Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Quatrième partie. 1935-1944 : La différenciation à l'heure du Parti Communiste

1935-1944. La différenciation à l’heure du Parti Communiste

Texte intégral

1La période de douze ans qui s’ouvre en mai 1935, va être au plan local fortement perturbée par les événements nationaux et internationaux : montée du communisme et du fascisme, revirement du P.C.F. avec le pacte germano-soviétique, prise de pouvoir de Philippe Pétain pendant la guerre, influence des milieux de la Résistance, apparition et retrait du général de Gaulle de la vie politique, début du déclin de la S.F.I.O. Tous ces faits modifient le jeu politique du microcosme villeurbannais. Les communistes qui prennent le relais des socialistes à la mairie ne changent pas fondamentalement d’orientation. Il s’agit toujours de faire de Villeurbanne une cité différenciée au service des classes sociales dominées. Seules les priorités et la manière changent. Le P.C.F. n’aperçoit pas les « données de la différence » de la même façon mais il s’agit toujours de promouvoir une différenciation.

2Trois ans durant, le régime de Vichy imposera une municipalité à sa dévotion. Il s’agit d’un intermède sur lequel nous ne nous attarderons pas mais dont on peut dire qu’il est aussi révélateur, à sa manière, d’une certaine différenciation : les pétainistes ne pouvaient pas complètement oublier qu’ils avaient à gérer une ville ouvrière, qui contenait un héritage et une tradition. Il leur fallait tout de même en tenir compte.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search