents, sous deux formes. Le premier niveau éducatif est la lecture de coupures de journaux durant les réunions de cellules, suivie de commentaires qui ne paraissent guère susciter de réactions de la part des auditeurs. De façon plus active, les militants peuvent aussi suivre les cours de l’école léniniste donnés chaque semaine dans le quartier. On sait que trois membres de la cellule au moins ont suivi les cours de l’école de Bobigny et ont eu, à partir du milieu des années vingt, des responsabilités dans le PC : Marcel Farret, secrétaire de la cellule en 1925 (qui suit les cours de Bobigny en 1924-1925), Delobeau responsable de l’agit-prop du 6e rayon en octobre 1926, Derruau, tête de liste à Clamart aux élections municipales de 1929120.

134La compréhension des enjeux politiques, indispensable au militantisme, le secrétaire de la cellule la souligne encore dans un rapport à l’IC : « subjectivement, les camarades ont encore l’esprit imprégné de petit bourgeois, ne concevant pas le sacrifice d’un militant de sa vie de famille, c’est-à-dire restant au coin du feu ou à la terrasse d’un café et laissant se faire les choses, assistant aux réunions de temps en temps malgré les appels réitérés des secrétaire de cellules et des commissions ». Cette nonchalance parfois dénoncée comme « résistance passive » apparaît souvent dans les comptes rendus des réunions du rayon comme de la cellule, où on compte peu ou pas de volontaires pour les collages et diffusion de tracts. Ces difficultés ne sont ni étonnantes, ni particulières à la cellule 410 ; la bolchevisation bouleverse fondamentalement les coutumes du socialisme : les jeunes communistes, organisés sur leur lieu de travail (et non de vote), se doivent de militer quasi-quotidiennement et non plus annuellement (au pire) lors des échéances électorales. D’autre part, « l’esprit petit-bourgeois » déploré par le secrétaire de la cellule souligne les résistances individuelles aux renoncements engendrés par cette bolchevisation : le combat implique la lutte contre le patronat, mais aussi contre les réticences des compagnons de travail. Ces difficultés, inhérentes aux projets de l’IC, sont le lot de toute cellule active confrontée à ses insuffisances. Par ailleurs, la cellule 410 est également soumise aux autres conflits qui ponctuent la bolchevisation : les relations parti/syndicat et les oppositions internes.

  • 121 Pour ces textes, voir les Cahiers du Bolchevisme de 1926.

135Conflit ouvert et primordial, la lutte contre la « droite » est suivie pas à pas. L’exclusion de Monatte, Rosmer et Delagarde en décembre 1924 entraîne dans le 11e rayon celle de Berthelin, délégué au congrès fédéral de janvier 1925 et membre de la cellule Citroën. En juillet 1925, le secrétaire de la cellule note que « la lutte idéologique contre la droite du parti refrène le travail du parti en apportant des ragots et en discutant des lettres aux motions hors de propos ». Par ailleurs, des débats très agités sont rapportés par le mouchard des RG au début de 1926, lorsque la « lettre des 250 » paraît dans les Cahiers du Bolchevisme et que Treint amoce la critique des « erreurs gauchistes »121. La cellule compte quatre oppositionnels (sur 58 membres) ; exclus ils contestent cette décision, mais se heurent à ce qui est précisément le motif de leur exclusion : le centralisme démocratique s’élabore pour maintenir l’unité des partis communistes. Il faut se soumettre ou se démettre.

136L’histoire de la « droite », résolue dans l’épreuve de force, relevait aussi d’une stratégie plus générale, celle des rapports entre le parti et le syndicat. Chez Citroën comme ailleurs, le groupement syndical préexiste à l’organisation de la cellule communiste. Pour l’IC, les choses sont claires, l’action au sein des syndicats est prioritaire et passe par la constitution des « fractions ». Pratiquement, la situation est complexe et confuse en particulier à cause de la faiblesse des effectifs, quelle que soit l’organisation concernée : on ne compte jamais les adhérents autrement que par dizaines qu’il s’agisse du PC, des CUP, de la CGTU. Cependant, entre le parti et le syndicat, qui prend en charge l’autre ? Si la CGTU compte 70 adhérents en juillet 1925, le syndicat est très rarement nommé dans les réunions de cellules.

137Formation d’une fraction communiste, d’un conseil d’usine, d’un CUP, exclusion des dissidents, élaboration d’un journal d’usine : la bolchevisation idéologique et organisationnelle est appliquée avec rigueur et discipline dans la cellule 410, dont les responsables s’appliquent en outre à la diffusion de la ligne politique communiste. Très présente dans le journal et les réunions, la « guerre impérialiste » du Rif : objet de pétitions, thème unique de discussion dans les réunions du CUP, le conflit est perçu comme vecteur du front unique, comme mobile de l’union à la base, comme occasion pour déconsidérer les élus socialistes. Pour les soldats mobilisés, c’est la poursuite du mot d’ordre de fraternisation, comme lors de l’occupation de la Ruhr. Mais ce volet de la politique du parti semble peu sensible aux ouvriers et même aux militants.

138Par contre, la lutte contre le fascisme suscite quelques réactions ; mais le handicap majeur reste de trouver des volontaires plus nombreux que pour des collages d’affiches, et des armes. En février 1926, personne ne se présente pour former un service d’ordre. Est-ce parce que les communistes les plus musclés ont quitté la cellule (ou l’usine) ou parce que, chez Citroën, les motivations pour une lutte anti-fasciste sont faibles ? De l’aveu même du secrétaire de la cellule il n’y a « aucune propagande dans l’usine par les ligues patriotes et cléricales ». La ligne politique pacifiste est probablement celle qui interpelle le plus directement les ouvriers des usines, puisque morts il y a, quotidiennement ; pour l’antifascisme, il reste, au milieu des années vingt, un péril assez lointain (malgré quelques affrontements nocturnes) et chez Citroën les milices ouvrières font long feu.

139Curieusement, les communistes de la cellule ne sont guère mobilisés pour des objectifs vraiment concrets, comme les élections municipales de mai 1925 : Duteil, candidat du Bloc ouvrier et paysan est alors élu dans le XVe arrondissement. Or, ni papillons, ni tracts, ni affiches ne sont prévus. Quant au journal de la cellule, il ne souffle mot de cet événement.

140Globalement, l’Usine Citroën développe la ligne politique du parti et met en application l’autre directive du PC, celle des bruits de boîte, de manière extrêmement régulière et diversifiée. Le journal de la cellule dénonce avec précision les conditions de travail dans les ateliers, les petits chefs sont très souvent attaqués (ce qui est une constante dans les journaux de ce type). Les ouvriers communistes sont ainsi suffisamment présents dans les ateliers pour alimenter plus de la moitié du journal, pour aider à en faire une feuille exemplaire qui répond — et ce dès 1924 — point par point aux directives données par la direction du PC : éducation des ouvriers par des articles généraux sur la politique du parti, appel aux manifestations, descriptions de l’usine, du travail et de ses conditions, des brimades des contremaîtres, du niveau des salaires, etc... L’Usine Citroën ne tombe pas dans les ornières d’autres cellules, trop souvent marquées par l’excès de l’une ou l’autre tendance (économiste ou politique), par des dates de parution occasionnelles, par une délégation totale du pouvoir aux instances dirigeantes (même si les articles politiques sont sûrement rédigés par les « rattachés » ou repris de l’Humanité.)

141Paradoxalement, cette connaissance, cette intelligence de l’entreprise ne se retrouve pas dans les débats de la cellule : lors des réunions, la grande absente reste cette usine, enjeu du devenir de la lutte révolutionnaire et, à court terme, de l’avenir de la bolchevisation. Les débats des communistes ne portent pas, par exemple, sur les diverses manières de parler — pour convaincre — aux ouvriers si divers (par leur qualification, leur sexe, leur âge, leur nationalité) qui travaillent à Javel ; on ne parle pas des ateliers, du travail, de la rationalisation, des salaires et de leur forme. Aucune action collective (et à plus forte raison individuelle) n’est élaborée, analysée, valorisée. Lors des réunions hebdomadaires de la cellule 410, il est question de fascisme, de guerre coloniale, mais pas de délégués ouvriers, de grève ou plus simplement d’atmosphère de l’usine, de profit capitaliste, de production accélérée. Par ailleurs, des grèves mentionnées dans l’Humanité ne le sont ni dans l’Usine Citroën, ni aux réunions. Enfin, il est étonnant de constater que, dans le journal comme dans les réunions, les autres usines du groupe ne sont mentionnées ni pour les cellules qui y existent, ni pour leur importance stratégique dans la lutte ouvrière (la division du travail recèle leur interdépendance), ni a fortiori analysées comme rouages économiques et industriels. Faut-il attribuer ces absences à la présence syndicale (dont on vu quel cas il est fait pour les cahiers de revendications), à une incompréhension provisoire des enjeux de l’usine (alors que le journal de la cellule fourmille d’enseignements et renseignements sur la vie des ateliers) ? Ou alors y aurait-il deux vies de la cellule 410, ou plus exactement deux niveaux hiérarchiques ? Dans l’un s’élabore le journal, le cahier de revendications, les liens avec le parti (pour les élections) et avec sa voix, l’Humanité ; là se discuteraient et s’analyseraient les conflits, la tactique à adopter face aux actions patronales (comme les licenciements). L’autre ne serait qu’un lieu d’éducation politique et idéologique stricte, sans prise directe sur et avec le réel — celui du parti, des élections, de l’atelier.

  • 122 Séance du Bureau d’Organisation du 21.7.1927, archives de l’IRM.

142On voit qu’en 1925 au moins les structures organisationnelles sont complexes et enchevêtrées : une (ou plusieurs) cellule communiste, une section syndicale, un comité d’usine qui regroupe syndiqués et communistes et un comité d’union prolétarienne pour « tous les travailleurs ». En février 1926, les rapports policiers sur les réunions cessent brusquement : l’observateur a-t-il été renvoyé de l’usine, démasqué par les militants ou exclu avec la tendance « droite » ? La cellule 410 se maintient cependant, comme en témoignent d’autres rapports sur les réunions du sous-rayon du XVe arrondissement, dont elle dépend. A la fin de 1926, on estime au PC que « le parti s’emploie à fond pour créer une bonne organisation dans l’usine Citroën-Javel, mais il n’y a pas d’effort parallèle dans l’usine Citroën Saint-Ouen. Il se produit ceci : c’est que lorsque l’organisation à Citroën-Javel est devenue forte, qu’elle a de l’influence, elle est entraînée dans un mouvement auquel elle peut difficilement résister. Les ouvriers exécutent un travail envoyé par la direction Citroën-Javel, et le patronat, devant une telle inégalité du travail, peut facilement résister »122. Cette intervention devant le Bureau d’organisation du PC appelle plusieurs remarques : la cellule 410 est un des soucis de la direction du PC quand les autres cellules de l’entreprise sont négligées, dont celle de Saint-Ouen (numéro 896, en 1925) ; d’autre part ne sont pas mentionnées les deux cellules qui existent à l’usine de Levallois, en 1925 (no 308 et no 405). Par ailleurs, l’exemple choisi est curieux, puisque, précisément en 1926, ce sont les ouvriers de Saint-Ouen qui sont « sortis », non appuyés par les ouvriers de Javel. Enfin, étant donné la forte spécialisation des différentes usines de groupe Citroën, il paraît difficile de faire exécuter à Saint-Ouen les productions de Javel. Les responsables du PC connaîtraient-ils mal et les mouvements de grève importants et les spécificités de cette grande entreprise ?

de 1927 a 1933

  • 123 AN F7 13112, note du 7.10.1927.
  • 124 AN F7 13188, note du 5.7.1928.
  • 125 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927 et AN F7 13112, note du 25.6.1927.

1431927 et 1928 sont des « années noires » pour les communistes de Billancourt ; chez Citroën, au contraire ils sont actifs durant la grève de 1927. Peut-être la situation se dégrade-t-elle lors d’épurations consécutives à la grève et/ou dans le contexte d’affaiblissement national du PC. En octobre, on décide de ne plus publier qu’un seul journal pour toutes les usines Citroën123. Par ailleurs, les rayons du parti communiste ont été réorganisés en 1925 ; désormais Javel appartient au 6e rayon. Une nouvelle cellule apparaît, en 1927, la 1 426 (remplace-t-elle la 410 ou coexiste-t-elle avec elle ?). Carlier, qui a été un des hommes de la grève d’avril, est nommé permanent par le Comité de rayon. Si en 1928 ne subsiste peut-être qu’une cellule pour l’ensemble de l’entreprise124, l’implantation communiste ne disparaît jamais totalement. Lors de la grève de 1927, la CGTU et le PC sont très présents, le syndicat comptant près de 200 adhérents répartis dans les différentes usines du groupe125. Pour la CGTU ce total est probablement maximum, les Métaux perdant dans la région parisienne près de la moitié de leurs effectifs dans les années suivantes (les annonces pour les réunions syndicales des usines Citroën disparaissent presque totalement des pages de L’Humanité, de même qu’en décembre 1926 a cessé la rubrique recensant les « grèves victorieuses, en cours, nouvelles », les conflits faisant dès lors l’objet d’articles moins nombreux et autonomes).

  • 126 L’Humanité, par exemple 22 mai, presque une page sur l’exploitation des femmes, mais aussi 15.6, 16 (...)
  • 127 Voir D. Tartakowsky, « Quelques réflexions sur la bolchevisation du PCF », Cahiers de l’IMT, no 23
  • 128 L’Humanité, 2.8.1929 ; J.-P. Depretto, op. cit., p. 130.

144En 1929, d’après la presse, la situation paraît assez bonne chez Citroën. En mai et juin, l’Humanité publie de nombreux articles, fait état de résistances à des diminutions de salaires126. La campagne d’agit-prop lancée par les communistes autour du 1er août, journée d’action contre la guerre décidée au 6e congrès du PC en avril, porte ses fruits127. Mais aux usines Citroën, la répression commence dès fin juillet quand, selon l’Humanité, la direction licencie 42 communistes et unitaires (28 juillet 1929). La journée du 1er août semble malgré tout réussie, « l’Internationale a retenti hier dans les usines Citroën, préludant à un débrayage presque total » et il y aurait eu 8 000 ouvriers en grève. Par contre, chez Renault, malgré la création d’un « comité du 1er août », la grève n’a pas de succès128.

  • 129 Cahiers du Bolchevisme, janvier 1980, p. 73.
  • 130 Entretiens avec V. Fay, 4.4.1979 et 2.5.1980 (même référence pour ce qui suit). V. Fay est à l’épo (...)
  • 131 J.-P. Depretto, op. cit., p. 147. En octobre 1929, une note de la Préfecture de Police fait état d (...)

145Visiblement, la cellule communiste se maintient au moins à Javel. Faut-il attribuer cette force (puisque force il y a : chez Renault, aucune cellule durant ces années) à l’action énergique du secrétaire du 6e rayon qui « fait en sorte que tout communiste chassé d’une usine doit prévenir le rayon qui prend des mesures pour son entrée dans une autre usine, où il poursuivra son travail »129 ou à un statut particulier de la cellule au sein du parti ? Fin 1930, on délègue un « instructeur » dans le 6e rayon : Victor Fay a pour mission de réorganiser les cellules de Citroën et de l’Alsthom et tout particulièrement la première puisque « on voulait bâtir le Parti en partant de chez Citroën »130. La grande usine de Javel intéresse donc précisément le mouvement communiste et plus tôt que les usines Renault où un instructeur ne sera envoyé qu’à partir d’avril 1934131. En 1931, Fay a trois fois reconstitué la cellule de Javel, la répression s’abattant inéluctablement ; en fait, les dénonciations sont surtout rendues possibles à cause de la corruption, par la direction de l’usine, des patrons des cafés qui entourent Javel et où les militants se réunissent. La cellule ne se maintient que le jour où une astuce est trouvée. À côté de Javel est établi un petit artisan serrurier qui travaille avec trois compagnons, dont un communiste (situation typique des militants réfugiés dans les « petites boîtes »). Le patron n’est pas membre du parti, mais il est « ouvert », sympathisant, et surtout il hait les énormes usines, les gros patrons concurrents inéluctables et toujours victorieux. Avec son accord, les réunions de la cellule se tiendront, régulièrement, tous volets clos, dans son atelier... où l’on peut se glisser en passant par l’arrière de l’usine. Les ouvriers du grand bagne sont si fatigués que souvent ils s’endorment pendant les séances. Mais cette clandestinité est efficace, la cellule est reconstituée sur des bases plus solides.

