Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Quatrième partie. 1935-1944 : La différenciation à l'heure du Parti Communiste

Chapitre I. 1935-1939 : Le premier retour des communistes. Une autre conception de la localisation

Texte intégral

La montée de l’Opposition (1934)

  • 1 Lazare Goujon traitera avec les ouvriers qui exploitent ces jardins. Ils trouveront, à des conditio (...)

1En 1934, la crise économique arrive à son paroxysme et tout particulièrement à Villeurbanne. Le 22 janvier, Lazare Goujon fait remarquer au Conseil municipal que, depuis 1930, trente-sept gros industriels ont fermé les portes de leurs usines. Rappelons le cas de la Compagnie d’Applications Mécaniques. Établie sur le cours E.-Zola dans les années 20, elle a acheté de grandes étendues de terrain, qu’elle laisse exploiter en jardins ouvriers pendant cinq ans au moins1. En 1929, elle demande une autorisation d’extension. Nous avons vu que le maire négocie cette autorisation en vue d’obtenir la cession des 20 000 m2 nécessaires pour le nouveau centre. En 1931, non seulement la C.A.M. ne demande plus l’autorisation de construire, mais c’est elle qui propose la vente de tous ses terrains, y compris celui sur lequel est construite l’usine. Elle a décidé d’abandonner son implantation villeurbannaise.

2Les employeurs refusent, en particulier dans le textile, d’augmenter les salaires. Certains même les baissent pour pouvoir donner du travail à tout le monde. Corrélativement, le coût de la vie augmente sans discontinuer, la misère s’installe à Villeurbanne comme ailleurs. Les grêves, qui éclatent un peu dans toutes les branches économiques, s’allongent et se durcissent. Le chômage ne cesse d’augmenter : 300 chômeurs au début de 1930, plus de 3 000 en 1934. C’est un véritable cataclysme économique et social qui s’abat sur la ville, à l’heure où elle vient de s’endetter.

3De son côté, Lazare Goujon, homme de conviction et d’entreprise, veut mener à bien ses projets municipaux. Confiant dans ses montages financiers et persuadé d’œuvrer pour la classe ouvrière dans son ensemble, non seulement il achève le nouveau centre urbain, mais encore il entreprend de réaliser le stadium. Il est d’autant plus sûr de lui que par ailleurs, les dispositifs d’aide et de secours fonctionnent normalement : fonds municipal de chômage, soutien aux grévistes, accueil des vieux travailleurs à l’hôpital-hospice. Pourtant, cette détermination du maire (il faudrait dire son obstination pour ce qu’il appellera lui-même « sa vision prophétique ») est de moins en moins partagée par une notable partie de la classe ouvrière : la plus pauvre et la moins qualifiée. Au début, pendant l’année 33, on émet seulement des doutes sur la nécessité d’une aussi grosse entreprise pour réaliser des logements sociaux ou sur le maintien de l’équilibre du budget communal. A ce stade, Lazare Goujon réussit encore à calmer les esprits et à dissiper les hésitations, mais la persistance de la crise voit non seulement renaître les doutes, mais apparaître les craintes et surgir les critiques. Les prix annoncés des loyers dans les gratte-ciel, même s’ils demeurent modestes, s’avèrent inabordables pour nombre de ménages ouvriers. Le nouveau centre devient instrument de frustration. Nombreux sont ceux qui pensent que, dans une telle conjoncture, d’autres solutions plus économiques auraient été préférables pour loger un plus grand nombre de gens. Fallait-il une mairie si luxueuse, un palais du Travail aussi monumental ? entend-on dire.

4Peu à peu, la « Voix du Peuple », organe régional du Parti Communiste Français, se fait l’écho et bientôt le chef d’orchestre de ces doléances. Dès la fin d’avril 1934, les critiques se précisent. Constituée d’entreprises du bâtiment, où les entrepreneurs sont à la fois actionnaires et exécutants, la S.V.U. est bientôt visée. Quels prix pratiquent ces entrepreneurs ? Quel contrôle la mairie peut-elle exercer sur eux ? N’est-ce pas une entreprise capitaliste qui fonctionne avec des fonds publics fournis sans réserve par une municipalité socialiste ? Quel est le rôle du maire : celui d’un naïf prêt à tout pour une œuvre généreuse d’inspiration socialiste, ou un hypocrite qui n’hésite pas à jouer un double jeu ? De mois en mois, au-delà des critiques plus ou moins fondées ou plus ou moins malveillantes, il apparaît plus clairement que les finances communales sont sérieusement compromises. Par ailleurs, vers la fin de 1934, des bruits commencent à courir sur une gestion frauduleuse de l’Office Municipal d’H.B.M. Le train de vie du directeur Vincent fait jaser.

