Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre III. 28 avril 1953 - 22 mars 1959 : La première municipalité présidée par Etienne Gagnaire : Une opposition communiste face à une majorité déjà centriste

Texte intégral

1L’élection du 28 avril 1953 fait revenir à la mairie une forte minorité communiste : presque la moitié du Conseil municipal. Les cinq autres groupes politiques acceptent de former une majorité assez hétéroclite qui s’opposera avant tout à l’action du PCP. La troisième composante, tenante d’un socialisme municipal ancienne manière, disparaît avec Lazare Goujon, amené dès 1954 à donner sa démission. Le PCP se retrouve face à des opposants très influencés par le climat de guerre froide qui règne en France et que le nouveau maire Etienne Gagnaire ne fera rien pour atténuer. La majorité qui regroupe ces opposants évoluera peu à peu au cours de ces six années vers un centrisme scrupuleusement gestionnaire mais sans grande perspective.

2La présence communiste et les impératifs de la crise du logement donneront encore à cette municipalité une certaine coloration sociale voire socialiste. Le nouveau maire, en dehors des logements, misera toute la politique d’équipements sur les constructions scolaires. Dans ces deux domaines, Villeurbanne fera encore preuve de recherche et d’originalité, mais il n’en sera guère de même ailleurs. Par manque de projet d’ensemble, la différenciation et la recherche de localisation s’estomperont peu à peu.

Une nouvelle conception de l’action municipale

Un Conseil municipal hétéroclite

3Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le système électoral à la proportionnelle ne pouvait permettre aux communistes de retrouver la majorité perdue en 1947, même si, mathématiquement, ils n’étaient pas loin de la détenir. Ils retrouvèrent seize des dix-sept sièges qu’ils avaient au mandat précédent. Ils totalisaient 408.563 voix. Face à eux, cinq groupes au lieu de quatre obtenaient des sièges :

  • la SFIO, six au lieu de quatre précédemment, avec 159.870 voix
  • les Radicaux, cinq au lieu de six précédemment, avec 125.784 voix
  • le MRP, deux au lieu de zéro précédemment, avec 50.182 voix
  • le RPF, (dissimulé derrière l’étiquette « Intérêts Communaux ») trois au lieu de dix précédemment, avec 101.573 voix
  • les Indépendants (qui faisaient leur apparition sur la scène villeurbannaise), cinq, avec 138.884 voix.

4Le Conseil municipal villeurbannais, qui s’était déjà déplacé vers le centre à l’élection précédente, évoluait maintenant vers la droite, beaucoup d’électeurs, déçus dans le climat de guerre froide par la SFIO et les Radicaux, s’étant tournés vers des forces politiques qui leur semblaient plus dynamiques et auxquelles le système électoral permettait d’accéder au pouvoir. C’est avec ces cinq groupes, aux intérêts sinon aux idéologies divergentes, que le nouveau maire devait former une majorité qui visait surtout à restreindre la liberté de manœuvre des communistes.

Un nouveau maire notablement différent de l’ancien

5S’il faut d’abord considérer les rapports de pouvoir quand il s’agit d’actions politiques même locales, il n’est pas non plus sans importance de regarder l’équation personnelle des hommes. Cela semble particulièrement judicieux quand il s’agit des deux maires socialistes villeurbannais.

  • 1 Lazare Goujon vivra encore jusqu’en 1960. A cette date, le Conseil en exercice débaptisera la Plac (...)

6La personnalité du nouveau maire est très différente de celle de son prédécesseur. Lazare Goujon était un passionné chez qui l’affectivité jouait un grand rôle, une affectivité qui le faisait entreprendre et poursuivre ses actions avec obstination. Son enfance où il avait côtoyé la misère et l’injustice et son métier de médecin de banlieue ouvrière n’avaient fait qu’augmenter son penchant naturel à réaliser sans calcul et à la limite du raisonnable ce qu’il croyait être le meilleur pour les déshérités et les laissés pour compte de la société. Il était spontanément l’homme des grands desseins et des grandes perspectives, il n’était guère homme de gestion et d’administration dans le sens où pour lui la gestion et l’administration devaient d’abord être au service de grands desseins et des grandes perspectives1.

