Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre VI. 22 mars 1959 - 14 mars 1971 : les deuxième et troisième municipalités Gagnaire

Texte intégral

1La fin de la IVe République et le retour du général de Gaulle marque un tournant national. Au plan politique, c’est la fin d’une ère d’instabilité gouvernementale et de parlementarisme improductif dus à la querelle des partis. Au plan économique, c’est l’affirmation du développement et de la croissance que la stabilité politique va favoriser. Les Français entrent dans le temps de la société de consommation, surtout s’ils appartiennent aux couches moyennes dont le revenu a augmenté. Ces nouvelles classes sociales travaillent le plus souvent dans le secteur tertiaire et affichent de nouveaux besoins auxquels essaie de répondre une production qui se diversifie.

2Des villes industrielles comme Villeurbanne, situées auprès du centre d’une grande agglomération, sont touchées par le phénomène. La structure démographique se modifie : la proportion des ouvriers diminue et on voit apparaître un électorat qui soutient les partis situés au centre et même à droite. Cette modification fera le jeu d’un regroupement centriste qui se situe pendant une bonne dizaine d’années dans le refus des extrêmes : le communisme jugé trop à gauche et le gaullisme trop à droite. Etienne Gagnaire, qui avait déjà de 1953 à 1959 amorcé ce regroupement, en devient maintenant le chef de file incontesté. Jouant sur une étiquette socialistes SFIO, qui lui permet de se situer encore à gauche pour toute une frange de l’électorat hostile au communisme, il sait aussi inspirer confiance à un grand nombre d’hommes et de femmes qui redoutent les aventures révolutionnaires et souhaitent une gestion sans surprise. Démuni d’analyses un peu profondes, dépourvu de visées politiques locales à moyen et long terme, ce centrisme « mou », comme l’appelleront certains, s’efforcera surtout de durer en assurant une gestion quotidienne sans horizons définis et sans grande imagination, dans le cadre resserré des nouvelles contraintes administratives de l’agglomération lyonnaise. On imagine facilement que, dans ces conditions, une politique de différenciation avait peu de chances de se développer.

Les forces centristes au pouvoir

La disparition du PCF

3A Villeurbanne, comme en de nombreuses autres communes françaises importantes, les prises de position du PCF en 1958 à l’encontre du retour du général De Gaulle (refus de son retour par crainte du pouvoir personnel - refus de la Constitution de la Ve République) sont fatales aux communistes au plan local comme elles l’ont été au plan national. D’après Jacques Fauvet, 40 % des électeurs communistes n’ont pas suivi la consigne de vote « Non » lors du référendum et beaucoup d’entre eux, aux élections municipales de 1959 ne reconduisent pas leurs élus. A Villeurbanne, les candidats communistes ne recueillent que 10.500 voix au 1er tour et 11.390 au 2e, alors qu’en 1953, ils en avaient 10.900 avec un nombre de votants bien moindre (26.300 en 1953 - 30.000 en 1959).

4Le mode de scrutin ne leur est pas non plus favorable. La proportionnelle a été abandonnée au profit du scrutin majoritaire à deux tours. La possibilité de panachage qui sera laissée à cette élection ne changera rien à la situation. La liste communiste, dans son ensemble, arrive en seconde position au 2e tour, devancée de 7.000 voix par la liste centriste du maire sortant. C’est la disparition du PCF de la vie communale villeurbannaise jusqu’à aujourd’hui.

5Mettant en évidence le risque du pouvoir personnel que représente le retour du général De Gaulle et le contenu de la nouvelle constitution, la section locale du Parti tentera bien en décembre 1958 et en novembre 1964 de promouvoir une entente à gauche avec la SFIO et les Radicaux mais les pourparlers, sous l’influence d’Etienne Gagnaire, n’aboutiront pas. La section socialiste, très faible sur Villeurbanne en 1959, et même encore en 1964, craignait fort la domination communiste. Compte tenu du rapport de forces et aussi des orientations personnelles du maire, la voie de l’Union de la gauche était fermée pour de nombreuses années.

La majorité centriste

La composition du Conseil

6A côté de la liste communiste composée à quelques exceptions près des mêmes militants qu’en 1953 (cette liste fera alliance au 2e tour avec une liste d’extrême-gauche (Parti d’Union de la gauche socialiste et P.S.A.), et de la liste gaulliste présentée par Édouard Charret (qui regroupe en dehors de l’UNR, le CNI, la Démocratie Chrétienne et les Radicaux Indépendants), Etienne Gagnaire a formé une liste centriste (de centre gauche, précisera-t-il) qui représente un savant dosage.

  • 1 D’après les témoignages que nous avons pu recueillir, les sections locales de ces différents parti (...)