  • 132 AN F7 13785, notes des 4.4, 6.5, 30.6.1931.

146L’organisation paraît même exempte d’infiltrations policières. La préfecture de police a pourtant l’œil sur Citroën ; en avril, mai et juin 1931, elle note l’activité importante (« sous le contrôle du bureau du rayon ») « des sections syndicales unitaires » qui préconisent « la désignation des meilleurs lutteurs de l’usine pour former le Comité de lutte Citroën », et souligne que « la cellule communiste a été invitée à appuyer l’action du syndicat unitaire et à intensifier la propagande en faveur du parti communiste ». Mais les dossiers ne comportent aucun rapport sur une réunion du PC, ou de la CGTU, comme il en existe pour d’autres entreprises132. Quand Fay explique ce qu’était l’implantation dans les années 1930, il la qualifie « d’élémentaire, spontanée, empirique » ; elle est clandestine, bien sûr, mais se fait un peu au petit bonheur, sans structures précises, sans « triangle », ni « troïka ». Pour l’année 1931, Javel compte au plus une quinzaine de communistes, répartis dans un ou deux ateliers, contactés dans les bistrots du coin, à la sortie de l’usine, par des militants qui fréquentent un ouvrier de l’entreprise.

  • 133 AN F7 13785, notes du 31.3.1931 et 30.12.1931.
  • 134 Les Cahiers du Bolchevisme, 15.8.1930 et 1.4.1932 pour l’action de la cellule.

147Du côté syndical, le Ministère de l’Intérieur note la grande et positive activité d’Alfred Costes : « il est ce qu’on peut appeler un militant qui rend des services ; grâce à lui, depuis le début de l’année dernière, l’Union Syndicale de la métallurgie, dont les effectifs décroissaient à une allure assez rapide, a pu se ressaisir et recruter de nouveaux adhérents »133. Enfin, en janvier 1932, le CC de l’ISR prend explicitement Citroën comme but et en charge Costes, Weckstein et Timbaud. À la suite de ce regain d’intérêt, on compte 28 adhésions à la CGTU chez Citroën, une permanence syndicale se tient deux fois par semaine (pour Javel), les orateurs des Métaux « descendent » aux portes des usines. En 1931, grâce à ces impulsions, les publications de la cellule et de la section se font plus fréquentes : au moins trois numéros de L’Eveil, organe syndical, en février, avril et août 1931 (une mention d’un numéro précédent remonte à août 1930). En février 1932 paraît un « numéro spécial », sous forme de tract, sur une page, sans dessin. Ce journal/tract part de la dénonciation de conditions de travail, enchaîne sur la grève des ouvriers de Renault et sur une lutte positive dans un atelier Citroën, puis parle de la guerre en Chine (« misère et guerre font partie du même plan »), énonce des revendications, et enfin appelle à l’union, contre les confédérés, avec le Syndicat unitaire et un Comité de lutte Citroën. Soit une grande et complète logique d’agit-prop. Ces numéros, qui restent successifs dans l’année 1931, montrent l’impulsion donnée aux organisations par la présence d’un permanent, d’un « instructeur », prouvent que l’activité organisationnelle n’est pas éteinte chez Citroën, au moins dans les usines du XVe arrondissement. En 1932, les cellules Citroën sont données en exemple dans les Cahiers du Bolchevisme : « dans un atelier, deux camarades ne faisaient rien, abandonnés, livrés à eux-mêmes, on les considérait sans doute comme des éléments dont il n’y a rien à tirer. Puis un camarade du Parti discute avec eux (...) et leur donne de petits conseils (...) et ils amènent 17 camarades à une réunion du syndicat unitaire ; ces 17 camarades donnent leur adhésion au syndicat unitaire et maintenant nous avons dans cet atelier une cellule de huit membres »134.

  • 135 Idem, 1.7.1932.

148La direction du PC décide encore de mesures pour le 6e rayon : un instructeur est à nouveau envoyé, des cours seront donnés dans les cellules Citroën135. Alors que la cellule Renault a été pratiquement détruite par le mouvement de grève de 1931/1932, les organisations se maintiennent chez Citroën ; en 1932 toujours, l’Humanité estime à deux ou trois cents ses lecteurs, rien qu’à Saint-Ouen. Pourtant, 1931 et 1932 restent deux années très faibles pour les grèves.

« Un nouveau demande à Pierre Chardin :
— Tu viens ce soir à la réunion ?
Pierre hoche la tête — non, il n’ira pas. Le nouveau est encore vert, il ne sait encore rien. Il croit aux livres, aux discussions, aux Universités Populaires et à la Révolution Mondiale. Pierre ne croit plus à rien. Quand il était jeune, il travaillait doucement et tranquillement. Il travaillait dix heures, mais personne ne le harcelait. Il aimait alors ses outils, il aimait son fer. Il travaillait avec goût. Il apprenait son métier. Il lisait et allait aux meetings. »
Y. Ehrenbourg, 10 CV, p. 46

  • 136 Les Cahiers du Bolchevisme, août 1933, p. 1139.
  • 137 Id., 1.1.1934, p. 46 ; même référence pour la suite.
  • 138 Les Cahiers du Bolchevisme, 14.4.1934, p. 47.

149Ces permanences organisationnelles conduiront à la surprise de la grève de 1933 et à ses retombées. Dans les mois qui suivent la grève de mars-mai 1933, les communistes tendent de multiplier leur influence en s’appuyant et sur le parti et sur le syndicat. Pour le parti communiste, les projets sont ambitieux : « dans chaque atelier, et même dans chaque chaîne, un camarade ou plusieurs, en liaison avec la direction centrale des cellules (...) (pour) informer la direction des cellules sur l’état d’esprit des ouvriers et les décisions qui peuvent être prises à coup sûr »136. Dès juillet des résolutions sont prises au CC du PC : « les directions, aux divers échelons, prennent sous leur responsabilité directe la marche d’une ou deux cellules d’entreprise, examinant leurs difficultés, analysant leurs faiblesses, de façon à les surmonter, puis se servent de cette expérience pour améliorer le travail de toutes les autres cellules placées sous leur direction »137. Trois cellules sont contrôlées par le Bureau d’organisation, dont une des cellules Citroën (autrement dit, l’entreprise en compte plusieurs, peut-être une par usine, comme le suggère la suite du texte qui précise que les cellules dépendent de différents « rayons »). Fait exceptionnel, cette cellule Citroën « constituée au lendemain de la grande grève, est composée exclusivement de camarades travaillant dans l’atelier » : dans l’une des deux autres cellules-témoins, sur 33 adhérents, quatre seulement font partie de l’usine. Le travail mené chez Citroën par l’émissaire de la direction du Parti est surtout didactique : discussions politiques, propagande et diffusion des mots d’ordre du parti, relations parti/syndicat. Cette question des relations, des influences, des interférences syndicat/parti est sans cesse soulevée dans l’organe théorique du PC ; en fait il semble que le parti communiste soit vraiment trop faiblement implanté pour pouvoir dissocier, aux yeux des militants, les deux rôles. Cependant, les cellules Citroën s’activent et la Chaîne rouge, organe des cellules de Javel, ce « modèle de concision substantielle » est donnée en exemple138. Par contre, (par prudence ?) le nombre d’adhérents n’est jamais donné dans la presse communiste.

  • 139 Avant la grève : selon l’ISR de août 1933, et Vie Ouvrière 19.5.1933, 20.7.1934 ; ces effectifs co (...)
  • 140 La Vie Ouvrière, 19.5.1933, p. 1.
  • 141 Pour ce paragraphe, La Vie Ouvrière, 11.5 et 3.8.1934.

150Les résultats sont encore plus probants pour la CGTU. Avant la grève, le syndicat compte 100 à 150 adhérents, répartis en cinq sections. Les effectifs montent peut-être jusqu’à 1 400 pendant le conflit pour se maintenir autour de 1 000, après épuration directoriale139. Les espoirs sont les mêmes que pour le parti : une section par usine plus des groupes d’atelier qui ne doivent pas compter plus de dix personnes (pour éviter la répression)140. Tout comme chez Renault, les journées de février 1934 seront décisives pour les unitaires. La grève générale du 12 est préparée « par le système des conversations individuelles ; samedi 10, de véritables réunions eurent lieu dans les équipes ; il faut demander aux ouvriers de venir et de se masser aux portes » ; ces piquets de grève ont pu rassembler des ateliers entiers et la grève est très suivie dans les usines. Ce type de préparation correspond à une organisation bien implantée, qui n’établit pas son influence, mais la parfait. En avril 1934, les usines comptent 22 sections et 27 après le 1er mai, dirigées par une Commission exécutive composée des responsables de chaque section et réunie une fois par mois. Les structures des sections répondent tout à fait à celles d’un syndicat bien organisé (comme lors du Front populaire, chez Renault par exemple) : un bureau pour chaque section, avec secrétaire, secrétaire-adjoint, trésorier, collecteurs. En principe, chaque section a son journal ; mais, si 22 journaux sortent pour annoncer le 1er mai, en août la Vie Ouvrière n’en recense plus que onze, dont deux à Grenelle, deux à Javel, et l’Eveil toujours pour l’ensemble des usines. Le tirage total est de 9 000 exemplaires141.

  • 142 La Vie Ouvrière, 3.8.1934.
  • 143 L’Humanité, 26.10.1934 (p. 1) et 25.12.1934 (p. 1).

151Incontestablement, les unitaires estiment que leur succès est dû à la prise en compte des revendications particulières, « des petites choses (qui) sont très sensibles aux ouvriers », comme aux ateliers de Gutenberg : « ouverture de l’eau à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit ; du savon et des serviettes dans chaque lavabo ; chauffage du réfectoire »142. Par ailleurs, les sections syndicales s’associent aux préliminaires du Front populaire et matérialisent le « virage » de l’IC de 1934 : des camarades sont « chargés de prendre des liaisons avec des organisations hostiles : syndicats réformistes, chrétiens, organisations patronales ». Par contre, lors de la faillite, l’Humanité s’opposera à la nationalisation de l’usine et aux propositions socialistes143.

  • 144 Entretien avec H. Baumont, 29.5.1975.

152Mais que se passe-t-il en 1935, après la mise en liquidation, la lente réouverture des ateliers et l’importante baisse des effectifs ? L’esprit de lutte insufflé depuis dix-huit mois est-il suffisant pour maintenir, reconstruire les sections syndicales ? La presse ne parle plus des organisations chez Citroën, dénonçant violemment les conditions de travail imparties, l’accentuation de la rationalisation (par exemple dans une page spéciale de l’Humanité, le 21 mars 1935). Par contre le futur secrétaire de la CE syndicale, H. Beaumont, se rappelle l’arrivée des Michelin comme très positive : ceux-ci auraient accordé des délégués d’atelier, des augmentations de salaires et même des congés payés, en avance d’un an sur les futurs acquis du Front populaire144. Mais, même flous, ces souvenirs signifient probablement l’atmosphère faborable aux organisations ouvrières dans les mois qui précèdent mai et juin 1936.

III. CONFLITS ET MODÈLES

153Face à une progressive et ferme rationalisation de la production, à la vaste dénonciation des conditions de travail menée par la presse communiste, à la pluralité des politiques patronales, quelles sont les attitudes de la main-d’œuvre ? Ces ouvriers et leurs réactions, sans cesse présents dans l’idée et l’acte rationalisateurs, que font-ils ? agissent-ils ? réagissent-ils ? Quels sont leurs modes d’expression ?

154Là encore, la pauvreté des documents impose la prudence, demande d’éviter les généralisations hâtives et/ou complaisantes ; d’autant que cette pauvreté a deux origines : l’absence de documents patronaux et aussi les réticences des organisations ouvrières à divulguer ce qu’elles désapprouvent de la lutte quotidienne (freinage, sabotage, turn-over). Les révoltes muettes sont tues. Sont par contre soutenues les formes collectives d’insoumission, les grèves partielles ou totales. Très rares, les conflits généralisés s’inscrivent comme symptômes et mesure privilégiés ; leurs causes et leurs retombées ponctuent la vie usinière, mais de loin en loin. Ils changent peut-être l’état d’esprit de l’atelier, mais bien moins qu’en 1936 ; le patronat sûrement s’en effraie, même s’il les met à profit, et le syndicat en bénéficie, voyant, pour un temps, ses effectifs s’étoffer, notamment au printemps de 1933.

1. Des révoltes muettes mais quotidiennes ?

155La pauvreté des sources, qu’elles soient patronales ou ouvrières, orales ou écrites, ne permet guère de dresser le tableau des résistances quotidiennes (ou plus exactement au jour le jour) dans ces grandes usines ; il faut pour les percevoir se contenter d’indications éparses, voire de présomptions. S’inventent et se perfectionnent, lors de la progressive mise en place de l’OST, des pratiques multiples, aux buts diversifiés et aux conséquences plus ou moins directes sur la production : la récupération des temps morts n’est pas assimilable au freinage, ni à l’absentéisme ou au turn-over. Quant aux grèves, elles s’inscrivent, au même titre que l’action syndicale et politique, comme une forme extrême de la révolte.

  • 145 Voir les interviews menées par A. Pinol, op. cit., p. 185 sq ; D. Montgomery, op. cit., p. 44, C. (...)
  • 146 Cf. supra, le chapitre sur les salaires.

156Pour la réappropriation des temps morts pourchassés par le taylorisme, on peut supposer que la pratique des ouvriers de Citroën n’est guère différente de celle qui a cours chez Berliet, aux Etats-Unis ou après la seconde guerre mondiale145. Mais bien en saisir le sens impose de distinguer d’une part entre les types de salaire versés, entre les ouvriers payés aux pièces (ou au rendement) et ceux payés à l’heure (qu’ils soient très qualifiés ou manœuvres). D’autre part, les innovations ou astuces techniques qui permettent de réduire les temps imposés par le bureau des méthodes ont deux buts bien différents : gagner des moments de liberté et gagner de l’argent (sans que l’alternance de ces deux objets soit à exclure). Et c’est évidemment contre ces motivations (invisibles, et parfois redoutables pour la qualité finale des produits) que sont institués les salaires avec plafonnement des primes146. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, cette pratique relève non du freinage de la production, mais bien de son accélération.

  • 147 Entretien avec M.S., cité.

157Par ailleurs, avant de juger ces supposées invisibles défenses ouvrières — et sans nier qu’elles restent comme traces des capacités innovantes des travailleurs — deux remarques, au moins, s’imposent. L’une relève de la qualité de l’œil ou de la volonté patronale : en effet, ces interstices peuvent très bien avoir été prévus comme tels lors des chronométrages (30 % de pause pour chaque poste proclamait un de mes interlocuteurs147). Dès lors, le conflit entre le pouvoir concepteur et l’exécutant ne jouerait que sur l’usage de cette marge ; pour l’un, elle est destinée au maintien de la qualité et de la forme physique ; pour l’autre, il s’agit certes de ménagement des forces individuelles mais aussi de transgression provocatrice : les moments prétendus volés à la vigilance de la science sont mis à profit pour enfreindre des interdits (manger, fumer dans les WC, lire le journal, faire un petit somme, bref narguer le contremaître représentant de l’autorité). A la limite — et au moins dans les années vingt et trente quand s’élaborent réellement les chronométrages et les gammes — ne serait-ce pas machiavélique de la part des responsables de laisser se répandre cette croyance que les temps morts sont non pas donnés, mais à prendre ?

158L’autre remarque tient à la fréquence de ces attitudes. Combien d’ouvriers se sentent l’audace de ces provocations ? Et combien ont l’idée ou l’envie de ces améliorations techniques ? Comment les unes et les autres sont-elles réparties au fil du travail, puisqu’il est évident que des pauses trop fréquentes ou spectaculaires aiguisent la vigilance des services de chronométrage ? Dans les interviews, la description de ces attitudes paraît plus relever de la performance que de l’évidence : un jour Untel a fait ceci, un jour Untel a trouvé cela... Si la chose est nommable, n’est-ce pas parce qu’elle n’est pas généralisable ? Ces deux remarques n’ont pas pour but de nier les initiatives ouvrières au sein de l’atelier, mais plutôt de tenter de les cerner dans ce qu’elles peuvent avoir de naïf, d’ambigu, d’exceptionnel, d’individualiste.