7Etienne Gagnaire, ouvrier qualifié, avait lui-même monté sa propre entreprise et son passé d’ouvrier le rapprochait assez naturellement du socialisme, mais d’un socialisme que son expérience de patron souhaitait réaliste, c’est-à-dire tenant compte en permanence des contraintes légales et surtout financières. Le nouveau maire se présente comme un homme rigoureux, précis, logique, qui ne laisse rien au hasard, qui montre très peu ses sentiments, préférant rendre compte de la gestion des choses plutôt que de parler aux hommes. Dans les nombreux discours d’inauguration qu’il aura l’occasion de faire, on peut noter qu’il s’étend très peu sur le caractère ou les œuvres des personnalités dont on baptise un groupe scolaire, une rue ou square, pour en venir très vite à décrire et à mettre en valeur le bon montage financier ou administratif de la réalisation.

8C’est un gestionnaire, le type même de l’administrateur qui connaît bien les implications politiques de toute entreprise publique, mais sait les dissimuler pour qu’elles ne viennent pas gêner un montage financier bien rationnel ou une démarche administrative bien engagée. Il travaillera beaucoup dans le secret des cabinets avec les quelques collaborateurs qui forment ce que l’on appelle communément l’Administration municipale (adjoints, secrétaire général, chefs de service...). Le Conseil sera tenu au courant le plus souvent quand la solution des divers problèmes est déjà en vue et qu’il n’y a plus qu’à approuver. Les commissions municipales (a fortiori extra-municipales) ne sont quasiment jamais consultées. La majorité centriste des divers conseils que présidera E. Gagnaire ne s’en plaindra pas outre mesure. Elle donne le sentiment d’avoir apprécié ce type de fonctionnement où, certes, la critique est permise, mais où les divers chemins possibles vers la solution ont déjà été explorés, ce qui rend improbable toute mauvaise surprise. La plupart des conseillers s’habitueront ainsi à ne pas chercher eux-mêmes et à faire confiance sans grand contrôle.

9Il est sûr qu’une vision aussi froide et aussi apparemment réaliste du terrain à administrer laisse peu de place aux grandes perspectives et aux projets globaux. Certes, il y a toujours des urgences sociales, des besoins qui deviennent criants, des questions nouvelles qui mériteraient des analyses approfondies et globalisantes. Les réponses à ces urgences ou à ces besoins auraient pu prendre la forme de propositions audacieuses, voire de contestations virulentes pouvant aller jusqu’à des refus ou des mises en demeure à l’égard de l’autorité de tutelle. Ces situations n’impressionnent guère le nouveau maire qui, par tempérament et aussi parce qu’il est à la tête d’une majorité composite qui représente des intérêts contradictoires, préfère planifier les réponses et s’en tenir au cadre administratif et légal. Ce cadre, à l’occasion, sert de bouclier infranchissable aux questions embarrassantes et aux suggestions trop novatrices. Etienne Gagnaire est d’ailleurs l’homme qui convient dans une période où, face à l’idéologie affirmée du PCF, l’État lui-même fonctionne de façon bureaucratique, sans grande ligne directrice, les grandes décisions étant prises par les grands commis dans le secret des administrations.

Avec les communistes, une gestion difficile mais dont l’orientation reste sociale

10A peine vient-il d’être élu maire, le 20 juin 1954, qu’Étienne Gagnaire affirme clairement sa position (qui est aussi, semble-t-il, celle de la majorité du conseil) à l’égard du communisme en général et des communistes villeurbannais en particulier :

  • 2 Ancien maire communiste de 1935 à 1939.

