Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Sixième partie. Après les municipales de 1977... les chances d'une politique de différenciation

Après les municipales de 1977... les chances d’une politique de différenciation

Texte intégral

1Au soir du 13 mars 1977, le temps du centrisme gestionnaire et de la droite était terminé. Une page de l’histoire villeurbannaise était tournée, qui avait vu s’estomper la différenciation voulue et consciente. Des hommes nouveaux apparaissaient sur la scène municipale. Présentant d’autres analyses de la situation communale, inscrits dans un courant national qui avait le vent en poupe, soucieux de renouer avec une tradition socialiste locale qui devait logiquement les amener à retrouver les chemins perdus de la différenciation, allaient-ils trouver sur place les conditions pour actualiser cet héritage ? Bien des observateurs se le demandaient, en lisant le Manifeste municipal qui avait servi de base à la campagne électorale. La dernière partie de ce travail voudrait tenter de faire le point sur cette question et poser quelques interrogations supplémentaires par rapport à l’avenir.

2Il est toujours délicat de parler d’événements contemporains : le recul nous manque. Dans le cas qui nous occupe, il est toutefois difficile de s’arrêter aux élections de 1977. A l’heure où ces lignes sont écrites (mars 1982, nous sommes à un an des prochaines élections municipales et la plupart des réalisations que souhaitait réaliser la municipalité socialiste présidée par Charles Hernu pendant son mandat peuvent, dès maintenant, être inventoriées. Il est certain qu’elles révèlent une rupture par rapport à la gestion précédente et qu’elles permettent déjà de parler de différenciation et de localisation au sens où nous avons entendu ces mots tout au long de cette étude. C’est une raison suffisante pour consacrer quelques pages à ces cinq dernières années.

3Il est, par contre, beaucoup plus difficile de porter un jugement sur les conséquences futures des choix politiques que fait actuellement cette municipalité. Trop de données nous échappent pour mesurer la portée d’un certain nombre d’options prises aujourd’hui (politique de maintien de l’emploi industriel, politique urbanistique, politique culturelle). Nous ne pouvons que poser des questions qui n’auront d’autre but que de permettre aux lecteurs de ce travail, surtout s’ils sont villeurbannais, de faire progresser leur réflexion.

Les nouvelles perspectives municipales

4Chacun sait ce qu’il en est advenu au plan national depuis cinq ans :

  • rupture de l’Union de la Gauche et échec du P.C. et du P.S. aux élections législatives de 1978, mais victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981 aux élections présidentielles et de son parti aux élections législatives de juin 1981 ;
  • accentuation de la crise économique avec ses conséquences, en particulier sur le chômage, le pouvoir d’achat et la restructuration dans les branches industrielles.
  • 1 Le 21 mars 1982, Gilbert Chabroux est devenu le 3e conseiller général de la ville sur le territoir (...)

5A Villeurbanne, un certain nombre d’entreprises dépendant de grands groupes nationaux ou internationaux ont connu des fermetures ou des réorganisations. La crise de l’Union de la Gauche n’a pas affecté le travail municipal puisque l’entente ne s’était pas faite en 1977. Par contre, le P.S. a pratiquement conquis le pouvoir local. Charles Hernu, maire, est devenu en mars 1978 le député d’une circonscription dont les limites se juxtaposent exactement à celles de la ville. Il a été réélu en juin 1981 (appelé au Ministère de la Défense, il a cédé son siège à son suppléant, J.-J. Queyranne). Le même Jean-Jacques Queyranne, 1er adjoint, et Bernard Rivalta, adjoint à l’urbanisme, ont été élus conseillers généraux des deux cantons que constitue la commune1. Aucune force politique vraiment influente n’est venue concurrencer les propositions socialistes, les manifestations du P.C.F. s’étant faites (en dehors des entreprises) épisodiques et en tout cas discrètes. Compte tenu de ces données générales, examinons quelles ont été les principales réalisations des élus socialistes.

Les points forts de l’idéologie urbaine des socialistes et leurs applications politiques

6A la différence de l’équipe précédente, le Conseil Municipal socialiste, élu en mars 1977, se réfère à une ligne idéologique et politique qui est celle que définit le Parti socialiste au plan national. C’est, nous semble-t-il, un des éléments fondamentaux qui permettent à nouveau de parler de différenciation en ce qui concerne Villeurbanne. Les choix municipaux reposent sur des analyses faites dans le parti au plan global et réexaminées au plan local, en particulier dans le domaine économique.

7Si les élus villeurbannais ne cachent nullement leurs références aux analyses de leur parti, en retour, les instances nationales du parti comptent beaucoup sur l’expérience municipale villeurbannaise. Dans le passé, le courant socialiste français a laissé là des réalisations remarquées ; actuellement, à l’heure où les continuateurs de ce socialisme démocratique retrouvent les suffrages d’un grand nombre de Français, il est souhaitable qu’apparaissent dans la ligne de la tradition du socialisme municipal des localisations typiques de ce nouveau socialisme.