  • 148 A. Pinol, op. cit., p. 189.
  • 149 Entretien avec M.S., cité.

159Le freinage constitue une autre forme de résistance, visible et parfois collective. Sur les postes de travail chronométrés, il prend deux formes majeures : le freinage lors du chronométrage et le freinage lors de la production. La difficulté du premier s’accroît avec l’affinement des méthodes productives, avec la progression de la décomposition des postes de travail : moins l’ouvrier fait de gestes, plus il lui est malaisé de tromper l’observateur sur la qualité et la vitesse des mouvements d’exécution. Ce freinage nécessite une grande maîtrise mentale, une parfaite intégration de la rééducation gestuelle taylorienne148, et aussi un contrôle technique des différentes opérations à exécuter. L’un comme l’autre ne relèvent de l’évidence ni dans les débuts de l’OST et des mises en gamme, ni lorsque les fabrications changent. Peut-être est-ce pour cette raison que, sollicité sur ce chapitre, un ingénieur que j’interrogeai me rétorqua : « Dans ce temps-là (en 1926), le freinage, ça n’existait pas »149. Par ailleurs, l’expérience aidant — de part et d’autre — les bureaux des méthodes ruseront de plus en plus avec l’ouvrier en exécutant des chronométrages clandestins.

  • 150 G. Navel, Travaux, p. 110-111.

160Le freinage lors de la production est plus complexe ; concerté ou individualiste, il a plusieurs significations selon les ateliers où il est pratiqué. La norme une fois établie par le bureau des méthodes, trois solutions s’offrent à l’ouvrier : la suivre, la dépasser, la réduire. Chaque option a un sens et des incidences différentes selon que le travailleur est lié à ses compagnons par une chaîne ou qu’il est seul sur sa machine. Suivre ce qui est donné, c’est gagner un salaire « normal », la bienveillance du contremaître et, éventuellement, des temps morts. En dépassant la norme, on gagne un salaire plus élevé (ou des temps morts supplémentaires), la faveur du contremaître, une attention soutenue du chronométreur, et, de surcroît, la haine ou l’estime de ses compagnons. Car s’il est exact qu’existent dans certains ateliers des limitations volontaires de la production, il n’en est pas moins vrai que — plus souvent qu’on ne veut bien le voir ou le croire — le désir d’augmenter son salaire est supérieur à celui d’économiser sa fatigue. Sans compter que la reconnaissance sociale passe aussi par le statut d’être l’ouvrier le plus rapide, le plus résistant, le mieux payé de l’équipe. Et pas seulement aux pays des Soviets et d’Alexis Stakhanov. Georges Navel lui-même conte comment « dans le travail les équipes devenaient rivales, les compagnons se disputaient l’aide des ponts roulants, l’usage des petites meules pneumatiques plus dévorantes de métal que les grosses limes (...). En se dépêchant, il semblait qu’on rendait un service personnel (aux chefs en blouse blanche) »150

« Je m’étais rêvé agitateur ardent, me voici ouvrier passif. Prisonnier de mon poste.
Parfois j’essaye d’analyser de quoi est faite cette nasse où je me sens englué.
D’abord, il y a le travail. Il s’est abattu sur moi. Il écrase depuis longtemps les uns et les autres. Dix heures ou neuf heures et quart de gestes tendus, entrecoupés de maigres interstices où, avant tout, chacun tente de reprendre son souffle. Tout le reste de la vie se trouve brutalement comprimé, rabougri, morcelé. La conversation, il faut la tasser dans les quelques minutes de la pause ou le rapide repas de la cantine ».
R. Linhart, L’établi, p. 64

  • 151 Septembre 1929.
  • 152 Cf. S. Schweitzer, op. cit., p.

161Quant à l’ouvrier qui, seul, réduit la cadence imposée, il trouve le plus souvent le licenciement au bout de sa semaine de freinage. Si cette action est collective, elle relève de la révolte ouverte ; le cas se pose sur la chaîne et pour des postes de travail très dépendants les uns des autres (ce qui est toujours le cas dans une usine bien rationalisée où les stocks n’existent pas). Sur la chaîne, en cas de lenteur déclarée, le travail s’accumule, la prime saute (effet salaire) et les compagnons de travail sont eux aussi pénalisés (effet collectivité). Pour ne pas déclencher d’hostilité, cette réaction nécessite donc une concertation de l’équipe de travail, suffisamment rare pour n’être mentionné qu’une seule fois par l'Humanité151. Dans tous les cas — chaîne ou atelier — les sanctions sont fonction du rapport des forces : la baisse notable des cadences de 1936 à 1938 est sans doute une des conséquences les plus remarquables du Front populaire152.

  • 153 Rapport de 1938, cité.

162Mais une ultime forme de freinage inquiète encore plus les ingénieurs, parce qu’elle est non dite et, paradoxalement, non faite : c’est celle de cet ouvrier (au travail relativement autonome, souvent qualifié) qui, malgré le montant de sa feuille de paie et le désir de transgresser les interdits, malgré son savoir technique ou technologique et les pressions du contremaître, résiste aux possibilités d’augmenter sa production. Il résiste par réflexe malthusien ; non par crainte d’une surproduction génératrice de chômage, comme au XIXe siècle, mais par peur que son salaire réel ne soit pas maintenu, ni a fortiori augmenté dans les proportions de son nouvel effort. « Nous avons réussi récemment à provoquer un démarrage aux vilebrequins et aux bielles par la seule promesse ferme de maintenir les prix actuels ; malgré la montée de salaires à laquelle il faut s’attendre, nous croyons indispensable de maintenir ce principe qui aura d’ailleurs une répercussion directe sur les frais généraux entrant dans le prix de revient unitaire », note le directeur de l’usine de Clichy153 (autrement dit, l’augmentation des salaires réels compense largement la sous-utilisation du capital constant).

  • 154 L’Humanité, 21.4.1930, extrait du compte rendu au Congrès des usines de la métallurgie.
  • 155 Bulletin Citroën intérieur.

163Quant au sabotage délibéré, il n’est mentionné publiquement par la direction de l’entreprise qu’indirectement dans son leitmotiv : « la qualité d’abord, la qualité ensuite, la qualité avant tout ». Là encore, coexistent divers degrés. On peut, de manière volontariste, « foutre un boulon sur la chaîne qui ne donne aucune minute »154. Mais on peut aussi être négligent : « n’est-il pas coupable l’ouvrier ou même le chef qui prive, même avec l’excuse de ne pas retarder la cadence, une pièce du traitement qui lui était destiné ? » interroge le directeur des laboratoires155.

164Outre ces différentes modalités du freinage, dont il est hors de question (tant pour les ingénieurs que pour les historiens) de mesurer les incidences et dont la presse ouvrière ne se fait pas l’écho (car, individualistes, elles sont dévalorisantes), d’autres faits permettent d’estimer les résistances à l’OST ou au travail, tout simplement : l’absentéisme et le turn over.

165Je n’ai pas trouvé d’indications sur l'absentéisme qui est peut-être limité ; dans son rapport de 1928, la direction des usines de Clichy n’y fait pas allusion. La « saint-lundi » est-elle toujours fêtée ? Peut-être de moins en moins, avec l’accroissement des ouvriers peu qualifiés et mal payés, d’autant qu’ils ne sont jamais mensualisés et sont dépourvus d’assurances sociales. Par contre, le taux de rotation de la main-d’œuvre est très élevé, comme l’indique ce même rapport de 1928 ; il faudrait bien sûr des indications plus nombreuses pour pouvoir établir des différences entre les ateliers, les différents types de fabrication, la qualification. A Clichy, le turn-over est supérieur à 100 %, malgré une forte proportion d’OS et de manœuvres, mais, aussi, le travail est extrêmement pénible. Que se passe-t-il sur les chaînes de finition ? et lorsque la crise économique touche la France et que le chômage s’accentue ?

  • 156 Entretien avec M. Kegresse, 18.1.1978.

166Pour les ouvriers qualifiés, la relation à l’atelier est toute différente : les offres de travail sont supérieures à la demande, certains spécialistes changent sans arrêt d’employeur « imposant » leurs conditions salariales souligne le directeur de Clichy (1928). Bien sûr, cette liberté gêne considérablement l’implantation syndicale et le suivi des luttes, et l'Humanité explique « qu’on ne lutte pas contre le chronométrage en remballant ses outils ». Cependant, ces attitudes sont variables selon les ateliers : l’usine des autochenilles Citroën Kegrésse, qui emploie 200 salariés très qualifiés, sort cinq à six véhicules par jour (puis dix après 1932) ; l’ambiance y est familiale, les femmes sont cantonnées dans les bureaux et on n’y embauche pas d’immigrés : là, la main-d’œuvre est stable156.

  • 157 S. Weil, op. cit., p. 68.
  • 158 Dans La Sociologie industrielle, B. Mottez fait à ce propos allusion à une étude américaine de 195 (...)
  • 159 J. Deniot, Les métiers ouvriers de la métallurgie, Cahiers du LERSCO, no 1, p. 46.

167Au vu de ces rares sources, la lutte quotidienne contre l’OST est ainsi limitée et se cantonne dans le turn over ou la résignation. « La révolte est impossible, sauf par éclairs (je veux dire même à titre de sentiment). D’abord, contre quoi ? On est seul avec son travail, on ne pourrait se révolter que contre lui ; or travailler avec irritation, ce serait mal travailler, donc crever de faim »157. Resterait à déceler (et là encore en distinguant bien entre les différents lieux de l’usine) les raisons profondes, réelles de ces comportements. Sont-ils uniquement dirigés contre les rapts du savoir ouvrier ? À quelle aune faut-il mesurer les bouleversements provoqués dans les réseaux de sociabilité ?158. « On est seul avec son travail » note Simone Weil, « maintenant je ne vois plus personne dans mon coin », « y avait personne pour aider » disent, presque incidemment, des métallos en 1980159. Quand on n’a plus la possibilité (le loisir) de bavarder avec son voisin, ni surtout de se faire aider par lui, les relations interpersonnelles volent en éclat. Entre l’isolement et la dépossession, lequel pèse donc le plus ? Ne faudrait-il pas percevoir les oppositions des OP à l’OST en termes de participation à l’élaboration du produit fabriqué plutôt qu’en ceux, plus réducteurs, de maîtrise technique ? Ce glissement rendrait sans doute mieux compte de la complexité des liens qui, par l’entremise de son travail, unissent l’ouvrier à la société tout entière, et en particulier à « son » entreprise.

168La grève va se déclencher quand certaines tensions atteignent un point de rupture, même si elles ne sont pas dites, même si elles sont médiatisées par des revendications quantitatives, sur les salaires par exemple.

« L’insulte et l’usure de la chaîne, tous l’éprouvent avec violence, l’ouvrier et le paysan, l’intellectuel et le manuel, l’immigré et le Français. Et il n’est pas rare de voir un nouvel embauché prendre son compte le soir même du premier jour, affolé par le bruit, les éclairs, le monstrueux étirement du temps, la dureté du travail indéfiniment répété, l’autoritarisme des chefs et la sécheresse des ordres, la morne atmosphère de prison qui glace l’atelier. Des mois et des années là-dedans ? Comment l’imaginer ? Non, plutôt la fuite, la misère, l’incertitude des petits boulots, n’importe quoi ! »
R. Linhart, L’établi, p. 25

2. Des grèves partielles

  • 160 Par exemple, L’Humanité, 10.5.1921, 5.5.1925, 1.7.1925, 14.10.1928.
  • 161 Respectivement L’Humanité, 26.10.1924, AN F 22 224, note du 22.3.1933, L’Humanité, 6.11.1928 et 24 (...)

169Très souvent, les grèves partielles sont liées au turn-over des ouvriers qualifiés : en cas de désaccord (sur les salaires généralement)160, les OP expriment une demande ; si elle est refusée, ils quittent l’atelier, en bloc. Au début de la période, les ouvriers « ramassent leurs outils » et l’entreprise est « mise à l’index » pour les spécialistes de même profession, peut-être avec succès. Mais la main-d’œuvre peu qualifiée mène aussi ses luttes : grève de 30 immigrés à la fonderie en 1924, et de 65 manœuvres spécialisés en 1933 ; deux fois aussi les ouvriers des chaînes se rebellent (1928 et 1930)161.

170Une fois encore, la difficulté majeure pour l’étude de ces grèves est l’hétérogénéité de sources incomplètes ; l’Humanité signale des conflits, mais est tributaire de ses informateurs, ces arrêts de travail ne touchant que quelques ouvriers des immenses usines. Tout au plus peut-on dégager des tendances et des propensions dans les motifs et les fréquences des conflits, des influences de la CGTU et du PC et éventuellement les réponses patronales.

  • 162 L’Humanité, 15.6.1930 et AN F 22 210, note du 13.6.1930.

171La moitié des conflits dénombrés a trait aux salaires : certains se déclenchent contre des baisses du prix des pièces, du taux horaire, ou contre les salaires en commandite (2 grèves), d’autres sont offensives, les ouvriers demandant des augmentations des rémunérations (soit 9). Les débrayages se font plus rarement pour les conditions de travail : contre les ateliers non chauffés (novembre 1922), contre les nuisances (vapeurs acides, janvier 1929 : mais ce sont des tôliers qui débrayent contre les émanations d’un atelier voisin), ou contre les brimades : deux grèves simultanées à Saint-Ouen et Levallois pour pouvoir sortir de l’usine lors de la demi-heure de pause qui coupe les 8 heures de travail consécutif (juillet 1925), soit quatre grèves recensées. La chaîne ou la « déqualification » font l’objet de quelques conflits : celui, déjà signalé, pour la réintégration d’un chrono (polisseurs de Levallois, juin 1925), celui de 9 ouvriers professionnels, chefs d’équipe, qui refusent le déclassement et le travail sur presses à Saint-Ouen162.

  • 163 Respectivement, Cahiers du Bolchevisme, nov. 1929, p. 722 et L’Humanité, 26.10.1934, p. 1.
  • 164 L'Humanité, 7 au 10.2.1926 et AN F7 13931 note du 8.2.1926.
  • 165 L'Humanité, 5.7., 26.10, 8 et 9.12.1934.
  • 166 L'Humanité, 6 et 12.6.1923, 10.2.1926.

172La lutte contre les licenciements peut se rattacher à l’organisation du travail : « deux ouvriers sont renvoyés de la chaîne parce qu’ils ne produisent pas assez ; la chaîne entière arrête et exige la réintégration des deux ouvriers ; le travail ne reprend qu’après la victoire ». Le même type d’action est signalé en octobre 1934163. Trois grèves aussi contre des licenciements de fortes têtes : en 1926, à Saint-Ouen, un ouvrier qui refuse les heures supplémentaires est renvoyé et le directeur n’accepte pas de recevoir une délégation ouvrière ; toute l’usine débraye et est lock-outée ; le lendemain, l’ouvrier est réintégré et des délégués d’atelier sont reconnus ; curieusement, c’est le rapport de police qui précisera que le licencié était un militant de la CGTU ; mauvaise information policière, ou refus de l’Humanité d’indiquer que des militants sont renvoyés ?164 En juillet 1929, un autre licenciement de meneur n’est lui aussi signalé que dans un rapport de police. Des débrayages contre des licenciements massifs sont mentionnés en 1927, peut-être parce que le syndicat des métaux met dorénavant la rationalisation en rapport avec le chômage ; l'Humanité parle des « débrayages ponctuels » sans mentionner les ateliers (3 août 1927). Ils sont plus nombreux en 1934, quand les difficultés de gestion s’aggravent165. Quelques manifestations aussi contre les heures supplémentaires, où, plutôt que de croiser les bras, les ouvriers quittent l’atelier à l’heure normale166. Il faut par ailleurs noter que, dans l’industrie automobile, les licenciements massifs et saisonniers sont pratique courante sinon admise : aux vagues d’embauches consécutives au Salon de l’Auto (à l’automne) succèdent des périodes creuses où les ateliers produisent moins.

