Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Quatrième partie. 1935-1944 : La différenciation à l'heure du Parti Communiste

Chapitre II. 5 octobre 1939-10 septembre 1944 : La délégation spéciale. Une municipalité vichyssoise dans une ville ouvrière

Texte intégral

La Délégation spéciale : 7 octobre 1939 - 25 avril 1941

Sa composition

  • 1 Après la guerre, un conseil municipal où beaucoup de familles politiques seront représentées, lui a (...)

1Lorsque le décret du 5 octobre 1939 paraît, treize membres du Conseil municipal communiste, dont Camille Joly, le maire, sont sous les drapeaux depuis le 28 septembre. Le préfet, sachant la situation financière de la ville, n’a qu’un souci : remplacer le Conseil déchu, et décimé par la mobilisation, par un groupe restreint de sages à qui il donne pour mission de poursuivre efficacement le redressement financier. La présidence de la délégation est confiée à Victor Subit, juge de Paix, réputé dans tous les groupes politiques pour sa compétence et sa disponibilité1. Pour le seconder, la préfecture nomme deux industriels (P. Verrier et Laurent), deux commerçants (Bernoux et Teillon), un retraité des P.T.T. (Hospital) et un propriétaire foncier radical-socialiste (Victor Balland) qui avait déjà beaucoup travaillé dans la commune pour les œuvres de bienfaisance. Les intérêts des possédants qui avaient eu à souffrir quelque peu de la gestion communiste étaient largement représentés, la classe ouvrière, par contre, ne l’était pas.

Son action financière

2L’objectif principal de la délégation, dont les pouvoirs, par ailleurs, étaient limités, était d’assainir les finances. Dès le 28 novembre, elle cherchait à obtenir une avance remboursable en dix ans, à défaut de pouvoir bénéficier d’une subvention. Cette aide lui fut refusée, compte tenu de la situation générale en France pendant la drôle de guerre. Il fallut donc s’efforcer d’élaborer le budget primitif de 1940, en limitant les augmentations d’impôts. Victor Subit y parvint grâce à la diminution considérable du chômage, du fait de la mobilisation et aussi à l’abandon de plusieurs projets de construction ou de réparation. Un certain apaisement des esprits devait en résulter. Villeurbanne entrait dans la guerre avec la possibilité d’oublier quelque peu les préoccupations locales des années précédentes grâce à des gestionnaires qui maintenaient la situation en l’état, en sauvegardant l’essentiel.

Son action idéologique et sociale

3En dehors de la gestion financière, la Délégation n’avait pratiquement pas de pouvoirs. Son rôle était normalement d’assurer l’intérim. Cependant, immédiatement après la défaite de mai-juin 1940, les nouvelles autorités nationales l’obligeaient à poser un acte plus symbolique que lourd de conséquences : le changement de dénomination d’un certain nombre de rues : la rue Jean-Jaurès redevenait la rue des Maisons-Neuves, la rue Marcel-Sambat prenait le nom de Louis-Blériot et la rue Louise-Michel était rebaptisée George-Sand, etc.

4Par ailleurs, il lui était demandé d’entreprendre une certaine action sociale : ouverture d’un chantier municipal pour résorber le chômage (prolongement du cours Émile-Zola jusqu’au boulevard de Ceinture) et création d’un Comité d’entraide villeurbannais des œuvres de guerre.

5Autant cette dernière entreprise fut acceptée par Victor Subit comme une conséquence logique de sa mission, autant l’action idéologique lui déplut, et c’est sans déplaisir qu’il passa la main à la municipalité nommée par Vichy. Il avait accepté son rôle à la tête de la Délégation avec l’intention d’assurer une certaine continuité de Villeurbanne en des temps difficiles. Les nouvelles orientations nationales n’étaient pas les siennes.

