Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Troisième partie. L'affirmation de la localisation. Les grandes réalisations

Chapitre III. Les réalisations villeurbannaises de 1924 à 1934

Texte intégral

1Les élections de 1924 vont dénoncer le conflit idéologique surgi en 1920. Le suffrage universel tranche en faveur de la SFIO. En 1935, il tranchera en faveur du P.C.F. Tour à tour, pendant cette période qui nous conduit jusqu’à la guerre, l’un et l’autre grand parti de gauche aura les rênes du pouvoir, ce qui ne veut pas dire qu’il aura toutes les possibilités de l’exercer : l’action de la SFIO sera entravée par la crise, celle du PCF le sera par la crise et par les conséquences des options urbanistiques des prédécesseurs socialistes. Cependant, malgré ces limitations, les deux partis montreront une grande détermination politique, génératrice de différenciation. La décennie 1929-1939 sera celle des grandes réalisations villeurbannaises.

2La volonté politique est certaine dans un parti comme dans l’autre. On arrive ici à l’apogée d’un lent murissement idéologique : le socialisme villeurbannais produit à ce moment ses meilleurs fruits : le Nouveau Centre, les cottages, les équipements sociaux, l’expression culturelle (Université prolétarienne, théâtre populaire, bibliothèque), les structures de communication et d’information politique (Assemblées populaires, bulletin municipal) etc. La base sociale motive les responsables : les élus sont conscients d’œuvrer pour une classe sociale qu’ils ne se représentent d’ailleurs pas de la même façon, (nous avons vu pour quelles raisons). En 1939, Villeurbanne est devenue une autre ville, avec une structure urbaine propre qui lui donne une personnalité à l’intérieur de l’agglomération lyonnaise. La lutte entre les deux formations politiques n’est pas étrangère à cette évolution : examinons tout d’abord les réalisations socialistes.

***

I – UNE DÉTERMINATION POLITIQUE AU SERVICE DE LA CITÉ

Les élections de 1924, 1925, 1929

Les listes en présence

3Pour les élections fixées à la fin octobre, la campagne fut très rapide, quatre listes se présentaient :

  • Une liste de commerçants, conduite par M. Crouzon, président du Conseil d’Administration d’une coopérative d’alimentation « fondée et gérée contrairement à toutes les règles d’une coopérative ouvrière »1. Cette liste obtint entre 1.025 et 1.053, les voix de droite s’étant portées sur elle.
  • Une liste portant l’étiquette Social-Communiste, regroupant autour de l’ancien maire exclu du PCF, Paul Bernard, les anciens conseillers communistes dissidents et un certain nombre d’ouvriers ou d’employés en désaccord à la fois avec l’idéologie socialiste modérée de la SFIO et avec les méthodes démocratiques du PCF. Elle obtint entre 500 et 400 voix2.
  • La liste communiste (Section Française de l’Internationale Communiste) qui redonnait à Jules Grandclément sa place de chef de file et sur laquelle figuraient deux employés, une forte majorité d’ouvriers de la mécanique et de la métallurgie ou du bâtiment, mais seulement un ouvrier du textile. Jules Grandclément fit un score personnel de 3.065 voix, mais l’ensemble de la liste obtenait entre 2.900 et 2.800 voix.
  • La liste socialiste du Bloc des Gauches, conduite par Lazare Goujon, obtenait entre 5.177 et 5.051 voix. L’avance était très nette. Quelques radicaux figuraient sur cette liste, emmenés par Michel Bressat qui, avec Benoît Baratin, faisait réapparaître la représentation agricole dans le Conseil municipal. Le manifeste de la liste disait clairement qu’elle se référait aux élections législatives nationales du 11 mai 1924, qui avait vu la victoire du Cartel des Gauches :
  • 3 BONNEVILLE (M.) – Op. cit., p. 71-72.

« [Cette union socialistes-radicaux] permettra [à la municipalité] de fonctionner avec la liberté, l’indépendance, et l’initiative dont elle était privée depuis qu’elle était assujettie aux ordres occultes d’un parti, dédaigneux des incitations du suffrage universel et des véritables intérêts des contribuables. »3

4La nouvelle municipalité sera installée le 2 novembre. Lazare Goujon, comme prévu, est élu maire avec 32 voix et 2 bulletins blancs. La cohérence de cette équipe et la confiance accordée à L. Goujon dureront 10 ans à une exception près (Gaspard Perrin).

L’élection de 1925

5Six mois plus tard (3 mai 1925), la même liste (27 socialistes et 7 radicaux) revient à nouveau devant les électeurs à la date normale des élections municipales. Ces six mois lui ont suffi pour commencer à réaliser la plupart des points du programme. Elle est réélue avec une majorité accrue. En 1924, il y a eu 33 % d’abstentions, en 1925, il n’y en aura que 19 %. Le Bloc des Gauches récupérera pratiquement tous les suffrages des abstentionnistes de 1924 puisque les élus de cette liste obtiennent une moyenne de 7.360 voix, que la liste communiste perd 500 voix (2.400 au lieu de 2.900 voix), que la liste de droite du Docteur Gautheron se maintient autour de 1.500 voix et que la liste Socialo-Communiste de Paul Bernard s’effondre à 272 voix. Le socialisme modéré de Lazare Goujon a le vent en poupe.

L’élection de 1929

6En 1929, la même municipalité sera maintenue au pouvoir par les électeurs mais elle s’est renouvelée (11 nouveaux socialistes, 3 radicaux de plus, ce qui en porte le nombre à 10 sur 36 conseillers - ces derniers qui, au premier tour, avaient fait liste à part conservant finalement leur confiance à L. Goujon, tout en surveillant de plus près sa gestion financière à l’heure où de grands projets sont en voie de réalisation). Les 34 % d’abstentions (taux plus fort qu’en 1924), la remontée des scores communistes (ils obtiennent au 2e tour de 4.978 à 5.153 voix, alors que les voix du Bloc des Gauches s’échelonnent entre 5.600 et 5.200) montrent que beaucoup ne savent comment choisir entre socialistes et communistes, sont las des oppositions et des querelles et doutent du mot d’ordre de la campagne électorale socialistes : « Tout pour les deshérités, tout pour la classe ouvrière, tout pour l’aménagement et l’embellissement de la cité ouvrière, qu’est notre ville. » Il est vrai que la réorganisation des régies municipales ou l’élaboration d’un plan de la ville sont choses qui ne se voient guère dans la vie quotidienne. Les grandes réalisations sont proches mais elles ne sont pas encore sorties de terre.

Les conceptions idéologiques de la municipalité

Le logement et le cadre de vie

7Pendant la période que nous analysons, les responsables municipaux vont mettre l’accent sur une conception globalisante de la ville et des problèmes municipaux. Et ceci d’autant plus que leurs idées et leurs actions sont constamment interrogées par les analyses et les perspectives plus révolutionnaires du PCF. « Il faut considérer, dit Marc Bonneville, que l’idéologie municipale porte la marque des conceptions humanistes des socialistes modérés. Celles-ci reposent sur le postulat que la condition ouvrière peut être améliorée par la transformation des conditions de logement, par l’accès à l’éducation et à la culture ». L’émulation du parti concurrent conduit dès lors les socialistes à faire de l’urbanisme au sens plein du terme.

  • 4 Le Conseil municipal poursuivra dans ce domaine et même intensifiera la longue tradition d’aide co (...)

8Hormis les soucis et les activités que l’on peut qualifier de normaux pour une municipalité de gauche (appui aux chômeurs, aux grévistes, aux déshérités de toutes sortes)4, une de ses préoccupations majeures sera donc le logement. L’ouvrier doit pouvoir y trouver, par la libre organisation de sa vie hors travail, individuelle, familiale et sociale, sa dignité d’homme et de citoyen.

9Souvent, le logement sera collectif parce que le sol manque et que le nombre de demandeurs ne permet pas à chacun dans la ville de disposer d’un lopin de terre. Mais en ce cas l’appartement devra comporter les derniers perfectionnements qui garantissent l’hygiène et le minimum de confort (larges ouvertures pour laisser pénétrer air et soleil, eau courante chaude et froide, W.C., chauffage central, ascenseur...).

10Toutefois, les socialistes souhaitent que, regroupés en syndicats ou associations, le plus grand nombre de familles puissent construire sur un terrain qui leur appartienne un petit pavillon (appelé cottage à Villeurbanne) avec un jardin. La Municipalité socialiste de Villeurbanne dans ses préférences pour ce second type d’habitat, rassemble plusieurs courants : le courant mutualiste qui appartient à l’histoire de Lyon du XIXe siècle, le courant du catholicisme social de Marius Gonin et de la Chronique sociale, le courant patronal dont on a vu qu’il avait déjà à son actif sur Villeurbanne plusieurs réalisations (Cité Mangini, rue Camille-Koechlin entre autres). Toute l’organisation des jardins ouvriers fait aussi partie de ce mouvement qui vise à redonner à l’homme déraciné par son travail industriel une réimplantation dans la nature urbanisée et dans la société.