5Lazare Goujon se bat pour faire admettre son point de vue : si le nouveau centre n’avait pas été entrepris, la crise se ferait sentir de façon encore plus aiguë : la construction des gratte-ciel a réduit le nombre des chômeurs. Même si tous les loyers ne rentrent pas au début, des systèmes de taxes compensatoires permettront de passer le cap difficile, etc. Toutes ces paroles d’apaisement et l’ampleur des fêtes inaugurales n’éteignent pas les critiques. L’encadrement très strict et soupçonneux des chômeurs est très mal supporté : les plus démunis ont le sentiment que les responsables communaux veulent faire des économies sur le fonds de chômage dont la facture s’alourdit, pour financer la S.V.U.

  • 2 On peut consulter cet ouvrage à la Bibliothèque de Villeurbanne (salle de lecture) et aux Archives (...)

6Ceux qui assistent à la séance du Conseil Municipal où l’on traite du budget primitif de 1935, ont la désagréable impression qu’on dissimule des dépenses et qu’on étale de façon trop voyante des rubriques de recettes. L’équilibre semble artificiel. Certains propos du député-maire résonnent curieusement : quand il demande, par exemple, aux ouvrières de rentrer au foyer pour soulager le chômage, quand il semble modérer ses critiques au gouvernement qui laisse un peu trop de champ libre aux ligues, etc. Au total, Lazare Goujon, qui semblait avoir saisi la réalité villeurbannaise dix ans plus tôt et avoir mis en œuvre, avec un large consensus dans les populations, plusieurs réponses particulièrement judicieuses aux besoins locaux, semble désormais avoir perdu le contact avec un nombre grandissant de ces mêmes populations. La parution de l’ouvrage commémoratif « 1924-1934. Dix ans de réalisations municipales »2 ne changea pas grand’chose à cet état d’esprit.

7Au plan national, l’aggravation de la crise économique, la recrudescence de l’activité des ligues, l’apparition des fascismes italien et allemand favorisent l’essor du Parti Communiste Français chez les travailleurs de la grande et moyenne industrie, bien représentées à Villeurbanne. L’action personnelle de Maurice Thorez est déterminante : depuis mai 1930, date de sa sortie de la prison de Nancy, il réorganise le parti en vue de l’efficacité. Le fruit de ces efforts sera évident dans les années qui nous occupent, et tout particulièrement dans des villes ouvrières comme Villeurbanne, où le leader communiste viendra, en mars 1935, présider un meeting. C’est au Palais du Travail que siégera, en février 1936, le VIIIe Congrès du Parti, Aux cantonales de novembre 1934, Jules Grandclément est élu sans difficulté et personne ne doute, dans les rangs communistes, qu’il retrouvera, en mai 1935, le siège de maire qu’il avait perdu treize ans plus tôt. A la fin de l’année 1934, « La Voix du Peuple » annonce une augmentation de 47 % du nombre de ses lecteurs au moment où, dans ses colonnes, les attaques contre la politique de la municipalité socialiste redoublent d’intensité. C’est dans ce contexte que se préparent les élections municipales de mai.

Les élections municipales de mai 1935

8Lazare Goujon et les socialistes se savent menacés. Aussi demandent-ils à la Fédération Socialiste du Rhône et à la section villeurbannaise de la S.F.I.O. de présenter une liste commune avec les radicaux, dès le premier tour. Le Conseil sortant espère ainsi être réélu dès le premier tour.

9Voulant compter les voix socialistes sur Villeurbanne dans la conjoncture économique présente, alors qu’on parle de Front Populaire, la Fédération et une minorité de la section villeurbannaise expriment leur désaccord sur cette tactique électorale. L’union au 2e tour leur paraît suffisante. De plus, à cause des tractations en vue de constituer le Front Populaire au plan national, il apparaît à ces mêmes personnes qu’il est difficile, localement, de vouloir faire bloc contre les communistes. Après la défaite, Lazare Goujon critiquera assez violemment ces « vues d’intellectuels ». Au premier tour du 5 mai, les communistes arrivent en tête, dans des proportions telles qu’aujourd’hui encore on peut estimer que la tactique électorale imaginée par la municipalité sortante... aurait été bonne (meilleur score communiste : 4 314. Or, en cas de liste commune, les plus mauvais scores radicaux-socialistes auraient atteint 5 800 voix).

  • 3 Le bureau national du Parti les réintégrera peu de temps après.
  • 4 Les femmes étant toujours exclues de la vie civique, Lazare Goujon avait organisé, à côté des élect (...)

10En raison des accords de désistement entre socialistes et communistes, aux plans nationaux et fédéraux, Lazare Goujon devait se retirer avec toute sa liste. Il n’en voulut rien faire et, avec une notable partie de ses conseillers, il constitua une liste d’union des gauches radicales-socialistes. La Fédération S.F.I.O. réagit en désapprouvant publiquement cet acte d’indiscipline et en excluant les réfractaires3. Cette mésentente devait condamner les dernières chances de la liste. Le 12 mai, la liste communiste sortait triomphatrice de ce scrutin avec une moyenne de 1 600 voix d’avance. La liste de Défense des Intérêts Communaux du Docteur Gautheron ne recueillait que 1 500 voix en moyenne4.

