Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre II. 19 octobre 1947 - 28 avril 1953 : Le retour de Lazare Goujon, une période de transition

Texte intégral

1L’élection du 19 octobre 1947 marque un tournant dans l’histoire de la différenciation villeurbannaise. Les communistes perdent la majorité, Lazare Goujon redevient maire, à la tête d’un groupe majoritaire composé de trois partis.

2Les communistes vont désormais jouer le rôle auquel étaient contraints les socialistes dans la municipalité précédente : celui de minoritaires actifs qui contrôlent en permanence l’administration municipale, tout en s’efforçant de créer des conditions favorables à la réalisation de leur stratégie propre, inspirée par le stalino-marxisme de l’époque. Le conseil municipal devient une espèce de champ clos où chaque exercice de gestion n’est pas automatiquement objet d'opposition et de conflit, mais où tout est calculé pour ne pas laisser le partenaire, perçu le plus souvent comme un adversaire, prendre l’avantage. Dès lors, il est bien évident que ces six années de mandat municipal ne se présenteront pas comme celles où s’est poursuivie une politique cohérente, soucieuse avant tout de réaliser, dans l’unité, un ou plusieurs projets typiquement villeurbannais répondant aux besoins de la population. Même s’il s’agit toujours d'une politique municipale de gauche, les marques de différenciation y seront moins nettes. A tous points de vue (économique, politique, culturel, etc.) c’est la première partie d’une époque de transition.

Le conseil municipal de 1947 : forces antagonistes et diversité de conceptions localisatrices

Une composition disparate

  • 1 Le MRP. avec ses 69.916 voix, n’a droit à aucun siège.

3Au soir du dimanche 19 octobre 1947, les communistes villeurbannais ont tout lieu d’être déçus à l’annonce du résultat des élections : avec 17 élus sur 37 sièges de conseillers, ils sont passés tout près de la majorité. Le système électoral proportionnel les a visiblement désavantagés : avec 411.135 voix, ils arrivent loin en tête devant le RPF qui n’a que 239.529 voix, les Radicaux 147.066, les Socialistes 104.977 et le MRP 68.916. En d’autres temps, ils se seraient maintenus seuls à la Mairie. Tout a été prévu en France, en ces débuts de IVe République, pour leur barrer la route du pouvoir à tous les échelons. En face d’eux, il y a donc 10 RPF, 6 Radicaux et seulement 4 Socialistes1 (dont Lazare Goujon et Etienne Gagnaire qui apparaît ici pour la première fois dans la vie municipale villeurbannaise). Les communistes peuvent prévoir que ces groupes politiques formeront un bloc majoritaire, malgré leurs divergences idéologiques, pour s’opposer à leur action. Ils ne vont quand même pas jusqu’à penser que ce regroupement tripartite osera redonner le fauteuil de maire à Lazare Goujon, cet homme âgé (76 ans), qui leur avait laissé en 1935 la « facture » des gratte-ciel, les empêchant ainsi de réaliser la plupart de leurs projets urbains. C’est pourtant ce qui arrive le soir du 26 octobre. Lazare Goujon rapporte dans ses souvenirs personnels, le « grand chahut » qui emplit la mairie à l’annonce de son élection et la sortie de tous les conseillers du PCF avant l’élection des adjoints (2 Radicaux, 3 RPF et 1 SFIO).

Au-delà des oppositions, une certaine unité d’action

4L’examen attentif des délibérations montre que les conseillers villeurbannais reproduisent le plus souvent, au plan local, la stratégie nationale de leurs partis. La SFIO ne veut pas se retrouver seule à collaborer avec le PCF et sollicite l’accord des radicaux, ce qui est traditionnel à Villeurbanne depuis 1922, mais aussi du RPF, ce qui est plus étonnant, car déjà on peut déceler les orientations droitières de ce parti. Dans le contexte de l’époque, la SFIO se trouve, comme au plan national, rejetée dans le bloc anticommuniste. Toutefois, à Villeurbanne, il faut mettre des nuances. Si, assez tôt, l’anticommunisme d’Etienne Gagnaire est net, celui de Lazare Goujon l’est moins. La sensibilité du vieux maire reste foncièrement de gauche et, à bien des indices, on pourrait encore parler, malgré l’attitude peu collaborante des communistes, d’une municipalité « d’entente à gauche ». Périodiquement, il y aura des débats sur le thème des libertés civiques et républicaines, et bien des désaccords sur les textes des motions, mais nombre de déclarations seront votées à l’unanimité, plusieurs RPF étant d’anciens socialistes. L’élection de Vincent Auriol, à la présidence de la République, sera saluée par le Bulletin municipal dans le Comité de rédaction duquel il y a quelques communistes. Lazare Goujon s’engagera personnellement auprès du préfet et du ministre de l’Intérieur quand Auguste Hugonnier (du PCF) sera sollicité de démissionner de son poste de conseiller municipal parce qu’il était fonctionnaire.

