Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Troisième partie. L'affirmation de la localisation. Les grandes réalisations

Chapitre II. La situation économique villeurbannaise entre 1924 et 1939

Texte intégral

1Nous pouvons maintenant revenir au seul champ villeurbannais pour saisir, au plan local, les transformations et tout d’abord dans le domaine économique.

Évolution des branches

Le textile

– Le tulle et la dentelle

  • 1 BONNEVILLE – Naissance et Métamorphoses d'une banlieue ouvrière. Villeurbanne. Processus et formes (...)

2L’industrie du tulle et des dentelles connaît d’abord sa phase d’expansion. Elle est un des facteurs de la prospérité de Villeurbanne. Le nombre des usines ne cesse de croître jusqu’en 1930. Certaines, dont nous avons déjà cité les noms pour la période précédente (Dognin, Kiemle, La Fourcade, Jallade) font travailler 500 salariés. Toutefois, comme le note Marc Bonneville1, « si le nombre des entreprises croît jusqu’en 1930, cela procède essentiellement des transferts, car au niveau lyonnais cette industrie est en perte de vitesse depuis 1919 et elle va enregistrer de sévères difficultés. »

3Les structures de production sont sans cesse réadaptées pour répondre à une mode fluctuante et intégrer les découvertes de procédés de confection. Les grosses unités de production, qui peuvent s’assurer de bons taux de profit, avec des produits fournis en grande série pendant un temps assez long, connaissent de sérieux embarras si la demande varie considérablement en quantité et en définition du produit. La crise économique des années 30, avec ses conséquences syndicales et politiques, va les atteindre très sérieusement.

4Par contre, les maîtres-tullistes, même s’ils ont à tenir compte du puissant syndicat des ouvriers tullistes, réussissent à faire face à cause de leur plus grande souplesse. Constitués en coopérative, ils parviennent souvent à desserrer l’emprise des négociants et des fournisseurs de fil qui les font travailler. Il leur est plus facile de licencier et de continuer avec du personnel qui accepte de gagner moins pendant un temps, pour faire vivre l’entreprise. Celle-ci récupère ce que les grandes usines ne sont plus en mesure de produire.

Le tissage

5– Le tissage, dont l’évolution des techniques avait provoqué, comme on l’a vu précédemment, l’arrivée sur le territoire villeurbannais d’unités de production plus importantes, rencontre aussi une série de crises au même moment, pour des raisons identiques (variation très brutale de la demande en quantité et en définition du produit), mais aussi parce que la matière première, le fil ou les fibres, se transforme complètement (on crée des fibres artificielles : viscose, rayonne) et parce que les métiers à tisser connaissent d’incessantes améliorations techniques. Les grosses unités réussiront à faire face de même que les unités artisanales. Par contre les unités moyennes ne peuvent se maintenir après 1936, ainsi la Filature de Schappe qui préfère se déplacer à la campagne, dans le Bugey.

– La teinture et l’apprêt

  • 2 LAFERRERE – Lyon industriel, p. 218.

6La teinture et l’apprêt, qui occupent environ 7.000 pesonnes en 1936, affrontent eux aussi, au moment du Front Populaire, de sérieuses difficultés. M. Laferrere indique que, de 1929 à 1937, le chiffre d’affaires de la teinture à Lyon diminue de 75 % et le nombre d’établissements de 119 à 692.

7Les difficultés de la branche textile auront des répercussions directes sur la vie municipale : il s’en faudra de peu que la crise économique du textile ne compromette l’évolution de l’autonomie villeurbannaise. Quelques mois plus tard, Lazare Goujon et sa municipalité n’auraient sans doute pas pu réaliser le nouveau centre qui joua un grand rôle dans la différenciation.