8Mais si les catégories d’ouvriers et d’employés sont encore nombreuses sur la commune, la composition sociale de Villeurbanne 1977 n’est plus celle de Villeurbanne 1930. De fait, la formation sociale a changé. Les classes moyennes qui ont entretenu un pouvoir centriste pendant des années, même si elles prennent conscience aujourd’hui de la gestion insuffisante de leurs candidats et se tournent vers le P.S., manifestent en fait des besoins et des attentes d’un autre type que les classes ouvrières. Le Parti socialiste, même s’il bâtit son image urbaine en fonction de ces dernières, ne peut oublier qu’il doit aussi tenir compte d’autres représentations idéologiques véhiculées par d’autres couches sociales présentes sur la ville et qui se réclament également de lui. L’action municipale, si elle veut durer, sera obligatoirement plus diversifiée que dans les années 30, même si elle continue de se vouloir différenciée et localisatrice.

9Dès lors, tout en tenant compte de ces perceptions différentes, les socialistes élus en 1977 orienteront leur conception urbaine dans un sens bien marqué. Comme en 1924 ou en 1935, il y aura des options délibérées : maintien des industries, priorité aux logements sociaux, intensification de l’aide aux catégories désavantagées... options qui caractérisent une orientation sociale. La reprise de la différenciation localisée est nette. Toutefois, les autres attentes ne sont pas sacrifiées, dans le domaine culturel en particulier. En définitive, il s’agit, après avoir pris un parti fondamental en faveur d’un type de société égalitaire, de fournir un cadre de vie où toutes les catégories sociales puissent être partie prenante.

10A l’intérieur de ce cadre de vie polyvalent, la pierre de touche de cette conception de la ville reste la participation démocratique, aujourd’hui plus encore qu’en 1930 ou en 1935. En 1977, la diversité villeurbannaise imposait de permettre à des groupes constitués autour des multiples centres d’intérêt d’une société économiquement développée de s’exprimer. La municipalité a créé dans ce but le « Comité Consultatif des Associations » qui réunit tous les trimestres les associations villeurbannaises intéressées par les problèmes de vie quotidienne tels qu’ils se présentent dans la ville. De plus, les individus ou les associations peuvent intervenir pendant les interruptions de séance de Conseil Municipal.

11Le fonctionnement du Conseil Consultatif des Associations est loin d’être parfait. Les raisons sont multiples. La principale semble bien être que les objectifs premiers de la plupart des associations ne correspondent pas, le plus souvent, à cette utilisation sociale, mais il y a aussi que le temps manque à la majorité des gens pour acquérir une connaissance minimum des dossiers traités et qu’en tout état de cause, le dernier mot revient aux élus. Chacun, dès lors, vient exposer et défendre son problème et s’intéresse peu à peu à la marche générale de la cité. Par contrecoup, les élus sont tentés d’en rester à des perspectives partielles avec des intentions plus ou moins électoralistes.

La « philosophie » du Plan d’Occupation des Sols

12En 1977, une des tâches les plus urgentes du nouveau Conseil fut de traduire en termes de réglementation urbanistique cette conception de la ville. Le P.O.S., élaboré par la dernière municipalité présidée par E. Gagnaire, venait d’être voté. Il n’était pas encore définitivement adopté par l’autorité de tutelle. Profitant de cette dernière possibilité juridique, les responsables villeurbannais obtinrent l’abandon de l’ancien P.O.S. et commencèrent d’en étudier un nouveau (qui a été accepté par le Conseil Municipal et entériné par les services préfectoraux). A la fin de l’année 1977, Bernard Rivalta, adjoint à l’urbanisme, exposait, selon sa propre expression, la « philosophie » de ce nouveau P.O.S. :

  • le premier objectif était de donner un coup d’arrêt à la désindustrialisation déjà fortement engagée. Tout terrain jusque-là industriel serait, sauf exception rarissime, maintenu dans son utilisation première. Cette mesure visait d’une part à empêcher la spéculation foncière et la promotion immobilière et, d’autre part, à fixer l’emploi sur Villeurbanne. Les industriels qui voulaient (ou qui devaient) partir devraient désormais vendre leurs tènements à d’autres industriels. La commune prenait la décision de servir éventuellement d’intermédiaire (cas du terrain A.M.T.E.C.).
  • le deuxième objectif visait à redonner vie et consistance aux quartiers. Les auteurs de l’ancien P.O.S. n’avaient pas éprouvé le besoin de faire, avant toute chose, un état des lieux. Ils avaient prévu de vastes zones résidentielles avec des coefficients d’occupation des sols homogènes et quelques zones à vocation industrielle, sans tenir tellement compte de la répartition des équipements de quartier ou des « regroupements de vie » qui pouvaient constituer des centres de quartier. Les élus socialistes, attentifs à la vie associative qui s’organise le plus souvent à l’échelle du quartier et au cadre de vie conçu comme un ensemble cohérent, cherchaient maintenant à regrouper autour d’un pôle attractif (place, concentration commerciale, etc.) l’emploi, la résidence, la sociabilité dans ses dimensions administratives, civiques et ludiques. Douze sous-ensembles urbains seront ainsi repérés et restructurés.
  • le troisième objectif important se donnait pour but une répartition judicieuse des équipements essentiels. Ce troisième objectif était ainsi complémentaire du deuxième. La conception de la précédente municipalité avait été plutôt, comme on l’a vu, de donner à la ville des équipements de prestige (centre nautique de Cusset, centre culturel municipal, etc.) ou de privilégier un quartier donné comme pilote (suréquipement du Tonkin). La nouvelle volonté politique était de construire des équipements plus légers et moins coûteux, aux dimensions d’un quartier (tels que la piscine André-Boulloche entre les gratte-ciel et les Charpennes, ou la Maison pour Tous de la place Grandclément.
  • le quatrième objectif, déterminant dans les visées politiques socialistes et étroitement complémentaires du premier, était de reprendre la construction des logements sociaux, interrompue depuis plusieurs années. A partir du moment où la volonté politique réaffirmait la nécessité de réindustrialiser, il était logique de penser à loger les travailleurs (ouvriers, employés) à nouveau fixés sur Villeurbanne par leur travail. De plus, cette politique visait une meilleure répartition de ces constructions sociales sur l’ensemble du territoire communal pour éviter les ségrégations auxquelles on avait assisté depuis la fin de la guerre.