173Ces grèves d’atelier correspondent donc aux grands motifs de revendications de l’entre-deux-guerres, mais elles ne sont pas exactement superposables aux cahiers de revendications, déjà étudiés : pas de grève pour la sécurité, les congés ou les délégués ; par ailleurs, les conflits de ce type ne sont pas menés avec la présentation d’un cahier et toujours pour un motif unique. On peut ainsi les lire comme la matérialisation d’un point culminant de l’exaspération ouvrière face aux conditions de travail imparties.

  • 167 AN F7 13367, note du 11.3.1919.
  • 168 L'Humanité, 18 et 24.5.1934, 23.6, 6.7, 24.7, 25.10, 27.10, 9.11, 9.12.1934.
  • 169 Idem, 5.7.1934, 8.12, 9.12, 13.12.1934.

174La grève déclenchée, que se passe-t-il ? Le plus souvent, le conflit est court, une demi-heure ou quelques heures au plus (sauf quand en 1926 la direction lock-oute trois fois des ateliers grévistes pour ne pas réembaucher les militants syndicaux). La décision prise de « croiser les bras », on nomme une délégation (le vocabulaire qui veut qu’on « stoppe la chaîne » ou qu’on « arrête les machines », courant en et après 1936, n’est pas encore employé) ; la délégation est reçue ou non par le chef de service, ou la direction du personnel, échelon suprême, mais jamais par le patron en personne. La réponse dépend bien sûr de l’état des forces ; en 1919, une demi-heure suffit à des menuisiers pour obtenir 10 cts d’augmentation et une prime de vie chère, « M. Citroën ayant besoin de ces ouvriers pour les travaux de transformation de ses usines »167. Mais il reste difficile de discerner les taux de réussite, l’Humanité ne mentionnant pas toujours les résultats des conflits ; une tendance positive se dégage, semble-t-il, pour les années 1926 et 1929, quand les conflits sont les plus nombreux, et surtout en 1934, quand la direction, débordée (prise entre les créanciers et les ouvriers), satisfait pratiquement à toutes les revendications sur les baisses de salaires168 (c’est le lancement de la traction-avant) et l’octroi de certificats pour l’inscription au chômage, quand les compressions d’effectifs ou la fermeture d’ateliers ne peuvent être évitées169. Mais il reste assez évident que, dans l’ensemble, on ne satisfait pas aux grèves qui mettent en cause les principes de l’organisation du travail.

  • 170 L’Humanité, 8.6.1929 et 8.3.1933.

175D’autre part, les ouvriers peuvent débrayer, envoyer une délégation... et reprendre le travail avant son retour, effrayés, se rendant aux raisons des contremaîtres ; en 1929, au bobinage, débrayage à cause de la baisse du prix des pièces : « les ouvriers reprennent le travail avant la réponse définitive de la direction et à sa demande » : six ouvriers viennent d’être licenciés. A Saint-Ouen, « devant les menaces, les ouvriers reprennent le travail quelques minutes avant la sortie »170.

  • 171 op. cit., p. 170 sq.
  • 172 B. Badie, Stratégie de la grève, p. 30 à 60 (Paris, 1976, 262 p.).
  • 173 L'Humanité, 10.5.21, 24.5 et 25.11.1922, 5.4, 22.4 et 6.6.1923.

176Certaines années sont particulièrement agitées. Pour les usines Renault, J.-P. Depretto propose une périodisation tripartite, qui recoupe les dates adoptées pour l’implantation politique et syndicale : 1921-1926, avec peu de grèves, dont plusieurs nationales, 1927-1932 avec prédominance de la petite grève défensive, puis une légère reprise à partir de 1933171. Etudiant plus particulièrement la stratégie gréviste du PCF, B. Badie voit des césures plus précoces : 1924/25 et 1930/31 et notamment un désintérêt communiste vis-à-vis de l’action gréviste avant 1924172. Chez Citroën, jusqu’en 1926, les mentions de grève sont effectivement peu nombreuses ; sont-elles mal connues de l’Humanité, mal soutenues ou inexistantes ? (une grève en 1921, deux en 1922, trois en 1923)173. Il est notable que l’entreprise ne soit même pas signalée lors de la grève générale des métallos de 1920. 1924 non plus ne paraît pas être un tournant : malgré la grève des usines, durant plusieurs jours, le taux de combativité, ou d’intérêt pour ces actions, n’et pas soutenu : une seule grève signalée, et peut-être parce qu’elle est menée par des Algériens (26 octobre 1924). L’année 1925 marque un petit décollage (cinq conflits), bien maintenu en 1926 avec six grèves (surtout à Saint-Ouen) de janvier à juin ; là, silence jusqu’en janvier 1927. Or ces dix-huit mois semblent correspondre à une implantation communiste, attestée par de nombreux rapports de police sur les réunions de cellules. 1929 à nouveau est marquant, avec onze débrayages et un bon nombre de réussites (six) ; sept grèves aussi en 1930, dont quatre en janvier.

  • 174 AN F7 13785, notes des 7.3.1932 et 6.4.1932.
  • 175 Sur le long conflit de 1931/1932 à Billancourt, cf. J.-P. Depretto, op. cit., p. 196 sq.

1771931 et 1932 sont pauvres : cinq conflits mentionnés, dont deux contestés par le ministère de l’Intérieur174 et une grève nationale le 5 août 1932. L’une de ces agitations, en janvier 1932 est plus notable : non mentionnée dans l’Humanité, elle est analysée dans la Vie ouvrière : après l’annonce d’une baisse de salaires, « les copains réagissent et décident de ne pas reprendre les manivelles ; ils restent devant leurs machines en disant : nous allons faire comme les gars de chez Renault ; l’ensemble des copains qui avaient débrayé se regardent et se posent ensuite cette question : qui va prendre la tête du mouvement ? et comme il n’y avait pas de syndiqué dans cet atelier (...), les ouvriers ont été battus, malgré leur volonté de lutte »175. La morale syndicale est peut-être un peu sèche (il y a sûrement des délégations ouvrières sans syndiqués), mais illustre l’atmosphère de ces années.

  • 176 L’Humanité, 7.3, 22.3, 24.7, 5.8. et 22.8.1933.
  • 177 L’Humanité, 13.2.1934, la Vie Ouvrière, 23.2.1934 et Cahiers du bolchevisme, 1.5.1934.

1781933 est l’année de la réelle extension, avec plusieurs conflits partiels et surtout les six semaines de grève totale176 : l’élan se poursuivra en 1934 (15 grèves de mai à décembre), jusqu’au Front populaire ; la participation à la grève du 12 février sera donnée comme très importante dans la presse, entre 85 et 90 % pour la plupart des ateliers avec des minimums de 5 % dans deux ateliers de Clichy177 ; ces scores se maintiennent pour le 1er mai 1934, un samedi : l’usine de Javel est préventivement fermée, et selon l’Humanité, Clichy débraye à 100 % (2 mai 1934).

  • 178 AN F7 13112, rapport du 25.6.1927.

179Les déductions à partir de ces chiffres semblent difficiles, puisque par exemple le changement tactique des communistes en 1932, qui correspondra bien à la grève générale de mars 1933, ne semble pas entraîner d’autres conflits partiels, alors que la section syndicale est forte. Faut-il dès lors éviter les conflits ouverts, qui désignent les militants à la répression patronale, et consolider les acquis, organiser les nouveaux adhérents ? Par ailleurs, la vigilance patronale est doublée par la mobilité des OP ; ce maintien des militants dans les entreprises quand les organisations y prennent corps est un grand souci des partis et syndicats. Après la grève d’avril 1927, le secrétaire de la section syndicale de Javel explique : « j’ai dû user de toute mon influence pour éviter que les polisseurs et les selliers ne donnent suite à leur intention de quitter les ateliers » : la section compte 60 syndiqués et il faut veiller à ne pas la désorganiser par des départs inconsidérés178.

180Au moins à certaines périodes, la stratégie des grèves d’atelier est ainsi dépendante de l’état des organisations ouvrières (la vraie réussite étant la grande vague de 1936). D’autre part, le contexte économique national et celui de l’entreprise ne jouent pas mécaniquement dans le sens expansion/grèves et récession/calme social : les grèves sont certes nombreuses au moment de l’expansion de l’industrie automobile, en 1925 et 1926 (mais rares les deux années précédentes, quand le marché du travail a une bonne tenue). Il y a de nombreux conflits en 1930, quand s’amorce la récession, même si une seule réussite est mentionnée ; le désert des années 1931 et 1932 est certes significatif du marasme et de la peur du chômage, mais en 1933 la grève durera six semaines et 1934 est la période la plus agitée, malgré les difficultés de l’entreprise. Si ces derniers mois de direction d’André Citroën sont peuplés de conflits, c’est parce que s’additionnent plusieurs facteurs, sans qu’il soit possible d’en juger un plus déterminant : lancement d’un nouveau véhicule (la traction-avant), bien plus ardu encore que les précédents (mise au point technique insuffisante) et qui doit obliger à des concessions directoriales, auquel s’ajoutent les problèmes de gestion ; au niveau ouvrier, renforcement organisationnel depuis 1933 et avancée vers le Front populaire avec un sectarisme communiste atténué et un grand intérêt porté aux revendications quantitatives des ouvriers.

181En définitive, il semble qu’il faille toujours une conjonction de plusieurs facteurs, où l’implantation syndicale et politique ne joue pas un rôle déterminant. Ce rôle est certes plus lisible lors des grands conflits généralisés.

3. Trois grandes grèves

182Les grèves ne sont pas seulement à lire en elles-mêmes : l’acte gréviste s’inscrit dans le processus de travail, dans la stratégie patronale, dans le discours et la pratique des organisations ouvrières, dans la vie quotidienne de la main-d’œuvre. Mais, par leur rareté, les grèves générales restent un moment spécifique de la vie usinière, un lieu d’affrontement entre les forces en présence, où les mots surtout s’exacerbent, où les décisions doivent êtres rapides mais pesées.

183Mais pourquoi et comment un conflit partiel et localisé se transforme-t-il soudain en grève généralisée ? Par quelle curieuse alchimie sociale quelques dizaines d’ouvriers qui croisent les bras sont-ils soudain entourés de dizaines de milliers d’autres ? Pourquoi, de la Paix au Front populaire, (et passée la grande vague de 1919-1920) les usines d’André Citroën connaissent-elles trois grèves généralisées, quand celles de Louis Renault, de Marius Berliet et des frères Peugeot n’en voient pas ? Certes, sur le long terme, l’environnement économique, politique, social du pays ou de la région influent clairement sur les relations entre le patronat et la main-d’œuvre ; il n’en va pas de même entre les deux guerres dans l’automobile. Transparaît là l’originalité de l’entreprise et du patron Citroën, mais aussi celle des organisations ouvrières et de la main-d’œuvre.

184Durant ces années, trois grandes grèves secouent l’usine : 1924, 1927, 1933. Au premier abord, toutes touchent les conditions du travail ; toutes s’achèvent sans victoire ouvrière et montrent une intervention de la CGTU et/ou du parti communiste. Enfin, André Citroën s’y affirme comme un patron de combat. Cependant, toutes trois se déroulent selon des schémas différents : on ne peut les comparer pour elles-mêmes, mais seulement dégager des tendances et des évolutions.

la grève de 1924

185Le mois de février 1924 fait date : le premier grand conflit du temps de paix aux usines Citroën figure le microcosme des débats qui agitent le monde industriel.

  • 179 Malheureusement seule source pour cette grève (aucun dossier dans F 7, F 22 ou les archives de la (...)

186Les causes de la grève sont liées à la mise en place de la nouvelle chaîne de montage de Javel, sans lui être forcément concomitantes. Elles sont énoncées par la presse179 : l’outil de production désormais mécanisé, la cadence augmente et l’Humanité explique que « le prix de la voiture est réduit de 50 %, ce qui veut dire que les ouvriers travaillant aux pièces doivent fabriquer le double de voitures, chose matériellement impossible, pour avoir droit aux mêmes salaires ». Peut-être. Mais cette baisse des tarifs relatifs peut aussi « vouloir dire » que les capacités productives multipliées par deux (au moins), ce ne sont pas les salaires qui ont diminué de moitié, mais l’intensité du travail qui a doublé.

  • 180 L’Humanité, 10.2.1924.

187En tout cas, l’atelier des tôliers, ouvriers professionnels, se met en grève ; il est sur le champ licencié. Très vite, le conflit va s’étendre au reste de l’usine. Devant l’ampleur du désastre, André Citroën en personne reçoit des délégués des grévistes. On n’arrive à aucun accord, l’usine est lock-outée. Cependant, le samedi 9 février deux jours avant la date de réouverture, une nouvelle entrevue autorise le compromis : pas de sanction pour les grévistes et maintien des salaires ; « la délégation a été reçue avec toute l’amabilité dont M. Citroën et son colonel Lanty (le chef du personnel) sont capables » persifle le quotidien communiste, ravi de l’excellence du dénouement180. Mais il manque d’intéressants détails dans les articles de l’Humanité et de la Vie Ouvrière : sur quoi la direction recule-t-elle ? Sur les « salaires » totaux de la journée de travail ? Ou sur les « salaires » des pièces et montages exécutés ? Autrement dit, la cadence prévue est-elle réduite, reportée à plus tard ou maintenue (après explication sur sa signification) ?

  • 181 L’Humanité, 16.2.1924 et la Vie Ouvrière, 13.2.1924.
  • 182 L’Humanité, 11, 12.3.1924.

188Au cours de l’entretien, la délégation a sûrement été sensible à une requête du patron : « à l’avenir, à chaque fois que vous aurez à vous plaindre, vous désignerez un délégué d’usine, lequel viendra me trouver, et nous arrangerons les choses » ; cette phrase l'Humanité l’interprète, à tort, comme une reconnaissance de délégués permanents et comme « résultat inattendu ». Le lundi 11, le travail reprend. Et pourtant, la grève va rebondir : « le mercredi 13, des affiches étaient apposées dans les ateliers, indiquant que le repos du samedi après-midi était supprimé. En réponse à cette provocation, les délégués se réunirent et décidèrent d’intervenir auprès de la direction pour lui rappeler l’accord conclu181 ». Il ne sont reçus que le vendredi par le directeur du personnel « qui déclare alors qu’il ne reconnaît aucune délégation » : le refus est net et effectivement dénie les propositions d’A. Citroën, huit jours plus tôt. L’après-midi, les forces de police sont devant l’usine, la grève est à nouveau déclenchée. Le lock-out patronal y répond, pour une semaine. Mais la lutte va se poursuivre, inégalement, presque un mois : le Syndicat des Métaux ne donnera l’ordre de reprise que le 11 mars182.

189Le conflit a pourri lentement, surtout soutenu par les ouvriers qualifiés. Il est difficile de savoir de quoi furent faites ces quatres semaines. Quant la reprise est décrétée, l’Humanité précise que « les meilleurs professionnels, ceux-là pour qui les difficultés d’embauche n’existent pas, ont définitivement et de leur propre gré quitté l’usine ». Peut-être est-ce là seulement que la grève se révèle vraiment contre la rationalisation, les ouvriers qualifiés refusant l’embauche dans une usine où leur travail est déprécié, et accéléré. Pour le reste de la main-d’œuvre, il est net que l’arrêt de travail s’est fait non pas contre la chaîne, non pas contre le rythme réel de la cadence, mais bien contre une dépréciation inadéquate des salaires : « les ouvriers auraient accepté le nouveau mode de travail si la direction s’y était prise de façon plus intelligente, si elle s’était contentée du rendement supérieur qu’il pourrait donner, sans porter atteinte aux salaires des travailleurs d’une spécialité » précise bien le quotidien communiste.

  • 183 L’Humanité, 17.2.1924 et la Vie Ouvrière, 13.2.1924.
  • 184 L’Humanité, 9.12.1924.

