Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre IV. Les nouvelles données économiques à Villeurbanne 1958 - 1977

Texte intégral

  • 1 Les lecteurs qui souhaiteraient plus de détails auraient intérêt à se reporter à l’ouvrage de Marc (...)

1Après 1960, de profondes transformations vont affecter l’industrie villeurbannaise et ces mutations ne joueront pas peu dans la conduite des affaires municipales et dans l’évolution de la différenciation villeurbannaise. Nous allons dans ce chapitre faire un point rapide de ces changements inhérents à toute l’économie française à partir des années 601.

Caractéristiques générales

Évolution des branches traditionnelles de l’industrie villeurbannaise

2En 1968, les industries mécaniques, électriques, textiles restent les trois industries principales à Villeurbanne, mais les BTP les ont rejointes (on commence à construire beaucoup dans la ville). L’industrie textile a commencé sérieusement à rétrograder. La mécanique et la branche électrique ont par contre progressé. On voit toujours l’imprimerie et l’édition de même que le cuir et l’alimentaire très présents derrière les activités traditionnelles. Pourtant, en 1968, plusieurs de ces branches industrielles sont déjà en récession.

3En 1975, le mouvement amorcé en 1968 se confirme.

Petites, moyennes et grosses entreprises

4Villeurbanne n’a jamais connu l’extension très forte de la grosse entreprise. En 1968 et même en 1980, il y a encore beaucoup de petites usines qu’il faudrait presque mieux appeler ateliers. La division technique du travail y est peu poussée. Le patron qui dispose le plus souvent de capitaux d’origine familiale, est très proche de la fabrication. Les ouvriers sont peu nombreux mais qualifiés. Ces entreprises travaillent pour des productions très spécialisées ou sous-traitent. Ce sont des fondeurs, des décolleteurs, des polisseurs, des chaudronniers ou des ébénistes et des imprimeurs.

5Les moyennes et grosses entreprises ont continué l’évolution amorcée après la guerre. Après 1960, la division du travail ne va plus seulement s’appliquer au procès de fabrication mais à tout le cycle de rentabilité du capital (recherche d’innovation, amélioration sans cesse remise en cause de la gestion et du marketing, perfectionnement des machines et aussi prospection et exploitation des bassins de main-d’œuvre à bas salaire). Les unités de production se déplacent selon les zones où l’on trouvera de bas salaires (sud de l’Europe, Maroc, Afrique Noire, Asie du sud-est). Le phénomène de désindustrialisation à Villeurbanne s’explique en grande partie par ce vaste mouvement économique à l’échelle de la planète.

La stratégie internationale des grandes entreprises

6Depuis longtemps déjà, des entreprises villeurbannaises ont perdu leur autonomie locale et sont passées sous le contrôle de sociétés importantes fonctionnant au plan national et même international. Le processus s’accélère dans la décennie 60-70.

7Par exemple, le textile villeurbannais est contrôlé par des capitaux américains (Burlington, Stevens) qui ferment les usines locales pour les réimplanter dans des zones de bas salaire comme le Bugey ou le Bas-Dauphiné.

8La machine-outil, qui s’était développée après la guerre à partir de petits ateliers familiaux, subit dans les années 60 l’arrivée des capitaux américains (Amtec et Lendis-Gendron contrôlés par Litton) qui provoqueront ou le départ ou la fermeture des usines, les USA dans la stratégie internationale voulant garder la maîtrise des secteurs économiques en amont. Lendis-Gendron sera maintenu de justesse à Villeurbanne.

9Les grands groupes « restructurent » assez fréquemment selon la conjoncture économique et la conséquence en a été pour Villeurbanne des diminutions considérables d’effectifs et donc d’emplois (SMV ex Richard Continental, filiale de Renault, passent de 1.060 salariés à 560 entre 1969 et 1977, par exemple) ou des fermetures (Gillet, Sigma, CFA, etc.). On peut comprendre ainsi comment s’est réalisée dans la ville la désindustrialisation.

La désindustrialisation

Les fermetures et les départs vers les zones industrielles périphériques

10A côté des 25 établissements (surtout textiles) de plus de 50 salariés qui ont disparu pendant cette période, beaucoup d’autres, sans fermer définitivement leurs portes, ont été tentés par la création des zones industrielles à la périphérie est (Décines, Meyzieu). 39 sociétés s’étaient transférées ou agrandies dans les zones industrielles avoisinantes.

La logique de la désindustrialisation

11A Villeurbanne comme ailleurs la désindustrialisation relève de processus divers qui convergent tous dans la même direction :

  • la baisse de productivité de certaines branches (textiles, cuir, imprimerie) les force à une réorganisation totale. Le départ vers les ZI est en l’occurence très souvent la meilleure solution.
  • la progression de la rente foncière incite les industriels à réaliser leur patrimoine immobilier.
  • la tendance croissante des capitaux libérés ou nouveaux à s’investir dans d’autres secteurs économiques et de façon beaucoup moins stable que par le passé, facilite l’ouverture ou la fermeture des unités de production, au gré de la conjoncture économique mondiale. Villeurbanne, compte tenu de ce que nous venons de dire n’est pas particulièrement bien placée pour recevoir des implantations nouvelles.