13Certains terrains déjà récupérés sur l’industrie, mais non encore occupés par la promotion immobilière (Tonkin, J.-B. Martin, ancien chauffage urbain, etc.), étaient l’objet d’un achat par la ville (via la COURLY) en vue d’une réaffectation à usage de constructions sociales.

14Toute cette « philosophie » du nouveau P.O.S. montre clairement la réémergence d’une différenciation villeurbannaise et l’intention très nette de relocaliser la cité. Au point de départ, les élus socialistes affirment qu’ils « lisent » sur le territoire villeurbannais une situation de différence(s) (au singulier et au pluriel). Ce qu’Étienne Gagnaire et son conseil ne voyaient plus (l’existence privilégiée de classes sociales dominées par les rapports sociaux de production), eux s’efforcent de le remettre en évidence, en ne niant toutefois pas les modifications importantes survenues dans la formation sociale locale. S’appuyant sur leurs références idéologiques nationales, ils mettent en oeuvre une orientation politique qui réalise ce qu’implique cette situation de différence.

15Depuis cinq ans, ces perspectives ne sont pas restées à l’état de plan. Les représentants de quartiers, appartenant ou non à des associations, ont été invités à des réunions où l’on a cherché à parvenir à la meilleure traduction possible sur le terrain de ces divers objectifs théoriques. Des modifications ont été apportées, quelquefois après l’arbitrage des élus quand les intérêts apparaissaient divergents. Quand des opportunités se sont présentées, des terrains ont été achetés (J.-B. Martin, A.M.T.E.C. -Cité Simon, rue Olivier-de-Serres) en même temps que commençaient des constructions (logements sociaux des Brosses) ou des destructions nécessaires à des rénovations (Cité Simon).

16Au Tonkin, où les opérations urbaines ne relèvent pas du P.O.S., mais d’un P.A.Z. (Plan d’Aménagement de Zone), puisqu’il s’agit d’une Z.A.C., des décisions importantes de réorientation ont d’ores et déjà été prises. Le plan de la phase no 2, qui supprimait des rues et prolongeait l’urbanisme sur dalle commencé en 1974, a été dénoncé. La période de crise économique dans laquelle nous sommes entrés, oblige à considérer l’ensemble des prévisions. Le Tonkin présentera bien le caractère d’un quartier rénové mais il n’abritera pas seulement les nouvelles classes sociales. Le plan définitif, où l’on voit se réinscrire des rues, des carrefours et des alignements du type classique, est accepté par le Conseil de la COURLY et sa réalisation est déjà fort avancée.

17Il restera la troisième phase qui devrait voir la restructuration des abords des Charpennes et la restructuration de tout le quartier, de part et d’autre du cours Émile-Zola.

  • 2 En 1978, le Conseil municipal a pris la décision d’arrêter l’ancien chauffage urbain déficitaire e (...)

18Il est à noter que la volonté politique des élus socialistes a eu des effets à l’intérieur de la Courly et même au Conseil Régional. Le Conseil Municipal de Lyon a remis en cause une première mouture de son P.O.S. au début de 1978, à l’instar du Conseil villeurbannais. De son côté, le Conseil Régional a accepté d’affecter pour l’année 1979, la totalité de ses crédits pour les espaces verts, à l’achat du terrain J.-B. Martin pour aider la commune à barrer la route à une opération immobilière importante. Au même emplacement, l’État a par ailleurs, donné son accord pour la reconstruction de l’École des Déficients visuels, sise jusque-là rue Valentin-Haüys à Villeurbanne et qui devait être transférée à Décines. Ainsi, au centre de la ville, trouvera-t-on, en dehors de cette école dont les membres sont très attachés à la vieille cité industrielle, un espace vert assez important et quelques logements sociaux. Non loin de là, le terrain de l’ancien Chauffage urbain sera affecté également à des constructions sociales en même temps qu’à des bâtiments publics (Trésorerie générale, Poste de quartier) et à l’agrandissement du groupe scolaire Anatole-France2.

Une politique pour l’emploi

19Ayant résolument opté pour les couches de population encore majoritaires sur le territoire communal, le Conseil Municipal socialiste devait agir très rapidement pour le maintien de l’emploi industriel. Le diagnostic était en effet très alarmant. De 1963 à 1974, 63 entreprises de plus de 50 salariés avaient disparu. En 1975 et 1976, la situation s’était encore aggravée : 40 entreprises avaient fermé leurs portes ou licencié massivement du personnel. Dans cette seule année, près de deux mille emplois avaient été perdus pour Villeurbanne, s’ajoutant aux dix mille des dix années précédentes.