11Jules Grandclément, dont on attendait la réélection comme maire, étant mort subitement le 16 mars, ce fut Camille Joly, instituteur, qui fut élu maire, élection annulée par le Conseil d’État (Joly était fonctionnaire d’État) mais reconduite le 4 avril 1936 dans des conditions tout à fait légales... Une énorme tâche de gestion financière attendait le nouveau conseil qui avait annoncé que cette gestion serait transparente pour tous les habitants de Villeurbanne et que les prises de décisions importantes, des nouveaux élus, seraient précédées d’assemblées populaires en vue d’une ratification préalable. Il y en eut douze de mai 1935 au 14 octobre 1939.

La situation financière en mai 1935

12Plusieurs fois, dans les assemblées populaires, le maire communiste et ses adjoints ont expliqué la situation qu’ils avaient trouvée. Sérieusement handicapés par la conjoncture économique qui allait, de mois en mois, en s’aggravant, contraints par des échéances relativement rapprochées, tenus par les garanties d’emprunt consentis à la S.V.U. et cependant décidés, à la suite du maire socialiste, à accomplir jusqu’au bout l’œuvre entreprise, les anciens conseillers en étaient arrivés à des expédients dans l’établissement des budgets, et tout particulièrement pour le budget primitif de 1935. Les recettes avaient été majorées, des rentrées non assurées inscrites et des dépenses omises. Au début du mois de juin, les Hospices Civils de Lyon présentent une facture de un million cinq cent mille francs pour des arriérés d’hospitalisation qui remontent à 1933 ! La ville de Lyon réclame les frais de participation pour la police. Des subventions possibles pour la construction du groupe de la rue Michel-Servet ont été oubliées alors qu’elles auraient pu rentrer dans les caisses communales. Le 10 août 1935, Camille Joly, après avoir détailler de nombreux postes budgétaires, conclut à un déficit réel de 10 428 935 F.

13Plus grave est la situation de la S.V.U. Lazare Goujon n’avait cessé de dire que, même dans des circonstances exceptionnelles, les garanties ne joueraient pas. La rentrée des loyers devait couvrir largement les annuités de l’emprunt. La réalité fut autre : beaucoup d’appartements ne furent pas loués la première et la deuxième année de fonctionnement. Les locaux commerciaux, qui devaient rapporter à la commune de substantiels revenus sous forme de taxes, restèrent désespérément vides. Les commerçants hésitaient à s’installer là en pleine crise économique. Par ailleurs, les charges de chauffage avaient été sous-estimées et le fonctionnement de l’usine de production de vapeur coûtait à la commune quatre cent mille francs en 1934. Les garanties communales durent donc jouer et dans des proportions très élevées. A l’assemblée populaire du 30 juin 1935, Antoine Dutrievoz, ajoint chargé de suivre le dossier S.V.U., s’exprimait ainsi :

« Aujourd’hui, que donnent cette réalisation et ces vastes travaux dont le financement a été garanti par la Ville, c’est-à-dire les contribuables ? En 1934, les loyers ont rapporté net 1 million 503 154 francs. Que sont devenus les neuf millions de revenus prévus au devis initial ? Il y a en ce moment 1 045 logements loués sur 1 450, et tout au plus un quart des locaux commerciaux loués. Le produit des loyers sera, en 1935, supérieur mais nous sommes loin de récupérer les 7 millions 246 971 francs d’annuité d’intérêts et d’amortissement prévus et garantis par la Ville. De plus, les deux premières annuités ne sont pas libérées et, dans le bilan de la S.V.U., celle-ci réclame pour 1934, 5 millions 11 909 francs. En 1934, le déficit a donc été de près de 6 millions et il faut s’attendre à ce que, chaque année, il oscille entre 3 et 4 millions au moins. »

14Dutrievoz ne se contente d’ailleurs pas de révéler le mauvais fonctionnement actuel de la S.V.U., il conclut en montrant que, de l’avis du Conseil Municipal, la S.V.U. est un marché de dupes pour la Ville :

« « En ce qui concerne la S.V.U. et ce nouveau centre, nous concluons donc de la façon suivante :