L’arrivée du secteur tertiaire

12Si les effectifs du secteur secondaire sont en diminution certaine à Villeurbanne depuis 1968 et même auparavant, cela est à peu près compensé par l’augmentation de ceux du tertiaire.

13Les effectifs du tertiaire dans l’agglomération lyonnaise, qui étaient de 236.000 actifs sur 477.500 en 1968, sont près de 300.000 en 1975. Le tertiaire lié à l’industrie a augmenté avec le développement des activités de gestion, de recherche et de commercialisation, mais celui qui n’est pas directement lié à l’industrie a progressé plus encore (transports, commerces, administrations publiques et para-publiques : 87.000 emplois sur 300.000). La société villeurbannaise s’en est trouvée transformée. En 1968, les ouvriers représentaient 50 % des actifs résidant dans la commune, en 1975 cette proportion est ramenée à 41,4 %. En fait la réalité est plus complexe que dans le passé, d’une part parce que les travailleurs du secteur tertiaire, s’ils travaillent sur les lieux des anciens ouvriers, n’habitent pas toujours, contrairement à ces derniers, près de leurs lieux de travail, d’autre part parce que le tertiaire regroupe en fait des emplois très différents : des emplois peu qualifiés et rémunérés, tels ceux des employés, personnels de service et des emplois supérieurs en augmentation à Villeurbanne à cause du grand complexe universitaire de la Doua (11.500 étudiants) et de la construction du nouveau quartier de la Perralière.

La nouvelle affectation des sols

14La désindustrialisation, nous l’avons déjà dit, s’est accompagnée d’une réutilisation des espaces libérés par la promotion immobilière. Le manque de moyens législatifs et aussi une grande permissivité du pouvoir municipal, à partir de 1968, ont facilité ce type de réaffectation.

15Marc Bonneville distingue dans cette activité de promotion immobilière plusieurs types d’opérations :

16– La production d’éléments simples. Ainsi de petites parcelles enclavées dans le tissu urbain central ou proche du centre ont été rénovées et de petits immeubles ont été construits dans des zones périphériques (le « Revard », les « Florentines », les « Écureuils » à Château Gaillard par exemple).

17La production d’éléments complexes : 9 ensembles résidentiels de moyenne importance ont été lancés par des promoteurs importants (Cogedim, Sefimeg, Semicle, Manni, Chabot) qui ont traité avec la collectivité pour obtenir des avantages, faisant valoir qu’ils opéraient de véritables restructurations (par exemple le « Jardin des Arts », le « Courteline » ou les « Tamaris » à Croix-Luizet).

18– Une production et une consommation élargies de l’espace urbain : La Perralière. Il s’agit d’un véritable quartier comportant : 1.190 logements locatifs, 20.000 m2 de bureaux, un centre commercial avec restaurant libre-service (3.500 m2), des équipements collectifs publics (classes, crèches, centre médico-social, LCR).

19L’opération a été conçue avec un accord promoteur-responsables de la collectivité en vue de restructurer complètement un espace urbain central sur l’ancienne usine Gillet. L’articulation public/privé a été poussée très loin, la commune acceptant d’engager des fonds pour des équipements qui, inévitablement, devaient favoriser l’ensemble. Le procès de production reste malgré tout dominé par l’initiative privée.

20– Une production et une consommation collectives de l’espace urbain : Le Tonkin. Ici l’initiative publique est très présente : volonté, plusieurs fois réexaminée, de modeler le plan du nouveau quartier, volonté d’y implanter des équipements nombreux au service d’une nouvelle population, volonté de faire un « beau quartier ». L’État, la COURLY et la commune qui s’engagent autant s’efforceront, tout au long du déroulement de l’opération, de partager les rôles et les charges avec la promotion privée sans d’ailleurs parvenir aux objectifs souhaités.

21La population globale de la commune passe de 105.000 habitants à 120.000 en 1968 et plafonne ensuite. On enregistre des départs d’ouvriers (chute de 48,9 % à 41,4 % en 1975 pour les deux sexes, chute beaucoup plus forte en ce qui concerne l’emploi masculin) et d’artisans (-21 %). L’arrivée du tertiaire provoque un afflux d’employés des deux sexes, de cadres moyens (+ 83 % pour les femmes) et de cadres supérieurs (+ 65,8 %), ce qui confirme, comme le note M. Bonneville, le statut résidentiel de Villeurbanne. Ce n’est plus le procès de production qui conditionne la résidence mais la hiérarchie des revenus et les critères apparents des conditions d’habitats qui régulent souvent les loyers. « La délocalisation des rapports de production et des rapports sociaux impose plus que jamais de ne pas considérer Villeurbanne comme une entité autonome et de se référer à l’ensemble de l’agglomération ».

Notes

1 Les lecteurs qui souhaiteraient plus de détails auraient intérêt à se reporter à l’ouvrage de Marc BONNEVILLE : Villeurbanne - Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière. Processus et formes d’urbanisation. P.U.L.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search