20Le Conseil Municipal socialiste, pendant sa campagne, faisait douze propositions, qui pouvaient se résumer ainsi :

  • relance du fonds de solidarité traditionnel pour les chômeurs non secourus, les grévistes et leurs familles ;
  • soutien municipal dans les luttes pour le maintien des entreprises et les conflits du travail, aide juridique gratuite ;
  • aide à l’implantation d’industries nouvelles ; réservation de terrains à leur intention, par le biais du P.O.S. ;
  • action pour la formation et le placement des jeunes et des handicapés et pour le maintien de l’artisanat ;
  • bureaux d’études pour la connaissance de la situation économique, pour l’implantation d’entreprises, pour l’aide aux entreprises en difficulté ;
  • recherches spécifiques pour le maintien ou la création d’industries de pointe, en particulier la machine-outil, secteur déterminant à Villeurbanne.

21Avant l’élection, il était aussi entendu qu’un des adjoints serait tout spécialement affecté à toutes ces questions. Charles Gourdin s’est vu, en effet, attribuer ce poste en mars 1977.

22Quelles ont été, en fait, les réalisations depuis cinq ans ? Dans presque tous les numéros du Bulletin Municipal « Vivre à Villeurbanne » (il en est paru 21 entre mars 1977 et mars 82), le point a été fait à ce sujet. Trois grands types d’actions ont été entreprises dont la forme a pu changé depuis le 10 mai 1981, date de l’accession de la gauche au pouvoir.

a) Le soutien aux chômeurs et aux grévistes

23Avant mai 1981 et même après, comme l’avaient fait dans le passé, en particulier pendant la crise économique des années 30, les municipalités socialistes, celle qui s’est trouvée au pouvoir en mars 1977 a soutenu les grévistes, non seulement par des secours matériels mais aussi par des interventions auprès des entreprises. Les responsables municipaux ont rencontré les syndicats et les directions d’établissements pour proposer une médiation.

24De même les chômeurs, même si leur nombre a augmenté moins vite à Villeurbanne que sur l’ensemble du territoire national (32,7 % d’augmentation en France entre 1977 et 1980 (décembre) contre 12,7 % à Villeurbanne, 2 969 demandeurs d’emplois ont été l’objet d’actions prioritaires. Comme le réclamait instamment le gouvernement Mauroy, les élus villeurbannais ont été parmi les premiers à créer un Comité Local pour l’Emploi qui regroupe des élus, des syndiqués, des industriels, des représentants du secteur bancaire, de la Chambre de Commerce, de la Chambre des Métiers, de la Formation continue et initiale, des organisations de jeunes et de l’administration. Installé le 21 décembre 1981, ce Comité s’efforce de faire connaître aux entreprises et aux salariés les propositions des contrats de solidarité et d’aplanir les difficultés de leur mise en place.

b) Le maintien et la création d’emplois sur le territoire communal

  • 3 Bulletin Municipal - Vivre à Villeurbanne, no 14, page 10.

25En 1977, le problème important, nous l’avons vu, était le maintien des emplois industriels dont l’hémorragie n’avait cessé d’augmenter depuis 1970. « Entre 1977 et 1980, 44 entreprises ont disparu, mais 84 entreprises se sont, soit développées sur place, soit installées par voie de transfert ou de création »3. Comment ce résultat a-t-il été atteint ? Tout d’abord, comme nous l’avons déjà montré à propos du plan d’occupation des sols, en maintenant obligatoirement dans sa destination industrielle tout ténement jusque-là affecté à l’industrie. Toutefois, ceci n’était pas suffisant : la création d’un organisme était nécessaire pour servir d’intermédiaire entre les industries et le terrain de leur implantation ou de leur extension. En mai 1979, le B.V.D.I. (Bureau Villeurbannais de Développement Industriel) fut créé.

  • 4 Bulletin Municipal - Vivre à Villeurbanne, no 8, pages 8 à 10.

26Ce bureau est chargé de la promotion industrielle de Villeurbanne : incitation au développement économique et technique, rapprochement entre la recherche, la formation, la conception, la production, la commercialisation et la gestion, l’aide au montage administratif, juridique et financier, l’étude prospective des secteurs d’activité au niveau de la technologie et de l’emploi. Il ne permet pas l’implantation de n’importe quelle entreprise. Il refuse les industries lourdes et polluantes. Il cherche « les petites et moyennes entreprises et industries des secteurs de pointe, porteuses d’emplois nouveaux tant dans l’activité secondaire que tertiaire, et dont les capacités tant technologiques que sociales sont évidentes »4.