7Sur 37 conseillers à élire, on y trouve 15 SFIO, 11 Radicaux, 4 MRP, 2 Indépendants de gauche, 5 personnalités représentant des secteurs de la vie communale (retraités, résistants, anciens combattants, commerçants). Il n’y a pas de femme1, pas d’ouvriers mais 5 artisans, 3 commerçants, 6 employés, 3 retraités, 3 agents techniques, 3 agents de maîtrise, 1 instituteur, 2 comptables, 1 médecin, 3 représentants, 1 ingénieur chimiste, 1 receveur PTT, 3 administrateurs mutualistes, 1 agent d’assurance, 2 industriels. Cette énumération montre à quel point ce conseil représente les couches moyennes de la population et leurs intérêts. La base sociale, dont les représentants prenaient en main les affaires de la ville, a complètement changé. On comprend que ces élus n’aient pas l’intention de faire de Villeurbanne une cité particulièrement différenciée...

La section SFIO et les autres formations

8La section SFIO qui, avec le maire, a le leadership dans ce conseil est très réduite en nombre (une trentaine de militants) et composée surtout d’employés municipaux, d’enseignants, d’agents de maîtrise. Elle suit la ligne de Guy Mollet, participant aux revendications sociales par des grèves souvent symboliques, mais soutenant par ailleurs la politique algérienne de De Gaulle. Les analyses politiques n’y sont pas très approfondies et les tenants et aboutissants des perspectives municipales échappent aux adhérents. Le maire travaille pratiquement seul, décide de même et se contente d’informer. La section soutient son action sans trop se poser de problèmes. Les militants seront d’autant plus démunis en 1967 quand E. Gagnaire décidera de se maintenir au deuxième tour des législatives. Ce dernier n’a d’ailleurs pas plus de ligne politique que la section. Il se réfère à quelques convictions fondamentales du socialisme et pour le reste navigue à vue. Les autres partis appartenant à cette majorité centriste en sont sensiblement au même point. En dehors des grands principes, rappelés de temps à autre par les états-majors parisiens et répétés à l’échelon local, on ne perçoit aucune recherche originale pour répondre aux problèmes locaux. Tous font confiance à la gestion que propose le maire, promoteur de la coalition.

Le fonctionnement local du centrisme

9Dans une ville comme Villeurbanne, qui demeure industrielle, mais où de nouvelles forces sociales apparaissent, le centrisme s’inscrit dans la logique des rapports sociaux. Le Parti communiste, pour les raisons évoquées plus haut, est rejeté et isolé à une des extrémités de l’échiquier politique. L’autre extrémité du même échiquier est occupée par les gaullistes dont se méfie un électorat traditionnellement de gauche comme celui de Villeurbanne. Beaucoup de Villeurbannais savent les liens du gaullisme avec la droite.

10Reste donc aux élections municipales une troisième voie centriste, avec un leadership socialiste SFIO qui peut garantir le maintien d’un certain nombre de principes démocratiques, républicains et même égalitaires. Dans la pratique, la pente naturelle conduit, malgré tout les centristes vers les forces au pouvoir.

11Le produit de la croissance permet désormais de satisfaire un grand nombre de gens quotidiennement, efficacement, sans avoir à clamer sans cesse de grandes promesses, sans avoir à s’engager sur le terrain des grands problèmes nationaux épineux. Il suffit d’être « bons gestionnaires », attentifs à ce qui est le plus nécessaire et prêts à tenir un discours réaliste sur le souhaitable, le probable et le possible. De temps à autre, des réalisations utiles, suffisamment espérées, pas trop attendues, sortent de terre : une grosse majorité a le sentiment que le meilleur a été entrepris et réalisé. Point n’est besoin de faire œuvre spécifique, point n’est besoin de bâtir des montages financiers hasardeux comme aux temps héroïques où tout était à construire avec les seules ressources locales, maintenant il suffit de faire appel aux techniciens et aux organismes spécialisés, qui d’ailleurs sont pratiquement imposés. A quoi pourraient bien servir, dans un pareil contexte, des perspectives idéologiques ou de subtiles analyses politiques ? La vie politique municipale se déroule donc sans heurts et sans grands affrontements à propos de l’évolution de la cité, dans un climat de confiance où les rapports sont presque tous votés à l’unanimité. Il est loin le temps où un groupe social majoritaire motivait l’action des élus à cause même de sa situation de différence. Villeurbanne désormais peut s’administrer comme bien d’autres villes, sagement et sans éclat particulier.