La mécanique

8La crise du textile va entraîner, dans la branche mécanique et métallurgique, un démarquage et, par voie de conséquence, un certain essor, même dans les années de crise. La mécanique vécut longtemps du textile. La crise, dans cette dernière branche, devait amener les mécaniciens à se reconvertir ou à créer des productions nouvelles. Certaines maisons anciennes, comme Johnson et Brugger, n’y parvinrent pas, mais plusieurs autres, plus entreprenantes (Bene, Giscard (devenu Amtec)...) se lanceront dans la mécanique de précision et feront plus tard, de Villeurbanne, un des lieux privilégiés de la machine-outil. Une multitude de petits ateliers, spécialement au Tonkin et à la Cité, se spécialiseront dans des fabrications très déterminées, travaillant le plus souvent en sous-traitance. Des fonderies de métaux non-ferreux s’installeront tout près de ces ateliers.

9Par contre, l’émaillerie (Émaillerie du Rhône), la chaudronnerie (Boccard, Lecrenier), le tréfilage (Lyon-Alemand) occupent un plus grand nombre d’ouvriers. La taille de toutes ces entreprises demeure limitée et leur mode de fonctionnement assez traditionnel.

La branche électrique

10C’est pendant la Première Guerre Mondiale, nous l’avons vu, qu’elle est apparue sur le territoire communal et qu’elle s’est développée grâce, en particulier, à l’arrivée de Delle, évacué de Belfort. Entre 1920 et 1930, c’est un secteur en développement intensif. La crise économique ralentira ce développement, à cause de la désorganisation générale, mais la demande est telle (extension générale du réseau électrique dans tous les domaines industriels) que les effets seront moins désastreux qu’ailleurs. Beaucoup d’ouvriers retrouveront des emplois dans ces industries électriques qui progressent à nouveau avant la Deuxième Guerre Mondiale.

Les autres activités

11Comme pendant toute période de récession économique, la tendance est à la recherche de secteurs nouveaux et à l’innovation. Selon les spécialités, la récession est plus ou moins forte. La chimie qui connaît, comme l’industrie électrique, une demande renforcée et diversifiée, se maintient bien. Le cuir et le caoutchouc, surtout dans la fabrication des chaussures, traversent de mauvais moments. Par contre, l’imprimerie et les industries alimentaires semblent ne pas avoir souffert.

12Par ailleurs, à cause même de la crise, les entreprises devront se moderniser, en particulier dans les domaines de la gestion et de la commercialisation, ce qui entraîne la création de postes d’employés ; leur nombre augmente pendant cette période à Villeurbanne, ainsi que celui des fonctionnaires et pour les mêmes raisons.

La population - la formation sociale

13La croissance démographique continue pendant cette décade 1924-1934 : environ 60.000 habitants en 1924, 78.000 en 1934. Il s’agit, bien entendu, toujours, d’une population active qui vient chercher du travail dans les nombreuses usines qui se sont implantées. 1930 marque l’apogée de cette implantation industrielle. On compte 85 entreprises de plus de 100 salariés (45 entre 100 et 200, 32 entre 200 et 500, 8 de plus de 500 dont certaines fournissent un emploi à plusieurs milliers de travailleurs comme Gillet, par exemple). Il ne faut pas oublier les nombreux ateliers, qui, aux Charpennes et au Tonkin en particulier, emploient une ou plusieurs dizaines de personnes.

  • 3 Cf. BONNEVILLE – Op. cit., Section 2, « Une nouvelle formation sociale », p. 60 à 67.

14La structure de l’emploi, dont on avait noté pour la période précédente qu’elle se modifiait déjà par l’arrivée d’unités de production plus importantes, connaît une accentuation de cette tendance. Les grandes séries et le travail fragmenté en diverses séquences du procès de production augmentent le nombre de travailleurs peu qualifiés, occupés à des tâches répétitives. Ces pratiques industrielles se différencient de plus en plus de celles de la fabrique qui demeuraient proches des méthodes artisanales où le tour de main et la responsabilité sur la qualité du produit sont fondamentales. Il est vrai que les manières de faire de la fabrique ont trouvé une continuation dans les ateliers de mécanique ou d’outillage avec les rapports professionnels correspondants3.