27Le maire et l’adjoint à l’Emploi ont agi pour le maintien et le développement du secteur de pointe que représente en France, et tout particulièrement à Villeurbanne, la machine-outil. Il était trop tard en mars 1977 pour sauver A.M.T.E.C. Par contre, une série d’interventions et l’initiative des travailleurs a permis de faire échec aux intentions de liquidation de Lendis-Gendron par la multinationale Litton. Six parcs industriels ont été aménagés :

  • quatre sont municipaux (réalisés ou en cours de réalisation) :
  • le Parc de la Doua (boulevard Einstein), 2 300 m2, 4 entreprises s’y sont installées : 105 emplois ;
  • le Parc Brinon (rue A.-Brinon), 4 entreprises : 140 emplois ;
  • le Parc du Pont de Cusset ;
  • et enfin le Centre Industriel Francis-de-Pressensé (actuellement en construction sur l’emplacement de l’ex-usine A.M.T.E.C.), 400 emplois y sont prévus pour 6 000 m2 de bureaux et 6 000 m2 d’ateliers.
  • deux sont privés mais bénéficient des mêmes financements :
  • le Parc Salengro (72, avenue R.-Salengro), 4 000 m2 de terrain, 10 entreprises, 100 emplois ;
  • le Parc U.I.S. et Fougerolles (240, avenue R.-Salengro, Saint-Jean) : UIS, 10 entreprises, 150 emplois ; Fougerolles, 4 entreprises, 115 emplois.

c) Des organismes et des stages de formation

28En 1978, M. Gourdin organisait le premier Programme d’intérêt Local. Le P.I.L. se présente comme une expérience de formation destinée aux jeunes entre 16 et 26 ans, qui ont connu des échecs scolaires et qui, le plus souvent, ont des relations difficiles avec leurs familles et les organismes sociaux. La formule comprend d’une part un enseignement théorique (formation générale) confié à l’Institut de Formation Rhône-Alpes et une formation technique assurée par des ouvriers qualifés, employés municipaux. Huit secteurs d’activités sont proposés : la menuiserie, la peinture, la plâtrerie, la maçonnerie, la plomberie, l’électricité, l’électronique et l’horticulture. 80 % des stagiaires ont trouvé un emploi à la fin de leur session qui comprenait 700 heures de cours. L’exemple municipal a poussé d’autres organismes, comme les centres sociaux, à organiser aussi des stages de formation pour les jeunes. Une « Maison pour la Formation Permanente » est prévue dans le Parc industriel de la Doua.

29L’action municipale s’est exercée aussi en direction des structures de formation que représentent, sur le sol villeurbannais, les équipements universitaires spécialisés : I.U.T., I.N.S.A., Université scientifique. La recherche qui s’y déroule est un atout économique important. La municipalité s’est efforcée de créer des liens entre les industries et ces institutions de formation initiale et permanente. Des propositions intéressantes ont été faites, en particulier dans le rapport signé par M. R. Terracher, chef du service de formation continue à l’I.N.S.A. Ce texte envisage la création d’une Coopérative d’Éducation Permanente. Cette nouvelle structure devrait permettre un fonctionnement moins cloisonné, moins commercial, plus complet et plus adapté du secteur de la formation permanente.

30Non seulement le maintien mais l’arrivée de nouveaux emplois (et tout spécialement d’emplois industriels) demeure un impératif absolu pour les élus villeurbannais s’ils veulent poursuivre la vieille tradition de différenciation qui a caractérisé la commune depuis un siècle.

L’action culturelle

31Un des éléments importants de Faction localisatrice dans le passé avait été, nous l’avons vu, l’expression culturelle. A certaines périodes, faute de moyens, en d’autres domaines, ce fut même le seul facteur sur lequel reposait la différenciation, entre 1935 et 1939 par exemple, quand les communistes étaient très empêchés au plan financier. Il est incontestable que des groupes sociaux, en particulier quand ils sont en situation d’être dominés, doivent exprimer leur volonté d’existence en manifestant les spécificités de leur culture. Qu’en est-il aujourd’hui à Villeurbanne ?

32Aujourd’hui, la formation sociale villeurbannaise diversifiée exige une action culturelle elle-même diversifiée. Quels seront les choix municipaux ? Tout le débat de la culture populaire resurgit ici. Les responsables municipaux et tout particulièrement Jean-Paul Bret, adjoint aux questions culturelles, ont pu jouer sur plusieurs registres.

33La création d’une semaine entière de fête, en juin, a montré l’originalité des propositions nouvelles. La première édition de juin 1977 a été un indiscutable succès populaire. Les Villeurbannais ont montré, à cette occasion, après des années de monotonie, qu’ils souhaitaient exprimer l’originalité de la vie villeurbannaise. Au cours de cette semaine festive, les activités culturelles sont très diverses et surtout leurs lieux d’exécution sont répartis dans tous les quartiers. Le principe d’une vie urbaine par quartiers, que nous avons déjà signalé à propos du P.O.S., est ici mis en pratique. L’occasion est fournie à chaque association et à chaque groupe ethnique de faire entendre sa voix. La variété des groupes humains présente dans la ville peut ainsi être révélée à tous.

34La vie culturelle villeurbannaise se manifeste aussi de façon plus continue à travers ses équipements. Le T.N.P. est le plus connu, à l’intérieur et surtout hors des frontières. Beaucoup commettent une erreur en attribuant trop facilement au T.N.P. une vocation locale, voire régionale. La réalité est bien plus complexe. Comme le mot l’indique, la vocation de ce théâtre est nationale et même internationale ; ses animateurs n’ont donc pas le seul souci d’une action locale, même s’ils touchent des subsides de la commune et s’ils logent dans ses bâtiments. Toutefois, la localisation villeurbannaise importe beaucoup aux responsables du T.N.P. et à Roger Planchon, entre autres, qui écrivait en octobre 1977 :

« Nous travaillons ici en croyant fermement à la nécessité d’une forte implantation sociale pour toute expérience artistique solide et à la nécessité pour toute société en bonne santé d’une forte implantation artistique. »

35Le T.N.P. a accepté, en 1978 et 1979, de soutenir des opérations de décentralisation théâtrale dans les quartiers et s’est efforcé de travailler plus que par le passé avec les associations. La salle Gérard-Philipe, aménagée dans la Maison des Associations est venue relayé cet effort.