5Globalement, il y aura de nombreux points d’accord sur les urgences de la politique municipale : le logement, la voirie, les constructions ou réfections de bâtiments scolaires, le transfert du cours complémentaire dans l’ancien Hôpital-Hospice, le soutien aux grévistes et aux chômeurs... Les désaccords porteront plutôt sur les moyens et les priorités. L’état économique et social de la commune, dans cette période d’après-guerre, induisait une telle politique. Si les objectifs communistes s’étaient cantonnés au plan local, il s’en aurait fallu de très peu pour que l’on pût parler d’action unitaire. Les interférences avec une stratégie nationale ou internationale venaient sans cesse brouiller les cartes. Un litige très localisé était souvent l’occasion d’une généralisation ou le prétexte à une manifestation de grande envergure qui dépassait très vite le motif du point de départ :

  • l’affaire de la rue des Rosiers, où en fait, il s’agissait plus de gêner le fonctionnement d’une entreprise capitaliste (Delle) que de défendre les riverains de la rue (une dizaine d’interventions sur ce sujet de 1947 à 1952).
  • la grève de la Société Lainière qui tourne à la manifestation contre la venue du général Ridgway en Europe.

6Malgré tout, au-delà de ces péripéties qui seront surtout l’occasion d’une perte de temps, l’action de cette municipalité demeure dans la tradition d’une différenciation pour la survie d’une classe sociale.

Les germes de divergences pour l'avenir

7Mais, dans ce Conseil municipal, on peut, au-delà des clivages ordinaires des partis politiques, déceler des tendances beaucoup plus profondes qui éclairent autrement son activité et qui, surtout, permettent de montrer combien ces six années peuvent être qualifiées de période de transition. Trois courants sont perceptibles :

8a) Il y a tout d’abord celui du maire. Ce dernier est le seul rescapé, avec Michel Bressat, Daniel Bredy et Victor Balland (tous les trois radicaux) de l’équipe des années 24-34, réalisatrice du nouveau centre urbain. Dans ses notes personnelles, Lazare Goujon avouera que s’il a accepté, malgré son grand âge, de se présenter aux élections municipales, c’est pour achever l’œuvre commencée vingt ans plus tôt, tout particulièrement le Stadium. Ses préoccupations sont localisatrices : les perspectives politiques nationales de son parti l’intéressent peu ; il veut surtout poursuivre la politique de différenciation villeurbannaise au profit des classes défavorisées dans l’optique de l’ancien socialisme municipal qui est la sienne. Dans cette voie, les trois anciens conseillers radicaux sont encore à ses côtés. Quand nous parlerons, un peu plus loin, de la politique du logement et des équipements, nous verrons quel fut le jeu assez personnel du maire. A la fin du mandat, en 1953, quand il sera obligé de se retirer de la scène municipale, ce courant, continuateur du passé socialiste, disparaîtra, sans d'ailleurs être parvenu à ses fins.

9b) On peut remarquer ensuite le bloc non communiste, d’où émergent assez vite deux personnalités : Gaspard Perrin (RPF) qui, naguère, s'était montré très critique vis-à-vis du montage financier des gratte-ciel, et Etienne Gagnaire (SFIO) qui, bien que sixième adjoint, va se révéler le dauphin du maire. Ce dernier sera très facilement le porte-parole du groupe, soit pour répondre à des attaques idéologiques (refus des communistes de baptiser la route de Crémieu du nom de Léon Blum, à la mort de ce dernier), soit pour rendre compte des options gestionnaires de la majorité.