Ou c’était une bonne opération qui rapporterait et alors, la rédaction du contrat liant la Ville avec la S.V.U. ainsi que les statuts de cette société laissaient uniquement à celle-ci tous les profits...
ou bien l’affaire était mauvaise, ce qui est le cas, et alors la S.V.U. n’avait aucune responsabilité, ce qui faisait que, tout en gérant elle-même son œuvre, c’était vous, travailleurs, artisans et commerçants de Villeurbanne qui en faisiez les frais par l’effet de la garantie que vos édiles avaient accordée sans vous consulter...
Votre ville et vos administrateurs ont donc aujourd’hui à faire face à 12 millions 502 526 francs d’annuités d’emprunt garantis, dont 9 millions 246 000 francs ayant trait à la S.V.U. et au Nouveau Centre, sous déduction, bien entendu, du maigre rapport des loyers des gratte-ciel. »

15Ce lourd passif de la S.V.U. va dominer toute la vie municipale de la période qui précède immédiatement la guerre et toute la durée de la guerre. La gestion communiste sera, pendant quatre ans, presque entièrement absorbée par les efforts nécessaires pour sortir de ce bourbier financier les projets qui, les uns après les autres, viennent s’y enliser. Les élus communistes condamneront, bien entendu, leurs prédécesseurs à la mairie, mais n’omettront jamais de faire également reposer la responsabilité sur le préfet, M. Bollaert, et au plan national, sur les ministères concernés et le Conseil d’État qui avaient couvert Lazare Goujon.

  • 5 Toute l’affaire est minutieusement décrite dans la Voix du Peuple des 17, 24 et 31 août 1935, dans (...)

16Cette situation, déjà fort compliquée et fort sombre, allait encore s’aggraver en juillet et en août de la même année, avec la découverte d’un scandale dans la gestion de l’Office Public Municipal d’H.B.M. La nouvelle municipalité découvrait, en juin, des anomalies dans les comptes (subventions apparemment non perçues, avances municipales non remboursées et apparemment non remboursables, manipulation de chiffres, etc.). Le préfet en était averti et ordonnait une enquête qui devait mettre en évidence les agissements malhonnêtes du receveur principal de l’office, Vincent, qui en était en même temps directeur5. L’ancienne municipalité sera, là encore, accusée de mauvais contrôle de gestion. Pour le moins, les membres du conseil d’administration des H.B.M., qui appartenaient à la municipalité, ne s’étaient guère montrés vigilants. Soucieux de favoriser l’implantation de logements sociaux sur la ville, ils avaient trop facilement cru à des difficultés financières inhérentes au fonctionnement même des H.B.M. et avaient accepté de payer.

Les intentions de la municipalité communiste, ses réalisations

17On conçoit facilement, qu’héritiers d’une telle situation, les élus communistes aient mesuré leurs ambitions et leurs projets. A elle seule, la situation de crise économique les avait rendus prudents. En 1932, leurs perspectives étaient assez vastes, en particulier en matière d’urbanisme : « La Voix du Peuple » parlait de programmes de logements sociaux. En août 1935, quand les données financières furent connues, il était évident qu’il fallait renoncer à un programme d’équipements quel qu’il soit, même de petite envergure. Le Parti Communiste ne renonça cependant pas à maintenir, pour Villeurbanne, la réputation de ville organisée comme un espace pour la classe ouvrière. Si les moyens ne permettaient plus de réaliser de grandes œuvres d’édilité, du moins la gestion quotidienne serait socialement irréprochable. Dans le bilan qu’ils dressent, en février 1937, de leur action depuis mars 1935, les communistes peuvent faire constater :

1) qu’ils se sont efforcés de faire traverser au mieux la crise économique à la grande masse des travailleurs que constitue majoritairement la population villeurbannaise

18Laissant un peu de côté l’amélioration durable du cadre de vie, compte tenu des circonstances, ils ont essayé surtout de faciliter la vie quotidienne des gens. Le fonctionnement du fonds de chômage a été revu de manière à respecter la dignité des travailleurs (réexamen des méthodes de contrôle – climat de confiance a priori –, accès immédiat à l’aide municipale). Le chômeur n’est pas seulement soutenu au plan matériel : des « journées du chômeur » l’informent sur la situation de l’emploi, lui font connaître ses droits, des cercles de formation lui sont proposés où il découvre autre chose que le travail habituel ou l’oisiveté forcée. Le restaurant populaire s’efforce de ne pas être uniquement une distribution de soupe, mais un lieu chaleureux où peut s’exercer la solidarité. C’est un carrefour d’information, de réconfort et de lutte.

19Le ravitaillement, difficile pour certaines familles par les voies commerciales habituelles, est facilité par un fonctionnement de coopératives d’achat. Des circuits commerciaux trop longs sont raccourcis. De plus, la municipalité, contrainte financièrement, donne l’exemple d’une gestion très rigoureuse qu’elle expose sans arrêt sur la place publique. Toute dépense qui n’est pas strictement nécessaire est impitoyablement bannie.