36On a dit dans quelles circonstances la construction d’une vaste Maison de la Culture avait été refusée à Villeurbanne et dans quelle perspective avait été bâti le Centre Culturel Municipal. La municipalité socialiste s’est efforcée d’en faire autre chose qu’un ensemble de salles louées aux associations.

37Le lieu sert aujourd’hui de centre d’accueil pour des expositions ou des manifestations comme le « Forum » des Jeunes Troupes de Théâtre. Les activités de la M.J.C. du cours Damidot sont également orientées dans le même sens. Nous avons dit qu’un des principes fondamentaux de l’action municipale était la démultiplication dans les quartiers de la vie sociale et civique. Cela devait se manifester tout particulièrement dans le domaine culturel. En dehors de « Villeurbanne en fête », des efforts ont été tentés pour permettre à des équipements de quartier de jouer un rôle actif. Des centres sociaux, la Maison pour tous de la place Grandclément, la nouvelle Maison des Associations rue de la République, établissements d’obédience municipale ou le Centre Léo-Lagrange, le Centre Culturel Œcuménique, issus d’initiatives privées ou semi-privées, servent de relais à cet effort culturel diversifié. La salle polyvalente du Tonkin, articulée à des équipements scolaires, est venue aussi renforcer ce dispositif qui vise à rejoindre les usagers locaux dans la variété de leurs demandes et de leurs besoins. Dans cet esprit, les responsables municipaux se sont moins voulus organisateurs que supporters et coordinateurs des initiatives associatives.

38La politique culturelle municipale ne pouvait se désintéresser du magnifique instrument, lentement enrichi par les municipalités socialistes passées, qu’est la Bibliothèque municipale. Ses possibilités ont été aussi démultipliées au niveau des quartiers par la mise en service d’un Bibliobus. Par ailleurs, des conférences-débats sont régulièrement organisées autour d’un auteur ou d’un problème touchant l’édition. Ces propositions rejoignent celles qui sont faites à travers les expositions qui sont régulièrement présentées au deuxième étage de la mairie. L’offre culturelle s’adresse assez nettement à un public qu’on qualifie habituellement de cultivé. Ce public n’est-il pas un peu trop privilégié, se demandent certains, par rapport aux options sociales faites par ailleurs ? C’est une question importante. Le souci des divers créateurs et promoteurs d’expression culturelle rejoint-il les possibilités, les désirs et les richesses culturelles des catégories populaires encore nombreuses à Villeurbanne ?

39Signalons enfin les deux jumelages avec des villes étrangères : l’un en direction de l’Ukraine (Moghilev) et l’autre en direction d’Israël (Bat-Yam) qui veulent être une occasion d’ouverture vers des univers différents. Un pacte d’amitié a été signé avec la ville espagnole d’Abanilla.

La politique sportive

40Villeurbanne avait un beau passé sportif dans lequel les diverses municipalités avaient joué un rôle important. La municipalité socialiste, favorable au sport pour tous, devait permettre que la tradition se poursuive.

41Le problème majeur en ce domaine était l’insuffisance d’équipements. La municipalité précédente, on l’a dit, avait opté pour des équipements lourds et quelque peu prestigieux (stade nautique de Cusset, stades, etc.)· Fidèles à leur politique de démultiplication par quartier, les successeurs s’efforcent de créer des équipements plus légers et moins coûteux (piscine André Boulloche, salles omnisports, stade Marie-Thérèse Eyquem) pour répondre à la demande croissante des associations qui ont dû, ces dernières années, refuser des adhérents pour ne pas bloquer complètement l’organisation. Il est à noter également que, depuis 1977, les associations sportives, adhérentes au Service municipal des sports, bénéficient de la gratuité des installations.

42Ce bilan général de la politique municipale entreprise par le Conseil élu en 1977 n’est pas exhaustif. Il voulait simplement relever quelques points essentiels qui sont significatifs de la reprise d’une volonté de différenciation et de localisation. Il faudrait encore parler de l’action menée dans les domaines scolaire, sanitaire, social (petite enfance et 3e âge en particulier), commerçant, qui montrerait aussi des options orientées dans le même sens. Notons seulement qu’aucun de ces choix nouveaux ne serait possible sans une gestion rigoureuse et politiquement déterminée. Jean-Jacques Queyranne, 1er adjoint, directement chargé des finances, a surtout visé, dans un premier temps, à assainir la situation (compte administratif de 1977). Pendant les années suivantes, le budget a été établi de telle sorte que l’augmentation des impôts locaux en ce qui concerne la commune reste dans des proportions acceptables (16-17 %). Le recours à l’emprunt a été limité pour éviter les inconvénients de la politique financière antérieure (annuités de la dette beaucoup trop fortes). L’accroissement des dépenses de fonctionnement a été contenu dans la mesure du possible. Par contre, le secteur social a été augmenté soit par contrainte préfectorale (contingent d’aide sociale), soit volontairement pour mieux subventionner les centres sociaux ou pour soutenir les comités d’œuvres sociales très sollicités en cette période de crise économique. De plus, l’ensemble de la gestion municipale a été réorganisé selon des méthodes très rationalisées qui permettent, entre autres, de connaître constamment le point de la situation.

