Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre VII. 14 mars 1971 - 17 mars 1977 : La quatrième municipalité présidée par Etienne Gagnaire

Texte intégral

1Plusieurs événements nationaux ou internationaux vont survenir pendant le dernier mandat d’Étienne Gagnaire et contribuer d’une part à son évolution politique vers la droite, d’autre part à sa disparition de la scène municipale. L’ère pompidolienne, commencée en 1969, amène au premier plan en France les capitaux et les représentants bancaires dans les milieux d’affaires, milieux qui ne seront pas sans lien avec le maire de Villeurbanne à travers des opérations d’urbanisme comme La Perralière ou le Tonkin et qui contribueront à accélérer son évolution à droite. Tout semble devoir orienter l’action municipale vers la transformation de la ville dans le sens pris par l’expansion économique. Survient alors la crise, en 1973. Des forces politiques nouvelles apparaissent, qui relèvent les méfaits d’une expansion incontrôlée. Ces critiques trouvent un écho dans des couches de la population qui ne sont pas seulement celles des travailleurs. Dès lors, la fin du « long règne » d’E. Gagnaire est proche. Elle se produit effectivement aux élections municipales de mars 1977. Avant d’entreprendre l’analyse de la gestion de cette quatrième municipalité présidée par Monsieur Gagnaire, il nous a semblé intéressant de jeter un dernier regard d’ensemble sur ces vingt années de gestion centriste pour en relever les grandes caractéristiques et montrer les raisons de l’affaiblissement de la politique de différenciation propre à Villeurbanne.

BILAN D’UNE GESTION CENTRISTE

2Etienne Gagnaire, entouré pratiquement des mêmes hommes, sera resté au pouvoir de 1953 à 1977 : presque un quart de siècle. Il est le reflet d’une époque où la conjoncture des forces politiques produit cette gestion centriste dont nous avons décrit les orientations précédemment. Pendant ce long moment de la croissance économique, la nouvelle formation sociale engendre une majorité électorale qui refuse les idéologies trop affirmées, génératrices de solutions politiques très orientées, en clair le communisme et le gaullisme. Ce refus laisse la place à une troisième voie qui, en fait, n’en est pas une mais beaucoup plus un regroupement de forces minoritaires capables d’aboutir à un compromis, excluant pratiquement tout dynamisme. Cette absence de ligne directrice fait en général le jeu d’un homme qui paraît incarner avec bon sens et réalisme, aux yeux des partenaires ainsi regroupés, l’expression de leurs désirs et la fidélité à leurs principes. Beaucoup de choses sont sacrifiées au maintien d’un équilibre qui garantit le maintien au pouvoir. Tant que ne se manifeste aucun courant, mobilisateur d’un mécontentement ou d’une espérance nouvelle, le consortium centriste est garanti de durer. Il nous semble que ce scénario fut celui de la vie municipale villeurbannaise décrite dans les chapitres précédents.

Un apolitisme de plus en plus affiché...

  • 1 Seules les listes communistes et UNR portent encore l’étiquette des partis.

3Sortant de la IVe République où les partis se sont discrédités en offrant le spectacle vain et stérile de leurs politiques à courte vue, les Français qui commencent à bénéficier nombreux de la croissance sont tout prêts à entendre, en particulier au plan local, les discours de ceux qui leur parlent de gestion rationnelle, intérêts immédiats, organisation du quotidien, logement, équipements de quartier, sans s’encombrer de perspectives politiques. L’intitulé de la liste Gagnaire est significatif : « Liste républicaine et démocratique de défense des intérêts communaux »1. Et l’on peut lire sur les tracts de la liste en 1959 :

« J’ai conscience d’avoir rempli scrupuleusement toutes les promesses qui vous ont été faites et même de les avoir largement dépassées. Ceci grâce à une gestion rigoureuse des finances municipales, à un esprit d’entreprise et d’équipe qui ont permis une collaboration étroite entre des Administrateurs venus d’horizons différents, mais tous soucieux des intérêts de la Commune... »

4Très peu d’interventions du maire de Villeurbanne font allusion ou référence au programme d’un parti, à une analyse de politique générale.

5Cette conception apolitique de l’action municipale induit inévitablement un certain style de fonctionnement dont nous voudrions maintenant relever les caractéristiques les plus marquantes et les conséquences pour la différenciation.

L’action municipale sera uniquement gestionnaire

6Dans la perspective apolitique, la considération des moyens passe avant celle des finalités ; le possible l’emporte sur le souhaitable. L’esprit gestionnaire, au sens où nous l’entendons, s’inquiète d’abord du montant de la dépense et des réactions possibles de l’opinion publique au cas d’augmentation des impôts. Corrélativement, ce type d’esprit a tendance à percevoir la réalité de façon sectorielle et découpée.