2) qu’ils ont amélioré la situation sanitaire et sociale

20Le P.C.F. sait que, parmi ceux qui le soutiennent, beaucoup ne connaissent pas leurs droits ou, s’ils les connaissent, trouvent trop compliquées les démarches qu’il faut effectuer. Le nombre des assistantes sociales est très nettement augmenté, avec mission de dénicher la misère partout où, par peur, par honte ou par négligence, elle se cache et d’en rendre minutieusement compte aux responsables municipaux. Camille Joly, le maire, se défendra avec violence, au cours d’une assemblée populaire, contre les reproches qui lui furent faits de ces créations de postes. La situation des vieux ouvriers à l’Hôpital Hospice est complètement réexaminée pour que leur séjour obligatoire dans cet établissement soit sérieusement humanisé. Des projets d’agrandissement de l’hôpital sont d’ailleurs envisagés pour rapatrier sur Villeurbanne les malades hospitalisés à Grange-Blanche ou à l’Hôtel-Dieu, où la journée d’hospitalisation revenait beaucoup plus cher. Les enfants continuent d’être médicalement très suivis et, comme il est impossible d’envoyer tout le monde dans les deux colonies que possède la commune à la campagne (Chamagnieu et Poncin), la mairie organise l’été des centres aérés pour la journée. Les soldats, enfin, reçoivent pendant leur service militaire un petit pécule distribué par l’« Œuvre du Sou du soldat » fondée en 1935.

3) qu’ils ont entretenu le patrimoine communal en essayant de l’améliorer dans les limites des possibilités financières

21L’action de la municipalité se manifesta très nettement dans l’amélioration de la voirie et l’entretien de plusieurs bâtiments communaux que l’administration précédente avait quelque peu négligés. Une entente avec Lyon intervint pour plusieurs égouts importants. Ces réalisations, plus obscures que celles des prédécesseurs, furent perçues par les Villeurbannais comme une manifestation de la volonté municipale de maintenir les traditions communales de la cité ouvrière indépendante.

4) qu’ils ont porté une attention particulière à l’instruction publique, en particulier l’enseignement technique et la culture populaire

22S’inscrivant dans la longue tradition villeurbannaise de promotion de l’instruction publique, les élus communistes surveillent, avec une attention particulière, la fréquentation des écoles communales par les enfants des travailleurs. Certains parents sont rappelés à leurs devoirs, d’autres sont aidés pour l’équipement des enfants. Les cantines sont réorganisées ainsi que les garderies. L’administration communale d’une ville ouvrière doit veiller tout particulièrement à l’éducation et à la formation des fils du peuple. Ce faisant, la municipalité communiste ne fait que maintenir une tradition solidement établie. Là où elle innove, c’est avec la création d’une École pratique, qu’elle réussit à ouvrir malgré ses difficultés financières, dans les locaux d’une ancienne usine de la rue du 4-Août. Camille Joly (qui n’oublie pas qu’il est professeur) et son parti voulaient cette école qui fonctionnera à la rentrée d’octobre 1938 :

« ...parce que Villeurbanne est, et reste une cité essentiellement ouvrière, parce que, dans les quatre millions de chômeurs inscrits, beaucoup ne sont que des manœuvres, des parias de la production, empêchés qu’ils ont été d’apprendre la technique d’un métier, exploités de la façon la plus odieuse dans leur prime jeunesse (combien ont quitté la classe leurs treize ans révolus, pour un emploi de garçon de courses, d’apprenti qui n’apprenait rien, qui végètent aujourd’hui), parce que nous traduisons le désir unanime de la population, nous décidons, dès 1935, de donner à Villeurbanne une école pratique. »

23Cette école sera la seule réalisation nouvelle que pourra se permettre le pouvoir communiste, mais cette réalisation a valeur de symbole parce qu’elle préfigure le type des équipements qui étaient en projet.

24Les élus communistes savent que les adultes du milieu populaire attendent également des propositions d’activités. Les cycles de conférences et de concerts, mis sur pied par la municipalité socialiste, deviennent une Université Prolétarienne dont le programme se propose de vulgariser, dans les domaines les plus variés, des connaissances et des activités artistiques : Sciences Sociales (Économie politique, Philosophie, Histoire, Géographie économique, Droit ouvrier), Littérature française et étrangère, Sciences (Physique, Chimie, Médecine), Langues vivantes, Cours techniques, Sciences ménagères, Arts (Musique, Architecture, Peinture, Sculpture, etc.). Georges Levy y enseignera le marxisme pendant que François Perroux initiera à l’Economie politique et que César Geoffray apprendra le solfège et dirigera la chorale. Cette université prolétarienne ne vivra que deux ans. Ses débuts étaient fort prometteurs : plusieurs centaines de personnes étaient inscrites et fréquentaient régulièrement les divers cours ou réunions. Empêchés sur le plan urbanistique, les communistes avaient voulu fermement marquer la différenciation sur le plan culturel. Par ailleurs, deux voyages furent organisés en U.R.S.S. à des prix accessibles à beaucoup de bourses. La programmation de la salle de spectacle du Palais du Travail fut réorientée dans un sens plus populaire.

