Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Quatrième partie. 1935-1944 : La différenciation à l'heure du Parti Communiste

Chapitre III. Septembre 1944 - octobre 1947 : La municipalité d’union de la gauche et le retour des communistes problèmes de l’immédiat après-guerre

Texte intégral

La libération

  • 1 Sur la Libération de Villeurbanne, on peut consulter :
    – dans le registre des délibérations du Cons (...)

1Le 24 août, des Résistants, sous les ordres du Commandant Lamirand (groupe F.T.P.T. Carmagnole), se présentent à la mairie et déclarent au maire qu’ils contrôlent désormais la vie villeurbannaise. Les combattants de l’ombre sortent de tous les quartiers de la commune. La Résistance villeurbannaise se sait en mesure de libérer elle-même la ville. Jusqu’au 27 août, les diverses organisations de Résistance, regroupées en Comité de Libération, vont effectivement contrôler les divers services urbains à partir de la mairie. Un retour offensif des Allemands, depuis Lyon, va toutefois les amener à livrer de violents combats à l’entrée du cours Émile-Zola (Carrefour de la Bascule). Plusieurs Villeurbannais y trouveront la mort. Un groupe venu en renfort depuis Crémieu, connaîtra aussi des pertes sérieuses à Pusignan. Le 27 août au soir, les Résistants doivent abandonner la mairie et laisser fonctionner à nouveau quelques jours la municipalité de Vichy. Le maire Chabert s’efforce d’éviter le pire par une médiation auprès du commandant allemand à Lyon. Finalement, les Allemands quittent Lyon le 5 septembre, mais déjà la mairie de Villeurbanne est retournée aux mains de ses libérateurs locaux dès le 2 septembre. Le 7 septembre, Joanny Berlioz est désigné par Yves Farges, commissaire de la République de Lyon, comme administrateur provisoire. Aujourd’hui encore, à Villeurbanne, les contemporains de cette époque décisive sont fiers de rappeler, parmi les titres de différenciation de leur cité, le fait que, comme Paris et quelques autres rares villes françaises, leur ville s’est libérée elle-même du joug de l’occupant1.

Les deux Conseils Municipaux de l’immédiat après-guerre

La réinstallation du Conseil communiste

  • 2 Il est à noter que Camille Joly n’a pas été réélu sur cette liste, empêché par la loi qu’il était (...)

2Le mois de septembre 1944 est essentiellement consacré à assurer les services urgents, en particulier le ravitaillement. Le 5 octobre, suivant le désir du Comité national de la Résistance et le gouvernement d’Alger, les conseils municipaux communistes, déchus en octobre 1939, doivent être rétablis dans leurs pouvoirs, compte tenu du revirement du P.C.F. en 1942 et de son action dans la Résistance. Le 5 octobre 1944, cinq ans exactement après l’expulsion de 1939, l’ancien conseil communiste est réinstallé à la mairie par ordre du Commissaire de la République, Yves Farges. A onze unités près, c’est la même équipe municipale. Certains anciens de 1935 sont morts pendant la guerre ou juste avant (Louis Goux), d’autres ont quitté le Parti (Chambon passé au P.P.F. de Doriot) ou ont été exclus (Giraudeau). Camille Joly laisse sa place de maire à Georges Levy2, ancien député, qui rentrera quelques jours plus tard d’un exil volontaire. On a inscrit sur la liste ceux qui sont encore en déportation (Gervais Bussière, Antoine Dutrievoz) et ceux dont on est sans nouvelles. Deux femmes entrent au Conseil : Eugénie Guichard et Alice Moulin. Ce Conseil, qui a pour tâche essentielle le redémarrage des services municipaux et de la vie économique de la ville, durera jusqu’au 29 avril 1945, date fixée pour de nouvelles élections municipales, avant même que ne soit signé l’armistice.