190Mais pourquoi la relance du conflit, et pour si longtemps ? Parce que la première victoire n’en était pas une ? Ou parce que le premier succès en laissait promettre d’autres ? Ainsi, lors d’une AG à la Grange-aux-Belles, un cahier de revendications est élaboré, qui demande des augmentations de salaires : 10 % pour les OP, 20 % pour les manœuvres spécialisés (OS), hommes et femmes, 25 % pour les manœuvres, et aussi le respect des lois sociales (huit heures et hygiène)183. Sans doute les militants sont-ils en partie responsables de ce redéploiement qui mesure et renforce leur influence. Par ailleurs, et depuis quelques mois, la tactique communiste face aux grèves est en pleine mutation. La grève de Citroën va signifier la reprise des hostilités contre le patronat et un renouveau de l’action communiste, et illustrer les résolutions sur l’abandon et la tactique de la grève générale. Là, « le sort du prolétariat est engagé » et « il faudra l’appui de tous les travailleurs »184.

  • 185 Ibid., 16.2.1924.

191Ainsi, la première victoire a été presque trop rapide, elle n’a pas permis de prendre toute la mesure des dispositions envisagées, ni de tester l’organisme syndical. Par exemple, durant les quatre semaines de retour à la grève, un « impôt de grève » est levé sur les métallos parisiens, il y a des délégués d’usine, un comité de grève élu, le boycott des OP est réel. Tout fonctionne donc et « quelle leçon lumineuse pour tous les travailleurs que la vie chère va lancer dans les grèves ! »185. Mais après un mois de lutte l’échec sera patent et les ouvriers de Panhard, qui se sont eux aussi mis en grève, seront également battus. Pour Monatte, qui l’écrit dans l’Humanité, la faiblesse du nombre de syndiqués en est seule responsable. Echec pour les ouvriers, cette grève de 1924 est donc aussi une leçon pour les organisations ouvrières et surtout pour les jeunes unitaires et communistes : la bonne volonté est insuffisante pour mener à bien un conflit, surtout dans une grande entreprise. Lors de la grève de 1927, l’entremise communiste sera plus claire.

la grève d’avril 1927

  • 186 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927.
  • 187 Les Cahiers du Bolchevisme, 15.5.1927.

192Dans les usines, les statuts du travail ont changé, la rationalisation des outils de production a progressé depuis 1924 : nouvelles usines à Saint-Ouen, Gutenberg, Grenelle, Clichy, mise en gamme de la chaîne de Javel et d’autres sans doute. D’autre part, en février, on a embauché 10 000 personnes pour accélérer la production et probablement tenter des pressions sur la main-d’œuvre ; en février ou mars a aussi été introduit le salaire en commandite jugé détestable. Mais les réactions ouvrières sont effacées, sauf à Saint-Ouen, où, sous l’impulsion de syndicalistes révolutionnaires, un cahier de revendications est établi (il ne circulera pas dans les autres usines du groupe)186. Quant aux communistes, ils sont prêts à appuyer les grèves et si possible à les organiser « pour en finir une fois pour toutes avec cette phraséologie anar qui voulait qu’une fois la grève déclenchée, aucun membre du parti n’entre dans une usine »187.

  • 188 20.3.1927.

193Pourtant, les ouvriers qui depuis quelques semaines s’agitent ne sont guère soutenus, au contraire. L’Humanité explique que « le patronat cherche la grève, mais qu’il ne l’aura qu’à l’heure que choisira le Syndicat unitaire des Métaux »188 : il y a visiblement un désir de contrôle des mouvements, quitte à s’opposer aux débrayages partiels. Parallèlement, l’Humanité, les Cahiers du Bolchevisme et même La Vie ouvrière entament une vaste campagne de dénonciation des conditions de travail. Mais quand la grève éclate le 20 avril, ce n’est pas sur décision des organisations ouvrières : « ce mouvement fut spontané, les militants du syndicat furent mis devant le fait accompli » reconnaît La Vie ouvrière. Javel et Gutenberg débrayent, mais aucun appel à la solidarité n’est lancé et L’Humanité écrit même le 22 avril, en relatant les causes du conflit : « l’offensive pour la diminution des salaires marque un temps d’arrêt ; les ouvriers vont s’organiser pour le transformer en un échec sérieux et définitif ».

  • 189 L’Humanité, 27.4.1927 ; AN F7 13932, note du 28.4.1927.

194Une fois encore, les ouvriers protestent non pas contre le système de travail, mais contre ses conséquences sur les rémunérations : la main-d’œuvre ne débraye que quand les salaires subissent une diminution nominale. A ce titre l’attitude des ouvriers de l’usine de Clichy est exemplaire : c’est Ernest Mattern qui en est le directeur et qui pratique donc cette OST efficace, totale, où tout est pris en compte, jusques et y compris la psychologie des individus. Or, note la Révolution prolétarienne, les ouvriers de cette usine « montrent pendant le conflit une impassibilité émotionnante ». Ils refusent la grève. Pour expliquer cette extraordinaire défection, l'Humanité soutiendra que c’est un commissaire de police qui dirige le service... Mais à Cadine, permanent syndical, les ouvriers ont bien expliqué « qu’ils ne veulent pas abandonner le travail à cause des salaires qui leur sont alloués »189. La pression rationalisatrice est donc compensée par des dédommagements salariaux que les ouvriers refusent de risquer dans une grève et ses inévitables licenciements.

  • 190 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927 et AN F7 13932, note du 24.4.1927 sur une réunion des lock-o (...)

195Cependant, si la grève s’est déclenchée indépendamment des directives syndicales, celles-ci vont rythmer la suite du conflit. Le dimanche soir, 24 avril, les unitaires décident du mot d’ordre qu’ils pensent adapté à la situation : grève à Javel et Gutenberg, et rentrée dans les autres usines. Pour obtenir la grève généralisée que sans doute elle s’estime trop faible pour obtenir, la CGTU veut provoquer le lock-out patronal : « tous les responsables préféraient le lock-out à la grève, j’avoue ne pas avoir très bien compris », écrit un militant de la Révolution prolétarienne ; en fait, d’aucuns pensent qu’alors « les jaunes ne seront plus à craindre »190. Mais le mot d’ordre sera si peu suivi que ni Javel, ni Gutenberg ne sont lock-outées ; même l’Humanité reconnaît que les machines tournent. Le lundi, elle publie un appel à la grève dans l’ensemble des usines du groupe ; les ateliers de Saint-Ouen et Levallois débrayent et sont lock-outés pour deux jours, comme l’espérait le syndicat. Mais dans le XVe arrondissement l’action n’est pas soutenue, les piquets ne sont guère efficaces, la situation est aussi confuse que les mots d’ordre. D’autre part, pour apaiser les esprits, la direction a accordé quelques augmentations de salaires.

  • 191 La Révolution prolétarienne, 1.7.1927.

196C’est l’échec. Le vendredi 29 avril, « maîtres du mouvement », le syndicat des métaux et le comité de grève décident que la lutte se poursuivra dans les ateliers : « ce n’est pas renoncer à la bataille que de changer d’arme ». La direction en profite pour épurer les ateliers des meneurs et des ouvriers en surnombre : la Révolution prolétarienne annonce 250 licenciés, triés parmi les syndiqués et les militants, le ministère du Travail en compte 622 uniquement pour Saint-Ouen, où une grande agitation règnait depuis plusieurs mois. Mais, en juillet, ce sont 12 000 licenciements que note le ministère de l’Intérieur, sans cette fois la moindre réaction syndicale. Si le bilan est très sévère pour la main-d’œuvre, pour la première fois chez Citroën une tactique gréviste est apparue : refus des grèves « sauvages », diffusion des mots d’ordre par l’Humanité et par des tracts, tenue de meetings dans la journée et le soir (pour ceux qui persistent à travailler), provocation au lock-out pour essayer de regrouper et de convaincre hors les murs. D’autre part, les communistes ont pris une part active à cette agitation, comme le soulignent d’emblée les syndicalistes révolutionnaires : « le frère du comité du lock-out n’est pas autre chose que le rayon ; (...) dans la métallurgie parisienne, syndicat et parti forment un véritable mic-mac »191. Quant aux Cahiers du Bolchevisme, ils énoncent aussi les activités des ouvriers organisés.

  • 192 Les Cahiers du Bolchevisme, 31.5.1927 (cinq pages sur l’analyse du conflit).

197A Javel, il y aurait trois cellules communistes, une pour chaque équipe de 3 x 8, qui se réunissent cinq fois durant le conflit, et une section syndicale, qui tient trois réunions ; « une autocritique doit cependant ête formulée : presque tout le travail fut assuré par les copains des cellules ; certes les communistes, au sein de la section syndicale, devaient se montrer les éléments les plus actifs, mais ils devaient aussi stimuler et savoir utiliser largement le cercle des sympathisants »192 : l’article est signé par Carlier, accusé par les syndicalistes-révolutionnaires d’avoir bureaucratisé le mouvement. Les Cahiers soulignent d’autre part le très grand rôle joué, dans le déclenchement, par les militants communistes, puisqu’ils seraient carrément désignés pour organiser les débrayages. Ainsi, après un début spontané, l’organisation veut exploiter le confusion qui règne dans les ateliers et tester ses aptitudes à la maîtrise d’un mouvement.

198En définitive, PC et CGTU sont assez satisfaits de cette expérience gréviste : « si le fonctionnement ne fut pas parfait à tous les échelons, les progrès sur le passé sont considérables » ; à condition de tirer la leçon des erreurs, en particulier vis-à-vis des ouvriers non qualifiés, « éléments les plus actifs lors du déclenchement de l’action (...) ; cela doit inciter les professionnels syndiqués à se départir de la morgue que quelques-uns d’entre eux conservent encore ».

199Les organisations syndicale et politique ont ainsi joué un rôle indéniable dans cette grève, l’organe syndical (La Vie ouvrière) estimant que le bénéfice de l’action revient au syndicat et l’organe politique (les Cahiers) l’attribuant prioritairement au parti. Sans doute est-ce là le signe de la polyvalence des rares militants des usines, unitaires et communistes.

la grève de 1933

200Bien que la stratégie des grèves s’affine durant ces grands conflits de la métallurgie, la paix règne sur les usines d’André Citroën durant six ans, six ans où la pression rationalisatrice s’affermit encore et où la crise mondiale éclate.

  • 193 Sur cette grève, cf. J.-P. Depretto, op. cit., p. 135 et 196 sq.
  • 194 AN F7 13785, note du 5.12.1932.
  • 195 La Vie Ouvrière, 19.5.1933, les Cahiers du Bolchevisme, 1.6.1933, I.S.R., août 1933, p. 326.

201Pourtant, malgré la peur du chômage, les ouvriers de Louis Renault ont mené un long mais épisodique conflit à la fin de 1931, soutenus par la CGTU et le PC qui ont dressé le bilan des forces et faiblesses du mouvement en s’efforçant d’en faire un exemple, un « modèle Renault »193. D’autre part, au cours de l’année 1932 s’amorce une mutation dans l’attitude communiste vis-à-vis des revendications ouvrières (qui fait suite, dans le PC, à un changement de direction) ; dans le XVe, l’Intérieur note des changements d’attitudes : « la direction (syndicale) a fixé comme premier moyen d’action auprès des ouvriers le soutien des revendications particulières de ceux-ci, dans chaque usine » et la campagne de propagande doit débuter chez Citroën194. Reste que le syndicat est faible : à peu près 100 syndiqués, répartis en cinq sections, peut-être une par usine195.

  • 196 L’Humanité 23, 27, 28, 29 mars 19323 ; AN F22 224.
  • 197 Conférence main-d’œuvre, 28 pages dactylographiées, AN F 22 224.
  • 198 L’Humanité, 30.3.1933.

202Mais dans les premières semaines de 1933 l’agitation dans les ateliers est indéniable : arrêts du travail contre des baisses de salaires, pour déplacer un contremaître196. La grève sera longue : six semaines, du 29 mars au 5 mai, (et d’une autre ampleur que celle de Renault), objet de dizaines d’articles dans la presse, de trois interventions à l’Assemblée nationale (6, 8 et 11 avril) et suscitera la médiation du ministère du Travail. Le 27 mars 1933, André Citroën a publiquement et brusquement annoncé la diminution générale des salaires, dans une conférence qui rassemble 500 personnes de l’usine, dont 50 chefs d’équipes et 50 ouvriers197. Les nouveaux tarifs affichés, la grève éclate, une fois de plus dirigée contre la baisse des salaires, et non contre le système de travail. Trois cents ouvriers débrayent dans un atelier très qualifié, la réparation des machines-outils (RMO)198. Une délégation est envoyée à la direction, qui « ergota, tergiversa et déclara qu’elle allait examiner la situation ». Pour cet atelier d’ouvriers très spécialisés, le conflit aurait peut-être pu se résoudre à l’amiable ; mais, le syndicat des Métaux saisit la balle au bond, ronéote un tract, dépêche aux portes des permanents en vue, qui haranguent les ouvriers à la rentrée de 13 heures : Timbaud à Balard, Weckstein à Chaix. Dans l’après-midi d’autres ateliers débrayent (en particulier la tôlerie), des militants montés sur les machines convainquent leurs camarades, on chante l’Internationale et on élit des délégués qui demandent à rencontrer la direction.

  • 199 L’Humanité, 30.3 et 17.4.33. Un dossier F7 fait ici fort défaut, qui donnerait la composition du C. (...)

203La réponse est le lock-out des usines de Javel pour huit jours. Sous l’impulsion syndicale, la grève va s’étendre, mais lentement, ce qui est particulièrement notable : non seulement, depuis six ans, les ouvriers ont peu ou pas réagi aux nouvelles méthodes de travail, mais la réduction généralisée des salaires ne les secoue guère plus. C’est l’ardeur militante qui diffuse la grève. Rapidement un comité central de grève inter-usines est nommé ; il compte 70 membres, puis 80, et peut-être même 120, répartis en quatre commissions : la solidarité, les finances, le chômage et le contrôle199. Un cahier de revendications en quatorze points est élaboré (report des diminutions, ralentissement de la cadence, délégués à l’hygiène, reconnaissance du droit syndical et signature d’un contrat collectif). Le 1er avril, Monjauvis, député communiste du XIIIe, est reçu avec treize grévistes par le ministre du Travail François-Albert et demande l’ouverture de négociations, un débat à la Chambre, l’inscription des lock-outés au chômage, le retrait des forces de police.

  • 200 J.O., Chambre des Députés, 2e séance du 11.4.1933 p. 2179.
  • 201 Pour ces négociations F 22 224, note des 14, 20, 21 ; L’Humanité des 14 et 22 avril 1933, R.P., du (...)

204Le 5, les usines sont réouvertes. Le Comité de grève demande de prolonger la grève, de former des piquets : une grande partie des ouvriers rentre, mais l’agitation dans les ateliers est telle que la direction prononce un nouveau lock-out, jusqu’au 18 avril, en promettant une embauche sélective par lettres individuelles. Par ailleurs, peut-être pour simuler le désintérêt, André Citroën part en vacances, ce que souligne le ministre du Travail à la tribune de la Chambre : « dois-je exprimer ici le regret de n’avoir pas tout près de moi, comme je le souhaiterais, le principal intéressé ? (applaudissements à l’extrême-gauche). J’exprime le vœu qu’il comprenne la nécessité, dans un conflit du travail, de ne pas demeurer systématiquement éloigné du champ de bataille »200. Sommé, le patron revient en toute hâte et le 14 avril engage des négociations avec le comité de grève, sous la houlette de François-Albert201.

  • 202 F 22 224, lettre du 8 mai 1933 ; les imprimés officiels du ministère estiment ces licenciements à (...)

205Face à lui, la délégation ouvrière va énoncer des contrepropositions : pas de diminution pour les salaires inférieurs à 6 francs, diminution de 5 % sur les bonis des salaires supérieurs à 6 francs, mais sans augmentation de la cadence. Malgré plusieurs confrontations, André Citroën refuse le compromis. Il rouvre ses usines le 24 avril, reportant pourtant de 25 % les diminutions qui avaient motivé la grève. Les ouvriers rentrent peu à peu, malgré les appels de l'Humanité ; 243 ouvriers ne seront pas repris202. Certains d’entre eux sont en prison, d’autres à l’hôpital. Les « héros prolétariens » seront pour divers délits condamnés à un mois de prison. Des pétitions circulent pour leur remise en liberté, ainsi que des listes de souscription pour secourir les familles.

  • 203 Entretien avec M. Thouvenel, 11.4.1980.