La municipalité vichyssoise : 25 avril 1941 - 10 septembre 1944

Sa composition

6Par décret du 21 avril 1941, l’Amiral Darlan, ministre secrétaire d’État, nommait Paul Chabert, entrepreneur de travaux publics, maire de Villeurbanne. Il lui adjoignait un Conseil Municipal de vingt-et-un membres (vingt hommes et une femme) choisis parmi des militants connus pour leurs opinions de droite. Six d’entre eux étaient nommés adjoints. Ce Conseil comprenait deux fois plus de professions libérales que d’ouvriers, d’artisans ou d’employés. Ce Conseil Municipal, dès sa nomination, adresse au Maréchal Pétain et à l’Amiral Darlan un télégramme de félicitations « pour l’œuvre de rénovation nationale » qu’ils ont entreprise... La ferveur pétainiste de ce Conseil ira continuellement en diminuant au cours de la guerre. La rafle du 1er mars 1943 lui ouvrira un peu les yeux sur les inconvénients d’une collaboration trop poussée avec les nazis.

Son action idéologique locale

7Formée en majorité d’anciens combattants très nationalistes, cette équipe municipale en restera au programme pétainiste de 1940 : restauration nationale pour les Français par le travail, la famille, la Patrie et la Religion. A Villeurbanne, elle voudra surtout extirper le « virus communiste » en réveillant un esprit patriotique dans la population. Son action se manifestera surtout :

  1. par des actions symboliques : continuation dans le changement des noms de rues – exaltation de la personne et de Faction du Maréchal (la place Albert-Thomas est solennellement rebaptisée à son nom et un concours de sculpture est ouvert pour l’édification d’un buste en son honneur) ;

  2. par l’organisation de fêtes très nettement marquées par l’idéologie du moment ;

    • fêtes grandioses de Jeanne d’Arc, avec participation de l’armée sur l’ex-place Albert-Thomas,

    • célébration très orchestrée de la fête des Mères, avec remise de décorations aux mères de familles nombreuses,

    • fête de la Famille.

  1. par l’encadrement des enfants scolarisés pour les conduire ensemble aux séances obligatoires d’instruction religieuse, où l’on insiste très fortement sur les vertus morales traditionnelles.

8La municipalité s’efforce d’exercer une action idéologique sur les employés municipaux. Une sérieuse épuration des « éléments communistes » est entreprise dès l’année 41 et, en décembre de la même année, un discours du maire, publié dans le Bulletin municipal, rappelle aux autres la ligne de conduite qu’on attend d’eux. On peut notamment y lire :

« La municipalité actuelle n’est pas une municipalité comme les précédentes. Nous n’avons aucun but politique ou autre. Nous avons été désignés par le Chef de l’État... Notre seul désir est d’aider le Maréchal dans la tâche qu’il vient d’entreprendre... Nous serons suffisamment récompensés si notre dévouement permet au Maréchal Pétain de réaliser rapidement la RÉNOVATION FRANÇAISE. Donc :
NOTRE DEVOIR : suivre les ordres du gouvernement et les appliquer intégralement ;
NOTRE BUT : relever la France et la sauver... Nous nous considérons comme les délégués du gouvernement pour réaliser l’unité française.
Nous sommes Français cent pour cent et nous voulons le rester. »

Son action de redressement financier

9Comme la municipalité communiste, comme la délégation spéciale, le Conseil Municipal mis en place par Vichy se trouve devant des difficultés financières. Jusque-là, depuis 1935, on a paré au plus pressé à coup d’emprunts ou d’aides exceptionnelles sans intérêts que le Trésor a consentis à la Délégation spéciale, mais il faut maintenant prévoir les remboursements. De plus, le versement des amortissements de l’emprunt obligatoire de la S.V.U. d’un montant de cinquante millions, provisoirement arrêtés, doit maintenant être repris. La Délégation spéciale a réussi à maintenir la base d’imposition en 1940 et 1941, à 1 580 centimes additionnels comme en 1939. Contrainte théoriquement d’augmenter en 1942, la municipalité vichyssoise ne le souhaite pas : aussi essaie-t-elle, comme celles qui l'ont précédée, d’obtenir une subvention exceptionnelle de 7 687 000 francs. Des promesses du Ministre des Finances Cathala laissent un moment quelque espoir, mais il faut l’accord du Ministre de l’Intérieur Pucheu qui laisse traîner. En septembre 1943, Chabert et tout son Conseil sont sur le point de démissionner, après avoir par deux fois expliqué à « l’Autorité Supérieure » qu’il ne peut être question d’augmenter encore les impôts de la « population méritante » de Villeurbanne. La menace porte ses fruits et le budget de 1944, avec une aide gouvernementale, se présentera sous de meilleurs auspices.