25Les conditions d’accès aux divers équipements sportifs furent réexaminées : les heures d’ouverture allongées et les prix abaissés pour certaines catégories de personnes (les chômeurs, les enfants, les jeunes). Enfin, la municipalité, après avoir hésité en 1935, faisait savoir en 1936 qu’elle voulait terminer le stadium pour permettre aux Villeurbannais d’assister à des spectacles sportifs de qualité et aux clubs de la ville de disposer d’un équipement qui puisse favoriser le développement du sport. Après avoir critiqué leurs prédécesseurs, les élus communistes en arrivaient, dans ce domaine, aux mêmes conclusions.

La lutte pour l’assainissement des finances

26L’œuvre de la municipalité communiste, dans le sens d’une réelle différenciation, apparaît surtout dans la lutte pour le redressement financier. Héritière d’une situation qui, non seulement grevait lourdement le présent en empêchant la réalisation de tout projet dans quelque domaine que ce soit, mais compromettait aussi l’avenir à moyen terme à cause des engagements pris, l’équipe municipale voulut démontrer qu’avant tout elle restait au service d’une classe sociale pauvre, majoritaire dans la ville. Une municipalité villeurbannaise, consciente des réalités locales, ne pouvait en aucun cas choisir, pour sortir de cette difficulté, la voie classique et facile de l’augmentation des impôts locaux. Soutenue par une population constamment informée, elle choisit le parti d’obtenir de l’État, par le canal du préfet qu’elle estimait directement responsable, les subventions nécessaires pour couvrir la différence entre la recette des impôts qu’elle voulait raisonnable et le montant des dépenses incompressibles. A l’assemblée populaire du 15 novembre 1935, Camille Joly exprime clairement les intentions de son Conseil et de lui-même :

« Le problème posé est celui-ci : résorber le déficit de 15 millions 100 000 francs, sans augmentation des charges pesant sur les classes laborieuses...
...Nous aurions pu, pour parer à ce déficit, laisser le soin au pouvoir central responsable, d’inscrire au budget les centimes nécessaires. Nous ne l’avons pas voulu, parce que c’eût été, sans lutte, laisser écraser les travailleurs et parce qu’aussi nous tenions à montrer qu’au point de vue administratif, des ouvriers savaient être à la hauteur de leur tâche. »

27Dans le budget primitif de 1936, le Conseil Municipal inscrit en effet trois subventions, dont le total s’élève à 10 464 674,82 F. La première doit couvrir les charges que la commune doit supporter en raison du déficit de la S.V.U., soit 5 662 674,82 F. La deuxième réclamée au département, autant qu’à l’État, doit couvrir le déficit du fonds de chômage et d’assistance, soit 4 480 000 F, et enfin, la troisième de 322 000 F veut combler, pour une part, le trou créé par l’escroc Vincent dans la caisse des H.B.M. En sus de ces subventions, les centimes additionnels sont augmentés de 59 centimes par rapport à 1935, et deux nouvelles taxes sur la propriété sont instituées.

28Ce budget primitif, qui enregistre comme un fait accompli l’octroi d’une telle subvention, ne peut évidemment être accepté par Monsieur Bollaert, le préfet, qui reconnaît toutefois d’une part, que le budget ne dissimule rien et, d’autre part, qu’il est impossible de faire payer à la population ouvrière de Villeurbanne plus de 1 500 centimes additionnels en 1936, alors que l’année précédente elle en avait payé moitié moins. Il propose des réductions de dépenses (il pense en particulier pouvoir faire embaucher des chômeurs sur des chantiers départementaux) et ramène ainsi le nombre des centimes à 1 212. Le Conseil municipal consent à baisser sa demande de subventions à 6 685 000 francs, mais refuse une base d’imposition de 1212 centimes. Le conflit va durer jusqu’au mois de septembre non sans que la municipalité ait tout tenté.

29Le maire et les deux adjoints feront une démarche à Paris, auprès de Vincent Auriol, nouveau Ministre des Finances du Front Populaire, pour obtenir la fameuse subvention. Celui-ci leur refuse. Les caisses de l’État sont vides et subventionner Villeurbanne serait créer un précédent dangereux.

30Largement informés dans des réunions de quartier, les Villeurbannais, en particulier les petits commerçants, proposeront diverses solutions. La majorité des habitants faisait front derrière l’équipe municipale pour refuser de payer. En septembre, malgré tout, il fallut se rendre à l’évidence, la situation n’était plus tenable : le Ministère de l’Intérieur avançait des aides remboursables, les hôpitaux menaçaient de ne plus accueillir les Villeurbannais, un certain nombre d’allocations ne pouvaient plus être versées aux nécessiteux, etc. De plus, le Conseil municipal ne désirait pas s’opposer au gouvernement de Front Populaire et à ses représentants. Dans une assemblée populaire de septembre, il fut donc amené à demander aux Villeurbannais d’accepter 1 177 centimes additionnels, tout en affirmant que la lutte se poursuivrait pour le budget supplémentaire et pour le budget primitif de 1937. La confiance lui fut maintenue et l’ordre du jour fut voté.