La réélection de 1965

12Les données fondamentales n’ont pas changé. La situation des groupes sociaux déterminants est sensiblement la même. La tentative des communistes pour réamorcer une dynamique d’union de la gauche sous l’influence de Waldeck-Rochet échoue. Le temps des bilans de la croissance n’est pas encore venu, le plus grand nombre est satisfait de la politique d’accompagnement de l’expansion pratiquée par l’équipe Gagnaire.

13En dehors des communistes qui restent isolés, surtout à cause du système électoral, les seules oppositions qui se manifestent viennent de deux hommes qui n’ont pas une ligne bien différente à promouvoir mais qui envisagent d’autres chemins pour parvenir au même but. Il s’agit de deux conseillers sortants :

  • Michel Dechavanne, dont la critique porte essentiellement sur la pratique très « personnelle » du maire, joue sa propre carte. Il propose une liste de personnalités (de même origine sociale que celle d’E. Gagnaire) qui acceptent de mettre en œuvre une véritable démocratie locale. Les Villeurbannais ne verront pas futilité d’une telle relance de la démocratie et ne lui accorderont que 1.300 voix.
  • Gabriel Cibrario, beau-frère de Louis Pradel, propose un rattachement pur et simple de Villeurbanne à Lyon. La vieille idée de l’annexion refait surface. Cibrario pousse, jusqu’à leurs conséquences ultimes, les positions centristes. Puisque Villeurbanne n’a plus de réalité différenciée par rapport à Lyon, que son pouvoir politique est identique, pourquoi maintenir une unité administrative distincte ? C’est une perte financière considérable, surtout quand il s’agit de construire des équipements (comme l’usine d’incinération) qui feront double emploi. La technocratie l’emporte sur la réalité politique à travers une telle position : tout le passé villeurbannais est, d’un seul coup, considéré comme mort.

14Etienne Gagnaire, qui connaissait bien le sentiment des Villeurbannais sur leur autonomie, affirme clairement son opposition à un tel projet. Comme la liste Dechavanne, la liste Cibrario n’atteint que 1.300 voix. En 1965, les discours annexionnistes n’ont pas eu plus de succès qu’en 1903.

15La liste du maire sortant, face à ces deux oppositions de type centriste et à la liste communiste, n’eut pas de mal à l’emporter au soir du 14 mars 1965 avec 66,5 % des voix. La majorité des Villeurbannais était satisfaite de 6 ans de gestion centriste. La liste n’avait pratiquement pas été changée. Les proportions des divers partis étaient conservées. D’autres personnalités entrent au conseil, représentant cette fois les rapatriés d’Algérie, qui sont arrivés nombreux à Villeurbanne. C’est la continuité avec le minimum de changement.

L’équilibre centriste remis en cause : l’exclusion d’Etienne Gagnaire de la SFIO (avril 1967)

16Les élections législatives de mars 1967 vont toutefois, deux ans plus tard, provoquer une rupture. Depuis les élections présidentielles de 1965, le mécontentement se manifeste un peu partout en France, aussi bien à droite (le « Oui mais » de Giscard et la fondation des Républicains Indépendants) qu’à gauche. Les partis de gauche non communistes (SFIO, Conventionnels, Radicaux) réussissent, non sans mal, à constituer la Petite Fédération (FGDS : Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste). Au sein de la FGDS, Guy Mollet s’est décidé à faire bouger la SFIO, en soutenant des jeunes (Chevènement, Motchane, etc.) qui fondent le CERES. De son côté, le PCF poursuit une dynamique unitaire : un accord électoral est signé le 20 décembre 1966. Au second tour, les signataires de l’accord se désisteront au profit du candidat de gauche le mieux placé.

17Au soir du premier tour, on peut constater que le centre a été laminé. Au deuxième tour, le PCF et la FGDS progresseront de même que les candidats du label Ve République parce que la discipline de vote a été souvent respectée. L’ensemble de la gauche gagne 61 sièges et l’ensemble des gaullistes et de leurs alliés en perd 40. La majorité ne disposait plus, au soir du 12 mars 1967 que de quelques voix d’avance (2 ou 3).

18A Villeurbanne, le premier tour avait marqué incontestablement le réveil de la gauche. Le candidat de la droite, David Rousset, ne totalisait que 22.376 voix contre 55.827 à ses adversaires (Houel (PCF) et Gagnaire (SFIO)). Sur la ville, Gagnaire était en tête avec 15.782 voix devant Houel qui n’en totalisait que 13.051, mais sur l’ensemble de la circonscription c’est le candidat communiste qui l’emportait (30.441 voix contre 25.386). Etienne Gagnaire devait donc se désister au deuxième tour. Il n’en fera rien, estimant comme Lazare Goujon aux municipales de 1935, qu’il ne fallait pas laisser la ville (qui représente une grosse partie de la circonscription) à la disposition du PCF.