Les élections du 29 avril 1945

3Le P.C.F. présente une liste d’union avec la S.F.I.O. ; les Radicaux et le M.R.P. en présentent chacune une de leur côté. Le P.C.F. reste majoritaire et Georges Levy sera élu maire avec quatre adjoints communistes2 mais la S.F.I.O. revient partager le pouvoir. Lazare Goujon est élu en bonne place, ce qui n’est pas pour plaire aux communistes qui, depuis 1934, ont beaucoup à lui reprocher dans le domaine financier. Ce Conseil fonctionnera cependant dans une certaine unité propre à l’immédiat après-guerre et à l’esprit commun de la Résistance. Foncièrement, toutefois, les désirs sont divers, les deux groupes politiques n’ont pas la même conception de l’avenir villeurbannais. L’urgence des problèmes de l’heure évite cependant de trop graves affrontements.

Les problèmes à résoudre

4Quatre questions apparaissent importantes :

Le ravitaillement

5Les conseillers en place ne sont pas, dans ce domaine, gens démunis. Le passé ouvrier de Villeurbanne, avec son triste cortège de grévistes, de chômeurs, de nécessiteux de toutes sortes, les a abondamment instruits. Des circuits d’approvisionnement, à partir de la campagne environnante, sont organisés et le Restaurant Populaire, qui avait permis d’aider de nombreuses personnes pendant la crise économique, est remis en fonctionnement. L’aide médicale et sociale n’a pas trop de difficultés à intensifier son effort.

La reprise de la vie économique

6L’ensemble du territoire appelle une production intensifiée. L’appareil productif villeurbannais n’a que très peu souffert du fait de la guerre. Les mots d’ordre des partis, en particulier du P.C.F., étant dans le sens de l’effort et du travail, le Conseil Municipal ne peut que répercuter ces consignes et faciliter la tâche des industriels locaux. On s’efforce de remettre en état les rues et les édifices administratifs nécessaires à la vie économique.

L’épuration et la reconnaissance aux victimes du nazisme

7Poussés par la population ouvrière locale qui, peu ou prou, avait apporté son concours à la Résistance, les deux partis au pouvoir municipal, tout en s’efforçant de garder la tête froide, seront intraitables avec les collaborateurs et ceux qui ont participé à la barbarie nazie. Les sections locales du P.C.F. et aussi de la S.F.I.O. ont eu de nombreux torturés et déportés. Elles associeront étroitement l’ensemble de la population de la ville à leur action de vigilance dans les procès des traîtres pendant les deux ou trois années qui suivront 1944. Villeurbanne est alors constamment présentée comme une ville résistante (la base ouvrière de la ville ne pouvait être que résistante) et ce critère est mis en valeur comme élément de différenciation.

  • 3 Albert Thomas n’est pas pour autant oublié dans la reconnaissance de la ville. La place de la Cité (...)
  • 4 Dès le 28 octobre 1944, le Conseil municipal, unanime, donne le nom du chanoine Boursier à la plac (...)

8Bien entendu, on restitue aux rues débaptisées par Vichy leurs anciens noms et dès le 16 février, le Conseil décide d’appeler la place Albert-Thomas3 place de la Libération et d’y édifier, dans les plus brefs délais, un monument symbolique de l’âme résistante de la ville. Cette exaltation de la Résistance permet d’ailleurs de solennelles réconciliations. La mort héroïque du curé de la paroisse de Sainte-Thérèse, le chanoine Boursier4, attire l’attention sur l’action des chrétiens dans une ville où les traditions anticléricales étaient solidement établies. Dans les années qui vont suivre, l’action d’un certain nombre de prêtres ouvriers va contribuer également à changer le climat. De nombreux clivages apparaissent dans les forces politiques locales.

Les problèmes financiers

9Si beaucoup de données locales sont nouvelles, l’héritage financier, lui, ne l’est pas. Le 16 février 1944, le Conseil Municipal décide de reprendre l’amortissement de l’emprunt obligatoire de 50 millions de la S.V.U. et il vote le budget primitif de 1945 sans augmentation d’impôts. L’État nouveau a promis de revoir la question de sa participation aux frais des collectivités locales. Poussé par Lazare Goujon, qui retrouve les problèmes dont il est pour une bonne part responsable, le Conseil élu en avril 1945 vote un emprunt de conversion de 67 500 000 francs pour rembourser, de façon anticipée, l’emprunt obligatoire de 50 millions. Cet emprunt trouvera prêteur et l’État versera une subvention.