7Sa motivation profonde n’est pas la prise en compte de l’ensemble d’une réalité sociale où des besoins s’articulent les uns par rapport aux autres, créent des ordres de priorité et engendrent un devoir-agir ; sa motivation profonde est le pouvoir-agir qui réduit inévitablement le champ de la conscience. Ce style contente à court terme une opinion publique qui ne veut voir que la vie quotidienne : l’argent est économisé et les besoins immédiats sont satisfaits.

8A plus long terme, ce régime d’économie sans visée sociale globale, qui laisse des besoins s’accumuler, est contraint d’y faire face en investissant brusquement de grosses sommes. Des retards apparaissent dans tous les domaines. L’opinion publique, très versatile, taxe alors d’incurie ceux que, hier, elle qualifiait de bons administrateurs. La politique d’emprunts massifs qui caractérisera le dernier mandat Gagnaire ne sera pas la moindre cause de sa chute en 1977.

L’action municipale respecte scrupuleusement le cadre législatif

9Presque toujours, les « gestionnaires », dans leur action quotidienne, se contentent du cadre fourni par l’État. En France, où tout est très centralisé et très contrôlé par le pouvoir central, cette voie est d’autant plus facile à suivre. Ce qui est en cause ici est d’ailleurs moins la crainte de l’autorité, le manque de combativité que le manque d’imagination. Le respect de l’État et de ses normes tient beaucoup plus à l’absence d’analyse des réalités locales auxquelles on applique des solutions toutes faites et normées qu’à une obéissance aveugle et inconditionnée. Monsieur Gagnaire est un républicain respectueux des institutions et, dans ce domaine, il est encore très « homme du XIXe siècle » : la création de la COURLY, par exemple, le heurtera profondément mais il s’inclinera et jouera le jeu. Le rappel des lois et des normes imposées par l’administration supérieure servira aussi de paravent commode pour masquer des insuffisances, des impuissances ou des carences. Les limites de la conception gestionnaire doivent bien un jour trouver des excuses. Dans ce système, l’État finit par avoir l’initiative. On s’oppose plus ou moins à son emprise et à ses impératifs (surtout quand il s’agit de l’État gaulliste à la fin des années 60) mais toujours au coup par coup, sans offrir de contre-politique.

Peu de références aux véritables données économiques et sociales du terrain

10Nous y avons déjà fait allusion. Il s’agit là d’un paradoxe de la perspective exclusivement gestionnaire : quand un candidat aux élections affirme son apolitisme, il déclare généralement que c’est pour rester très proche de ses administrés. Il ne veut pas s’embarrasser des grands problèmes nationaux sur le terrain local et il réaffirme à tous moments son souci de rester proche de l’électeur et de ses soucis quotidiens.

11Ce type d’élu connaît bien les personnes individuelles, leurs situations personnelles ou celles de leurs entreprises ou de leurs associations, il fréquente des réunions, mais manque assez souvent de vue d’ensemble et de perspective évolutive.

Un style notabilaire

12L’élu gestionnaire devient très vite un notable qui connaît par cœur tous les rouages institutionnels de son secteur, tous les pouvoirs et contre-pouvoirs. Il est respecté à la place qu’il a su se faire parce qu’il sait esquiver les critiques et les oppositions. Il devient, en quelque sorte, un professionnel de l’administration municipale, qui risque fort de gérer les affaires communales sans se référer à qui que ce soit, sans accepter le contrepoids des différentes instances de son parti ni même du conseil municipal. On le verra bien aux élections législatives de 1967.

Une confiance excessive dans les divers techniciens

13Travaillant dans le cadre relativement étroit de la commune et le plus souvent seul, l’élu gestionnaire est obligé de faire appel à des techniciens avec lesquels il entre dans une relation du type « confiance-méfiance » extrêmement ambiguë. L’élu veut rester le décideur.

14Mais par ailleurs, il se sait incompétent et il doit faire confiance au technicien. Chacun des deux rôles détient tout le pouvoir dans sa sphère, ce qui les amène à se piéger mutuellement. Et ceci d’autant plus que, dans cette relation, il n’y a aucune place pour le véritable intéressé, qu’est l’usager. Les résultats de la période centriste montreront qu’en définitive ce sont fréquemment les techniciens qui ont imposé leur point de vue, tout particulièrement en matière d’urbanisme.