19Visiblement, le maire de Villeurbanne n’appréciait pas la nouvelle orientation de son parti : il préférait la ligne centriste vers laquelle il essayait d’attirer les électeurs de la majorité pour barrer la route aux communistes. La manœuvre ne réussira pas : Monsieur Gagnaire ne recueillera que 20.142 voix contre 37.636 à M. Houel et 20.231 à M. Rousset. Comme partout en France, beaucoup d’électeurs de la 10e circonscription du Rhône se détournaient du centrisme. Un an plus tard, après les événements de mai, les nouvelles élections législatives confirmeront cette tendance. M. Gagnaire sera devancé dès le 1er tour dans sa ville par le candidat (Houel) et par le candidat de la majorité (Garnier).

20La conséquence directe de l’acte d’indiscipline du maire villeurbannais (outre son exclusion du parti) sera l’extinction presque complète de la cellule SFIO. Seuls 15 membres environ resteront fidèles, tout le reste de la section, à la suite de Bruno Chiado, avait accepté de soutenir E. Gagnaire et de former une section de socialistes indépendants qui, plus tard, évoluera vers la sociale-démocratie. Jusque vers 1972 (suites du congrès d’Épinay), le socialisme villeurbannais qui avait pourtant un passé glorieux au plan municipal fut, pour ainsi dire, inexistant pendant que le reste de la coalition, issue des élections de 1965, dérivait vers la droite.

La gestion centriste

Les finances

  • 2 Nicole et Pierre MICHAUD – Les finances municipales à Villeurbanne. Essai de monographie urbaine. (...)

21Tous les ans, le vote du budget primitif est révélateur du choix des municipalités pour leurs administrés : acceptent-ils d’augmenter ou au contraire veulent-ils diminuer la pression fiscale, recherchent-ils l’autofinancement, la demande de subvention ou bien recourent-ils à l’emprunt, donnent-ils la priorité au budget de fonctionnement ou bien aux investissements. Derrière ces décisions, il y a surtout un choix entre les groupes sociaux présents sur le territoire communal, même si, par principe, on ne veut oublier personne. Pour cette raison, l’analyse des finances villeurbannaises pendant la période 1959-1974, à partir du travail de Nicole et Pierre Michaud et de quelques autres documents, nous a semblé intéressante2.

a) Effets de la croissance et richesse fiscale

22Les effets de la croissance apparaissent dans les finances communales, à partir de 1956. Les recettes totales de fonctionnement augmentent très nettement entre 1956 et 1959. En 1960, elles doublent presque (13.681.956 en 1959-24.050.045 en 1960) et la courbe ne cessera pas de grimper. La commune trouve les moyens de répondre à ses besoins courants et même de dégager de l’autofinancement. Par ailleurs, l’analyse de la structure du centime sur toute cette période révèle que d’heureux relais sont pris entre les plus importantes des quatre « vieilles ». A partir de 1962-1963, la patente fléchit à cause du départ d’un certain nombre d’usines et d’ateliers, ainsi que la foncière bâtie, mais la taxe mobilière augmente à point nommé pour assurer le relais (nouvelles constructions). De 1959 à 1969, c’est la montée régulière de la valeur du centime. Pour remédier à la lente dégradation des recettes due aux effets de l’inflation et pour obtenir un produit des centimes qui permette de financer la croissance, le conseil augmente sans cesse le nombre de ces centimes, sans dépasser cependant la limite estimée supportable en 1969. La taxe locale, relayée par le VRTS était venue proportionnellement soutenir cet effort, sans pourtant le soulager. Au total, les élus villeurbannais ont pu assurer leur richesse fiscale au moment où ils en avaient besoin sans trop solliciter leurs administrés. Auraient-ils pu faire un autre choix ? Sans doute ils auraient pu jouer beaucoup plus sur la fiscalité indirecte et veiller à une meilleure répartition de l’effort. Toutefois, il est probable que toute autre municipalité, dans les mêmes circonstances, aurait dû procéder sensiblement de la même façon.

b) Les dépenses de fonctionnement

23On sait que, dans ces chapitres du budget, la marge de manœuvre est étroite. Toutes les communes doivent en effet faire face à des dépenses incompressibles et obligatoires (personnel municipal, écoles, police, aide sociale). Toutefois un certain choix demeure entre des priorités. On peut ainsi mesurer la quantité de services rendus mais aussi leur qualité. N. et P. Michaud font remarquer qu’entre 1958 et 1966, l’effort sur l’enseignement (primaire et secondaire) a été prioritaire. Venaient ensuite : l’administration générale, la voirie, les services industriels et commerciaux, et enfin l’aide sociale. Après 1966 c’est l’aide sociale qui passe en tête.