10Ce groupe majoritaire est d’une part très marqué par la situation politique en France, et en particulier, très inquiet de la pression communiste. D’autre part, il a le souci de ne pas augmenter les charges des contribuables, aussi aura-t-il tendance à ne rien entreprendre qui ne soit vrai ment nécessaire, voire urgent. Puisque désormais, l’État s’engage beaucoup plus financièrement, on s’efforce d’entrer dans le cadre législatif qui permet d’obtenir des subventions. Au plan culturel, on reconduit ce qui s’est fait et qui semble convenir aux attentes d’une majorité de la population : un programme d’opérettes dans la salle du théâtre, les vogues dans les quartiers, les Fêtes de la Jeunesse ou les Fêtes de gymnastique au stade Georges Lyvet ou dans le parc de la Ferrandière. Une époque purement gestionnaire est déjà commencée.

11c) Reste le groupe communiste dont nous avons déjà expliqué la situation et la stratégie. Bien que Lazare Goujon soit leur bête noire depuis 1934, à cause des gratte-ciel, c’est encore de lui qu’ils sont les plus proches même si régulièrement, chaque année, ils refusent de lui accorder le droit de régler seul un certain nombre d’opérations de gestion comme généralement les conseils municipaux en accordent à leurs maires, pour faciliter l’administration courante. Ils se méfient de son esprit entreprenant et de ses trop faciles ententes avec des chefs d’entreprises locaux. Ils l’attaqueront plusieurs fois dans la « Voix du Peuple », mais au total, très souvent, ils ont le même souci que lui du logement des travailleurs, de leur vie sportive, de leur formation, de leur épanouissement culturel (vote de crédits pour la bibliothèque). Lui-même ne les attaquera jamais de front, se contentant dans les réponses à la « Voix du Peuple » de remettre les choses au point. Après 1953, en l’absence de Lazare Goujon, le face à face communiste - bloc d’opposition ne sera plus le même...

Les points forts de la politique municipale

Le logement

a) Le Comité Villeurbannais du Logement

12Les dix années de l’immédiat après-guerre sont, on le sait, marquées en France par une grave crise du logement et à Villeurbanne comme ailleurs, malgré les constructions des années 30. Revenu à la mairie, Lazare Goujon continue ce qu’il qualifie lui-même d’« opération de placement » à l’intérieur d’un parc immobilier restreint, entreprise à laquelle étaient déjà contraints les communistes de 1945 à 1947. Avec l’aide de quelques industriels, il décide de créer un « Comité Villeurbannais du Logement ». L’État vient d’annoncer, au début de 1948, qu’il est prêt à financer 90 % des dépenses de construction si les mairies ou les organismes privés prennent à leur charge les 10 % restants. L’important pour Lazare Goujon est de ne pas passer à côté des crédits que propose l’État et de construire le plus vite possible des logements.

13Son initiative met les communistes dans un profond embarras : ils peuvent difficilement refuser un organisme qui va permettre de construire. Ils se rendent bien compte qu’on ne peut en rester à un rôle administratif de placement. Mais, par ailleurs, une nouvelle collaboration avec des patrons ne leur sourit guère. Le groupe communiste acceptera finalement le principe du Comité Villeurbannais du Logement et la participation de la commune en tant qu’employeur, mais, instruit par l’expérience de la SVU, surveillera de très près les statuts, les montages financiers et la commission paritaire d’attribution des logements. Malheureusement, une fois encore, l’État tiendra très mal ses promesses, et les plans proposés (en particulier l’aménagement de la rue du Professeur Bouvier) seront plusieurs fois repoussés par manque de crédit.

b) Le rachat des actions de la SVU et le projet de vente des gratte-ciel

14En 1948-1949, la situation financière de la SVU était devenue à peu près normale. La SVU pouvait envisager le remboursement de ses avances à la commune.

15Fidèle aux thèses du socialisme municipal, Lazare Goujon souhaitait maintenant que la plupart des locataires deviennent propriétaires de leur appartement et que par conséquent la commune abandonne la propriété du terrain qui devait un jour lui revenir.

16Dans ce projet, le maire fut mal suivi par l’ensemble des protagonistes qui auraient pu être intéressés :

  • les locataires dont le plus grand nombre ne désirait pas particulièrement devenir propriétaire.
  • les communistes qui se méfiaient des industriels toujours présents et dans la SVU et dans le nouveau Comité du Logement.
  • le reste du Conseil municipal qui ne voyait pas Futilité sociale immédiate d’une telle opération.