Les conséquences pour la différenciation villeurbannaise

15L’analyse des principales caractéristiques de l’attitude politique, dans le fonctionnement du pouvoir municipal, peut nous permettre de mettre en lumière les conséquences pour la différenciation.

Le domaine économique et social

16Au fil des années, tout se passe comme si les 50 % d’ouvriers qui résident et travaillent sur le territoire communal étaient soudain devenus une minorité parmi d’autres. Constituant l’électorat communiste, ils n’ont plus guère de porte-paroles. Certes, un certain nombre d’entre eux peuvent trouver des logements correspondant à leur salaire, mais les emplois sont menacés par une désindustrialisation qui s’accélère et contre laquelle les pouvoirs municipaux n’ont pas pris les moyens efficaces. Les équipements sociaux manquent dans tous les quartiers et pour tous les âges de la vie, alors que, au même moment, les villes industrielles voisines s’équipent convenablement en crèches, halte-garderies, centres médico-sociaux et clubs de jeunes...

17Le Conseil ne s’est pas donné vraiment les moyens de s’informer, d’analyser et de contrôler l’évolution des réalités communales. Il est clair, par exemple, que les mutations profondes chez les jeunes et en particulier chez les jeunes ouvriers, que révélèrent les événements de mai 68, lui ont échappé. La présence des travailleurs immigrés et tout spécialement des maghrébins, avec leurs coutumes, leur culture, l’a surpris et il lui a fallu, après coup, déployer beaucoup d’efforts pour commencer de résoudre un problème comme celui du ghetto d’Olivier-de-Serres... Les questions soulevées par les nouvelles générations en 68 ou la délinquance juvénile appelaient d’autres réponses que celles de type très « administratif » qui furent fournies.

Le domaine culturel

18Pour aider une classe sociale dans sa lutte, il faut l’instruire, la conscientiser, lui donner des occasions d’expression collective et de fêtes. La tradition socialiste villeurbannaise, aussi bien communiste que SFIO, l’avait bien compris. C’était là une des composantes de la différenciation. La municipalité centriste, qui doit honorer plusieurs « clientèles » et qui n’a pas à faire partager de grand projet ni d’orientations sociales, délaisse ces moyens qui contribuent à former l’esprit d’un groupe social. L’Université Populaire disparaît, la Bibliothèque devient un banal service de prêts de livres, le Bulletin Municipal devient purement administratif, les grandes fêtes de la Jeunesse ne soulèvent plus l’enthousiasme. Le nouveau centre culturel propose bien diverses manifestations, mais il s’agit d’une culture éclatée où chacun vient chercher individuellement ce qui lui plait. Le Théâtre de la Cité est habité d’un autre souffle, mais la mairie, en dehors de la subvention qu’elle lui alloue, ne relaie pratiquement pas les propositions qui émanent de l’équipe animée par Roger Planchon. L’outil culturel peut-il servir pour un gestionnaire à autre chose qu’à se divertir ? Le succès de la Ie Fête de Villeurbanne en juin 1977 s’explique en grande partie par le besoin d’expression collective de joie et de rencontre de gens qui, depuis longtemps, trouvaient la vie villeurbannaise bien terne et bien individualiste.

Le domaine informatif

19C’est peut-être dans ce domaine de l’information qu’on peut le mieux mesurer la perte de la volonté de différenciation. Les menaces sur l’avenir de la vie économique villeurbannaise, la complexité croissante des divers dossiers, l’apparition des contraintes extérieures (réseaux nationaux et internationaux de l’économie, la création imposée de la COURLY, la nécessité de jouer le jeu de l’agglomération) auraient dû multiplier les instances locales de réflexion (appel aux associations, constitution de commissions extra-municipales, etc.) et provoquer le surgissement d’une information municipale abondante (renouvellement du Bulletin municipal, publication de dossiers spéciaux, etc.). Villeurbanne se serait ainsi donné les moyens d’une voie politique originale à l’image de celle qu’elle avait frayée dans le passé. Sa base sociale, non seulement le lui permettait, mais le lui imposait.

L’ARRIVÉE A DROITE...

Le dernier Conseil municipal E. Gagnaire

Sa composition

20Fidèle à sa conception de l’équilibre des forces centristes au sein de l’équipe municipale, le maire sortant s’efforce de conserver autour de lui les mêmes hommes, mais son indiscipline de 1967 mofidie profondément la représentation socialiste qui ne peut plus porter l’étiquette S.F.I.O. Les conseillers qui étaient restés dans le giron du parti (ils sont au nombre de six) sont bien entendu exclus. Vingt-deux conseillers restent de l’ancienne équipe, ce qui représente un élément de stabilité. Il faut trouver quinze remplaçants, dont une huitaine issue des partis traditionnellement représentés, et quelques autres représentatifs d’un secteur de la vie villeurbannaise. Les radicaux et le C.D.S. ne fournissent que quelques unités. Par contre, on voit apparaître des représentants de l’U.D.R., officiellement déclarés ou non. L’intitulé de la liste n’a pas changé : il s’agit toujours de la Liste républicaine et démocratique de défense des intérêts communaux, mais l’orientation est très nettement à droite.