« ... Monsieur Joly2, dans son intervention, a demandé au groupe socialiste de constituer une majorité avec le groupe communiste. Je réponds nettement à Monsieur Joly qu’aucun accord n’est possible entre son groupe et le mien : trop de choses nous séparent sur le plan local comme sur le plan national.
Par contre, nous avons depuis 1947 fait la preuve qu’un accord est parfaitement réalisable avec tous les autres groupes composant l’éventail politique quand il s’agit d’administrer une ville où chaque jour pose de nouveaux problèmes... »

11Et bien que les communistes protestent presque tous les ans contre l’isolement dans lequel ils sont tenus par la majorité, au moment du vote du budget primitif, le maire réaffirme lui son opposition au groupe, comme en 1955, par exemple :

« Nous n’avons jamais pensé faire plaisir au groupe communiste. Nous avons fait la démonstration, depuis 1947, que nous pouvons nous passer de lui. Nous entendons en faire encore longtemps la démonstration.
Vous vous êtes montrés incapables de 1935 à 1939 et le plus grand honneur que vous puissiez nous faire, c’est de ne jamais voter notre budget. »

12Quand on sait quelles furent les difficultés du Conseil municipal communiste entre 1935 et 1939, et l’acharnement qu’il mit à concilier l’inconciliable : le remboursement des dettes et la limitation de la pression fiscale, la remarque confine à la calomnie. La tradition de politique sociale villeurbannaise souffrira énormément.

13Il ne faudrait pas croire pour autant que le groupe communiste, malgré sa mise à l’écart, fut constamment et sur tous les points dans l’opposition. Quand on passe en revue toutes les délibérations entre 1953 et 1959, on s’aperçoit que de très nombreux sujets soumis à l’approbation des conseillers sont suivis de la mention « voté à l’unanimité ». Les communistes approuveront pratiquement toute la politique de construction d’HLM (acquisition ou cession de terrains, garanties d’emprunts de l’OPHLM et même de la Société Villeurbannaise d’HLM, pourtant société privée) et les nombreux aménagements de voirie ainsi que les premiers plans d’urbanisme. Us soutiendront également la construction ou les agrandissements de groupes scolaires et l’édification de la Maison des Sports. Notons au passage que, malgré les fermetures ou les déménagements d’usines qui commencent, personne ne soulèvera vraiment la question de l’avenir économique de la ville.

14L’opposition communiste se manifestera surtout à propos du budget et reprochera à la majorité :

  • d’accepter trop facilement la politique gouvernementale à l’égard des communes qui, d’année en année, se révèle être une « véritable politique de spoliation ». Est-il normal que l’État, parce qu’il a de lourdes charges avec la guerre d’Algérie, reporte sur les collectivités locales de plus en plus de postes budgétaires (l’Aide Sociale en particulier).
  • d’augmenter très sensiblement les impôts locaux (+ 24 % dans le budget primitif de 1958) « Sans que la preuve... ait été fournie que le maximum d’efforts est imposé à ceux qui peuvent payer ».

15Obéissant aux directives nationales de leur Parti, les communistes devaient encore faire opposition à propos des fonds prévus par la loi Barangé et destinés aux écoles privées. Mais leur refus fut malhabile. Les socialistes et les radicaux, opposés eux aussi à une aide aux écoles privées (peu nombreuses de toutes façons à Villeurbanne), n’avaient prévu des fonds sur le budget municipal que pour venir en aide par dons de vêtements (et non d’argent) aux enfants nécessiteux, de quelque bord qu’ils soient.

16Au total, la gestion municipale de ces six années demeure une gestion qui part des besoins de la population réelle de la ville et dont on peut dire qu’elle reste fidèle, dans ses grandes lignes, à l’idéal socialiste. Les communistes remplissent pendant ces six années le rôle d’aiguillon dans un conseil qui les craint, mais qui, par ailleurs, manque d’inspiration et déjà se contente de répondre à l’attente de classes moyennes dont le nombre grandit dans la ville et dont le seul vrai désir est une certaine stabilité. Si le discours, les manifestations (Fête de la Jeunesse avec 3 ou 4.000 participants, Fête des Écoles) et certaines pratiques (soutien aux grévistes et aux chômeurs) demeurent apparemment d’essence socialiste, la gestion de la vie quotidienne l’est en fait de moins en moins.