L’éducation populaire

11La deuxième préoccupation, c’est l’éducation populaire qui doit fournir à l’habitant ci-dessus décrit les idéaux, les objectifs et les moyens propres à obtenir la justice et la paix sociale. Citons ici un passage d’un tract de 1929 :

« ...ayant toujours orienté les réformes quotidiennes vers le mieux-être de la collectivité, vers l’émancipation de la classe ouvrière, le Parti socialiste a transformé et régénéré l’administration de cette ville. Il en a fait un embryon vivant de la cité plus belle, meilleure, qu’il a conçue et que le prolétariat villeurbannais, plus fort, plus instruit, plus conscient et surtout plus uni, demain organisera. »

  • 5 En 1927, un Bulletin Municipal commence de paraître, qui reflètera largement toutes ces préoccupat (...)

12Comme l’ont toujours fait leurs prédécesseurs, les conseillers municipaux et le maire veillent sur les écoles, leur entretien, leur équipement, mais aussi leur fréquentation (des parents négligents seront plusieurs fois rappelés à leurs devoirs). Toutefois, on apporte un soin tout particulier aux œuvres para et post-scolaires : la bibliothèque municipale sera magnifiquement installée dans la nouvelle mairie et on publiera dans le Bulletin Municipal la liste des nouvelles acquisitions5. Des conférences culturelles sont organisées qui visent à élargir l’horizon des participants, ainsi que des causeries par des professeurs de la faculté de médecine sur les « grands fléaux sociaux, leurs dangers pour la santé, et les moyens de s’y soustraire ou de les combattre ». Des colonies de vacances, transformées pendant l’année scolaire en internat, sont acquises et équipées à Poncin et à Chamagneux. Des fêtes, des manifestations sportives, mettant en évidence l’éducation physique proposée dans les écoles aux enfants et adolescents, viennent ponctuer la vie communale et renforcer l’idée d’appartenance à une cité collectivement bien vivante. La construction d’un Palais du Travail, dont nous reparlerons, vient concrétiser matériellement ces intentions. Le 20 mai 1927, Lazare Goujon, en lançant la souscription, résume les objectifs visés :

« La population de la commune de Villeurbanne se développe avec une rapidité croissante... Les travailleurs viennent habiter notre cité, attirés par la création d’usines tentaculaires, tous les jours plus nombreuses. »

« Ces travailleurs, qui constituent une élite dans la classe ouvrière, se trouvent en définitive isolés les uns des autres et ne peuvent organiser des groupements qui leur eussent permis de s’entendre, de se comprendre et d’améliorer leurs situations respectives par l’union de toutes leurs énergies sur le terrain social. »

« Des organismes privés de natures diverses, politiques, économiques et surtout religieuses, ont bien compris quels étaient les inconvénients de cette situation et les avantages qu’elles pouvaient en retirer. Voici qu’en divers points de la Commune, et surtout dans les centres futurs d’activité, vont s’élever des édifices chargés d’harmoniser et de condenser certaines conceptions venues de tous les points de l’horizon social, mais surtout des détendeurs de la fortune. »

« Seuls les travailleurs, livrés à eux-mêmes, n’ont pas à leur disposition l’organisme qui pourrait servir de centre de ralliement à leurs efforts... privés de cohésion. La création d’un véritable Temple laïque, centre d’activité intellectuelle, artistique et morale est indispensable au développement démocratique de la Cité, ainsi qu’à l’éducation intégrale de la classe ouvrière, condition essentielle d’une amélioration véritable de son sort. »

« L’administration municipale vous propose de réaliser ce grand œuvre : un Palais du Travail avec des locaux pour les mutualistes, les syndiqués, les coopérateurs, les philanthropes, les artistes, les sportifs, avec des salles de conférences et de cours, avec un cercle coopératif et une grande salle des fêtes... »

« Ce Palais du Travail abritera la Bibliothèque de la ville, agrandie et transformée et le pavillon médical d’urgence, indispensable aux besoins de la Cité. Il sera en même temps le centre d’attraction de toutes les fêtes populaires et le milieu d’éducation, par excellence, de tous ceux qui veulent s’instruire pour améliorer leur condition. »

« Ce Palais du Travail est réservé aux travailleurs : il faut qu’il soit élevé par les soins des travailleurs eux-mêmes, et que ces travailleurs montrent par leur empressement et leur concours direct qu’ils ont véritablement la foi laïque, cette foi supérieure à toute autre, parce qu’elle est fondée sur une morale sans obligation ni sanction. Cette foi, qui fait les hommes libres, exige de la part de tous ceux qui sont profondément imprégnés, une action incessante : il faut que les travailleurs sachent que la foi qui n’agit pas n’est pas une foi sincère. »

« C’est la raison pour laquelle l’Administration municipale, en offrant à l’œuvre du Palais du Travail le terrain nécessaire à son édification et la collaboration du Conseil municipal tout entier, désire laisser au Comité de Patronage instauré sur le modèle de l’Office municipal des HBM l’honneur et la personnalité de la création et du fonctionnement de cette œuvre. Ce sont les travailleurs organisés dans leurs syndicats, dans leurs coopératives, dans leurs sociétés de secours mutuels, dans leurs sociétés sportives et artistiques, qui désigneront les délégués du Comité de Patronage en accord complet avec les délégués du Conseil municipal que vous voudrez bien désigner. »

  • 6 Registre des délibérations du Conseil municipal de Villeurbanne, séance du 20 mai 1927.

« Nous estimons que la réalisation financière par voie de souscription publique est la seule voie admissible pour le moment, mais il est du devoir du Conseil municipal de Villeurbanne de donner, dès avant la fondation de cet organisme, un exemple qui sera commenté, admiré et suivi. »6

13Ce texte, que nous avons voulu reproduire presqu’in extenso, détaille, d’une manière assez complète, les buts de cette éducation populaire de la classe ouvrière. C’est tout d’abord une mise en œuvre de la véritable démocratie par l’action. La municipalité donne l’impulsion en déblayant les gros obstacles tels que l’acquisition du terrain, et se contente de contrôler la bonne marche de l’ensemble du projet, mais la réalisation collective est laissée aux citoyens qui sont rendus responsables. C’est la vie civique par et pour les habitants qui ne doivent en aucun cas devenir des consommateurs. L’éducation populaire, c’est aussi la mise en commun active et concrète d’une morale et d’une foi qui peuvent devenir universelles et réaliser ainsi une véritable unité.

14Ce texte nous montre par ailleurs comment cette visée éducative va s’incarner dans un support matériel qui n’est que le début d’un ensemble urbain. Lazare Goujon ne sait pas encore, en 1927, que les logements collectifs qu’il projette de construire avec ce Palais du Travail et la nouvelle Mairie formeront le centre-signe d’une ville différenciée qui se cherchait depuis déjà plusieurs années. L’idéologie socialiste qui s’est précisée, globalisée, enrichie sous la poussée des évènements urbains, franchit ici un seuil nouveau de la différenciation en franchissant le seuil de la réalisation matérielle. Si Lyon désormais voulait annexer Villeurbanne, il n’annexerait plus une banlieue ou un faubourg assimilable au reste, il annexerait une ville autonomisée idéologiquement et surtout un espace marqué matériellement pour et par cette idéologie. La municipalité villeurbannaise, qui peut toujours craindre une annexion juridique, représente désormais une entité caractérisée dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise... Ce texte révèle que les socialistes villeurbannais viennent d’enclancher le processus qui les conduit à un marquage caractérisé de l’espace : le Nouveau Centre s’impose.

Une première étape : la réponse à la question du logement

15Après avoir réorganisé le fonctionnement de l’administration municipale, en particulier en créant des régies pour en faire un outil efficace au service de ses desseins sociaux, le Conseil municipal voulut s’attaquer au problème le plus urgent et le plus criant dans la cité ouvrière : le logement des ouvriers et les conséquences urbaines du logement que sont la voirie et les équipements.

Les HBM

16Normalement, l’Office municipal, soutenu par les aides de l’État, aurait dû demeurer le premier promoteur chargé de répondre à l’importante demande de logements. On sait que trois groupes d’HBM avaient déjà été construits : rue Colin, cours Émile-Zola, Chemin des Buers, non sans difficultés, car les subventions de l’État tardaient à venir, alors que le prix des matériaux de construction augmentaient. Même achevés, ces appartements sociaux, pourtant fort attendus, n’avaient pas tous trouvé acquéreurs car, les loyers étaient trop élevés pour la plupart des ménages de cette catégorie, en particulier dans les F4 prévus pour foyers d’au moins trois enfants. Le Conseil municipal avait dû voter une allocation spéciale de 100 F par enfant de moins de 13 ans pour permettre aux intéressés l’accession à ces logements.

PLAN DES LOTISSEMENTS EN 1934 (d’après Marc Bonneville)

PLAN DES LOTISSEMENTS EN 1934 (d’après Marc Bonneville)

17Le quatrième groupe d’HBM municipaux était prévu rue Michel-Servet, tout près des terrains de la C.A.M. où seront édifiés les gratte-ciel. Au début de 1930, le retard de l’ensemble des crédits de l’État pour cet ilôt faillit mettre le budget municipal en déficit. Pour la municipalité, il était clair que, si elle ne comptait que sur les dispositions législatives de la nation, elle n’arriverait jamais à faire face aux besoins locaux. Il fallait frayer d’autres voies, chercher d’autres montages financiers, innover en matière d’urbanisation.