17Finalement, la SVU resta ce qu’elle est toujours aujourd’hui, une société de gestion de biens immobiliers.

c) Les prévisions foncières : La Ferrandière, Les Buers. Les débuts de la question du Tonkin

18Dès cette époque, deux quartiers furent l’objet d’un choix foncier : La Ferrandière et Les Buers. La Ferrandière, ancienne propriété religieuse, qui aurait pu être transformée par la Société Gillet en cité industrielle, finalement achetée par la municipalité, était devenue un vaste parc public où se déroulaient de grandes fêtes populaires. A cause de la crise du logement, la décision fut prise d’y bâtir un nouveau quartier regroupant une forte quantité de logements sociaux.

19A l’autre extrémité de la commune, les espaces agricoles des Buers, les derniers à l’ouest du Boulevard de Ceinture, offraient le même type d’avantages : leur étendue et leurs prix relativement peu élevés. L’implantation de HBM s’y était faite déjà de longue date, il suffisait de continuer.

20Enfin les habitants du Tonkin, propriétaires de leurs murs mais locataires de leur terrain réclamaient aux Hospices Civils la prolongation de leur bail pour pouvoir entreprendre d’indispensables réparations. Mais trop d’intérêts étaient en présence pour qu’une solution puisse se dégager en ces années 52-53. C’est tout un quartier qu’il faut revoir. Beaucoup de responsables en sont conscients. Le statu quo seul, en définitive, convient.

Les équipements

21Deux fois pendant les 6 ans où cette municipalité va exercer le pouvoir, le maire et ses adjoints vont dresser une espèce de plan quinquennal des prévisions d’équipements. Sur les deux listes qui furent alors dressées, il faut constater qu’on ne voit que peu de projets vraiment nouveaux apparaître. Lazare Goujon veut terminer le Stadium, les communistes veulent des cours complémentaires et des écoles d’apprentissage dignes de Villeurbanne. En fait, on va surtout gérer le patrimoine existant.

a) La gestion du patrimoine existant

22L’accord se fait sans trop de difficultés pour résoudre ces problèmes de gestion. On restaure ou on entretient les bâtiments municipaux : les écoles, le théâtre, les stades, la voirie. On construit une nouvelle digue en collaboration avec Vaulx-en-Velin de manière à mettre à l’abri de façon efficace le quartier Saint-Jean.

23La politique prévisionnelle pour les équipements scolaires est l’objet de discussions et de désaccords nombreux avec les communistes. Entre autres choses, ces derniers estiment que la part budgétaire réservée chaque année aux investissements est nettement insuffisante et que les travaux pour transformer l’ancien Hôpital-Hospice en un centre d’apprentissage technique sont trop lents.

24Ils protesteront également à propos de la location précipitée à leur avis de la salle de l’ancienne brasserie du théâtre à la télévision régionale commençante, location qui prive de salle les associations locales pour l’organisation de leurs fêtes.

25L’ensemble de ces notations sur les équipements villeurbannais pendant la période 1947-1952 montre assez qu’il n’y a plus de vision d’ensemble ni de choix politiques correspondants. C’est l’urgence ou la nécessité du moyen terme ou l’opportunité qui oriente telle ou telle décision d’équipement.

b) Le Stadium

26Dans la liste de 1948, c’est, avec le Centre d’apprentissage, le seul point qui sorte des perspectives d’une gestion ordinaire. Ce sont aussi, on l’aura remarqué, deux réalisations dont les socialistes des années 30 et les communistes qui leur succédèrent, espéraient faire un des symboles de leur politique et de leur idéologie au service des travailleurs villeurbannais. Le Centre d’apprentissage sera réalisé et deviendra, non sans mal, le Collège Technique. Les efforts pour le stadium de Lazare Goujon, revenu au Conseil municipal, rappelons-le, uniquement dans ce but, ne seront finalement pas couronnés de succès. Nous ne décrirons pas ici le détail de ses entreprises : formation d’une Société du Stadium, demandes réitérées de subventions, démarches innombrables dans les administrations les plus diverses. Le Stadium ne sera jamais couvert : il accueillera diverses manifestations sportives (réunions cyclistes, concours de gymnastique) ou des fêtes de la jeunesse, mais il ne fonctionnera jamais avec l’intensité prévue initialement... Quand Lazare Goujon, malade, se retirera de la vie municipale, personne ne prendra vraiment le relais pour parvenir à l’achèvement de cet équipement qui, dans le domaine du sport, aurait placé Villeurbanne dans une situation enviée par beaucoup de communes, à commencer par Lyon.

Notes

1 Le MRP. avec ses 69.916 voix, n’a droit à aucun siège.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search