15Dès lors, la distinction grande et petite industrie n’est pas particulièrement adéquate : l’opposition branches nouvelles - branches anciennes convient mieux et explique la présence, à Villeurbanne, de deux catégories ouvrières et surtout de deux mentalités. Il y a d’une part la main-d'œuvre des métiers du textile ou de la mécanique qui a acquis une habileté manuelle dans le travail à façon et qui accepte une hiérarchie professionnelle peu ouverte et des rapports sociaux empreints de paternalisme (les emplois totalement déqualifiés dans ces métiers sont occupés par des femmes ou des étrangers qu’on maintient en état de sujétion très forte) ; d’autre part, une nouvelle main-d'œuvre, beaucoup plus diversifiée dans ses qualifications, et formée d’un grand nombre d’OS, travaille dans les branches nouvellement implantées avec des procédés de production sans cesse réadaptés (donc sans tradition) et entretient des rapport sociaux beaucoup moins dépendants.

16Ainsi cohabitèrent sur la commune deux groupes sociaux de mentalité très différente, qui n’exprimeront pas les mêmes aspirations politiques :

  • D’un côté, les « bons ouvriers », en possession d’un salaire réputé convenable, qui se sentent partie prenante peu ou prou de la bonne marche de l’entreprise, qui acceptent un certain nombre de dépendances et dont le patronat, depuis longtemps, s’est efforcé d’améliorer le sort dans la vie hors travail par des prestations non salariales (en particulier par le logement).
  • D’autre part, l’ouvrier des nouvelles techniques à qui l’on ne demande que sa séquence de travail, spécialisée ou non, et qui, sans traditions corporatives, passe éventuellement d’une maison à l’autre selon la qualité des salaires et les demandes d’embauche plus ou moins intéressantes.

17Le deuxième est un homme plus libre de son destin et en tout cas plus sensible à l’affrontement des classes. Il ne faut pas trop exagérer cette vision des choses qui demanderait à elle seule une étude nuancée, mais il est quand même assez clair qu’on peut chercher là la genèse de deux électorats qui détermineront les politiques municipales villeurbannaises.

18Ces deux groupes sociaux ouvriers représentent 75 % des actifs de la commune. Les catégories sociales moyennes et supérieures, même si les employés et les fonctionnaires sont en augmentation, demeurent très sous-représentées. L’importance de chacun des deux groupes ouvriers évolue pendant la période qui nous occupe : l’accroissement des nouvelles branches ou la modification de certains secteurs des anciennes inverse de plus en plus le rapport. Toutefois, le poids social des branches anciennes demeure déterminant jusqu’aux élections de 1935.

19On ne peut oublier, dans ce panorama des forces sociales villeurbannaises, la population étrangère, essentiellement ouvrière, qui ne cesse de grossir. Elle ne vote pas encore, parce que c’est la première génération et que les naturalisations ne viendront que plus tard, mais elle constitue déjà la structure démographique de certains quartiers. En 1936, il y a 16 % d’étrangers à Villeurbanne, Italiens venus du Piémont, mais aussi et de plus en plus du Mezzogiorno et de la campagne romaine, Espagnols que la guerre d’Espagne obligera à s’expatrier en grand nombre. Ce prolétariat étranger sera, au départ, très exploité et très encadré, surtout dans les nouvelles usines adaptées aux nouveaux modes de production, mais il se disséminera peu à peu dans l’ensemble de la production industrielle villeurbannaise, jusqu’au moment où il sera en mesure de jouer un rôle avec le prolétariat autochtone sans distinction d’origine.

20Cette évolution économique, qui fait l’objet de ce chapitre, constitue la toile de fond de cette décade déterminante dans l’histoire de la différenciation villeurbannaise. L’éclat, en même temps que l’extrême fragilité des grandes réalisations municipales, sont directement tributaires de cette activité industrielle locale qui connut, en un temps si court, à la fois une croissance étonnante et une crise aussi profonde que brutale.

Notes

1 BONNEVILLE – Naissance et Métamorphoses d'une banlieue ouvrière. Villeurbanne. Processus et formes d'urbanisation. PUL 1978, p. 49.

2 LAFERRERE – Lyon industriel, p. 218.

3 Cf. BONNEVILLE – Op. cit., Section 2, « Une nouvelle formation sociale », p. 60 à 67.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search