24Par ailleurs, les dépenses de personnel augmenteront assez modérément pendant ces deux périodes bien que le coût de la vie ait monté en flèche. La mairie modernisera au maximum ses équipements pour diminuer le nombre de ses salariés. Au fil des années, cela entraînera une certaine stagnation et même une dégradation du service public.

c) Les dépenses d’investissement

25La volonté politique d’une municipalité se reconnaît surtout à ses investissements. La croissance de la commune à partir de 1957 impose des engagements financiers en ce domaine. La courbe, qui était très plate jusqu’en 1957 (autour de 3 millions NF), va progresser par bonds jusqu’en 1971 (21 millions NF). N. et P. Michaud ont pu établir, comme pour les dépenses de fonctionnement, un classement des priorités pour la période 1966-1972 :

  • 63 % du budget d’investissement est consacré aux équipements scolaires (construction de neuf groupes scolaires, du lycée Brossolette, du centre d’apprentissage féminin Marie-Curie), aux équipements culturels (construction d’un centre culturel, rénovation du théâtre, création d’une MJC), aux équipements sportifs (principalement le centre nautique de Cusset).
  • 18,3 % à la voirie et à l’assainissement
  • 5,0 % à l’équipement sanitaire et social. Dans ce domaine, la commune prendra un retard considérable : pratiquement pas de crêches, peu de centres médico-sociaux.
  • 4,9 % à l’urbanisme et à l’habitat. Il s’agit surtout de la participation imposée par l’État pour le Tonkin. Par ailleurs, la municipalité se contente d’acheter quelques terrains et de garantir les emprunts des divers offices de HLM. Comme nous le verrons, elle laisse dans ce domaine beaucoup d’initiatives au secteur privé.

26Les choix d’Etienne Gagnaire restaient ceux de la période précédente. Il s’agissait beaucoup plus d’« entraîner » la croissance que de « l’accompagner ». « Accompagner » la croissance aurait voulu dire prendre la mesure de la désindustrialisation de la commune et de la perte d’emplois du secondaire, faire des analyses pour connaître l’évolution probable des branches industrielles, refuser un certain nombre de permis de construire sollicités par le secteur privé, contrôler les prix fonciers, construire des logements sociaux, en deux mots « investir ailleurs » pour dégager des ressources. Au contraire le budget de fonctionnement en arrivait à grever le budget d’investissement.

d) Les recettes d’investissement

27Pour faire face à ses dépenses d’investissement, une commune ne peut recourir qu’à trois types de ressources : l’auto-financement, les subventions ou l’emprunt. A Villeurbanne, compte tenu du poids du budget de fonctionnement, de la dégradation en francs constants de la valeur du centime et de la désindustrialisation, la part de l’autofinancement ne pouvait être que minime. Les subventions sont octroyés aux mairies qui, en s’appuyant sur une opinion publique, ont du poids politique ou à celles qui proposent des réalisations originales. Ce n’était pas le cas de Villeurbanne qui obtint peu de subventions.

28Restait l’emprunt : de 1950 à 1972, le montant des emprunts a augmenté de 1.000 %. Le poids de la dette n’a cessé de croître, au point que la mairie fut contrainte de réaliser de nouveaux emprunts pour couvrir les anciens.

29Là encore, on mesure les limites d’une politique financière centriste qui pendant un certain temps n’augmente pas la pression fiscale à la satisfaction générale de ses électeurs, jusqu’au jour où la situation économique dans la commune nécessite des investissements lourds dans des domaines indispensables à la relance et à l’accompagnement. L’autofinancement s’avère insuffisant, il faut recourir à l’emprunt, puis faire appel à nouveau au contribuable, malgré les sommets où on l’a déjà entraîné, pour liquider la dette. La désindustrialisation commencée dès les années 50 aurait dû provoquer d’autres choix initiaux. Les choix d’investissement faits à Villeurbanne, tout comme le choix de leur type de financement, correspond à un désintérêt pour le maintien de l’industrie et pour la main-d’œuvre ouvrière qui y travaille et corrélativement à l’arrivée ou à l’émergence de couches moyennes qui réclament un certain type d’équipements (culturels, sportifs, scolaires) et une structuration urbaine qui, de fait, leur a été fournie.

