Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Cinquième partie. L'atténuation progressive de la différenciation

Chapitre I. Le climat national jusqu’en 1958

Texte intégral

1Comme nous l’avons fait au début de chacune des périodes qui jalonnent notre étude de la situation spécifique de Villeurbanne, nous voulons ici regrouper quelques notations générales qui rappelleront au lecteur la situation nationale pendant la période considérée et lui feront comprendre certaines réactions ou certaines décision locales. Les événements politiques mondiaux vont, de plus en plus, exercer une influence jusque dans les domaines les plus minimes de la vie publique et privée, les décisions économiques ne vont plus relever que très peu d’instances locales, l’organisation administrative va encadrer les collectivités locales et les obliger à former des unités plus vastes où le pouvoir est partagé et contrôlé. Le contexte où se joue la différenciation évolue considérablement pendant les trente dernières années qui suivent la guerre : c’est une donnée qu’il ne faut surtout pas perdre de vue.

La guerre froide

2La guerre s’est terminée dans une ambiance de réconciliation nationale et de volonté de reconstruction collective. La Résistance a uni des hommes que leurs idées séparaient, parfois de manière apparemment définitive. Le PCF accepte de collaborer à l’effort de reconstruction nationale dont le pays a besoin. « S’unir, travailler, combattre » tels sont les mots d’ordre du Parti. Les dirigeants communistes savent que leur seule chance de partager ou même de prendre pour eux-mêmes le pouvoir, dans la situation où se trouve le pays, est de pénétrer et d’agir à l’intérieur des institutions légales. Il y a des ministres communistes au gouvernement et ils collaborent à la plupart des initiatives de De Gaulle.

3Maurice Thorez, dans les nombreux meetings auxquels il participe comme ministre d’État, appelle au travail et à l’effort national. Pourtant la stratégie communiste de pénétration et de contrôle de l’ensemble de la vie civique n’est pas pleinement couronnée de succès. Le départ de De Gaulle précipite la mise à l’écart des communistes.

4Léon Blum fait repousser par la SFIO le projet de « Parti ouvrier français » qui est tout proche de refaire l’unité rompue en 1920 à Tours. Au fil des mois, la SFIO mesure les ambitions du Parti Communiste. Les oppositions et désaccords vont grandissant jusqu’au mois de mai 1947 où Monsieur Ramadier, président du Conseil, socialiste, est amené à mettre fin par décret aux fonctions des ministres communistes. La Conférence de Moscou, le lancement du RPF et la création du Kominform (septembre 1947) vont délibérément placer la France dans le camp occidental et rejeter le PCF, perçu désormais comme le « parti de l’étranger », dans le camp soviétique. L’acceptation du plan Marshall consomme la rupture.

5La SFIO, prisonnière du MRP et des radicaux, perd de son mordant et réduit son action à quelques escarmouches qui ne résolvent rien mais enlisent un plus la IVe République. Léon Blum ne cesse d’ailleurs de mettre son parti en garde contre toute collaboration avec les communistes, allant jusqu’à déclarer que « l’antagonisme réel n’est pas ou n’est plus entre le capitalisme impérialiste, que symbolisent les États-Unis, et le communisme. Il n’est plus entre le communisme et le fascisme. Le véritable conflit international est celui du socialisme et du communisme ». Au plan international tout comme au plan national, c’est vraiment la guerre froide. Elle va durer plus d’une dizaine d’années ; elle aura une influence certaine, nous le verrons, sur la politique municipale villeurbannaise.

L’évolution de la SFIO

6L’évolution du Parti Socialiste au plan national, dans les vingt cinq années qui suivent la victoire de 1944, permet également d’éclairer la ligne politique suivie par les municipalités villeurbannaises d’après-guerre.

7Il eût été possible au Parti Socialiste de se renouveler complètement en tirant parti des courants issus de la Résistance. Les anciennes classes dirigeantes avaient fait faillite et bien des gens pensaient que la France était mûre pour une révolution de caractère socialiste. Mais le renouvellement doctrinal se fait mal. Le socialisme humaniste et réformiste de Léon Blum sera contrecarré par le courant de la « Pensée socialiste » représenté par Marceau Pivert et par un jeune député d’Arras, Guy Mollet, qui maintiendront au moins en théorie la référence à l’idéologie marxiste.

8Rejetant l’unité avec le Parti Communiste dès 1945 par crainte d’être entraîné vers une démocratie populaire de type soviétique, refusant la collaboration avec le MRP, le parti socialiste est contraint d’accepter un « Tripartisme » où, dans tous les gouvernements, il va certes détenir des postes clefs et même la présidence de la République avec Vincent Auriol, mais où il va s’épuiser et démoraliser ses adhérents dans la recherche d’un impossible et savant équilibre de forces politiques. A partir de 1950, la SFIO ne participe plus au gouvernement et entre même dans l’opposition en 1952 quand la majorité se déplace à droite, mais pour autant elle ne se rapproche pas de la gauche communiste. Le raidissement qu’avait marqué le parti, lors de l’avènement de G. Mollet au secrétariat général, n’avait pas résisté à l’épreuve du pouvoir. Ce qui a caractérisé le « molletisme », c’est la propension à faire passer les questions d’organisation avant celles de doctrine, à renforcer d’abord l’appareil du parti.