Les lotissements

18Les gens n’avaient pas attendu les initiatives municipales pour tenter de résoudre ce problème primordial. Les choses s’étaient passées à Villeurbanne comme en beaucoup d’autres villes françaises où l’industrie avait grossi. Devant l’ampleur de la demande, beaucoup de propriétaires fonciers, petits ou moins petits, avaient enlevé leur terrain à l’agriculture pour le lotir, sans l’équiper le plus souvent. A Villeurbanne, au début, ils se contentèrent de le louer, parcelle par parcelle, le rapport, même avec des ouvriers aux faibles moyens, étant nettement meilleur qu’au temps du fermage (la qualité agricole de ces terrains inondables n’avait jamais été bien merveilleuse). Nombre de lotissements qu’on qualifiait de façon pudique dans le langage administratif, de défectueux s’étaient ainsi implantés. Marc Bonneville en a répertorié une cinquantaine, représentant 1.800 lots et recouvrant 80 ha, qui ont fait l’objet à un moment ou à un autre d’une procédure de « normalisation », mais il y en eut certainement d’autres.

19S’appuyant sur la législation de 1924 et 1928 (Loi Loucheur) qui prévoyait un apport de l’État, la Municipalité, soucieuse d’hygiène, de promotion sociale et de rationalité dans le développement urbain, se mit à la disposition des groupements privés qui avaient commencé de s’organiser, pour faciliter leur entreprise (démarches juridiques, déblocage des crédits, etc.). Elle permit également à des individuels de se regrouper. Elle leur fit connaître les possibilités légales et les démarches à suivre.

20On recense ainsi entre 1925 et 1934, dans les registres des délibérations du Conseil, des prises en charges administratives de demandeurs divers : propriétaires fonciers, coopératives privées, syndicats d’habitants, groupements d’individuels en possession de terrains à lotir. Une procédure mixte Municipalité/initiative privée finit par fort bien fonctionner et on lui doit une part notable de l’urbanisation villeurbannaise.

Cottages villeurbannais en construction

Hall de la Compagnie d’Application Mécanique à l’emplacement duquel a été ouverte l’avenue Henri-Barbusse

Cottages en construction Le terrain a été acheté par la commune

21Ainsi sortirent de terre, vers la route de Crémieu le « Domaine du Combattant », vers les Poulettes la « Cité Familiale », aux Buers « Jardins et Foyers » qui se voulait une « cité-jardin » pour employés municipaux, et bien d’autres à Croix-Luizet, à Cyprian, à Cusset, à St-Jean.

22Par ailleurs, la municipalité encourage les projets de certains industriels qui veulent bâtir dans la tradition des cités ouvrières du début du siècle (Mulhouse, Montceau-les-Mines) des ensembles industriels où non seulement ils logeraient leurs ouvriers mais aussi leurs cadres. Celui de la Société immobilière patronnée par Gillet sur le terrain de la Ferrandière est un des plus importants. Il ne verra que partiellement le jour. La Cité de la Soie, par contre, construite à la limite de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne, sera réalisée.

Les cottages

  • 7 Le Bulletin municipal officiel d’octobre 1930 publie le texte d’une conférence faite aux cottagist (...)

23Dans toutes les réalisations qui viennent d’être citées, l’action municipale ne fut qu’indirecte : la promotion et la maîtrise-d'œuvre restaient le fait de particuliers regroupés. En 1930, malgré les initiatives et les efforts de l’Office d’HBM, les demandeurs de logements restaient fort nombreux. S’inspirant des réalisations des cheminots de Tours, qui avaient eux-mêmes construit leur pavillon sur des terrains achetés par la Compagnie de Chemin de Fer, Lazare Goujon, qui était allé lui-même les visiter, entreprit d’imiter cet exemple. Un terrain agricole (10 ha) fut acheté aux Brosses, au-delà du Boulevard de Ceinture, avec des fonds de la ville. Il fut partagé et des candidats cottagistes, qu’on avait sélectionnés sur des critères de solvabilité et de bonne santé, se mirent à construire leur propre maison en s’entraidant le samedi et le dimanche. Ces « castors » étaient regroupés par groupes de 16 à 18, ils avaient reçu un minimum d’information pour pouvoir devenir des bâtisseurs7. Ils étaient 400 au départ mais la crise de 31-33 réduisit à 75 cottages le lotissement des Brosses.

Les Gratte-Ciel

  • 8 L. Goujon reviendra souvent sur cette carence pour montrer combien elle est à l'origine des opérat (...)

24La municipalité était bien consciente que cet effort direct, qui ne satisfaisait que quelques centaines d’individus et leurs familles, était insuffisant pour prétendre résoudre la crise du logement. La carence de l’État8 contraignait à innover non seulement à petite échelle, comme aux Brosses, mais dans une vaste opération, dont nous allons maintenant parler.

LE NOUVEAU CENTRE URBAIN

L’élaboration du projet

25Contrairement à ce que croient beaucoup d’architectes, d’urbanistes, d’élus locaux ou de Villeurbannais, le Centre urbain (appelé couramment les Gratte-Ciel) n’a pas été un projet global entièrement conçu et prémédité en chambre. La conception de cet ensemble est née peu à peu sur quelques années, fruit de quelques opportunités et de beaucoup de contraintes : des terrains se sont trouvés disponibles, le besoin de logements collectifs ne cessait de croître et l’ancienne mairie était de toute évidence trop petite. Mais déjà les plans du Palais du Travail, l’emplacement de sa construction et son mode de financement étaient déterminés.

26Le nouveau centre urbain se présente comme le signe le plus évident de la différenciation villeurbannaise. Une bonne compréhension des divers aspects de cette réalisation demande tout d’abord la reconstitution chronologique du déroulement et de l’enchaînement des décisions politiques, juridiques et financières.

De 1925 à 1929

27Dès 1925, l’administration municipale et le Conseil ont été amenés à s’intéresser aux terrains qui recevront le nouveau centre. La Compagnie d’Application Mécanique, dont l’usine est installée 18, cours Emile-Zola, demande en janvier 1925 la possibilité de s’agrandir. De son côté, la municipalité socialiste, qui vient d’être réélue, sait qu’elle aura un grand besoin de terrains, tout particulièrement au centre. Elle laisse à la CAM les surfaces nécessaires à son extension, mais lui reprend (gratuitement), moyennant des compensations diverses (viabilisation de rues, possibilité de branchements d’égouts), un vaste quadrilatère de 19.200 m2, situé entre la rue A.-France (derrière l’usine) et la rue Germain (future rue Louis-Becker). A l’occasion de ces tractations, le maire, Lazare Goujon, déclare :

« L’administration municipale a depuis longtemps projeté dans ce quartier la création d’un vaste ensemble architectural comprenant : piscine, bains douches, groupe scolaire, maison du peuple, place publique, maisons ouvrières. L’emplacement cédé par la CAM conviendra parfaitement à la réalisation de ce projet... »

28Comme on peut le constater dans ce texte, il n’est pas encore question du Palais du Travail (même si l’on peut supposer que dans l’esprit du maire, ce qu’il appelle « maison du peuple » y corresponde), ni de nouvelle mairie, ni d’immeubles collectifs. Mais il est clair que le chef de file des socialistes tient à ce que la collectivité contrôle les terrains du centre géographique de la commune et y implante la marque d’une vie sociale spécifique à Villeurbanne.

23 décembre 1929

29Le maire attire l’attention des conseillers municipaux sur ce « vaste quadrilatère limité par les rues Germain, Michel-Servet, Paul-Verlaine et la rue Anatole-France ». Depuis mai 1925, date de la cession par la CAM, les rues qui entourent ce terrain ont été soigneusement viabilisées, et déjà deux parcelles sont l’objet de négociations entre la mairie et deux organismes intéressés à des constructions d’utilité publique : d’une part, la FONDATION POUR LE PALAIS DU TRAVAIL constituée pour bâtir cet édifice en bordure de la rue Germain, et, d’autre part, le Ministère des Postes qui veut réaliser un centre téléphonique et un deuxième hôtel des Postes. Entre ces deux constructions, il reste un espace assez grand pour édifier une nouvelle mairie, regroupant de nombreux services administratifs municipaux et même départementaux actuellement dispersés dans la ville. Ce nouvel édifice serait bordé devant et derrière de deux belles places publiques. A cette date, il n’est pas question d’édifier à cet endroit des logements sociaux.

30Le Maire tient par contre à ce que l’Hôtel de Ville soit bien dégagé pour être, comme le disent aujourd’hui les architectes, un « signe de ponctuation » au centre de la ville. 1 million 200.000 francs sont finalement votés pour acheter ce deuxième terrain à la CAM, soit 12.250 m2. En juillet 1929, 2.462 m2 ont également été achetés à la même société pour agrandir l’usine d’incinération le long de la rue Paul-Verlaine.

20 janvier 1930

  • 9 M. Robert GIROUD, architecte du Nouvel Hôtel-de-Ville, né à Collonges-sur-Saône, le 1er août 1890, (...)

31Moins d’un mois après, le Conseil met au point le règlement du concours pour la construction de la nouvelle mairie. L’opération sera financée en partie par une subvention de 3 millions octroyée par l’État, en partie par la vente (environ 2 millions) de l’ancienne mairie à la direction régionale des PTT disposée à en faire un Hôtel des Postes. Le Palais du Travail étant en bonne voie de réalisation, il n’y a pas à hésiter pour entreprendre l’édification du nouveau centre. Notons toutefois qu’il n’est toujours pas question d’un ensemble de logements. Le règlement du concours d’architecte est rédigé et le jury désigné. Ce dernier rendra son verdict le 16 juillet. Le 1er prix revient au Lyonnais Robert Giroud9.