L’urbanisme - le logement

30Les réalisations urbaines, elles aussi sont révélatrices d’un changement et manifestent que les raisons d’une différenciation ne sont plus perçues.

a) Le logement social

31En 1966, plus de 27.000 demandes sont en attente dans les divers organismes HLM du Rhône (dont 5.200 à l’OPHLM de Villeurbanne et 312 à la Société Villeurbannaise d’HLM). C’est que depuis 1959 la politique municipale reste la même : achat de terrains et garanties d’emprunts aux offices HLM. Sur ces terrains, l’office municipal ne bâtira que 2.000 logements sociaux sur 10.000 logements construits dans la même période. Ces implantations sont, dans leur majorité, plus périphériques encore qu’à la période précédente. St-Jean et les Brosses prennent le visage de banlieues, très isolées parce que démunies de moyens de communication. La raison de cette ségrégation est bien claire : certes les grands espaces sont peu nombreux au centre, mais surtout l’absence de politique foncière aggrave la situation. Le capital privé s’empare de plus en plus des emplacements laissés libres par les usines sans que les pouvoirs municipaux tentent véritablement quelque chose. Il est vrai qu’à l’époque, les collectivités locales ne disposent pas des outils législatifs que fournira la loi d’orientation foncière de 1967, mais la détermination politique manque au point de départ. Le cas des immeubles de la rue Olivier-de-Serres est significatif. Conscient de la pénurie, le maire laisse, en 1959, un industriel local M. Simon investir une partie de son capital dans la construction de six barres de huit étages, comportant 336 logements économiques. Des rapatriés d’Algérie en sont les premiers locataires à partir de 1962. Quand ils partent, la compagnie les remplace par des maghrébins qui s’entassent à plusieurs dans un même appartement pour pouvoir payer le loyer. C’est le début d’un véritable ghetto qui abritera jusqu’à 1.500 personnes.

32Dès lors, on peut s’interroger : n’y avait-il pas moyen de prévoir que la croissance demanderait de la main-d'œuvre et amènerait dans les villes industrielles des populations immigrées où le pourcentage de magrhébins serait élevé ? Villeurbanne, qui avait vu déjà tant d’immigrés venir sur son sol, était-elle si dépourvue d’expérience ? En d’autre temps, la politique municipale n’avait-elle pas pour une part consister à leur permettre de s’implanter ?

b) La promotion immobilière

33Elle est le corollaire de la désindustrialisation, comme nous l’avons vu dans un chapitre précédent. Les industriels qui ferment ou qui partent sur les nouvelles zones industrielles de l’est lyonnais veulent profiter de leur rente foncière. Les prix connaissent des augmentations soudaines, surtout le long de la future ligne de métro. Le 21 décembre 1962, en réponse à une question posée par un conseiller radical, E. Broc, Monsieur Gagnaire avait pourtant précisé très clairement qu’il souhaitait que Villeurbanne demeure une ville essentiellement industrielle :

« ... Il y a une vérité qui doit demeurer et qui est la suivante : Villeurbanne a toujours été et restera une ville industrielle... Peut-être que certains ont pensé que le fait de construire des immeubles confortables la transformerait en cité résidentielle. Eh bien, c’est une lourde erreur. Nous tenons essentiellement à ce que cette ville s’embellisse et nous faisons tout ce que nous pouvons pour qu’il en soit ainsi. Mais nous tenons aussi à ce qu’elle reste une ville industrielle à condition toutefois que les établissements classés insalubres s’installent ailleurs. Toutes les autres industries doivent pouvoir rester sur Villeurbanne ou s’y installer... »

34Il précisait que ce n’était pas aux organismes d’études d’en décider mais aux élus villeurbannais qui tous souhaitaient ce maintien. Par ailleurs, il ajoutait que ce serait vraiment une stupidité d’aller construire des logements ouvriers à 15 ou 20 kilomètres de Villeurbanne alors que cette ville possédait tout ce qu’il fallait. Or ce que le maire de Villeurbanne refusait ce jour-là en bloc, il devait le laisser faire morceau par morceau les années suivantes.

35C’était le début d’un mouvement qui allait s’amplifier.