Pour servir de conclusion...Quelques questions sur l’avenir de la différenciation...

43Au cours du mandat municipal de la première municipalité présidée par Charles Hernu, un événement politique de première importance est survenu : l’arrivée de la gauche, et plus particulièrement du Parti Socialiste, aux leviers de commandes de l’État en mai et juin 1981. Les élus villeurbannais ne sont plus seulement acteurs politiques au niveau local, mais participent étroitement, soit de manière directe (Charles Hernu est ministre de la Défense), soit de manière indirecte aux décisions gouvernementales par les divers rouages du Parti. Ils peuvent influer sur certaines orientations ; ils peuvent notamment jouer un rôle dans la mise en place de la décentralisation, soit en informant les instances promotrices de ce mouvement des expériences villeurbannaises de fonctionnement du pouvoir local, soit en entreprenant de nouvelles expérimentations. Cette nouvelle situation vient incontestablement relancer la vieille tradition de recherche de différenciation que nous avons décrite dans cet ouvrage... Il nous semble dès lors que nous ne pouvons mieux faire pour conclure ces pages consacrées à Villeurbanne que de poser quelques questions qui pourront servir de matière de réflexion aussi bien aux Villeurbannais qu’à leurs élus, puisqu’aussi bien les destinées de cette ville demeurée autonome dépend des uns et des autres.

441) Quels peuvent être en 1982 le contenu et la réalité d’une différenciation ?

45Le mot ne peut aujourd’hui couvrir les mêmes réalités qu’en 1930 ou même 1950. Le contexte économique, politique, administratif, démographique, culturel au sein duquel doit agir l’équipe socialiste animée par Charles Hernu est profondément différent de celui qu’ont connu Jules Grandclément ou Lazare Goujon. L’autonomie du pouvoir local, même s’il se trouve renforcé par les lois de décentralisation, est beaucoup plus limitée ; les caractéristiques locales sont beaucoup plus imbriquées dans des réseaux complexes dont les données interfèrent les unes par rapport aux autres. Dans les mois et les années qui vont venir, les citoyens et plus encore les associations de citoyens en même temps que les élus, s’ils souhaitent un fonctionnement démocratique, vont certainement devoir réfléchir à la différenciation qu’ils souhaitent et à ses réalisations concrètes. Analysons quelques-unes des données qui s’imposent à toute recherche actuelle de différenciation.

462) Quelles sont les chances de maintien d’activités de type secondaire et même tertiaire à Villeurbanne ?

47Pour le moment, le mouvement de désindustrialisation a été stoppé. La tendance s’est inversée et on constate même que les départs d’industries vers la campagne et les zones nouvelles se sont ralentis, beaucoup d’industriels préférant finalement l’environnement urbain avec toutes ses possibilités. Pour autant, l’évolution de l’agglomération lyonnaise et de Lyon en particulier, ne risque-t-elle pas de contraindre Villeurbanne à devenir une zone résidentielle ou en tout cas un secteur à forte concentration d’activités tertiaires, ce qui impliquerait le départ plus ou moins rapide de certaines catégories de travailleurs vers lesquels l’action municipale a été spécialement orientée ? En d’autres termes, ce que M. Gagnaire et son dernier Conseil municipal ont cru inéluctable, ne le deviendra-t-il pas d’une manière ou d’une autre ?

48Quelles forces de résistance peut-on opposer à des stratégies économiques nationales et internationales que la municipalité présente a certes déjà mises en échec (cas de Litton, chez Lendis-Gendron) mais qui pourront toujours revenir à l’attaque par d’autres voies et d’autres moyens de pression ? Suffit-il d’avoir de forts appuis au plan national ? La stratégie du capitalisme international peut-elle être toujours déjouée ? Il est certain malgré tout que la gauche au pouvoir est une garantie non négligeable.

493) Dans le même domaine économique, une autre question se pose : pour répondre à une situation grave, déterminante pour l’avenir de la commune, la municipalité socialiste s’est très fortement impliquée, en particulier à travers le poste d’adjoint à l’Emploi. Cette création était certainement nécessaire, mais comment, désormais, exercice difficile, réaliser beaucoup sans pour autant aller trop loin ? Les élus municipaux ne prennent-ils pas le risque de mettre aussi bien les employeurs que les employés en situation d’assistés de la mairie ? Beaucoup de Villeurbannais ne vont-ils pas en arriver à attendre comme un droit que la municipalité apporte une solution à tous les problèmes économiques locaux ? Jusqu’où va le rôle économique d’une équipe municipale ? Où finissent le soutien et l’assistance ? Où commence la prise en charge ? A l’heure où la décentralisation va devenir effective, ces questions prennent une acuité particulière. Le droit à la parole et la participation à la décision sont des cartes importantes pour une collectivité locale, surtout dans le cas de Villeurbanne, mais il sera important de savoir comment se feront les relais au plan régional et au plan national. Même si, dans le fonctionnement actuel de la société française, tout intéresse le plan local, tout n’y est pas réalisable malgré la proximité où s’y trouvent les citoyens.