21Il n’est pas sans intérêt de faire remarquer ici que l’équipe a beaucoup vieilli : le maire a soixante-cinq ans, le premier adjoint soixante-huit et beaucoup de conseillers ont atteint la cinquantaine ; deux seulement ont moins de quarante ans. Certains sont là depuis près de vingt ans. Il n’y a toujours pas de femmes ni d’ouvriers.

22Une seule Liste d’Union de la Gauche, à majorité communiste, réussit à se former pour s’opposer à la liste du maire.

23En 1971, l’électorat villeurbannais n’était pas majoritairement prêt à voter pour le P.C.F., même si déjà se réalisait l’union de la gauche. L’ancien conseil municipal fut donc reconduit dès le premier tour, avec 16.306 voix (contre 13.024) mais sur le total inscrit de 56.419. Il y avait donc près de 47 % d’abstentions. Il était clair qu’une notable proportion de Villeurbannais n’était pas satisfaite du choix qu’on lui offrait.

Les faits marquants de sa politique

24Il est préférable de titrer ainsi ce paragraphe plutôt que d’écrire : « Sa ligne politique », car, pas plus qu’avant, il n’y eut véritablement de ligne politique. Deux données nouvelles conditionnent la nouvelle orientation du maire :

a) La rupture avec la S.F.I.O.

25Le contreproids que pouvait exercer, si faible ait-il été sur une personnalité comme E. Gagnaire, l’appareil de la S.F.I.O., est maintenant disparu. Entouré des anciens camarades de la section de Villeurbanne qui l’ont suivi dans sa rupture, il bénéficie plus d’un groupe d’approbateurs que d’une instance critique. Il se laisse séduire par tous les avantages qu’offre la croissance économique. Elle favorise les classes moyennes dont le nombre est en augmentation sur la commune.

b) La création de la COURLY

26On sait combien il s’y était opposé et comment, en bon républicain, il se plia aux décisions venues d’en-haut. Mais, cette acceptation ne fut pas sans incidences sur son orientation. Bien au contraire ! Puisqu’il fallait désormais penser en termes d’agglomération lyonnaise pour des raisons administratives et surtout à cause de l’évolution économique de la région, le rôle de Villeurbanne, dans le nouveau contexte, n’était-il pas complètement changé ? Les choix qu’il fera accepter par le Conseil, en particulier en matière d’urbanisme (La Perralière, le Tonkin, le Plan d’Occupation des Sols), montrent clairement qu’il croit à une nouvelle vocation pour Villeurbanne. Pour autant, il ne sera à aucun moment partisan de l’annexion. Les choix financiers soulignent cette nouvelle conception. Les dépenses de fonctionnement sont de plus en plus orientées vers les services que réclament les nouvelles couches de population (services médico-sociaux, services culturels). Les dépenses d’investissement vont dans le même sens (équipements sportifs de prestige comme le Centre Nautique, espaces verts, groupes scolaires proches des résidences, environnement de ces résidences, etc.). Au chapitre des recettes, la pression fiscale atteint un maximum et le recours à l’emprunt est massif, mais le maire compte sur les possibilités financières des nouveaux habitants.

27Villeurbanne s’en va progressivement vers une fonction résidentielle qui pourra prendre des aspects originaux. En somme, Etienne Gagnaire en arriverait presque à croire à une nouvelle différenciation, tout aussi remarquable que l’ancienne, mais qui, politiquement parlant, lui tournerait le dos.

Les manifestations de cette politique

L’urbanisme

a) Disparition du logement social. Accroissement des opérations de promotion immobilière

  • 2 P.L.R. : Programme à Loyers Réduits - P.S.R. : Programmes Sociaux de Relogement.
  • 3 I.L.M. : Immeubles à Loyers Modérés - I.L.N. : Immeubles à Loyers Normaux.