Le logement et les équipements

17Pour le logement, une politique efficace d’accompagnement

18Dès le 20 juin 1954, alors qu’il est élu maire en remplacement de Lazare Goujon, Etienne Gagnaire réaffirme les objectifs annoncés un an auparavant :

« Suivant le plan que nous nous étions tracé au début de notre mandat, notre objectif principal reste la construction d’immeubles d’habitation et de groupes scolaires. Nous nous attacherons à l’aménagement des quartiers des Charpennes et du Tonkin qui en ont tellement besoin. Avant cinq ans, sera créé le nouveau centre de la Ferrandière. Nous poursuivrons la mise en viabilité de nouvelles rues, nous intensifierons l’éclairage et augmenterons notre action sociale... »

19Ces objectifs seront en effet bien ceux du mandat et ils seront en grande partie atteints ou en bonne voie de l’être.

20Villeurbanne ne dispose plus de terrains au centre de la ville, mais on peut encore en acheter à des prix avantageux à la périphérie. Nous avons vu qu’avant 1953, la municipalité avait décidé de céder les terrains qu’elle possédait à la Ferrandière, renonçant, à cause de la crise du logement, à maintenir un grand parc de plein air en ces lieux. Par ailleurs, elle devait acheter, pour les céder également à l’OPHLM, les derniers terrains agricoles des Buers (Chemin de la Boube, rue Proudhon, rue Professeur Bouvier, ensemble du Pranard). Des terrains industriels sont également préemptés (Vuillod - Ancel rue Louis Becker, rue Racine).

21A tous ces emplacements qui totalisent plusieurs milliers de mètres carrés (50.000) des programmes HLM seront entrepris par l’Office Municipal et par la Société Villeurbannaise d’HLM. La ville engagera 185 millions en six ans et garantira tous les emprunts des offices. Elle bénéficiera de financements spéciaux (Opération Million, Opération Logements de première nécessité, LOPOFA, etc.). En 1959, plus de 2.100 logements ont été construits sur le territoire communal. Les possibilités de financement offertes par l’État ont été utilisées au mieux.

22Le seul reproche, mais il est d’importance, que l’on puisse faire à ces ensembles de constructions, c’est qu’ils n’ont à aucun moment été pensés dans une perspective urbanistique. Leur articulation avec le reste de la ville, leur organisation interne en quartiers, les problèmes humains de l’insertion dans le quartier et dans la ville ont été oubliés. La municipalité apporte une réponse à la crise du logement en fournissant des logements, elle n’édifie pas, par la même occasion, une ville où se répondent et se complètent des unités localisées, où la vie quotidienne s’organise autour de pôles sociaux de communication. Ce manque est particulièrement évident dans le cas du Tonkin.

23Nous avons vu à la période précédente que les locataires de ce quartier s’inquiétaient du prolongement de leur bail pour envisager des réparations. Au mois de juin 1954, les Hospices Civils sortent enfin de leur silence, mais c’est pour annoncer aux locataires d’un premier ilôt qu’il leur faut évacuer les lieux parce que le plan de rénovation en arrive au stade de l’exécution. Les intéressés se constituent immédiatement en association et se tournent vers la mairie. Mais le maire, dans une lettre au délégué des locataires du premier ilôt concerné, approuve pratiquement le plan des Hospices Civils et se contente de promettre relogements et indemnités.

24Dès ce moment, les habitants du Tonkin vécurent dans la crainte de devoir non seulement quitter leur maison mais aussi leur quartier. Il y avait bien la promesse d’un relogement dans le quartier, les HCL ayant prévu, à la demande de la mairie, des logements sociaux, mais les termes de « beau quartier de Villeurbanne » ou de « agglomération nouvelle saine et parfaitement équilibrée » contenus dans la lettre de M. Gagnaire n’étaient pas là pour rassurer, d’autant plus que le maire lui-même disait que son administration n’était que « partie consultante ».