206Cette grève de 1933 est exemplaire. Exemplaire d’abord par sa longueur et par la ténacité des protagonistes. Les quatre premières semaines de grève sont de volonté directoriale : lock-out et refus de la négociation ; la direction est-elle surprise par la force des réactions lors de la première réouverture, le 5 mai ? Sans doute, mais cela ne suffit pas à justifier vingt autres jours de fermeture des ateliers, qui semblent dus à plusieurs raisons, et qui conduisent même à se demander si le conflit n’a pas été recherché : pourquoi une si brusque et générale diminution des salaires, quand il serait possible de l’obtenir petit à petit, atelier par atelier ? Comme en 1924 André Citroën exploite techniquement l’arrêt de travail : en avril commencent les travaux pour la reconstruction de Javel : il est sûr qu’une usine désertée a facilité les première démolitions. Il semble d’autre part que l’entreprise supportait un important stock de voitures et que la grève aide à leur écoulement, avant le démarrage des tractions-avant (les dernières voitures sur les chaînes lors de la fermeture sont achevées par des équipes de contremaîtres et de chronométreurs, qui ont traversé les piquets de grève : dix jours pour finir 250 ou 300 voitures)203.

  • 204 Rapporté par l’Humanité 15.4.33 et par la Révolution prolétarienne, 25.4.33.

207D’autre part, la direction vise un pourrissement du conflit et une division des ouvriers provoqués de différentes manières : par exemple, les usines sont lock-outées, mais certains ouvriers sont convoqués et travaillent. En ce qui concerne plus particulièrement André Citroën, il semble fermement croire que les salaires versés sont les plus hauts de la région parisienne et il défend son statut de bon patron, de « philanthrope » comme il l’explique lors de sa conférence du 28 mars. Est-il réellement informé sur ce qui se passe dans ses ateliers ? Sur le prix du pain ? Lors de la première entrevue avec le Comité de grève (14 avril), il déclare courtoisement aux ouvriers qu’ils vont « devoir réduire leur train de vie »...204. Face à la grève, la direction adopte ainsi plusieurs attitudes (qui montrent ses hésitations), mais se méprend sur les capacités de résistance d’une partie de la main-d’œuvre, qui refusera longtemps de rentrer dans les ateliers, prolongeant encore le conflit de onze jours (25 avril au 5 mai). Ce volontarisme est incontestablement l’œuvre des organisations ouvrières.

  • 205 L’Humanité, 3.4.33 ; le numéro spécial de l'Avant-garde est celui daté du 3.4.1933.

208Le PC et la CGTU ont également un comportement exemplaire : grâce aux tracts, aux prises de parole, ils permettent l’extension de la grève et, le mécanisme enclenché, déploient une intense activité : meetings quotidiens ou presque à la Bourse du Travail ou devant les portes des usines, avec la présence permanente de responsables des Métaux ou du PC, ce qui permet la cohésion du groupe gréviste. Celle-ci est maintenue, étendue, par la circulation de l’information, par l'Humanité pour commencer (c’est Vaillant-Couturier qui est « délégué par l’Humanité auprès du C.C. de grève »), mais aussi par tracts et affiches diffusant les mots d’ordre et les revendications, avec un effort tout particulier auprès des petits commerçants (qui accordent ou non les « ardoises » de crédit). Les cellules sortent leurs journaux ronéotés et un « bulletin d’information du Comité Central de grève », imprimé à l’Humanité sort le même jour qu’une édition spéciale de l’Avant-garde, l’organe des J.C.205. On organise aussi les soutiens financiers ; des meetings de solidarité sont rassemblés dans les banlieues, l’Humanité lance des appels aux cheminots, aux travailleurs des services publics. Par ailleurs, grâce à l’intervention des parlementaires, l’inscription au chômage a été acquise, ce qui est exceptionnel dans un cas de lock-out.

  • 206 8e congrès des Syndicats unitaires de la région parisienne 1 et 2 avril 1933, et surtout intervent (...)
  • 207 APP Ba 297, note du 5.11.1933 ; les trois autres grèves : Strasbourg, textile de Castres et Docker (...)

209A partir d’avril 1933, le « modèle Renault » est remplacé par le « modèle Citroën », exposé par J.P. Timbaud dans deux congrès et longuement analysé dans la presse206. D’autre part, la grève Citroën est l’un des quatre conflits que Frachon choisit de présenter en 1933 à une réunion du CE de l’ISR207. Le modèle érigé est d’ailleurs un peu différent suivant les supports, même si l'Humanité, la Vie ouvrière et les Cahiers du bolchevisme s’accordent pour reconnaître là la grève la plus importante depuis 1920. L’Humanité, quotidien, décrit les luttes au jour le jour, lance les mots d’ordre, appelle au soutien des grévistes, ne reconnaît pas les échecs, quitte à maintenir un certain confusionnisme : alors que « les métallos tiennent bon », que la grève en principe se poursuit, à la paye de la mi-avril « les Nord-Africains en bataille » constatent des diminutions de salaires (12 avril). Si ce n’est le triomphalisme, il n’y aura pas de leçons tirées de la grève. De son côté, la Vie ouvrière construit un mythe, fondé sur des informations contradictoires, notamment sur l’état des forces avant la grève : en avril 1933, on y lit que les « sections syndicales, quoique extrêmement faibles, ont joué un rôle capital dans le lancement des mots d’ordre » ; en juillet 1934 : « aucune organisation en janvier 1933 ; si nous possédions quelques syndiqués unitaires dans certains ateliers, nous ne les connaissions pas tous et nous ne pouvions les utiliser qu’avec difficulté » : après les événements de février 1934, on magnifie les modèles, tout doit devenir possible.

  • 208 Les Cahiers du Bolchevisme, 1.9.1933.
  • 209 Ibid., 1.9.1933.
  • 210 Les Cahiers du Bolchevisme, 1.6.1933.

210Le triomphalisme est moins de mise dans les Cahiers du bolchevisme, plus sévères pour les faiblesses organisationnelles, surtout en ce qui concerne le PC : « durant la grève, l’activité des communistes, en tant qu’organisation du Parti, a été faible ; les communistes furent réunis, sans qu’il soit tenu compte des règles élémentaires du travail clandestin (...) ; les mouvements grévistes ne sont pas utilisés par les organisations du Parti pour développer le recrutement (...) ; il n’y a pas d’amélioration et les faiblesses antérieures persistent »208. En fait, défauts majeurs, « le travail était trop orienté vers l’activité syndicale » et « tous nos camarades (pendant la grève) firent de gros efforts individuellement (...) mais sans coordination dans le travail »209. Malgré tout, les forteresses ouvrières se construisent : « combien de fois, quand nous discutions avec les métallos de province, et même avec ceux de la région parisienne, sur la nécessité de préparer la contre-attaque ouvrière avons-nous entendu cette réponse : oui, c’est juste, mais que font ceux de Renault et Citroën, qu’attendent-ils pour nous donner l’exemple ? »210.

  • 211 1 et 2 avril 1933.

211Dans cette grève et ce modèle se lisent ce que seront les grèves du Front populaire, et au Congrès confédéral J.P. Timbaud clôt son rapport sur la grève en disant211 : « il faut savoir terminer les grèves dans l’intérêt des ouvriers », analyse que Thorez rendra célèbre en juin 1936. Pour les organisations ouvrières, le conflit Citroën est l’apprentissage de la responsabilité, en l’occurence déléguée au Comité central de grève, élu grâce à elles et où tous les services de l’usine sont représentés. Ce Comité est reçu, et donc reconnu, par les forces constitutives de la nation, par le ministre du Travail, mais reconnu aussi par « la presse bourgeoise », qui passe ses communiqués. Sa responsabilité se marque par la présentation des contre-propositions ouvrières : la toute-puissance patronale est battue en brèche, les ouvriers ont droit à une parole. On peut noter aussi que ces contre-propositions incluent ce qui sera octroyé lors des accords Matignon et des lois sociales de 1936 (sauf les congés payés). D’autre part, le conflit est porté devant le Parlement et deux députés communistes (Monjauvis et Doriot) se multiplient.

  • 212 Reproduit dans le Mouvement Social avril 1975 et introduit par M. Rébérioux.
  • 213 L’Humanité 24 et 25.5.1933 ; p. 1 ; condamnation de 15 jours à trois mois.

212Autre prélude à 1936, l’atmosphère de la grève : les meetings (par ateliers de préférence), la presse, les tracts, mais aussi le drapeau rouge qui flotte sur l’usine de Saint-Ouen. Le groupe Octobre, contacté par les grévistes, vient jouer un petit spectacle, intitulé « Citroën » et écrit par Prévert212. Le club de musique de l’usine et le club sportif deviennent, sur proposition de Timbaud, les « clubs des grévistes ». Forts prémisses de juin 1936. D’ailleurs, lors d’un conflit partiel en mai 1933, les ouvriers de Javel et Grenelle occupent les ateliers, jouant au football, à saute-mouton et au bouchon dans les cours... : huit grévistes sont condamnés pour entrave à la liberté du travail, coups et blessures et détérioration de matériaux servant à la fabrication ; devant le tribunal un délégué explique que « sa prétendue surexcitation est le résultat de la sous-alimentation et des privations de toutes sortes dues au chômage ». Trois mois fermes213.

213D’autres aspects de cette grève annoncent le Front populaire : une partie des techniciens et employés soutient la lutte, dès le début d’avril. Quand, à la CGTU, on souligne la grève des chefs d’équipe, on y joint les ouvriers socialistes ; cependant le programme de Rassemblement populaire attendra encore deux longues années, la tactique est encore au front unique à la base, et on ne se prive pas de dénoncer les directions réformistes et leur presse, le Populaire et le Peuple.

  • 214 Id., 13.4. p. 1 et 18.4.1933 p. 1 ; mais aussi C.B., 1.6.1933.
  • 215 Id., 3.5.1933, p. 1.

214Dans les ateliers, c’est l’étonnement des retrouvailles : « la discipline de Citroën, cette discipline de terreur qu’il faisait peser sur les ouvriers, pour la première fois, elle est brisée. On n’a plus peur, plus peur des contrecoups, plus peur des voisins », explique une ouvrière à Vaillant-Couturier, qui, très frappé, ajoute quelques jours plus tard : « les ouvriers se sont reconnus. Ils ont cessé de se défier les uns des autres (...) ; ils ont appris qu’ils étaient solidaires les uns des autres214 ». Cette nouvelle solidarité explique les incidents qui se déroulent après la reprise du travail, malgré le licenciement des meneurs : le 2 mai, donc avant l’appel officiel de la CGTU pour la reprise, des ouvriers débrayent et les heures de grève leur sont payées, au taux d’affûtage, « événement sans précédent dans la maison »215.

  • 216 L’Humanité, 5.5 p. 1, 8.5. p. 1, 11. 5, p. 1 etc.
  • 217 Id., du 25.5 au 30.5.1933, p. 1.

215Après le 5 mai, des grèves se multiplient, sous tous les prétextes : les ouvriers arrivent à faire réintégrer des licenciés, à empêcher des renvois, demandent des augmentations de salaires, « molestent des “entraîneurs” qui veulent faire augmenter les cadences »216. Les revendications sont peintes sur les murs. Le soir du 24 mai, la direction est contrainte, après occupation, de lock-outer Javel et Grenelle ; lors de la reprise, le 30, « les ouvriers appliquent le mot d’ordre : à petite paie, travail réduit »217.

216Cette effervescence semble durer jusqu’à la fin du mois de mai, où, les nouvelles fortes têtes repérées, la direction agit, mute, déclasse, désorganise. Il n’y aura aucune réaction lors des fermetures d’été. La CGTU et le PC concentrent leurs forces sur l’organisation des nouveaux adhérents ; la CGTU en compte plus de 1 000, même après les licenciements, organisés en 22 sections syndicales, et pour cela aussi, l’usine Citroën devient un modèle. Ces implications de la grève de 1933 dans les usines Citroën montrent donc que les événements simultanés de la victoire électorale du Rassemblement populaire ont eu leur répétition générale dans quelques entreprises : si les journées de février 1934 ont aidé à la réunification syndicale, à la prise de conscience ouvrière, l’expérience des organisations s’est nourrie de la gestion de longs conflits.

***

217Placées entre deux grandes vagues revendicatives, celle de 1919-1920 et celle de 1936-1938, ces trois grèves parisiennes, dans l’automobile et dans de très grandes usines, appellent plusieurs remarques et questions sur les attitudes des parties en présence.

218Du côté ouvrier, le souci du maintien du salaire est, semble-t-il, seul déterminant, qu’il s’agisse de se mettre en grève pour refuser sa diminution réelle ou relative (1924, 1933) ou de refuser la grève pour préserver son taux (Clichy, 1927). Les progressions et raffinements de l’organisation scientifique du travail ne sont pas combattus pour eux-mêmes, l’absence de conflits de 1927 à 1933, notamment, le prouve ; même la grande restructuration de 1933 ne provoque aucune résistance ouverte ou décisive et la crise économique, l’état du marché du travail ne sauraient fournir une explication totale ou satisfaisante.

219Par ailleurs, force est de s’interroger sur la manière dont la main-d’œuvre pèse dans le déclenchement puis l’extenstion de la grève. Pour le rôle joué par les diverses catégories socioprofessionnelles, les éléments d’analyse font défaut. Ce sont le plus souvent les ouvriers qualifiés qui sont à l’origine du conflit, en tout cas d’après ce que l’on peut lire dans l’Humanité ; or — et au moins durant cette période — le quotidien communiste n’a-t-il pas tendance à sous-estimer le nouveau poids de la main-d’œuvre déqualifiée ? La proportion accrue des OS et des manœuvres dans le processus de production se lit-elle aussi dans les conflits ? Quoi qu’il en soit, il reste clair que le rôle dynamique des OP est dû à leur plus grande « conscience », à leurs traditions et à cette certitude qui les habite : quelle que soit l’issue des conflits, ils trouveront sans peine la réembauche.

  • 218 Entretiens avec MM. Louis, Jacques, S., cités.

220Quant aux cadres, aux « collaborateurs » (pour employer la terminologie de l’époque) jamais ils ne s’associent à la grève ; ils sont le patronat, ou au moins son émanation, ils représentent la Maison. L’idée même de revendiquer, de se solidariser ne les effleure même pas et, quand on les interroge cinquante ans après, les fait bien rire... Lorsque l’usine est lock-outée, ils sont à l’intérieur ; lorsqu’elle est occupée, leur gloire est d’y être encore ; « les ouvriers m’ont laissé passer »218 : sans doute faut-il déchiffrer là le désir de reconnaissance par l’ingénieur de sa fonction technique et indispensable. Il est également certain que ce sont les mêmes contremaîtres qui restent dans les ateliers pour finir les montages en cours et qui désignent les meneurs à la vindicte patronale.

221Enfin, l’analyse de l’historien — si souvent militant quand il s’agit de mouvement ouvrier — ne doit être voilée ni par ses désirs (découvrir l’ouvrier en lutte), ni par son ennui face à la platitude du temps usinier (voir s’animer l’usine et se dévoiler des ruptures). Il serait illusoire de croire que la présence de la grève est plus symptomatique que son absence et que c’est le conflit qui mesure le temps ouvrier : il n’en constitue ni l’horizon, ni la toile de fond. La mémoire de ces militants désormais (trop) connue ne peut être mesurée à l’aune de l’universalité, ni être désignée comme conscience collective, unique, et par là-même annexioniste. La progression de l’histoire orale vérifiera peut-être (pour l’entre-deux-guerres, jusques et y compris le Front populaire) l’hypothèse d’une grève vécue par la majorité des salariés comme une violence et une absence : violence d’antagonismes qui soudain surgissent au sein d’une équipe de travail, violence de l’éclatement du corps de l’atelier, violence de choix vécus comme l’oppression d’une minorité « politisée » à l’encontre d’une majorité non consentante, violence parfois physique et si souvent verbale. Violence enfin de l’interdit : par piquet de grève, lock-out ou manu militari, l’usine est défendue, close. Elle est condamnée non par un choix délibéré du salarié, mais par un veto tout auréolé d’arbitraire. Pour l’absence, elle est le miroir de cette violence : absence de cohésion, absence du lieu connu, absence du libre-arbitre. Et absence de travail, absence de salaire...