25 avril 1930

32Lazare Goujon vient annoncer au Conseil municipal que l’Association pour la construction du Palais du Travail, œuvre privée dont il est le président, ne peut faire face financièrement à son programme qui est :

  1. de construire un Dispensaire général d’hygiène sociale,
  2. d’édifier une salle des fêtes « absolument indispensable dans une grande ville ouvrière, qui compte un grand nombre de sociétés de secours mutuels, de syndicats, de coopératives, de sociétés sportives, musicales et artistiques »,
  3. de créer une Bourse du Travail.
  • 10 M. Morice LEROUX, architecte du Palais du Travail, des immeubles de la Société Villeurbannaise d'U (...)

33Les subventions de la commune et du Conseil général ne suffisent pas, et la souscription lancée sur la ville n’a pas fourni ce qu’on espérait. Le Conseil décide de prendre en charge la construction de ce qui est commencé « à condition que l’immeuble devienne et reste exclusivement propriété communale ». Le 2 mai, le Conseil d’administration de la Fondation « le Palais du Travail » ratifie cette décision. Le coût de l’opération sera de 5 millions, d’après l’estimation de M. Morice Leroux, architecte urbaniste chargé du projet10. Ce dernier va d’ailleurs, à la demande du maire, faire une proposition pour le plan d’ensemble du quartier. Mais à cette date, nous n’en sommes pas encore là : Lazare Goujon est surtout préoccupé de permettre la construction des deux édifices publics qui lui paraissent indispensables.

1er août 1930

34C’est la date importante. Le maire expose longuement le projet global qui a mûri définitivement pendant les derniers mois. Il commence par rappeler l’accroissement énorme de la population villeurbannaise (en 30 ans, elle a plus que triplé) et les besoins qui ont résulté de cet accroissement.

« Parmi les différents problèmes nés de ce développement incessant, rappelle le Maire, certains ont un caractère d’urgence, tels celui de la voirie et des voies de communication, celui des bâtiments publics et enfin celui du logement des habitants ».

35Et plus loin, il poursuit :

« Pour compléter le programme d’urbanisme entrepris et pour le développer, la Municipalité a élaboré un projet qui a pour but de résoudre les trois problèmes principaux dont je viens de vous entretenir. Si vous le voulez bien, récapitulons-en les étapes et indiquons les moyens qui nous permettront d’en assurer la réalisation totale. »

  • 11 Avec la Société Schwartz-Haumont, qui renoncera aussi et qui vendra son terrain du cours E.-Zola p (...)

36Lazare Goujon refait rapidement l’histoire de l’acquisition des terrains de la CAM situés au sud de la rue Anatole-France (soit 40.000 m2), de la rétrocession d’une partie de ces sols à l’office des HBM qui a commencé de construire un premier bloc rue Michel-Servet, d’une autre partie à l’usine d’incinération rue Paul-Verlaine, et d’une troisième partie à l’administration des Postes pour l’édification d’un central téléphonique. Sur les terrains restants, le Conseil municipal a déjà décidé de construire la nouvelle mairie et le Palais du Travail. Mais un fait nouveau intervient : la CAM a décidé, au début de l’année 1930, de fermer ses portes à Villeurbanne, bien qu’elle emploie encore 1.000 ouvriers et ouvrières11. N’y aurait-il pas lieu d’acheter le terrain de l’usine elle-même pour obtenir une façade et une communication sur le Cours Emile-Zola en prolongeant l’avenue large de 30 mètres qui, partant de la future mairie, devait s’arrêter rue Anatole-France ? 6.720m2 de terrain vont se trouver encore disponibles à un prix abordable (3.700.000 francs) de chaque côté de cette voie pour des constructions d’immeubles collectifs. Le troisième objectif sera atteint après la viabilisation et la construction des édifices publics indispensables. Il en coûtera à la commune 17.700.000 F, décomposés de la manière suivante :

- Construction de la Mairie

7.000.000

- Achévement du Palais du Travail

5.000.000

- Mise en état de viabilité

2.000.000

- Acquisition de l’usine de la CAM

3.700.000

37C’est une somme fort élevée pour la commune, mais le maire ne veut pas s’arrêter au milieu du gué. Maurice Leroux est venu lui présenter la maquette de l’ensemble : tracé des rues, Palais du Travail, Nouvelle Mairie avec deux places, nouveaux immeubles. Les trois objectifs y sont contenus : on ne peut plus reculer devant une telle opportunité. Le seul problème est donc celui du financement. Après avoir écarté la solution d’une vente de terrains, à court et à moyen terme qui aurait pour inconvénients graves d’entraîner des charges immédiates incompatibles avec les finances locales et l’aliénation d’une partie du patrimoine communal, le maire poursuit, lors de la séance du conseil :

« L’administration communale a estimé qu’elle n’avait pas le droit de le faire et qu’elle se devait de conserver à la collectivité la propriété des terrains quitte à en aliéner temporairement la jouissance pour en tirer des ressources immédiates : c’est dans cette voie qu’elle a engagé ses recherches......
à la suite de longs pourparlers entrepris avec le « Comptoir d’Entreprises et de Travaux Urbains », société dont le siège est à Paris, 27, rue de Madrid, un accord a pu se faire avec cette société pour l’exécution entière du programme dont je viens de vous entretenir. »

38De ces négociations il ressortait que le Comptoir d’Entreprises s’obligeait à :

  • La construction de la nouvelle mairie pour une somme de 7.000.000 (4.000.000 à sa charge, 3.000.000 à la charge de la commune)
  • L’achèvement du Palais du Travail (5.000.000 F)
  • L’exécution de la viabilité des terrains (2.000.000 F)
  • La réalisation d’immeubles à loyers modérés sur les terrains loués par la Commune par bail emphytéotique de soixante ans, jusqu’à concurrence de 100.000.000 francs.

39Pour atteindre cet objectif, le Comptoir devait, d’après l’article 9 du contrat, constituer une société anonyme dite « Société Villeurbannaise d’Urbanisme », d’un capital de 10.000.000 francs. Le maire précisait que « les statuts de cette société... ont été établis en conformité avec les décrets des 28 décembre 1926 et 17 févier 1930 sur la participation des communes à des entreprises privées ». La commune devait recevoir à titre de redevance, en raison de ses apports, des actions de cette société en proportion de 34 % du capital.

40De son côté, la Commune s’obligeait à :

  • La location à la Société par bail emphytéotique de 60 ans pour une somme annuelle de 1.000 francs, de 19.070 m2 de terrain (tout ce qui ne servait pas à la construction de la Mairie et du Palais du Travail).
  • Garantir les emprunts réalisés pour la construction de la mairie (3.000.000 francs), l’achèvement du Palais du Travail (dispensaire, salle des Fêtes, Bourse du Travail) (5.000.000 francs), les travaux de viabilité (2.000.000 francs) et les sommes nécessaires aux achats de terrains et construction de logements. Au total l’emprunt s’élevait à 100.000.000 francs.

41Lazare Goujon énumérait ensuite les conditions principales que l’administration municipale avaient mises à la réalisation du contrat :

« Il est entendu, disait-il, que les loyers des immeubles construits sur les terrains loués par la commune serviront tout d’abord au paiement des intérêts et amortissements du ou des emprunts contractés pour la construction de la Mairie, du Palais du Travail, le paiement des frais de viabilité, l’acquisition de l’usine de la CAM et la construction des immeubles d’habitation. Il est également entendu qu’à l’expiration du bail emphytéotique, la commune retrouvera purement et simplement la libre jouissance de ses terrains et prendra celle des immeubles à loyers sans aucune charge ou sujétion quelconque. Le contrat fixe également en détail les conditions dans lesquelles seront établis les prix des travaux, le point de départ de la garantie de la commune, etc. »

42Et le discours se terminait sur des perspectives nettement optimistes :

« L’administration municipale a retenu la proposition du « Comptoir d’Entreprises et de Travaux urbains » comme étant la plus avantageuse. En effet, par ce moyen, la réalisation du programme peut s’effectuer sans exiger aucune dépense par la commune. Il résulte de la prévision financière établie par M. Leroux, architecte, qui sera chargé de la direction des travaux des groupes d’habitation, que le produit des loyers des immeubles procurera, toutes charges déduites, y compris celle du remboursement des emprunts, un excédent de recettes d’environ 3.000.000 francs, lorsque le projet sera entièrement réalisé. Cet excédent est largement suffisant pour couvrir les annuités des emprunts qui seront contractés pour la construction de la mairie, du Palais du Travail, les travaux de la voirie, l’acquisition de l’usine de la C.A.M. Aussi est-il à peu près certain que la garantie accordée par la commune pour les emprunts n'aura plus à jouer, ou même s'il survenait des événements défavorables, imprévisibles actuellement, cette garantie ne jouerait que dans une faible proportion. Dans cette dernière hypothèse elle-même, les risques seraient plus apparents que réels. En effet, les ressources nouvelles qui seront procurées à la commune par la construction de ces différents groupes d’immeubles avec magasins, logements d’habitation à loyers modérés seront considérables. Elles détermineront une augmentation importante de la valeur de notre centime, des augmentations très sensibles sur le produit de nos différentes taxes (taxes sur l’enlèvement des immondices, sur le branchement aux égouts, taxe sur la valeur locative des locaux industriels et commerciaux, taxe sur les automobiles, etc.). Ces suppléments de ressources compenseront, et au-delà, toutes les annuités que la Commune pourrait être appelée à verser en raison de sa garantie, quelle que soit d’ailleurs l’importance des annuités. Les charges des contribuables ne seront donc pas alourdies par la réalisation de ce projet, et nous avons la ferme conviction qu’elles seront sensiblement allégées. La perte de jouissance des terrains loués par bail emphytéotique pour 60 ans sera largement compensée par les avantages obtenus en faveur de la commune ».