28Depuis 1968, les Villeurbannais ne décident plus seuls des grands aménagements urbains mais ils ont encore un grand poids au Conseil de la Communauté (neuf conseillers). A partir de 1969, la municipalité villeurbannaise ne soutient plus la construction sociale sur son territoire, si l’on appelle construction sociale uniquement les H.L.M.O., les P.L.R. et les P.S.R.2. Les statistiques de la Direction Départementale de l’Équipement (Fichier Sirocco) annonce 12,5 % en moyenne sur l’ensemble des logements autorisés, mais elles incluent dans les 12,5 % d’H.L.M. locatives, un nombre élevé d’I.L.M. et d’I.L.N. En fait, 103 H.L.M. seront entreprises en 1975 au Tonkin. Ces chiffres confirment l’option villeurbannaise d’accueillir une population plus aisée dans des appartements plus chers, même si leur financement prévoit une aide de l’État. Le nombre de ces derniers a d’ailleurs lui aussi diminué (84 % en 1970 - 7,3 % en 1976) pendant que les logements non-aidés connaissaient une progression très rapide (de 23 à 70 %) en neuf ans3.

29Ces derniers immeubles sont l’œuvre de promoteurs immobiliers privés. M. Bonneville communique qu’il a relevé, de 1968 à 1976, 143 opérations immobilières, représentant 12.952 logements sur l’ensemble de la commune (moins le Tonkin). Incontestablement, le choix est fait.

b) L’ensemble de La Perralière

30Les programmes des promoteurs sont disséminés et réduits, tributaires qu’ils sont des terrains industriels disponibles dont la surface est souvent restreinte. Mais il arrive qu’un grand espace soit entièrement disponible d’un seul tenant. C’est le cas quand le groupe Gillet décide de fermer son usine de Bonneterre qui s’étendait sur 13 hectares. Les tractationions commencées en 1963, aboutissent en 1968 entre la Société Gillet et la SEFIMEG-COFIMEG, qui sont en fait deux sociétés immobilières d’investissement regroupées. Elles ont pour vocation le financement, la construction et la gestion d’immeubles à usage locatif.

31Etienne Gagnaire, désirant la restructuration de ce secteur proche des gratte-ciel, au point d’y voir un prolongement de cet ancien centre urbain, engagera énormément la commune dans l’opération. Prétextant au départ la crise du logement (qui est encore réelle en 1963), il appuiera les demandes du promoteur auprès de la D.D.E. et participera au financement d’un centre médico-social et d’une école.

32La SEFIMEG s’était engagée, en contrepartie, à fournir des logements accessibles à des salaires modestes, à remembrer et rénover des îlots qui n’appartenaient pas au terrain Gillet et à participer au financement des équipements sociaux et culturels. Le bilan de l’opération montre aujourd’hui combien la logique du capital privé a fini par triompher. Les logements « sociaux » n’ont pas été réalisés, faute de primes, le remembrement n’a pas été possible, la SEFIMEG a bien participé au financement des équipements mais, pour une grande part, ils fonctionnent (avec des fonds communaux) prioritairement pour la plus grande rentabilité de l’ensemble privé. De plus, contrairement à ce que le promoteur avait promis à la municipalité, on ne peut dire que La Perralière soit un quartier au sens multifonctionnel du terme.

c) La suite de la rénovation du Tonkin

33De 1966 à 1970, lors de la première tranche de la rénovation (Tonkin I), la mairie n’avait pas joué un grand rôle dans la conception du nouvel îlot. L’équipe municipale était surtout intervenue pour faciliter la libération du sol en évitant de trop graves injustices. Le maire désirait y voir s’édifier un beau quartier, mais tout s’était en fait négocié entre la S.E.R.L. et deux promoteurs : B.S.N., pour ses bureaux, et la S.M.C.I. pour les logements. Ces promoteurs étaient d’ailleurs devenus propriétaires du sol et aucun équipement public n’avait été construit. Les formes bâties étaient très classiques, et l’aménagement des espaces extérieurs n’avait que très peu modifié la voirie existante.

34La deuxième tranche (Tonkin II) qui commence en 1970, sera très différente. La surface concernée (la plus grande partie est encore propriété des H.C.L.) est beaucoup plus considérable (42 hectares-Tonkin I : 6,7 hectares). L’État intervient beaucoup plus et impose, dès 1972, la procédure de Z.A.C., laissant la S.E.R.L. chargée d’opérations. Pratiquement, ces instances contrôlent tout, en particulier l’intervention du capital privé qu’il faudra stimuler. L’action de la municipalité de Villeurbanne sera donc très encadrée, mais elle sera réelle. Le maire expliquera souvent ce qu’il souhaite : refaire un quartier qui soit

« l’un des plus beaux de l’agglomération, doté d’équipements et de fonctions nobles, dignes d’un centre. »

35C’est toujours la même idée, qui ne fait que se renforcer au début des années 70, au moment où la politique municipale s’infléchit à droite.