222Dans l’extension du conflit et la transformation de la grève ponctuelle en grève générale, le rôle joué par la direction de l’entreprise est déterminant. La grève ne devient « générale » que par la grâce du lock-out : il a lieu en 1924 et 1933, est absent en 1927 (ou plus exactement fractionné dans le temps et l’espace : cinq jours à Javel et Gutenberg, puis deux à Saint-Ouen). L’arme de la décision est ainsi dans le camp patronal : quand l’usine rouvre, quand la paye est ordonnée, les ouvriers se pressent.

  • 219 Sur les grèves de la guerre : AN 94 AP 139 et 140, APP Ba 1375, AN F7 13367.
  • 220 20.2.1924, cité.
  • 221 Les photographies montrent un André Citroën très marqué et sans doute déjà atteint du cancer dont (...)

223Du côté patronal, la décision de négocier ou de s’enfermer, de céder ou de résister. De provoquer, de profiter. Mais aussi celle de jouer habilement — ou consciencieusement — la carte rationalisatrice, pour éviter. En principe, André Citroën ne s’enferme pas. Pour sa première expérience gréviste, aux usines automobiles Mors dont il est directeur, en 1912, il affiche même du courage en allant haranguer les grévistes dans leur citadelle, la Maison des Syndiqués ; durant la guerre, il désamorce ou aplanit également plusieurs mouvements revendicatifs219. En 1924 encore, il reçoit personnellement les grévistes et suggère une mode de (re)présentation revendicative testé durant la guerre et qui fera, plus tard, ses preuves : des délégués du personnel (la même année, sûr de son bon droit et sa bonne foi, il sollicite l’Humanité pour passer un communiqué appelant les ouvriers à la paye...)220. Il sait la vertu des relations industrielles institutionnelles. En 1927, point n’est besoin d’user de ces armes : le conflit n’en est pas un. En 1933, Citroën négocie encore, en première ligne ; mais il le fait tardivement, sur pression gouvernementale et, cette fois, après s’être enfui. Pourquoi ? Parce qu’il s’est soudain mué en patron de combat, à la manière d’un Louis Renault ? Parce que les soucis et la maladie le minent221 ? Ou bien parce qu’il estime la négociation — et un éventuel accord — prématurée ? Une chronologie précise de la reconstruction de l’usine de Javel fait ici défaut, tout comme les archives du patron. Mais, sans doute, André Citroën a provoqué la grève, ou plus exactement forcé les mécontentements pour pousser au conflit et, imparablement, au lock-out ; il peut dès lors achever tranquillement les travaux pour la nouvelle chaîne de Javel et écouler ses stocks de voitures, en évitant toute revendication. Que peut signifier d’autre ce spectaculaire affichage de baisse autoritaire de tous les salaires, dans tous les ateliers de toutes les usines ? Voit-on souvent patron agir si naïvement, quand il lui suffit de diviser pour régner (comme en 1927) ?

  • 222 E. Mattern, Mémoires, citées.

224Il faut bien reconnaître par ailleurs que quand ce patron ne provoque pas le conflit, il sait fort bien en profiter : la grève de 1924 est pour lui l’occasion de la mise en route de la nouvelle usine de Saint-Ouen. D’énormes moyens sont là mis en chantier pour un bien satisfaisant résultat : « vous prendrez le personnel qu’il vous faudra, je vous donne carte blanche, l’usine doit être prête à marcher dans quinze jours, époque à laquelle je réembaucherai, après la grève » explique Citroën à Ernest Mattern ; et celui-ci précise : « M. Citroën était ravi d’avoir joué une bonne farce aux grévistes. Vous devez penser à l’effet produit sur les ouvriers de Javel, Levallois, quand on leur dit : votre usine n’est plus ici... elle est à Saint-Ouen »222. André Citroën ou l’art d’exploiter les circonstances.

2251924, 1933... Profit immédiat, provocation... De chacune de ces grèves, l’outil de production sort plus sophistiqué. Et pourtant, aucune des publications communistes ou unitaires ne le souligne, ni même en fait état. Les organisations ouvrières n’ont-elles rien vu — elles si promptes à dénoncer les provocations — ou rien voulu voir ? Sans doute faut-il distinguer entre les années et les tactiques. En 1924, le travail, son organisation, la grève, ses retombées, ne sont pas au centre des préoccupations du jeune parti communiste ; quant à la CGTU, on a vu qu’il faut attendre les années 1926/1927 pour que s’énonce la stratégie dite « du parapluie ». Cependant, en 1933, les analyses ont évolué et les silences ont sans doute d’autres causes. L’occasion a été trop belle : mobilisation ouvrière, implantation syndicale et politique inespérée, intervention gouvernementale. On comprend que l’ampleur des résultats fasse taire — ou empêche de déceler — « l’intervention » d’un patron pris lui-même au piège d’une arme au maniement bien délicat.

  • 223 M. Perrot, « Ouvriers et machines au XIXe siècle », Le soldat du travail, p. 349.

226Pour les organisations ouvrières, cette dizaine d’années se construit autour de la pierre angulaire de la bolchevisation et des nouveaux rapports qu’elle instaure entre parti et syndicat communistes. Mais, si l’Internationale perçoit bien la nécessité d’une implantation militante sur le lieu de travail, le discours sur le politique reste longtemps le vecteur unique de la propagande communiste. Dès lors, deux moments font date : 1926/1927, où l’attention se déplace nommément vers la lutte pour le biftek, l’étude des conditions et de la durée du travail, des modes de rémunération et leur formulation dans des cahiers de revendications (ce qui n’exclut pas le dogmatisme : à nouveau, les organisations ouvrières ne « voient » pas le système unique de salaires institué par E. Mattern...). L’autre tournant est celui de 1932/1933 qui, en quelque sorte, perfectionne le précédent par « la prise en compte des revendications particulières » et le délaissement progressif du discours politiques. Le PC perçoit là que le mouvement ouvrier a opéré une mutation fondamentale : de nouveaux rapports à l’outil et à l’objet fabriqué modifient la qualification du salarié et donc ses relations au travail, à l’organisation, à la grève, mais aussi au savoir et à l’écriture. Chez Citroën en tout cas, on ne livre plus de ces batailles « existentielles » où se distinguaient les ouvriers qualifiés du XIXe siècle qui, « organisés et instruits, apportent avec eux le sens du groupe, leur goût de l’écriture visible dans l’usage de la pétition, du placard, de la correspondance »223. Rabcors et journaux de cellules sont inadaptés à ces OS et manœuvres de l’usine nouvelle, parfois étrangers, assignés à un poste de travail, peu instruits et imperméables aux messages diffusés par l’écriture «lisible ». Ne faut-il pas rapprocher la progression syndicale et politique du début des années trente de l’importance nouvelle accordée à cet orateur qui apostrophe aux entrées de l’usine ? La parole suppléant l’écriture, le tournant de 1932 serait alors une véritable mutation : à la porte du grand bagne froid et inhumain, le corps du militant interpelle. Ses catilinaires deviennent le support du changement stratégique et illustrent des nouveaux mots d’ordre qui seuls sont à même d’éveiller l’intérêt de la nouvelle classe ouvrière.

227Ces deux dates sont cependant à lire dans l’histoire intérieure de la pratique communiste ; à aucun moment ces hommes ou leurs orgnaisations n’acquièrent une réelle influence : leurs effectifs restent très faibles et s’ils coordonnent les luttes, ils ne déclenchent pas les conflits. A l’évidence, leur expérience se nourrit des successifs arrêts de travail, mais c’est du troisième retournement, celui du Rassemblement populaire que surgit leur pouvoir incontestable et définitif.

228Néanmoins, aux usines Citroën, l’isolement du PC et de la CGTU durant cette période n’est pas seulement imputable au sectarisme de la praxis communiste. Sinon, comment expliquer la présence encore plus infime de la CGT ? Les « réformistes » ne s’imposent pas non plus dans cette entreprise rationalisée, malgré des hérauts comme Hyacinthe Dubreuil. Pourtant, ce patron, qui s’efforce de rassembler et de convaincre sur le thème de la production de masse, serait-il vraiment opposé à une implantation confédérée et modérée, animée d’une volonté de concertation ? Est-ce là une occasion manquée de la CGT ? Le signe de divergences directoriales résolues dans une exclusion totale des syndicats ? Ou, en définitive, une réelle répugnance à s’organiser, caractéristique de l’ouvrier généré par l’organisation scientifique du travail, au moins dans les premiers stades ? L’histoire de la « promotion Blum », de la ruée syndicale et politique de l’année 1936, reste donc, au terme d’une telle étude, toujours exceptionnelle. Divine surprise des organisations ouvrières et des salariés, redoutable expérience des patrons et dirigeants d’entreprises, elle enseigne que les grèves présentent plusieurs dimensions. Sur le court terme, elles servent le patron qui, à sa guise, provoque et négocie, cède ou sévit, purge et reconstruit. Sur une plus longue durée, elles permettent l’apprentissage des individus et des organisations et l’élaboration de modèles. Quant à la main-d’œuvre, son manque de pugnacité désigne son aversion pour les conflits ouverts et prouve l’impossibilité de la conduire à une grève qu’elle ne désire pas ; en première instance, c’est elle qui décide de résister ou non aux actes patronaux ; par là-même, le débat sur la « spontanéité » des grèves se trouve forclos.

***

229Les usines Citroën sont l’une des plus importantes entreprises de France, dans un secteur traditionnellement avancé, la métallurgie ; mais, malgré la proximité géographique, les luttes sont bien différentes de celles de l’autre grand exemple, les usines Renault. Quelles doivent être les mesures de ces dissemblances ? L’organisation du travail ? La politique patronale ? Les pratiques ouvrières ? Visiblement, la taille de l’entreprise n’est pas en cause : il ne s’agit pas ici d’opposer une très grande ou une toute petite entreprise où seraient réfugiés des militants hautement qualifiés et indispensables à leur employeur ; même si l’on considère la dissémination des usines Citroën la taille de chacune d’elles reste impresionnante. Ce n’est pas un hasard si l’apprentissage des luttes du Front populaire se fait précisément dans ces grandes usines, géographiquement dispersées et où la liaison est donc difficile, dans cette entreprise où sont représentées toutes les catégories de la population ouvrière, OP, OS, manœuvres, hommes et femmes, étrangers et coloniaux. Chez Citroën, le patronat n’a jamais refusé catégoriquement la négociation. Si, par trois fois, le syndicat a été surpris par la grève, il a pu s’insérer et participer au mouvement, sa présence, même faible, étant toujours effective.

Notes

1 A. Citroën, « Appliquons en France les méthodes américaines », Revue des Vivants, octobre 1927.

2 Bulletin Citroën, commercial, no 3, 1924.

3 « L’organisation scientifique du travail, une opinion patronale », Information ouvrière et sociale, 16.1.1919.

4 « La vie dans les usines », Journal de l’Université des Annales, septembre 1918.

5 AN F7 13784, note du 22.8.1929. Pour l’opinion sur l’Humanité, André Citroën, Conférence main-d’œuvre, mars 1933, citée.

6 L’Humanité, 17.12.1927.

7 A. Citroën, « La fabrication en grande série », cité.

8 La Vie ouvrière, 31.8.1934.

9 Almanach Citroën, 1933, p. 87, même référence pour la suite.

10 Entretien avec M. Thouvenel, ancien élève, 11.4.1980.

11 Bulletin Citroën, commercial, juin 1931.

12 Idem, février 1930 ; en février 1928, l’entreprise ouvre aussi une école de représentants commerciaux.

13 Sur l’analyse des fonctions des différents types de salaire, cf. B. Mottez, Systèmes de salaire et politiques patronales (Paris, 1966, 265 p.).

14 Par exemple, l’Humanité, 19.1.1926, 12.1.1926.

15 Congrès des usines de la Région parisienne, l’Humanité, 26.3.1923.

16 E. Mattern, Mémoires, citées.

17 Entretiens avec R. Bantigny 21.12.1978 et M. S. 5.3.1980.

18 L’Humanité, 7.2.1932 et 16.4.1932 (outilleurs).

19 E. Mattern, op. cit.

20 B. Mottez, op. cit., p. 157.

21 E. Mattern, op. cit.

22 L’Humanité, 11.6.1925, et aussi 9.1.1930 par exemple ; le même phénomène est relevé pour Renault par J.-P. Depretto, op. cit.

23 E. Mattern, op. cit.

24 Op. cit., p. 45 sq.

25 E. Mattern, op. cit.

26 L’Humanité, 10.6.1928, 9.6.1927.

27 L’Humanité, 3.7.1925, 11.1., 26.3., 27.3.1927, 21.8.1930 ; voir aussi la Vie ouvrière, 18.3.1937.

28 Révolution prolétarienne, 15.5.1927, p. 5.

29 E. Mattern, op. cit.

30 J.-P. Depretto, op. cit., p. 83. Le système Bedaux est aussi appliqué aux mines d’Anzin.

31 « Systèmes modernes de salaires », conférence d’E. Hirsch, éditions de la CGT (non daté, 19 pages).

32 La Vie Ouvrière 6.5.1927 et Révolution prolétarienne, 1.5.1927 ; pour 1933, AN F 22 224, tous les salaires des usines, avec boni uniforme à 3 francs.

33 bis. Source : Notes et Notables du Groupe.

34 Sources sur les équipements sociaux : André Citroën : « Les idées de M. Citroën, Information Ouvrière, 7.3.1918, et « La vie à l’usine », Journal de l’université des Annales, sept. 1918 cités (les citations d’A. Citroën sont extraites de ces deux articles). « Une visite à l’usine André Citroën », brochure citée. S. Julien, « Les œuvres philanthropiques d’un grand usinier », Chimie et Industrie, août 1918. La Française, 2.3.1918.

35 Archives de la Préfecture de Police, Ba 1375, note du 2.3.1918.

36 Voir en annexe le texte de son projet.

37 La Vie féminine, 9.6.1918.

38 16.6.1925.

39 Bulletin Citroën commercial, juin 1932 ; pour l’arbre de Noël, Bulletin Citroën intérieur, janvier 1929 et commercial, janvier 1929.

40 Bulletin Citroën commercial, janvier 1932 ; même référence pour la suite.

41 L'Humanité, 5.12.1931 ; l’inauguration est bien sûr signalée dans le Bulletin Citroën, commercial, janvier 1932.

42 Selon une expression de M. du Pontavis, entretien du 1.7.1978.

43 L’Humanité, 6.11.1929.

44 Idem, 18.10.1930.

45 Bulletin commercial, juin 1932 ; pour l’emploi des premières surintendantes par Citroën, AN F22 596.

46 L’Humanité, 16.3.1933.

47 Qui paraît au moins depuis 1933 ; il semble curieux que l’usine l’ait vendu alors que les Bulletins commerciaux et intérieurs sont distribués gratuitement.

48 L’Humanité, 26.9 et 23.10.1934.

49 Intervention de Graziani à la Chambre, JO du 8.4.1933 et de J. Moch, JO, 21.12.1934 ; Rapport de liquidation de décembre 1934.

50 A. Touraine, op. cit., p. 177.

51 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 à 23 (février 1929) ; il paraît encore en octobre 1931 avec un numéro spécial, non numéroté, sur le voyage d’A. Citroën aux États-Unis, identique au numéro spécial du Bulletin commercial destiné aux concessionnaires.

52 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.

53 H. Le Chatelier, Recherches scientifiques dans l’industrie, p. 375 (Paris, 1920).

54 F.W. Taylor, La direction scientifique des entreprises, p. 177 (Paris, 1971).

55 Bulletin Citroën, commercial, no 16, 1925.

56 Intervention de Graziani à la Chambre, JO du 8.4.1933 et de J. Moch, JO, 21.12.1934 ; Rapport de liquidation de décembre 1934.

57 L’Humanité, 26.9 et 23.10.1934.

58 Idem, no 42, 1927.

59 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 à 23 (février 1929) ; il paraît encore en octobre 1931 avec un numéro spécial, non numéroté, sur le voyage d’A. Citroën aux États-Unis, identique au numéro spécial du Bulletin commercial destiné aux concessionnaires.

60 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.

61 A. Citroën, « L’organisation scientifique », cité.

62 Cette analyse s’appuie sur une collection incomplète du Bulletin no 1, (mars 1927), 2, 3, 6, 7, 16 à 23 (février 1929) ; il paraît encore en octobre 1931 avec un numéro spécial, non numéroté, sur le voyage d’A. Citroën aux États-Unis, identique au numéro spécial du Bulletin commercial destiné aux concessionnaires.