31La résistance villeurbannaise aura des conséquences nationales : avant même le gouvernement de Front Populaire, le Ministre des Finances Sarraut proposera que le Fonds de chômage soit au moins en partie pris en charge par l’État, et le principe d’une subvention aux communes lourdement grevées par leurs charges d’aide sociale, sera retenu par le Front Populaire.

32Le budget supplémentaire enregistrera un déficit de 7 millions. Le préfet décidera que ce déficit serait comblé par un moratoire pour les dépenses restant à devoir à l’État, au département, à la Ville de Lyon et aux Hospices Civils. De la même façon, en 1937 et 1938, les responsables communistes villeurbannais refuseront d’inscrire à leur budget primitif le nombre élevé de centimes additionnels qui aurait été nécessaire pour combler le déficit et faire face aux nouveaux besoins financiers, ceux en particulier que le Front Populaire avait provoqués avec l’extension des obligations scolaires et dans le domaine des aides sociales. Chaque fois, les Villeurbannais équilibraient leurs comptes en inscrivant des demandes d’emprunt (qu’ils eurent beaucoup de mal à obtenir à cause du manque de confiance créé par la situation désastreuse de Villeurbanne) et des demandes de subvention que personne, du préfet au ministre, ne voulait ou ne pouvait leur accorder. Chaque fois également, le budget était, à la troisième navette entre la mairie et la préfecture, l’objet d’un compromis où les dépenses étaient réduites et les impôts augmentés. Les assemblées populaires de 1937 et 1938 n’eurent ainsi pour objet que les finances locales, le Conseil municipal s’efforçant d’expliquer les raisons du vote des augmentations et de répondre aux attaques perfides et calomnieuses d’un certain nombre de propriétaires que soutenaient les journaux lyonnais de droite, en particulier Le Nouvelliste. Il est à noter que plusieurs fois, des contribuables villeurbannais vinrent suggérer à la municipalité de remédier à la situation en acceptant une annexion par Lyon, et qu’à chaque fois Camille Joly, le maire, refusa catégoriquement :

« ...Je veux vous donner mon avis sur un remède à la situation dont j’ai entendu parler... : l’annexion de Villeurbanne à Lyon. Grouper les habitants d’un même pays par affinités, par collectivités économiques, rien de plus rationnel. C’est ce qui se passe en Russie. Mais il faut, en même temps, demander l’annexion de toutes les communes suburbaines. Toutefois, est-ce bien pour l’instant une solution honnête que d’augmenter de notre déficit les impôts des Lyonnais, si minime que soit cette augmentation et si faible à supporter qu’elle semble ? N’est-ce pas là plutôt une solution paresseuse et qui évite de lutter ? Et les communistes n’admettent pas de telles solutions. Ils se sont promis d’œuvrer pour que Villeurbanne soit une grande cité. Ils tiendront leur promesse. »

33Ce ne sont sans doute pas, en effet, des motifs d’honnêteté vis-à-vis de Lyon qui poussent le groupe communiste à repousser une annexion avec Lyon, mais bien plutôt le désir de poursuivre, malgré les grandes difficultés de l’heure, une politique spécifique à cet espace industriel regroupant une classe sociale majoritaire et assez homogène. On comprendrait mal que des communistes ne jouent pas totalement de cette situation de différence pour mettre en œuvre leur propre conception de la différenciation puisqu’ils sont, comme leurs prédécesseurs, socialistes, héritiers d’un pouvoir local autonome.

34Deux problèmes particuliers :

35– L’Office Municipal des Habitations à Bon Marché

36– La Société Villeurbannaise d’Urbanisme

37Bien qu’ils soient à l’origine d’une part essentielle du déficit communal, ces deux organismes furent l’objet d’une politique municipale particulière. La municipalité communiste, estimant qu’elle n’avait pas à supporter les conséquences d’une part d’une gestion frauduleuse, qu’un manque de surveillance étroite avait rendue possible, et d’autre part, d’un montage financier aventureux qui ne laissait, dans l’immédiat, à la commune que les désavantages, décida, dès son arrivée à la mairie, de ne pas renflouer l’Ο.Μ.Η.Β.Μ. et surtout de dénoncer les accords qui liaient la commune et la S.V.U. Des promesses furent faites en ce sens à la première assemblée populaire de juin 1935. Pour l’Ο.Μ.Η.Β.Μ., la municipalité se constitua effectivement partie civile dans le procès de l’escroc Vincent, qui s’ouvrit en Cour d’Assises à la fin de mars 1936 et ne commença à combler le déficit qu’en 1937. De toutes façons, il n’était pas question, malgré la crise persistante du logement, de lancer de nouveaux programmes municipaux d’H.B.M. L’O.P.H.B.M. départemental prit heureusement le relais et construisit l’ensemble qui se trouve entre la rue du 4-Août et le cours Emile-Zola, vers Cusset.