36De fait, ces désirs se matérialiseront sur le terrain :

  • il s’agira bien d’un quartier comportant toutes les fonctions habituelles de ces unités urbaines, à l’exception de fonctions anciennes incompatibles avec le statut nouveau (rejet du Marché aux Puces) ;
  • les résidences offriront un standing moyen ou supérieur, à l’exclusion du logement social. Les H.L.M.O., dont nous avons dit qu’ils apparaissent en 1975, correspondent à la volonté étatique ;
  • les bureaux seront le complément indispensable des immeubles, à la fois pour équilibrer le budget et fournir des emplois à la population de travailleurs du tertiaire ;
  • deux hôtels de luxe (un seul sera construit) et un centre commercial rehaussent l’image de marque ;
  • et surtout les équipements publics y seront particulièrement nombreux et soignés : deux groupes scolaires, un C.E.S., un bureau de poste, un foyer pour personnes âgées, une crêche, un centre médico-social, un espace central avec amphithéâtre, un terrain de sport d’1,5 ha, etc. Aucun autre secteur de la ville n’est aussi bien traité. Un système de télécabine sera même, un temps, envisagé, pour faciliter l’accès à la station de métro « Charpennes », distante de plus de 1.000 mètres au point le plus éloigné.

37L’opération de La Perralière nous montrait déjà vers quelles catégories sociales et vers quel style de vie urbaine s’orientait la municipalité à partir de 1970, sous l’impulsion d’E. Gagnaire. La preuve est ici encore plus éclatante. Villeurbanne allait devenir le lieu d’une autre différenciation et le point de départ en était le Tonkin.

Nouvelles données politiques et économiques Nouvelles sensibilités urbaines

La montée de l’Union de la Gauche

38On sait ce qu’elle fut au plan national. Après 68, le P.C.F. fait le bilan de son isolement et de la montée des mécontentements en France. Les autres partis de gauche, à l’écoute des nouvelles aspirations dans de nouvelles couches sociales, engagent un processus de réformes internes et de rencontres. Le congrès de la S.F.I.O. de 1969 à Issy-les-Moulineaux, regroupe déjà quelques autres socialistes, mais les Conventionnels réunis autour de François Mitterrand restent pour le moment en-dehors. A ce congrès, les solutions de type « 3e force » sont exclues. On s’oriente donc vers l’Union de la Gauche.

39Au Congrès de mai, un « plan d’action socialiste » est mis au point auquel se rallient les Conventionnels. Un congrès de réunification sur des bases nouvelles est possible. Il a lieu en 1971, à Épinay. Le programme qui en sort s’intitule « Changer la vie ». Ce programme sera qualifé de « socialisme du possible ».

40Après bien des négociations, le Programme commun de gouvernement sera signé le 26 juin 1972. Beaucoup de points restent obscurs, mais des perspectives sont ouvertes dont les répercussions ne seront pas seulement nationales. A Villeurbanne, la vie politique locale s’éveille d’un long sommeil.

La crise économique. Le bilan de la croissance

41Les événements du Moyen-Orient, de la fin de 1973, provoquent la hausse du coût des carburants qui engendre elle-même la remise en cause globale de tout le système capitaliste mondial. Depuis la guerre, c’est la première fois qu’on assiste à une baisse importante de la production industrielle. La crise, qui touche tous les pays capitalistes industrialisés, atteint de plein fouet la France. En mai 1974, le gouvernement, confié à Jacques Chirac, lance un plan de refroidissement : la demande est trop forte par rapport à l’offre, il faut donc réduire la demande. On réduit les disponibilités monétaires des divers types d’acheteurs pour ralentir l’inflation. On assiste à un certain ralentissement de l’inflation, mais au prix d’une récession dans toutes les branches économiques : faillites et licenciements collectifs se multiplient. Le chômage croît. 1975 voit un timide plan de relance dont les effets s’estompent dès 1976. Puis c’est le plan Barre, qui veut juguler l’inflation en freinant la progression des salaires. Par ailleurs, on parle de redéploiement industriel. Le gouvernement ne cache pas qu’il veut voir des entreprises inadaptées disparaître parce qu’on les soutient artificiellement, et qu’il désire voir, au contraire, des entreprises nouvelles dans des secteurs de pointe conquérir les marchés internationaux.