c) Le cas du Tonkin

36Ouvert en 1954 à propos du conflit entre les Hospices Civils et ses locataires au sujet du renouvellement des baux, le dossier du Tonkin devient très vite un problème de rénovation urbaine. La municipalité et les HCL désirent maintenant entreprendre une vaste opération de transformation de ce quartier en voie de taudification. Le maire affirme vouloir en faire un des plus beaux quartiers de l’agglomération lyonnaise. Pour ce faire, il faut démolir progressivement pour pouvoir reconstruire, ce qui implique le relogement des actuels habitants. Espérant dans un premier temps pouvoir réaliser des « opérations-tiroirs » qui auraient évité le déplacement des locataires vers d’autres quartiers E. Gagnaire et son conseil sont en fait très vite amenés à y renoncer (dès 1960). La SERL, qui a reçu la charge de réaliser l’opération, ne peut obtenir des HCL des prix d’achat qui échappent à la logique capitaliste. Elle demande au maire de trouver d’autres terrains sur la ville pour que l’OPMHLM y construise des PSR destinés à recevoir les expulsés du Tonkin. Ces implantations seront trouvés à Croix-Luizet (rue Salengro) et à St-Jean. Le problème des locataires des HCL n’est pas pour autant résolu. La loi ne prévoit pas l’indemnisation pour ces personnes qui n’étaient pas propriétaires du terrain. Toute l’année 1960 se passera en pourparlers entre les intéressés, la mairie, les HCL et le ministre de l’Intérieur et de la Construction. Ce dernier, Pierre Sudreau, acceptera le principe de l’indemnisation des habitants et des artisans, à condition que la ville en prenne une notable partie en charge. Peu à peu, des conventions seront passées avec la SERL pour le montant de la participation de la ville et pour les garanties d’emprunts. Jusqu’à la prise de relais par la COURLY, les difficultés viendront surtout du manque de cadre législatif : les élus villeurbannais ne pouvaient y être que perdants. De 1959 à 1970, seule la première tranche sera réalisée : sur 66.900 nr, 550 logements seront construits par un seul promoteur, la SMCI. 255 auraient dû être des HLM ou des logécos. Compte tenu du prix des terrains à la fin du versement des indemnisations, la construction de ces logements sociaux fut différée.

37Au total, pour cette première tranche, la municipalité avait reçu pour mission de permettre la libération du terrain et n’avait pas d’équipement à prévoir (hormis la programmation de deux groupes scolaires pour la deuxième tranche). La défense de leurs intérêts par les autres partenaires (État, HCL, SERL) ne lui avait pas pour autant facilité la tâche.

38Les élus villeurbannais défendirent bien leurs administrés et évitèrent certainement des drames sociaux plus grands. Malgré tout, on peut se demander aujourd’hui s’ils n’abordaient pas de façon trop improvisée ce vaste problème de rénovation. La réalité sociologique de l’ancien Tonkin avait-elle été totalement cernée ? Qu’aurait fait à la même place une équipe municipale ayant des déterminations idéologiques et politiques beaucoup plus affirmées ? Au milieu du réseau de contraintes qui se manifestèrent très vite, la ligne à suivre n’était certainement pas évidente, surtout sans l’appui de l’appareil national d’un parti.

Les autre équipements

a) Les équipements scolaires

39On l’a déjà constaté pendant son premier mandat, c’est le domaine privilégié d’Etienne Gagnaire. Entre 1959 et 1971, il inaugura neuf groupes scolaires, un lycée (Pierre Brossolette), un centre d’apprentissage (Marie-Curie) et au moins quatre CES. Jusqu’en 1965, Villeurbanne ne possède que l’annexe d’un lycée de Lyon. L’État n’est pas disposé à fournir le financement ; Etienne Gagnaire engage alors le processus de construction sur les fonds municipaux (63 %) et, pendant 3 ans, le lycée restera de statut municipal. La volonté politique du maire est ici très nette. Dans la tradition des républicains du XIXe siècle, il croit à l’instruction et lui donne la meilleure part des investissements. Villeurbanne se distingue encore sur ce plan.

b) La politique culturelle

40Une politique sous-tendue par une visée idéologique se reconnaît entre autres à son action dans le domaine culturel. Une inspiration profonde traverse les divers lieux consacrés à la culture et des manifestations populaires ponctuent les rythmes de la vie quotidienne. L’absence de visée politique chez les centristes villeurbannais ne devait pas engendrer une vie culturelle particulièrement significative. A partir de 1959, le Bulletin municipal ne parle plus du tout de l’Université Populaire dont la promotion n’est plus assurée. Les grandes fêtes des Écoles et de la Jeunesse disparaissent également. Les associations se réunissent toujours au Palais du Travail, mais nul n’en fait mention et le Bulletin municipal, réduit au rôle d’informateur administratif, se contente d’indiquer les heures d’ouverture d’une bibliothèque que les crédits municipaux soutiennent sans aucune publicité. Une commission culturelle sera créée vers 1965 mais la faible subvention qui lui est allouée révèle à elle seule le peu d’action que lui souhaite la municipalité. Les manifestations qu’elle organise ne s’adressent d’ailleurs pas au public populaire.

  • 3 Sur l’ensemble du problème de la Maison de la Culture à Villeurbanne et Lyon, on pourra consulter (...)