43Le Conseil municipal votera le projet et approuvera le contrat. Les diverses constructions commencèrent aussitôt selon des techniques révolutionnaires pour l’époque.

Les constructions

Les nouveaux édifices publics

  • 12 Union Provencale des Travailleurs Intellectuels.

44Le 17 octobre 1934, Monsieur Fleury, ingénieur-directeur des services techniques de la ville, faisait à Marseille une conférence devant les techniciens de l’industrie regroupés dans l’UPTI12 sur l’aspect technique des réalisations villeurbannaises. Plutôt que de décrire nous-mêmes les constructions du nouveau centre, nous préférons laisser la parole à ce technicien qui fut un des porte-parole officiel de la municipalité. Non seulement, il explique la nouveauté des techniques mises en œuvre, mais surtout il reproduit le discours sur la différenciation tel que le conseil municipal pouvait l’exprimer à l’époque. Pour ces deux raisons, c’est un témoignage irremplaçable.

45Mr Fleury parle tout d’abord de la nouvelle mairie :

« Extérieurement, ces saillies verticales sont-elles des colonnes qui voudraient donner l’illusion qu’à notre âge du ciment armé on bâtit toujours comme les Grecs et les Romains ? Nullement, cet édifice est un simple bâtiment rectangulaire où les larges verrières sont encadrées de contreforts qui remplacent les murs absents et viennent souligner la solution moderne adoptée par l’architecte... Extérieurement, que remarque-t-on encore ? un beffroi massif d’un seul jet. Il symbolise à la fois : par son élévation, la vigilance des édiles, par sa pure verticale exempte de saillie, leur volonté inflexible de « réaliser ». »

Le théâtre avant la restauration de 1971

Premier étage du théâtre La Brasserie devenue ensuite Régie de la Télévision Régionale

La première aile (gauche) construite du Palais du Travail. On sait l’importance que Lazare Goujon accordait à l’hygiène. Vue prise de la Mairie en construction.

Le Stadium... qui n’a jamais été achevé...

Mairie et Gratte-ciel en construction. Au premier plan : future place Lazare-Goujon

Intérieur d’un appartement aux Gratte-ciel

46Cette dernière phrase montre à l’évidence que les techniciens de la mairie sont acquis à la perspective idéologique de Lazare Goujon. Désormais, il y a un point haut, visible de tous, d’où les gardiens de la cité « veillent » sur la ville qu’ils ont autonomisée et dont ils vont commencer les « réalisations ». Le langage de la différenciation et de la localisation est ici net et précis.

« L’intérieur est bâti sur un plan très simple, très clair, qui traduit bien l’intention qui fut celle de l’Administration communale, de mettre tous les organismes municipaux « au service » de chaque contribuable de la cité, de chaque « citoyen ».
Au rez-de-chaussée, on trouve les organismes qui doivent posséder un accès direct sur l’extérieur : Perception, Commissariat de Police, Services techniques, Enregistrement et Timbre. Au premier étage où l’on accède directement des deux façades par de larges escaliers, les Services administratifs sont groupés dans deux vastes halls, très aérés et très éclairés. Le deuxième étage constitue l’étage de « réception ». C’est là qu’on trouve le Maire, les Adjoints, le Secrétariat, la Salle de Conseil, la Salle des Mariages, la Bibliothèque. On le voit, tout est simple et net ; pas de ces couloirs interminables sur lesquels s’ouvrent des portes mystérieuses que « l’assujetti » n’ose pousser qu’avec timidité dans la crainte d’être renvoyé vers une porte encore plus introuvable.
Dans cette « maison commune », l’air, la lumière et les regards au public pénètrent sans entrave. Conséquence clairement exprimée par l’architecte des conceptions qu’ont fait prévaloir les hommes qui administrent aujourd’hui la cité. »

47Autre marque de différenciation qu’explicite ici le chef des Services Techniques : l’architecture exprime un socialisme municipal qui détruit systématiquement toutes les barrières entre l’administration et les administrés, tout particulièrement la barrière du secret. L’élu se veut serviteur et serviteur accessible, la « maison commune » est une maison de verre.

« Le « Palais du Travail », poursuit M. Fleury, comporte un corps central de bâtiment et deux ailes. Celle de gauche abrite un dispensaire ainsi que le Bureau d’hygiène. Celle de droite comprend des salles de réunions et des bureaux pour les sociétés. Dans l’une comme dans l’autre, on a installé une vaste salle de conférences, où des causeries sont données relatives là à l’hygiène, ici aux arts et à la science.
Même diversité harmonieuse dans la distribution du bâtiment central dans la partie supérieure, une salle de théâtre et de fêtes pour 1.300 spectateurs ; au-dessous - formant en quelque sorte entresol, mais un entresol de grande hauteur - une brasserie-restaurant. Enfin, encore en dessous de cette brasserie, une piscine. On voit que tous les goûts peuvent s’y satisfaire. »

48Le conférencier fait remarquer que le système d’éclairage de la piscine est unique en son genre en Europe : le bassin est en effet éclairé par des projecteurs situés en dessous de la surface de l’eau sur les côtés, ce qui permet de ne pas éblouir les nageurs, de bien surveiller les baignades et même d’illuminer l’ensemble de cette salle en sous-sol.

Les Gratte-ciel

49L’ingénieur-chef en arrive enfin à la description des Gratte-ciel eux-mêmes :

« Les bâtiments à loyers sont répartis en six blocs et comportent au total 1.500 appartements de 2 à 7 pièces. Ce sont les appartements de 3 pièces, qui sont de beaucoup les plus nombreux. Tous ces appartements sont dotés d’un confort complet : ascenseurs, vidoirs à ordures ménagères, chauffage central, distribution d’eau chaude, branchement pour cuisine électrique et T.S.F. par connexion avec une centrale de distribution.
En plan, à partir soit du premier étage, soit de l’entresol, les bâtiments présentent une suite de redans de telle sorte - et c’est là le point le plus important - que toute cour intérieure a pu être proscrite, toutes les pièces prenant jour sur la voie publique, soit directement, soit par les redans. Les Hygiénistes et les Urbanistes savent tout le mal qu'il faut penser de la cour intérieure, puits nauséabond où, presque jamais, ne pénètre le moindre rayon de soleil. Ces redans, dont je vous parle, sont largement ouverts sur la voie publique, et n’ont qu’une faible profondeur. En outre, ils sont larges de 12 mètres...
...Si, en plan, ces immeubles présentent des redans, en élévation, ils sont constitués, à partir d’une certaine hauteur, par une succession de terrasses. Le règlement municipal n’aurait pas pu autoriser des constructions s’élevant de onze étages à l’aplomb de la voie publique. C’est seulement en utilisant toutes les ressources du gabarit que cette opération a été possible. Et voyez comme les conséquences de cette réglementation qu’on dit trop sévère, sont heureuses. D’une part, la voie publique est bien dégagée, on n’a nullement l’impression d’être ensérré entre deux rangées de hauts murs. D’autre part, de nombreux locataires ont à leur disposition une petite terrasse dont la présence est fort appréciable. Deux avantages qui n’auraient pas existé si on avait autorisé des constructions s’élevant de 35 mètres à la limite de la voie publique...
...A Villeurbanne, les solutions nouvelles ont été rendues facilement réalisables grâce à l’emploi de la charpente métallique. Cet emploi a également permis d’obtenir un prix de revient intéressant, d’autant plus que les « blocs » sont constitués par une suite d’éléments semblables appelés « Cellules » dont les charpentes sont identiques et pouvaient donc être établies à bien meilleur compte. »

50On peut noter combien les thèmes idéologiques du socialisme de la municipalité ont trouvé leur application dans cette réalisation urbaine : l’hygiène, la rationalité, l’esthétique, l’économie. De plus, tous ces avantages sont mis au service de la classe sociale qui jusque-là a subi l’inégalité et l’injustice. Une nouvelle convivialité commence au sein de la nouvelle cité qu’on a voulu différente.

  • 13 Il faut encore signaler deux autres articles techniques parus à l’époque sur ce nouveau centre urb (...)

51Mr Fleury s’étendait encore longuement sur la conception particulière des deux grandes tours de 19 étages qui remplissent le rôle de « porte de la Cité » et aussi sur le nouveau chauffage urbain qui distribuait de la vapeur d’eau, non seulement à l’ensemble de ce nouveau centre pour ce chauffage, mais aussi à plusieurs usines du voisinage, abaissant ainsi de manière sensible le prix des charges13.