42On imagine facilement tout ce que cette crise et les mesures gouvernementales pour la traverser, peuvent provoquer à Villeurbanne. Des entreprises, qui connaissaient déjà des difficultés, disparaissent définitivement, d’autres se réorganisent, ou plutôt subissent le redéploiement prévu par le groupe dont elles dépendent directement ou indirectement. Le grand et le petit commerce connaissent un fléchissement de leurs affaires. Le nombre de chômeurs augmente, surtout chez les jeunes (et en particulier les jeunes immigrés). Les programmes de promotion immobilière, si florissants, ralentissent ou sont ajournés sine die. Des opérations prévues ne sont pas mises en chantier, telle celle qui devait réoccuper le terrain laissé libre par l’usine J.B. Martin.

43Plus profondément, comme beaucoup de Français, nombre de Villeurbannais s’interrogent sur le sens de la croissance et sur le type de société engendrée par elle. La critique de la société de consommation, qui n’était que théorique en 1968, se vérifie maintenant dans la vie quotidienne : gaspillage, manie du gadget et de la sophistication, création de besoins artificiels. Le programme électrique tout nucléaire est contesté.

44Les impératifs de l’automobile révèlent de nombreux inconvénients : saignée des autoroutes urbaines dans le tissu homogène des quartiers, bruit, pollution, rythme de la vie. Le règne du béton et de la densification urbaine manifeste l’aspect déshumanisant des fortes concentrations d’immeubles. Une nostalgie du pavillonnaire se fait jour.

45Tous ces thèmes émergent à Villeurbanne avec le surgissement, un peu partout dans la commune, des opérations immobilières et avec les projets de percement de grandes artères de liaison. Des journaux écologistes apparaissent. Les grands bouleversements économiques, tout comme l’évolution politique, remettent en mouvement la société villeurbannaise.

Nouveaux groupes sociaux - occasions de mobilisation

Les Comités de quartiers

46Diverses associations de réflexion et d’action se constituent au début des années 70. Les plus représentatives sont les Comités de quartiers : certains sont des créations nouvelles comme aux Buers, à Croix-Luizet ou aux Gratte-ciel ; d’autres sont des réanimations d’anciens comités d’intérêt local qui s’ouvrent aux nouveaux thèmes de l’heure. Des problèmes quotidiens, qui jusque-là étaient simplement signalés au conseiller municipal du secteur qui en faisait ou non l’objet d’une « question diverse » à la fin d’une séance du Conseil municipal et auxquels l’administration municipale, c’est-à-dire essentiellement le maire, répondait de manière administrative, sont analysés par le Comité de quartier et deviennent l’occasion d’un dossier ou d’une lettre au maire. Ce dernier est souvent poussé jusque dans ses derniers retranchements. La population, qui peut désormais apprécier sur le terrain même les options urbanistiques de l’équipe municipale, prend conscience des transformations que subit la ville et le plus souvent ne partage pas des orientations qui sont présentées comme « inévitables ».

47Des journaux de quartier font leur apparition. Une nouvelle pratique de la démocratie est revendiquée.

L’affaire du terrain de la Sainte-Famille

48Parmi les nombreux conflits qui ont surgi dans la commune entre le maire et les groupes d’habitants, nous retenons celui-là parce qu’il est symptomatique de ce nouvel état d’esprit et qu’il a servi de détonateur à de nombreuses actions revendicatrices.

49En 1969, la mairie demande à l’Association paroissiale de la paroisse de la Sainte-Famille de vouloir bien envisager des réparations sur des bâtiments implantés en bordure de la rue Roger-Salengro, sur une réserve foncière paroissiale, car ces constructions en mauvais état menacent la sécurité des passants. Les moyens financiers de l’Association étant limités et la restauration de ces bâtiments vétustes étant inutile, les administrateurs proposent au maire de lui vendre ce bout de terrain ; celui-ci refuse. Par contre, il se déclare intéressé par le terrain de sport contigu, sur lequel il fit valoir pratiquement un droit de préemption en arguant de directives nationales. Le Conseil d’administration de l’Association paroissiale doit céder et décide de vendre la réserve foncière, dont la mairie ne voulait pas, à un promoteur.

50Or, parallèlement à ces tractations, le maire avait promis au Conseil d’administration de la Maison Sociale du quartier, œuvre privée, subventionnée par les services sanitaires et sociaux du département (mais peu par la mairie), de l’aider à se réimplanter ailleurs et de manière plus fonctionnelle sur le quartier, le bail de la maison occupée jusque-là arrivant à expiration. La réserve foncière de la Sainte-Famille aurait fait merveille. C’était précisément elle qu’Etienne Gagnaire venait de refuser d’acheter. Les deux informations ne tardent pas à se rejoindre. Le conflit du terrain de la Sainte-Famille allait mobiliser le quartier. Il devait durer plus de deux ans, ponctué par des actions de conscientisation des habitants, des manifestations de toutes sortes, des interventions au Conseil municipal et surtout une occupation du terrain suivie d’une expulsion par la police. Le promoteur commença ses fondations sous la protection de cette dernière.