10D’autre part, la crise du logement et la reprise des activités économiques amènent des locataires et des commerçants dans les gratte-ciel. Avec dix ans de retard, la S.V.U. commence à fonctionner normalement et encaisse, des rentrées qui lui évitent d’avoir à faire jouer les garanties d’emprunt. Une des grosses difficultés de la gestion villeurbannaise est en voie de disparition. Le 29 mars 1946, la municipalité accentue ses distances avec la S.V.U., en ajoutant un septième avenant au contrat du 19 septembre 1931 ainsi rédigé :

« La S.V.U. n’est pas fondée à réclamer à la ville le remboursement du coût des constructions, achat et travaux qui sont propriété de cette dernière. »

Les visées prospectives

11L’époque n’était pas particulièrement favorable aux grands projets. Toutefois, il est normal de signaler ici que la municipalité élue en avril 1945, n’ayant pas à faire face, comme beaucoup d’autres communes en France, à des problèmes de reconstruction, pouvait songer dès 1945 à améliorer l’urbanisme de la ville. Parce qu’ils vont dans le sens de la volonté de différenciation que nous avons relevé à Villeurbanne, il est bon de citer deux projets qui furent évoqués en Conseil Municipal :

  • Le 8 juin 1945, le Conseil nouvellement élu émettait le vœu de construire à Villeurbanne, en dehors des constructions scolaires et des crèches qu’il savait insuffisantes, une Bourse du Travail, propre à la vie économique villeurbannaise et une école professionnelle préparant les jeunes aux diverses professions exercées sur la ville. Jusqu’en 1947 et encore longtemps après, le groupe communiste rappellera ce vœu.
  • Le 7 février 1946, une commission sera créée pour une révision complète du plan d’aménagement de la ville et du catalogue des équipements urbains nécessaires5.

12Ces deux décisions montrent assez qu’à la veille des élections municipales de 1947, qui devaient faire perdre au P.C.F. la majorité et entraîner le retour de Lazare Goujon à la tête d’un Conseil assez hétéroclite, les perspectives d’autonomisation de Villeurbanne, ville ouvrière n’étaient pas disparues.

13Le vieux leader socialiste très avancé en âge, même s’il était pleinement d’accord avec des perspectives qui étaient déjà les siennes en 1924, avait personnellement d’autres projets en tête qu’il estimait plus urgents. Par ailleurs, une autre distribution des forces politiques commençait de se faire qui allait peu à peu orienter l’action municipale dans d’autres directions.

14En vérité, les élections du 19 octobre 1947 ouvraient une ère nouvelle.

Notes

1 Sur la Libération de Villeurbanne, on peut consulter :
– dans le registre des délibérations du Conseil municipal, le compte-rendu des événements, pp. 4715-4717.
– Le Progrès du 8 janvier 1981, témoignage de Mr Bernstein.

2 Il est à noter que Camille Joly n’a pas été réélu sur cette liste, empêché par la loi qu’il était de se présenter. Camille Joly était professeur au cours complémentaire.

3 Albert Thomas n’est pas pour autant oublié dans la reconnaissance de la ville. La place de la Cité lui est attribuée et des crédits sont votés pour qu’un buste nouveau soit sculpté.

4 Dès le 28 octobre 1944, le Conseil municipal, unanime, donne le nom du chanoine Boursier à la place du Marché des Gratte-ciel. Le 26 avril 1946, un certain nombre de rues seront baptisées du nom de résistants fusillés par les Allemands ou morts en déportation (F. Chirat, G. Bussière, A. Dutrievoz, etc.).

5 Cf. B.O.M. p. 5012. Points essentiels :
1) Maximum de dégagement en espaces verts autour des Gratte-ciel.
2) Une large artère prolongeant la rue H.-Barbusse jusqu’à la Doua.
3) Une promenade piétonne sur le bord de la Balme, tout au long de la Rize.
4) Contournement de Cusset par le boulevard Emile-Zola. On sauvegarde l’ancien village rural.
5) Une communication directe Hôtel de Ville, place des Maisons Neuves.
6) Prolongement de l’avenue Verguin jusqu’au cours E.-Zola, en évitant les Brotteaux.
7) Ouverture d’une voie directe à travers le Tonkin : pont Poincaré - Mairie. Par ailleurs, tout un zoning assez strict était prévu.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search