Gratte-ciel en construction 1932, 1933 Future rue Henri-Barbusse

Gratte-ciel en construction Les structures métalliques. Rue Michel-Servet

Habillages (cages d’escalier)

Habillages (redents, balcons, magasins

Avenue Henri-Barbusse et la porte sur la ville

Le stadium

52Pour compléter cet ensemble urbain où les logements, les équipements administratifs, associatifs et culturels étaient regroupés, Lazare Goujon voulut construire aussi un bel équipement sportif sous la forme d’un vaste stadium de 8.000 places avec une piste cycliste couverte de 200 mètres et un espace central pour le patinage, mais aussi pour la boxe et les sports d’équipe de petit gabarit (basket-ball, volley-ball, etc.). Ce stadium devait prendre la place de l’usine de mécanique Schwartz-Haumont qui, comme la CAM, avait décidé de fermer ses portes. Ce terrain était situé sur le cours E.-Zola, non loin du nouveau centre. Le 25 avril 1933, puis le 26 juin, enfin le 2 octobre, le maire expose son projet. Le coût du projet serait de 8.000.000 F, terrain compris. Sa réalisation financière serait effectuée sans qu’il soit nécessaire de recourir à un nouvel emprunt. 11 explique que les fonds seraient prélevés sur les disponibilités dont dispose la SVU, disponibilité provenant :

  1. de l’ajournement des 7e, 8e et 9e parties du programme de construction dont le rapport n’est pas immédiatement avantageux ;
  2. des bénéfices procurés par la réalisation directe par la Commune et dans des conditions très avantageuses, de la deuxième tranche d’emprunt du projet d’urbanisme ;
  3. des reliquats obtenus sur le coût des travaux de la SVU.

53Le Conseil approuvera et les travaux commenceront, mais l’édifice sera loin d’être terminé en mars 1935, au moment des élections municipales qui amèneront la défaite de Lazare Goujon et de son équipe. La municipalité communiste affirmera très nettement dès le début de son mandat, son intention de ne pas poursuivre. En 1937, elle changera d’avis mais ne trouvera pas pour autant les ressources nécessaires. La guerre viendra sans que rien n’ait changé. Les charpentes métalliques, prévues pour la toiture seront même revendues. Dès 1945, Lazare Goujon, revenu au conseil, défendra à nouveau le projet mais on verra comment, malgré ses inépuisables efforts, il ne réussira pas à résoudre le problème du budget de fonctionnement d’un équipement aussi lourd. En définitive, les éléments construits seront démolis en 1967 pour laisser la place à un parking. En 1958, une Maison des Sports de 3.000 places sera construite pour abriter les manifestations sportives villeurbannaises. Lazare Goujon ne réussira donc pas à faire jouer la différenciation sur le terrain des aménagements sportifs en proposant à ses administrés des équipements couverts que Lyon ne possédait pas.

Évolution du rôle et des statuts de la S.V.U.

54Si les constructions que nous venons de décrire commençait de s’édifier et devaient être réalisées jusqu’à leur finition selon les plans prévus par les architectes, il n’en allait pas de même pour les perspectives financières et l’encadrement juridique. Il n’est pas dans notre intention, ici, de retracer dans le détail les diverses péripéties dont la SVU fut le centre (cela demanderait une étude particulière). Nous nous contenterons d’indiquer quelques jalons :

556 juin 1931 : Des entrepreneurs locaux, lyonnais et villeurbannais, ont donné leur accord pour constituer une société d’urbanisme chargée de réaliser le nouveau centre. Les statuts sont déposés le 8 juin à la Préfecture. Chaque corps de métier possède deux représentants parmi les actionnaires et ces derniers sont chargés de la construction : ils sont directement intéressés à la réussite de l’opération. La Banque Morin-Pons et Cie, bien connue à Lyon, se charge d’émettre une première tranche de l’emprunt : « 50.000.000 francs d’obligations à 4,5 %, demi-net, à 980.000 F, amortissables en 30 ans », pour le compte de la nouvelle société. Lazare Goujon devient président du conseil d’administration de cette nouvelle société avec l’autorisation du Conseil municipal.

5627 juillet 1931 : Jean-Louis Rossiaud, 1er adjoint, désigné pour représenter le maire, devenu président du conseil d’administration de la SVU, signe le bail emphytéotique prévu depuis l’année précédente.

5718 septembre 1931 :

« Le maire expose au Conseil municipal que certaines difficultés, dues principalement à l’éloigement où se trouvait le Comptoir d’entreprises et de Travaux Urbains, menaçaient d’apporter une certaine lenteur à l’exécution du projet ; il explique qu’il est apparu alors, que la Société Villeurbannaise d’Urbanisme, qui s’est constituée suivant les conditions du contrat (passé avec le Comptoir) et en conformité avec les décrets des 28 novembre 1926 et 17 février 1930, pouvait très bien se substituer au Comptoir d’Entreprises et de Travaux Urbains pour la réalisation du projet. »

58Nous reproduisons textuellement le texte du compte-rendu du registre des délibérations. On peut aussi supposer que le Comptoir d’Entreprises s’est retiré parce que les conditions acceptées l’année précédente lui paraissaient désormais risquées dans le contexte de l’aggravation de la crise économique. Un nouveau contrat est donc signé entre le maire et la SVU.

  1. Les frais de construction de la mairie sont maintenant prélevés jusqu’à concurrence de 7.000.000 sur les fonds de l’emprunt garanti par la Ville, alors que dans le précédent contrat, le Comptoir prenait à sa charge la construction de la Mairie jusqu’à concurrence de 4.000.000.
  2. La ville de Villeurbanne sera chargée de l’exécution des travaux de viabilité concernant le projet.
  3. Le précédent contrat prévoyait que les deux premières annuités de l’emprunt seraient prélevées sur le produit net d’émission ; le nouveau contrat fixe les nouvelles modalités comportant notamment un prélèvement sur le capital social de la SVU.
  4. Le capital de la SVU, qui était prévu à 5.000.000 F, est porté à 10.000.000 F.

59Toutes les précautions d’exécution et garanties en ce qui concerne les intérêts de la commune sont, bien entendu, maintenues. La grande nouveauté de la situation est que désormais tout se passe entre Villeurbannais ou assimilés.

6027 juin 1932 : Le Conseil donne son accord pour une augmentation du devis : les édiles municipaux étaient contraints de se donner un nouveau prix-plafond de 9 millions pour la mairie et de 7 millions pour le Palais du Travail. Un nouvel emprunt de 3.685.000 F était même voté comme complément de dépenses.

61Dans le courant de l’été, la banque Morin-Pons, qui s’était chargée de recueillir au nom de la SVU, la première tranche de l’emprunt de 1 10 millions, informe la Société qu’elle tiendra ses engagements en ce qui concerne cette première tranche, mais que, devant l’ampleur de la crise économique, elle se retire pour la suite car ses conditions seraient trop onéreuses. A ce point de son évolution, l’affaire se présentait très mal. Lazare Goujon n’avait plus qu’un recours : l’État. Dans sa longue communication du 22 janvier 1934, dans laquelle il reviendra sur l’ensemble du déroulement de l’opération, il dira :

« Résolu à surmonter toutes les difficultés, je vous mis au courant de la situation, et, d’accord avec vous, je n’hésitai pas à demander au Conseil d’État de modifier son décret. Le 13 décembre 1932, le Président de la République promulguait un nouveau décret autorisant la commune à emprunter elle-même pour le paiement des travaux exécutés par la SVU. Cette formule, que le Conseil d'État n’avait pas voulu examiner l’année précédente et qu’il acceptait maintenant, après contrôle documentaire, comme une preuve de confiance envers la Municipalité de Villeurbanne, aboutissait à des conséquences heureuses sur quatre points :

  • plus de commission d’aucune sorte
  • utilisation intégrale des sommes empruntées
  • exonération de l’impôt sur le revenu
  • enfin, possibilité d’emprunter des acomptes mensuels, au fur et à mesure de l’exécution des travaux. »

62L’État ayant enfin reconnu les nécessités villeurbannaises, le maire peut emprunter 30 millions à la Caisse des Dépôts et Consignations et 20 millions à la Caisse Autonome des Ouvriers Mineurs. La Caisse de Garantie des Assurances Sociales lui promettait, par ailleurs, les 10 derniers millions nécessaires. Et, dans son rapport, il ajoutait :

« Il était temps : moins de dix jours après l’échange des signatures, les Caisses publiques recevaient l’ordre de ne plus ouvrir leurs guichets à de nouveaux emprunts supérieurs à deux millions par an, en même temps qu’elle procédaient à une élévation de leur taux d’intérêt. »

635 novembre 1932 : Vote par le Conseil municipal de ces divers contrats.

6410 décembre 1932 : Lazare Goujon peut annoncer à son conseil que les 3.685.000 F, votés le 27 juin, ne sont pas nécessaires, les conditions des nouveaux emprunts avec les Caisses publiques permettant de dégager les 4 millions nécessaires pour couvrir les augmentations de devis des édifices publics. Ces nouvelles dispositions faisaient l’objet d’un nouvel avenant avec le SVU signé le 13 janvier 1933. Les avenants suivants entre la ville et la SVU auront pour objet le projet de stadium dont nous avons déjà parlé, et la place Albert Thomas entre la Mairie et le Palais du Travail.

Ensemble achevé en mai 1934

Vue d’avion de l’ensemble du nouveau centre, juin 1932. Le gros œuvre de l’Hôtel de Ville s’achève. Le Palais du Travail sort de terre. On aperçoit sur le sol, dans le prolongement de l’avenue construite, le tracé de la suite des Gratte-ciel jusqu’au cours Emile-Zola.

65En 1933 et 1934, le maire connaîtra, au sein du conseil, l’opposition d’un contestataire, M. Gaspard Perrin, employé de commerce, que le contexte de la crise économique et les dépenses du maire effrayaient. Ses critiques se révélèrent, dans l’ensemble, mal fondées et furent l’occasion de plusieurs votes de confiance à Lazare Goujon.