41Si le théâtre de la Cité, animé par Roger Planchon poursuit son ascension, c’est grâce surtout aux deniers du ministère de la Culture. Le conseil municipal de Villeurbanne qui sait l’enjeu que représente cette institution dans ses murs, participe en accordant une forte subvention et accepte d’entreprendre la restauration de la salle principale et des annexes déjà vieilles de quarante ans (1968-1969). Mais en 1962 le maire avait refusé le crédit d’un milliard, proposé par le ministère Malraux pour construire sur le futur quartier du Tonkin une Maison de la Culture où se seraient déployées à l’aise et pour un public nombreux des activités théâtrales, cinématographiques, musicales, littéraires, plastiques. Ce cadeau était empoisonné car la commune devait investir une grosse somme pour la construction et probablement assurer une grosse partie des dépenses de fonctionnement... Mais surtout, en fait, la culture dont Planchon était le porte-parole ne concernait pas vraiment les couches de population dont E. Gagnaire était l’élu. Il ne ressentit pas le besoin de susciter dans l’opinion un courant qui aurait pu influencer le gouvernement et faire réviser les financements de l’État3. La municipalité se contenta d’entreprendre la construction d’un Centre Culturel local, destiné surtout à fournir des salles pour l’accueil de spectacles dont la programmation n’était nullement concertée.

c) Les équipements sociaux

42Longtemps le problème des équipements sociaux fut masqué. Les installations avant-gardistes des années 30 (jardin des tout-petits, halte-garderie des gratte-ciel) firent illusion. De son côté, l’initiative privée (Maison sociale des Croix-Luizet, dispensaire des religieuses des Buers, etc.) palliait les carences municipales. Vers 1960, tous les besoins se firent sentir à la fois avec les progrès de l’urbanisation. Il fallait construire des foyers pour les personnes du 3e âge, des crêches et des halte-garderies pour la petite enfance, des clubs et des maisons de jeunes pour les adolescents. Pendant les douze ans que durèrent les deux mandats que nous étudions, plusieurs de ces équipements furent programmés et même édifiés, mais on est frappé par leur relative inadaptation. Le Foyer de Personnes Agées de Château-Gaillard, par exemple, est beaucoup trop grand alors qu’on en manque ailleurs dans la ville.

43De la même façon, les problèmes d’environnement urbain n’émergent que très tard. Les problèmes des conditions de vie urbaine, déjà pris en compte dans beaucoup de villes (propreté, limitation du bruit, pollution) sont pratiquement ignorés à Villeurbanne où l’on ne considère encore que les problèmes de croissance économique.

d) Les équipements sportifs

44Dans ce domaine, la ville est déjà bien fournie avec ses piscines, ses stades. Le maire achètera plusieurs terrains pour agrandir l’espace des groupes scolaires et y aménagera des plateaux d’éducation physique et des gymnases dont profiteront ultérieurement les associations. La commune acquiert également l’emplacement de deux stades (Stadel en 1969 - le Terrain de la Ste-Famille en 1971).

45Par contre, le choix sera sans doute moins heureux pour les équipements couverts. La municipalité prendra le parti d’établir à Cusset, à côté du Stade Georges-Lyvet, un grand centre nautique dont la dépense grèvera le budget des équipements sportifs pour de nombreuses années. Une politique visant à éparpiller sur tout le territoire de la commune des locaux sportifs de quartiers (petites piscines ou modestes salles omni-sports) n’aurait-elle pas été préférable dans un premier temps, compte tenu des différentes couches de population ?

***

46Le bilan décrit dans ce chapitre confirme bien l’idée que les objectifs municipaux ont changé à Villeurbanne. Les élus ne sont plus, comme par le passé, motivés par une même vision de la situation différenciée d’un espace économique, démographique, sociologique qui se superpose au territoire communal. L’apparition de contraintes externes et un certain nombre de mutations internes éclairent ce changement mais ne l’expliquent pas entièrement. L’analyse du fléchissement de la volonté politique occupera notre prochain chapitre.

Notes

1 D’après les témoignages que nous avons pu recueillir, les sections locales de ces différents partis ne regroupaient que très peu de militantes, et aucune ne postulait un mandat de conseillère.

2 Nicole et Pierre MICHAUD – Les finances municipales à Villeurbanne. Essai de monographie urbaine. 1949-1973, Université de Lyon II.

3 Sur l’ensemble du problème de la Maison de la Culture à Villeurbanne et Lyon, on pourra consulter les deux chapitres que Jean-Jack Queyranne y a consacré dans sa thèse sur Les Maisons de la Culture.
Les Maisons de la Culture, thèse pour le doctorat d’État en Sciences Politiques présentée et soutenue par Jean-Jack Queyranne, assistant à l’UER des Sciences Juridiques de l’Université Lyon II. Ed. Agel, 1975.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search