504) Le choix urbanistique que représente le P.O.S. serait-il adapté (maintien des industries, maintien de l’emploi dans chaque quartier, etc.) si l’éventualité ci-dessus évoquée d’une évolution économique se produisait ? La vie redistribuée au niveau de chaque quartier serait-elle encore réalisable ? N’y aurait-il pas risque de colonisation par les classes moyennes, des équipements et des structures associatives ? Les choix urbanistiques lyonnais, assez différents des choix villeurbannais, n’influenceront-ils pas à la longue les pratiques urbaines de l’agglomération dans le sens d’un « zoning » intensifié ? Il est vrai que l’inverse peut aussi se produire, les habitants préférant supporter certains inconvénients de la proximité des zones de travail et trouver un emploi à leur porte.

515) Avec la disparition de nombreux emplois industriels (secteur secondaire) et l’augmentation des emplois de services, qualifiés ou non (secteur tertiaire), Villeurbanne a vu sa composition sociale se modifier. Beaucoup d’ouvriers sont partis habiter sur la « deuxième couronne » (Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Décines, etc.) et corrélativement, beaucoup de personnes appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler les classes moyennes sont venues demeurer à Villeurbanne. Le Parti communiste y a certainement perdu des électeurs et des électrices au profit du Parti socialiste. Ces nouvelles couches sociales, de plus en plus actives sur la ville, ne vont-elles pas peser d’un grand poids sur le P.S. et spécialement sur le Conseil Municipal villeurbannais, surtout si l’Union de la Gauche continue de ne pas pouvoir se faire aux prochaines élections municipales ? Qu’adviendra-t-il de la tradition de différenciation qui se faisait depuis un siècle à partir des couches sociales populaires et à leur profit ? Des désirs et des aspirations identiques au sein des classes moyennes lyonnaises et villeurbannaises n’entraîneront-ils pas des fonctionnements locaux similaires, négateurs des pratiques sociales jusque-là différenciées ?

526) Cette question voudrait revenir sur un problème déjà soulevé : celui de l’ambivalence de l’appartenance à un parti. Nous avons dit plus haut tous les avantages que peut trouver une municipalité dans le fait qu’elle se réfère à une organisation politique nationale (bénéfice de l’information, bénéfice des analyses globales et comparatives, bénéfice des instances de réflexion, etc.)· N’est-ce pas aussi une limite ? Le terrain local, surtout quand il se présente, comme Villeurbanne, avec autant de convergences de pouvoirs, n’est-il pas une tentation permanente d’expérimentation pour le parti ? Toute action est-elle entreprise dans le seul intérêt des populations locales ? On objectera que tous les partis en sont là dans les municipalités qu’ils gèrent, que les avantages d’une direction cohérente compensent bien les inconvénients de servir de cobayes ? Peut-être, mais est-ce une raison suffisante ? Dans la dure concurrence que se livrent les partis, en particulier au niveau des collectivités locales, ne faut-il pas savoir aller jusqu’au bout de la localisation, c’est-à-dire jusqu’au respect le plus absolu de l’identité locale ? Une des marques de l’authentique socialisme ne serait-elle pas de savoir vraiment faire la localité, pour reprendre ici le titre que nous avions donné primitivement à cette thèse, même si certains intérêts nationaux doivent en souffrir ?

537) Pour le moment, la majorité politique d’avant le 10 mai 1981 est toujours majoritaire au Conseil de la Communauté Urbaine de Lyon. Dans le jeu dialectique « délocalisation/relocalisation » que se livrent la COURLY et un certain nombre de communes, en particulier celles qui ont une municipalité d’opposition et entre autres, la plus puissante d’entre elles, Villeurbanne, le pouvoir que représente la COURLY ne finira-t-il pas par l’emporter ? Quand un organisme possède la part financière et la somme de compétences que détient le Conseil communautaire, n’a-t-il pas un certain nombre de chances d’imprimer les orientations que souhaite la majorité, sinon à court terme, du moins à long terme ? Quelles chances de différenciation est-il possible d’envisager, non seulement pour Villeurbanne mais pour toute commune membre de cette vaste structure, pendant ces dernières années du XXe siècle et dans les contextes sociaux qui sont désormais les nôtres ?..

54Arrêtons-là les questions... Il y en aurait beaucoup d’autres autour des mêmes thèmes... Que déjà celles-là puissent servir à la réflexion des Villeurbannais d’aujourd’hui, qu’ils soient élus ou simples citoyens...

Notes

1 Le 21 mars 1982, Gilbert Chabroux est devenu le 3e conseiller général de la ville sur le territoire du 3e canton créé en 1982.

2 En 1978, le Conseil municipal a pris la décision d’arrêter l’ancien chauffage urbain déficitaire et de brancher tout le réseau sur le chauffage urbain de la Part-Dieu (PRODITH).

3 Bulletin Municipal - Vivre à Villeurbanne, no 14, page 10.

4 Bulletin Municipal - Vivre à Villeurbanne, no 8, pages 8 à 10.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search