66L’ensemble du programme fut conduit à son terme, à l’exception du stadium. Les photos aériennes prises en mai-juin 1934, à la veille de l’inauguration, font bien apparaître au milieu du tissu urbain pavillonnaire et usinier un nouveau centre urbain. Elles révèlent toutefois que l’équilibre de l’ensemble est compromis par l’absence des blocs 7 et 8 du côté est de la place L. Goujon. On sait d’ailleurs que les architectes qui construiront plus tard à cet emplacement ne tiendront aucun compte du vis-à-vis « ouest ».

67Le 22 janvier 1934, Lazare Goujon tirera les conclusions de l’opération en décrivant longuement le rôle novateur de la SVU. Il montrera que, certes, les difficultés n’ont pas manqué et que l’équilibre financier a sans cesse été menacé, mais que, au total, cette vaste entreprise d’urbanisme a évité à la ville, par son audace même, de plus graves inconvénients dans le contexte de crise économique. 500 chômeurs villeurbannais, et aussi lyonnais, ont eu du travail, des rentrées de fond sont assurées avec l’installation de nouveaux habitants et de nouveaux commerçants, alors que 37 industriels importants fermaient leurs portes depuis 1930 ; les centimes additionnels ont diminué alors que, partout ailleurs, y compris à Lyon, ils augmentaient, etc. Il insistera enfin, ce jour-là, sur le rôle nouveau de ce centre dans la ville, se réservant de revenir sur ce thème lors des fêtes de l’inauguration.

68Le maire n’avait pas tort de s’attarder sur la SVU à la veille de l’inauguration. Cette création juridique est en effet très révélatrice de la situation dans laquelle se trouvaient beaucoup de collectivités locales en face de l’État pendant cette période en même temps qu’elle montre l’audace dont plusieurs équipes municipales ont du faire preuve. Quiconque voulait bâtir sur une grande échelle en ces temps de crise du logement social devait créer pratiquement de toutes pièces son cadre juridique pour répondre aux nécessités financières. Le risque était énorme et lourd de conséquences pour l’avenir comme le prouvera la suite de l’histoire villeurbannaise. Il fallait en effet être à la fois maître d’œuvre et maître d’ouvrage, donneur d’ordre et exécutant, financeur et financé, rôles réputés aujourd’hui incompatibles. La législation a d’ailleurs pris en compte des expériences comme celles de Villeurbanne : personne ne peut plus être, comme se le permit L. Goujon, président de la Société d’Économique Mixte et maire, c’est-à-dire juge et partie. Ces inconvénients que le Conseil municipal villeurbannais accepta d’assumer en son temps, démontrent en tout cas suffisamment quelle était la détermination politique du socialisme municipal villeurbannais et jusqu’à quel point ce socialisme acceptait de s’engager dans la voie de la différenciation et de la localisation.

Les fêtes d'inauguration (10 juin - 1er juillet 1934)

  • 14 Le programme des fêtes fut publié dans le Bulletin Municipal Officiel, dans le numéro de juin 1934 (...)

69Notre but, ici, n’est pas d’en décrire le déroulement mais de relever quelques traits caractéristiques ou quelques déclarations qui confirment notre propos : ces fêtes sont un moment privilégié de l’expression d’une différenciation14.

Samedi 9 juin - Dimanche 10 juin : Journées Mutualistes. XVe Congrès de la Mutualité du Rhône.

70A Monsieur André, Président de l’Union Générale de la Mutualité du Rhône qui venait de le saluer comme « ami des travailleurs, créateur d’une nouvelle cité de confort et de lumière », Lazare Goujon répondra :

« Je ne saurais oublier que vous avez été les premiers qui m’avez apporté une collaboration cordiale... Aujourd’hui vous êtes aussi les premiers qui assistez à l’apothéose d’une œuvre encore unique en ce pays, et que nous avons réalisé en dépit d'obstacles de toute nature. Le Palais du Travail... il est à vous. Les hommes passeront, la mutualité et la commune resteront : ils représentent la vie de la collectivité... »

71On ne peut mieux souligner l’importance d’une autonomie communale pour l’aménagement d’un espace socialement organisé.

  • 15 1) Arche de Noé, 2) Baleine de Jonas, 3) Age de pierre (2 chars), 4) Cité lacustre, 5) Age de fer (...)

72Ce dimanche 10 juin, la fête se poursuivra par un banquet et un corso fleuri, où les habitants verront défiler quatorze chars conçus par l’architecte Maurice Leroux et réalisés par diverses associations locales sur le thème15 : « L’habitation à travers les âges ». L’intention de montrer les progrès scientifiques en matière d’hygiène, d’économie et de confort pour tous, en même temps que la mise en œuvre qu’on en avait fait à Villeurbanne, était très manifeste. Le char no 13, représentant un petit pavillon de banlieue, fut particulièrement apprécié.

Samedi 16 juin : Journée des Municipalités Socialistes

  • 16 Nous énumérons toutes ces villes pour montrer qu’elle pouvait être l’extension du socialisme munic (...)

73Sous la présidence de M. Poggioli, maire du Bourget, se réunissent des délégués de 35 villes dont les municipalités sont SFIO (Grenoble, St-Nazaire, Thiers, Mulhouse, Montceau-les-Mines, Mâcon, Châlon, Boulogne-Billancourt, Le Bourget, Champigny, Toulouse, Toulon, La Seyne, Suresnes, Carmaux, Avignon, Roubaix, Tourcoing, Lille, Montbéliard, Le Creusot, si l’on veut citer les plus importantes)16. Dans son mot d’accueil, Lazare Goujon déclarera :

« Vous avez sous les yeux le centre urbain et social (la liaison des deux mots est importante) de Villeurbanne qui vous accueille. Je souhaite que ce spectacle vous soit un réconfort et vous prouve qu’ici comme ailleurs en d’autres points de ce pays, il existe un grand courant de réalisations socialistes. »

  • 17 La municipalité, mise en place par le régime de Vichy, fera disparaître ce buste (œuvre de Mme Mar (...)

74L’après-midi de ce même jour est consacré à l’inauguration, sur la place qui porte son nom, d’un buste d’Albert Thomas17. Ce sera l’occasion pour Lazare Goujon, non seulement de rappeler l’œuvre du fondateur du Bureau International du Travail, mais aussi de révéler quel chef de file avait été pour le socialisme municipal le maire de Champigny :

« Quand vinrent les heures douloureuses, les heures de doute, les difficultés de toutes sortes qui paraissaient devoir être insurmontables, le maire de Villeurbanne s’en fut à Genève. Il pénétra dans ce monument créé de toutes pièces - matériellement et intellectuellement - qu’est le B.T.I. Il fut reçu par Albert Thomas et il sortit de cette entrevue, non pas persuadé qu’il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer, mais convaincu qu’il suffit de poursuivre, et de poursuivre jusqu’au bout pour atteindre au succès.
Les années ont passé. Ce terrain vague, alors occupé par de pauvres jardins ouvriers, est devenu une cité - mieux qu’une cité : un symbole, j’allais dire une volonté...
Qui ne comprendrait maintenant pourquoi cette place porte le nom d’Albert Thomas ? Il nous montre le chemin qui conduit aux avenirs meilleurs. Il nous guide vers une société future fondée sur la solidarité, le labeur et la paix. »

75Lazare Goujon exprimait ainsi très clairement, à la fois quelle était la cité dont il rêvait et quel avait été son modèle.

Dimanche 17 juin

76C’était le jour de l’inauguration officielle du nouveau centre sous la présidence d’Édouard Herriot, maire de Lyon. De nombreux maires des communes du Rhône étaient invités. Ils se joignirent aux maires socialistes déjà présents la veille. Des discours importants devaient marquer la fin du banquet offert par la municipalité.

77Après le maire de Villeurbanne, qui retraça l’histoire de la réalisation du centre urbain et dit toute son importance dans le cadre d’une ville organisée pour la classe ouvrière, M. Bollaert, préfet du Rhône, prenait la parole pour féliciter L. Goujon ainsi que le Conseil municipal pour l’œuvre accomplie. Il faisait ensuite l’éloge de la loi municipale de 1884, dont on fêtait le cinquantenaire cette année-là :

« L’inauguration, à laquelle nous sommes conviés aujourd’hui, est la plus belle illustration, la plus complète justification d’une loi qui a su donner à chacune des communes de France la liberté de se gouverner soi-même, de vivre et d’agir en collectivité moyenne, dans le cadre de l’unité nationale.
Ah ! Messieurs, le législateur républicain ne s’est point trompé, en plaçant son entière confiance dans la sagesse du peuple, de ce peuple d’où est sorti M. le docteur Goujon, et avec lui, tant de magistrats municipaux... »

78Par la bouche de M. Bollaert, l’administration préfectorale, qui, trente ans plus tôt, avait été si injuste avec les administrateurs villeurbannais, reconnaissait la réalité de cette commune ouvrière et l’activité originale de ses élus socialistes. Le temps de « l’annexion inévitable » était bien oublié, mais les thèmes récupérateurs du pouvoir central étaient déjà manifestes.