51Ces incidents accélérèrent inconstestablement les prises de conscience. Le Comité de quartier de Croix-Luizet ne devait pas tarder à s’opposer au déclassement de la place publique de Croix-Luizet que le promoteur d’un ensemble voisin avait obtenu, au percement d’une autoroute urbaine qui aurait partagé le quartier en deux, et à l’obtention d’un certain nombre de permis de construire d’immeubles à plusieurs niveaux. Le Comité des Buers se battait de son côté pour obtenir l’amélioration des conditions de vie des habitants des H.L.M. construits en bordure du boulevard de Ceinture, parmi lesquels il y avait une forte proportion d’immigrés. D’autres luttes se poursuivaient ici et là, ailleurs dans la commune, en particulier au Tonkin et aux Charpennes.

La campagne électorale de 1977

52On sait dans quel climat politique furent préparées les élections de mars 1977. L’Union de la Gauche arrivait à son zénith et il était question partout en France de listes communes P.C.-P.S. A Villeurbanne, chacun des deux partis était persuadé qu’il avait des droits à revendiquer le leadership. Les communistes savaient quels étaient leurs points forts et leurs implantations (dans les entreprises en particulier et dans un certain nombre d’associations de parents d’élèves) ; ils pouvaient afficher sur les murs de la ville qu’ils regroupaient mille adhérents (étaient-ils tous militants ? ce n’était pas précisé). Les socialistes, de leur côté, savaient qu’ils pouvaient compter sur une bonne quantité d’électeurs mécontents de la gestion Gagnaire, mais ne pouvaient pas avouer le nombre de leurs militants et adhérents, inférieur à celui du P.C.F., ni faire état de leurs points d’insertion puisqu’ils commençaient seulement à reprendre pied dans divers secteurs de la vie civique locale.

53Jusqu’au dernier moment, il y eut des négociations, des places étant réservées sur chacune des deux listes pour les partenaires. Finalement, comme il était d’ailleurs prévisible au vu des certitudes affirmées par chaque parti, l’accord ne se fit pas et les listes furent complétées par le P.S.U. et des militants de gauche pour la liste communiste, par un groupe d’intérêt local intitulé « Villeurbanne 2000 » et sympathisant aux idées socialistes pour la liste du P.S. Les radicaux de gauche, dissidents du Parti radical-valoisien local, avaient déjà rejoint cette dernière liste.

54La campagne permit d’exposer au grand jour la plupart des problèmes villeurbannais tel que la réflexion les avait fait mûrir dans les diverses sections ou cellules politiques ou dans des commissions issues des Comités de quartiers. Les diverses questions étaient resituées dans un contexte plus général d’agglomération, de département ou de région, et surtout dans des perspectives idéologiques et politiques que beaucoup avaient perdu l’habitude de considérer. Les accents socialistes et communistes n’étaient pas les mêmes, mais au total, le bilan était assez accablant pour la municipalité sortante. La municipalité sortante consciente de la menace qui grandissait, essaya de rendre compte de son activité et de la justifier en rénovant dès 1974 le Bulletin Municipal. Par ailleurs, Etienne Gagnaire s’efforça d’exprimer une ligne politique qui soit de dimension nationale en annonçant son rattachement à la Social-Démocratie, courant lancé et animé par Monsieur Muller, maire de Mulhouse. C’était une profession de foi de circonstance qui avait peu de chance d’intéresser les Villeurbannais.

55Au premier tour de scrutin, E. Gagnaire obtenait 12.161 voix, soit 32,5 % des votants ; au deuxième tour, il ne réunit que 15.483 suffrages, soit 40,13 % des voix. En contre-partie, la liste du P.S. obtenait 10.968 voix et la liste du P.C. 9.884 au premier tour. Pour le deuxième tour, le désistement prévu à gauche fonctionne bien et l’équipe municipale de Charles Hernu remporta la victoire avec une avance confortable (23.090 suffrages), victoire qui confirmait la chute de la municipalité Gagnaire.

Notes

1 Seules les listes communistes et UNR portent encore l’étiquette des partis.

2 P.L.R. : Programme à Loyers Réduits - P.S.R. : Programmes Sociaux de Relogement.

3 I.L.M. : Immeubles à Loyers Modérés - I.L.N. : Immeubles à Loyers Normaux.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search