63 L’Humanité, 24.4.1919, 11.3.1918, 20.2.1924 ; sur les grèves, voir infra.

64 La Vie ouvrière, 10.8.1934.

65 Sur les délégués, cf. G. Hatry, op. cit., p. 125 sq. On préconise deux délégués et deux suppléants par atelier de plus de cent ouvriers.

66 APP Ba 1375, note du 15.12.1918.

67 « La vie à l’usine » art. cité ; AN F7 13367, note du 18.2.1918. Rapports mensuels du Ministère de l’Intérieur.

68 AN F7 13367, note de février 1918.

69 La Vie ouvrière, 23.3.1928.

70 L’Humanité, 10.2 et 5.5.1926 et AN F7 13897 note du 23.3.1926.

71 L’Humanité, 3.9.1929.

72 L’Humanité, 17.2.1924. Le règlement d’atelier est : « en aucun cas, les demandes ou réclamations collectives ne doivent ou ne peuvent être une cause d’arrêt de travail. Toute défection à cette prescription entraînera le licenciement immédiat » (L’Humanité, 18.1.1926).

73 Interview à l’Echo de Paris, rapporté par l’Humanité du 17.2.1924, et l’Humanité du 23.2.1924.

74 L’Humanité, 9.5.1923, 12.7.1924, 6.5.1925.

75 Idem, 12.4.1924, 2.5.1930 et 17.3.1928.

76 Ce chapitre d’après plusieurs entretiens (qui ne sont pas des histoires de vies) avec MM. Kerjean (8.5.1980), Thouvenel (11.4.1980), Bantigny (21.12.1978) pour les non-militants, pour les militants, M. Beaumont (en 1975) futur secrétaire de la Section syndicale Citroën en 1936 et M. Esnaut, militant chez Renault, et dont les souvenirs serviront de contrepoint. Des ingénieurs de production ont également été interviewés dans le cadre du colloque Ingénieurs et Société organisé au Creusot en octobre 1980.

77 Pour une enquête de type sociologique en milieu ouvrier, voir J. Frémontier, La vie en bleu (Paris, 1981, 326 p.).

78 Voir à ce propos, Histoire orale, histoire des femmes (Bulletin de l'ΙΗΤΡ, supplément au no 8, 1982).

79 S. Weil, La condition ouvrière, p. 53.

80 Pour les analyses qui vont suivre, c’est surtout la presse communiste et unitaire qui a été consultées : l’Humanité, les Cahiers du Bolchevisme, La Vie Ouvrière, les journaux socialistes et confédérés (Le Populaire, Le Peuple, L’Union des Métaux) présentant une information trop éparse pour mériter le dépouillement ; d’autre part, aux dires des témoins rencontrés et tout comme chez Renault, la CGT cède le pas à la CGTU, elle-même très marginale.

81 Citroën est mentionné dans 656 numéros, contre 664 pour Renault ; pour Renault, voir J.-P. Depretto, op. cit.

82 31.10.1928, 22.5.1929, 16.3.1933.

83 Respectivement 3.7.1919 et 5.3.1925.

84 L’Humanité, 7.6.1925.

85 L’Humanité, 9.5.1923, 12.7.1924, 6.5.1925.

86 L’Humanité, 21.2.1924 et 30.1.1932.

87 Respectivement L’Humanité 15.11.1925, La Vie Ouvrière, 18.3.1927, L’Humanité, 19.7.1925.

88 L’Humanité, 25.12.1934, 20.1.1926, 19.7.1930, 13.9.1925.

89 L’Humanité, 19.4.1919.

90 Le Bulletin communiste, 24 juin 1920.

91 Signalées par P. Saint-Germain, « La chaîne et le parapluie » Révoltes logiques, no 2, p. 89 et sq., pour la citation qui suit.

92 Idem.

93 Pour une analyse détaillée du conflit, cf. infra. Sur la grève et la rationalisation : L’Humanité, 9, 10, 17.2.1924 et 21.2 pour l’article de Couergou, et la Vie Ouvrière, 13.2.1924 (article de Berrar).

94 Par exemple, L’Humanité, 24.4 et 26.8.1930, 17.11.1934.

95 Cahiers du Bolchevisme, 9.10.1926.

96 Intervention de Rabaté au 4e Congrès de la Fédération unitaire des métaux, mai 1927.

97 Pour le taylorisme en URSS, voir R. Linhart, Lénine, les paysans, Taylor (Paris, 1976, 175 pages).

98 L’Humanité, 23.3.1925.

99 Idem, 19.1.1926.

100 Article cité p. 101.

101 L’Humanité, 18.1.1926.

102 1929, Rapport préparatoire au Comité national de la FUM.

103 L’Humanité, 20.4.1927.

104 Par exemple, L’Humanité, 11.2.1928, les Cahiers du Bolchevisme, août 1928 et novembre 1929.

105 Respectivement Cahiers du Bolchevisme, nov. 1929 et Humanité, 6.9.1929.

106 L’Humanité, 13.6.1930.

107 L’Humanité, 11.12.1925.

108 L’Humanité, 27.12.1925 et AN F7 13771 note du 27.12.1925.

109 L’Humanité, 18, 19, 20 et 21.1.1926.

110 Idem, 10.2.1926.

111 Ou plus exactement « même taux d’affûtage pour un même travail, sans distinction de sexe ni d’âge ».

112 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927.

113 L’Humanité, 18.5.1930 ; le cahier est en vingt points.

114 L’Humanité, 31.3.1933 ; pour le cahier, Cahier du Bolchevisme, 1.6.1933, p. 758.

115 AN F7 13112 note du 22.11.1928 sur une réunion du Comité du 6e rayon de la région parisienne.

116 Pour une étude de la Vie Ouvrière et les grèves, H. Desbrousses et al., Le mouvement des masses ouvrières en France entre les deux guerres d’après La Vie Ouvrière (2 tomes, 1975, Centre de Sociolologie historique).

117 On sait qu’il faut attendre le Front populaire pour que les socialistes s’énoncent et s’organisent comme tels sur leur lieu de travail, sans d’ailleurs obtenir les succès du PCF.

118 L’Humanité, 18.12.1925 et la Révolution prolétarienne, janvier 1926.

119 Ces pages ne font que résumer un article, « Regards sur la Bolchevisation, le cas de la cellule 410 de l’usine Citroën, 1924-1925 ». (Cahiers de l’IRM, no 39, 1981) basé sur plusieurs rapports du ministère de l’Intérieur (AN F7 31097) et sur les archives de l’Institut de Recherches marxistes (microfilms 75, 82, 83, 119, 130, 131, 504) qui contiennent notamment une collection de l'Usine Citroën et un rapport de secrétaire de cellule à l’IC.

120 Renseignements communiqués par Jacques Girault.

121 Pour ces textes, voir les Cahiers du Bolchevisme de 1926.

122 Séance du Bureau d’Organisation du 21.7.1927, archives de l’IRM.

123 AN F7 13112, note du 7.10.1927.

124 AN F7 13188, note du 5.7.1928.

125 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927 et AN F7 13112, note du 25.6.1927.

126 L’Humanité, par exemple 22 mai, presque une page sur l’exploitation des femmes, mais aussi 15.6, 16.6, 17.6, 20.6.1929.

127 Voir D. Tartakowsky, « Quelques réflexions sur la bolchevisation du PCF », Cahiers de l’IMT, no 23.

128 L’Humanité, 2.8.1929 ; J.-P. Depretto, op. cit., p. 130.

129 Cahiers du Bolchevisme, janvier 1980, p. 73.

130 Entretiens avec V. Fay, 4.4.1979 et 2.5.1980 (même référence pour ce qui suit). V. Fay est à l’époque chargé des écoles du Parti dans la région parisienne (s’occupant en sus du6e rayon : « c’était en quelque sorte mon travail au noir ») et est en relation avec la délégation de l’IC.

131 J.-P. Depretto, op. cit., p. 147. En octobre 1929, une note de la Préfecture de Police fait état de l’envoi prochain de « militants responsables » dans les cellules d’usine « Renault, Citroën, etc. » (F7 13784).

132 AN F7 13785, notes des 4.4, 6.5, 30.6.1931.

133 AN F7 13785, notes du 31.3.1931 et 30.12.1931.

134 Les Cahiers du Bolchevisme, 15.8.1930 et 1.4.1932 pour l’action de la cellule.

135 Idem, 1.7.1932.

136 Les Cahiers du Bolchevisme, août 1933, p. 1139.

137 Id., 1.1.1934, p. 46 ; même référence pour la suite.

138 Les Cahiers du Bolchevisme, 14.4.1934, p. 47.

139 Avant la grève : selon l’ISR de août 1933, et Vie Ouvrière 19.5.1933, 20.7.1934 ; ces effectifs correspondent à ceux de Renault juste avant mai 1932. Durant la grève : la Vie Ouvrière 6.10.33 L’Humanité du 17.5.1933 ; après la grève : L’Humanité du 11.4.33, la Vie Ouvrière 19 mai 1933, p. 1.

140 La Vie Ouvrière, 19.5.1933, p. 1.

141 Pour ce paragraphe, La Vie Ouvrière, 11.5 et 3.8.1934.

142 La Vie Ouvrière, 3.8.1934.

143 L’Humanité, 26.10.1934 (p. 1) et 25.12.1934 (p. 1).

144 Entretien avec H. Baumont, 29.5.1975.

145 Voir les interviews menées par A. Pinol, op. cit., p. 185 sq ; D. Montgomery, op. cit., p. 44, C. Etcherelli, Elise ou la vraie vie.

146 Cf. supra, le chapitre sur les salaires.

147 Entretien avec M.S., cité.

148 A. Pinol, op. cit., p. 189.

149 Entretien avec M.S., cité.

150 G. Navel, Travaux, p. 110-111.

151 Septembre 1929.

152 Cf. S. Schweitzer, op. cit., p.

153 Rapport de 1938, cité.

154 L’Humanité, 21.4.1930, extrait du compte rendu au Congrès des usines de la métallurgie.

155 Bulletin Citroën intérieur.

156 Entretien avec M. Kegresse, 18.1.1978.

157 S. Weil, op. cit., p. 68.

158 Dans La Sociologie industrielle, B. Mottez fait à ce propos allusion à une étude américaine de 1952.

159 J. Deniot, Les métiers ouvriers de la métallurgie, Cahiers du LERSCO, no 1, p. 46.

160 Par exemple, L’Humanité, 10.5.1921, 5.5.1925, 1.7.1925, 14.10.1928.

161 Respectivement L’Humanité, 26.10.1924, AN F 22 224, note du 22.3.1933, L’Humanité, 6.11.1928 et 24.11.1930.

162 L’Humanité, 15.6.1930 et AN F 22 210, note du 13.6.1930.

163 Respectivement, Cahiers du Bolchevisme, nov. 1929, p. 722 et L’Humanité, 26.10.1934, p. 1.

164 L'Humanité, 7 au 10.2.1926 et AN F7 13931 note du 8.2.1926.

165 L'Humanité, 5.7., 26.10, 8 et 9.12.1934.

166 L'Humanité, 6 et 12.6.1923, 10.2.1926.

167 AN F7 13367, note du 11.3.1919.

168 L'Humanité, 18 et 24.5.1934, 23.6, 6.7, 24.7, 25.10, 27.10, 9.11, 9.12.1934.

169 Idem, 5.7.1934, 8.12, 9.12, 13.12.1934.

170 L’Humanité, 8.6.1929 et 8.3.1933.

171 op. cit., p. 170 sq.

172 B. Badie, Stratégie de la grève, p. 30 à 60 (Paris, 1976, 262 p.).

173 L'Humanité, 10.5.21, 24.5 et 25.11.1922, 5.4, 22.4 et 6.6.1923.

174 AN F7 13785, notes des 7.3.1932 et 6.4.1932.

175 Sur le long conflit de 1931/1932 à Billancourt, cf. J.-P. Depretto, op. cit., p. 196 sq.

176 L’Humanité, 7.3, 22.3, 24.7, 5.8. et 22.8.1933.

177 L’Humanité, 13.2.1934, la Vie Ouvrière, 23.2.1934 et Cahiers du bolchevisme, 1.5.1934.

178 AN F7 13112, rapport du 25.6.1927.

179 Malheureusement seule source pour cette grève (aucun dossier dans F 7, F 22 ou les archives de la Préfecture de police) ce qui limite les analyses. Sauf indication contraire, l’histoire de la grève s’appuie sur les article de L’Humanité.

180 L’Humanité, 10.2.1924.

181 L’Humanité, 16.2.1924 et la Vie Ouvrière, 13.2.1924.

182 L’Humanité, 11, 12.3.1924.

183 L’Humanité, 17.2.1924 et la Vie Ouvrière, 13.2.1924.

184 L’Humanité, 9.12.1924.

185 Ibid., 16.2.1924.

186 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927.

187 Les Cahiers du Bolchevisme, 15.5.1927.

188 20.3.1927.

189 L’Humanité, 27.4.1927 ; AN F7 13932, note du 28.4.1927.

190 La Révolution prolétarienne, 15.5.1927 et AN F7 13932, note du 24.4.1927 sur une réunion des lock-outés.

191 La Révolution prolétarienne, 1.7.1927.

192 Les Cahiers du Bolchevisme, 31.5.1927 (cinq pages sur l’analyse du conflit).

193 Sur cette grève, cf. J.-P. Depretto, op. cit., p. 135 et 196 sq.

194 AN F7 13785, note du 5.12.1932.

195 La Vie Ouvrière, 19.5.1933, les Cahiers du Bolchevisme, 1.6.1933, I.S.R., août 1933, p. 326.

196 L’Humanité 23, 27, 28, 29 mars 19323 ; AN F22 224.

197 Conférence main-d’œuvre, 28 pages dactylographiées, AN F 22 224.

198 L’Humanité, 30.3.1933.

199 L’Humanité, 30.3 et 17.4.33. Un dossier F7 fait ici fort défaut, qui donnerait la composition du C.C. de grève.

200 J.O., Chambre des Députés, 2e séance du 11.4.1933 p. 2179.

201 Pour ces négociations F 22 224, note des 14, 20, 21 ; L’Humanité des 14 et 22 avril 1933, R.P., du 25.4.1933.

202 F 22 224, lettre du 8 mai 1933 ; les imprimés officiels du ministère estiment ces licenciements à 200.

203 Entretien avec M. Thouvenel, 11.4.1980.

204 Rapporté par l’Humanité 15.4.33 et par la Révolution prolétarienne, 25.4.33.

205 L’Humanité, 3.4.33 ; le numéro spécial de l'Avant-garde est celui daté du 3.4.1933.

206 8e congrès des Syndicats unitaires de la région parisienne 1 et 2 avril 1933, et surtout intervention de Timbaud au Congrès confédéral de septembre 1933.

207 APP Ba 297, note du 5.11.1933 ; les trois autres grèves : Strasbourg, textile de Castres et Dockers.

208 Les Cahiers du Bolchevisme, 1.9.1933.

209 Ibid., 1.9.1933.

210 Les Cahiers du Bolchevisme, 1.6.1933.

211 1 et 2 avril 1933.

212 Reproduit dans le Mouvement Social avril 1975 et introduit par M. Rébérioux.

213 L’Humanité 24 et 25.5.1933 ; p. 1 ; condamnation de 15 jours à trois mois.

214 Id., 13.4. p. 1 et 18.4.1933 p. 1 ; mais aussi C.B., 1.6.1933.

215 Id., 3.5.1933, p. 1.

216 L’Humanité, 5.5 p. 1, 8.5. p. 1, 11. 5, p. 1 etc.

217 Id., du 25.5 au 30.5.1933, p. 1.

218 Entretiens avec MM. Louis, Jacques, S., cités.

219 Sur les grèves de la guerre : AN 94 AP 139 et 140, APP Ba 1375, AN F7 13367.

220 20.2.1924, cité.

221 Les photographies montrent un André Citroën très marqué et sans doute déjà atteint du cancer dont il mourra deux ans plus tard.

222 E. Mattern, Mémoires, citées.

223 M. Perrot, « Ouvriers et machines au XIXe siècle », Le soldat du travail, p. 349.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540