79Il revenait au maire de Lyon la charge de conclure cette brillante série. E. Herriot devait commencer son discours en réinterprétant quelque peu les événements en sa faveur :

« ... Les anciens se rappelleront qu’il y a trente ans, c’était à peu près l’époque où j’entrais à la mairie de Lyon : il y avait un projet déjà à moitié accepté, d’annexer la ville de Villeurbanne et un certain nombre de communes à la ville de Lyon. J’ai fait écarter ce projet que je trouvais effrayant pour un jeune maire qui venait d’être chargé des destinées de la ville voisine.
Je pensais alors, contrairement au système adopté dans certains pays, que la formule qui consiste à créer des groupements indépendants et voisins, pouvant travailler en association et recevoir chacun le bénéfice de leur activité, était une formule meilleure.
J’ai fait rejeter le projet et, ce matin, en visitant votre magnifique Hôtel de Ville, les bâtiments où vous m’avez fait l’honneur de m’introduire, je me le rappelais et je vous en étais reconnaissant parce que je trouvais dans votre œuvre la meilleure justification d’une doctrine à laquelle j’avais cru depuis longtemps... »

80Edouard Herriot réécrit et réinterprète les événements. Certes, il a abandonné très vite le projet Augagneur (plus qu’il ne l’a rejeté), mais ses raisons, si l’on s’en souvient, étaient plus les désavantages financiers pour Lyon que la volonté de « créer des groupements indépendants et voisins, pouvant travailler en association ». Quoi qu’il en soit, le maire de Lyon prenait acte définitivement de l’existence autonome de sa voisine et des réalisations émanant directement de cette autonomie :

« Vous avez été appelés à réaliser les destinées villeurbannaises ; cette ville, votre voisine qui sait à quelles difficultés vous avez été exposés, qui a vu les complications au milieu desquelles vous avez travaillé, vient à son tour d’une façon tout à fait spontanée vous rendre publiquement hommage et publiquement vous félicite. »

81Par la bouche de leur maire, les Lyonnais reconnaissaient qu’il y avait un centre à Villeurbanne, dont le meilleur symbole était l’Hôtel de Ville et son beffroi.

82Avant de conclure avec un vieux proverbe français (« On ne jette des pierres qu’aux arbres qui portent des fruits, on n’en jette jamais aux autres ») visant à consoler le maire de Villeurbanne, « voisin et ami », des nombreuses critiques dont il a été l’objet, le maire de Lyon remarque qu’à Villeurbanne on a su au mieux profiter de la vieille loi du peuplement lyonnais qui se réalise toujours plus à l’est.

83Un abondant programme sportif (fête de gymnastique, grand prix cycliste, gala de boxe, tournoi de boules, réunion nautique) et un riche festival artistique (musique folklorique et classique, théâtre, opérette, opéra) complèteront ces journées d’inauguration du nouveau centre. Aux yeux de ses habitants et de ceux des communes avoisinantes, Villeurbanne avait marqué de manière originale le choix de son indépendance.

Notes

1 Le Progrès du 25 octobre 1924, tract du Bloc des Gauches.

2 Le scrutin était nominal, ce qui explique les fourchettes de voix sur chaque liste.

3 BONNEVILLE (M.) – Op. cit., p. 71-72.

4 Le Conseil municipal poursuivra dans ce domaine et même intensifiera la longue tradition d’aide commencée en 1892, en particulier pendant la crise des années 30. C’est même ce qui compromettra ses entreprises dans les autres domaines.

5 En 1927, un Bulletin Municipal commence de paraître, qui reflètera largement toutes ces préoccupations municipales.

6 Registre des délibérations du Conseil municipal de Villeurbanne, séance du 20 mai 1927.

7 Le Bulletin municipal officiel d’octobre 1930 publie le texte d’une conférence faite aux cottagistes le 8 septembre de la même année par le Docteur Géorgia Knapp sur le fonctionnement de l’œuvre des Cottages sociaux. Une liste des premiers cottagistes villeurbannais suit. p. 935 à 940.

8 L. Goujon reviendra souvent sur cette carence pour montrer combien elle est à l'origine des opérations des Brosses et surtout des gratte-ciel où la municipalité s’est fortement engagée. Par exemple BMO, août 1950.

9 M. Robert GIROUD, architecte du Nouvel Hôtel-de-Ville, né à Collonges-sur-Saône, le 1er août 1890, élève du Lycée Ampère à Lyon, de l’École régionale d’architecture de Lyon, puis de l’École Nationale des Beaux-Arts à Paris ; diplômé par le Gouvernement (1911) ; premier grand prix de Rome (1922). Engagé volontaire en août 1914, six citations, une blessure. Légion d'honneur.
A exécuté, en dehors des travaux du nouveau Centre Urbain de Villeurbanne : la transformation de l'Hospice Debrousse en hôpital d’enfants, le Sanatorium de Giens, la transformation de l’Asile du Perron en hôpital de tuberculeux, la construction de la maternité et du service d’isolement de l'Hôpital de la Croix-Rousse, le Monument aux morts de Vaugneray et, en collaboration avec M. Tony Garnier, le Monument aux morts de Lyon.

10 M. Morice LEROUX, architecte du Palais du Travail, des immeubles de la Société Villeurbannaise d'Urbanisme et du Stadium, né le 15 octobre 1896, à Domfront (Orne). Dessinateur dans l'entreprise du bâtiment jusqu'à la guerre. Engagé volontaire au 117e régiment d'infanterie, passé au 2e zouaves, au 2e génie, puis aux chars d’assaut.
Au Maroc, en 1919. concourt à la construction des ateliers du service automobile de Fez.
Élève de l'École spéciale des travaux publics. Appartient aux services de la reconstruction des pays libérés : 1° comme terrassier, 2° comme chef d’équipe, 3° comme chef de district. A ces divers titres, reconstruction des villages d'Hébuterne, Ruyaulcourt, Manancourt, Achiet-le-Grand.
Entré en 1922 chez M. Lebret, architecte en chef de la ville de Paris et du département de la Seine.
A exécuté avec celui-ci l’Hôtel du Cercle du Jockey-Club.
Premier prix au concours du Palais du Travail. Deuxième prix au concours d’urbanisme de la Ville de Rouen, 1933.

11 Avec la Société Schwartz-Haumont, qui renoncera aussi et qui vendra son terrain du cours E.-Zola pour la construction du Stadium, la CAM était la seule usine de mécanique importante sur la commune.

12 Union Provencale des Travailleurs Intellectuels.

13 Il faut encore signaler deux autres articles techniques parus à l’époque sur ce nouveau centre urbain :
– La Science et la Vie, supplément au no 186, tome XLII, juillet à décembre 1932 (no 181 à 186). Magazine mensuel des sciences et de leurs applications à la vie moderne. Auteur : Chenevier (R.).
– Illustration, 3 juin 1934, « Le centre urbain de Villeurbanne », même auteur.

14 Le programme des fêtes fut publié dans le Bulletin Municipal Officiel, dans le numéro de juin 1934, p. 2278-2279 et le compte-rendu détaillé parut dans le numéro de juillet, p. 2298 à 2311.

15 1) Arche de Noé, 2) Baleine de Jonas, 3) Age de pierre (2 chars), 4) Cité lacustre, 5) Age de fer - la Gaule - les Mérovingiens, 6) Moyen-Age (2 chars), 7) Louis XII-François Ier, 8) Louis XIII - Louis XIV, 9) Restauration, 10) l'Empire, 11) Pavillon 1900, 12) Habitation moderne.

16 Nous énumérons toutes ces villes pour montrer qu’elle pouvait être l’extension du socialisme municipal.

17 La municipalité, mise en place par le régime de Vichy, fera disparaître ce buste (œuvre de Mme Marie-Louise Simard) dont les Allemands s’empareront pour le fondre, et débaptisera la place pour lui donner le nom du Maréchal Pétain. En 1945, la place s'appelera Place de la Libération, pour finalement prendre le nom de Lazare Goujon. La Place de la Cité sera dédiée à Albert Thomas.

Table des illustrations

Titre PLAN DES LOTISSEMENTS EN 1934 (d’après Marc Bonneville)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Cottages villeurbannais en construction
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Hall de la Compagnie d’Application Mécanique à l’emplacement duquel a été ouverte l’avenue Henri-Barbusse
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Cottages en construction Le terrain a été acheté par la commune
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Le théâtre avant la restauration de 1971
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Premier étage du théâtre La Brasserie devenue ensuite Régie de la Télévision Régionale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende La première aile (gauche) construite du Palais du Travail. On sait l’importance que Lazare Goujon accordait à l’hygiène. Vue prise de la Mairie en construction.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Le Stadium... qui n’a jamais été achevé...
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Mairie et Gratte-ciel en construction. Au premier plan : future place Lazare-Goujon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Intérieur d’un appartement aux Gratte-ciel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Gratte-ciel en construction 1932, 1933 Future rue Henri-Barbusse
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Gratte-ciel en construction Les structures métalliques. Rue Michel-Servet
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Habillages (cages d’escalier)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Habillages (redents, balcons, magasins
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Avenue Henri-Barbusse et la porte sur la ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Terrasses
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Ensemble achevé en mai 1934
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Vue d’avion de l’ensemble du nouveau centre, juin 1932. Le gros œuvre de l’Hôtel de Ville s’achève. Le Palais du Travail sort de terre. On aperçoit sur le sol, dans le prolongement de l’avenue construite, le tracé de la suite des Gratte-ciel jusqu’au cours Emile-Zola.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13971/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search