  • 2 Cf. délibération du 16 mai 1944 et notes personnelles de Lazare Goujon. Il ne leur aurait jamais pa (...)

10Le poids des emprunts de la S.V.U. irrite tout autant les notables pétainistes qu’il avait irrité les communistes. Leur réaction est identique. Ils s’efforcent de démontrer, avec l’aide de nombreux experts, l’illégalité de cette société. Ils préparent, par ailleurs, une dissolution de la dite société et un remboursement des actionnaires de l’emprunt obligatoire, après avoir convaincu ces derniers, parmi lesquels ils comptent nombre d’amis, du bien-fondé d’une telle opération. Mais il leur faut trouver les quarante-deux millions qui restent à rembourser. Pour ce faire, ils se tournent vers l’État qui leur refusera une aussi grosse somme. Ce refus les empêchera de mettre fin à la S.V.U. qu’ils voulaient remplacer soit par une régie municipale, soit par une société totalement privée2 s’ils avaient trouvé suffisamment d’actionnaires capables de racheter la totalité des emprunts. La Libération arrivera sans que la situation financière soit définitivement assurée.

Son action sociale et urbanistique

11Comme toutes les municipalités en place durant la guerre, celle-ci eut à résoudre les innombrables problèmes posés par des populations ouvrières dans un pays en guerre. Elle s’y employa au mieux, trouvant même quelques solutions originales pour le ravitaillement et le stockage de fruits séchés qu’elle achetait en grande quantité dans les campagnes voisines.

12En matière d’urbanisme, cette municipalité tenta quelques mesures d’organisation qui méritent d’être mentionnées ici : dans la ligne de son idéologie qui visait à favoriser la famille et tout particulièrement l’indépendance familiale, par le logement individuel, elle consentit à plusieurs propriétaires des permis de lotir leurs parcelles de terrain, alors que la municipalité communiste s’y était plutôt opposée.

13Par ailleurs, elle protesta vigoureusement quand l’État voulut enlever aux communes, par la loi du 15 juillet 1943, le contrôle des constructions nouvelles pour le donner aux administrations préfectorales ou régionales. Cette municipalité voulait pouvoir agir sur le terrain villeurbannais pour continuer de faire face à la crise du logement. A la fin de l’année 1942, elle participa à la mise sur pied d’un Comité régional d’urbanisme et à l’établissement d’un Plan régional d’urbanisme où elle défendit la position spécifique de la commune au sein de l’agglomération lyonnaise.

14Imposé par le gouvernement, nullement représentatif de la population locale, le Conseil présidé par M. Chabert fut plutôt ignoré de la population ouvrière qui se contenta des rapports indispensables avec lui. Dès l’appel du 18 juin 1940, la Résistance s’organisait dans la ville. Elle s’amplifia en 1942, quand les communistes, délivrés du pacte germano-soviétique, s’engagèrent pleinement dans l’action anti-fasciste et anti-nazie. Depuis le début 1944, la municipalité Chabert se savait en sursis, elle en prit pleinement conscience le 24 août, quand la mairie fut investie par les Résistants.

Notes

1 Après la guerre, un conseil municipal où beaucoup de familles politiques seront représentées, lui attribuera le nom d’une rue.

2 Cf. délibération du 16 mai 1944 et notes personnelles de Lazare Goujon. Il ne leur aurait jamais pardonné une telle opération si elle avait réussi.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search