25Si l’aspect social du logement avait pu être sauvegardé dans tout le reste de la commune, au Tonkin, il était assez évident, dès le départ, qu’il n’allait pas pouvoir en être de même.

26Les équipements :

27– Une programation exemplaire pour le scolaire

28– Une stricte réponse aux besoins apparents dans les autres domaines

29Comme il l’avait annoncé dans sa déclaration liminaire. Etienne Gagnaire soutenu par la majorité de son conseil programmera et construira de nouveaux groupes scolaires, agrandissant les anciens « en temps et en heure » pour accueillir convenablement tous les enfants de Villeurbanne. Héritier fidèle de la vieille tradition socialiste de la primauté de l’Instruction, il croyait que fournir des écoles était le plus beau cadeau que l’on puisse faire aux enfants et aux jeunes. Six groupes scolaires nouveaux furent inaugurés le même jour en octobre 1959. Trois l’avaient été pendant la durée du mandat et plusieurs anciens avaient été agrandis. Le choix de cet objectif qu’il mènera à bien lui vaudra les félicitations de l’Académie, et à Villeurbanne l’honneur d’être cité en exemple non seulement dans le département du Rhône mais dans toute la région.

30Pendant ce mandat municipal, le Collège d’Enseignement Technique, installé dans l’ancien Hôpital-Hospice, fut nationalisé. Les communistes auraient souhaité un plus grand engagement financier de la commune pour cet établissement. Ils en faisaient un symbole de l’action municipale dans une ville industrielle. E. Gagnaire, soucieux des deniers publics, ne les suivit pas sur ce chemin et préféra la nationalisation, qui correspondait en fait à une normalisation. Villeurbanne aurait son Collège technique comme bien d’autres villes en France et n’en tirerait aucun titre particulier de gloire.

31Hormis les équipements scolaires, la municipalité se contente de répondre strictement aux besoins qui se manifestent dans les autres domaines. On se satisfait des équipements existants pour lesquels on se limite aux frais d’entretien et à quelques aménagements indispensables (couverture des tribunes du Stade Georges-Lyvet). L’achèvement du Stadium est remis sine dié et l’utilisation de la partie existante devient de plus en plus épisodique. Malgré tout, pour la pratique de plusieurs sports, le besoin d’une salle omnisports, couverte et chauffée, se fait sentir. L’ASVEL, qui est champion de France de basket, manque des conditions les plus indispensables pour fonctionner à ce niveau de compétition. La Municipalité décide la construction d’une Maison des Sports qui, bien sûr pourra accueillir 3.000 spectateurs et abriter plusieurs types de sports collectifs, mais qui reste en-dessous de ce que beaucoup de sportifs attendaient et de ce qu’une grande ville industrielle pouvait espérer.

32Le théâtre était depuis de nombreuses années le royaume de l’opérette. On se déplaçait de loin pour profiter de ce genre de spectacle, mais les ouvriers n’étaient pas les plus nombreux. Peu à peu le public devait diminuer. Le soutien financier de la municipalité ne devait pas enrayer cette désaffection. Pour renouveler le style, les responsables municipaux, conseillés par les instances nationales appelèrent Roger Planchon. La politique culturelle de Villeurbanne prenait un tournant, mais, dans cette affaire, la municipalité fut surtout soucieuse de l’équilibre financier.

33Aux demandes d’aménagements spécifiques pour la petite enfance ou l’enfance (halte-garderie, squares, terrains de jeux) la municipalité ne répondit que très partiellement. Les soucis gestionnaires l’empêchaient souvent de percevoir les nouveaux besoins dépendants des nouveaux modes de vie qui se manifestaient dans la population.

Notes

1 Lazare Goujon vivra encore jusqu’en 1960. A cette date, le Conseil en exercice débaptisera la Place de la Libération pour lui donner son nom, liant ainsi le souvenir de l’homme et de l'oeuvre qu’il avait réalisée.

2 Ancien maire communiste de 1935 à 1939.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search