38L’affaire de la S.V.U. fut plus compliquée. Jusqu’au début de 1938, l’intention de la municipalité était très nettement d’obtenir la dissolution de la S.V.U. et d’en donner la succession à l’Ο.Μ.Η.Β.Μ., que la commune contrôlait mieux. Le groupe communiste, par ailleurs, estimait ne pas pouvoir et ne pas devoir travailler avec une société qui obéissait un peu trop, à ses yeux, aux règles économiques du capitalisme. Mais, avant de pouvoir agir au plan juridique, il fallait y voir clair dans le dossier. A la demande du préfet, qui voulait savoir à quoi il pouvait obliger la commune de Villeurbanne dans l’élaboration des budgets, le Ministère de l’Intérieur envoya l’Inspecteur général Mosse pour faire un rapport sur la situation financière et sur les responsabilités des diverses parties contractantes. Le long rapport de l’Inspecteur Mosse devait mettre en évidence que le montage juridique était fort complexe, mais qu’il ne contenait aucune illégalité.

39Le montage financier se révélait, a posteriori, aventureux pour la commune et la crise économique en démontrait maintenant toute la fragilité. Toutefois, en conclusion, il s’avérait qu’il était difficile d’obtenir du Conseil d’État une dissolution qui aurait permis un désengagement communal.

40La municipalité prit acte de ces conclusions qui la condamnaient à un accord avec la S.V.U. Cet accord fut signé le 15 mars 1939 pour régler les problèmes de mai 1935 au 31 décembre 1937. Les rôles de maire et de président du Conseil d’administration de la S.V.U., confondus du temps de Lazare Goujon, étaient maintenant très nettement distingués. Des contrôles de gestion étaient mis en place. Un accord était signé sur le montant des compléments d’emprunts nécessaires pour le règlement définitif des constructions dont la facture avait dépassé les 110 millions initiaux.

41Par ailleurs, la municipalité avait obtenu du préfet la constitution d’une commission chargée de l’inspection technique. Cette commission ramena de dix à trois millions le montant du complément d’emprunt que réclamait la S.V.U. à la ville. Inutile de dire que le maire et ses adjoints eurent beaucoup de mal, lors de l’Assemblée populaire du 14 mars 1939, à expliquer pourquoi, en définitive, ils étaient contraints à un accord avec la S.V.U., après toutes les déclarations qu’ils avaient faites en 1934 et 1935.

42C’est à l’heure où la situation commençait à sérieusement s’éclaircir sur le terrain villeurbannais et où il allait être possible de passer aux réalisations positives, que la municipalité communiste dut quitter la mairie. Le pacte germano-soviétique (23 août 1939), imposé par Staline aux communistes français, amenait la majorité du Parlement français à voter la mise hors la loi du Parti Communiste Français (26 septembre 1939) et l’expulsion de ses membres de toutes leurs responsabilités, tant nationales que locales. Le 5 octobre 1939, un arrêté préfectoral, exécutant des ordres supérieurs, proclamait la dissolution des conseils municipaux communistes de plusieurs communes de la banlieue lyonnaise, dont Villeurbanne, Vénissieux, Saint-Fons... Une délégation spéciale était désignée le même jour pour assurer l’intérim.

Notes

1 Lazare Goujon traitera avec les ouvriers qui exploitent ces jardins. Ils trouveront, à des conditions avantageuses, de nouveaux terrains à jardiner à la périphérie (Buers et Saint-Jean) et laisseront le centre disponible pour l’opération d’urbanisme (notes personnelles de Lazare Goujon).

2 On peut consulter cet ouvrage à la Bibliothèque de Villeurbanne (salle de lecture) et aux Archives municipales de Lyon. Quelques Villeurbannais le possèdent encore.

3 Le bureau national du Parti les réintégrera peu de temps après.

4 Les femmes étant toujours exclues de la vie civique, Lazare Goujon avait organisé, à côté des élections municipales officielles, l’élection par les mêmes électeurs (masculins) de conseillères privées. Les communistes étant d’accord, chaque liste présentait ses candidates. La liste communiste fut élue et les quatre conseillères furent régulièrement consultées pendant les quatre ans que dura le mandat.

5 Toute l’affaire est minutieusement décrite dans la Voix du Peuple des 17, 24 et 31 août 1935, dans Lyon-Républicain (mêmes dates). Le procès est entièrement rapporté dans le B.O.M. de Villeurbanne, août 1936, p. 2949 et ss.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search