9La SFIO s’est embourgeoisée, elle ne mobilise ni les masses ni les intellectuels, elle recrute dans les petites villes parmi les employés et les fonctionnaires et parmi des électeurs âgés, au fond elle est héritière de l’ancien radicalisme et manque de plus en plus de dynamisme. Ses effectifs tombent de 354.000 en 1946 à 100.000 en 1960. Anticommunisme de plus en plus affirmé, laïcisme intransigeant, défense des petites gens, idéal bourgeois de sécurité, voilà souvent à quoi se résume son idéologie où l’on cherche en vain un programme économique cohérent. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le Parti Socialiste connaisse des crises et des divisions.

10En 1958, la question du régime finira de consacrer les divisions. Une courte majorité du comité directeur votera en mai l’investiture au général De Gaulle. Les minoritaires, fort nombreux, voteront la rupture. Beaucoup d’entre eux se retrouveront avec plusieurs autres courants de gauche pour la fondation du PSU (avril 1960).

11A Villeurbanne, au long de toute cette évolution, la majorité de la section locale avait adhéré au courant molletiste et à ses manières de penser et de faire.

Les luttes sociales des années 50

12Il n’est pas question ici de retracer une histoire syndicale de l’après-guerre. Nous voudrions seulement rappeler quelques faits qui peuvent illustrer le climat social dans lequel s’est exercé le pouvoir municipal villeurbannais pendant cette période.

La situation économique

13Tout comme l’agriculture, l’industrie française, à peu près dans toutes ses branches, ne parvient pas à retrouver les niveaux de 1938-1939. L’outil de production n’a pas été reconstitué ou bien il donne des signes de vieillissement et d’inadaptation. La mentalité générale du patronat est conservatrice et peu portée vers la recherche de nouvelles voies et de nouveaux débouchés ; l'industrie stagne et la politique salariale en subit inévitablement le contre-choc. Quand la période de rationnement se termine (1948-1949), le pouvoir d’achat ne permet pas à beaucoup d’ouvriers français de faire face au minimum vital. Des grèves dures et qui souvent se prolongent vont essayer de forcer des gouvernements, comme celui de M. Pinay en 1952, à débloquer les salaires. Les secteurs les plus touchés sont le textile, la métallurgie, l’automobile et ses sous-traitants. On peut mesurer à quel point cela concerne Villeurbanne.

14La situation commence d’évoluer vers la fin de 1953, après la grande grève nationale du mois d’août. Ministre des Finances de juin 1953 à la fin de 1955, Edgard Faure inaugure, par une succession de petites mesures, une politique de développement industriel.

15A partir de 1955, les investissements croissent, une expansion est commencée qui va porter lentement ses fruits. Le monde des salariés voit son pouvoir d’achat augmenter. Le SMIG, sur le calcul duquel il y aura bien des débats et bien des désaccords, permet de surveiller les bas salaires. Pourtant beaucoup d’inégalités demeurent, entre branches économiques (à Villeurbanne, par exemple : entre le textile qui connaît de plus en plus de difficultés et la mécanique qui est en plein essor), entre hauts et bas salaires, entre régions économiques.

16Les socialistes Guy Mollet et Paul Ramadier poursuivront résolument cette politique d’expansion jusqu’en 1957. Malheureusement, la situation algérienne et le montant des dépenses militaires qu’elle imposait ne leur permettront pas de rétablir l’équilibre budgétaire qui aurait été indispensable pour améliorer définitivement la condition salariale.

L’action syndicale

17Les divisions politiques apparues dès 1945 se répercutent sur le plan syndical. La CGT, contrôlée par le PCF, se divise au Congrès de décembre 1947. Cette scission affaiblit considérablement le syndicalisme français et provoque un vaste mouvement de « désyndicalisation ». Dans ces conditions, l’unité d’action apparaît difficile. Elle se réalisera pourtant, mais rarement avec la participation de toutes les centrales, et toujours sur des objectifs professionnels assez limités. La lutte pour le pouvoir d’achat (mise en place de l’échelle mobile), en 1951 et 1952, s’oriente d’abord vers la recherche de négociations collectives, puis vers un fonctionnement satisfaisant du SMIG. La poussée d’août 1953 permettra d’obtenir quelques résultats, mais le front syndical, qui paraissait s’être reconstitué, ne tiendra pas jusqu’au bout de ce mois qui vit la France presque totalement paralysée. Le MRP avait réussi à faire sortir la CFTC du mouvement. Les problèmes internes de chacun des trois syndicats (problèmes soulevés par les non-communistes à la CGT-revendication des minoritaires à la CFTC pour la déconfessionalisation - problèmes d’ouverture à FO) contribueront aussi à empêcher la mise en place d’une action unitaire suivie.

18A partir de 1954-1955, l’expansion économique change les données du problème. Sauf dans l’Ouest, les revendications vont moins porter sur les salaires pour lesquels, dans plusieurs branches, des conventions ont été signées, que sur la pratique syndicale elle-même. Les centrales pousseront les fédérations à agir pour obtenir l’allongement des congés payés et de plus grandes facilités pour l’action syndicale.

19A Villeurbanne, de 1947 à 1959, période pendant laquelle les élus communistes seront présents au Conseil municipal, ces problèmes sociaux, qui touchent directement les conditions de la vie ouvrière, seront constamment rappelés et chaque fois qu’une action sera possible au plan local, le conseil sera amené à la mettre en œuvre ou à l’encourager. Politiquement et syndicalement parlant, les événements ou les orientations nationales furent répercutés à Villeurbanne.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search